Vous êtes sur la page 1sur 8

URGENCES HYPERTENSIVES l’HTA dans l’AVC, et diminution rapide de la TA

dans la dissection aortique,


❖ L’urgence hypertensive est grave par ses
I. INTRODUCTION : complications immédiates au niveau des organes
cibles.
A. Définition :
C. Physiopathologie :
• Urgences hypertensives ou « emergencies »
• Les mécanismes physiopathologiques expliquant
Elévation brutale et significative de la pression
l’élévation sont complexes et dus à une
artérielle au-dessus des chiffres habituels, une
augmentation brutale des résistances vasculaires
PAS≥ 180mmHg et/ou une PAD≥110 avec des
systémiques par perturbation du système rénine-
signes de souffrance viscérale engageant le
angiotensine-aldostérone, perte des mécanismes
pronostic vital.
vasodilatateurs endogènes, stimulation des
• Dans le cadre d’une HTA, sont considérés comme
médiateurs pro-inflammatoire, et libération des
des UHT :
vasoconstricteurs locaux, tels l’endothéline.
❖ Encéphalopathie hypertensive
• L’élévation brutale de la pression conduit à des
❖ Accident vasculaire cérébral
lésions endothéliales suivies de nécroses
❖ Insuffisance ventriculaire gauche aigue avec
fibrinoïdes des artérioles et des dépôts sous
OAP
endothéliaux de plaquettes et de fibrine avec
❖ Infarctus du myocarde, angor instable
perte de la fonction d’autorégulation normale.
❖ Dissection aortique
• Ces lésions vont induire la stimulation de la
❖ Pré-éclampsie
sécrétion de molécules vasoconstrictrices
❖ HTA maligne
(endothéline, rénine) ; ainsi si les niveaux de la PA
Urgences hypertensives : définition ESH/ESC 2007 ne sont abaissés, les modifications de la paroi
artérielle peuvent devenir irréversibles ou conduire
1. Encéphalopathie hypertensive
à la rupture de la paroi vasculaire.
2. Insuffisance ventriculaire gauche hypertensive
3. Hypertension avec infarctus myocardique
• L’auto-régulation cérébrale : quand la PA diminue
4. Hypertension avec angor instable les artérioles se dilatent et inversement,
5. Hypertension avec dissection aortique lorsqu’elle s’élève elles se contractent, ainsi dans
6. Hypertension sévère lors d'hémorragie méningée la limite de l’auto régulation (entre 60 et 120
ou d'AVC
mmHg chez normotendu) le débit sanguin cérébral
7. Crise de phéochromocytome
8. Usage de stupéfiants : amphétamine, LSD, cocaïne, reste constant malgré des variations importantes
ecstasy, de la PA
9. Hypertension péri opératoire • Chez le sujet hypertendu chronique, du fait des
10. Prééclampsie sévère ou éclampsie
modifications structurales des parois des artérioles
les limites de l’autorégulation sont déplacées vers
la droite (valeurs limites de 120 à 160 mmHg), ces
B. Intérêt :
patients tolèrent des PA plus haute sans atteinte
❖ Urgence diagnostic et thérapeutique mettant en
viscérale associée.
jeu le pronostic vital et fonctionnel,
❖ Urgence fréquemment rencontrée en pratique,
❖ Savoir définir une urgence hypertensive : II. Diagnostic positif :
hypertension sévère avec atteinte aiguë des
organes cibles. A. Clinique :
❖ Connaitre les signes de souffrance viscérale. A.1. Confirmer l’élévation tensionnelle :
❖ Eliminer ce qui n’est pas une urgence
hypertensive. • L’élévation tensionnelle au cours de la
❖ Traitement : ne pas chercher à normaliser la TA, consultation médicale doit conduire tout d’abord à
une diminution graduelle et progressive, respecter l’absence de problèmes technique de la mesure
elle-même :
o Brassard non adapté à la taille du bras ✓ Dyspnée de repos, type orthopnée,
o Appareil défectueux expectorations mousseuses, râles crépitant en
o Opérateur entrainé marée montante
• Plusieurs mesures, au moins trois, en position • Syndrome coronarien aigu :
couchée, après avoir rassuré le patient pour ✓ Douleur thoracique angineuse avec des signes
diminuer l’effet blouse blanche inhérent à toute électriques à l’ECG
atmosphère d’urgence ; Si la pression artérielle • Dissection aortique :
reste ≥ 180 pour la systolique et ≥ 110 pour la ✓ Douleur thoracique déchirante rétrosternale
diastolique, le diagnostic de l’élévation est or dorsale +/- migratrice
confirmé. ✓ Anisotension supérieure à 20 mmHg,
asymétrie des pouls
A.2. Le niveau de la pression artérielle
✓ Souffle d’insuffisance aortique à l’auscultation
habituelle :
cardiaque
• La tolérance viscérale dépend du seuil supérieur de 3/ Signes de retentissement oculaire
l’autorégulation qui est d’autant plus élevé que le
niveau habituel de la pression artérielle est élevé. • Rétinopathie hypertensive
✓ S’observent dans l’encéphalopathie
A.3. La rapidité et la durée de l’élévation de la
hypertensive et l’HTA maligne
pression artérielle :
✓ Du petit trouble visuel jusqu’à la cécité
Une augmentation progressive et/ou une durée courte ✓ Fond d’œil : Classification de Keith-Wagener
sont de moindre gravité et Berker
o Stade I: rétrécissement artériel
A.4. Recherche de signes de souffrance viscérale : o Stade II: Signe du croisement artério-
veineux
➢ Par un examen clinique soigneux et rapide :
o Stade III: œdème rétinien + hémorragies +
a. Recherche des pouls,
exsudats
b. Auscultation cardio-pulmonaire et vasculaire,
o Stade IV: œdème papillaire bilatéral
c. Examen neurologique,
d. Examen ophtalmologique, 4/ Pré-éclampsie et éclampsie :
➢ A la recherche de :
Hyper-réflexie et une protéinurie chez une femme au
1/ signes de retentissement cérébral : 3ème trimestre de la grossesse, céphalées, douleurs
abdominales (chez une patiente sans ATCD d’HTA ou
• Accident vasculaire cérébral : recherche d’un
protéinurie)
déficit neurologique focal
o Monoplégie 5/ HTA maligne : PAD > 130 mmHg + retentissement
o Hémiplégie viscéral
o Paralysie faciale
o Troubles phasiques Une altération récente de l'état général avec asthénie,
amaigrissement, polyurie et soif, avec ou sans trouble
• Encéphalopathie hypertensive : récent de la vision
o Céphalées généralisées d’intensité croissante ✓ Rétinopathie hypertensive : FO stade III
o Agitation (hémorragie et exsudats) ou IV (œdème
o Nausées, vomissements, troubles visuels papillaire)
o Confusion, convulsion localisée ou généralisée, ✓ Rénal : Insuffisance rénale, ou altération
coma rapide de la fonction rénale (Oligo-anurie)
2/ Signes de retentissement cardiaque : Néphroangiosclérose maligne =
microangiopathie thrombotique
• Insuffisance ventriculaire gauche aigue avec OAP : (thrombopénie + anémie hémolytique

