Vous êtes sur la page 1sur 26

VENDREDI 3 AVRIL 2020

76E ANNÉE– NO 23400

FRANCESCA CAPELLINI
2,80 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE
WWW.LEMONDE.FR –
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

LE MONDE CLASSIQUES L’ÉPIDÉMIE  CAMILLE LAURENS


 DES LIVRES LE FEUILLETON LITTÉRAIRE
4  PAGES  DANS  LE  QUOTIDIEN ET LES LIMITES DU POUVOIR

PEUR ET FATIGUE, LE QUOTIDIEN DES SOIGNANTS
▶ Alors que le Covid­19 ▶ Les équipes hospitalières ▶ La maladie, dont l’aggra­ ▶ Les généralistes, très ▶ Médecin de campagne
étend son emprise en exercent dans une tension vation peut être fulgurante sollicités, voient leurs dans le Jura, Damien
France, la communauté extrême, entre réorganisa­ chez certains patients, pratiques bouleversées. Pollet raconte au
soignante subit désormais tion au pas de charge, prend parfois de court les Et affrontent, dans « Monde » comment
de plein fouet l’épreuve stress des pénuries et équipes les plus aguerries la solitude, le risque il a été lui­même infecté
de la crise crainte de la contamination et les éprouve d’être exposés au virus PAGE S 2- 3 E T 15

Etats­Unis Politique
Des pasteurs EN ESPAGNE, L’ARMÉE ENVOYÉE EN PREMIÈRE LIGNE Gestion de crise, 
antiscience et  ▶ Dans ce pays très durement frappé par la pandémie, les militaires transportent le vrai­faux 
coronasceptiques les morts, installent des hôpitaux ou désinfectent les bâtiments. PAG E 6 repli de Macron
Des pasteurs évangéliques Omniprésent, le chef de
défient les interdictions l’Etat entend « prendre de
de rassemblement et la hauteur » et laisser son
assurent « avoir le mandat premier ministre gérer
de Dieu » pour se réunir, l’opérationnel, mais peine
en dépit des poursuites singulièrement à s’effacer
PAGE 4 PAG E 7

Europe centrale Sans­abri
Le port « Les personnes
du masque vont d’abord 
se généralise mourir de faim »
A l’exemple de l’Asie, Dans les squats et les bi­
l’Autriche, la République donvilles de Bordeaux,
tchèque, la Slovénie et 2 500 habitants, souvent
la Slovaquie ont adopté sans emploi, redoutent
des mesures obligatoires plus le manque de nourri­
dans tous les lieux publics A Madrid, le 30 mars, l’armée monte une tente pour accueillir des patients. BERNAT ARMANGUE/AP ture que le Covid­19
PAGE 5 PAG E 8

Idées Vidéo Musique Economie


L’accélération vers Netflix, Amazon Bayreuth annulé : Le secteur
un capitalisme et OCS ont doublé l’opéra, à son tour,
numérique, selon leur nombre ébranlé par de l’immobilier
Daniel Cohen de spectateurs la pandémie est à l’arrêt
PAGE 24 PAG E 1 3 PAGE 20
Près de 80 % des chantiers
du bâtiment se sont inter­
rompus dès le 17 mars,
LE REGARD DE PLANTU au premier jour du confi­
nement. Les architectes,
les agents immobiliers,
les promoteurs, les notai­
res tournent au ralenti :
un plan de relance est
à l’étude pour un secteur
essentiel à la croissance
PAGE 11

1
ÉDITORIA L

LES DIVIDENDES 
PEUVENT 
ATTENDRE
P AG E 26

Algérie 220 DA, Allemagne 3,70 €, Andorre 3,50 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,10 €, Cameroun 2 400 F CFA, Canada 5,70 $ Can, Chypre 3,20 €, Côte d'Ivoire 2 400 F CFA, Danemark 36 KRD, Espagne 3,50 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,10 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,20 €, Guyane 3,50 €,
Hongrie 1 330 HUF, Irlande 3,50 €, Italie 3,50 €, Liban 6 500 LBP, Luxembourg 3,20 €, Malte 3,20 €, Maroc 22 DH, Pays-Bas 3,80 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,20 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,40 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,10 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
CORONAVIRUS
0123
2| VENDREDI 3 AVRIL 2020

Dans les hôpitaux, la fatigue et la peur
Alors que le Covid­19 étend son emprise en
France, les personnels soignants subissent
l’épreuve d’un quotidien de crise, entre brutalité
de la maladie, difficulté des rapports avec
les familles et crainte de la contamination

L
a fatigue et la trouille, la peur « Nous sommes frappés par la vitesse à la­
pour les patients et la peur pour quelle l’état de santé des patients se dégrade,
soi­même, le stress des nouvelles témoigne Nicolas Van Grunderbeeck, réani­
pénuries qui s’annoncent, la sidé­ mateur au Centre hospitalier d’Arras. Quand
ration face à la brutalité de la ma­ ils arrivent en réanimation ou aux urgences,
ladie et la crainte d’avoir à prati­ certains n’ont quasi plus de réserves d’oxy­
quer une médecine d’« abattage ». Et tout cela gène, ce qui rend très délicate l’intubation. » Il
mêlé à la colère d’avoir si longtemps alerté, faut alors faire très vite : « Nous pouvons vrai­
en vain, du manque de moyens et de n’avoir ment perdre des malades à ce moment­là »,
jamais été entendu. Alors que l’épidémie de dit M. Van Grunderbeeck.
Covid­19 étend son emprise sur le territoire Dans les établissements dépourvus de ser­
national et que les transferts de patients se vice de réanimation, la crainte de ne pas
poursuivaient, jeudi 2 avril, entre la région trouver de place pour les patients en dé­
parisienne et des zones moins touchées, la tresse respiratoire sévère va crescendo de­
communauté soignante subit désormais à puis le début de la semaine, notamment en
plein l’épreuve d’un quotidien de crise. Ile­de­France.
L’épreuve est d’abord celle de la réorgani­ « On sent que c’est de plus en plus compliqué
sation des établissements, conduite au pas de placer nos patients les plus sévèrement
de charge, et, pour de nombreux soignants, touchés dans les services de réa d’Ile­de­
la confrontation avec une réalité éloignée France, témoigne Véronique Manceron, in­
de leurs spécialités. « Il y a d’abord une an­ terniste infectiologue à l’hôpital Max­Fou­
xiété due au bouleversement des services, restier de Nanterre (Hauts­de­Seine). Jusqu’à
réorganisés pour faire de la place aux pa­ présent, nous n’avons pas été confrontés à
tients atteints du Covid­19, ce qui est pertur­ une absence de place, mais on doit désormais
bant pour les soignants, témoigne Franck intuber nos patients avant leur transfert, pour
Rolland, vice­président du Syndicat repré­ soulager les services où ils seront pris en
sentatif parisien des internes de médecine charge. » Le stress des gestes compliqués se
générale (SRP­IMG). Par exemple, ceux des partage aussi.
services psychiatriques n’ont pas l’habitude
de gérer ni le risque infectieux, ni l’équipe­ STRESS COMMUNICATIF
ment nécessaire : masques, blouses… » Cette trouille pour leurs patients, les soi­
Non seulement il faut parfois opérer loin gnants l’ont aussi pour eux­mêmes et leurs
de ses routines professionnelles, mais la proches, qu’ils redoutent de contaminer.
maladie, imprévisible, prend parfois de « La fatigue s’accumule, des collègues sont
court les personnels les plus aguerris. malades ou ont peur d’être contaminés à leur
« Nous recevons des patients dans un état tour, explique Corinne Delys, psychologue à
dramatique. L’imagerie des poumons, par­ l’hôpital de Creil (Oise) et déléguée CGT du
fois entièrement blanche, ce qui signifie une personnel. De plus en plus disent qu’ils ne
inflammation généralisée, nous stupéfie », dorment pas et viennent au boulot avec la
raconte Vincent Carret, médecin urgentiste peur au ventre. »
au centre hospitalier intercommunal de Un stress communicatif. « Le corps médi­
Toulon­La Seyne­sur­Mer. La versatilité de cal est habituellement dans la toute­puis­
la maladie, et l’aggravation parfois fulgu­ sance, se croit quasi immortel et les patients
rante de ses formes les plus sévères sont se sentent ainsi rassurés, dit M. Carret.
une cause d’anxiété permanente. Aujourd’hui, nous sommes tout autant me­
« Une source de stress vient des caractéris­ nacés que les autres, ce qui nous rappelle à
tiques de la maladie, notamment l’aggrava­ notre devoir d’humilité, mais accroît l’an­ « DE PLUS EN PLUS DE  La fatigue s’accumule, lancinante. Et si les l’accueil des cas de Covid­19 », dit­il. D’où une
tion de l’atteinte respiratoire, qui peut surve­ goisse des patients. » évacuations de malades ont permis d’éviter le rotation d’effectifs, et donc la « sanctuarisa­
nir en quelques heures, explique le pneumo­ Dans les régions les premières touchées, COLLÈGUES DISENT  pire, elles peuvent avoir un effet délétère sur tion du principe des repos hebdomadaires,
logue Charles Marquette, professeur au l’angoisse, amplifiée par la fatigue, com­ QU’ILS NE DORMENT  l’état psychologique des blouses blanches. pour permettre aux personnels d’être rempla­
Centre hospitalo­universitaire (CHU) de mence à entamer l’état des troupes. A Col­ « On transfère les malades qui sont transporta­ cés, de se reposer ». Comme à Colmar, et
Nice. Cette soudaineté d’aggravation est mar, « certains soignants sont touchés et in­ PAS ET VIENNENT  bles, donc ceux qui vont mieux, mais on garde ailleurs, une cellule de soutien psychologique
tout à fait inhabituelle dans les pneumonies quiets », admet l’anesthésiste Jean­François ceux qui vont le plus mal, explique M. Cerfon. est à la disposition des soignants. Mais la va­
infectieuses, même graves. » Un constat par­ Cerfon, chef de l’un des services de réanima­ AU BOULOT AVEC LA  C’est dur pour les personnels de ne pas voir les gue ne passe pas. « On est toujours sur une
tagé par de nombreux praticiens. Vincent tion de l’hôpital. « On a vu au début chez le fruits de leurs efforts, ça nous ferait du bien de montée en charge nette, qui exerce une pres­
Carret raconte le traumatisme des soi­ personnel une forte volonté, l’envie d’aller
PEUR AU VENTRE » voir nos patients guérir. » sion forte sur les admissions », dit Christophe
gnants de son équipe, devant « la mort bru­ aider, mais on sent la fatigue arriver », dit­il. CORINNE DELYS A Strasbourg, le directeur général des hôpi­ Gautier. Et sur les personnels.
tale de cet homme de 70 ans, emporté alors Sur le front depuis plusieurs semaines, les psychologue à l’hôpital taux, Christophe Gautier, est confronté
que, vingt minutes auparavant, il plaisantait soignants bénéficient désormais d’une cel­ de Creil aux mêmes difficultés. « On a pris le parti de LA MORT DANS LA SOLITUDE
encore avec eux ». lule de soutien psychologique. réorienter l’ensemble des établissements sur La perspective de nouvelles pénuries est une
autre cause d’inquiétude. Après le manque de
matériel de protection, de fortes tensions sur
Les médecins généralistes ne veulent pas être les oubliés de la crise certains médicaments – notamment les déri­
vés du curare, des sédatifs et des analgési­
ques – se font jour. Or, ces produits forment
moins visibles que les personnels hospita­ devons maintenir le contact avec des patients qui ont naire, à deux ou trois par jour. « Vu les volumes atten­ une bonne part de l’arsenal médicamenteux
liers qui prennent en charge les situations les plus déjà consulté, mais dont on est sans nouvelles. » dus, les équipes de médecins de ville vont souffrir, des réanimateurs. Non seulement aucun trai­
aiguës de la crise du Covid­19, les médecins géné­ « Notre travail est très modifié, mais je ne me place après celles de l’hôpital. » tement éprouvé contre le SARS­CoV­2
ralistes n’en jouent pas moins un rôle majeur dans pas dans une position de plainte, assure de son côté Les médecins généralistes et les infirmiers de­ n’existe, mais les produits nécessaires aux
la gestion de la maladie. Avec, pour nombre d’en­ Guillaume Getz, président du Syndicat de médecine vront à la fois « gérer le stress de la famille » et pren­ gestes complexes susceptibles de stabiliser
tre eux, un sentiment de solitude et d’abandon générale (SMG). On fait beaucoup de téléconsulta­ dre toutes les précautions pour ne pas être conta­ les patients pourraient manquer.
face à une situation qui modifie profondément tion, on travaille beaucoup au téléphone, notamment minés. « Le manque de matériel médical génère La détresse des blouses blanches face à la
leurs pratiques et les met, eux aussi, en situation auprès de personnes âgées qui n’ont pas l’équipement beaucoup de colère, de frustration et d’angoisse maladie se lit aussi dans les débats qui traver­
de risque personnel. Le 27 mars, le ministre de la informatique. Ce que la situation souligne, c’est la li­ chez les médecins libéraux. On exigera des blouses, sent toute la communauté soignante sur
santé Olivier Véran leur a adressé une lettre, les as­ mite du modèle actuel de notre rémunération à l’acte, des charlottes et des masques FFP2. » Dans certai­ l’utilisation de l’hydroxychloroquine, popula­
surant de son « immense gratitude », soulignant qui ne permet pas de prendre en compte le travail de nes régions, les médecins généralistes ont bien risée par le professeur Didier Raoult (IHU Mé­
que tout était en œuvre pour leur fournir des mas­ santé publique que nous effectuons. » Tous redoutent plus souffert du défaut d’approvisionnement en diterranée Infection, à Marseille) mais dont
ques de protection et leur annonçant la prise en la crise, mais aussi son issue et le retour des patients matériel de protection que leurs confrères hospi­ l’efficacité n’a pas été démontrée. Dans cer­
charge à 100 % des téléconsultations et des télé­ atteints d’autres pathologies qui auront renoncé à taliers. Au point d’attiser une forte rancœur. Le tains services, les discussions sont parfois vi­
soins par l’Assurance maladie à titre dérogatoire. consulter pendant plusieurs semaines. Monde a eu accès à des forums privés rassemblant ves sur la conduite à tenir. Certains arguent
« Aujourd’hui, il faut rappeler que plus de 80 % des plusieurs centaines de médecins généralistes : de de l’absence de bénéfice avéré et des incon­
patients touchés par le Covid­19 sont pris en charge L’hydroxychloroquine, abcès de fixation nombreux messages témoignent d’une profonde nues sur les risques. D’autres s’accrochent à
par la médecine de ville, mais beaucoup d’entre nous D’autres sont préoccupés par le rôle que la médecine colère envers le gouvernement, bien qu’il soit dif­ cette planche de salut ; il n’y a rien d’autre à
se sentent comme les oubliés de cette crise », affirme de ville pourrait devoir jouer, en appui des structures ficile de mesurer l’ampleur de cette défiance. donner, et l’impuissance de la médecine est
Margot Bayart, vice­présidente du syndicat MG hospitalières, si la situation venait à s’aggraver forte­ La question de l’hydroxychloroquine semble aussi parfois aussi douloureuse pour le médecin
France, qui regrette que bien peu de cas soit fait des ment. A Carpentras (Vaucluse), Sébastien Adnot, mé­ un abcès de fixation, certains médecins vivant que pour le malade.
nombreux généralistes ayant contracté la maladie. decin généraliste, s’inquiète de la façon dont il devra comme une humiliation l’impossibilité de la pres­ Tout, dans la situation, est inédit. L’impossi­
Paradoxalement, la fréquentation physique des ca­ gérer les fins de vie à domicile des patients atteints crire à leurs patients atteints par le Covid­19. Comme bilité pour les familles de voir leurs proches
binets a considérablement chuté, mais les consulta­ de Covid­19. « On se tient prêt, mais c’est une source l’a rappelé l’Agence nationale de sécurité du médica­ hospitalisés dans les unités Covid­19 est éga­
tions à distance deviennent une part importante de d’angoisse. Comme les places vont manquer à l’hôpi­ ment le 30 mars, la prescription de cette molécule lement une source de tension encaissée par
l’activité de la médecine de ville. « C’est un boulever­ tal, comment va­t­on aborder la multiplication des pour le traitement de la maladie ne peut se faire qu’à les blouses blanches. « La gestion des familles
sement complet de nos pratiques, reprend Margot cas de patients contaminés qui vont mourir chez eux, titre expérimental, dans un cadre hospitalier.  devient de plus en plus pesante, car nous
Bayart. Nous passons beaucoup de temps à rassurer, en état de détresse respiratoire ? » Il redoute de passer stéphane foucart n’avons pas beaucoup de bonnes nouvelles à
à expliquer, à gérer de l’anxiété. De même que nous d’un patient par semaine, comme c’est le cas d’ordi­ et faustine vincent leur annoncer », confie Corinne Delys.
0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020 coronavirus | 3

A bord d’un TGV


médicalisé emportant des
patients depuis Paris vers
la Bretagne, mercredi
Le « système D » face
1er avril. THOMAS SAMSON/AFP
à la pénurie de matériel
Les hôpitaux manquent de masques, mais aussi
de surblouses et même de tubulures de perfusion

M asques commandés en
Chine, industriels mo­
bilisés, stocks réquisi­
tionnés… Depuis le début de la
« LA DIRECTION A DÉCIDÉ 
DE FAIRE FABRIQUER 
nis en plastique ? », ironise Thomas
Gille, de l’hôpital Avicenne.
Face à la pénurie, l’heure est au
« système D » : « On a récupéré des
pandémie de Covid­19, la pénurie 5 000 MASQUES MAISON combinaisons de peinture », expli­
d’équipements de protection du que Julie Chastres, à Bry­sur­
visage suscite la colère des soi­ PAR DES ÉTUDIANTS  Marne.
gnants, et l’Etat a promis de tout A Mont­de­Marsan, la vague n’est
faire pour y remédier. « D’ici à fin
EN MÉDECINE  pas encore arrivée, et, pourtant,
avril, nous aurons la capacité de ET EN PHARMACIE » l’hôpital manque déjà, lui aussi,
produire environ 15 millions de cruellement de blouses. « On en a
masques par semaine », a assuré BENJAMIN DELRUE besoin de 3 000 par semaine en
Emmanuel Macron, mardi 31 mars. infirmier au CHU d’Angers temps normal. Là, notre stock est
En attendant, dans les hôpitaux presque à zéro », explique la direc­
français, le manque de matériel tion. L’appel aux dons lancé la se­
reste chronique. Si la plupart ont le personnel qui ne travaille pas maine dernière sur les réseaux so­
effectivement reçu quelques lots dans des conditions de sécurité ciaux a permis d’obtenir quelques
de masques, le manque de visibi­ satisfaisantes. » jours de répit. Les soignants arbo­
lité sur les stocks et leur renouvel­ Les directions hospitalières com­ rent désormais les blouses que
lement conduit bien souvent les posent avec les moyens du bord. leur ont envoyées les agriculteurs
directions à distribuer avec parci­ « La direction nous dit qu’elle n’est landais, avec lesquelles ils insémi­
monie ces équipements. pas en capacité de nous fournir le nent habituellement les vaches.
« On est rationnés parce qu’il y nombre de masques nécessaires, à « Tout le monde fait ses fonds de
avait un manque de masques ini­ tel point qu’elle a décidé, depuis la placard pour aider les hôpitaux.
tial et parce qu’il y a eu des vols, il fin de semaine dernière, de faire fa­ L’entreprise Bonduelle et des bouti­
n’y a plus une boîte devant chaque briquer 5 000 masques maison par ques de matériel agricole nous ont
chambre comme avant, et le nom­ des étudiants en médecine et en aussi donné des blouses, des char­
bre de masques qui ne sont pas sous pharmacie », relate Benjamin lottes et des surchaussures », pré­
clé est minimal », raconte ainsi Delrue, infirmier au CHU d’Angers. cise la direction de l’hôpital.
Thomas Gille, pneumologue à Outre les masques, les problè­
l’hôpital Avicenne de Bobigny (Sei­ mes d’approvisionnement concer­ Sacs-poubelle
ne­Saint­Denis). nent désormais d’autres équipe­ Des particuliers confinés chez eux
ments, notamment les blouses dé­ et dotés d’une imprimante 3D ont
« Un Téléthon pour l’hôpital » perlantes ou surblouses, ces te­ eux aussi apporté leur concours en
A l’hôpital de Creil, dans l’Oise, le nues qui s’enfilent par­dessus la fabriquant des visières pour pallier
premier établissement de France à blouse des soignants. le manque de lunettes de protec­
avoir accueilli des patients atteints « On est en rupture, la commande tion, nécessaires pour intuber les
par le Covid­19, dès la mi­février, la doit arriver cette semaine, mais on patients. « On en a reçu 130, cela nous
situation s’est « un peu améliorée », n’a pas assez de stocks », reconnaît sera utile », précise la direction, qui
relève Corinne Delys, secrétaire gé­ Christophe Gautier, directeur des en profite pour lancer ce nouvel ap­
nérale CGT. « On a eu beaucoup de hôpitaux universitaires de Stras­ pel : « Si les gens ont des blouses, sur­
dons d’entreprises de la région ou bourg. « On passe notre temps à tout, qu’ils nous contactent ! »
de particuliers en masques ou en gérer la pénurie », regrette aussi Ailleurs, ce sont des sacs­pou­
surchemises, témoigne Mme Delys. Julie Chastres, directrice de belle qui sont parfois utilisés en
L’expression est un peu cynique, l’hôpital Saint­Camille à Bry­sur­ guise de surblouses ou de sur­
mais revient souvent dans la bou­ Marne (Val­de­Marne) : « Mardi chaussures, pour protéger ses
che des collègues : on a l’impression 31 mars, il ne nous restait que trente pieds. Plus tragique encore, le
qu’il y a un Téléthon pour l’hôpi­ surblouses. On en utilisait mille par manque de sacs mortuaires pour
tal. » Les dons ne se limitent pas au jour au début. » envelopper les défunts. « Nous
matériel de protection. « On nous Pierre Loisel, aide­soignant à Lo­ manquons de “housses défunts”.
Mardi 31 mars a été, à l’hôpital de Creil, ceron. Cette décision a été prise à l’unani­ offre aussi des cafetières, des micro­ rient (Morbihan), rapporte les mê­ Nous en achetons sur un site qui
« une journée horrible », dit­elle. « Nous avons mité. C’est une question d’humanité : voir ses ondes. Autant de petites choses qui mes difficultés : « Nous manquons fournit la police scientifique, sinon
été confrontés à l’agressivité extrême d’une proches avant de mourir, on ne peut pas en­ font du bien au moral. » de surblouses. La cellule de crise a va­ il faudrait attendre jusqu’à fin
famille qui ne pouvait pas voir un de ses mem­ lever ça aux gens. » Dans le même département, à lidé l’autorisation du port d’une juillet », se désespère Mme Chastres.
bres décédés du Covid­19, raconte la psycho­ Dans l’un des services de réanimation de l’hôpital de Compiègne, les dons même surblouse pour plusieurs pa­ Au­delà, le manque commence à
logue. Ils sont arrivés à soixante dans l’hôpi­ Strasbourg, Olivier (son prénom a été modi­ pallient provisoirement la pénurie tients si elle n’est pas souillée. » « On se faire sentir aussi en matériel
tal. Nous avons dû faire appel à la police. fié) raconte le moment de tension le plus ex­ de matériel. « On attend toujours se retrouve à devoir enfreindre les rè­ médical fondamental. A Colmar, ce
Dans notre secteur, nous sommes habitués trême, celui de l’extubation, lorsque l’équipe les millions de masques qui doivent gles d’hygiène pour essayer de se pro­ sont ainsi « les stocks de tubulures
aux situations explosives, mais, avec le Co­ soignante ôte le matériel respiratoire. « Cer­ arriver de Chine, témoigne un re­ téger et de protéger les patients, dé­ de perfusion qui sont en tension »,
vid­19, elles redoublent de violence. » tains arrivent à se battre, dit­il. Certains n’en présentant du personnel, qui sou­ nonce une infirmière du Collectif raconte Jean­François Cerfon, chef
La mort est d’autant plus difficile à accep­ ont plus la force et lâchent. » Ensuite, tout va haite conserver l’anonymat. On a Inter­Urgences. Certains hôpitaux d’un service de réanimation. A
ter pour les personnels qu’elle survient sou­ très vite, trop vite. « On les met dans un sac encore des charlottes, des gants, ont demandé à leur personnel de la­ Bry­sur­Marne, « nous ne sommes
vent dans la solitude. A l’hôpital Max­Fou­ mortuaire, il n’y a pas de toilette, il n’y a pas des masques chirurgicaux, mais ver leur blouse, alors qu’elles sont en plus approvisionnés en petites bou­
restier de Nanterre, l’équipe soignante a mis les gestes que l’on peut faire d’ordinaire. C’est pas assez de masques FFP2. Même papier, ou de les utiliser plus long­ teilles d’oxygène dont on a besoin
cette question sur la table. « Nous avons dé­ la peste noire. Les familles ne sont plus là dès pour les soignants qui sont en con­ temps, ce qui les rend inefficaces. » pour les déplacements d’un service
cidé de permettre aux proches de venir voir que l’on rentre dans les unités Covid. En bas, tact permanent avec des patients Ailleurs, le matériel qui arrive n’est à l’autre. Hier, on en a cherché par­
les patients en fin de vie, tout en mettant en un gendarme vient constater le décès. C’est atteints par le Covid­19, il n’y en a pas toujours conforme : « On n’a plus tout. On doit faire avec onze bou­
place un protocole afin de limiter les risques terminé. Et un nouveau malade arrive. »  pas pour tout le monde. C’est une de surblouses mais des tabliers sans teilles par semaine ». 
de contamination, raconte Véronique Man­ services planète et société source d’inquiétude, de peur, pour manches. Demain, on aura des biki­ services planète et société

Epidémie de Covid-19 : situation au 1er avril, 14 heures


DÉCÈS À L’HÔPITAL HOSPITALISATION HOSPITALISATIONS PAR DÉPARTEMENT COMPARATIF EUROPÉEN
ET RÉANIMATION pour 100 000 habitants Progression du bilan humain

4 032
Guadeloupe 13 155 morts 12 000
selon le stade de l’épidémie en Italie
24 543
Italie France Espagne
de 100 à 156,3 10 000
Allemagne Royaume-Uni
depuis le 1 mars
er Personnes de 50 à 100 Martinique 9 387 morts
hospitalisées en Espagne 8 000
de 25 à 50

RETOUR À DOMICILE de 10 à 25 Bilan quotidien Mayotte


Les données
commencent au 10e décès.
4 032 morts 6 000
moins de 10 en France
10 934
En réanimation 920 morts 4 000
La Réunion en Allemagne
et en soins intensifs
2 972 Petite couronne 1 793 morts
au Royaume-Uni 2 000
Guyane
816 5 940
771
0
18 mars 1 avril
er
18 mars 1 avril
er
Jour 0 Jour 10 Jour 17 Jour 25 Jour 36

Infographie Le Monde Sources : Santé publique France, Johns Hopkins University


0123
4 | coronavirus VENDREDI 3 AVRIL 2020

La droite antiscience américaine Le président biélorusse


qualifie la pandémie
freine la lutte contre le Covid­19 de « psychose »
Une coalition de sceptiques, notamment des pasteurs évangéliques, Alexandre Loukachenko estime que les
mesures de quarantaine « tuent des gens »
dénonce des entraves à la liberté de religion et politise le débat
moscou ­ correspondant
washington ­ correspondant une pandémie « motivée par des Trump, l’a illustrée à sa manière le
Les marchés,
L’aile probusiness

L
a sombre mise en garde
de Donald Trump, mardi
31 mars, va­t­elle définiti­
vement réduire au si­
motifs politiques ».
Cette résistance d’une partie de
la droite religieuse aux mesures de
précaution adoptées pour enrayer
la progression de la maladie a été
du Parti
républicain
a montré son
24 mars en assurant : « Vous ne
pouvez simplement pas laisser les
épidémiologistes diriger un pays de
plus de 320 millions d’habitants. »
Candace Owens, jeune figure de
L a boutade est signée d’un in­
ternaute biélorusse : après
avoir été longtemps dé­
peinte en « dernière dictature d’Eu­
rope », selon le mot de l’ancienne
les magasins,
les restaurants
restent ouverts,
lence une coalition de sceptiques également vérifiée par le compor­ la droite conservatrice, avait secrétaire d’Etat américaine Con­
en l’absence
rangée à droite qui a longtemps tement d’un pasteur évangélique
impatience de défendu des positions similaires doleezza Rice, voilà la Biélorussie de consignes
relativisé ou nié la réalité de la notoirement proche du président voir l’économie le 16 mars à l’occasion d’un débat qui se pare désormais des atours
des autorités
menace, comme le président des des Etats­Unis, Jerry Falwell Jr. en direct sur les réseaux sociaux. de la… « dernière démocratie d’Eu­
Etats­Unis ? Au lendemain de la Ce dernier avait décidé, la se­
du pays repartir « Je recommanderais simplement rope ». Sur un continent où le con­
présentation par la Maison maine précédente, de rouvrir par­ d’accepter qu’il existe un nouveau finement est devenu la norme,
Blanche de projections selon les­ tiellement la plus grande univer­ virus, et, comme pour tous les vi­ Minsk fait figure de village d’irré­ tiel de punir ceux qui répan­
quelles entre 100 000 et 240 000 sité évangélique du pays, la Liberty vatrice, très présente sur les ré­ rus, certaines personnes mour­ ductibles, où les citoyens sont li­ draient des rumeurs, les signes in­
Américains pourraient être victi­ University, en Virginie, après la seaux sociaux, Peter Barry ront, et, comme pour tous les virus, bres d’aller et venir. Ce pays de quiétants se multiplient, qui ne
mes du Covid­19 dans les mois à coupure des vacances de prin­ Chowka, dont des messages ont si vous êtes vieux, vous devez être 9,5 millions d’habitants n’a quasi­ sont pas tous dissimulables. Une
venir, le gouverneur républicain temps. Un alinéa spécifique du dé­ été partagés par le passé par particulièrement prudent et vous ment pas changé ses habitudes personne contactée à Minsk ra­
de Floride, Ron DeSantis, long­ cret de confinement signé lundi Donald Trump sur son compte êtes invité à vous mettre en qua­ face à la pandémie de Covid­19, qui conte ainsi que sa mère a passé dix
temps réticent, a fini par se rési­ par le gouverneur de l’Etat, le dé­ Twitter, a alors qualifié le scientifi­ rantaine. Sinon, rien de neuf, n’a touché, selon les chiffres offi­ jours hospitalisée, atteinte d’une
gner à imposer le confinement mocrate Ralph Northam, a con­ que de « larbin » d’un « Etat pro­ 750 millions de personnes sont in­ ciels, que 152 personnes. pneumonie virale et de fortes fiè­
d’un Etat où réside une forte pro­ traint Jerry Falwell Jr à obtempérer. fond » présenté comme hostile au fectées par la grippe chaque an­ Aucune mesure de quarantaine vres, et que ni elle ni les sept fem­
portion de personnes âgées, par­ Le 10 mars, invité de la matinale locataire de la Maison Blanche. née », avait­elle assuré. n’a été prise et aucune fermeture mes de sa chambre d’hôpital ne se
ticulièrement vulnérables face à de la chaîne conservatrice Fox Le dernier pilier de cette coali­ d’établissement commercial ou sont vu proposer le moindre test.
la pandémie. News, il avait tourné en dérision Un remède « pire que le mal » tion de sceptiques face à la pandé­ culturel annoncée. Le champion­ Officiellement, ceux­ci sont pour­
Trois jours plus tôt, le dimanche les premières mesures de protec­ Le très trumpiste chroniqueur ul­ mie est enfin représenté par une nat de football, maintenu, conti­ tant légion, le ministère de la santé
29 mars, un pasteur pentecôtiste tion, dénonçant une manœuvre tra­conservateur Bill Mitchell a partie de l’aile probusiness du nue même d’attirer les foules dans assurant dépister même des per­
de Tampa (Floride), Rodney de l’opposition démocrate pour qualifié Anthony Fauci de Grand Old Party (GOP). Ce courant les stades. Seule précaution : des sonnes asymptomatiques.
Howard­Browne, avait défié les chasser Donald Trump du pou­ « taupe » de l’ancienne candidate républicain a cru avoir pris l’avan­ fonctionnaires prennent la tem­
interdictions de rassemblement voir. L’animatrice de la chaîne Fox à la présidentielle et exigé sa tage lorsque Donald Trump a pérature des visiteurs. La Russie a fermé sa frontière
en organisant deux offices dans Business Trish Regan a défendu démission. Le site complotiste Big montré son impatience à voir Cette exception offre même un Un médecin interrogé par le site de
son église géante, « The River ». Il avec virulence cette thèse, au League Politics a accusé de son l’économie américaine repartir, regain de visibilité au football bié­ Radio Svoboda confirme que
avait été brièvement emprisonné point de contraindre sa direction côté l’immunologiste de vouloir comblant également l’aile reli­ lorusse : pour combler les appétits « beaucoup de personnes sont ma­
par les autorités du comté. à la retirer de l’antenne, puis à la transformer les Etats­Unis en gieuse en espérant voir les « églises contrariés des amateurs de sport, lades en ce moment. On leur dia­
licencier le 27 mars. « Etat policier comme la Chine remplies » pour Pâques, le 12 avril. l’Ukraine, la Russie ou encore gnostique la grippe porcine ou sai­
« Le mandat de Dieu » Cet argument de politisation de pour arrêter le virus ». David McIntosh, un ancien re­ Israël ont d’ores et déjà fait l’acqui­ sonnière. Quant à ceux qui meu­
Mardi 31 mars, Tony Spell, pasteur la pandémie a été repris égale­ Un autre proche de Donald présentant de l’Indiana qui est sition des droits de diffusion du rent de pneumonie, personne ne
d’une autre église géante de Loui­ ment par une partie de la droite Trump, le chroniqueur de la aujourd’hui le président du championnat local. Celui de bas­ peut dire comment celle­ci se dé­
siane, la « Life Tabernacle dure américaine. Cette dernière a chaîne Fox Business Lou Dobbs, groupe conservateur influent ket­ball, en revanche, a été mis sur clare ». La région de Vitebsk, dans
Church », située à Baton Rouge, a concentré ses attaques sur la per­ a également contesté la compé­ Club for Growth, avait mis en pause. Cette situation doit beau­ l’est, apparaît comme un foyer im­
organisé une messe en dépit sonne du directeur de l’Institut tence du scientifique à propos de garde contre les risques économi­ coup, si ce n’est tout, aux positions portant. Ses limites administrati­
d’une citation à comparaître re­ national des allergies et maladies l’efficacité supposée d’un médica­ ques d’un pays trop longtemps à prises par le président Alexandre ves ont été partiellement fermées,
çue dans l’après­midi pour six infectieuses, Anthony Fauci, de­ ment conçu pour traiter le palu­ l’arrêt. Toujours sur Fox News, Loukachenko. Au pouvoir depuis et des événements publics annu­
violations d’un décret du gouver­ venu la référence des Américains disme − l’hydroxychloroquine − Steve Hilton, un ancien conseiller 1994, celui­ci a qualifié la crise de lés. Autre signe du sérieux de la
neur démocrate, John Bel Ed­ dans cette crise sanitaire depuis présenté comme pouvant « chan­ de l’ancien premier ministre bri­ « psychose » dès ses débuts. situation, la Russie a fermé, le
wards, contre ce type de manifes­ qu’il participe presque quotidien­ ger la donne » par le milliardaire, tannique David Cameron, s’était Depuis, ses sorties publiques 18 mars, sa frontière terrestre avec
tations publiques. nement aux briefings conduits au contraire du scientifique, plus lui aussi alarmé, le 22 mars, dé­ alternent entre déni (« Vous voyez son voisin et allié biélorusse.
Le pasteur a dénoncé une at­ par le président des Etats­Unis. prudent. nonçant un remède « pire que le un virus ici ? », lancé à une journa­ « Hormis sur les réseaux sociaux,
teinte aux libertés religieuses et Cette droite a exhumé un mes­ « Le président a raison et franche­ mal ». La formule avait été reprise liste à la sortie d’une patinoire), les gens ne s’inquiètent pas vrai­
affirmé qu’il ne céderait pas. sage amical datant de 2013 adressé ment Fauci a tort », a assuré Lou par Donald Trump sur son bravades (« Mieux vaut mourir de­ ment, relativise le politiste Dzianis
« Nous avons le mandat de Dieu par l’immunologiste à l’ancienne Dobbs le 23 mars, fidèle à la tradi­ compte Twitter avant qu’il se rési­ bout que vivre à genoux ») et con­ Melyantsou. Ils se préparent seule­
pour nous réunir et nous rassem­ secrétaire d’Etat Hillary Clinton tion antiscience d’une partie de la gne, une semaine plus tard, à pro­ seils de grand­père délivrés sur le ment à de possibles problèmes
bler, et continuer à faire ce que comme preuve d’une hostilité droite américaine. Un autre chro­ longer d’un mois les mesures de ton de la blague, vantant les méri­ d’approvisionnement, mais ceux
nous faisons », a­t­il assuré à la présumée contre le président. niqueur de Fox News, Tucker précaution.  tes de la vodka ou les vertus de la qui ont survécu aux années 1990
chaîne CNN, avant de stigmatiser Une figure de cette droite conser­ Carlson, qui a l’oreille de Donald gilles paris conduite de tracteur, que le pays sont difficilement impressionna­
produit en masse et « qui va guérir bles… » Pour le chercheur, « le pou­
tout le monde ». Facétieux, les in­ voir tente de préparer le système de
ternautes biélorusses ont remer­ santé à l’épidémie, mais sa priorité

Au Brésil, des pasteurs nient la gravité du virus cié leur président pour l’invention
de la « tractorine ».
est d’éviter un écroulement de l’éco­
nomie, déjà au bord de la crise et
qui sort d’un conflit avec la Russie
Théories complotistes au sujet des prix des hydrocarbu­
Le discours des fondamentalistes est relayé par le président Bolsonaro, qu’ils soutiennent Le 27 mars, le répertoire présiden­ res ». Le 27 mars, Alexandre Louka­
tiel s’est teinté d’une tonalité com­ chenko a ainsi cité Donald Trump,
plotiste. « Le coronavirus est­il lequel a assuré que le remède ne
rio de janeiro ­ correspondant lion de fidèles). Dans une vidéo inflexibles : dans les grandes vil­ dirigeant un empire commercial, tombé du ciel ? Qui en a besoin ? », devait pas être pire que la maladie.
postée sur les réseaux sociaux, ce les, les « méga­églises » pouvant allant des maisons de disques s’est­t­il interrogé, accusant cer­ Et il a menacé de sanctions les

L a scène se déroule le
14 mars. La vague du coro­
navirus commence à défer­
ler sur le Brésil. Dans les grandes
agglomérations, les autorités lo­
dernier appelle ses ouailles à « ne
pas se préoccuper du coronavi­
rus » : la pandémie est une « tacti­
que », orchestrée par une surpre­
nante alliance entre Satan, les mé­
accueillir jusqu’à 10 000 fidèles
ont dû fermer leurs portes. A Rio,
Silas Malafaia, débouté en justice,
a dû renoncer à contrecœur à ses
offices publics.
aux grands médias. « S’il n’y a plus
de culte, les fidèles ne viennent
plus à l’église, ils ne paient pas leur
contribution et ils se retrouvent en
manque d’argent », conclut le
tains de ses « collègues » de profiter
de la situation. « Il fallait faire par­
tir les “gilets jaunes” des rues… », a­
t­il cité à titre d’exemple. Le
30 mars, il a estimé que les mesu­
entreprises qui licencieraient
leurs employés.
« Il n’y aura pas d’épidémie, pro­
nostique l’écrivain Viktor Marti­
novitch dans un texte publié sur le
cales ordonnent des mesures de dias et « les intérêts économi­ Tous les pasteurs n’ont cepen­ chercheur. res de quarantaine « tuent les site Budzma.by. Vous n’entendrez
confinement et l’interdiction des ques », pour semer la « terreur ». dant pas la même attitude : par­ Dans leur combat, ces « barons gens », ceux­ci ayant « besoin de pas parler d’elle. Le coronavirus est
grands rassemblements. Mais « La foi est une grande alliée dans tout dans le pays, nombre d’égli­ de la foi » disposent d’un allié de respirer ». Résultat : les marchés, traité comme a été traitée l’opposi­
Silas Malafaia, médiatique chef de ce grave moment pour la nation : ses ont immédiatement fermé poids : Jair Bolsonaro. Catholique les magasins, les restaurants res­ tion dans le passé. Il n’y a pas de vi­
l’Assemblée de Dieu Victoire dans nous ne pouvons pas la limiter », leurs portes à l’annonce de la pan­ de naissance, mais « baptisé » tent ouverts en l’absence de consi­ rus ni à la télévision ni dans les jour­
le Christ, l’une des plus grandes ont justifié de leur côté, dans un démie, optant pour une transmis­ en 2016 dans les eaux du Jourdain gnes. Seules les plus de 65 ans et les naux, tout comme il n’y a pas d’op­
Eglises évangéliques du pays, ne communiqué, les pieux élus du sion des offices par Internet. Les par un pasteur, le président d’ex­ personnes revenant de l’étranger position. » L’auteur de Paranoïa
compte pas renoncer à son culte lobby parlementaire évangélique leaders évangéliques niant la gra­ trême droite a reçu le plein sou­ se voient recommander de rester à (2009) poursuit en dressant un pa­
du samedi. Bien au contraire. (195 députés, soit 38 % des sièges à vité de la crise « sont dans leur ma­ tien des grands leaders évangéli­ la maison. Les autres mesures pri­ rallèle avec la catastrophe de
Depuis son temple du quartier la Chambre basse), appelant les jorité des pentecôtistes très conser­ ques lors de son élection et ses l’ont été en dehors de l’Etat. Tchernobyl, intervenue à un jet de
de la Penha, dans le nord popu­ autorités à garder les temples vateurs à tendance fondamenta­ adopté, depuis, leur discours ul­ Certaines entreprises essaient pierre des frontières de la Biélorus­
laire de Rio, le pasteur discourt ouverts et à éviter un confine­ liste », insiste Ricardo Mariano, traconservateur. ainsi de développer le télétravail, sie, alors soviétique : « Le coronavi­
face à des centaines de fidèles, ment trop strict. « Il faut protéger professeur à l’Université de Sao Qualifiant la pandémie de et de nombreux parents n’en­ rus est comme le rayonnement
pressés les uns contre les autres. les groupes à risque, mais ne pas Paulo (USP) et sociologue des reli­ « grippette », M. Bolsonaro a pu­ voient plus leurs enfants à l’école, en 1986. Il n’est pas visible, il ne
« Notre église va garder ses portes être hypocrite : beaucoup de gens gions. « Créationnistes, anti­intel­ blié, le 25 mars, un décret incluant forçant le ministère de l’éducation court pas dans les rues, il ne grogne
ouvertes ! L’église doit rester l’ul­ doivent travailler pour survivre, lectuels, ils sont adeptes de théo­ les activités religieuses (et la lote­ à entériner cet état de fait. pas et ne gémit pas. C’est une ques­
time bastion de l’espérance du notamment les professions indé­ ries conspirationnistes et ont une rie) dans la liste des secteurs es­ Car malgré la discrétion des dis­ tion de croyance. Nous avons dé­
peuple ! », clame Malafaia, appe­ pendantes. Le confinement com­ vision “magique” du monde, cen­ sentiels ne pouvant être touchés cours officiels, et l’ordre présiden­ cidé de ne pas croire. »
lant l’assistance à « ne pas entrer plet est impossible », confie par trée sur la conviction que le pou­ par les mesures de confinement. De fait, la décision d’Alexandre
dans une névrose folle » : « Nous téléphone Marco Feliciano, pas­ voir divin peut intervenir pour ré­ « Le pasteur va savoir conduire son Loukachenko de maintenir coûte
croyons que Dieu a le contrôle de teur conservateur et député de soudre tous les malheurs et proté­ culte (…). Si l’église est pleine, il va que coûte la parade du 9­Mai, célé­
toute chose. Nous croyons au Sao Paulo. ger les fidèles des maladies ou des faire quelque chose, il va prendre
« Beaucoup de brant la fin de la seconde guerre
pouvoir de la prière. C’est notre épidémies virales. » une décision… », s’est pénible­ personnes sont mondiale, particulièrement popu­
arme ! » « Logique entrepreneuriale » Il y a aussi des raisons plus pro­ ment justifié le chef de l’Etat. laire chez les personnes âgées, rap­
Comme Malafaia, nombreux Dans un pays où un tiers de la po­ saïques. « Les pasteurs sont Le décret a fait long feu : deux
malades. On leur pelle, toutes proportions gardées,
sont les pasteurs brésiliens à pulation se déclare aujourd’hui d’abord des chefs d’entreprise, ani­ jours plus tard, la justice a sus­ diagnostique les suites de l’accident nucléaire de
s’être signalés ces dernières se­ évangélique (contre 9 % en 1991), més par une logique entrepreneu­ pendu la mesure, qui pouvait, se­ 1986. A l’époque, les autorités
maines par leur « coronascepti­ les prêches « anticoronavirus » riale », rappelle Flavio Sofiati, spé­ lon elle, « stimuler l’aggloméra­
la grippe porcine soviétiques s’étaient entêtées à
cisme ». Le 15 mars, c’était au tour des pasteurs inquiètent les auto­ cialiste du monde chrétien à tion » de fidèles dans les lieux de ou la grippe maintenir les défilés du 1er­Mai, y
d’Edir Macedo, puissant « pa­ rités locales, en première ligne l’université de Goias. Certains, tel culte. Le gouvernement a an­ compris dans les villes voisines de
tron » de la grande Eglise univer­ dans la lutte contre la pandémie. Edir Macedo, figurent parmi les noncé qu’il ferait appel. 
saisonnière », la centrale. 
selle du royaume de Dieu (1,8 mil­ Elles sont pour l’instant restées hommes plus riches du Brésil, bruno meyerfeld selon un médecin benoît vitkine
0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020 coronavirus | 5

