Vous êtes sur la page 1sur 51

RESISTANCE DES MATERIAUX

COURS ET EXERCICES

Pr T. BEDA
RDM

SOMMAIRE

PARTIE I : RESISTANCE DES MATERIAUX


1. NOTIONS GENERALES DE LA RDM ........................................................................... 4
1.1. Hypothèses de la RDM ................................................................................................ 4
1.1.1. Homogénéité. ....................................................................................................... 4
1.1.2. Isotropie. ............................................................................................................... 4
1.1.3. Les corps étudies sont des poutres. ...................................................................... 4
1.1.4. Hypothèse de Bernoulli. ....................................................................................... 5
1.1.5. Hypothèse de Hooke (linéarité)............................................................................ 5
1.1.6. Les forces extérieures sont appliquées lentement de telle sorte qu’à chaque
instant le corps puisse être considéré comme en équilibre statique. .................................. 5
1.2. Définitions ................................................................................................................... 5
1.2.1. Traction ................................................................................................................ 5
1.2.2. Compression. ........................................................................................................ 5
1.2.3. Cisaillement .......................................................................................................... 5
1.2.4. Torsion ................................................................................................................. 5
1.2.5. Flexion .................................................................................................................. 6
1.2.6. Isostatisme ............................................................................................................ 6
1.2.7. Hyperstatisme ....................................................................................................... 6
1.3. Contrainte, effort longitudinal, effort tranchant, moment fléchissant et moment de
torsion ..................................................................................................................................... 6
1.3.1. Torseur relatif à une section d’un corps ............................................................... 6
1.3.2. Contraintes ........................................................................................................... 7
2. TRACTION-COMPRESSION .......................................................................................... 8
2.1. Essai de traction ........................................................................................................... 8
2.2. Module d’élasticité longitudinal ou module de Young ............................................... 9
2.3. Condition de résistance ................................................................................................ 9
2.4. Compression ................................................................................................................ 9
2.5. Barre d’égale résistance ............................................................................................. 10
3. LE CISAILLEMENT ....................................................................................................... 11
3.1. Essai de cisaillement. ................................................................................................. 11
3.2. Module d’élasticité transversal ou module de coulomb ............................................ 12
3.3. Coefficient de Poisson ............................................................................................... 12
4. LA TORSION .................................................................................................................. 13
4.1. Essai ........................................................................................................................... 13
4.2. Equation de contrainte ............................................................................................... 13
4.3. Equation d’équilibre .................................................................................................. 14
5. LA FLEXION SIMPLE ................................................................................................... 15
5.1. Caractéristiques géométriques des sections planes. .................................................. 15
5.1.1. Moment statique d’une aire plane ...................................................................... 15

Page 1/50
T. BEDA

5.1.2. Moment d’inertie axial (moment quadratique) .................................................. 16


5.1.3. Moment produit ou moment d’inertie centrifuge ............................................... 16
5.1.4. Relation entre moments d’inertie lors d’une rotation des axes du repère .......... 16
5.1.5. Axes principaux et moments d’inertie principaux ............................................. 17
5.1.6. Moment d’inertie polaire I0 d’une surface plane S ou moment d’inertie par
rapport à un axe perpendiculaire à son plan ..................................................................... 17
5.2. Flexion simple ........................................................................................................... 17
5.2.1. Flexion pure........................................................................................................ 17
5.2.2. Flexion plane ...................................................................................................... 18
5.2.3. Flexion gauche ................................................................................................... 18
5.3. Relation entre moment fléchissant et effort tranchant ............................................... 18
5.4. Etude de la contrainte ................................................................................................ 19
5.4.1. Contrainte normale en fonction du moment fléchissant..................................... 19
5.4.2. Equilibre des moments par rapport à l’axe Gz ................................................... 19
5.4.3. Condition de résistance ...................................................................................... 20
5.5. Etude de la déformation ............................................................................................. 20
5.6. Equation de la déformée y=f(x) ................................................................................. 20
5.7. Charges reparties ....................................................................................................... 21
5.7.1. Propriétés de charges reparties ........................................................................... 21
5.7.2. Calcul de l’effort tranchant et du moment fléchissant ....................................... 21
5.8. Poutres d’égale résistance .......................................................................................... 22
5.8.1. Poutre de hauteur constante (h constante)....................................................... 23
5.8.2. Poutre de largeur constante (b constante) ....................................................... 23
5.9. Influence des caractéristiques de la poutre sur la flèche ........................................... 23
6. SOLLICITATIONS COMPOSEES ................................................................................. 26
6.1. Contraintes de même nature ...................................................................................... 26
6.1.1. Combinaison de contrainte normale agissant sur une même section ................. 26
6.1.2. Combinaison de contrainte de glissement agissant........................................ 29
6.2. Contraintes de nature différente ................................................................................ 30
6.2.1. Matériaux isotropes et ductiles (Rtraction = Rcompression) ....................................... 30
6.2.2. Matériaux non ductiles ....................................................................................... 30
6.3. Noyau central ............................................................................................................. 30
7. LE FLAMBEMENT ........................................................................................................ 32
7.1. Hypothèse de l’étude : Théorie d’Euler ..................................................................... 32
7.2. Charge critique d’Euler ............................................................................................. 32
7.3. Poutre dont les deux extrémités sont parfaitement encastrées .................................. 34
7.4. Longueur libre de flambage ....................................................................................... 35
7.5. Elancement ................................................................................................................ 35
7.6. Résistance au flambage ............................................................................................. 36
7.6.1. Coefficient de sécurité ........................................................................................ 36
7.6.2. Elancement critique c ....................................................................................... 36

Page 2/50
RDM

7.6.3. Résistance au flambage (Euler) .......................................................................... 37


8. EXERCICES .................................................................................................................... 38
15. BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................... 50

Page 3/50
T. BEDA

1. NOTIONS GENERALES DE LA RDM


La RDM étudie les conditions d’équilibre des solides (poutres d’un pont, arbre d’une
machine, ossature d’un bâtiment, d’un barrage etc.) afin que ces derniers supportent les forces
auxquelles ils sont soumis dans les meilleures conditions de sécurité, d’économie et
d’esthétique. Elle établit les relations mathématiques qui existent entre les dimensions d’un
solide, les contraintes et les déformations qu’il subit.
Il s’agira souvent :
- Soit de déterminer les dimensions d’un corps connaissant la nature du
matériau et les forces appliquées
- Soit connaissant à priori les dimensions, de déterminer les contraintes et les
déformations en tenant compte des conditions de sécurité.

1.1. Hypothèses de la RDM


Des hypothèses simplificatrices servent de base aux fondements de la RDM.

1.1.1. Homogénéité.
Le matériau est supposé homogène, c’est à dire en chacun de ses points il possède la
même propriété et la même structure.

1.1.2. Isotropie.
Il (matériau) est dit isotrope : c’est-à-dire possède les mêmes propriétés mécaniques
quelque soit la direction choisie.

1.1.3. Les corps étudies sont des poutres.


Ce sont les corps dont une dimension est plus importante que les autres (Le rapport
dimension transversale sur longueur du corps doit être petit, de l’ordre de 1/10 ou 1/15). On
parlera alors de dimension longitudinale, transversale.

Exemples de poutres droite


et courbe
Poteau; arbre de machine,
arc,…etc.

Poutre béton lisse Tubes Poutre IPN Poutre UPN

Poutre en béton Poutre gym (bois) Poutres en bois

Page 4/50
RDM

1.1.4. Hypothèse de Bernoulli.


Au cours des déformations de la poutre, les sections planes et perpendiculaires à l’axe
longitudinal (ligne moyenne), demeurent planes et perpendiculaires à l’axe et conservent leurs
dimensions.

NB : La ligne moyenne est le lieu des centres de gravites des sections. L’axe
longitudinal est un cas particulier de ligne moyenne.

1.1.5. Hypothèse de Hooke (linéarité).


Dans le domaine élastique, les forces intérieures et les déformations sont
proportionnelles aux forces extérieures.
Les déformations et les contraintes sont donc proportionnelles entre elles.