1
régénérative avec schizocytose + insuffisance • Dosage de l'hématocrite et des protides totaux
rénale). Pas de douleurs lombaires pour l'état d'hydratation extra-cellulaire du
✓ Neuro : possible encéphalopathie patient
hypertensive, infarctus lacunaire ou • Bilan d’hémostase complet
Hémorragie sous arachnoïdienne.
✓ Cardiaque : IVG possible 2. Electrocardiogramme (ECG) :
✓ Recherche de signes d’insuffisance
Considérée comme une urgence hypertensive par son
coronarienne (modification du segment ST et
risque d’évoluer à moyen terme vers une
de l’onde T)
encéphalopathie hypertensive.
✓ Trouble de la conduction BAV :
6/ HTA péri-opératoire encéphalopathie hypertensive
✓ HVG : dans l’hypertension artérielle
✓ Survenue dans les 2h post chronique ancienne
✓ Par hypertonie sympathique 3. Fond d’œil :
✓ Chirurgie cardio-thoracique, vasculaire, ORL, ✓ Recherche d’une rétinopathie hypertensive et
en neurochirurgie surtout d’un stade III (hémorragie et exsudats)
ou IV (œdème papillaire)
4. Radiographie thoracique : au lit du malade
B. Examens complémentaires :
✓ Elargissement du médiastin de la dissection
1. Bilan biologique
aortique
• Bilan rénal : urée et créatinine sanguine,
✓ Signes d’OAP
Bandelette urinaire, Protéinurie des 24h,
5. Echographie cardiaque
albuminurie afin d’apprécier le retentissement
✓ Recherche une dissection aortique
rénal
✓ Evalue la fonction myocardique
• Dosage des enzymes cardiaque (troponine,
6. Scanner cérébral ± IRM encéphalique : au
CPKmb): en cas de douleur thoracique
moindre signe neurologique
• BNP : si dyspnée
7. ETO ± Angioscanner : si suspicion de dissection
• Ionogramme sanguin et urinaire : hyponatrémie, aortique
hypokaliémie liée à l’hyperaldostéronisme
secondaire Evaluation clinique initiale d’une urgence
• FNS (anémie, thrombopénie), frottis sanguin hypertensive
(schizocytes), LDH, haptoglobine, bilirubine libre

