Vous êtes sur la page 1sur 33

DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL

RAPPORT DE STAGE ACADEMIQUE

Thème : réalisation du PLANCHER HAUT DU REZ DE


CHAUSSEE D’UN BATIMENT R+1 A USAGE
D’HABITATION : COFFRAGE-FERRAILLAGE-COULAGE
Des dalles

STAGE EFFECTUE DU 02 AOUT AU 02 SEPTEMBRE 2018

Rédigé par :
ABDOUL-BAGUI YAOUBA

Encadreur académique Encadreur professionnel


Mr : ABANDA Mr : FOYET CEDRIC

Année académique :
2017 /2018
REALISATION DU PLANCHER HAUT DU RDC D’UN BATIMENT D’HABITATION

DEDICACE

JE DEDIE CE TRAVAIL A TOUTE


MA FAMILLE

REMERCIEMENTS
Rédigé par ABDOUL-BAGUI YAOUBA
2
REALISATION DU PLANCHER HAUT DU RDC D’UN BATIMENT D’HABITATION

Je tiens avant tout à reconnaitre la grâce qui m’a été accordée de mener à
terme ce stage. Pour cela, je remercie Dieu Tout Puissant pour sa merveille que
je suis car c’est de lui que vient mon inspiration. Mes remerciements vont
également à l’endroit de :

 PR ROBERT NZENGWA Doyen de la FACULTE DE GENIE


INDUSTRIEL DE L’UNIVERSITE DE DOUALA, pour la formation
qu’il nous offre au sein de son institution.
 M. GONONDO SOUNBI Directeur Général D’EDER SARL
 Dr AMBA JEAN CHILLS, Chef de Département de GENIE CIVIL DE
LA F.G.I
 M. FOYET CEDRIC mon encadreur professionnel, pour ses avis toujours
très pertinents et pour avoir partagé ses connaissances et son inépuisable
énergie à mon égard.
 M.ALHADJI TOUDJANI mon parrain et mon mentor, pour ses aides
multiformes et ses conseils très précieux
 Tout le personnel D’EDER en général, et du chantier de MAKEPE en
particulier, Je leur suis très reconnaissant non seulement pour leur aide
concrète mais surtout pour l’atmosphère chaleureuse et amicale qu’ils ont
tous contribué à créer.
 Mes enseignants qui ont participé à ma formation académique.
 Ma famille particulièrement mes parents, mes frères et sœurs, ma tente et
son mari pour tout le soutien et l’aide qu’ils m’ont apportés.
 Toute la grande famille GCI.
 Mes amis à savoir : ABDOURAMAN ARABO, MOUHAMMADOU
BASSIROU, ALAMINE, LAMINE, TIDJANI, ANWAR, ADAMOU,
YERO qui ont toujours cru en moi et qui n’ont cessé de m’encourager.
 Tous ceux que je n’ai pas nommés et dont l’apport à l’élaboration de ce
rapport n’est point négligeable

Rédigé par ABDOUL-BAGUI YAOUBA


3
SOMMAIRE
DEDICACE...........................................................................................................2
REMERCIEMENTS.............................................................................................3
SOMMAIRE.........................................................................................................4
ABREVIATIONS.................................................................................................6
AVANT PROPOS.................................................................................................7
INTRODUCTION GENERALE.........................................................................10
CHAPITRE1-PRESENTATION DE L’ENTREPRISE.....................................11
INTRODUCTION............................................................................................................................11
I- PRESENTATION GENERALE DE L’ENTRPRISE...............................................................11
1- SIEGE...................................................................................................................................11
2- SECTEUR D’ACTIVITE........................................................................................................11
3- ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT.......................................................................11
4- REALISATIONS :...................................................................................................................12
II- PRESENTAION DU CHANTIER DE MAKEPE................................................................12
1- SITUATION GEOGRAPHIQUE.........................................................................................12
2- ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU CHANTIER.........................................12
3- BUT DU CHANTIER..........................................................................................................13
CONCLUSION................................................................................................................................13
CHAPITRE2 : DEROULEMENT DE STAGE..................................................14
INTRODUCTION............................................................................................................................14
I- ACCUEIL ET AFFECTATION...............................................................................................14
II- HORAIRE ET CONDITION DE TRAVAIL.......................................................................14
III- CHRONGRAMME DES ACTIVITES.................................................................................14
IV- JUSTIFICATION THEME...................................................................................................15
CONCLUSION................................................................................................................................15
CHAPITRE3 : REALISATION DES PLANCHERS A CORPS
CREUX ET A DALLE PLEINE.........................................................................16
INTRODUCTION............................................................................................................................16
I- GENERALITES SUR LES PLANCHER.................................................................................16
1- LE PLANCHER EN BOIS.......................................................................................................16
2- LE PLANCHER EN BETON...................................................................................................18
I- LES ETAPES DE REALISATION DES PLANCHERS A CORPS CREUX ET DES DALLES
PLEINES..........................................................................................................................................20
1- LES ETAPES COMMUNES................................................................................................20
2- ETAPE SPECIFIQUE A LA DALLE PLEINE....................................................................22
3- ETAPE SPECIFIQUE AU PLANCHER A CORPS CREUX..............................................22
4- COULAGE DE LA DALLE PROPREMENT DITE............................................................23
II- MATERIAUX UTILISES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLANCHER......................24
1- LE SABLE...........................................................................................................................24
2- LES GRAVIERS..................................................................................................................24
3- LE CIMENT.........................................................................................................................24
4- L’EAU DE GACHAGE.......................................................................................................24
5- LES ARMATURES.............................................................................................................25
6- LE BOIS...............................................................................................................................25
7- LE FIL DE FER ET LES CLOUS........................................................................................25
CONCLUSION................................................................................................................................25
CHAPITRE5 : APPROCHE CRITIQUE............................................................26
INTRODUCTION............................................................................................................................26
I- ACQUIS DU STAGE...............................................................................................................26
II- REMARQUES.....................................................................................................................26
1- LES REMAQUES POSITIVES...........................................................................................26
2- LES REMARQUES NEGATIVES......................................................................................27
III- LES SUGGESTIONS...........................................................................................................27
CONCLUSION................................................................................................................................27
CONCLUSION GENERALE.............................................................................28
BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE.........................................................29
ANNEXES..........................................................................................................30
ABREVIATIONS