1.1.6. Les forces extérieures sont appliquées lentement de telle sorte qu’à chaque
instant le corps puisse être considéré comme en équilibre statique.
Conséquence de l’hypothèse de Hooke :
Si on supprime les forces extérieures, les contraintes et déformations disparaissent.
Principe de la superposition des forces : dans le domaine élastique la somme des forces
extérieures entraîne la somme des contraintes et la somme des déformations.
Forces extérieures contraintes, déformations

1.2. Définitions
1.2.1. Traction
Il y a traction lorsqu’un corps est soumis à une force qui tend à l’allonger.

1.2.2. Compression.
Un corps est soumis à un effort de compression lorsque cet effort tend à le raccourcir.

F
1.2.3. Cisaillement
Un corps est soumis à un effort de cisaillement si cet effort tend à le séparer en deux
tronçons glissant l’un par rapport à l’autre suivant le plan d’une section droite.

1.2.4. Torsion
Un corps est sollicité en torsion lorsqu’il est soumis à un couple qui tend à faire
tourner la section droite autour d’un axe perpendiculaire à son plan.

Page 5/50
T. BEDA

F
Mf

1.2.5. Flexion
Un corps est soumis à un effort de flexion lorsque la
résultante des forces appliquées (coplanaires) comporte un moment
fléchissant.
Mf

1.2.6. Isostatisme
Il y a isostatisme lorsque les équations de la statique permettent à elles seules de
déterminer toutes les actions de liaisons du corps étudié.
Forces extérieures = 0 et Moment des forces extérieures = 0.

1.2.7. Hyperstatisme
Il y a hyperstatisme lorsque ces équations ne permettent pas de les déterminer. Dans ce
cas le nombre d’équations fourni par la statique est inférieur au nombre d’inconnues : ces
inconnues étant les actions de liaison.
La RDM fournit des équations supplémentaires permettant de s’affranchir de cette difficulté.

1.3. Contrainte, effort longitudinal, effort tranchant, moment fléchissant


et moment de torsion
1.3.1. Torseur relatif à une section d’un corps
Soit une poutre en équilibre sous l’action des forces F1, F2, F3, F4, F5

F F3 F5
1

A B
F2 F4

Page 6/50
RDM

Considérons la partie A (bloc de gauche). La résultante R aura pour origine G. Le moment


résultant sera la somme des moments des forces extérieures par rapport à G. La résultante R
peut se décomposer en deux
forces :
F1 F2
T - Une force N tangente à la
R ligne moyenne et par conséquent
normale à la section S : elle est
G Mt appelée effort longitudinal.
N Une force T située dans le plan de
la section : c’est l’effort tranchant.

Mf M
Le moment résultant M peut se
décomposer en deux moments :
- Un moment Mt porté par la
tangente à la ligne moyenne : c’est le moment longitudinal ou moment de torsion.
- Un moment Mf perpendiculaire à la ligne moyenne : c’est le moment fléchissant ou
moment de flexion.

1.3.2. Contraintes
Soit une surface élémentaire dS autour
d’un point a de S, soit dF l’action de la partie
B sur A relativement à dS.
dS
La contrainte relative à cette facette est
par définition la limite vers laquelle tend le
dF
rapport .
dS
Quand dS tend vers 0, c’est un
vecteur qui a pour origine le point a et le
sens de la force d F .
- est la contrainte tangentielle ou
contrainte de glissement ou Facette
scission.
- est la contrainte normale.

Page 7/50
T. BEDA

2. TRACTION-COMPRESSION
2.1. Essai de traction

Eprouvette cylindrique

S0
F

L0

Courbe obtenue expérimentalement :


F
B
Fm OA : Phase réversible,
A L est proportionnelle à F (loi de
Hooke). Si on supprime l’effort,
Fe
l’éprouvette reprend sa forme
initiale Lo.
Par définition on appelle limite
d’élasticité la valeur :
O L

Fe
Re (1)
S0
So est la section de l’éprouvette
AB : Phase de déformation permanente. Dès que F > Fe, il y a allongement brusque
de l’éprouvette, le phénomène n’est plus réversible et L n’est plus proportionnelle
à F.
Fm est la charge maximale supportée.
Par définition on appelle résistance à la traction la valeur :

Fm
Rm (2)
S0
Le point B :
Au point B la matière s’écoule comme un corps plastique, l’éprouvette s’allonge même si la
charge décroît : c’est le phénomène de striction.

Page 8/50
RDM

2.2. Module d’élasticité longitudinal ou module de Young


Dans le domaine élastique on sait que l’allongement est proportionnel à la force: L = k F,
L
c’est-à-dire que F = . La contrainte longitudinale est donnée par :
k
F
(3)
S0
F L L0 L L0
S0 kS0 kS0 L0 kS0
L
(4)
L0
L0
L0/kS0 est une constante notée E, c’est-à-dire que E . E est le module de Young. D’où :
kS0
E (5)
Cette relation est la loi Hooke.

Exemples
Pour l’acier E = 21 1010 Pa; Pour la fonte E = 16 1010 Pa; Pour l’aluminium E = 7.5 106 Pa

2.3. Condition de résistance


Pour être dans le domaine élastique, la contrainte longitudinale doit être inférieure à la
limite d’élasticité Re, c’est-à-dire :
σ Re (6)
Pour qu’il n y ait pas détérioration de l’éprouvette, la contrainte doit être inférieure à Rm,
c’est-à-dire :
σ Rm (7)

C’est la condition de résistance à la traction. On définit à cause de l’incertitude, la limite


pratique p de la contrainte normale admissible dans une section droite. Elle est donnée par :
Re
p (8)

est appelé coefficient de sécurité. D’où la condition de sécurité :

p (9)

2.4. Compression
On peut considérer la compression comme un phénomène symétrique (dual) de la traction si
la poutre n’est pas trop longue par rapport à la dimension transversale. Dans ce cas la
contrainte et la déformation sont négatives par convention.
Notons que les limites d’élasticité en traction et en compression peuvent être différentes.

Page 9/50
T. BEDA

2.5. Barre d’égale résistance


On appelle barre d’égale résistance en traction (compression) une barre qui présente dans
chaque section transversale des contraintes constante égales à la contrainte admissible.
L’aire F de la section transversale d’une telle barre, figure ci-contre, varie suivant la fonction :

F F z F0e a

P
Aire minimale : F0
a
L

Aire maximale : Fmax F0e a

Exemples d’application

Tours de réfrigération d’une centrale nucléaire

Page 10/50
RDM

3. LE CISAILLEMENT

dx = AC : distance entre
deux sections droites
T dx T très proches
dy = CC’ : glissement
des deux sections
A C
dy droites l’une par rapport
T C’ à l’autre
T : effort tranchant
T : angle de glissement
est supposé petit
(tg )

3.1. Essai de cisaillement.


Le diagramme de cisaillement, diagramme de l’effort tranchant en fonction de l’angle de
glissement a même allure que celui de la traction.
T
B
Tm

A
Te

T
On a :
S0
(10)
est la contrainte tangentielle. La limite d’élasticité au glissement (ou au cisaillement) est
définie par :
Te
Reg (11)
S0

La résistance de rupture au glissement est définie par :


Tm
Rrg (12)
S0

Page 11/50
T. BEDA

3.2. Module d’élasticité transversal ou module de coulomb


Les essais montrent que dans le domaine élastique T est proportionnel à donc la contrainte
tangentielle l’est également, d’où :
G (13)

G est le module de coulomb. Le module de Young E est lié à celui de coulomb G par :
E
G (14)
2 1
est le coefficient de Poisson.

3.3. Coefficient de Poisson


L'allongement d'une éprouvette provoque une contraction de ces dimensions transversales.
Pour une section circulaire, Si le diamètre initial Do passe à D, alors on pose :

D D0
' (15)
D0
Pour une section rectangulaire, si la hauteur passe de ao à a et l'épaisseur de bo à b alors on
pose :
a a0 b b0
' (16)
a0 b0
Le coefficient de poisson est donc définie par :
'
(17)

étant la déformation longitudinale. est une grandeur adimensionnelle telle que : 0< <0.5
pour les matériaux isotropes.

Exemples
Acier : 0.3 ; gomme : 0.5 ; liège : 0.

Remarque : zz = yy = - xx

Page 12/50
RDM

4. LA TORSION
4.1. Essai
Considérons la torsion d’un arbre sollicité par un moment Mt. La section S située à une
distance L de So tourne d’un angle par rapport à So pris comme référence.

M
S0 S, L S1, L1 Mm B
m
A
Me
O
C Mt x

C’
O
α α1

L’expérience montre que :


j
1
.... cste (18)
L L1 Lj
La constante est l’angle de déformation par unité de longueur.