III. Diagnostic différentiel


1. Rétention aigue d’urine
2. Poussée hypertensive sans souffrance IV. Diagnostic étiologique
viscérale • L'examen et l'interrogatoire doivent rechercher
3. Douleur aigue ou chronique une cause au déséquilibre tensionnel.
4. Prise de toxique sympathomimétique (cocaïne, ❖ Arrêt d’un traitement antihypertenseur
LSD, amphétamine) antérieur
5. Attaque de panique ❖ Pathologies aigues associées : rétention aigue
6. Céphalées, vertige, épistaxis : ne sont pas d’urines, crise d’angoisse, fièvre, douleur,
synonyme d’urgence hypertensive extubation
❖ HTA d’origine neurologique, rénale,
endocrinienne, Obstétricale

2
❖ Interférence médicamenteuse (AINS, ✓ Respecter une HTA physiologique
pansement gastrique) d’adaptation dans les AVC ischémiques
❖ Prise de toxiques sympathomimétiques pendant au moins 10 j, qui permet la perfusion
❖ Alcool (intoxication aigue, éthylène glycol) d’une « zone de pénombre ischémique »
❖ Anorexigènes ✓ Eviter complications dues à une baisse trop
❖ Antidépresseurs tricycliques, IMAO rapide de la TA

Médicaments ou toxiques susceptibles tableau PA systolique PA diastolique PA moyenne


d’entrainer une HTA ou de l’aggraver clinique (mmHg) (mmHg) (mmHg)
Œdème aigue Valeur Valeur Valeur
❖ Anti-inflammatoires non stéroïdiens du poumon habituelle habituelle habituelle
Syndrome ≤ 180 ≤ 80 Valeur
❖ β2-mimetiques
coronarien habituelle
❖ Cocaïne, amphétamine, LSD, phéncyclidine aigu
❖ Contraceptifs oraux Dissection 100-120 60-70 80
❖ Corticoïdes aortique En 15 à
❖ Cyclosporine aigue 30min
❖ Décongestionnants nasaux Prééclampsie ≤ 160 90- 105 105-126
Eclampsie >100
❖ Erythropoïétine
HTA maligne 140-160 90-110 -25% en 2 à
❖ Glycyrrhizine 3h