- FGI : Faculté de Génie Industriel


- EDER : Entreprise de développement résidentiel
- SARL : société à responsabilité limité
- HA : haute adhérence
- ISO : International standard organisation
- GCI : génie civil industriel
AVANT PROPOS
La faculté de Génie industriel (FGI) de l’Université de Douala est
opérationnelle depuis décembre 2006 à la suite de l’arrêté ministériel N◦
06/0130/MINESUP/DDES du 18 octobre 2006 portant ouverture de la Faculté
de Génie Industriel à l’Université de Douala, et du décret n◦93/030 du 19
janvier, 1993 portant organisation administrative et académique de l’Université
de Douala.
C’est une faculté qui forme les ingénieurs en Génie Industriel dotés d’une
grande capacité en techniques de management intégré (ISO9001/ 08, ISO14001
ET OHSAS 18001).
Toute la formation à la FGI est strictement basée sur le système LMD.
Les futurs ingénieurs, après la formation scientifique de base et les
enseignements techniques spécifiques, reçoivent en outre des enseignements sur
la comptabilité, l’économie générale, l’économie industrielle, le droit de travail,
le droit des affaires, la planification de l’entreprise, l’ergonomie, la gestion de la
qualité, le choix de grands projets, la gestion de la maintenance, la négociation
commerciale, la recherche opérationnelle, la théorie de la décision, bref tout ce
qui concourt à l’expertise managériale.
Plusieurs étudiants finissant sont d’ailleurs pré-embauchés, compte tenu
de leur aptitude à accompagner les entreprises dans leur démarche qualité en vue
de la certification ISO9001/08. La FGI se positionne peu à peu en institution
leader de formation de ces nouveaux cadres.
Le site de la FGI á LOGBESSOU comprend 7 hangars industriels de 800
m 2 au sol ; chacun devant abriter 14 ateliers industriels de formation, un

amphithéâtre de 1000 places, les bureaux administratifs, des salles de classe, des
bibliothèques classiques et numériques, 14 laboratoires d’enseignement et de
Recherche au Développement. En somme, des équipements pédagogiques et
professionnels de pointe.
Nos offres de formation :
La faculté de Génie Industriel (FGI) de l’Université de Douala forme dans
les filières suivantes :
Hygiène-sûreté et sécurité industrielle
- Qualité et normalisation
- Sécurité et sûreté industrielle
- Hygiène industriel
- Environnement industriel
Technologie de construction industrielle
- Fabrication mécanique
- Construction mécanique
- Construction industrielle
Pêche industrielle
- Construction naval
- Génie mécanique naval
- Gestion d’entreprise de pêche
Technologie automobile
- Carrosserie suspensions
- Moteurs et transmission
- Mécatronique
Robotique industrielle
- Technologie de l’environnements et maitrise de l’énergie
- Automatisme et contrôle des systèmes industriels
- vision et robotique
Télécommunication et technique de l’information
- Administration réseau
- Télécommunication
- Génie logiciel
Génie civil
- Construction civile et industriel
- Voies et ouvrage d’art
- Ouvrage hydraulique

INTRODUCTION GENERALE
Pour concilier théories et pratiques, le programme des enseignements
des Institutions Universitaires prévoit une période des travaux pratiques et/ ou
de stage. C’est la raison pour laquelle notre faculté organise chaque fin de
l’année académique un stage professionnel allant d’un à deux mois à travers les
entreprises publiques ou privées a l’intention des étudiants du 1 er cycle. Au cours
de ces stages, l’étudiant confronte sa théorie aux réalités du monde de travail
afin qu’il s’imprègne des réalités du terrain. A ce fait, nous avons opté pour
1’entreprise de BTP EDER SARL comme notre terrain de stage du 02 aout au
02 septembre 2018. Tenant compte des exigences de notre faculté, cette période
(stage) sera sanctionnée par la rédaction d’un rapport de stage qui accompagnera
la copie de notre attestation de stage au département. Le présent rapport eu
égard à son introduction et sa conclusion comporte quatre chapitres dont le
premier parle de la présentation de l’entreprise EDER SARL, le deuxième
explique le déroulement du stage, le troisième évoque la réalisation du plancher
a corps creux et des dalles pleines, et le quatrième clôture en évoquant les
approches critiques.

CHAPITRE1-PRESENTATION DE L’ENTREPRISE
INTRODUCTION
Créée dans les années 2011 et enregistrée sous le numéro d’identifiant
unique (NUI) M041100036208E ; la société EDER SARL est la structure
d’accueil de mon stage académique.

