Vous êtes sur la page 1sur 55

FA025552 ISSN 0335-3931

norme européenne NF EN 620


Octobre 2002

Indice de classement : H 95-115

ICS : 53.040.10
Équipements et systèmes
de manutention continue
Prescriptions de sécurité et de CEM
pour les transporteurs à courroie fixes
pour produits en vrac
E : Continuous handling equipment and systems — Safety and EMC requirements for fixed
belt conveyors for bulk materials
D : Stetigförderer und Systeme — Sicherheits- und EMW-Anforderungen für ortsfeste
Gurtförderer für Schüttgutt
© AFNOR 2002 — Tous droits réservés

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d'AFNOR le 5 septembre 2002 pour prendre effet
le 5 octobre 2002.
Avec la norme NF EN 618, d’août 2002, NF EN 619 (en préparation) et NF EN 741, d’avril 2000,
remplace la norme enregistrée NF H 95-101, de novembre 1976, annulée par décision
du 20 juin 1998.
Avec la norme NF EN 618, d’août 2002 et NF EN 619 (en préparation), remplace la norme
homologuée NF H 95-110, de janvier 1983, annulée par décision du 5 août 2000.
Avec la norme NF EN 619 (en préparation), remplace les normes homologuées NF H 95-170,
de juillet 1985 et NF H 95-171, d’avril 1986.
Remplace la norme enregistrée NF H 95-115, de décembre 1973, annulée par décision du
20 novembre 1986.

Correspondance La Norme européenne EN 620:2002 a le statut d’une norme française.

Analyse Le présent document spécifie les prescriptions des transporteurs à courroie fixes pour produits
en vrac.

Descripteurs Thésaurus International Technique : matériel de manutention, manutention continue, pro-


duit en vrac, charge isolée, transporteur à chaîne, règle de sécurité, prévention des accidents,
risque, zone dangereuse, protection contre dangers mécaniques, protection contre les
contacts élec, protection thermique, protection contre l'incendie, ergonomie, mesure de sécu-
rité, dispositif de protection, compatibilité électromagnétique, vérification, utilisation, informa-
tion, notice technique, maintenance, marquage, pictogramme.

Modifications Par rapport aux documents remplacés, les modifications apportées sont d’ordre technique et
rédactionnel.

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR) — 11, avenue Francis de Pressensé — 93571 Saint-Denis La Plaine Cedex
Tél. : + 33 (0)1 41 62 80 00 — Fax : + 33 (0)1 49 17 90 00 — www.afnor.fr

© AFNOR 2002 AFNOR 2002 1er tirage 2002-10-F


Engins de manutention continue AFNOR H95A

Membres de la commission de normalisation


Président : MME CODEVELLE-RAPINE
Secrétariat : MME NIEDZELA — AFNOR

SERV DIGITIP SIQ — SQUALPI


M ANSTETT DION DEPT TRAVAIL EMPLOI
M AUDRIEU RENAULT
M AUMAS INRS
M BELVEZE DION DEPT TRAVAIL EMPLOI FORMATION PROF
M BLANC CFC
M BONNEVIALE DARPMI
M BOUTEILLE SFBT SEMPERIT
M BROY HBL HOUILLERES BASSIN DE LORRAINE
M CALVES OPPBTP
M CAZENEUVE CNAMTS
M CHEZE DEPSE
MME CODEVELLE-RAPINE SIMMA
M DES RIEUX DES RIEUX SAS
M DESTOOP NEU INTERNATIONAL
MME DUSSAUGEY MTPS
M FRANCOIS SIMMA
M GOYON ASSOCIATION PREVENCEM
M JARRIJON BNC
M LE BRECH OPPBTP
M LE PAGE CRAMIF
MLLE LEBLANC DIGITIP SIM
M LECLAIR CNOMO C/O PSA PEUGEOT CITROEN
MME NIEDZELA AFNOR
M PROUHEZE SERNAM
MME RENDU DRT DION RELATIONS TRAVAIL
M ROBILLARD RENAULT SAS

Avant-propos national

Références aux normes françaises


La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes françaises
identiques est la suivante :
EN 292-1 : NF EN 292 (indice de classement : E 09-001-1)
EN 292-2/A1 : NF EN 292-2/A1 (indice de classement : E 09-001-2/A1)
EN 294 : NF EN 294 (indice de classement : E 09-010)
EN 349 : NF EN 349 (indice de classement : E 09-011)
EN 418 : NF EN 418 (indice de classement : E 09-053-1)
EN 457 : NF EN 457 (indice de classement : X 35-108)
EN 563 : NF EN 563 (indice de classement : X 35-111)
EN 574 : NF EN 574 (indice de classement : E 09-037)
EN 614-1 : NF EN 614-1 (indice de classement : X 35-004-1)
EN 617 : NF EN 617 (indice de classement : H 95-112)
EN 618 : NF EN 618 (indice de classement : H 95-113)
—3— NF EN 620:2002

prEN 619 : NF EN 619 (indice de classement : H 95-114)


EN 741 : NF EN 741 (indice de classement : H 95-111)
EN 811 : NF EN 811 (indice de classement : E 09-012)
EN 842 : NF EN 842 (indice de classement : X 35-116)
EN 953 : NF EN 953 (indice de classement : E 09-060)
EN 954-1 : NF EN 954-1 (indice de classement : E 09-025)
EN 1005-1 : NF EN 1005-1 (indice de classement : X 35-106-1)
prEN 1005-2 : NF EN 1005-2 (indice de classement : X 35-106-2)
EN 1005-3 : NF EN 1005-3 (indice de classement : X 35-106-3)
EN 1037 : NF EN 1037 (indice de classement : E 09-053-2)
EN 1050 : NF EN 1050 (indice de classement : E 09-020)
EN 1070 : NF EN 1070 (indice de classement : E 09-003)
EN 1088 : NF EN 1088 (indice de classement : E 09-051)
EN 1127-1 : NF EN 1127-1 (indice de classement : E 09-090-1)
EN 1760-2 : NF EN 1760-2 (indice de classement : E 09-041)
EN 12150-1 : NF EN 12150-1 (indice de classement : P 78-221)
EN 13202 : NF EN 13202 (indice de classement : X 35-113)
EN ISO 12543 : NF EN ISO 12543 (indice de classement : P 78-211 à 215)
EN ISO 14122-1 : NF EN ISO 14122-1 (indice de classement : E 85-001)
EN ISO 14122-2 : NF EN ISO 14122-2 (indice de classement : E 85-002)
EN ISO 14122-3 : NF EN ISO 14122-3 (indice de classement : E 85-003)
prEN ISO 14122-4 : NF EN ISO 14122-4 (indice de classement : E 85-004)
EN 50081-1 : NF EN 50081-1 (indice de classement : C 91-081-1)
EN 61000-6-2 : NF EN 61000-6-2 (indice de classement : C 91-006-2)
EN 60204-1 : NF EN 60204-1 (indice de classement : C 79-130)
EN 60204-11 : NF EN 60204-11 (indice de classement : C 79-133)
EN 60529 : NF EN 60529 (indice de classement : C 20-010)
EN 60947-5-1 : NF EN 60947-1 (indice de classement : C 63-146)
EN 61310-1 : NF EN 61310-1 (indice de classement : C 74-141)
EN 61496-1 : NF EN 61496-1 (indice de classement : C 79-151)
prEN 61241-1-1 : NF EN 61241-1-1 (indice de classement : C 23-241-1-1)

Les autres normes mentionnées à l'article «Références normatives» qui n'ont pas de correspondance dans la
collection des normes françaises sont les suivantes (elles peuvent être obtenues auprès d'AFNOR) :
ISO 2148
ISO 6184-1
NORME EUROPÉENNE EN 620
EUROPÄISCHE NORM
EUROPEAN STANDARD Avril 2002

ICS : 53.040.10

Version française

Équipements et systèmes de manutention continue —


Prescriptions de sécurité et de CEM pour les transporteurs à courroie fixes
pour produits en vrac

Stetigförderer und Systeme — Continuous handling equipment and systems —


Sicherheits- und EMW- Anforderungen Safety and EMC requirements
für ortsfeste Gurtförderer für Schüttgutt for fixed belt conveyors for bulk materials

La présente norme européenne a été adoptée par le CEN le 16 novembre 2001.

Les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC qui définit les
conditions dans lesquelles doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la norme
européenne.

Les listes mises à jour et les références bibliographiques relatives à ces normes nationales peuvent être obtenues
auprès du Secrétariat Central ou auprès des membres du CEN.

La présente norme européenne existe en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une version faite
dans une autre langue par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue nationale, et
notifiée au Secrétariat Central, a le même statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne, Autriche,
Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Malte, Norvège,
Pays-Bas, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse.

CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION

Europäisches Komitee für Normung


European Committee for Standardization

Secrétariat Central : rue de Stassart 36, B-1050 Bruxelles

© CEN 2002 Tous droits d’exploitation sous quelque forme et de quelque manière que ce soit réservés dans le monde
entier aux membres nationaux du CEN.
Réf. n° EN 620:2002 F
Page 2
EN 620:2002

Sommaire
Page

Avant-propos ...................................................................................................................................................... 3

Introduction ........................................................................................................................................................ 4

1 Domaine d'application ...................................................................................................................... 4

2 Références normatives .................................................................................................................... 5

3 Termes et définitions ........................................................................................................................ 7

4 Liste des phénomènes dangereux ................................................................................................ 11

5 Prescriptions de sécurité et de CEM et/ou mesures ................................................................... 14

6 Vérification des prescriptions de sécurité et de CEM et/ou mesures ........................................ 40

7 Informations pour l'utilisation ....................................................................................................... 42

Annexe A (normative) Risque d'incendie ou d'explosion ............................................................................. 46


Annexe ZA (informative) Articles de la présente Norme européenne
concernant les exigences essentielles d’hygiène et de sécurité de la Directive UE
«Machines» 98/37/CE .................................................................................................................. 48
Annexe ZB (informative) Articles de la présente Norme européenne
concernant les exigences principales de protection de la Directive UE
«Compatibilité électromagnétique» 89/336/CEE ....................................................................... 50
Bibliographie .................................................................................................................................................... 51
Page 3
EN 620:2002

Avant-propos

Le présent document (EN 620:2002) a été préparé par le CEN/TC 148 «Équipements et systèmes de manutention
continue — Sécurité», dont le secrétariat est tenu par AFNOR.
Le présent document doit être mis en application au niveau national, soit par publication d'un texte identique, soit
par entérinement, au plus tard en octobre 2002 et les normes nationales en contradiction devront être retirées au
plus tard en octobre 2002.
Le présent document a été établi dans le cadre d'un mandat donné au CEN par la Commission Européenne
et l'Association Européenne de Libre Échange, et vient à l'appui des exigences essentielles de la (des)
Directive(s) UE.
Pour la relation avec la (les) Directive(s) UE, voir les annexes ZA et ZB informatives, qui font partie intégrante du
présent document.
Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les instituts de normalisation nationaux des pays suivants sont
tenus de mettre le présent document en application : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Fin-
lande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Portugal, République Tchè-
que, Royaume-Uni, Suède et Suisse.
Le présent document s’insère dans une série de cinq projets de normes, dont le titre des quatre autres normes
est cité ci-après :
— EN 617, Équipements et systèmes de manutention continue — Prescriptions de sécurité et de CEM pour les
équipements pour le stockage des produits en vrac en silos, soutes, trémies et réservoirs.
— EN 618, Équipements et systèmes de manutention continue — Prescriptions de sécurité et de CEM pour les
équipements pour la manutention mécanique des produits en vrac, à l’exception des transporteurs fixes à
courroie.
— prEN 619, Équipements et systèmes de manutention continue — Prescriptions de sécurité et de CEM pour les
équipements pour la manutention mécanique des charges isolées.
— EN 620, Équipements et systèmes de manutention continue — Prescriptions de sécurité et de CEM pour les
transporteurs à courroies fixes pour les produits en vrac.
— EN 741, Équipements et systèmes de manutention continue — Prescriptions de sécurité pour les systèmes et
leurs composants pour la manutention pneumatique des produits en vrac.
Dans la présente norme, l’annexe A est normative, les annexes ZA et ZB sont informatives.
Page 4
EN 620:2002

Introduction
La présente Norme européenne est une norme de type C comme défini dans l’EN 1070:1998.
Les produits concernés et l’étendue des phénomènes dangereux couverts sont indiqués dans le domaine d’appli-
cation de la présente norme.
La présente norme a été élaborée sur les hypothèses suivantes :
— des négociations ont lieu entre le constructeur et l’acheteur en ce qui concerne les conditions particulières et
les emplacements d’utilisation des machines eu égard à l’hygiène et à la sécurité ;
— seules les personnes correctement formées utiliseront ces machines ;
— les machines seront maintenues en bon état de marche et de réparation conformément aux instructions du
constructeur, afin de conserver les caractéristiques spécifiées d’hygiène et de sécurité pendant toute leur
durée de vie ;
— leur site d’installation est éclairé de façon satisfaisante ;
— leur site d’installation assure une utilisation en toute sécurité des machines ;
— la conception des éléments porteurs garantit un fonctionnement en toute sécurité du système et de ses
composants pour un chargement compris entre zéro et 100 % des capacités nominales et durant les essais ;
— toutes les pièces des machines sans exigences spécifiques sont :
a) constituées de matériaux de résistance, de durabilité et de qualité appropriées aux conditions normales
d’utilisation ;
b) de construction mécanique solide ;
c) conçues conformément aux pratiques et aux codes techniques habituels, tenant compte de tous les modes
de défaillance et intégrant des facteurs de sécurité appropriés.
Les normes EN 617, EN 618 et EN 741 doivent être prises en considération pour un système (une machine)
complet(ète) de manutention continue.

1 Domaine d'application
1.1 La présente Norme européenne traite des prescriptions techniques relatives à la minimisation des risques
dus aux phénomènes dangereux énumérés à l’article 4, susceptibles d’apparaître au cours du fonctionnement et
de la maintenance des transporteurs et systèmes à courroie fixes définis dans les paragraphes 3.1 à 3.2.4, et
conçus pour la manutention continue de produits en vrac du (des) point(s) de chargement jusqu'au(x) point(s) de
déchargement. Les prescriptions relatives à la compatibilité électromagnétique sont également traitées.

1.2 La présente norme s’applique à une utilisation à des températures ambiantes comprises entre – 15 °C
et + 40 °C.

1.3 La présente norme ne couvre pas :


a) l’utilisation dans les mines de lignite à ciel ouvert, ni l’utilisation dans des sites souterrains tels que des mines
ou des tunnels ;
b) l’utilisation dans des zones publiques ou pour le transport des personnes ;
c) le matériel flottant, le matériel de dragage ou le matériel monté sur un bateau ;
d) les transporteurs requérant un niveau élevé de propreté pour des raisons d’hygiène, par exemple en contact
direct avec des produits alimentaires ou pharmaceutiques ;
e) les transporteurs utilisant une courroie mobile et dont le tapis a une surface autre qu’une surface continue
caoutchoutée ou polymère ;
f) le transport du transporteur lui-même ;
g) la conception de la structure d’appui qui ne fait pas partie du transporteur (voir 3.2) ;
h) les effets du vent ;
Page 5
EN 620:2002

i) les risques dus à la manutention de produits dangereux spécifiques (par exemple explosifs, matériau
irradiant) ;
j) les risques résultant du contact ou de l’inhalation de fluides, gaz, brouillards, fumées ou poussières nocifs ;
k) les risques biologiques et microbiologiques (virus ou bactéries) ;
l) les risques dus à la chaleur rayonnée par les produits manutentionnés ;
m) risques dus à un fonctionnement dans des champs électromagnétiques ne relevant pas du domaine d’appli-
cation de l’EN 61000-6-2:1999 ;
n) risques dus à un fonctionnement soumis à des réglementations particulières (par exemple atmosphères
explosives) ;
o) les risques dus au bruit ;
p) les risques dus à l’utilisation de sources de rayonnements ionisants ;
q) les risques dus aux équipements hydrauliques.
Les prescriptions de sécurité de la présente norme s’appliquent aux équipements et systèmes mis sur le marché
après sa date de publication.
NOTE La Directive 94/9/CE relative aux appareils et systèmes de protection destinés à être utilisés en atmosphères
explosibles peut s'appliquer au type de machine ou équipement couverts par cette norme européenne. La présente
norme n'est pas destinée à fournir un moyen de satisfaire aux exigences essentielles de Santé et de Sécurité de la
Directive 94/9/CE.

