Vous êtes sur la page 1sur 73

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

PAIX-TRAVAIL-PATRIE PEACE-WORK-FATHERLAND

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR MINISTRY OF HIGHER EDUCATION

INSTITUT UNIVERSITAIRE CATHOLIQUE SAINT JEROME CATHOLIC UNIVERSITY


SAINT JÉRÔME DE DOUALA INSTITUTE OF DOUALA

SAINT JEROME POLYTECHNIQUE


SAINT JEROME POLYTECHNIC
(SJP3-Génie Civil)

RAPPORT DE STAGE

PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE


FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Par BOUTCHOUANG TCHEWA LOIC IVAN

Stage Numéro : 17-SJP3-CE-126-01

Effectué au sein de l’entreprise :

ERT-BTP

Encadré par :

M. KAMDEM Alain M. MINGIM Carlos


Enseignant (IUCSJD) Conducteur de travaux (ERT-BTP)
(Tuteur Académique) (Tuteur Entreprise)

Année Académique 2016-2017

Autorisation N° : 00010/N/MINESUP/DDES/ESLP/SAC/ebm du 23/09/2009 – PO BOX 5949 Douala


Tel. : (237) 33 42 21 49 – 33 42 21 47 – Email : stage_sjp@univ-catho-sjd.com / Site Web : www.univ-catho-sjd.com
PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

DEDICACE

A La Famille BOUTCHOUANG.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page I


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

REMERCIEMENTS

Nous rendons grâce au Seigneur Dieu tout puissant pour cette année académique
passée sous sa constance protection.

Nous tenons à remercier toute l’équipe pédagogique de l’Institut Universitaire


Catholique Saint Jérôme de Douala, en particulier celle de Saint Jérôme Polytechnique, pour
nous avoir apportée cette opportunité mémorable et pour le suivi quelle nous consacre.

Nous tenons aussi à remercier le Directeur général de l’entreprise ERT-BTP,


Monsieur TCHEWA Urbain qui a bien voulu nous accueillir au sein de son entreprise, nous
donnant l’opportunité de bénéficier de la compétence et de l’expertise de son personnel.

Merci à nos encadreurs académique et professionnel, Respectivement M. KAMDEM


Alain et M. MINGUIM Carlos, pour la contribution apportée à ce travail.

Nos chaleureux remerciements allant, principalement, à toute l’équipe du chantier de


La TOTAL BP CITE, pour l’environnement de travail agréable dans lequel elle nous a permis
de travailler et pour l’expérience dont nous avons bénéficié.

Enfin, nous remercions toutes les personnes qui nous ont encouragées et qui ont
participé au bon déroulement de notre stage.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page II


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

RESUME

L’étude que nous avons réalisée pendant notre stage porte sur la mise en œuvre d’une
fondation de type : RADIER GENERAL, en vue de la construction d’un immeuble : Sous-sol,
Réez de chaussée plus six étages à la TOTAL BP CITE dans l’arrondissement de Douala V.
Dans un premier temps, l’étude a consisté à présenter l’entreprise d’accueil ainsi que les
différents intervenants du projet.
Dans un second temps nous avons présenté les généralités sur les fondations ainsi que
leurs conditions d’utilisation et enfin Nous avons Procédés à la mise en œuvre du radier
général pour notre immeuble en passant par la descente des charges sur le radier, les
Operations de terrassements et d’implantations.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page III


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

ABSTRACT

The study we carried out during our internship concerns the implementation of
a foundation type: RADIER GENERAL, for the construction of a building: Basement,
Ground floor plus six floors at the TOTAL BP CITY in Douala V. At first, the study
consisted of presenting the host company as well as the various parts involved in the project.
In second, we have presented general information on the foundations and their
conditions of use and finally, we realized our building using RADIER GENERAL Method
through implementations and earthworks operations.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page IV


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

SOMMAIRE

DEDICACE............................................................................................................................... I

REMERCIEMENTS ............................................................................................................... II

RESUME ................................................................................................................................ III

ABSTRACT ............................................................................................................................IV

SOMMAIRE ............................................................................................................................ V

LISTE DES TABLEAUX ......................................................................................................IX

LISTE DES FIGURES............................................................................................................ X

INTRODUCTION GENERALE ............................................................................................ 1

Chapitre1 : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE........................................................... 2

I. Origine et siège ................................................................................................................... 2

II. Domaines d’applications et compétences .......................................................................... 3

III. Structure d’ERT-BTP ....................................................................................................... 4

Chapitre 2 : PRÉSENTATION DU PROJET ....................................................................... 5

I. Introduction ......................................................................................................................... 5

II. Description du bâtiment..................................................................................................... 5

III. Contraintes du projet ........................................................................................................ 5

III.1 Topographie du site .................................................................................................... 5

III.2 L’environnement du site............................................................................................. 6

IV. Les différents intervenants du projet ................................................................................ 7

Chapitre 3 : GÉNÉRALITÉS SUR LES FONDATIONS .................................................... 8

I. Introduction ......................................................................................................................... 8

II. Définition ........................................................................................................................... 8

III. Rôle d’une fondation ........................................................................................................ 8

IV. Principe de fonctionnement d’une fondation ................................................................. 10

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page V


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

V. Choix des fondations ....................................................................................................... 10

VI. Types de fondations ....................................................................................................... 10

VI.1 Fondations superficielles.......................................................................................... 11

VI.1.1 Semelles filantes ou continues .......................................................................... 11

VI.1.2 Semelles isolées ................................................................................................ 12

VI.2 Fondations semi-profondes ...................................................................................... 12

VI.3 Fondations profondes ............................................................................................... 13

VI.3.1 Pieux battu......................................................................................................... 13

VI.3.2 Pieux forées ....................................................................................................... 14

VI.4 Les fondations spéciales........................................................................................... 16

VI.4.1 Le radier : Définition......................................................................................... 16

VI.4.2 Conditions d’utilisation du radier ..................................................................... 16

VI.4.3 Mode de fonctionnement du radier ................................................................... 17

VI.4.4 Principe de construction .................................................................................... 17

VI.4.5 Types de radier .................................................................................................. 17

Chapitre 4 : ÉVALUATION DES CHARGES.................................................................... 22

I. Introduction ....................................................................................................................... 22

II. Descente des charges effectuée par l’entreprise .............................................................. 22

II.1 Charges permanentes du projet.................................................................................. 22

II.2 Charges d’exploitation du projet ............................................................................... 23

II.3 Charges au niveau des poteaux de fondations ........................................................... 23

III. Vérification des contraintes développées sous le radier................................................. 24

IV. Descente des charges effectuée par nous ....................................................................... 25

IV.1 Détermination des poteaux les plus chargées .......................................................... 25

IV.2 Descentes des charges sur le poteau P1 7 E ............................................................. 26

IV.3 Descentes des charges sur le poteau P2 11A ........................................................... 28

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page VI


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

IV.4 Descentes des charges sur le poteau P3 1E .............................................................. 29

IV.5 Interprétation et comparaison................................................................................... 31

V. Justification du radier de type NERVURÉ...................................................................... 32

Chapitre 5 : MISE EN ŒUVRE DU RADIER GENERAL DE NOTRE BÂTIMENT . 33

I. Introduction ....................................................................................................................... 33

II. Caractéristiques du radier ................................................................................................ 33

III. Étapes de réalisation de la fondation .............................................................................. 33

III.1 Opérations de terrassement ...................................................................................... 33

III.1.1 Déroulement des travaux ................................................................................... 35

III.1.1.1 Destruction de la maison en place .............................................................. 35

III.1.1.2 Pose des bandes de sécurité et décapage .................................................... 35

III.1.1.3 Début des déblais ....................................................................................... 35

III.1.1.4 Isolation du bâtiment : Mise à la terre ........................................................ 36

III.1.1.5 Remblais et fins des travaux....................................................................... 36

III.1.1.6 Problèmes rencontrés ................................................................................. 37

III.1.1.7 Solutions implémentés ............................................................................... 38

III.2 Implantation du bâtiment ......................................................................................... 39

III.2.1 Définitions ......................................................................................................... 39

III.2.2 Matériels utilisés ............................................................................................... 39

III.2.3 Les étapes de l’implantation .............................................................................. 40

III.2.3.1 Installation des jalons à l’aide d’une station total ...................................... 40

III.2.3.2 Fabrication et poses des chaises d’implantation ........................................ 41

III.2.3.3 Traçage des axes......................................................................................... 42

III.3 Traçage et coulage des talonnettes ........................................................................... 43

III.4 Travaux de ferraillages ............................................................................................. 44

III.4.1 Ferraillages des longrines .................................................................................. 44

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page VII


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

III.4.2 Traçage et Ferraillage de l’ascenseur ................................................................ 46

III.4.3 Ferraillage des deux nappes de radier et insertion des amorces de poteaux et
voiles périphériques...................................................................................................... 48

III.5 Travaux de bétonnage .............................................................................................. 48

III.5.1 Bétonnage de la nappe de radier ....................................................................... 48

III.5.2 Coffrage et bétonnage des parties supérieur des longrines ............................... 50

III.6 Remblai des fouilles (A la pouzzolane) et compactage ........................................... 50

III.7 Pose du filme polyane, des treillis soudées et de la Chappe .................................... 51

III.8 Ferraillage, coffrage et bétonnage des voiles périphériques ou murs de


soutènements. ................................................................................................................... 52

CONCLUSION GENERAL .................................................................................................. 54

BIBLIOGRPHIE ....................................................................................................................... i

ANNEXES ................................................................................................................................. ii

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page VIII


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: Fiche signalétique: ERT-BTP. ................................................................................. 2