I- PRESENTATION GENERALE DE L’ENTRPRISE


L’entreprise de développement résidentiel en abrégé EDER est une
entreprise citoyenne à caractère industriel jouissant de personnalité juridique et
de l’exclusivité de l’exécution des travaux de constructions et des grosses
réparations. C’est une Société à Responsabilité Limitée (S.A.R.L.) exerçant dans
le domaine du bâtiment et travaux publics.

1- SIEGE 
Le siège d’EDER est situé à douala, commune d’arrondissement de
er
douala 1 , Quartier AKWA, Au lieu-dit FACE COOPERATIVE SOFINA.
Adresse du contribuable BP : 2218 villes de douala. La société EDER SARL est
rattachée au centre de rattachement pilote 1 en régime d’imposition réel.

2- SECTEUR D’ACTIVITE
La société EDER SARL effectue des prestations dans le domaine des
bâtiments et travaux publics :
 Etudes techniques : Conception de solutions techniques en bâtiments,
routes et dans un domaine annexe. Calcul de structures, note de calcul en
béton armé
 Réalisation des infrastructures (construction des écoles, des routes, des
bâtiments, des églises …)
 Conception et réalisation des ouvrages hydrauliques

3- ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT
La société EDER SARL est constituée d’un bureau d’étude et plusieurs
bureaux des méthodes.
 Le bureau d’étude : c’est le lieu où se déroule tous les travaux de
conception et de planification des tous les travaux. C’est un service
animé par le directeur général M. GONONDO SOUNBI ingénieur en
génie rural diplômé de l’école nationale supérieure des travaux publics
de Yaoundé, mon encadreur professionnel M. FOYET CEDRIC
ingénieur en génie civil diplôme de la faculté de génie industriel, un
secrétaire général et directeur des finances, plusieurs autres
collaborateurs et sous-traitants.
 Le bureau de méthode : c’est le service situé sur tous les chantiers de
construction.il veille à l’exécution des travaux sur les chantiers et rend
compte au bureau d’étude

4- REALISATIONS :
La société EDER SARL a plusieurs réalisations dans le domaine du
bâtiment et travaux publics. On peut citer :
 La conception et la construction de l’église catholique à Kotto bloc
 La construction des salles de l’école catholique A NDOGSIMBI
 La construction de l’église catholique à pk11, á pk21, à yassa, á
BONABERI….
 La construction du presbytère de l’église Catholique saint Monique á
MAKEPE
 La réhabilitation de la cathédrale de douala
 La réhabilitation de plusieurs autres églises catholiques

II-  PRESENTAION DU CHANTIER DE MAKEPE

1- SITUATION GEOGRAPHIQUE
Le chantier de MAKEPE est situé dans la région du littorale, ville de
douala, département du Wouri, arrondissement de douala 5eme au quartier dit
MAKEPE à 100 m du carrefour dit RONE POULIN

2- ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU CHANTIER


Le chantier est place sous l’autorité d’un chef du chantier M. DAYONG
JOREL qui veille à l’exécution des travaux, assure le contrôle qualité et rend
compte au bureau d’étude. Le service est assuré par plusieurs groupes :
 Le groupe de ferraillage : ce service est dirigé par M.NYAMSI PATRICK
ferrailleur, assisté par M.JEAN MARIE ferrailleur et un manœuvre.
 Le groupe de coffrage sous la direction de M.ISMAEL technicien, assisté
par M.JEAN PAUL manœuvre.
 Le groupe de préparation du béton et du coulage sous la supervision d’un
technicien assisté de plusieurs manœuvres.

3- BUT DU CHANTIER
Le chantier de MAKEPE consiste à la construction d’un bâtiment R+1
(suivant les plans architecturaux en annexe) à usage d’habitation. Ce bâtiment
servira de presbytère à l’église saint Monique de MAKEPE.

CONCLUSION
La société EDER SARL est une entreprise camerounaise jeune de moins
de 10 ans. Ses réalisations témoignent du dynamisme et du professionnalisme
de ses membres, collaborateurs et sous-traitants. En somme EDER SARL est un
bureau d’étude qui s’appuie sur le savoir-faire d’une équipe d’experts
pluridisciplinaires hautement qualifiés comprenant des profils dans plusieurs
secteurs d’activités.

CHAPITRE2 : DEROULEMENT DE STAGE


INTRODUCTION
Mon stage académique á EDER SARL commence par un entretien avec le
Directeur Général au siège de l’entreprise á AKWA ; suivie de mon transfert au
chantier de MAKEPE où j’ai passé l’essentiel de mon stage académique .dans
ce chapitre il sera question d’évoquer les travaux exécutés, mon emploi du
temps du chantier et les missions réalisées.

I- ACCUEIL ET AFFECTATION
Arrivé en entreprise le 1 eraout 2018, aux environs de 8h30 min, nous
avons été reçu par Mr GONONDO SOUNBI directeur General D’EDER
SARL, Celui-ci au cours de notre entretien a tenu à nous souhaiter la bienvenue.
Au terme de notre entretien, nous avons été affectés au service de conception et
puis au service d’exécution de travaux sur le chantier de MAKEPE.

II- HORAIRE ET CONDITION DE TRAVAIL


Pour ce qui est des horaire sur le chantier, nous travaillons de lundi à
samedi de 7h30 à 17h30 avec en effet une pause-café d’une heure entre 13h et
14heures.les relations entre les personnels de l’entreprise sont établies sur
plusieurs modèles, en effet les discussions entre employés de l’entreprise
enveloppent des sujets professionnels, sociaux et bien d’autre. Les employés
sauvegardent des relations cordiales avec une atmosphère conviviale.

