Vous êtes sur la page 1sur 10

LES DETECTEURS DE PRESENCE

A) CAPTEUR ACTIF

B) CAPTEUR PASSIF

MISE EN SERIE DE PLUSIEURS DETECTEURS PASSIFS


C) STRUCTURE DES DETECTEURS D’OUVERTURE DE PORTE
DETCTEUR AU REPOS

DETECTEUR EN ALARME
D) Familles des centrales d’alarme
Il existe autant de modèles des centrales qu’il y a des fabricants. On ne
parlera ici que des principes généraux.
Les centrales classiques
Ce sont des centrales, paramétrables ou non, fonctionnant sur le
principe de la détection de l’ouverture ou de la fermeture d’une boucle.
Concernant les sorties, une centrale possède généralement :
Une sortie 12V déclenchée :

Centrale au repos → sortie à 0V, centrale en alerte → sortie à 12V.


Les trois contacts repos/travail/commun d’un relais.

Les centrales à bus


Il n’existe qu’une paire de câble faisant le tour de la zone à protéger.
Cette paire de câble sera appelée « bus » sur lequel transite en
permanence des informations numériques. Tous les périphériques sont
connectés sur le même bus.
Les détecteurs sont de type standard et les boîtiers de raccordement
au bus sont spécifiques à la centrale.
La centrale effectue une interrogation des périphériques les uns après
les autres. Lorsque le détecteur est interrogé, il renvoie l’état de
chacune des entrées qu’il surveille.
Les centrales réseaux et les centrales radios
Les centrales réseaux sont ceux utilisant le réseau informatique de l’entreprise ou les
ondes électromagnétiques pour la transmission des informations entre les
périphériques et la centrale.
E) LES AVERTISSEURS

Les avertisseurs visuels


En dehors des écrans informatiques, les avertisseurs visuels
concernent :
Les témoins lumineux : tous les témoins se trouvant sur la face avant
d’un pupitre d’une centrale.
Les gyrophares : placés à l’extérieur, ils désignent le lieu de l’intrusion
et provoquent l’inquiétude des intrus. Ils doivent être visibles et les
moins accessibles possible.

Les avertisseurs sonores


Ce sont toutes les sirènes intérieures et extérieures.
Une sirène intérieure devient dissuasive pour un intrus lorsque le
niveau sonore atteint 100 à 120db. Elle doit être placée dans un
endroit le moins accessible possible.
La sirène possède sa propre alimentation et sa propre batterie de
sauvegarde. En autonomie sur batterie, elle doit être capable de
sonner pendant une à trois heures.

La sirène se commande par une entrée dite « plus de blocage » (abrégé +B). Il s’agit
d’une commande en tension.
Afin de déclencher la sirène en cas de coupure du câble la reliant à la
centrale, la convention suivante est appliquée :
Si l’entrée +B est à 12V, la sirène est au repos.
Si l’entrée +B est à 0V, la sirène est en alarme.

Il existe deux grandes familles d’alarmes anti-intrusion :


Les alarmes radio pour lesquels tout le matériel de détection et de
commande communique par onde radio avec la centrale d’alarme.
Cette solution permet d’éviter les contraintes de passage de câble, ce
qui est pratique si on doit installer le système d’alarme dans un
bâtiment ancien.
Les alarmes filaires pour lesquels tout le matériel de détection et de
commande est raccordé par des conducteurs à la centrale d’alarme.
Les avantages des alarmes filaires son d’être plus fiables (pas de
problème de parasitage) et de permettre des distances d’utilisation
plus importantes.
Certaines alarmes utilisent les deux technologies.
F) CABLAGE DES DETECTEURS DANS LE CAS D’UNE CENTRALE
D’ALARME NON ADRESSABLE
Les détecteurs sont raccordés aux boucles d’alarme et à la boucle
d’autoprotection de la centrale d’alarme.
Il y a deux façons de câbler les détecteurs : « en équilibré » ou « en tout
ou rien »
Nombre des bornes à câbler sur les détecteurs
Quelle que soit sa marque, un détecteur magnétique comporte deux
contacts NF et deux bornes libres de tout potentiel ; donc six bornes
au total.
Exemple de détecteur magnétique :

Dans la plupart des cas, les détecteurs de mouvement comportent deux contacts NF,
deux bornes libres de tout potentiel ainsi que deux bornes pour être alimentés
(alimentation continue souvent fournie par la centrale d’alarme). Mise à part
l’alimentation, les détecteurs de mouvement sont câblés de la même façon que les
détecteurs magnétiques.
Câblage des détecteurs en boucle équilibrée
On utilise deux conducteurs (au lieu de quatre) pour câbler les
contacts d’autoprotection (auto-surveillance) et d’alarme. On n’utilise
pas les deux bornes libres.
Schéma de câblage

Schéma équivalent

Dans le cas d’un câblage en boucle équilibrée, deux informations


distinctes sur deux fils sont délivrées. Une information alarme
intrusion et une information autoprotection.
Si les deux contacts sont fermés, la résistance équivalente est de 3K5.
Si le contact d’alarme s’ouvre, nous avons une résistance équivalente
de 11K4.
Si le contact AP s’ouvre, la résistance équivalente sera infinie.
Câblage des détecteurs en boucle tout ou rien
On utilise quatre conducteurs pour câbler les contacts
d’autoprotection (auto surveillance) et d’alarme.
Les bornes libres sont utilisées uniquement si on câble plusieurs
détecteurs sur une même boucle.
Schéma de câblage avec un détecteur sur une boucle d’alarme :

G) LES SCHEMAS DEVELOPPES


Pour les détecteurs magnétiques (montage sans centrale d’alarme)
DM
KM

KM
Sirène

Gyrophare

N.B. : le relais peut être remplacé par un montage inverseur à transistor.


Pour les détecteurs infrarouges
PIR
Rc

RB 12V

T
Sirène Gyrophare

T: transistor (exemple: BD244)


RB : Résistance de base (=0,7βRc)
Rc: Résistance du collecteur
A. MONTAGE DEUX FILS ( CAS OU LE DETECTEUR COMPORTE UN
TRIAC)

MONTAGE A UN SEUL PIR

B. MONTAGE TROIS FILS (CAS D’UN DETECTEUR A RELAIS)


MONTAGE A UN SEUL PIR
DM : DETECTEUR MAGNETIQUE

DIR : DETECTEUR INFRAROUGE

PIR : PASSIVE INFRARED = DIR

Vous aimerez peut-être aussi