Tableau 2: Description du bâtiment ........................................................................................... 5
Tableau 3: Les acteurs du projet ................................................................................................ 7
Tableau 4: Charges permanentes du projet .............................................................................. 22
Tableau 5: Charges d'exploitations du projet. .......................................................................... 23
Tableau 6: Descente des charges sur les poteaux de fondations .............................................. 23
Tableau 7: Charges sur le radier ............................................................................................... 24
Tableau 8: Évaluation des poteaux les plus chargés ................................................................ 25
Tableau 9: Charges permanentes Poteaux P1 7 E .................................................................... 26
Tableau 10: Charges d'exploitations P1 7 E ............................................................................. 27
Tableau 11: Charges permanentes Poteaux P2 11A................................................................ 28
Tableau 12: Charges D'exploitations Poteaux P2 11A............................................................. 29
Tableau 13: charges permanentes sur le poteau P3 1E ............................................................ 30
Tableau 14: charges d'exploitation sur le poteau P3 1E ........................................................... 31
Tableau 15: Charges total sur le radier..................................................................................... 31
Tableau 16:Tâches effectuées ................................................................................................... iii
Tableau 17: Fiche signalétique du projet .................................................................................. iv

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page IX


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

LISTE DES FIGURES

Figure 1: environnement du terrain. ........................................................................................... 6


Figure 2: Plan de localisation du site. ........................................................................................ 7
Figure 3: Illustration d'une fondation. ........................................................................................ 9
Figure 4: Semelle filante .......................................................................................................... 11
Figure 5: Semelle isolé. ............................................................................................................ 12
Figure 6: Pieux battu à l'aide d'un mouton. .............................................................................. 14
Figure 7: Pieux foré à la tarière. ............................................................................................... 15
Figure 8: Radier d'épaisseur constante. .................................................................................... 18
Figure 9: Radier nervuré avec dalle situé en partie inférieure. ................................................ 19
Figure 10: Radier nervuré avec dalle en partie supérieure ....................................................... 19
Figure 11: Radier champignon. ................................................................................................ 20
Figure 12: Radier voûte. ........................................................................................................... 21
Figure 13: Model d’engins utilisés pour le terrassement. ........................................................ 34
Figure 14: Fouille après déblai. ................................................................................................ 35
Figure 15: Mise à la terre. ........................................................................................................ 36
Figure 16: Remblai de 20cm à l'aide de la pouzzolane. ........................................................... 37
Figure 17: Éboulement de terre survenue pendant les travaux. ............................................... 38
Figure 18: Béton de propreté. ................................................................................................... 40
Figure 19: Implantation des axes à l'aide de la station total. .................................................... 41
Figure 20: Fabrication des chaises d'implantation. .................................................................. 42
Figure 21: mise à niveau des chaises d'implantation. .............................................................. 43
Figure 22: Bétonnage des talonnettes....................................................................................... 44
Figure 23: ferraillage des longrines. ......................................................................................... 46
Figure 24: Ferraillage de la cage d'ascenseur. .......................................................................... 47
Figure 25: Fabrication des calles a béton pour l'enrobage. ...................................................... 47
Figure 26: Ferraillage de la nappe de radier. ............................................................................ 48
Figure 27: Pose des amorces des poteaux types P3. ................................................................ 48
Figure 28: Bétonnage de la plaque de radier 1. ........................................................................ 49

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page X


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Figure 29:Bétonnage de la plaque de radier 2. ......................................................................... 49


Figure 30: Coffrage des parties supérieur des longrines. ......................................................... 50
Figure 31: Pose du film polyane .............................................................................................. 52
Figure 32: Coffrage et coulage des voiles périphériques. ........................................................ 53
Figure 33: Filme polyane et Chappe terminé ........................................................................... 53
Figure 34: Organigramme ERT-BTP. ........................................................................................ ii

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page XI


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

INTRODUCTION GENERALE

La ville de Douala au Cameroun est considérée comme le principal centre des affaires
du pays à travers son potentiel économique qui se traduit par un nombre important
d’entreprise industrielles aussi bien locales qu’étrangères nécessitant une main d’œuvre
abondante et bon marché, mais aussi par l’estuaire du Wouri qui est la principale porte
d’entrée des marchandises de tout bord. C’est pour cette raison que les populations vivant
dans l’arrière-pays à la recherche du bien-être se retrouve à migrer vers Douala.
Cependant cette ville de Douala présente de nombreux problèmes à savoir : Le
désordre urbain, le non-respect des plans d’urbanisme et d’occupation des sols, les délestages,
le défaut d’alimentation en eau potable, la présence des marécages ainsi que la mauvaise
portance des sols. Le plus remarquable c’est le manque de logement, de parking, d’espace de
commerce et de bureau. C’est pour palier à ce problème de logement que de nombreux
opérateurs économiques ont décidé d’investir dans la construction des logements à usage
d’habitation et de commerce.
L’objectif de cet investissement étant de mettre à la disposition des populations de la
ville de Douala des infrastructures paisibles, sécurisés, et confortable qu’ils pourront
aménager selon leurs désirs afin de mener à bien leurs activités.
Toutefois il ne suffit pas seulement de construire, mais plus encore, de bien
construire ; et pour bien construire il est important de s’assurer du respect des lois
d’urbanisme, de s’assurer de la qualité du sol afin de réaliser les fondations (Socle sur lequel
repose le bâtiment au sol) qui passe par les sondages géotechnique, les terrassements et
l’implantation.
Comment à partir des rapports géotechniques et de la nature de l’ouvrage on procède
au choix d’un type de fondation pour notre structure ? Comment la mettre en œuvre afin de
garantir la stabilité et le confort de l’ouvrage ? D’où le choix de notre thème : MISE EN
ŒUVRE D’UNE FONDATION SUR RADIER GENERAL EN VU DE LA
CONSTRUCTION D’UN IMMEUBLE SS-R+6 A LA TOTAL BP CITE DOUALA.
Dans ce travail, nous commencerons par présenter l’entreprise d’accueil et le projet
d’étude, ensuite nous présenterons les types de fondations en fonction de leurs conditions
d’utilisation, et nous terminerons par les procédés de réalisation du model de fondation
choisi : Le Radier nervuré.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 1


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Chapitre1 : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE

I. Origine et siège

ERT-BTP (Étude et réalisation des bâtiments et travaux publics) est une entreprise
camerounaise du secteur secondaire au statut juridique de société à responsabilité limité , crée
en 2006 par une équipe de jeune entrepreneur camerounais dont sont directeur générale M.
TCHEWA URBAIN diplômé de L’ENST (École normale supérieur de l’enseignement
technique) soucieux de travailler à leur propre compte afin d’appliquer sur le terrain toutes les
compétences acquises en formation et ainsi participer à leur manières au développement
socioculturelle, économique et infrastructurelle du continent africain et du Cameroun en
particulier. Cette entreprise est située dans l’arrondissement de Douala III, plus précisément à
la TEXACO aéroport.
Tableau 1: Fiche signalétique: ERT-BTP.

Nom de la société
ERT-BTP
Date de création
2001
Siege Douala TEXACO aéroport

Directeur Général
M.THEWA Urbain
Directeur technique
M. YAMDJO ALFRED
Contact
Tel : 663-601-970
699-59-92-58
Email : ertbtp@yahoo.fr

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 2


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Domaine d’activité
Bâtiments, Travaux publics, charpentes
métallique, forages, étanchéité.
Nombre d’employés 12 permanents (Sous contrat)
50 Temporaires (A la tâche)
Forme juridique Société à responsabilité limité(SARL)

II. Domaines d’applications et compétences

ERT-BTP, est une entreprise spécialisée dans le domaine du génie civil qui a déjà fait
ses preuves à travers plusieurs réalisations parmi lesquelles :

 Hôtel de l’aéroport,
 Immeuble galaxy (mbopi douala),
 Immeuble ORANGE (bonapriso),
 Magasin SOCOPRAMAC (Douala BALI),
 Immeuble FODEC (Douala BALI),
 ECOLE MOPING (Douala YASSA MAETUR),
 Immeuble kemmoe François (Douala ngodi),
 Immeuble FAIRWAY Douala (bonapriso voisin de BGFI),
 TONGOU HOTEL (Yaoundé),
 Immeuble Christophe (MALANGUE Douala),
 Immeuble NUMERO UNO (SABLE Douala),
 Plusieurs duplex (YASSA, BONAMOUSSADI, SABLE, LOGPOM, VILLAGE,
BORNE10, bonamoussadi gendarmerie),
 Immeuble WAMBE face bijoux boamoussadi.

Ainsi que plusieurs ouvrages encours de réalisation dans les quartiers les plus prestigieux
de la ville de douala en vue de la canne masculine 2019.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 3


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Dans leurs compétences, nous pouvons énumérer :

 Travaux de terrassement
 Expertises techniques
 Contrôle de travaux
 Conseils et formation
 Gros œuvre de bâtiment
 Fabrication et livraison parpaings
 Travaux de second œuvre (électricité, plomberie, carrelage,)
 Travaux d’étanchéité
 Travaux de rénovation
 Construction, équipement et entretient des forages
 Charpentes métalliques
 Locations de matériels (Gru et bétonnières).

III. Structure d’ERT-BTP

ERT-BTP, dispose d’un ensemble de dispositif par lequel elle répartit, organise,
coordonne et contrôle ses activités : une structure.
Les différents organes qui constituent la structure organisationnelle d’ERT-BTP sont
subdivisés en deux groupes :
 Organe décisionnel : Constitué d’un directeur général qui coordonne les activités des
différentes autres directions, fixe les objectifs et met à leur disposition toutes les
ressources nécessaires pour le bon déroulement de leurs activités.
 Organe Technique : Chargé de l’étude et la réalisation des travaux.

Voir annexe : Organigramme de l’entreprise.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 4


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Chapitre 2 : PRÉSENTATION DU PROJET

I. Introduction

Le projet sur lequel nous avons travaillé est celui de la réalisation d’un bâtiment de type
SS-R+6(Sous-sol, Réez -de- chaussé+6étages).