III- CHRONGRAMME DES ACTIVITES


Notre stage au sein de l’entreprise EDER SARL prend effet le 06
septembre 2018 et s’achève le 02 septembre 2018 ce qui constitue une durée de
quatre(04) semaines. En effet le travail était à la phase du coffrage des poutres
du plancher haut du RDC. Notre présence et notre participation ont profités aux
taches qui s’effectuaient dans les intervalles de temps suivantes :

 1eraout 2018 : accueil et entretien avec le directeur général


 3 aout 2018 : entretien avec mon encadreur et affectation au chantier de
MAKEPE
 06 aout 2018 : réalisation de l’échafaudage pour permettre la circulation en
hauteur
 Du 7 aout au 11 aout 2018 :
 mise en place des fonds de 25, 15,10 pour les poutres et étayage des
fonds.
 solivage du planchers et étayage du plancher
 : Du 13 aout au 18 aout 2018 :
 Pose des poutrelles et des hourdis pour les dalles à corps creux
 Coffrage des dalles pleines
 Début de ferraillage des dalles pleines

 Du 20 aout au 25 aout 2018 :


 Fin du ferraillage des dalles pleines
 Pli de la tête des nervures
 Maillage (ferraillage avec les barres de 6 lisses) des dalles a corps
creux
 Coulage de la dalle
 Du 27 aout au 31aout 2018 :
 Coffrage de l’escalier
 Ferraillage des escaliers
 Elévation des murs du premier niveau
 03 septembre 2018 : Fin de stage

IV- JUSTIFICATION THEME


Ce thème nous permet de maitriser non seulement nos cours théoriques
de la technologie des bâtiments mais aussi la base du génie civil.

CONCLUSION
Arrivé au terme de ce chapitre, il était question pour nous de retracer
notre parcours au sein de l’entreprise EDER SARL. Il ressort de cette partie que
notre passage dans cette entreprise n’est point à négliger car il nous a permis
non seulement de toucher au bout des doigts á la réalité du terrain mais aussi de
comprendre beaucoup de nos cours théoriques. `
CHAPITRE3 : REALISATION DES PLANCHERS A CORPS
CREUX ET A DALLE PLEINE

INTRODUCTION
Dans le cadre de notre stage académique au chantier de MAKEPE, nous
avons eu la chance de réaliser des planchers à corps creux et des dalles pleines.
Dans cette partie, il est question de présenter les étapes de réalisation de ces
planchers et les matériaux nécessaire pour leurs réalisations.

I- GENERALITES SUR LES PLANCHER


Le plancher est un ouvrage horizontal constituant une séparation entre
deux niveaux d’une habitation. Selon les matériaux employés et les techniques
mises en œuvre, il existe deux principaux types de planchers:
● Le plancher en bois
● Le plancher en béton

1- LE PLANCHER EN BOIS
Le plancher en bois est un plancher dont les éléments porteurs sont
constitués par des poutres et des solives en bois. Le plancher à la française ou
plafond au français est un plancher composé de solives apparentes en sous-face
(plafond). Les solives, généralement en chêne, sont régulièrement espacées. Les
éléments constitutifs de ce type de plancher sont :

■ La solive: longue pièce de bois, horizontale, de section carrée ou


rectangulaire, supportant les différents éléments qui constituent le platelage du
plancher. La solive repose à ses extrémités sur un Mur ou une poutre selon
l’importance et la configuration du plancher.
On appelle solivage l’ensemble de solives d’un plancher. On distingue plusieurs
types de solives :
● La solive courante: solive sans affectation particulière dont le seul rôle est de
supporter le platelage.
● La solive d’enchevêtrure: solive située en bordure d’une trémie et supportant
le chevêtre ou le linçoir.
● La solive boiteuse ou solive de remplissage: solive dont une extrémité est
assemblée dans un chevêtre ou un linçoir.
● La solive de rive: solive disposée en bordure de plancher, le long du mur. Il
existe également des solives dites composites, constituées de plusieurs éléments.
● La solive à âme métallique dont les deux membrures sont en bois massif et
l’âme (élément vertical central) en acier galvanisé.
● La solive à âme en fibres de bois: les membrures sont en bois massif ou en
feuilles de bois collées et l’âme est un panneau de fibres de bois dures.
● La solive en bois lamellée constituée de lames de bois assemblées entre elles
par collage.
■ La poutre : longue pièce de bois, horizontale, de forte section (au moins15-cm
x 20-cm) sur laquelle reposent les solives. La poutre principale d’un plancher en
bois est appelée poutre maîtresse.
On appelle poutraison l’ensemble des poutres qui constituent l’ossature d’un
plancher. Il existe également des poutres composites analogues aux solives
composites.
■ Le chevêtre : pièce de bois disposée parallèlement à un mur et à distance de
celui-ci pour ménager un espace libre dans le plancher (trémie). Le chevêtre
prend appui sur les solives d’enchevêtrure et supporte l’extrémité de solives
boiteuses.
■ Le linçoir : sorte de chevêtre mis en place devant un conduit de fumée, un
ébrasement de baie ou une portion de mur inapte à supporter les solives. La
principale différence entre le linçoir et le chevêtre est que ce dernier est
beaucoup plus éloigné du mur.
■ L’enchevêtrure: désigne l’ensemble des pièces qui délimitent une trémie dans
un plancher en bois. L’enchevêtrure comprend généralement deux solives
d’enchevêtrure, un ou deux chevêtres (selon la position de la trémie) et une ou
plusieurs solives boiteuses.
■ Le platelage: ensemble des ouvrages (panneaux de particules, parquet…) qui
composent la surface horizontale d’un plancher en bois.
■ La lambourde : pièce de bois horizontale de petite section (5-cm x 10-cm
environ) placée le long d’un mur ou de part et d’autre d’une poutre. Les
lambourdes servent d’appui aux solives.
■ La muraillère : nom donné aux lambourdes fixées le long d’un mur.
■ L’entretoise ou l’étrésillon : petite pièce de bois placée entre les solives afin
d’empêcher ces dernières de se gauchir (de se déformer par torsion). Les
entretoises sont posées en quinconce pour permettre leur fixation par clouage.
■ La lierne : pièce de bois utilisée dans certains cas pour rigidifier les solives
d’un plancher. De nos jours, la lierne est remplacée par les entretoises.
■ Le madrier : appellation donnée aux pièces de bois de forte section dont le
rapport des dimensions des côtés est compris entre 2 et 3 (de 7 à 10-cm de large
et de 20 à 23-cm de hauteur). Les madriers sont employés pour la confection des
pièces de charpente et de solives et poutres pour les planchers.
■ Le bastaing ou basting : appellation donnée aux pièces de bois de section
moyenne dont le rapport des dimensions des côtés est compris entre 2 et 3 (de 5
à 7-cm de large et de 15 à 19-cm de hauteur). Comme les madriers, les bastaings
entrent dans la composition des charpentes et des planchers.
■ Le corbeau : support en pierre ou en métal encastré ou scellé dans le mur
servant à soutenir les lambourdes.