Le port du masque s’impose en Europe centrale


S’inspirant des résultats obtenus en Asie, quatre pays ont adopté des mesures obligatoires dans les lieux publics

vienne ­ correspondant régional


En Slovaquie,

C
e n’est certes pas dans des masques
notre culture, mais c’est
comme ça que les pays
chirurgicaux
asiatiques sont parve­ simples sont
nus à n’avoir que quelques cas par
jour. » Lundi 30 mars, c’est ainsi
disponibles dans
que le chancelier conservateur des distributeurs
autrichien, Sebastian Kurz, a jus­
tifié l’introduction du port du
automatiques
masque obligatoire dans les su­
permarchés à partir du mercredi
1er avril, et sa probable extension que. Porter un simple masque ré­
dans les jours suivants à toute duit la propagation du virus de
sortie dans l’espace public. Il a ra­ 80 % », a tweeté le 29 mars le pre­
pidement été suivi par la Slové­ mier ministre tchèque, Andrej
nie, alors que la République tchè­ Babis. M. Babis a aussi vanté un
que et la Slovaquie avaient rendu site qui assure que « la position
le port du masque obligatoire officielle antimasque est complè­
dans tous les lieux publics de­ tement erronée ». A l’appui de sa
puis plusieurs jours déjà pour démonstration, le site présente
lutter contre le coronavirus. En une infographie censée prouver
Bulgarie, le port du masque est que le port du masque a permis à
aussi fortement recommandé, plusieurs pays comme Singapour
même si le gouvernement est re­ ou le Japon « d’aplatir la courbe
venu mardi, après une vague de des infections » alors que ceux qui
protestation, sur l’idée d’infliger ne portent pas de masque sont
des amendes. largement au­dessus.
Dans toute l’Europe centrale, le Cette courbe est toutefois trom­
port du masque est en train de peuse, puisqu’elle inclut à tort la
devenir la norme. A Prague Chine dans les pays « sans mas­
comme à Bratislava, tous les pas­ que ». L’Organisation mondiale
sants sortent ainsi la bouche et le de la santé (OMS) ne recom­
nez couverts, sous peine de sanc­ mande toujours sur son site de
tions. « C’est ennuyeux pour tout n’utiliser le masque « que si [on La présidente slovaque, Zuzana Caputova, au milieu de son gouvernement, le 21 mars, à Bratislava. RADOVAN STOKLASA/REUTERS
le monde, surtout quand on doit le s’occupe] d’une personne présu­
porter huit heures de suite parce mée infectée ».
qu’on travaille dans un supermar­ politique d’Etat et a suscité de ont encore une machine à coudre dans la rue à Tabor portent des
ché comme moi, mais la plupart Gestes de solidarité nombreux gestes de solidarité chez eux », témoigne Lenka Gren,
« La plupart masques faits maison », assure
des Tchèques le prennent comme « C’est difficile de savoir si cela spontanés. qui a elle aussi lancé une initia­ des Tchèques Lenka Gren.
un acte responsable », assure Da­ peut marcher, mais je crois que si Pour compenser la pénurie, les tive citoyenne pour fabriquer des Cette politique pro­masque a
vid Kazda, 20 ans, qui est em­ vous l’utilisez bien en le désinfec­ gouvernements locaux ont en ef­ masques en tissu à donner aux
le prennent pu conduire à des pratiques qui
ployé dans un commerce de la ca­ tant régulièrement, cela aide, es­ fet appelé les gens à se fabriquer personnels médicaux. comme un acte posent question. Le gouverne­
pitale tchèque. time Lenka Gren. Comme notre des masques soi­même. « Ma En Slovaquie comme en Répu­ ment tchèque a ainsi été mis en
Lui porte un masque FFP3 que premier ministre et notre ministre sœur travaille dans une pharma­ blique tchèque, le port du mas­
responsable » cause en Italie pour s’être em­
sa mère a pu se procurer au tout de la santé ont dit qu’il fallait le cie et n’avait aucun masque, je me que est promu au plus haut ni­ DAVID KAZDA paré, mi­mars, dans des condi­
début de l’épidémie. « J’ai com­ garder tout le temps, certains pen­ suis fâchée et j’ai commencé à veau de l’Etat et il est devenu une employé dans un commerce tions mystérieuses d’un stock de
mencé à en porter un dès le sent même qu’il faut l’avoir dans coudre des masques en coton en véritable esthétique, avec des à Prague 100 000 masques chinois qui
13 mars, au début j’étais un peu son jardin. » récupérant des trucs de ma grand­ couleurs et des motifs variés. Les était officiellement destiné à la
seule, mais quand c’est devenu De facto, ces pays comptent à mère », raconte Mariana Zele­ images de la présidente slovaque, Péninsule. A la suite de la polémi­
obligatoire, tout le monde en a l’heure actuelle nettement nakova, traductrice dans l’est de Zuzana Caputova, portant un tions de plusieurs de leurs mil­ que, le ministre de l’intérieur
mis », abonde Lenka Gren, qui moins de décès et de personnes la Slovaquie, qui porte systémati­ masque pourpre assorti à sa robe liardaires locaux avec Pékin. Des tchèque a assuré que les policiers
tient d’habitude une librairie à infectées qu’en France, mais dif­ quement son masque en coton lors de la prestation de serment masques chirurgicaux simples avaient simplement saisi un
Tabor, au sud de Prague, et s’est ficile de dire si c’est en raison de bleu pour sortir de chez elle. du nouveau gouvernement, sa­ sont désormais disponibles dans stock détenu illégalement par un
fabriqué elle­même un masque ces masques ou de décisions de Elle le lave et repasse tous les medi 21 mars, ont ainsi fait le tour des distributeurs automatiques entrepreneur chinois qui es­
en coton. confinement prises très tôt, em­ soirs. Depuis, elle en a cousu une de l’Europe. en Slovaquie. En République sayait de les revendre à un prix
L’Europe centrale semble dé­ pêchant la formation de foyers trentaine pour ses proches et les Entre­temps, la Slovaquie et la tchèque, la pénurie reste toute­ prohibitif. Prague a ensuite en­
sormais persuadée que c’est la so­ de contamination comme on a collègues de sa voisine, qui tra­ République tchèque ont réussi à fois encore réelle dans les phar­ voyé 100 000 nouveaux mas­
lution. « M. Trump, essayez de pu en voir en Europe de l’Ouest. vaille dans une maternité. « Cela se procurer des masques en macies. « Cela va mieux dans les ques à Rome. 
vaincre le virus à la manière tchè­ Le port du masque est devenu aide que la plupart des Tchèques Chine, grâce aux bonnes rela­ hôpitaux, mais la plupart des gens jean­baptiste chastand

Le gouvernement britannique critiqué pour le manque d’équipements


Londres a mêlé retard et confusion dans sa gestion des commandes de ventilateurs et de tests pour lutter contre le Covid­19

londres ­ correspondante sont essentiels dans la lutte con­ d’offres », poursuivait le porte­ santé attendait les besoins des quelles − ont été commandées, firmiers que compte le système
bruxelles ­ bureau européen tre la maladie, car ils permettent parole de l’exécutif européen. uns et des autres en matière de mais que les machines sont tou­ national de santé).
de prendre le relais des poumons Sur douze réunions du « Health ventilateurs. jours en attente d’homologation. Michael Gove a aussi concédé

L es critiques se multiplient
contre le gouvernement
britannique à mesure qu’il
aligne confusions et ratés dans sa
course à l’équipement contre la
défaillants chez les patients les
plus gravement atteints.
Jusqu’au 31 décembre 2020, du­
rant la période de transition fai­
sant suite au Brexit, rien n’empê­
Security Committee » au cours
desquelles ont pu être discutés
ces appels d’offres, le Royaume­
Uni était présent huit fois. A
commencer par la réunion du
Pourtant, il s’avère que, comme
ailleurs en Europe, les Britanni­
ques, qui n’ont pas anticipé ce be­
soin urgent de ventilateurs, ont
du mal à se les procurer : la con­
Michael Gove, le numéro deux du
gouvernement, promet que, « ce
week­end [des 4 et 5 avril], les pre­
miers milliers de nouveaux venti­
lateurs sortiront des chaînes de
que les objectifs n’étaient pas at­
teints du fait du manque de cer­
tains réactifs chimiques permet­
tant de détecter la présence du vi­
rus dans les tests. « Je viens juste
pandémie de Covid­19. Le Royau­ chait pourtant le Royaume­Uni 31 janvier, le jour où Londres a currence est mondiale, et les fa­ montage et seront distribués à de parler avec l’association britan­
me­Uni a enregistré en une jour­ de participer à ces appels d’offres officiellement quitté les institu­ bricants pas si nombreux. La se­ partir de la semaine prochaine au nique des industries chimiques,
née, mercredi 1er avril, 563 décès européens. Londres a d’ailleurs tions européennes. maine dernière, après avoir lancé NHS, puis aux unités sur le front ». elle assure que ces produits ne sont
supplémentaires de patients at­ changé de version dès la révéla­ Ce jour­là, à lire le compte un appel en forme de SOS à la pas en rupture de stock », souli­
teints par le virus, nouveau re­ tion de cette bévue, le 26 mars : si rendu de la réunion, « quatre bonne volonté des industriels na­ « Fiasco » gnait pourtant, dans la foulée, le
cord marquant une nette accélé­ le Royaume­Uni n’a pas participé Etats membres ont évoqué des tionaux, Downing Street confir­ Même confusion concernant les journaliste vedette de la chaîne
ration de la pandémie et portant aux appels d’offres, ce n’est pas besoins possibles en matière mait la commande de 10 000 ven­ tests du coronavirus, dont le gou­ ITV Robert Peston dans un Tweet.
le bilan à plus de 2 000 morts par réflexe nationaliste, mais d’équipements médicaux de pro­ tilateurs mis au point par l’indus­ vernement britannique s’est bru­ Encore plus direct, le député tra­
dans le pays. Quant au gouverne­ parce que le pays « n’a pas reçu à tection personnelle [gants, mas­ triel et inventeur britannique talement rendu compte, mi­ vailliste Bill Esterson a lui aussi
ment de Boris Johnson, lui­ temps l’invitation pour se joindre ques…], si la situation s’aggra­ Dyson, mais précisait que le fabri­ mars, qu’ils étaient cruciaux afin tweeté, mardi soir : « Aujourd’hui,
même en quarantaine après aux quatre appels d’offres com­ vait au sein de l’Union euro­ cant « n’a pas encore reçu les certi­ de maintenir suffisamment de nos industries chimiques ont pro­
avoir été testé positif, il accumule muns. […] Nous n’avons donc pas péenne », et la Commission s’est fications » nécessaires à la fabrica­ personnels de ssanté au travail posé de faire tout leur possible pour
les revers. pu y participer ». Des mails se se­ dite prête à aider. Le 13 mars, il a tion de son prototype, le CoVent. (après qu’ils ont été testés néga­ aider le gouvernement. Ce dernier a
Idéologie mal placée ? Incom­ raient perdus ou n’auraient ja­ été encore rappelé que la DG Un consortium, le Ventilator­ tifs) et pour envisager la sortie dit non et affirmé qu’il y avait un
pétence ? Voici six jours, Dow­ mais atteint la boîte électronique ChallengeUK, incluant Airbus, sfuture du confinement. Boris Jo­ manque de réactifs chimiques. Il
ning Street a confirmé ne pas de leurs destinataires. Ford, Rolls­Royce et Siemens, a hnson a promis, mi­mars, le pas­ faut que ce problème soit résolu. »
avoir participé aux différents ap­ également reçu une commande sage à 25 000 tests par jour, il a Le Daily Mail appelait, mercredi,
pels d’offres européens destinés Concurrence mondiale
Seuls de 10 000 ventilateurs, mais at­ même avancé l’objectif de le gouvernement à « en finir avec
à l’achat groupé de ventilateurs. Du côté européen, on s’étonne 900 personnels tend toujours, lui aussi, le feu vert 250 000 quotidiens. le fiasco des tests ». Ce dernier a­
« Nous avons nos propres fabri­ un peu. « Le Royaume­Uni est de l’Agence nationale d’homolo­ On en est encore très loin : le t­il enfin pris la mesure du défi ?
cants, c’est un secteur où nous bienvenu s’il souhaite participer
soignants ont gation des matériels médicaux (la gouvernement a confirmé dispo­ Le Times assure que Matt Han­
produisons nos propres efforts », aux appels d’offres communs été testés sur MHRA). ser d’une capacité nationale de cock, le ministre de la santé, a de­
avait expliqué un porte­parole du que nous lançons pour le compte Mardi 31 mars, Downing Street 10 000 tests par jour, mais ne pas mandé à tous les hôpitaux du
premier ministre. Or il apparaît des pays européens », a répété le
les 400 000 précise finalement qu’une com­ avoir testé plus de 8 240 person­ pays d’utiliser « toutes leurs capa­
que le NHS, le système de santé lendemain un porte­parole de que compte mande de 8 000 ventilateurs a nes, mardi 31 mars, et seulement cités disponibles » pour au moins
britannique, ne disposait alors la Commission. « Ils ont eu plu­ été passée « auprès de fabricants 900 personnels soignants pen­ pouvoir tester leur personnel. 
que de 8 000 de ces appareils mé­ sieurs fois l’occasion de manifes­
le système existants », et que « d’autres quan­ dant le week­end précédent (sur cécile ducourtieux
dicaux complexes et coûteux. Ils ter leur intérêt pour ces appels national de santé tités » − sans plus détailler les­ plus de 400 000 médecins et in­ et virginie malingre
0123
6 | coronavirus VENDREDI 3 AVRIL 2020

En Espagne,
l’armée en
première ligne
Les militaires bâtissent des
hôpitaux, transportent les morts
et désinfectent les bâtiments

madrid ­ correspondante une vingtaine de ports et une


soixantaine d’aéroports, et conti­

L’
image a fait le tour du nuent chaque jour.
royaume : deux mili­ Tous les soirs, ils évacuent les
taires en tenue enca­ corps depuis les morgues jusqu’à
drent une vieille dame, la patinoire du Palacio de Hielo
courbée par les années, appuyée de Madrid où les cercueils sont
sur une canne… et dont ils por­ entreposés sur la glace, le temps
tent les courses. C’était le 18 mars que viennent les chercher les ser­
dans la ville de Gijon, aux Astu­ vices funéraires débordés. Et
ries, dans le nord de l’Espagne. dans le Centre de pharmacie mili­
Sur les réseaux sociaux, les uns taire de Colmenar Viejo, dans la
ont applaudi l’empathie des grande banlieue, ils fabriquent
soldats, les autres se sont mo­ du gel hydroalcoolique et du pa­ Des soldats espagnols de l’Unité militaire d’urgence désinfectent un hôpital à Sabadell, près de Barcelone, le 31 mars. FELIPE DANA/AP
qués de ce rôle insignifiant. Puis racétamol pour approvisionner
il a bien fallu que tous se rendent les hôpitaux.
compte que, depuis que le gou­ « Actuellement, 7 159 militaires forces armées pourraient être uti­ au point que des médecins affir­ les nationalistes régionaux sont
vernement a déclaré l’état sont déployés dans 223 municipa­ les et qu’il fallait planifier des in­ ment devoir à présent choisir
La Catalogne, au pouvoir. Le lehendakari, prési­
d’alerte le 14 mars, l’armée est sur lités », a résumé mercredi 1er avril terventions concrètes et utiles en ceux qu’ils essaieront de sauver. dirigée par les dent du gouvernement basque,
tous les fronts pour lutter contre le chef de l’état­major de la dé­ fonction de nos capacités, expli­ Armée de l’air, de terre et marine, Iñigo Urkullu a eu beau déclarer,
la pandémie de Covid­19 qui fense, le général Miguel Angel que au Monde Angel Brufau, offi­ et même la garde royale ont été
indépendantistes, le 19 mars, que son intervention
frappe très durement le pays. Le Villarroya, qui chaque jour, à cier de presse de l’armée. Nous mis à contribution. Cependant, a fini par faire n’était « pas nécessaire », l’armée
dernier bilan, mercredi 1er avril, midi, paraît aux côtés des repré­ avons des moyens importants, ce sont surtout les membres de a finalement désinfecté le
fait état de plus de 102 000 cas sentants des ministères de la humains, matériels et logistiques. l’Unité militaire d’urgence (UME)
appel à l’armée 23 mars l’aéroport de Bilbao, puis
confirmés et 9 053 morts. santé, de l’équipement et de l’in­ Nous sommes prêts et disponibles qui sont sur le pont, avec chaque la station de train et l’aérodrome
Les militaires, qui jouissaient térieur pour rendre compte de vingt­quatre heures sur vingt­ jour, 1 150 personnes activées. de Vitoria.
déjà d’une bonne image en Espa­ l’avancée de l’épidémie en Espa­ quatre, sept jours sur sept et nous « Bien sûr que l’UME est efficace. ment central s’est rendu compte La Généralité de Catalogne,
gne, ont participé à la construc­ gne. Cette mobilisation de l’ar­ avons une grande expérience de la C’est l’élite de l’armée de terre. Elle qu’il ne disposait pas d’un outil gouvernée par l’indépendantiste
tion de l’impressionnant hôpital mée porte un nom : l’opération gestion des catastrophes : c’est a des moyens, des effectifs formés pour agir au niveau national en Quim Torra, a fini par faire appel
de campagne installé dans le pa­ Balmis, en référence au chirur­ cela, notre force. » et qui obéissent aux ordres de leur cas de catastrophe, l’UME a été à elle, le 27 mars, pour désinfecter
lais des expositions de Madrid, gien militaire Francisco Javier hiérarchie. Puisqu’elle existe, il créée », explique­t­il. un centre pour mineurs non ac­
l’Ifema, où se trouvent hospitali­ Balmis, qui mena en 1803 une Colère des soignants faut évidemment l’utiliser », souli­ Malgré l’état d’alerte, le gouver­ compagnés où plusieurs cas
sés près d’un millier de malades. campagne de vaccination contre Pour calmer la colère des person­ gne Jesus Nuñez Villaverde, codi­ nement n’est pas parvenu à avaient été confirmés. Entre­
Mais aussi au montage d’une la variole dans tout l’Empire es­ nels soignants, qui manquent dra­ recteur de l’Institut des études transférer des malades des ré­ temps, la maire de Barcelone Ada
quinzaine d’autres structures pagnol et jusqu’aux Philippines. matiquement de matériel, un sur les conflits et l’action huma­ gions les plus touchées comme Colau (gauche alternative), qui,
dans toute l’Espagne, y compris « Au moment de l’état d’alerte, le Airbus A400M est parti en ur­ nitaire (Iecah) et militaire réser­ Madrid et la Catalogne, vers cel­ en 2016, avait critiqué la présence
en Catalogne, malgré les réticen­ gouvernement a considéré que les gence chercher du matériel acheté viste. Il rappelle que cette unité a les qui le sont le moins, alors qu’il de l’armée au Salon de l’enseigne­
ces initiales des autorités régio­ à Shanghaï par le ministère de la été créée en 2005 par le gouver­ n’a cessé de dire qu’il l’envisa­ ment, lui a, cette fois, souhaité la
nales indépendantistes. Ils ont santé : il est revenu le 30 mars nement socialiste de José Luis geait. « Que je sache, aucune ré­ « bienvenue » sur les réseaux so­
désinfecté au Kärcher près de après 33 heures de vol et trois esca­ Rodriguez Zapatero à la suite des gion n’a demandé le transfert de ciaux et l’a remerciée de sa « ré­
1 700 maisons de retraite, sub­
Le navire de les techniques. Jeudi 2 avril au ma­ grands incendies de Guadalajara, malades », s’est justifié le minis­ ponse très rapide » pour l’aider à
mergées par l’épidémie, et dé­ guerre « Galicia » tin, le navire de guerre Galicia et en Castille­La Manche, qui tre de la santé, Salvador Illa, mer­ aménager le palais des exposi­
couvert à cette occasion des per­ ses huit lits de réanimation devai­ avaient fait onze morts du fait du credi 1er avril, alors que la polémi­ tions Fira de Barcelone afin d’y lo­
sonnes âgées, abandonnées, gi­
et ses huit lits ent être mis à disposition de la retard des autorités locales à de­ que montait. ger un millier de sans­abri. Cons­
sant mortes sur leur lit. de réanimation ville de Melilla, l’enclave espa­ mander l’aide de l’Etat. « Les pou­ Dans ce contexte, seule l’armée ciente que, alors que l’épidémie
Mais ils ont aussi assaini gnole au nord du Maroc. voirs en matière de protection ci­ semble capable d’intervenir sur assaille le pays, aucune aide n’est
500 hôpitaux et centres de santé,
doivent être mis Les services de soins intensifs vile ont été cédés aux régions tout le territoire. Y compris au de trop… 
250 stations de train et de métro, à disposition de plusieurs régions sont saturés, autonomes. Quand le gouverne­ Pays basque et en Catalogne, où sandrine morel

Dans les hôpitaux israéliens, les soignants arabes aux avant­postes


Le système de santé est un îlot d’intégration réussie pour la minorité, qui prend une part essentielle à la lutte contre le coronavirus

jérusalem ­ correspondant corona et celui du racisme. Le Hayek appartient à cette classe plus israélien que palestinien. demeure une exception. Un peu tion, Jonathan Halevy. A ce titre,
corona, nous le vaincrons. Pour le moyenne arabe qui désire ar­ « J’appartiens à ce pays, j’y paie mes partout ailleurs en Israël, la mino­ le service de médecine interne de

E n Israël, les héros en


blouse blanche sont, pour
une large part, des Arabes.
En ces temps d’épidémie, ils re­
présentent une proportion es­
racisme, cela prendra plus de
temps… », résume Ahmad Tibi,
député de la Liste unie des partis
arabes, qui ne rate jamais une oc­
casion de rappeler qu’il est l’uni­
demment vivre une vie « nor­
male ». Elle est mariée à un poli­
cier, leurs enfants ont fait leur
primaire dans une école mixte de
Jérusalem. L’an passé, le couple a
impôts, je suis affilié à la Sécurité
sociale, énumère­t­il. J’espère juste
que la majorité juive finira par
trouver cela normal, elle aussi. »
Il n’a pas échappé à M. Assi que
rité arabe est sous­représentée.
En 2017, elle comptait pour
6,8 % des fonctionnaires, selon
une étude du Centre d’action reli­
gieuse d’Israël (Irac). « Nous
l’hôpital Sourasky, à Tel­Aviv, fait
figure d’exception. Son patron,
Giris Jacob, la cinquantaine, y en­
courage l’expression libre et ne
craint pas une saine engueulade.
sentielle des personnels soi­ que médecin (gynécologue) à sié­ déménagé dans un quartier juif. la « majorité juive » a voté à avons peu d’autres options : il y a Chrétien, M. Giris est ancré à
gnants dans les hôpitaux. Selon ger au Parlement. Comme nombre de ses collè­ droite, le 2 mars. Selon les sonda­ des tas de jobs dans les hautes gauche, il vote pour le parti Me­
des chiffres du ministère de l’in­ gues, Mme Hayek tient l’hôpital ges, elle demeure massivement technologies ou dans l’ingénierie retz (« Energie », gauche, laïque).
térieur obtenus par le quotidien « Nous luttons tous ensemble » pour une bulle, où la politique opposée à la formation d’un gou­ qui nous sont inaccessibles, à « Tous les jours, on me demande si
Haaretz, 17 % des médecins et un Dans sa salle de garde de l’hôpital n’entre pas. Elle­même n’en parle vernement soutenu par la Liste cause des liens des entreprises je suis palestinien, arabe palesti­
quart des infirmiers sont issus de Hadassah, fondé à l’époque du guère. Le racisme s’exprime par­ unie des partis arabes. M. Assi a avec l’armée », note Osama nien, arabe israélien… Mais moi, je
la minorité arabe, ainsi que près mandat britannique sur le mont fois dans les couloirs, dit­elle, voté pour cette liste, qui avait fait Tanous, 34 ans, pédiatre à Haïfa, ne sens pas la politique sur ma
d’un pharmacien sur deux – et Scopus de Jérusalem, Naela mais c’est par la voix de patients un grand pas en s’associant au la grande ville mixte du Nord, et peau », soupire­t­il. Marié à une
c’est compter sans les personnels Hayek, 49 ans, suit ces débats sur qu’elle refuse de juger. « Ils sont leader de l’opposition, le général engagé à gauche. « Médecin, c’est Italienne, il se préoccupe de sa
d’entretien, fonctions à bas salai­ les sites d’information, sur son dans un état critique, leur famille Benny Gantz. Peine perdue : le un métier stable, bien payé, qui at­ fille établie à Rome, dans cette
res dont ils occupent l’écrasante téléphone portable. Ce qu’elle lit est sous pression », excuse­t­elle. 26 mars, M. Gantz a renoncé à tire les minorités dans un marché Italie où le virus se déchaîne.
majorité. Sans eux, le système de l’effare. « Ça me heurte, mais ils « A l’hôpital, les carrières progres­ « décontaminer » ces alliés em­ du travail globalement raciste. Né dans un quartier pauvre de
santé national s’écroulerait. peuvent dire ce qu’ils veulent, ça sent au mérite, sans distinction. J’en barrassants. Il a préféré négocier C’était aussi le cas autrefois pour Haïfa, M. Giris a embrassé l’éli­
L’ironie, c’est que les parlemen­ n’a pas d’influence à l’hôpital. J’y suis la preuve », dit le docteur Ni­ sa place dans un gouvernement les juifs d’Europe. » tisme du haut corps médical. Il
taires issus de cette minorité, suis chez moi et nous luttons tous mer Assi, patron du département d’union dirigé par M. Nétanya­ préfère ce creuset d’identités à
descendants d’Arabes restés sur ensemble », dit­elle. de médecine interne de l’hôpital hou. A bien des égards, l’hôpital Creuset d’identités toutes les assignations commu­
leurs terres après la création de Mme Hayek dirige les infirmiers de Nahariya, en Galilée. Dans cette Cette ouverture du système de nautaires. Quitte à se revendi­
l’Etat israélien, en 1948, font l’ob­ du service de soins intensifs. De­ région à majorité arabe, il organise santé a un prix : le silence. Dans la quer d’une vieille élite de gauche
jet, au même moment, d’atta­ puis des semaines, elle prépare « la veillée d’armes » avant que n’af­ plupart des hôpitaux du pays, et laïque, historiquement juive
ques d’une extrême violence à la 250 confrères juifs et arabes à fluent les malades. Chrétien, la L’hôpital est l’intégration des minorités, la ashkénaze, que la droite ne cesse
Knesset. faire face à la pandémie. Le cinquantaine, habitant un village question palestinienne et la poli­ de pourfendre. « Il y a en Israël de
Après les législatives du 2 mars, Covid­19 est ici en retard sur l’Eu­ voisin de 3 000 âmes, M. Assi a
une bulle tique en général sont des sujets nombreux intellectuels dans les
ils ont apporté leur soutien à l’op­ rope. Les autorités israéliennes étudié à l’étranger, comme nom­ où la question tabous. Ainsi à l’hôpital Shaare­ universités, dans les cours de jus­
position au premier ministre, dénombrent plus de 4 300 cas de bre de confrères arabes de sa géné­ Zedek de Jérusalem, « aucune di­ tice et les hôpitaux, qui tiennent le
Benyamin Nétanyahou. Depuis, contagion et seize morts, les hô­ ration. Après l’Université catholi­
palestinienne rective n’interdit explicitement pays debout, qui donnent encore
la droite instruit leur procès en pitaux ne sont pas encore sur­ que de Louvain, en Belgique, il a et la politique d’en parler, mais ce n’est pas en­ le ton. Il y a aussi parmi eux des
déloyauté, les qualifiant de « sou­ chargés. Mais Mme Hayek et ses fait ses spécialisations en Israël. couragé. Je dis toujours que la po­ Arabes et même des gens de
tiens du terrorisme ». « Nous com­ collègues s’attendent à être bien­ Professeur à l’université Bar­Ilan,
en général litique s’arrête à la porte de l’hôpi­ droite », dit­il, pas sectaire. 
battons deux virus : celui du tôt en première ligne. Naela près de Tel­Aviv, il se dit volontiers n’entrent pas tal », dit le président de l’institu­ louis imbert
0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020 coronavirus | 7

Gestion de crise : le vrai­faux repli de Macron


Omniprésent, le président veut laisser son premier ministre gérer l’opérationnel mais peine à s’effacer

E
n langage militaire, on
appelle cela un repli
« Par essence,
stratégique. Omnipré­ le premier
sent depuis le début de
la crise du coronavirus, Emma­
ministre a un rôle
nuel Macron a décidé de « prendre de bouclier du
de la hauteur » et de laisser davan­
tage de place au premier ministre,
président sous la
Edouard Philippe, notamment Ve République »,
pour expliquer la stratégie du
gouvernement aux Français.
dit un conseiller
« Nous entrons dans la phase deux ministériel
de la gestion de la crise, le prési­
dent doit s’économiser. C’est au
tour du premier ministre d’être mis « personnes en difficulté ». « Le pré­
en avant », justifie­t­on à l’Elysée. sident est à sa place, là où les Fran­
Jusqu’ici, Emmanuel Macron çais produisent un effort », a égale­
occupait tout l’espace. Depuis le ment défendu la porte­parole du
27 février, date de son premier dé­ gouvernement, Sibeth Ndiaye, à la
placement lié à l’épidémie de sortie du conseil des ministres,
Covid­19, à l’hôpital de la Pitié­Sal­ mercredi, alors que certains s’in­
pêtrière à Paris, le chef de l’Etat a terrogent sur la nécessité de ces
effectué une dizaine de visites visites en période de confine­
pour évoquer la pandémie, en ré­ ment. « On est en crise et le prési­
gion parisienne mais aussi en dent ne peut pas s’économiser.
province, et a prononcé quatre D’ailleurs, il ne le fait pas », ajoute
allocutions aux audiences record un parlementaire de la majorité.
– celle du 16 mars annonçant le « Le président est Jupiter sur le cap,
confinement a été suivie par chef d’orchestre dans la gestion, les
35,3 millions de Français. pieds dans le réel », résume un pro­
Un déploiement destiné à l’ori­ che qui a ses entrées à l’Elysée.
gine à sensibiliser au confi­
nement et à mobiliser les services « Pas le moment de fermer »
de l’Etat, mais considéré comme Comme à son habitude, le chef de
moins nécessaire désormais. « La l’Etat continue d’ailleurs de se
séquence est aujourd’hui très opé­ Le premier ministre, Edouard Philippe, et Emmanuel Macron, à l’Elysée, le 19 mars. REUTERS mêler de tout. Selon nos informa­
rationnelle, c’est le rôle du gouver­ tions, il a décroché son téléphone,
nement », explique­t­on à l’Elysée. mardi soir, pour demander à Phi­
Samedi 28 mars, pour la première formation mise en place par l’As­ face à la crise ». « Il y a un incroya­ réserver du temps pour déceler les Cette nouvelle répartition des lippe Wahl, le patron de La Poste,
fois depuis le début de l’épidémie, semblée nationale. Le premier ble besoin de parole publique, et le angles morts de la crise et réfléchir rôles a surtout l’avantage de pourquoi le service du courrier
Edouard Philippe a ainsi tenu ministre a défendu l’action de son premier ministre prend toute sa à l’après. Il veut se redonner de la moins exposer Emmanuel Ma­ avait été réduit à trois jours par se­
une conférence de presse, accom­ gouvernement mais il a aussi re­ part depuis le début, il ne se plan­ perspective et de la hauteur de cron, alors que les critiques se maine et de nombreux bureaux
pagné du ministre de la santé, connu que la situation était « re­ que pas, plaide un proche de l’ex­ vue », ajoute­t­on à l’Elysée. multiplient sur la gestion de l’exé­ de poste fermés. Une décision
Olivier Véran, et de plusieurs mé­ doutablement complexe ». Il de­ maire du Havre. Son rôle est d’ex­ Une répartition des rôles consi­ cutif et que des premières plaintes motivée par le nombre important
decins et scientifiques. « Nous vait également s’entretenir avec pliquer ce que fait le gouverne­ dérée comme normale au sein de ont été déposées devant la Cour d’absences parmi les postiers
étions arrivés à un moment où les chefs de parti et les représen­ ment, d’expliquer pourquoi il la majorité. « Chacun est dans la de justice de la République. « Par mais que le chef de l’Etat trouve
les Français avaient perdu le fil. Il tants des associations d’élus, prend telle ou telle décision. Et il va fonction qui est la sienne et qui est essence, le premier ministre a un incompréhensible au vu de la si­
fallait se poser, rappeler tout ce jeudi matin depuis Matignon. continuer à le faire. » d’ailleurs le fonctionnement perti­ rôle de bouclier du président sous tuation de confinement des Fran­
qu’on fait, relier les fils », explique­ Sur le plan médiatique aussi, nent de nos institutions : le prési­ la Ve République. Il n’y a pas de rai­ çais. « Le président estime que ce
t­on à Matignon. Edouard Philippe est sur le pont. « Capitaine de crise » dent fixe les grandes orientations, son que le coronavirus change n’est pas le moment de fermer.
Mercredi 1er avril, c’est de nou­ Jeudi soir, il devait participer à Selon différentes sources, cette s’adresse à la nation ; le premier quelque chose à cet état de fait », Les Français ont besoin d’échan­
veau Edouard Philippe qui a été une émission en prime time sur nouvelle répartition des rôles a ministre pilote en première ligne estime un conseiller ministériel. ger, de recevoir leur quotidien ré­
envoyé au front, pour répondre TF1, réalisée depuis Matignon, et été décidée d’un commun accord l’organisation opérationnelle. C’est Pour autant, Emmanuel Macron gional, de toucher leurs alloca­
aux questions de la mission d’in­ appelée « Le premier ministre lors d’un déjeuner qui a réuni justement ce bon fonctionnement n’entend pas disparaître du pay­ tions… Rendez­vous compte, seule­
les deux têtes de l’exécutif, le entre les deux qui ne cesse d’éton­ sage. Mardi, il s’est rendu près ment 10 % des bureaux de poste
27 mars à l’Elysée. C’est au cours ner certains », apprécie Aurore d’Angers pour visiter une usine de sont ouverts en Corse ! », s’étouffe
L’Airbus présidentiel en renfort de cette rencontre que la prolon­
gation de quinze jours du confi­
Bergé, députée (LRM) des Yveli­
nes. « Ce que je vois avant tout,
fabrication de masques et défen­
dre la nécessité d’un nouveau pa­
un conseiller du chef de l’Etat.
Moins de vingt­quatre heures
L’exécutif a mis à disposition les avions de la flotte gouvernemen- nement, annoncée quelques c’est un exécutif solidaire et déter­ triotisme économique. « Le prési­ après ce coup de fil, Philippe Wahl
tale pour acheminer en Ile-de-France une partie des 300 infir- heures plus tard par le premier miné. Il sera temps après de tirer dent va continuer à aller au con­ a annoncé la réouverture de
miers et 20 à 30 médecins, de quatre régions (Bretagne, Occitanie, ministre, a été actée. les leçons de ce qui n’a pas marché, tact des Français, c’est son rôle et ce 400 bureaux de poste en zone
Nouvelle-Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d’Azur), nécessaires à « Le président est comme un ca­ mais le pack à cinq constitué du n’est pas contradictoire avec celui rurale et 250 dans les quartiers
l’ouverture de 200 lits de réanimation d’ici à ce week-end, a indi- pitaine de crise, il a mis en place les président, du premier ministre, plus opérationnel du premier mi­ prioritaires de la politique de la
qué au Monde le directeur général de l’ARS Ile-de-France, Aurélien rouages, installé les comités scien­ d’Olivier Véran, de Bruno Le Maire nistre, justifie un proche. Le prési­ ville, ainsi que l’ajout d’une
Rousseau. Trois avions ont transporté mercredi une trentaine de tifiques, mais il entend désormais [ministre de l’économie] et de Mu­ dent veut être en résonance et en quatrième journée de distribu­
soignants, confirme Matignon. Et c’est l’Airbus A330 présidentiel être davantage dans le faire faire riel Pénicaud [travail] est au ren­ compréhension du corps social. » tion du courrier. Même en retrait,
qui a été utilisé, les 31 mars et 1er avril, pour acheminer à Mayotte que dans le faire », précise un pro­ dez­vous, et c’est en soi une bonne Un nouveau déplacement prési­ la parole présidentielle garde tout
et à La Réunion 3,5 tonnes de matériel médical et « deux équipes che de M. Macron pour expliquer nouvelle », abonde Sacha Houlié, dentiel est d’ailleurs à l’étude, son poids. 
militaires de désinfection Covid », a confirmé l’Elysée au Monde. ce tournant. « Le président veut se député (LRM) de la Vienne. peut­être dès le 3 avril, auprès des cédric pietralunga

Face aux parlementaires, le gouvernement prépare le « déconfinement »


Le premier ministre et le ministre de la santé ont répondu plus de trois heures durant aux questions des députés sur leur gestion de la crise

