Vous êtes sur la page 1sur 13

PRESIDENCE DE LA PUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI

---------------------- Un Peuple – Un But – Une Foi


Commissariat à la Sécurité
Alimentaire (CSA)
-----------------------
Projet de Mobilisation des Initiatives
en matière de Sécurité Alimentaire
au Mali (PROMISAM)

REGION DE KOULIKORO
Cercle de Kati

2008- 2012
Elaboré avec l’appui technique et financier de l’USAID-Mali
à travers le projet d’appui au CSA, le PROMISAM

Mars 2008
SIGLES ET ABREVIATIONS
CCC : Centre de Conseils Communaux
CED : Centre d’Education pour le Développement
CSA : Commissariat à la Sécurité Alimentaire
CSCOM : Centre de Santé Communautaire
DRPSIAP : Direction Régionale de la Planification, de la Statistique et de l’Information, de
l’Aménagement du Territoire et de la Planification
ONG : Organisation Non Gouvernementale
PAD-PECHE : Projet d’Appui au Développement de la Pêche
PDAM : Projet de Développement de l’Aviculture au Mali
PDESC : Plan de Développement Economique, Social et Culturel
PNIR : Programme National d’Infrastructures Rurales
PROMISAM : Projet de Mobilisation des Initiatives en Matière de Sécurité Alimentaire
PTF : Partenaires Techniques et Financiers
SAP : Système Financier Décentralisé
SNSA : Stratégie Nationale de Sécurité Alimentaire
ST : Service Technique

2
I. CONTEXTE
Depuis plusieurs décennies, le Mali connaît une insécurité alimentaire quasi endémique qui
hypothèque ses efforts de développement. Cette situation est causée essentiellement par
des aléas climatiques, l’accès difficile des producteurs aux équipements, au crédit, aux
terres, aux intrants, etc. A cela, il faut ajouter les actions des déprédateurs, l’enclavement,
les modes de productions extensifs, la détérioration des termes de l’échange au plan
mondial.
La conséquence la plus perceptible et directe de l’insécurité alimentaire sur la vie des
ménages est leur paupérisation. C’est pour cette raison que la Sécurité Alimentaire a été
retenue comme l’un des axes d’intervention prioritaires dans le document du Cadre
Stratégique de Lutte Contre la Pauvreté (CSLP) élaboré et mis en œuvre au Mali pour la
période 2002-2006, puis révisé pour la période 2007-2012. Plusieurs actions furent
entreprises pour instaurer une sécurité alimentaire durable.

1. Adoption d’une Stratégie National de Sécurité Alimentaire (SNSA)


En 2002, la République du Mali a adopté une Stratégie National de Sécurité Alimentaire
(SNSA) en conformité avec la Politique de Décentralisation. Les défis majeurs de cette SNA
sont :
 Nourrir une population en forte croissance et de plus en plus urbaines ;
 Asseoir la croissance des revenus ruraux sur une stratégie de croissance rapide du
secteur agricole ;
 Affronter la diversité des crises alimentaires.

2. Création du Commissariat à la Sécurité Alimentaire


En Mai 2004, le Gouvernement du Mali a mis en place un Commissariat à la Sécurité
Alimentaire chargé de la mise en œuvre de la SNSA. Notamment, le CSA a été chargé de
préparer et mettre en œuvre en rapport avec les départements ministériels concernés des
mesures visant à assurer une pleine couverture des besoins alimentaires du pays.

3. Mise en place de Projet de Mobilisation des Initiatives en Matière de Sécurité


Alimentaire (PROMISAM)
En Octobre 2004, le PROMISAM a démarré ses activités. Il a été mis en place par
l’USAID/Mali suite à une demande du Gouvernement du Mali pur une assistance technique
pour la mise en œuvre de la SNSA. Le PROMISAM doit particulièrement :
 Appuyer le CSA à la mobilisation des capacités et initiatives pour la réalisation de la
sécurité alimentaire structurelle au niveau des collectivités ;
 Développer des plans indicatifs de sécurité alimentaire au niveau des communes, des
cercles et régions ;
 Accompagner le CSA dans le processus de développement du Plan National de
Sécurité Alimentaire qui intégrera les plans indicatifs de sécurité alimentaire des
communes, des cercles et régions ;

