Vous êtes sur la page 1sur 29

P-Soft

Manuel 
 
 
 
­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ 
Table des matières : 
 
1. Logiciel 
1.1 Description 
1.2 Ouverture 
1.3 Divisions de la fenêtre 
1.4 Principes 
1.5 Gestion des registres et des banques  
2. Mise en route du logiciel 
3. Affectations MIDI 
4. Règles d’écriture de la partition 
 
 
Pour faire un tour rapide de logiciel rapportez­vous directement au chapitre 2. Mise en route du 
logiciel. Pour voir les règles d’écriture allez au chapître “Conseil d’écriture”. 
 
 
1. Logiciel 
 
1.1 Description : 
 
Le logiciel est une partie de l'extension pour un instrument acoustique. Il est distribué dans le but 
de permettre de programmer un environnement de traitement d'effets et écrire des partitions 
pour instruments acoustiques avec traitement en temps réel. 
 
Le logiciel est inspiré du traitement d'effet LXP15 ­ plus précisément d'un de ses algorithmes. 
 
Pour profiter pleinement de l'interface graphique vous devez régler la résolution de  l'écran à 
1152 x 720. 
 
 
 
 
1.2 Ouverture du logiciel : 
 
P­Soft est distribué sous forme de fichier pour MaxMSP. Pour ouvrir P­Soft, vous devez 
posséder une version récente (version 6.1.3 ou plus récente) de MaxMsp Player.  
Vous pouvez télécharger gratuitement MaxMSP Player ici : 
Download the Max Runtime « Cycling 74 
 
Après avoir téléchargé et correctement installé le logiciel MaxMSP, ouvrez d'abords le "Max 
Runtime" et à partir de son menu File, ouvrez le fichier P­Soft. 
 
Pour travailler correctement, vous devez vous assurer que vous avez le son en entrée et en 
sortie de votre ordinateur et MaxMSP suivant la carte audio que vous utilisez. 
 
La gestion de l'audio et MIDI est assurée par le logiciel hôte MaxMSP. Pour plus de détails voir 
les manuels de MaxMSP : 
Max 6 Help and Documentation 
 
 
1.3 Divisions de la fenêtre ­"Panels" : 
 
Le logiciel dispose d'une seule fenêtre divisée en trois parties : 
1 ­ Pédales 
2 ­ Effets 
3 ­ Paramètres 
 
 
 
1 ­ PEDALS (Les pédales) 
Ce panel sert à contrôler et émuler les vrais pédales utilisées par le dispositif. C’est aussi le 
panel pour le musicien avec les principales informations : quels paramètres sont affectés à quel 
pédale, le numéro et le nom de registre sélectionné, position visuelle de chacune des pédales. 
 
2 ­ EFFECTS EDITOR (Éditeur d’effets) 
C’est le centre d’édition des affectations des paramètres d’effets. Chaque paramètre peut être 
affecté à une pédale et l’étendu de cette affectation peut être modifiée. Les paramètres affectés 
à une pédale sont colorés en jaune et les paramètres non affectés en vert. 
Ici vous pouvez sauvegarder les registres, les nommer ou les initialiser. 
 
3 ­ PARAMETERS (Les paramètres du logiciel) 
Ce panel contient les réglages de base du logiciel : audio, MIDI et les sauvegardes et ouverture 
des banques. Enfin, c’est ici que vous réglez le niveau général d’entrée et de sortie son dans les 
traitements. 
 
 
 
 
1.4 Principes : 
 
Le logiciel permet simuler les pédales joués par le musicien et programmer les registres 
"Registers” et les banques "Banks". 
 
Les pédales physiques sont représentées dans la partie PEDALS par les sliders : 
 

 
 
 
Il y a 8 pédales (une pédale On/Off et 7 pédales continues) : 
 
Pédale 1 ­ Pédale On/Off  (On ­ allumé, Off ­ éteint) 
Pédales 2 à 8 ­ Pédales Continues (plus on appuie sur la pédale, plus le slider monte) 
 
Comme les vrais pédales physiques, les sliders restent dans leur position, même si le menu 
avec les registres a été changé. 
Les valeurs des pédales varient entre 0 et 127. 
 
Chaque pédale est affectée sur un paramètre de traitement dont le nom s'affiche au dessus. 
 