E n préambule, Richard Fer­


rand tient à rassurer son
monde. « Nous veillerons à
ne pas entraver l’action de l’exécu­
tif en ne surmobilisant pas les
aussi : « Il est extrêmement utile
que le gouvernement puisse être
contrôlé par le Parlement. »
Le premier ministre poursuit
une longue série de séances d’ex­
équipes de travailler sur cette ques­
tion en étudiant l’opportunité, la
faisabilité d’un déconfinement qui
serait régionalisé, qui serait sujet
à une politique de tests, en fonc­
Ciotti, lui, y voit « sans doute un
manque d’anticipation » de la part
du gouvernement. Car qui dit
déconfinement dit d’éventuels
dépistages préalables, comme le
marottes. A la gauche de la gau­
che, Jean­Luc Mélenchon, prési­
dent du groupe La France insou­
mise, évoque la « planification »,
et demande au premier ministre
France et à l’étranger ». Pour les
médicaments, « nous avons de
quoi tenir durablement », rassure
de son côté Edouard Philippe,
tout en concédant que « nous de­
membres du gouvernement, pré­ plication sur la stratégie de ges­ tion, qui sait, de classes d’âge », reconnaît Edouard Philippe lui­ s’il compte nationaliser Luxfer et vons faire attention à la gestion de
vient le président (La République tion de la crise sanitaire de la part souligne le locataire de Matignon. même. Le premier ministre, qui se Famar, deux usines produisant, la ressource ». Les députés de­
en marche, LRM) de l’Assemblée de l’exécutif. Après avoir tenu une Face à lui, un mur de députés félicite du chiffre de 20 000 tests pour l’une, des bouteilles vront sans doute se montrer pa­
nationale. Le temps des éventuel­ conférence de presse, samedi, il s’affiche sur l’écran de télévision quotidiens en France, met en d’oxygène, pour l’autre des mé­ tients avant de connaître l’état
les remises en cause, légitime, vien­ devait s’adresser, jeudi matin, de la commission des lois de doute les annonces allemandes. dicaments. L’ancien candidat à des stocks constitués ou non
dra, mais une fois le plus fort de la aux représentants de l’opposition l’Assemblée nationale, où se tient « Il peut y avoir un décalage entre la présidentielle réclame par ail­ avant l’épidémie. Le temps que la
crise derrière nous. » Pas question puis aux téléspectateurs de TF1, l’audition. Trente et un, précisé­ la réalité de ce qui est fait et l’ambi­ leurs que des industries textiles mission d’information, qui audi­
de faire de la mission d’infor­ quelques heures plus tard, le ment, qui interviennent à dis­ tion et l’objectif affiché. » soient réquisitionnées pour pro­ tionnera, la semaine prochaine,
mation sur le Covid­19, dont il temps d’une soirée spéciale. tance, par visioconférence. Huit duire des masques. le ministre de l’intérieur, Christo­
préside la première réunion au Mais le chef du gouvernement a corapporteurs, tous présidents de Marottes A droite, Eric Ciotti, encore lui, phe Castaner, et la garde des
Palais­Bourbon, mercredi 1er avril, réservé aux députés la primeur commissions permanentes, ont Derrière les questions affleu­ interroge le supposé non­respect sceaux, Nicole Belloubet, se trans­
un instrument de désordre. d’une annonce : le « déconfine­ été désignés ; sept appartiennent rent les critiques. Jean­Christo­ du confinement dans les ban­ forme en commission d’enquête.
L’instance pourra se transfor­ ment » de la population française, à la majorité. Mais, tient à préciser phe Lagarde, président du groupe lieues, et s’étonne du fait que « la Car l’heure n’est pas à chercher
mer en commission d’enquête, invitée à rester chez elle depuis l’entourage de Richard Ferrand, UDI, Agir et indépendants, monte frontière franco­italienne ne soit des responsabilités. En conclu­
aux pouvoirs étendus, mais « dans deux semaines pour lutter contre sur les vingt­six questions d’un ton devant son écran, et toujours pas fermée ». Mais, d’un sion des trois heures et vingt mi­
une deuxième phase », précise­t­il, la propagation du coronavirus, posées, quatorze le sont par des évoque ses « incompréhensions ». écran à l’autre, un sujet commun nutes d’échange, Richard Ferrand,
après la sortie du confinement. et ce au moins jusqu’au 15 avril, représentants de l’opposition. « Pourquoi sommes­nous entrés hante les questions des députés, qui n’a pas passé pour rien près de
« C’est une mission de contrôle et pourrait être progressif. « Il est Damien Abad, président du si progressivement dans le confi­ autant que les couloirs des vingt­cinq ans au Parti socialiste,
pas de défiance », ajoute le prési­ probable que nous ne nous ache­ groupe Les Républicains (LR) de nement ? », lance l’élu de Seine­ hôpitaux : qu’en est­il des stocks convoque La Rose et le Réséda,
dent du groupe MoDem, Patrick minions pas vers un déconfine­ l’Assemblée, lance la salve d’accu­ Saint­Denis. « Nous ne sommes de masques, de respirateurs, de d’Aragon : « Quand les blés sont
Mignola. Encadré par son direc­ ment général, en une fois, partout sations. « Aujourd’hui, l’Allemagne pas les seuls à avoir fait un confi­ médicaments, et de leur réparti­ sous la grêle/Fou qui fait le déli­
teur de cabinet adjoint, Thomas et pour tout le monde », prévient fait 500 000 tests [de dépistage du nement progressif », réplique tion sur le territoire ? cat/Fou qui songe à ses querelles/
Fatome, et le ministre de la santé, Edouard Philippe, selon qui virus] par semaine, cinq fois plus Edouard Philippe, citant en Olivier Véran répète que la Au cœur du commun combat. » 
Olivier Véran, Edouard Philippe diverses « hypothèses » prévalent. qu’en France. Comment rattraper exemple l’Italie. Les différents France a commandé « plus d’un olivier faye
tient à rassurer son monde, lui « Nous avons demandé à plusieurs ce retard ? » Son collègue (LR) Eric protagonistes retrouvent leurs milliard et demi de masques en et manon rescan
0123
8 | coronavirus VENDREDI 3 AVRIL 2020

« Les gens vont


mourir de faim,
pas du Covid­19 »
Les quelque 2 500 habitants des squats et bidonvilles
de Bordeaux, qui se retrouvent souvent sans emploi,
craignent le manque de nourriture

bordeaux ­ envoyée spéciale banques alimentaires, ont été dis­


PLUSIEURS TONNES  tribuées. De quoi tenir quelques

A
lors, deux baguettes, six DE DENRÉES, SURTOUT  jours. « C’est une situation excep­
bananes, une boîte tionnelle », souligne Morgan Gar­
d’œufs, trois tomates, ISSUES DES BANQUES  cia. Mais elle se reproduit à de
un filet de patates… Re­ maintes reprises sur le territoire.
culez ! Reculez ! » La file indienne ALIMENTAIRES, ONT ÉTÉ  « Environ 2 500 personnes vivent
s’est transformée en un serpentin en squat et en bidonville sur la mé­
confus. Une bénévole tente de
DISTRIBUÉES. DE QUOI  tropole bordelaise, souvent sans ac­
maintenir un semblant d’ordre TENIR QUELQUES JOURS cès à l’eau ou à des sanitaires », rap­
tandis qu’une quinzaine de per­ porte Aude Saldana­Cazenave, res­
sonnes essayent d’avancer vers ponsable MDM en Aquitaine. Des
elle. Certaines se cachent le bas du populations étrangères en majo­
visage avec un bout d’écharpe ou une jeune femme de 19 ans. Elle­ rité et sans filet de sécurité dans la
le col d’une doudoune. Personne même ne s’est pas aventurée en crise économique et sanitaire.
n’a de masque ni de gants. Les en­ dehors du bidonville depuis trois fermé. Hamza, Algérien et sans pa­ Non loin, dans le quartier de decins sans frontières (MSF).
fants gigotent dans les poussettes. semaines. « Pour nous, c’est diffi­ Impression de bricolage piers également, continue lui de li­ Saint­Michel, c’est une bénévole L’ONG a apporté au squat du quar­
Face à eux, des stocks de pâtes, des cile de manger », reconnaît­elle. Dans une lettre adressée le vrer des repas à vélo pour la plate­ de l’Ordre de Malte qui, depuis une tier Saint­Michel des savons, des
cageots d’asperges, des boîtes de Kalinka faisait la manche en atten­ 27 mars à la préfecture et aux élus forme Uber Eats. Mais son activité semaine, dépose les invendus d’un gants et des masques, développe
céréales… entreposés sur des gran­ dant que la saison agricole re­ du territoire, quinze associations, a considérablement ralenti depuis supermarché sur les marches d’un des maraudes pour détecter des
des tables, que tente de répartir un prenne. De mai à octobre, la jeune dont MDM et le Secours catholi­ le confinement. Sans compter autre squat. Dans ce bâtiment cas suspects et mettre en place des
petit groupe de personnes, dans femme et son mari travaillent que, ont mis en garde face au ris­ qu’il ne touche que 30 % des reve­ ouvert par le Squid – un centre so­ protocoles d’hygiène. « On a es­
l’agitation et la nervosité. Mer­ dans un domaine viticole de l’ap­ que de « sous­alimentation ». « La nus qu’il génère, le reste revenant cial autogéré, un collectif qui re­ sayé de s’organiser comme si on
credi 1er avril, dans le plus grand bi­ pellation Pessac­Léognan. Mais distribution de nourriture et de à la personne titulaire officielle du présente plusieurs squats dans les­ était une structure conventionnelle
donville de Bordeaux, une distri­ cette année, l’incertitude menace : produits d’hygiène incombe plus compte de livreur qu’il utilise. quels vivent 300 personnes −, vi­ sans en avoir les moyens. On a mis
bution de nourriture a été organi­ « Pour l’instant, le patron ne veut que jamais aux pouvoirs publics », Thierry Charenton, le directeur vent une quinzaine d’adultes vi­ un mètre cinquante entre les lits, on
sée. Une première, rendue néces­ pas nous faire signer de nouveau écrivent­elles. La préfète de la du centre social du quartier, con­ vent, dont une majorité de donne la consigne de ne pas sortir,
saire en cette période de contrat », confie­t­elle. Nouvelle­Aquitaine, Fabienne naît bien les familles du squat. ressortissants d’Afrique de l’Ouest on n’accueille plus de nouvelles per­
confinement. « Les personnes nous alertent Buccio, se veut rassurante : « On fait des activités avec eux déboutés de leur demande d’asile. sonnes…, énumère Frédéric Raguè­
Etalés sur deux hectares d’une parce qu’elles vont mourir de faim, « Aujourd’hui, il n’y a pas de ten­ toute l’année, dit­il. On a voulu nès, le président du Squid. L’objec­
friche industrielle de la rive droite pas du Covid­19 », résume Morgan sion sur les besoins alimentaires », prendre de leurs nouvelles au dé­ « Objectif zéro infecté » tif, c’est zéro infecté. »
de la Garonne, les lieux abritent Garcia, coordinateur de la mission affirme­t­elle. Et de mettre en but du confinement et ils nous ont « On a lancé un appel à l’aide », dit Des mineurs isolés ont en outre
quelque 350 personnes, en majo­ squat et bidonville de Médecins avant la mobilisation de ses servi­ signifié qu’ils avaient des difficul­ Souma, un Guinéen de 36 ans. Voi­ été sortis du squat et orientés vers
rité des familles roms de Bulgarie, du monde (MDM), présent mer­ ces qui, à l’image de la ville, finan­ tés pour avoir des produits d’entre­ sin et bénévole du Secours catholi­ des hôtels la semaine dernière. « Il
installées dans des caravanes ou credi aux côtés des associations cent les banques alimentaires ou tien, d’hygiène… Même si certaines que, Gilles Havrin a « dépanné » les faut mettre tout le monde à l’abri. Si
des cabanes de fortune. Et qui re­ Les Enfants de Coluche et Bienve­ subventionnent les associations. associations caritatives ont rou­ résidents des lieux. « On est allé le Covid­19 se répand sur un bidon­
doutent aujourd’hui une pénurie nue. « Tout ce joli monde s’est re­ Sur le terrain, l’impression d’un vert, ça ne suffit pas. » Ce mer­ chercher du stock chez Les Restos ville ou un squat, ça peut être une
alimentaire. Les chantiers du bâti­ groupé au travers d’un appel de la bricolage s’impose. credi, Thierry Charenton a les du cœur la semaine dernière et, catastrophe, prévient Aude Salda­
ment sont à l’arrêt, les hôtels et métropole, explique un des mem­ Un squat, près de la place de la bras chargés de plats cuisinés, des cette fois, on va aller leur faire des na­Cazenave, de Médecins du
restaurants sont fermés, les activi­ bres des Enfants de Coluche. Le co­ Victoire. Sept familles partagent petites portions de betteraves ou courses. » L’association s’apprête monde. Plus de 15 % des personnes
tés de ferraillage et de mendicité mité d’entreprise de la SNCF nous a ici l’espace d’un petit immeuble de de gratins de pommes de terre. aussi à distribuer des chèques­ser­ qu’on suit ont des pathologies
sont rendues impossibles par le mis ses locaux à disposition pour trois étages. Mohammed, un père « Je suis passée à la maternelle du vices aux familles du département comme du diabète ou de l’hyper­
confinement, de même que les stocker les aliments et le Parti com­ de famille algérien en situation ir­ secteur qui reste ouverte pour les vivant dans un squat. tension, sont dialysées ou atten­
points d’aide alimentaire se sont muniste de Bègles a loué un ca­ régulière, ne sort plus que pour enfants des personnels hospita­ « Il faut tout faire pour aider ces dent des greffes. Ça les rend parti­
raréfiés… « On ne peut plus tra­ mion frigorifique. » Plusieurs ton­ acheter du pain. Le salon de coif­ liers. Je récupère tous les jours les lieux sur le plan sanitaire », insiste culièrement vulnérables. » 
vailler, ni sortir », rapporte Kalinka, nes de denrées, surtout issues des fure dans lequel il travaillait a repas non consommés. » pour sa part Corinne Torre, de Mé­ julia pascual

«Pour les démunis, le système tient, mais avec de graves insuffisances»


Louis Gallois, président de la Fédération des acteurs de la solidarité, alerte sur la situation des sans­domicile et des migrants

ENTRETIEN novation pour pallier ces man­


ques. Sur le plan de l’héberge­
peuvent accueillir que pendant
un temps très court.
La vitesse est essentielle car le
virus se propage rapidement. Il y
les deux jours, son cabinet est dis­
ponible. Nous souhaiterions
Cela signifie une perte de pouvoir
d’achat, du chômage, l’accroisse­

L ouis Gallois, président de la


Fédération des acteurs de la
solidarité (FAS), réclame la
mise à disposition de nouveaux
lieux pour mettre à l’abri les sans­
ment, qui accueille 110 000 sans­
abri dans des structures dédiées,
50 000 dans des chambres d’hô­
tels et 100 000 dans les circuits ré­
servés aux demandeurs d’asile, le
Il faut des solutions plus adap­
tées, pas forcément des loge­
ments mais dans les lycées et les
internats, comme le suggère Valé­
rie Pécresse, la présidente de la ré­
avait une trentaine de cas vers le
20 mars et nous les évaluons à
900 aujourd’hui, avérés ou sus­
pectés, sur les 260 000 personnes
hébergées en structures collecti­
avoir la même chose avec le mi­
nistère de l’intérieur pour gérer
les problèmes et que les deux mi­
nistères se parlent. Le 115 est sa­
turé par des personnes qui ne
ment des inégalités. L’Etat dé­
pense aujourd’hui largement
pour éviter les faillites et les licen­
ciements, mais ses moyens ne
sont pas sans limite alors que la
domicile et juge catastrophique la système tient grâce à l’engage­ gion Ile­de­France, et aussi dans ves et en hôtels. Le Samusocial de peuvent pas déposer une de­ phase la plus critique sera la sortie
fin de l’enregistrement des de­ ment des salariés : entre 60 % et les résidences pour étudiants ou Paris déplore deux morts, Em­ mande d’asile et donc accéder à de crise. Il faudra en même temps
mandes d’asile. Il plaide pour que 70 % d’entre eux sont au travail, auberges de jeunesse. Il faut, bien maüs Solidarité un mort… des hébergements et à l’allocation soutenir les entreprises et accélé­
les plus démunis ne soient pas les alors qu’ils ne sont pas correcte­ sûr, avoir les effectifs nécessaires. On cloisonne des salles com­ pour demandeur d’asile. C’est une rer la reprise de la consommation.
grands oubliés une fois la crise liée ment protégés car nous man­ Il y a encore des personnes qui munes pour un confinement mi­ réalité qui concerne M. Denor­ Je ne voudrais pas que les plus
à l’épidémie de Covid­19 passée. quons cruellement de masques et vivent dans des campements, nimal, mais il faut trouver des mandie comme M. Castaner. La démunis soient les oubliés dans
de gel hydroalcoolique. Chaque comme à Calais et Grande­Syn­ places et surtout des salariés, et fermeture des guichets d’enregis­ cette affaire. Or, c’est la seule caté­
Que pensez­vous des réponses jour, je constate leur engagement the, mais aussi dans des grandes permettre à ceux­là de travailler trement de la demande d’asile gorie dont le pouvoir d’achat n’a
apportées aux plus démunis et leur créativité. C’est une fierté. villes comme Toulouse, Lyon, dans des conditions de sécurité. pose un véritable problème. Le pas crû en 2019. Il est essentiel
dans cette crise du coronavirus ? Un grand merci à eux. Marseille… Or, l’hygiène y est ca­ Les centres de desserrement pour droit d’asile est un droit constitu­ qu’à la sortie de la crise sanitaire,
Je constate que le système tient, tastrophique et les mesures bar­ les personnes malades sont ur­ tionnel. Je ne vois pas pourquoi ce ils puissent bénéficier de ce qui
mais il y a de graves insuffisances. Le gouvernement a mobilisé rières ne peuvent pas y être res­ gents mais, pour les utiliser, les service régalien s’arrête. On laisse pourra être fait pour relancer la
Les associations, qui œuvrent en des places d’hébergement pectées. Dans les bidonvilles centres d’hébergement ont be­ les personnes dans une situation consommation. Je pense à la
général avec des bénévoles âgés, et des gymnases : est­ce satis­ roms, les gens manquent d’eau. soin d’un appui sanitaire car ils catastrophique et le 115 ne peut hausse du RSA et d’un certain
ont considérablement réduit faisant ? Faut­il réquisitionner n’ont pas de personnel médical. pas se substituer à l’enregistre­ nombre de minima sociaux
leurs distributions alimentaires, des logements ? Constatez­vous la propagation ment des demandeurs d’asile. comme les APL, dont ils ont un
leurs maraudes et leurs accueils L’Etat a décidé de ne pas refer­ du virus dans les centres d’hé­ Le ministère de l’intérieur besoin essentiel. Comme ils con­
de jour. Des gens appellent le 115 mer les places hivernales, ce qui a bergement et que pensez­vous a suspendu l’enregistrement Après la crise sanitaire, somment 100 % de ce qu’ils reçoi­
parce qu’ils ont faim et n’ont pas évité de remettre plusieurs mil­ des « centres de desserre­ de la demande d’asile. viendra la crise économique. vent, ils ont un impact direct et ra­
mangé depuis deux ou trois jours. liers de personnes à la rue. Il a ment » – quarante sont déjà Qu’en pensez­vous ? A quoi faut­il s’attendre ? pide sur l’activité économique. 
Ils ne peuvent même plus faire la ouvert 5 000 places d’hôtel et mo­ ouverts, pour un total de Avec Julien Denormandie [mi­ On aura à faire face à une crise propos recueillis par
manche. Mais les associations bilisé des gymnases, mais, dans 1 300 places – pour accueillir nistre chargé du logement], nous économique profonde. Nous al­ isabelle rey­lefebvre
font preuve de réactivité et d’in­ une situation d’épidémie, ils ne les personnes contaminées ? avons des téléconférences tous lons perdre 5 à 6 points de PIB. et julia pascual
0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020 coronavirus | 9

Le secteur de la santé
visé par des groupes
criminels spécialisés
Des hôpitaux, des pharmacies et des Ehpad
ont été victimes d’escroqueries massives

Les associations
Médecins
du monde
et Les Enfants
de Coluche
L es escrocs s’adaptent avec
célérité à la crise liée à l’épi­
démie de Covid­19. Deux se­
maines après le début du confine­
ment, l’Office central pour la ré­
Depuis le début
de la crise,
les autorités ont
organisent pression de la grande délinquance eu connaissance
une distribution financière (OCRGDF), qui dépend
alimentaire de la direction centrale de la police
de tentatives
hebdomadaire judiciaire, a constaté que l’activité d’arnaque pour
dans un des bandes criminelles spéciali­
bidonville sées dans les arnaques aux faux vi­
des dizaines de
de la rive droite, rements bancaires s’était déplacée millions d’euros
à Bordeaux, massivement sur les thématiques
mercredi 1er avril. sanitaires.
En bas à droite : Au nombre des nouvelles victi­ chose facile car la plupart opèrent
Souma, un mes de cette escroquerie devenue de l’étranger – souvent depuis Is­
Guinéen de 36 ans, monnaie courante depuis une di­ raël – et utilisent ensuite des
habitant un squat zaine d’années – depuis 2010, comptes rebonds en Europe de
ouvert par le 3 000 sociétés en ont été victimes l’Est ou en Chine pour opacifier au
Squid, un centre pour un montant global de maximum le parcours de l’argent.
social autogéré. 752 millions d’euros, selon la po­ Il est ainsi conseillé en premier
UGO AMEZ POUR « LE MONDE » lice judiciaire –, figurent des hôpi­ lieu aux victimes qui se rendraient
taux publics, des établissements compte de l’arnaque une fois le vi­
d’hébergement pour personnes rement effectué d’appeler la ban­
âgées dépendantes (Ehpad), des que pour tenter de bloquer les
pharmacies, des grossistes ou en­ fonds. Il convient ensuite de tou­
core des collectivités locales. jours rappeler ses fournisseurs ha­
« C’est un public qui n’est pas forcé­ bituels avec le numéro que l’on
ment sensibilisé à la question et possède et de se méfier des chan­
qui agit dans l’urgence liée à la gements de compte ou d’établisse­
crise en cours », explique Anne­So­ ment bancaire.

Les personnes sans domicile fixe phie Coulbois, la commissaire di­


visionnaire à la tête de l’OCRGDF.
Le procédé est presque toujours
le même. Les escrocs contactent la
« Faux sites »
La direction générale des finances
publiques (DGFIP) confirme être

à l’épreuve du confinement
cible en se faisant passer pour un en alerte. Un message de mise en
fournisseur habituel, ils expli­ garde contre les risques liés à la
quent avoir reçu une livraison de crise sanitaire vient d’être adressé
masques de protection ou de fla­ à l’ensemble des établissements
cons de gel hydroalcoolique, et in­ publics de santé, par l’entremise
Dans les centres d’hébergement, l’épidémie de Covid­19 aggrave les citent à commander très rapide­ du ministère de la santé et des
ment avant que le stock ne soit agences régionales de santé. Car
tensions entre les résidents. Les salariés, eux, manquent de protection épuisé, jouant ainsi sur la pénurie les escrocs tentent actuellement
actuelle et sur l’état de stress géné­ de profiter de la mise sous tension
ral. Ils fournissent des coordon­ des hôpitaux, des établissements
nées bancaires, attendent le vire­ médicaux et sociaux ou des Ehpad
TÉMOIGNAGES meurs. Nous avons, malheureuse­
ment, dû supprimer toute vie col­ « ON NOUS PREND 
« Nous nous rendons dans les
campements pour alerter sur les
ment et s’évanouissent dans la na­
ture. L’argent, qui transite de
et « la vigilance doit être maxi­
male », indique­t­on à la DGFIP.

I D’AUTORITÉ LA 
ls n’ont pas le droit de m’em­ lective alors que c’est ce dont les risques d’épidémie et traduire les compte en compte à l’étranger, Depuis fin 2015­début 2016, avec
pêcher de sortir, c’est inhu­ résidents ont besoin, et que le vi­ règles d’hygiène à ces populations disparaît avec eux. plusieurs années de décalage par
main… Et je ne mangerai pas vre­ensemble est le premier objec­ TEMPÉRATURE, LE CENTRE  très stressées qui, d’ailleurs, respec­ Depuis le début de la crise sani­ rapport aux entreprises privées, la
de leur merde ! » Pas facile de tif de notre métier. » tent le confinement et n’osent plus taire, les autorités ont eu connais­ sphère publique est touchée par
faire respecter le confinement à « La question des addictions re­ NE NOUS DONNE PAS  se déplacer, raconte Arnaud Pavy, sance de tentatives d’arnaques sur les escroqueries aux faux ordres
Suzanne (son prénom a été modi­ vient fréquemment dans les cen­ de l’association Première Ur­ l’ensemble du territoire français, de virement. Bercy reçoit ainsi plu­
fié), 60 ans. L’ancienne fonction­ tres d’hébergement d’urgence à tel
TOUJOURS D’ATTESTATION  gence internationale. La difficulté pour plusieurs dizaines de mil­ sieurs signalements de tentatives
naire des écoles qui s’est retrou­ point que nous devons, ici ou là, as­ DE SORTIE, L’ENTRÉE  première est l’accès à l’eau. » lions d’euros. Certains dossiers d’escroquerie par jour.
vée à la rue après une expulsion souplir les règles, confirme Flo­ La crise du coronavirus a aussi concernent des virements de plu­ Depuis la crise, de nouvelles ar­
pour dettes est, depuis octo­ rent Gueguen, directeur général EST CONTRÔLÉE » eu pour conséquence de précipi­ sieurs millions d’euros. D’autres, naques se développent. « Elles sont
bre 2019, hébergée en centre d’ur­ de la Fédération des acteurs de la SUZANNE ter le retour au pays de nombreux qui touchent notamment des le fait d’entreprises qui n’existent
gence dans l’Est parisien. Elle solidarité (FAS). Mais, je le redis, les hébergée dans un centre d’urgence Roms. A Montreuil (Seine­Saint­ pharmacies, représentent quel­ pas mais communiquent sur les ré­
n’ignore rien de la situation liée à gens ne doivent pas être enfermés, Denis), l’annonce du confine­ ques milliers d’euros. seaux au moyen de faux sites. Elles
l’épidémie de Covid­19 mais ne ils ne sont pas en prison. » ment a vidé deux campements, et promettent de fournir en grandes
veut pas renoncer à son habi­ Du côté des salariés, travailleurs deux autres à Saint­Denis (Seine­ Identité usurpée quantités tout ce qui manque dans
tude : aller, chaque jour, déjeuner sociaux, cadres, personnel de mé­ sien. Pour les devoirs, je reçois sur Saint­Denis) et Bonneuil­sur­ Le 16 mars, le procureur de Rouen le milieu médical : masques, blou­
aux Restos du cœur de La Villette, nage et de cuisine, le confine­ mon téléphone portable les mails Marne (Val­de­Marne). Première a ouvert une enquête préliminaire ses et lunettes de protection…, pré­
un des rares encore ouverts. ment est aussi éprouvant. Leurs de la maîtresse et je les recopie sur Urgence internationale s’est, avec pour « escroquerie », « faux » et cise la DGFIP. Ces escrocs expli­
Depuis le début de la crise sani­ effectifs sont réduits de 30 % à un agenda. Les enfants s’occupent d’autres associations dont Méde­ « usage de faux » après qu’un gros­ quent qu’il faut commander vite et
taire, Suzanne a pris en grippe les 40 % pour cause de maladie, de en participant à la préparation des cins du monde, indignée de la siste en médicaments eut com­ régler à l’avance, car les stocks sont
conditions de vie qu’elle appré­ garde d’enfants ou de droit de re­ repas et nous avons reçu de l’aide destruction du bidonville des mandé pour 6,6 millions d’euros sous pression. Rien ne sera jamais
ciait pourtant lorsqu’elle est arri­ trait. « On manque de tout. Nos sa­ du Samusocial de Paris sous forme Acacias, à Montreuil, juste après de masques et de gel hydroalcooli­ livré. » C’est le réseau de compta­
vée, il y a six mois. « On nous lariés ne sont pas protégés car il n’y de colis alimentaires et de chèques le départ de la quasi­totalité de ses que à une société fictive. Les es­ bles publics qui, lui­même pré­
prend d’autorité la température, le a ni masque ni gel pour ces profes­ services. » Le gouvernement a, en 350 occupants. crocs se sont fait passer pour les venu par les directeurs d’établisse­
centre ne nous donne pas toujours sionnels qui ne sont pas considérés effet, débloqué 15 millions d’euros « Nous avons en effet, pour fournisseurs habituels de l’entre­ ment de santé, a averti Bercy, qui a
d’attestation de sortie, l’entrée est comme prioritaires », déplore pour la distribution, par les asso­ sécuriser le site et parer au risque prise, dont ils ont usurpé l’iden­ recensé plusieurs dizaines de ten­
contrôlée, la grille fermée avec un M. Gueguen, dont la fédération a ciations, de tickets services à utili­ d’atteinte à la santé publique, tité, et ont offert de livrer rapide­ tatives d’escroquerie au cours des
antivol de moto et il y en a qui l’es­ passé une commande groupée de ser selon les besoins d’hygiène et envoyé les bulldozers mais après ment une grande quantité du deux dernières semaines.
caladent la nuit… Et quand on ces produits pour ses adhérents. d’alimentation dans les magasins avoir relogé les dix personnes matériel voulu. Ils ont disparu et Comme les entreprises et les ad­
s’énerve, ils jouent au psychologue, de son choix. encore sur place, explique Gay­ l’argent est, lui, arrivé à Singapour. ministrations, « les consomma­
ils nous font des tests. C’est du har­ Assurer le suivi scolaire A cinq dans une chambre de lord Le Chequer, adjoint au maire Ces groupes procèdent en amont teurs doivent être plus que jamais
cèlement moral », proteste­t­elle. Jusqu’ici, l’épidémie est heureuse­ 19 m2 d’un hôtel de la banlieue pa­ chargé de l’urbanisme de la ville à une recherche approfondie sur la vigilants aux messages qu’ils reçoi­
La tension devient forte dans ment contenue : l’association risienne, une famille originaire de Montreuil. Nous n’avons ja­ cible, en utilisant les sources vent par e­mail, texto, message
certains centres d’hébergement Aurore, qui accueille 10 000 per­ de Géorgie, dont le père, intéri­ mais demandé l’évacuation de ce ouvertes. Ils apprennent à connaî­ WhatsApp…, souligne de son côté
d’urgence, ne serait­ce que pour sonnes dans 250 centres, en maire dans le bâtiment, est privé campement qui est là depuis 2014, tre le fonctionnement de la so­ Loïc Tanguy, directeur de cabinet à
les personnes déjà psychologi­ France, a recensé 200 cas de Co­ de chantier, doit se frotter à l’hos­ malgré la demande pressante de ciété, repèrent les individus­clés et la direction générale de la concur­
quement fragiles ou les accrocs vid­19, dont la moitié de salariés. tilité des gardiens de l’établisse­ riverains ou du promoteur Nexity, leurs contacts. Ils rentrent dans la rence, de la consommation et de la
au tabac et à l’alcool, des denrées Partout, on cherche d’autres fa­ ment. « Ils nous insultent et se qui doit y ouvrir un chantier. Nous peau du personnage et mettent en répression des fraudes. Les faux si­
devenues compliquées à acheter. çons d’organiser la vie des rési­ montrent violents avec les fem­ avons, au contraire, supplié l’Etat place des mails et des contacts tes risquent fort de se multiplier
« Nous accueillons beaucoup de ré­ dents désormais confinés dans mes. Heureusement, nous som­ de remplir ses obligations d’héber­ téléphoniques crédibles. L’en­ dans les semaines à venir, et no­
sidents avec des addictions et en leur chambre : jeux de société, lec­ mes solidaires entre voisins, nous gement et de missionner une asso­ quête sur ces réseaux n’est pas tamment les faux sites administra­
tenons compte, quitte à leur pro­ ture, films à regarder sur ta­ nous entraidons et partageons, ciation pour effectuer un diagnos­ tifs. » « Attention aux sites qui vous
curer ce dont ils ont besoin, témoi­ blette… Pour les familles, la diffi­ par exemple, les informations sur tic social avant le relogement, demanderaient abusivement de
gne Béatrice Baal, directrice du culté est d’occuper les enfants et les distributions de colis alimen­ scolariser les enfants et fournir renseigner votre numéro de carte
centre Charles­Péan, de la fonda­ d’assurer leur suivi scolaire avec taires ou de tickets services », une aide sanitaire. » L’enquête sur ces bancaire pour que l’Etat vous iden­
tion de l’Armée du salut, à Ma­ les rares ordinateurs à disposi­ explique­t­il. Des besoins qui restent d’actua­ tifie, pointe­t­il. Dès lors que sont
romme, près de Rouen. L’épidé­ tion. Beaucoup d’entre elles sont Le quotidien est rendu encore lité, malgré la crise. « Il y a certes
réseaux n’est pas annoncés des dispositifs publics
mie rend tout le monde plus an­ logées en hôtel, à plusieurs dans plus rude par l’épidémie dans les des départs vers la Roumanie chose facile car la d’aide ou de remboursement,
xieux, parfois agressif, notam­ une seule chambre. 413 campements et squats de mais les familles les plus ancrées, comme récemment le rembourse­
ment la nuit, où nos veilleurs de « C’est dur mais on tient le coup, France où, selon le dernier recen­ celles présentes en France depuis
plupart opèrent ment du passe Navigo, on sait que
nuit, très compétents et formés rassure Meriem, qui vit depuis sement, en janvier 2020, par la longtemps, sont toujours là », de l’étranger, les escrocs essaient d’en profiter. » 
pour cela, doivent constamment des années avec son mari et ses Délégation interministérielle à constate Nicolas Clément, du Se­ nicolas chapuis,
désamorcer des conflits, calmer trois enfants dans deux chambres l’hébergement et à l’accès au loge­ cours catholique. 
souvent anne michel
les angoisses et supporter les hu­ de 9 m2 chacune d’un hôtel pari­ ment, vivent 19 000 personnes. isabelle rey­lefebvre depuis Israël et simon piel
0123
10 | coronavirus VENDREDI 3 AVRIL 2020

Les détails du second tour des municipales fixés


Si le scrutin n’a pas lieu avant fin juin, les électeurs seront de nouveau convoqués pour deux tours

L
e ministre de l’intérieur,
Christophe Castaner, a
La date
présenté en conseil des du second tour
ministres, mercredi
1er avril, une ordonnance préci­
doit être fixée
sant les dispositions électorales par décret
de la loi d’urgence sanitaire du
23 mars. Celle­ci prévoit que dans
en conseil des
les communes où un second tour ministres au plus
des élections municipales est né­
cessaire, il est reporté au plus tard
tard le 27 mai
à la fin juin. La date en est fixée
par décret en conseil des minis­
tres au plus tard le 27 mai, après lendemain du second tour. De
avis du conseil scientifique. même qu’aucune radiation en cas
Si la situation sanitaire ne per­ de déménagement ne pourra de­
met pas l’organisation du second venir effective avant.
tour avant la fin du mois de juin, En ce qui concerne le dépôt des
les électeurs des communes non candidatures, il pourra s’effectuer
pourvues lors du premier tour, au plus tard le mardi suivant la
qui s’est tenu le 15 mars, seront de publication du décret de convoca­
nouveau convoqués par décret tion des électeurs, comme l’indi­
pour les deux tours de scrutin. quait la loi. Celles qui ont déjà été
Le mandat des conseillers mu­ déposées les 16 et 17 mars restent
nicipaux et communautaires, valables ; il ne sera pas nécessaire
d’arrondissement, des conseillers de faire de nouvelles démarches.
de Paris et des conseillers métro­ Il reviendra au futur décret de
politains sortants est prolongé convocation des électeurs de fixer
pour une durée fixée par la loi. l’ouverture d’une période com­
Dans tous les cas, l’élection des plémentaire de dépôt des candi­
conseillers municipaux et com­ datures et de permettre aux can­
munautaires, d’arrondissement, didats ayant déjà déposé la leur de
des conseillers de Paris et des con­ la retirer, éventuellement.
seillers métropolitains de Lyon Dans les communes de moins
élus dès le premier tour organisé de 1 000 habitants non entière­
le 15 mars, reste acquise. ment pourvues dès le premier
L’ordonnance du 1er avril tire les tour, le nombre de sièges restant
conséquences du report du se­ à pourvoir s’établit en fonction Lors du premier tour des élections municipales, à Lyon, le 15 mars. BRUNO AMSELLEM/DIVERGENCE POUR « LE MONDE »
cond tour, s’il peut se tenir avant du nombre d’élus au premier
la fin juin. D’une part, pour que ce tour de scrutin. Les vacances, 9 000 habitants et plus. Cette date élu dès le premier tour, pour conde fraction de l’aide publique est fixe, la seconde dépend des
report n’altère pas la sincérité du pour cause de décès ou autre, in­ vaut également pour l’ensemble cause de cumul par exemple, ne aux partis politiques : la première déclarations annuelles de ratta­
scrutin, les listes électorales arrê­ tervenues entre­temps ne sont des listes dans les communes où prend effet qu’à son entrée en fraction est déterminée par le chement. Habituellement, cha­
tées pour le premier tour seront pas prises en compte. le conseil municipal a été élu dès fonction effective. nombre de voix obtenues au pre­ que parlementaire doit commu­
reprises pour le second, et seule­ La loi du 23 mars a reporté la le premier tour. mier tour des élections législati­ niquer sa déclaration de rattache­
ment ajustées des électeurs deve­ date limite de dépôt des comptes Pour celles présentes au second Décalage des étapes suivantes ves par les formations dont les ment avant le 31 décembre. Ce
nus majeurs dans l’intervalle ou de campagne à la Commission tour, cette date a été reportée au Enfin, l’ordonnance tire les consé­ candidats ont obtenu au moins délai est porté au 31 janvier 2021.
ayant acquis la nationalité fran­ nationale des comptes de campa­ 11 septembre. Conséquence : le dé­ quences du report au 11 septem­ 1 % des voix dans au moins 50 cir­ La date de versement de l’aide pu­
çaise inscrits d’office par l’Insee. gne et des financements politi­ lai d’instruction de la CNCCFP bre de la date limite de dépôt à la conscriptions ; la seconde frac­ blique aux partis politiques, qui
Les autres inscriptions sur les lis­ ques (CNCCFP) au 10 juillet pour pour statuer sur les recours est CNCCFP des comptes des partis et tion par le nombre de parlemen­ intervient généralement en fé­
tes électorales, effectuées par le les listes non qualifiées pour le se­ porté à trois mois au lieu de deux. groupements politiques. Elle ré­ taires déclarant, chaque année, se vrier, ne devrait cependant pas en
maire ou la commission de con­ cond tour ou ayant retiré leur can­ L’ordonnance précise également percute ce décalage sur les étapes rattacher à telle ou telle forma­ être affectée. 
trôle, ne prendront effet qu’au didature, dans les communes de que la démission d’un candidat suivantes destinées à établir la se­ tion politique. La première partie patrick roger

La « prime Macron » défiscalisée La Foire du Trône annulée


malgré les espoirs des forains
pourra atteindre 2 000 euros
De nombreux groupes de distribution ont déjà prévu de verser cette somme exceptionnelle
L es forains étaient déjà sur place. Ils avaient monté la plu­
part des attractions, et voulaient croire que la foire finirait
par ouvrir ses portes, une fois le confinement levé. Malgré
leur pression, la Foire du Trône n’aura pas lieu cette année.

