Vous êtes sur la page 1sur 8

EXPOSE

THEME :

Logiciel libre et logiciel Open source

Présenté par : OUEDRAOGO Relwendé Sébastien Idrissa


&
SAWADOGO Jeanne-d’Arc
PLAN
INTRODUCTION
GENERALITES
PROGRAMMES INFORMATIQUES
LOGICIELS INFORMATIQUES
CONCLUSION

Introduction
Quand on parle d’informatique nous voyons tout de suite des ordinateurs, des
routeurs, des switch etc… ; mais pour que ces équipements puissent fonctionner il faut des
logiciels ou des programmes informatiques qui dicteront aux processeurs (CPU) les
instructions à faire pour obtenir le résultat attendu. On se pose alors les questions : qu’est-
ce qu’un logiciel informatique ? Qu’est-ce qu’un programme informatique ? dans la suite de
notre travail nous allons expliquer ce que s’est qu’un logiciel, un programme et nous verront
également les différents types de logiciels existants.

I. Généralités
1. Définition
En informatique, un logiciel est un ensemble de séquences d’instructions interprétables par
une machine et d’un jeu de données nécessaires à ces opérations. Le logiciel détermine donc
les tâches qui peuvent être effectuées par la machine, ordonne son fonctionnement et lui
procure ainsi son utilité fonctionnelle. Les séquences d’instruction
appelées programmes ainsi que les données du logiciel sont ordinairement structurées
en fichiers. La mise en œuvre des instructions du logiciel est appelée exécution, et la
machine est appelée ordinateur ou calculateur. Un logiciel peut être classé comme
système, applicatif, standard, spécifique, ou libre, selon la manière dont il interagit avec le
matériel, selon la stratégie commerciale et les droits sur le code source des programmes. Le
terme logiciel propriétaire est aussi employé.
2. Création et Utilisation
Les logiciels sont créés et livrés à la demande d'un client, ou alors ils sont créés sur
l'initiative du producteur, et mis sur le marché, parfois gratuitement. En 1980, 60 % de la
production et 52 % de la consommation mondiale de logiciels est aux États-Unis. Les logiciels
sont également distribués illégalement et la valeur marchande des produits ainsi distribués
est parfois supérieure au chiffre d'affaires des producteurs. Les logiciels libres sont créés et
distribués comme des commodités produites par coopération entre les utilisateurs et les
auteurs.
Logiciel n'est pas synonyme de programme informatique. Un logiciel est un ensemble
typiquement composé de plusieurs programmes, ainsi que tout le nécessaire pour les rendre
opérationnels : fichiers de configuration, images bitmaps, procédures automatiques. Les
programmes sont sous forme de code binaire ainsi que parfois sous forme de code source.
Les deux principales catégories de logiciels sont les logiciels applicatifs et les logiciels
de système. Le logiciel applicatif est destiné à aider les usagers à effectuer une certaine
tâche, et le logiciel de système est destiné à effectuer des opérations en rapport avec
l'appareil informatique. La plus importante pièce de logiciel est le système d'exploitation. Il
sert à manipuler le matériel informatique, diriger le logiciel, organiser les fichiers, et faire
l'interface avec l'utilisateur. Les logiciels disponibles dans le commerce sont toujours
destinés à être utilisés avec un ou plusieurs systèmes d'exploitation donnés

II. Les Programmes informatiques


1. Les différents types de programmes
Un programme informatique est un ensemble d'opérations destinées à être
exécutées par un ordinateur. Cependant on peut distinguer quelques types de programmes
notamment les programmes source et les programmes binaire. Un programme source est un
code écrit par un informaticien dans un langage de programmation. Il peut être compilé vers
une forme binaire, ou directement interprété. Un programme binaire décrit les instructions
à exécuter par un microprocesseur sous forme numérique. Ces instructions définissent un
langage machine. Les programmes informatiques sont concernés par le droit d'auteur, et
font l'objet d'une législation proche des œuvres artistiques.

