Vous êtes sur la page 1sur 76

« L’ÂME DU MONDE »

MESSAGES
DE L’ÂME DU MONDE
Seiji Aimefe-Sion

1
Messages
De l’Âme du Monde
Transcrits par Seiji Aimefe-Sion

3
L’Âme du monde parle
Et elle a ses demandes.
(Mais si, mais si …)
« Ce livre est messager »,
Voici ce qu’Elle m’a dit …

4
INDEX
Avant-propos
I/ Messages aux Gens du Monde
Message 1. « Un Message Nouveau »
Message 2. « Un Ancrage Plus Haut »
Message 3. « Avec les yeux du Cœur »
Message 4. « La Langue de Voltaire »
Message 5. « Le Sens de la Rivière »
Message 6. « Où est la Vérité ? »
Message 7. « Les Principes Créateurs »
Message 8. « Le Moulin »
Message 9. « La Machinerie du Vide »
Message 10. « Les Moteurs de la Vie »
Message 11. « Comment le Monde Avance »
Message 12. « Comprenez les Besoins »
Message 13. « L’Amour »
Message 14. « Les Mécaniques Humaines »
Message 15. « Les Deux Entonnoirs »
Message 16. « Les Sentiments »
Message 17. « Les Porteurs de Message »
Message 18. « Le Chemin de Progrès »
Message 19. « Les Dimensions de l’Homme »
Message 20. « Nouvelles Béatitudes »
Message 21. « La Sécheresse »
Message 22. «La Succession des Forces »
Message 23. « Le Métronome »
Message 24. « L’Homme Créateur »
Message 25. « Le Cercle »
Message 26. « L’Étoile »
Message 27. « L’œuf »
Message 28. « La Clef Unique »
Message 29. « Les Clefs sur la Porte »
Message 30. « Le Verbe et la Conscience »
Message 31. « Tenez-vous à Distance »
Message 32. « Action-Méditation »
Message 33. « L’Argent »
Message 34. « Les Modes de Décision »
Message 35. « La Mandarine »

5
Message 36. « Le Poste de Radio »
Message 37. « Les Poissons »
Message 38. « La Salle de Gymnastique »
Message 39. « L’Homme qui devient Sage »
Message 40. « Une Source qui Parle »
Message 41. « Source des Origines …. »
Message 42. « Les Chiffres »
Message 43. « Sur les Chemins des Hommes »
Message 44. « Vous Êtes Votre Matière »
Message 45. « L’Alchimie Intérieure»
Message 46. « Le Chemin des Maîtres »
II / Messages aux Gens des Livres
Message 47. « Religion et Reliance »
Message 48. « L’Ombre des Religions »
Message 49. « Le Chemin d’Héraklès »
Message 50. « Moïse, l’Eau et le Feu »
Message 51. « Guerriers de la Lumière »
Message 52. « Aux Fils de Jacob »
Message 53. « Aux Fils d’Ismaël »
Message 54. « Aux Frères de Jésus »
Message 55. « Les Commandements Anciens »
Message 56. « Enfants de l’Orient »
Message 57. « Autres Gens de la Terre »
Message 58. « Un Symbole d’Unions »
En Guise de Conclusion
Message 59. « Les Maillons d’une Chaîne »
Message 60. « Le Cœur, la Tête, le Tout »
Inspirations Passées
Postface

6
Avant-propos

Janvier 2016 : Au plein cœur de la nuit, celui qui se fait le relais de


ces messages se réveille sous le coup d’une impérieuse inspiration
le poussant à écrire. Ayant déjà connu quelques brèves expériences
de ce genre, il s’imagine produire un court texte poétique. La suite
montra qu’il s’agissait de tout autre chose.

Ceci se reproduisant plusieurs nuits de suite durant quelques


heures, il décide, non sans quelques hésitations et interrogations,
de transcrire fidèlement ce qui lui était transmis : C’est trois mois
durant que cette « source inspiratrice » dictera ses messages.

Ce livre est ainsi le fruit d’un processus « d’écriture inspirée », et


non pas « automatique » : La source dictait les mots plus qu’elle ne
dirigeait sa plume (très vite remplacée par un clavier). Ceux qui ont
lu « Les dialogues avec l’Ange », dont Gitta Mallasz dit : « je n’ai pas
écrit ce livre, je n’en suis que le scribe », ou ceux qui ont lu des
ouvrages issus de « canalisations », y reconnaîtront un phénomène
du même ordre.

Interrogée sur son « identité » après quelques jours de ce qui


devient un surprenant dialogue intérieur, la source inspiratrice
s’annonce « Âme du Monde », et indique au scripteur qu’il n’est
nullement besoin qu’elle en dise davantage. Quant aux messages,
elle les présentera plus tard comme « Tables des lois modernes ; pas
lois commandements, mais lois des fonctionnements ». Ces
différents termes ne peuvent manquer de questionner quant aux
prétentions et ambitions de la source inspiratrice et celles de celui
qui dit s’en faire le relais !

NDA : Ayant moi-même été fortement questionné, tant par le


processus que par certains contenus, je ne peux qu’encourager le
lecteur à mener ses propres recherches, comme j’ai mené les miennes
pour éclairer ce qui m’échappait au sein des « messages reçus » : Par
exemple, je n’ai pas souvenir d’avoir eu jamais connaissance du terme
« Âme du monde » : J’ai découvert à cette occasion l’existence d’un

7
livre de Frédéric Lenoir portant ce titre, et ce que cette expression
recouvre depuis toujours.
Les nombreuses découvertes que ce travail de documentation a
posteriori a généré m’ont permis de regrouper enfin de nombreuses
pièces du puzzle de mes connaissances et expériences vécues : Mais, si
leur signification s’en trouvait éclairée très différemment, l’orientation
à donner par la suite à tout ceci ne pouvait que poser de plus en plus
question !

Ce livre est-il le signe du dérangement mental du transcripteur,


victime d’une bouffée de mysticisme, ou d’une hypertrophie
manifeste de son ego ? Ces textes sont-ils le fruit d’une inspiration
artistique un peu particulière, expression de son inconscient, ou
issus d’une partie profonde de son « âme » ? S’agit-il réellement de
messages en provenance d’une potentielle « entité externe », de
bas ou de haut étage ?

A la lecture des messages, chacun en jugera selon ses propres


croyances, connaissances, et expériences de ce genre de
phénomènes. Le lecteur accroché à son rationalisme scientifique
doit savoir qu’il risque, avec ce livre, d’entrer dans des domaines où
naîtront sans doute plus de questions que de réponses ! Il lui
faudra, sans renoncer à sa rigueur intellectuelle et la cohérence de
sa pensée, les mâtiner d’humilité et d’ouverture à l’inconnu, voire à
l’irrationnel, et laisser un peu de place à ses divers niveaux de
sensibilités.

Car après tout, quelle qu’en soit la provenance, n’est-ce pas


plutôt le fond des messages qui importe le plus, ainsi que les
sentiments profonds qu’ils peuvent alimenter ?

Dès lors, si les contenus des messages sont susceptibles de


nourrir le cœur et l’âme ne serait-ce que d’un seul lecteur, et de
contribuer à une évolution positive, ils méritent d’être portés au
monde. Restait à définir comment …

Des choix ont été faits :

8
D’abord quant au contenu :

Ayant instauré lors du processus d’écriture un dialogue écrit avec


la source inspiratrice, le transcripteur distingue, en début de chaque
texte, les messages de « l’Âme », inspiration reçues, qu’il retranscrit
exactement, et ceux de « l’enveloppe », constituant ses propres
contributions.

Ce furent dans un premier temps ses échos immédiats aux


messages recueillis : Doutes, interrogations, réflexions, au fil des
semaines. Plusieurs textes de cet ordre ont été regroupés en un
seul, car leur redondance alourdissait le propos.

Puis, à la fin du processus de réception de « messages inspirés »,


(après quelques semaines), il est apparu évident que ceux-ci,
poétiques et initiatiques, invitaient à y adjoindre les fruits, plus
« théoriques », des travaux et recherches personnels du
transcripteur : Pédagogue, « enseigneur », ayant créé des centaines
de schémas ou tableaux pour partager et vulgariser les recherche
de nombreux spécialistes et approches de diverses sciences
(humaines ou exactes), il élaboré peu à peu sa propre synthèse, ses
propres grilles de lecture des « chemins de l’intérieur » : Les
« messages de l’Âme », d’où qu’ils viennent, méritaient d’être
appuyés par ces apports.

Ce livre est ainsi un carrefour où se croisent les « voix de


l’Essence », du domaine de la spiritualité, et les « voies de la
psyché », du domaine de la théorie.
Cette rencontre constitue t’elle la contribution d’un intellect
invisible », quelle qu’elle soit ; ou ne serait-elle pas plutôt la
rencontre au sein d’un humain des productions de son inconscient
personnel fortement imprégné de spiritualité avec les fruits de son
intellect ?

Certains voudront, c’est bien naturel, s’assurer de la « légitimité »


de l’auteur avant d’accorder leur attention aux contenus : C’est
d’ailleurs la démarche qu’a eue le transcripteur vis-à-vis de sa
source inspiratrice … Face à des phénomènes et contenus

9
purement subjectifs, une telle entreprise, à vocation rationaliste,
conduit de prime abord à deux options « binaires » : Soit le rejet « a
priori et en bloc » de l’ensemble ; soit son acceptation
inconditionnelle et définitive, potentiellement empreinte de
crédulité dépourvue de sens critique !

Aucune de ces deux voies ne paraissant recommandable, une


troisième voie s’ouvre : Celle d’une pensée plus complexe, et plus
complète, qui accepte de laisser de côté cette part de mystère
quant à l’identité ou la légitimité, pour se pencher sur les contenus
avec une attention « multidimensionnelle » : Intellect, affect,
intuition … En se positionnant soi-même au carrefour où se
croisent sa pensée rationnelle et ses sensibilités : Émotionnelle,
intuitive, et celle, plus profonde, d’une dimension essentielle,
ouverte au Souffle de l’Esprit.

Ensuite quant à la construction :

Ce livre compile une succession de textes reçus séparément :


Certains sont purement poétiques, d’autres plus symboliques,
d’autres abordent des notions théoriques. Certains se réfèrent à
des textes anciens dont ils donnent un nouvel éclairage, et d’autres
constituent des paraboles modernes.

Les textes écrits par le transcripteur lui-même (l’enveloppe), leur


faisant écho, sont donc naturellement empreints de ces différents
registres.

Ce livre est ainsi un objet hybride, « intégral », en ce sens que ses


apports s’inspirent d’une approche de ce nom, et qu’il contient des
éléments appartenant à de multiples registres, qui mobiliseront les
diverses fonctions : Imagination, intellect, (raison et connaissances),
émotion, intuition, énergies, conscience …

Certains lecteurs pourront se trouver surpris dans leurs habitudes


ou attentes : C’est que ce livre, tant dans son processus de
transmission que dans sa forme finale et dans ses contenus, appelle
à sortir des modalités de la pensée unique pour apprivoiser la
pensée complexe : Passer du linéaire et binaire au « global et

10
intégral » suppose d’accueillir le « pluri », de tisser les liens
« inter », pour en dégager une vision « trans », qui dépasse les
spécificités de chacune des composantes, en unifiant leur sens.

De même l’assemblage de tous ces textes ne constitue pas une


construction linéaire qui suivrait un fil unique : Durant leur
transmission, certains se succédaient en un ordre logique, d’autres
apparaissaient vraiment indépendants : Il ne fût pas aisé de décider
dans quel ordre les proposer au lecteur : Fallait-il respecter l’ordre
chronologique dans lequel les textes ont été reçus, ou les présenter
selon une structure plus « rationnelle » ?

Parmi les messages, ceux adressés aux « gens des livres »,


semblent constituer un noyau important, voire le « cœur de cible »
de « l’Âme du Monde » : Ils ont été regroupés dans une seconde
partie qui leur est spécifique afin de structurer plus clairement le
livre : Mais, pour être entendus et compris par ces destinataires, il
fallait qu’un certain nombre d’enseignements nouveaux soient
préalablement transmis : La première partie est à cet effet.