L a « prime Macron » pourra


atteindre 2 000 euros fina­
lement. Et les entreprises
qui verseront cette prime défisca­
lisée pourront la moduler en
en 2020. Les conditions impo­
saient en effet aux entreprises de
passer par un accord d’intéresse­
ment – peu courant dans les TPE –
pour donner une aide aux sala­
« Les plus petites
entreprises
n’y voient que de
nelle : « Il a été décidé entre la
plupart des distributeurs qu’une
prime de 1 000 euros pourrait
récompenser les personnels de
terrain mobilisés dans cette crise
Compte tenu de l’épidémie de Covid­19, la maire de Paris et le
préfet de police ont décidé conjointement, mercredi 1er avril,
d’annuler l’édition 2020 de la plus grande fête foraine de France.
Cette année, la fête devait se tenir du 27 mars au 24 mai dans le
12e arrondissement de Paris, à la lisière du bois de Vincennes. La
fonction des conditions de travail riés. Cependant, dans les entre­ la provocation » (…). L’enseigne invite l’ensemble date d’ouverture avait déjà été repoussée, mais les forains instal­
liées à l’épidémie, selon l’ordon­ prises où un accord aura été MARC SANCHEZ des magasins indépendants de lés dans leurs caravanes gardaient un mince espoir de sauver la
nance adoptée, mercredi 1er avril, négocié d’ici au 31 août, le niveau secrétaire général du son réseau à définir les modalités foire malgré tout. Mardi, sentant l’annulation arriver, ils ont mis
en conseil des ministres. « Afin de de la prime pourra être porté à Syndicat des indépendants d’organisation d’une juste gratifi­ sur la table une ultime contre­proposition. Puisque le ministre
permettre de récompenser plus 2 000 euros. cation », écrivait Michel­Edouard de l’éducation, Jean­Michel Blanquer, évoquait une possible
spécifiquement les salariés ayant Dans le contexte actuel, le Syndi­ Leclerc, dans un communiqué du réouverture des écoles le 4 mai, les dirigeants de l’association des
travaillé pendant l’épidémie de cat des indépendants (SDI), qui 24 mars. forains, Le Monde Festif, ont écrit à
Covid­19, un nouveau critère de avait réclamé en vain ce change­ de « primes Macron » dans le ca­ Anne Hidalgo et Didier Lallement pour
modulation du montant de la ment dès décembre 2019, reste dre d’un accord d’intéressement « Mépris pour la vie humaine » LES 200 FAMILLES  proposer de décaler la foire. Dans ce
prime pourra également être re­ perplexe. « Pour les entreprises pour reconnaître l’engagement Avant même l’intervention du scénario, elle se serait tenue du 8 mai
tenu par l’accord collectif ou la dé­ d’au moins 20 salariés, cela peut des personnels dans une situa­ ministre de l’économie, Intermar­ DÉJÀ INSTALLÉES  au 14 juin. Cela « permettrait de sauver
cision unilatérale de l’employeur avoir un sens, mais les plus petites tion de travail inédite. La Fédéra­ ché avait appelé les indépendants SONT NÉANMOINS au moins une partie de l’économie du
mettant en œuvre cette prime », n’y voient que de la provocation. tion générale des travailleurs de qui constituent son réseau de monde forain », écrivaient les responsa­
souligne l’ordonnance. Elles ne savent même pas com­ l’agriculture, de l’alimentation, points de vente Intermarché et AUTORISÉES  bles, en insistant sur l’enjeu économi­
L’entreprise pourra ainsi légale­ ment elles vont pouvoir payer leurs des tabacs et des activités Netto à tout faire pour « mettre en que et social. La Foire du Trône, qui ac­
ment distinguer ses salariés salariés et leurs charges courantes annexes (FGTA), soulignant œuvre une rétribution annuelle ex­ À RESTER SUR PLACE cueille environ trois millions de visi­
devant se rendre sur leur lieu de d’ici lundi 6 avril, alors parler de l’oubli des salariés des franchisés ceptionnelle à l’ensemble des colla­ teurs par an, fait travailler 2 000 per­
travail – comme les caissières prime… », s’exclame Marc Sanchez, (Casino, Auchan, Carrefour, borateurs ». Même engagement sonnes sur le site. « A elle seule, elle représente un bon tiers du
dans la grande distribution ou les le secrétaire général du SDI. Leader Price, Franprix, Monop’) chez Système U : « Les patrons de chiffre d’affaires annuel des forains concernés », avance Marcel
ouvriers sur un chantier – des et des indépendants (Leclerc, magasins indépendants de notre Campion, le « roi des forains », par ailleurs candidat aux munici­
autres en télétravail, ce qui était Définir « une juste gratification » Hyper U, Super U, Intermarché), groupement coopératif sont appe­ pales à Paris – ses listes ont recueilli 0,4 % des suffrages exprimés.
demandé par les fédérations pa­ Jean­Eudes du Mesnil, secrétaire avait revendiqué pour eux une lés, en fonction des moyens de leur Cette proposition n’a pas convaincu le préfet de police ni la
tronales. « Il s’agit de récompenser général de la Confédération des prime de reconnaissance. « La entreprise, à mettre en œuvre le maire de Paris. « Même si le déconfinement a lieu en mai, il sera
les salariés au front qui tiennent petites et moyennes entreprises, priorité numéro un, c’est la sécu­ même principe de prime excep­ progressif, et il ne paraissait pas possible de maintenir un grand
leur poste de travail pendant cette confirme : « La première urgence rité, qui évolue dans le bon sens. tionnelle pour les salariés, en ma­ rassemblement dans ces conditions, explique Emmanuel
période », a justifié la ministre du pour les petites entreprises est Notre seconde demande, c’est la gasin et dans les drives. » Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgo. Nous avons préféré
travail, Muriel Pénicaud, à l’issue d’assurer la trésorerie et le paie­ prime, car les salaires sont bas. Il est encore trop tôt pour faire anticiper une décision assez inéluctable et prévenir d’emblée les
du conseil des ministres. ment des salaires. Enormément de Ces travailleurs sont en première le bilan de ce que les PME feront forains. » Les quelque 200 familles déjà installées sur place sont
Le 24 mars, le ministre de l’éco­ TPE sont touchées, car la crise des­ ligne et, sans la pression des grou­ de cette prime. Mais pour la néanmoins autorisées à y demeurer jusqu’au 14 juin, date pré­
nomie avait décidé de faire sauter cend en cascade. Mais, pour les pes, les franchisés ne feront rien », Fédération du commerce et des vue initialement pour leur départ.
le verrou qui bloquait la distribu­ grands groupes organisés avec explique Dejan Terglav, secré­ services de la CGT, ce n’est qu’un La Ville de Paris se dit prête à « accompagner les forains »,
tion de la « prime Macron » dans des indépendants, c’est tant taire générale de la FGTA­FO. encouragement à travailler dans notamment en les aidant à bénéficier des dispositifs de soutien
les PME. Largement distribuée mieux. Les premiers concernés Les distributeurs comme Le­ des conditions dangereuses. Cela aux acteurs économiques mis en place par l’Etat. « Mais évidem­
par les petites entreprises sont ceux de la distribution. » clerc, Intermarché ou Système U relève « du mépris le plus total ment, il y a beaucoup de cash dans ce genre de foire, tout n’est pas
en 2019, après la crise des « gilets Dès la mi­mars, plusieurs ont lancé le mot d’ordre, à toutes pour la vie humaine », déplore le déclaré, ce qui rend plus difficile une couverture totale par des
jaunes », la prime du pouvoir grands groupes de ce dernier les entités de leur marque, de dis­ syndicat sur son site.  assurances ou l’Etat », glisse un expert. 
d’achat promettait de s’essouffler secteur ont décidé l’attribution tribuer une prime exception­ anne rodier denis cosnard
0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020 coronavirus | 11

La chaîne de l’immobilier bloquée de bout en bout


Le secteur a obtenu gain de cause sur le chômage partiel et accepte de relancer les chantiers, sous certaines conditions

I
l faut le plus possible mainte­ jour en jour, mais qui tarde à venir, banques et promoteurs, elle en abandonner, quitte à renégocier dent de la Fnaim. Soixante­douze
nir une activité économique s’étonne Patrick Liébus, président avait acquis 30 000, revendus en­ les prix des terrains pour s’adapter
« Il va y avoir pour cent de nos adhérents ont eu
et que tout le secteur de l’im­ de la Confédération de l’artisanat suite aux bailleurs sociaux. à notre offre. » Pour l’ex­ministre de la casse. recours aux mesures gouverne­
mobilier fasse bloc », lançait, et des petites entreprises du bâti­ « Quarante promoteurs ont déjà du logement de Nicolas Sarkozy, mentales de chômage partiel pour
mardi 31 mars, Julien Denorman­ ment. Pour l’instant, nous ne som­ répondu à notre appel, indique qui veut attirer des investisseurs
Nous allons sans 52 % de leurs salariés. Il faudrait
die, ministre chargé de la ville et mes pas équipés pour la reprise des Yves Chazelle, directeur général dans l’actionnariat d’une foncière doute perdre au moins pouvoir passer les actes
du logement, aux 2 529 « mana­ chantiers : nous n’avons ni mas­ adjoint de CDC Habitat. Bien sûr, en voie de création, « plus que ja­ des ventes déjà conclues, qui repré­
geurs de l’immobilier » réunis en ques, ni gants, ni gel, et je redoute nous négocierons les prix, mais mais, le secteur résidentiel appa­
20 000 emplois » sentent tout de même 400 mil­
téléconférence. Il faisait réfé­ que quelques entreprises acculées nous sommes ouverts à toutes les raît comme un investissement re­ JEAN-MARC TORROLLION lions d’euros d’honoraires pour
rence au conflit entre la ministre reprennent l’activité dans de mau­ propositions, qu’il s’agisse de fuge, “pépère”, plus résistant que le président de la Fnaim nos adhérents, mais les notaires
du travail, Muriel Pénicaud, et les vaises conditions. » stocks invendus, ou même d’ap­ bureau ou le commerce qui, eux, sont réticents. Même blocage dans
professionnels du bâtiment à « Dès que les conditions sanitai­ partements dispersés dans plu­ vont être impactés par cette crise ». les services publics pour les hypo­
propos du recours au chômage res seront réunies, nous rouvrirons sieurs immeubles, s’ils sont propo­ « Lancer de nouvelles opérations, du printemps à l’été, voire à sep­ thèques, le droit de préemption
partiel et de la continuité des les chantiers, pas avant et pas dans sés par lots de vingt ou vingt­cinq, d’accord, mais, en période de con­ tembre, un retard qui s’ajoute des mairies… », regrette­t­il. Chez
chantiers, tout autant qu’à la po­ les mêmes conditions, pas avec la ou de programmes nouveaux. » finement, les services d’urbanisme à l’incertitude autour du résultat les notaires, on admet ne plus si­
lémique entre agents immobi­ même productivité ni au même de nombreuses mairies et métro­ des élections municipales repor­ gner que 2 000 actes par jour,
liers, souhaitant conclure des af­ prix, prévient M. Chanut. Car se la­ Délais de recours allongés poles sont fermés et n’instruisent tées dans quelques milliers de contre 15 000 en temps normal.
faires, et notaires, accusés de re­ ver les mains toutes les deux heu­ Même démarche pour In’li, filiale plus les demandes de permis de communes, et pas des moindres. « Un plan de relance à l’issue de
tarder leurs enregistrements. res, être seul plutôt qu’en binôme d’Action Logement, spécialisée construire. Pourtant, c’est faisable Quant aux agents immobiliers, la crise, pourquoi pas, s’interroge
« L’immobilier est un moteur es­ dans une camionnette, aller cher­ dans le logement intermédiaire et de manière dématérialisée et l’Etat leur modèle économique − no­ l’architecte Denis Dessus, mais à
sentiel de la croissance et devra cher du matériel en évitant tout qui projette d’en acheter 10 000 pourrait donner des instructions tamment les 80 000 « négocia­ condition de privilégier la rénova­
être un acteur du plan de relance contact avec les fournisseurs, ne en Ile­de­France. « Contrairement dans ce sens », suggère Hervé Le­ teurs » uniquement rétribués à la tion et le logement, de faire la ville
en cours de préparation avec pas rester plus de quinze minutes à à 2008, il y a peu de stocks, cons­ gros, PDG d’Alila, promoteur spé­ commission au moment de l’acte sur la ville, dans les friches indus­
Bercy », argumentait le ministre. moins d’un mètre d’un compa­ tate Benoist Apparu, président du cialisé dans le logement social. de vente − risque d’en envoyer trielles ou les zones commerciales
Le 17 mars, premier jour du con­ gnon, tout cela ralentit le travail et directoire d’In’li. Et nous propo­ Les ordonnances datées du beaucoup au chômage. « Il va y en entrées de villes, de densifier les
finement en France, 80 % des est donc coûteux. Il nous faudra re­ sons plutôt aux promoteurs de sé­ 25 mars 2020 allongent en outre avoir de la casse. Nous allons sans lotissements mais de ne surtout
chantiers s’arrêtaient : « Nous discuter du partage de la valeur curiser la vente de leurs futurs pro­ les délais d’instruction et de re­ doute perdre 20 000 emplois, pré­ pas artificialiser les sols. » 
avons respecté les consignes du avec nos donneurs d’ordre et ce grammes, qu’ils ne doivent pas cours, ce qui reporte les décisions dit Jean­Marc Torrollion, prési­ isabelle rey­lefebvre
gouvernement, mais elles ont n’est qu’ensuite, dans un troisième
changé depuis et il nous demande temps, une fois les chantiers redé­
de reprendre », explique Denis marrés, que nous pourrons parler
Dessus, président de l’ordre des “plan de relance” », promet le pré­
architectes. « Il n’est pas question sident de la FFB, qui anticipe, pour
que nous mettions nos gars en 2020, une chute de 15 % à 20 % du
danger, insiste Jacques Chanut, chiffre d’affaires de la profession.
président de la Fédération fran­ Toute la chaîne est touchée, à
çaise du bâtiment (FFB). C’est no­ commencer par les promoteurs :
tre priorité, et le chantage au refus « 90 % de nos chantiers sont stop­
de leur accorder le chômage par­ pés et les réservations de nos pro­
tiel qu’exerçait Mme Pénicaud était grammes sont incertaines car en
tout simplement dégueulasse. » attente de confirmation par les ac­
Car la profession a obtenu gain quéreurs, explique Julien Car­
de cause sur le chômage partiel et mona, de Nexity. Heureusement,
accepte de relancer les chantiers, à nous pouvons compter sur l’appé­
condition que les règles sanitaires tit des investisseurs institutionnels
soient respectées. Elles sont déjà pour le logement », se rassure­t­il.
consignées dans un guide élaboré CDC Habitat, filiale de la Caisse
par les organisations syndicales des dépôts, a annoncé vouloir
et patronales « qui attend la vali­ acheter 40 000 logements avec le
dation des ministères du travail et même objectif qu’après la crise fi­
de la santé, qu’on nous promet de nancière de 2008 où, pour sauver

Crédit: pas de soutien


spécifique aux particuliers
La plupart des banques affirment néanmoins
qu’elles feront preuve de souplesse

L orsque la France s’est réso­


lue au confinement afin
d’empêcher la propagation
de la pandémie de Covid­19, le
gouvernement a appelé les ban­
Un dispositif qui les indemnise à
hauteur de 84 % du salaire net.
« Si, en dépit de cette mesure, des
personnes se retrouvent dans une
situation financière difficile, il con­ LA PERFECTION DANS
CHAQUE DÉTAIL
ques à soutenir les entreprises vient de contacter son conseiller
dont le chiffre d’affaires s’effon­ bancaire pour examen de son cas
drait. Les institutions financières particulier, et de regarder les moda­
ont alors collectivement accepté lités prévues par le contrat de prêt »,
de reporter jusqu’à six mois les indique la Fédération bancaire
remboursements de prêts, sans française. Ces contrats peuvent
pénalités ni frais additionnels. prévoir des dispositions de modu­
Qu’en est­il des crédits immobi­ lation ou de report d’échéance. La
liers souscrits par des ménages plupart des banques affirment
eux aussi frappés par l’arrêt de qu’elles feront preuve de sou­
l’économie ? Pourront­ils bénéfi­ plesse. « Nous examinons, au cas
cier d’un report général des par cas, chaque situation, expli­
échéances de paiement de leurs que­t­on chez BNP Paribas. Nous
crédits ? « Il n’y a pas de mesures sommes en mesure, lorsque les cir­
prévues pour les particuliers, a ré­ constances le nécessitent, de propo­
pondu le ministre de l’économie, ser d’interrompre pendant plu­
Bruno Le Maire, lors d’un point sieurs mois le remboursement de
presse téléphonique, le 18 mars. Il crédits immobiliers. »
faut faire le bon diagnostic, l’effort D’autres pays ont décidé d’aider
doit porter sur les TPE, les PME et directement les ménages. En Es­
les grandes entreprises. C’est là que pagne, le chef du gouvernement,
se trouvent les vraies difficultés. Pedro Sanchez, a annoncé
Pour les ménages, il existe des filets « un moratoire sur le paiement des
de sécurité importants, avec le dé­ prêts immobiliers pour les person­
plafonnement du dispositif de l’ac­ nes les plus vulnérables ». L’Italie
tivité partielle. » autorise aussi les particuliers en
Le nouveau XPS 13. Conçu avec un écran sublime 16 :10
difficulté à suspendre le rem­ InfinityEdge et une finition aux lignes épurées.
Examen au cas par cas boursement de leurs créances et Vous saurez qu’il est spécial dès le premier regard.
Le gouverneur de la Banque de de leurs prêts immobiliers, grâce
France, François Villeroy de Gal­ à des garanties publiques four­
hau, a jugé que le pouvoir d’achat nies aux banques. Au Royaume­ Dell.fr/XPS
des ménages était « préservé à tra­ Uni, les ménages en difficulté fi­
En savoir plus gratuitement au 0801 800 001*
vers la prise en charge de leur rému­ nancière seront dispensés de
nération via notamment le chô­ payer leurs crédits immobiliers © 2020 Dell Inc. ou ses filiales. Tous droits réservés. Dell, EMC et d’autres marques sont des marques de Dell Inc.
mage technique ». Selon les chif­ pendant trois mois. Une solution ou de ses filiales. Dell S.A, Capital 1 782 769 € Siège Social 1 rond-point Benjamin Franklin 34000 Montpellier.
France. N° 351 528 229 RCS Montpellier –APE 4651Z. Photos non contractuelles. Dell n’est pas responsable des
Dell recommande Windows 10 Professionnel pour les entreprises.
fres révélés mercredi 1er avril par la également proposée aux Etats­ erreurs de typographie ou de photographie. *De 9h à 18h du lundi au vendredi (Numéro gratuit). Windows 10 est le Windows le plus sécurisé jamais conçu.
ministre du travail, Muriel Péni­ Unis aux propriétaires qui ont
caud, près de 3,6 millions de sala­ perdu leur emploi. 
riés sont déjà au chômage partiel. véronique chocron
0123
12 | coronavirus VENDREDI 3 AVRIL 2020

Marché automobile français : la casse du siècle


Les ventes de voitures ont chuté de 72 % en mars, et de 34 % sur le premier trimestre de l’année

U
n choc à la fois de l’of­ 34 %. Et le deuxième trimestre
fre et de la demande : semble bien parti pour réaliser un
pas de clients pour al­ triste record de la même ampleur.
ler dans les conces­ Aucun constructeur n’est vrai­
sions depuis le 16 mars, pas de ment épargné. A commencer par
production de voitures pendant les français. PSA (Peugeot, Citroën,
la seconde quinzaine de mars, et, DS, Opel) a vu ses immatricula­
de toute façon, aucun point de tions de voitures particulières
vente ouvert… La crise automo­ neuves dégringoler (− 73,4 %), tout
bile que connaît la France depuis comme le groupe Renault
l’épidémie due au coronavirus n’a (− 71,6 %), avec Dacia et Alpine,
pas de précédent. Les chiffres sont d’après les chiffres du CCFA. Côté
le reflet de ce marasme. industriels étrangers, le groupe
Au mois de mars, les ventes de Volkswagen (Audi, Skoda, Seat,
voitures dans le pays ont plongé Porsche), premier importateur, a
de 72 % par rapport à la même pé­ chuté de 78,9 % en mars. Les spé­
riode en 2019, affirme le Comité cialistes allemands du haut de
des constructeurs français d’auto­ gamme BMW (Mini) et Daimler
mobiles (CCFA). Les derniers jours (Mercedes) ont reculé respective­
ont été économiquement dévas­ ment de 61,8 % et 73,8 %. Le groupe
tateurs. Selon Autoways, société Hyundai (Kia) a connu un sort à
disposant d’une licence d’accès peine moins catastrophique
au système d’immatriculation (− 55,1 %), tout comme Toyota
des véhicules (SIV) du ministère (− 57,9 %). Les autres acteurs du
de l’intérieur, entre le 18 mars et le marché, Ford (− 80,1 %), Fiat Chrys­
30 mars – en plein confinement ler (− 82,5 %), Nissan (− 75,2 %) ont
donc –, les immatriculations ont complété ce sombre tableau.
chuté de 94 % si on compare avec
la même période en 2019. Exercice délicat
C’est bien un coup d’arrêt total Ailleurs en Europe, les premiers
du marché qui s’est produit, avec chiffres qui tombent sont du
une réelle activité seulement jus­ même acabit dans les pays les
qu’à vendredi 13 mars. Sur une pé­ plus touchés par l’épidémie de Co­
riode plus large, le premier tri­ vid­19. L’Espagne affiche − 69 %,
mestre affiche un plongeon de et l’Italie un effrayant (mais pas si Dans une concession Renault, à Paris, le 26 mars. FRANCK FIFE/AFP
surprenant compte tenu de la du­
Chute libre rée de la crise là­bas) − 86 %. La
Nombre d’immatriculations Chine, premier marché mondial partir des données économétri­ la demande, commente Bernard forte. Plus forte même que l’inquié­ dable si l’Etat ne met pas en place
de véhicules personnels au mois et première nation mise à l’arrêt ques des récessions précédentes. Jullien, économiste de l’automo­ tude sanitaire. » des mesures de soutien du marché,
de mars en France, en milliers par le coronavirus, avait donné le Elle conclut qu’« avec une réces­ bile, maître de conférences à Tous les regards se tournent dé­ alerte Eric Champarnaud, diri­
ton en février dernier avec un re­ sion comprise entre − 3 % et − 7 % le l’université de Bordeaux. Si le sormais vers l’Etat. Plan de re­ geant et cofondateur de C­Ways. La
cul de 80 %. marché reculerait de 10 % à 22 %. pays est en récession, il n’est pas lance ? Prime à la casse ? Assou­ distribution automobile ne vit que
226 231 226 Maintenant que les chiffres sont Cette chute serait plus marquée sûr que l’achat automobile soit la plissement des réglementations grâce aux primes de volume ver­
211
196 tombés, les experts s’essaient à pour les ménages, de − 22 % à priorité des ménages. » environnementales ? En atten­ sées par les constructeurs en fin
l’exercice délicat de prévoir la − 33 %. Le marché des sociétés ré­ « Il semble clair qu’il n’y aura pas dant, les spécialistes se satisfont d’année. » « Attention aux consé­
baisse du marché français sisterait mieux (de 0 % à − 14 %) et de reprise verticale, abonde Fla­ des mesures d’urgence prises. « Le quences d’une prime de soutien à
en 2020. Le CCFA envisage un pre­ limiterait le recul. » vien Neuvy, économiste chez BNP seul point pas trop négatif de la si­ l’achat, nuance Bernard Jullien.
mier semestre à − 30 % et − 20 % Mais ces scénarios restent mal­ Paribas, directeur de l’Observa­ tuation, c’est qu’en ce moment la Elle aurait un effet négatif sur le PIB
sur l’ensemble de l’année, ce qui gré tout optimistes car ils s’ap­ toire Cetelem de l’automobile et production s’est arrêtée, ce qui car les petites voitures, qu’elle avan­
62,7 serait du jamais­vu. Une étude de puient sur l’hypothèse d’un con­ de la consommation. Il faut s’at­ évite de stocker des véhicules qu’on tagerait, sont désormais fabri­
C­Ways, société de conseil en mar­ finement pas trop étiré et d’un re­ tendre à des comportements plus bradera plus tard, note M. Jullien. quées à l’étranger. L’idée d’une
keting, publiée le 26 mars, donne bond de la consommation auto­ que prudents de la part des ména­ C’est l’un des avantages du chô­ prime sur les véhicules utilitaires
des résultats similaires. Cette der­ mobile. « Tout le monde cultive ges. D’après une étude toute ré­ mage partiel : rendre variable au serait plus efficace : la totalité de
2015 2016 2017 2018 2019 2020 nière a réalisé ses prévisions en l’espoir qu’il s’agisse d’une paren­ cente que nous nous apprêtons à moins une partie des coûts fixes. » ceux de Renault et la moitié de ceux
fonction des niveaux de baisse du thèse, mais cela n’est certain ni du publier, l’inquiétude des sondés Mais cela risque de ne pas suf­ de PSA sont fabriqués en France. » 
Infographie : Le Monde Source : CCFA produit intérieur brut (PIB) et à côté de l’offre, ni même du côté de sur leur avenir économique est très fire. « La casse risque d’être inson­ éric béziat

L’augmentation des retards de paiement Decathlon offre une respiration


aux personnels hospitaliers
menace la survie des entreprises
Selon la Banque de France, 13 milliards d’euros de factures sont aujourd’hui en souffrance
C’ est une idée un peu folle née au cœur de cette Lom­
bardie industrielle, la région la plus touchée par la
pandémie de Covid­19. Mi­mars, alors que les hôpi­
taux locaux se trouvent submergés de patients présentant des

C onfrontées à un arrêt total


ou partiel de leur activité
pour cause de confine­
ment, les entreprises doivent dé­
sormais affronter un autre virus,
guerre », et occasionner des dé­
faillances en série.
La situation est telle que Bruno
Le Maire, le ministre de l’écono­
mie, et François Villeroy de Gal­
Si les regards se
tournent vers les
grands groupes,
Si cet appel à la « solidarité » en­
tre entreprises ne fonctionne pas,
le comité de crise qui « se réunira
autant que nécessaire » avec
l’appui de la Répression des frau­
difficultés respiratoires, un médecin de Brescia, Renato Favero,
se met en rapport avec Isinnova, une PME des environs spécia­
lisée dans l’impression 3D, qui produisait en urgence des valves
pour appareils respiratoires. Son projet est plus ambitieux : il
s’agit d’adapter le masque de randonnée aquatique (snorkeling)
tout aussi dangereux que la hau, le gouverneur de la Banque les grosses PME des (DGCCRF), qui piste les mau­ Easybreath, développé par Decathlon, afin de pallier la pénurie
baisse du chiffre d’affaires : les re­
tards de paiements de la part de
de France, ont réuni par vidéo­
conférence, mardi 31 mars, un co­
ne sont pas vais payeurs et établit un fichier
(accessible sur son site), passera la
générale de masques pour respirateurs.
Conçue par le groupe d’équipements sportifs à Hendaye (Py­
leurs clients, qui mettent à mal mité de crise. Animée par Pierre irréprochables vitesse supérieure, à savoir le re­ rénées­Atlantiques), cette innovation permet de respirer dans
leur trésorerie et risquent de
conduire nombre d’entre elles à
Pelouzet, médiateur des entrepri­
ses à Bercy, et Frédéric Visnovsky,
non plus douté Name and Shame : rendre
publics les noms des entreprises
le masque par le nez et la bouche et connaît un grand succès de­
puis six ans. Le groupe avait prévu de commercialiser une nou­
mettre la clé sous la porte. médiateur national du crédit à la qui rechignent à régler leurs four­ velle version à l’été 2020, mais, aujourd’hui, l’enjeu est tout
« Il y a les sociétés qui, dès le dé­ Banque de France, cette instance nisseurs pourrait en effet les inci­ autre : il s’agit de sauver des vies.
but de la crise, ont compris qu’il réunit les organisations profes­ une situation d’abus généralisé, ter à rentrer dans le rang. Isinnova a demandé à Decathlon de procéder à des tests. « On
fallait préserver les filières et payer sionnelles patronales (AFEP, remarque Alexandre Bardin, fon­ « Nous veillerons rigoureuse­ les leur a donnés, ainsi que nos plans de fabrications en 3D », in­
leurs fournisseurs, mais ce n’est CPME, Medef, U2P), ainsi que les dateur de Rubypayeur, une entre­ ment et scrupuleusement au res­ dique­t­on chez Decathlon. Les appa­
pas la majorité, résume Laurent chambres de commerce. prise spécialisée dans le recouvre­ pect des délais de paiement par reils sont démontés, une valve spé­
Vronski, secrétaire général de l’as­ ment de créances. Ce qui est sur­ les grandes entreprises », a dé­ LE MASQUE  ciale (baptisée Charlotte) est conçue
sociation CroissancePlus. Et il y a « Situation d’abus généralisé » prenant, c’est que nos clients nous claré M. Le Maire, le 24 mars, rap­ pour permettre le raccordement aux
les autres, celles qui, grâce au coro­ Tous sont tombés d’accord pour renvoient tous à peu près le même pelant que « toutes les entrepri­ EASYBREATH A ÉTÉ  respirateurs, et, en à peine une se­
navirus, ont une excuse toute trou­ adopter une démarche « de sensi­ mail, écrit dans les mêmes termes, ses, en particulier les plus gran­ ADAPTÉ POUR PALLIER  maine, deux prototypes sont conçus
vée pour ne pas payer les factures, bilisation » des grands donneurs qui dit que le client n’est pas en me­ des, qui ne respecteraient pas et testés dans des hôpitaux de Brescia.
qui ont choisi de préserver leur tré­ d’ordres et les inciter à payer leurs sure de payer compte tenu du leurs obligations en termes de dé­ LA PÉNURIE GÉNÉRALE  Ces tests sont concluants, et la nou­
sorerie et fermé tous les robinets. sous­traitants ou fournisseurs contexte économique. » lais de paiement n’auront pas ac­ velle se répand en un éclair sur les ré­
Et il y a encore pire : celles qui de­ dans les délais, plutôt qu’une ap­ Rubypayeur, qui s’est vu confier cès » à la garantie des prêts ban­ DE RESPIRATEURS seaux sociaux. « En quelques semaines,
mandent à leur fournisseur une re­ proche plus coercitive. « Nous al­ des centaines de milliers d’euros caires promise par l’Etat. c’était l’emballement. On a eu des de­
mise commerciale comme condi­ lons appeler directement tous les de créances impayées en quel­ Sera­ce suffisant ? « Dans les pro­ mandes émanant de tous nos pays », explique­t­on chez Decath­
tion préalable au paiement. Un vé­ patrons ou les directeurs finan­ ques jours, atteint un taux de re­ chaines semaines, on va avoir un lon, présent dans 69 pays. Que ce soit de l’Institut polytechni­
ritable racket ! » ciers qui ne seraient pas solidaires couvrement de 30 %, contre 80 % nombre de défaillances jamais vu que de Milan, des hôpitaux comme à Montbéliard (Doubs), très
Selon les chiffres de la Banque pour les ramener dans le droit che­ en temps normal. « Il n’y a pas que en France à cause de cela, craint avancé sur le sujet, jusqu’à récemment aux Etats­Unis, de l’Uni­
de France, 13 milliards d’euros de min, explique M. Pelouzet. On l’a de la mauvaise volonté en jeu, Alexandre Bardin. Le défaut de versité de Stanford et de la NASA.
factures seraient ainsi en souf­ déjà fait avec quelques­uns. Cela a tempère Stéphanie Pauziat, re­ paiement risque de faire davan­ A ces organismes certifiés, Decathlon abandonne son brevet,
france, sur un total de 700 mil­ très bien fonctionné. » présentante de la CPME au comité tage de mal aux entreprises que contre une décharge concernant l’utilisation du produit. L’en­
liards de crédits interentreprises. Qui sont ces mauvais payeurs ? de crise. Beaucoup de grandes so­ l’arrêt de l’activité. » Selon l’assu­ treprise a déjà fait don de dizaines de milliers de masques en
De quoi mettre en péril la survie Si les regards se tournent vers les ciétés ont entrepris une réorgani­ reur­crédit Euler Hermes, les dé­ Europe… Dans l’Hexagone, elle en a même suspendu la com­
même de milliers de petites struc­ grands groupes, les grosses PME sation des services à cause du télé­ faillances augmenteront de 8 % mercialisation sur Internet pour préserver ses stocks. 
tures pour lesquelles la trésorerie ne sont pas irréprochables non travail. Les choses vont peut­être en France en 2020.  jérôme gautheret (rome, correspondant)
est réellement « le nerf de la plus. « On est aujourd’hui dans se mettre en place petit à petit. » béatrice madeline et cécile prudhomme
0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020 coronavirus | 13

Séries gagnantes pour Netflix, Amazon et OCS


Les souscriptions aux services de vidéo à la demande par abonnement ont explosé, selon les opérateurs télécoms

E
lite, dont l’intrigue se dé­ agréable, même. » Alors qu’aupa­ pose à l’utilisateur de regarder un gue de contenus », estime Heath citée par Yahoo.com. M. Terry
roule dans une école hup­ ravant les pics de consommation programme en simultané avec ses Terry, analyste chez Goldman
« Netflix sera croit, lui, que « les gens, quand ils
pée espagnole, et visible apparaissaient le matin et le soir, amis, à distance, tout en discutant. Sachs. Sur Google, en France, les le plus grand découvrent ces plates­formes, ont
sur Netflix ; Vikings, qui « le public regarde de la SVOD Cette application, née en 2016 et requêtes pour « Netflix » ont tendance à rester ».
conte les aventures de légendaires toute la journée », observe Jean­ indépendante de Netflix, connaît d’ailleurs doublé, mais pas celles
bénéficiaire. C’est Le secteur devra gérer une con­
hommes du Nord, également dif­ Luc Vuillemin, vice­président un regain de popularité. pour « Amazon Prime Video », le service leader, currence toujours plus forte, avec
fusée sur Amazon Prime Video ; exécutif chargé des réseaux inter­ Sur les réseaux sociaux, Netflix « Disney + » ou « Apple TV + », le le lancement de Peacock par NB­
ou The Walking Dead, dont la der­ nationaux chez Orange. publie des suggestions pour con­ service lancé par la firme à la
avec le plus grand CUniversal, cet été. Mais la SVOD
nière saison en pays zombie est De nouveaux clients affluent : finés indécis, sous le mot­clé pomme en novembre 2019. catalogue » peut espérer diffuser des films
disponible juste après sa sortie chez Orange, le rythme de recru­ #NetflixConseilleMoi. Dans son plus récents. En raison de la ferme­
HEATH TERRY
américaine sur OCS, la plate­ tement a crû de 50 % à 100 % pour top 10 des séries et des films les Concurrence toujours plus forte ture des salles de cinéma, Disney +
analyste chez Goldman Sachs
forme de télévision payante ses offres de chaînes payantes plus vus, on trouve certains con­ « En Bourse, Netflix est aussi le titre a mis en ligne La Reine des neiges 2
d’Orange… Ces trois séries ont (OCS, Netflix, chaînes jeunesse…). tenus pointus et parfois sombres, qui se comporte le mieux. Son cours avec trois mois d’avance.
connu le succès, pendant la se­ Rien que pour Netflix, les sous­ comme La Plateforme, de Galder est proche de son record des douze En France, le Centre national du
maine du 23 au 29 mars, auprès criptions ont doublé, voire triplé Gaztelu­Urrutia, Dare Me, de Me­ derniers mois, alors que tout le vrer plus rapidement et auront ac­ cinéma et de l’image animée a
des téléspectateurs confinés dans ou quadruplé, selon plusieurs gan Abbott et Gina Fattore ou 7. marché baisse, décrypte Michael cès à Prime Video, en bonus. » reçu 11 demandes de passage anti­
leur salon, toujours plus friands de opérateurs télécoms français. Kogustaki Mucize, de Mehmet Pachter, analyste de la banque d’af­ Pour les acteurs de la SVOD, le cipé en vidéo à la demande, à
services de vidéo à la demande. Dans le monde, l’application Net­ Ada Öztekin. Amazon Prime Vi­ faires Wedbush Securities. Disney défi consistera à convertir les nou­ l’achat, pour des films. Et, avant le
« La semaine du 23 mars, on flix a été téléchargée 8,3 millions deo a, elle, créé une liste de films a lui d’autres activités, qui souffrent veaux venus en abonnés payants confinement, les plates­formes
comptait, chaque jour en France, de fois la semaine du 23 mars, et de séries à regarder en famille, du coronavirus : ses parcs à thèmes, pérennes. Netflix ou OCS offrent de SVOD étaient justement en
5 millions de “streamers”, contre contre 4,7 millions, en moyenne, en accès gratuit, pour répondre à ses films en salles, ses offres de télé­ un mois gratuit. Et Apple TV +, train de négocier un changement
2,7 millions, il y a un an. En une se­ avant le confinement, selon la so­ une « forte demande ». vision sportive… » La SVOD est une douze mois, pour tout achat d’un de la « chronologie des médias »,
maine, le nombre de programmes ciété d’analyse d’audience mobile Pour qui cet engouement sera­ activité minoritaire pour Apple ou iPhone, iPad ou Mac. Or, la réces­ qui leur impose d’attendre trois
regardés est passé de 14,8 millions Sensor Tower, citée par la banque t­il le plus avantageux ? « Toute la Amazon. Mais le géant de l’e­com­ sion pourrait causer du tort à Net­ ans après la sortie d’un film en
à 18 millions », a calculé Philippe d’affaires Goldman Sachs. SVOD va profiter du confinement. merce va profiter de la fermeture flix et ses concurrents, considérés, salle. Un tel assouplissement pro­
Bailly, fondateur de la société de C’est dans ce contexte porteur Mais Netflix sera le plus grand bé­ des magasins physiques, note dans certains pays, comme des longerait leur embellie. 
conseil sur les médias NPA Con­ que Disney+, le service de vidéo à néficiaire, parce que c’est le service M. Terry : « Des clients vont s’abon­ « produits de luxe », selon l’ana­ sandrine cassini
seil. Toutes les plates­formes de la demande de Disney, doit arriver leader, avec le plus grand catalo­ ner à Amazon Prime pour se faire li­ lyste Laura Martin, de Needham, et alexandre piquard
télévision payante progressent, en France le 7 avril. Le géant du di­
qu’il s’agisse des services en ligne vertissement ne dévoile pas les
des chaînes payantes ou des pla­ premiers retours de son lance­
tes­formes de vidéo à la de­ ment européen effectué le
mande, par abonnement (SVOD), 23 mars. Mais, selon nos informa­
à l’achat ou à la location. Mais tions, il a revu la semaine dernière
Netflix tient la première place du à la hausse ses prévisions de trafic
classement, rassemblant les deux auprès de certains opérateurs.
tiers de cette consommation. En parallèle, l’achat de vidéo à
La consommation des services l’acte ou la location sont allés jus­
de SVOD a doublé à la faveur du qu’à doubler. « Le public se préci­
confinement, selon un opérateur pite vers les films “feel good” [“op­
télécoms français . « Il est certain timistes”] », confirme un opéra­
que les gens regardent Netflix teur. « La demande a progressé de
beaucoup plus, a reconnu Ted Sa­
randos, le patron des contenus de
50 %, corrobore Mathias Haute­
fort, directeur général de Netgem, MESSAGE POUR LES ABONNÉS LIVRÉS PAR LA POSTE – COVID-19
Netflix, sur la chaîne américaine propriétaire du service Videofu­
CNN. Nous sommes fiers d’essayer tur. Ce sont des habitués, mais
de rendre cette expérience de res­ aussi un nouveau public. » MESURES EXCEPTIONNELLES DE DISTRIBUTION
ter chez soi un peu plus supporta­ Quelques nouvelles pratiques
ble pour les gens et un peu plus apparaissent. Netflix Party pro­

La télévision revient en force,


En raison de la situation sanitaire, nous vous informons
en rediffusant des classiques que La Poste modifie l’organisation de ses tournées
à l’heure du confinement, la télévision de papa connaît de distribution de courrier. Tous vos journaux seront
un regain d’intérêt inédit. « On la disait vieillissante face aux
plates­formes et au replay. La télévision a regagné ses lettres de
livrés mais les jours de livraison vont être adaptés.
noblesse », explique Takis Candilis, le directeur général chargé
des programmes de France Télévisions. Ces quinze derniers L’ensemble de vos journaux est désormais livré trois
jours, les Français l’ont regardée en moyenne 5 heures 10 cha­
que jour, contre 4 heures le reste de l’année, selon les données jours par semaine : les mercredi, jeudi et vendredi.
de Médiamétrie, compilées par M6. Par comparaison, les pla­
tes­formes de vidéo à la demande comme Netflix restent des Pour les abonnés livrés par portage, la distribution
naines, dont l’audience ne représente que 13 minutes de pro­ reste assurée quotidiennement pour le moment.
grammes regardés chaque jour par les Français.
Paradoxalement, ce rebond intervient alors que les chaînes
courent après les programmes frais, qui se raréfient avec l’arrêt Nous vous rappelons que, en tant qu’abonnés, vous pouvez
des tournages, ce qui les contraint à bouleverser leurs grilles de
programmes. Plutôt que procéder par touches, France Télévi­ consulter le journal papier en version numérique tous
sions, qui a été privé d’Eurovision ou de Sidaction, a opté pour
un grand chambardement sur ses antennes. « Nous avons ren­
les jours, avant 13 heures, sur le site journal.lemonde.fr
forcé l’offre culturelle, en programmant par exemple du théâtre ou l’application Journal Le Monde sur mobile et tablette.
sur France 5 en prime et France 2 chaque semaine. Nous avons
aussi 6 heures quotidiennes dédiées à l’éducation, tandis que
l’audience de France 4 a progressé », note M. Candilis.