II. Description du bâtiment

L’usage du bâtiment est réparti comme suit :

Tableau 2: Description du bâtiment

SOUS-SOL RDC (Réez -de- chaussé) ETAGE COURANT 1-5 ETAGE 6


Appartement de
Conciergerie Appartement type T3 et T2 type T5 avec
Parking (239,9m²) Terrasse
Cage d’ascenseur 02 Boutiques (24 et 17
Cage d’escalier
(3,24 m²) m²)
Appartement typeT3 et
Ascenseur Cage d’escalier
T2
Cage d’ascenseur Ascenseur
Escalier
Parkings

III. Contraintes du projet

Comme énoncé précédemment le bâtiment sera construit sur un terrain rectangulaire de 28m
de longueur sur 14m de largeur soit une superficie de 392m².

III.1 Topographie du site

Le terrain est situé en plein cœur de la cité ange Raphaël dans l’arrondissent de Douala V,
tout juste après l’Église catholique christ roi. Cependant il est collé à sa façade droite par le
mur mitoyen d’une vielle bâtisse utilisé comme débit de boisson ce qui pourrait entrainer des
éboulements lors des travaux de terrassements.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 5


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

III.2 L’environnement du site

Le terrain est retirer de 4m de la voie principale qui donne sur ange Raphaël, on note
l’absence de cours d’eau, de voie ferrée, mais la présence de deux pistes secondaire donnant
accès aux maisons voisines.
Nous n’avons pas eu accès au rapport géotechnique issu des essais effectués sur le site
par le LABOGENIE, mais les informations recueillis durant notre stage font état de ce que la
portance du sol est de 1,59 bar à partir de 3,2m de profondeur, et la nappe phréatique se
trouvant à 13m de profondeur.

Figure 1: environnement du terrain.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 6


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

IV. Les différents intervenants du projet

Les différents Acteurs qui contribuent à la réalisation de ce projet sont présentés dans le
tableau suivant :
Tableau 3: Les acteurs du projet

Maître d’ouvrage Mme MEMBOUE LYDIE


Maître d’œuvre CABINET INGE
Entrepreneur ERT-BTP
Calcul de structure CABENO
Études de sol LABOGENIE
ARCHITECTE EGT-P&B
Durée du projet 24 mois

Ce bâtiment sera construit sur un terrain rectangulaire d’une superficie de 392m² (28m de
long par 14 m de large) au moment où nous débutions notre stage les travaux étaient à la
phase de terrassement raison pour laquelle nous choisit de travailler sur la mise en œuvre des
fondations.
Voir annexes : Plans de distribution du bâtiment.
Contrainte admissible retenue : 1,59 bar à une profondeur de 3,2 m.

Figure 2: Plan de localisation du site.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 7


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Chapitre 3 : GÉNÉRALITÉS SUR LES FONDATIONS

I. Introduction

Un ouvrage quelle que soit sa forme et sa destination, prend toujours appui sur un sol
d’assise. Les éléments qui jouent le rôle d’interface entre l’ouvrage et le sol s’appellent
fondations. Ainsi, quel que soit le matériau utilisé, sous chaque porteur vertical : mur, voile
ou poteau, il existe une fondation.

II. Définition

Une fondation : est un ancrage dans le sol qui permet de transmettre à celui-ci toutes les
charges de la structure qu’elle supporte, tout en maintenant l’ouvrage stable et sans désordre.

III. Rôle d’une fondation

Une fondation permet :


 Transmettre au sol les charges de la superstructure
 Charges verticales
 comme les charges permanentes telles que le poids des éléments
porteurs, le poids des éléments non porteurs,
 comme les charges variables telles que le poids des meubles, le poids
des personnes, le poids de la neige,
 Charges horizontales ou obliques
 comme des charges permanentes telles que la poussée des terres,
 comme les charges variables telles que la poussée de l’eau ou du vent.
 Sert d’interface entre l’ouvrage à construire et le sol support
 Assure la stabilité de l’ouvrage.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 8


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Figure 3: Illustration d'une fondation.

Ainsi pour garantir la stabilité et la sécurité de l’ouvrage à construire, une fondation


doit pouvoir :
 Être durable
 Résister au glissement horizontal (poussée du vent et des terres)
 Résister au basculement (Les forces verticales doivent équilibrées les forces
horizontales)
 Économique

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 9


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

IV. Principe de fonctionnement d’une fondation

Que ce soit un mur ou un poteau, chacun supporte une partie des charges de l’ouvrage,
c’est pour cela que sous un mur et un poteau on place une fondation qui permet de répartir la
même charge mais sur une surface horizontale plus importante afin de réduire la pression
exercé sur le sol.
Il faudra toujours s’assurer que la pression exercée par la fondation sur le sol est inférieure
à la pression que peut supporter le sol. La pression que peut supporter le sol est déterminée
grâce aux essais de reconnaissance de sol (Dans notre cas elle est de 1,59bar à 3,2 m de
profondeur).

V. Choix des fondations

Le choix du type de fondation dépend :

 Du type d'ouvrage à fonder, donc des charges appliquées à la fondation (charges


différentes selon le types d’ouvrages),
 De la résistance du sol.
Il est important de faire une bonne reconnaissance des sols :
 Si la couche superficielle est suffisamment résistante, il sera quand même nécessaire
de faire une reconnaissance du sol sous le niveau de la fondation sur une profondeur
de deux fois la largeur de la fondation et s'assurer que les couches du dessous sont
assez résistantes.
 Si la couche superficielle n'est pas assez résistante, une reconnaissance du sol devra
être faite sur une profondeur plus importante. On choisira toujours la fondation la plus
économique
 De l’environnement
 Du niveau de la nappe phréatique.

VI. Types de fondations

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 10


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Selon l’usage et la nature de l’ouvrage à réaliser on distingue :

VI.1 Fondations superficielles

Les fondations superficielles sont mises en œuvre lorsque la construction peut prendre
appui sur une couche de résistance acceptable à faible profondeur.
Les fondations sont dites superficielles si une des deux conditions suivantes est respectée :
H/L < 6 ou H < 3 m
Avec H : profondeur de la fondation et L : largeur de la fondation.
On en distingue deux types :

VI.1.1 Semelles filantes ou continues

Elles sont généralement placées sous un mur ou sous plusieurs poteaux rapprochés,
Elles peuvent être armées ou non en fonction de la portance du sol, elles supportent les
charges assez faibles, elles sont de forme carrée, rectangulaire ou trapézoïdal, elles sont
faciles à mettre en œuvre et dans certains cas ne nécessite pas de coffrage car le béton épouse
la forme des parois du sol.

Figure 4: Semelle filante

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 11


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

VI.1.2 Semelles isolées

Ont les retrouvent toujours sous les poteaux des constructions pour Transmettre les
charges et surcharges du bâtiment au sol supports.

Figure 5: Semelle isolé.

VI.2 Fondations semi-profondes

Ce sont des fondations qui sont utilisées lorsque le sol superficiel n’est pas assez résistant
pour supporter les charges, On en distingue deux types :

 Fondations par puits


Une fondation par puits est un gros pilier circulaire en gros béton recevant une grande
charge et prenant appui sur le sol résistant à des profondeurs de 2 à 8 m.

 Fondations par plots


Une fondation par plot est un gros pilier carré ou rectangulaire en gros béton recevant une
grande charge et prenant appui sur le sol résistant à des profondeurs de 2 à 8 m. Ce type de
fondation est choisi dans le cas des charges importantes et concentrées que la couche
superficielle du sol ne peut supporter, Ils sont placés sous les éléments les plus chargés de la
structure porteuse généralement. Ils sont de section carrés rectangulaires ou circulaires de
diamètre allant de 1à 1.5 m.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 12


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

VI.3 Fondations profondes

Ce sont des fondations qui prennent appuis à de très grande profondeur dans le sol.
Elles sont utilisées quand le sol est de très mauvaise portance, pour les bâtiments spéciaux, ou
quand le sol résistant se trouve à de très grandes profondeurs.
Ce type de fondation repose sur la reprise des charges par le sol en dessous de la base
de la fondation. On distingue principalement les pieux.
Un pieu : est une fondation profonde, élancée, et composée par une tête, une pointe et un fût.
Il peut être foré ou battu et trouvant résistance à de très grandes profondeur dans le sol, ou à
travers les frottements latéraux avec les parois du sol.

VI.3.1 Pieux battu

Ce sont des pieux préfabriquées généralement en métal, en béton armé ou précontraint


enfoncés dans le sol par battage à l’aide d’un mouton, On distingue :
Pieux battu préfabriqués en béton ou en éléments métallique (forme de H, ou quelconque
obtenu par soudage)

 Pieux battu pilonné

Un tube est enfoncé dans le sol par battage sur le bouchon, En phase finale, le béton est
introduit dans le tube par petites quantités, successivement pilonné à l'aide du mouton de
battage au fur et mesure de l'extraction du tube. Suivant les cas, les pieux peuvent être armés.

 Pieux battu moulé

Un tube, muni à sa base d'une pointe métallique, est enfoncé par battage sur un casque
placé en tête du tube ou par battage sur le bouchon de béton. Le tube est ensuite rempli
totalement de béton d'ouvrabilité moyenne, avant son extraction.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 13


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Figure 6: Pieux battu à l'aide d'un mouton.

VI.3.2 Pieux forées

Ici on procède d’abord au forage du pieux et c’est après qu’on introduit le béton. On
distingue :

 Pieu foré simple


Mis en œuvre à partir d'un forage exécuté dans le sol par des moyens mécaniques tels que
tarière, Ce procédé qui n'utilise pas de soutènement de parois, ne s'applique que dans des sols
suffisamment cohérents.

 Pieu foré boue et barrette

Mis en œuvre à partir d'un forage exécuté dans le sol par des moyens mécaniques tels
que tarière sous protection d'une boue de forage benthonique ou avec polymères. Le forage
est rempli de béton de grande ouvrabilité sous la boue, en utilisant une colonne de bétonnage.