Ces « tables des lois » modernes, n’apportent pas une morale ou


des commandements, mais des enseignements sur les
fonctionnements psychologiques et spirituels des humains : Elles
sont donc universelles, et s’adressent à tous les humains. En
témoigne le titre « Messages aux Gens du Monde », qui est une
demande expresse de « l’Âme ».

Certaines thématiques étant parfois récurrentes, la proximité


entre textes peut générer des redondances : Considérant que la
répétition avait indubitablement quelques vertus pédagogiques, et
désirant demeurer fidèle au message, le scripteur a choisi de les
garder dans leur totalité.

D’autant plus que des différences sensibles apparaissent dans la


façon d’aborder un sujet similaire, ou que certains paragraphes
donnent lieu à des enseignements nouveaux, ou vus sous un autre
angle.

Troisièmement, quant à la forme :

11
Après avoir écrit « au kilomètre » les premiers textes, le rythme
régulier des mots et des phrases est apparu évident au bout de
quelques nuits : Les mots étaient très majoritairement groupés par
« blocs » de six syllabes !

Cela conduit à une possible ressemblance avec la structure des


alexandrins de la poésie classique … Ainsi, il est apparu que
procéder à des passages à la ligne après 6, 12, ou 18 syllabes
facilitait l’adoption d’un rythme de lecture plus régulier, et
apportait un peu de la « musicalité » et du bercement que des
alexandrins proposent.

Ces textes ne sont pas pour autant à ranger dans la catégorie de


la poésie : Les exigences des amateurs de ce genre ne seront pas
satisfaites.
- Aucune des règles de la poésie classique et de la versification
n’est scrupuleusement respectée, notamment le nombre de
vers, les rimes et leur succession ou entrecroisements, le
décompte des syllabes en présence de « e » muets ...

Cette dernière entorse aux règles classiques s’explique par le


fait qu’il s’agit de messages « notés sous la dictée » (reçus par
l’intuition sous une forme orale, les « e » muets ne se
prononçaient pas, même ceux se situant devant une
consonne !)

- Et les contenus sont la plupart du temps trop descriptifs pour


être considérés comme poésie contemporaine !

Là encore, comme c’était déjà le cas concernant les contenus, cet


ouvrage est à ranger au nombre des hybrides : En mêlant quelques
caractéristiques de divers genres, il tente de réaliser un alliage de
leurs complémentarités, ce qui l’éloigne inévitablement des critères
de perfection de chacun des genres ! Ni poésie, ni essai, ni roman,
ni lettres, ni articles : Mais un peu de tout cela en même temps.

12
Le lecteur qui gardera un œil de puriste sur la forme saura donc
trouver aisément matière à critiques, rejoignant ceux qui en feront
de même quant au fond !

Le dernier message du livre (n°60) est sans nul doute à leur


intention …

Enfin, quant à la diffusion :

Fallait-il le laisser inconnu, ou le réserver à quelques amis


proches, comme les anciens poèmes de l’auteur, ou bien le diffuser
sur une plus grande échelle, quitte à prendre quelques risques ?

Son titre, demandé par l’âme inspiratrice, en nomme les


destinataires : « Messages aux gens du monde ». Le rôle d’un
messager étant de remettre le message transmis, ce serait trahison
que de ne pas le faire : Vu sous cet angle-là, le choix s’imposait
donc !

Mais il faut bien avouer que leur forme, poétique, n’est pas de
celle qui mobilise les foules : La poésie n’étant guère un art
« vendeur », quel sens donner à l’adoption de cette forme-là pour
un message qui se veut, si l’on en croit son titre, large et universel ?
Même si, en alliant rythme et musicalité, ces textes insufflent une
énergie particulière qui s’adresse aux sensibilités émotionnelle et
spirituelle autant qu’à l’intellect et à la pensée, il est loin d’être
certain que, si l’objectif est de toucher le plus grand nombre,
celui-ci puisse être atteint par ce biais !

On pourrait ainsi se poser la question des compétences en


marketing de la source inspiratrice !

Par contre, cette forme ne pourrait-elle pas être le marqueur,


voulu et assumé, d’une différence très nette d’avec la multitude
d’ouvrages en prose émanant de diverses « sources invisibles », et
apportant des enseignements proches ? On pourrait dans ce cas
envisager d’autres significations, et le nombre des destinataires
auquel parviendraient ces messages importerait alors moins que
l’objectif poursuivi en les diffusant sous cette forme : Moyen d’offrir

13
un ouvrage qui réunit en lui-même toutes les dimensions et
registres dont il prêche l’équilibre ? Signe de reconnaissance d’un
émetteur ne souhaitant pas être confondu avec d’autres ? Premier
caillou blanc sur une piste qui en comprendra plusieurs autres,
reconnaissables à cette forme ? Levier d’activation d’autres projets
futurs quant aux contenus des enseignements, ou à l’action future
du transcripteur ? L’avenir le dira peut-être … Ou pas !

Pour ce qui est de sa part et de son rôle, le transcripteur, une fois


ce livre terminé, a conclu qu’il lui faudrait ensuite commettre un
autre ouvrage, regroupant de manière simple et visuelle l’essentiel
de ses travaux et recherches. Mais, pour l’heure, sa tâche est à la
diffusion de celui-ci !

Cette tâche de diffusion et de partage deviendra aussi la vôtre, si


vous l’appréciez, ou si vous estimiez que ses messages méritent
d’être entendus par le plus grand nombre …

Vous l’avez sous les yeux : Faites en ce que vous déciderez !

14
I/ Messages aux Gens du Monde

15
Message 1. « Un Message Nouveau »

L’Âme dit :

1.1 Voici par devant vous ce que certains attendent :


Un message nouveau pour les temps à venir, et clore les anciens.

Il veut vous libérer des lois qui vous enchaînent,


Celles de votre nature, terrestre et si humaine …

Si vous le comprenez, il vous donne les clefs


D’une terre à vous promise, à l’intérieur de vous.
Il en trace la voie, pour enfanter un monde à construire avec foi.

La source qui le livre, vous le donne avec joie : L'Amour en est le fil.

1.2 Méditez bien ce mot : Pas "l'amour", mais "le fil" :

Celui de votre vie, qui déroule sa route,


Celui qui vous relie, à l'autre, où à la source,
A la terre qui vous porte, au ciel, qui vous attend ;
Celui qui tranche aussi, pour arrêter le doute ;
Celui de vos fêlures, au marbre de vos cœurs ;
Celui qui transparaît du verre de vos âmes ;
Celui de vos idées, que vous suivrez sans doute,
Sauf si vous saisissez celui qui vous arrive,
Même s’il vous en coûte, et que ce livre tend …
Celui de ses histoires, de ses mots qui s'écoulent,
Celui de la musique qui de leur flux découle …

Coup de fil de la source, transcrit par un humain qui lui sert de passeur
Et n'aspire à rien d'autre qu'à se montrer discret :
Pas un homme divin, se prenant pour un autre,
Qui sauverait le monde :
Un porteur de message, parmi d’autres aujourd’hui.

1.3 D’ailleurs, quand on y pense,


Message ou messager, la question n’est pas là :
Quel que soit le vecteur, c’est le fond qui l’emporte,

16
Et le sens qu’on lui donne,
Puis ce que l’on en fait au concret de ses jours !

1.4 Ce livre se veut message :


La nature en est claire, mais le fond un peu moins :
C'est qu'il vous faut quand même faire un bout du chemin !

1.5 Il vient de l'autre monde pour éclairer vos pas :


Un peu poème épique, un peu mode d’emploi, un peu notice technique,
Il vise à vous donner des clefs de connaissance qui vous ont échappé,
Sur les multiples forces qui se bousculent en vous pour faire leur chemin,
Et dont les jeux entre elles ont façonné le monde à l’image des hommes.

1.6
Les siècles ont passé, vous vivez maintenant dans des temps difficiles.
Les forces en conflit se combattent entre elles, provoquant le chaos.
Chacune veut agir avec sa dynamique, prétendant le résoudre,
En amplifiant ainsi les pertes d’équilibre, au lieu de les réduire.

Une ère nouvelle s’ouvre, qui appelle à grandir, à franchir un palier,

1.7 Ce message éclaire avec ses propres thèses


Le chemin parcouru et celui à venir.

Selon la force en vous qui en verra le sens,


Vous vous aveuglerez, ou en verrez l'essence ;
Aimez-le, jetez-le, étudiez en les pages,
Brûlez-le, partagez ses adages …
Ce sera votre choix !

1.8
Ce livre vient du cœur, pas celui de l'affect, celui du centre en vous,
Cette source profonde dont la voix s’est perdue,
Mais dont l’écho subsiste, et vous revient parfois,
Quand vous faites silence,
Et reposez les forces qui vont dans tous les sens,
Pour retrouver en vous le lieu de leur naissance,
Et en régler le pas.

17
1.9 Cette unité première, dont vous êtes issus,
Déploie toutes ses forces pour créer votre vie, et puis le monde aussi.
Ouvrant toutes les voies possibles à l’humain,
Ces forces depuis toujours poursuivent leur chemin,
Chacune dans son sens :
Leurs voies entrelacées deviennent labyrinthes
Dans lesquels vous marchez sans trop savoir parfois
Quelle voie emprunter :

1.10 Le vrai, le beau, le bon, vous les avez cherchés …


… Et trouvés quelquefois, et puis perdus aussi :

Arts, science et morale ont tour à tour grandi,


Chacune de ces voies a pris de sa puissance.
En avançant ainsi les forces se déploient et poursuivent leur voie :
Le monde se construit.

1.11 Des myriades de points émergent de ces trois routes,


Au fil des créations d'une des forces unique
Ou d'une courte union entre forces voisines.

1.12
À l’aube de ce siècle les temps se font plus durs et la confusion règne,
Vous perdez le contrôle, le monde devient instable
Les cadres qui les tenaient ne fixent plus les forces,
Gouttes d'eau bondissantes, elles débordent les vases,

Le poids de la matière, et celui des egos,


À force de grandir sur l’axe qui les tient,
Attachés à la terre, mais en s’en éloignant
Passent le point d’équilibre, et entrainent le monde
Dans leur excès divers.

Des balanciers du sol l’équilibre est rompu :


La chute ou la rupture deviennent inévitables,
Qui s'y raccrochera finira avec eux.

… C'est la loi de la vie …

18
1.13 La fin d’un temps s’annonce : Pas fin du monde ultime,
Mais une apocalypse au sens premier du terme,
Une révélation, ou un dévoilement :

Des quatre cavaliers de la vision de Jean les malheurs vous entourent :


Les affres de l’ego mènent le monde à sa perte,
On en voit les effets qui montent peu à peu :

L’ombre de chaque force étend son territoire, et le chaos s’annonce,


Le temps serait venu d’entrevoir la lumière derrière toutes ces ombres !

1.14
Parmi d’autres messages, ce livre vous le dit, avec ses propres mots :
De l’ombre à la lumière le passage est ouvert, pour ceux qui le verront.

Les crises de ce temps sont l’occasion pour tous d’élargir leur regard,
Et d’ajuster leur vie pour qu’aux évolutions chacun prenne sa part,
Si petite soit-elle.

1.15 Juste la fin d'un temps, et l'aube d'un nouveau :


Il vous faudra choisir celui qui vous attire – L’ancien ou le nouveau –
Et vous mettre en chemin.

Ce livre ne vous apporte ni dates, ni durées concernant ce passage,


Mais une bonne nouvelle : Les clefs se trouvent en vous,
Si vous le voulez bien, et il vous les partage.

Difficulté première : Vous resterez toujours, pesez-en tout le poids,


Libres de votre choix, le meilleur ou le pire.

1.16 Labyrinthe invisible de la complexité,


Le choix devient multiple et vous perdez le fil :
Le complexe vous perd, et vous laisse impuissants.

Les anciens labyrinthes vous le disaient déjà :


Symboles des chemins tortueux de vos vies,
Dont le petit espace propose un long parcours,
Quelle que soit votre route,
Il faut passer au centre pour gagner la sortie !

19
Vous questionnant parfois quant au chemin passé, ou celui à choisir,
Vous vous égarerez, reviendrez sur vos pas,
Ou bien vous poursuivrez sans comprendre la voie.

1.17 De nombreux faux prophètes viendront vous entrainer


Sur leurs propres chemins :
Ceux qui sans le savoir font le jeu des excès de quelque force en eux,
Confondant leur croyance avec la vérité, voudront vous en convaincre,
Pour servir leurs desseins.