Erosion massive des recettes publicitaires Pour y accéder, vous avez deux possibilités :
Autre innovation, France Télévisions programme de grands
films populaires l’après­midi. Manon des sources et La
Grande Vadrouille ont respectivement attiré 2,5 et 5 millions K JE CRÉE MON COMPTE au moyen de mon numéro
de téléspectateurs. Ces films, le groupe les avait déjà acquis
pour une diffusion ultérieure, parfois en « prime time », ce de client + mon code postal + mon adresse e-mail sur
qui va l’obliger à revoir sa politique d’achats de programmes. lemonde.fr/sfuser/account
La rentrée s’annonce agitée : « Il nous faut repenser nos grilles,
car certains programmes devaient être tournés cet été, tandis
que certains événements de sport ont été retardés. »
Outre l’arrêt des tournages, les chaînes privées, elles, subis­ K JE POSSÈDE DÉJÀ UN COMPTE sur le site du Monde
sent l’érosion massive de leurs recettes publicitaires. Elles se
sont mises à déprogrammer leurs plus beaux contenus, les
rattaché à mon adresse e-mail : je n’ai pas besoin de
réservant pour les annonceurs, quand ils seront de retour. créer un nouveau compte, je m’identifie directement sur
Lundi 30 mars, M6 a diffusé à la place de son émission mai­
son « Patron incognito », Le Gendarme à New York, un film secure.lemonde.fr/sfuser/connexion
que sa filiale SND avait en catalogue. Le groupe n’a donc pas
eu besoin de sortir de cash pour le mettre à l’antenne.
De même, un documentaire intitulé « Méditerranée, le nou­
veau cimetière des réfugiés » a été plusieurs fois reporté,
avant d’être définitivement déprogrammé. De son côté, TF1 a Nous vous remercions pour votre compréhension et vous
raccourci les soirées « The Voice » et « Koh Lanta », afin d’avoir
plus d’épisodes, et donc de durer plus longtemps. Sur les sé­
tiendrons informés de l’évolution de la situation.
ries, les fans des Bracelets rouges, de Prodigal Son, ou de Grey’s Plus que jamais, votre soutien nous est indispensable pour
Anatomy, toujours sur TF1, n’ont plus qu’un épisode inédit
par soirée. Même chose pour les fans de Why Women Kill ou continuer à défendre un journalisme rigoureux et indépendant.
de NCIS, sur M6. Mais, au sein de la chaîne, on évoque aussi les
efforts pour conserver du frais : tous les jours, à 18 h 45, Cyril
Lignac tente dans sa cuisine de divertir le téléspectateur en lui
offrant une recette de cuisine. 
sa. c.
0123
14 | coronavirus VENDREDI 3 AVRIL 2020

PERTES & PROFITS | CARNIVAL­MSC
Au Brésil, des mesures lacunaires par phili ppe esc ande

face à la déflagration économique Cauchemar


en pleine mer
Les travailleurs précaires sont les plus touchés, notamment les 38 millions
de citoyens qui travaillent dans le secteur informel Comme un petit trait de lumière
au cœur de la tempête du siècle.
tains errent toujours, rejetés
comme des pestiférés par tous
L’américain Carnival, le plus les ports du monde. Ces cathé­
grand opérateur de croisières au drales flottantes, qui peuvent ac­
rio de janeiro ­ correspondant Covid­19 de « grippette ». Plutôt sant pour pouvoir s’arrêter pen­ monde, est parvenu, mercredi cueillir plus de 6 000 personnes,
La banque qu’un plan de soutien à l’écono­ dant deux ou trois mois », estime 1er avril, à trouver 10 milliards de images d’un tourisme de masse

J’
ai des économies pour te­ centrale mie, le chef de l’Etat appelle à un José Scheinkman, économiste et dollars (9,1 milliards d’euros) sur dont on veut bien l’argent mais
nir encore une semaine. « retour à la normalité » et à la professeur à l’université Colum­ les marchés financiers pour as­ pas les nuisances, se retrouve en
Après ça, je m’en remets à
a abaissé réouverture des commerces. bia, à New York. surer sa survie dans la traversée cale sèche sans perspective de re­
Dieu ! » Rene Mello, de 2,2 % à zéro « L’économie ne peut pas s’arrê­ Pour ne rien arranger, en début la plus périlleuse de son histoire. tour à meilleure fortune avant
42 ans, habitant de la fa­ ter », a soutenu le président, re­ de semaine passée, Jair Bolsonaro Les investisseurs, à l’affût en longtemps.
vela de Rocinha, à Rio de Janeiro,
sa prévision joint par une poignée de fidèles, a déclenché un nouveau scandale. cette période de grandes oppor­ Les premiers à sortir du confi­
n’est pas rassuré. Confiné chez lui de croissance du tel Junior Dursk, patron de la Dans la nuit du dimanche 22 au tunités, se sont précipités pour nement, les Chinois, ne songent
depuis plusieurs jours avec huit chaîne de restaurants spécialisée lundi 23 mars, le président a pu­ prêter de l’argent au roi des pa­ plus à prendre le large. Et quand
enfants à charge, ce livreur de
produit intérieur dans la viande Madero, qui a af­ blié en toute discrétion une me­ quebots géants. Il faut dire que Européens et les Américains se
viande compte désormais chaque brut pour 2020 firmé crûment, le 23 mars : « Nous sure provisoire permettant à tout l’intérêt servi, 12 %, est incroya­ reprendront à rêver de navigation
centime dépensé. « Je travaillais à ne pouvons pas [tout arrêter] à chef d’entreprise de suspendre blement élevé pour une société en troupeau sous les tropiques,
la journée, pour 5 reais [environ cause de 5 000 ou 7 000 personnes pour quatre mois le contrat de tra­ aussi rentable. Du moins jusqu’à beaucoup d’eau aura coulé sous
0,90 euro] de l’heure. Mais, avec le trobras réduit de 30 % ses inves­ qui vont mourir. » vail de ses employés… sans être ce funeste 1er février 2020. l’étrave des vaisseaux de Carnival,
virus, les restaurants ont fermé, et tissements en 2020. Dans la zone obligé de payer leurs salaires pen­ Ce jour­là, le Diamond Princess Norwegian Cruise Line ou Royal
tout s’est arrêté du jour au lende­ franche de Manaus, en Amazonie, Grands patrons perclus de doutes dant cette période. débarque à Hongkong un Caribbean, les trois magnats du
main. J’espère que mon proprié­ les grandes usines du sud­coréen Envers et contre le chef de l’Etat, Face aux déluges de critiques, homme âgé de 80 ans, porteur secteur, tous établis à Miami et
taire et la compagnie d’électricité Samsung et du japonais Honda une série de mesures d’urgence M. Bolsonaro a rapidement retiré d’une mauvaise grippe. L’une qui se partagent les trois quarts
vont accepter d’attendre un peu sont à l’arrêt. ont, malgré tout, été prises : décla­ le texte. Selon le quotidien Esta­ des premières victimes du coro­ d’un marché mondial estimé à
que je paie loyers et factures… », A Rio, l’aéroport international ration de l’état de « désastre pu­ dão, le chef de l’Etat, qui a déjà af­ navirus en dehors du territoire près de 45 milliards d’euros.
dit­il en soupirant. Tom Jobim prévoit une chute de blic » (permettant de s’affranchir firmé à de multiples occasions ne chinois. Rapidement renvoyé, le Avec sa levée de fonds géante,
Comme des millions d’autres 90 % de ses vols au mois d’avril. A des règles budgétaires), soutien « rien comprendre à l’économie », navire reprend la mer quand, Carnival, qui dépense 1 milliard
Brésiliens, Rene Mello est l’une Sao Paulo, capitale économique au secteur de la santé, amplifica­ aurait signé le décret, rédigé par une semaine plus tard, 70 mala­ de dollars par mois, pourra tenir
des premières victimes de la dé­ du pays, 10 % des bars et restau­ tion du programme de lutte Paulo Guedes, sans prendre la des sont comptabilisés, puis 135. jusqu’à la fin de l’année. Ce ne
flagration économique déclen­ rants de la ville pourraient mettre contre la pauvreté « Bolsa Fami­ peine de le lire… Immobilisé en quarantaine dans sera pas le cas de tout le monde.
chée par la pandémie due au coro­ la clé sous la porte à cause de la lia », facilitation du crédit aux en­ Preuve que l’inquiétude pro­ le port japonais de Yokohama, il Les rivaux européens, comme le
navirus. Les prévisions sont dra­ crise, et 30 000 employés se re­ treprises, aide au secteur aérien, gresse : en trois semaines, l’in­ deviendra le symbole d’une épi­ suisse MSC Croisières, ont du
matiques pour ce pays qui com­ trouver au chômage, selon les prorogation de plusieurs impôts dice Bovespa de la Bourse de Sao démie qui faisait encore sourire souci à se faire. Ses bateaux ont
mençait à peine à se remettre de syndicats du secteur. fédéraux, suspension de la dette Paulo a chuté de 28 %. La banque en Occident. aussi rencontré le virus et, cette
l’effroyable crise économique de Cependant, les plus touchés de­ des Etats… Un projet de loi, voté centrale du pays s’est certes dite semaine, le président de sa filiale
2014. En effet, la banque centrale a meurent les travailleurs précai­ jeudi 26 mars par la Chambre des prête à injecter 1 200 milliards de En cale sèche espagnole est mort du Covid­19.
abaissé de 2,2 % à zéro sa prévi­ res, et en particulier les 38 mil­ députés, prévoit d’octroyer un reais de liquidités pour soutenir En définitive, près de 700 per­ La firme est dix fois plus petite
sion de croissance du produit in­ lions de Brésiliens travaillant « coronachèque » de 600 reais aux les marchés. Mais cela ne suffit sonnes seront infectées et huit que Carnival, mais ses frais sont
térieur brut (PIB) pour 2020. dans le secteur informel (ce qui travailleurs du secteur informel, pas à rassurer les grands patrons, décéderont sur un total de énormes. Le 20 janvier 2020, elle
Quant à la Fondation Getulio Var­ représente 41 % des actifs), qui ne durant trois mois d’affilée. autrefois très favorables au cou­ 3 700 passagers. Un sujet d’étude signait le « contrat du siècle »
gas (FGV), elle se montre encore disposent ni de contrat ni de mi­ En tout, le cocktail de mesures ple Bolsonaro­Guedes, et désor­ en milieu confiné pour les épidé­ avec les Chantiers de l’Atlantique
plus pessimiste, anticipant une nima sociaux, et dont le revenu disparates du « plan anticoronavi­ mais perclus de doutes. miologistes et une catastrophe à Saint­Nazaire, 2 milliards
contraction de 2 % du PIB. moyen ne dépasse que rarement rus », élaboré par l’ultralibéral mi­ Le moment « exige l’union des absolue pour l’un des segments d’euros ferme, assorti d’une pro­
les 200 à 300 euros. Femmes de nistre de l’économie, Paulo Gue­ forces », a estimé dans la presse les plus dynamiques de l’indus­ messe de 4 milliards de com­
Confusion ménage, cuisiniers, livreurs, ven­ des, a été chiffré à 306,2 milliards José Ricardo Roriz Coelho, vice­ trie mondiale du tourisme. mandes à suivre. Des années de
Depuis la semaine du 23 mars, deurs de rue… Beaucoup, ces der­ de reais. Une somme jugée large­ président de la puissante Fédéra­ Depuis, toutes les compagnies travail assurées… Si la firme se
avec des variations selon les ré­ niers jours, ont été renvoyés à la ment insuffisante par beaucoup tion des industries de Sao Paulo, du monde ont annoncé la sus­ relève du cyclone qui balaye cette
gions et les villes, les commerces maison ou licenciés par leurs em­ d’observateurs. « Tout cela ne va critiquant un gouvernement qui pension de leurs activités, cher­ industrie, décriée pour son gi­
non essentiels ferment leurs por­ ployeurs, souvent par un simple pas assez loin, mais ce qui manque laisse la population « anxieuse et chant à récupérer les derniers na­ gantisme, enviée pour sa renta­
tes dans l’ensemble du pays. La message WhatsApp. le plus, c’est une aide importante préoccupée » et les employeurs vires encore en mer, dont cer­ bilité, et soudain si fragile. 
crise ne fait que commencer, Face au péril, le gouvernement pour les petites et moyennes entre­ « avec leurs affaires qui s’arrêtent
mais les conséquences du Co­ de Jair Bolsonaro agit, comme à prises [PME]. Ce sont elles qui vont et sans argent pour payer les factu­
vid­19 sont d’ores et déjà bien visi­ l’accoutumée, dans la confusion. souffrir le plus : à la différence des res ». Et de conclure : « Nous avons
bles, et ce dans tous les secteurs Le président nie toujours la gra­ grands groupes, elles n’ont pas ac­ besoin d’un cap. » 
d’activité. Le géant pétrolier Pe­ vité de la pandémie, qualifiant le cès au crédit et pas de capital suffi­ bruno meyerfeld

La célèbre enseigne de chaussures André


36 MILLIARDS
C’est, en dollars (soit 32,8 milliards d’euros), le prix que voulait mettre
Xerox pour acquérir HP. Mais le groupe américain a abandonné, mardi
31 mars, son projet d’OPA sur le fabricant d’ordinateurs personnels et
d’imprimantes, à cause de la crise économique liée à la pandémie de

subit l’impact de la crise sanitaire Covid-19. Cette offre était considérée comme hostile par HP, qui avait
systématiquement repoussé les avances du géant des photocopieurs
et imprimantes depuis sa première proposition, en novembre 2019.
L’entreprise, dont les points de vente ont été fermés le 16 mars, a été placée en redressement judiciaire
FIN ANC E S RESTAU RATIO N
La Poste augmente Faillite de l’Allemand

L a pandémie de Covid­19 a
eu raison d’une enseigne :
André. Boris Saragaglia,
PDG de Spartoo qui détient la fi­
liale de chaussures depuis 2018,
100 millions d’euros. « Spartoo
avait été obligé d’injecter 13 mil­
lions d’euros à son compte courant
l’an dernier », assure le PDG.
Les actionnaires de Spartoo
Le confinement
a entraîné
la perte de
res pour enfants, jusque­là dé­
tenu par Kindy. Et, Spartoo a aussi
repris Easy Peasy, petite marque
de chaussons, lors de sa mise en
liquidation judiciaire, fin 2019.
ses tournées
Le PDG de La Poste, Philippe
Wahl, a annoncé, mercredi
1er avril, un renforcement
des effectifs pour améliorer
Vapiano
Emportée par la crise du
coronavirus, la chaîne
allemande de 250 restaurants
Vapiano a annoncé, jeudi
l’assure. « C’est la fermeture des – ses fondateurs à hauteur de 25 % 250 000 euros Lancée voilà dix­huit mois, la la distribution du courrier, de 2 avril, sa mise en faillite.
magasins au 16 mars en France qui
a accéléré notre chute », a expliqué
et des fonds d’investissements (A
Plus Finance, CM­CIC Capital
de chiffre stratégie consistait à monter un
réseau de vente mixte, présent
la presse et des colis. Avec
l’absence d’environ un quart
Les besoins en liquidités
de l’enseigne, connue pour
le cofondateur, lors d’un point Privé, Highland Capital Partners, d’affaires sur Internet, avec une offre de de ses 220 000 salariés et la ses plats de pâtes fraîches
presse téléphonique, quelques
minutes après avoir informé ses
Endeavour Vision et Sofina) à
hauteur de 75 % – n’ont pas sou­
par jour 400 000 modèles pour toute la fa­
mille, et des boutiques dans les
fermeture de plusieurs de ses
bureaux depuis le début de la
et ses salades, étaient évalués
à 36,7 millions d’euros. Faute
600 salariés de la validation du haité réinvestir dans André. Après centres commerciaux et les crise de Covid­19, la distribu­ d’un accord avec ses soutiens
placement de l’entreprise en re­ le mouvement des « gilets jau­ meilleurs emplacements de cen­ tion avait été très perturbée. financiers, Vapiano ne pou­
dressement judiciaire par le tribu­ nes » de 2018 et la grève des trans­ 10 millions d’euros prévus en tre­ville. André est notamment A partir du 6 avril, La Poste vait plus obtenir de prêt ga­
nal de commerce de Grenoble, ports en commun en décem­ mars et avril ont aussi poussé le très présent à Paris. va faire appel à 3 000 volon­ ranti par l’Etat, un dispositif
mercredi 1er avril. « Sans la crise du bre 2019 qui ont plombé son acti­ PDG à « chercher de l’air ». Ce der­ L’entreprise Spartoo réalise taires, salariés de la filiale mis en place pour aider
coronavirus, ça se serait passé vité, ils ont été glacés par de nou­ nier dit avoir demandé un prêt à aujourd’hui la moitié de ses Mediapost (distribution les entreprises en difficulté à
autrement », confirme un salarié veaux vents contraires. La la Banque publique d’investisse­ 250 millions d’euros de vente de publicités), intérimaires cause du coronavirus. – (AFP.)
sous couvert d’anonymat. fermeture des 150 points de vente ment (BPI) pour pouvoir solder grâce à ses magasins. M. Saraga­ et CDD. – (AFP.)
Fondée à la fin du XIXe siècle à de l’enseigne au 16 mars, à la suite ses problèmes de trésorerie. En glia jure que son « projet indus­ AÉRO NAU TIQ U E
Paris par un industriel alsacien de de l’adoption des mesures de con­ vain. triel » demeure pertinent. L’entre­ SoftBank renonce Vers des suppressions
la chaussure bon marché, l’ensei­ finement dans l’Hexagone, en­ La banque d’Etat « n’a pas donné preneur de 38 ans, qui s’était lancé à financer davantage de postes chez Boeing
gne était vacillante. Elle a été la­ traînait la perte de 250 000 euros suite à mon dossier », précise­t­il, dans la vente en ligne, à la sortie WeWork En difficultés financières,
minée par la mode des sneakers de chiffre d’affaires par jour. sans « même » en avoir obtenu les de HEC, après les Mines, assure Le japonais SoftBank Group a Boeing va proposer à ses
qui a détourné sa clientèle vers les « raisons ». Le 23 mars, l’entreprise œuvrer à un « plan B » pour « com­ annoncé, jeudi 2 avril, avoir employés un plan de départs
boutiques de baskets et les sites Problèmes de trésorerie a déclaré être en cessation de biner les énergies » et relancer les renoncé à racheter pour volontaires, dont des départs
de vente en ligne de chaussures Pour combien de temps ? Alors paiement. L’ouverture de cette ventes d’André. Quitte à opérer 3 milliards de dollars d’ac­ anticipés en retraite. Les
de sport. Dès lors, en 2017, Vivarte, que les mesures de confinement procédure permet d’assurer le avec un « nombre drastiquement tions du groupe américain détails devaient être dévoilés
sa maison mère, a cherché à se sé­ ont été reconduites jusqu’au paiement des salaires des em­ inférieur de magasins ». Le PDG en difficulté WeWork, par le directeur général, Dave
parer au plus vite de cette chaîne 15 avril, l’entreprise navigue à vue, ployés d’André à partir du 31 mars n’entend toutefois pas préciser arguant que certaines condi­ Calhoun, jeudi 2 avril. La crise
déficitaire. Un accord a été conclu sans certitude de pouvoir rouvrir par l’AGS, régime de garantie de son projet de poursuite d’activité, tions n’étaient « pas satisfai­ du Covid­19 a aggravé la
avec Spartoo début 2018. Ses per­ bientôt. « 4 millions d’euros per­ salaires. alors que la période d’observation tes ». SoftBank Group reste situation du constructeur
tes nettes s’élevaient alors à dus par mois, ce n’est pas tenable », Le cofondateur de Spartoo avait de l’entreprise s’ouvre dans ce toutefois « pleinement aéronautique américain qui
20 millions d’euros, note M. Sara­ estime M. Saragaglia. Les échéan­ racheté André pour doter Spartoo « contexte ubuesque ». Depuis mi­ engagé dans la réussite souffre déjà de l’interdiction
gaglia. Elles ont atteint 10 mil­ ces de paiement de chaussures d’un réseau de magasins. En 2017, mars, l’enseigne André ne réalise de WeWork », a souligné de vol du 737 MAX. Boeing
lions d’euros en 2019, pour un commandées en Italie, Espagne et l’entrepreneur avait également aucun chiffre d’affaires.  le groupe japonais dans emploie 150 000 personnes à
chiffre d’affaires d’environ au Portugal pour un montant de racheté GBB, marque de chaussu­ juliette garnier un communiqué. – (AFP.) travers le monde. – (Reuters.)
0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020 horizons | 15

P
our moi, tout a basculé le mardi prends qu’il y a encore de la place au CHU de
17 mars. Ce jour­là, je suis en Besançon, c’est rassurant. Une infectiologue
visite dans l’un des deux Ehpad de l’hôpital m’appelle tous les jours. C’est si
[établissement d’hébergement important, cette confraternité. Ma fille, Eme­
pour personnes âgées dépendan­ line, également médecin, me remplace au ca­
tes] de Salins­les­Bains [Jura], et binet. Elle fait beaucoup de téléconsultations.
je découvre qu’aucun membre du personnel Mon objectif est de guérir à la fin de la
ne porte de masque. Je me dis qu’on va à la ca­ semaine, de ne plus avoir de symptômes lundi
tastrophe. Dans l’impossibilité d’en trouver et mardi prochains, et de reprendre le boulot
en pharmacie, je lance, le lendemain, un appel mercredi 1er avril. Pour calmer mes coups de
sur Facebook, qui a la chance d’être relayé par flip, je fais de la cohérence cardiaque et de
la presse locale. Des artisans, des entreprises, l’autohypnose. Sur Facebook, j’ai fait mon
des esthéticiennes, des agriculteurs se mani­ « Covid­out » ! J’ai reçu beaucoup de messages
festent. En quelques jours, je récupère plus de de soutien de mes patients et de mes confrè­
16 000 masques ! Avec ma femme, Claire, qui res. A cause de ma présence dans le « Journal
est infirmière scolaire, et des collègues, on de crise des blouses blanches », sur le site du
passe des heures à les redistribuer dans les Monde, TF1 et M6 m’ont contacté ! A ce ryth­
Ephad, aux pompiers, aux infirmiers libéraux, me­là, je vais terminer en Jurassien de l’année
à des commerçants, à des gendarmes… Beau­ dans l’hebdo Voix du Jura ! J’ai appelé la caisse
coup de ces masques, qui datent du temps de de Sécu, qui promet d’aider les soignants
la grippe A, sont périmés. Mais tant pis, cela grâce à un numéro spécial (payant !), mais ça
nous donne sept ou huit jours de répit. ne répond jamais. C’est scandaleux !
La semaine précédente, j’avais eu un ami au
téléphone, confrère à Mulhouse. Il m’avait Mercredi 25 mars Cinq jours déjà à être cloué
alerté sur la gravité de la situation. J’avais pré­ chez moi. Ça commence à faire long… Hier, à
venu les responsables des thermes de Salins un moment de la journée, je n’avais plus que
qu’ils allaient devoir fermer. Ils ne voulaient 37,8 °C. Quelle fierté ! Mais c’est remonté à
pas me croire. Ils ont fermé le 14 mars. 39,5 °C… Ma saturation en oxygène a un peu
A mon cabinet, la salle d’attente, où j’ai retiré baissé mais je n’ai pas de facteur de risque jus­
toutes les revues et magazines [pour ne pas tifiant l’hospitalisation. Néanmoins, j’ai une
qu’ils circulent de main en main], se vide. Les épée de Damoclès au­dessus de la tête : le ris­
patients hésitent à venir, par peur de la conta­ que de décompensation… Ça peut arriver en
mination. Paradoxalement, la « bobologie » a quelques heures, je sais parfaitement ce que
disparu. Comme les gens ne travaillent plus, la c’est. En 1984, j’avais chopé le palu en
sédentarité et le confinement ont réduit les Centrafrique. A l’époque, j’étais externe et je
problèmes d’allergie, de transmission de mi­ travaillais dans un dispensaire. A la troisième
crobes, d’accidents… Je vais avoir de moins en crise, j’étais parti en réanimation…
moins de consultations – d’habitude, je tra­ Je me replie sur moi pour essayer de lutter.
vaille douze heures par jour –, mais, en inten­ Je déconnecte mon téléphone, je m’isole un
sité émotionnelle, la période est très forte… peu dans la musique. Je me sens un peu
Dans notre canton, 6 800 habitants, s’est déprimé, pourtant, ce n’est pas dans ma
développée une grande confraternité. Sur nature. Je pense à tous ces gens qui conti­
Skype et WhatsApp, on se soutient les uns les nuent à bosser, notamment dans les maga­
autres. Le principal est de ne pas être seul, car sins, sans protection… Et puis j’ai été très
le groupe est toujours plus expert que l’indi­ secoué par l’annonce du décès d’un copain
vidu. Et puis, nous aussi on a peur. On a besoin médecin, avec lequel je faisais beaucoup de
de se remonter le moral car on se sent un peu formations. S’ajoutent un autre confrère que
abandonnés. Nous sommes flippés par le je connais bien, sous ventilation en service
manque de masques. « Le divan des méde­ de réanimation, et un troisième, dans le
cins », un groupe fermé sur Facebook, est même état que moi. Tout cela est très pertur­
hyperutile. Plein de questions surgissent : que bant. Heureusement, ma femme va mieux.
fait­on de nos gants ? Comment procéder avec Il faut que les médecins généralistes se
les paiements par chèque pour ne pas les tou­ Damien Pollet, à Salins­les­Bains (Jura), le 21 mars. DAMIEN POLLET posent la question du télétravail pour limi­
cher ? Je travaille en blouse blanche, avec un ter au maximum les contacts, sinon on va
masque, très pénible à porter, et j’examine le tous tomber malades. Ne devrait­on pas,

Journal d’un
moins possible. Je ne prends plus la tension et pendant un mois ou deux, faire de la méde­
je me lave les mains tout le temps. cine sans examen ?
Je fais beaucoup d’éducation thérapeutique,
de messages de prévention. J’explique à mes Vendredi 27 mars C’est le premier jour où ça
patients qu’ils doivent surveiller leur tempé­ ne va pas trop mal. Je n’ai que 38 °C et l’impres­
rature et leur respiration. Des « corona », j’en sion d’être dans une phase descendante. Dans
vois. Pour l’instant, ils vont bien. Quand j’ai mon malheur, j’ai de la chance : je respire. Je

médecin
un doute, je délivre des arrêts de travail. Je plains ceux qui sont intubés pendant trois se­
gère aussi beaucoup de patients qui ont peur. maines. C’est ma hantise. Pourquoi existe­t­il
Certains arrivent en tremblant. J’utilise l’hyp­ des formes si différentes de cette maladie ?
nose pour les rassurer, les calmer. Je n’ai pas Pourquoi certains meurent en trois jours et
encore été confronté à des défaillances respi­ d’autres s’en sortent ? Tout cela est très in­
ratoires aiguës. J’ai deux hantises : que, très juste. Je repense au professeur Didier Raoult.

de campagne
vite, il n’y ait plus de place en réa à l’hôpital le Peut­être a­t­il raison, après tout ? Mais il ne
plus proche, le CHU de Besançon, à 50 kilo­ devrait pas communiquer comme il le fait. Ce
mètres de chez nous, et que le SMUR soit n’est pas facile de complètement lâcher prise.
débordé et ne puisse plus arriver à temps. J’ai le sentiment d’être une loque. La peur de la
La nuit de mercredi 18, je ne suis pas arrivé à mort, j’arrive à peu près à la gérer. Je me dis
dormir. Pourtant, d’habitude, j’encaisse bien que mes trois enfants sont grands désormais,
les émotions. Je pense à toutes ces personnes et ils ont tous un avenir professionnel. C’est
que je reçois depuis tant d’années. J’ai une moins grave si je meurs maintenant… même
patientèle très hétérogène : mon plus jeune si je trouve que ce serait un peu tôt.
patient a 15 jours, le plus ancien est cente­
naire. Moi qui serais incapable de vivre en
PAROLES DE SOIGNANTS 1|5 Dans une série en cinq épisodes, Samedi 28 mars Ça ne va pas fort ce matin.
milieu urbain, j’aime cette région. Je m’y suis
installé le 3 janvier 1991, grâce à un ami der­
des professionnels de santé évoquent, sans fard, leur J’ai besoin d’oxygène. J’appelle le 15, une
ambulance m’emporte au CHU de Besançon.
mato de Besançon. Il avait vu l’annonce d’un
généraliste qui partait à la retraite et « ven­
quotidien au temps de la pandémie. Damien Pollet, L’annonce du décès de Patrick Devedjian,
alors que trois jours auparavant il disait sur
dait » sa patientèle. Le hasard m’a conduit ici
et je ne l’ai jamais regretté.
58 ans, généraliste dans le Jura, raconte au « Monde » Twitter être « fatigué mais stabilisé », m’a
foutu, sur le moment, un grand coup de flip.
Mais, en vingt­neuf ans d’exercice, je n’ai ja­
mais vécu une telle situation. On sent la pres­
comment il a été lui­même infecté par le Covid­19 Dimanche 29 mars Ma première nuit au ser­
sion monter de toutes parts, notamment des vice des maladies infectieuses s’est déroulée
Ehpad. Les premiers cas graves surviennent. sans problème, ponctuée par le bruit des héli­
Je me prépare à travailler six semaines non­ cos. J’ai encore 39 °C, je suis sous oxygène,
stop. Avec mes collègues, nous développons on ne devra pas appeler l’hôpital, mais les ac­ surtout ne pas faire de syndrome respiratoire mais avec le moral. J’ai demandé à ma famille
la téléconsultation. J’ai installé Clickdoc, logi­ compagner. Cet après­midi, je ne me sens pas « SUR FACEBOOK,  aigu sévère (SRAS). Je surveille ma respira­ de ne pas m’appeler, car je me coupe du
ciel de salle d’attente virtuelle. J’envoie un très bien. Est­ce un contrecoup psychologi­ J’AI FAIT MON  tion. Pour l’instant, ça va, mais je suis crevé. monde pour mieux me concentrer sur la
code d’accès au patient indiquant un créneau que ? Je commence à avoir quelques inquié­ Comment j’ai attrapé ça ? La contagiosité est guérison. J’ai dit à ma mère : « Maman, tu
horaire ; on peut échanger par caméra et tudes… Je développe une toux sèche, ressens “COVID­OUT” !  si difficile à maîtriser dans notre pratique… connais l’expression de Tim [l’un de ses fils] :
visionner ensemble des résultats d’examen. des courbatures et des maux de tête. J’avais pourtant pris toutes les mesures avec “T’inquiète.” » Ce soir, je suis sous antibioti­
J’AI REÇU  les patients, et le cabinet médical était désin­ que et sous Plaquénil.
Vendredi 20 mars Une résidente d’Ehpad à Samedi 21 mars Je me réveille épuisé et fié­ fecté chaque jour. Mais j’ai travaillé comme un
de la fièvre. Nous savons que le SAMU ne vreux. Ma femme aussi a des symptômes. En
BEAUCOUP  fou. Résultat : je me retrouve à l’arrêt pour dix Mardi 31 mars Je vais m’en sortir. Je vais
viendra pas la chercher, elle ne fait pas partie tant que personnel soignant devant travailler, DE MESSAGES  jours. N’empêche qu’hier j’ai trouvé cent com­ continuer à vivre. Demain, je quitte de l’hô­
des cas prioritaires. Seuls les anciens vivant j’appelle la cellule Covid du 15. Elle nous binaisons de sécurité, que j’ai données aux pital. Je voudrais rendre hommage au per­
seuls chez eux sont emmenés en cas de pro­ recommande d’aller nous faire dépister. DE SOUTIEN » pompiers. Ils étaient contents. sonnel hospitalier : femmes de ménage,
blème – et encore, pour combien de temps ? Il On part en voiture à Lons­le­Saunier. Là­ DAMIEN POLLET aides­soignantes, infirmières, internes,
n’est plus possible de veiller les morts. Les bas, sous un chapiteau, nous sommes enre­ généraliste dans le Jura Lundi 23 mars Le verdict est tombé : je suis assistantes, stagiaires, chefs de service…
employés des pompes funèbres arrivent en gistrés. Prise de température, tension, taux “Covid +”, ma femme “Covid ­”. J’ai des pics de Toutes ces femmes qui sont entrées dans
cosmonautes dans les Ehpad et mettent les d’oxygénation dans le sang, prélèvement fièvre (41 °C ce matin !) et une grosse fatigue, ma chambre d’hôpital étaient des « guerriè­
corps dans une bâche. Salins­les­Bains est dans les narines (c’est hyperdouloureux) et mais je respire bien. Je n’ai pas l’impression res » fantastiques. Vraiment. 
désert. Sur notre groupe de discussion de crachat, écoute des poumons : le médecin d’avoir un foyer pulmonaire. Je sais que je ren­ propos recueillis par
WhatsApp, l’info du jour, c’est le protocole me dit de rentrer chez moi et de prendre du tre dans des jours cruciaux, mais je refuse de sandrine blanchard
pour les fins de vie : valium + morphine. On paracétamol. Je saurai dimanche si je suis prendre du Plaquénil. L’étude de Didier Raoult
nous fait clairement comprendre que les per­ “Covid +” ou “Covid ­”. En attendant le résul­ me semble pipeau, et ce médicament peut Prochain article Le sacerdoce
sonnes qui vivent à domicile sans être seules, tat, je vais devoir gérer mon stress… J’espère avoir des effets secondaires cardiaques. J’ap­ d’un infirmière en milieu rural
LIVRES
0123
16 | VENDREDI 3 AVRIL 2020

Face à la maladie, les limites du pouvoir


Textes sacrés, tragédies ou romans ont souvent illustré l’impuissance du politique face aux crises épidémiques

ANALYSE

P
our le critique Thomas Pavel,
auteur de La Pensée du roman
(Gallimard, 2003), la littérature
crée un laboratoire fictif dans
lequel il est possible de mettre en scène
les aspirations d’un individu ou d’une
communauté aux prises avec la néces­
sité d’accomplir un idéal moral, quelle
que soit la réalité vécue, tragique ou ordi­
naire. Comment nous permet­elle donc
d’imaginer un sens à la présente épidé­
mie ? Quand la maladie prend place dans
les épopées, les tragédies, les romans ou
les chroniques, c’est souvent pour nous « David se
inviter à ébaucher des réflexions vis­à­ résigne à la
vis de nos limites, en particulier celles volonté du
qui touchent notre domination politi­ Seigneur,
que sur le monde. De même l’épidémie qui a frappé
répand­elle, non seulement un virus, son royaume
mais un germe de profonde déstructura­ de la peste »,
tion sociale. Dans les premières pages de Joseph­
d’Histoire de la folie à l’âge classique Marie Vien
(Plon, 1961), le philosophe Michel Fou­ l’Aîné (1743).
cault affirme, moult exemples littéraires BEAUX-ARTS
à l’appui, que les épidémies constituent DE PARIS/DIST.
le phénomène par excellence capable de RMN-GRAND PALAIS
pulvériser nos rêveries modernistes
de maîtrise absolue.
La Bible préfigure déjà ce genre de le­
çon. Elle raconte comment est châtié le
roi David lorsque, pris d’un accès de dé­
mesure, il ose dénombrer son peuple,
enfreignant les lois données au Sinaï qui
proscrivent tout comptage par tête.
Soixante­dix mille hommes périssent
alors, frappés par l’ange de la mort. En
rassemblant ses sujets dans les plaines
de Moab afin de procéder à leur recense­
ment, David aurait, selon certains exégè­
tes, créé une proximité propice à une
contagion en exposant les gens aux
regards d’autrui. Ne croyait­on pas que
l’œil était l’organe le plus dangereux du
corps humain, du fait de ses émana­
tions ? D’où le lien établi entre recense­ Thucydide s’appesantit en revanche la mobilisent en faveur de leur cause et pages de La Mort à Venise (1913 ; Livre de
ment et maladie… sur la description physique des symptô­ clament qu’elle est due au fait que « les
Par un singulier poche, 2002), de Thomas Mann, au­delà
La littérature antique grecque et latine mes et des conséquences : la dégradation dieux n’avaient vu qu’avec colère les retournement, de l’enchantement troublant que la
n’est pas en reste. Elle juxtapose des lec­ morale et le non­respect des morts. Il honneurs livrés au peuple et les ordres beauté adolescente exerce sur le person­
tures « rationalistes » du fléau à l’explica­ montre comment les Athéniens s’en confondus ».
la maladie tout comme nage principal, l’écrivain Gustav von
tion par la colère des dieux. Tel est le cas prennent à leur dirigeant, Périclès, qui ne En sautant de nombreux siècles, on le confinement qui en Aschenbach. La municipalité met cyni­
de la sublime et très actuelle peinture de peut que constater amèrement à quel voit encore l’intrigue de Roméo et Juliette quement le choléra sous le tapis, lui
la « peste d’Athènes » (430 av. J.­C.) par point le fléau l’a rendu impopulaire : « [Il] (1597), de Shakespeare, nouer la maladie,
résulte peuvent aussi dit­on, de peur de compromettre la sai­
Thucydide (v. 460­v. 400 av. J.­C.) dans La contribue, je le sais bien, à me faire encore la politique et les bornes du désir. Une être l’occasion d’édifier son touristique : « Cela le peuple le savait,
Guerre du Péloponnèse (Les Belles Let­ plus détester et ce n’est pas juste, à moins épidémie de peste empêche le messager et la corruption des notables de la ville,
tres, 2019). On y a vu une vague de ty­ que tout bonheur inattendu ne doive éga­ du frère Laurent de transmettre à Ro­
par le roman des ajoutée à l’incertitude qui régnait, à l’état
phus, de scarlatine, de variole, etc. Quelle lement m’être rapporté. » méo, exilé à Mantoue, la lettre dévoilant habitacles hors sol, d’exception dans lequel la mort rôdant
qu’en ait été la cause, sur laquelle l’histo­ Ce tableau fixe un cadre qui installe que le trépas de Juliette est feint. « Les ins­ plongeait la ville, provoquait une démo­
rien ne s’attarde guère, la hantise du pour longtemps, dans la littérature, le pecteurs de la ville nous ayant rencontrés
protégés des intrusions ralisation des basses classes (…) et deux
complot est déjà présente : « [Les Athé­ lien entre épidémie et impuissance poli­ tous deux dans une maison qu’ils soup­ totalitaires fois déjà il s’était avéré que des personnes
niens] prétendirent même que les Pélo­ tique. Il est à l’œuvre dans Œdipe roi, de çonnaient infectée de la peste, en ont soi­disant victimes du fléau avaient été
ponnésiens [leurs adversaires] avaient Sophocle (495­406 av. J.­C.), qui s’ouvre fermé les portes et n’ont pas voulu nous en empoisonnées par des parents. »
empoisonné les puits »…. sur le récit de la peste ravageant Thèbes, laisser sortir », déplore le messager. Cette la patrie” ». Désemparé, le Sénat de Milan Pourtant, par un singulier retourne­
en expiation du parricide commis par information, qui ne parvient pas à son finit par abandonner son autorité aux ment, dans un siècle – le XXe – où l’on dé­
Œdipe, époux de sa propre mère. Dans destinataire, tue l’amant. Son sort dé­ prêtres qui gèrent les lazarets, et aux doc­ signera le nazisme sous le nom de « peste
Œdipe, de Sénèque (1­65), l’auteur fait coule ici des mesures prophylactiques teurs : « Certes une telle dictature était un brune », la maladie tout comme le confi­
Le philosophe Michel dire à un Œdipe désabusé, qui prétend plus que du mal lui­même. étrange expédient (…), note Manzoni, il nement qui en résulte peuvent aussi être
Foucault affirme que les fuir son destin et ses responsabilités : Cet entrelacement du politique et de suffirait, comme exemple d’une société l’occasion d’édifier par le roman des ha­
« Ainsi le rang suprême des rois les expose la maladie collective est également au très rustique et très mal réglée, de voir que bitacles hors sol, protégés des intrusions
épidémies constituent davantage aux coups de la Fortune. » cœur des Fiancés (1840 ; Folio, 1995), ceux à qui incombait un pouvoir de cette totalitaires. Tel est le thème, entre autres,
le phénomène par L’historien Tite­Live (64 av. J.­C.­17 ap. d’Alessandro Manzoni, célèbre récit de la importance ne surent que le céder. » La du Pavillon des cancéreux (Julliard, 1968),
J.­C.), dans son Histoire romaine (Les Bel­ peste de Milan (1630), qui met en lumière souveraineté comme instance gérant la d’Alexandre Soljenitsyne. Tant il est vrai
excellence capable les Lettres, 1989), n’hésite pas quant à lui l’aveuglement et l’incompétence des vie et la mort abdique face au désastre qu’au paroxysme du déploiement de
de pulvériser nos à ironiser sur l’usage idéologique des autorités de la ville, face aux signes in­ imprévu. puissance, même des lieux maudits
maladies de masse. Alors que Rome est quiétants qui se multiplient dans les vil­ La problématique d’un pouvoir affaibli peuvent symboliser un abri et la maladie
rêveries modernistes ravagé par la peste (vers 398 av. J.­C.), les lages d’alentour. Les médecins sonnant au point d’avoir à choisir entre la prospé­ un espace de liberté. 
de maîtrise absolue patriciens en lutte contre les plébéiens l’alarme reçoivent « le titre d’“ennemis de rité et la santé imprègne également les nicolas weill

BRUNO LEVY
rence offre peut­être une issue contraire, c’est de nous seuls La leçon n’est pas mince. Elle
HUIS CLOS • 2 praticable. En relisant les Moder­ que parle l’angoisse, et non du enseigne combien la peur ra­
nes, on constatera combien les monde qui nous entoure. Elle mène au réel, et permet d’agir.
ROGER-POL deux se distinguent – si forte­ est liée à nos désirs et nos pul­ Parce qu’elle se surmonte. Socrate
DROIT ment qu’il deviendra difficile de sions (Freud), à notre désarroi l’expliquait déjà au général
les confondre, comme on le fait d’existant jeté dans le monde Lachès : le courage n’est pas l’ab­
trop souvent. S’il fallait tout expli­ (Heidegger), à notre liberté sence de peur, mais la capacité de

La peur n’est pas l’angoisse quer, ce serait fort long, en chemi­


nant de Kierkegaard (Le Concept
de l’angoisse, 1841) à Sartre (L’Etre
absolue (Sartre).
A quoi pareille distinction peut­
elle nous servir, dans la panique
se battre malgré la trouille. En re­
vanche, on ne se délivre pas de
l’angoisse. Il arrive évidemment
et le Néant, 1943), en passant éga­ présente ? Une indication lumi­ d’en être plus ou moins transi.
LA PEUR, NOUS L’AVIONS gravement atteint, de voir l’un de lement par les deux élaborations neuse se trouve chez Kierkegaard, Mais personne ne peut s’en dire
OUBLIÉE. Chacun, bien sûr, ses proches disparaître. Mais successives de l’angoisse chez à la toute fin du Concept de tout à fait exempt, à jamais déli­
conservait ses craintes. Certains aussi : crainte de perdre son em­ Freud et par de nombreuses pages l’angoisse, essai superbe mais pas vré, puisque l’angoisse est méta­
cultivaient même de singulières ploi, de voir son budget amputé, d’Heidegger (Etre et Temps, 1927, réellement facile. L’hypocondria­ physique, religieuse, existentielle,
phobies. Mais les grandes ter­ de ne plus discerner l’avenir. Ou notamment § 40). que, celui qui tremble toujours indépassablement humaine.
reurs, collectives, profondes, terri­ simplement, heure par heure, se d’être malade, « a peur du moindre
bles étaient devenues histoires demander si l’on n’aurait pas tou­ L’angoisse sourd du dedans rien, écrit­il, mais quand c’est le La peur est bleue
anciennes. Même nos fantasmes ché la mauvaise poignée, croisé Sans entrer dans ces méandres, tour des vrais événements, il com­ Il ne faut donc pas craindre
d’effondrement, nos récentes pa­ une personne contaminante, si les traits distinctifs peuvent se mence alors à respirer, et pour­ d’avoir peur. Et se fier comme tou­
niques collapsologiques avaient l’on ne serait pas, déjà, sans symp­ schématiser ainsi : la peur a un quoi ? Parce que cette réalité grave jours aux ressources du langage
des airs de train fantôme pour tôme, porteur, vecteur. Alors, objet, l’angoisse n’en a pas. La n’est cependant pas si terrible que commun. Il nous apprend que
fêtes foraines. En peu de jours, nous disons que l’angoisse nous peur naît du dehors, l’angoisse le possible qu’il avait formé de lui­ l’angoisse est sans couleur, alors
tout a changé. Tous, nous appre­ submerge. Nous ne voyons sourd du dedans. Si la peur est même et dont la formation em­ que la peur est bleue. Comme une
nons la frayeur. plus d’issue. bien un sentiment, elle demeure ployait toute sa force, tandis qu’à orange, ajouterait Eluard. C’est ce
Elle prend divers visages : peur Pourtant, peur et angoisse ne « objective », du fait de sa relation présent il peut l’employer toute qui la rend terrestre, praticable. Et
d’attraper le virus, d’en être sont pas synonymes, et leur diffé­ à des situations extérieures. Au contre la réalité ». même préférable, ces temps­ci. 
0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020 livres | 17

Pierre Pachet tend la main aux anciens ROMAN


En étrange pays
Le 15 octobre 1987, Thomas San­
« Un écrivain aux aguets » regroupe plusieurs livres de cet auteur fascinant, mort en kara, le président du Burkina Faso,
était assassiné par un commando
2016. Témoin de sa prose sensible, « Le Grand Age », tendre regard posé sur la vieillesse militaire. Mais le doute subsiste
quant au sort réservé à sa dé­
pouille, prétendument enterrée à
la hâte dans un cimetière de Oua­
gadougou. Le spectre du dirigeant
RECUEIL révolutionnaire africain hante le
nouveau roman d’Agnès Clancier.