 Pieu foré tubé

Mis en œuvre à partir d'un forage exécuté dans le sol par des moyens mécaniques tels que
tarière, sous protection d'un tubage dont la base est toujours située au-dessous du fond de
forage. Le tubage peut être enfoncé jusqu'à la profondeur finale par vibration. Le forage est
rempli partiellement ou totalement d'un béton de grande ouvrabilité, puis le tubage est extrait.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 14


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

 Micropieux

Les micropieux injectés sous forte pression permettent d’obtenir des portances plus
élevées. Pendant longtemps, cette technique n’a été employée que dans la reprise en sous-
œuvre de bâtiments et d’ouvrages. Par la suite le domaine d’application de cette technique
s’est élargie aux fondations d’ouvrages neufs dans certaines cas de terrains difficiles ou
contenant des obstacles durs divers tels que : anciennes fondations, blocs, couche dure, qu’il
serait très onéreux de traverser en forage de grande section.

Avantages des pieux :

 Rapide
 Près à l’emploi
 Bonne stabilité

Inconvénients des pieux :

 Couteux
 Non maîtrise de la technologie
 Nécessite des matériels spéciaux pour la mise en œuvre.

Figure 7: Pieux foré à la tarière.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 15


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

VI.4 Les fondations spéciales

Ce sont des fondations qui sont misent en œuvre en fonction de la qualité du site. On en
distingue :
 Fondations après épuisement : ce type de fondation est employé pour les travaux sur
les sites à proximités des rivières et des fleuves,
 Fondation sur radier général : est utilisée lors de la construction sur un terrain dont
la résistance insuffisante contraint d’établir des semelles de très grande largeur.

VI.4.1 Le radier : Définition

Un radier : est une dalle renversée utilisé comme fondations sur les sols de mauvaises
portances et qui s’étend sur toute la surface du bâtiment à construire. Ce type de fondations
est utilisé sur les terrains de mauvaises portances et pour les constructions Présentant une
charge importante.

VI.4.2 Conditions d’utilisation du radier

Ce mode de fondation est utilisé dans les cas suivants:

 lorsque la capacité portante du sol est faible : le radier est alors conçu pour jouer un
rôle de répartition uniforme des charges,
 lorsque le sous-sol d'un bâtiment est inondable : le radier joue alors le rôle d'un
cuvelage étanche pouvant résister aux sous-pressions de l’eau,
 Le radier est justifié si la surface des semelles isolées ou continues est très importante
(supérieure ou égale à 50 % de l'emprise du bâtiment) Ce qui est le cas lorsque :
 Le sol résistant se trouve en profondeur,
 Les charges du bâtiment sont élevées (immeuble de grande hauteur),
 L’ossature à une trame serrée (poteaux rapprochés),
 La profondeur à atteindre pour fonder sur un sol résistant est importante,
 Il est difficile de réaliser des pieux (coût - vibrations nuisibles),
 Il existe des charges excentrées en rive de bâtiment.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 16


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

VI.4.3 Mode de fonctionnement du radier

Le radier comme toute fondation est soumis à des forces qui agissent sur lui à savoir :

 Les actions descendantes (Poids propre du radier, poids propre de la superstructure,


actions extérieures transmises par les murs et les poteaux),
 Les actions ascendantes (du sol et de l’eau) réparties sur toute sa surface.

La répartition des pressions sur le sol étant uniforme, cela nécessite un radier de grande
rigidité (forte épaisseur de béton, forte densité d'armatures) et si possible des poteaux
également distants.
Mais généralement les poteaux sont inégalement chargés Il est donc nécessaire de
renforcer le radier au droit des appuis des murs et des poteaux, car Le béton résistant mal à
la traction, on placera des armatures dans les zones tendues : en partie haute en travée et en
partie inférieure au droit des murs et des poteaux.

VI.4.4 Principe de construction


On ne peut envisager la réalisation du radier qu'à certaines conditions :

 Les charges apportées par le bâtiment doivent être régulièrement réparties : pas de
bâtiment avec une partie haute et une partie moins haute pour ne pas engendrer des
tassements incompatible,
 La répartition des contraintes sous le radier est uniforme,
 Le sol d'assise a une résistance régulière (pas de tassements différentiels), La poussée
de l'eau n'est pas trop forte (soulèvement de l’ensemble du bâtiment).

VI.4.5 Types de radier

Suivant la technologie on distingue plusieurs types de radier à savoir :

Radier plat d'épaisseur constante

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 17


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Convient aux charges assez faibles et aux bâtiments de petite emprise

 Facilité et rapidité d'exécution,


 les murs ou les poteaux viennent s'appuyer directement sur la dalle.

Figure 8: Radier d'épaisseur constante.

Radier nervuré

Lorsque les charges sont importantes, pour que l'épaisseur du radier ne devienne pas
excessive, on dispose des travures de poutres (nervures) pour rigidifier la dalle ; elles peuvent
être disposées dans un seul sens ou dans deux ; cela dépend de la portée, de la disposition des
murs ou des poteaux. L’ensemble donne des alvéoles qu'il est nécessaire de rembler si on veut
utiliser le sous-sol ou faire une deuxième dalle en partie haute. Ici les poteaux et les murs
reposent sur les poutres.

 La dalle du radier nervuré peut être située en partie inférieure : C’est la solution
rationnelle.

Avantages :
 La dalle participe à la résistance de la poutre,
 La dalle, placée en zone comprimée, renforce la poutre qui, de ce fait, est en forme de
T renversé ce qui lui confère une grande rigidité.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 18


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Inconvénients :
 fouille importante mais simple,
 coffrage compliqué et important, nécessité de remplir les creux entre les poutres et les
nervures pour utiliser la surface,
 risque de sous-pressions plus important.

Figure 9: Radier nervuré avec dalle situé en partie inférieure.

 La dalle du radier nervuré peut être située en partie supérieure

Avantage :
 surface supérieure de la dalle directement utilisable
Inconvénients :
 Armatures plus complexes,
 épaisseur plus grande de la dalle, donc augmentation du poids.
 La dalle se trouve dans la zone tendue de la poutre, et ne participe pas à sa résistance.

Figure 10: Radier nervuré avec dalle en partie supérieure

Radier champignon

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 19


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Dans le cas d'une construction ossature on peut traiter le radier selon le principe des
planchers champignons, il ne comporte pas de nervure, ce qui permet d'avoir une surface plate
et dégagée pour de grandes portées. Les charges sont transmises des poteaux à la dalle épaisse
(50 cm) par l'intermédiaire de chapiteaux ce qui permet de répartir progressivement la charge.

Avantage :
 facilité d'exécution
Inconvénient :
 nécessité de répartir régulièrement les poteaux (la portée dans un sens ne peut
dépasser 2 fois la portée dans l'autre sens)
 les chapiteaux "encombrement" au sol.

Le chapiteau peut être incorporé dans la dalle (béton fortement armé pour le chapiteau) ce
qui permet d'avoir une surface totalement plane.

Figure 11: Radier champignon.

Radier voûté

C’est une technique qui est utilisé afin d’augmenter les portées (distances entre les
éléments porteur) sur le radier sans augmenter l’épaisseur de la plaque du radier, pour cela on
utilise des voutes dont l’axes est perpendiculaire à la grande dimension du radier.

La mise en œuvre est assez complexe mais les radiers voûtés sont minces (12 à 20 cm) car ils
travaillent essentiellement en compression ; ils sont donc économiques en acier.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 20


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

 il est nécessaire de faire une répartition symétrique des charges ; les poussées des
voûtes sont reprises par des culées (aux extrémités) ou par des tirants (tous les 4 m
environ),
 les tirants peuvent être constitués : par des barres en acier ou par des poutres en béton
armé placées perpendiculairement à l'axe des voûtes.

Avantage :
 Économie de béton
Inconvénients :
 difficulté de mise en forme du béton de la voûte,
 coffrages des tirants,
 remplissage des creux pour rendre la surface utilisable.

Figure 12: Radier voûte.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 21


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Chapitre 4 : ÉVALUATION DES CHARGES

I. Introduction

Afin de garantir la sécurité, la stabilité et le confort d’un ouvrage, il est important de bien
choisir le type de fondation.
Cela dépend de plusieurs facteurs :
 L’étude de sol : qui renseigne sur les propriétés et la portance des différentes couches
en place sur le site,
 L’environnement : qui doit être pris en compte afin de détecter tous les éléments
pouvant avoir un impact sur notre fondation (Cours d’eau, voie ferroviaire, zone
industrielle),
 La descente des charges : afin de déterminer la charge de l’ouvrage qui sera
transmise au sol par l’intermédiaire de la fondation.
Dans ce chapitre il est question pour nous d’évaluer les différentes charges permanentes et
variables du projet, d’exprimer la charge qui arrive au niveau des fondations et de vérifier les
contraintes sous le radier.

II. Descente des charges effectuée par l’entreprise

Voici les différentes charges du projet étudié :

II.1 Charges permanentes

Tableau 4: Charges permanentes du projet

Charges permanentes

Béton 2500daN/m³
Agglomérés de 15*20*40 200daN/m²
Enduit au mortier liant hydraulique 18daN/m²
Dalle à corps creux 16 +4 285daN/m²
Revêtement en grès cérames avec mortier de
pose 60daN/m²
Faux plafond de plâtre 10daN/m²
Moquette 5daN/m²

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 22


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

II.2 Charges d’exploitation du projet

Tableau 5: Charges d'exploitations du projet.