2 Références normatives
Cette Norme européenne comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces
références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées
ci-après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publi-
cations ne s'appliquent à cette Norme européenne que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision.
Pour les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique (y
compris les amendements).

EN 292-1:1991, Sécurité des machines — Notions fondamentales, principes généraux de conception —


Partie 1 : Terminologie de base, méthodologie.

EN 292-2:1991/Amd:1995, Sécurité des machines — Notions fondamentales, principes généraux de conception


— Partie 2 : Principes et spécifications techniques.

EN 294:1992, Sécurité des machines — Distances de sécurité pour empêcher l'atteinte des zones dangereuses
par les membres supérieurs.

EN 349:1993, Sécurité des machines — Écartements minimaux pour prévenir les risques d'écrasement des
parties du corps humain.

EN 418:1992, Sécurité des machines — Équipements d'arrêt d'urgence, aspects fonctionnels — Principes de
conception.

EN 457:1992, Sécurité des machines — Signaux auditifs de danger — Exigences générales, conception et essais.
(ISO 7731:1986, modifié).

EN 563:1994, Sécurité des machines — Températures des surfaces tangibles — Données ergonomiques pour la
fixation de températures limites des surfaces chaudes.

EN 574:1996, Sécurité des machines — Dispositifs de commande bi-manuelle — Aspects fonctionnels —


Principes de conception.

EN 614-1:1995, Sécurité des machines — Principes ergonomiques de conception — Partie 1 : Terminologie et


principes généraux.
Page 6
EN 620:2002

EN 617:2001, Équipements et systèmes de manutention continue — Prescriptions de sécurité et de CEM pour


les équipements pour le stockage des produits en vrac en silos, soutes, trémies et réservoirs.

EN 618:2002, Équipements et systèmes de manutention continue — Prescriptions de sécurité et de CEM pour


les équipements pour la manutention mécanique des produits en vrac, à l’exception des transporteurs fixes à
courroie.

prEN 619:1992, Équipements et systèmes de manutention continue — Prescriptions de sécurité et de CEM pour
les équipements pour la manutention mécanique des charges isolées.

EN 741:2000, Équipements et systèmes de manutention continue — Prescriptions de sécurité pour les systèmes
et leurs composants pour la manutention pneumatique des produits en vrac.

EN 811:1996, Sécurité des machines — Distances de sécurité pour empêcher l'atteinte des zones dangereuses
par les membres inférieurs.

EN 842:1996, Sécurité des machines — Signaux visuels de danger — Exigences générales, conception et essais.

EN 953:1997, Sécurité des machines — Protecteurs — Exigences générales pour la conception et la construction
des protecteurs fixes et mobiles.

EN 954-1:1996, Sécurité des machines — Parties des systèmes de commande relatives à la sécurité —
Partie 1 : Principes généraux de conception.

EN 1005-1:2001, Sécurité des machines — Performance physique humaine — Partie 1 : Termes et définitions.

prEN 1005-2:1998, Sécurité des machines — Performance physique humaine — Partie 2 : Manutention manuelle
des machines et d’éléments de machines.

EN 1005-3:2002, Sécurité des machines — Performance physique humaine — Partie 3 : Limites de forces recom-
mandées pour l'utilisation de machines.

EN 1037:1995, Sécurité des machines — Prévention de la mise en marche intempestive.

EN 1050:1996, Sécurité des machines — Principes pour l’appréciation du risque.

ENV 1070:1998, Sécurité des machines — Terminologie.

EN 1088:1995, Sécurité des machines — Dispositifs de verrouillage associés à des protecteurs — Principes de
conception et de choix.

EN 1127-1:1997, Atmosphères explosives — Prévention de l'explosion et protection contre l'explosion —


Partie 1 : Notions fondamentales et méthodologie.

EN 1760-2:2001, Sécurité des machines — Dispositifs de protection sensibles a la pression — Partie 2 : Principes
généraux de conception et d'essai des bords et barres sensibles.

EN 12150-1:2000, Verre dans la construction — Verre de silicate sodo-calcique de sécurité trempé thermique-
ment — Partie 1 : Définition et description.

EN ISO 14122-1:2001, Sécurité des machines — Moyens d’accès permanent aux machines et installations indus-
trielles — Partie 1 : Choix d'un moyen d’accès fixe entre deux niveaux.

EN ISO 14122-2:2001, Sécurité des machines — Moyens d’accès permanent aux machines et installations indus-
trielles — Partie 2 : Plates-formes de travail et passerelles.

EN ISO 14122-3:2001, Sécurité des machines — Moyens d’accès permanent aux machines et installations indus-
trielles — Partie 3 : Escaliers, échelles à marches et garde-corps.

prEN ISO 14122-4:1999, Sécurité des machines — Moyens d’accès permanent aux machines et installations
industrielles — Partie 4 : Échelles fixes.
Page 7
EN 620:2002

EN ISO 12543-1:1998, Verre dans le bâtiment — Verre feuilleté et verre feuilleté de sécurité.

EN 13202:2000, Ergonomie des environnements thermiques — Températures des surfaces tangibles chaudes —
Lignes directrices pour la fixation de valeurs limites de températures des surfaces dans les normes de produit a
l'aide de l'EN 563.

EN 50081-1:1992, Compatibilité électromagnétique — Norme générique d’émission — Partie 1 : Résidentiel,


commercial et industrie légère.

EN 61000-6-2:1999, Compatibilité électromagnétique (CEM) — Partie 6-2 : Normes génériques — Immunité pour
les environnements industriels (CEI 61000-6-2:1999).

EN 60204-1:1997, Sécurité des machines — Équipement électrique des machines — Partie 1 : Spécification pour
les exigences générales. (CEI 60204-1:1997).

prEN 60204-11:1998, Sécurité des machines — Équipement électrique des machines — Partie 11 : Prescriptions
pour les équipements HT fonctionnant à des tensions supérieures a 1 000 V c.a. ou 1 500 V c.c. et ne dépassant
pas 36 kV.

EN 60529:1991, Degrés de protection procures par les enveloppes (code IP).

EN 60947-5-1:1998, Appareillage a basse tension — Partie 5-1 : Appareils et éléments de commutation pour
circuits de commande — Appareils électromécaniques pour circuits de commande (CEI 60947-5-1:1997).

EN 61310-1:1995, Sécurité des machines — Indication, marquage et manœuvre — Partie 1 : Exigences pour les
signaux visuels, auditifs et tactiles. (CEI 61310-1:1995).

EN 61496-1:1997, Sécurité des machines — Équipements de protection electro-sensibles — Partie 1 : Prescrip-


tions générales et essais (CEI 61496-1:1997).

ISO 2148:1974, Engins de manutention continue — Nomenclature.

ISO 6184-1:1985, Systèmes de protection contre les explosions — Partie 1 : Détermination des indices d'explo-
sion des poussières combustibles dans l'air.

prEN 61241-1-1:1999, Matériels électriques destinés à être utilisés en présence de poussières combustibles —
Partie 1-1: Matériels électriques protégés par enveloppes et limitation de la température de surface —
Spécification pour les matériels (CEI 61241-1-1:1999).

Rapport CENELEC n° R044-001:1999, Sécurité des machines — Guide et recommandations pour la prévention
contre les dangers dus à l’électricité statique.

3 Termes et définitions
Pour les besoins de la présente Norme européenne, les termes et définitions indiqués dans l’EN 1070 s’appliquent
en plus des définitions suivantes. Une terminologie complémentaire relative aux transporteurs est donnée dans
l’ISO 2148:1974.

3.1
système de transporteurs
ensemble de transporteurs et leurs équipements auxiliaires

3.2
transporteur à courroie
transporteur avec ses composants structuraux, utilisant une courroie mobile à surface continue caoutchoutée ou
polymère pour le transport. La courroie, qui est généralement entraînée par un tambour à une extrémité, passe
sur un tambour libre à l’autre extrémité. La partie supérieure de la courroie peut être soutenue par des rouleaux
libres ou des surfaces planes appropriées. Le transporteur peut être disposé de manière à permettre un déplace-
ment horizontal ou incliné, l’angle d’inclinaison du transporteur étant fonction des caractéristiques des produits
transportés et du type de courroie
Page 8
EN 620:2002

3.2.1
transporteur à courroie en auge
transporteur dont la courroie repose sur des rouleaux intermédiaires horizontaux et sur des rouleaux latéraux incli-
nés qui impriment à la courroie une courbure transversale

3.2.2
transporteur à courroie à bords de contenance
transporteur dont la courroie présente une face porteuse complétée de parois latérales de hauteur limitée

3.2.3
transporteur orientable
transporteur à courroie équipé de roues ou de patins qui lui permettent d’exécuter un mouvement de rotation hori-
zontal

3.2.4
distributeur à courroie
transporteur à courroie de longueur réduite, dont la vitesse est normalement faible, et conçu pour extraire ou régu-
ler le débit d’écoulement des produits en vrac hors des trémies

3.3 Équipement auxiliaire

3.3.1
trémie d’alimentation
dispositif collecteur installé au point de chargement du transporteur destiné à recevoir le produit et alimenter la
courroie

3.3.2
chariot verseur
dispositif constitué en général de deux ou plusieurs tambours, montés soit en position fixe, soit sur un chariot
mobile et destiné à décharger des produits d'un transporteur à courroie à des endroits sélectionnés ou à un endroit
quelconque de la longueur d’un transporteur à courroie

3.3.3
goulotte
dispositif droit ou courbe, ouvert sur le dessus ou complètement fermé, lisse, par lequel les produits descendent
par gravité

3.4 Autres termes et définitions

3.4.1
système de guidage
ridelle fixée sur la trémie d'alimentation ou sur le transporteur pour guider le produit et le contenir sur la courroie

3.4.2
dispositif de tension
dispositif qui sert à rattraper le mou et à appliquer une tension sur la courroie

3.4.3
dispositif de tension par gravité
dispositif de tension (automatique) actionné par une charge verticale

3.4.4
racloir ou racleur
dispositif de nettoyage monté de manière rigide ou flexible destiné à retirer les produits qui adhèrent sur la courroie
ou le tambour
Page 9
EN 620:2002

3.4.5
rouleaux porteurs en auge
jeu de rouleaux qui soutient la courroie et qui la maintient en forme d’auge

3.4.6
rouleaux de transition
jeu de rouleaux qui soutient la courroie sur la distance de transition. La géométrie des rouleaux peut varier sur la
distance de transition pour permettre le passage de la configuration en auge à la configuration plate

3.4.7
rouleau porteur
rouleau qui soutient le brin porteur de la courroie

3.4.8
rouleau inférieur
rouleau qui soutient le brin de retour de la courroie

3.4.9
tambour d’entraînement
tambour qui entraîne la courroie

3.4.10
tambour de contrainte
tambour utilisé pour obtenir l'arc de contact nécessaire (arc d'enroulement) de la courroie sur le tambour
d'entraînement

3.4.11
tambour d'inflexion
tambour utilisé pour modifier la direction de la courroie

3.4.12
tambour de tête
tambour d’extrémité en tête du transporteur

3.4.13
tambour de tension
tambour mobile utilisé dans le dispositif de tension

3.4.14
tambour de queue
tambour d’extrémité en queue du transporteur. Il peut s'agir d'un tambour de tension

3.4.15
protecteur à enceinte fixe
protecteur fixe qui empêche d’accéder à une zone dangereuse, de tous côtés

3.4.16
protecteur fixe assurant le maintien à distance
protecteur fixe qui n’entoure pas entièrement une zone dangereuse, mais qui empêche ou réduit l’accès du fait
de ses dimensions et de sa distance par rapport à la zone dangereuse, par exemple clôture périphérique ou pro-
tecteur en forme de tunnel

3.4.17
protecteur de point d’infléchissement
protecteur fixe placé au niveau d’un point d’infléchissement pour assurer la protection directe de ce point
Page 10
EN 620:2002

3.4.18
point rentrant
point d’infléchissement dangereux côté entraînement, au niveau de la ligne de contact entre la courroie du trans-
porteur et le tambour en mouvement et, dans certains cas, entre la courroie et les rouleaux ou un élément fixe
(voir Figure 1)

Légende
1 Trémie d’alimentation 9 Tambour de queue
2 Rouleau présentant une courbe convexe (position inclinée) 10 Tambour de déchargement du chariot verseur
3 Sens de la course de la courroie 11 Tambour de tension
4 Rouleau de transition 12 Charge de tension par gravité
5 Tambour de tête 13 Tambour d’inflexion
6 Tambour de contrainte 14 Chariot verseur type
7 Racloir 15 Courroie réversible à double sens d’avance
8 Tambour d’entraînement 16 Point rentrant

Figure 1 — Emplacement des points rentrants

3.4.19
section de transition
section d’un transporteur à courroie en auge au niveau de la poulie de tête, de la poulie de queue ou d’une poulie
de décharge intermédiaire où le profil de la courroie change et passe d’une configuration en auge à une configu-
ration plate

3.4.20
distance de transition
longueur du transporteur occupée par la section de transition
Page 11
EN 620:2002

3.4.21
tête de transporteur
extrémité du transporteur correspondant au côté de déchargement du produit manutentionné

3.4.22
queue de transporteur
extrémité du transporteur correspondant au côté de chargement du produit manutentionné

3.4.23
poste de travail
zone prévue par le constructeur dans laquelle les opérateurs travaillent ou font fonctionner des transporteurs dans
des conditions normales (à l’exclusion de l’inspection, de la maintenance et du nettoyage)

3.4.24
zone de circulation
zone prévue par le constructeur à laquelle toute personne peut accéder sans avoir à franchir un protecteur ni à
actionner un dispositif sensible ou à utiliser des moyens complémentaires

4 Liste des phénomènes dangereux


Le présent article décrit tous les phénomènes dangereux et risques significatifs, dans la mesure où ils sont cou-
verts par la présente norme, identifiés par l’analyse de risque comme significatifs pour ce type de machines et qui
nécessitent une action pour éliminer ou réduire le risque encouru. L’article 5 traite de ces phénomènes dangereux
dans le même ordre.
NOTE Les phénomènes dangereux décrits ci-dessous sont généralement combinés, par exemple écrasement, cisaille-
ment et entraînement.

4.1 Risques mécaniques


4.1.1 Généralités
Des risques mécaniques existent lorsque des personnes peuvent être blessées de manière directe, par contact
avec des machines mobiles, ou de manière indirecte en étant coincées par des éléments de machines défectueu-
ses ou par les produits transportés ou déchargés.

4.1.2 Risques d’écrasement et de cisaillement


Les transporteurs fixes, qui peuvent comporter un élément qui se déplace dans un plan vertical ou horizontal, peu-
vent être mus manuellement ou par une source d’énergie.
Les risques d’écrasement et de cisaillement peuvent provenir, par exemple :
— d’éléments mobiles franchissant des obstacles au niveau d’une passerelle ou d’un passage ;
— d’éléments articulés ou mobiles, si le mouvement de la courroie continue après coupure de l’alimentation en
énergie ;
— d’un déplacement au-delà des limites prévues, par exemple mouvement de descente, de levage ou de
déplacement ;
— des dispositifs de tension à contrepoids.
Page 12
EN 620:2002

4.1.3 Risques de coupure ou de cisaillement


Des risques de coupure ou de cisaillement peuvent être engendrés par exemple :
— par des arêtes vives non protégées ;
— par des angles ou des surfaces rugueuses ;
— par les produits transportés ;
— par le bris d’une vitre de la cabine de l’opérateur.