Et c’est ainsi qu’émergent de toutes religions, et de toutes sagesses,


quelques sombres folies, et de vils assassins.

1.18 Ce livre ne vous dit pas quelle morale ou quels dogmes


Vous devez adopter, ni lesquels rejeter, ni quel dieu vénérer.
Il vous donne des cartes pour mieux vous repérer
Dans votre labyrinthe, et inventer la voie que vous ferez la vôtre.
Il parle d’équilibres, et de fonctionnements,
Mais il vous laisse libre d’en décider le cours, tout en les mesurant.

1.19 La morale qu’il apporte est celle de la Source,


Au plus profond de vous, au plein cœur de votre Être,
Pas celle des livres, et pas celle des prêtres :
Certains la nomment Amour,
Mais ce mot galvaudé est assez mal compris !

Cette énergie ultime qui doit guider vos pas,


Est la force première source de création,
Qui pourrait éclairer le jeu de toutes les autres
Et baigner d’abondance votre vie chaque jour,
Si vous étiez conscients de toute sa puissance,
Et si vous la placiez au niveau de l’Essence,
Plutôt que de l’ego :
S’il est de ce niveau, l’amour est éphémère
Parce qu’il guide vos désirs en directions multiples,
Et vise à vous remplir plus qu’à le partager.
Qui portera son seau à la source profonde
Dont l’Amour est le sceau n’aura plus jamais soif :
Entende qui pourra !

20
Message 2. « Un Ancrage Plus Haut »

L’Âme dit :

2.1 Un ancrage plus haut vous relie à la Source :


Cette Source est éternelle, et elle est unifiée,
Mais en toutes cultures elle porte des noms divers :
Ainsi certains l’appellent « L’Éternel » ou « l’Unique » …
D’autres le nomment « Dieu », d’autres encore « le principe »
« Brahman » ou « le Tao » … et il y en a d’autres !

2.2 L’enfant ne peut qu’y voir une entité suprême,


Modèle des parents, qu’on nomme « Père » ou « Mère »
Dont la toute-puissance lui sert tout à la fois de refuge protecteur,
De figure d’amour, d’objet de ses demandes et de sa soumission.

2.3 S’il en reste à ce stade, le piège se referme :


Il risque de se fondre dans une croyance figée
Ou tendre peu à peu, éduqué par la science, à choisir le rejet.

Ces deux effets se valent dans leurs conséquences :


S’il ne va pas plus loin dans sa compréhension et dans sa perception,
N’ouvrant pas sa conscience, et son intelligence,
Pour construire des ponts entre les dimensions qui dirigent sa vie,
Il sera le jouet des forces du vivant.

2.4 La Source est le principe créateur de toutes choses,


Dont les lois ne sont pas obligations sacrées,
Mais fonctionnements subtils générant ce vivant.
Pour trouver l’harmonie, il vous faut respecter les lois de l’équilibre :
Mais il n’est rien d’écrit, car vous en êtes libres.

2.5 Quand vos yeux sont aveugles, et vos oreilles sourdes,


Elle a aussi ses voix, et ses moyens habiles,
Qui s’adressent à vos cœurs, et à vos intuitions
Pour aiguiller vos routes sur ses voies invisibles.
Épreuves du destin ou signes du Hasard coulent parfois de source !

21
2.6 Tous ceux qui vous en parlent – les sages, les religions,
Les prophètes, les livres, dont celui-ci aussi –
Vous donnent quelques clefs, et dressent parfois des cartes
Dont certaines sont justes, et d’autres vous égarent.
À vous de faire le tri, en votre âme et conscience !

2.7 Le chemin est en vous, il est à parcourir :

De la croyance naïve à l’esprit cultivé l’intelligence pousse :


Les forces de la pensée font devenir adulte
(Qu’elle soit rationnelle, morale ou bien sensible)
Mais éloignent alors de « l’esprit naturel »,
Celui de la présence et de l’appartenance au principe immuable,
Qu’il faudra retrouver pour y unir vos voies.

2.8 Cette simplicité et cette humilité, que les sages connaissent,


Sont fruits d’un long chemin pour s’extraire des pulsions
Et des besoins terrestres, et en devenir libre.
Une compréhension purement intellective n’est nullement suffisante,
Et elle est même un frein qui bloque le passage.
La clef ouvrant la voie de ce second palier est conscience perceptive,
Lâcher prise à ce vide, que vous sentirez plein si vous le découvrez.

2.9 En vous il faut chercher le centre qui appelle


À transformer vos vies et prendre son chemin,
À dompter vos egos, qui vous tendent neuf pièges
Dans lesquels vous tombez depuis la nuit des temps.

22
2.10 La voie de l'unité, qui était pourtant première,
Vous l'avez oubliée, en suivant les trois autres.
Du monde comme en vous le chaos en résulte,
Ce livre est une clef pour en trouver le culte.

2.11 Pas le culte d'un livre, ou bien celui d'un homme,


Ni même celui d'un dieu, vengeur ou bienveillant :
Le culte de l'intérieur, au centre du Vivant,
Qu'on active en silence, en regardant en soi,
En ouvrant la conscience aux forces qui vous portent :

Celle du sol d'abord, celles de la Terre Mère, chère aux peuples premiers,
Celles de votre matière, le corps qui vous transporte, véhicule terrestre,
Celle de psyché ensuite, vos forces subjectives, les énergies diverses
Qui animent la vie, son infini mouvement.
Enfin celle de pneuma, le souffle qui vous pousse
Quand tout autour de vous vous apparait perdu.

2.12 Ces dimensions du monde sont celles de votre vie :


Votre premier devoir est de les habiter pour ne plus les subir.
La suite viendra d’elle–même … La source guidera.

- La science, cherchant « le vrai »,


Vous explique parfois comment elles fonctionnent ;
- Les arts, cherchant « le beau », y ouvrent votre cœur,
Si vous vous élevez à hauteur du message …
- La morale les cadre, prétendant dire « le bon » pour éviter la chute.

Ces trois premières voies ont toutes leurs excès, si on les exagère !

L'unité est la voie pour les recoudre ensemble,


La conscience l’instrument que vous devez apprendre :
Ce livre est un chemin pour qui veut bien l'entendre.

23
Message 3. « Avec les yeux du Cœur »

L’enveloppe dit :

3.1 S’il est une chose à faire, c’est de lire ce livre avec les yeux du cœur,
Plutôt qu’épiloguer sur qui en est l’auteur :
Âme du transcripteur ? Entité invisible ?
Esprit de bas niveau, ou d’un « Maître du Monde » ?

« Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse » :


Celle des profondeurs et du tréfonds de l’âme
Pourrait vous envahir si du nectar des mots
Vous buvez la substance en vous laissant bercer.

3.2 J’écris depuis mon cœur pour atteindre le vôtre :


C’est le mandat que l’âme m’a confié un matin,
« Âme du monde » dit-elle !
Entité farfelue, ou puissance éternelle ?
Bas étage de l’astral, ou folie de l’auteur ?
Grande âme nous venant des mondes invisibles,
Délire passager, inspiration mystique ?

SI j’en ai quelque idée, vous vous ferez la vôtre :


En vous livrant ses mots, je passe le message,
Mais je ne suis pas plus qu’un missionné sur terre,
Un facteur de lumière, un passeur de ténèbres …

3.3 « Message » est assez clair :


Messager est le livre, comme d’autres en ce moment,
Pas celui qui l’écrit et s’en fait le relais.
Enveloppe seulement, il n’est que transcripteur :
Comme tous les facteurs, il a dû parcourir
Un long chemin d’embûches, d’alpha en oméga,
Et retrouver l’Alpha, pour transmettre ces lettres.

3.4 Procédés littéraires, et jeux de mots gouailleurs,


Qu’ils soient d’un autre monde, ou venus du scripteur,
Ils n’ont d’autre fonction que vous émoustiller,
Pour éveiller vos sens, et votre intelligence …

24
Votre intuition aussi !

En jouant sur les mots, je me fais sacrilège :


C’est la voie de l’artiste, le poète un peu fou,
Qui bouscule le sacré pour amener du neuf dans des vieux cadres usés.

3.5 Les prophètes d’antan n’ont perdu que deux lettres :


En perdant le Ph vous perdez la mesure :
Ces mots sont-ils basiques, ou se veulent ils acides ?
Où sont-ils neutres alors, au centre de l’échelle ?
Le sept des alchimistes, ou celui des chimistes ?

3.6 Le poète vous perd : Artiste manieur de mots,


Adulé quelquefois, et méprisé souvent,
Poursuivant son parcours, et son inspiration,
Du mental il s’extirpe, pour vous toucher au cœur,
Et vous ouvrir les yeux :
Pas ceux qui n’y voient guère en ce monde un peu sombre,
Mais ceux de l’intérieur, qui vous guident dans l’ombre ...

3.7 Portant d’une rive à l’autre des humains sur mon dos,
Mon chemin dans les pierres, pour les sauver des eaux,
Maintes fois répété, s’est avéré fertile :
Le poids en fût le prix, il le sera encore …

3.8 Poète sur les bords, un peu savant quand même,


Une vie compliquée, dont sort tout ce poème,
Dont j’ai parfois du mal à dégager les fils
De ce qui est de moi et ce qui est de l’âme
Qui vient peupler mes nuits … Depuis longtemps déjà …
J’ai longtemps cheminé, j’ai même perdu le fil :
Quelquefois je le lâche, et puis je le reprends …
C’est la loi de nos vies, et des leçons à prendre !

3.9 Un humain, comme vous, rien de plus, rien de moins,


En chemin, difficile, et bordé de souffrances,
Dont il se fait témoin qu’on peut les dépasser …

25
3.10 Un homme de la terre, attiré par le ciel,
Forcé de faire confiance à plus puissant que lui
Qui frappe à sa fenêtre pour poster ses messages,
Portant de par sa vie un simple témoignage
Que ce chemin existe, et qu’on peut l’emprunter …
Ou qu’il s’impose parfois à certains êtres humains.

3.11 Un humain ordinaire, passager de son temps,


Ouvert sur l’unité, et sur l’intemporel,
Un témoin éveillé aux choses impalpables,
Et se faisant ainsi passeur de l’indicible …
Parfois bien malgré lui !
C’est tout … Et c’est déjà beaucoup !

3.12 L’eau que j’ai traversée est issue de la source,


Dispersée, bouillonnante, elle est forces multiples
Que j’ai dû affronter, année après année, et apprendre à connaître.

À l’automne de ma vie, le sens vient d’apparaître,


Et l’eau se fait paisible.

De la rive de terre vers le côté du ciel le courant est multiple,


Hostile, et fluctuant. Mais du ciel vers la terre, son flux se fait fluide,
Pour peu qu’on ait conscience de ce fonctionnement.

3.13 Cet écrit est un peu mon livre d’expériences,


Naissant de mes élans plus que de ma raison,
Faites-en ce qui vous vient :
L’étudier, le jeter, le partager aussi, comme « l’âme » me l’a dit ...
Ne le vénérez pas, il n’est qu’objet d’études, le vrai sujet c’est vous.

3.14 Je ne suis qu’un passeur, qui offre ses épaules :


Ce recueil qui émerge, je l’ai porté toujours,
Par les pas de ma vie, au milieu des cailloux.
Je partirai un jour … Cet ouvrage est ma trace
Il est un testament qui vous lègue mes idées :
Ce que l’Âme délivre, de mes maux et mes mots, je le livre à mon tour.
Ce livre en votre main, le destin l’a fait mettre :
Accordez-lui du temps !

26
3.15 Le proverbe prétend qu’un Maître se présente
Lorsque l’élève est prêt :
Que chacun voit ce livre comme il le voudra bien :
Une rencontre fortuite et le fruit du hasard,
Ou signe du destin, message personnel qui invite au changement,
Tout d’abord de regard, et ensuite d’actions dans votre quotidien.

C’est le but du message.


Son pari est osé, et pas de tout repos :
Trouver des mots plus simples, et des moyens habiles,
Pour vous mettre en chemin, sous forme poétique,
Tout en vous partageant des connaissances subtiles !