2- LE PLANCHER EN BETON

Le plancher en béton est un plancher fait en béton dont on distingue deux


variétés:
•La dalle en béton coulée en place sur un coffrage (c’est la technique dite de la
dalle pleine) ou sur une prédalle,
•Le plancher préfabriqué constitué de plusieurs éléments assemblés.

Les professionnels du bâtiment nomment les différents planchers d’une


habitation d’une façon particulière : ainsi l’appellation « plancher haut du rez-
de-chaussée » désigne-t-elle le plancher qui sépare le rez-de-chaussée du
premier étage. Ce même plancher peut également s’intituler « plancher bas du
premier étage ».
■ La dalle pleine est un plancher en béton armé de 15 à 20-cm d’épaisseur coulé
sur un coffrage plat. Le diamètre des armatures incorporées et leur nombre
varient suivant les dimensions de la dalle et l’importance des charges qu’elle
supporte. Ce type de plancher est très utilisé dans l’habitat collectif.
■ La prédalle est une plaque préfabriquée en béton armé ou en béton
précontraint de 5-cm d’épaisseur environ, constituant la partie inférieure du
plancher. La prédalle participe à la résistance du plancher et fait également
office d’élément de coffrage en béton. Le vide sanitaire est un espace ventilé
situé ente le premier plancher d’une habitation et le sol naturel.
■ Le plancher préfabriqué est un plancher dont l’ossature porteuse est constituée
d’éléments en béton. Ce type de plancher est couramment employé pour les
maisons individuelles car il peut être mis en œuvre avec des moyens de levage
limités. Ce plancher est constitué principalement de poutrelles, de hourdis et
d’une dalle de compression.
■ La poutrelle : poutre préfabriquée de faible section en béton armé ou en béton
précontraint. Les poutrelles qui constituent la structure porteuse du plancher
reposent à leurs extrémités sur des murs Porteurs ou des poutres en béton armé.
Les poutrelles sont disposées à intervalles réguliers (tous les 60-cm environ) et
reçoivent les hourdis.
■ Le hourdis appelé aussi entrevous ou corps creux est un élément préfabriqué
en béton de gravillons, en terre cuite ou en polystyrène, mis en place entre les
poutrelles d’un plancher. Les hourdis servent généralement de coffrage à la dalle
de compression qui les recouvre. Les entrevous en polystyrène qui assurent au
plancher une bonne isolation thermique sont essentiellement utilisés pour les
planchers recouvrant un vide sanitaire ou un local non chauffé (cave, garage…).
A l’origine, l’entrevous est l’intervalle ou l’espace situé entre deux solives d’un
plancher en bois. Par extension, de nos jours, le mot désigne également le bloc
manufacturé servant à remplir cet espace.
■ Le hourdis négatif appelé aussi entrevous bas ou plaque négative est un
hourdis spécial de faible hauteur mis en place lorsque l’on souhaite augmenter
localement l’épaisseur de la dalle de compression. La dalle de compression
appelée aussi table de compression ou dalle de répartition est une dalle en béton
coulée en place sur l’ensemble du plancher constitué par les poutrelles et les
hourdis. Elle est généralement armée d’un treillis soudé et son épaisseur
courante est de 5-cm environ. La dalle de répartition donne au plancher sa
rigidité et assure le report des charges en direction des poutrelles. Le béton qui
ne comble que l’espace libre entre les entrevous sans recouvrir ces derniers est
appelé béton de clavetage.
■ La poutre est une pièce horizontale en béton armé de section généralement
rectangulaire supportant une partie du plancher (dans le cas d’un plancher
préfabriqué, ce sont les poutrelles qui prennent appui sur la poutre). La poutre
repose à ses extrémités sur des poteaux ou des murs. La poutre principale d’une
structure porteuse est parfois appelée poutre maîtresse. La partie de poutre en
saillie par rapport à la sous-face du plancher s‘appelle retombée de poutre. La
poutre est dite noyée lorsqu’elle est totalement incorporée dans l’épaisseur du
plancher. Les fabricants qui commercialisent les poutrelles et les hourdis
distribuent également des poutres préfabriquées en béton précontraint. Leur
utilisation supprime, sur le chantier, les opérations de coffrage, de coulage du
béton et de décoffrage
■ La portée : distance qui sépare les deux points d’appui d’une poutrelle ou
d’une poutre.
■ La trémie : ouverture ménagée dans un plancher pour permettre le passage
d’un escalier, d’un ascenseur, d’une gaine technique, d’un conduit de fumée ou
de ventilation. La réalisation d’une trémie dans un plancher préfabriqué
nécessite souvent la mise en place de chevêtres. Le chevêtre petite poutre noyée,
en béton armé, disposée perpendiculairement aux poutrelles d’un plancher et
située au droit d’une trémie. Le chevêtre supporte l’extrémité des poutrelles
interrompues par la présence de la trémie.
■ La réservation est un dispositif particulier (petit coffrage ou bloc de
polystyrène) mis en place dans l’épaisseur du plancher avant le coulage de la
dalle pour faciliter ultérieurement l’exécution des trous nécessaires au passage
de gaines, conduites, câbles…
■ La mezzanine est à l’origine, une mezzanine est un étage intermédiaire
ménagé entre deux étages principaux. Par extension, de nos jours, ce mot
désigne la portion de plancher, ouvert sur le niveau inférieur et dont le bord libre
est équipé d’un garde-corps.
■ L’encorbellement est toute construction faisant saillie sur un mur. Ce mot est
le plus souvent associé à un nom d’ouvrage. Ainsi l’appellation dalle en
encorbellement désigne une dalle de balcon ou un palier d’escalier placé en
porte à faux par rapport à un mur.
■ Le chaînage horizontal ou chaînage périphérique est un ouvrage en béton armé
constitué d’armatures filantes, situé au niveau de chaque plancher préfabriqué et
ceinturant le bâtiment comme une chaîne. Le chaînage horizontal assure la
stabilité de la construction en reliant les murs et les planchers entre eux. Il réduit
également les risques de fissuration.