2. Les langages de programmations


La programmation consiste, partant d'une idée, à effectuer un travail de réflexion qui
aboutit à la rédaction d'algorithmes dans un langage de programmation. Les langages de
programmation ont été créés dans l'optique de faciliter le travail du programmeur en
raccourcissant le chemin qui va de l'idée au code source. Un langage de programmation est
une notation utilisée pour exprimer des algorithmes et écrire des programmes. Un
algorithme est un procédé pour obtenir un résultat par une succession de calculs, décrits
sous forme de pictogrammes et de termes simples dans une langue naturelle. Jusqu'en
1950, les programmeurs exprimaient les programmes dans des langages machines ou
assembleur, des langages peu lisibles pour des êtres humains et où chaque instruction fait
peu de choses, ce qui rendait le travail pénible et le résultat sujet à de nombreuses erreurs.

Comparatif des langages de programmation

III. Les Logiciels informatiques


1. Logiciels propriétaires
Un logiciel propriétaire, logiciel non libre ou parfois logiciel privatif voire logiciel
privateur, est un logiciel qui ne permet pas légalement ou techniquement, ou par quelque
autre moyen que ce soit, d'exercer simultanément les quatre libertés logicielles que sont
l'exécution du logiciel pour tout type d'utilisation, l'étude de son code source (et donc l'accès
à ce code source), la distribution de copies, ainsi que la modification et donc l'amélioration
du code source.
Tous termes relatifs à des notions de vente ou d'achat d’un logiciel dit propriétaire
signifient cession de droits d'utilisation du logiciel et ne signifient pas transfert de propriété
du logiciel. En conséquence, le logiciel propriétaire, mis à la disposition d’un utilisateur, reste
la propriété de son auteur, personne physique ou personne morale (entreprise) ; et l'auteur
conserve les droits accordés par le droit d'auteur, notamment le monopole de la copie.
L'auteur confie son logiciel à l'utilisateur pour que celui-ci en fasse un usage défini,
notamment par l'utilisateur de renoncer à étudier le fonctionnement du logiciel (rétro-
ingénierie). Le renoncement à ce droit nécessite un accord explicite ; c'est pour cela que l'on
parle d'un « contrat de licence » plutôt que d'une simple licence. Pour accéder au droit
d'utiliser un logiciel propriétaire, l’utilisateur doit généralement accepter un contrat dans
lequel il s’interdit de copier tout ou une partie du logiciel et également de le transcrire dans
un autre langage.
En Europe de l'Ouest les logiciels sont protégés par la loi en tant qu’œuvres littéraires
auxquelles s'applique la convention de Berne. Convention qui prévoit qu'un accord explicite
de l'auteur est obligatoire avant de retoucher, de modifier, de publier le logiciel, ou de s'en
servir comme base pour réaliser un autre logiciel. Un contrat de licence fixe les droits et les
obligations du fournisseur et de l'utilisateur du logiciel. Ce contrat formalise également les
biens et les services qui devront être offerts par le fournisseur. Lorsque les logiciels ont
commencé à être vendus en grande distribution, ce contrat auparavant signé par l'acheteur
a été remplacé par une licence sous emballage (shrink wrap), qui lie automatiquement et
tacitement le fournisseur avec l'utilisateur du moment que ce dernier ouvre l'emballage du
logiciel. Les logiciels sont également protégés par les lois du secret industriel, destinées à
empêcher la concurrence de se servir des caractéristiques techniques du logiciel dans ses
produits. Pour les logiciels vendus en grande distribution sous licence sous emballage, cette
protection est assurée en gardant secret le code source du logiciel et en commercialisant
uniquement le code objet : la découverte des caractéristiques techniques à partir du code
objet nécessite des outils spécialisés et un gros effort de réflexion.