Pour tenir cette gageure,


Je suis le fil de l’âme, qui me dicte les mots.
Du verbe suivre, et non pas du verbe être,
… et voyez bien que « fil » ne comporte pas d’« S ».
Ne vous-y trompez pas : Aucun homme n’est dieu,
Ni même le messie, attendus par certains.

3.16 Ce livre parle des forces qui mènent vos destinées,


Les lois de l’existence, et de l’Essence aussi :
Pas lois « commandement », mais lois du fonctionnement :
Tables de lois modernes, enrichies par la science,
Nourries de vieux symboles, et des histoires anciennes.
Décodez-en les sens, il n’y en a pas qu’un.
Laissant se déployer les ailes du moulin,
Tenues par la conscience de n’être qu’un humain,
J’essaie d’ouvrir les vôtres
Aux messages que d’autres portèrent sans succès …
(Sans doute est-ce pourquoi ils restent des dits vains).

3.17 Le titre de l’ouvrage, le nom de son auteur :


Des effets littéraires ? Un coup de marketing ?
Ou des « moyens habiles » ?

Ni les uns, ni les autres :


Entre l’Âme du monde, qui dirige nos vies, et ma plume mutine,

27
D’une danse féconde cet ouvrage est le fruit.

3.18 Ne vous méprenez pas, je ne suis pas si sage,


… Et pas si fou non plus !
En tant qu’humain sur terre, je mesure les risques :
Le poète est un fou, l’artiste un météore, le prophète un malade,
Qu’on a tôt fait d’éteindre … Vous l’avez toujours fait …

3.19 Ni prophète, ni fou, je ne suis qu’un humain …


Chercheur de vérités, fouilleur de territoires,
J’ai vécu plusieurs vies, – je parle de celle-ci –
Les idées sont mon monde, mais le réel aussi :
Un paquet d’expériences ont marqué mon chemin,
Certaines au ras du sol, d’autres en altitude.

J’ai traversé tout seul un peu tous les déserts,


Écumé quelques mers, pas toujours les plus sages …
Parfois dans la lumière, parfois dans la nuit noire,
Parfois par vent contraire, mais toujours vers l’avant …

En écrivant ces lignes pour le compte d’autrui,


(Âme d’un autre monde, mais très proche du nôtre,
Ou Essence profonde naissant au fond de moi ?)
Je ne suis qu’un canal, je n’ai pas de génie …
Juste un talent peut-être ; – c’est à vous d’en juger–

3.20 Ce livre est un voyage, en terres de l’invisible :

En ces mondes parallèles, qui me parlent parfois,


Je ne suis qu’un novice, mais j’y ai quelques droits ...
Comme beaucoup de nos frères, pas plus, pas moins que moi …
Mais j’ai quelque expérience en ces domaines aussi :
Les voix qui me « possèdent » ne possèdent que ma plume,
Pas mon cerveau malin … « Diabolique » : Non, humain !

3.21 À chacun son travail, chacun son territoire,


Et chacun ses talents. Le mien est sous vos yeux :
C’est mon goût pour les mots, alignés par l’Esprit,
Un peu de poésie, quelques pincées d’humour,

28
Un brin d’amour aussi …
Inspirés par l’Essence : Vous direz « la folie » ?
Peut-être : Aux yeux des hommes !
Replié, solitaire, le poète interroge :
Inspiration sacrée, fantasmes personnels générateurs d’histoires ?
Angoisses existentielles, billevesées célestes ?
C’est le lot des artistes de susciter le doute,
Mais d’insuffler à ceux qui y seront sensibles
Quelques exhalaisons de l’Essence de leurs vies …

Je le redis encore, pour ceux qui en douteraient :


Je ne suis que l’enveloppe, le message m’est transmis,
Je vous le poste alors, comme on ferait d’un pli,
Faites-en comme vous voudrez, mais laissez-moi en paix !

29
Message 4. « La Langue de Voltaire »

L’Âme dit :

4.1 Ce livre est mon message,


Tissé de ces sagesses qui ont été les vôtres …
Toutes, enfin presque, l’enveloppe a ses limites

Messager, enveloppe,
La langue de Voltaire est celle qu’il utilise,
Une langue musicale, qui coule au fil des mots,
Au rythme lancinant des poètes anciens.
Ce n’est pas un hasard …

4.2 Un vieux pays d’histoire, effronté et criard,


Mais féru de plaisirs, fleurant la joie de vivre,
Tour à tour opprimé, et puis libérateur,
Humaniste à ses heures, ouvert à la culture, et au monde des arts …

Signe de son destin, des étoiles en son sein, à cinq et à six branches,
Apportent leur éclat pour montrer le chemin, parfois au prix du sang.
Elles peuvent le faire encore, à condition pourtant
Qu’elles puissent s’étendre sur les âmes qui l’habitent,
Comme elles le font déjà dessus son territoire :
Les querelles de chapelles, ceintes de leurs orgueils,
N’aident pas ses habitants à suivre leurs lumières,
Portées par quelques-uns !

4.3 Qu’il s’agisse du pays, du peuple qui s’en réclame,


Ou de ces messagers,
La croix des carrefours qui s’ouvrent devant eux est au cœur du sujet :
Après les droits de l’homme, une place à lui construire.
C’est l’enjeu de demain, auquel ils doivent répondre
Pour que leurs âmes, libres, puissent en trouver les voies.

4.4 L’enveloppe est de ce peuple,


Elle porte son histoire, sa vie en est le signe,
Elle a tout traversé, pour réunir les lignes.

30
Une enveloppe, une terre, faites d’histoires multiples,
Il n’en fallait pas moins pour porter le message
De l’union nécessaire à une évolution.

4.5 Des trois peuples du livre elles portent les empreintes,


Et de leurs divisions, elles paient parfois le prix.
En leurs seins respectifs les violences éclatent :
Épreuves d’un chaos qu’il faudra traverser pour avancer en paix.
Individus, pays : Il leur faudra trouver de nouveaux équilibres.

4.6 Le neuf part du petit, des graines minuscules :


Un système se meurt ?
Redevenez semeurs !

Tous les pays du monde sont bien sûr concernés :


Des peuples aux dirigeants,
À chacun son travail, à chacun son niveau …

4.7 Qu’y a-t’il dans ce livre ?

Une source de mots, qui coule enfin vers vous,


Gouttes de poésie, et musique des vers,
Un rythme, des images, pour toucher vos deux cœurs :
Celui des émotions, qui dirigent l’ego sur le plan de la terre,
Et puis celui du Ciel, la sensibilité profonde, pilote de vos âmes.

C’est ce que j’ai trouvé pour passer mon message …

4.8
Ni arabe, ni hébreu, ni sanscrit, ni latin, ni vieille langue ancienne …

Qu’attendiez-vous … ?
Un homme de votre peuple, pour terrasser les autres,
Et gagner le combat ?

Vous n’auriez rien compris, et tout était perdu.

31
Message 5. « Le Sens de la Rivière »

L’enveloppe dit :

5.1 « What did you expect ?» :


Un pétillant clin d’œil au monde d’aujourd’hui,
À ses petits plaisirs, qui deviennent démons …

5.2 Messager, enveloppe, je ne suis qu’un humain,


Ni juif, ni Musulman, mais chrétien d’origine :
Dans l’église de Rome en laïc engagé j’ai marché quelques routes,
Mais sans franchir le seuil qui appelait mes pas lorsque j’étais enfant.

5.3 De cette proximité j’ai tiré les leçons :


Derrière rites et dogmes, les clercs comme les fidèles, sûrs de leur vérité,
En restant attachés à des croyances anciennes que la science récuse,
Ou pratiquant des rites sans en nourrir le sens,
Entretiennent la croyance, mais négligent l’Essence.
Ils évoquent le feu, mais enseignent la fumée ;
Ils vivent une morale, une sensibilité, un amour du prochain,
Mais il en est très peu qui découvrent le chemin,
La vérité, la vie, dont Jésus leur parlait.

5.4 Entre histoire et légendes, sous couleur de mystères


Et parfum de magie, la vérité se perd :
Le message initial, invitant à l’Esprit au-delà de la lettre,
Et à l’union au Père en nourrissant le Cœur,
Plutôt que le cerveau, les règles et les lois,
Est tellement malmené qu’il y perd sa saveur et aussi sa puissance.

5.5 Quant à l’institution,


Comme en toutes les autres dès qu’elles ont grandi,
Les lois de la matière et de la politique, ou de la stratégie,
Et puis les vieux principes ternissent parfois l’Esprit :
Quand bien même elle se targue de bonté et d’amour,
Les forces des egos s’y montrent sous tous leurs jours,
Et il lui faut du temps pour s’adapter au monde.
Mais il en va de même pour toutes les religions !

32
5.6 De cette église là je me suis éloigné.
Imprégné de ses gènes, j’y ai appris beaucoup,
Et commencé la route qui mène jusqu’à la source.
Mais j’en ai trouvé d’autres, et les ai parcourues :
Toutes ont leur valeur … Et leurs insuffisances.

5.7 Membre d’aucune église ou confession quelconque,


Je ne suis aujourd’hui qu’un des proches d’Issa,
Yeshoua ou Jésus, selon votre culture :
Homme des Trois courants : Juif par son origine, Divin pour les chrétiens,
Prophète selon l’Islam … Son statut vous divise,
Alors que son message se voulait unifiant.

5.8 Taoïste –comme lui, si vous savez le voir – la source m’est plus chère
Que toutes les religions qui disent en découler.
Leurs livres sont précieux, ils en sont les rivières :
De ces rivières là on peut suivre le cours, porté par les courants,
Où remonter aux sources … Et c’est ce que j’ai fait !
Je les ai explorées : Leur cours est différent,
Mais leur eau est la même, car la source est unique.

5.9 Quelle que soit la rivière sur laquelle vous êtes né,
Et le livre qui la porte, dans quel sens allez-vous ?
Descendre vers l’aval est certes plus confortable
Et demande moins d’efforts qu’avancer vers l’amont,
Mais le chemin d’union, en vous, autour de vous, passe par cette option !

5.10 Comme vous en chemin – un peu plus avancé – j’ai choisi ce sens-là.
Ce long chemin d’union, pas encore terminée, vous devriez le faire …
Chacun en votre cœur, ensemble sous vos bannières :

5.11 Ce qui compte le plus : Est-ce votre rivière,


Le lit qui fait sa route, ses rochers, ses courants,
Ses berges, ses affluents, les terres qu’elle irrigue,
Ou l’eau qu’elle vous apporte ?

5.12 Quand il n’y a plus d’eau, il n’est que des déserts :


Et certains religieux devraient se demander où est l’eau en leur cœur !

33
Message 7. « Les Principes Créateurs »

L’Âme dit :

7.1 Apprenez de l’histoire les règles de la vie, celles de l’équilibre :

La source de toute vie est Père et Mère unis :


Masculin - Féminin : Deux principes de vie, un principe créateur.

Impulsion d’une part, pour la force expansive ;


Attraction-répulsion pour la partie d’en face,
Choisissant ses désirs pour se faire créatrice,
Et devant contenir, le temps du processus,
Et mettre au monde ensuite ce qui a émergé.

36
7.2 Une visée très claire pour celui qui impulse :
Une marche en avant vers le but poursuivi …
Un pas à double sens pour celle qui accueille, et fait la création,
Le temps que les contraires trouvent leur direction …

La création ne naît que si les deux s’unissent :


C’est là tout le secret d’une danse complémentaire.

7.3 Pour que les deux se trouvent et s’accordent enfin,


Apprendre à ressentir est le défi de l’un, qui préfère conquérir,
Apprendre à consentir, pour pouvoir retenir est le défi de l’autre,
Au lieu de rejeter, ou tout diligenter selon ses propres vues,
Et de ne contenir que ce qui la séduit.

7.4 Les deux à parts égales font le chemin du centre,


Il n’est point de meilleur, et il n’est pas de pire :
L’un sans l’autre n’est rien qu’un désir qui expire.

7.5 En toutes choses vivantes ce principe est valable :


Masculin –féminin, la création émerge de leur action commune.
Au-delà d’homme et femme, de mâle ou de femelle,
En chaque humain sur terre, en chaque action posée,
En chaque objet créé, en chaque société,
Et chaque gouvernement, ces deux principes existent
Et doivent coopérer pour trouver l’harmonie.