I- LES ETAPES DE REALISATION DES PLANCHERS A


CORPS CREUX ET DES DALLES PLEINES

1- LES ETAPES COMMUNES

 LES SOLIVAGES : est une opération de coffrage en bois servant à


supporter la dalle et le plancher. Sa réalisation nécessite une expertise
.pour réaliser notre solivage nous avons suivi les opérations suivantes :
réglage de la hauteur du plancher au trait de niveau (plan horizontal de
référence), mise en place des lattes périphériques, mise en place des lattes
intermédiaires. L’ensemble se présente sous forme de maille dont
l’espacement varie en fonction de la charge à supporter.

 L’ETAYAGE : est une opération qui consiste à disposer les piquets ou


étais pour supporter la charge de la dalle. Il se réalise comme suit : Une
ceinture en latte de 4 cm*8 cm est faite dans toutes les pièces et fixées en
dessous de la ligne délimitant la hauteur sous le plafond de la dalle, cette
étape s’appelle le solivage du plancher. Par suite, d’autres lattes sont
clouées dans un autre sens perpendiculaires au plus petit côté de chaque
pièce ou de chaque plaque de la dalle à l’espace de 0,80m l’une de
l’autre. Au-dessus de chaque latte sont tendues des lignes de ficelles qui a
leur tour prennent appuis sur le cadre préalablement fixées et réglées. Les
lattes sont ensuite soutenu par des fils d’étais espacés à leur tour de 0,90
m les uns des autres sous les lignes des lattes et immobilisés en leur partie
supérieur par d’autres files de lattes ceux-ci perpendiculaire au premier.
Sous chaque étais se trouve une semelle (morceaux de planche d’environ
10 cm2 a 15 cm2).les semelles sont disposées face à face dans le but de
régler en hauteur les étais en provenant pour référence de niveau des
ficelles tendues au-dessus préalablement. L’opération se poursuit dans les
autres pièces jusqu’à la fin.
Mise en place des planches au-dessus du solivage, elles sont disposées
suivant le sens horizontal ou vertical choisis par les techniciens en fonction de
la longueur de la planche.

Figure1 : l’étayage d’un plancher

 La tuyauterie est une opération qui consiste à passer les gaines


d’électricité et les tuyaux dans la dalle enfin de permettre l’éclairage et
l’installation sanitaire. le plombier dispose la tuyauterie suivant le plan de
plomberie prévue suivant le même principe que l’électricien. Nous
pouvons noter que la plomberie est apparente pour les besoins de
maintenance .donc la dalle n’est pas évidée par la plomberie.
2- ETAPE SPECIFIQUE A LA DALLE PLEINE
 LE FERRAILLLAGE de la dalle ; l’équipe des ferrailleurs à l’aide des
cisailles coupe des barres de fer selon les dimensions recherchées, les
diamètres et ensuite ces fer sont étalés sur le plancher suivant la longueur
désirée. Ces fers sont étalés de deux sens (horizontal, vertical) et ensuite
sont attaches à l’aide des fils d’attaches. Lors du ferraillage de notre dalle
nous avons tisse une nappe avec les armatures HA12. Notre nappe est
posée au-dessus d’une calle à béton qui maintient l’enrobage.

