Vous êtes sur la page 1sur 29

Raccordement des API

1/29
Câblage : cas du S7-1200

2/29
Câblage : cas du S7-1200

3/29
Câblage et
connexions : cas
du S7-1200
L'automate programmable existant
dans la salle de TP est le S7-1200. La
référence de la CPU est 1214C, AC/DC/
RLY, son numéro est 6ES7 214-1BG40-
0XB0.
Signification de AC/DC/RLY :

Le premier terme correspond au type
d'alimentation de la CPU. AC
correspond à l'alimentation par le
réseau alternatif, DC correspond à
l'alimentation par une tension
continue.

Le second terme DC correspond au
type de la tension disponible pour
l'alimentation des capteurs.

Le troisième terme RLY correspond
aux sorties de type relais. DC
correspond aux sorties de type
transistors.
4/29
Câblage et
connexions
: cas du
S7-1200

5/29
AC/DC/RLY

Câblage et
connexions
: cas du
S7-1200

6/29
Câblage et connexions : cas du S7-1200

DC/DC/RLY

7/29
Câblage et connexions : cas du S7-1200
DC/DC/DC

8/29
Raccordements des entrées logiques
Dans la figure à gauche, le commun en interne est relié à la
masse. L'automate est à logique positive en entrée. Pour mettre
une entrée automate au 1 logique, il faut lui imposer un potentiel
de +24V.

Dans la figure à droite, le commun en interne est relié à 24V.


L'automate est à logique négative en entrée. Pour mettre une
entrée automate au 1 logique, il faut lui imposer un potentiel de 0V.

9/29
Raccordements des entrées logiques

10/29
Raccordements des entrées logiques

11/29
Raccordements des entrées logiques

12/29
Raccordements des capteurs

Il existe une infinité de capteurs/détecteurs sur le marché; leur


point commun est le type de raccordement électrique :
Capteurs deux fils : ils se câblent comme des interrupteurs,
leur courant résiduel ou leur tension de déchet peut les rendre
incompatibles avec certains automates programmables
industriels. Ils peuvent être polarisés.
Capteurs trois fils : Attention il en existe deux types,

à sortie PNP pour les automates à commun de masse
(GND)

et NPN pour les automates à commun d’alimentation
(+Vcapteur).
Ils existent en sortie 4 fils (O + F) et programmable (PNP ou
NPN)
13/29
Raccordements des capteurs
Capteurs trois fils à sortie NPN pour les automates à commun
d’alimentation (+Vcapteur).

14/29
Raccordements des capteurs
Capteurs trois fils à sortie PNP pour les automates à commun de
masse (GND) .

15/29
Raccordements des capteurs

16/29
Raccordements des capteurs

Les interrupteurs sont disponibles avec des contacts
normalement ouverts (NO) ou normalement fermés (NF).

Certains peuvent également être configurés dans l'un des deux
modes en choisissant les contacts appropriés.

Les contacts d'un interrupteur NO sont ouverts en l’absence
d'entrée mécanique, qui est donc utilisée pour fermer
l’interrupteur.

Les contacts d'un interrupteur NF sont fermés en l’absence
d'entrée mécanique, qui est donc utilisée pour ouvrir
l’interrupteur.
Logique positive ou négative

17/29
Modules d’extension

Les fonctions intégrées de l’API sont limitées :
– le nombre d’entrées d’E/S intégrées,
– les fonctions de communications, etc.. .

Pour étendre les possibilités de l’API, on ajoute :
– des modules d’E/S enfichables sur la base ou déportés,
– des modules de distribution d'alimentation, des modules
d’extension de bus interne,
– des modules de communication : modules d’interface
réseau, modules d’extension de bus CANopen
– des cartes spécialisées : commande d’axes, de régulation
PID, de pesage, de comptage rapide,
– des cartes d’E/S analogiques, etc...