7.6 Toute création grandit, et vit au jour le jour cette danse de vie,
Des principes premiers d’autres forces émergent
Qui sont les dynamiques de leur déploiement.
7.7
Ces forces se développent, et souhaitent grandir, en vous et entre vous,
Suivant comme elles le peuvent les deux principes phares,
Désunis maintenant, et chacun de sa gloire visant son avènement :

Les dieux et les déesses, les princes et les princesses …


Beaucoup de vos légendes racontent leurs bagarres,
Et leurs tendres moments.

37
7.8 Il est beaucoup d’histoires qui vous parlent des forces
Qui entrent dans la danse :
Chaque civilisation en donne sa lecture en sa cosmogonie :
Chacune selon sa forme, et selon ses symboles …
Œuf cosmique pour les uns, arbre de vie ailleurs,
Dieux anthropomorphiques, ou animaux divins,
Quatre éléments ici, ou cinq en orient …

7.9 La création du monde, vue par le livre ancien,


Raconte les périodes où elles se développent,
Étapes millénaires qui fabriquent le monde :
On peut y voir les forces à l’œuvre peu à peu.

- Un jour pour la lumière, à la source de tout : La force créatrice.


- Un pour la division du haut avec le bas : Force séparatrice.
- Un temps pour la matière, la terre, et la survie,
Qui cherchera sans cesse à être rassasiée : La force d’expansion
- Vient le temps des saisons qui cadrent les années : Force organisatrice
- Puis les peuples du ciel et ceux des océans : Forces navigatrices,
Gestionnaires des courants dans lesquels elles se meuvent ;
- Viennent au sixième temps les peuples de la terre,
Entre autres, les humains, qui les intègrent toutes,
À l’image du « père » !
- Et au septième jour, une qui aspire à plus, et à se ressourcer :
La force du silence, quand le corps souffle un peu,
Et celle du repos qui vous mène à l’Esprit et fortifie votre âme.

7.10 La science est arrivée, qui dit l’évolution avec des autres mots.
En démodant les mythes elle donne à la raison une place nouvelle :
La matière, l’espace, les ondes, et puis le temps : Plus rien ne lui échappe
Et même l’invisible, qui fait l’information, commence à être su.

Mais qu’elle n’oublie pas qu’au cœur de chaque humain


Il est bien difficile de mesurer les forces qui pilotent sa vie.
Il reste un continent encore mal exploré,
C’est celui que composent nos intériorités.

38
7.11 On peut les voir ainsi :

Six forces pour la terre :


- Les instincts de survie, qui collent à la matière
- L’image visionnaire qui établit un sens
à travers la magie, les mythes, l’imaginaire
- Le désir d’expansion, volonté de conquête, énergie de l’action
- La pensée contrôlante, qui impose le cadre pour freiner les excès
- La pensée rationnelle, qui comprend et qui gère
- Et la pensée sensible, issue des émotions, qui colorent vos instants.

Ces forces-là composent deux domaines contraires,


Triangles antagonistes dont les objets s’opposent
Mais supposent l’union de leurs polarités pour enfanter du neuf.

7.12 Pour sortir ces deux-là des guerres incessantes,


Des querelles d’ego, ou des ambivalences,
Deux autres forces existent, attributs de l’Essence :
- La lumière et le souffle, attributs de l’Esprit
- La conscience qui éclaire, l’inspiration profonde …

39
Message 8. « Le Moulin »

L’Âme dit :

8.1 Votre monde intérieur est comme un vieux moulin,


Sans ailes déployées, il n’est qu’une bâtisse,
Un outil de travail, un support d’énergies …

Une tour, pour la matière, qui vous attache au sol ;


Huit ailes pour le mouvement :

8.2 Issues de vos besoins, ces forces vous mobilisent,


Au gré des quatre vents, et président à vos vies :
D’âge en âge, au fil de l’existence,
Vous pouvez déployer chacune de ces ailes,

41
Ce sont les lignes de votre développement, moteurs de votre vie :
Plus en déploierez, plus vous vous grandirez,
En force, en expérience, et enfin en sagesse …

8.3 Un moyeu tient les ailes et les relie entre elles, permettant leur
action : C’est de ce centre unique que dépendent les rayons.

Voilà de la conscience le rôle au sein de vous :


Offrir aux huit moteurs qui mènent votre existence
Un unique point d’attache pour unifier leurs forces,
Concentrant l’énergie vers l’action à mener.

8.4 Ensuite, un axe fort, correctement ancré,


Pour transmettre la force vers la roue de la meule, l’espace du travail :
Votre engagement conscient, le cap qui vous anime,
Ancré sur vos valeurs, vous donne cet axe-là.

8.5 Le vent n’est pas de vous, c’est celui de La Vie,


Et c’est à vous de voir quelles toiles déployer, et lesquelles réduire :
Si le souffle du vent appartient au destin,
Les réponses du meunier sont de son libre arbitre.

Maîtres des circonstances vous ne l’êtes que rarement :


Qu’elles vous soient agréables ou bien catastrophiques,
La conscience vous fait Maître des réponses apportées,
Et de l’état d’esprit dans lequel vous vivez.

8.6 La Vie est votre Maître :


Qu’elle vous soit facile, ou bien décourageante,
Montrez-vous son disciple !

La chance est inégale, et le poids des épreuves est une leçon amère,
Mais chacun ses leçons :
Comprenez donc les vôtres avant que d’en donner !

8.7 Et comprenez aussi la leçon du moulin :


a) Quelle est la pièce maîtresse ? Ou est son essentiel ?
Les ailes, ou bien la tour ? L’axe ou bien le moyeu ?
Le moulin ou le vent ?

42
Message 10. « Les Moteurs de la Vie »

L’enveloppe dit :

10.1 Au fond de votre ego plusieurs moteurs vous poussent,


Qui visent leur progression, et sont sources des forces
Qui rythment votre vie :

Chaque force naissante, telle une vague nouvelle,


Avale celle qui précède, et nourrit la suivante.

10.2 Les forces de la matière sont vos premiers moteurs :


Ce sont ceux des instincts – survie, sécurité –
Et de vos attachements aux matérialités.

10.3
La force de la vision vient donner sens au monde par l’imagination :
Les mythes et légendes donnent un cadre aux instincts,
Et colorent le réel d’un parfum de magie :
C’est le temps des chamans, sorciers et enchanteurs.

47
Message 13. « L’Amour »

L’Âme dit :

13.1 Le principe créateur s’applique à vos besoins :


Et chaque besoin se vit selon ses deux puissances :
Le masculin s’étend, le féminin contient.

Les deux veulent s’unir, pour créer du nouveau :


Désir et attirances, et jeux de séduction,
Besoin d’un complément, ou de reconnaissance,
Sont souvent camouflés avec le mot amour.

13.2 Amour de la matière, ou amour de l’argent,


Amour de la vision, ou de votre idéal, qui n’est qu’une illusion,
Amour de la conquête, ou de la relation, ou bien de la morale,
Amour de la pensée, de comprendre les choses,
Pour mieux les maitriser ?
Amour de l’émotion, quand elle est agréable …
Amour d’un autre humain …
… L’amour, quand il veut prendre, reste de bas étage !

13.3 Les anciens grecs savaient distinguer les niveaux


« Pornos », du verbe « prendre », pour dire « consommer »,
« Eros » pour le plaisir, même s’il est partagé,
« Philia » pour la pensée, qui nourrit l’amitié,
« Agapè » pour l’Essence, au souffle de l’Esprit.

13.4
Au niveau de l’ego, l’amour est une danse qui ne dure pas longtemps :
Dès le besoin comblé, un autre prend sa place :
Ou il manque quelque chose pour qu’on se satisfasse,
Car ce que l’on a eu n’est pas ce qu’on attend.

De l’amour terre à terre on vit le côté sombre


Quand du besoin à l’ombre on passe la frontière.

58
13.5 Au niveau de l’Essence, nourrie depuis la source,
La conscience pilote, et l’Amour se fait libre
Des besoins, des morales, et même des sentiments :
Il est l’union elle-même, alliant l’eau qui irrigue,
La flamme qui éclaire et le feu qui réchauffe,
Et le souffle de l’air qui nourrit les vivants de la planète terre.

13.6 L’Amour est votre force, il est votre douceur,


Il transcende les forces peuplant votre intérieur
Pour les utiliser au service de la vie,
Et de la création de ce monde unifié auquel l’Essence aspire,
Mais dont l’ego éloigne tant qu’elle n’a pas germé.

13.7 C’est ce qu’il faut déduire de cet ancien poème


Cantique de l’amour parmi les écritures :
"Je vous en conjure, filles de Jérusalem,
Ne réveillez pas, ne réveillez pas l’amour, avant qu’elle le veuille."

Quand les besoins commandent, l’amour est perverti :

L’ego veut trop s’étendre, ou bien trop contenir,


Il vous condamne ainsi à un déséquilibre dont vous paierez le prix,
Ou le ferez payer à ceux qui vous entourent.

13.8 Les besoins sont vos maîtres, et pères des forces en vous :
Sachez que leur nature les pousse vers l’infini s’ils ne sont régulés :
Les sociétés humaines doivent s’y atteler, et ont tout essayé :
Les lois de la morale, ou celles du péché ;
Ou la loi du talion, ou celle du plus fort, ou du plus fortuné,
Lois du clan tribal ou de la république,
Lois de la religion ou celles du chef unique …

13.9 Toutes ces lois humaines, sont vouées à l’échec


Car elles sont issues des besoins qu’elles veulent vaincre :
C’est pure mécanique, et lois des forces entre elles !

59
13.10 La seule loi viable est celle de l’Amour qui coule de la source :

Paradoxalement
C’est celle qui vous rend libres de tous vos attachements,
Assagissant l’ego, pour déployer l’Essence.

60
Message 26. « L’Étoile »

L’Âme dit :

26.1 La terre à vous promise, qu’il vous faut conquérir,


Est cette union en vous des forces de la terre avec celles du ciel :

Quand les deux entonnoirs symbolisant ces plans sont vus séparément,
L’espace vide entre eux deux est celui du chaos,
Où la confusion règne entre toutes les forces.

Fondé sur la matière, l’humain la pense alpha, unique point de départ.


Alors pour échapper aux pièges qu’elle tend,
Il crée un oméga nourri de ses espoirs.

26.2 Ces triangles distincts doivent se rapprocher et unir leurs destins.


L’étoile de David, ou sceau de Salomon, vous apparait alors !

Symbole universel, sur un plan supérieur,


C’est une clef précieuse du royaume intérieur
Qui peut être le vôtre si vous l’utilisez.

L’Alpha et l’Omega retrouvent alors leurs places :


Vous vous sentez les fruits d’une source créatrice,
Point Alpha de toute chose.

Vous vous en comprenez incarnation ultime,


La fin de l’alphabet que le Verbe proféra :
Le Tav ou l’Omega, selon votre culture.
La certitude naît que c’est en votre sein, et non en altitude,
Que se trouve l’Alpha, source de toute vie :

Une pleine conscience que c’est sur votre Cœur que son étoile brille,
Suivie d’acceptation de son feu salvateur
Seront votre sauveur et votre délivrance.

106
26.3
a) Quelle que soit votre étoile,
Elle parle du ciel, à contempler sur terre, pour retrouver sa voie :

L’ego vous tend le piège de n’en faire qu’un drapeau,


D’une terre à défendre, ou pire, à conquérir.
Vous trouverez alors, se dressant contre vous,
Les drapeaux ennemis, quelquefois étoilés :
À chacun son étoile, détournée de sa source …

b) Ainsi celle des mages, menant à Bethléem,


Autre histoire de quête vers l’unité de l’Être,
Naissant petit enfant, de l’union intérieure :

L’or est pour la matière, attachée à la terre,


La myrrhe, pour la psyché enveloppant le corps ;
Et l’encens pour l’Essence, Esprit montant au ciel.

Alors de ce chemin, d’Omega en Alpha, ou de Tav à Alef,


Que l’on pense d’abord « départ –destination »
Naît progressivement la claire compréhension
Que la seule voie à suivre est celle de l’équilibre
Entre les deux extrêmes qui fondent votre vie.

c) Dans cette histoire aussi, un roi parmi les hommes


Prouve son ignorance des choses de l’Esprit, et sa cupidité :
Hérode en sa fureur, perdant toute mesure,
Massacre les enfants, pour protéger son trône !