II. JUSTIFICATION
Le cercle de Kati est confronté très souvent à des situations alimentaires difficiles
provoquées entre autres par :
 Le déficit pluviométrique chronique ;
 Le faible niveau de production ;
 La dégradation des écosystèmes et la baisse de la fertilité des sols ;
 Les dégâts causés par les déprédateurs sur les cultures ;
 Les difficultés d’approvisionnement en intrants agricoles ;
 Le sous équipement des producteurs ;
 Le faible encadrement des paysans dû à l’insuffisance du personnel des services
agricoles ;

3
 La mauvaise gestion des fonds alloués aux différents programmes de sécurité
alimentaire ;
 La faible prise en charge des questions de sécurité alimentaire dans le PDESC ;
Face à ces préoccupations de plus en plus aigues et qui annihilent tout effort de
développement, il urge pour le Cercle d’identifier et mettre en œuvre des stratégies tendant à
atteindre l’objectif d’une sécurité alimentaire durable pour les populations. Dans un contexte
de Décentralisation, ces stratégies doivent être réfléchies à la base pour prendre en compte
les déshydrates des masses populaires et les spécificités locales. Elles doivent être traduites
en activités dans des Plans d’actions communaux dont l’objet sera d’apporter une
contribution à l’instauration d’une sécurité alimentaire durable.

III. METHODOLOGIE
Pour développer les plans indicatifs de sécurité alimentaire au niveau des collectivités, le
CSA et PROMISAM ont opté pour une démarche participative.

1. Informations et sensibilisations
Courant décembre 2005, une mission du CSA a rencontré au niveau régional les autorités
administratives et politiques, les services techniques, les organisations de la société civile et
les partenaires du développement de la région de Koulikoro sur la conduite d’un processus
d’élaboration de plans de sécurité alimentaire des collectivités territoriales.

2. Organisation d’une session de formation


Une session de renforcement des capacités s’est déroulée à Kati destinée aux acteurs en
charge de l’élaboration des plans de sécurité alimentaire des communes. Elle a regroupé :
 Le Préfet ;
 Les sous - Préfets ;
 Les Maires ;
 Les représentants de services techniques ;
 Les conseillers CCC ;
 Les secrétaires généraux des communes ;
 Une femme rurale et un jeune rural par commune ;
 Les représentants d’organisations de la société civile (association du secteur rural, du
commerce, des transports etc.) ;
 Les représentants de partenaires au développement (ONG, projets de développement) ;
 Les représentants de la presse locale.
La session, a été animée par le Directeur Régional de la Planification, de la Statistique et de
l’Information, de l’Aménagement du Territoire et de la Population de Kati

3. Elaboration de plans de sécurité alimentaires des communes


Les plans de sécurité alimentaires des communes ont été élaborés par les communes elles-
mêmes avec l’appui technique des CCC et sous la supervision de la Direction Régionale de
la de la Planification, de la Statistique et de l’Information, de l’Aménagement du Territoire et
de la Population.
Le PSA de la commune a été monté selon un canevas présenté lors de la session de
formation.
Les PSA élaborés devraient être cohérents avec les PDESC aussi bien au niveau de
l’identification que des stratégies à mettre en œuvre. Ils ont été bâtis autour des 4 piliers de
la Sécurité Alimentaire que sont :
 Disponibilité des aliments ;
 L’accessibilité géographique et économique ;
 L’utilisation ;
 La stabilité.

4
4. Synthèse des plans communaux du cercle
La présente synthèse est une compilation des 36 plans communaux du cercle de Kati, tous
adopté par les organes délibérants des communes. Il reste entendu que ces plans des
communes restent valables et constituent le cadre opérationnel de la mise en œuvre des
activités identifiées. La synthèse a respecté les contenus des PSA validés tout en se
focalisant sur les contraintes majeures identifiées par les communes et les principales
solutions proposées. Par ailleurs, l’exercice d’élaboration de la synthèse a permis :
 De corriger les erreurs de forme et de calcul ;
 De faire économie de certains domaines relevant plutôt du développement global du
cercle et qui sont pris certainement en compte par d’autres programmes ;
 De déceler certaines omissions dans la prise en compte des préoccupations des
populations.
Le PSA du Cercle sera restitué au Conseil de Cercle pour validation.

