Vous êtes sur la page 1sur 2

Thème 3 : La Terre, un astre singulier

Bilan du chapitre : La Forme de la Terre

1. Comprendre que la Terre est sphérique

 Dès l’Antiquité, des observations de différentes natures (observations des étoiles, de la forme de la Lune au
cours d’éclipses lunaires ou encore des navires s’éloignant à l’horizon) ont permis de conclure que la Terre était
sphérique, alors même que, localement, elle apparaît plane dans la plupart des expériences quotidiennes.

 Aujourd’hui, avec la conquête des océans, du ciel et de l’espace, la forme sphérique de la Terre est au cœur
de notre quotidien : nous nous déplaçons en avion selon le plus court chemin, et des satellites en orbite nous
permettent par exemple de nous localiser grâce aux systèmes de positionnement européen Galileo et américain GPS.

2. Se repérer sur une Terre sphérique

Pour se repérer, l’Homme a tracé des lignes imaginaires sur la sphère terrestre :
 les méridiens : cercles qui passent par les deux pôles.
 les parallèles : cercles parallèles à l’équateur.

méridien de Greenwich
équateur

On repère un point à la surface de la Terre par deux coordonnées angulaires, sa latitude et sa longitude :
 la latitude (φ) : angle entre l’équateur et le parallèle au point M.
 la longitude (𝜆) : angle entre le méridien de Greenwich et le méridien au point M.

Le plus court chemin entre deux points à la surface de la Terre est l’arc du grand cercle qui les relie et non l’arc de
parallèle le plus proche.

Pour calculer un arc de parallèle entre deux points sur un même parallèle :
 il faut tout d’abord calculer le rayon du parallèle grâce à la formule donnée : Rparallèle = RT . cos (φ)
avec RT le rayon de la Terre
 puis calculer, par proportionnalité, l’arc de parallèle connaissant la longitude entre les deux points.

3. Méthodes géométriques de détermination du rayon de la Terre

Historiquement, des méthodes géométriques ont permis de calculer la longueur d’un méridien (environ 40 000 km)
à partir des d’angles ou de longueurs :
 méthode d’Eratosthène : elle consiste à mesurer une différence de latitude entre deux villes séparées par
une distance connue.

1
 triangulation plane utilisée par Delambre et Méchain : elle consiste à utiliser la loi des sinus pour mesurer,
par triangulation, la distance entre deux villes dont la différence de latitude est connue.

Ces deux méthodes permettent de déterminer une longueur en deux villes sur un même méridien, c’est-à-dire un arc
de méridien, on peut ensuite en déduire la longueur total du méridien par proportionnalité.

A partir de la connaissance de la longueur L d’un méridien, on peut en déduire le rayon RT de la Terre car :
2.π
L = 2 . π . RT donc RT =
L

Exercices d’entraînement :

Exercice n°1 : Arc de méridien


Les villes de Tarbes et Alençon sont situées sur le même méridien et sont séparées par 5° de latitude. La Terre est
considérée comme une sphère parfaite de rayon R T = 6 400 km.
Calculer la distance entre ces deux villes en suivant le méridien.

Exercice 2 : Arc de parallèle

La Terre est considérée comme une sphère parfaite de rayon R T = 6 400 km. Lille se situe sur le parallèle de latitude
50° Nord.
Soit H le centre du cercle correspondant à ce parallèle.

1. Quel est le rayon (HL) du parallèle passant par Lille ?

2. Calculer la longueur du parallèle de Lille.

3. La longitude de Lille est 3° Est. Plymouth au Royaime-Uni


(de longitude 4° Ouest) est à la même latitude que Lille.
Calculer la distance séparant ces deux villes sur le parallèle.

Exercice 3 : Les positions d’Alexandrie et Syène