Vous êtes sur la page 1sur 10

1

LYCEES ANGE BLEU ET ERRAZI EXAMEN BLANC ECONOMIE DUREE : 3 heures


GENERALE ET STATISTIQUES
EL JADIDA COEFFICIENT : 6
JUIN 2020
SECTION : SCIENCES ECONOMIQUES

 L’utilisation de la machine à calculer non programmable est autorisée ;


 Pour les calculs, retenez deux chiffres après la virgule ;
 Les annexes sont à rendre obligatoirement avec la copie ;
 Evitez les ratures et les surcharges ;
 0,5 point de la note sur 20 est réservé à la présentation de la copie.

DOSSIER : MARCHES, POLITIQUES CONJONCTURELLES ET EQUILIBRES


MACROECONOMIQUES

DOCUMENT 1 : Sachets en papier : d’où vient la pénurie ?

Suite à la parution de la loi « Zéro Mika », le sac en papier qui remplace le sac en plastique, se fait rare. D’après
certains consommateurs, l’action est louable, mais les disponibilités en sacs en papier est insuffisante pour
répondre à tous les besoins. Toutefois, les quelques producteurs qui assurent actuellement l’approvisionnement
du marché en sacs en papier font face à une demande croissante de jour en jour. Sauf que la quantité livrée (qui
a été triplée ces derniers temps) ne suit pas forcément ce besoin grandissant.

« Les industriels ont du mal à s’approvisionner en matière première » nous dévoile l’un des fabricants de sacs
en papier qui assurent actuellement l’approvisionnement de Casablanca et ses régions. Il précise qu’une bonne
partie de la matière première est importée de pays européens. Autre bémol relevé par les professionnels est le
retard accusé dans la mise à niveau technique des unités de fabrication qui utilisent encore d’anciennes machines
à capacité de production assez limitée et inadaptées à ce nouveau produit.

Actuellement, l’augmentation du prix de la marchandise ne semble pas décourager la demande en matière de


sacs en papier. Le prix de 25 DH le kilo de sacs de papier est jugé élevé. Toutefois, il devrait baisser à terme
grâce au mécanisme d’autorégulation du marché.

Source : Aujourd’hui le Maroc du 03/08/ 2016 (texte adapté)

DOCUMENT 2 : la meilleure croissance depuis 9 ans, la bourse accumule les hausses

La bourse des valeurs de Casablanca (BVC) poursuit sa tendance haussière entamée depuis début 2016. Après
la première semaine de cotation en 2017, le MASI a progressé de plus de 9 %. Tout semble aller pour le mieux,
à savoir un regain de confiance, un retour des investisseurs particuliers et institutionnels sur le compartiment
actions…Cette performance, la meilleure enregistrée depuis 9 ans, s’explique essentiellement, par la baisse du
taux directeur de BanK Al-Maghrib, qui a induit un recul des taux d’intérêt des placements en titres de créances
et a poussé, par conséquent, les investisseurs à se repositionner sur le marché des actions. Elle s’explique
également par la grande réussite de l’introduction en bourse de l’opérateur portuaire Marsa Maroc dont le titre ne
cesse de gagner du terrain, avec une hausse de son cours de près de la moitié (+47,85%) depuis le 19 juillet
2016. Cette opération de privatisation d’envergure : cession de 40% du capital de Marsa Maroc dont le montant
global s’élève à 1,9 milliard de dirhams, est la plus importante qu’ait connue le marché boursier marocain depuis
2009.

Source : Aujourd’hui le Maroc au 13/01/2017


2

DOCUMENT 3 : Maroc : Coût de la vie en hausse en 2016

Sur l’ensemble de l’année 2016, l’IPC a augmenté de 1,6% par rapport à 2015. Dans ces conditions,
l’indicateur d’inflation sous-jacente aurait connu une progression de 1,3% au cours de 2016 par rapport à un
an auparavant. Inutile de rappeler que ces chiffres sont des moyennes, ne reflétant pas, par conséquent, le
niveau des prix subi ou ressenti par chaque ménage ou chaque citoyen.

IPC (base 100 en 2006)


Eléments Pondération en % 2015 2016
IPC des produits alimentaires 41,5 .?. 126,5
IPC des produits non alimentaires 58,5 109,5 110,3
IPC général 115,2 117,1

Source : www.hcp.ma (texte adapté)

DOCUMENT 4 : Taux directeur, un potentiel de baisse inexploité ?