C. Moyens :
V. Traitement :
1. Mesures hygiéno-diététiques
A. Règles de base - Repos strict
✓ Hospitalisation du patient en USIC ou - Position demi-assise
réanimation - Régime sans sel
✓ Ne pas chercher à normaliser la PA sauf dans
la dissection aortique 2. Moyens médicamenteux :
✓ Pas de traitement anti-HTA avant imagerie en
2. a/ Médicaments antihypertenseurs
cas de déficit neurologique
o Choix du médicament :
✓ Utiliser la voie parentérale
Pour obtenir une réduction très graduelle des chiffres
✓ Surveillance rapprochée de la PA, aux mieux
tensionnels, il est nécessaire de disposer d’un arsenal
automatisés
thérapeutique avec lequel la maîtrise du niveau
B. But : tensionnel peut être faite à tout moment. Plusieurs
✓ Une baisse rapide mais progressive des médicaments sont proposés, et le choix dépendra des
chiffres tensionnels afin de préserver les facteurs suivants :
organes cibles et éviter une aggravation
rapidement morbide et mortelle. Maniabilité : Comprend la facilité
✓ Le but du traitement n’est pas de ramener la d'administration, la relation linéaire et
pression artérielle à des valeurs normales, prévisible entre doses et effets hypotensifs, et
mais seulement de l’abaisser à un niveau de l'absence d'effet rebond. La voie intraveineuse
sécurité. est la voie d’administration de choix.
✓ Abaissement de 25% de la pression artérielle Cinétique d'action optimale : avec un délai
moyenne la 1ere heure, puis réduction d'action courte et une durée d'action de
graduelle vers 160/100 mmHg en 2 à 6 heures quelques heures. Une durée d'action trop
sauf dans la dissection aortique, l’AVC ou courte expose aux effets rebond et à des
l’éclampsie (AFFSAPS/JNC7) fluctuations tensionnelles pouvant être
✓ Si dissection aortique, obtenir une PAS 120- délétères.
100 mmHg dans les 10 premières minutes. Une durée trop longue peut être à l'origine d'un
surdosage et d'une hypotension durable
3
Profil de tolérance. 2. Diurétique de l’anse
D'autres critères inhérents aux propriétés
pharmacologiques, aux effets secondaires et aux • Furosémide « Lasilix® »
contre -indications doivent être pris en compte pour le ✓ Présentation : Amp 20 mg, amp 250 mg
choix de l'antihypertenseur. (insuffisance rénale)
✓ Posologie : 1 amp IVD renouvelée au besoin
1. Inhibiteurs calciques puis 1-2 amp/ 4-6h 2 mg IVD renouvelée au
En raison de leur facilité d’administration, de l’absence besoin
de contre-indications, de leur tolérance généralement ✓ Délai/ Durée d’action : 10-15 min/ 3-4 h
bonne, ces produits sont largement utilisés en pratique ✓ Effets secondaires : hypovolémie,
quotidienne. ✓ Contre-indications : grossesse,
• La nicardipine Loxen® : • Bumetanide « Burinex® »
✓ Inhibiteur calcique avec forte sélectivité ✓ Présentation : amp 2mg /4ml
vasculaire,
✓ Action vasodilatatrice importante au niveau 3. Dérivés nitrés :
cérébral et coronarien → diminution de • Isosorbide dinitrate « Risordan® »
l’ischémie, ✓ Vasodilatateurs mixtes, effet veineux
✓ Présentation : AMP 10 mg/10 ml, Diluer 25 mg prédominant → diminution précharge
dans 250 cc SG 5% soit 0,1 mg/ml cardiaque
✓ Posologie :1mg/min jusqu’à une dose cumulé ✓ Présentation : Amp 10 mg/10 ml
e de 10 mg ; pour un effet plus progressif 8 à ✓ Posologie : 2-15 mg/h
15 mg/h sur 30 min ; relais par une perfusion ✓ Délai/ Durée d’action : 3-5min/2 h après arrêt
de 2 à 4 mg/h adaptée par palier de 0,5 mg/h.
✓ Délai/ Durée d’action : 5 à 10 min, 30 à 60 min • Trinitrine « Lénitral® »
après arrêt de la perfusion ✓ Présentation : Amp 3 mg /2 ml ; Amp 15 mg/ 1
✓ Effets secondaires : Tachycardie, Céphalées, ml
Hypotension, Nausées, Vomissements, ✓ Posologie : 1-3 mg/h
augmentation de la PIC ✓ Délai/ Durée d’action : 2 min/10min
✓ Contre-indications : cardiopathie ischémique ✓ Effets secondaires : Céphalées, tachycardie,
(tachycardie) vomissements, flush, tachyphylaxie,
Méthémoglobinémie
La nifédipine 10 mg (Adalate R) a eu une très ✓ Contre-indications : infarctus postéro
grande popularité en administration sublinguale. diaphragmatique,