Charges d'exploitations

Balcon 350daN/m²
Hall et escalier 250daN/m²
Parking et garage 400daN/m²
Terrasse accessible 400daN/m²
Salle de fête 400daN/m²
Faux Magasin 400daN/m²

II.3 Charges au niveau des poteaux de fondations

Après descente des charges (effectuée par le cabinet de calculs de structures CABENO),
ils ont optés pour une fondation sur radier général de type NERVURÉ. Le tableau suivant
nous donne les charges transmises au radier par chaque poteau. Ces poteaux sont regroupés en
trois familles P1 (40* 60 cm ²), P2 (35* 50 cm ²), P3 (30* 50 cm ²).
La loi de dégression des charges est appliquée aux charges d’exploitation du fait que le
bâtiment possède six étages.
Tableau 6: Descente des charges sur les poteaux de fondations

Pu (1,35G + 1,5Q)
Désignation G(KN) Pser (G + Q)
Q(KN) KN
P1 2175,1 479,15 2654,24 3655,1
P2 1438,22 232,73 1670,952 2290,69
P3 1273,86 191,66 1465,52 2007,2

Le tableau précédent résume les charges qui arrivent sur chaque poteau (P1, P2, P3)
individuellement. On va donc multiplier ces charges par le nombre de poteau respectivement
(P1, P2, P3) afin d’avoir la charge total qui arrive sur le radier.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 23


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Tableau 7: Charges sur le radier

Total
Pu (1,35G + Total Pu (KN) :
Désignation Pser (G + Q) Nombre Pser(KN):
1,5Q) KN Pu*Nombre
Pser*Nombre
P1 2654,24 3655,1 4 10616,96 14620,4
P2 1670,952 2290,69 4 6683,808 9162,76
P3 1465,52 2007,2 16 23448,32 32115,2

TOTAL sur le radier


40749,088 55898,36

III. Vérification des contraintes développées sous le radier

Une fois la descente des charges au niveau du radier effectuée et la portance du sol connue
(1,59bar), on procède aux vérifications à L’ELS (État limite de service).

Données :
 Total Pser = 40749,08 KN
 Total Pu = 55 898,36 KN
 Surface du radier = 303,46 m².

134, 28 Kpa = 1, 35 bar

184, 0 Kpa = 1, 84 bar

Vérification des contraintes transmises au sol


σser = 1, 35 bar < σsol = 1,59 bar

On se rend compte que le rapport entre la charge total qui arrive à la fondation, et la
section du radier choisi reste inférieur à la portance du sol, ce qui nous garantit que le
bâtiment pourra tenir sans désordre et avec le minimum de tassement possible.
Afin de s’initier aux calculs de structure il nous a été demandé par l’entreprise
d’effectuer notre propre descente des charges sur les poteaux et avec les mêmes hypothèses de
calculs afin de comparer nos résultats à ceux trouvés par l’entreprise.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 24


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

IV. Descente des charges effectuée par nous

IV.1 Détermination des poteaux les plus chargées

Ici il est question de déterminé, les poteaux les plus chargés selon les types (P1, P2, P3)
qui nous serviront pour effectuer notre descente des charges.

Tableau 8: Évaluation des poteaux les plus chargés

ÉVALUATION DES SURFACES D'INFLUENCE DES POTEAUX


POTEAUX P1
Désignation Surfaces d’influences (m²) Remarques
P1 A7 12,99
P1 E7 14,365
P1 I7 38,06 plus chargé
P1 L7 32,64
POTEAUX P2
P2 16A 2,18
P2 11A 14,56 plus chargé
P2 3a A 9,71
P2 1A 5,23
POTEAUX P3
P3 C1 12,43
P3 16C 10,61
P3 E1 15,78 plus chargé
P3 E16 13,903
P3 I1 11,79
P3 J1 9,33
P3 I16 15,219
P316 10,99
P3 16L 13,93
P3 16L2 9,61
P3 16N 2,517
P3 P 10,05
P3 7 11,66
P3 1 12,09
P3 8,08
P3 10 2,13

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 25


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Après évaluation des surfaces d’influence, on se rend compte que les poteaux les plus chargés
sont : P1 7E, P2 11A, P3 1E. Nous allons donc effectuer la descente des charges permanentes
et d’exploitations sur chaque type de poteaux que nous multiplieront ensuite par leurs
nombres pour avoir la charge total sur le radier.

IV.2 Descentes des charges sur le poteau P1 7 E

Tableau 9: Charges permanentes Poteaux P1 7 E

Descentes des charges sur les poteaux


POTEAUX P1 7E
Charges permanentes
Désignation Éléments G (KN/)
Gravillon 26,61
Dalle 133,05
Poutres de chainages 25,93
Étage 6 Étanchéité 8,51
Faud plafond 3,548
Poteaux P1 etage6 19,2
TOTAL 216,848
Poutres 31,93
Dalle 118
Carrelage 18,88
Faud plafond 3,148
Chappe 36,302
Étage 5
Enduit au mortier hydraulique 5,66
Étanchéité 5,66
Murs en agglomérés 62,96
Moquette 1,574
Poteaux P1 étage 5 19,2
TOTAL 303,314
Dalle 74,86
Poutres 21,93
Carrelage 15,76
Chappe 30,21
ETAGE 4 Faud plafond 2,627
Moquette 1,3135
Murs en agglomérés 52,54
Enduit au mortier hydraulique 4,7286
Poteaux P1 étage 4 19,2

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 26


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

223,1691
ETAGE 3 223,1691
ETAGE 2 223,1691
ETAGE 1 223,1691
RDC 223,1691
TOTAL 892,6764
SOUS-SOL Dalle 142,725
Poutres 21,4375
Carrelage 22,836
Faud plafond 3,8
Murs en agglomérés 76,12
Enduit au mortier hydraulique 6,8508
moquette 1,903
Poteaux P1 sous-sol 19,2
Poteaux P1 considéré 19,2
Chappe 43,769
TOTAL (Sous-sol) 357,8413

TOTAL G (en KN) 1993,8488

Tableau 10: Charges d'exploitations P1 7 E

Descentes des charges sur les poteaux


POTEAUX P1 7E
Charges D'exploitation
Désignation Surface d'influence Q(KN) TOTAL Q (KN)
ETAGE 6 14,532 1 14,532
ETAGE 5 14,532 3,5 50,862
ETAGE 4 14,532 5,75 83,559
ETAGE 3 14,532 7,75 112,623
ETAGE 2 14,532 9,5 138,054
ETAGE 1 14,532 11 159,852
RDC 14,532 12,25 178,017
SOUS-SOL 38,06 13,5 513,81
TOTAL 513,81

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 27


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

IV.3 Descentes des charges sur le poteau P2 11A

Tableau 11: Charges permanentes Poteaux P2 11A

descentes des charges sur les poteaux


POTEAUX P2 11A
Charges permanentes
Désignation Éléments G(KN)
Poutres 14,045
Dalle 64,625
Carrelage 10,26
Faud plafond 1,711
Étage 5 Chappe 15,07
Enduit au mortier hydraulique 2,3598
Murs en agglomérés 26,22
moquette 0,6555
Poteaux P1 étage 5(35*50) 14
TOTAL 148,9463
Dalle 37,3635
poutres 8,07
Carrelage 7,86
Chappe 15,07
ETAGE 4 Faud plafond 1,311
moquette 0,6555
Murs en agglomérés 26,22
Enduit au mortier hydraulique 2,3598
Poteaux P1 étage 4 14
112,9098
ETAGE 3 112,9098
ETAGE 2 112,9098
ETAGE 1 112,9098
RDC 112,9098
TOTAL (Étage courant) 451,6392
SOUS-SOL Dalle 54,6
Carrelage 8,736
Faud plafond 1,456
Murs en agglomérés 29,12
Enduit au mortier hydraulique 2,6208
moquette 0,728
Poteaux P1 sous-sol 14
Poteaux P1 considéré 14
Chappe 16,744
TOTAL (Sous-sol) 142,0048
TOTAL G (en KN) 855,5001

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 28


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Tableau 12: Charges D'exploitations Poteaux P2 11A

Descentes des charges sur les poteaux


POTEAUX P1 7E
Charges D'exploitation
Désignation Surface d'influence Q(KN) TOTAL Q (KN)
ETAGE 5 17,11 2,5 42,775
ETAGE 4 17,11 6 102,66
ETAGE 3 17,11 9,15 156,5565
ETAGE 2 17,11 11,95 204,4645
ETAGE 1 17,11 14,4 246,384
RDC 17,11 16,5 282,315
SOUS-SOL 14,56 18,25 265,72
TOTAL 265,72

IV.4 Descentes des charges sur le poteau P3 1E

Il sera question ici, de déterminer comme précédemment sur les autres poteaux, et en
fonction des surfaces d’influences sur les différents planchers la charge qui arrive sur le
poteau P3 1E situé sur la fondation. Le tableau qui va suivre résume cette descente des
charges.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 29


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Tableau 13: charges permanentes sur le poteau P3 1E

Descentes des charges sur les poteaux


POTEAUX P3 1E
Charges permanentes
Désignation éléments G(KN)
Poutres 11,68
Dalle 54,48
Carrelage 8,718
Faud plafond 1,453
Étage 5 Chappe 17,7
Enduit au mortier hydraulique 2,6154
Murs en agglomérés 29,06
moquette 0,7265
Poteaux P1 étage 5(30*50) 12
TOTAL (Étage 5) 138,4329
Dalle 41,41
poutres 15,75
Carrelage 8,718
Chappe 17,7
ETAGE 4 Faud plafond 29,06
moquette 0,7265
Murs en agglomérés 29,06
Enduit au mortier hydraulique 2,6154
Poteaux P1 étage 4 12
157,0399
ETAGE 3 157,0399
ETAGE 2 157,0399
ETAGE 1 157,0399
RDC 157,0399
TOTAL (Étage courant) 628,1596
SOUS-SOL Dalle 59,175
Poutres 42,23625
Carrelage 9,468
Faud plafond 1,578
Murs en agglomérés 31,56
Enduit au mortier hydraulique 2,8404
moquette 0,789
Poteaux P1 sous-sol 12
Poteaux P1 considéré 12
Chappe 18,147
TOTAL(Sous-sol) 189,79365

TOTAL G (en KN) 1113,42605

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 30


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Tableau 14: charges d'exploitation sur le poteau P3 1E

