Vous êtes sur la page 1sur 7

Quaderni

De l'angoisse écosystémique au retour de la morale


Bernard Cathelat, Jean-Louis Peytavin

Résumé
Les nouvelles générations d'écologistes ne refusent pas la consommation, mais veulent mieux consommer. L'ascétisme
des premiers militants est refusé au nom d'une réconciliation possible entre la nature et les technologies. Les deux
tendances actuelles des mentalités écologistes tournent autour d'une nature considérée comme un capital (un patrimoine
qu'il faut apprendre à gérer), et d'une nature-religion, qui devient le creuset d'une nouvelle mystique et du retour de la
morale.

Citer ce document / Cite this document :

Cathelat Bernard, Peytavin Jean-Louis. De l'angoisse écosystémique au retour de la morale. In: Quaderni, n°17,
Printemps 1992. Discours de l'écologie. pp. 91-96.

doi : 10.3406/quad.1992.945

http://www.persee.fr/doc/quad_0987-1381_1992_num_17_1_945

Document généré le 17/10/2015


^Dossier

Nous assistons à un changement rapide


De l'angoisse de la mentalité socio-politique. Les
jeunes d'aujourd'hui sont
désil usionnés et ils ne font plus confiance aux
ecosystémique
institutions car ils considèrent qu'elles
ne sont plus capables de faire respecter
au retour les principes moraux. Cest la généra- .
tion morale et elle sera répressive. A
propos de l'écologie, cette génération
de la morale
vit un sentiment de drame et elle pense
que nous avons atteint un point de non-
Bernard retour. .

Cathelat
Cependant le sentiment écologique
Directeur d'aujourd'hui n'a rien à voir avec
l'écologie soixante-huitarde. Celle-ci était
du CCA tournée vers le passé, elle vivait dans le
mythe du bon sauvage. Elle était
(Centre de utopiste, irréaliste et résolument opposée à
la productivité. Elle voulait que la
Communication
nature suive son cours et n'aimait rien tant
que le geste lent de l'artisan. Elle était
Avancée)
également antiscientifique, au sens où
elle n'acceptait que les mécanismes
naturels. \

La génération actuelle au contraire est


peu nostalgique et n'a aucun désir de
revenir à l'état rural tant apprécié de ses
aînés. Nous avons affaire à une
écologie moderniste, futuriste, plus réaliste
et politique. Elle n'est pas contre le
progrès mais veut proposer un modèle

QUADERNI N*17 -PRINTEMPS 1992 DE LANGOISSSE ECOSYSTÉMIQUE ... 91


©

alternatif au progrès. Elle est producti- n'avait pas encore d'angoisse


viste et pense qu'il est possible de ecosystémique planétaire. Les écologistes
trouver un équilibre dans nos rapports avec d'aujourd'hui, au contraire, s'intéressent peu
la nature tout en augmentant la à l'arbre qui est dans leur jardin, mais ils
consommation et le bien-être. Les jeunes sont préoccupés par l'effet de serre, la
écologistes d'aujourd'hui ne veulentplus disparition de la couche d'ozone ou le
d'un ascétisme privatif et frugal. sort des baleines. Les phénomènes
lointains et systémiques sont facilement
De même il n'est plus question de mobilisateurs pour l'esprit mais
refuser la science. L'idéal est de réaliser un n'engagent à rien dans la vie quotidienne. Par
mariage entre la science et la nature. La exemple, les jeunes couples «écolos»
science doit copier, cloner la nature. Le sont souvent de grands consommateurs
non-interventionnisme a quasiment d'eau (bains, machines à laver, etc) et ils
disparu. Il suffit de faire la profession prennent un grand front pensif quand
de foi de copier la nature pour être on leur explique les problèmes
accepté, car ceci n'est plus illégitime. planétaires de la distribution de l'eau. Ce qui
On voit apparaître cet état d'esprit ne veut pas dire pour autant qu'ils ont
jusque dans le milieu industriel avec le conscience de devoir corriger leur
design « biomécanique» de propre gaspillage.
l'automobile, en particulier chez les Japonais.
Avec ce design, il s'agit de copier les Nous évoluons donc d'une écologie
formes physiques des êtres vivants pour rétro, passéiste, utopiste et pratique vers
gagner de l'aérodynamisme. Bref, il est une écologie plus théorique, avec une
possible de réconcilier la nature et la prise de conscience des mécanismes
technologie, en particulier dans le planétaires, des écosystèmes, et donc
domaine du génie génétique. de leur dimension scientifique.