Elle ne doit plus être prescrite dans la poussée


et dans l’urgence hypertensive. Le retrait d’AMM 4. Labétalol «Trandate® »
de la forme sublinguale a été motivé en 1997 aux ✓ Alpha et Bêta bloquant
vues des résultats d’essais épidémiologiques. ✓ Diminution des résistances vasculaires
systémiques avec maintien du débit cardiaque
La forme sublinguale présente des risques très
et des flux cérébraux, rénaux et coronariens
important d’hypotension artérielle, d’ischémie
✓ Présentation : Amp 100 mg/20ml, Dilution : 1
cérébrale, d’ischémie coronaire par vol
mg/ml
coronaire et de dysfonction myocardique par effet
✓ Posologie : 1 mg/kg injecté sur 1 mn, et
inotrope négatif des dihydropyridines. Il est clair
éventuellement répété 1 mn plus tard à la
actuellement d’interdire toute voie sublinguale
même dose. Il peut être également administré
quelle que soit la drogue utilisée dans le
en perfusion continue à la seringue électrique,
traitement de la poussée ou de l’urgence
à la dose de 0,1 à 0,3 mg/kg/h
hypertensive, la baisse tensionnelle doit être
✓ Délai/ Durée d’action : 5 à 10 mn/ 8 à 12
douce lente et progressive.
heure après l'arrêt de la perfusion

4
✓ Effets secondaires : Bronchoconstriction, ✓ Stimule les récepteurs α2 centraux pré-
troubles de conduction, hypotension, nausées, synaptiques qui inhibent l’activité
asthénie. sympathique.
✓ Surveillance scopée 3h après l’administration ✓ Réduction de l’activité rénine plasmatique.
du fait du risque accru d’hypotension. ✓ Présentation : Amp 0,15 mg/1 ml, diluer 1
✓ Contre-indications : défaillance cardiaque, amp dans 10 cc de SSI
contre-indications des bêtabloquants ✓ Posologie : 1 amp en IM /4 h ou en IV 4 amp.
5. Esmolol « Brevibloc® » dans 500 ml 1,2µg/ml : 20gttes/min on peut
✓ B-bloquant cardiosélectif, dépourvu d’activité aller jusqu’à : 7,2µg/min : 120 gttes/min relais
sympathomimétique intrinsèque lent vers la voie orale pour éviter un rebond.
✓ Présentation : 100 mg/10 ml soit 10 mg/ml (1 ✓ Délai/durée d’action : 2-5 min/4 h
mg = 1000μg) ✓ Effets secondaires : somnolence, asthénie,
✓ Posologie: Bolus de 80 mg IV en 30 sec, à sécheresse de la bouche
renouveler si besoin sur 1min, puis perfusion
de 150 à 300 µg/kg/mi 9. Nitroprussiate sodique « Nipride® »
- Délai/ durée d’action : 1min/ 10-20 min ✓ un vasodilatateur artériel et veineux
✓ Effets secondaire : toxique par production de
✓ Effets secondaires : nausées, vomissements,
thiocyanate
ischémie périphérique, BAV I, douleur au site
d’injection
10. Phentolamine « Régitine® »
✓ Alpha bloquant
6. Urapidil « Eupressyl ® »
✓ Présentation : Amp 50 mg/5ml Dilution:
✓ Effet alpha bloquant périphérique par
1mg/ml
réduction des résistances vasculaires par
✓ Posologie : 5-10 mg IV puis 1,5-2 μg/kg/min
blocage des R. α1 post-synaptiques
✓ Délai/durée d’action : 1 min/ 5-30 min
✓ Effet central par baisse du tonus sympathique
✓ Pas d’action sur le débit cardiaque ni sur la 2. b/Moyens adjuvants
fréquence ✓ Sulfate de magnésie (MgSO4): 4 g en
✓ Délai/ durée d’action : 5 min / 5 h perfusion de 15-20 min puis 1 g/h pendant 24
✓ Posologie : 25 mg en 20 sec renouvelée après heures
5min, puis entretien de 10 à 30 mg/h IVSE. ✓ Paracétamol (Perfalgan®)
✓ Bonne tolérance +++ ✓ Métoclopramide (Primperan® ) IV
✓ Effets secondaires : minimes, céphalées et des ✓ Streptokinase
nausées ✓ Antalgiques majeurs (Morphine: 3 – 10mg)
✓ Anxiolytiques, anticonvulsivants : Diazépam
7. Dihydralazine « Nepressol® » Valium® : 5-10 mg)
✓ Vasodilatateur artériolaire périphérique, ✓ Oxygène, SSI, SGI
tachycardisant
✓ Présentation : Amp 25 mg/2 ml 2. c/ Moyens instrumentaux
✓ Posologie : 50 -100 mg/24h, 0,5 mg/min - CPAP
(30mg/h) - Dialyse
✓ Délai/durée d’action : 10-20 min/3-8 h
2. d/ Moyens chirurgicaux
✓ Effets secondaires : tachycardie, Céphalées,
- Remplacement de l’aorte ascendante par une
Vomissements, Aggravation de l'angor
prothèse de Dacron + la valve ( Bentall)