4.2. Equation de contrainte


CC '
Hypothèse : tan
L
La longueur de l’arc CC’ est : CC’ =
est l’angle de torsion et = OC est le rayon. Donc :
S
O
(19)
L

Or , d’où , angle de glissement.


L

On obtient : G G G
L

Equation de contrainte : G (20)

est la contrainte en un point situé à une distance du centre de gravité, figure ci-contre.

Page 13/50
T. BEDA

4.3. Equation d’équilibre


La contrainte (tangentielle ou de cisaillement) est perpendiculaire au rayon. Le moment de
torsion en une section quelconque est la résultante de l’action simultanée des contraintes
tangentielles agissant dans les plans élémentaires de ces sections :

Mt S S (21)
S est aire élémentaire
est la contrainte de cisaillement sur cette aire
S est la force élémentaire de cisaillement
S est le moment élémentaire de la force de cisaillement par rapport au point O

Système discret Système continu

Mt = S Mt = S dS

2 2
Mt = G S Mt = S G dS

2 2
Mt = G S Mt = G S dS

Mt = G I0 Mt = G I0

D’où la formule :
Mt
(22)
I0
I0 est le moment d’inertie polaire de la section.

(Voir des abaques pour les différents I0).

Page 14/50
RDM

5. LA FLEXION SIMPLE
5.1. Caractéristiques géométriques des sections planes.
5.1.1. Moment statique d’une aire plane

y
H
S section considérée dS q
un axe S
M un point de S M
dS élément de surface en M
q la distance entre M et l’axe
x
O

On appelle moment statique de l’élément dS par rapport à l’axe la quantité :


MH dS

Le moment statique de l’aire S par rapport à l’axe est :

A MH dS MH dS
S S

A q dS q dS (23)
S S

Le moment statique de l’aire S par rapport à l’axe Ox est :


AOx y dS y dS (24)
S S

Le moment statique de l’aire S par rapport à l’axe Oy est :


AOy x dS x dS (25)
S S

Remarque : Unité du moment statique :(longueur)3. Exemple : m3.

Théorème
Le moment statique d’une surface plane par rapport à un axe est égale au produit de l’aire
S et de la distance de son centre de gravité à l’axe .
A Sd
Conséquences : Le moment statique d’une aire plane par rapport à un axe passant par son
centre de gravité est nul.

Page 15/50
T. BEDA

5.1.2. Moment d’inertie axial (moment quadratique)


Considérer la figure précédente. On appelle moment d’inertie axial de l’aire S par rapport à
l’axe , la quantité :
2 2
I MH dS MH dS
S S

I q 2 dS q 2 dS (26)
S S

Par rapport à l’axe Ox: I Ox y 2 dS y 2 dS (27)


S S

Par rapport à l’axe Oy : I Oy x 2 dS x 2 dS (28)


S S

Théorèmes de HUYGENS
Le moment d’inertie d’une surface plane par rapport à un axe est égal au moment d’inertie
de S par rapport à un axe parallèle à et passant par le centre de gravité G de S augmenté
du produit de l’aire S par le carré de la distance entre les deux axes.
I I S d2
G
(29)

Rayon de giration : On appelle rayon de giration d’une aire plane S autour d’un axe la
quantité r telle que :
I
r2 (30)
S
I Ox Ix I Oy Iy
D’où : rOx2 et rOy2 (31)
S S S S

5.1.3. Moment produit ou moment d’inertie centrifuge

I Oxy xy dS xy dS
S S
(32)

5.1.4. Relation entre moments d’inertie lors d’une rotation des axes du repère

Connaissant Ix, Iy et Ixy


Y y
Comment obtenir IX, IY et IXY
x
dS dS dans (O, x, y)
y
X
X
dS dans (O, X, Y)
Y
X x cos + y sin
x
O Y -x sin + y cos

Page 16/50
RDM

IOX Y 2 dS sin2 x 2 dS cos 2 y 2 dS 2 sin cos xy dS


S S S S

IOX I x cos 2 I y sin2 2I xy sin cos (33)


IOY I y cos 2 I x sin2 2I xy sin cos (34)

I XY Ix I y cos sin I xy cos 2 sin2 (35)


1
I XY I xy cos 2 Ix I y sin 2 (36)
2

5.1.5. Axes principaux et moments d’inertie principaux


Les axes principaux d’inertie sont les axes pour lesquels le moment centrifuge est nul (IXY =
0). Lorsque l’origine O est confondue avec le centre de gravité G de la section, ce sont les
axes centraux principaux. Les moments d’inertie correspondant sont les moments d’inertie
principaux.
Partant d’un système d’axes quelconque (x, y), pour déterminer la position des axes
principaux d’une section asymétrique, il faut tourner ces axes d’un angle tel que IXY = 0,

2I xy
tg2 (37)
I y Ix

5.1.6. Moment d’inertie polaire I0 d’une surface plane S ou moment d’inertie par
rapport à un axe perpendiculaire à son plan

y I Oz I0 r 2 dS r 2 dS (38)
S
S
dS
S I0 = x2 y 2 dS x2 y 2 dS (39)
S
M S

r
I0 = IOz = IOx + IOy (40)
x
O

Remarque : IX + IY = Ix +Iy (41)


(La somme des moments d’inertie quadratique est un invariant, ce qui est normal car elle
constitue le moment d’inertie polaire)

5.2. Flexion simple


5.2.1. Flexion pure

La flexion est dite pure lorsque la poutre (ou une partie) n’est soumise qu’au seul moment de
flexion (portion AB de la figure).

Page 17/50
T. BEDA

F A B F

a a

5.2.2. Flexion plane


Considérons une flexion due à un moment M f z . Dans le cas particulier où le plan (G, x, y) est
un plan de symétrie longitudinale, le moment M f z M f z est perpendiculaire à ce plan et on
peut prévoir que les déplacements dus à la flexion doivent lui être parallèles. La flexion est
alors « plane » ou « droite ». La flexion est simple lorsque l’effort tranchant n’est pas nul.

5.2.3. Flexion gauche

y L’exemple d’une poutre à section cornière à ailes


inégales, dans la position de la figure. Les
G déplacements ne sont pas parallèles au plan (G, x, y).
z La flexion n’est pas plane, elle est gauche.
Mf

Pour que la flexion soit plane, il faut placer la section


de la poutre de telle manière que IGxy = 0, c’est-à-dire
y tel que les axes Gy et Gz soient des axes principaux
d’inertie.
Si on a un repère (u, v) quelconque, les axes x et y sont
G obtenus de la relation :
z
Mf 1
I yz I u I v sin 2 I uv cos 2 0
2
2I uv
tg2 (42)
Iu I v

5.3. Relation entre moment fléchissant et effort tranchant


On considère une poutre soumise à des charges reparties.
q(x)
x -T q(x) T+dT
M+dM
dx -M
y dx

L’équilibre se traduit par les équations suivantes :


dT
- T + T + dT – q dx = 0 q (43)
dx

Page 18/50
RDM

dx dx d
M M dM T T dT dq 0
2 2 2
dM
T (44)
dx

5.4. Etude de la contrainte

a a'
y L
G

b' b
Une section aa’ devient bb’ après déformation. y : ordonnée du point considéré.

5.4.1. Contrainte normale en fonction du moment fléchissant


Hypothèses de Bernoulli: les sections planes restent planes après déformation L=ky
L ky kE
La loi de Hooke donne : E E y Ky k, K des constantes
L L L
Soit =Ky

Pour une flexion pure l’effort normal N est nul. Exprimons que N = 0.

La force élémentaire normale relative à S est :


x x S S
S

D’où : N S 0
S

Comme = K y, on a: N K y S 0 (45)
S

y S est le moment statique de la surface plane S par rapport à l’axe Oz . Or:


S

y S SyG 0 yG = 0 (46)
S

Donc, l’axe neutre passe par G centre de gravité de la section (l’axe neutre confondu à la ligne
moyenne).

5.4.2. Equilibre des moments par rapport à l’axe Gz

Mf y S K y2 S (47)
S S

Page 19/50
T. BEDA

y 2 S est le moment d’inertie de S par rapport à Gz .


