Vous êtes sur la page 1sur 5

L.

Abou Loubaba Gabes Sciences physiques


4ème Sc.Exp ; M & Sc.T
Enseignant : M’saddek MedL Résumé
Oscillations électriques lires (RLC lire)
Etude expérimentale des oscillations libres dans un circuit RLC amorti
➢ Montage expérimental: (figure-1-) U0

➢ Expérience :
L’interrupteur (K) étant sur la position (1), le condensateur de capacité C
se charge. La charge est terminée lorsque uc = Uo. La valeur de l’énergie
1 C
potentielle électrostatique stockée dans le condensateur est alors : R
1 1 figure-1- i
E C =  C  u 2 =  C  U 02 K
2 2
2
L’interrupteur (K) est alors basculé sur la position (2). Le condensateur
se décharge dans le conducteur ohmique R et la bobine L. Voie YA
L’oscilloscope à mémoire, branché aux bornes du condensateur, permet
d’étudier le régime transitoire qui règne lors de cette décharge.
➢ Oscillogrammes: L
Suivant la résistance R du circuit, on peut observer deux régimes de décharge.
figure-2- figure-3-
uC uC uC uC

t t t t

régime pseudopériodique régime apériodique


Lorsque la résistance est faible (figure-2-):
La décharge du condensateur n’est pas instantanée, elle donne lieu à des oscillations libres. La tension évolue
d’une façon quasi périodique autour de la valeur 0 ; son amplitude diminue au cours du temps. Il s’agit d’un
régime pseudopériodique. T représente la pseudo-période des oscillations.
Lorsque la résistance est grande (figure-3-):
La tension uc s’annule sans oscillation. Il s’agit d’un régime apériodique.
➢ Remarques :
- Le régime apériodique pour lequel l’annulation de la tension est la plus rapide est appelé régime
apériodique critique. Il marque la limite entre le régime pseudopériodique et le régime apériodique.
L
La résistance du circuit est égale à une valeur critique RC telle que : RC = 2 .
C
- La pseudo-période T des oscillations libres est d’autant plus grande que l’inductance L est grande et/ou que
la capacité C est grande.
Etude théorique des oscillations libres dans un circuit RLC amorti
C
➢ Equation différentielle en q: i
R
di 1 K
Loi des mailles: ub + uR + uC=0  L + Ri + q = 0 (I)
dt C 2
uC uR
dq di d 2 q
Or: i=  =
dt dt dt 2 ub
d 2q dq 1
Alors: (I)  L 2 + R + q=0 (A)
dt dt C L
➢ Equation différentielle en i:
di 1
Loi des mailles: ub + uR + uC=0  L + Ri + q = 0 (II)
dt C
2
d i di 1 dq d 2i di 1
On dérive l'équation (II)  L 2 +R + = 0  L 2 +R + i = 0 (B)
dt dt C dt dt dt C
➢ Solution de l'équation différentielle:
Selon la valeur de R les solutions des équations différentielles sont:
Si R faible (amortissement faible): Si R élevée (amortissement important)
Solution de (A): q(t) Solution de (A): q(t)

Solution de (B): i(t)


Solution de (B): i(t)

Régime pseudopériodique Régime apériodique


➢ Non conservation de l'énergie:
1 q2 1 2 dE 1 dq di 1 d 2q 1 d 2q dq
E= EC+EL= + Li , = q + Li = qi + Li 2 = i( q + L 2 ) = i(− R ) = − Ri 2 <0
2 C 2 dt C dt dt C dt C dt dt
Donc l'énergie diminue au cours du temps: le dipôle RLC série est un système non conservatif.
Remarque: q(t) et uC(t) de même forme
➢ Courbes des énergies:
Energie (J)

EC
EL
E

t(s)

Interprétation du transfert d'énergie:


Il y a continuellement transfert d'énergie entre le condensateur et la bobine.
Lorsque le condensateur se décharge, il cède au circuit de l'énergie électrique. Une partie est emmagasinée par
la bobine sous forme d'énergie magnétique, l'autre partie est dissipée par effet joule dans le conducteur
ohmique.
La bobine restitue ensuite l'énergie magnétique emmagasinée : une partie est stockée dans le condensateur
sous forme d'énergie électrique, l'autre partie est dissipée par effet joule dans le conducteur ohmique.
Ainsi, à chaque échange d'énergie entre le condensateur et la bobine, une partie est perdue par effet joule dans
le conducteur ohmique.
L'énergie électromagnétique totale diminue au cours du temps, jusqu'à s'annuler.