Les cases "Transposition" et "Tuning" affichent les valeurs réelles de ces paramètres. 
 
L'édition des affectations et du traitement se fait dans la partie EFFECTS EDITOR : 
 
 
 
 
Chaque paramètre peut être réglé comme suit : 
 
• directement la valeur du paramètre ­ avec le slider ou le numéro au­dessous qui affiche cette 
valeur 
• les limites minimum et maximum (représentées graphiquement par la barre colorée) ­ avec les 
boîtes au­dessus du slider (boîtes numérique ou menus) 
• le numéro de pédale qui va faire varier le paramètre dans les limites min et max pré­définies 
 
Quand une pédale est affectée au paramètre, la barre colorée devient jaune, sans affectation la 
barre reste verte. 
 
 
Voici le schéma des traitements : 
 

 
 
 
Tous les paramètres d'affectation des entrées/sorties audio et MIDI ainsi que la gestion des 
banques se fait dans la partie PARAMETERS : 
 

 
 
Ici vous pouvez éditer, contrôler et changer les entrées et les sorties audio de votre carte son. 
Vous pouvez aussi attribuer les entrées des contrôleurs MIDI pour simuler les pédales. 
 
Pour quitter l'application cliquez sur le boutton "Quit" 
 
 
1.5 Gestion des registres et des banques : 
 
Registers : 
Les états de traitements sont enregistrés dans les registres appelés "Register". Une fois la 
configuration des paramètres terminée il est possible de sauvegarder le registre avec le bouton 
"Register ­ Save". Pour faire un état sans aucune affectation appuyez sur le bouton "Reset" ­ le 
registre est alors remis à zéro. 
 
 

 
Attention ­ les registres ne sont pas sauvegardés sur le disque séparément et "Register ­ Save" 
sauvegarde uniquement dans la mémoire vive de l'ordinateur. Pour sauvegarder et ouvrir les 
registres vous avez les banques. 
 
Banks : 
Vous avez 8 registres pour travailler. Les 8 registres constituent une banque "Bank".  
Vous pouvez sauvegarder la totalité des 8 registres dans une banque sur votre disque dur avec 
le bouton "Save As...". Pour ouvrir un fichier cliquez sur "Bank ­ Open". 
 

 
 
 
2. Mise en route du logiciel : 
 
Pour faire les premiers pas avec P­Soft :  
 
­­­­­­­­­­­ 
1 ­  
Ouvrez l'application Max Runtime. 
 

 
 
­­­­­­­­­­­ 
2 ­ 
Dans Max Runtime ouvrez le fichier P­Soft. 
 
 
 
 
­­­­­­­­­­­ 
3 ­ 
En premier lieu vous devez configurer votre carte son et sélectionner une entrée dans le P­Soft 
et deux sorties. 
Pour cela procédez par étapes : 
 

 
 
 
1 ­ Cliquez sur "Open", pour ouvrir le panneau de configuration de votre carte son 
2 ­ Allumez le P­Soft en mettant Audio sur "On" 
3 ­ Sélectionnez l'entrée de votre microphone (entrée mono) 
4 ­ Sélectionnez les sorties gauche et droite de votre carte son 
 
 
­­­­­­­­­­­ 
4 ­  
Une fois les réglages de votre carte son faites vous pouvez observer le niveau d'entrée dans le 
P­Soft. 
 
 

 
 
Vous pouvez maintenant ouvrir le volume "Input" 
 
 

 
 
­­­­­­­­­­­ 
5 ­  
Séléctionnez le registre "DNA" dans le panel PEDALS et positionnez les "pédales" comme cela : 
 

 
 
­­­­­­­­­­­ 
6 ­ 
Ouvrez maintenant le volume de sortie et produisez un son. Vous allez observer les niveaux 
"Output"  : 
 

 
 
­­­­­­­­­­­ 
7 ­  
 
Modifier maintenant le niveau de la pédale 3 qui est connectée sur la transposition et écoutez le 
résultat : 
 

 
 
L'intervalle de transposition s'affiche dans en bas du panel PEDALS  marqué "Transposition". 
 