4.1.4 Risques de happement/enroulement, d’entraînement ou d’emprisonnement


Des risques de happement/enroulement, d'entraînement et d'emprisonnement peuvent se produire aux endroits
suivants, par exemple :
— au niveau des points rentrants où la courroie s'enroule autour des tambours (voir Figure 1), tels que :
- tambours d'entraînement et rouleaux de contrainte ;
- tambours de tête et tambours de queue ;
- tambours de tension ;
- tambours de déchargement de chariot-verseur et rouleaux d’inflexion.
— au niveau des points rentrants où la levée de la courroie des rouleaux porteurs ou des rouleaux inférieurs peut
être limitée par des moyens autres que la charge (voir Figure 1), tels que :
- au niveau des courbes convexes ;
- sous les trémies d’alimentation et les ridelles de guidage.
— au niveau des racleurs ou autres dispositifs de nettoyage ;
— autour des éléments de transmission, par exemple engrenages, accouplements, transmissions par courroie ou
par chaîne ;
— entre le produit transporté et des composants fixes du transporteur.

4.1.5 Risques dus à l’éjection d’éléments (de machines ou de produits manutentionnés)


Des risques peuvent être engendrés par l’éjection d’éléments de machines ou des produits transportés, par
exemple :
— éléments de machines situés au-dessus des postes de travail et des zones de circulation ;
— défaillance de la courroie de transport ;
— débordement ou chute des produits transportés ;
— glissement ou chute des produits transportés ;
— suppression d’un bourrage ou d’un blocage des produits transportés.

4.1.6 Risques de glissade, de perte d'équilibre et de chute


Des risques de glissade, de perte d'équilibre et de chute peuvent intervenir par exemple :
— sous le transporteur dans les zones du poste de travail et de circulation ;
— à proximité des extrémités du transporteur et aux endroits où les produits sont déchargés ;
— au niveau des passages, passerelles et autres moyens d’accès ;
— au niveau des postes de commande et des plates-formes de travail.
Page 13
EN 620:2002

4.2 Risques électriques


4.2.1 Équipement électrique
Des risques peuvent résulter d’un contact direct ou indirect avec des parties actives par suite, par exemple :
— d'une isolation endommagée ;
— d’une isolation ou d’une commutation incorrecte ;
— de la pénétration de produits ou d’humidité.

4.2.2 Charges électrostatiques


Des risques peuvent résulter de charges électrostatiques, par exemple :
— charges générées par le mouvement de la courroie.

4.3 Risques thermiques


4.3.1 Risques dus au contact avec des éléments ou des produits à des températures élevées
Des brûlures peuvent être dues au contact avec, par exemple :
— des produits transportés chauds ;
— des éléments de machines à une température élevée.

4.3.2 Risques dus à un environnement de travail chaud ou froid


Des risques peuvent avoir pour origine l’environnement de travail.

4.4 Risques engendrés par les rayonnements électromagnétiques


Des risques peuvent provenir des effets des rayonnements électromagnétiques, par exemple :
— dysfonctionnement des équipements électroniques par suite de rayonnements extérieurs.

4.5 Risques d’incendie ou d’explosion


Des risques d’incendie ou d’explosion peuvent provenir par exemple :
— des produits manutentionnés ;
— de la combustion de la courroie.

4.6 Risques engendrés par le non respect des principes ergonomiques lors de la conception
des machines
4.6.1 Postures dangereuses ou efforts excessifs
Des risques peuvent être engendrés par le non respect des principes ergonomiques, par exemple :
— inadaptation des machines aux caractéristiques et aptitudes humaines ;
— exigence relative à l’accomplissement d’efforts excessifs ;
— prescriptions relatives à l’accomplissement d’efforts importants sur de longues périodes.

4.6.2 Surcharge ou sous-charge mentale


Des risques peuvent être engendrés par des opérateurs affectés par exemple :
— par une surcharge mentale due à des niveaux élevés de concentration nécessaire sur de longues périodes ;
— par une sous-charge mentale due à de longues périodes de séjour dans des endroits éloignés.
Page 14
EN 620:2002

4.7 Risques engendrés par la défaillance de l'alimentation en énergie et d’autres


dysfonctionnements fonctionnels
4.7.1 Risques engendrés par la défaillance de l’alimentation en énergie
Des risques peuvent être engendrés par le mouvement libre du transporteur en avant ou en arrière, après coupure
de l’alimentation en énergie.

4.7.2 Risques dus à la défaillance ou au dysfonctionnement des équipements, organes ou systèmes de


commande relatifs à la sécurité
Des risques peuvent être engendrés par un démarrage ou une surcourse imprévue, par une survitesse, un
sous-régime ou par une séquence démarrage/arrêt non correcte.
Des risques peuvent survenir du fait d’un dysfonctionnement dû à la température, l’infiltration d’eau ou l’humidité.
Des risques peuvent se présenter du fait de la non-adaptation, du dysfonctionnement ou de la défaillance des
organes ou des systèmes de commande relatifs à la sécurité, par exemple en raison de la non-adaptation aux
prescriptions de température ou d’humidité.

4.8 Risques survenant au cours de l’inspection, de la maintenance et du nettoyage


Des risques peuvent survenir au cours de l’inspection et des opérations de maintenance et de nettoyage, par
exemple :
— si l’équipement peut fonctionner alors que les mesures de sécurité ont été supprimées (par exemple
protecteurs) ;
— si l’emplacement des dispositifs de commande et de verrouillage est inapproprié des dispositifs de commande
et de verrouillage ;
— pendant le nettoyage et la maintenance.

5 Prescriptions de sécurité et de CEM et/ou mesures


Pour l’application des normes EN 457:1992, EN 842:1996, EN 953:1997, EN 954-1:1996, paragraphe 5.3, le
constructeur doit procéder à une analyse de risque appropriée, conformément à l’EN 1050:1996 pour les pres-
criptions desquelles un choix doit être fait.
NOTE Cette estimation spécifique du risque fait partie intégrante de l’estimation générale du risque relative aux phéno-
mènes dangereux non couverts par la présente norme de type C.

De plus, les équipements et systèmes doivent être conçus selon les principes de l’EN 292-1:1991 et de
l’EN 292-2:1991 pour les phénomènes dangereux pertinents mais non significatifs qui ne sont pas couverts par la
présente norme.

5.1 Mesures de protection contre les risques mécaniques


5.1.1 Généralités
Les risques mécaniques doivent être prévenus par l’utilisation de protecteurs, ou d’autres moyens spécifiés dans
la présente norme.
Page 15
EN 620:2002

5.1.1.1 Construction des protecteurs


Les protecteurs doivent être conformes à l’EN 953:1997 et peuvent être en tôle perforée ou en tôle non perforée.
S’ils sont en tôle perforée, les distances de sécurité qui empêchent les opérateurs de parvenir aux zones dange-
reuses doivent être conformes à l’EN 294:1992, Tableau 4.
Lorsqu’il est possible de marcher sur les protecteurs, ceux-ci doivent pouvoir résister à une force de 1 500 N uni-
formément répartie sur une surface de 0,2 m × 0,2 m, avec une déformation de toute dimension de référence infé-
rieure à 1 % et en l’absence de tout contact avec tout élément mobile. Le protecteur doit pouvoir être remis en
place à l’issue du chargement.
NOTE Il convient que les protecteurs soient conçus de manière à permettre l’enlèvement des débordements de produits
sans avoir à démonter les protecteurs.

5.1.1.2 Panneaux d’inspection


Les panneaux d’inspection doivent être des protecteurs avec dispositifs de verrouillage conformément au para-
graphe 5.1.1.3, dans les cas suivants :
a) si les panneaux sont destinés à être ouverts plus fréquemment qu’une fois toutes les 8 heures et présentent
un risque mécanique ; ou
b) si les panneaux peuvent être ouverts sans faire appel à un outil et présentent un risque mécanique.
Si un panneau doit être ouvert pendant le fonctionnement afin de repérer une zone dangereuse, un protecteur fixe
complémentaire doit être prévu pour empêcher toute personne d’atteindre les points dangereux, par exemple un
protecteur constitué d’une tôle perforée ou d’un treillis métallique et conforme aux distances de sécurité de
l’EN 294:1992, Tableau 4.
Pour des panneaux d’inspection installés sur des transporteurs totalement fermés ou sur des équipements auxi-
liaires, le type de fixation et le type d’orientation de l’ouverture doivent être conformes aux exigences de
l’EN 953:1997.

5.1.1.3 Protecteurs avec dispositif de verrouillage


Les protecteurs avec dispositif de verrouillage doivent être conformes au paragraphe 3.5 de l’EN 953:1997. Ils
doivent être correctement fixés et doivent utiliser des dispositifs de verrouillage conformément à l’EN 1088:1995,
paragraphe 4.2.1. Les protecteurs avec dispositif de verrouillage doivent être conçus de sorte qu’ils ne présentent
pas un espace suffisant permettant à toute personne d’y pénétrer et d’y être retenue.

5.1.1.4 Protecteurs à enceintes fixes


Les protecteurs à enceintes fixes doivent être conformes au paragraphe 3.2.1 de l’EN 953:1997. Ils doivent être
correctement fixés à l’aide d’éléments de fixation imperdables et ne doivent pouvoir être ouverts ou retirés qu’à
l’aide d’un outil. Si les protecteurs sont démontables, ils doivent pouvoir être démontés et remplacés sans démon-
ter tout autre élément. Les protecteurs doivent être conçus de sorte qu’ils ne puissent rester en position fermée à
moins qu’ils ne soient fixés. Les protecteurs à enceintes fixes doivent être conçus de sorte qu’ils ne présentent
pas un espace suffisant permettant à toute personne d’y pénétrer et d’y être retenue.

5.1.1.4.1 Ouvertures dans les protecteurs à enceintes fixes


Les ouvertures dans les protecteurs à enceintes fixes doivent être conformes au Tableau 3, 4 ou 6 de
l’EN 294:1992. Lorsque, pour des raisons de fonctionnement, l’ouverture requise pour le passage de la courroie
et des produits transportés est supérieure à celle indiquée dans l’EN 294:1992, le protecteur situé à l’ouverture
doit alors se prolonger sur une distance minimale «a», comme indiqué dans le Tableau 1, au-delà de l’axe médian
du tambour (voir Figure 3). Si l’accès aux organes dangereux ne peut être empêché par l’utilisation d’un protecteur
à enceinte fixe, des protecteurs fixes assurant le maintien à distance (voir 5.1.1.5) ou des protecteurs de points
d’infléchissement (voir 5.1.4.2) doivent être prévus.
NOTE Des exemples d’aménagement type pour la protection des tambours sont illustrés aux Figures 4 et 5 pour les tam-
bours de tête, à la Figure 6 pour les tambours de queue et à la Figure 2 pour les dispositifs de tension par gravité.
Page 16
EN 620:2002

Dimensions en millimètres

Légende
1 Distance «a» min. (voir Tableau 1)
2 Sens de course de la courroie
3 NOTE En l’absence de platelage, il convient de prévoir une protection
4 Courroie en auge
5 Longrines du transporteur
6 Niveau de la passerelle
7 Protecteur devant se prolonger afin de protéger le tambour de tension, à moins que ce dernier ne soit protégé de par sa
position
8 Charge de tension sous l’action de la gravité
9 Montant de sécurité
10 Niveau du sol
11 Point rentrant
12 Distance requise afin de satisfaire à l’EN 294:1992

Figure 2 — Protecteurs types pour dispositif de tension par gravité


Page 17
EN 620:2002

Dimensions en millimètres

Légende
1 Distance «a» (voir Tableau 1)
2 Sens de la course de la courroie
3 Point rentrant

Figure 3 — Longueur minimale des protecteurs à enceinte fixe

Tableau 1 — Distance minimale entre le bord du protecteur


à enceinte fixe et l’axe du tambour, du galet ou du rouleau

Diamètre du tambour,
Distance «a»
du galet ou du rouleau

mm mm

200 950
315 950
400 950
500 950
630 1 000
800 1 000
1 000 1 050
1 250 1 100
1 400 1 100
1 600 1 100
(1 800) 1 150
(2 000) 1 150
Page 18
EN 620:2002

Dimensions en millimètres

Légende
1 Distance «a» min (voir Tableau 1)
2 Protecteur supérieur
3 Distance minimale compatible avec le produit manutentionné
4 Sens de la course de la courroie
5 Déchargement du produit
6 Le protecteur inférieur ou le platelage entre les courroies peut être omis si le protecteur à enceinte se prolonge en dessous
de la courroie de retour
7 La protection à enceinte dans cette zone doit satisfaire l’EN 294:1992. Les produits déchargés sont normalement
recueillis par une goulotte de transfert et/ou des rebords de réception pouvant constituer partie du protecteur
8 Point rentrant

Figure 4 — Principe de protection au niveau d'un tambour de tête


au moyen d'un protecteur à enceinte fixe
Page 19
EN 620:2002

Dimensions en millimètres

Légende
1 Distance «a» min (voir Tableau 1)
2 Sens de la course de la courroie
3 Distance de sécurité conforme à l’EN 294:1992
4 Longrines du transporteur
5 Le tambour de contrainte doit être protégé dans tous les cas
6 Distance de sécurité des ouvertures à fentes et barres conformes à l’EN 294:1992
7 Courroie en auge

Figure 5 — Protecteurs types pour tambour de tête et jeu de rouleaux de transition adjacent
Page 20
EN 620:2002

Dimensions en millimètres

Légende
1 Le protecteur doit se prolonger sur au moins 300 mm dans le sens de la course
2 Platelage du transporteur
3 Sens de la course de la courroie
4 Ridelle de guidage
5 Goulotte d’alimentation
6 Le protecteur doit se prolonger sur au moins 1 000 mm par rapport au rouleau de transition, à la ridelle de guidage et à
la goulotte d’alimentation dans la direction du tambour de queue
7 Espace d’élimination des débordements conforme à l’EN 294:1992
8 Niveau du sol
9 Prolongement du protecteur sous le transporteur afin de protéger le tambour de queue et le tambour de contrainte
10 Distance de rétraction conforme à l’EN 294:1992
11 Point rentrant
12 Distance «a» min (voir Tableau 1)
13 Espace d'élimination des débordements

Figure 6 — Protecteurs types au niveau d’un tambour de queue

5.1.1.5 Protecteurs fixes assurant le maintien à distance


Les protecteurs fixes assurant le maintien à distance doivent être conformes au paragraphe 3.2.2 de
l’EN 953:1997. Ils doivent être correctement fixés à l’aide d’éléments de fixation imperdables et ne doivent pouvoir
être ouverts ou retirés qu’à l’aide d’un outil. La distance de sécurité garantie par les protecteurs fixes assurant le
maintien à distance doit être conforme à l’EN 294:1992, Tableau 2.
Page 21
EN 620:2002

5.1.2 Mesures de protection contre les risques d’écrasement et de cisaillement

5.1.2.1 Généralités
Des protecteurs à enceintes fixes, des protecteurs fixes assurant le maintien à distance ou des protecteurs avec
dispositif de verrouillage doivent être prévus pour protéger les opérateurs contre les risques d’écrasement et de
cisaillement. Les distances de sécurité appropriées doivent être conformes au Tableau 1 de l’EN 349:1993 ou au
Tableau 2, 3, 4 ou 6 de l’EN 294:1992.

5.1.2.2 Mécanismes de relevage, d'orientation et de translation


Les mécanismes de relevage, d’orientation et de translation doivent comporter un (des) dispositif(s) de sécurité
permettant d'immobiliser et de maintenir une partie articulée ou mobile dans la position requise, lorsque la force
motrice, y compris manuelle, est interrompue. Les dispositifs de protection doivent également être prévus pour
prévenir tout retour d’une manivelle actionnée manuellement.
Le dispositif permettant d’abaisser et de relever la partie mobile doit être placé de telle sorte que l’opérateur n’ait
pas besoin de se trouver sous la partie mobile pour effectuer l’opération de descente ou de relevage.
La course doit être limitée par des dispositifs de protection, par exemple des interrupteurs de fin de course
conformément au paragraphe 5.7.2.2, ou des butées mécaniques.