Figure2 : ferraillage a une nappe d’une dalle pleine

3- ETAPE SPECIFIQUE AU PLANCHER A CORPS


CREUX
 Pose des poutrelles et des hourdis : Les poutrelles qui constituent la
structure porteuse du plancher reposent à leurs extrémités sur des murs
Porteurs ou des poutres en béton armé. Les poutrelles sont disposées à
intervalles réguliers (tous les 60-cm environ) et reçoivent les hourdis.
 Le maillage qui consiste à lancer les fers de 6 lisses accroche aux poutres
et attaches au niveau des nervures

4- COULAGE DE LA DALLE PROPREMENT DITE


Apres avoir effectuée toutes les vérifications, on prépare la dalle
en remplissant les vides des poutres avec un béton fluide. Le
bétonnage consiste à déverser sur toute la surface du plancher Le
béton qu’on étale, on vibre, on coupe pour mettre à niveau à l’aide
d’une règle métallique ou en bois et en fin on fait le talochage.

Figure3 : coulage de la dalle

II- MATERIAUX UTILISES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU


PLANCHER
Un matériau est produit que l’on utilise dans un processus de construction
ou de fabrication. Ainsi dans le domaine du génie civil, on distingue plusieurs
types des matériaux de construction. Pendant notre stage, nous avions utilisés
plusieurs qualités des matériaux.
1- LE SABLE
Le sable est un matériau utilise dans la construction pour fabriquer le
béton et le mortier. Le sable provient soit des rivières soit du broyage. Le sable
utilisé sur le chantier provient de la mer plus précisément du Wouri.

2- LES GRAVIERS
Les granulats sont l’ensemble des matériaux inertes qui entrent dans la
composition du béton. Il existe différents qualités des granulats sur le chantier.
Nous avions utilisés les graviers issus de la carrière qui sont des blocs des
roches concassés et broyés pour le béton. La taille des granulats variait entre 5
et 25 mm résultant de deux classes : 5/15 et 15/25.

3- LE CIMENT
Le ciment est un matériau de construction composée de calcaire, d’argile
et du clinker mélangé avec l’eau durcit en séchant. C’est un liant hydraulique
qui peut durcir, se conserver pendant longtemps a l’air aussi sous l’eau. Les
ciments généralement utilisés dans la construction civile sont des ciments
portant artificiels portland jumelés. Sur le chantier, nous avions utilisés le
ciment portland artificielle cpj35.

4- L’EAU DE GACHAGE
Sur le chantier l’eau issu du forage pour mouiller les différentes particules
pendant la confection du béton ou du mortier. L’eau de gâchage doit être propre
et non salée.

5- LES ARMATURES
L’armature est un matériau de construction utilise pour la fabrication du
béton arme. Son rôle principal est de reprendre les efforts de traction dans le
béton. Les armatures les plus utilisées pour le béton arme sont :
 Les ronds lisses
 Les hautes adhérences
 Les treillis soudés.
Les armatures utilises sur le chantier sont les aciers a haute adhérence
FeE500 et les ronds lisses de diamètre allant de 6 à 14mm. Les barres de 6 sont
utilisées pour les cadres et étriers.

6- LE BOIS
Le bois est un matériau de construction utilise pour la réalisation des
éléments permanents comme les pièces de charpente, fenêtre des portes,
plancher, et les éléments provisoire comme les échafaudages et les coffrages. Au
chantier, nous avions utilisés le contreplaque, les lattes et les chevrons. Ils sont
utilisés pour réaliser les échafaudages, les coffrages et aussi pour les fonds des
poutres.

7- LE FIL DE FER ET LES CLOUS


Le fil de fer est utilisé pour le ferraillage et pour la fabrication des cales
béton alors que les clous sont des petites tiges métalliques pointues à un bout et
aplati à l’autre bout utilisés pour l’assemblage et la fixation des matériaux. Au
chantier nous avions utilisé les clous de taille de 60,70 et 80 mm pour la
réalisation des coffrages et les échafaudages.

CONCLUSION
Arrive au terme de ce chapitre, il était question de présenter les étapes de
réalisation du plancher à corps creux et des dalles pleines ainsi que les
matériaux utilisés. Il ressort de ce chapitre que la réalisation d’un plancher à
corps creux est plus pratique et économique par rapport aux dalles pleines.

CHAPITRE5 : APPROCHE CRITIQUE

INTRODUCTION
Critiquer c’est bon mais critiquer pour apporter un plus c’est encore
mieux. C’est Dans cette optique que nous allons présenter non seulement nos
acquis de stage mais aussi nos différentes remarques et suggestions.
I- ACQUIS DU STAGE
Ce stage nous a été bénéfique dans la mesure où il est un instrument de
perfectionnement pour notre formation moyennant l’habitude avec les travaux
pratiques. Il nous a permis d’acquérir une certaine aptitude dans la réalisation
d’un projet en nous permettant d’exploiter et de mettre en pratique certaines
notions de nos cours. A cet effet nous avons pu intégrer dans divers domaines
d’activistes :
 La gestion et l’organisation du chantier
 La réalisation du coffrage
 L’utilisation et la lecture des plans du chantier
 Le rôle de différents matériels dans le chantier
 Le ferraillage
 Le bétonnage
 Etc.

II- REMARQUES
Pendant toute la période de notre stage chez EDER SARL, nous avons
observés des remarques tant positives que négatives.