Après deux baisses successives de 3% à 2,75% puis à 2,5%, Bank Al-Maghrib a maintenu inchangé son taux
directeur depuis décembre 2014. Décision qui risque de ne pas donner un nouveau coup de pouce à la
demande intérieure.
Pourtant, plusieurs facteurs sont favorables pour une baisse du taux directeur. D’une part, la conjoncture
internationale ne laisse pas penser que des pressions inflationnistes d’origine externe viendraient s’exercer sur
l’économie marocaine : la reprise de l’activité dans l’union européenne, principal partenaire commercial du Maroc,
reste faible, le prix du pétrole en baisse, les taux directeurs des principales banques centrales sont à des niveaux
proches de zéro et l’inflation est également à des niveaux extrêmement bas en zone euro et aux Etats-Unis.
D’autre part, sur le plan interne, on note l’absence de tensions inflationnistes émanant de la demande ou d’origine
monétaire liée au ralentissement de la distribution des crédits.

Par ailleurs, l’agrégat M3 a enregistré, en glissement mensuel, en novembre 2015, une hausse de 0,6% pour
s’établir à 1 122 milliards de DH. Cette évolution résulte de la progression de 0,4% des créances sur l’économie,
de 1,6% des créances nettes sur l’Administration centrale et de 0,9% des réserves internationales nettes.

Source : www.lavieeco.com au 05/10/2015 et au 01/02/2016 (texte adapté)


3

DOCUMENT 5 : Perspectives du projet de loi des finances (PLF) 2017


En termes de perspectives, le PLF 2017 prévoit un taux de croissance économique de 4,5% contre 1,5%
en 2016. Cette évolution est attribuable, notamment, à une amélioration de la valeur ajoutée agricole de
11,9%, à une progression de 3,5% de la valeur ajoutée non agricole et un accroissement de la demande
étrangère adressée au Maroc de 4,3%. Le PLF 2017 prévoit, en outre, un solde budgétaire de - 3% du PIB
contre - 3,5% prévu en 2016.
Données budgétaires du PLF 2017 et de la LF (*) 2016 au Maroc en Mds DH

250
222,3
207
195
200 187,7

150

LF2016
100 PLF2017

63,6
54,1
50
28 27,5

0
Recettes ordinaires Dépenses de Dépenses Intérêts et
fonctionnement d'investissement commissions

(*) Loi de finances Source : www.finances.gov.ma ; Rapport économique et financier 2017 (texte adapté)

DOCUMENT 6 : Croissance économique au Maroc : un meilleur scénario pour 2017


La demande intérieure, principal moteur de la croissance, est assez largement satisfaite par les importations. Cette
situation génère une fuite dans le circuit économique au profit de l’activité dans le reste du monde. La
compétitivité s’impose pour faire face aux déséquilibres extérieurs qui en résultent.
Par ailleurs, 2016 a été une mauvaise année à cause notamment du repli de la valeur ajoutée agricole, ainsi que de la
contribution négative du commerce extérieur à la croissance. En revanche, un meilleur scénario est prévu pour l’année
2017, grâce notamment à la bonne campagne agricole prévue en 2017 et la reprise du commerce extérieur. En effet, en
2016, le taux de croissance économique marocaine était de 1,5% et serait de 4,5% en 2017.
Quelques agrégats nationaux (en millions de DH)
Eléments 2016 Variation en %
2016/2015
Produit intérieur brut (PIB) 996 956
Formation brute du capital fixe (FBCF) 292 470
Variation de stocks (∆S) 7 614
Exportations de biens et services 352 004 4,49

Importations de biens et services 455 531 10,19

Sources : www.lnt.ma au 04/12/2016 (texte adapté) et Budget Economique Exploratoire 2017 HCP
4

DOCUMENT 7 :

L’entreprise « Bellevue » fabrique un nouveau produit qui n’a pas de substitut sur le marché. Cette
entreprise se trouve en situation de monopole d’innovation.

Les données relatives aux quantités produites, les coûts et recettes du nouveau produit sont présentées
dans le tableau ci-dessous :

Quantités produites (Articles) 1 000 2 000 3 000 4 000 5 000 6 000 7 000

Coût marginal (en DH) - 8 4 5 9 10 11

Coût moyen (en DH) 9 8,5 7 6,5 7 7,5 8

Recette marginale (en DH) - 13 9 5 1 3 7

Recette moyenne (en DH) 17 15 13 11 9 7 5

DOCUMENT N°8 : Quelques indicateurs économiques marocains pour l’année 2018

Indicateurs Montants en %

Taux de croissance économique 3

Taux de chômage 9,5

Taux d’inflation 1,9

Solde courant en % du PIB


- 5,4
Source : www.finances.gov.ma

TRAVAIL A FAIRE : (pts)