5.1.2.3 Dispositifs de tension


Au niveau des dispositifs de tension par gravité, du contrepoids et de tout autre équipement se déplaçant pour
tendre la courroie du transporteur, il est nécessaire de prévoir des protecteurs à enceintes fixes ou des protecteurs
fixes assurant le maintien à distance dans les zones de travail et de circulation. La Figure 2 constitue un exemple
de protection au niveau d'un dispositif de tension par gravité.
Si l’espace situé directement sous le contrepoids d’un dispositif de tension par gravité n’est pas protégé par des
protecteurs à enceintes fixes ou par des protecteurs fixes assurant le maintien à distance, le contrepoids doit alors
être muni d’un (de) dispositif(s) de protection, par exemple freins, dispositifs de verrouillage mécaniques, pour
maîtriser la descente du poids en cas de rupture de la courroie, du câble de suspension, de la chaîne, etc. Une
hauteur de sécurité de 2,5 m minimum au-dessus de cette zone de circulation doit être prévue.
NOTE La disposition d’une telle hauteur de sécurité doit être traitée lors des négociations avec l’acheteur. Voir
«Avant-propos».

Les dispositifs de tension dont le réglage est manuel doivent être conçus de manière à être réglés à l’extérieur
des protecteurs. Lorsque les protecteurs doivent être enlevés pour effectuer les réglages, des dispositifs de ver-
rouillage doivent être prévus. La Figure 6 donne un exemple de protection au niveau d’un dispositif de tension
réglé manuellement.
Si des dispositifs de tension horizontaux sont conçus pour fonctionner automatiquement, il est alors nécessaire
de prévoir des protecteurs fixes assurant le maintien à distance, qui empêchent d'atteindre les points dangereux
sur toute la longueur de la course.

5.1.2.4 Chariots-verseurs mobiles, transporteurs orientables


Pour assurer la protection des personnes contre les risques d'écrasement et de cisaillement dans les zones de
travail et de circulation, il est nécessaire de prévoir un espace libre minimal, en conformité avec la norme
EN 349:1993, entre un chariot-verseur mobile ou un transporteur orientable et un objet fixe quelconque. Lorsque
aucun espace libre minimal conforme à l’EN 349:1993 n'est prévu, la protection doit être assurée par des protec-
teurs fixes.
Dans les zones de travail et de circulation où l'accès aux rouleaux ou aux galets n'est pas empêché par des pro-
tecteurs fixes, chaque rouleau doit être protégé par des dispositifs de dégagement ou des dispositifs sensibles,
conformément à l’EN 1760-2:2001 ou à l’EN 61496-1:1997, placés à l'avant et à l'arrière de l'équipement mobile
et permettant de stopper tout mouvement dangereux.
Dans les zones de travail et de circulation, lorsque l'espace libre entre les parties mobiles des équipements et les
obstacles fixes est inférieur à 0,5 m, les personnes doivent être protégées par des protecteurs fixes ou par des
dispositifs sensibles, conformément à l’EN 1760-2:2001 ou à l’EN 61496-1:1997, permettant de stopper tout mou-
vement dangereux.
Page 22
EN 620:2002

5.1.2.5 Équipements mobiles à trajectoire fixe


Les équipements mobiles, tels que goulottes de chargement, distributeurs, etc., qu'ils soient à fonctionnement
automatique ou manuel, doivent être munis d'un (de) dispositif(s) de protection permettant de les stopper et de
les maintenir dans la position requise, lorsque la force motrice, y compris manuelle, est interrompue. Des dispo-
sitifs de protection conformes au paragraphe 5.7.2.2 doivent également être prévus pour limiter la course de ces
équipements, tels que des amortisseurs, des verrous ou des interrupteurs de fin de course.

5.1.2.6 Postes de commande


Lorsque l’opérateur n’est pas protégé au poste de commande contre le risque de blessure, les mouvements du
transporteur ou des autres parties mobiles de l’équipement doivent alors être commandés par une (des)
commande(s) bimanuelle(s), (appartenant à la catégorie II de l’EN 574:1996), installée(s) au poste de commande.
Ce dernier doit être situé à au moins 0,5 m du risque d’écrasement et de cisaillement.

5.1.3 Mesures de protection contre les risques de coupure ou de cisaillement


Le vitrage de la cabine de commande, lorsqu’elle existe, doit être réalisé en verre de sécurité trempé ou feuilleté
conformément au EN 12150:2000 ou au EN ISO 12543-1:1998 respectivement, ou en tout autre matériau assu-
rant une visibilité et une sécurité équivalentes. Le vitrage doit être conçu de manière à pouvoir être facilement
remplacé de l’intérieur de la cabine.
Il ne doit pas y avoir d’arêtes ou d’angles vifs ni de surfaces rugueuses non protégés dans les zones de travail et
de circulation, en dessous d’une hauteur de 2,5 m.
Des protections ou des notices d’avertissement doivent être prévues dans les zones de travail et de circulation
lorsque le produit transporté peut entraîner des blessures.

5.1.4 Mesures de protection contre les risques de happement/enroulement, d’entraînement et


d’emprisonnement

5.1.4.1 Généralités
Des protecteurs à enceintes fixes, des protecteurs fixes assurant le maintien à distance, des protecteurs avec dis-
positif de verrouillage ou des protecteurs de points d’infléchissement, doivent être prévus pour protéger les opé-
rateurs contre les risques de happement/enroulement, d’entraînement et d’emprisonnement. Tous les points de
lubrification et de réglage utilisés à une fréquence supérieure à une fois par mois, doivent être accessibles sans
qu’il soit nécessaire de démonter les protecteurs.

5.1.4.2 Protecteurs de points d’infléchissement


Un protecteur de point d’infléchissement doit suivre le profil de la courroie à l’approche du point rentrant. Il doit
protéger les deux bords de la courroie jusqu’à une profondeur minimale de 150 mm. Le jeu entre le protecteur de
point d’infléchissement et la face du tambour, et entre la partie latérale du protecteur et les surfaces transversales
du tambour ne doit pas dépasser 5 mm. Le jeu maximal de 5 mm doit être conçu de manière à rester automati-
quement constant, y compris sur des tambours réglables. Le protecteur de point d’infléchissement doit se prolon-
ger sur une distance minimale de 600 mm au-delà de l’axe du tambour (voir Figures 7 et 8).
Il n’est pas nécessaire de démonter les protecteurs de points d’infléchissement, qui doivent permettre de procéder
à un contrôle visuel lors du fonctionnement, lors des travaux de réparation et d’entretien. Ils doivent être correc-
tement fixés à l’aide d’éléments de fixation imperdables et ne doivent pouvoir être ouverts ou retirés qu’à l’aide
d’un outil. Lorsque les protecteurs de points d’infléchissement (voir Figure 9) n’assurent pas une protection adé-
quate comme spécifié ci-dessus, ils doivent être installés uniquement conjointement à des protecteurs à enceintes
fixes (voir 5.1.1.4) ou à des protecteurs fixes assurant le maintien à distance (voir 5.1.1.5).
NOTE 1 Lorsqu’une courroie de transporteur est conçue pour fonctionner dans les deux sens, elle dispose de deux points
rentrants au niveau de chaque tambour.
NOTE 2 Il convient de ne pas utiliser un protecteur de point d’infléchissement en lieu et place d’un protecteur à enceinte
fixe, (voir également 5.1.1.4).
NOTE 3 Des exemples d’aménagements types pour protecteurs de points d’infléchissement au niveau des tambours de
tête et de queue sont illustrés aux figures 7 et 8. Une protection supplémentaire peut être nécessaire pour protéger le point
rentrant au niveau du jeu de rouleaux supérieur le plus proche, comme indiqué à la Figure 1.
Page 23
EN 620:2002

Dimensions en millimètres

Légende
1 Sens de la course de la courroie
2 Protection de point d'infléchissement
3 Tambour de tête
4 Plaque latérale du tambour de tête (deux côtés)
a)

Légende
1 Transition de la courroie
2 Protection de point d'infléchissement
3 Sens de la course de la courroie
b)

Figure 7 — Protecteurs types de points d'infléchissement côté tambour de tête (à suivre)


Page 24
EN 620:2002

Légende
1 Protection de point d'infléchissement
2 Tambour de tête
3 Sens de la course de la courroie
4 Plaque latérale du tambour de tête
5 Transition de courroie
c)

Figure 7 — Protecteurs types de points d'infléchissement côté tambour de tête (fin)


Page 25
EN 620:2002

Dimensions en millimètres

Légende
1 Sens de la course de la courroie
2 Tambour
3 Protecteur
4 Ce bord du protège-courroie doit s’adapter au point rentrant de la courroie et du tambour, espace maximal 5 mm
5 Légère rotation de bas en haut de l’extrémité de la plaque afin d’obtenir une résistance supplémentaire
6 Protège-courroie fixé aux protecteurs latéraux existants du tambour
7 Le protège-courroie peut être prolongé afin de s’adapter à l’angle de la racle
8 Courroie inférieure
a)

Figure 8 — Protecteurs types de points d’infléchissement côté queue (à suivre)


Page 26
EN 620:2002

Légende
1 Courroie
2 Extrémité en forme d’auge
3 Extrémité plane
4 Inclinaison des plaques supérieure et inférieure permettant de s’adapter au chemin de roulement de la courroie
5 Plate de protection
b)

Figure 8 — Protecteurs types de points d’infléchissement côté queue (fin)


Page 27
EN 620:2002

Dimensions en millimètres

a) Profilé en acier laminé

Légende
1 Direction de la course de la courroie
b) Tôle

Figure 9 — Protecteurs de points d'infléchissement pour tambour

5.1.4.3 Protections au niveau des rouleaux de transition en auge


Des protections doivent être prévues, au niveau des zones de travail et de circulation, pour les rouleaux en auge,
au niveau d'une section de transition, sous forme de protecteurs à enceintes fixes (5.1.1.4) ou de protecteurs fixes
assurant le maintien à distance (voir 5.1.1.5).
NOTE 1 Le bord de la courroie est habituellement dévié aux extrémités des rouleaux inclinés d'un jeu de rouleaux de
transition, notamment sur le rouleau au début d'une section de transition. Ceci entraîne l'application d'une force, la résul-
tante de la tension de la courroie, entre la courroie et le rouleau.
NOTE 2 La Figure 5 illustre un exemple de protecteurs fixes assurant le maintien à distance sur une section de transition.

5.1.4.3.1 Rouleaux porteurs


Dans les zones de travail et de circulation, les rouleaux porteurs doivent être protégés à moins que :
— le point rentrant des rouleaux porteurs soit à une distance de sécurité conforme à l'EN 294:1992 ;
ou
— il n'existe aucun risque de blessure du fait que la courroie peut glisser (quitter les rouleaux) pour assurer un
espace d'au moins 50 mm au niveau du point rentrant sans happement ni écrasement.
Les protections doivent se présenter sous forme d’enceintes fixes (voir 5.1.1.4) ou de protecteurs fixes assurant
le maintien à distance (voir 5.1.1.5). Les protecteurs à enceintes fixes doivent se prolonger, côté sortie, sur une
longueur d’au moins 300 mm au-delà du point rentrant.
Lorsque les rouleaux porteurs sont au-dessus des zones de travail et de circulation, les exigences de 5.1.5.1
et 5.1.6.2 doivent être appliquées.
Page 28
EN 620:2002

5.1.4.3.2 Rouleaux inférieurs


Dans les zones de travail et de circulation, les rouleaux inférieurs doivent être protégés à moins que :
— le point rentrant des rouleaux inférieurs soit à une distance de sécurité conforme à l'EN 294:1992 ;
ou
— il n'existe aucun risque de blessure du fait que la courroie peut glisser (quitter les rouleaux) pour assurer un
espace d'au moins 50 mm au niveau du point rentrant sans happement ni écrasement ;
ou
— la courroie inférieure soit à une hauteur inférieure à 0,70 m du sol de la zone de travail et de circulation et les
protecteurs fixes ayant les dimensions indiquées à la Figure 10 soient installés.
Les protections doivent se présenter sous forme d’enceintes fixes (voir 5.1.1.4), de protecteurs fixes assurant le
maintien à distance (voir 5.1.1.5) ou de protecteurs de points d’infléchissement (voir 5.1.4.2). Les protecteurs à
enceintes fixes doivent se prolonger, côté sortie, sur une longueur d’au moins 300 mm au-delà du point rentrant.
Les protecteurs de points d’infléchissement au niveau des rouleaux inférieurs doivent se prolonger sur toute la
largeur de la courroie et sur une longueur minimale de 150 mm au-delà du point rentrant. Ils doivent être parallèles
à la courroie et suivre la génératrice du rouleau à l'approche du point rentrant, avec un espace libre maximal égal
à 5 mm (voir Figure 11).
Lorsque les rouleaux inférieurs sont au-dessus des zones de travail et de circulation, les prescriptions de 5.1.5.1
et 5.1.6.2 doivent être appliquées.

Dimensions en millimètres

Légende
1 Élément de structure du transporteur
2 Sens de la course de la courroie
3 Hauteur de la courroie inférieure
4 Protecteur fixe
5 Niveau du sol

Figure 10 — Protecteur pour rouleau inférieur


Page 29
EN 620:2002

Dimensions en millimètres

Légende
1 Direction de la course de la courroie

Figure 11 — Protecteurs de points d'infléchissement pour rouleau inférieur

5.1.4.3.3 Courbes convexes


Des protections doivent être prévues pour les rouleaux porteurs et les rouleaux inférieurs dans les zones de travail
et de circulation présentant des courbes convexes, lorsque l’angle de déviation de la courroie dépasse 3° au
niveau des rouleaux.
Les protections doivent se présenter sous forme d’enceintes fixes (voir 5.1.1.4), de protecteurs fixes assurant le
maintien à distance (voir 5.1.1.5) ou de protecteurs de points d’infléchissement (voir 5.1.4.2) pour les rouleaux
inférieurs. Les protecteurs à enceintes fixes doivent se prolonger, côté sortie, sur une longueur d’au
moins 300 mm au-delà du point rentrant.
La Figure 12 illustre des exemples d'aménagements types de protecteurs fixes au niveau d'une courbe sur le
transporteur.

Dimensions en millimètres

Légende
1 Distance «a» min (voir Tableau 1)
2 Direction de la course de la courroie

Figure 12 — Protecteurs types au niveau d'une courbe sur un transporteur


Page 30
EN 620:2002

5.1.4.4 Protecteurs à enceintes fixes pour jeux de rouleaux sous des trémies d'alimentation, des ridelles
de guidage et des parties fixes
Dans les zones de travail et de circulation, lorsque l'espace libre entre la trémie d'alimentation, la ridelle de gui-
dage ou les parties fixes et la courroie est inférieur à 50 mm, il est nécessaire de prévoir des protecteurs à encein-
tes fixes conformes au paragraphe 5.1.1.4. Le protecteur côté entrée du point rentrant doit se prolonger sur une
distance minimale «a», spécifiée dans le Tableau 1 (voir Figure 3). Il doit également se prolonger côté sortie sur
une longueur d’au moins 0,3 m au-delà du point rentrant.

5.1.4.5 Dispositifs de nettoyage des courroies et autres équipements auxiliaires


Des protections doivent être prévues au niveau des zones de travail et de circulation pour les dispositifs de net-
toyage des courroies et autres dispositifs auxiliaires. Ces protections doivent se présenter sous la forme d’encein-
tes fixes (voir 5.1.1.4) ou de protecteurs fixes assurant le maintien à distance (voir 5.1.1.5).
Lors de la conception de l’équipement, on doit tenir compte des possibilités de glissement de la courroie, notam-
ment en raison de la formation de glace sur le tambour. Des méthodes pour y remédier, par exemple tambours
recouverts de caoutchouc, pulvérisation de liquide antigel ou une procédure d’intervention en toute sécurité pour
éliminer la glace, doivent être envisagées lors de la conception de l’équipement.

5.1.4.6 Équipements de transmission


Dans les zones de travail et de circulation, il est nécessaire d'assurer la sécurité contre les risques au niveau des
galets, rouleaux, courroies de transmission, tambours, engrenages, arbres de transmission, accouplements,
roues dentées, chaînes et pignons à chaîne ainsi qu’au niveau de tous les autres éléments de transmission de
puissance, par des protecteurs à enceintes fixes (voir 5.1.1.4) ou des protecteurs fixes de maintien à distance
(voir 5.1.1.5). Les distances de sécurité doivent être conformes au Tableau 2, 3, 4 ou 6 de l’EN 294:1992 et au
Tableau 4 de l’EN 811:1996.