L
a vieillesse n’est qu’un Le Corps de Sankara est une plon­
mot. En tant que tel, cet gée âpre dans la réalité de ce pays
âge de la vie demeure dévoré de violence et de pauvreté.
irréductible à un quel­ Agnès Clancier fait s’y débattre,
conque concept marketing dans les mois qui précèdent,
comme à toute catégorie sociolo­ en 2014, la deuxième révolution
gique ou clinique. « Ce que disent burkinabée, deux expatriés de
la morale ou la physiologie sur ce fraîche date. Daurat, tout juste
point important n’a pour nous sexagénaire, nommé à l’ambas­
aucun intérêt, parce que nous don­ sade de France, et Lucie, jeune doc­
nons aux mots de “jeunesse” et de torante embauchée par une ONG.
“vieillesse” un autre sens, notait Tous deux fuient là­bas des bles­
Georges Bernanos. L’expérience sures intimes. Et se retrouvent
des hommes, et non de l’homme, projetés, impuissants, sans repè­
nous apprend vite que jeunesse et res, dans un autre monde, impos­
vieillesse sont affaire de tempéra­ sible à comprendre malgré leur
ment ou, si l’on veut, d’âme. (…) Le naïve bonne vo­
plus obtus des observateurs sait lonté. Le livre
parfaitement qu’un avare est est d’une terrible
vieux à 20 ans. » Par temps de ca­ justesse. 
tastrophe, lorsque les penchants xavier houssin
les plus bas se donnent libre cours  Le Corps
et que les plus vulnérables sont de Sankara,
menacés d’abandon, il devient d’Agnès Clancier,
encore plus urgent de le rappeler : Le Rocher, 280 p.,
de même qu’aucun individu ne 18,90 €; numérique
saurait être enfermé dans une 14 €.
classe sociale, personne ne de­
vrait être confiné dans une seule
« classe d’âge ».
Briser ce confinement, ouvrir la RELIGION
porte entre les générations, réta­
blir entre elles une circulation
JONATHAN KNOWLES/GETTY IMAGES
Nouvelles musulmanes
pour exhiber ce qui fait de chaque Depuis quelques années, l’islam
ancien notre contemporain, tel Pachet évoque s’identifie à cet homme soudain rapatrier les anciens au cœur connaît une révolution féminine.
est le geste de Pierre Pachet dans terrifié par un Escalator, à cette d’une humanité pleine et entière. De plus en plus de femmes, ima­
Le Grand Age, essai aussi bref que
tour à tour la vue femme qui a oublié le digicode, à D’une plume tendre, il évoque mes, théologiennes, s’imposent
bouleversant, paru une première qui baisse, les « cils ce malade sur son lit d’hôpital, en­ tour à tour la vue qui baisse, les à travers le monde, bouleversant
fois, en 1998, chez un petit édi­ fermé dans « la toussante chau­ « cils intérieurs » qui ne retiennent l’ordre établi. Eric Geoffroy montre
teur, Le Temps qu’il fait, et que l’on
intérieurs » qui ne dière de son corps ». plus les souvenirs, le passé révolu que l’ancrage de ce mouvement se
retrouve aujourd’hui dans l’épais retiennent plus les Quand il publie Le Grand Age, où l’on courait jadis à perdre ha­ fait dans une tradition spirituelle
volume publié chez Pauvert sous Pachet a 54 ans. Il observe son vi­ leine, le silence des anciens, « fait propre à l’islam, le soufisme.
le titre Pierre Pachet. Un écrivain
souvenirs, le passé sage qui commence à tomber, ses d’une hésitation, répétée, à parler » L’œuvre de l’immense mystique
aux aguets. Encadré par une pré­ révolu où l’on jambes qui prennent leurs distan­ ou encore, dans les maisons de re­ andalou Ibn Arabi (1165­1240) est
face d’Emmanuel Carrère et une ces et, sur ses mains, « cette peau traite, la « fausse nuit de la sieste » convoquée pour mettre au jour le
postface de Martin Rueff, ses
courait jadis à tavelée, ces taches de couleur lé­ et la veille qui se confond fondement métaphysique du statut
amis, édité par Yaël Pachet, sa fille, perdre haleine gère, de forme imprévisible, qui, bientôt avec le sommeil… un écrivain du féminin dans la tradition soufie.
ce précieux volume rassemble ma foi, ne sont pas laides, mais qui Décrire ces détails, ces aux aguets. La thèse qui porte Allah au féminin
plusieurs livres de Pachet, figure en tout cas ne sont pas de moi », failles, ce n’est pas regar­ œuvres choisies, – et qui en fait l’originalité – est que
aussi fascinante qu’inclassable, bref tous les petits signes qui ma­ der nos aînés depuis une de Pierre Pachet, l’émergence actuelle de femmes
disparue en 2016, écrivain mélan­ connue, Pachet plaçait une cer­ nifestent, année après année, l’ar­ autre rive, mais bien plu­ préface correspond à un changement de
colique, philosophe narquois, tra­ taine idée de l’homme, de sa cons­ rivée d’un autre « moi », étranger tôt affirmer que, de l’en­ d’Emmanuel paradigme : elle replace au cœur de
ducteur prévenant, auteur d’es­ cience, et cet appel qu’il nommait et parasitaire, qui s’est glissé en fance à la mort, « le même Carrère, l’islam le principe féminin de ré­
sais sur Baudelaire ou sur le som­ « le devoir d’être celui que l’on est ». lui. A ce moment charnière, l’écri­ corps vit la même aventure Pauvert, 960 p., 28 € ; ceptivité et celui d’inspiration, qui
meil, et aussi d’écrits autobiogra­ Que commande un tel devoir vain se cabre contre la bonne continue, à travers le tun­ numérique 19 €. font cruellement dé­
phiques distingués par le présent quand il s’agit de se tourner vers conscience des bien­pensants, nel des nuits, des crises de faut à l’islam austère
ouvrage, Autobiographie de mon les anciens, de poser un juste re­ des bien portants. A les entendre, croissance, des maladies »… Cette et défensif que les
père (Belin, 1987), Adieu (Circé, gard sur eux, de nommer leur fra­ dit­il, les « vieux » sentiraient prise de conscience commence et wahhabites et les
2001), consacré à la fatale maladie gile présence, sans donner dans moins leurs souffrances, ils crou­ finit donc par le corps, elle engage salafistes ont contri­
de sa femme, ou Devant ma mère ce « respect quelquefois glacial que piraient dans une sorte d’hébé­ le vif sentiment d’un destin par­ bué à imposer. 
(Gallimard, 2007). Ici, nulle com­ peut manifester, par obligation ou tude anesthésiée. « Ça les arrange tagé et le refus de ce « jeunisme » meryem sebti
plaisance narcissique : quiconque par répugnance, un plus jeune à de penser ainsi. Moi aussi, ça m’ar­ putride et parfois mortifère que  Allah au féminin,
ouvre ce recueil découvre une un plus vieux » ? Pour répondre à range. Il serait terrifiant de penser Pierre Pachet fustige avec des ac­ d’Eric Geoffroy,
prose sensible qui va puiser, dans cette question, Pachet demeure que dans ces corps immobiles, va­ cents bernanosiens : « Un jeune Albin Michel, 256 p.,
chaque expérience vécue, la lu­ fidèle à sa ligne de conduite. Plu­ guement tremblants, il y a une sen­ qui se croit tout entier jeune est 19 € ; numérique 13 €.
mière d’une élucidation univer­ tôt qu’une longue dissertation sibilité intacte, et la même impa­ déjà un abominable vieillard, re­
selle. Car, au centre de cette œuvre bardée de références, il fait acte tience qu’en moi », ironise Pachet, fermé sur soi, hargneux. » 
importante et encore trop mé­ d’empathie, se met à la place, qui déploie de solides efforts pour jean birnbaum
ROMAN
Des femmes indiennes
L’âme de Sreelakshmi, jeune écri­

Le cœur des corps sans vie vaine indienne qui s’est suicidée
en 1965, est restée parmi les vi­
vants, depuis que l’homme qu’elle
aimait a dérobé une de ses phalan­
« Voir de ses propres yeux », d’Hélène Giannecchini, dissipe la sidération que provoque la proximité de la mort ges à sa dépouille. C’est à travers
cet os, trouvé par une petite fille
dans un hôtel du Kerala, qu’elle
ROMAN soi­même »), la narratrice veut donc
ainsi voir la mort. Le point de départ de
corpus d’images funèbres (médicales,
scientifiques, artistiques).
que tient pour elle aussi du scandale :
« Ces corps ne sont pas monstrueux parce
témoigne désormais des vies acci­
dentées d’une poignée de femmes

C’ est un livre de morts, un livre


sur les morts. Auteure d’un
premier ouvrage consacré à
l’écrivaine et photographe Alix Cléo Rou­
baud, morte en 1983 (Une image peut être
cette aventure est une série de dispa­
ritions brutales qui bouleversent son
existence. Elle n’a pas vu les corps, n’a
pas pu les saluer. Commence alors un
récit poignant et érudit sur la mort, mé­
Elles sont pléthoriques, belles, ef­
frayantes, obscènes. Lors de cette traver­
sée littérale et poétique du monde des
morts, on croise par exemple André Vé­
sale (1514­1564), le plus grand anatomiste
que ce sont des cadavres, mais parce qu’ils
ont été fixés dans cet état. »
Pour la narratrice, conserver un corps
sans vie, réduit à l’état de chose, empê­
che de pouvoir dialoguer avec lui. Car
qui se croisent dans le luxueux
resort. Une journaliste harcelée
par un amant, une fillette victime
d’abus sexuels, une enseignante
musulmane brûlée à l’acide pour
vraie, Seuil, 2017), Hélène Giannecchini diatisé par les images. Une « thanato­ de la Renaissance. A Bâle, en Suisse, dans c’est bien la question du dialogue avec avoir refusé d’épouser l’homme
poursuit son évocation des disparus. graphie ». « Pour que votre décès devienne le musée qui lui consacre une place cru­ les morts qui fait battre le cœur de ce qui la convoitait, ou encore une
Voir de ses propres yeux, son nouveau li­ pensable, pour que je puisse me l’incorpo­ ciale, la narratrice se retrouve devant le livre. Il faut trouver le moyen de les faire championne de badminton ayant
vre, un roman dont la forme est celle rer, je dois l’inscrire dans une histoire qui squelette d’un homme décapité en 1543. paisiblement entrer en nous­mêmes. mis fin à sa carrière sportive… De
d’une enquête personnelle, ne cherche vous excède, celle de l’art et des sciences Mais la déception sape son désir de voir. « Les morts, comme les vivants, conti­ ces récits entremêlés, Anita Nair
pas à approcher la mort d’un point de (…). » A quoi servent les images, sinon à « Le réel est toujours en deçà de ce que je nuent­ils leur voyage quelque part ? », tire un émouvant roman choral
vue spirituel ou religieux. se substituer à ce que nous n’avons pas cherche », constate­t­elle. questionnait le poète Yves Bonnefoy. On sur la lutte des fem­
On ne trouvera pas de fantômes ou de pu voir de visu, à ce qu’il nous est ne dévoilera pas la fin de livre ni la mes indiennes pour
revenants dans ces pages. Concrètement, aujourd’hui interdit de regarder ? L’horreur esthétique solution trouvée par la narratrice pour se faire entendre. 
c’est le corps du défunt qui intéresse Dans une société qui dissimule ses La question posée en 1981 par l’écrivain que ses disparus puissent librement ariane singer
l’auteure, le cadavre. Il est l’objet d’une morts, il faut faire un détour par l’his­ Maurice Bessy – « Mort où est ton circuler en elle­même.   La Mangeuse de
quête obsédante : pouvoir s’approcher toire de leur représentation pour les ren­ visage ? » – devient aussi celle de la narra­ amaury da cunha guêpes (Eating Wasps),
au plus près de lui pour rendre la mort dre à nouveau visibles. Le récit explore trice. Sa réponse est équivoque. Elle os­ d’Anita Nair, traduit
tangible, et dissiper la sidération qu’elle – avec un goût un peu maniéré pour cille entre le désir de voir et l’envie de voir de ses propres yeux, de l’anglais (Inde) par
provoque quand elle nous frappe. les références placées dans les marges, savoir. Face aux écorchés d’Honoré Fra­ d’Hélène Giannecchini, Patricia Barbe­Girault,
Prenant l’étymologie du mot « au­ comme le faisait Roland Barthes dans La gonard (1732­1799), si la fascination ex­ Seuil, « La librairie du XXIe siècle », Albin Michel, 344 p.,
topsie » au pied de la lettre (« voir par Chambre claire (Gallimard, 1980) – un cite d’abord son regard, l’horreur esthéti­ 224 p., 19 € ; numérique 14 €. 20,90 €; numérique 15 €.
0123
18 | livres VENDREDI 3 AVRIL 2020

PHILIPPE MATSAS

LE FEUILLETON
CAMILLE LAURENS
en 1944 par les Alliés peu après le Débar­ « envidée dans l’anonymat », l’image des
quement. Dans la petite station bal­ soldats, « les visages éreintés des boys
néaire déserte et encore glacée par l’hi­ éberlués (…), braves gamins biberonnés au
ver, l’écrivain désœuvré erre au hasard, maïs des grandes plaines qui avaient tra­

La mer écrite
ne rencontrant qu’« une poignée d’âmes versé les océans et les mers pour venir
qui se batt[ai]ent en duel ». Avec son amie trébucher ici, boire leur tasse d’eau salée et
Esther, venue le rejoindre le temps d’un manger du sable en se ramassant, puis
week­end, il découvre le village, son pub continuer tout de même sous la rafale
tenu par le couple désuni de Suzanne et pour ceux qui pouvaient se relever et
Rory, les regrets d’une vie gâchée. continuer ».
Et c’est sous son regard d’observateur Mais ce qui évoque le plus l’univers de
exercé que va se jouer un drame trivial et Duras, c’est un cri, une lamentation lon­
sublime – forcément sublime, oserais­je guement et si admirablement décrite par
dire. Car, fait étrange, plus j’avançais avec Larnaudie qu’on croit l’entendre, et qui
bonheur dans la lecture de ce roman, résonne dans tout le récit comme la
plus je pensais à Marguerite Duras (1914­ douleur du vice­consul à Lahore : « Pas
1996). Etrange, parce que le style précis des hurlements : une sorte de bref et puis­
à l’extrême, les phrases qui s’enroulent sant raclement montant du fond de la
souvent autour d’adjectifs nombreux et gorge, qui paraissait épouvantablement
attentifs au détail n’ont a priori rien de douloureux, comme s’il se frayait un che­
min brutal en frottant le long de cavités
L’amour peut-il à vif. » Pourquoi cet homme vêtu d’un
blouson de motard, à la démarche d’ivro­
triompher de la gne, erre­t­il sur la plage en poussant des
« pathétique fragilité » cris de désespoir, nous l’apprendrons sur
fond de nuit, au moins en aurons­nous
des hommes ? Dans l’intuition. En contrepoint de la mort qui
ce récit de Mathieu a fauché tant d’adolescents dans « un
ahurissement de masse », l’amour peut­il
Larnaudie, dont la langue, triompher de la « pathétique fragilité »
d’une discrète puissance, des hommes ? Dans ce récit à la fois
tendu et mystérieusement serein, dont
semble suivre les marées, la langue, d’une discrète puissance, sem­
toutes les réponses ble suivre les marées, toutes les réponses
ne sont pas données. « Sait­on seulement
ne sont pas données jamais ce qui jette deux corps l’un vers
l’autre ? », demande le narrateur dans les
durassien. Et pourtant… Sans doute la dernières lignes.
Normandie joue­t­elle son rôle dans ce Comme Duras, Larnaudie, romancier
sentiment, quoique celle qui se déploie du très beau Notre désir est sans remède
ici, « pays de brumes » proche de Bayeux (Actes Sud, 2015), nous laisse apercevoir
et d’Omaha Beach, soit plus austère que quelque chose de cette énigme qui, au
la côte de Trouville. Mais comme milieu des pires souvenirs de l’histoire,
l’auteure de L’Homme atlantique (Mi­ effleurée par les mots, nous aide à vivre.
FRANCESCA CAPELLINI
nuit, 1982), Mathieu Larnaudie sait cap­ Il en tisse la geste discrète, « au point
turer l’atmosphère des lieux déserts et d’aiguille en guise de poème », moins glo­
désolés où l’ordinaire devient mystère et rieuse que la tapisserie de Bayeux mais
LE LIVRE DE MATHIEU LARNAUDIE qu’une métaphore de notre actuel re­ où l’œil hypnotisé contemple sur les va­ tout aussi délicate et précieuse. Il nous
BLOCKHAUS EST PARU LE 11 MARS tranchement, donne à lire une solitude gues « ces grands sarcophages (…), ces for­ la raconte et nous, assis près du bun­
– autant dire dans une autre vie. Trois plus ontologique, qui touche tous les hu­ mes sans passé, sans pourquoi, énigmati­ ker 449, nous voyons se lever le voile du
jours plus tard, toutes les librairies fer­ mains et sur laquelle se clôt sobrement ques et brutes ». L’humeur du promeneur chagrin et « un morceau d’azur délavé,
maient et, bien qu’il constitue le récit d’une histoire pleine d’humilité : suit « les variations du niveau de la mer » ; une culotte de zouave » se dégager dans le
blockhaus, à coup sûr une nourriture in­ « Je retournai à ma propre nuit, c’est ce parfois amusé ou agacé, il demeure sou­ ciel. « Notre sagesse, écrit Marcel Proust,
de Mathieu dispensable à nos cœurs confi­ que nous faisons tous. » Cependant, ce vent « médusé, encollé à sa mélancolie », commence où celle de l’auteur finit. Nous
Larnaudie, nés, je doute que ce bref roman blockhaus est d’abord réel, c’est celui que et le paysage de pluie réverbère ses pen­ voudrions qu’il nous donnât des réponses,
Inculte, 112 p., 13,90 € ; – récit ? – soit en pile dans les le narrateur, parti s’isoler pour écrire sées « comme un miroir opaque ». quand tout ce qu’il peut faire est de nous
numérique 10 €. supermarchés. Ce serait pour­ dans une villa d’Arromanches (Calvados), Quand il revient à lui, l’histoire – tou­ donner des désirs. » Ainsi fait Mathieu
tant une grande injustice pour voit de sa fenêtre, sombre et mystérieux, jours, en pareils lieux – reprend ses Larnaudie. Si le blockhaus où nous som­
lui et un vrai manque pour nous s’il tom­ parmi « un chapelet de bunkers aplatis, droits, et de même que Duras s’émeut mes reclus en nous­mêmes garde sa pé­
bait dans l’oubli sans même avoir la pos­ ensablés sur la plage ». La mer garde aussi devant la sépulture du jeune aviateur an­ nombre, l’écrivain nous suggère sans la
sibilité de se rendre inoubliable. la trace, sous forme de caissons de béton glais tombé à Deauville ou les martyrs moindre emphase le moyen de ne pas
Le blockhaus dont il s’agit là, plutôt flottants, du port artificiel construit d’Hiroshima, le narrateur voit passer, nous « tromper de vie ». 

BANDE DESSINÉE
Ce que dit du Japon le Le djihadiste qui clamait
meurtre d’une Anglaise son amour de la mort
Le journaliste Frédéric Paulin conclut sa trilogie sur le terrorisme
les salarymen lorsqu’ils sortent
d’investigation Richard des bureaux, et perçoit des pri­ islamiste avec Daech et les attentats de 2015
Lloyd Parry revient sur mes sur les bouteilles et les dîners
l’assassinat de Lucie en tête à tête.
Blackman, en 2000, Journaliste d’investigation au
Times, Parry a rencontré à main­
THRILLER On suit ainsi un jeune converti de
Lunel jusqu’à Rakka, capitale du
à Tokyo. Remarquable

RÉCIT DOCUMENTAIRE
tes reprises tous les protagonistes
de l’affaire. Son livre dessine le
tracé extrêmement précis de
l’onde de choc qu’a suscitée, au
sein de la famille désunie des
A vec La Fabrique de la
terreur, Frédéric Paulin
achève sa magistrale tri­
logie sur le djihadisme. Après la
décennie noire algérienne dans
« califat » autoproclamé ; Wassim,
un jeune naïf tunisien ; mais aussi
les personnages rencontrés dans
les deux autres volumes, comme
la capitaine Laureline Fell, de la di­

D ans une histoire crimi­


nelle, il y a une énigme et
à terme, le plus souvent,
sa résolution. Mais Dévorer les té­
nèbres nous révèle bien plus que
Blackman, l’absence soudaine de
leur fille aînée, aggravée par l’in­
différence de la police japonaise,
jusqu’au procès, en 2008, du sus­
pect, un quadragénaire million­
les années 1990, matrice, selon
lui, du terrorisme contemporain
(La guerre est une ruse, Agullo,
2018), puis l’importation du dji­
had sur le territoire français (Pré­
rection générale de la sécurité in­
térieure, et Gh’zala, rescapée du
GIA algérien.

Réalisme saisissant
l’identité d’un violeur et tueur en naire nommé Joji Obara. CASTERMAN mices de la chute, Agullo, 2019), Surtout, Frédéric Paulin met en
série ayant défrayé la chronique. L’enquête sera pleine de fausses Paulin évoque, cette fois, les mé­ scène des personnages ayant
Ce récit documentaire autour pistes. Tim Blackman, le père de canismes complexes à l’origine de réellement existé, comme les
d’un célèbre fait divers est
d’abord centré sur la victime,
Lucie Blackman, une jeune Bri­
Lucie, se fera escroquer par un
faux marchand d’armes, recevra
le soutien financier de mécènes,
Noir Vercors la naissance de l’organisation Etat
islamique ainsi que des attentats
qui ont frappé la France en 2015.
terroristes Mohammed Merah,
les frères Kouachi, Abdelhamid
Abaaoud ou encore Salah Abdes­
tannique de 21 ans, disparue à To­ tandis que Jane, sa mère, recourra CANTONNÉ JUSQUE­LÀ AU RÉCIT INTIMISTE (Le Goût du Le récit commence par les prin­ lam. Tous les protagonistes, fic­
kyo le 1er juillet 2000. Son cadavre, à un ancien garde du corps d’Eli­ chlore, Polina – Casterman, 2008 et 2011) et au manga made in temps arabes. Cette flambée révo­ tionnels ou non, sont liés par
démembré et dissimulé dans plu­ zabeth II et se tournera vers le pa­ France (la série en douze tomes Lastman), Bastien Vivès, lutionnaire commencée à la fin la tragédie qui se noue au fil
sieurs sacs­poubelle, sera décou­ ranormal pour atténuer la dou­ 36 ans, déploie aujourd’hui son sens inné de la narration dans de 2010 a été l’occasion pour les des pages.
vert quelques mois plus tard. Loin leur de la perte. Le livre de Richard un genre qu’il n’avait encore jamais exploré : le thriller. Associé mouvements islamistes de s’im­ Certaines scènes sont saisissan­
de toute tentation sensationna­ Lloyd Parry offre un parfait exem­ au scénariste Martin Quenehen, il suit ici un gendarme d’une poser. Les religieux ont profité de tes de réalisme. Comme celle de
liste, elle est ici le cœur battant ple de ce que le journalisme petite commune du Vercors, à qui le hasard d’une rencontre la contestation ou du renverse­ l’assaut de la planque de Merah et
d’une remarquable étude psycho­ narratif au long cours peut pro­ – avec un peintre récemment arrivé en ville, après la mort de ment de régimes autoritaires, la reconstitution du dialogue en­
logique, doublée d’une ethnogra­ duire de meilleur.  sa femme dans un attentat – va donner l’occasion d’exaucer mais laïques, pour recruter des tre le terroriste et le « négocia­
phie de la société japonaise, si­ macha séry son vœu le plus secret : devenir un héros de la nation. Multi­ candidats à la « guerre sainte » et teur ». Le djihadiste lancera une
gnée Richard Lloyd Parry. pliant les allusions à des phénomènes contemporains (la mon­ les envoyer combattre d’abord en phrase qui explique tout : « Sachez
Lucie Blackman était une belle dévorer les ténèbres. tée des radicalisations, la crise migratoire, l’urgence climatique, Libye, puis en Syrie. La journaliste qu’en face de vous, vous avez un
et grande blonde qui, pour épon­ enquête sur la disparue la collapsologie…), ce récit, centré sur le rôle et la perception Vanessa Benlazar (la fille de Tedj homme qui n’a pas peur de la mort.
ger quelques dettes, avait décidé de tokyo des forces de l’ordre dans la société, ne flatte aucun de ses per­ Benlazar, héros des deux précé­ Moi, la mort, je l’aime comme vous
de partir travailler pendant l’été (People Who Eat Darkness. sonnages, tous chargés d’une part d’ombre, et tous décrits sans dents tomes) décide d’enquêter aimez la vie ! » 
comme hôtesse dans un night­ The Fate of Lucie Blackman), la moindre moralité. Michel Houellebecq, vaguement repré­ sur les filières de recrutement des abel mestre
club de Roppongi, le quartier de Richard Lloyd Parry, senté sous les traits du veuf hanté par un désir de vengeance, groupes djihadistes, dont la me­
chaud de Tokyo. Pas comme pros­ traduit de l’anglais n’est pas loin.  nace est sous­estimée en France. la fabrique de la terreur,
tituée ni avatar de geisha, mais par Paul Simon Bouffartigue, frédéric potet Récit foisonnant, extrêmement de Frédéric Paulin,
comme une accorte et souriante Sonatine, 528 p., 23 € ;  Quatorze juillet, de Bastien Vivès (dessin et scénario) et Martin bien documenté, La Fabrique de la Agullo, « Noir », 364 p., 22 € ;
dame de compagnie, qui écoute numérique 16 €. Quenehen (scénario), Casterman, 256 p., 22 €; numérique 15 €. terreur croise plusieurs destins. numérique 14 €.
0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020 livres | 19

Comment faire parler un gangster DES POCHES


SOUS LES YEUX
Pour « El Niño de Hollywood », histoire du gang MS­13 au Salvador, les frères MATHIAS ÉNARD
Martinez ont su gagner la confiance d’un tueur à gages – jusqu’à son assassinat
DES POÈTES, TOUJOURS, ET ENCORE UN
NAZI ; vous vous dites : « Ça y est, le confine­
ment a eu raison du dernier neurone
HISTOIRE D’UN LIVRE d’Enard que le coronavirus avait épargné, il
délire. » Eh bien non, le chroniqueur a toute

I
l y a des ouvrages dont la sa tête, lui semble­t­il. Un nazi, donc : puis­
force est telle qu’il est impos­ que nous sommes en guerre contre le virus,
sible de les lire d’une traite, il il convient d’apprendre à bien la mener,
faut reprendre son souffle cette guerre. Et qui de mieux que l’excellent
pour continuer à avancer. En Heinz Guderian (1888­1954) pour la
préambule d’El Niño de Hol­ conduire ? Ses Souvenirs d’un soldat sont
lywood, les frères Martinez aver­ éloquents. On y apprend à développer le
tissent : « Ceci est un livre écrit se­ blitzkrieg et à vaincre en
lon les codes du journalisme nar­ quelques semaines. On a
ratif. Nous prétendons ouvrir des droit, dans ces Mémoires
fenêtres où se pencher. Sachant (les spécialistes apprécie­
que ce qui se trouve de l’autre côté ront), à d’interminables
n’a rien d’agréable. » Eux ne se considérations sur les chars
sont pas juste penchés sur le sujet. et l’arme blindée ; la rançon
Spécialisés dans le fonctionne­ de la gloire, pourrait­on
ment interne des gangs et du dire. Après tout, le général
crime organisé en Amérique cen­ Guderian a inventé la
trale – plus spécifiquement dans guerre éclair. On apprend
leur pays, le Salvador –, ils y sont aussi, page 590, que les en­
immergés depuis une décennie. fants Goebbels étaient « gentils et bien éle­
L’aîné, Oscar Martinez, est un vés ». Guderian les croise en avril 1945 dans
journaliste d’investigation émé­ l’abri fatal ; leur mère, Magda, les empoison­
rite pour le site d’information nera quelques jours plus tard, autre drame
Elfaro.net, auteur de deux ouvra­ du confinement. « La pensée que leurs jours
ges, l’un sur les narcos exploitant étaient comptés accablait et inclinait au mu­
les migrants, l’autre sur l’histoire tisme », nous dit Guderian. Des morts­vi­
de la violence dans cette région vants, au fond de leur sarcophage de béton.
du monde. Le cadet, Juan Marti­
nez, un anthropologue reconnu, UN PEU DE LUMIÈRE POUR DISSIPER LES
a publié ses recherches menées OMBRES : De la poésie, de Philippe Jaccottet,
in vivo pendant un an au sein est la transcription d’un dialogue entre le
d’un gang. Pour El Niño…, ils ont poète suisse et Reynald André Chalard,
collaboré afin de fournir un récit conversation qui eut lieu en février 1988,
mariant le meilleur de l’ethno­ quelques jours après la mort de René Char.
graphie socioculturelle et du re­ Membres de la MS­13 au centre pénitentiaire pour mineurs de Quezaltepeque, au Salvador, en juin 2004. CHRISTIAN POVEDA/AGENCE VU Ce passionnant entretien s’ouvre sur la
portage au long cours. Pour cela, question de la traduction et « la nécessité vi­
ils se sont entretenus avec des tale de traduire » ; on croit
prisonniers, des repentis, des po­ entendre résonner l’expres­
liciers, des juges, des médecins lé­ environnement, personne ne vous sion de Joë Bousquet, qui
gistes, des victimes. Surtout, ils dira rien. Deuxièmement, l’honnê­ voudrait que tout poème
ont fait la connaissance de celui teté est la bonne méthode. » EXTRAIT soit « traduit du silence ». Jac­
qui est devenu le personnage Le journaliste et l’anthropolo­ cottet a lu et traduit Platon,
central de leur incroyable récit gue ont donc été brutalement sin­ « Le besoin de l’ennemi. L’envie irrépressible de détester quelqu’un sans Homère, Rilke et Hölderlin,
documentaire. cères avec « El Niño », un jeune motif idéologique a été fondamentale dans la construction du Salvador, le et tous ces textes vivent en
C’était le 2 janvier 2012. Ce paysan converti en tueur, flanqué pays le plus meurtrier de la planète. Tous contre tous. Parce que c’est lui comme les voix dans la
jour­là, ils rendaient ensemble vi­ d’une femme et d’un bébé dénu­ comme ça. Parce que c’est comme ça seulement qu’il est possible de se cella d’un temple caché. Jac­
site à un inspecteur intègre dans tris. Ils n’ont rien caché de leurs comprendre soi­même, en guerre contre l’autre. Parce que la paix n’était cottet décrit ces épiphanies
le misérable village d’El Refugio, opinions personnelles ni de leur pas une option. Vivre, c’était s’affronter, c’est comme ça que s’est construit sans Dieu qui sont le lieu de
qui leur apprit que, juste en face conviction qu’il finirait tôt ou ce petit bout du monde. Ce n’étaient pas des exclus laissés en marge de la ses poèmes ; sans Dieu, et sans ascèse – se
du poste de police, dans une pe­ tard tué par des sicarios appar­ construction sociale. C’étaient des jeunes imitant ce qu’ils avaient déjà vu. laisser aller « au bonheur un peu païen du
tite maison en terre battue, vivo­ tenant à son ex­gang. « Pourquoi, Dans la région occidentale productrice de café, la fin de la guerre a laissé monde extérieur, de la promenade dans la
tait, sous le statut de témoin alors ? », a demandé El Niño. de nombreux jeunes, garçons et filles, sans emploi. Des jeunes qui avaient nature et la lumière » après avoir longtemps
« Parce que, malheureusement, grandi avec la guerre et auxquels celle­ci avait volé la possibilité de faire rêvé « une poésie sans image ». Philippe Jac­
« Pourquoi vouloir nous croyons que ton histoire est des études ou d’apprendre un métier. » cottet va même jusqu’à confier : « Ce qui
plus importante que ta vie », ont­ m’ennuie chez moi, c’est le côté “explicite”. »
m’entendre ? », ils répliqué. La réponse a convenu. el niño de hollywood, page 92
a demandé El Niño. El Niño de Hollywood a « appris à ON TROUVE UNE GRANDE CONSOLATION
respecter cela et à bâtir une solide DANS LA FRÉQUENTATION DES POÈTES
« Parce que nous relation source­journaliste », ré­ – Andrée Chédid (1920­2011) aurait eu cent
croyons que ton histoire sume l’un des auteurs. De fait, les deux kilomètres à pied en terri­ Ceux qui courent le plus de risques ans ces jours­ci. Cette généreuse anthologie,
frères Martinez n’ont édulcoré toire ennemi avec une machette sont nos sources. Certaines d’entre Textes pour un poème suivi de Poèmes pour
est plus importante aucune question et l’intéressé et un fusil de chasse pour les elles ont été menacées, licenciées et un texte, fut préparée par l’auteure elle­
que ta vie », ont répliqué s’est montré tout aussi franc dans rencontrer. même tuées. Il y a, de la part des même. L’Egyptienne, poète mais aussi ro­
les moindres détails. Tout a été vé­ S’ils ont été plusieurs fois, l’un et politiciens et des groupes crimi­ mancière et dramaturge, née au Caire au
les auteurs. La réponse rifié, même ses histoires les plus l’autre, menacés au cours de leurs nels, un intérêt tout particulier à sein d’une famille d’origine syro­libanaise,
a convenu invraisemblables, grâce aux té­ enquêtes successives, au point de savoir qui nous parle, qui nous li­ appartient, avec Edmond Jabès ou Albert
moignages d’autres membres de devoir quitter le Salvador avec vre leurs secrets. » Cossery, à ce monde si
protégé, un tueur à gages : Miguel gangs, de rapports de police, d’ar­ leurs familles respectives pen­ Témoins d’un pays fracturé, l’un brillant de la francophonie
Angel Tobar, dit « El Niño de Hol­ chives de journaux. dant quelques semaines ou de des plus violents et inégalitaires d’Egypte. Andrée Chédid
lywood », affilié à la Mara Salva­ Ils l’ont interviewé régulière­ disposer d’une escorte armée du­ au monde, les frères Martinez sait rendre vivante la terre
trucha 13, le gang le plus féroce ment, jusqu’à trois fois par mois, rant plusieurs mois, leur situa­ sont les fils de Marisa Martinez, égyptienne sans cultiver le
d’Amérique latine. « Nous croyons de janvier 2012 jusqu’à son assas­ tion, disent­ils, n’est pas compara­ figure pacifiste de gauche, depuis cliché orientaliste, loin de
en deux règles de base, explique sinat, en novembre 2015. « Il y a ble à celle des journalistes mexi­ toujours au service des enfants les là ; pour elle, un pays est
Oscar Martinez au “Monde des li­ eu des moments de grande ten­ cains ou honduriens. « Au Salva­ plus pauvres, et les neveux de Ro­ avant tout une expérience
vres”. Premièrement, personne ne sion, des endroits dont nous dor, les gangs ne sont pas infiltrés bert d’Aubuisson, le leadeur d’ex­ intime et multiple pour qui
révèle ses secrets à un naïf. Si vous avons dû partir à la hâte, des au sein de l’Etat, comme peuvent trême droite lié à l’assassinat, « la poésie n’est pas évanes­
ne connaissez rien des individus endroits où nous avons dû nous l’être les cartels mexicains, ils ne en 1980, du populaire archevêque cence, mais présence ». Chez
que vous rencontrez, si vous ne cacher pour parler avec Miguel peuvent pas fonctionner avec une Oscar Romero (canonisé en 2018) elle, le poème fait de nous
vous efforcez pas de comprendre Angel », reconnaît Oscar Marti­ telle efficacité ni une telle impunité et à diverses activités des esca­ des « passagers de la métamorphose ». Il
leur langue et les codes de leur nez. Parfois, Tobar accomplissait en cas de meurtres de journalistes. drons de la mort pendant la nous transforme. La poésie est un talisman ;
guerre civile (1980­1992) – une un de ces « soleils retenus vifs ». La poésie
guerre de répression envers la d’Andrée Chédid est sanguine et passion­
population en partie financée par née, c’est une poésie de gerbes de blé – une
Les noirs secrets de la Mara Salvatrucha 13 les Etats­Unis dans le cadre de sa
stratégie globale pour contenir
poésie où la vie se met en danger, une poé­
sie qui fait une place à la mort, non pas pour
À DÉFAUT dans le cadre de la guerre froide et d’armes de la MS­13 dont il révélait, le communisme. « Les Etats­Unis la célébrer, mais pour l’accepter, la dévisa­
D’AUTRE HORI­ de la protection de leurs intérêts d’un procès au suivant, d’une en­ n’ont jamais reconnu ce fardeau ger : « Un soir, je m’en irai loin des terres cha­
ZON, LA HAINE économiques dans la région. quête policière à l’autre, les noirs se­ moral, accuse Oscar Martinez. Ils leureuses ;/ Le masque, couleur d’aube, sur
POUR RAISON DE Oscar et Juan Martinez, deux spé­ crets. Y compris les siens, en toute ont accueilli les réfugiés comme ma face de vivant. » Une carte postale du
VIVRE. « Nous » cialistes des mafias au Salvador, l’un lucidité et sans guère de remords. Il des sans­papiers. » dernier voyage… 
contre « eux ». Il y journaliste, l’autre anthropologue, est mort là où il avait vécu enfant, Ceux­ci ont été parqués dans les
a quelque chose de permettent de comprendre la MS­13 après avoir essayé de subvenir aux ghettos de Los Angeles. C’est là  Souvenirs d’un soldat (Erinnerungen eines
violemment ab­ de l’intérieur à travers les confiden­ besoins de sa famille. Un criminel, que la Mara Salvatrucha 13 est née, Soldaten), d’Heinz Guderian, traduit de l’allemand
surde dans le sentiment d’apparte­ ces d’« El Niño de Hollywood », sur­ mais aussi un symptôme.  m. s. « comme une réaction allergique à par François Courtet et André Leclerc­Kohler,
nance au gang américano­salvado­ nom du tueur au centre de leur récit l’environnement des gangs qui ré­ présenté par Benoit Lemay, Tempus, 576 p., 10 €,
rien Mara Salvatrucha 13 ou MS­13. documentaire, fruit d’une enquête el niño de hollywood. gnaient en Californie à cette épo­ numérique 7 €.
Les cliques qui forment ce gang conjointe menée sur plusieurs comment les usa et le salvador que. Des milliers de jeunes ont fui  De la poésie. Entretien avec Reynald André
sont des pauvres affrontant années. Abattu en novembre 2015, ont créé le gang le plus une guerre, ont cherché la paix et Chalard, de Philippe Jaccottet, Arléa, « Poche »,
d’autres pauvres, rigoureusement Miguel Angel Tobar était le fils de dangereux du monde, n’ont trouvé qu’une autre guerre ». nouvelle édition, 94 p., 8 €.
PIERRE MARQUÈS

semblables, tous héritiers de la paysans exploités ayant consenti à d’Oscar & Juan José Martinez, Puis, de Reagan à Donald Trump,  Textes pour un poème, suivi de Poèmes
guerre civile qui a frappé le Salva­ donner leur fille à un contremaître traduit de l’espagnol (Salvador) ils ont été expulsés. Et la MS­13 pour un texte, d’Andrée Chedid, préface de
dor entre 1980 et 1992, une guerre violeur. El Niño savait que, tôt ou par René Solis, s’est exportée au Salvador.  Mathieu Chedid, « Poésie/Gallimard », 576 p.,
sale financée par les Etats­Unis tard, il serait tué par d’anciens frères Métailié, 336 p., 22 € ; numérique 13 €. macha séry 12,30 €, livre audio 5,50 €.
20 | culture 0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020

L’opéra ébranlé par la pandémie
Après l’annulation du Festival de Bayreuth, le « Ring » programmé à Paris est, lui aussi, menacé

OPÉRA

S
ale temps pour les wagné­
riens. Après le Festival
d’Aldeburgh, dans le Suf­
folk, celui de Verbier, en
Suisse, l’extinction des grands
événements musicaux de l’été
se poursuit. Cette fois, c’est le my­
thique Festival de Bayreuth, en
Bavière, fondé en 1876 par Richard
Wagner afin de promouvoir son
« œuvre d’art totale », qui a rendu
les armes mardi 31 mars pour
cause de pandémie coronavirale.
L’édition 2020, qui devait débuter
le 25 juillet et se poursuivre jus­
qu’au 30 août, est supprimée.
Les productions lyriques récla­
ment en effet un minimum de
six semaines de répétitions. Elles
requièrent également des instal­
lations techniques, souvent très
lourdes, et des artistes venus des
quatre coins du monde. « Cela si­
gnifie que les prochaines années
devront être reprogrammées »,
précise le communiqué officiel
de Bayreuth, qui annonce d’ores
et déjà pour 2021, outre la nou­
velle production prévue du Vais­
seau fantôme, les reprises de Tan­
nhäuser, des Maîtres chanteurs et
de Lohengrin, ainsi que trois
Walkyrie en version de concert,
en ajoutant que « la nouvelle pro­
duction du “Ring” (…) ne pourra
probablement pas être célébrée
avant 2022 en raison de la planifi­
cation des répétitions ». Le Palais des festivals, où se déroulent les
Le festival spécifie que, en prin­ représentations du répertoire wagnérien,
cipe, les billets acquis pour 2020 à Bayreuth (Allemagne). GUEHOLL/GETTY IMAGES
resteront valables en 2021. Rappe­
lons que le prestigieux rendez­
vous sur la Colline verte, haut lieu
du régime nazi, s’était maintenu mi­mars par la direction du festi­ A Chicago, le coronavirus a déjà de protestation contre la réforme deux premiers volets n’ont pu
durant toute la seconde guerre val autrichien. Changements de eu la peau des trois cycles du des retraites et les nombreuses
« Les artistes être montés in scena ? Stéphane
mondiale, avant que la fin du programme, réduction des pério­ « Ring » prévus à partir du 4 avril annulations qui en ont été la sont prêts à faire Lissner aimerait se convaincre
conflit n’entraîne sa fermeture de des de répétition ? Le 30 mai verra (l’estimation de la perte oscille en­ conséquence (82 spectacles, du que l’été permettra, s’il se peut, de
1945 à 1951 et l’avènement du le passage au « niveau 3 » et l’éla­ tre 15 millions et 20 millions de 5 décembre 2019 au 3 mars 2020),
le maximum. mettre les bouchées doubles.
Nouveau Bayreuth. boration de différents scénarios, dollars). « Au cours des six derniè­ l’annus horribilis qui marque les Mais pourra-t-on « Les artistes sont prêts à faire le
dont rien ne filtre pour l’instant : res années, plus de 300 artistes 350 ans de la maison d’art lyri­ maximum pour se rendre disponi­
De mauvais augure « A ce stade, il faudra décider si, et ont investi tout leur cœur et leur ta­ que poursuit son cours destruc­
recommencer à bles. Mais pourra­t­on recommen­
La chute de Bayreuth est de mau­ peut­être sous quelle forme, l’édi­ lent dans l’élaboration de ce projet, teur. Le déficit – quelque 17 mil­ travailler cet été ? » cer à travailler cet été ?, s’interro­
vais augure pour les grands festi­ tion du centenaire du festival peut lit­on sur le site de l’Opéra lyrique lions d’euros – a obligé Stéphane ge­t­il. On avait bien avancé les ré­
STÉPHANE LISSNER
vals d’opéras, tels celui d’Aix­en­ avoir lieu. » Une décision qui ne de Chicago, et l’excitation de le pré­ Lissner à reconfigurer « pour rai­ pétitions scéniques de L’Or du
directeur de l’Opéra de Paris
Provence, dont la 72e édition est dépend pas de la seule direction, senter au public des 50 Etats et de sons économiques » sa dernière Rhin depuis la mi­février. Rien, par
prévue du 30 juin au 18 juillet, ou « mais du développement de la près de 30 pays n’a cessé d’augmen­ saison 2020­2021. Mais c’est l’un contre, pour La Walkyrie… »
les Chorégies d’Orange (du 19 juin pandémie de coronavirus et des ter (…). Les performances du cycle de ses fleurons, le « Ring » wagné­ Depuis le 9 mars, le coronavirus
au 1er août), sans parler du presti­ décisions politiques qu’elle re­ elles­mêmes, et un large éventail rien confié au Catalan Calixto comptait assurément sur Wagner a entraîné l’annulation de 38 spec­
gieux Festival de Salzbourg (Autri­ quiert », souligne­t­on prudem­ de programmations dans des festi­ Bieito, apothéose d’un mandat pour limiter le naufrage budgé­ tacles (dix représentations de Ma­
che), qui, après avoir déclaré forfait ment, la santé restant « prioritaire vals, promettaient d’être un mo­ de sept ans, qui se voit désormais taire annoncé. Le compositeur non, sept du ballet de Balanchine,
sa session de Pâques, doit encore sur toutes les questions artistiques ment fort de la saison culturelle… » remis en question. devait également couronner les douze reprises de Don Giovanni,
statuer sur le maintien de celle de et économiques ». Même situation, en moins dra­ adieux du directeur musical et cinq de L’Or du Rhin et quatre spec­
Pentecôte (du 29 mai au 1er juin), Il n’y a pas que dans son fief de matique quant aux conséquen­ Naufrage budgétaire chef d’orchestre Philippe Jordan, tacles de l’Ecole de danse), ajou­
repoussant à fin mai la prise de Bayreuth que Wagner est victime ces, à l’Opéra de Vienne (Autriche), L’Or du Rhin, dont la première de­ appelé à de nouvelles fonctions à tant au déficit quelque 13 millions
décision pour l’édition spéciale du Covid­19. Un projet aussi dont le mois de mars a vu dis­ vait avoir lieu le 2 avril (jusqu’au l’Opéra de Vienne, ainsi que ceux d’euros pour un total estimé aux
des 100 ans de sa création, en gigantesque et ambitieux qu’une paraître corps et biens la présenta­ 15) a disparu des radars, tandis de Stéphane Lissner, dont la car­ alentours de 30 millions d’euros.
août 1920 : quarante­quatre jours production de la Tétralogie (un tion annuelle de la Tétralogie dans que La Walkyrie, prévue du 5 au rière se poursuivra au Théâtre « Nous annulons les spectacles au
de festival pour 200 performances « festival scénique » constitué la mise en scène réalisée en 2007 27 mai, pourrait prendre le même San Carlo de Naples. fur et à mesure des décisions gou­
programmées dans 15 lieux, avec d’un prologue, L’Or du Rhin, par Sven­Eric Bechtolf. chemin, la scène de l’Opéra Bas­ Quid des deux cycles complets vernementales », explique Sté­
des artistes de 80 pays, dont la suivi de trois « journées » – La A l’Opéra de Paris, la situation tille, actuellement fermée pour du « Ring », prévus entre le 23 no­ phane Lissner, qui assure mordi­
moitié en dehors de l’Europe. Walkyrie, Siegfried et Le Cré­ est en train de virer au cauche­ cause de confinement, ne per­ vembre et le 6 décembre (après cus ne rien vouloir changer au pro­
L’optimisme se veut à l’ordre du puscule des dieux) est un colosse mar. Après la plus longue période mettant pas la tenue des répéti­ Siegfried en octobre et Le Crépus­ gramme de sa prochaine saison. 
jour dans le communiqué diffusé au pied d’argile. de grèves de son histoire sur fond tions. La « Grande Boutique » cule des dieux en novembre), si les marie­aude roux