S

Mf KIGz (48)
Mf
D’où : y (49)
I Gz
M fmax
Contrainte maximale : max ymax (50)
I Gz

5.4.3. Condition de résistance


La contrainte normale doit rester inférieure à sa valeur limite élastique ou alors à la contrainte
normale admissible (pratique ou utile).
e
x max p (51)

5.5. Etude de la déformation

O = OG : rayon de courbure
L
Loi de Hooke : E
L
M
On a établi : y f
I Gz
B B2 B1 Triangles semblables : OGG1 G1A1A2
G1 y A1 A2 L
G
GG 1 L E
y
y y Mf Mf
A A1 A2 y
E I Gz I Gz

1 Mf
EI Gz

1 Mf
Par convention de signe: (52)
EI Gz

5.6. Equation de la déformée y=f(x)

Pour une courbe y = y(x), on démontre que le rayon de courbure est :

Page 20/50
RDM

3/ 2
1 y' 2
(53)
y"
dy
y' . Les déformations étant petites y’2 est négligeable devant un, d’où :
dx
1
(54)
y"
On obtient formule approchée dite équation différentielle de la déformée :
Mf
y" (55)
EI Gz
Autrement écrite : Mf EIGZ y" (56)

5.7. Charges reparties


b
Une charge P est dite répartie
suivant la loi p = (x), sur une p= (x)
longueur CD = b (b L), si, sur
chaque élément de longueur L,
compris ente C et D, on a une
charge P=p L et que A C L D B
D
P C
P.
L

Une charge est dite uniformément repartie sur toute la longueur d’une poutre si, divisant la
longueur en parties égales – aussi petites soient-elles – elles supportent la même charge.
Si P est la charge totale sur la longueur L, la charge unitaire est :
P
x C ste p
L

5.7.1. Propriétés de charges reparties


Une charge répartie a mêmes projections que sa résultante.
Une charge répartie a même moment résultant par rapport à un axe perpendiculaire au
plan des forces que sa résultante par rapport au même axe (Théorème de Varigon).

5.7.2. Calcul de l’effort tranchant et du moment fléchissant

p= (x)
Exemple : Poutre AB, libre en A,
encastrée en B, soumise à une
charge répartie suivant :

A dx C B
x
X

Page 21/50
T. BEDA

ax
p (x) ax3 bx d
C ste

Effort tranchant T dans une section S d’abscisse X


T = somme algébrique des projections sur Oy des forces extérieures situées à gauche du
point C :
X
T x dx (57)
0

Moment fléchissant Mf dans une section S d’abscisse X


Mf = somme algébrique des moments par rapport au point C des forces extérieures
situées à gauche de C :
X
Mf x X x dx (58)
0

Remarque : Application du théorème de Varigon pour un taux de charge p constant.


X
X x2 X2
Mf x X x dx p Xx p
0 2 0
2
X
La résultante est pX et appliquée à , d’où :
2
X pX 2
Mf pX
2 2

5.8. Poutres d’égale résistance

Dans chaque section, la contrainte normale maximale doit être la même et égale à a ( p,
u). Ces poutres ont l’avantage d’être plus légère que les poutres à section constante et plus
flexibles (l’énergie interne accumulée au cours de la déformation est supérieure).

Exemple : Poutre console à section rectangulaire, chargée à l’extrémité libre

F y Mf Fx
x z
h Mf
ymax C ste
y b p
I

h Fx Fx
6
2 bh3 bh 2
p

12
Fx
p 6 2
bh

Page 22/50
RDM

5.8.1. Poutre de hauteur constante (h constante)


La largeur est donnée par la relation :
6F
b 2
x (59)
ph

b(x) z
Forme de la poutre :
x x

z y

5.8.2. Poutre de largeur constante (b constante)


La hauteur est donnée par la relation :
6F
h2 x (60)
b p
For
z me
de la
x x poutr
e:
y y

Exemple d’application :
Ressorts en lames d’acier pour suspension
de véhicule (camion)
Lame réalisée en acier à haute limite
élastique qui permet d’obtenir le maximum
d’énergie interne accumulée (très flexible)

5.9. Influence des caractéristiques de la poutre sur la flèche

Considérons une poutre horizontale de caractéristiques : E, I, L et , sur deux appuis simples


A et B, soumise à une force verticale
F en son milieu C, figure.
Equations de la statique
A B x F
C RA RB
2
Pour : 0 x L/2
y

Page 23/50
T. BEDA

F F
Effort tranchant: T RA ; Moment fléchissant: M f x
2 2
F
Equation de la déformée : Mf = -EIy’’ y1 " x
2 EI
F 2 F 3
y1 ' x C y1 x x Cx K
4 EI 12 EI
Conditions limites :
y( 0 ) 0 (appui) y( 0 ) 0 K=0
L L FL2
y' 0 (symétrie du problème) y' 0 C
2 2 16 EI
F 3 FL2
y1 x x x (61)
12 EI 16 EI
Pour la partie CB (L/2 x L), en raison de symétrie, on remplace dans l’équation ci-dessus
la variable x par (L-x).
La flèche maximale est en C (x = L/2) et vaut :
FL3
ymax x (62)
48EI
Influence de F, L, E et I
- y(x) proportionnel à F (domaine élastique) ;
- y(x) proportionnel à L3, donc influence considérable de L sur y (pour limiter les
déformations, il faudra en tenir compte) ;
- y(x) inversement proportionnel à E, donc pour limiter les déformations, il faut choisir
un matériau dont le module de Young est grand.
- y(x) inversement proportionnel à I. Pour une même section, on a intérêt, pour diminuer
les déformations, à choisir une forme de section dans laquelle la matière est très
éloignée de la fibre neutre.
Les figures ci-contre permettent de tirer la
b
I relation d’inégalité entre les moments d’inertie
h suivant la position de la section : Iy > Iz.
y Donc en plaçant la poutre debout, c’est-à-dire
dans la position I, la poutre fléchit moins
II Par conséquent, la flèche est plus importante
h dans la position II.
b
z

Exemple d’application : Position des poutres de toiture

Page 24/50
RDM

Page 25/50
T. BEDA

6. SOLLICITATIONS COMPOSEES
6.1. Contraintes de même nature
6.1.1. Combinaison de contrainte normale agissant sur une même section

a) Poutre soumise à une flexion et a une traction

AA1 : partition de contrainte due


à la traction
A A2 A1 A3
Résultante AA1 : 1 0
G x 1 C ste
BB1 : 1 0
Flexion Traction
B2 B B3 B1
A2GB2 : partition due à la flexion
y AA2 : 0 traction
2

BB2 : 2 0 compression

Contrainte combinée ou résultante :

3 1 2 (63)

Exemple: Sollicitation d’un crochet

La section S est soumise


d - à la traction N
S - et à la flexion Mf = N d

b) Flexion et compression

A1 A3 A A2 1 devient négative
1 2 AA1 : 1 0
G x Compression
3
BB1 : 1 0
B3 B1 B2 B
AA2 : 2 0
y Flexion
BB2 : 2 0

Contrainte combinée : 3 1 2 (64)

Page 26/50
RDM

Remarque
La flexion pure présente systématiquement une contrainte de traction et une de compression.
Ceci a été à la base de la notion de matériaux composites (assemblage d'au moins deux
matériaux non miscibles (miscibles : qui peuvent former un mélange homogène), mais ayant
une forte capacité d'adhésion.

L’arc mongol (12e siècle): utilisation


de peau (partie comprimée) et de
tendon (partie sous
tension).

Béton armé (19e


siècle) et/ou
sections modifiant
le lieu du centre de
gravité.

c) Flexion plus flexion : flexion déviée

La flexion déviée est provoquée par des forces situées dans un plan passant par l’axe
longitudinal d’une poutre, mais ne coïncidant avec aucun plan principal de la poutre.

Dans le plan de la section S, de centre de surface G,


y les axes (G, y) et (G, z) ne sont pas des axes
principaux de la section, figure ci-contre. (G, x, y)
n’est pas un plan de symétrie de la section.
S
z G D’ordinaire, on réduit, pour l’étude, la flexion déviée
à deux flexions planes (simples).

Exemple
Une poutre de section en I, encastrée à une
extrémité et supportant à 1’autre une force

F faisant un angle ( ) avec l’axe Gy .


