Vous êtes sur la page 1sur 10

Sommaire

Chapitre 1 : Rappels de thermodynamique............................................................ 5


1.1 Thermodynamique des gaz en vase clos ......................................................................... 5
1.1.1 Loi des gaz parfait .................................................................................................... 5
1.1.2 Fonctions d’état ......................................................................................................... 6
1.1.3 Premier loi de la thermodynamique .......................................................................... 6
1.1.4 Deuxième loi de la thermodynamique ...................................................................... 6
1.1.5 Expressions de l’entropie .......................................................................................... 7
1.2 Thermodynamique des écoulements ................................................................................ 7
1.2.1 Equation de l’énergie pour un système clos.............................................................. 7
1.2.2 Equation de l’énergie pour un système en transvasement......................................... 8
1.2.3 Ecoulement dans une conduite sans échange d’énergie........................................... 9
1.3 Fluides thermiques et fluides de travail........................................................................... 9
1.4 Evolutions thermodynamiques ...................................................................................... 10
1.4.1 Evolution isochore................................................................................................... 10
1.4.2 Evolution isobare : ................................................................................................. 10
1.4.3 Evolution isotherme ............................................................................................... 11
1.4.4 Compression et détente isentropique d’un gaz parfait ........................................... 11
1.4.5 Compression et détente polytropiques réversibles ................................................. 11
1.5 Cycles thermodynamiques ............................................................................................ 12
1.5.1 Cycle de Carnot...................................................................................................... 12
1.5.2 Cycle de machines frigorifiques............................................................................. 13
Chapitre 1 : Rappels de thermodynamique

1.1 Thermodynamique des gaz en vase clos

1.1.1 Loi des gaz parfait

ƒ Equation des gaz parfait

PV = n R T avec P : Pression en Pascal, V : Volume en m3,


n : nombre de mole
R = 8.314 J / mole K: constante du gaz parfait,
T : Température en K
PV = m r T avec m : masse du gaz en kg,
R −
r = − : constante de gaz, M : masse molaire du gaz
M
8.314
Pour le H2O, r = = 462 J / kg K
0.018
Pour l’air 0°C et 760 mm de Hg, r = 287 J / kg K

ƒ Travail mécanique

δW = - F dl et W = − ∫ F dl ;
avec F : composante de la force agissante dans la direction de dl

ƒ Travail de pression

δW = - PdV et W = − ∫ PdV ;
ƒ Capacité calorifique à pression constante

⎛ ∂U ⎞ ⎛ δQ ⎞ ⎛ dH ⎞
Cp = ⎜ ⎟ =⎜ ⎟ ; Cp = ⎜ ⎟ = cte
⎝ ∂T ⎠ P ⎝ dT ⎠ P ⎝ dT ⎠ P
ƒ Capacité calorifique à volume constant

⎛ ∂U ⎞ ⎛ δQ ⎞ ⎛ dU ⎞
Cv = ⎜ ⎟ =⎜ ⎟ ; Cv = ⎜ ⎟ = cte
⎝ ∂T ⎠V ⎝ dT ⎠V ⎝ dT ⎠V
On suppose que la capacité calorifique du gaz est constante :
CP
= γ et R = C P − CV
CV

Y.Timoumi – ENIM - 09 5
1.1.2 Fonctions d’état

C’est une fonction dont la variation est indépendante de la transformation et ne dépend


que des états initial et final. L’énergie interne : U ; l’enthalpie : H, l’entropie : S, l’exergie :
Ex, l’anergie : An sont des fonctions d’état.
L’exergie mesure la part transformable d’énergie -chaleur en énergie -travail d’une source de
chaleur Q à la température Tch.
L’anergie mesure la part non transformable de la source Q.
T − Tatm T
Q = E x + An E x = Q ch An = Q atm
Tch Tch

ƒ Relations utiles
Les deux relations suivantes sont valables quelque soit le fluide (parfait ou réel) :

dU = TdS − PdV et dH = TdS + VdP


- La quantité : −PdV = - δWvase clos , représente le travail en vase clos (piston...)
- La quantité : VdP = δWtransvasement , représente le travail avec transvasement
- Relations de Joule pour un gaz parfait : dU = Cv(T)dT et dH = Cp(T)dT
- Pour une transformation isentropique (adiabatique réversible), relation de Laplace :
PV γ = cte

1.1.3 Premier loi de la thermodynamique

La variation de l’énergie totale est la somme des variations de l’énergie cinétique


( Δ Ec), potentielle ( Δ Ep) et interne ( Δ U). Elle est égale à la somme des travaux et des
quantités de chaleur échangée par le fluide avec l’extérieur.