2. Logiciels libres, Open source et le projet GNU


Le logiciel libre est un logiciel qui répond aux conditions de la licence libre. D'une
autre manière, ce sont les licences libres qui définissent les logiciels comme étant libres.
Logiciel libre est ''Free Software'' en anglais. Le mot ''free'' peut signifier gratuit et libre. Dans
le cas du logiciel libre, il signifie ''libre'' car le logiciel libre n'est pas forcément gratuit. Les
quatre principales raisons qui poussent les individus ou les organisations à choisir des
logiciels open-source sont les suivantes :

 Moins coûteux
 Sécurité
 Aucun fournisseur 'lock in'
 Meilleure qualité

 GNU General Public Licence


En 1984 Richard Stallman, selon sa philosophie « libre » héritée du milieu hacker,
lance la création d'un système d'exploitation (GNU) et fait appel à un conseiller juridique de
la Free Software Foundation pour créer une nouvelle licence de distribution, la GNU General
Public License (GPL), qui garantit que le code source d'un logiciel, initialement publié par son
auteur, ne sera jamais mis sous secret industriel en application des lois de copyright par
quiconque le récupère et le redistribue, la licence GNU GPL contient donc le « copyleft » qui
est créer par opposition au copyright c'est à dire qu'au lieu de limiter les droits d'utilisations,
le « copyleft » lui confère tous les droits :
 La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages ;
 La liberté d'étudier le fonctionnement du programme et de l'adapter à ses
besoins ;
 La liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique la
possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies) ;
 La liberté d'améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au
public, pour en faire profiter toute la communauté
Le principe du logiciel libre est qu'il puisse être utilisé, modifié, redistribué de façon
libre et légal, c'est à dire sans aucune contrainte de la part de la personne qui l'a distribué.
Cela garantie donc au logiciel en question d'être particulièrement fiable et efficace, puisque
étant libre, le logiciel est modifié, améliorer et éventuellement réparer par une communauté
généralement compétente et dynamique. En effet, le logiciel libre a la particularité d'être en
constante évolution, ce qui peut créer des divergences, et ainsi des logiciels différents
peuvent être issus du même logiciel libre.

Le but du GNU étant d’être libre, chacun de ses composants doit être un logiciel libre,
tous ne sont pas copyleftés. Toutefois, n’importe quel type de logiciel libre pourra y figurer
légalement, s’il permet d’atteindre les objectifs techniques. Nous pouvons, et nous utilisons,
les logiciels libres, non copylefté, comme le X Window System. Les logiciels GNU sont
élaborés sous les auspices du projet GNU. La plupart des logiciels GNU sont soumis à un
copyleft, mais pas tous. Cependant, tous les logiciels GNU doivent être des logiciels libres.
Certains des logiciels GNU sont réalisés par le personnel de la Fondation du Logiciel Libre,
mais la plus grande partie des logiciels GNU est réalisée par des volontaires. Pour certains
logiciels GNU, le copyright est réservé à la Fondation du Logiciel Libre, d’autres sont réservés
aux auteurs du logiciel.