IV. LES CONTRAINTES A LA SECURITE ALIMENTAIRE


Les principales contraintes à la sécurité alimentaire dans le Cercle sont :
 Liées à la disponibilité
- Le sous-équipement des producteurs ;
- Le coût élevé des matériels et intrants agricoles ;
- La menace permanente des déprédateurs (oiseaux granivores, sautereaux)
- La persistance des pathologies animales comme les pasteurelloses, le charbon
symptomatique et la péripneumonie contagieuse bovine, les parasitoses gastro-
intestinales et les avortements.

 Liées à l’accès
- Le mauvais état des routes ;
- L’enclavement de plusieurs villages situés dans les faibles ;
- L’éloignement des centres d’approvisionnement, notamment pour les céréales.

 Liées à l’utilisation
- La faible disponibilité de l’eau potable ;
- Le faible niveau de connaissance alimentaire et nutritionnelle des populations ;
- La dévalorisation des pratiques culinaires des techniques et méthodes non adaptées
aux réalités du milieu ;
- L’introduction d’épices faits à base de produits douteux.

 Liées à la stabilité
- Irrégularité dans l’approvisionnement des banques ;
- Mauvaise gestion des stocks familiaux et institutionnels.

5
SYNTHESE DES PLANS QUINQUENNAUX DE SECURITE ALIMENTAIRE DES COMMUNES DU CERCLE DE KATI
I. PLAN D’ACTIONS
OBJECTIF GENERAL : Contribuer à assurer la sécurité alimentaire des populations du Cercle de Kati

CONTRAINES OBJECTIFS RESULTAT ACTIVITES LOCALITES


SPECIFIQUES ATTENDUS
DISPONIBILITE
Aménagement de périmètre agricole
Equipement des producteurs
Construction de retenues d’eau
Aménagement de périmètres maraîchers
Creusement, sur creusement de chenaux, mares
Réalisation de micro-barrages
Faible production Améliorer la La production agricole est Lutte contre les déprédateurs
agricole production améliorée Formation de paysans 36/37 communes
agricole Aménagement de mares rurales du cercle de
Aménagement de plaines rizicoles Kati
Vulgarisation de variétés hâtives
Vulgarisation de l’utilisation de la fumure organique
Création de banque de semences
Aménagement de diguettes
Faible taux Améliorer le Le taux de couverture Vaccination du cheptel
couverture vac taux de vaccination du cheptel Creusement de puits pastoraux
-cinale du couverture est amélioré Construction de parcs de vaccinations
cheptel vaccination du
cheptel
ACCES
enclavement Contribuer au La commune est moins Construction/ entretien/ réhabilitation de pistes rurales 36/37 communes
désenclavement enclavée rurales du cercle de
Kati
Faible accès Faciliter L’approvisionnement des Construction et approvisionnement de banques de
physique et l’approvisionnem populations en denrées céréales
économique aux ent des alimentaires est facilité Constitution de stocks de sécurité
aliments populations en Construction d’un magasin de stockage
denrées Construction d’un marché moderne
alimentaires Création de foires hebdomadaires
Dotation des populations en matériels de transformation

6
et de conservation
Augmenter le Le revenu des populations Développement d’activités génératrices de revenus
revenu des a augmenté Mise en place de caisses de crédit villageoises
populations
Insuffisance de Améliorer la La couverture de la Installation de radios de proximité
moyens de communication commune est améliorée
communication du cercle
UTILISATION
Faible connais- Améliorer le Le niveau de Sensibilisation et formations sur les pratiques culinaires 36/37 communes
sance niveau de connaissances et l’hygiène alimentaire rurales du cercle de
nutritionnelle des connaissances nutritionnelles est amélioré Kati
aliments nutritionnelles
des populations
Précarité de Améliorer Un contrôle sanitaire est Contrôle sanitaire des produits de consommation
l’hygiène l’hygiène institué
alimentaire alimentaire des
aliments Traitement des stocks en banque
Faible niveau de Améliorer la La capacité de Aménagement de périmètres maraîchers
diversification capacité de diversification des aliments Création d’unités de conservation et de transformation
des aliments diversification des a augmenté agro alimentaires
aliments Equipement en moulines
STABILITE
Irrégularité dans Assurer Les banques de céréales Création et approvisionnement de banques de céréales 36/37 communes
l’approvisionnem l’approvisionnem sont approvisionnées rurales du cercle de
ent des banques ent correct des correctement Kati
banques de
céréales
Mauvaise gestion Assurer une Les stocks institutionnels Formation des membres des comités de gestion des
des stocks bonne gestion et familiaux sont bien banques
familiaux et des stocks gérés
institutionnels Construction d’infrastructures de stockage
Installation de moulins
Equipements de banques de céréales