Document de N° de
Questions Barème
référence question
Annexe 1 1 Complétez l’annexe 1 1 pt
Document 1 2 Complétez l’annexe 2 5.5 pts
Document 2 3 Complétez l’annexe 3 3.5 pts
Document 3 4 Complétez l’annexe 4 3 pts
Annexe 5 Complétez l’annexe 5 1.25 pts
Annexe 6 Complétez l’annexe 6 1.25 pts
Document 4 7 Complétez l’annexe 7 6 pts
Document 5 8 Complétez l’annexe 8 5 pts
Document 6 9 Complétez l’annexe 9 5.5 pts
Document 7 10 Complétez l’annexe 10 3 pts
Document 8 11 Complétez l’annexe 11 4 pts
Soin et présentation 1 pt
5

ANNEXES A REMPLIR ET A RENDRE OBLIGATOIREMENT AVEC LA


COPIE

ANNEXE 1 :

Propositions Vrai Faux Justification

L’atomicité est respectée sur le


marché de monopole

La loi de la demande est vérifiée


sur un marché lorsque la hausse
de prix est due à l’excès de l’offre
par rapport à la demande

ANNEXE 2 : document 1

Identifiez le marché selon l’objet :

Identifiez le marché selon le régime. Justifiez

Régime Justification

Caractérisez les composantes de ce marché : (une caractéristique par composante)

Offre Demande Prix

Relevez deux facteurs pénalisant l’approvisionnement en matière première :

Expliquez la phrase en gras soulignée :


6

ANNEXE 3 : document 2

Relevez deux facteurs


d’amélioration de la
performance de la 
BVC :

Pour les
entreprises
cotées :

Précisez un avantage
de la dynamique de la
BVC Pour la
croissance
économique :

Précisez sur quel marché (primaire ou secondaire) s’est effectuée l’opération en gras soulignée. Justifiez.

ANNEXE 4 : document 3

Nommez et retrouvez la donnée en gras encadrée :

Nommez Retrouvez

Calculez et lisez l’IPC des produits alimentaires pour l’année 2015 :

Formule Calcul Lecture

Expliquez l’écart entre la donnée soulignée et celle encadrée :


7

ANNEXE 5 :

La bourse des valeurs de Casablanca est le marché boursier du Maroc. Appelé également le marché
…………………………..., elle constitue une partie intégrante du marché ………………. Elle permet aux
entreprises de bénéficier d’un mode de financement ………………………. dans la mesure où l’épargne
des ménages est orientée vers les sociétés cotées en bourse sans ………………………………
financière accomplie par les banques. L’épargne est transformée en valeurs mobilières de long terme ;
il s’agit des ……………… …………………………..

Termes proposés : direct - financier - intermédiation - actions et obligations - des capitaux

ANNEXE 6 :

Termes proposés : inflation, capitaux, l’offre, liquidités, court terme.

Le marché interbancaire est un marché des ……………………….. à ………………….. Le taux


d’intérêt sur ce marché résulte de la confrontation de l’offre et de la demande des ……………….
entre les banques. Si par exemple, la banque centrale veut accroitre le taux d’intérêt débiteur
pour lutter contre ……………………., elle diminue …………………….. de la monnaie.

ANNEXE 7 : document 4

Une action de la politique


monétaire

Deux causes de la faible


inflation au Maroc

Trois contreparties de
l’agrégat M3

Dégagez deux facteurs défavorables à la croissance :

Expliquez la phrase en gras soulignée :


8

ANNEXE 8 : document 5

Lisez la donnée en gras soulignée :

-3 % :

Calculez et lisez le solde ordinaire prévu dans le projet de loi de finances 2017 :

Formule Calcul Lecture

Relevez en illustrant deux actions de rigueur budgétaire adoptées dans le PLF 2017 :

Actions Illustrations

Expliquez le passage en gras souligné :

ANNEXE 9 : document 6

Elément Formule Calcul Lecture

Dépenses de
consommation
finale (DCF) en
2016

Demande
extérieure
nette en 2016

Relevez deux facteurs explicatifs du faible niveau de la croissance économique en2016 :

Expliquez le passage en gras souligné :


9

ANNEXE 10 : document 7

Lisez la donnée en 8,5 DH :


gras soulignée :

Déterminez en
justifiant la quantité Quantité optimale
optimale.

Justification

Calculez le profit total


maximum.
Formule

Calcul et résultat
10

ANNEXE N°11 : document 8

a- Représentez la situation économique et sociale du Maroc en 2018.

Le carré magique de Kaldor : représentation graphique

Vous aimerez peut-être aussi