8. Clonidine « Catapressan® »
✓ Alpha adrénergique central

5
3. Indications : • Infarctus du myocarde
✓ Bêta-bloquant: Esmolol (Brevibloc®) ou
1. Œdème aigu du poumon
Labétalol (Trandate®)
✓ Repos, position demi-assise, oxygène (6- 10
• Angor instable
L/min)
✓ Nicardipine (Loxen ®): 8-15 mg/h sur 30 min
✓ Dérivés nitrés : Isosorbide dinitrate
ou 1mg/min puis 2-4 mg/h; adapter par
(Risordan®) ou Lénitral
paliers de 0,5 mg/h toutes les 15 min
✓ Diurétique de l’anse : Furosémide (Lasilix®)
✓ CPAP
4. Dissection aortique
2. Urgence neuro-vasculaire
✓ Diminution rapide PA en 5 à 10 minutes avec
• AVC Ischémique
cible PAS<120mmHg, PAM<80mmHg et FC à
✓ Il est recommandé de ne pas faire baisser la
60-80 bpm
pression artérielle lors de la prise en charge
✓ Association Bêta-bloquant / vasodilatateurs
initiale d’un patient qui présente un AVC, ce
pour éviter la tachycardie réflexe et
afin de maintenir une pression de perfusion
l’augmentation de la vitesse d’éjection
adéquate.
aortique
✓ Réduire la PA si >220/120 ou si PA >185/110
✓ Labetalol (Trandate®)+ Nicardipine(Loxen ®)
mmHg chez un candidat à la thrombolyse, ou
✓ Urapidil (Eupressyl®) si le Bêta-bloquant est
en cas de dissection aortique ou IDM associe
contre-indiqué
✓ En présence d'une hémorragie sous-
✓ Type A : Chirurgie cardio-thoracique
arachnoïdienne, le contrôle de la pression
✓ Type B: poursuivre le traitement médical
artérielle se justifie, à la phase aiguë, par le
risque d’une récidive du saignement.
Secondairement, le risque d'ischémie par 5. Pré-éclampsie et éclampsie
vasospasme est important. ✓ Maintenir PAM>100mmHg avant extraction
✓ Labetalol (Trandate®) ou Nicardipine (Loxen fœtale en urgence
®) avec objectif -10 à 15% les premières 24h ✓ Objectifs: PAM 105-125 mmHg
✓ Oxygène PAS 140-160 mmHg
✓ Traiter les symptômes associes : * Fièvre >38°: PAD 90-105 mmHg
Paracétamol ✓ Sulfate de magnésie (MgSO4)
* Vomissements: Métoclopramide : (Primperan®) ✓ Diazépam (Valium®) si convulsions
✓ Initier Nicardipine, l’Hydralazine, Labétalol ou
* Convulsions: Diazépam (Valium®)
Urapidil si PAM>105mmHg ou PAS>
• AVC Hémorragique 160mmHg
✓ Réduire PA si >200/110 avec cible PA: 160/90 ✓ Transfert en maternité
mmHg (AHA/ASA 2007)
✓ Nicardipine (Loxen ®) 6. HTA maligne
✓ Traiter les symptômes associes - Hydratation par SSI 1,5l/24h: corriger l’hypovolémie
• Encéphalopathie hypertensive induite par la majoration de la natriurèse avec
✓ Nicardipine (Loxen ®) polyurie
✓ Ou Urapidil (Eupressyl®)
✓ Ou Clonidine (Catapressan®) - Corriger l’hypokaliémie sur hyperaldostéronisme
✓ Diazépam (Valium®): ½ -1 Amp intra- secondaire. Eviter les antialdostérones
musculaire si convulsions
- Nicardipine (Loxen®)/Urapidil (Eupressyl®)
3. Syndrome coronarien aigu
7. HTA péri-opératoire
- Antalgiques majeurs
- Urapidil (Eupressyl®)
- Anxiolytiques
- Esmolol (Brevibloc®)
6
- Nicardipine (Loxen®) B. Paraclinique
- Créatininémie + urée 1 fois/24 heures

