Vous êtes sur la page 1sur 35

Master

Toxicologie industrielle et environnementale

Matière
Toxicologie industrielle
Introduction

Faire des évaluations toxicologiques


environnementales et industrielles, c'est-à-dire
des enquêtes rétrospectives et prospectives des
risques encourus dans l’environnement induit
par l’impact des industries.
principes propres à la toxicologie, que nous présen-
terons dans les prochaines sections.
Agents Dé
chimiques ca sa
l’h usés stre
iq s um p s
s
ys nt
ue ain ar L’organisme humain
ph Age

est en relation avec


son milieu par un
Agents
pathogènes Santé Maladies
ensemble d’échanges
qui contribuent à
maintenir un
Dé natu

ts
en
sa re

id
équilibre dynamique.
st ls

c
re

Ac
s

Plantes
et animaux

Le milieu et les
Figure différents
1. Le éléments
milieu et les pouvant affecter l’organisme humain
différents éléments
1. Définition (Terminologie)
QU’EST-CE QUE LA TOXICOLOGIE ?
La toxicologie : Toxique + logos (Etude)
Toxique Grec toxicon : substance nocive pour les êtres vivants.
-  La toxicologie : Science des poisons et des toxiques.

- Elle étudie l’origine, les mécanismes d’actions et des effets néfastes


de substances exogènes ou endogènes sur la physiologie ou
l’anatomie des organismes vivants, en vue de les corriger ou les
prévenir.

- Elle s’intéresse aux substances dont la dose ou la durée


d’exposition dans l’organisme est anormalement élevée ou trop
basse. Elle fait appel à toutes les disciplines scientifiques
- Dans sa partie expérimentale et règlementaire, la
toxicologie étudie et analyse expérimentalement la toxicité
des produits :
- Médicaments humains ou vétérinaires
- Produits phytosanitaires
- Produits agricoles
- Produits dérivés de la transformation
QU’EST-CE QU’UN POISON OU UN TOXIQUE ?

-  Un poison, ou toxique, est une substance seule ou en


mélange, capable de provoquer, après pénétration dans
l’organisme, des troubles d’une ou de plusieurs
fonctions vitales (perturber le fonctionnement normal
d’un organisme vivant) pouvant aller jusqu’à leur
destruction complète et parfois même jusqu’a la mort.
-  De façon passagère ou durable.
-  Dans l’immédiat, à court terme ou à long terme,
-  Quelque soit la voie de pénétration
-  Action topique (locale) ou systémique (dans tout
l’organisme),
-  A dose relativement élevée, administrée en une fois ou
plusieurs fois très rapprochées, ou par petites doses
longtemps répétées.
Nature ou origine des toxines:
Un poison peut être de source : -  Origine animale
-  Naturelle : ex. : poussières, -  Origine végétales
-  Chimique : ex. : formaldéhyde -  Origine fongique
-  Biologique : ex. : aflatoxines. -  Origine bactérienne
-  Origine chimique
-  A partir d’une certaine dose, la substance peut provoquer
un effet délétère (nocif) sur l’organisme vivant.

-  Effet nocif : nuisible.


-  Nuisible : qui nuit ou qui aboutit à nuire (faire du tort).

-  Ce qui implique : ce qui ne se trouve pas à la bonne place


pour occuper la bonne fonction ou peut causer un
dommage.
Exemple
-  Les produits chimiques font partie intégrante de notre vie.
Le développement scientifique et technologique
s’accompagne de leur augmentation importante (diversité
et quantité) : par conséquent:

- L’augmentation du nombre de personnes qui y sont exposées.

- Ils se trouvent partout dans l’air que nous respirons, dans nos
aliments, nos médicaments, nos cosmétiques, etc.

- Nous y sommes fréquemment exposés dans nos loisirs, dans


notre milieu de travail, etc.
- En toxicologie, on distingue le toxique direct, le toxique
indirect et le toxique proximal.

- Le toxique direct est un composé réactif sans


métabolisation (n’est pas transformé par le corps humain).

- Le toxique indirect est un composé réactif après


métabolisation (devient alors un toxique ultime).

- Le toxique proximal est un métabolite non toxique qui


après métabolisation devient un métabolite toxique.
QU’EST-CE QU’UNE TOXICITÉ ?
²  Capacité inhérente à une substance de produire des
effets délétères sur l’organisme.

²  L’intensité de cette action est fonction de la dose


administrée (Hasard).