7
EVALUATION DU COUT DU PLAN PAR PILIER ET PAR ACTIVITE (en milliers de CFA )

PILIERS ACTIVITES COUTS


Aménagement de périmètre agricole 178900000
Equipement des producteurs 931500000

Construction retenue d’eau 1543750000

Aménagement de périmètres maraîchers 312000000


Creusement, sur creusement de chenaux, mares 187250000

Réalisation de micro-barrages 469100000

Lutte contre les déprédateurs 4411000


DISPONIBILITE

Formation de paysans 44322000


Aménagement de mares 69950000
Aménagement de plaines rizicoles 260000000

Vulgarisation de variétés hâtives 6750000


Vulgarisation de l’utilisation de la fumure organique 282396000
Création de banque de semences 302450000

Aménagement de diguettes 76989000


Vaccination du cheptel 32557800
Creusement de puits pastoraux 84890000
Construction de parcs de vaccinations 28574500
Construction/ entretien/ réhabilitation de pistes rurales 988500000
Construction et approvisionnement de banques de céréales 389550000

8
Total Disponibilité 6 193 840 300
Constitution de stocks de sécurité 474821000
Construction d’un magasin de stockage 300185000
Construction d’un marché moderne 194000000
Création de foires hebdomadaires 468000000
ACCES

Dotation des populations en matériels de transformation et de conservation 289350000

Développement d’activités génératrices de revenus 601930000


Mise en place de caisses de crédit villageoises 826250000
Installation de radios de téléphone 250000

Total Accès 3 154 786 000


Sensibilisation et formations sur les pratiques culinaires et l’hygiène alimentaire 7386000
Contrôle sanitaire des produits de consommation 600000
UTILISATION

Traitement des stocks en banque 90567000


Aménagement de périmètres maraîchers 26900000
Création d’unités de conservation et de transformation agro alimentaires 45678000

Equipement en moulins 69 267 000

Total Utilisation 240 398 000


STABILITE

Formation des membres des comités de gestion des banques 62923000

Construction d’infrastructures de stockage 142 476 800


Installation de moulins 80 900 000
Equipements de banques de céréales 282 245 900

Total Stabilité 568 545 700


Total Général 10 157 570 000

9
10
Coût global des activités issues des contraintes majeures identifiées dans le cercle en
matière de sécurité alimentaire s’élève à 10 157 570 000 FCFA.
NB : La commune rurale de Tiélé n’a pas élaboré son plan de sécurité alimentaire pour des
raisons internes à la collectivité territoriale.
La répartition par pilier donne les proportions suivantes :

PILIERS COUTS (en milliers) %

Disponibilité 6 193 840 300 60,97


Accès 3 154 786 000 31,05
Utilisation 240 398 000 2,36
Stabilité 568 545 700 5,59
Total Général 10 157 570 000 100
L’essentiel des efforts est orienté à augmenter le DISPONIBILITE ALIMENTAIRE en
premier lieu pour un montant de 6 193 840 300 FCFA, soit 61 %. Cette situation se présente
dans la quasi-totalité des communes du Cercle en raison de l’existence de nombreux
obstacles à lever dans le domaine de la production agro alimentaire (les contraintes liées
aux aléas climatiques, au sous équipement des producteurs, à la qualité des ressources
humaines, à la faible introduction des technologies, aux vicissitudes du contexte
international, etc.)
Les activités de ce pilier sont dominées par des aménagements de périmètres agricoles, de
périmètres maraîchers et l’équipement des producteurs.