L'écologie 68 était plus proche de Autre changement : les «écolos»


l'individu dans sa vie quotidienne. Le militants des années 68 étaient marginaux
militant écologiste s'intéressait aux et contestataires. Ils ne voulaient pas le
atteintes de son environnement proche pouvoir, ils n'ambitionnaient pas de
comme l'ont montré les grandes gérer la société, ils désiraient
manifestations de La Hague ou du Larzac. Il seulement jouer le rôle de la mauvaise cons-

92 QUADERNI NM7 - PRINTEMPS 1992 DE L'ANGOISSE ECOSYSTÉMIQUE ...


©

bonne gestion. Cette évolution de


l'écologie s'inscrit dans un panorama
cience.
veulent
d'être
à des une
écologistes
Aujourd'hui
le pouvoir
alternative
etprofessionnels,
nous
qui
politique.
ont
avons
conscience
affaire
qui
politique nouveau, où il n'existe plus de
combats idéologiques et où tout est
calqué sur le modèle de l'entreprise, au
Je ressens pour ma part une réelle et sens Tapie du terme. Sur le terrain
profonde transformation dans l'opinion politique comme sur le terrain social, un
publique. Cette transformation seul leitmotiv, celui de la gestion.
apparaît davantage comme une
préoccupation d'optimisation de la Dans ces conditions, il n'est pas
consommation plus que comme une nostalgie d'un étonnant que la planète soit considérée
paradis perdu. comme un capital auquel on peut
appliquer tous les concepts du capitalisme,
L'écologie est devenue plus réaliste, depuis les provisions jusqu'aux
plus calculatrice. Elle n'est plus bénéfices. L'écologie devient ainsi capitaliste
révolutionnaire mais réformiste. au sens fort du terme.

Ce n'est pas par hasard que cette La nature est moins romantique, elle
évolution ait lieu précisément à une époque demande moins d'amour et elle procure
où le libéralisme économique devient moins d'émotions. Dans le cadre d'une
une culture dominante, à une époque où bonne gestion, il ne faut pas avoir d'état
les idéologies perdent de leur d'âme, il faut savoir sacrifier quelques
importance au profit de l'économie. Disons pans de la nature si on veut la sauver.
que l'évolution de l'écologie, telle qu'on
peut la constater, est cohérente avec ce C'est en tout cas l'évolution à laquelle
libéralisme. nous avons assisté dans les années 80.
Prenons un exemple qui montre le
L'écologie libérale est consumériste et chemin parcouru : imaginons les
elle considère que le progrès est «écolos» des années 70 devant un flacon de
inéluctable. Il est donc légitime de déodorant naturel. C'est impensable,
consommer toujours plus, en faisant toutefois car ils auraient été, dans tous les cas,
le moins de dégâts possibles. absolument opposés à l'utilisation d'un
L'écologie de la planète devient une affaire de quelconque déodorant. Aujourd'hui,

QUADERNI N"17 -PRINTEMPS 1992 DE L'ANGOISSE ECOSYSTÉMIQUE ... 93


©

tout le monde est d'accord sur les L'écologiste traditionnel, même révisé
déodorants, depuis les industriels jusqu'aux parle syndicalisme, est volontiers
consommateurs, y compris les ascétique. On a observé le même malaise
écologistes, qui exigent simplement qu'ils dans le mouvement syndical lui-même :
soient naturels. celui-ci est devenu réformiste avec le
temps, mais il a longtemps été animé
De cette façon, par le biais de la par les concepts de la lutte de classes.
consommation, l'écologie s'est banalisée.
Elle est sortie de son ghetto, de sa Comme le syndicaliste, l'écologiste
marginalité utopiste et donc de son militant a fait un pas pour adhérer aux
modèle idéalisé de bonne gestion de la valeurs de l'opinion publique et pour ne
société. Tchernobyl est un autre pas rester marginal. Mais,
exemple, a contrario, de cette banalisation : fondamentalement, ses valeurs n'ont pas changé et
cette catastrophe écologique n'a pas il y a un grand décalage entre ce militant
provoqué de grands mouvements de et l'écologiste professionnel
contestation. Tout le monde a reconnu d'aujourd'hui, toujours à l'aise pour parler de
qu'il faut faire attention, mais il n'y a pas génie génétique, alors que le militant
de refus radical. écologiste est plutôt issu de la culture
fromage de chèvre-artisanat
,

Le militant écologiste traditionnel a de


toute évidence du mal à suivre cette Actuellement, deux grandes tendances
évolution. Nous ne voyons plus guère de fond se dégagent dans le mouvement
des «écolos» du style soixante-huitard, écologiste. D y a la branche Vert,
mais à la fin des années 70, nous avons représentée par Waechter, de type ascétique
assisté à une poussée «écolo» de type ou « Allemagne de lTEst-propre», et la
syndicaliste, qui voulait devenir une branche gestionnaire représentée par
force de discussion pour parlementer Lalonde.
avec les scientifiques, lEtat, l'industrie,
etc. Incontestablement, ils ont fait à Mais nous sommes en train d'assister à
cette époque un pas en avant, mais ils l'émergence d'un nouveau courant, qui
étaient encore - et cela n'a guère changé reste pour l'instant ultra-minoritaire,
aujourd'hui - anti-consommation, mais qui, à mon avis, est appelé à un
antiprogrès, anti-science et anti-hédonisme. grand avenir. D s'agit de la tendance