26.4
L’histoire se répète à qui ne veut l’entendre et comprendre ses lignes :
Les conquêtes terrestres sont affaires d’egos, d’argent, de politique,
Qui mènent votre monde à sa perte annoncée, si vous n’en sortez pas :

Qu’ils craignent pour leur pouvoir, ou pour leur territoire,


Ceux que l’ego commande pour diriger le monde
Ne font qu’alimenter ses cycles des souffrances.

107
Source des Origines ….

(« Notre père des pruniers »)

41.2 : Au palier du « ciel » (Version Omega)

Source des origines,


Qui vit en nous et tout autour de nous,
En chérissant ta présence,
Nous semons le temps où elle sera connue de tous.

D’ici ce temps :
− Qu’il en soit des choses visibles et invisibles
selon ce qu’elles sont ou doivent devenir
Et non selon notre unique volonté,

− Que nous disposions chaque jour de ce qui est nécessaire,

− Que nos manques à la présence soient vus


Comme nous devrions voir qui nous a offensés,

− Que soit soutenu notre souhait de rester libres


aux tentations du monde …

Car c’est ainsi que nous serons délivrés de nos souffrances,


Et c’est de là que naîtront l’Amour, les Possibles, et l’Espoir …
À chaque instant et pour les siècles à venir …

Amen, Inch Allah, Pila Malaye… Ainsi soit-il !!!

133
Messages
Aux Gens des Livres

157
II / Messages Aux Gens des Livres

159
Message 47. « Religion et Reliance »

L’Âme dit :

47.1 Entre les deux paliers de vos réalités


Les quatre voies existent : Le vrai, le beau, le bon, et l'unité enfin :
La science, les arts et la morale, sont tout autour de vous,
L'unité se fait rare, et se cache à vos yeux :
Elle part du fond de vous.

Mystique et symbolique en sont quelques chercheuses ;


Il en est quelques autres.

47.2 Sur chacune des voies de nombreux véhicules,


En quête d'absolu, depuis longtemps circulent.
Il en est deux spéciales qui méritent un discours,
Car leurs effets sont tels que le monde en bascule.

De religion je veux parler ici, et puis de « reliance »,


Qui n'est pas la même chose.

47.3 La religion est une voie de morale,


Qui se targue de vrai, et s'approprie le beau pour atteindre le ciel,
Mais elle part de la terre, qu'elle aspire à quitter,
En prétendant au haut.

a) Attisant la croyance, qu'elle nomme la foi,


Elle a ses avantages pour cadrer les egos :
Mais ses inconvénients, quand ceux qui la diffusent,
Se croient autorisés à conquérir les âmes,
Et le monde terrestre à coups de vérités ...

b) Convaincus que leur foi serait LA VÉRITÉ,


Ils perdent tout contact avec ce dont ils parlent
(S'ils ne l'ont jamais eu, ce qui n'est pas certain :
Une simple aspiration, ou un discipulat
Ne faisant pas le maître, dont on voit la sagesse !)

161
Aspirant à la source, mais imbus de mirages,
Ils perdent l'équilibre auquel ils disent mener.

c) Ceux-là se prédisposent, menés par une seule force,


Deux éventuellement – et non sur l'équilibre –,
À se voir emportés par la vague qui les porte
Au-delà des limites de leur propre morale.

C'est cela qui explique comment des clercs croyants


Deviennent criminels de diverses façons, ou même parfois déments.

47.4 La voie de religion, pour ceux qui la poursuivent,


Passe par trois étapes :

a) La croyance naïve des psychés infantiles


crée une image divine que l'on personnalise pour la rendre concrète.

b) L'étape adolescente devient négociation,


Pour amadouer ce dieu et en tirer parti, ou autorisation.
On cherche les limites, on repousse les contraintes ;
On comprend que l'image est un peu désuète,
Mais on ne sait pas bien par quoi la remplacer.

Parfois on la transforme en vision idéale d’une autre société :


Revêtant les atours de notre religion,
Pour affirmer au monde son identité, voire par provocation.
L’absolutisme guette, le fanatisme aussi.

Parfois on la rejette, purement et simplement :


Voyant que leurs chimères ne tiennent pas le choc
Face aux réalités du monde tel qu’il est, et celles de la science
Certains arrêtent ici leur chemin de croissance.
Personne ne leur dit qu'il n'est pas de fumée
Sans feu qui se consume, et que la religion n'était que la fumée.

Ne cherchant pas plus loin, la source leur échappe :


Ils pavent leur chemin des pierres de ce monde
Qu'on nomme matérialisme, ou ronde des émotions …
Et passant par des hauts autant que par des bas,

162
Message 52. « Aux Fils de Jacob »

L’Âme dit :

52.1 Fils de Jacob …


Ainsi vous nommez –vous …
Ce livre est messager,
Vous me direz « Mais non », je vous réponds « Mais si … ! »

52.2 Peuple d’Israël, fils d’Abraham aussi,


Vous portez le symbole, pas la divinité …
Pas, comme vous le croyez, au travers de vos gènes,
Mais de par votre histoire …

52.3 Le sceau de Salomon, Bouclier de David,


Étoile de ton drapeau, dit les six jours du monde,
Ou les douze tribus qui font pointes et creux.

De ce symbole antique de nombreux sens existent :


Chacun fournit des clefs, ils ont tous leur usage
Pour diverses serrures, mais les mêmes passages.
En voici quelques autres, pour vous guider un peu :
Triangle masculin, triangle féminin,
Ils marquent aussi l’union d’un peuple et de son Dieu :
Triangle de la terre, et triangle du ciel,
Ils portent les empreintes des âmes des anciens
Qui peuplent votre histoire.

52.4 Figure du premier homme à se poser sur terre


Adam forme la source du triangle de terre
Qui s’élève en deux branches.
‘Haya guide son âme et ses aspirations :
Les désirs qui l’animent deviennent impulsions,
Et toute sa volonté vise son expansion.

D’abord vers la matière, le corps, le territoire :


David en est symbole, qui se fit conquérant d’un royaume nouveau.
Vous appelez Nefesh cette dimension de l’âme.

183
52.5 Pour contenir le peuple dans ses débordements
Et mener son chemin à travers les déserts
Moïse transmet la loi, l’appel à la raison émanant d’un plus haut,
Faisant de Neshama une part essentielle de ce cheminement.

52.6 Les fonctions qu’il décrit confèrent à ce triangle le côté masculin :


En certaines traditions, on disait le contraire :
« Le féminin accueille, le masculin chapeaute » !
Certes une fois atteinte l’unité intérieure
Les fonctions masculines agissent de concert au service du ciel,
Nourries par les fonctions de la mère qui les porte.

Mais il faut reconnaître que cet idéal-là est loin d’être appliqué,
C’est un second palier qui est peu fréquenté !
La plupart des humains naviguent en un palier où sont enchevêtrées
Dans le même triangle les forces du masculin et celles du féminin,
Et vivent au quotidien toutes leurs divergences et leurs oppositions.

52.7 Dès lors que l’on oublie qu’il en appelle un autre,


Ce triangle de terre se fait séparations,
Luttes pour la matière, ou pour la vérité !
C’est ce que dit l’étoile qui vient les réunir :
Exils et dispersions qui marquent votre histoire
Vous invitent à comprendre que la terre sans le ciel
C’est le jour sans la nuit, le soleil sans la pluie.

184
52.8 Ce triangle d’en haut est celui des prophètes, des voix de l’invisible,
Qui s’adressent au monde pour en cadrer le cours :
Elie en est la pointe, en lien avec le ciel :
Il porte l’émotion, et crée les sentiments,
Cette partie de l’âme vous la nommez roua’h.
52.9 Parce qu’elle ouvre les cœurs à un plus grand que soi,
À Éliyah incombe le rôle d’annonciateur
D’une lumière attendue depuis la nuit des temps :
Étincelle du Maschia, essence du divin, appelée Yehida,
Que l’on attend en vain car les chemins qu’on prend,
Limités à la terre, et faute d’équilibre, ne peuvent y mener.

52.10 Dans ce triangle-là, ouvert aux voix célestes,


Messages du divin et « anges du seigneur »,
La pointe de la vision est celle d’Abraham,
Qui accueillit l’épreuve qui lui fut proposée,
Et celle qui fait peuple est donnée à Jacob,
Dont sa lutte avec l’ange lui conféra le nom
Et dont ses manigances pour éloigner Esav
Marquent encore votre histoire.

185
52.11 Puisqu’on parle des pères, où donc en cette étoile
Se trouve le troisième de vos patriarches ?
La place d’Isaac, comme dans son histoire, est entre père et fils :
Abraham d’un côté, et puis Jacob de l’autre :
Mais il n’apparaît pas au triangle du ciel,
C’est en celui de terre qu’il faut voir sa présence,

Son histoire en témoigne :


L’enfant ligaturé en offrande à la lame, la famine que l’on fuit,
L’expansion des richesses, le creusement de puits ;
Et la raison trompée par son aveuglement :
C’est bien entre le corps, l’expansion des richesses, et la stricte justice,
Que sa place se trouve : C’est donc la subsistance,
Que vous dîtes parnassa, qu’il incarne en ce lieu.

52.12 Ce que le monde montre du jeu des forces entre elles


C’est que la subsistance, et le matérialisme
Dissimulent l’Essence, le diamant intérieur,
Caché à vos regards sous les couches d’écorces
Que vous avez construites.

186
52.13 Le triangle de terre a recouvert le ciel avec ses densités :
Ce voile qui recouvre les voix de l’essentiel
Sépare au fil des ans les deux parts de l’étoile :
« Tout ce qui est en-haut se retrouvera en bas »
La facture est salée … Mises au ban, expulsions,
Pogroms ou holocaustes, big-bangs séparateurs
Qui dispersent vos forces, aux quatre coins du monde.

Beaucoup dans votre peuple attendent la délivrance


De ces cycles infernaux dont ils se trouvent victimes …
En oubliant parfois comme ils en sont acteurs !

52.14 Triangles désunis par les vents du destin


Durant de nombreux siècles, ils se regroupent enfin …
Quelquefois pour le pire, en jaune sur votre cœur,
Ou pour votre meilleur, en bleu sur un drapeau.

187
Message 53. « Aux Fils d’Ismaël »

Elle m’a dit :

53.1 Frères des sables, amis des oasis,


Fils d’Ismaël … Ainsi vous nommez-vous,
Et donc Fils d’Ibrahim, et frères des précédents,
Selon le saint Coran …

53.2 Vous voyez votre livre comme un don de la source


Qu’en la grotte d’Hira le prophète a reçu – paix et salut sur lui -
Ils fondent votre histoire : Connaissez-vous la leur ?

53.3 Les thèses d’historiens portant sur le prophète, la rédaction du texte,


Et l’histoire de leurs temps, méritent votre étude et votre réflexion.
Sont-elles fausses ou vraies ?
Si elles sont étayées par de bons arguments
En votre intelligence mesurez leur valeur plutôt qu’en vos croyances.
Une conviction profonde dénuée de connaissance est pire qu’ignorance !

53.4 Et puisque les prophètes du peuple d’Israël


Ont aussi une place loin d’être négligeable dans votre Saint Coran,
La teneur du message que cet ouvrage adresse aux enfants de Jacob
Vous concerne tout autant : Prêtez-y attention !

53.5 Votre livre contient paroles de sagesse et paroles de violence :


Comment l’interpréter ?
Lesquelles faut-il suivre ? Lesquelles peut-on omettre ?
Celles que vous croirez, là ira votre cœur …
Celles que vous partagerez, là ira votre vie …

53.6 L’homme se reconnait aux actes qu’il commet,


Comme l’arbre à ses fruits. Et la source de vie n’a pas un goût de sang !
La conquête extérieure et celle de votre âme sont chemins différents :
La sagesse et la guerre font rarement bon ménage !

206
53.7 « Le vrai combat n’est pas au sabre mais dans l’âme …»
Le prophète vous l’a dit – paix et salut sur lui – vos érudits aussi.
« Le coran tout entier est outil de travail » … Averroès …
« L’existence se crée d’une pensée d’essence » … Avicenne …

53.8 Ces paroles de sagesse semblent bien méconnues


Par tous les fanatiques, poussés par leur ego, piloté par leurs ombres,
Plus que par la lumière que Djibril annonçait.
Les forces de la vie, mal régulées en eux,
Deviennent forces du mal et de la destruction.