Le pilier ACCES représente 31% du coût global des activités de la synthèse, soit 3 154 786
000 FCFA. Les activités portent essentiellement sur les aspects « accès économique » (mise
en place de caisses de crédit villageoises) et « accès physique » (mise en place de banques
de céréales, construction / entretien de pistes rurales, construction de magasin de stockage,
construction ou réhabilitation de pistes)
Le contrôle sanitaire des produits de consommation et les activités de sensibilisation et de
formation sur les pratiques culinaires et l’hygiène alimentaire dominent le pilier

UTILISATION. Le montant du pilier s’élève à 240 398 000 FCFA, soit 2 % du coût global.
Trois activités majeures dominent le pilier STABILITE. Il s’agit de la création,
d’approvisionnement de banque de céréale, la formation des membres des comités de
gestion et la construction d’infrastructure de stockage. Le montant du pilier s’élève à 568
545 700 FCFA, soit 6 % du coût global.

11
II. REPARTITION DU COUT GLOBAL (en milliers de FCFA)

COMMUNES TOTAL REPARTITION DU COUT PAR ANNEE


1 2 3 4 5
Banguinéda 456960000 110800000 110000000 153460000 45700000 37000000
Bancoumana 190800000 25700000 56000000 82500000 24200000 2400000
Bossofala 73450000 22550000 30800000 8100000 7000000 5000000
Bougoula 167700000 47000000 10700000 96000000 1000000 13000000
Daban 146800000 65300000 44500000 12000000 24000000 1000000
Diago 185500000 142000000 13000000 13500000 7000000 10000000
Dialakoroba 432000000 110000000 193000000 85000000 42000000 2000000
Dialakorodji 212750000 31600000 65650000 105500000 5000000 5000000
Djédougou 80200000 35600000 32000000 5600000 6000000 1000000
Dio-Gare 131100000 32200000 47300000 15100000 35500000 1000000
Dogodouman 143000000 104000000 16000000 21000000 1000000 1000000
Dombila 364000000 77000000 226000000 2000000 57000000 2000000
Doubabougou 326300000 68000000 58000000 2300000 130000000 68000000
Faraba 377700000 247000000 28300000 33800000 56000000 12600000
Kalabancoro 797000000 306000000 247000000 116000000 64000000 64000000
Kalifaboubou 94000000 5000000 27500000 56000000 3500000 2000000
Kambila 132500000 50500000 38000000 18000000 13000000 13000000
Kati 388000000 72500000 161000000 53500000 70000000 31000000
Kourouba 236500000 137000000 55000000 3500000 1000000 40000000
Mandé 217500000 116500000 80500000 15000000 500000 5000000
Moribabougou 432000000 144000000 148000000 82000000 40000000 18000000

12
Mountougoula 263500000 96500000 27500000 37500000 76000000 26000000
N’Gabakoro-Droit 205000000 65000000 40000000 45000000 40000000 15000000
N’Gouraba 443000000 172000000 119000000 27000000 123000000 2000000
Niagadina 316000000 100000000 143000000 53000000 10000000 10000000
Niouma-Makana 257000000 13500000 11000000 133500000 6000000 93000000
Ouéléssébougou 111000000 91500000 10000000 2500000 2500000 4500000
Safo 413400000 209600000 66800000 5000000 60000000 72000000
Sanankoro-Djitoumou 117500000 17500000 20000000 50000000 10000000 20000000

Sanankoroba 243700000 33740000 63740000 48740000 48740000 48740000


Sangarébougou 648000000 238000000 80000000 140000000 175000000 15000000

Siby 322000000 69300000 87700000 100000000 40000000 25000000


Sobra 306750000 228750000 52000000 10000000 10000000 6000000
Tiakadougou-Dialakoro 363000000 166000000 119700000 49500000 8800000 19000000
Tièlé 0 0 0 0 0 0
N’Tjiba 237450000 77200000 97900000 37250000 13600000 11500000
Yélékébougou 324510000 171960000 14600000 3400000 58150000 76400000
TOTAL 10157570000 3700800000 2641190000 1722250000 1315190000 778140000
% 100% 36,43391087 26,00218359 16,95533479 12,94788025 7,6606905

13