ƒ Pour un système fermé, le premier principe s’écrit :


dU = δ W+ δ Q ou Δ U = W + Q
ƒ Pour un système ouvert (avec transvasement), on utilise l’enthalpie : d H = d U
+ d(PV) ou H = U + PV,
dEt = d Ec + d Ep + d U = δW + δ Q ou
Δ Et = Δ Ec + Δ Ep + Δ U = W + Q

1.1.4 Deuxième loi de la thermodynamique


Pour tout système en équilibre, il existe une fonction d’état : Entropie, qui dans un
système isolé (contrairement à l’énergie interne) conserve sa valeur seulement dans les
évolutions réversibles, et croit toujours dans les évolutions irréversibles.
La variation d’entropie au cours d’une transformation peut être décomposé en deux termes :
δQ
ƒ δSe, entropie échangée avec le milieu extérieur : δS e =
T
ƒ Sc > 0, l’entropie créée au sein du système (due aux irréversibilités)
La variation d’entropie au cours d’une transformation s’écrit :
δQ δQ
ΔS = + S e ou dS =
T T

Y.Timoumi – ENIM - 09 6
ƒ Si la transformation de (a) vers (b) est réversible, il n’y a pas d’entropie créée Sc = 0
et l’on a l’égalité :
b
δQ
Sb − S a = ∫
a
T
Q
A température constante, ΔS =
T
ƒ Si la transformation est irréversible, il y a création d’entropie Sc > 0 et l’on a
l’inégalité :
δQ δQirrev
S b − S a = ∫ rev >= ∫
rev
T irrev
T

1.1.5 Expressions de l’entropie

ƒ Evolution thermodynamique réversible


δQ = T dS ⇒ Q = ∫ T dS
dE − δW
Le premier principe s’écrit : δQ = dE − δW ⇒ T dS = dE − δW ⇒ S 2 − S1 = ∫
T
Pour un gaz idéal on a : PV = R T et dE = dU = Cv dT , donc :

CV dT − P dV ⎛T ⎞ ⎛V ⎞
S 2 − S1 = ∫ = CV Ln⎜⎜ 2 ⎟⎟ + RLn⎜⎜ 2 ⎟⎟
T ⎝ T1 ⎠ ⎝ V1 ⎠
ƒ Système élargie, mécaniquement non isolé dont l’énergie cinétique et
potentielle sont négligeables on a : H = U + PV

dH = dU + P dV + V dP = T dS + V dP, ce qui donne :


C dT − V dP ⎛T ⎞ ⎛P ⎞
S 2 − S1 = ∫ P = C P Ln⎜⎜ 2 ⎟⎟ − RLn⎜⎜ 2 ⎟⎟
T ⎝ T1 ⎠ ⎝ P1 ⎠

1.2 Thermodynamique des écoulements

1.2.1 Equation de l’énergie pour un système clos

Un système clos a une masse constante. Il peut être constitué par plusieurs éléments
communicants, sans qu’aucun soit astreint à maintenir sa masse constante.
Soit le système fermé ci-dessus, constitué par deux cylindres A et B, raccordés entre eux par
l’intermédiaire d’une valve partiellement ouverte.
L’énergie interne totale du système s’écrit :

Ut = mA UA + mB UB ⇒ dUt = d (mA UA +mB UB )


δQt = δQA + δQB
δWt = δWA + δWB

Le premier principe s’écrit :

Y.Timoumi – ENIM - 09 7
d(mA UA + mB UB ) = (δQA + δQB) + (δWA + δWB)
On écrit donc en général :
d ∑ (m U t ) = ∑ δQt + ∑ δWt

1.2.2 Equation de l’énergie pour un système en transvasement

ƒ Wi est le travail indiqué, il représente le travail massique échangé entre le fluide et les
parties mobiles. Aux pertes mécaniques près, Wi correspond au travail fourni sur
l’arbre.
ƒ Qe est la quantité de chaleur massique échangée entre le fluide et l’organe.
Le premier principe appliqué au fluide entre 1 et 2 donne :
Wi + Qe = h2 − h1 + ΔEC + ΔE P
Ou ΔEc et ΔEp sont l’énergie cinétique du fluide et l’énergie potentielle de pesanteur.
Ce qui s’exprime selon :
V22 − V12
Wi + Qe = h2 − h1 + + g ( z 2 − z1 )
2