Descentes des charges sur les poteaux


POTEAUX P3 1E
Charges D'exploitation
Désignation Surface d'influence Q(KN) TOTAL Q (KN)
ETAGE 5 17,11 2,5 42,775
ETAGE 4 17,11 6 102,66
ETAGE 3 17,11 9,15 156,5565
ETAGE 2 17,11 11,95 204,4645
ETAGE 1 17,11 14,4 246,384
RDC 17,11 16,5 282,315
SOUS-SOL 15,78 18,25 287,985
TOTAL 287,985

Tableau 15: Charges total sur le radier

Total
Pser (G + Pu (1,35G + Total Pu (KN)
Désignation Nombre Pser(KN):
Q) 1,5Q) KN : Pu*Nombre
Pser*Nombre
P1 2507,6588 3462,41088 4 10030,6352 13849,64352
P2 1121,2201 1553,505135 4 4484,8804 6214,02054
P3 1401,41105 1935,102668 16 22422,5768 30961,64268
TOTAL sur le radier 36938,0924 51025,30674

IV.5 Interprétation et comparaison

Après descentes des charges sur les trois types de poteaux et en ayant considéré les
poteaux les plus chargés on constate que si on opte pour des semelles isolées sur chaque
poteaux, la charge étant importante au niveau des poteaux, on serrait obliger d’avoir des
semelles de grandes sections et très rapprochés ce qui est très dangereux pour la stabilité de la
structure. Nous avons donc opté pour un radier d’une superficie de 303,46m².
On obtient la charge suivante sur le radier à L’ELS :
Pser : 36938,0924KN, soit un décalage en surplus avec les résultats de l’entreprise de :

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 31


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

3810,9956 KN, ce qui s’explique par le fait que nous n’avons pas tenu compte de certaines
charges comme celle du vent. Et après vérification on obtient :

121,723102 Kpa = 1, 21 bar


Vérification des contraintes transmises au sol
σser = 1, 21 bar < σsol = 1,59 bar
On peut donc conclure que le sol en dessous du radier pourra supporter l’ouvrage, le
stabilisé et avec le moins de tassement possible.

V. Justification du radier de type NERVURÉ

Le radier que nous avons choisi est un radier nervuré constitué de :


 Longrines principales : 30*80cm²
 Longrines secondaires : 25*60cm²
 Une plaque de radier en partie inférieure
Cela se justifie par la charge importante qui arrive au niveau des fondations (40749,08
KN) et qui nous impose une épaisseur importante de la plaque du radier et par conséquent des
quantités Importantes de m³ de béton, ce qui entraînerait des couts financier important.
Pour pallier à ce problème on va donc réduire l’épaisseur de la plaque de radier tout en
maintenant la stabilité du bâtiment. On va donc associer à notre plaque de radier des longrines
principales qui reprendront les charges qui arrivent au niveau de la fondation réduisant ainsi
l’épaisseur de la plaque de radier.
Les longrines secondaires ont pour rôles de réduire les portées entre les panneaux de
dalles, diminuant ainsi la surface d’influence des longrines principales. Ce type de radier nous
permettra donc d’assurer la stabilité de notre ouvrage, en facilitant l’exécution, dans les délais
et à moindre coût.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 32


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Chapitre 5 : MISE EN ŒUVRE DU RADIER GENERAL DE NOTRE


BÂTIMENT

I. Introduction

Une fois tous les calculs effectués, on va passer à la phase de réalisation sur le site de
notre radier NERVURÉ.

II. Caractéristiques du radier

 Type de radier : Radier nervuré avec la dalle du radier général situé en partie
inférieure, constitué de longrines principales sur lesquelles s’appuient les poteaux
et les longrines secondaires réduisant la portée entre les panneaux de dalle, Béton :
dosé 350kg/m³ avec ciment CPA 42.5,
 Armatures importés : Hautes adhérence (S500),
 Notre radier est constitué deux types de longrines :
o Longrines principales (30*80 cm²))
o Longrines secondaires (25*60 cm²))
 Deux nappes de radier en HA 12 (Acier haute adhérence) constitué comme suit :
 Espacement entre les deux nappes : 35cm
 Maillage au niveau de la première nappe 20 cm
 Maillage au niveau de la deuxième nappe 15 cm
Voir annexes plan de fondations et détails de ferraillage.

III. Étapes de réalisation de la fondation

III.1 Opérations de terrassement

Une fois que le rapport géotechnique indiquant la nature et les propriétés du sol étudié
ont été exploités, nous pouvons passer à la phase de terrassement.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 33


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Le terrassement : correspond à tous les travaux liés à la terre, Il s’agit d’aménager ou


d’adapter un terrain pour y construire un ouvrage ou une voie de circulation.
L’adaptation d’un terrain signifie qu’on modifier son relief par un déplacement de
terre, Il peut s’agir d’un apport : le remblai ou d’un retrait : le déblai.
Les travaux de terrassement se sont déroulés selon les caractéristiques suivantes :

Le type de terrassement : Terrassement en terrain meuble, excavation en pleine masse.


 Engins utilisé :
 Camions 06 roues de marques : Mercedes bens
 Pelle Hydraulique
 Model : Caterpillar 385 CL
 Portée maximal au-dessus du sol : 17,2m
 Profondeur maximal de creusage : 11,8m
 Capacité du godet : 3,8m³
 Puissance du Moteur : 390Kw
 Contenance du réservoir : 1240L
 Dimensions à terrasser (28m de long et 13m de large)
 Dimensions terrassées (28m de long et 9m de large) : Problèmes liés aux murs des
voisins
 Profondeur de l’excavation : 5m
 Durée supposées des travaux : 08 jours
 Durée réelles des travaux : 21 jours.

Figure 13: Model d’engins utilisés pour le terrassement.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 34


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

III.1.1 Déroulement des travaux

III.1.1.1 Destruction de la maison en place

A notre arrivé sur le site, il y reposait une vielle maison d’habitation abandonnée qu’il
a fallu détruire à l’aide d’une pelle hydraulique, ensuite les débris issus de cette destruction
ont été transporté vers la décharge.

III.1.1.2 Pose des bandes de sécurité et décapage

Une fois la maison en place détruite, on passe à la pose des bandes de sécurité sur
toute la surface du terrain à terrasser selon les dimensions recommandées par les plans
architecturaux (Plan de masse et fondations), mais aussi pour éviter de détruire les murs des
voisins.

III.1.1.3 Début des déblais

Une fois les bandes de sécurité posées, on passe à la réalisation de la fouille sur toute
la surface considérée (28 m de long et 14 m de large) et 5m de profondeur. Ici la pelle
hydraulique à l’aide de son godet et de sa perche va enlever les terres jusqu’à la profondeur
souhaitée et les chargées au fur et à mesure dans des camions qui vont les transportés vers la
décharge.

Figure 14: Fouille après déblai.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 35


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

III.1.1.4 Isolation du bâtiment : Mise à la terre

Une fois les terres enlevées selon la profondeur voulue, on procède à l’isolation du
bâtiment : c’est la mise à la terre qui permettra de protéger les installations électriques futures
de la foudre et des surtensions.
Matériel :
 90m de cuivre
 03 barres de Morpion
Procédé :
L’électricien effectue des petites fouilles sur toute la surface terrassé sur une
profondeur de 60cm. Il choisit deux point où il enfonce ses morpions (barres circulaire sur
lesquels se fixe les câbles de cuivre), ensuite il les relie par les câbles de cuivre et procède au
remblai des trous creuser tout en laissant visible sur une hauteur de 1m les câbles de cuivre
débordant et qui seront branchées ultérieurement aux installations électriques du bâtiment.

Figure 15: Mise à la terre.

III.1.1.5 Remblais et fins des travaux

Une fois la fouille réaliser et sachant que le type de fondations à réaliser est un radier
général, on va procéder à un remblai sur toute la surface du fond de fouille et sur une

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 36


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

épaisseur de 30cm ,et après compactage à l’aide d’une dame sauteuse ont obtient une
épaisseur finis de 20cm. le remblai se fait à l’aide des camions qui transporte le matériaux de
remblais depuis la carrière et le déverse dans la fouille afin que les ouvriers à l’aide des
brouettes et des pelles manuelles vont se charger de rependre sur le fond de fouille.
Les matériaux de remblai utilisé sont issus de la carrière de RAZEL, à savoir :
La pouzzolane : qui est un matériau drainant, compact et utilisés pour les remblais
afin de limiter les tassements différentiels.
Le sable (Gros grain) : utilisé pour uniformiser la surface devant accueillir le béton
de propreté.

Figure 16: Remblai de 20cm à l'aide de la pouzzolane.

III.1.1.6 Problèmes rencontrés

Une fois les travaux de remblais terminer et après le départ de l’engin, nous avons fait
face à de nombreux problèmes :

 L’absence des reprises en sous œuvre des fondations voisines en place, ce qui pourrait
entraîner l’effondrement de la maison voisine,

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 37


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

 Le terrassement partiel (28m de longueur sur 9m de large) aux lieux de (28 m de long
sur 14 m de large) Qui nous a amenés à augmenter la largeur de la fouille de 1,5 m de
part et d’autre de la fouille,
 L’arrivée des pluies,

 L’instabilité des terres en place, et les éboulements sans cesse permanant au niveau
des parois de la fouille,

 L’absence de blindage des parois au regard de la profondeur de la fouille (5m)


dépassant la hauteur critique qui est en général de 3,5m.

Figure 17: Éboulement de terre survenue pendant les travaux.

III.1.1.7 Solutions implémentés

 Afin d’ajuster les dimensions de la fouille, nous avons ajusté les parois de 1,5m de
part et d’autre dans le sens de la largeur de manière délicate afin d’éviter les
éboulements de terre. Ceci a l’aide des outils manuels : pioche, pelle bèche, et de
quelques brouettes,

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 38


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

 L’accélération de la vitesse d’exécution des travaux afin de ne pas se faire rattraper


par les fortes pluies,

 Les murs en voiles armés et étanche devront être réalisé sur toute la surface
périphérique du bâtiment afin de retenir les terres.

Une fois les travaux de terrassements effectués malgré les problèmes rencontrés et après
validation du bureau de contrôle, nous passons aux travaux d’implantation du bâtiment.