Dans le même temps, quand vous bougez la pédale 3, vous pouvez observer dans le panel 
EFFECT EDITOR, la transposition exprimée comme une note jouée sur le clavier virtuel : 
 
 
Faites les changements sur la pédale 3 entre 0 et 127 ­ les positions extrêmes. Malgré cela, 
vous pouvez observer dans la fenêtre EFFECTS EDITOR, que la transposition n'évolue qu'entre 
une octave vers le bas et l'unisson. 
Observez la barre colorée en jaune juste au dessus du clavier virtuel ­ elle couvre 
graphiquement la distance entre l'octave de dessous et l'Unisson. 
 
­­­­­­­­­­­ 
8 ­ 
Cliquez maintenant sur le menu en haut à gauche de paramètre "Pitch Interval" : 
 

 
 
Vous allez avoir la possibilité de définir une nouvelle limite basse de la transposition sur le menu 
déroulant. Sélectionnez l'Unisson : 
 

 
 
Vous avez maintenant les limites de transpositions entre minimum "Unisson" et maximum 
"Unisson" : 
 

 
 
Si vous bougez la pédale 3 dans cette configuration il n'y a pas de changement de transposition 
puisque le minimum et maximum sont les mêmes. La barre colorée indique une seule note ­ 
l'Unisson. 
 
­­­­­­­­­­­ 
9 ­ 
Changez maintenant le maximum pour le paramètre de transposition et sélectionnez une 
Octave au dessus : 
 
 
 
Observez que la barre colorée couvre l'espace entre l'Unisson et l'Octave supérieure. 
 
Bougez la pédale 3 et écoutez la transposition qui va maintenant jusqu'à l'octave au dessus. 
 
­­­­­­­­­­­ 
10 ­ 
Renversez maintenant les minimum et maximum et mettez pour minimum l'Octave supérieure 
et pour le maximum l'Unisson comme ceci : 
 

 
 
Si vous bougez la pédale 3 maintenant vous allez transposez à l’envers ­ en montant la pédale 
la transposition descends et en baissant la pédale la transposition augmente. 
 
­­­­­­­­­­­ 
11 ­  
Maintenant cliquez sur le menu pour la sélection de pédale de commande de paramètre qui se 
situe en bas à droite du paramètre "Pitch Interval" et sélectionnez "­­" (ce qui veut dire aucune 
pédale ne commande le paramètre : 
 

 
 
Ensuite cliquez sur la note "Do" marquée avec un point au dessous. Vous faite la "transposition" 
fixe en unisson. 
 
Vous pouvez maintenant observer que la barre colorée est devenu verte, ce qui signifie 
qu'aucune pédale n'est affectée sur le paramètre : 
 

 
 
Si vous bougez la pédale 3 maintenant il ne se produit aucune transposition, la pédale n'est plus 
liée au paramètre. 
Par contre vous pouvez toujours choisir une transposition fixe qui va rester affectée au 
paramètre sans changement. 
 
­­­­­­­­­­­ 
12 ­  
Cliquez maintenant dans le menu des registres dans le panel PEDALS et reséléctionnez de 
nouveau le premier registre nommé "DNA" : 
 

 
 
La pédale 3 est de nouveau affecté sur le paramètre "Pitch Interval" avec les minimum et 
maximum attribuées d'origine. 
 
­­­­­­­­­­­ 
13 ­ 
Faites les sélections des registres 1, 2 et 3 et observez les changements dans les affectations 
des pédales et la configuration des paramètres dans le panel EFFECTS EDITOR : 
 
 
 
­­­­­­­­­­­ 
14 ­  
Une fois revenu sur le registre nommé "DNA" appuyez sur le bouton "Register ­ Reset" : 
 

 
 
Tous les paramètres sont mis "à zéro" ­ la position neutre, sans affectation de pédale et avec 
les limites de min et max le plus étendues : 
 
 
 
Attention, les paramètres des niveaux d'entrée et de sortie ("Input Level" et "Output Level") 
doivent être à 100. Si vous voulez faire passer le son à travers les effets vous assurez que les 
niveaux de “InputLevel” et “OutputLevel” sont comme ceci : 
 
 
 
­­­­­­­­­­­ 
15 ­ 
Changez et modifiez les paramètres pour les jouer avec les pédales et sauvegardez l'état de 
chaque registre. 
Pour sauver tous les 8 registres sur le disque dur vous devez appuyez sur le bouton "Bank ­ 
Save As..." 
 