5.1.5 Mesures de protection contre l’éjection d’éléments (de machines ou de produits manutentionnés)

5.1.5.1 Éléments de machines


Les caillebotis et les planchers, situés au-dessus des zones de travail et de circulation, doivent être installés de
manière à ne pas s'effondrer, même en cas de desserrage de leurs systèmes de fixation.
Les rouleaux inférieurs situés au-dessus des zones de travail ou de circulation doivent être munis d'un dispositif
de retenue (exemple : auge de récupération) pour éviter les chutes d’objets.
Lorsqu’un transporteur passe au-dessus des zones de travail ou de circulation, une protection doit être prévue
contre la chute de la courroie en cas de rupture de celle-ci, par exemple une plaque de protection, un grillage.

5.1.5.2 Produits manutentionnés


La totalité du trajet du transporteur, plus particulièrement les points de chargement, de déchargement et de trans-
fert, doivent être conçus de manière à réduire le risque de débordement des produits.
Afin de minimiser les problèmes dus à un débordement, une attention toute particulière doit être accordée aux
tambours de tête et de queue, plus particulièrement ces derniers, lorsque peuvent surgir des problèmes en raison
du transport intempestif de produits du côté retour de la courroie du transporteur.
Lorsqu’un transporteur passe au-dessus de zones de travail ou de circulation, il est nécessaire de prévoir une
protection appropriée contre la chute des produits transportés ou de débris, en fonction du type de produits manu-
tentionnés, par exemple une plaque de protection, un grillage, des dispositifs permettant de détecter une accu-
mulation ou une surcharge (voir 5.7.2.11).
Page 31
EN 620:2002

L’installation doit être conçue de manière à pouvoir être facilement nettoyée. Si des produits sont susceptibles
d'adhérer à la courroie, un dispositif doit être prévu pour empêcher la pénétration de produits au niveau du ou des
points rentrant(s). Ces dispositifs doivent être conçus de manière à éviter tout danger de chute de produits dans
les zones de travail ou de circulation, par exemple goulottes de récupération, bacs etc.
Les équipements de manutention doivent être conçus de manière à éviter que les produits transportés ne glissent
vers l'arrière ou ne tombent, compte tenu de l’usage prévu.
Lorsque l’équipement doit fonctionner dans des conditions de froid et d’humidité, il doit être conçu de manière à
transporter des volumes importants de produits en vrac, du fait des conditions ambiantes, sans présenter de ris-
que (par exemple par le choix de la surface de la courroie, de l’inclinaison du transporteur).
Le poste de commande doit être conçu de sorte que l’opérateur ne soit pas en danger. Plus particulièrement, il
doit être situé dans une zone protégée contre toute chute d’objets ou de composants dangereux, ou contre le glis-
sement des produits transportés ou stockés.
La conception doit minimiser la possibilité de bourrage ou de blocage des produits transportés, par exemple légers
changements de direction des goulottes.
Des indicateurs, dispositifs de détection ou détecteurs de surcharge doivent être installés dans les endroits pré-
sentant des risques de bourrage ou de blocage (voir 5.7.2.11 b)).
Une disposition permettant aux opérateurs de libérer les blocages en toute sécurité, par exemple à l’aide d’un pan-
neau d’inspection avec dispositif de verrouillage, doit être prévue.

5.1.6 Mesures de protection contre les risques de glissade, de perte d'équilibre et de chute

5.1.6.1 Passerelles, postes de commande et plates-formes


Un moyen d’accès permanent et sûr conforme à l’EN ISO 14122-1, l’EN ISO 14122-2, l’EN ISO 14122-3 et le
prEN ISO 14122-4 doit être prévu au moins pour accéder aux postes de commande et aux postes de travail ainsi
qu’aux endroits où des opérations de maintenance, inspection, nettoyage et graissage sont prévues et ce, plus
d’une fois par mois.
Si un accès par une passerelle est prévu, (voir article 0, «négociations»), il doit se situer :
a) des deux côtés du transporteur ;
ou
b) sur un côté du transporteur où la largeur de la courroie est :
- inférieure ou égale à 0,8 m, pour un accès aux rouleaux en auge ;
- inférieure ou égale à 1 m, pour un accès aux rouleaux constitués d’une seule partie.

5.1.6.2 Accès sous les transporteurs à hauteur fixe


Lorsqu’une zone de circulation est située sous un transporteur, la hauteur libre sous le transporteur doit être supé-
rieure à 2,0 m. Lorsque la hauteur libre sous les parties mobiles est inférieure à 2,5 m, lesdites parties doivent être
équipées de protecteurs à enceintes fixes (voir 5.1.1.4).
Lorsque des passerelles sont prévues sous le transporteur pour des opérations d’inspection, de nettoyage et de
maintenance, la hauteur libre doit être d’au moins 2,0 m.
Lorsque les zones de circulation sont situées du côté du transporteur, tout accès sous le transporteur doit être
empêché par des mains courantes, des protecteurs fixes assurant le maintien à distance (voir 5.1.1.5) ou des pro-
tecteurs à enceintes fixes (voir 5.1.1.4) en tenant compte de l’EN 294:1992.
Un aménagement type pour protection d’un accès sous un transporteur est illustré à la Figure 13 (ci-après).
Page 32
EN 620:2002

Dimensions en millimètres

Légende
1 Protecteur supérieur
2 Courroie en auge
3 Sens de la course de la courroie
4 Passage sous le transporteur
5 Main courante empêchant l'accès sous le transporteur
6 Niveau du sol

Figure 13 — Accès sous le transporteur — Vue latérale

5.1.6.3 Accès sous les transporteurs à hauteur variable


Des moyens doivent être prévus, par exemple rideaux de chaînes, barres suspendues, pour empêcher l’accès
sous une section à hauteur variable d’un transporteur fonctionnant avec une hauteur libre comprise entre 0,7 m
et 2,5 m.

5.1.6.4 Accès par dessus le transporteur


Lorsqu'on a prévu un accès par dessus le transporteur pour passer d'un côté à l'autre, cet accès doit être assuré
au moyen d’une passerelle spécialement prévue à cet effet, conformément aux paragraphes 4.1 et 4.2 de
l’EN ISO 14122-2:2001. La passerelle doit être équipée de garde-corps et de plinthes, conformément à l’article 7
de l’EN ISO 14122-3:2001. Il doit y avoir un espace libre entre les passerelles, les marches et les parties mobiles
du transporteur afin d'empêcher tout contact avec les parties mobiles dangereuses, conformément à la norme
EN 294:1992, Tableau 2, 3, 4 ou 6, et à la norme EN 811:1996.
Page 33
EN 620:2002

5.1.6.5 Accès au niveau ou à proximité des extrémités du transporteur et des points de déchargement
des produits
Lorsque des zones de travail ou de circulation sont situées au niveau ou à proximité des extrémités du transpor-
teur et/ou aux points de déchargement des produits, il est nécessaire de prévoir des protecteurs à enceintes fixes
(voir 5.1.1.5) conformément à l’EN 953:1997, en intégrant des distances de sécurité comme décrit dans
l’EN 294:1992, Tableau 2, 3, 4 ou 6, afin de prévenir tout contact avec les parties mobiles du transporteur et des
produits déchargés.
Passages
L'ensemble des passerelles, des escaliers, des marches ou des plates-formes prévus doivent garantir un passage
d'au moins 0,5 m.
Les passerelles inclinées munies d’un (de) côté(s) vertical(aux) continu(s) doivent comporter une main courante.
Les surfaces des passerelles et des plate-formes doivent être antidérapantes, par exemple grilles, tôles gaufrées,
tôles à claire-voie.
Lorsque les transporteurs pénètrent dans une fosse ou traversent des planchers, les ouvertures doivent être pro-
tégées par des garde-corps et des plinthes conformément à l’article 7 de l’EN ISO 14122-3:2001. Il doit y avoir un
espace libre conforme à l’EN 294:1992, Tableau 2, 3, 4 ou 6, et à l’EN 811:1996, entre les garde-corps et les plin-
thes et les parties mobiles du transporteur, afin de prévenir tout contact avec les parties mobiles dangereuses.
La zone entre les garde-corps, les plinthes et les parties mobiles du transporteur ne doit pas être en mesure de
contenir des personnes.

5.2 Mesures de protection contre les risques électriques


5.2.1 Équipement électrique
Les opérateurs et les autres personnes doivent être protégés contre les risques liés aux équipements électriques,
tels qu’indiqués au paragraphe 4.2 de la présente norme et au paragraphe 6.1 de l’EN 60204-1:1997.
L’équipement électrique des transporteurs doit être conforme à tous les paragraphes applicables de
l’EN 60204-1:1997 et du prEN 60204-11:1998, ainsi qu’aux prescriptions particulières spécifiées ci-après. Si
l’équipement est destiné à être utilisé dans des conditions d’alimentation électrique ne relevant pas de la norme
EN 60204-1:1997, paragraphe 4.3 ou du prEN 60204-11:1998, article 4, le constructeur doit alors procéder à tou-
tes les modifications de conception nécessaires, prendre toutes les mesures de sécurité requises et/ou stipuler
toutes restrictions de fonctionnement dans le manuel d’utilisation.
NOTE L’équipement électrique inclut les matériaux, accessoires, dispositifs, appareils, fixations, appareillages et autres,
utilisés comme composants ou en relation avec l’installation électrique du transporteur, y compris les moyens de séparation
de l’alimentation en énergie. Il s’agit de l’équipement électronique, des moyens de sectionnement de l’alimentation et de
tous les câblages sur ou en provenance du transporteur jusqu’aux moyens de sectionnement de l’alimentation.

5.2.1.1 Moyens de séparation


Des moyens doivent être prévus pour empêcher les démarrages intempestifs et les chocs électriques, lors des
interventions effectuées sur un transporteur ou son équipement électrique (voir EN 1037:1995 et
EN 60204-1:1997, paragraphes 5.4 et 5.5). Un dispositif de séparation doit être prévu conformément à
l’EN 60204-1:1997, paragraphe 5.3.2 type a), b) c) ou d), et conforme aux prescriptions de l’EN 60204-1:1997,
paragraphe 5.3.3.
Lorsque le transporteur fait partie d’un système qui est subdivisé en plusieurs sections individuelles possédant
chacune sa propre alimentation, chaque section doit pouvoir être isolée de l’alimentation pour permettre l’exécu-
tion des interventions. Lorsque des pièces demeurent actives après une mise hors circuit du dispositif de sépara-
tion (par exemple en raison d’interconnexions entre des sections d’un système de manutention continue), elles
doivent être marquées et/ou identifiées et/ou protégées, selon le cas (voir EN 60204-1:1997, paragraphes 5.3.5
et 6.2).
Page 34
EN 620:2002

5.2.1.2 Environnement
Le fournisseur doit choisir et installer l’équipement approprié à l’environnement de travail prévu.
Les enceintes (armoires, boîtiers, compartiments) pour l’équipement électrique (y compris les dispositifs de
commande) et les moteurs ne doivent pas relever des produits susceptibles de présenter un risque de chute et
doivent garantir une protection appropriée contre l’entrée d’objets et de liquides, (par exemple, lorsque les
enceintes des équipements électriques se trouvent dans des locaux, elles doivent avoir un degré minimal de
protection de IP 22, pour les moteurs IP 23. Lorsqu’elles se situent à l’extérieur et sont soumises à la pénétration
de liquides, elles doivent généralement avoir un degré de protection de IP 54 (voir EN 60529:1991)).
Si l’équipement est destiné à être utilisé dans des conditions ne relevant pas de l’EN 60204-1:1997,
paragraphe 4.4, ou du prEN 60204-11:1998, article 4, par exemple température ambiante, humidité, altitude,
atmosphère corrosive, le concepteur/fournisseur doit procéder à toutes modifications de conception nécessaires
et/ou définir toutes restrictions de fonctionnement dans le manuel d’utilisation.

5.2.1.3 Opérations de câblage


Les opérations de câblage sur des transporteurs ou à partir de ceux-ci jusqu’au point de sectionnement de l’ali-
mentation, y compris les interventions effectuées sur site, doivent satisfaire aux prescriptions de l’EN 60204-1:1997,
articles 13 et 14 et du prEN 60204-11:1998. Cela concerne les techniques de repérage et les méthodes de câblage
utilisées aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des enceintes. Plus particulièrement, lorsque la pratique le permet,
le câblage à l’extérieur des enceintes ne doit pas se situer à proximité de matériaux combustibles ou en un endroit
où il peut subir des détériorations mécaniques (par exemple, il ne doit pas être situé à l’intérieur du châssis ou
de la structure du transporteur, qu’il soit à la verticale ou parallèle à la courroie). Lorsque cela ne peut être évité,
le câblage doit être protégé de manière appropriée, par exemple dans des câbles armés, des canalisations métal-
liques rigides, des canalisations flexibles, des tubes électriques métalliques, des conduits métalliques. L’équi-
pement électrique doit être conçu, marqué et disposé, dans toute la mesure du possible, de manière à prévenir
ou à empêcher la réalisation de connexions incorrectes susceptibles d’entraîner un risque de blessure (par exemple
inversement de la direction du mouvement ou influence sur la fonction d’un dispositif de protection).

5.2.2 Charges d’électricité statique


Les charges d’électricité statique peuvent entraîner des risques, y compris de choc et d’incendie. S’il a été déter-
miné que des personnes peuvent être exposées directement ou indirectement à des risques engendrés par de
telles charges, des mesures de protection appropriées doivent alors être prises (par exemple mise à la terre,
contacts à balais ou élément de décharge pour les éléments mobiles, courroies et tambours de transporteur suf-
fisamment conductrices). Voir le Rapport CENELEC n° R044-001.

5.3 Mesures de protection contre les risques thermiques


5.3.1 Brûlures causées à des personnes par un contact éventuel avec des éléments ou des produits à
température élevée
Lorsque les produits transportés ou une partie quelconque de l'équipement lui-même sont susceptibles de provo-
quer des brûlures, par contact avec des personnes, il est nécessaire de prendre des dispositions appropriées :
— pour prévenir tout contact avec les produits transportés ou avec des surfaces chaudes ou très froides (par
exemple écrans, protecteurs à enceintes fixes (voir 5.1.1.4), protecteurs fixes assurant le maintien à distance
(voir 5.1.1.5)) ; ou
— pour limiter la température des surfaces chaudes à la valeur définie par l’EN 563:1994 sur la base d’un temps
de contact d’une seconde. Pour tout contact non intentionnel, la température définie à l’annexe B du
EN 13202:2000, sur la base d’un temps de contact de 0,5 s, s’applique.

5.3.2 Effets nocifs pour la santé dus à un environnement de travail chaud ou froid
Toute cabine de commande installée doit comporter une installation de chauffage ou de conditionnement de l'air,
si nécessaire pour protéger la santé de l’opérateur.
NOTE Dans la mesure où les transporteurs sont utilisés dans une large plage de températures et de conditions ambian-
tes, la présente norme ne peut faire état de prescriptions techniques précises (voir article 0, «négociations»).
Page 35
EN 620:2002

5.4 Compatibilité électromagnétique (CEM)


5.4.1 CEM (aspects généraux)
Les perturbations électromagnétiques provoquées par l’équipement de manutention continue ne doivent pas
excéder les niveaux spécifiés dans la norme relative aux émissions génériques EN 50081-1:1992. L’équipement
de manutention continue doit également être suffisamment protégé contre les perturbations électromagnétiques
pour lui permettre de fonctionner comme prévu lorsqu’il est exposé aux niveaux et aux types de perturbations spé-
cifiés dans l’EN 61000-6-2:1999. Le constructeur de l’équipement de manutention continue doit concevoir, instal-
ler et câbler l’équipement et ses sous-ensembles en tenant compte des recommandations du (des) fournisseur(s)
des sous-ensembles, afin de s’assurer que les effets des perturbations électromagnétiques sur ces derniers
n’entraînent pas un fonctionnement intempestif.
Plus particulièrement, la perte ou la dégradation de performance suivante ne doit pas entraîner :
— d’erreurs de mise en séquence, de synchronisation ou de comptage ;
— de variation de vitesse de plus de ± 20 % ;
— d’augmentation/réduction de la durée du démarrage de plus de 10 % ;
— de réduction de la capacité de détection des pannes non liées à la sécurité.
Pour les essais spécifiés dans l’EN 61000-6-2:1999, toute dégradation de performance ou toute perte de fonction
admise eu égard aux critères de performance «A» et «B», doit être déclarée par le constructeur. Toute perte
provisoire de fonction admise eu égard aux critères de performance «C» doit être déclarée par le constructeur.
NOTE Les informations sur les mesures de réduction des perturbations générées ainsi que des effets de ces perturba-
tions sur les équipements de manutention continue sont données dans l’EN 60204-1:1997, paragraphe 4.4.2.