²  Une substance présentant un risque pour la santé n’est


pas nécessairement une substance intrinsèquement
très toxique et inversement.
Le risque
- Probabilité avec laquelle un effet toxique surviendra suite à
une exposition à une substance.
TOXICO-CINÉTIQUE

- Etude du devenir des substances endogènes ou exogènes


toxiques, dans des organismes vivants, du moment de leur
pénétration jusqu’au moment de leur élimination, en tenant
compte de la vitesse et de la concentration avec lesquelles
elles apparaissent sous forme initiale ou modifiée à l’endroit
où elles développent leur action toxique.

- L’influence qu’exerce l’organisme sur un toxique. Cette


influence découle des processus (l’absorption, la distribution,
le métabolisme, l’élimination) qui gouvernent le
cheminement du toxique dans l’organisme.
XÉNOBIOTIQUE

Substance étrangère à l’organisme

-  Antibiotique, Médicaments,
-  Les produits chimiques industriels,
-  Les poisons naturels,
-  Les polluants environnementaux.
Domaines d’application de la toxicologie

²  Toxicologie médico-légale (expertises judiciaires) ;


²  Hygiène alimentaire (additifs, contaminants ...) ;
²  Hygiène sociale : étude des toxicomanies et lutte contre
la drogue ;
²  Toxicologie professionnelle (industrie, agriculture ...) ;
²  Ecotoxicologie : pollution de l’air, des eaux, et du sol et
leurs répercussions sur l'homme et les équilibres
biologiques.
Origines d’intoxication

-  Intoxication volontaire (suicide ou crime) :


médicaments, monoxyde de carbone « gaz d’échappement de
voitures », pesticides produits domestiques, engrais, cyanure,
etc. ;
-  Intoxication involontaire (accidentelle) :
la plupart des cas chez les enfants, mais aussi pour l’adulte par
faute de confusion : médicaments, champignons toxiques,
produits domestiques, Hg, Pb et etc.
Quelques toxiques et leurs sources
5.Inventaire de quelques toxiques et les leurs sources :
TableauVoir
1 tableau
: Inventaire
1 de quelques produits toxiques et leurs
sources. Tableau 1 :Inventaire de quelques produits toxiques et leurs sources
ACTIVITÉS PRODUITS TOXIQUES
OU METIERS
CATEGORIÉS INGRÉDIENTS
Fongicides Chlorothalonil, captane

Agriculture Herbicides Cyanasine, 2-4-D, dazomet, mécoprop, trifluratine

Insecticides Diazimon, malathion, puréthue, diméthoate

Fabrication de Colles Acétone, dichlorométhane, heptane, hexane, toluène,


chaussures méthyléthylcétone

Nettoyeurs Acide acétique, solvant stoddard

Entretien et Mastic à carrosserie Styrène


réparation des
Pigments Oxyde de zinc, oxyde d’aluminium
carrosseries
automobiles Plastifiants Isocyanates

Solvants Méthyl isobutyl cétone, acétate d’éthyle, toluène


Entretien et Mastic à carrosserie Styrène
réparation des
Pigments Oxyde de zinc, oxyde d’aluminium
carrosseries
Tableau 1 Plastifiants
automobiles: Inventaire de quelques
Isocyanates
produits toxiques et leurs
sources (suite 1).
Solvants Méthyl isobutyl cétone, acétate d’éthyle, toluène

Anti-odorants Alcool éthylique, ortho-phénylphénol

Décapants pour planchers Hydroxyde de sodium, métasilicate de sodium, éther


monométhylique de l’éthylène glycol
Entretien
ménagers Détergents liquides Alcool isopropylique, alcool méthylique, hydroxyde
d’ammonium

Détergents solides Hydroxyde de sodium, tripolyphosphate de sodium

Lave-vitre Alcool isopropylique

Nettoyeurs dégraisseurs Métasilicate de sodium, phosphatede sodium tribasique

Imprimerie Solvants Acétone, toluène, xylène

Fabrication et Pigments Chromate de plomb, jaune de zinc, noir de carbone


utilisation de
Polymères, résine Isocyanurate de triglycidyle (TGIC), polymère
peintures
d’épichlorohydrine et de bisphénol A

Solvants Acétate d’éthyle, alcool butylique, solvant stoddard,


toluène, xylène

9
Tableau 1 : Inventaire de quelques produits toxiques et leurs
u 1 : Inventaire de quelques produits toxiques et
sources (suite 2).