 
 
Vous obtenez le dialogue pour sauvegarder le fichier de la configuration totale de tous les 
registres. 
 
­­­­­­­­­­­ 
16 ­  
Revenez sur le premier registre DNA. Baissez complètement la pédale 2 qui commande 
actuellement le paramètre d'entrée du son dans les effets "Input Level" 
 

 
 
Vous pouvez observer que sue le panel EFFECTS EDITOR le niveau est aussi à 0, comme ceci 

 

 
 
­­­­­­­­­­­ 
17 ­ 
Appuyez, maintenant sur la première pédale ­ elle devient entièrement jaune et au deuxième 
clique de nouveau noire. C'est ne pédale On/Off, on ne peut que appuyer dessus ou enlever le 
pied. 
 

 
 
Observez ce qui se passe sur le paramètre de "Input Level" ­ le niveau de volume passe de 0 à 
127 en une seule fois. 
 
Mettez maintenant la pédale 2 sur la moitié : 
 
 
 
et appuyez à nouveau sur la première pédale On/Off. Le niveau de volume se le paramètre 
passe maintenant de la moitié (valeur de la pédale 2) vers le maximum et si vous enlevez la 
pédale 1, la valeur de Input Level revient de nouveau vers la moitié (valeur de la pédale 2) 
 
La pédale 1 agit comme suite : 
 
I ­ Elle agit toujours sur le volume d'entrée. 
II ­ quand elle est Off elle laisse la position de niveau d'entrée actuelle  
III ­ quand elle est On, elle met le niveau de Volume d'entrée vers son maximum 
 
 
Attention : 
La pédale On/Off numéro 1 est la seule qui’il n’est pas possible d’affecter à un paramètre d’effet. 
Cette pédale est affectée d’une façon permanente au niveau d’entrée “InputVolume” et cela 
d’une manière relative. En appuyant sur la pédale l’ouverture de l’entrée monte au maximum et 
revient à sa position de départ. 
 
 
3. Affectations MIDI : 
 
Si vous voulez, vous pouvez simuler les pédales avec un contrôleur MIDI. Cependant faites 
toujours attention à ne pas bouger plus de 2 potentiomètres en même temps, de même qu’il 
n’est pas possible de bouger plus de 2 pédales avec les pieds en même temps ! 
 
Le logiciel est fait pour travailler directement avec la souris. Si vous voulez ajouter un contrôleur 
MIDI pour contrôler les sliders "PEDALS" vous devez le configurer vos contrôleurs MIDI d'après 
le tableau suivant : 
 
Pédale Ctl Ch 
1 (on/off) 4 1 
2 (continue) 7 1 
3 (continue) 7 2 
4 (continue) 7 3 
5 (continue) 7 4 
6 (continue) 7 5 
7 (continue) 7 6 
8 (continue) 7 7 
 
 
Attention : 
 
Si vous simulez les pédales avec les interfaces du type “table de mixage”, faites attention à ne 
pas changer toutes les pédales simultanément. Ayez à l’esprit que le musicien ne peut jouer que 
deux pédales à la fois et ne peut pas regarder sans arrêt où il place ses pieds ! 
 
   
 
 
4. Règles d’écriture de partition : 
 
Pour que les musiciens puissent jouer votre partition vous devez indiquer les informations 
suivant certains règles établies par les interprètes et compositeurs qui ont déjà travaillé avec le 
matériel. 
 
Voici un exemple de la partition : 

 
© Alxander Mihalic ­ DNA 
 
­­­­­­­­­­­ 
Important : 
 
Un registre est utilisé par pièce ou une partie de la pièce. 
Ceci est important pour le musicien pour qu'il puisse maîtriser l'instrument et comprendre ce 
qu'il joue et l'exprimer musicalement votre écriture. 
 
­­­­­­­­­­­ 
Utilisation des 3 portées 
 
Vous écrivez dans les 3 portées 
Le musicien qui va interpréter votre partition doit avoir une idée claire quel son produire et 
comment le produire. Il doit donc pouvoir répéter comme sur n'importe quel instrument 
acoustique en écoutant ce qu'il joue. 
 
Voici ce qui est écrit dans les portées : 
 
1 ­ L'instrument acoustique (écriture classique). 
 