5.4.2 CEM (aspects liés à la sécurité)


Les équipements de manutention continue doivent être suffisamment protégés contre les perturbations électro-
magnétiques pour pouvoir fonctionner en toute sécurité comme cela a été prévu et ne doivent pas présenter de
défaillance dangereuse, lorsqu’ils sont exposés aux niveaux et aux types de perturbations spécifiés dans
l’EN 61000-6-2:1999.
Le constructeur des équipements de manutention continue doit concevoir, installer et câbler les équipements et
sous-ensembles, en tenant compte des recommandations du (des) fournisseur(s) des sous-ensembles, afin de
s’assurer que les effets des perturbations électromagnétiques sur ces derniers n’entraînent pas un fonctionne-
ment dangereux et/ou une défaillance dangereuse.
Les critères de performance suivants doivent être utilisés pour déterminer le résultat (satisfaisant ou non satisfai-
sant) des essais d’immunité de la compatibilité électromagnétique :
a) pour les essais spécifiés dans l’EN 61000-6-2:1999, les critères de performance précisés dans
l’EN 61000-6-2:1999 s’appliquent ;
b) eu égard à l’ensemble des critères de performance spécifiés dans l’EN 61000-6-2:1999 (A, B, etc.), il ne doit
pas y avoir de perte ou de dégradation de performance susceptible de danger.
En particulier, les pertes ou les dégradations de performance suivantes ne doivent pas entraîner :
— de démarrage imprévu (voir EN 1037:1995) ;
— le blocage d’une commande d’arrêt d’urgence, ou la remise à zéro de la fonction d’arrêt d’urgence (voir
EN 418:1992 et EN 60204-1:1997) ;
— l’inhibition du fonctionnement de tout circuit relatif à la sécurité comme décrit en 5.7.2.1 (voir EN 1088:1995) ;
— de réduction de la capacité de détection des pannes liées à la sécurité.
NOTE Les informations sur les mesures de réduction des effets des perturbations électromagnétiques sur les équipe-
ments de manutention continue figurent dans l’EN 60204-1:1997, paragraphe 4.4.2.

5.5 Mesures de protection contre les risques d'incendie et d'explosion dus aux produits
transportés
Si les équipements peuvent être amenés à transporter des produits (poussières) à granulométrie fine, avec un
risque possible d’incendie et d’explosion, ils doivent alors être conformes aux prescriptions de l’annexe A.
Page 36
EN 620:2002

5.6 Mesures de protection contre les risques engendrés par le non respect des principes
ergonomiques dans la conception des machines (inadaptation des machines aux caractéristiques
et aux aptitudes humaines)
5.6.1 Postures dangereuses ou efforts excessifs
Les équipements doivent être conçus de manière ergonomique afin d’éviter au personnel toute posture dangereuse
ou nécessitant des efforts excessifs pendant de longues périodes qui dépassent les limites de l'endurance, par
exemple conception des commandes et des sièges, conception et positionnement des dispositifs de surveillance
et des installations de manutention manuelle (voir EN 1005-1, prEN 1005-2, EN 1005-3 et EN 614-1:1995).

5.6.2 Surcharge ou sous-charge mentale, stress, etc.


Il est nécessaire de prévoir des moyens de communication, par exemple téléphone, radio, pour les cabines d'opé-
rateurs ou les postes de travail isolés sans moyen de communication directe avec l'extérieur.

5.7 Mesures de protection contre les risques engendrés par la défaillance de l'alimentation en
énergie et autres dysfonctionnements fonctionnels
5.7.1 Mesures de protection contre la défaillance de l’alimentation en énergie
En cas de mouvement non contrôlé (plus particulièrement avec des transporteurs inclinés), les transporteurs doi-
vent être équipés d’un dispositif d’arrêt et de prévention de tout autre mouvement ultérieur, qui entre en action en
cas de défaillance de l’alimentation en énergie, par exemple un frein ou autre dispositif similaire.

5.7.2 Mesures de protection contre les risques de défaillance ou de dysfonctionnement des organes
relatifs à la sécurité des systèmes de commande

5.7.2.1 Organes et systèmes de commande


Les organes et circuits utilisés pour la sécurité comprennent :
— les circuits liés aux dispositifs sensibles ;
— les circuits liés aux interrupteurs de fin de course ;
— les circuits liés aux interrupteurs de mou de câble ;
— les circuits liés aux interrupteurs d’«interverrouillage» ;
— les circuits liés aux dispositifs d’arrêt d’urgence ;
— les circuits liés aux parachutes ;
— les circuits liés aux freins ;
— les circuits liés au démarrage et à l’arrêt.

5.7.2.2 Dispositifs de protection


Les dispositifs de protection (par exemple dispositifs sensibles, interrupteurs de fin de course, interrupteurs de
mou de câble, régulateurs, interrupteurs d’interverrouillage, dispositifs d’arrêt d’urgence), doivent être conçus,
sélectionnés, situés et/ou protégés afin de satisfaire aux conditions sur site prévues ainsi qu’aux diverses appli-
cations des équipements, par exemple formation de glace.
Les dispositifs de commutation des dispositifs de protection électriques à commande mécanique énumérés au
paragraphe 5.7.2.1 doivent être à ouverture positive conformément à l’article 3 de l’EN 60947-5-1:1998 (à savoir
«interrupteurs de sécurité»).
En cas de déclenchement d’un dispositif de protection, une commande d’arrêt doit intervenir automatiquement et
déclencher un arrêt de catégorie «0» ou de catégorie «1», selon le cas, afin de satisfaire à la conception (voir
EN 60204-1:1997, paragraphe 9.2.2). La fonction d’arrêt doit être conforme à l’EN 954-1:1996, paragraphe 5.2.
Page 37
EN 620:2002

5.7.2.3 Éléments de transmission utilisés pour la sécurité


Les éléments de transmission utilisés pour la sécurité, par exemple câblage, doivent être conçus de sorte qu’en
cas de défaillance ou de rupture, l’équipement ne doit être l’objet d’aucune défaillance dangereuse, c’est-à-dire
une commande d’arrêt doit se déclencher automatiquement. Pour les organes relatifs à la sécurité des systèmes
de commande, voir le paragraphe 5.7.2.5.

5.7.2.4 Éléments de réponse utilisés pour la sécurité


Les éléments de réponse utilisés pour la sécurité comprennent les contacteurs relatifs à la sécurité, les freins, les
parachutes.

5.7.2.5 Systèmes de commande


Le système et l’équipement de commande doivent être conçus à l’aide de techniques éprouvées et doivent inclure
des composants sûrs (voir EN 60204-1:1997, paragraphe 9.4). Les organes relatifs à la sécurité du système de
commande doivent être conçus conformément aux prescriptions, au moins, de la catégorie 1 de l’EN 954-1 (voir
paragraphe 6.2.2 de l’EN 954-1:1996). Lorsque l’on utilise des équipements électroniques programmables ou des
dispositifs électroniques, y compris des sous-ensembles électroniques, pour la sécurité, ils doivent être conformes
aux prescriptions, au moins de la catégorie 2 de l’EN 954-1 (voir paragraphe 6.2.3 de l’EN 954-1:1997). Lorsque
des équipements électroniques programmables ou des dispositifs électroniques (y compris des sous-ensembles
électroniques) sont les seuls moyens utilisés pour transmettre les commandes d’arrêt d’urgence, le système
d’arrêt d’urgence doit être conforme aux prescriptions de la catégorie 4 de l’EN 954-1 (voir paragraphe 6.2.5 de
l’EN 954-1:1996).
En phase d’alimentation, les machines doivent demeurer immobiles.
En cas d’interruption, de variation excessive et de rétablissement de l’alimentation (voir paragraphe 7.5 de
l’EN 60204-1:1997) ou de panne ou de défaillance du système de commande, il ne doit se produire aucune situa-
tion dangereuse (par exemple non arrêt, démarrage imprévu) (voir EN 954-1:1996, paragraphe 4.2).
Les circuits électroniques de commande, logiciels, dispositifs et autres équipements de protection réglables ne
doivent pas être accessibles aux personnes non autorisées (par exemple par l’utilisation de codes d’accès, d’outils
spéciaux).

5.7.2.6 Fonction de démarrage


Les dispositifs de démarrage doivent être construits et montés de manière à réduire au minimum les risques de
manœuvre par inadvertance. Ils doivent être placés à portée de l’opérateur et doivent être clairement identifiables
et visibles (pour le positionnement, voir 5.6.1 ci-dessus).
Si le démarrage d’un équipement de manutention mécanique risque d’engendrer une situation dangereuse, un
signal d’avertissement sonore sans ambiguïté de 3 s doit être déclenché 10 s avant le démarrage et/ou un signal
d’avertissement visuel, tel qu’une lampe à éclats, doit être prévu conformément à l’EN 457:1992, à l’EN 842:1996
et à l’EN 61310-1:1995, selon le cas. De tels signaux doivent être prévus par exemple, lorsque des équipements
de manutention continue sont situés hors de vue de l’opérateur, ou lorsqu’il est nécessaire d’avertir les personnes
susceptibles d’être présentes dans les zones de travail ou de circulation, du démarrage imminent d’un transpor-
teur ou d’un mécanisme particulier.
Lorsqu’un transporteur est destiné à en alimenter d’autres, son démarrage doit être coordonné à l’aide de dispo-
sitifs de verrouillage appropriés. Ceux-ci doivent assurer un démarrage séquentiel correct et empêcher que des
transporteurs puissent être alimentés, alors qu’ils ne fonctionnent pas ou qu’ils sont déjà entièrement remplis.
Page 38
EN 620:2002

5.7.2.7 Fonction d’arrêt


Des dispositifs d’arrêt doivent être placés à portée de l’opérateur à tous les postes de commande et ils doivent
être clairement identifiables et visibles (pour le positionnement, voir 5.6.1 ci-dessus). La fonction d’arrêt doit être
de catégorie «0» ou «1», selon le cas, pour satisfaire à la conception (voir EN 60204-1:1997, paragraphe 9.2.2).
Les dispositifs d’arrêt doivent être du type à impulsion et après déclenchement d’un dispositif d’arrêt, le transpor-
teur approprié ou, si nécessaire, le système de transporteurs doit s’arrêter et ensuite rester immobile.
La fonction d’arrêt doit être prévue de manière à éviter de créer des situations dangereuses (par exemple, déchar-
gement dangereux du produit transporté). Si l’arrêt de certains transporteurs peut entraîner des risques en
d’autres parties de l’installation, l’arrêt doit être contrôlé de manière appropriée (par exemple, par temporisation
ou mise en séquence). L’arrêt doit s’accompagner d’un avertissement visuel et/ou acoustique sans ambiguïté (voir
EN 457:1992, EN 842:1996 et EN 61310-1:1995).

5.7.2.8 Système d’arrêt d’urgence


Le système d’arrêt d’urgence doit être conforme à l’EN 954-1:1996, paragraphe 5.3 et à l’EN 418:1992, et doit
être normalement de catégorie «0» ou de catégorie «1», selon le cas, afin de satisfaire à la conception (voir
EN 418:1992, paragraphe 4.1.5). Un arrêt d’urgence doit également s’accompagner d’un avertissement visuel et/
ou acoustique sans ambiguïté conformément à l’EN 457:1992, l’EN 842:1996 et l’EN 61310-1:1995, selon le cas.
Les dispositifs d’arrêt d’urgence doivent être à action positive, à verrouillage automatique et doivent être constitués
par :
a) soit un ou plusieurs interrupteurs à bouton-poussoir qui doivent être installés de telle manière qu’on puisse en
atteindre au moins un à une distance maximale de 10 m de tout point accessible de l’équipement ; et/ou
b) un ou plusieurs câbles d'arrêt d'urgence disposés sur toute la longueur de l’installation ; ou
c) le dispositif de coupure de l’alimentation du transporteur, si la distance à parcourir entre un point accessible
quelconque de l’équipement et le dispositif de coupure est inférieure ou égale à 10 m.
Les dispositifs d’arrêt d’urgence doivent être positionnés à tous les postes de commande, de travail et aux organes
accessibles des machines, y compris les points de chargement et de déchargement, les passerelles et les points
de transfert (pour le positionnement, voir 5.6.1 ci-dessus).
Après actionnement d’un ou de plusieurs dispositifs d’arrêt d’urgence et arrêt du transporteur, ce dernier doit rester
immobile jusqu’à ce que le dispositif soit déclenché et que le dispositif de démarrage soit ensuite actionné. Lorsqu’il
y a plusieurs dispositifs d’arrêt d’urgence, des moyens doivent être prévus pour signaler celui qui a été actionné.
La mise en œuvre de la fonction d’arrêt d’urgence ne doit pas créer de situation dangereuse, par exemple déchar-
gement dangereux du produit transporté.
La hauteur du dispositif d’arrêt d’urgence doit être comprise entre 0,6 m et 1,7 m à partir de la surface sur laquelle
se trouve l’opérateur.
NOTE L’installation d’un dispositif d’arrêt d’urgence ne remplace pas celle de protections appropriées, voir EN 418:1992,
paragraphe 4.1.3.

5.7.2.9 Interrupteur d’arrêt d’urgence à câble


L’installation des interrupteurs d’arrêt d’urgence à câble doit être telle que le(s) dispositif(s) de commutation asso-
cié(s) soit (soient) actionné(s), si le câble est tiré dans un sens quelconque ou s’il se rompt. Les interrupteurs à
câble doivent être également conçus de telle manière que la défaillance d’un ressort quelconque actionne le(s)
dispositif(s) de commutation associé(s) (c’est-à-dire ne provoque pas de défaillance dangereuse).
L’interrupteur d’arrêt à câble doit s’actionner par l’application d’une force horizontale inférieure à 125 N sur le
câble, à mi-distance entre deux anneaux supports et perpendiculairement au câble. Le mouvement latéral du
câble (entre la position d’arrêt et la position d’actionnement) doit être inférieur à 300 mm.
La conception des supports du câble et les intervalles qui les séparent peuvent avoir une incidence sur le dépla-
cement du câble et sur l’effort nécessaire pour actionner l’interrupteur. On doit par conséquent s’assurer que le
câble peut se déplacer librement sur ses supports, en particulier lorsqu’il y a des changements de direction, sans
sortir des supports.
On ne doit utiliser que des câbles qui ne présentent pas de «tortillement» et qui sont d’un type qui ne risque pas
de «se tortiller» en service. La longueur maximale et les autres caractéristiques doivent être conformes aux
recommandations du fournisseur de l’interrupteur à câble (par exemple, protection des anneaux supports et des
poulies, prévention du gel, changements de longueur dus aux variations de température, etc.).
Page 39
EN 620:2002

5.7.2.10 Remise en marche après un arrêt d’urgence


Après un arrêt d’urgence, la remise en marche doit être conforme au paragraphe 5.7.2.6 et à l’EN 418:1992, para-
graphes 4.1.11 et 4.1.12.

5.7.2.11 Détection automatique de dysfonctionnement


Le cas échéant, les dispositifs suivants de détection automatique de dysfonctionnement doivent être installés,
construits et montés de manière à réduire au minimum les risques de manœuvre par inadvertance :
a) détecteurs de décentrage de courroie ;
b) dispositifs de détection de blocages/surcharge des transporteurs, goulottes, trémies ;
c) détecteurs de rotation d’arbre ;
d) détecteurs de sous-vitesse de courroie ;
e) détecteurs thermiques ;
f) détecteurs de hauteur et/ou largeur.
En cas de détection d’une situation dangereuse, un signal d’avertissement acoustique et/ou visuel sans équivo-
que doit être émis à destination de l’opérateur du transporteur conformément à l’EN 457:1992, l’EN 842:1996,
l’EN 61310-1:1995, selon le cas, ou sinon, dans des conditions extrêmes, l’arrêt peut être automatiquement
déclenché. Dans des situations particulières, la course des transporteurs d’alimentation associés peut être auto-
matiquement ralentie ou stoppée d’une manière correctement maîtrisée.