1- LES REMAQUES POSITIVES


 L’accueil chaleureux du personnel
 La bonne conduite des employés sur le chantier
 La grande collaboration entre le stagiaire et les personnels
d’établissement
 Une atmosphère conviviale favorable à une intégration sociale
 Le respect des heures du début et la fin du travail

2- LES REMARQUES NEGATIVES


 L’absence des tenues de sécurité
 Mauvaise organisation du travail qui influence grandement sur le
rendement de l’entreprise
 L’absence d’une bonne bétonnière
 Manque d’une caisse médicale pour les premiers soins lors d’un
accident
 Manque de control permanant des ingénieurs sur le chantier
III- LES SUGGESTIONS
Nous avons suggères á l’établissement de :
 Mettre des équipements de protection individuelle à la disposition
des employés et stagiaire
 Organiser le travail de sorte que qu’elle soit bénéfique pour
l’entreprise et éviter les temps improductifs
 Acheter une caisse médicale pour les premiers soins
 Faciliter l’approvisionnement des matériaux sur le chantier

CONCLUSION
Arrivé à la fin de ce chapitre, il était question pour nous d’exposer nos
remarques et suggestions afin d’améliorer les conditions de travail sur le
chantier et par la même occasion améliorer le rendement de l’entreprise.

CONCLUSION GENERALE

Au terme de notre stage académique au sein de l’entreprise EDER


SARL, nous pouvons attester que le principal visé par celui-ci a été atteint ;
avoir le complément pratique de la formation reçue à la faculté de génie
industriel. A travers ce stage, nous nous sommes imprégnés des réalités
socioprofessionnelles. Aussi il nous a permis de développer notre esprit de
créativité. Nous savons désormais que la réalisation d’un plancher passe par les
grandes lignes ci-dessus développés. Nous sommes donc actuellement à mesure
de planifier la réalisation d’un plancher sans hésitation possible. Nous dirons
donc qu’en multipliant des stages, nous sommes aujourd’hui plus que jamais
compétitifs et dans l’avenir nous serons appelé à innover et rénover dans le
domaine du BTP.

BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE

Pour la rédaction de ce rapport, nous nous sommes servi des nombreux


documents et site web :
 Guide du tâcheron de pierre BLONDIN, DIDIER FOKWA ET DESIRE
EMBOGO
 Cours de base du génie civil de Mr ABANDA
 LA MAISON D’A-Z
 WWW.GOOGLE. COM
 WIKIPEDIA
 LIVRET DES ETUDIANTS DE LA FACULTE DE GNIE INDUSTRIEL

ANNEXES

 plan de distribution RDC


 plan de coffrage du plancher haut RDC
 plan de distribution du premier étage
 planning de l’évolution du travail.

Table des matières


DEDICACE...........................................................................................................2
REMERCIEMENTS.............................................................................................3
SOMMAIRE.........................................................................................................4
ABREVIATIONS.................................................................................................6
AVANT PROPOS.................................................................................................7
INTRODUCTION GENERALE.........................................................................10
CHAPITRE1-PRESENTATION DE L’ENTREPRISE.....................................11
INTRODUCTION............................................................................................................................11
I- PRESENTATION GENERALE DE L’ENTRPRISE...............................................................11
1- SIEGE...................................................................................................................................11
2- SECTEUR D’ACTIVITE........................................................................................................11
3- ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT.......................................................................11
4- REALISATIONS :...................................................................................................................12
II- PRESENTAION DU CHANTIER DE MAKEPE................................................................12
1- SITUATION GEOGRAPHIQUE.........................................................................................12
2- ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU CHANTIER.........................................12
3- BUT DU CHANTIER..........................................................................................................13
CONCLUSION................................................................................................................................13
CHAPITRE2 : DEROULEMENT DE STAGE..................................................14
INTRODUCTION............................................................................................................................14
I- ACCUEIL ET AFFECTATION...............................................................................................14
II- HORAIRE ET CONDITION DE TRAVAIL.......................................................................14
III- CHRONGRAMME DES ACTIVITES.................................................................................14
IV- JUSTIFICATION THEME...................................................................................................15
CONCLUSION................................................................................................................................15
CHAPITRE3 : REALISATION DES PLANCHERS A CORPS
CREUX ET A DALLE PLEINE.........................................................................16
INTRODUCTION............................................................................................................................16
I- GENERALITES SUR LES PLANCHER.................................................................................16
1- LE PLANCHER EN BOIS.......................................................................................................16
2- LE PLANCHER EN BETON...................................................................................................18
I- LES ETAPES DE REALISATION DES PLANCHERS A CORPS CREUX ET DES DALLES
PLEINES..........................................................................................................................................20
1- LES ETAPES COMMUNES................................................................................................20
2- ETAPE SPECIFIQUE A LA DALLE PLEINE....................................................................22
3- ETAPE SPECIFIQUE AU PLANCHER A CORPS CREUX..............................................22
4- COULAGE DE LA DALLE PROPREMENT DITE............................................................23
II- MATERIAUX UTILISES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLANCHER......................24
1- LE SABLE...........................................................................................................................24
2- LES GRAVIERS..................................................................................................................24
3- LE CIMENT.........................................................................................................................24
4- L’EAU DE GACHAGE.......................................................................................................24
5- LES ARMATURES.............................................................................................................25
6- LE BOIS...............................................................................................................................25
7- LE FIL DE FER ET LES CLOUS........................................................................................25
CONCLUSION................................................................................................................................25
CHAPITRE5 : APPROCHE CRITIQUE............................................................26
INTRODUCTION............................................................................................................................26
I- ACQUIS DU STAGE...............................................................................................................26
II- REMARQUES.....................................................................................................................26
1- LES REMAQUES POSITIVES...........................................................................................26
2- LES REMARQUES NEGATIVES......................................................................................27
III- LES SUGGESTIONS...........................................................................................................27
CONCLUSION................................................................................................................................27
CONCLUSION GENERALE.............................................................................28
BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE.........................................................29
ANNEXES..........................................................................................................30

Vous aimerez peut-être aussi