D’autre part, on a : dh = TdS + vdP


δqe
Si l’évolution est réversible alors : ds =
T
δqe
Si l’évolution est réelle alors : ds = + dSirrev (avec dSirrev > 0)
T
δQ f
On pose : dS irrev = , ou δQ f est la variation de chaleur massique due aux
T
irréversibilités (frottements, dissipation visqueuse...).
2
On a alors : dh = δQe + δQ f + vdP soit : h2 − h1 = Qe + Q f + ∫ vdP
1
2
On a alors : dh = q e + q f + vdP dh soit : h2 − h1 = Qe + Q f + ∫ vdP
1
2
La quantité ∫ vdP désigne le travail de transvasement.
1
Finalement l’expression du travail indiqué est :

Travail indiqué = Travail net (Wn ) + Perte due aux irréversibilités (Q f )

Y.Timoumi – ENIM - 09 8
2
v 22 − v12
Wi = ∫ vdP + + g ( z 2 − z1 ) + Q f
1
2

Le travail net Wn correspond à la variation de toutes les formes d’énergie du fluide.

1.2.3 Ecoulement dans une conduite sans échange d’énergie

Dans ce cas le travail indiqué Wi est nul. L’équation devient alors :


2
v 22 − v12
∫1 vdP + + g ( z 2 − z1 ) + Q f
2
1
Pour un fluide incompressible, le volume massique v = = cte
ρ
2
P2 − P1
Et par conséquent : ∫ vdP =
1
ρ
v12
P1 P2 v 22
Il vient alors que : + + gz1 = + + gz 2 + q f
ρ 2 ρ 2
C’est l’équation de Bernoulli qui exprime la conservation de l’énergie (potentielle de
pression, cinétique et potentielle de pesanteur) sur une section.

1.3 Fluides thermiques et fluides de travail

ƒ L’eau en phase liquide


L’eau est le meilleur fluide, vu sous l’angle du transfert thermique, mais pour rester
liquide elle doit être mise à des pressions rapidement élevées en fonction de la température
(voir table thermodynamique de l’eau).
- Pour rester liquide à 200°C, il doit être portée à plus que 1.5 MPa
- Pour rester liquide à 300°C, il doit être portée à plus que 8.7 MPa

ƒ L’eau en phase vapeur

La vapeur d’eau est souvent utilisée en transfert thermique, mais conduit à des
coefficients d’échanges assez faibles. Elle est surtout utilisée comme fluide de travail dans
les cycles moteurs à vapeur (voir caractéristiques de la vapeur d’eau en annexe).

ƒ L’air et les fumées

L’air et les fumées donnent de mauvais coefficients d’échange thermique (voir


caractéristiques de l’air et des fumées données en annexe). Ces fluides sont surtout utilisés
comme fluide de travail dans les turbines à gaz.

ƒ Autres fluides

D’autres fluides peuvent être utilisés comme fluides thermiques à des températures
élevées en restant liquides pour la pression atmosphérique.

Y.Timoumi – ENIM - 09 9
Métaux liquides

Sels fondus

Huiles synthétiques

Huiles minérales

-100 0 100 200 300 400 500 T°C

1.4 Evolutions thermodynamiques


1.4.1 Evolution isochore

V = cte, on pose en général S = 0 pour T = 0°C

P
δQ = dU – δW = Cv dT + P dV,

V = cte ⇒ dU = δQ = Cv dT
dT
⇒ dS = CV ⇒ (2)
T Q12 ⇒ T2 = cte
⎛T ⎞ ⎛ S − S1 ⎞ (1)
S 2 − S1 = CV Ln⎜⎜ 2 ⎟⎟ ou T2 = T1 exp⎜⎜ 2 ⎟⎟
⎝ T1 ⎠ ⎝ CV ⎠ T1 = cte
Exemple : chauffage à volume constant. V

Fig. 1.1 : Evolution isochore

1.4.2 Evolution isobare :

V1 T2 P
P = cte = ⇒
V2 T1
H = U + PV ; dH = dU + P dV + V dP = δQ + V dP
dT Q12
P = cte ⇒ dH = δQ = Cp dT ⇒ dS = C P ⇓
T (1) (2) T2 = cte
⇒ ⎛T ⎞ ⎛ S − S1 ⎞
S 2 − S1 = C P Ln⎜⎜ 2 ⎟⎟ ou T2 = T1 exp⎜⎜ 2 ⎟⎟
⎝ T1 ⎠ ⎝ CP ⎠ T1 = cte
V