5.8 Mesures de protection contre les risques engendrés au cours des travaux d’inspection, de
maintenance et de nettoyage
Les équipements doivent être conçus, dans toute la mesure du possible, de telle manière que les opérations de
réglage, graissage, inspection, nettoyage et maintenance puissent être effectuées en dehors des zones dange-
reuses conformément au paragraphe 5.1.4.1.
Lorsqu’il est nécessaire de retirer des protections pour effectuer des travaux de maintenance, de réparation, d’ins-
pection ou de nettoyage, on doit prévoir des mesures pour assurer la protection du personnel, dans les zones
devenues dangereuses. Ces dispositions doivent concerner les matériels à réparer ou à entretenir, ainsi que les
autres organes du système pouvant fonctionner.
Ces mesures doivent consister en une ou plusieurs des dispositions suivantes, ou en des mesures assurant des
niveaux de sécurité équivalents :
— dispositif(s) de consignation d’une (de) partie(s) ou de l'ensemble du système ;
— dispositifs nécessitant une action maintenue ;
— dispositifs de réduction de vitesse ;
— dispositifs de commande de marche par à-coups ;
— création d'îlots de maintenance ou de réparation par des dispositifs de protection, par exemple en prévoyant
des clôtures ou des barrières provisoires (voir également paragraphe 5.1.6, risques de glissade, de perte
d’équilibre et de chute).
Si, pour des raisons d'ordre technique, les travaux de maintenance ne peuvent être exécutés alors que le trans-
porteur est à l'arrêt, des mesures de sécurité doivent être prises. Celles-ci peuvent comprendre l'installation de :
— systèmes de réduction de vitesse ;
— systèmes de limitation de l'amplitude et du nombre des mouvements ;
— dispositifs anti-retour.
Page 40
EN 620:2002

6 Vérification des prescriptions de sécurité et de CEM et/ou mesures


6.1 Les prescriptions et/ou mesures de sécurité des articles 5 et 7 de la présente norme doivent être vérifiées
par rapport au tableau 2 ci-dessous, qui traite de :
— la vérification de type, c’est-à-dire la vérification du type de machine, dont le but est de s’assurer que le type
de machine est conforme aux prescriptions de la présente norme (la première partie du Tableau 2) ;
— la vérification individuelle, c’est-à-dire la vérification de chaque machine mise sur le marché, dont le but est
d’établir, avant expédition, que chaque machine satisfait toutes les prescriptions de sécurité de la présente
norme (la deuxième partie du Tableau 2). Lorsque la machine est assemblée sur le site, la partie de la vérifi-
cation qui ne peut être effectuée avant l’expédition doit être conduite sur le site d’utilisation.
Les méthodes de vérification suivantes sont incluses dans le Tableau 2 :
a) contrôle visuel : son seul but est d’établir par examen visuel la présence ou non d’un objet quelconque sur la
machine, le système ou le composant (par exemple protection, dispositif d’avertissement visuel, marquage),
ou de déterminer que les documents et plans fournis peuvent satisfaire les prescriptions de la présente norme
(symbole «V» dans le Tableau 2) ;
b) mesurage : son but est d’établir par mesurage si les paramètres mesurables indiqués sont satisfaits (par exem-
ple dimensions géométriques, distances de sécurité, résistance d’isolement des circuits électriques, bruit,
vibrations) et conformes aux prescriptions de la présente norme (symbole «M» dans le Tableau 2) ;
c) essai(s)
1) essai de fonctionnement : son but est d’établir par un essai à vide si, en fonctionnement à vide, en cycle
normal ou partiel, la machine, y compris tous les dispositifs de protection, fonctionne comme prévu et si
toutes les fonctions sont conformes aux prescriptions de la présente norme et à la documentation technique
(symbole «FT» dans le Tableau 2) ;
2) essai(s) en charge : essais ne relevant pas de la gamme des essais de fonctionnement, dont le but est
d’établir par chargement les aspects qui ne peuvent être établis par l’essai de fonctionnement, par exemple
résistance et/ou stabilité, et de déterminer que tous les dispositifs de protection et leurs réglages sont
appropriés et que le résultat de leur déclenchement est conforme aux prescriptions de la présente norme
(symbole «LT» dans le Tableau 2) ;
3) vérification/mesurages spécifiques (par exemple équipement électrique, CEM, risques d’incendie/
explosion) : le but est d’établir par vérification, essai ou mesurage spécifique si les paramètres indiqués
sont conformes aux prescriptions de la présente norme (par exemple conformité aux normes électriques)
(symbole «SV» dans le Tableau 2).

Tableau 2
Vérifications de type Vérifications individuelles
Paragraphes
Contrôles visuels Mesurage Essais Contrôles visuels Mesurage Essais
de l’EN 620
5.1.1 V FT V
5.1.1.1 V M SV V
5.1.1.2 V M FT V M FT
5.1.1.3 V FT V FT
5.1.1.4 V V
5.1.1.4.1 V M V M
5.1.1.5 V M V

5.1.2.1 V M V M
5.1.2.2 V FT V
5.1.2.3 V M FT V M FT
5.1.2.4 V M FT V M FT
5.1.2.5 V FT V FT
(à suivre)
Page 41
EN 620:2002

Tableau 2 (fin)
Vérifications de type Vérifications individuelles
Paragraphes
Contrôles visuels Mesurage Essais Contrôles visuels Mesurage Essais
de l’EN 620
5.1.2.6 V M FT V M FT
5.1.3 V V
5.1.4.1 V M V M
5.1.4.2 V M V M
5.1.4.3 V M V M
5.1.4.4 V M FT V M FT
5.1.4.5 V M V M
5.1.4.6 V FT, LT V FT, LT
5.1.4.7 V M V
5.1.5.1 V V
5.1.5.2 V FT, LT V FT, LT
5.1.6.1 V M
5.1.6.2 V M
5.1.6.3 V M
5.1.6.4 V M
5.1.6.5 V M
5.1.6.6 V M
5.2.1 SV (voir 6.2.3) SV (voir 6.2.3)
5.2.1.1 V SV (voir 6.2.3) V SV (voir 6.2.3)
5.2.1.2 V V
5.2.1.3 V V
5.2.2 V V
5.3.1 V V
5.3.2 V M
5.4.1 SV (voir 6.2.1) SV (voir 6.2.1)
5.4.2 SV (voir 6.2.2) SV (voir 6.2.2)
5.5 V M SV (voir 6.2.4) V M SV (voir 6.2.4)
5.6.1
5.6.2 V M V M
5.7.1 V LT V LT
5.7.2.2 V FT V FT
5.7.2.3 V FT V FT
5.7.2.4 V (conception) V (conception)
5.7.2.5 V FT V FT
5.7.2.6 V FT V FT
5.7.2.7 V FT V FT
5.7.2.8 V FT V FT
5.7.2.9 V FT V FT
5.7.2.10 V FT V FT
5.7.2.11 V FT V FT
5.8 V FT V FT
7.1 & 7.2 Vérification du contenu Vérification du contenu
Page 42
EN 620:2002

6.2 Vérification particulière

6.2.1 Critères de conformité CEM (aspects généraux)


La conformité aux prescriptions CEM du paragraphe 5.4.1 ci-dessus, doit être vérifiée conformément aux normes
mentionnées. Si l’équipement de manutention continue complet ne peut être raisonnablement soumis à l’essai du
fait de la dimension des machines, le constructeur doit vérifier que tous les sous-ensembles d’équipement appro-
priés satisfont aux prescriptions du paragraphe 5.4.1 ci-dessus. Il doit également vérifier que ces sous-ensembles
sont correctement installés et câblés, afin de minimiser les effets des perturbations sur l’équipement, de réduire
au minimum les perturbations générées, et conformément à toutes recommandations du (des) fournisseur(s) des
sous-ensembles.

6.2.2 Critères de conformité CEM (aspects liés à la sécurité)

6.2.2.1 La conformité aux prescriptions CEM du paragraphe 5.4.2 ci-dessus doit être vérifiée en procédant à des
essais préliminaires et à des essais de fonctionnement. Si l’équipement de manutention continue complet ne peut
être raisonnablement soumis à l’essai du fait de la dimension des machines, le constructeur doit vérifier que tous les
sous-ensembles d’équipement appropriés satisfont aux prescriptions du paragraphe 5.4.2 ci-dessus. Il doit égale-
ment vérifier que ces sous-ensembles sont correctement installés et câblés, afin de minimiser les effets des pertur-
bations sur l’équipement, et conformément à toutes recommandations du (des) fournisseur(s) des sous-ensembles.

6.2.3 Équipement électrique


La conformité aux prescriptions électriques des paragraphes 5.2.1 et 5.2.1.1 ci-dessus, doit être vérifiée confor-
mément aux normes mentionnées. Si l’équipement de manutention continue complet ne peut être raisonnable-
ment soumis à l’essai du fait de la dimension des machines, le constructeur doit vérifier que tous les sous-
ensembles d’équipement appropriés satisfont aux prescriptions des paragraphes 5.2.1 et 5.2.1.1 ci-dessus.

6.2.4 Risques d’incendie ou d’explosion


La conformité aux prescriptions du paragraphe 5.5 ci-dessus, doit être vérifiée conformément aux normes men-
tionnées à l’annexe A. Si l’équipement de manutention continue complet ne peut être raisonnablement soumis à
l’essai du fait de la dimension des machines, le constructeur doit vérifier que tous les sous-ensembles d’équipe-
ment appropriés satisfont aux prescriptions du paragraphe 5.5 ci-dessus.

7 Informations pour l'utilisation

7.1 Notice d'instructions


7.1.1 Généralités
La notice d’instructions doit être conforme aux prescriptions du paragraphe 5.5 de la norme EN 292-2:1991 et doit
inclure les renseignements mentionnés au paragraphe 1.7.4 de l'annexe A de la norme EN 292-2:1991. Ces ren-
seignements doivent inclure les régimes et les conditions dans lesquels les équipements sont destinés à être uti-
lisés, notamment en ce qui concerne :
— les zones de travail et de circulation ;
— les produits à manutentionner, y compris l’indication des caractéristiques de limitation, par exemple humidité,
granulométrie, masse volumique apparente et capacités maximales admissibles (débit massique et débit volu-
mique), relatifs à chaque produit ;
— les conditions d'exploitation : par exemple heures de service par jour, fonctionnement automatique/manuel,
indication du (des) mode(s) d'exploitation ;
— la plage des conditions d'environnement convenues (par exemple vent, température, humidité relative).
Les détails des fonctions de sécurité, ainsi que la liste et l'emplacement des dispositifs de protection doivent être
fournis.
Page 43
EN 620:2002

La notice d’instructions doit contenir des informations sur les applications interdites, telles que :
— la manutention de produits différents de ceux spécifiés y compris les produits et les charges dangereux ;
— l’utilisation de l’équipement pour le transport de personnes ou pour marcher sur une courroie à l’arrêt.
Il est nécessaire d'attirer l'attention sur le fait qu'il est interdit aux personnes de monter sur des équipements de
manutention continue pour se déplacer, lorsque ces équipements sont en mouvement.

7.1.2 Instructions d’installation des équipements


Lorsque les équipements sont livrés en éléments séparés, le constructeur doit fournir des instructions et des spé-
cifications d'assemblage, de préférence avec des dessins indiquant :
— les instructions de montage et d’installation ;
— les prescriptions particulières concernant le stockage ;
— les masses et dimensions maximales, ainsi que les points de levage des composants individuels livrés ;
— les méthodes de manutention en toute sécurité des divers éléments ;
— les phases d'assemblage ;
— les méthodes de manutention requises ;
— l’espace libre requis autour des transporteurs afin d’éviter les risques d’écrasement et de cisaillement ;
— les positions et les méthodes de fixation pour assurer la stabilité pendant le montage et le fonctionnement ;
— les raccordements électriques, hydrauliques et pneumatiques ;
— les prescriptions de mise à la terre, lorsque les charges d’électricité statique présentent un danger ;
— les équipements particuliers nécessaires au montage et aux réglages ;
— les instructions de sécurité à suivre si le constructeur exige que des produits dangereux soient utilisés pour
l’installation des machines, de leurs équipements ou de leurs fixations (par exemple peinture, lubrifiants, pro-
duits d’étanchéité, isolation, fluide hydraulique).

7.1.3 Instructions d'utilisation des équipements


La notice d’instructions doit comprendre les informations suivantes, en plus des prescriptions des alinéas a), b),
c) et d) du paragraphe 5.1.1 de la norme EN 292-2:1991 :
— seuls des membres autorisés du personnel doivent assurer la mise en marche, l'exploitation ou l'interruption
du fonctionnement normal de l’équipement. Ceci comprend toutes prescriptions particulières en ce qui
concerne la formation ;
— la spécification de tout équipement de protection individuelle à porter lors de l’exploitation de l’équipement ainsi
que des risques contre lesquels il doit assurer une protection ;
— les modes et les moyens d'arrêt : notamment, les instructions concernant les dispositifs d'arrêt normal et d'arrêt
d'urgence qui doivent être portés à la connaissance de tous les membres du personnel concernés, stipulant
les principes suivants :
a) aucun obstacle ne doit se trouver dans les zones permettant l'accès à ces dispositifs ;
b) le procédé de contrôle périodique du bon fonctionnement de ces dispositifs ;
— les prescriptions de nettoyage, afin d'éviter une accumulation dangereuse de produits manutentionnés ;
— lorsque la commande de «marche/arrêt» est distincte de la commande d'arrêt d'urgence, les commandes
d'arrêt d'urgence ne doivent pas être utilisées pour l'arrêt normal des équipements ;
— les opérations de remise en marche sur un équipement qui se trouve hors service en raison d'un arrêt
d'urgence ou suite à un arrêt accidentel, doivent être précédées d'un contrôle destiné à :
a) déterminer la cause de l'arrêt d'urgence ou de l'arrêt accidentel ;
b) réparer la panne ;
— les détails de la procédure de remise en marche à suivre après un arrêt d’urgence ou un arrêt accidentel pro-
voqué par le système de commande.
Page 44
EN 620:2002

L’indication suivante : «Il convient de ne pas considérer un équipement à l'arrêt comme un équipement sûr. L'éner-
gie emmagasinée peut être libérée intempestivement ou par des procédures de maintenance incorrectes. Ceci
est également vrai pour des opérations susceptibles d'être dangereuses, si elles sont effectuées sur la machine
en fonctionnement, exemple, suppression d'un engorgement».
La notice d’instructions doit attirer l'attention de l'utilisateur sur le fait que :
— il faut veiller à assurer une alimentation régulière du produit afin d’éviter les surcharges ;
— la conception des équipements ne doit pas être modifiée ni reconfigurée sans avoir préalablement consulté le
constructeur ou son mandataire ;
— tous les postes de travail, toutes les zones de circulation et tous les passages doivent être dégagés et exempts
de tout obstacle.
Les informations requises au titre de l’alinéa f) du paragraphe 1.7.4 de l’annexe A de l’EN 292-2:1991, concernant
le bruit, doivent figurer dans la notice d’instructions.