4

Page 27/50
T. BEDA

On étudie séparément les actions des


composantes F1 et F2, projections de F
F
A1 sur :
A2
Gz : F1 = F sin
F1 G
z
F F2
Gy : F2 = F cos

B1 B2
y

1
a1
F1 produit un moment G Compression
A2
de flexion d’axe Gy, Effet de F1
contrainte relative 1 Traction A1
a2 x

A a
F2 produit un moment de Traction
flexion d’axe Gz, G x
Effet de F2
contrainte relative 2
2 Compression
b B

Considérons A1A2 et la perpendiculaire AB, on a :

Aa : Traction ; Bb : Compression
A1a1 A2 a2
: Compression ; : Traction

Par superposition des effets, au point A2, on a la contrainte résultante:

3 A2 2 A2 1 A2 max Traction

De même au point B1, on a max de compression : 3 B1 2 B1 1B1

Page 28/50
RDM

Condition de résistance: 3 A2 Rp

Par contre au point A1, il y a traction due à F2 et compression du à F1. La contrainte


résultante est:
3A1 1A1 2A1 1A1 2A1

En effet : 2A > 0 (Traction)


1A < 0 (Compression)

Même raisonnement au point B2.

6.1.2. Combinaison de contrainte de glissement agissant

a) Poutre soumise à deux efforts tranchants perpendiculaires.

Considérons une section prismatique par exemple

T1 En chaque point de la section, la contrainte résultante est :

T2 (65)
rés 1 2
M 2

1 Cette formule reste valable quelque soit l’angle entre les deux efforts.

b) Poutre soumise au cisaillement (T1) et à la torsion due au moment Mt


Section circulaire,
T1 M t2

2max
rés 1 2

2max
1
2Contraintes dues à la torsion, proportionnelles à la
2max
distance = GM ( 2 maximale à la périphérique).
1
2max
1
1 Contraintes dues à l’effort tranchant, constantes de
1
même direction et de même sens.

Page 29/50
T. BEDA

6.2. Contraintes de nature différente


Soient une contrainte normale et une contrainte de glissement . On définit une contrainte
normale équivalente à l’action des deux contraintes perpendiculaires entre elles et on l’appelle
contrainte « idéale ».

6.2.1. Matériaux isotropes et ductiles (Rtraction = Rcompression)

Contrainte idéale : i
2
4 2
(66)

Condition de sécurité : i Rp (67)

6.2.2. Matériaux non ductiles

Exemples de matériau (Ret Rec): fonte, béton, bois.

Retraction
Soit : k (k < 1) (68)
Recompression

La contrainte idéale est définie par :

1 k 1 k 2 2
i 4 Rp (69)
2 2

6.3. Noyau central


En compression (ou en traction) excentrée, il y a somme algébrique des contraintes normales
dues à la compression (ou en traction) et la flexion. On peut donc dans une section avoir des
contraintes de signes contraires, ce qui peut présenter un inconvénient pour certain matériau
qui supporte mal la traction (exemple la fonte) ou pas du tout (le béton).
Il y a donc intérêt à savoir, pour une section donnée, quelles sont les dispositions à prendre
pour que ce phénomène n’ait pas lieu, d’où la notion de noyau central.

Définition F
Le noyau central d’une section est un
domaine situé à l’intérieur de cette section, S
domaine où doit se trouver la trace de la
force qui agit sur la poutre parallèlement à
son axe pour que les contraintes normales,
en tous points de la section, soient de même
signe.

Page 30/50
RDM

Exemple de calcul
Détermination du noyau central
d’une section circulaire.

Tout diamètre étant un axe de P y


symétrie, l’étude se fait sur un M P
diamètre quelconque. G x
A B
On considère F , une force
excentrée, parallèle à l’axe
longitudinal z, appliquée au point
P, figure ci-contre.
En G, on a : z
Effort normal : N = F
Moment fléchissant par rapport à Gy :
Mf = F X, X = GP

Calcul : Soit M le point de calcul de la contrainte ;


Si M [G, B], il subit :
N
- une traction de contrainte 1 0
S
Mf FX
- une contrainte de traction due à la flexion 2 x x ; x = GM
I I
Donc, la contrainte est toujours positive entre G et B.
Si M [A, G]
- 1 : traction
- 2 : compression due à la flexion

D2 D4
Caractéristiques : S ; I Gx I Gy I
4 64
On considère le cas où x = D/2, d’où :

F FX F 8X
1
D2 D3
A A 2
D D
4 32

Pour obtenir un même signe de contrainte dans entre A et B, il faut que A soit positive, donc :
8X D
1 0 X
D 8

D
Le noyau central d’une section circulaire de diamètre D, est le disque de rayon .
8

Page 31/50
T. BEDA

7. LE FLAMBEMENT
Le flambage (ou flambement) est en fait, une sollicitation composée de compression et de
flexion.
Lorsqu’une pièce en forme de poutre rectiligne subit un effort axial croissant tendant à la
raccourcir, on observe successivement deux types de sollicitations.
- Si l’effort F est inférieure à une limite notée Fc (charge critique), la poutre est
comprimée, elle reste rectiligne et se raccourcit.
- Lorsque F atteint Fc, la poutre fléchit brusquement. On observe que la flexion se
produit dans le plan perpendiculaire à la direction principale du plus faible moment
quadratique de la section droite de la poutre.

x b
F
F
h y

y y

h
b z
F
z
F

Iy > Iz La flexion se produit dans le plan perpendiculaire à z.

7.1. Hypothèse de l’étude : Théorie d’Euler


- La poutre à une section constante et une ligne moyenne droite avant déformation.
- Les liaisons de la poutre avec le milieu extérieur sont des liaisons sphériques sans
adhérence.
- Le poids de la poutre peut être négligé.

7.2. Charge critique d’Euler


B
Modélisations la poutre par sa la ligne
moyenne (AB).
G’ centre de gravité d’une section G’
d’abscisse x.
On fait l’hypothèse, compte tenu des faibles
x
déformations, que le repère de sollicitation
ne change pas de direction. Ce qui veut dire
que F reste le même le long de la poutre
A
déformée.

Page 32/50
RDM

Au point G’, le moment fléchissant est : Mf = Fy


Déformation élastique sous l’effet du moment de flexion.

Mf EIG' z y" Fy (IG’z Iz)

EI z y" Fy 0 (70)

2 F
Solution générale : y(x) = A cos x + B sin x ; (71)
EI z
Calcul de A et B
- Conditions aux limites (CL)
En A (x = 0), on a: y(0) = 0 A=0
En B (x = L), on a: y(L) = 0 B sin L = 0

- Solutions non triviales


sin L = 0 L=k

F k
D’où: (72)
EI z L

La plus faible valeur de F satisfaisant cette relation est obtenue pour k = 1. On appelle cette
valeur, charge critique d’Euler et on la note Fc.

2
EI z
Fc (73)
L2

Utilisation pratique de la charge critique Fc

F < Fc : compression simple


F = Fc : flexion de la poutre équilibre statique
F > Fc : la flèche croit jusqu’à rupture.

La déformée est de la forme: y(x) = B sin x


Que représente B ?
Le maximum de la flèche est obtenu pour : sin x = 1

x Or, on a: (k = 1)
2 L
L
D’où: x
2
B est donc la flèche maximale au milieu de la poutre.

Page 33/50
T. BEDA

L’équation de la déformée est : y B sin x (74)


L

7.3. Poutre dont les deux extrémités sont parfaitement encastrées

Au point A : A Fx ; A A z

Au point B : B Fx ; B B z B B
La symétrie du problème
A B G’
En G’, on a : M f A Fyz
x
Mf Fy EI z y"
A A

D’où l’équation : EI z y " Fy (75)

Solution particulière : y (76)


F
Solution générale :
2 F
y(x) = A cos x + B sin x + y ; (77)
F EI z

Conditions aux limites : en A et en B, il n’y a ni flèche, ni rotation.

y( 0 ) 0 A (78)
F
y'( 0 ) 0 B B=0 (79)

y L Acos L =0 (80)
F
y'( L ) Asin 0 (81)

Les équations (78) et (80) cos L = 1 L = 2k

2
Cas k=1
L

Page 34/50
RDM

2
EI z
D’où, on tire la charge critique: Fc 2 (82)
L
2

L
On peut avoir une écriture similaire au cas précédent en posant l , d’où :
2
2
EI z
Fc
l2

l désigne la longueur libre de flambage et dépend de la nature des liaisons aux extrémités. Elle
est également appelée longueur réduite.

7.4. Longueur libre de flambage

- Poutre articulée-articulée (A-A) : l=L


L
- Poutre encastrée-encastrée (E-E) : l
2
- Poutre encastrée-articulée (E-A) : l = 0,7 L
- Poutre encastrée-libre (E-L) : l=2L

Les équations obtenues précédemment ne permettent pas le calcul de A et de .