Etude expérimentale des oscillations libres dans un circuit RLC non amorti
➢ Montage expérimental: (figure-2-) U0
➢ Expérience :
L’interrupteur (K) étant sur la position (1), le condensateur de capacité C
se charge. La charge est terminée lorsque uc = Uo. La valeur de l’énergie
potentielle électrostatique stockée dans le condensateur est alors : 1 C
1 1 i
E C =  C  u 2 =  C  U 02 K
2 2
L’interrupteur (K) est alors basculé sur la position (2). Le condensateur 2
se décharge dans la bobine L. Voie YA
L’oscilloscope à mémoire, branché aux bornes du condensateur, permet
d’étudier le régime d'oscillation lors de cette décharge.
➢ Oscillogramme: L
uC figure-2-
T0

La décharge du condensateur n’est pas instantanée, elle donne lieu à des oscillations libres. La tension évolue
d’une façon périodique autour de la valeur 0 ; son amplitude reste constante au cours du temps. Il s’agit d’un
régime périodique. T0 représente la période des oscillations.
Etude théorique des oscillations libres dans un circuit RLC non amorti
C
➢ Equation différentielle en uC: i
di K
Loi des mailles: ub + uC=0  L + u C = 0 (I)
dt 2
2 uC
du C di d uC
Or: i= C  =C
dt dt dt 2 ub
d 2uC
(I)  LC + uC = 0
dt 2 L

d 2 uC 1
 2
+ u C = 0 (A)
dt LC
➢ Equation différentielle en q:
di 1 dq di d 2 q
Loi des mailles: ub + uC=0  L + q = 0 (II) Or: i=  =
dt C dt dt dt 2
d 2q 1 d 2q 1
Alors: (II)  L 2 + q = 0  + q = 0 (B)
dt C dt 2 LC
➢ Equation différentielle en i:
di 1
Loi des mailles: ub + uC=0  L + q = 0 (III)
dt C
d 2i 1 dq d 2i 1 d 2i 1
On dérive l'équation (III)  L 2 + =0  L 2 + i=0  2
+ i = 0 (C)
dt C dt dt C dt LC
➢ Solution de l'équation différentielle (A):
2
La solution de l'équation différentielle (A) est de la forme uC(t)= UCm sin( t +  UC )
T0
Avec T0 la période propre des oscillations libres.
Expression de T0:
duC 2 2 d 2uC 4 2 2
= U Cm . . cos( t + Uc )  2
= −U Cm . 2 . sin( t + Uc )
dt T0 T0 dt T0 T0
4 2 2 1 2 2 4 2 1
(A)  − U Cm . . sin( t +  Uc ) + UCm sin( t +  UC )=0  UCm sin( t +  UC ).[ − + ]=0
T02 T0 LC T0 T0 T02 LC
4 2 1
Il faut que: [ −2
+ ]=0  T0 = 2 LC
T0 LC
2 1 1 1
La pulsation propre:  0 =  0 = La fréquence propre: N0=  N 0 =
T0 LC T0 2 LC
➢ Expression de q(t) et i(t):
q(t)=C.uC(t)  q(t)= CUCmsin( 0 t + UC ) = Qmsin(  0 t +  q )
Avec: Qm=C.UCm et  q = Uc
dq 
i(t)= =  0 Qm cos( 0 t +  q ) =  0 Qm sin(  0 t +  q + ) = I m sin(  0 t +  i )
dt 2