7.1.4 Instructions de maintenance


La notice d’instructions pour la maintenance doit notamment spécifier (se reporter au paragraphe 5.5.1 e) de
l’EN 292-2:1991) :
a) les connaissances et les compétences techniques du personnel de maintenance, notamment pour des opéra-
tions particulières nécessitant un savoir-faire spécifique ;
b) la notice doit spécifier que tous les réglages, qu'ils soient mécaniques ou électriques, doivent être uniquement
effectués par des personnes habilitées à le faire, conformément à un système de travail en toute sécurité et
aux instructions du constructeur ;
c) les conditions dans lesquelles les travaux de maintenance et de réparation des pannes peuvent être effectués,
par exemple l'équipement est isolé, protégé contre un démarrage imprévu et des mesures de protection sont
prises contre les mouvements intempestifs ;
d) une liste des pièces d'usure, ainsi que la fréquence approximative et les conditions de leur remplacement ;
e) la notice doit spécifier que la fréquence des opérations décrites en c) et d) dépend de la nature des produits
transportés. Une liste des parties devant faire l'objet d'un contrôle périodique, y compris des contrôles réguliers
afin de s’assurer que les câbles d’arrêt d’urgence peuvent toujours se déplacer librement. Ceci est particuliè-
rement important pour les systèmes de transport connaissant de fortes variations de température ambiante ;
f) une liste des boulons, etc. nécessitant un couple de serrage contrôlé y compris la fréquence des vérifications
ainsi que les valeurs des couples de serrage ou des tensions utilisées ;
g) les conditions d'inspection et de mise au rebut des câbles métalliques et des chaînes ;
h) l’accès aux points de maintenance et de contrôle doivent être dégagés et exempts d'obstacles ;
i) la liste des équipements et accessoires indispensables pour la maintenance ;
j) l’obligation d’arrêter tout ou partie des équipements pour remplacer certains composants, par exemple des rou-
leaux de transporteur.
Les informations suivantes doivent (au moins) figurer dans la notice d’instructions pour la maintenance :
k) les équipements doivent être conservés en parfait état de fonctionnement et doivent être entretenus confor-
mément aux instructions du constructeur ;
l) le contrôle, le réglage, l'entretien et le nettoyage des parties mobiles, des dispositifs de protection et de
nettoyage, doivent être effectués régulièrement et en toute sécurité, conformément aux instructions du
constructeur ;
m) le contrôle et le réglage des équipements, en mouvement ou en cours d'utilisation, doivent être effectués uni-
quement avec les protecteurs en place ;
n) les opérations de nettoyage doivent être uniquement effectuées sur des équipements à l’arrêt et après avoir
neutralisé les dispositifs de mise en marche, à moins que l’on ne fasse appel au nettoyage automatique ou à
des dispositifs spéciaux destinés au nettoyage des équipements en cours de fonctionnement ;
o) lorsqu’il est prévu de déplacer ou de démonter un protecteur et/ou de neutraliser un dispositif de protection, le
constructeur doit fournir les instructions détaillées relatives aux travaux devant être effectués en toute
sécurité ;
Page 45
EN 620:2002

p) les réparations, ainsi que le démontage d'enceintes ou de panneaux de protection, doivent être uniquement
effectués après mise à l'arrêt des équipements et neutralisation des dispositifs de mise en marche, par des
personnes habilitées à le faire conformément à un système de travail sûr ;
q) la maintenance des protections, des signaux de sécurité, des notices d’information et de l’éclairage ;
r) l’utilisateur doit maintenir les niveaux de protection prévus sur la machine et sur le système, pendant toutes les
périodes d’utilisation normale de ladite machine ou dudit système ;
s) les emplacements à nettoyer, par exemple zones de circulation ;
t) l’utilisateur doit suivre les instructions de sécurité appropriées si le constructeur exige l’utilisation de produits
dangereux pour la maintenance des machines ou de leurs équipements, (par exemple peinture, lubrifiants,
produits d’étanchéité, isolation, fluide hydraulique).

7.1.5 Formation
Lorsque la formation des opérateurs de l'utilisateur a été jugée nécessaire, le programme de cette formation doit
être inclus dans les instructions.

7.2 Marquage
Les équipements doivent être marqués, de manière lisible et indélébile, des informations minimales suivantes :
a) le nom et l’adresse du constructeur ;
b) la marque CE ;
c) la désignation de la série ou du type ;
d) le numéro de série, le cas échéant ;
e) les informations d’évaluation (alimentation) : tension, fréquence, puissance, pression, débit, etc ;
f) les informations d’évaluation (capacité) : par exemple charge utile, capacité maximale ;
g) l’inscription : «Pour ce qui concerne les informations relatives à l’utilisation en toute sécurité de la machine, se
reporter à la notice d’instructions» ;
h) lorsque les machines sont destinées à être utilisées dans une atmosphère explosible, elles doivent porter un
marquage.
Les équipements doivent également comporter toutes les informations propres à leur type et essentielles à leur
utilisation en toute sécurité (par exemple vitesse maximale, inclinaison maximale).
Lorsqu’une partie des équipements doit être manutentionnée à l’aide d’un matériel de levage, leur masse doit être
indiquée de manière lisible et non ambiguë.
Un pictogramme approprié (voir Figure 14) ou une notice d’avertissement portant la mention suivante : «Accès
interdit aux personnes non autorisées» doit être prévu(e) au niveau de chaque voie d’accès aux transporteurs de
hauteur variable.

Figure 14 — Accès interdit aux personnes non autorisées


Page 46
EN 620:2002

Annexe A
(normative)
Risque d'incendie ou d'explosion

Init numérotation des tableaux d’annexe [A]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [A]!!!

Si les équipements sont amenés à transporter des produits à granulométrie fine (poussières), avec un risque
potentiel d’incendie ou d’explosion, ils doivent être conçus de manière à réduire au minimum ce risque, conformé-
ment à l’EN 1127-1:1997.
De nombreux produits organiques à granulométrie fine, naturels et synthétiques, peuvent provoquer des explo-
sions de poussières. Certains produits métalliques et inorganiques sont également de nature explosible. Un pro-
duit pulvérulent n’est pas susceptible de présenter un risque sérieux d’explosion à moins qu’il ne contienne un
pourcentage significatif de poussières de granulométrie inférieure à 200 microns. Lorsqu’il est possible que la pou-
dre à manutentionner soit de nature explosible, il convient alors de la soumettre à l’essai. Une méthode d’essai
est donnée dans l’ISO 6184-1:1985.
NOTE 1 Les prescriptions relatives aux équipements destinés à être utilisés dans des atmosphères explosives sont étu-
diées par le CEN/TC 305.

NOTE 2 Il est essentiel, lors de l’analyse des phénomènes dangereux et de l’estimation des risques pour les risques
d’incendie et d’explosion avec un système de manutention mécanique, de tenir compte des procédés en amont et en aval,
dans la mesure où des incendies qui se déclarent sur un équipement de manutention mécanique peuvent entraîner des
explosions dans des procédés en amont ou en aval et vice versa.

NOTE 3 Il convient de faire référence à des normes spécifiques, par exemple FEM/VDI 3673.

Lorsqu’une concentration de ces poussières représente un risque d’explosion, il faut veiller à ce que ces poussiè-
res soient éliminées à la source, notamment aux points de transfert et dans les trémies. Si nécessaire, des équi-
pements d’expansion ou de suppression des explosions doivent être prévus, plus particulièrement avec des
équipements entièrement clos.
Le risque d’incendie ou d’explosion doit être minimisé, par exemple :
— en plaçant des sources d’inflammation à l’extérieur de la zone de poussières, par exemple paliers, éléments
avec frottement ou choc mécanique ;
— en utilisant des équipements électriques appropriés aux zones dangereuses (zone 20, 21 ou 22) (voir
CEI 61241-1-1:1999 et EN 1127-1:1997) ;
— des mesures anti-statiques (voir 5.2.2) ;
— en utilisant des détecteurs de vitesse et de rotation, lorsqu’il existe un risque d’étincelles à partir de compo-
sants mécaniques défaillants (voir 5.7.2.11) ;
— en utilisant des indicateurs, des moyens de détection et/ou des détecteurs de surcharges lorsqu’il y a un risque
d’engorgement ou de blocage (voir 5.7.2.11).
Les conséquences d’un incendie et d’une explosion doivent être réduites au minimum, par exemple :
— en utilisant des évents d’explosion, des systèmes de suppression d’explosion, une conception résistant à la
pression ou au choc sous pression, plus particulièrement avec des équipements entièrement clos.
Tout poste de travail ou tout passage doit toujours disposer d’au moins deux issues. Celles-ci doivent être placées
de sorte que nul ne puisse être emprisonné en cas d’incendie, d’explosion, etc.
Lorsque des évents d’explosion sont prévus, ils doivent alors être situés aux extrémités de l’équipement clos ou
en tous autres emplacements où le flux des produits est réduit. Les transporteurs dont la longueur est supérieure
à 10 m peuvent requérir la présence d’évents supplémentaires.
NOTE 4 Les indications relatives à l’espacement entre les évents et les questions connexes figurent dans la
FEM/VDI 3673.
Page 47
EN 620:2002

Les évents d’explosion doivent être verrouillables conformément au paragraphe 4.1.1 de l’EN 1088:1995 et
lorsqu’ils sont ouverts, le système de transport et les autres équipements associés doivent s’arrêter
automatiquement.
Les portes, soupapes de sûreté, panneaux d’éclatement ou autres dispositifs de protection doivent être placés et
conçus de sorte que, en cas d’explosion, les produits ou les dispositifs ne soient pas projetés dans les zones de
travail ou de circulation.
Le système doit être conçu de manière à résister, sans défaillance, à la pression maximale pouvant apparaître
dans la pratique y compris la pression nécessaire au déclenchement de l’équipement de sûreté anti-explosion.
NOTE 5 Ceci nécessite de connaître la résistance de l’équipement à la pression.

NOTE 6 Il convient d’être particulièrement prudent lors du transport de produits abrasifs.

NOTE 7 Pour le calcul de la surpression, voir la FEM/VDI 2263.


Page 48
EN 620:2002

Annexe ZA
(informative)
Articles de la présente Norme européenne
concernant les exigences essentielles d’hygiène
et de sécurité de la Directive UE «Machines» 98/37/CE

Init numérotation des tableaux d’annexe [B]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [B]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [B]!!!

La présente Norme européenne a été élaborée dans le cadre d'un mandat donné au CEN par la commission
Européenne et l'Association Européenne de Libre Échange et vient à l'appui des exigences essentielles de la
Directive UE :
— Directive Machines 98/37/CE, modifiée par la Directive 98/79/CE.
La conformité avec les articles de la présente norme est un des moyens de satisfaire aux exigences essentielles
spécifiques des Directives concernées.

Tableau ZA.1

Articles/paragraphes appropriés
Exigences essentielles d’hygiène et de sécurité (EEHS)
Numéro EEHS de l’EN 620 traitant des exigences
(Annexe 1 de la Directive Machines)
essentielles d’hygiène et de sécurité

Généralités

Définitions 1.1.1 3

Principes d’intégration de la sécurité 1.1.2 5, 5.1.1

Matériaux et produits 1.1.3 Non couvert par la présente norme

Éclairage 1.1.4 Non couvert par la présente norme

Conception de la machine en vue de la manutention 1.1.5 7.1.2

Commandes

Sécurité et fiabilité des systèmes de commande 1.2.1 5.7.2.5

Organes de commande 1.2.2 5.7.2.6, 5.7.2.7, 5.7.2.8, 5.7.2.9

Mise en marche 1.2.3 5.7.2.6, 5.7.2.10

Dispositif d’arrêt 1.2.4 5.7.2.7, 5.7.2.8, 5.7.2.9

Sélecteur de mode de marche 1.2.5 Non couvert par la présente norme

Défaillance de l’alimentation en énergie 1.2.6 5.7.1, 5.7.2.5

Défaillance du circuit de commande 1.2.7 5.7.2.5

Logiciels (de dialogue) 1.2.8 Non couvert par la présente norme

Mesures de protection contre les risques mécaniques

Stabilité 1.3.1 5.7.1

Risques de rupture en service/résistance mécanique 1.3.2 5.1.5.1

Risques dus aux chutes et projections d’objets 1.3.3 5.1.5

Risques dus aux surfaces, arêtes et angles 1.3.4 5.1.3

Risques dus aux machines combinées 1.3.5 Non couvert par la présente norme

Risques dus aux variations de vitesse de rotation des outils 1.3.6 Non couvert par la présente norme

Prévention des risques liés aux éléments mobiles 1.3.7 5.1

(à suivre)
Page 49
EN 620:2002

Tableau ZA.1 (fin)

Articles/paragraphes appropriés
Exigences essentielles d’hygiène et de sécurité (EEHS)
Numéro EEHS de l’EN 620 traitant des exigences
(Annexe 1 de la Directive Machines)
essentielles d’hygiène et de sécurité

Choix d’une protection contre les risques liés aux éléments mobiles 1.3.8 5.1

Caractéristiques requises pour les protecteurs et les dispositifs


de protection

Exigences générales (pour les protecteurs et les dispositifs 1.4.1 5.1.1.1


de protection)

Exigences particulières pour les protecteurs fixes 1.4.2.1 5.1.1.1, 5.1.1.2, 5.1.1.4, 5.1.1.5

Exigences particulières pour les protecteurs mobiles 1.4.2.2 5.1.1.2, 5.1.1.3

Exigences particulières pour les protecteurs réglables 1.4.2.3 Non couvert par la présente norme

Exigences particulières pour les dispositifs de protection 1.4.3 5.7.2.1, 5.7.2.2, 5.7.2.11

Mesures de protection contre d’autres risques

Risques dus à l’énergie électrique 1.5.1 5.2.1

Risques dus à l’électricité statique 1.5.2 5.2.2

Risques dus aux énergies autres qu’électriques 1.5.3 5.7, 7.1.3

Risques dus aux erreurs de montage 1.5.4 7.1.2

Risques dus aux températures extrêmes 1.5.5 5.3

Risques d’incendie 1.5.6 5, 5.5.1

Risques d’explosion 1.5.7 5, 5.5.1

Risques dus au bruit 1.5.8 Non couvert par la présente norme

Risques dus aux vibrations 1.5.9 Non couvert par la présente norme

Risques dus aux rayonnements 1.5.10 5.4.2

Risques dus aux rayonnements extérieurs 1.5.11 5.4.1

Risques dus aux équipements laser 1.5.12 Non couvert par la présente norme

Risques dus aux émissions de poussières, gaz, etc. 1.5.13 Non couvert par la présente norme

Risque d’emprisonnement dans une machine 1.5.14 5.1.1.2, 5.1.1.3

Risque de glissade, de perte d’équilibre ou de chute 1.5.15 5.1.6

Maintenance

Entretien de la machine 1.6.1 5.8

Moyen d’accès au poste de travail ou aux points d’intervention 1.6.2 5.1.6.1

Séparation des sources d’énergie 1.6.3 5.2.1.1

Intervention de l’opérateur 1.6.4 5.1.4.1, 5.1.4.6

Nettoyage des parties intérieures 1.6.5 Non couvert par la présente norme

Indications

Dispositifs d’information 1.7.0 5.7.2.6

Dispositifs d’alerte 1.7.1 5.7.2.11

Avertissement sur les risques résiduels 1.7.2 5.1.4, 5.1.6.3, 7.1.4

Marquage 1.7.3 7.2

Notice d’instructions 1.7.4 7.1

AVERTISSEMENT D'autres exigences et d'autres Directives UE peuvent être applicables au(x) produit(s)
relevant du domaine d'application de la présente norme.
Page 50
EN 620:2002

Annexe ZB
(informative)
Articles de la présente Norme européenne
concernant les exigences principales de protection
de la Directive UE «Compatibilité électromagnétique» 89/336/CEE

Init numérotation des tableaux d’annexe [C]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [C]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [C]!!!

La présente Norme européenne a été élaborée dans le cadre d’un mandat donné au CEN par la Commission
Européenne et l’Association Européenne de Libre Échange et vient à l’appui des exigences essentielles de la
Directive UE :
— Directive Compatibilité électromagnétique 89/336/CEE.
La conformité avec les articles de la présente norme est un des moyens de satisfaire aux exigences essentielles
spécifiques de la Directive concernée et des règlements correspondants de l’AELE.

Tableau ZB.1

Articles/paragraphes appropriés de l’EN 620 Article de la Directive CEM 89/336/CEE

5.4.1 CEM (aspects généraux) 4 (a) et 4 (b)

6.2.1 Critères de conformité CEM (aspects généraux) 4 (a) et 4 (b)

AVERTISSEMENT D'autres exigences et d'autres Directives UE peuvent être applicables au(x) produit(s)
relevant du domaine d'application de la présente norme.
Page 51
EN 620:2002

Bibliographie

FEM 2.581/2.582, Caractéristiques générales des produits en vrac en vue de leur classification et de leur
symbolisation.

FEM/VDI 3673, Pressure venting of dust explosions.

FEM/VDI 2263, Dusts fires and dust explosions, hazards assessment, protective measures.

Vous aimerez peut-être aussi