53.9 Vous voyez en vos rangs des forces débordantes,


Voulant venger l’histoire ou punir le présent :
Agar contre Sarah, Ismaïl – Isaac, Ali ou Muawiya … Palestine-Israël …
Ou bien la terre entière, peuplée de mécréants …

53.10 Ismaïl, Isaac : Issus d’un même père, mais chacun d’une mère
Sarah et puis Agar, se disputant sans cesse,
Affaire de jalousie puis affaire d’héritage
Illustrent une fois de plus le jeu des deux principes
Qui inventent la vie par leur confrontation :

53.11 Impulsion pour Adam,


Polarités diverses pour Hawwa sa compagne :
Une marche en avant, comme Abram, Ibrahim, qui changea de contrée.
Attraction-répulsion, contention-expulsion, entre Agar et Sarah :
Faute de leur union en une seule famille,
Sombre affaire d’héritage, les lignées se séparent.
Déjà de ce moment l’unité se dérobe, et le conflit s’installe
Qui n’en finira plus.

53.12 Qui fût offert au monde ? Isaac, Ismaïl ?


Qu’importe la réponse, le sang n’a pas coulé, Djibril l’a empêché.
« C’est moi », « C’est lui » : Querelle enfantines …

53.13 Ali ou Muawiya : Qui sera le calife ?


Qui aura le pouvoir ? Querelles d’adolescents … Qui se terminent mal !

207
Message 54. « Aux Frères de Jésus »

L’Âme dit :

54.1 Frères de Jésus, vous qu’on nomme chrétiens,


Fils d’Abraham encore, et donc frères des autres,

Porteurs de christ vous dîtes, mais duquel parlez-vous ?


Celui de vos enfances, des histoires à grandir, des morales du livre,
Établies par les hommes pour cadrer vos egos,
Et croire en meilleure vie ?

Celui des livres, et celui des légendes,


Ou bien celui du cœur, au monde encore caché.
Pas pour tous il est vrai, certains savent chercher…
« Cherchez, vous trouverez … », « Le royaume est en vous » :
Il vous l’avait bien dit …

54.2 Revenez à l’enfance, à sa virginité, et à son innocence


Pour ce qui est d’aimer, de rire et de chanter, de regarder le ciel,
Les arbres et le monde, et rejoindre la source.

Mais laissez la tomber quand il vous faut penser :


Laissez l’imaginaire, et les contes de fées :
Le réel est plus fort, plus porteur de message,
… De « rédemption » dis-tu !

« L’humain se divinise, sur les pas de Jésus … »


C’est un exemple à suivre, pas à diviniser.

54.3 Il n’est pas de péché, sauf à fuir le présent … LA PRÉSENCE …


La morale est utile, mais rien ne peut tenir les forces de l’ego,
Ni celles de ton corps, si ce n’est la conscience,
La clef de ton royaume.

54.4 Revois un peu tes rites, tes lois, et tes morales :


Souviens-toi de l’Amour … C’est son réel message …
Reviens à la présence : La source qui inonde …
Ta source … celle de l’âme du monde.

220
L’Amour est son pouvoir, pas un simple principe …
Principe créateur, pas principe moral :
Entends l’ordre des mots dans cet adage qui dit
Que « L’union fait la force », non « la force, c’est l’Union » :

Il faut unir d’abord : De là vient la puissance,


Pas rechercher la force grâce à la réunion !

54.5 Fils d’un amour humain, tu es fils du Vivant,


Autant que ton prophète, mais de plus loin que lui …

« Fils de Dieu », tu le dis … Pas plus que toi peut-être


– selon d’où on se place, puisqu’il est homme aussi !–
Les principes qui créent étant universels,
Tu les retrouveras étant uni vers celle qui coule de ceux-là :

54.6 Une source, une enveloppe : Ne les confond donc pas,


Même si sur cette terre le corps se fait matière,
L’âme sourd goutte à goutte jusqu’à emplir ton seau.
S’il est prêt toutefois, ouvert, et non percé, et s’y rend disponible.

« Une samaritaine allait remplir son seau » :


La comprends tu l’histoire ?
La fontaine, le puits, ne retient pas son eau,
Qui s’offre sans faiblir à qui offre son seau, quels que soient ses défauts.

54.7 Il n’est pas de péché, mais que des dispersions :


Les forces de la vie, en faisant leur chemin, s’éparpillent d’abord :
Leurs excès éclaboussent, et c’est de l’eau perdue.

54.8
a) Les cadres et les règles sont le seau des humains,
Pour retenir les forces, pas pour les juguler.
Les règles sont les bords, leurs excès le couvercle :
Trop de lois, trop de règles assèchent le vivant.

b) Les forces de contrôle, et de domination, intensifiant leur rôle,


Écrasent leurs consœurs, au lieu de les unir.
C’est vrai de chaque humain, jusqu’à chaque nation.

221
Développe plutôt la force du savoir, celle de la raison,
C’est le cadre intérieur qui structure la vie ;

c) Celle de l’émotion lui donne des signaux, il faut les écouter,


Sans pour autant agir leur impulsion première:
En son sein des fréquences et octaves multiples :
Plaisir, colère, ou haine, tendresse, tristesse, surprise …
Tant d’autres se combinent …
« Négatif, positif » : Oubliez ce problème !
Un signal est en fait juste un indicateur :
Qu’il vous soit agréable ou bien désagréable,
Il vous faut l’écouter pour en tirer leçon,
Plutôt que de le fuir ou de le rechercher.

54.9 Il n’est pas de péché, juste des dispersions :


C’est vrai de chaque force … C’est ce qu’il faut comprendre.
Il n’est pas d’autre voie que celle des équilibres,
Il n’est pas d’autre clef que l’unité première,
Permettant de la vie le mouvement infini,
En lui donnant son centre comme seul point d’appui.

Cette unité première, l’Amour en est le fil,


La source en est le centre.

54.10 Le Vivant est multiple, et évolue sans cesse :


Plutôt que le contraindre, vois le comme un cadeau
Dont tu peux profiter, si tu n’en abuses pas !
Profite des plaisirs, n’en fais pas tout un plat !

La morale est utile pour les petits enfants,


Mais mieux vaut leur apprendre tout l’amour de la source,
En paroles bien sûr, mais en modèle surtout :
L’exemple est le meilleur outil d’éducation.

Trouvant l’axe central pour diriger leur vie,


La droiture les guidera, sans besoin de vos lois :

54.11 Oublie ce que tu crois :


La croix est ton symbole : Pas ton chemin d’épines …

222
Message 58. « Un Symbole d’Unions »

L’Âme dit :

58.1 Tous vos symboles ont cours, ne les rejetez pas,


Ils ont leurs sens cachés, ils portent votre histoire.
En voici un nouveau qui ne change pas grand-chose
Mais qui les réunit et les métamorphose.

Comme toutes les sciences doivent se réunir,


Et le font peu à peu, « pluri », « inter », et « trans »,
Pour voir enfin le monde d’un seul œil qui englobe
Vos symboles aussi doivent marquer ce passage.

Un symbole complexe en sort nécessairement :


Une vision unifiée ne peut rester unique,
Il lui faut rendre compte de la complexité.

236
58.2 Une étoile à six pointes, sans lignes au milieu :
Cet espace du vide n’a aucune frontière.
Nommons la « synergique » car elle réunit
Toutes les énergies et forces du Vivant.

Elle marque la rencontre, de la croix, du croissant,


Et des étoiles anciennes que portent vos drapeaux.
Plutôt que certitude en de vieilles croyances
Elle indique les chemins qui mènent à l’équilibre :
Entre chemins croisés, et chemin de croissance,
Au bout de votre route, elle peut vous rendre libre.

Que vos pèlerinages vous conduisent à Rome,


La Mecque, Jérusalem, ou encore Compostelle,
Arpentez ses chemins : Suivez les voies des bords,
Puis celles de l’intérieur, ils vous mèneront au cœur :
Pour le vrai pèlerin, tous les chemins y mènent !

58.3 Triangles enlacés, symbolisant l'union :


De la terre et du ciel, entre monde et raison,
Du corps et de l'Esprit, le chemin de croissance
Qui va de la matière aux voies de l’intuition,
Du yin avec le yang, source de création.

58.4 Deux pointes vers le bas, comme deux jambes sur le sol :
Celle du corps qui vous porte, enveloppe charnelle
Celle de la vision, qui doit donner le « la ».

58.5 Deux pointes sur les côtés :


Une pour le féminin qui accueille et qui crée,
Alliant la rencontre et l'affectivité,
L'autre pour l'impulsion, le désir, le projet
Le masculin en vous qui vous pousse à agir.

58.6 Deux pointes vers le haut, qui vous guident sur terre :
Une pour la raison, et une pour le monde :
Pour garder l’équilibre, il convient que l’humain
Avance de concert avec ce qui l’entoure,
L’un ne va pas sans l’autre !

237
Nature ou bien systèmes, famille ou bien nation :
Tout environnement mérite son attention.

58.7 Ce quart de tour donné à une étoile ancienne


Peut sans doute surprendre, et choquer quelques-uns,
D’autant qu’il n’est pas simple de le reproduire :

Il est justement là, le grand retournement


Auquel l’époque en cours vous confronte maintenant :
Un changement de regard, l’essai de nouveaux angles …
Et passer du simplisme à la complexité !

58.8 Posé sur une seule pointe, de l’ancienne façon,


Votre monde est instable :

58.9 Le triangle de la terre implore celui du ciel


Pour trouver son aplomb, et éviter la chute,
Mais ça ne fonctionne pas !
Triangles séparés, leurs bases les divisent au lieu de les unir :
Chacun son propre dieu, chacun sa propre terre,
Défendant ses croyances, imposant ses frontières.

58.10 Masculin –Féminin s’opposent plus souvent


Qu’ils n’inventent le moyen d’être complémentaires …

238
Le masculin se veut conquérir la matière,
Pour viser l’expansion, il use de son corps autant que de sa tête,
Pour dominer le monde, et en faire conquête :
Le féminin en lui s’en trouve recouvert
Du voile de l’oubli, ou bien de l’inconscience,
Et les lois invisibles lui semblent inutiles :
Au regard de la science, l’impalpable est futile !

58.11 Le féminin ressent ce que l’Essence inspire,


Et voudrait mettre au monde ce que ses rêves dictent :
Un désir d’unité, d’harmonie partagée, et un ordre sublime …

L’émotion immédiate recèle aussi ses pièges :


Car sans s’en rendre compte, et de toute bonne foi,
En repoussant trop vite tout ce que l’on rejette,
On se prive parfois de féconder les germes
Que des mâles impulsions proposent de semer
Pour un monde nouveau.

239
L’enveloppe dit :

58.26 La base de l’équilibre, c’est marcher sur deux jambes :


Celle de la matière et du corps qui vous portent,
Et celle de la vision : Les rêves, l’imaginaire
Qui vous poussent en avant et qui gonflent vos voiles,
Vous inspirant un peu du souffle des étoiles.

Le rêve et la matière, à égale importance,


L'humain peut avancer sans plus craindre la chute
Qui vient nécessairement quand ses aspirations
Sont son seul fondement et qu'elles étendent leurs forces
Entrainant de leur poids le basculement final.

58.27 Une tête bien faite suppose deux branches aussi :


Pour inventer sa vie sur la planète terre
Il s’agit d’être au monde en y gardant raison !
La raison et le monde, à égale hauteur, qui dictent de concert
Ce qu'il convient de faire pour agir ajusté :

244
d) La matrice de tête est bien pour neshama,
L’intellect, la raison, Moïse, et puis la loi,
Qui maintiennent dans les groupes, les familles et le monde,
La structure et le cadre.
Ces deux-là se retrouvent auprès de l’invisible,
Car il est nécessaire qu’ils en soient inspirés
Pour éviter le pire : Le manque, ou bien l’excès !

e) La matrice de cœur, celle des voies sensibles,


Est à sa juste place, au milieu du schéma :
La vie émotionnelle est en cet endroit-là,
Et ne se confond plus avec « la voix d’en haut », souffle de l’invisible.