8. Phéochromocytome et excès de catécholamines : - Ionogramme sanguin pluriquotidien


- Pas de ß-bloquants seuls → HTA paradoxale par
- Glycémie / 8 heures
vasoconstriction (activation -adrénergique) + spasme
coronaire, - Thiocyanate, méthémoglobinémie, effets
secondaires médicamenteux
- Phéochromocytome : libéralo ± uradipil,
Phentolamine (Régitine) - ECG, échocardiographie, scanner, fond d’œil
- Cocaïne : dérivé nitré + benzodiazépine ± uradipil,
VI. Conclusion :
- Intoxication aux IMAO: Labetalol (Trandate®) ou
Nicardipine (Loxen®)

- Sevrage en antihypertenseurs centraux : reprise du Les cas d’hypertension sont fréquents à l’urgence,
mais les véritables urgences hypertensives sont plus
traitement et/ou Labetalol
rares.
9. Insuffisance rénale aiguë
Les indications sont cliniques et ne sont pas Les médecins devraient chercher des manifestations
évidentes de la dysfonction aiguë d’un organe, plutôt
conditionnées par la découverte d’une Insuffisance
que de se concentrer sur les chiffres spécifiques.
rénale
L’objectif du traitement devrait être une réduction
Traitement si manifestations cardio-vasculaires
contrôlée de la TA avec des agents par voie
• Si OAP (IR anurique) : parentérale pour éviter de causer des dommages à
ceux que nous essayons d’aider.
- Nicardipine (Loxen®)

- Furosémide (Lasilix®)

- Dialyse si nécessaire

D. SURVEILLANCE

A. Clinique
- Contrôle de la PA de manière permanente durant 15-
30 minutes, puis toutes les 10 pendant plusieurs
heures, au mieux monitoring de la PA

- Diurèse horaire

- Pression veineuse centrale (PVC) toutes les 30


minutes

- Oxymétrie du pouls, fréquence cardiaque,


température/ 3h, fréquence respiratoire

- Abord veineux

- Symptômes, examen des appareils (neurologique:


conscience/4 h, pupilles/2 h; cardio cardio-vasculaire)

Vous aimerez peut-être aussi