III.2 Implantation du bâtiment

III.2.1 Définitions

L’implantation : c’est l’action qui consiste à reporter sur le terrain les dimensions
prévues sur la carte. C’est une étape capitale dans la construction d’un bâtiment car si elle est
ratée le bâtiment ne pourra plus respecter les dimensions ou l’usage souhaité.

Nous avons effectués l’implantation de notre bâtiment selon les dimensions prévues
par les plans de masse et de fondation fournies par les architectes.

Voir annexes : plan de fondations.

III.2.2 Matériels utilisés

 Station total de marque LEIKA


 Ruban
 Fiole de 3m
 Deux boîtes de peintures (bleu et vert)
 Massette de 2kg
 Pointes ordinaires de 80mm
 Jalons en HA 8 de 80cm
 Un rouleau de ficelle
 Des lattes de 2m de long.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 39


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

III.2.3 Les étapes de l’implantation

Toutes ces étapes se font sur le fond de fouille oui il a été coulé un béton de propreté
sur une épaisseur de 7cm et dosé à 200kg de ciment (Dangote 42,5) par mètre cube.

Figure 18: Béton de propreté.

III.2.3.1 Installation des jalons à l’aide d’une station total

Cette étape consiste à reporter sur le fond de fouille les repères prévus sur le plan de
fondation, et qui nous servirons par la suite à retrouver les axes. Tout d’abord le chef chantier
mesure avec le ruban la distance considéré à partir d’un point de référence choisi, et ensuite à
l’aide de sa station total, le géomètre stationne au point de référence choisi en occurrence le
poteau (P3-16-N), il vise le point suivant ou se trouve une mire et à l’aide de l’IMEL
(Instrument électronique de mesure des longueurs) incorporé dans la station total, il donne la
mesure que l’on ajuste en fonction du plan. Et lorsque cette mesure est vérifiée on enfonce le
jalon dans le sol en vérifiant l’alignement et les angles droits avec les jalons précédents. On

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 40


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

répète cette expérience jusqu’à ce que tous les jalons représentant les différents axes ont été
implantes dans le sol.

Figure 19: Implantation des axes à l'aide de la station total.

III.2.3.2 Fabrication et poses des chaises d’implantation

Ici il s’agit de fabriquer les chaises d’implantation sur les quelles seront reporter les
axes en conformités avec les repères de jalons installées au sol par le géomètre.
On commence par fabriqués les piquets de 1,5 m que l’on va enfoncer dans le sol à
l’aide d’une massette de 2kg de part et d’autre de la surface du bâtiment à construire.
Ensuite à l’aide d’une fiole que l’on remplit d’eau et que l’on plie en deux afin
d’avoir le même niveau d’eau dans les deux parties de la fiole.
On procède donc à l’installation des lattes de jointures qui donnent le niveau fini de la
fondation.
On commence par placer la première latte à 1m et puis à partir de la fiole et du niveau
d’eau on installe les autres lattes sur tous les piquets afin d’avoir un même niveau partout.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 41


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

NB : le niveau finis des fondations se trouve à 80cm soit 20 cm en dessous du niveau


des chaises d’implantation.

Figure 20: Fabrication des chaises d'implantation.

III.2.3.3 Traçage des axes

A l’aide des chaises d’implantation, de la ficelle, d’un niveau de chantier, d’une règle
verticale bien droite et du plan de fondation le technicien réalise les opérations qui suivent :

Il commence par le jalon de référence, ou il pose sa règle qu’il stabilise avec son
niveau, et lorsque la bulle se trouve dans les repères il pointe l’axe sur les chaises.

À l’aide d’un pinceau et d’une boîte de peinture il nomme l’axe conformément au plan
de fondation et c’est ainsi qu’il procède pour nommer tous les axes de notre projet en
occurrence les axes (A, E, I, N, P, 3a; 16, 10, 11, 7, 3A, 1).

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 42


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Figure 21: mise à niveau des chaises d'implantation.

III.3 Traçage et coulage des talonnettes

Une fois que les axes ont été repérés on va procéder au traçage des talonnettes (Support
sur lesquelles reposent les longrines). Ici on distingue deux types de talonnettes en fonction de
la largeur de nos longrines :
 Talonnettes de largeur 30cm
 Talonnettes de largeur 25cm
Le matériel utilisé:
 Un plomb d’axe

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 43


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

 Une ficelle
 Un cordex
 Des lattes de 2m de long
 Des pointes toc
 Un marteau
Procédé :
Le procédé consiste à tendre la ficelle le long des axes des longrines indiqué sur les
chaises d’implantation. Ensuite à l’aide d’un plomb d’axe, le technicien localise l’axe au sol
en s’assurant de la verticalité avec la ficelle et puis selon le type de longrines il mesures la
largeur.
Après à l’aide d’un cordex attaché à une ficelle et rempli de bleu à linge, il étend ces
repères sur toute la longueur de la longrine et procède au coffrage des talonnettes avec des
lattes qui sera coulé avec un béton dosé à 200kg/m³.

Figure 22: Bétonnage des talonnettes.


III.4 Travaux de ferraillages

III.4.1 Ferraillages des longrines

Une fois les talonnettes coulées on commence le ferraillage des longrines. Cela
commence par le façonnage des cadres, des étriers, et des épingles qui sont en HA 10 (Aciers
haute adhérence de 10mm de diamètre), ici on en distingue deux types de cadre selon les
longrines :
 Cadres (30*80 cm²) avec enrobage de 5cm on se retrouve à (30*70cm²)

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 44


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

 Cadres (25*60 cm²) avec enrobage de 5cm on se retrouve à (25*50 cm²)


Ensuite on passe à la coupe des barres de fer selon la longueur des longrines sur le plan et
selon le type d’armatures choisis pour la longrine.
 Longrines principales (30*80 cm²) constitué de:
 Cadres : HA 10 (Espacement 5*7cm puis 9*17cm)
 Renforts au niveau des poteaux : HA 14
 Lit du haut : 6HA 16 +3HA 14 Filants
 Lit du bat : 3HA 14 Filants
 Armatures de peau HA 10
 Longrines secondaires (25*60 cm²) constitué de:
 Cadres : HA 10 (Espacement 5*7cm puis 9*17cm)
 Renforts au niveau des poteaux : HA 14
 Lit du haut : 6HA 14
 Lit du bat : 3HA 14
 Armatures de peau HA 10
Les longueurs de recouvrement sont calculées par la formule L= 5*D
Avec L : longueur de recouvrement, D : diamètre de l’armature considéré.
Une fois que les barres ont été coupées aux dimensions, le technicien procède à la
disposition sur les talonnettes. Il commence par enfiler les cadres des deux extrémités de la
longrine puis enfile les barres du dessus et les attaches à l’aide d’un fil de fer, une fois
stabilisé il enfile les cadres en respectant l’espacement et insère les renforts ainsi que les
barres manquantes en laissant les espaces pour les attentes de poteaux, il finis par insérer les
étriers pour retenir les filants du haut et les épingles pour maintenir les armatures de peau . Il
répète l’opération jusqu’à ferrailler toutes les longrines de la fondation.

Voir Annexes : Plan de ferraillage des longrines.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 45


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Figure 23: ferraillage des longrines.

III.4.2 Traçage et Ferraillage de l’ascenseur

La structure qu’on désire mettre en place comporte un ascenseur afin de faciliter le


déplacement des occupants. Un soin important doit être apporté à la réalisation de la structure
de cet ascenseur.
L’ascenseur qu’on désire réalisée comporte les caractéristiques suivantes :
Matériaux : béton dosé à 350kg/m³, ciment DANGOTE 42.5
Armatures (02 nappes) : HA 12
Espacement entre les nappes : 20cm
Forme : carré (1,80*1.80=3,24m²).
On commence par tracer les talonnettes de 20cm sur les quels vont être tissés les
armatures des voiles de l’ascenseur, une fois réaliser on commence par tisser les nappes du
radier du dessous en laissant le vide pour l’appareil de l’ascenseur, puis on tisse et on coffre
les nappes des voiles et on passe au bétonnage.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 46


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Figure 24: Ferraillage de la cage d'ascenseur.

Figure 25: Fabrication des calles a béton pour l'enrobage.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 47


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

III.4.3 Ferraillage des deux nappes de radier et insertion des amorces de


poteaux et voiles périphériques

Une fois que les longrines ont été ferraillées on passe au tissage de la première nappe
de radier qui repose sur des calles à béton (éléments en béton carré de 4cm d’épaisseur
permettant de respecté l’enrobage), qui est constitué des aciers HA de 12 mm de diamètre en
respectant l’espacement de 20 cm entre les mailles. On profite pour insérer les attentes (en
HA 12) des voiles périphériques au niveau des longrines d’extrémités, ainsi que les amorces
des poteaux (P1 : HA 14, P2 : HA 14 et 12, P3 : HA12) tout en respectant les longueurs de
recouvrement. Puis on insère les cavaliers (Barres en aciers pliées de 10mm de diamètre
utilisées pour maintenir l’écart entre les deux nappes), ensuite on passe à la seconde nappe
dont les mailles sont espacées de 15cm.

Figure 26: Ferraillage de la nappe de radier.

Figure 27: Pose des amorces des poteaux types P3.

III.5 Travaux de bétonnage

III.5.1 Bétonnage de la nappe de radier

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 48


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Une fois le ferraillage terminé, et après validation de la maîtrise d’œuvre nous passons
au bétonnage de la plaque de radier avec un vibreur à béton qui permet au béton d’enrober
complètement les armatures.

Figure 28: Bétonnage de la plaque de radier 1.