Un « fonds d’urgence » pour les artistes plasticiens


Le Centre national des arts plastiques a mis en place un dispositif doté de 500 000 euros
CULTURESMONDE.
du lundi
au vendredi
11H – 11H5
Florian
I l a fallu la Révolution fran­
çaise pour qu’elle naisse.
Guillotiner les ci­devant et
terroriser les bourgeois, soit, mais
qu’advient­il des artistes dont ils
n’exposent pas, ne vendent pas
une œuvre, ils n’ont rien. Il faut
pourtant se nourrir, payer les
charges et le loyer.
commissaires, critiques, théori­
ciens d’art qui ne rentreraient pas
dans les règles du droit commun
du fonds de solidarité, pour des
expositions ».
curité sociale des artistes­auteurs,
et qu’il n’occupe pas un autre em­
ploi salarié. Ceux qui sont mem­
bres des commissions créées par
le CNAP continueront d’être ré­
étaient les principaux clients ? Des mesures exceptionnelles Les événements concernés peu­ munérés. Ils auront notamment
Delorme C’est pourquoi fut créé, en 1791, Le ministre de la culture l’a vent être des expositions, rési­ à se prononcer lors d’une session
l’ancêtre du Centre national des compris : Franck Riester a an­ dences, bourses, rencontres pro­ exceptionnelle de la commission
arts plastiques (CNAP), alors noncé le 18 mars qu’ils pour­ fessionnelles, ateliers de prati­ d’acquisition « à destination des
nommé « Division des beaux­ raient bénéficier d’une aide de ques artistiques, interventions en galeries françaises pour les artis­
arts, des sciences et des specta­ 1 500 euros, dans le cadre de l’état milieux scolaires ou autres, con­ tes de la scène française qui ont dû
cles », afin de « venir en aide aux d’urgence sanitaire, et du report férences, commissariats, rédac­ annuler des expositions et des par­
franceculture.fr/ artistes nécessiteux ». ou de l’étalement des loyers, fac­ tions de texte, ou des « dépenses ticipations à des foires durant la
@Franceculture Nécessaires, les artistes l’ont été tures d’eau, de gaz et d’électricité, de production d’œuvres en vue période de confinement ».
© Radio France/Ch. Abramowitz

de tout temps, nécessiteux, ils le et de l’étalement des dettes fisca­ d’une manifestation ou d’un évé­ Le budget dans ce cas est de
En
sont redevenus, et plus cruelle­ les et sociales. nement annulés ou suspendus », 600 000 euros. Chaque galerie
partenariat
avec
L’esprit ment depuis la crise provoquée
par le Covid­19. Les plasticiens
Le CNAP, pour sa part, propose
des mesures exceptionnelles,
dans la limite de 2 500 euros.
Il faut, pour en bénéficier, que
peut faire deux propositions, le
montant de chaque œuvre ne
d’ouver- notamment, qui regardent leurs « avec un fonds d’urgence, doté de l’événement concerné ait été per­ pouvant excéder 25 000 euros.
ture. confrères du spectacle vivant et
leur statut d’intermittent avec un
500 000 euros, compensant les
pertes de rémunérations subies
turbé par la crise sanitaire, que
l’artiste soit à même de produire
Les décisions d’achat seront ren­
dues le 12 juin. 
peu d’envie. Car eux, quand ils par des artistes auteurs et des un contrat, qu’il soit inscrit à la sé­ harry bellet
0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020 télévision | 21
Un « road trip » au pays des jouets vivants VOTRE
SOIRÉE
TÉLÉ
Le quatrième opus de la saga commencée en 1995 est bâti autour du personnage de Fourchette, fait à partir de déchets

CANAL+ De l’avoir ainsi créée rend Bon­


VENDREDI 3 - 21 H 05 nie passionnément attachée à VENDREDI  3 AVRIL
FILM D’ANIMATION Fourchette. Le problème, c’est que
Fourchette ne se considère pas TF1

C
ette histoire, mine de comme un jouet, mais comme 21.05 Koh-Lanta, l’île des héros
rien, dure depuis vingt­ un déchet et passe sa vie à sauter Emission de télé-réalité présentée
quatre ans et on ne par­ dans le premier bac à ordures par Denis Brogniart.
vient toujours pas à venu – heureusement, Woody 23.05 Vendredi, tout est permis
s’en lasser. Inauguré en 1995 avec veille au grain. Mais le jour où la avec Arthur
un film de John Lasseter, ce fleu­ famille part en camping­car pour Divertissement présenté par Arthur.
ron des studios Pixar – entre­ un road trip, la désertion de Four­
temps rachetés par Disney – s’est chette prend d’autres proportions. France 2
transformé en une des franchises L’aventure, entre une fête fo­ 21.05 Astrid et Raphaëlle
d’animation les plus appréciées raine et un magasin d’antiquités, Série. Avec Lola Dewaere, Sara
et lucratives du monde. Ce succès met alors aux prises Woody, son Mortensen, Benoît Michel (Fr., 2019).
tient au thème même, qui rejoint ami l’astronaute Buzz l’Eclair, Bo, 22.45 Taratata 100 % Live
une vieille rêverie enfantine : des la jolie bergère aux trois moutons Emission musicale présentée
jouets se mettant à parler et à vi­ (Bi, Bop et Lulla), qui s’est émanci­ par Nagui. Avec Christine and the
vre leur propre vie. pée, deux louches peluches de Queens, Christophe, Aloe Blacc,
Vous avez dit Pinocchio (Disney foire qui valent les trois Pieds Kaleo, Crystal Murray.
déjà, ramollissant Carlo Collodi) ? nickelés, Duke Caboom, un casca­
Oui, mais aussi La Révolte des deur canadien motorisé tendance France 3
jouets (Hermina Tyrlova, 1946), Village People, Gaby Gaby, une jo­ 21.05 300 Chœurs
Chucky ­ Jeu d’enfants (Tom Hol­ lie poupée esseulée, qui kidnappe Divertissement. Avec Kendji Girac,
land, 1988), ou Small Soldiers (Joe Fourchette pour que Woody lui Zazie, Gims, Trois Cafés gourmands,
Dante, 1998). On ne sera pas sur­ « Toy Story 4 », de Josh Cooley. DISNEY PIXAR 2019 cède sa boîte vocale, secondée Jenifer, Amir, Gérard Lenorman,
pris que ce retour à l’esprit d’en­ dans ce projet par une nuée de Lara Fabian…
fance prenne deux grandes for­ marionnettes inquiétantes. 23.30 Les Belges, ça ose tout !
mes, celle de l’épouvante et celle enfance oubliée, et plus fonda­ que Pixar l’incarne, produise, de fillette qui en a hérité – le laisse Courses­poursuites d’antholo­ Documentaire d’Olivier Monssens
de la féerie, revers de la même mé­ mentalement aux devoirs de leur Toy story à Wall­E, une apologie de moisir dans le placard. N’y tenant gie, idylle amoureuse touchante (Fr.-Bel., 2017, 99 min).
daille infantile. Avec la particula­ humanité même. Un véritable la résistance par le charme du plus, il se glisse dans son cartable. et gags intrépides sont au pro­
rité, pour Toy Story, premier des­ syndrome d’abandon ouvre à ce jouet ancien, pérennité des fic­ C’est lui, encore, qui lui fournit gramme de ce quatrième opus où Canal+
sin animé intégralement réalisé titre chaque film, taraudant des tions d’antan. de quoi fabriquer un personnage. se célèbrent les noces orphelines 21.05 Toy Story 4
en images de synthèse, d’être inti­ jouets qui craignent leur obsoles­ Une fourchette trouvée dans une des enfants sans jouets et des Film d’animation de Josh Cooley
mement lié à l’avènement de la cence temporelle et le tarissement Des marionnettes inquiétantes poubelle, un bout de ficelle pour jouets sans enfants.  (EU, 2019, 100 min).
puissance numérique. affectif de leur propriétaire. Autant de motifs et de manières les jambes, un élastique pour la jacques mandelbaum 22.40 Aladdin
Ce sont donc ici, autre leitmotiv Ce premier paradoxe se double reconduites dans ce quatrième bouche, deux boutons pour Film de Guy Ritchie. Avec Will Smith,
de la saga, les jouets qui rappellent d’un second. Qui veut que le nec opus, qui s’ouvre sur l’inquiétude les yeux, et le tour est joué. C’est Toy Story 4, de Josh Cooley Mena Massoud, Naomi Scott
les humains à l’idéalisme de leur plus ultra de la technologie, tel de Woody alors que Bonnie – la Duchamp qui s’invite chez Pixar. (EU, 2019, 100 min). (EU, 2019, 128 min).

France 5
20.50 La Maison France 5
Magazine présenté par

Nana Mouskouri, pour le meilleur et pour Le Pirée Stéphane Thebaut.


22.20 Silence, ça pousse !
Magazine présenté par Carole Tolila
Arte consacre un documentaire à la chanteuse grecque, aussi timide que populaire, dont la carrière force le respect et Stéphane Marie.

Arte
20.55 Diffamation
ARTE pas inaperçue. Du jour au lende­ gieuses, plus de 300 millions d’al­ du chant son métier. Quelques an­ et un relooking (nouvelle coiffure, Téléfilm de Viviane Andereggen.
VENDREDI 3 - 22 H 25 main, Nana Mouskouri, chanteuse bums vendus, des tubes chantés nées au conservatoire d’Athènes, nouvelles lunettes, et dix kilos Avec Rosalie Thomass,
DOCUMENTAIRE d’une timidité presque maladive, dans une douzaine de langues, la mais surtout des nuits entières à perdus en trois semaines). L’un Johann von Bülow, Ulrike C. Tscharre
au physique banal, avec sa raie au carrière de Nana Mouskouri ins­ gagner sa vie dans les cabarets des chapitres les plus intéressants (All., 2018, 88 min).

E n juin 1961, dans un Berlin


qui sera bientôt coupé en
deux par le Mur, le jury de
la prestigieuse Berlinale décerne
une récompense à Grèce, pays de
milieu et ses grosses lunettes, va
devenir une vedette en Allema­
gne, avant de conquérir le monde.
Découpé en petits chapitres plu­
tôt bien rythmés (« Nana et le
pire le respect. Au fil des chapitres,
nombreuses sont les vedettes in­
ternationales qui soulignent son
talent, de Charles Aznavour à
Harry Belafonte, en passant par
athéniens vont faire office de for­
mation. Un soir, sa compatriote
Maria Callas, attablée dans un ca­
baret, fait signe à la jeune chan­
teuse. « Je vais te donner un
concerne son amour du jazz.
En 1962, elle passera trois semai­
nes à écumer les clubs de New York
avec Quincy Jones, sous le charme
de sa voix, qui enregistrera un al­
22.25 Nana Mouskouri,
instants de vie
Documentaire de Jana von
Rautenberg (All., 2019, 52 min).

rêve, de Wolfgang Müller­Sehn, jazz », « Nana et Paris », « Nana aux Michel Legrand ou Quincy Jones. conseil : mieux vaut être une bonne bum avec elle. La sage Nana est M6
qui n’est pas passé à la postérité. En Etats­Unis », « Nana et la politi­ chanteuse populaire qu’une mau­ donc aussi une fille qui swingue.  21.05 NCIS
revanche, la chanson de ce docu­ que », etc.), ce documentaire re­ Le conseil de la Callas vaise cantatrice ! » Message reçu. alain constant Série. Avec Mark Harmon,
mentaire (Roses blanches de Cor­ trace la vie d’une femme née Fascinée par Over the Rainbow, En février 1961, Nana séjourne à Sean Murray (EU, 2019).
fou), interprétée en allemand par en 1934, en Crète, dans une famille chantée par Judy Garland dans Le Paris pour la première fois. Elle s’y Nana Mouskouri, instants de vie, 22.50 NCIS
une inconnue de 26 ans à la belle sans le sou. Six décennies à par­ Magicien d’Oz (1939), la petite installera après un succès rapide, de Jana von Rautenberg (All., 2019, Série. Avec Wilmer Valderrama,
voix de mezzo­soprano, ne passe courir les scènes les plus presti­ Nana aurait décidé très tôt de faire des tubes enregistrés en français 52 min). Sur Arte.tv jusqu’au 9 avril. Pauley Perrette (EU, 2016).

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :

I. Les mouches doivent le protéger.


SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 20 - 080
PAR PHILIPPE DUPUIS
II. Pourra repartir d’un pas tranquille. N°20­080 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Acide ribonucléique. III. Evite les dé- Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui,
75707 Paris Cedex 13. Tél. : 01-57-28-20-00
rapages incontrôlés. Distribuée après 1 3 2 7 4 6 5 8 9

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 8 5 7 9 3 1 6 4 2 Abonnements par téléphone : de France 3289


division. IV. Entrait en relations. S’ap-
9 6 4 8 2 5 7 3 1 (Service 0,30 ¤/min + prix appel) ; de l’étranger :
I
précie par transparence de la feuille. 4 7 6 9 1 2 7 4 3 5 8 (33) 1-76-26-32-89 ; par courrier électronique :
V. Sec et dur mais aussi nourrissant. 4 7 8 1 5 3 9 2 6 abojournalpapier@lemonde.fr.
Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
II Chez les Belges. VI. Poison à évacuer. 7 9 5 5 2 3 6 9 8 4 1 7
3 8 9 4 1 7 2 6 5 Courrier des lecteurs
Bel emplumé bavard. Ouvre les livres. 2 1 5 3 6 9 8 7 4 Par courrier électronique :
III
VII. En fin de journée. Lourdement 7 4 6 5 8 2 1 9 3 courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
chargées. VIII. Homme de tête. Dieu 8 5 9 Médiateur : mediateur@lemonde.fr
IV Difficile
à tête de faucon. Précède le su. IX. Fai- Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
Complétez toute la
V sait des choix. Courbé pour faire fruc- grille avec des chiffres
4 3 8 7 Emploi : www.talents.fr/
tifier la vigne. X. Apprécieraient au allant de 1 à 9. Collection : Le Monde sur CD-ROM :
VI plus près.
9 6 3 2 Chaque chiffre ne doit CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
être utilisé qu’une Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
VII VERTICALEMENT 8 7 1 5 seule fois par ligne, La reproduction de tout article est interdite
1. Sans façon, car elle est toujours 4 1 9 6 3 par colonne et par sans l’accord de l’administration. Commission
VIII carré de neuf cases. paritaire des publications et agences de presse
bonne. 2. Retournent au travail. n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget)
3. Frotte en surface. Risque la folie.
IX
4. Dans nos habitudes. Disposai et
X aménageai. 5. Très à l’aise financière- Cahier numéro un de l’édition n° 2891 du 2 au 8 avril 2020

ment. Dans l’immédiat. 6. Soutient EHPAD NOS AÎNÉS


ABANDONNÉS CHLOROQUINE DES“RAOULTIENS”
P. 32
LANÉBULEUSE
P. 42

la plume du poète. Entente franco-al- Présidente :


Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
lemande. 7. Une fois de plus. A grand
SOLUTION DE LA GRILLE N° 20 - 079
mal à trouver une solution. 8. Son EN VENTE 80, bd Auguste-Blanqui,
75707 PARIS CEDEX 13
HORIZONTALEMENT I. Ecrabouiller. II. Vaine. Noise. III. Ataca. BD. Os. coup est toujours brusque et inatten- CHEZ VOTRE Tél : 01-57-28-39-00
Fax : 01-57-28-39-26
IV. Pan. Râlèrent. V. Olténie. Et. VI. Rye. Aruspice. VII. As. Visière. VIII. Bé-
bés. Iran. IX. Luit. Esus. Pt. X. Ergothérapie.
du. Sur la portée. Fleuve côtier.
9. A beaucoup perdu. 10. Affaires de
MARCHAND L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
GÉOLOCALISATION | TRAÇAGE | DRONES DE JOURNAUX 93290 Tremblay-en-France

BIG BROTHER
VERTICALEMENT 1. Evaporable. 2. Catalyseur. 3. Riante. Big. 4. ANC. Veto.
famille. Pompe du bout des lèvres. Montpellier (« Midi Libre »)
11. Fournisseuse de bon jus. Informa- Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
5. Béarnais. 6. Os. Airs. Eh. 7. Bleuisse. 8. Inde. Se. Ur. 9. Lô. Reprisa.
SERGE RICCO D’APRÈS GETTY IMAGES/TETRA IMAGES RF

Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées


teur de l’ombre. 12. Antidépresseur
10. Li. Etier. 11. ESON. Api. 12. Restreinte. PEUT-IL NOUS SAUVER ? durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
ou autre psychotrope.
P. 22
Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
22 | carnet 0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020

Jean-Richard et Anne, Sa famille, Henri Loyrette, Philippe Réfabert, Nous avons appris avec tristesse
ses enfants, Ses amis, président son compagnon de recherche, le décès de
Laurent et Catherine, Fabrice de la Cité internationale des arts,
et Maite, Raphaële, ont la tristesse d’annoncer le décès Les membres Jean-Yves VEILLARD,
Le Carnet s’associe à la famille et aux membres ancien conservateur-directeur
ses petits-enfants, de du conseil d’administration,
Réjane, Juliette, Olivier et Audrey, Bénédicte Alliot, de l’Association Torok Abraham du musée de Bretagne
ses arrière-petits-enfants, Annie ECHENOZ, directrice générale, pour faire part du décès survenu de 1967 à 2000,
Merci de nous adresser Danièle et Pierre-Richard Et l’équipe, le 26 mars 2020, à Stockholm, de
Cytermann, décédé le 25 mars 2020 à Rennes,
vos demandes par mail survenu à Gordes, le 27 mars 2020,
ses neveux, ont appris avec une immense Barbro SYLWAN, à l’âge de quatre-vingt-un ans.
à l’âge de quatre-vingt-dix ans.
en précisant impérativement Betty Cytermann, tristesse la disparition de psychanalyste à Paris Les équipes du musée de Bretagne
votre numéro sa belle-sœur,
de 1960 à 2000.
Anne et Paul Elkaïm, et de l’écomusée du pays de Rennes
de téléphone personnel, sa nièce et son neveu, rendent hommage à leur «   père-
ont la grande tristesse de faire part André LARQUIÉ,
votre nom et prénom, de la mort de Sa famille, président Sa femme, fondateur  », à celui qui joua un rôle
Ses amis, déterminant dans la reconnaissance
adresse postale et votre de la Cité internationale des arts Ses enfants, des musées de société en France,
éventuelle référence Sam CYTERMANN, de 2006 à 2015. Ses petits-enfants, dans la capacité des musées à relier
pensionnaire ont la douleur de faire part du décès
d’abonnement. Ses arrière-petits-enfants, patrimoine et enjeux de société
à l’Institut national des Invalides, de
Son frère, contemporains.
commandeur Leurs pensées vont à sa famille
L’équipe du Carnet dans l’ordre national Claudette ELKAÏM, et ses proches. Toute sa famille,
L’Association Bretagne Musées
reviendra vers vous des Palmes académiques, chevalier de l’ordre rend hommage au conservateur
dans les meilleurs délais. évadé du convoi des Palmes académiques, Un hommage lui sera rendu ont la tristesse de faire part du décès en chef du musée de Bretagne, au
qui l’emmenait vers Auschwitz, chevalier ultérieurement. du fédérateur-initiateur de l’association
de l’ordre national du Mérite, Buhez (la vie en breton), à l’historien
décédé le 30 mars 2020, professeur et à l’homme de patrimoine auquel
carnet@mpublicite.fr Pierre Vinde,
dans sa cent unième année. survenu le 23 mars 2020, dans sa la Bretagne doit beaucoup.
son époux, Armand TAVITIAN,
quatre-vingt-onzième année, après Guillaume et Bertrand Chevallet, ancien directeur de recherches
Ils rappellent le souvenir de son un long combat contre la maladie. ses enfants Nous gardons en mémoire le
AU CARNET DU «MONDE» épouse, à l’Inserm, souvenir d’un historien passionné,
et leurs épouses,
Ses frères et sœurs, d’un conservateur visionnaire, d’un
Jacqueline CYTERMANN, Catherine et Philippe Fritsch, survenu le 31 mars 2020, porteur de projets opiniâtre, d’un
Décès ses enfants, Rickard Vinde et Cecilia Vinde
dans sa quatre-vingt-huitième année. militant engagé. Nous saluons son
Liliane (in absentia), Scherdin,
décédée en 1987 humanisme et sa force de
Sylvie Laurent-Bégin, son épouse, conviction. Nous poursuivrons son
Camille, Nick et Stanislas Bégin- Anne, Antony, ont la tristesse d’annoncer le décès Bertrand Tavitian,
et de sa compagne, engagement et ses valeurs dans
Neufeld, ses petits-enfants, de 186, rue de Vaugirard, notre mission au quotidien.
Paul Bégin, Odile VALADE, Sam et Mei Neidhardt-Lesueur, 75015 Paris.
Léopold Bégin et Amy Tabouré, ses arrière-petits-enfants,
Lise LE COEUR, btavitian@yahoo.fr A sa famille et à ses proches, nous
artiste peintre, présentons au nom du musée
décédée en 2010.
ont l’immense douleur de faire part de Bretagne, de l’Ecomusée du pays
font part du décès de Cyril Tincq, Matthieu Tincq
du décès de survenu le 29 mars 2020. de Rennes, des Amis du musée
Les obsèques auront lieu dans
et Sophie Nold, Céline et Vincent et de l’écomusée Bretagne Bintinais
Christophe BÉGIN, l’intimité familiale. M. Alexandre FRITSCH, Vu la situation, les obsèques Jacquey, et de Bretagne Musées, nos plus
1957-2020, auront lieu dans l’intimité. ses enfants, sincères condoléances.
tendre mari et papa poule. Jean-Richard et Anne Cytermann, survenu à Colmar, le 1er avril 2020,
5, rue Marie Davy, à l’âge de quatre-vingt-dix ans. 15, rue Méchain,
7, cité de l’Ermitage, 75014 Paris. 75014 Paris. Baptiste, Isaure et Maxence Jacquey, Anniversaires de décès
75020 Paris. jrcytermann@aol.com ses petits-enfants,
Paul, Pierre, Marie-Anne,
begin.laurent.sc@gmail.com ses enfants Il y a quatorze ans, le 3 avril 2006
Martine Juzaud-Le Huerou, s’en allait
Sylviane Derycke, et leurs conjoints, Fani et Pascal, Sa sœur et ses beaux-frères,
sa femme,
Antoine et Vanessa Bénichou, née Pitolet, Simon, Félix, Louis, Nicolas et Anaïs, Anne Le Huerou, Ses neveux et nièces,
son fils et sa belle-fille, son épouse, ses petits-enfants, Ses cousins et cousines,
Bruno BOCCARA,
sa fille, avocat à la cour de Paris.
Clara, Mathias et Raphaël, Alain et Gisèle, Françoise et Marc, Léa, Nicolas et Martin Jouvin,
ses petits-enfants, Marianne et Ian, ont la tristesse de faire part du décès ses petits-enfants, Isabelle Vendeuvre, Il manque à tous ceux qui l’ont
Vincent et Sylvain Lindon, ses enfants et leurs conjoints, de Emmanuel et Clémence Petit,
ses beaux-fils, Marie, Agnès, Vincent, Pierre, sa compagne, aimé.
ses beaux-enfants,
Christiane Lambert, Marine, Clément, Hugo, Sven, Esther, Paul GENDROT, Sa famille
sa compagne, Anaïs et Nils, Anne-Sophie Constant, Son épouse,
ingénieur général Et ses amis, Sa famille,
ses petits-enfants, des Ponts et Chaussées,
ont la douleur d’annoncer le décès Claudia et Mariana, Ses amis.
officier de la Légion d’honneur, ont la tristesse de faire part du décès ont la tristesse de faire part du retour
de ses sœurs, à Dieu de
commandeur de
François et Martine, Françoise, Il y a vingt et un ans, le 3 avril 1999,
Pierre BÉNICHOU, dans l’ordre national du Mérite,
Françoise, François LE HUEROU,
journaliste, son beau-frère et ses belles-sœurs, Henri TINCQ, François MAXENCE
Ses neveux et nièces, survenu le 30 mars 2020, journaliste - écrivain,
survenu le mardi 31 mars 2020, à l’âge de quatre-vingt-dix-neuf ans. survenu à Paris, le 20 mars 2020.
Ses petits-neveux nous quittait.
à son domicile, et petites-nièces, survenu le 29 mars 2020,
Les obsèques auront lieu dans 10, rue Armand Moisant,
Ses cousins et cousines, à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de- Il est toujours dans nos pensées
En raison des circonstances la plus stricte intimité familiale. 75015 Paris. et nos cœurs.
Ses petits-cousins 15, rue du Bel-Air, Marne).
actuelles, la crémation aura lieu et petites-cousines,
dans la plus stricte intimité. p.gendrot@wanadoo.fr 94230 Cachan. Antoinette et Alice.
L’ensemble de sa famille de France
et de Belgique, Les obsèques auront lieu dans
109, rue de l’Université, Olivier et Christine, Marianne, l’intimité de la famille le 8 avril,
75007 Paris. La famille de Formation
ont la profonde tristesse de faire part Bertrand et Laurence, Aurélien, à 15 heures, en l’église Saint-François-
du décès de Maurice HENRY, Laëtitia, Audrey, Solenn, Amélie, de-Sales, à Saint-Maur-des-Fossés.
Emma Henry-Blanc, Clara, Blanche et Matthieu,
son épouse, Pierre-Henri DERYCKE, Jacques, Elisabeth, François, Nous remercions par avance
Laure-Emmanuelle Blanc-Halévy, professeur agrégé Emmanuel, Marie-Pierre, Frédéric, ont la tristesse de faire part du décès
toutes les personnes qui
sa fille, de sciences économiques, de
Luc et Yves-Dominique, s’associeront par la pensée ou la
Olivier Halévy, ancien vice-président ses enfants et leurs conjoints, prière à cette cérémonie.
son gendre, de l’université Paris-Nanterre, M. Pierre LORTHOLARY,
Agnès et Axel Halévy, Ses petits-enfants
chevalier de la Légion d’honneur, professeur d’hématologie
ses petits-enfants, et leurs conjoints, à la Faculté de médecine de Paris,
chevalier dans l’ordre Une célébration ouverte à tous
Sa famille, Ses arrière-petits-enfants,
des Palmes académiques, sera proposée à la fin des mesures
Ses amis, survenu à Suresnes, le 26 mars 2020. de l’état d’urgence sanitaire. L’Inalco
survenu le samedi 28 mars 2020, fait savoir avec tristesse, qu’il a lance un DU d’ethnomédecine
ont la douleur de faire part du décès dans sa quatre-vingt-sixième année. rendu son âme à Dieu, le 29 mars Les obsèques seront organisées en septembre 2020
de 2020, dans sa cent deuxième année. dans la plus stricte intimité familiale. (Le Monde du 1er avril.) D’une durée de deux ans,
Compte tenu des restrictions ce nouveau DU comprend 12 UE
Pierre BLANC, sanitaires, la cérémonie religieuse Il a traversé ce siècle avec Une messe à l’intention du Niort (Deux-Sèvres). de langues
professeur honoraire sera célébrée dans la plus stricte humanité et sagesse, attentif à professeur Lortholary sera célébrée (initiation chinois ou hindi),
des Universités, intimité familiale, le vendredi 3 avril, chacun. ultérieurement. de sciences humaines et sociales
Catherine Vandier-Vocher
à 14 h 15, en l’église Notre-Dame- (droit de la santé, anthropologie
survenu le 28 mars 2020, L’inhumation a eu lieu dans et Luc Vocher, et géographie de la santé),
d’Auteuil, Paris 16e, suivie de Jean et Marc Sève,
à l’âge de quatre-vingt-cinq ans. l’intimité et une cérémonie Anne Vandier et Véronique, d’ethnobotanique,
l’inhumation au cimetière du Père- Elyette Sève-Maure,
Lachaise, Paris 20e. religieuse sera organisée quand la Etienne Vandier et Marie Langlet, d’ethnopharmacologie,
Une cérémonie sera organisée situation le permettra. Monique Bouet-Sève, ses enfants et leurs conjoints, de médecine chinoise
ultérieurement au cimetière de Isabelle Alcazar, et ayurvédique.
Valence (Drôme), comme il l’avait Merci de vous y associer en pensée Laurène, Anne-Lise, Caroline,
et en prière. Familles Henry et Parienté. Pauline et Guillaume, Ce diplôme est ouvert
souhaité. Laure, Mélina, Mathilde, Hugo Sève, à tous les professionnels de santé,
Grégoire Bouet, Clémence, médecins, pharmaciens,
Sylviane Derycke, Le Chesnay (Yvelines). Robert et Jacqueline Sève, Nicole Antoine et Brandon,
Juliette Fressonnet, 127, avenue de Versailles, infirmiers, sages-femmes,
sa fille, Logonna-Daoulas (Finistère). et Phil, Mireille, Claude et Nicole Victor, Maxence, kinésithérapeutes, ergothérapeutes,
75016 Paris. et leurs enfants,
Albert et Nicole Chouraqui, ses petits-enfants et leurs conjoints, ainsi qu’aux autres professionnels
André et Elizabeth Chouraqui, Dominique et Hervé, Annie et Paul et Maëlys Lemaitre, Marianne Adrien Caboche-Vocher, à partir du niveau L2-L3
Michel Chouraqui, Le président, Patrice, François et Anne, Guille, Antoine Billot, Swan et Lisa son arrière-petit-fils, (sélection sur dossier).
ses frères et belles-soeurs, Le conseil d’administration, ses enfants, Piatecki, Léonard et Victor Billot, INALCO,
Simon, Hannah, Elias, Alicia, Le personnel Ses petits-enfants, Cécile, Didier, Baptiste et Marjolaine 65, rue des Grands Moulins,
de la Fondation Jeunesse Feu Vert, Tournaire, Jean Quintard, 75013 Paris.
Noémi, David, Sacha, Ses arrière-petits-enfants,
Alexandre et William, Marie-Madeleine Giraud-Guille, son neveu Renseignements :
ses neveux et nièces adorés, ont la tristesse de faire part du décès ont la grande tristesse de faire part Manon et Mathieu Collignon Et Clara, www.inalco.fr/formations/ecoles
de et leurs enfants, Thomas Guille, sa petite-nièce,
du décès du
ont l’immense douleur de faire part Maryse et Emmanuel Guille,
du décès brutal de Jean-Pierre DUFOUR, leurs enfants et petits-enfants, Communication diverse
médecin général inspecteur (2s) ont la douleur de faire part du décès
avocat honoraire, Myriam Guille, Jean-Charles Bernard
Danièle CHOURAQUI, ancien membre Jean KERMAREC, et Tenzing,
de
du Conseil de l’Ordre, professeur agrégé Les familles Sève, Guille, Bouet,
survenu à l’âge de soixante-dix ans. ancien secrétaire du Val-de-Grâce, Alcazar et Maure, Jacques VANDIER,
de la Conférence des avocats officier de la Légion d’honneur, X 47,
du barreau de Paris, grand officier ont la douleur de faire part du décès président d’honneur
officier de la Légion d’honneur, de l’ordre national du Mérite, de et fondateur de la Macif
Société éditrice du « Monde » SA
Président du directoire, directeur de la publication chevalier de l’ordre de Dannebrog officier de l’ordre qui fut l’œuvre de sa vie,
Louis Dreyfus (Danemark), des Palmes académiques, Lucien SÈVE, chevalier de la Légion d’honneur,
Directeur du « Monde », directeur délégué de la ancien vice-président ancien président professeur agrégé de philosophie, Envie d’être utile ? Rejoignez-nous !
publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
de la Fondation Jeunesse Feu Vert. normalien, commandeur
Directeur de la rédaction Luc Bronner de l’ASP fondatrice,
ancien directeur de l’ordre national du Mérite, Les bénévoles de SOS Amitié
Directrice déléguée à l’organisation des rédactions
Françoise Tovo Il a été inhumé le mercredi mort dans l’Espérance, le 27 mars 2020, des Editions sociales, écoutent
Direction adjointe de la rédaction le 1er avril 2020, dans la plus stricte à l’âge de quatre-vingt-dix ans. ancien membre survenu le 30 mars 2020, par téléphone et/ou par internet
Grégoire Allix, Philippe Broussard, Emmanuelle ceux qui souffrent de solitude,
Chevallereau, Alexis Delcambre, Benoît Hopquin, intimité familiale. du Comité consultatif national à l’âge de quatre-vingt-douze ans.
Marie-Pierre Lannelongue, Caroline Monnot, d’éthique, de mal-être et peuvent avoir
Les dates et heures des obsèques
Cécile Prieur, Emmanuel Davidenkoff (Evénements) Jean-Pierre Dufour a participé des pensées suicidaires.
Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann seront communiquées à l’issue Les obsèques auront lieu dans
Rédaction en chef numérique à la création de la Fondation pour du confinement. survenu à l’âge de quatre-vingt-
la stricte intimité familiale, au Nous recherchons des écoutants
Hélène Bekmezian laquelle il n’a ménagé ni son temps treize ans, des suites du Covid-19.
Rédaction en chef quotidien
ni sa peine pendant près de cimetière de Saint-Martin-lès-Melle bénévoles
Michel Guerrin, Christian Massol, Camille Seeuws, Jean voulait que soient remerciés (Deux-Sèvres). sur toute la France.
Franck Nouchi (Débats et Idées) cinquante ans. Sa rigueur morale, Il a été incinéré sans témoins
tous ceux qui l’ont aimé et les au crématorium de Clamart, le lundi L’écoute peut sauver des vies
Directeur délégué aux relations avec les lecteurs ses conseils toujours judicieux,
Gilles van Kote sa chaleur humaine, son amitié malades qui lui ont accordé leur 30 mars. et enrichir la vôtre !
Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert Une cérémonie nous réunira
et sa disponibilité sans limite nous confiance. Choix des heures d’écoute,
Chef d’édition Sabine Ledoux au temple de Niort, à l’issue de la formation assurée.
Directrice du design Mélina Zerbib ont immensément aidés. Un hommage lui sera rendu crise sanitaire.
Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani Des dons peuvent être adressés ultérieurement.
Photographie Nicolas Jimenez à l’Association des soins palliatifs
Infographie Delphine Papin Ils s’associent à la peine de sa En IdF RDV sur
famille et de ses proches. de Châteaulin. Cet avis tient lieu de faire-part Famille Vandier,
Directrice des ressources humaines du groupe www.sosamitieidf.asso.fr
Emilie Conte et de remerciements. 14, rue de la Paix,
Secrétaire générale de la rédaction Christine Laget
En région RDV sur
34, rue de Picpus, Condoléances sur : 93500 Pantin. www.sos-amitie.com
Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président,
Sébastien Carganico, vice-président 75012 Paris. www.pompesfunebresbodiger.com (Le Monde du 26 mars.) decesjvandier@gmail.com
0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020 disparitions | 23

Krzysztof Penderecki
Compositeur polonais

L
e compositeur polonais lui passe commande d’une œuvre rien et système dodécaphonique.
Krzysztof Penderecki est pour le festival de musique con­ Commandée pour le 700e anni­
mort dimanche 29 mars temporaine de Donaueschingen versaire de la consécration de la
à Cracovie (Pologne), à (Allemagne). Anaklasis, pour cor­ cathédrale de Münster, cette fres­
86 ans, des suites d’une longue des et percussions, fait sensation que pour soprano, baryton, basse,
maladie. Représentant historique lors de sa création, en 1960, dans récitant, chœur d’enfants et or­
de l’avant­garde européenne au ce haut lieu de l’avant­garde. chestre ouvre une période riche
début des années 1960, au même L’année suivante, Threnos pro­ en œuvres monumentales, quel
titre que son compatriote Witold duit le même effet lors de sa pre­ que soit le genre (symphonique
Lutoslawski (1913­1994), né vingt mière audition, dans le cadre de ou lyrique) adopté.
ans avant lui, il avait ensuite l’Automne de Varsovie. Cette par­
complètement changé de cap tition, écrite « en mémoire des vic­ Veine néoromantique
pour livrer de vastes fresques à times d’Hiroshima », utilise un or­ Les sources d’inspiration de Pen­
dominante chorale et d’inspira­ chestre de 52 instruments à cor­ derecki ne manquent pas de dé­
tion sacrée. Auteur de plusieurs des de manière inhabituelle, no­ concerter. Après un Dies Irae
concertos destinés à de presti­ tamment en les traitant comme (1967) commandé pour l’inaugu­
gieux solistes, de huit sympho­ des percussions (coups sur la ration du mémorial en l’honneur
nies et de quatre opéras, il avait caisse de résonance ou sur le des victimes du fascisme (à
également été mis à contribution manche). La notation, sans barres Auschwitz), il compose un opéra
par des cinéastes d’importance. de mesure mais avec des indica­ sur un sujet sulfureux, Les Diables
Krzysztof Penderecki naît le tions en secondes, est également de Loudun (1969). Les années 1970
23 novembre 1933 à Debiça, au inédite et use de longs à­plats confirment qu’il a clairement re­
sud­est de Cracovie, dans une fa­ noirs pour visualiser les taches nié sa foi en la modernité. Son
mille originaire des « marches sonores (clusters), longuement premier concerto pour violon
orientales » où se mêlent sangs tenues ou affaissées sous la forme (destiné à Isaac Stern), son opéra
allemand et arménien. L’enfant de glissandos, qui caractérisent conçu comme une « sacra rap­
tâte du piano et se met à compo­ une expression très plastique. presentazione », Le Paradis perdu
ser dès l’âge de 6 ans. Si le violon Dernière innovation (utilisée au (d’après Milton), et sa Deuxième
devient vite son instrument de même moment par Witold Lutos­ Symphonie (associée à la célé­
prédilection, la composition de­ lawski dans ses Jeux vénitiens), la bration de Noël) illustrent une
meure son objectif prioritaire. volonté de laisser des espa­ veine néoromantique qui va per­
Krzysztof Penderecki l’étudie ces d’improvisation aux inter­ durer jusqu’au Te Deum (1980)
d’abord en privé avec Franciszek prètes : principe de l’« aléatoire écrit en l’honneur de Jean Paul II,
Skolyszewski, puis à l’Académie contrôlé ». Le résultat est élo­ premier pape polonais. Des mem­
de Cracovie avec Stanislaw Wie­ quent pour l’auditeur, qui, dans la bres de Solidarnosc, morts lors
chowicz et Artur Malawski. Pro­ stridence des attaques de violons, de la révolte des chantiers navals A Rome, en 1982. M. MENCARINI/LEEMAGE
fondément marqué par la mort peut percevoir les cris des cibles de Gdansk, au père Maximilien
de ce dernier en 1957, l’étudiant humaines de la bombe larguée Kolbe (1894­1941), mort à Aus­ 23 novembre 1933 Nais-
compose l’année suivante une sur Hiroshima et, dans le four­ chwitz pendant la guerre, c’est qu’elle ait souvent servi au ci­ sance à Debica (Pologne) sérénité dans l’arboretum qu’il
Epitaphe en mémoire de son pro­ millement bruitiste de l’orches­ son pays durement éprouvé que néma, de L’Exorciste (1973), de 1961 « Threnos », s’était constitué pendant plu­
fesseur, mobilisant cordes et tim­ tre, les mouvements de panique Penderecki veut célébrer dans un William Friedkin, à Shutter Island en mémoire des victimes sieurs décennies à Luslawice (non
bales. Il s’exprime alors claire­ de la foule. Requiem polonais (1984) plu­ (2010), de Martin Scorsese, en pas­ d’Hiroshima loin de Cracovie) en plantant plus
ment sous l’influence de Bela Bar­ En 1962, Krzysztof Penderecki va sieurs fois révisé. sant par Shining (1980), de Stanley 1966 « Passion selon de 1 700 essences différentes. Le
tok (1881­1945), comme en témoi­ encore plus loin dans la voie de En dehors d’un trio à cordes et Kubrick, et Sailor et Lula, (1990), saint Luc » monde végétal lui donnait tou­
gnent ses Trois miniatures pour la saturation qui le rapproche d’un Divertimento pour violon­ de David Lynch. 1969 « Les Diables jours à penser. Ainsi dans « L’ar­
clarinette et piano de 1956. Un duo d’un Xenakis (1922­2001) avec celle (dédié à Mstislav Rostropo­ L’intégration de partitions (Po­ de Loudun » bre intérieur », la première des
de 1959 (pour violon et piano), Fluorescences, pour un grand or­ vitch), la tendance des années lymorphia [1961], par deux fois) 1984 « Requiem polonais » « cinq leçons pour une fin de siè­
portant le même titre, le situe do­ chestre dont les six percussion­ 1990 est toujours à l’œuvre de préexistantes à la bande originale 1997 « 7e Symphonie. Les cle » réunies dans un ouvrage
rénavant dans la descendance nistes sont munis de sifflets, de vastes proportions. Il en va ainsi d’un film est toutefois à distin­ Sept Portes de Jérusalem » paru en 1999 (Le Labyrinthe du
d’Anton Webern (1883­1945). sonnettes électriques, de sirènes de la partition créée, en 1997, guer des cas où une musique ori­ 29 mars 2020 Mort temps, éditions Noir sur blanc), le
et de machines à écrire… « pour la plus grande gloire de ginale a été demandée au compo­ à Cracovie (Pologne) compositeur avait­il confessé être
Radicalité instrumentale Contre toute attente, le compo­ Dieu et les louanges éternelles de siteur. Par exemple, pour Je « tenté tout ensemble par le sa­
La même année, Krzysztof Pende­ siteur abandonne la radicalité ins­ sa Ville sainte » sous le titre Les t’aime, je t’aime (1968), d’Alain crum et le profanum, par Dieu et
recki se donne trois chances de fi­ trumentale au profit d’une voca­ Sept Portes de Jérusalem, avant de Resnais, et pour deux produc­ par le diable, par l’élévation et par
gurer au palmarès d’un concours lité sacrée qui ne va pas de soi devenir La Septième Symphonie. tions de ses compatriotes : Le Ma­ son dépassement ».
organisé à Varsovie pour les jeu­ dans la Pologne des années 1960, Qu’il s’agisse d’un concerto pour nuscrit trouvé à Saragosse (1965), Une déclaration à valeur de sé­
nes compositeurs en effectuant sous tutelle soviétique. On lui re­ piano (Résurrection, composé en de Wojciech Has, et Katyn (2007), same pour accéder au saint des
trois envois sous des identités dif­ tire son passeport après la créa­ réaction aux attentats du 11 sep­ d’Andrzej Wajda. saints de sa création qui, pendant
férentes. Ses partitions (Strophes, tion de son Stabat Mater (1962) tembre 2001) ou d’une sympho­ Après avoir composé la musi­ un demi­siècle, n’a cessé d’être
Emanations et Psaumes de David) pour trois chœurs, et on ne sait nie (la huitième, sous­titrée que éprouvante du film de Wajda écartelée entre des aspirations
raflent les trois prix. L’exploit plus où le caser après l’audition de Chants de l’éphémère), la musique sur les massacres perpétrés par contraires, résolument esthéti­
n’échappe pas au musicologue sa Passion selon saint Luc (1966), de Penderecki est toujours specta­ les Soviétiques à Katyn, Pende­ ques ou purement sonores. 
Heinrich Ströbel (1898­1970), qui qui fait coexister chant grégo­ culaire. Cela explique sans doute recki avait tenté de retrouver la pierre gervasoni