Service des Matériaux de construction Amiante, fibre de verre, laine de verre


incendies
Produits de combustion Dioxyde de carbone, monoxyde de carbone, oxyde d’azote

Produits de décomposition Acétaldéhyde, cyanure d’hydrogène, formaldéhyde, fumée

Désinfectants Formaldéhyde, glutaraldéhyde, chlorure de benzalkonium,


peroxyde d’hydrogène
Soins de santé
Anesthésiques volatiles Isoflurane, protoxyde d’azote

Médicaments pour Dipropionate de béclométhazone, sulfate de salbutamol


inhalothérapie
Soudure Fumés Oxyde de fer, oxyde de zinc, oxyde de manganèse

Gaz Monoxyde de carbone, oxydes d’azote, ozone, phosgène,


phosphine
Classification des toxines

- Parmi les nombreuses classifications proposées, les plus


importantes sont celles qui se basent sur la nature chimique
du produit, leur mécanisme d'action toxique ou leur usage
ou enfin la nature du danger.
q  Selon la nature chimique du produit

• Les toxiques gazeux : Oxyde de carbone CO, ammoniac


NH3, anhydride sulfureux...
• Les toxiques minéraux : Métalloïdes (arsenic, phosphore),
métaux (mercure, plomb, cadmium)...
• Les toxiques organiques : Alcools, phénols, composés
hétérocycliques, alcaloïdes, hétérosides...
q  Selon le mécanisme d’action toxique

• Toxiques caustiques : les acides et les bases concentrés, les phénols,


les halogènes, certains sels de métaux lourds.
• Toxiques thioloprives : ces toxiques (As, Pb, Hg) se fixent sur les
groupements thiols - SH des acides aminés soufrés ou des enzymes,
inhibant ainsi leurs activités.
• Toxiques méthémoglobinisants : nitrates et nitrites, chlorates,
paracétamol chez le chat.
• Toxiques convulsivants : c'est le cas de la strychnine, du métaldéhyde,
de la crimidine.
• Toxique anti-cholinestérasiques : les insecticides organophosphorés
et les carbamates ont une grande affinité pour les cholinestérases et
entrent en compétition avec l'acétylcholine qui est leur substrat naturel.
• Toxiques provoquant des biosynthèses anormales : le plomb agit sur
la biosynthèse de l'hème, à partir du succinyl coenzyme A (inhibition).
• Autres manifestations toxiques : les autres manifestations de la
toxicité révélées par des études expérimentales (pouvoir irritant, action
aIIergisante, atteinte hépatique, rénale, sanguine, etc...) doivent
également être prises en considération pour l'évaluation du risque
toxique pour les animaux
Les intoxications provoquées par les insecticides, les herbicides, les
fongicides et les raticides.
q En fonction de la nature du danger

- En fonction de divers critères (propriétés physiques et


chimiques, nature et intensité des effets toxiques, conditions
d'exposition, ...), les substances et préparations dangereuses
sont classées en 15 catégories de danger désignées par des
abréviations et des symboles (Pictogrammes).
▪ Explosif : E
▪ Comburant : O
▪ Extrêmement inflammable : F+
▪ Facilement inflammable : F
▪ Inflammable : R10
▪ Très toxique : T+
▪ Toxique ; T
▪ NocifII:: Xn
CHAPITRE PROCESSUS D’EXPOSITION

▪ Corrosif :C
1. Voies d’exposition :
▪ Irritant
L’organisme : Xi
doit être exposé à un produit toxique pour qu’un effet nocif se manifeste.
Dans ce cas, le produit peut agir au point de contact (effet local) ou pénétrer dans
▪ Sensibilisant : R42 et/ou R43
l’organisme (effet systémique).
▪ Cancérogène
Certains ; Carc
produits agissent pendant leur contact avec la surface exposée, soit la peau
ou les yeux, par exemple les acides qui causent des brûlures chimiques graves.
▪ Mutagène CHAPITRE : Muta
II : PROCESSUS D’EXPOSITION
D’autres doivent pénétrer dans l’organisme pour provoquer des effets nuisibles.
CHAPITRE II : PROCESSUS D’E
▪ Toxique
Les principales façonspour la
de les reproduction
absorber
1. Voies d’exposition :
:
sont l’inhalation Repr
(voie respiratoire),
l’absorption par la peau (voie cutanée) et l’ingestion (voie digestive) (figure 2). Un
▪ Dangereux L’organisme pour l’environnement
doit être exposé
produit peut être absorbé parplusieurs voies.
à un produit toxique pour : qu’un
N et/ou
effet nocifR52, R53,
Voies
se1.manifeste. R59 :
d’exposition
Dans ce cas, le produit peut agir au point de contact (effet local) ouL’organisme
pénétrer dansdoit être exposé à un prod
l’organisme (effet systémique).
Toxicologie industrielle

