Vous êtes sur la page 1sur 4

LE RESEAU PERT

Le Program Evaluation and Review Technic (Technique d’Evaluation et de Contrôle des


Programmes) est une méthode mise au point aux USA en 1958 par Willard FRAZARD.

I – Présentation générale
Le réseau PERT est un graphe orienté particulier n’ayant ni boucles ni arcs multiples utilisé pour
l’ordonnancement des tâches d’un projet. Les sommets sont représentés par des nœuds qui
correspondent aux étapes symbolisant le début ou la fin de l’exécution d’une tâche. Les arcs
simples correspondent aux tâches à réaliser.
Illustration :
A (3)

La lettre représente le code de la tâche et le nombre entre parenthèse indique la durée


d’exécution de la tâche.
Il permet donc de visualiser l’enchainement logique des tâches. C’est ainsi que l’on
distingue :
- Les tâches successives : dont les arcs se suivent

- Les tâches simultanées : dont les arcs ont une même origine

- Les tâches convergentes : dont les arcs ont une même extrémité

En gestion des projets, cet outil permet de :


• Programmer les moyens humains et matériels selon l’estimation des charges futures.

Page 1 sur 4
• Coordonner les tâches.
• Déterminer les délais.
• Contrôler l’avancement des travaux.

II – Construction du PERT
En tant que graphe, la construction du réseau PERT nécessite la définition du dictionnaire des
tâches qui présente les tâches à réaliser, leurs codes et leurs durées respectives ainsi que les
antériorités strictes (tâches qui précèdent les autres). On peut également déterminer les niveaux
des tâches : une tâche qui n’a pas d’antériorités est de niveau 0, une tâche qui a pour antériorité
une tâche de niveau 0 est de niveau 1, une tâche qui a pour antériorité une tâche de niveau 1 est
de niveau 2, et ainsi de suite.
Le réseau PERT a un nœud de début et un nœud de fin.
- Les tâches qui n’ont pas prédécesseurs (tâches de début) sont nécessairement des
tâches simultanées : leurs arcs ont pour origine le nœud de début.
- Les tâches qui n’ont pas de successeurs (tâches de fin) sont nécessairement des tâches
convergentes : leurs arcs ont pour extrémité le nœud de fin.
La construction commence avec les tâches de début : on enchaine les arcs et les nœuds pour
représenter la simultanéité, la convergence, la succession des tâches. En cas de nécessité, on peut
usage de tâches fictives (qui ont une durée nulle)
Le code et la durée d’une tâche sont portés au dessus ou en dessous de l’arc
Exemple : Un projet comprend les tâches suivantes :
Tâche Durée en semaines Antériorités
A 5 …
B 4 A
C 5 A
D 6 A
E 4 A,D
F 4 G,I
G 2 A,J
H 4 A
I 4 E,D,B
J 2 …
K 3 I
L 1 F,K
M 2 H,C,I
N 2 M,L
TAF : Etablir le tableau des antériorités strictes et construire le graphe
Résolution :
Il s’agit d’éliminer dans la liste des antériorités de chaque tâche, les antériorités redondantes.
Dans la liste des antériorités de E, on élimine A car D a pour antériorité A.
Dans la liste des antériorités de I, on élimine D car E a pour antériorité D.

Page 2 sur 4
III – Analyse du PERT
Le réseau PERT permet de déterminer la durée totale du projet ainsi que les tâches critiques (les
tâches pour lesquelles tout retard entraîne l’allongement du projet) et le chemin critique (c’est-à-
dire le chemin le plus long entre la première et la dernière étape) qui passe par les tâches
critiques. Cette détermination passe par le calcul pour chaque étape ou nœud sa date au plus tôt et
sa dare au plus tard.
La date au plus tôt d’une étape TE (Time Early) est la date la plus rapprochée à laquelle une étape
peut être atteinte, ou encore à laquelle une tâche peut commencer. Pour la déterminer, on calcule
les temps (par addition des durées des tâches) des divers chemins qui mènent à cette étape et
lorsqu’il y a plusieurs chemins, on retient le temps le plus long.
La date au plus tard d’une étape TL (Time Late) est la date la plus éloignée à laquelle une étape
peut être atteinte sans retardée la réalisation totale du projet. Pour la déterminer, on part de la date
finale du projet et on retranche la durée du chemin qui mène à cette étape. A partir du dernier
nœud et en suivant les différents chemins, décompter la durée des tâches vers la gauche et
lorsqu’il y a plusieurs chemin on retient la date la plus petite.
Par convention la date au plus tôt du nœud de début est 0 la date au plus tard du nœud de fin est
égale à la date au plus tôt de ce nœud .
La marge d’une étape est la différence entre la TL et la TE  : M e  TL  TE
Une tâche est désignée par l’étape initiale et l’étape finale. Or, chaque étape est affectée de deux
dates TE et TL . Par conséquent quatre dates permettent de repérer les étapes d’une tâche dans le
temps :
- La date au plus tôt de l’étape initiale TEi
- La date au plus tôt de l’étape finale TEf
- La date au plus tard de l’étape initiale TLi
- La date au plus tard de l’étape finale TLf
La marge totale d’une tâche est donnée par : M t  TLf  TEi  d où d est la durée de la
tâche
La durée totale du projet est la date au plus tôt du nœud de fin

Convention de représentation des nœuds :


Il existe plusieurs conventions de représentation des nœuds.
- On peut reporter les numéros des nœuds à l’intérieur, les TE au-dessus et les TL en-
dessous des nœuds.
- On peut reporter les numéros des nœuds, les TE , les TL et les marges à l’intérieur des
nœuds comme illustré ci-après

Page 3 sur 4
Exemple : Tracer le réseau complet, Calculer les dates et la marges et la durée du projet
précédent.
Résolution
Tâche Marge Nœud
Extrémité de DTO DTA
A 5 A 5 5
B 6 B 15 15
C 12 C 19 22
D 0 D 11 11
E 0 E 15 15
F 0 F 23 23
G 12 G 19 19
H 13 H 4 22
I 0 I 19 19
J 15 J 5 17
K 1 K 23 23
L 0 L 24 24
M 3 M 24 24
N 0 N 26 26

Durée du projet : 26 semaines


Tâches critiques : A, D, E, I, F, L et L

Page 4 sur 4