On a : A et B = 0
F
Pour F = Fc, on a L = 2 . D’où l’équation de la déformée :

y 1 cos x (83)
F
La flèche est maximale lorsque : cos x = -1 x= ( = 2 /L)
2
Soit on a ymax à x = L/2. Alors : ymax . Notons que , donc A est indéfini.
F

7.5. Elancement

En flambage, la charge critique d’Euler est donnée par :

2
EI z
Fc
l2

La sollicitation de flambement suit et se compose à une sollicitation de compression. Quand


est-ce que le calcul se fait en flambage ?

Page 35/50
T. BEDA

En effet, on conçoit qu’une poutre courte et trapue doit être calculée en compression alors
qu’une poutre longue et élancée doit l’être en flambage, d’où la notion d’élancement.

l
On définit, pour une poutre, l’élancement : (84)
r

l : longueur libre de flambage,


Iz
r : rayon de giration de la section défini par : r (85)
S
Iz : moment d’inertie quadratique minimal de la section suivant l’axe principale
perpendiculaire au plan de la déformation de flambage.

7.6. Résistance au flambage


7.6.1. Coefficient de sécurité

On définit la charge axial limite (admissible) Fa par :


Fc
Fa (86)
k
k est le coefficient de sécurité, en général, on prend pour k le double du coefficient de sécurité
e
habituel : k=2 , avec ( e : contrainte limite élastique, pc : contrainte limite
pc

élastique). D’où :
pc
Fa Fc (87)
2 e

7.6.2. Elancement critique c


L’équation différentielle de la déformée est : EI z y" M fz
- Lorsque M f z 0 , on a y" 0 ; ce qui définit le point d’inflexion de la déformée. En
ces points, seule la contrainte normale de compression est à prendre en compte:
Fa
c .
S
- Lorsque M f z est maximum, on admet pratiquement que la contrainte normale totale
atteindra le double de la contrainte de compression (un fait expérimental).
Cette contrainte maximale 2 c doit alors être égale a la contrainte pratique de
compression pc.
2 Fa
pc (88)
S

Page 36/50
RDM

pc Fc
En remplaçant Fa par sa valeur ci-dessus, on obtient : pc , soit donc Fc = e S. Or,
e S
2 2 2
EI z EI z E
Fc 2 2 eS 2
(89)
l2
e
rl
r2

Cette relation fait apparaître la notion d’élancement critique c, élancement à partir duquel la
poutre devra être calculée au flambage.
2
2 E
c (90)
e

7.6.3. Résistance au flambage (Euler)


2
EI z
La charge admissible Fa d’après Euler est, en considérant la charge critique Fc ,
l2

2
pc EI z
Fa (91)
2 e l2

2
2
2
E 2 l l 2S
On sait que : c et , il vient que la charge admissible d’après Euler
e r Iz
est :

2
pc S EI z
Fa 2
(92)
l2
2
c

- Le numérateur pcS représente la force axiale que l’on pourrait appliquer en


compression simple;
- Le dénominateur apparaît comme un terme correctif tenant compte de l’élancement
de la poutre.

Page 37/50
T. BEDA

8. EXERCICES

Exercice 1
Un élément de machine est constitué de deux pièces cylindriques distinctes, de même
longueur L, dont une creuse 1 et l’autre pleine 2. Elles sont montées en « série » et soumise à
une force F de traction, figure 1. Les caractéristiques sont indicées: Ej, Gj, Dj, Ij, I0j … j=1,2

F
Figure 1 Figure 2
L F
2 M

L 1 1 L 1 2 1

D2
D1

1) Donner la contrainte dans chacune des pièces.


2) Déterminer les allongements relatifs.
Les pièces sont maintenant en « parallèle », figure 2. Par l’intermédiaire d’un plateau, elles
sont soumises à la force F, le moment étant nul (M=0), figure 2.
3) Donner les contraintes dans chacune des pièces.
4) Déterminer les allongements relatifs.
La force F est remplacée par un moment de torsion M 0, figure 2.
5) Déterminer l’angle maximal de torsion et les lieux correspondants.
6) Déterminer le déplacement maximal et les lieux correspondants.
7) Déterminer la contrainte maximale et les lieux d’application :
a – sur la pièce 1.
b – sur la pièce 2.
8) Discuter, en fonction des caractéristiques des matériaux, de la contrainte maximale
globale et de la contrainte minimale globale.

Exercice 2

Un fil en acier de longueur L=AB et de section S est lié en A et B par deux liaisons pivot
parfaites. On suspend au milieu I du fil une masse de poids P et le fil prend la configuration
élastique AiB, voir figure. Soit E le module de Young de l’acier. Le poids du fil est négligé.
Les déformations sont supposées petites : tg ; sin ; cos 1- 2/2.

Page 38/50
RDM

α I α 1) Exprimer l’effort normal N d’extension dans


A B le fil en fonction de P et .
i 2) Exprimer l’allongement relatif L/L en
P fonction de . Puis en fonction de N.
Figure
3) En négligeant 2 par rapport à la valeur deux,
exprimer Ii d en fonction de P.

Exercice 3
Une structure symétrique est formée de trois poutres 1, 2 et 3 suspendues à un bâti par
des liaisons pivot sans adhérence, faisant un angle entre elles, de module de Young E, de
section S, de résistance à la traction m. Elle est soumise à une force de traction verticale P ,
voir figure.

3 1 2
1) Déterminer la force Pi dans chacune des poutres.
En déduire les contraintes.
2) Donner le critère de résistance dans chaque poutre en
considérant le coefficient de sécurité α.
α α 3) En déduire le critère de résistance de l’ensemble de la
structure.
Figure

Exercice 4
Une barre étagée est formée de deux poutres en séries, de différentes épaisseurs h1 et
h2, de mêmes caractéristiques suivantes : longueur L, largeur b, module de Young E. Elle est
sollicitée en traction par un effort F, figure 1.

h2 h2 F h1
F
L L h2
Figure 1 Figure 2 Figure 3

1) Déterminer l’allongement de la barre.


Pour la structure repliée, les deux poutres sont en parallèle. Elles sont soumises par
l’intermédiaire d’un plateau à un même allongement , figure 2.
2) Déterminer la force nécessaire FN pour produire cet allongement des poutres.
Pour la suite on met en parallèle deux barres étagées identiques, figure 3. Par l’intermédiaire
d’un plateau, on les soumet à la traction de force F.
3) Donner les allongements des deux barres.

Page 39/50
T. BEDA

Exercice 5
Deux plaques identiques rectangulaires de côtés a, b et d’épaisseur e, sont assemblées
à l’aide d’un boulon, figure 1.
L’écrou et la tête du boulon ont pour rayon R et le
noyau pour rayon r. Le pas de vis est égal à p.
e Pour un serrage convenable à partir du contact
entre l’écrou, la tête et les plaques, on effectue un
b e tour et demi de serrage.
a b 1) Donner les différentes sollicitations :
a - sur le boulon
Figure 1
b - sur les plaques
On soumet les plaques à des forces longitudinales F, figure 2.

F 2) Donner les sollicitations qui s’ajoutent :


a- sur le boulon
F b- sur les plaques
Figure 2

3) Donner les contraintes dues aux forces F :


a- dans le boulon
b- dans les plaques
On enlève la force (F=0) pour la suite. Soit e’ l’épaisseur des plaques après serrage.
4) Exprimer la variation de longueur L du boulon en fonction de la force de serrage N.
5) Exprimer la variation de l’épaisseur e des plaques en fonction de la force de serrage N.
6) Montrer qu’on a : L – 2 e = 1.5 p
7) Soit x = L – 2 e, donner x en fonction de N. En déduire l’effort N.

Exercice 6
Un arbre étagé en acier, de caractéristiques E, G et , est sollicité en traction par un
effort F , voir figure.
1) Déterminer l’allongement de l’arbre
dû à cette traction.
D D On remplace la force F par un couple de
1 2
torsion M = M x , voir figure.
l1 l2 2) Déterminer M pour que les sections
Figure d’extrémité tournent d’un angle l’une par
rapport à l’autre.
3) Quelle est la contrainte maximale ?
4) Quelle est la contrainte minimale ?
5) Donner leurs lieux d’application respectifs.
Soit l’angle de rotation d’une section quelconque S du tube de diamètre D1.
6) Donner l’angle de rotation 1 de la section S1 du même tube, située à une distance d1
de S.
7) Déterminer l’angle relatif de rotation φ2 de la section S2 du tube de diamètre D2, située
à une distance d2 de S, c’est-à-dire l’angle que fait S2 par rapport à S.
8) Déduire celui que fait S2 par rapport à S1.