- Elle s’intéresse aux corps chimiques utilisés (manipulés)


dans l’industrie.
- Elle traite de l’identification, de l’analyse, du mécanisme
d’action, des interactions des corps chimiques industriels, du
diagnostic des intoxications, du traitement et de la prévention
des effets toxiques qu’ils peuvent engendrer.
OBJECTIFS
-  Prévenir le développement des lésions toxiques : par une
connaissance des relations entre l’intensité d’exposition aux
substances chimiques et le risque d’altération de la santé. la
surveillance des niveaux de concentration dans l’atmosphère de
travail.
-  La connaissance des relations dose-effet et dose-réponse : permet
de définir des niveaux tolérables d’exposition et les mesures de
prévention nécessaires pour les respecter.
Relation dose-effet : est la relation entre la dose et l’effet à l’échelle
de l’individu.
-  L’augmentation de la dose peut accroître l’intensité ou la sévérité
d’un effet. Une courbe dose-effet peut être tracée pour l’ensemble de
l’organisme, la cellule ou la molécule cible.
-  Certains effets toxiques, comme la mort ou le développement d’un
cancer, n’ont pas un caractère progressif : ils représentent des effets
‘’tout ou rien’’.

- Relation dose-réponse : désigne la relation entre la dose et le


pourcentage d’individus présentant un effet spécifique.
2. Voies d’absorption des toxines

Les sources et les voies


d’exposition des toxiques ainsi que
leur distribution chez l’être humain
-  Les toxines peuvent agir au point de contact (effet local ou
locorégional) ou après pénétration dans l’organisme (effet
systémique).
-  Les modes de pénétration des toxines dans l’organisme sont les
voies respiratoires (inhalation), les voies percutanées (absorption
par la peau ou les muqueuses) et les voies digestives (ingestion).
-  Dans les milieux professionnels, il est assez fréquent que
plusieurs voies de pénétration aient été privilégiées lors d’une
intoxication.
-  Naturellement, plus les voies de pénétration d’un toxique sont
nombreuses, plus l’intoxication risque d’être grave.
-  La gravité d’une intoxication va être conditionnée par la
rapidité avec laquelle un toxique atteint le système sanguin et le
système nerveux, par la dose absorbée et par la durée
d’exposition.
-  La gravité d’une intoxication dépend également de la toxicité
propre de la substance absorbée.
2.1. Voie respiratoire (inhalation)

- La voie respiratoire est la principale voie d’intoxication


professionnelle, par inhalation de poussières (particules volatiles) ou de
vapeurs (substances gazeuses)

La quantité absorbée dépend de :


§  La concentration du toxique dans l’atmosphère de travail.
§  La durée d’exposition.
§  La forme physico-chimique de la substance inhalée.
Absorption des gaz et vapeurs : En fonction de leur
propriétés physico-chimiques. Ex : CO, chloroforme

Nez et voies aériennes sup


particules > 10 µm

• Absorption des aérosols et particules: Pénétration


dans l’arbre pulmonaire en fonction de la taille des
particules Ex : silice, résidus de combustion
(Hydrocarbures Polycycliques).

Arbre trachéo-bronchique
particules 2 - 5 µm

Alvéoles pumonaires
Particules 0,5 à 3 µm
2.2. Voie digestive (accidentelle ou volontaire)

-  L’absorption peut se faire à différents étages du tube digestif.


-  Les molécules absorbées passent par le foie avant d’être diluées dans
la circulation.

Le degré d’absorption d’une substance étrangère par le tractus gastro-


intestinal dépend de:
§  La motilité et le contenu du tractus gastro-intestinal.
§  Le débit sanguin.
Eemple: un régime déficient en calcium, augmente l’absorption
intestinale du plomb.
2.3. Voie cutanée
-  Peau : barrière hermétique
-  Certaines substances peuvent traverser la peau même saine.
-  Le passage se fait selon deux voix : transépidermique et pilo-
sébacée.
L’absorption percutanée varie selon :
§  Le degré d’hydratation de la peau.
§  La densité des glandes sébacées.
§  L’intégrité de la couche superficielle de l’épiderme.

Vous aimerez peut-être aussi