Tableau montrant des logiciels propriétaires


et leur équivalents libres Schéma conceptuel autour du logiciel libre

 Logiciels open source

L' « open source » est quelque chose d'autre : il a une philosophie très différente
basée sur des valeurs différentes. Sa définition pratique est différente également, mais
presque tous les programmes open source sont en fait libres. Nous expliquons ceci dans « En
quoi l'open source perd de vue l'éthique du logiciel libre ». Les logiciels open-source sont
généralement plus faciles à obtenir que les logiciels propriétaires, ce qui entraîne souvent
une utilisation accrue. En outre, la disponibilité d’une mise en œuvre open-source d’une
norme peut accroître l’adoption de cette norme. Le développement open-source offre le
potentiel d’une technologie plus flexible et d’une innovation plus rapide. Il est dit
d’être plus fiable car il a généralement des milliers de programmeurs indépendants
de test et de correction des bugs du logiciel.
Avantages et inconvénients
Les logiciels open-source sont généralement plus faciles à obtenir que les logiciels
propriétaires, ce qui entraîne souvent une utilisation accrue. En outre, la disponibilité
d’une mise en œuvre open-source d’une norme peut accroître l’adoption de cette
norme. Il a également aidé à renforcer la fidélité des développeurs que les
développeurs se sentent habilités et ont un sentiment de propriété du produit final.
De plus, des coûts de marketing et de logistique plus faibles sont nécessaires
pour OSS. C’est un bon outil pour promouvoir l’image d’une entreprise, y compris ses
produits commerciaux. L’approche de développement d’OSS a aidé à produire des
logiciels fiables et de haute qualité rapidement et à peu de frais. Le développement
open-source offre le potentiel d’une technologie plus flexible et d’une innovation plus
rapide. Il est dit d’être plus fiable car il a généralement des milliers de programmeurs
indépendants de test et de correction des bugs du logiciel.
Open source ne dépend pas de l’entreprise ou de l’auteur qui l’a créé à
l’origine. Même si l’entreprise échoue, le code continue d’exister et d’être développé
par ses utilisateurs. En outre, il utilise des normes ouvertes accessibles à tous; ainsi, il
n’a pas le problème des formats incompatibles qui peuvent exister dans les logiciels
propriétaires. Il est flexible parce que les systèmes modulaires permettent aux
programmeurs de construire des interfaces personnalisées, ou d’y ajouter de
nouvelles capacités et il est innovant puisque les programmes open-source sont le
produit d’une collaboration entre un grand nombre de programmeurs différents. La
combinaison de perspectives divergentes, d’objectifs d’entreprise et d’objectifs
personnels accélère l’innovation
 NOTION DE COPYLEFT
Logiciel Copyleft (libre même si modifié par les distributeurs) : Ce type de logiciel est
un logiciel libre, dont les conditions de distribution interdisent aux distributeurs d’y ajouter
des restrictions d’utilisation, même s’ils y ont apporté des modifications. Ceci veut dire que
chaque copie du logiciel, même modifié, doit être un logiciel libre. Dans le projet GNU,
presque tous les logiciels que nous créons sont soumis au copyleft, donc ne sont soumis à
aucune restriction, car notre but est de donner à chaque utilisateur la possibilité de les
utiliser librement, conformément au concept « Logiciel Libre ». Le concept de copyleft est un
concept général. Pour l’appliquer à un programme, vous avez besoin d’un ensemble de
termes relatifs à la distribution. Il y a plusieurs façons d’écrire ces conditions de distribution.

Logiciel libre soumis à restrictions (non-copy-lefté) : Le logiciel libre soumis à


restrictions, est défini par l’auteur avec la permission de le redistribuer, de le modifier, et d’y
ajouter d’autres restrictions. Si un programme est libre, mais soumis à restrictions, certaines
versions modifiées peuvent ne plus être « libres » du tout. Une société informatique peut
compiler un programme, avec ou sans modifications, et distribuer le fichier exécutable, en
tant que son propre produit payant et dont la redistribution, ou les modifications ne peuvent
être réalisées sans son accord formel. Certains types de règles sur la manière de
distribuer le logiciel libre sont acceptables tant que ces règles ne rentrent pas en
conflit avec les libertés fondamentales. Par exemple, le copyleft pour résumer très
simplement est une règle qui établit que, lorsque vous redistribuez le programme,
vous ne pouvez pas ajouter de restriction qui nie les libertés fondamentales des
autres. Cette règle n'entre pas en conflit avec les libertés fondamentales ; en fait, elle
les protège.

Logo de quelque-uns des logiciels libres les plus célèbres

Conclusion
Au terme de cette étude sur les logiciels nous pouvons retenir que lorsqu’on parle de
logiciel en informatique il faut savoir qu’il en existe plusieurs types qui diffères non
seulement par la fonction mais aussi en fonction de la liberté que le logiciel confère à
l’utilisateur. Nous avons ainsi pu apprendre à faire la différence mais aussi à savoir quels
sont les meilleurs logiciels qui existe dans le monde de l’informatique.