Page 40/50
RDM

Exercice 7
On considère une poutre AB de section droite rectangulaire S0 (de largeur b et
d’épaisseur e). La limite d’élasticité en traction est Re, les contraintes de résistance sont : en
Rm
traction Rm et en cisaillement m . On prendra pour le coefficient de sécurité. La
2
poutre est encastrée à l’extrémité A. En B, Elle est sollicitée par une force F suivant son axe
x , comme l’indique la figure ci-dessous.

b
F
x e z
A S S0 B
Figure
1) Donner la contrainte longitudinale 0.
2) Déterminer la contrainte normale et la contrainte de cisaillement dans une section
S faisant un angle avec la verticale, voir figure.
3) Déterminer la force F pour qu’il y ait rupture suivant la section S lorsque :
a- = /4
b- = /3
La force F devient verticale.
4) Donner l’effort tranchant et le moment fléchissant
5) Déterminer la flèche y(x). En déduire la rotation maximale.

Exercice 8
Pour découper un corps cylindrique de diamètre D, de limite d’élasticité au glissement
Reg, de résistance de rupture au glissement Rrg, on utilise une cisaille en acier dur, de longueur
AB=L, sur laquelle on applique une force verticale F , voir figure. Le coefficient de sécurité
est et la distance AC=d.
B 1) Déterminer les réactions RA et RC.
2) Donner d’abord la condition pour être dans le
domaine élastique en tenant compte de la sécurité.
C 3) Quelle force appliquée pour pouvoir découper le
D
A corps ?

Figure

Page 41/50
T. BEDA

Exercice 9
Pour découper un trou cylindrique de diamètre d dans une tôle 1, on utilise un outil 2
appelé poinçon. La tôle est placée sur un bâti 3, voir figure. Une presse soumet le poinçon à
une force verticale F . La tôle est en acier doux de rupture au glissement Rg, tandis que le
poinçon, en acier très dur, a une résistance de
rupture à la compression Rc.
2
1
1) Donner la condition vérifiée par F pour
e qu’il y ait découpage.
2) Etablir la relation entre d, e et les
caractéristiques des deux matériaux (tôle et
d
poinçon) pour que le poinçon ne soit pas
3
détérioré lors du découpage. Le coefficient de
Figure
sécurité par rapport à Rc est α.

Exercice 10
On considère une poutre de session constante et de longueur L, libre en A et encastrée en B.
Elle est soumise entre A et C à une charge répartie comme l’indique la figure. On a AC=a.
a
1) Déterminer les réactions d’appui.
q 2) Déterminer l’effort tranchant et le moment
fléchissant. Déduire
A C
B
Figure

Exercice 11
Soit une poutre sur deux appuis simple, de longueur L et de caractéristiques autres : ,
S, E, Iz. On applique une force transversale F au milieu de la poutre, figure 1.
1) Déterminer l’effort tranchant et le
moment fléchissant.
2) Calculer la flèche y(x). En déduire
la flèche maximale ymax.
3) Commenter sur l’influence des
L
Figure 1 différents facteurs : F, L, E, I.
4) Calculer la rotation de la ligne
élastique aux appuis.
Une autre poutre de longueur double 2L et de mêmes autres caractéristiques,
symétriquement chargée. L’origine est à une distance L/2 de l’extrémité de gauche de cette
poutre (point B), figure 2.
A B C D 5) Calculer la nouvelle flèche v(x).
6) Montrer qu’on peut déduire v(x) à
partir de y(x).
L/2 L L/2
2
Figure 2

Page 42/50
RDM

7) Déduire la flèche w(x) lorsque l’origine est plutôt prise à l’extrémité gauche (point A),
figure 2.

Exercice 12
On considère une poutre de caractéristiques: L, E, I, appuyée à ses deux extrémités A et B.
Elle est soumise à une distance d de A à un moment de flexion M, voir figure.

A M B
1) Déterminer les réactions d’appui ;
d 2) Déterminer l’effort tranchant et le moment fléchissant ;
Figure 3) Calculer la flèche y x ;
4) Déduire cette flèche y x lorsque le moment M est
appliqué au milieu de la poutre. Comment peut-on déduire dans ce cas la flèche y x
L L
entre et L à partir de la flèche obtenue entre 0 et ?
2 2
5) Déduire également y x lorsque le moment M est appliqué à l’extrémité B de la
poutre.

Exercice 13
On considère une poutre horizontale de longueur L, de caractéristiques: , E, S, I,
encastrée-libre, soumise à une force verticale F située à une distance d de l’encastrement,
figure 1.
d F
L F

Figure 1 Figure 2
6) Déterminer les réactions de liaison : la force et le moment d’encastrement.
7) Donner l’effort tranchant et le moment fléchissant.
8) Déterminer la flèche.
9) En déduire la flèche lorsqu’on a plutôt la force F appliquée à l’extrémité libre, voir
figure 2.

Exercice 14
Soit une poutre de caractéristiques : , L, S, E, I, appuyée aux deux extrémités et
soumise à un moment de flexion M = M z , voir figure 1.
a F a F
M
x x

y y y
Figure 1 Figure 2 Figure 3

1) Déterminer les réactions de liaison.


2) Donner l’effort tranchant et le moment fléchissant.

Page 43/50
T. BEDA

3) Déterminer la flèche y1(x). En déduire la rotation à l’extrémité x=L.


La poutre est maintenant soumise à une force F , voir figure 2.
4) Déterminer les nouvelles réactions de liaison.
5) Donner l’effort tranchant et le moment fléchissant.
6) Déterminer la flèche y2(x).
L’extrémité droite de la poutre est finalement encastrée, voir figure 3.
7) Déduire les réactions de liaison relatives à partir des résultats précédents.

Exercice 15
Une poutre AB de longueur L, de section constante circulaire S de rayon R, de
caractéristiques , E, I, est en mouvement longitudinal. Le déplacement au point d’abscisse x
est défini par u(x).

u(x) 1) Donner l’allongement de la poutre. En déduire


x la déformation et la loi de Hooke.
2) Donner l’allongement d’une portion élémentaire
A L B dx située à l’abscisse x. En déduire la déformation et la
loi de Hooke également.
Figure 1

Pour la suite, la poutre est encastrée en A et soumise à une force longitudinale F en B,


figure 2.
u(x) 3) Déterminer la fonction déplacement
x u(x) et la représenter graphiquement.
4) Représenter graphiquement la
A L B contrainte. En déduire la contrainte
Figure 2 maximale et les lieux d’application.

Reprendre les questions 3) et 4) si la section est variable et définie par :


5) S(x) = S0 x + S0
6) S(x) = S0 eAx. Ensuite, commenter sur la contrainte, ses lieux d’application, de la
g
propriété de forme de la poutre si on donne A = , où p est la contrainte
p

admissible et g la pesanteur.

Exercice 16
Soit une poutre de section constante circulaire S de rayon R, de caractéristiques L, ,
E, G, I. On considère une section S0 d’abscisse x. Une section S1 situé à une distance
élémentaire dx de S0 tourne par rapport à cette dernière d’un angle d autour de l’axe x de la
poutre, voir figure.
1) Donner l’angle de torsion par unité de longueur. En
S0 dx S1 déduire en fonction de x.
2) Donner l’angle de glissement en fonction de ; on
donne tg .
3) Est-ce que dépend de x ?
Figure 4) Donner la contrainte en fonction de .

Page 44/50
RDM

5) En déduire la contrainte en un point de la section de coordonnées x, y, z ; le plan de la


section étant (y, z).

Exercice 17
Soit une poutre de caractéristiques : L, S, E, I, encastrée à l’extrémité A et libre en B. Elle est
sollicitée par deux forces F1 et F2 comme l’indique la figure 1.

a b
A
A B
B
Figure 2
Figure 1

1) Déterminer les réactions de liaison.


2) Donner l’effort tranchant et le moment fléchissant.
3) Déterminer la flèche y(x). En déduire la flèche maximale et la rotation en ce point.
La poutre est maintenant soumise en son milieu à une force F , et appuyée en B, voir figure 2.
4) Déterminer les nouvelles réactions de liaison.
5) Déterminer la nouvelle flèche.