Avec: Im=  0 Qm et  i =  q +
2
➢ Conservation de l'énergie:
1 q 2 1 2 dE 1 dq di 1 d 2q 1 d 2q
E= EC+EL= + Li , = q + Li = qi + Li 2 = i( q + L 2 ) = 0 d'après l'équation diff° (B)
2 C 2 dt C dt dt C dt C dt
Donc l'énergie reste constante au cours du temps: le dipôle RLC non amortie est un système conservatif.
Remarque: q(t) et uC(t) de même forme
➢ Expression de EC , EL et E en fonction de t:
1 q 2 Qm2 1 − cos 2
EC=  = sin 2 (0 t +  q ) or: sin2 ( ) =
2 C 2C 2
2
Q T
 EC= m (1 − cos( 2 0 t + 2 q ) ) EC et périodique de pulsation  = 20  de période T = 0
4C 2
1 dq
EL=  Li 2 0r : i(t)= =  0 Qm cos( 0 t +  q )
2 dt
LQm2  02 1 + cos 2 1
 E L= cos 2 ( 0 t +  q ) or: cos2 ( ) = et L  02 =
2 2 C
2
Q T
 EL= m (1 + cos( 2 0 t + 2 q ) ) EL et périodique de pulsation  = 20  de période T = 0
4C 2
2 2 2
Q Q Q
E= EC+EL= m (1 − cos( 2 0 t + 2 q ) ) + m (1 + cos( 2 0 t + 2 q ) )  E= m =Constante
4C 4C 2C
EC, EL,E (J) E L E EC
1
0r on a : Qm=C.UCm  E= CU Cm 2

2 E
I 1 1 2
et on a: Qm = m et = L02  E= LIm
0 C 2
➢ Courbes des énergies en fonction de t:

0 T π 2π t(s)
Enérgie(J)
➢ Courbes des énergies en fonctions de q et q2: Q m2
E
En fonction de q: 2C
2
1 Qm EC
EC=  q 2 : EC est fonction parabolique de q 2C
2C
Q2 EL
E= Coste= m
2C
Qm2 1 q(C)
EL= E-EC = -  q 2 : EL est fonction parabolique de q
2C 2C -Qm 0 Qm
En fonction de q2: Enérgie(J) E
1 Q m2
EC=  q 2 : EC est fonction linéaire de q2 EC
2C 2C
Q2
E= Coste= m
2C EL
Q2 1
EL= E-EC = m -  q 2 : EL est fonction affine de q2 q2(C2)
2C 2C 0 Q m2
Enérgie(J)
➢ Courbes des énergies en fonctions de i et i2: 1 2 E
LI m
En fonction de i: 2
1
EL= L  i 2 : EL est fonction parabolique de i EL
2
1
E= Coste= LI m2 EC
2
1 1
EC= E-EL = LI m2 - L  i 2 : EC est fonction parabolique de i i(A)
2 2 -Im 0 Im
En fonction de i :2

1 Enérgie(J) E
EL= L  i 2 : EL est fonction linéaire de i2 1 2
2 LI m
2 EL
1
E= Coste= LI m2
2
1 1 EC
EL= E-EC = LI m2 - L  i 2 : EC est fonction affine de i2
2 2 i2(A2)
0
Im2

Interprétation du transfert d'énergie:


Il y a continuellement transfert d'énergie entre le condensateur et la bobine.
Lorsque le condensateur se décharge, il cède au circuit de l'énergie électrique. Sans perte cette énergie est
emmagasinée par la bobine sous forme d'énergie magnétique.
La bobine restitue ensuite l'énergie magnétique emmagasinée : Sans perte cette énergie est stockée dans le
condensateur sous forme d'énergie électrique.
Ainsi de suite cet échange d'énergie entre le condensateur et la bobine, se répète sans perte pour ce la les
oscillations sans libres non amorties.
L'énergie électromagnétique totale reste constante au cours du temps.