18/29
Principe d’acquisition d’une entrée TOR

19/29
Principe d’acquisition d’une entrée TOR
La figure montre les principaux éléments d'un conditionneur d'entrée
logique typique et quelques exemples de solutions technologiques :

- adaptation de niveau en fonction des standards ;


- protection contre les surtensions ;
- redressement éventuel dans le cas de signaux alternatifs ;

20/29
Principe d’acquisition d’une entrée TOR

- isolation galvanique entre processus et calculateur ;


- filtrage destiné à éliminer les parasites hautes fréquences ;
- seuils de discrimination des états logiques 1 et 0 ;
- visualisation de l'état, indispensable pour les tests et la
maintenance.
21/29
Principe d’acquisition d’une entrée TOR

L'isolation galvanique peut être obtenue par :


(a) - solution toute électrique avec isolation galvanique réalisée
par opto-coupleur,
(b) - isolation galvanique par relais,
(c) - isolation galvanique par transformateur dans le cas de
signaux alternatifs.
22/29
Principe d’acquisition d’une entrée TOR
Le filtre d'entrée TOR fonctionne comme suit :

Lorsqu'un "1" est entré, le système incrémente en s'arrêtant
au temps de filtre. L'entrée dans la mémoire image passe de
"0" à "1" lorsque le décompte atteint le temps de filtre.

Lorsqu'un "0" est entré, le système décrémente en s'arrêtant à
"0". L'entrée dans la mémoire image passe de "1" à "0"
lorsque le décompte atteint "0".

Si l'entrée alterne sans cesse, le compteur incrémente
partiellement et décrémente partiellement. La mémoire image
changera lorsque le cumul net des décomptes atteindra soit le
temps de filtre, soit "0".

Un signal changeant rapidement avec plus de "0" que de "1"
penchera finalement vers "0" alors que, s'il y a plus de "1" que
de "0", la mémoire image prendra finalement la valeur "1".

23/29
Principe d’acquisition d’une entrée TOR
Le fonctionnement peut être résumé comme suit lors de la
fermeture du capteur :
• La « Led 1 » signale que l’entrée de l'API est actionnée.
• La « Led D’ » de l’optocoupleur « Opto 1 » s’éclaire.
• Le phototransistor de l’optocoupleur « Opto 1 » devient passant.
• La tension Vs=0V.
Donc lors de l’activation d’une entrée de l’automate, l’interface
d’entrée envoie un
« 0 » logique à
l’unité de traitement
et un « 1 » logique
lors de l’ouverture du
contact du capteur (entrée
non actionnée).

24/29
Principe d’acquisition d’une sortie TOR
Les sorties mémorisent les
ordres donnés par le
processeur, pour permettre la
commande des pré-actionneurs
au travers de circuits de
découplage et d'amplification.

La figure montre les principaux éléments d'un conditionneur de sortie


logique typique :
- visualisation d'état,
- isolation galvanique,
- adaptation de niveau et de puissance en fonction des standards. En
général, cette adaptation se fait à partir d'une alimentation extérieure.
- protection contre les surcharges (courts-circuits), les surtensions
(charges inductives); absorption de l'énergie de coupure des relais, etc.

25/29
Raccordements des sorties
Les figures suivantes donnent quelques exemples de solutions technologiques :
- sortie à relais (contact libre de potentiel) assurant à la fois l'isolation et
l'adaptation de puissance
- sortie à transistor avec isolation par opto-coupleur
- sortie à triac pour les signaux alternatifs.

26/29
Raccordements des sorties

Dans la pratique les sorties sont souvent groupées par 2, 4,
8, 16, 32 ou plus afin de limiter le nombre de borne de
connexion.

De ce fait ces sorties ont un (ou plusieurs) point commun
électrique.

Le choix d’une interface de sortie se fait suivant :
– le type de charge (DC/AC, tension, courant),
– l’isolation souhaitée,
– la cadence de fonctionnement souhaitée et le nombre de
manœuvres souhaité.

L’alimentation des différents pré-actionneurs est toujours
fournie par une source de tension externe.

27/29
Principe d’acquisition d’une sortie TOR
(i) Sortie à relais
Le fonctionnement de l’interface de sortie à relais ci-dessus peut être résumé
comme suit lors d’une commande de sortie automate :
• L’unité de commande envoi un
«1» logique (5V).
• « T1 » devient passant, donc la «Led D’ »
s’éclaire
• Le photo-transistor «T’» de l’optocoupleur
« Opto1 » devient passant.
• La « Led1 » s’éclaire.
• « T2 » devient passant.
• La bobine « RL1 » devient sous tension et commande la fermeture du contact de
la sortie « Q0.1 ».
• Un « 1 » logique pour actionner une sortie API,
• Un « 0 » logique pour stopper la commande d’une sortie API.

28/29
Schéma de câblage de l'automate
TWDLMDA40-DTK

Fonctionnement en
logique positive
et négative

29/29