94 QUADERNI N»17 - PRINTEMPS 1992 DE L'ANGOISSE ECOSYSTÉMIQUE


.
©

New Age. C'est un mouvement à la fois Tout ceci indique qu'il y a une
mystique et scientifique que l'on peut aspiration religieuse énorme, et le New Age
repérer par exemple à travers des films se propose de répondre à ce besoin de
comme ceux de Luc Besson (le Grand religion. Ce besoin est assez flou,
Bleu) ou à travers le succès de livres puisqu'il s'agit d'un besoin de loi, d'ordre, de
comme « Dieu et la Science» (non pas discipline, de père-guide, de certitudes,
à cause du contenu du livre, mais à de principes. Ce besoin religieux est
cause du fait qu'il se soit vendu à 300.000 surtout un besoin moral, et ce n'est pas
exemplaires). Avec le New Age, nous par hasard si nous assistons maintenant
bouclons la boucle : la nature est la à ce renouveau. Les religions
mère fondamentale, elle dépasse traditionnelles qui reprennent du poil de la bête
l'homme, il faut se fondre en elle, entrer (écoutez les discours de l'Islam ou de
en résonance, vibrer. On n'est pas loin Jean-Paul II) proposent en fait un retour
de s'interdire d'écraser une fourmi, car à la morale.
elle est un chaînon de l'écosystème, n
ne faut rien faire, la nature va gérer les Nous avons connu trois époques de
choses, il faut s'abandonner. l'écologie, qui vont de pair avec
l'évolution de la politique et des idéologies en
Après la nature-capital, voici revenir le général.
temps de la nature-religion. Ce n'est pas
par hasard. Nous ne le voyons pas La première époque est celle de 1968-
encore dans les sondages, mais ça 1 98 1 : c'est l'époque de la séparation, de
commence à prendre un certain poids. On l'antagonisme gauche-droite, et les
rencontre le New Age dans les milieux «écolos» s'installent dans la voie du
branchés. Ils ne sont pas très nombreux refus.
mais ils font beaucoup de bruit
La deuxième époque, de 1981 à 1990,
La publicité, par exemple, s'est très vite est celle de la gestion et de l'absence de
emparée de l'imagerie New Age : conflit majeur. Aujourd'hui, avec les
beaucoup de produits, depuis les yaourts années 90, nous vivons la troisième
jusqu'aux cosmétiques, utilisent les époque, qui est celle de la mystique, de
symboles du soleil, de l'eau, de la la réconciliation, de la communion et
pyramide. de l'osmose. Une nature religieuse s'ins-

QUADERNIN*17 -PRINTEMPS 1992 » DE L'ANGOISSE ECOSYSTÉMIQUE ... 95


©

crit parfaitement dans cette évolution. durs, angoissés et effrayés. Ce sont des
consommateurs/pessimistes.
LES JEUNES ET L'ÉCOLOGIE
Chez les jeunes de 15-16 ans, on ne
Chez les jeunes lycéens et étudiants, détecte pas encore de poussée religieuse,
nous ne rencontrons plus de critique de mais on voit apparaître des éléments
la société de consommation. Les seuls qui vont dans ce sens : le besoin d'ordre
rêves sont le fric et la réussite social, de discipline, de morale, de
individuelle. L'admiration va à ceux qui s'en fidélité et de mariage. Cette nouvelle
sortent par la notoriété ou l'exploit génération sera morale et répressive, en
individuel (chanteur, footballeur, et on matière d'environnement comme en tout
pourrait ajouter aussi des « héros» autre domaine.
comme d'Aboville). Ils n'ont plus de
modèle de succès tribal, sauf avec le Propos recueillis par J.L. Peytavin
rock (on va monter un groupe et on va
se faire plein de fric). ,.

En ce qui concerne l'écologie, c'est chez


eux que l'on trouve le plus de souci de
gestion : donnez-nous un monde viva-
ble, laissez-nous un monde propre avec
de l'eau qui ne sente pas mauvais. Ils ont
parfaitement conscience que le monde
est à consommer mais ils ont le
sentiment d'être floués, comme si on leur
avait laissé un plat avarié.

Ils sont très agressifs envers les élus,


qu'ils ne respectent plus, et envers les
industriels à qui ils reprochent de ne
penser qu'à la finance et pas
suffisamment à la qualité des produits. D'une
manière générale, ils sont pessimistes,

96 QUADERNI N*17 - PRINTEMPS 1992 DE L'ANGOISSE ECOSYSTÉMIQUE ...