2 ­ Résultat sonore de l'effet  (écriture classique, éventuellement mélangé avec graphismes) 
cette portée doit être lisible et compréhensible pour le musicien comprenne quel son veut obtenir 
le compositeur. Plus vous détaillez le résultat sonore avec une notation classique et plus vous 
aurez la chance que le musicien va interpréter correctement votre partition. 
 
3 ­ La "tablature" des pédales ­ ici vous notez les positions de chaque pédale ou leurs 
changement dans le temps. 
 
Le musicien effectue le geste suivant cette portée pour obtenir le résultat sonore inscrit dans la 
deuxième portée 
 
 
© Sergio Blardony ­ Cronica para entenderse con Io antiguo 
 
­­­­­­­­­­­ 
Tablature des pédales 
 
Écriture de tablature pour les pédales 
 
Pédales continues 
Pour informer le musicien sur quelle pédale appuyer et à quel niveau nous représentons 
symboliquement une pédale par un rectangle plus ou moins noirci suivant la position de la 
pédale. Si la pédale est dans une position arrêtée le rectangle est blanc. Si la pédale est 
appuyée à fond le rectangle est entièrement noir. Toutes les positions intermédiaires s’expriment 
visuellement. Voici une exemple avec une pédale complètement arrêtée (blanc), une position 
intermédiaire et une pédale totalement appuyée (noir). 
 

 
 
En même temps vous devez inscrire le numéro de pédale au dessus de rectangle pour indiquer 
au musicien quelle pédale modifier. 
 

 
 
Si vous voulez changer une pédale en continu, vous indiquez la courbe dans le rectangle 
pendant le temps nécessaire dans la partition. Vous pouvez aussi indiquer le pied (gauche, 
droite ­ L, R) qui joue la pédale en haut de numéro de pédale. 
 

 
 
Notation de changement de hauteur 
Dans le cas d’indiquer une information précise ­ comme l'intervalle de transposition, inscrivez 
simplement la valeur de l’intervalle dans un rond au moment approprié dans la partition. 
 

 
 
­­­­­­­­­­­ 
Pédale On/Off numéro 1 
 
La première pédale est marqué juste par son numéro, puisqu’il n’y a pas de possibilité de faire 
varier sa valeur autrement que par appuyé / relâché. Il y a deux possibilités de jouer la pédale 1 ­ 
On/Off. Soit vous faite une rapide ouverture et fermeture, soit vous le gardez appuyée pendant 
un plus long moment. 
 
Dans le premier cas il est judicieux de marque le moment d'appui sur la pédale avec une ligne et 
une flèche qui indique le moment voulue dans la partition. 
 
© Sergio Blardony ­ Cronica para entenderse con Io antiguo 
 
Si le temps de la tenue de pédale est plus long, marquer cela par une ligne qui exprime la durée 
d’appui sur la pédale comme cela : 
 
 
 
 
 
© Sergio Blardony ­ Cronica para entenderse con Io antiguo 
 
 
­­­­­­­­­­­ 
Faites rappel régulier de positions des pédales 
Marquez toujours la position de toutes les pédales après une certain durée au juste devant le 
moment de transformation importante. Le marquage d’un rappel se fait entre crochets : 
 

 
 
Effectivement, il est très difficile pour le musicien de reconstituer quelles sont les positions des 
pédales s'il n'y a qu'une seule pédale marquée. Le plus judicieux est de marquer le résumé au 
début de chaque ligne ou sur les moments clés pour la répétition de la pièce. 
 
 
Ayez à l’esprit que plus votre partition sera claire et précise et plus vous aurez de chances 
qu’elle puisse être répétée et jouée correctement.  
 
­­­­­­­­­­­ 
 
Exemples d’effets : 
 
Voici quelques exemples d’effets. Pour les jouer chargez le registre DNA, placez les pédales 
dans les positions de départ et changez les pédales suivant la partition. 
 
­­­­­­­­­­­ 
exemple 1 : Gèle des notes 
 

 
 
 
­­­­­­­­­­­ 
exemple 2 : Gèle des notes avec la transposition  
 
 

 
 
­­­­­­­­­­­ 
exemple 3 : Ajout des accords sur une note tenue 
 
 
 
 
­­­­­­­­­­­ 
exemple 4 : Ajout d’un cluster sur une note tenue 
 

 
 
­­­­­­­­­­­ 
exemple 5 : Création d’une boucle