Figure 29:Bétonnage de la plaque de radier 2.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 49


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

III.5.2 Coffrage et bétonnage des parties supérieur des longrines

Une fois le bétonnage de la plaque de radier terminé, on procède au coffrage des


patries non noyées des longrines à l’aide des lattes rabotées de 2m de longueur qu’on ajustera
en fonction de la longueur des travées.
Les panneaux de coffrages viennent se coller aux talonnettes afin de respectés
l’espacement, puis on calle au sol avec des lattes et des pointes toc.
Ensuite on procède au bétonnage de toutes les longrines en recouvrant complétement les
armatures.

Figure 30: Coffrage des parties supérieur des longrines.

III.6 Remblai des fouilles (A la pouzzolane) et compactage

Les longrines ayant été réalisées, il faut fermer les vides entres les longrines afin de
réaliser la Chappe qui fera office de dallage du sous-sol.
On commence par effectuer un remblai au niveau des vides entre les longrines et le
fond de fouille à l’aide de la pouzzolane qui est un matériau compact et drainant, permettant
d’évacuer à partir d’un regard muni d’une pompe immergée , les eaux qui pourront migrer en
saison pluvieuse. On évite de compacter la pouzzolane afin de ne pas fragiliser la fondation,
les longrines secondaires ayant été enterrées.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 50


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

III.7 Pose du filme polyane, des treillis soudées et de la Chappe

Afin d’assurer l’étanchéité du sous-sol, avant la mise en œuvre de la Chappe on


procède à la pose d’un film polyane sur toute la surface de la fondation au-dessus de la
pouzzolane.
Ensuite on déroule les treillis soudés qui feront office d’armatures, puis on procède au
bétonnage à l’aide d’un béton toujours dosé à 350kg/m³.
Ceci marque la fin de la fondation sur radier général de type nervuré que nous avons réalisé
sur le site.
Cependant il est important de noté que au moment où nous arrêtions notre stage les
travaux étaient au niveau du remblai pouzzolanique des fouilles au-dessus de la plaque de
radier, mais pour faciliter la rédaction de notre rapport, les encadreurs d’un commun accord
ont jugées important de nous faire une visite guidé d’un second chantier au lieu-dit
BONAPRISO ou on réalisait toujours une fondation sur radier général en vue de la
construction d’un bâtiment (Sous-sol,R+6) à usage de bureau, mais qui était plus avancées au
niveau des travaux. Nous avons donc put bénéficier d’une expertise au niveau des phases
suivantes :
 Coffrage et bétonnage des parties supérieures des longrines
 Coffrage et bétonnage des voiles périphériques
 Remblais des fouilles à l’aide de la pouzzolane
 Pose des treillis soudés
 Mise en œuvre de la Chappe.
 Réalisation des murs en béton armé : les voiles.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 51


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Figure 31: Pose du film polyane

III.8 Ferraillage, coffrage et bétonnage des voiles périphériques ou murs de


soutènements.

Afin de sécuriser les parois il était important de se concentrer sur les voiles. Pour cela
une fois les longrines coulées au chantier de Bonapriso, nous sommes passées au ferraillage
des voiles à l’aide des HA 8 qu’ont attachent sur les attentes au niveau des longrines
périphériques en respectant les longueurs de recouvrement, comme la cage d’ascenseur les
voiles périphériques sont aussi constituées de deux nappes d’armatures espacées de 20cm et
cet épaisseur est maintenu à l’aides des épingles en HA 8 préfabriqués sur le chantier, chaque
voile est collé à un poteau pour assurer sa stabilité.
Ensuite on procède au coffrage des voiles à l’aide des panneaux métalliques de 3,8m de
longueur et 1.5 m de large. On positionne les panneaux du côté de la fondation et de l’autre
coté (cotés terre) on place des planches qui feront office de coffrage perdu, puis a laides des
étais métalliques réglables on calles le coffrage.
Une fois le coffrage terminé, on passe au bétonnage au fur et à mesure jusqu’à couler
tous les voiles sur toutes les extrémités du bâtiment.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 52


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Les voiles ainsi coulés marquent la fin de notre fondation, pour la suite on respectera
juste la structure à ossature (Poteaux-poutres-dalles) pour la réalisation des différents
planchers

Figure 32: Coffrage et coulage des voiles périphériques.

Figure 33: Filme polyane et Chappe terminé

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 53


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

CONCLUSION GENERAL

Au terme de notre rapport où il était question pour nous de parler du déroulement de


notre stage au sein de l’entreprise ERT-BTP, force nous ait de constater que le stage d’agent
de maîtrise est très important du fait qu’il nous permet de non seulement de s’imprégner du
milieu professionnel, de participer aux activités de l’entreprise mais aussi d’avoir un bref
aperçu des difficultés et de la responsabilité du métier d’ingénieur.
De plus, à travers une étude sur la fondation sur radier, en passant par la définition du
radier, la justification des contraintes sous le radier jusqu’à sa mise en œuvre à travers les
opérations de terrassement et l’implantation du bâtiment, nous avons pu assimiler sur le plan
pratique les différents procédés de construction d’un immeuble. Plus encore, sur le plan
social, l’esprit d’équipe à pu être développé, sur le plan scientifique, les connaissances
théoriques ont pu être exploitées en vue de faire d’interpréter des plans de ferraillages et des
prélèvements de béton sur le site pour les essais de résistance ainsi que la réalisation de
nombreux éléments tels que : le coffrage et ferraillage des longrines, sur le plan
professionnel, une brève vision des difficultés a pu être perçue notamment en ce qui concerne
les litiges foncier ainsi que les difficultés d’obtention d’un permis de bâtir.
Cependant, du fait du temps imparti, les objectifs fixés au départ n’ont pas été
totalement accomplis. D’où ce stage fût donc une expérience aussi importante
qu’enrichissante.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page 54


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

BIBLIOGRPHIE

SITES INTERNET

1. www.mémoireonline.com

2. www.Caterpillar.com

3. www.wikipedia.org

4. www.lesradiers.com

OUVRAGES TECHNIQUES
1. ING David NGANE. PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION, septembre
2016
2. H.RENAUD. CONSTRUCTEUR BÂTIMENT TECHNOLOGIE, Les éditions
FOURCHER Paris CEDEX 01.
3. ERNST NEUFERT. LES ELEMENTS DES PROJETS DE CONSTRUCTION.
4. H.RENAUD. OUVRAGES EN BETON ARMÉ.
5. H.RENAUD. DESSIN TECHNIQUE LECTURE DES PLANS.
6. Dr.AMBA Chills. Cours de béton armé 1, février 2017.
7. Pr Eddy Baptiste. L’ENTREPRISE DE CONSTRUCTION édition MODULO 1985.
8. Philippe Garnier, Bernard LEHEMBRE. GUIDE DES METIERS DU BÂTIMENTS :
le maçon. Paris : NATHAN, 1997.
9. M.VOUFFO Marcel : Cours de matériaux de construction, novembre 2016.
10. M.TAOWE : Initiation au dessin technique novembre 2016.
11. M. KAMDEM Alain. Cours de résistances des matériaux, Décembre 2016.
12. M.MOSKOLAI JUSTAIN : Cours de gestion de projet, Janvier 2017.
13. AUGUSTAIN.K : Note de calculs et plans d’exécution.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page i


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

ANNEXES

Figure 34: Organigramme ERT-BTP.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page ii


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Tableau 16:Tâches effectuées

Ce tableau résume toutes les tâches effectuées durant notre stage, ainsi que les dattes.

Nom de la tâche Durée Début Fin

Béton de propreté 1 jour Mar 17-04-04 Mar 17-04-04

Terrassement et ajustement 8 jours Mer 17-04-05 Ven 17-04-14

Implantation avec la station


1 jour Ven 17-04-14 Ven 17-04-14
total

Fabrication des chaises


1 jour Lun 17-04-17 Lun 17-04-17
d'implantation
Disposition des chaises sur le
1 jour Mer 17-04-19 Mer 17-04-19
site
Traçage et bétonnage des
6 jours Mar 17-04-18 Mar 17-04-25
talonnettes

Évacuations des terres dues


4 jours Jeu 17-04-27 Mar 17-05-02
aux multiples éboulements

Ferraillage de toutes les


6 jours Jeu 17-05-04 Jeu 17-05-11
longrines

Ferraillage des deux nappes 7 jours Lun 17-05-15 Mar 17-05-23

Insertion des attentes pour


3 jours Mer 17-05-24 Ven 17-05-26
voiles et poteaux

Bétonnage de la plaque du
3 jours Lun 17-05-29 Mer 17-05-31
radier

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page iii


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

Tableau 17: Fiche signalétique du projet

REGION DU LITTORAL
REPUBLIQUE DU
DEPARTEMENT DU
CAMEROUN PAIX-
WOURI Arrondissement
TRAVAIL-PATRIE
de Douala 5

PROJET DE CONSTRUCTION D'UN IMMEUBLE TYPE Sous-Sol+R+6 A USAGE


MIXTE SIS A DOUALA

Maître d'ouvrage Mme MEMBOUO LYDIE


Lieu-dit BP CITE
Durée du projet 24mois
Entrepreneur ERT -BTP
Cabinet d'architecture EGT-P&B
Maîtrise d’œuvre Cabinet des ingénieurs
Calculs de structure CABENO
PLANS DE DISTRIBUTIONS ET D'EXÉCUTIONS:

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page iv


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

PLANS DE DISTRIBUTION

 SOUS-SOL
 RDC
 ETAGE COURANT (1, 2, 3, 4,5)
 ÉTAGE 6.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page v


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

PLANS DE COFFRAGE

 FONDATIONS
 SOUS SOL
 RDC, ETAGE 1, 2, 3, 4
 ETAGE 5.

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page vi


PROCÉDÉS GÉNÉRAUX DE CONSTRUCTION D’UNE
FONDATION SUR RADIER GÉNÉRAL : CAS D’UN BÂTIMENT
SS/R+6.

PLANS DE FERRAILLAGE

 LONGRINES
 MUR DE SOUTENEMENT
 POTEAUX DE FONDATIONS (P1, P2, P3).

Rédigé par : BOUTCHOUANG TCHEWA Loic Ivan Page vii

Vous aimerez peut-être aussi