Exercice 18
Une poutre en bois, de section circulaire, d’axe x est soumise à une torsion. Expliciter
le type de contrainte qui détériore le matériau si après la torsion :
1) On a des fissures transversales, figure 1. Déduire la direction des fibres.
2) On a des fissures longitudinales, figure 2. Déduire encore la direction des fibres.
3) La poutre est maintenant soumise à une flexion simple (flexion + cisaillement) dans le
plan x , y . Mêmes questions si les fissures sont longitudinales, figure 2.

Figure 1 Figure 2

Exercice 19
On considère une poutre droite à section constante encastrée en B libre en A, chargée
uniformément de A à B de taux de charge p, Figure 1.

p
1) Déterminer les actions d’appui en A
A et en B.
B 2) Donner l’effort tranchant et le
Figure 1 moment fléchissant.

3) Calculer la flèche y1(x). En déduire la flèche maximale.

La charge repartie est remplacée par une force ponctuelle F appliquée au point A, Figure 2.

Page 45/50
T. BEDA

4) Déterminer la nouvelle flèche y2(x). En déduire la flèche maximale relative.

La poutre uniformément chargée est maintenant appuyée au point A, Figure 3.


5) Déterminer les nouvelles réactions à partir des résultats précédents.

F p

A A
B B
Figure 2 Figure 3

Exercice 20
Un parallélépipède rectangle de côtés a, b, c repose sur un plan horizontal. Il est
soumis à une force verticale descendante F excentrée et placée sur un axe de symétrie, voir
figure. On pose X = G’P, où P est le point d’application de la force F.

1) Quelles sont les types de sollicitations


z C D en présence ?
x G’ 2) Donner pour chaque type de
y sollicitations, la force généralisée la créant.
B A 3) Déterminer les différentes contraintes en
un point d’une section droite.
4) En déduire la contrainte résultante.
b
Figure a 5) Déterminer la contrainte résultante aux
points A et B.
c 6) Déterminer la contrainte maximale et
ses lieux d’application.
7) Donner la condition sur X, pour que la contrainte minimale soit égale à zéro.
c
8) Quelle est le signe de la pression au point B si X ? Commenter.
6

Exercice 21
Un parallélépipède rectangle de cotés a, b, c, respectivement suivant les axes x, y, z
(Origine du repère en G, centre de gravité du parallélépipède) repose sur un plan
horizontal.
Il est soumis à une charge verticale descendante F passant par un point N de l’axe z ,
d’ordonnée z sur cet axe, voir figure.

N
b
G’ N
b
’ z P
a

Figure c
c
Page 46/50
RDM

1) Quels sont les types de sollicitation en présence ?


2) Déterminer la contrainte résultante en un point quelconque M sur l’axe z de
coordonnée .
3) Déterminer l’ensemble des points du noyau central situés sur l’axe z .
4) En faisant la même approche sur l’axe y , déterminer le noyau central d’une section
rectangulaire de côtés b et c.

Exercice 22
On considère un anneau complet de section circulaire. Il est ouvert en un point P. De
part et d’autre de ce point, on applique la force F (et – F ) suivant l’axe y : F F y , voir
figure. Le petit diamètre est d et le grand
diamètre D = 2 GA.
B
-
1) Déterminer les différents types de
sollicitation et les contraintes relatives dans les
sections droites (de normale la tangente à la
G ligne moyenne) aux points A, B et C.
A
/3 2) Mêmes questions si F F x
3) Si plutôt F F z
4) Déterminer les contraintes dans la section
horizontale au point B lorsque F F y .
B
C

Exercice 23: Noyau central


Pour déterminer le noyau central d’une section droite rectangulaire de côtés a et b, on
demande de faire l’étude sur les axes de symétrie x et y de la section. On utilisera une
traction excentrée, voir figure.
y
F
z b x
a
Figure
y
1) Déterminer les points du noyau central en réduisant l’étude sur l’axe x .
2) Déterminer ceux situés sur l’axe y , en réduisant l’étude sur cet axe.
3) Déduire des résultats précédents, le noyau central de la section rectangulaire.

Page 47/50
T. BEDA

Exercice 24
On considère un tube rectiligne AB, horizontal, de longueur L, encastré en A et libre en
B, de section circulaire constante telle que d 0.9 (d étant le diamètre intérieur et D le
D
diamètre extérieur).
Une bielle rectiligne BC, horizontale de longueur R, située dans le plan
perpendiculaire à l’axe du tube en B, est fixée sur celui-ci en ce point B.
On applique en C une force verticale descendante F , voir figure. On néglige les
poids.

C
Figure R

A
L B

1) Quelles sont les différentes sollicitations auxquelles est soumis le tube ?


2) Déterminer les efforts et moments existant dans une section quelconque du tube.
3) Calculer en précisant les points où elles se trouvent dans le tube AB :
a. les contraintes normales maximales ;
b. les contraintes tangentielles maximales.
4) Déterminer l’abaissement du point C sous l’effet de la force F en négligeant la
déformation de la bielle BC et le cisaillement du tube AB.
5) La bielle BC est à section pleine rectangulaire (largeur b, hauteur h). En conservant b
constante, déterminer la fonction qui définit h le long de BC pour que la contrainte
normale maximale dans chaque section droite soit constante de B à C et égale à p.

Exercice 25
On considère une poutre console AB (encastrée-libre) de caractéristiques L, S, E, Iz. On
applique a l’extrémité B, une force transversale F située à une distance d de A, figure 1.

d
B
A

Figure 1

1) Déterminer les actions de liaison et donner l’effort tranchant et le moment fléchissant.


2) Calculer la flèche y(x).
On applique longitudinalement F Fc (charge critique d’Euler) en B et on y place
transversalement un ressort de traction de raideur k. La poutre devient soumise à un flambage,
figure 2.

Page 48/50
RDM

3) Donner les différentes équations d’équilibre de la poutre (la force de rappel du ressort
sur la poutre est FR=- k ). En déduire les composantes (XA, YA) de la force
d’encastrement RA et celle A du moment d’encastrement A .
4) Calculer le moment fléchissant Mf au centre de gravité G’ d’une section d’abscisse x.
5) En déduire l’équation différentielle sachant qu’on a également Mf = - EIz y .
6) Montrer que la solution générale est de forme :
kyB kL 2 Fc
y x C cos x D sin x x yB 1 avec
Fc Fc EI z

G’
y(x)
A
k
x

7) En appliquant les conditions aux limites à l’extrémité x = 0 (encastrement), déterminer


C et D.
8) En appliquant celle à l’extrémité x = L, c’est-à-dire y(L) = yB, déterminer tg L.
9) Lorsqu’on supprime le ressort, donner tg L et en calculer L. En déduire la longueur
libre de flambage dans ce cas.
10) En considérant le ressort rigide (k = ), trouver tg L et la nouvelle longueur libre de
flambage. (On rappelle que tg x = x a pour solution x = 4.488).

Page 49/50
T. BEDA

15. BIBLIOGRAPHIE
Mécanique des solides déformables
C. Bacon et J. Pouyet, Hermes science publications, Paris 2000

Résistance des matériaux


M Kerguignas, G. Caignaert, Dunod, 4e édition, Paris 1995

Bases pour la Résistance des matériaux


R Cravero, Ellipses, Paris 1997

Théorie d’élasticité
Stephen Timoshenko, J.N. Goodier, Edition Béranger, 1961

Aide-mémoire résistance des matériaux


G Pissarenko , A Yakovlev, Edition Mir, Moscou 1974

Systèmes mécaniques : Théorie et dimensionnement


M Aublin, R Boncompain, M Boulaton, Edition Dunod, Paris 1998

Résistance des matériaux et structures


Tome 1 : Milieu continus solides
Tome 2 : Théorie des poutres
S Laroze, Eyrolles, Paris 1974

La mécanique par les problèmes


A Campa, R Chappert, R Picand, Edition Foucher, Paris 1975

Aide mémoire résistance des matériaux


J. Goulet, JP. Boutin, F. Lerouge, Edition Dunod

Leçons sur la théorie d’élasticité


H Poincaré, Edition Jacques Gabay, 2008

Elasticité linéaire
D. Dartus, Editions Cépaduès, 2002

Problèmes d’élasticité
D. Bellet 1990, Editions Cépaduès, 1995

Page 50/50