Fig. 1.2 : Evolution isobare

Y.Timoumi – ENIM - 09 10
1.4.3 Evolution isotherme

P1 V2
T = cte ⇒ =
P2 V1
δQ = dU – δW ⇒ Q = - W = ∫ P dV
RT
PV = RT ⇒ P = ⇒
V
dV V P
Q = -W = RT ∫ = R T Ln 2 = R T Ln 1
V V1 P2

Exemple : compression isotherme, détente isotherme

1.4.4 Compression et détente isentropique d’un gaz parfait

On a dans ce cas :
T
PV γ = cte ⇒ TV γ −1 = cte ⇒ ( γ −1 ) = cte
P γ

γ γ −1
P2 ⎛ V1 ⎞ T2 ⎛ V1 ⎞
⇒ =⎜ ⎟ ⇒ =⎜ ⎟
P1 ⎜⎝ V2 ⎟⎠ T1 ⎜⎝ V2 ⎟⎠

1.4.5 Compression et détente polytropiques réversibles

La compression et la détente d’un gaz à l’intérieur d’un cylindre subit une variation de
température à chaque instant. Une évolution caractérisée par le rapport constant de la
variation de l’énergie interne et la chaleur fournie par le fluide
ΔU
= cte , porte le nom d’évolution polytropique caractérisé par : PVk = cte,
Q
On cherche un coefficient k dit coefficient polytropique pour lier les points 1 et 2 par une
relation du type : PVk = cte.
Pour une transformation réversible ; k = γ et on retrouve Laplace.
P
ln 2
P1
Le coefficient k est égale à : k=
P T
ln 2 − ln 2
P1 T1
Il existe donc un échange de chaleur important. La quantité de chaleur et le travail
échangés au cours de cette évolution sont donnés par les expressions ci-dessous :
k −γ ⎛ ⎞
Qk = CV (T2 − T1 ) W =
1
(P2V2 − P1V1 ) = rT1 ⎜⎜ T2 − 1⎟⎟
k −1 k −1 k − 1 ⎝ T1 ⎠

Y.Timoumi – ENIM - 09 11
1.5 Cycles thermodynamiques

Source chaude Source chaude


Q1 Q1

Machines W Machines W
Thermiques Thermiques

Q2 Q2
Source Froide Source Froide

Moteurs thermiques Installations frigorifiques

1.5.1 Cycle de Carnot

Un cycle fermé est caractérisé par ΔU cycle = ΔS cycle = 0


Le cycle de Carnot est un cycle idéal réversible (ηex = 1) avec transvasement, il est composé
de quatre transformations :
- une compression isotherme et une compression isentropique
- une détente isotherme et une détente isentropique, figure 1.

Appliquant le 1er principe au cycle de Carnot :

ΔU cycle = 0 = (W12-W34) + (Q23 – Q41) = -W + Q23 – Q41 ⇒ W = Q23 – Q41

Q23
T ⇓
(2) (3)

W12 ⇒ ⇒ W34

(1) ⇓ (4)
Q41
S

Fig 1.3 : Cycle de Carnot

Appliquant le 2ème principe au cycle de Carnot :

2
δQ 3
δQ 4
δQ 1
δQ Q23 Q
ΔS cycle = 0 = ∫
1
T
+ ∫
2
T
+ ∫
3
T
+ ∫
4
T
= 0+
T2
+ 0 − 41
T1

Y.Timoumi – ENIM - 09 12
Q23 Q41 Q T
⇒ = ⇒ 23 = 2
T2 T1 Q41 T1
Rendement de Carnot :
W Q − Q41 T
η= = 23 =1 − 1
Q41 Q23 T2

1.5.2 Cycle de machines frigorifiques

Tf3 Détendeur Tf2


Evaporateur Condenseur
Vf me

DTg W
DTe

Compresseur
mg

Eau refroidie Tf4 BP HP Tf1 Eau refroidisse


à l’évaporateur Circuit thermodynamique condenseur

Fig. 1.4 : Circuit de pompe à chaleur ou machine frigorifique

Les autres cycles moteurs seront étudiés en détail dans les chapitres 3, 4 et 5

Y.Timoumi – ENIM - 09 13