Abdel Halim Khaddam


Ancien vice­président syrien

L’
ancien vice­président ses rivaux et prend le contrôle du nais, lève les obstacles juridiques qui a besoin d’imposer sa mar­
syrien Abdel Halim pays en 1970. Abdel Halim Khad­ aux entreprises de Hariri », tandis que, écarte les membres de la
Khaddam, qui a servi le dam est récompensé de sa que celui­ci, devenu premier mi­ vieille garde l’un après l’autre. En
pouvoir baassiste pen­ loyauté par un poste de ministre nistre, « facilite la participation oc­ juin 2005, quelques semaines
dant plus de trente­cinq ans, sous des affaires étrangères, qu’il con­ culte de Khaddam dans des sec­ après le retrait de l’armée sy­
Hafez Al­Assad puis sous son fils serve jusqu’en 1984. teurs en rapide expansion, comme rienne du Liban, consécutif à
Bachar, avant de s’exiler en France la téléphonie mobile », écrit la poli­ l’assassinat de Rafic Hariri, Khad­
au milieu des années 2000 et de Caution sunnite du régime tiste Elizabeth Picard dans Liban­ dam fait défection. Il s’installe à
rallier l’opposition au régime de Cette année­là, il est promu à la Syrie, intimes étrangers (Actes Paris, dans un fastueux hôtel par­
Damas, est mort mardi 31 mars à fonction de vice­président. Cau­ Sud, 2016). ticulier de l’avenue Foch. Un ca­ En 2011. THIERRY ROGE/REUTERS
Paris, à l’âge de 87 ans. tion sunnite d’un régime à domi­ En 1998, la décision de Hafez deau de l’ex­premier ministre li­
Né le 15 septembre 1932, dans un nante alaouite, il devient la voix Al­Assad de confier le dossier liba­ banais qui avait précédemment
foyer sunnite de la côte, il rejoint de Hafez Al­Assad sur la scène in­ nais à son fils Bachar, qu’il pré­ appartenu à l’armateur grec Aris­
au début des années 1950 le Baas, ternationale, notamment aux pare à prendre sa suite, amorce tote Onassis. cien cacique et les islamistes vole 15 SEPTEMBRE 1932
petit parti panarabe, laïcisant et sommets de la Ligue arabe. Il gère le déclin de Khaddam. En posi­ en éclats en 2009. Naissance à Baniyas (Syrie)
socialisant, qui étend peu à peu parallèlement le jeu syrien au Li­ tion pour revendiquer la succes­ Exil en France Abdel Halim Khaddam tente à 1970 Ministre des affaires
son influence et s’empare du pou­ ban, le pays voisin en pleine sion, le numéro deux du régime En décembre 2005, dans une in­ nouveau sa chance en novem­ étrangères et vice-premier
voir en 1963. Sa proximité avec guerre civile, où Damas a déployé syrien est contraint de suivre le terview à la chaîne saoudienne bre 2011. Huit mois après le début ministre d’Hafez Al-Assad
l’un des instigateurs de ce coup des troupes en 1976. Il noue des al­ mouvement. A la mort du « lion Al­Arabiya, il désigne Bachar Al­ du soulèvement anti­Assad, il 1984 Vice-président de Syrie
d’Etat, l’ambitieux colonel Hafez liances avec tous les belligérants à de Damas » en 2000, il assure Assad comme le commanditaire établit le Comité national de sou­ 2005 Exil en France
Al­Assad, issu de la minorité tour de rôle, pour mieux les con­ l’intérim de la présidence pen­ de l’attentat fatal à Hariri. Une tien à la révolution syrienne. Mais 31 MARS 2020 Mort à Paris
alaouite, le propulse au cœur de trôler et asseoir sa domination dant quelques semaines, le temps accusation rejetée par Damas. cet effort pour coopter l’opposi­
l’appareil d’Etat. sur cet Etat en lambeaux. que Bachar Al­Assad soit élu. Dans la foulée, il se rapproche des tion au régime avorte une nou­
Avocat de formation, il est Dans les années 1990, Khaddam Gardien du temple baassiste, il Frères musulmans syriens, avec velle fois.
nommé gouverneur de Hama et se rapproche de l’affairiste liba­ participe à la mise au pas du lesquels il crée un mouvement Malgré ses mea culpa, l’homme
de Damas, puis ministre de l’éco­ nais Rafic Hariri, l’homme fort de « printemps de Damas », la brève d’opposition, le Front de salut na­ est toujours resté associé à la dic­
nomie à la fin des années 1960. l’après­guerre, avec lequel il se phase de dégel démocratique qui tional, qu’il présente comme une tature des Assad, qu’il a servie
Durant les déchirements que con­ partage le gâteau de la reconstruc­ a suivi la transition. alternative à un régime qui serait sans mot dire pendant plus de
naît à cette époque le Baas, il reste tion. Le proconsul syrien, « qui Mais sa marginalisation se aux abois. Mais cet attelage parti­ trois décennies. 
fidèle à Hafez Al­Assad, qui évince contrôle l’appareil judiciaire liba­ poursuit. Le nouveau président, culièrement baroque entre l’an­ benjamin barthe
IDÉES
0123
24 | VENDREDI 3 AVRIL 2020

Daniel Cohen
« Cette crise sanitaire
signale l’accélération
du capitalisme
numérique »
ENTRETIEN L’économiste analyse la crise actuelle qu’il faut distribuer, mais du soutien prélèvement à la source, les déclarations

D
budgétaire direct qui soulage la trésorerie de TVA et de charges sociales des entrepri­
comme un moment de basculement des entreprises, le revenu des ménages. ses, qui permettent de flécher les aides
aniel Cohen est professeur à A cet égard, le principe est simple, le défi­ vers ceux qui subissent la crise le plus
l’Ecole d’économie de Paris de l’économie dans un nouveau régime cit doit être tout simplement égal à la violemment. La contrepartie de cette pos­
– dont il est un des membres perte d’activité due à la pandémie. Si l’on sibilité est, bien sûr, le risque d’une sur­
fondateurs – et directeur du dé­ de croissance et du rôle de l’Etat dans suit les statistiques produites par l’Insee, veillance généralisée, car nous allons nous
partement d’économie de
l’Ecole normale supérieure. Il
un nouveau mode d’intervention sociale chaque mois de confinement pourrait
coûter 3 points de croissance sur l’année.
apercevoir que l’Etat a acquis les capacités
de communiquer avec tout le corps social
est l’auteur de nombreux ouvrages, dans C’est aussi, idéalement, le chiffre du défi­ – et surtout de le surveiller – à l’égal des
lesquels il mêle diverses sciences sociales cit public pour accompagner la crise. Si la GAFA [Google, Apple, Facebook, Amazon].
et l’histoire pour décrire de façon accessi­ crise dure deux mois, ce serait le double…
ble aux non­économistes les grandes primes. Des produits extrêmement toxi­ Parce qu’il ne s’agit pas d’une crise de Cette crise signale­t­elle la fin du
mutations socio­économiques ancien­ ques avaient été injectés dans le système crédit, rien ne serait pire que de répondre capitalisme néolibéral mondialisé ?
nes et contemporaines, dont Les Origines financier international provoquant un à cette crise avec les seuls outils de 2008 C’est certainement la fin, ou le début du
du populisme, avec Yann Algan, Elizabeth effondrement général des marchés. La actionnés par les banques centrales – recul du capitalisme mondialisé tel qu’on
Beasley et Martial Foucault (Seuil, 2019), réponse des gouvernements de l’époque baisse de taux, facilités monétaires, méca­ l’a connu depuis quarante ans, c’est­à­
et, chez Albin Michel : Il faut dire que les avait été à la hauteur de la crise. On se nisme de stabilité –, même s’il est évidem­ dire à la recherche incessante de bas
temps ont changé… (2018) ; Le monde est souvient des réunions du G7 et du G20, ment indispensable d’éviter que la crise de coûts en produisant toujours plus loin.
clos et le désir infini (2015) ; Homo Econo­ qui avaient permis une riposte forte, l’économie réelle ne se transforme aussi Mais elle signale aussi l’accélération d’un
micus (2013) ; La Prospérité du vice (2009). coordonnée et mondiale. en une scrise financière. Le bon outil est nouveau capitalisme, le capitalisme nu­
Il est par ailleurs membre du conseil de Rien de tel aujourd’hui avec des person­ l’outil budgétaire, mais tous les Etats ne mérique… Pour saisir la portée et les me­
surveillance du Groupe Le Monde. nages comme Donald Trump, Jair Bol­ disposent pas en ce domaine des mêmes naces nouvelles que recèle ce capitalisme
sonaro, Boris Johnson qui tournent tous marges de manœuvre. Je pense notam­ numérique, il faut revenir en arrière, au
Il est courant, dans le débat public, le dos au multilatéralisme. A l’époque, il ment à l’Italie. Aider l’Italie à se financer, temps où l’on pensait que la désindus­
de comparer la crise actuelle à celles s’agissait d’affronter une crise dont l’épi­ par exemple par le recours au Mécanisme trialisation allait conduire, dans les pays
de 2003 (consécutive à l’épidémie centre était, comme en 1929, financier, et européen de stabilité, serait une bonne développés, à une société de services.
de SRAS), de 2008 et même de 1929. d’éviter les conséquences que l’on a chose, ça lui permettrait de réduire ses L’idée, théorisée notamment par l’écono­
Ces comparaisons ont­elles un sens ? connues dans les années 1930, à savoir la coûts de financement. Mais à ce niveau miste français Jean Fourastié [1907­1990],
La première comparaison qui est venue contagion de l’économie réelle par le aussi, ce n’est pas de crédit mais de sou­ était que les humains travailleraient non
à l’esprit, lorsque la crise du coronavirus a krach financier, et son effondrement. Et tien budgétaire dont l’Italie a besoin. plus la terre ou la matière, mais l’humain
commencé, a été en effet la crise sanitaire on y est à peu près parvenu : malgré une CE N’EST PAS DU Le budget européen, qui représente lui­même : prendre soin, éduquer, for­
de 2003, elle aussi venue de Chine. Elle onde de choc initiale aussi violente tout de même 1 % du PIB de l’Union, doit mer, distraire autrui, serait le cœur d’une
avait occasionné 774 morts et provoqué qu’en 1929, la récession mondiale n’a fi­
CRÉDIT QU’IL FAUT pouvoir financer directement, par exem­ économie enfin humanisée. Ce rêve pos­
un ralentissement de la croissance éco­ nalement duré que neuf mois… DISTRIBUER, ple, le fonctionnement des hôpitaux tindustriel était libérateur, épanouis­
nomique mondiale de 0,2 à 0,3 % à l’épo­ La crise économique actuelle est en réa­ européens les plus atteints. Le débat sur sant… Mais comme le souligne Fourastié,
que. On en est désormais très, très loin ! lité profondément différente de celles de MAIS DU SOUTIEN les « coronabonds », un emprunt euro­ il n’était plus synonyme de croissance…
Avant même que la crise ne se propage 2008 ou de 1929. Elle est d’emblée une péen d’urgence, est à cet égard décisif. Si la valeur du bien est le temps que je
aux autres pays, l’impact direct de la crise crise de l’économie réelle. L’enjeu n’est BUDGÉTAIRE DIRECT Il permettrait à l’Europe de réaliser im­ passe à m’occuper d’autrui, cela veut dire
chinoise sur le reste de la planète avait pas, comme hier, de chercher à la soutenir QUI SOULAGE LES médiatement des transferts budgétaires aussi que l’économie ne peut plus croî­
changé d’échelle. Le produit intérieur par des mesures d’offre ou de demande. Ce importants, à charge de réduire ensuite tre, sauf à accroître indéfiniment le
brut (PIB) chinois a été multiplié entre­ qu’on attend de l’Etat est, paradoxalement, ENTREPRISES ET LE certaines dépenses pour payer les inté­ temps de travail. Le capitalisme a trouvé
temps par 8 et son rôle dans le commerce qu’il veille à ce que bon nombre d’entrepri­ rêts de la dette émise… une parade à ce « problème », celle de la
international a également bondi, pour re­ ses ferment leurs portes. Du fait des me­ REVENU DES MÉNAGES numérisation à outrance. Si l’être que je
présenter à lui seul 20 % des échanges ! sures de confinement, il faut que le PIB Les Etats­Unis viennent de lancer suis peut être transformé en un ensem­
Ce « virus chinois », comme l’appelle le baisse ! Le rôle majeur des politiques publi­ un plan de 2 000 milliards de dollars ble d’informations, de données qui peu­
président américain Donald Trump, a per­ ques, à ce stade, n’est pas de relancer l’éco­ (environ 1 830 milliards d’euros) , dont vent être gérées à distance plutôt qu’en
mis de mesurer l’extraordinaire dépen­ nomie, mais de s’assurer qu’elle reste dans une grande partie vont aller directement face­à­face, alors je peux être soigné,
dance où se trouvent un très grand nom­ un état d’hibernation satisfaisant, qui lui sur les comptes des entreprises et des éduqué, diverti sans avoir besoin de sor­
bre de secteurs industriels à l’égard de la permette de repartir rapidement ensuite. ménages, quitte à creuser un énorme tir de chez moi… Je vois des films sur Net­
Chine. La pandémie pourrait bien clore à Ce ne sont pas des mesures d’ordre macro­ trou budgétaire. C’est à ce type d’action flix plutôt que d’aller en salle, je suis soi­
cet égard un cycle économique qui a com­ économique qu’on lui demande, mais des que vous pensez ? gné sans aller à l’hôpital… La numérisa­
mencé avec les réformes de Deng Xiao­ mesures microéconomiques. Ce plan représente 10 % du PIB améri­ tion de tout ce qui peut l’être est le
ping en Chine, au début des années 1980, Il ne s’agit pas non plus de mesures de cain et est en effet important. Mais c’est, moyen pour le capitalisme du XXIe siècle
et la chute du mur de Berlin, en 1989. soutien à la demande – elles ne seront né­ en partie, pour ce qui concerne le sou­ d’obtenir de nouvelles baisses de coût…
L’onde de choc de cette mondialisation cessaires que quand la pandémie sera ter­ tien aux ménages, un essaimage à l’aveu­ Le confinement général dont nous fai­
s’épuise. La guerre commerciale lancée minée, car que peuvent acheter des glette : on donne 1 000 dollars par adulte sons l’objet à présent utilise massive­
par Trump a d’ailleurs convaincu les Chi­ consommateurs confinés à des entrepri­ et 500 dollars par enfant à tous les ména­ ment ces techniques : le télétravail, l’en­
nois eux­mêmes qu’ils devaient réduire ses à l’arrêt ? Des mesures d’offre sont né­ ges dont le revenu est inférieur à seignement à distance, la télémédecine…
leur dépendance à l’égard des Etats­Unis. cessaires, mais dans les secteurs­clés 75 000 dollars par an, mais sans aucune Cette crise sanitaire apparaîtra peut­être,
dans la résolution de la crise sanitaire, considération pour leur situation réelle. rétrospectivement, comme un moment
La crise de 2008 n’était­elle pas déjà qu’il s’agisse du fonctionnement des hô­ On ne peut exclure que Trump vise sur­ d’accélération de cette virtualisation du
une manifestation de cet épuisement ? pitaux et de la médecine de ville, des en­ tout à préserver ses chances d’être réélu. monde. Comme le point d’inflexion du
La crise de 2008 était née du projet dé­ treprises produisant masques, tests, ap­ Un Etat moderne, un Etat du XXIe siècle, passage du capitalisme industriel au ca­
lirant des grandes banques commercia­ pareils respiratoires… devrait avoir la capacité de faire du sur­me­ pitalisme numérique, et de son corol­
les américaines de sous­traiter à des Pour le reste de l’économie, on attend sure, de la microéconomie « chirurgicale », laire, l’effondrement des promesses hu­
intermédiaires la tâche d’accorder des surtout de l’Etat des mesures de soutien à en ciblant les aides entreprise par entre­ manistes de la société postindustrielle. 
crédits à des ménages eux­mêmes en chaque entreprise, à chaque individu en prise, individu par individu. Nous avons propos recueillis par
grande vulnérabilité, les fameux sub­ perte d’activité. Ce n’est pas du crédit maintenant les outils pour cela, comme le antoine reverchon
0123
VENDREDI 3 AVRIL 2020 idées | 25

Alexis Tsipras L’intransigeance


de certains dirigeants pourrait être
fatale à l’Union européenne
L’ancien premier ministre grec observe que mande infectée depuis de nombreuses années

L
les mécanismes qui avaient mis son pays à l’index par le virus du chauvinisme. Si le problème ré­
orsque, en 2015, la Grèce a subi la folie side dans ce mot d’« eurobonds » avant tout
d’une austérité punitive qui avait déjà sont à nouveau à l’œuvre dans la crise actuelle, symbolique, il est toujours possible de trouver
poussé, après l’échec de deux program­ plusieurs chefs d’Etat refusant d’envisager une solution. Il existe toujours des options tech­
mes du Fonds monétaire international niques, avec le même résultat mais un nom dif­
(FMI), la majeure partie du peuple grec au bord une « mutualisation de la dette » férent. Il pourrait par exemple y avoir un accord
d’une crise humanitaire, la plupart des Euro­ sur l’émission d’un grand emprunt obligataire
péens pensaient que ce petit pays resterait par le MES. Le MES permet d’emprunter à d’ex­
une exception. Le régime subi par les Grecs de­ cellentes conditions un montant important
vait en effet servir d’exemple pour que mais nécessaire de fonds, qui correspondrait,
d’autres Etats ne suivent pas la pente glissante aujourd’hui, nous ne sommes pas face à une soi », et celui qui a besoin d’un prêt devra en par exemple, au montant convenu aux Etats­
des lourds déficits budgétaires. Désormais, véritable guerre. Mais c’est tout comme. Nos payer le prix. Comme l’a fait la Grèce. Pour eux, Unis par les républicains et les démocrates pour
avec la crise provoquée par le coronavirus, le économies se contractent d’elles­mêmes, sy­ les règles sont les règles. protéger l’économie américaine. Sur la base de
déficit budgétaire est en passe de devenir un métriquement et en termes absolus. Et notre Je crains que cette démonstration d’intransi­ cet emprunt obligataire, le MES peut ensuite
problème commun à de très nombreux pays priorité est de sauver des vies. Les dettes peu­ geance extrême et amorale de la part des diri­ établir une ligne de crédit pour les Etats mem­
de la zone euro. vent être remboursées ou amorties, comme ce geants européens, qui, comme le premier mi­ bres, sans autre condition que celle de faire face
Lors de l’une de mes premières réunions du fut le cas après une véritable guerre, en 1953 [le nistre néerlandais, Mark Rutte, ne voient pas à la crise économique et sanitaire.
Conseil européen, j’ai essayé de convaincre 27 février 1953, l’accord de Londres supprime une dans les changements radicaux que connaît
mes collègues en faisant référence à l’extraor­ grande partie de la dette allemande]. Mais on l’Europe une raison de soutenir de nouveaux Aller de l’avant
dinaire roman d’Hemingway Pour qui sonne le ne peut pas ramener des vies. outils économiques, ne s’avère fatale pour Des solutions peuvent être trouvées, mais,
glas. S’ils traitaient ainsi la crise en Grèce, le l’unité de l’Union elle­même. Celle­ci ne tient comme l’a dit John Maynard Keynes dans l’en­
temps viendrait où leurs pays devraient eux C’est « chacun pour soi » qui prime pas seulement aux conditions économiques, tre­deux­guerres : « La difficulté n’est pas de
aussi affronter cette « logique ». Lorsque la né­ Dans les conditions d’urgence dramatiques mais à nos valeurs communes. Pour les Euro­ développer de nouvelles idées, mais de laisser
gociation a tourné au drame, j’ai informé, que nous traversons, nous réalisons qu’une péens, l’idée européenne se matérialise lors­ les anciennes derrière soi. » Cette volonté politi­
dans les colonnes de ce même journal, l’opi­ partie des dirigeants européens ont tiré des que des médecins hongrois vont soigner les que existe­t­elle ? En tout cas, les pays qui ont ­
nion publique européenne de la position non conclusions erronées des crises précédentes et malades italiens, ou que des médecins néer­ cosigné la lettre au président du Conseil euro­
constructive des institutions. Ma tribune fi­ persistent dans la mauvaise voie. Au lieu de landais en font de même en Grèce, mais pas péen, Charles Michel, demandant cet euro­
nissait sur l’évocation du livre d’Ernest He­ laisser de côté les obsessions face à la gravité de lorsque nous devons appeler des médecins bond, doivent être prêts à continuer à
mingway. Je disais que le problème auquel la menace et de mettre en avant la solidarité et volontaires de Cuba ou de Chine pour soigner négocier pour imposer une solution euro­
nous étions confrontés ne concernait pas seu­ la coopération, ils conservent leur vieille logi­ les patients italiens. péenne, et ne pas en rester à exprimer leur dé­
lement la Grèce, mais que nous étions au cen­ que : « Nous ne paierons pas les dettes du Sud Lorsque le bureaucrate Klaus Regling, direc­ saccord. Et si finalement Angela Merkel pré­
tre d’un conflit entre deux stratégies opposées gaspilleur. » Ils n’ont aucune réflexion sur la teur général du Mécanisme européen de stabi­ fère les louanges de la presse allemande à une
sur l’avenir de l’Europe. L’une était axée sur mutualisation de la dette, c’est le « chacun pour lité (MES), dit aux Italiens, aux Espagnols, et initiative forte en faveur de l’unité de la zone
l’intégration politique, dans le cadre de l’éga­ bientôt aux Français, qu’ils peuvent certaine­ euro, ces pays ne devraient pas hésiter à faire
lité et de la solidarité. L’autre conduisait à la ment emprunter s’ils acceptent la condition­ de nouveaux pas ensemble.
fragmentation et la division. nalité et un programme économique, alors il Un eurobond sans l’Allemagne et les Pays­
Je ne sais pas à quel point cet article se sera est clair que, indépendamment des calculs éco­ Bas ne sera bien sûr pas aussi fort, mais
révélé visionnaire, à la lumière des événe­ nomiques, quelque chose s’est fissuré dans les n’oublions pas que tous les autres pays réunis
ments actuels. Je ne sais pas non plus dans relations entre les Etats membres. Car la vie représentent plus des deux tiers du produit in­
quelle mesure j’ai pu convaincre mes collè­ AU LIEU DE METTRE EN n’est pas seulement une question d’argent, térieur brut de la zone euro. A condition qu’ils
gues. Bien que les gouvernements français et mais surtout de dignité. veuillent aller de l’avant. Après tout, ce pour­
italien aient soutenu la Grèce, je ne crois pas
AVANT LA SOLIDARITÉ, Je sais bien, après quatre ans et demi de parti­ rait être la seule façon pour que l’Europe en­
qu’ils l’aient fait parce qu’ils considéraient ON CONSERVE cipation au Conseil européen, que l’Europe tière avance. 
qu’il y avait un réel danger que le glas sonne avance lentement, avec de petits accrochages et
un jour pour eux. En tout cas, malgré les ef­ LA VIEILLE LOGIQUE : de grands compromis. J’espère qu’un tel com­
forts de la France, le dialogue sur l’avenir de promis pourra être atteint dans les prochains
l’Europe a tourné court. « NOUS NE PAIERONS jours. La responsabilité en incombe principale­
Cette nouvelle crise rappelle la période dans PAS LES DETTES ment à la chancelière allemande, Angela Merkel.
laquelle se situe le roman d’Hemingway [la Elle doit choisir entre son héritage en tant que Alexis Tsipras a été le premier ministre
guerre civile en Espagne, 1936­1939]. Certes, DU SUD GASPILLEUR » leader européen et une opinion publique alle­ de la Grèce de 2015 à 2019

Nous appelons La pandémie a suscité dans toute l’Eu­ membres. Un tel dispositif éviterait aux maintenant de trouver des manières

Bruxelles à créer
rope des témoignages impressionnants Etats de creuser encore davantage leur d’affirmer que nous sommes unis et
d’entraide et de solidarité. Des milliers de dette. Le fonds disposerait de moyens, « liés par une même magie », comme le
jeunes se portent volontaires pour ap­ pris sur le budget de l’Union, pour payer dit notre hymne. A quoi sert donc
provisionner des personnes âgées vivant les intérêts afférents à ces emprunts. l’Union européenne, si elle ne montre

un « fonds corona »
seules dans leurs appartements ; la Saxe Les « coronabonds » que nous appe­ pas en ces temps de coronavirus que les
accueille des malades italiens gravement lons de nos vœux ne doivent pas être Européens serrent les rangs et luttent
atteints par le virus, la Sarre offre son pensés sur le modèle des « eurobonds », ensemble pour un avenir commun ? C’est
aide à des patients français pour qui une dont la création avait été proposée en une question de solidarité, c’est aussi une
prise en charge fait défaut, d’autres Län­ réponse à la crise de l’euro en 2010­2012. question d’intérêt. Dans cette crise, nous
Dans un appel publié par « Die Zeit » et « Le Monde », der s’engagent de même, tout comme Il s’agissait alors de constituer une Européens sommes tous embarqués
douze personnalités allemandes, parmi lesquelles l’Etat fédéral. Un climat nouveau s’ins­ garantie commune pour assainir une dans la même galère. Si le Nord n’aide pas
taure : chacun s’efforce d’apporter aux grande partie de la dette publique accu­ le Sud, il ne se perd pas seulement lui­
le politique Joschka Fischer et le philosophe autres de l’aide, de l’empathie, de l’espoir. mulée dans le passé. Les « corona­ même, il perd aussi l’Europe. 
Jürgen Habermas, demandent la création d’un fonds bonds », eux, serviraient à endosser col­ Traduit de l’allemand par Pierre Rusch
Une conscience commune lectivement les dettes que les Etats sont
pour aider les pays les plus touchés de l’Union Mais sur la question décisive, les pays du amenés à contracter aujourd’hui, ou
Nord restent réticents face à leurs frères qu’ils contracteront dans les prochains
et sœurs du Sud. Ils rejettent catégori­ mois. Il s’agit donc d’une mesure limitée
quement l’idée de créer un fonds garanti dans le temps, qui permettrait à l’Italie

C
par l’ensemble des Etats de l’Union et à d’autres pays menacés dans leur Peter Bofinger, professeur d’écono-
es derniers jours, l’Italie et l’Espa­ européenne qui permettrait d’assumer existence même de survivre politi­ mie à l’université de Würzburg ; Daniel
gne ont à elles seules comptabi­ collectivement l’écrasante charge finan­ quement et économiquement à la crise Cohn-Bendit, ancien député euro-
lisé plusieurs milliers de morts, cière de la crise. Une telle mesure évite­ actuelle et à la période qui s’ensuivra. péen ; Joschka Fischer, ancien minis-
avec plus de 800 morts le 31 mars rait qu’un choc, qui affecterait fonda­ Ne rien faire, en l’occurrence, serait se tre des affaires étrangères ; Rainer
dans ces deux pays. Ces nouvelles ne mentalement tous les Etats membres, rendre coupable de non­assistance à Forst, philosophe ; Marcel Fratzs-
UNE TELLE MESURE nous arrivent pas d’une autre planète ni soit fatal à ceux d’entre eux qui, avant la personne en danger. cher, économiste, président de l’Insti-
ÉVITERAIT QU’UN CHOC d’un continent lointain. Elles nous vien­ crise, se débattaient déjà avec une lourde Nous ne comprenons pas les raisons tut allemand pour la recherche écono-
nent de pays voisins, auxquels nous som­ dette publique. pour lesquelles la chancelière et le vice­ mique ; Jürgen Habermas,
SOIT FATAL AUX PAYS mes liés. Nous, rédacteurs de ce texte, C’est pourquoi nous appelons la Com­ chancelier de la République fédérale ma­ philosophe ; Axel Honneth, philoso-
sommes de ceux qui aiment la culture mission européenne à créer un « fonds nifestent de telles réticences face à cette phe et sociologue ; Julian Nida-Rü-
QUI AVAIENT DÉJÀ méditerranéenne. Mais il n’est pas be­ corona » qui serait en mesure d’emprun­ initiative nécessaire pour la solidarité et melin, philosophe ; Volker Schlön-
UNE LOURDE DETTE soin de l’aimer pour s’effrayer des terri­ ter à très long terme sur les marchés la stabilité européennes. dorff, cinéaste ; Peter Schneider,
bles ravages que le coronavirus a déjà financiers internationaux et qui transfé­ Cette solidarité implique aussi une écrivain ; Simon Strauss, écrivain ;
PUBLIQUE provoqués dans ces pays. rerait ensuite ces ressources aux Etats conscience commune de la crise. Il s’agit Margarethe von Trotta, cinéaste
0123
26 | 0123 VENDREDI 3 AVRIL 2020

INTERNATIONAL | CHRONIQUE LES DIVIDENDES 


par al ai n f rachon
PEUVENT 
connu le Medef, si une entreprise rencon­ risquerait d’être contre­productif, en les in­
ATTENDRE
L’impossible tre des difficultés de trésorerie suffisam­
ment graves pour faire appel à des aides
publiques, il est difficilement justifiable de
citant à licencier plutôt que de renoncer à
verser des dividendes. Comme souvent en
économie, le pragmatisme doit prévaloir.
confinement du Sud puiser dans ses caisses pour financer le
paiement d’un dividende. En clair, au nom
de quoi le contribuable se substituerait­il à
Le cas des banques est particulier. Cel­
les­ci vont devoir assumer pendant
cette crise un rôle de courroie de transmis­
l’actionnaire pour assumer les risques ? sion entre les liquidités fournies par les
Voulant à tout prix éviter que le gou­ banques centrales et les entreprises ou

D POUR DES MILLIONS 
ans les pays du monde vernement ne légifère sur le sujet, l’Asso­ les ménages qui auront besoin de prêts. Il
développé, le confi­ ciation française des entreprises privées est impératif que les établissements finan­
nement est sans sur­ D’INDIENS, L’ARRÊT  (Afep) a été poussée à faire un pas de plus ciers utilisent l’essentiel de leurs capitaux
prise. En Chine, en Eu­ en demandant aux 110 grandes entreprises pour soutenir l’économie et non pour ré­
rope ou aux Etats­Unis, la péni­ IMPOSÉ DU TRAVAIL  qu’elle regroupe de réduire leurs dividen­ compenser les actionnaires. C’est d’ailleurs
bilité de l’isolement à domicile dé­ des de 20 % et la rémunération de leurs di­ dans l’intérêt de ces derniers, qui subi­
RELÈVE DU DILEMME 
pend des revenus : les riches
« confinent » mieux que les pau­
vres. La lutte contre le Covid­19
épouse le profil social de nos so­
ciétés. Une affaire de mètres carrés
EXISTENTIEL : LA FAIM
OU LE CORONA
L a question de la rémunération des
actionnaires est un sujet inflamma­
ble en France. Deux camps s’affron­
tent dans une certaine incompréhension
et, parfois, une mauvaise foi équitablement
rigeants de 25 % en cas de recours à des me­
sures de chômage partiel. A ces prises de
position nationales se sont ajoutées les
préconisations de la Banque centrale euro­
péenne (BCE), qui demande aux banques
raient eux aussi les conséquences de fail­
lites en cascade.
Certaines banques comme BNP Paribas
ou le Crédit agricole et quelques grandes
entreprises restent réticentes à s’adapter à
à la maison et de densité des servi­ partagée sur l’utilité ou non du versement de ne verser aucun dividende avant octo­ ces circonstances exceptionnelles, qui ré­
ces de santé dans le pays. Mais au Dans le territoire palestinien de de dividendes. Avec la crise provoquée par bre, de geler les plans de rachat d’actions et clament des comportements exemplaires.
Sud, dans cet autre monde qu’on Gaza, on est confiné sur 40 kilo­ le Covid­19, le sujet prend une nouvelle di­ de ne prendre aucun engagement pour les Ces dernières années, les actionnaires ont
n’appelle plus le tiers­monde, le mètres de long, à deux millions mension : au­delà du débat sur le fonction­ exercices 2019 et 2020. largement bénéficié des énormes liquidités
confinement peut poser une (Le Monde du 28 mars). Au Liban, nement du capitalisme, l’urgence consiste Le difficile consensus trouvé par les Etats, injectées par les banques centrales, grâce
question existentielle – une af­ en Jordanie, en Syrie, en Turquie, à réfléchir sur la façon de s’adapter à des les régulateurs et les organisations patro­ auxquelles les cours de Bourse ont atteint
faire de vie ou de mort. en Grèce (sur l’île de Lesbos), les circonstances exceptionnelles. nales est suffisamment rare pour être sa­ des sommets. Ils doivent se faire une rai­
Jusqu’à présent, le virus a privi­ réfugiés « confinent » par centai­ Le gouvernent s’y est attelé dès le 24 mars lué. Il tranche avec le climat de suspicion son : la période est révolue. Si chacun
légié certaines des économies les nes de milliers, le plus souvent en annonçant que les entreprises qui sou­ qui prévalait lors de la crise de 2008. Cer­ n’est pas capable de prendre sa part des ef­
plus florissantes. Il est parti de la sans eau courante ni électricité, haitent profiter de prêts garantis par l’Etat tains syndicats et associations regrettent forts dans l’intérêt de tous, la démagogie et
deuxième puissance économi­ entassés les uns sur les autres. et de report de charges fiscales et sociales l’absence de mesures plus contraignantes le populisme se chargeront de redéfinir les
que mondiale (la Chine) pour ga­ Pour le « peuple » des réfugiés, la devront renoncer à distribuer un divi­ pour les entreprises qui auront recours au règles du partage de la valeur beaucoup
gner la première (les Etats­Unis) « distanciation sociale » est une dende à leurs actionnaires. Comme l’a re­ chômage partiel. Mais un cadre trop rigide plus brutalement. 
après avoir ciblé l’Europe. Qu’en plaisanterie de mauvais goût.
sera­t­il en Inde, au Moyen­ Longtemps relativement épar­
Orient, en Afrique, là où, jour gnée, l’Afrique est touchée à son
après jour, il semble pointer son tour (voir l’éditorial du Monde du
mufle de maladie sans vaccin, 1er avril). Les virologues s’interro­
mal connue, hypercontagieuse et gent sur sa perméabilité au virus.

Le Covid-19 n’oublie personne.


qu’on ne sait, à cette heure, en­ En l’absence de certitude, Abiy
rayer que par le confinement et la Ahmed, premier ministre d’une
« distanciation sociale » ? Ethiopie en pleine effervescence
Pandémie, on connaît la défini­ économique, lance, dans le Fi­
tion : épidémie qui a vocation à nancial Times (25 mars), un cri
se répandre sur la surface la plus d’alarme : sur le continent afri­
étendue. On cherche une image
pour prendre la mesure du Co­
cain, « l’accès aux services de santé
les plus élémentaires reste une Nous non plus.
vid­19 : « une tragédie humaine exception. Se laver fréquemment
potentiellement de proportion bi­
blique », dit l’Italien Mario Draghi,
les mains est un luxe inatteignable
pour la moitié de la population, Solidaires plus que jamais !
l’ancien très grand patron de la qui n’a pas l’eau courante. La dis­
Banque centrale européenne tanciation sociale a peu de sens
(BCE). Car dans les mégavilles et quand la vie est profondément
bidonvilles du Sud, confinement communautaire ». Il faut sortir
et distanciation sociale, c’est, le pour manger, dit au Monde le
plus souvent, de l’artillerie sans Congolais Denis Mukwege, gyné­
obus : des armes qui perdent cologue et Prix Nobel de la paix.
beaucoup de leur pertinence, Le confinement est impossible,
quand elles ont le moindre sens. qui relève du même choix que
pour nombre d’Indiens : la faim
Une plaisanterie ou le corona.
L’Inde confine 1,4 milliard de per­ L’un et l’autre lancent le même
sonnes à domicile – expérience avertissement au monde riche.
sans précédent dans l’histoire. Si le virus frappe durablement
Elle renvoie dans leur Etat des di­ l’Afrique, elle aura besoin d’une
zaines de millions de travailleurs assistance internationale excep­
migrants qui regagnent cette tionnelle. Vous n’isolerez pas
Inde rurale misérable, où l’infras­ l’Afrique, vous ne la mettrez pas
tructure sanitaire est évanes­ en quarantaine, disent­ils en
cente (Le Monde du 27 mars). substance, elle vous rattrapera en
Dans la riche Italie du Nord, rava­ vous renvoyant une deuxième
gée par le virus, il y a quatre mé­ vague de Covid­19.
decins pour 1 000 habitants ; en Même langage à l’ONU, à New
Inde, moins d’un. La police in­ York : « ne pas aider les plus pau­
dienne tabasse les récalcitrants, vres serait imprudent », car le vi­
© Vincent Ghilione / SOLIDARITÉS INTERNATIONAL

ceux qui s’aventurent hors de rus continuera à faire le tour du


chez eux. Mais pour des centai­ monde. Dans cette affaire, le repli
nes de millions d’Indiens, le sur soi, la herse et le barbelé, bref
confinement, l’arrêt imposé du le réflexe de fermeture qu’on peut
travail, relève du dilemme exis­ observer ici et là, serait la pire des
tentiel : la faim ou le corona. Ils réactions. Il faut partager.
choisiront le virus. Le pari optimiste, mais réaliste,
Confinement, distanciation so­ est celui de la découverte rapide
ciale, mains lavées toutes les d’un vaccin, que la mondialisa­
deux heures, autant de mesures tion devrait faciliter : elle a permis
qui ne veulent strictement rien une interconnexion exception­
dire pour les damnés d’entre nelle entre laboratoires du
les damnés : le peuple des réfu­ monde entier. L’espoir, tout de
giés – quelque 26 millions à même raisonnable, est que la
30 millions de personnes, selon « communauté internationale »,
l’ONU. Les réfugiés forment un ou ce qui en tient lieu, s’entende
« pays » de tentes blanches et de sur la question du brevet et lève
casemates de ciment où la vul­ toute restriction à la reproduc­
nérabilité au virus est la plus tion gratuite dudit vaccin. Les
forte. Dans un camp de réfugiés, grandes fondations – celle de Bill
la densité de population au Gates comme celle de Bill Clin­
mètre carré est quatre fois celle ton – ont un rôle à jouer.
de Manhattan. On est confiné, La difficulté tient à l’état actuel
certes, mais par milliers ! de ce qu’on appelle le multila­
téralisme : l’aptitude des Etats, et
principalement des plus puis­
DANS CETTE  sants d’entre eux, à coopérer en­
AFFAIRE, LE REPLI  semble. Les Etats­Unis de Trump Pour soutenir nos actions en France et à l’International
désertent le système des Nations
SUR SOI, LA HERSE  unies et coupent dans les budgets auprès des plus vulnérables FAITES UN DON sur
solidarites.org ou par SMS* en envoyant COVID19 au
d’aide internationale. En quête
ET LE BARBELÉ,  d’influence prépondérante sur
SERAIT LA PIRE DES  les affaires du monde, la Chine de
Xi Jinping investit l’espace ainsi li­ 92600 pour un don de 7€
RÉACTIONS. IL FAUT  béré. L’Europe peine à tenir son
rang en tant que telle. Le virus, lui,
PARTAGER n’attend pas : il se mondialise.  *Disponible en France métropolitaine, sur Bouygues Télécom, Orange et SFR. Don collecté
Tirage du Monde daté jeudi 2 avril : 129 067 exemplaires
sur facture opérateur mobile. Informations supplémentaires sur solidarites.org