58.42 Le prophète Eliyah n’est plus si haut perché,


Au sommet de l’étoile, qu’il reste inaccessible.
C’est au niveau du cœur qu’il situe son action,

248
Message 59. « Les Maillons d’une Chaîne »

L’enveloppe dit :

59.1 Ma vie est ordinaire, je n’ai que mes talents …


Pourquoi un tel message, porteur de feu en moi,
Dont je sens bien la force ?

Ses mots sont inquiétants pour celui qui les porte !


Certains crieront « blasphème, injure » ou « imposteur » …
Ils ne comprendront pas qu’un message est une chose,
Et son porteur une autre !

59.2 Un passeur, rien de plus, je l’ai écrit plus haut :


Mais néanmoins témoin, symbole par sa vie et son itinéraire,
Du parcours mouvementé des chercheurs de lumière :
Un chemin tortueux poussé par les courants,
Une histoire biscornue, et plutôt solitaire,
Faite de hauts et de bas, de milliers de tourments …
Ni riche, ni puissant, plutôt pauvre en revenus, sans en être indigent.

Si j’ai l’âme d’un sauveur,


(Je parle psychologie, pas délire messianique)
Je n’en ai ni l’étoffe, ni folie des grandeurs !
Si j’ai quelque puissance, c’est dans mes différences,
Et j’ai vu où ça mène en ce monde bancal !

« Fais confiance, lâche prise », entends-je à cet instant –


Mais comment le pourrais-je ?
Se rendre n’est pas facile, il y a quelques contraintes,
Quelques risques aussi …

« Ose être qui tu es » : Les guides sont insistants !

59.3 Je sais, le monde attend :


Bien des savants le disent : C’est l’heure, c’est le moment,
Et d‘autres facteurs portent le fond de ce message
Pour l’amener au monde.

260
Communion

J’ai pu laisser mon âme voguer au fil de l’eau


Et l’eau a arrosé tous les fils de mon âme…

J’ai ouvert sous l’écorce mon cœur au gré du vent


Alors le cœur du vent s’est glissé sous ma peau

J’ai regardé mon corps aux yeux de la conscience


Et ainsi la conscience a pris corps à mes yeux…

J’ai offert mon silence au souffle de l’esprit


Et l’Esprit du silence a soufflé mes paroles …

J’ai posé toute ma vie sur l’aile de l’instant


Et chaque instant de vie devient battement d’aile…

J’ai enfin osé dire « mes amis je vous aime »


Alors j’ai découvert

L’eau couler dans tes yeux


Ton âme faire silence
Ton corps prendre lumière
Et l’Esprit dans ton cœur…

278
Postface

Ce livre ne "tombe pas du ciel" sur un terrain vierge : L’existence


de celui qui se fait le facteur de ces messages est un champ qui a
été de maintes fois labouré, ensemencé, arrosé …

Pour certains, connaître un peu de son histoire et de son parcours


leur permettrait de se sentir plus proche de l’humain derrière ces
messages, qu’ils pourront trouver bien abstraits. Pour d’autres, un
tel témoignage confinerait à l’orgueil et au narcissisme, car ce
serait se mettre en avant personnellement, alors que la source des
messages mérite l’attention bien plus que leur transcripteur …

« On ne peut pas plaire à tout le monde » : Que les uns et les


autres sachent juste que ce qui émerge à travers ce livre est le fruit
d'un arbre qui, au fil des années et des épreuves, a étendu ses
racines en profondeur, développé ses branches en largeur et en
hauteur, et affronté autant de vents forts et de tempêtes que de
sécheresses.

Depuis longtemps déjà cette source inspiratrice l’a parfois irrigué,


par petites périodes : D’intuitions créatrices, de poèmes ou « textes
inspirés » et d’un « bain de lumière » exceptionnellement … Loin
d’être confortable, ce genre d’expérience, au final extatique, passe
par des moments plutôt désagréables, dont le corps se souvient, et
l’âme se repaît ! D’abord, ils paraissent si bizarres qu’on tend à les
cacher, tant qu’on les croit folie. Mais au fil des années, études, et
rencontres, on finit par s’y faire, savoir qu’on n’est pas seul à vivre
ces instants, et comprendre un peu mieux les voies de l’invisible :
On admet que leurs voix ne sont pas forcément des bouffées
délirantes, mais fruits de processus pour l’heure inexplicables par
les sciences exactes.

On reste cependant discret et circonspect, pour garder la raison,


et sa réputation. L’histoire montre en effet que ceux qui
témoignèrent de telles « fariboles » connurent assez souvent
quelques menus soucis : « Tuez-les tous, et Dieu reconnaîtra les

279
siens » : Au nombre des charlatans, sorcières ou gourous,
hérétiques ou sectaires, se trouvèrent de tous temps quelques
sages éclairés !

Les bûchers d’aujourd’hui ont changé de nature, pas les


inquisiteurs : Les quelques religieux dogmatiques et bornés ont été
rejoints par d’autres – scientifiques, politiques, gens d’affaires ou de
médias …– dans leur propension à rejeter et condamner sans
chercher à connaître, et encore moins à comprendre.

Prudent et réservé sur ses inspirations, qu’il sait voir qualifiées


« mystico – vaporeuses » par le monde rationnel, le porteur du
message s’est surtout consacré aux affaires des hommes.

Chercheur depuis toujours, de vrai et de lumière, de bon et


d’unité, accumulant études, entre sciences et symboles ;
expériences vécues, entre heurs et malheurs ; et
accompagnements, entre hommes et systèmes, son long chemin
terrestre le menait d’évidence vers ce message-ci.

La source inspiratrice de ce livre s’est faite cette fois-ci insistante


et tenace : Au lieu de quelques lignes en des instants fugaces, c’est
quelques mois durant qu’elle a transmis ces pages.

D’abord un peu surpris par ces moments bizarres se répétant


chaque nuit durant de longues heures, finissant par douter de sa
santé mentale, le scripteur, peu à peu rassuré par des personnes
idoines, finit par s’engager sans plus de réticence, mais avec pour la
suite quelques appréhensions : Entre folie des hommes, criant au
sacrilège, ou prétexte facile de celle de l’auteur, qui sait laquelle des
deux le condamnerait de suite à connaître l’opprobre, ou pire, à
subir les assauts d’intégristes de tous bords ?

Car l’époque n’est pas sage : Les luttes entre les peuples, ou les
communautés, ou les humains entre eux, montrent combien les
forces qui animent le monde, fruits des egos humains, sont
devenues fantasques ces dernières années, et telles des rivières en
crue, elles débordent leur lit.

280
L’époque est un passage vers un monde à construire sur de
nouvelles bases : L’immense complexité laisse ceux qui sont aux
commandes quasiment impuissants à réguler tous les excès et les
débordements qu’on voit au quotidien … Quand ils n’y participent
pas eux-mêmes par leurs actions, souvent à contresens de ce qu’il
faudrait faire.

Les recherches, expériences et travaux du passeur du message,


sans doute déjà impulsés depuis l’enfance par l’énergie de
cet « inspirateur », – ou bien de quelques autres, allez-vous-en
savoir –, l’ont conduit à comprendre les mécanismes intérieurs et
sociaux qui président aux destinées des individus et collectifs
humains :

Loin d’en être un analyste détaché, il les a ressentis dans sa chair,


dans son âme, dans son cœur. Il a vécu de l’intérieur certaines des
conséquences des ombres de l’époque, ou de celles des humains !

S’il arrive que les fruits de sa pensée soit purement d’ordre


intellectuel, ce livre–ci est d’un tout autre ordre : « Parlant depuis
mon cœur, j’espère toucher le vôtre » : Puisse ainsi ce message
remplir la mission pour laquelle il est né !

Le long apprentissage du scripteur lui a montré que toutes les


voies pour piloter le monde : Religions, politiques, économie,
commerce, progrès technologique, recherche scientifique, bien-être
matériel, argent, règles administratives … avancent dans leur
impasse tant qu’elles ne se croisent pas en un carrefour commun,
dressant de nouvelles cartes, pour de nouveaux chemins.

Il a compris que les rêves et l’imagination, les productions du


cœur et de l’âme sensible, émotions, sentiments, ou l’envie de
nouer des relations fécondes pour inventer ensemble des
lendemains meilleurs, si elles sont nécessaires à créer le sursaut
vers plus d’humanité, doivent être épaulées par les forces
concrètes, mais aussi régulées.

Il a compris aussi qu’au milieu du chaos, personnel ou global, se


trouvait une issue, et que depuis toujours, des porteurs de

281
messages, qu’ils soient hommes ou livres, en décrivent les voies,
chacun à sa manière, chacun avec ses mots, et selon son époque :
Grandes figures du monde, philosophes anciens, prophètes ou bien
sages, saints ou mystiques de religions diverses, savants ésotéristes
d’hier ou d’aujourd’hui, et quelques scientifiques des profondeurs
de l’âme …

Porteur de leur flambeau, frère de cette lignée, parmi d‘autres


aujourd’hui, homme parmi les humains, pas « messager céleste », ni
mage, ni devin, il ne pouvait nullement garder par devers lui ce
message reçu, et se devait de vous le faire passer.

282
Table des Matières

Avant-propos 7
I/ Messages aux Gens du Monde 15
Message 1. « Un Message Nouveau » 16
Message 2. « Un Ancrage Plus Haut » 21
Message 3. « Avec les yeux du Cœur » 24
Message 4. « La Langue de Voltaire » 30
Message 5. « Le Sens de la Rivière » 32
Message 6. « Où est la Vérité ? » 34
Message 7. « Les Principes Créateurs » 36
Message 8. « Le Moulin » 41
Message 9. « La Machinerie du Vide » 45
Message 10. « Les Moteurs de la Vie » 47
Message 11. « Comment le Monde Avance » 52
Message 12. « Comprenez les Besoins » 54
Message 13. « L’Amour » 58
Message 14. « Les Mécaniques Humaines » 61
Message 15. « Les Deux Entonnoirs » 65
Message 16. « Les Sentiments » 68
Message 17. « Les Porteurs de Message » 71
Message 18. « Le Chemin de Progrès » 72
Message 19. « Les Dimensions de l’Homme » 78
Message 20. « Nouvelles Béatitudes » 82
Message 21. « La Sécheresse » 85
Message 22. «La Succession des Forces » 86
Message 23. « Le Métronome » 97
Message 24. « L’Homme Créateur » 98
Message 25. « Le Cercle » 101
Message 26. « L’Étoile » 106
Message 27. « L’œuf » 109
Message 28. « La Clef Unique » 111
Message 29. « Les Clefs sur la Porte » 112
Message 30. « Le Verbe et la Conscience » 114
Message 31. « Tenez-vous à Distance » 116
Message 32. « Action-Méditation » 118
Message 33. « L’Argent » 120
Message 34. « Les Modes de Décision » 124

283
Message 35. « La Mandarine » 126
Message 36. « Le Poste de Radio » 127
Message 37. « Les Poissons » 128
Message 38. « La Salle de Gymnastique » 129
Message 39. « L’Homme qui devient Sage » 130
Message 40. « Une Source qui Parle » 131
Message 41. « Source des Origines …. » 132
Message 42. « Les Chiffres » 134
Message 43. « Sur les Chemins des Hommes » 140
Message 44. « Vous Êtes Votre Matière » 142
Message 45. « L’Alchimie Intérieure» 144
Message 46. « Le Chemin des Maîtres » 151
II / Messages aux Gens des Livres 159
Message 47. « Religion et Reliance » 161
Message 48. « L’Ombre des Religions » 169
Message 49. « Le Chemin d’Héraklès » 175
Message 50. « Moïse, l’Eau et le Feu » 177
Message 51. « Guerriers de la Lumière » 179
Message 52. « Aux Fils de Jacob » 183
Message 53. « Aux Fils d’Ismaël » 206
Message 54. « Aux Frères de Jésus » 220
Message 55. « Les Commandements Anciens » 226
Message 56. « Enfants de l’Orient » 230
Message 57. « Autres Gens de la Terre » 232
Message 58. « Un Symbole d’Unions » 236
En Guise de Conclusion 259
Message 59. « Les Maillons d’une Chaîne » 260
Message 60. « Le Cœur, la Tête, le Tout » 266
Inspirations Passées 269
Postface 279

284