Vous êtes sur la page 1sur 9

IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 1 2020

Séquence 1. Rappel des Conventions & Principes


Comptables

Pré requis :

Notions de PCG & Processus d’établissement des Etats Financiers

Objectif de la séquence :
Se rappeler aux conventions et principes comptables selon le PCG 2005

Ce qu'il faut savoir :


- Les obligations comptables d’une organisation
- Rappel des principes & caractéristiques des informations comptables & financières
- Cohérence du PCG 2005 avec les normes comptables internationales IAS & IFRS
- Contrôle & révision comptable

Savoir-faire :
- Les conventions & principes comptables
- Contrôle des comptes

Activités :
- consultation et lecture des ressources
- construction de carte mentale et/ou rédaction de résumé/synthèse
- discussion et échange en forum
- réalisation des activités- devoirs

Evaluation
- Formative : test autoévaluation
- Sommative : 40% activités-devoirs / 60% examen

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 1


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 1 2020

INTRODUCTION
Avant d’entrer dans l’audit financier & comptable proprement dit, on devrait se rappeler les
rôles de la comptabilité dont principalement,
 Rôle économique : représenter la situation financière de l’entreprise le plus fidèlement
possible,
 Rôle fiscal : remplir les déclarations fiscales de l’entreprise,
 Rôle juridique : garder et mémoriser toutes les opérations réalisées et servir comme
preuve en cas de contestations des différents partenaires de la firme.
On parlera également les obligations comptables d’une entité, les principes et règles conformes
au PCG 2005.
On fait savoir également les activités préalables avant l’audit financier & comptable, notamment
les opérations de contrôle et de révision comptable.

11. Les obligations comptables d’une organisation


Selon L-Expert-comptable.com, les obligations comptables - www.l-expert-
comptable.com

111. L’établissement des comptes annuels : obligation


(impliquée par le code du commerce) du code de commerce
Au cours de leur activité, les entreprises doivent respecter certaines obligations
comptables, définies dans le Code de Commerce. Elles doivent, à la fin de chaque
exercice, présenter leurs comptes annuels : le bilan, le compte de résultat et l’annexe.
Au cours de cette démarche, certains principes doivent être respectés.

Régularité, sincérité
Les comptes annuels doivent être « réguliers, sincères et donner une image fidèle du
patrimoine, de la situation financière et du résultat de l’entreprise. ». Si le bilan et le
compte de résultat ne suffisent pas à donner une image fidèle de l’entreprise, le chef
d’entreprise doit publier dans l’annexe des informations complémentaires.

Permanence des méthodes


D’un exercice sur l’autre, la même méthode doit être appliquée dans la réalisation des
comptes annuels, sauf changement exceptionnel. Tout changement dans les méthodes
devra être expliqué dans l’annexe.

Coût historique
Différentes méthodes sont appliquées pour enregistrer les biens d’une entreprise :
- Les biens acquis sont enregistrés à leur valeur d’acquisition
- Les biens produits à leur coût de production
- Les biens acquis gratuitement à leur valeur vénale
- Les biens fongibles obéissent à la règle du « premier entré/ premier sorti » (FIFO) ou
estimé au coût moyen pondéré.

Non compensation
Le Code de Commerce impose que les éléments de l’actif et du passif doivent bien être
distingués lors de leur évaluation et de leur présentation dans les comptes annuels. Il
s’agit là du principe de non compensation entre l’actif et le passif ainsi qu’entre les
charges et les produits dans le compte de résultat.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 2


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 1 2020

Intangibilité
Le principe d’intangibilité doit également être respecté : le bilan d’ouverture d’un
exercice doit correspondre au bilan de clôture de l’exercice précédent.

Prudence
Le but : enregistrer une charge même lorsqu’elle n’est que probable et un produit
uniquement lorsqu’il est certain. Ce principe implique que, même en cas de bénéfices
faibles ou insuffisants, les amortissements et provisions doivent être pratiqués
normalement. Toute perte ou risque doivent être pris en compte, même si leur existence
n’apparaît qu’entre la date de clôture de l’exercice et de celle de l’établissement des
comptes.

Indépendance
Seuls les bénéfices réalisés avant ou à la date de clôture peuvent être comptabilisés dans
l’exercice en question. Seule peut être enregistrée une opération déjà commencée,
acceptée par l’autre partie, dont la réalisation est certaine et dont il est possible
d’évaluer les bénéfices de façon fiable.

112. La tenue de comptabilité : Obligations fiscales

Les obligations qui incombent aux entreprises sont non seulement comptables mais
aussi fiscales. Comment sont déterminées ces obligations fiscales? Quelles sont les
différents régimes fiscaux ?

113. Les livres comptables obligatoires


Publier des documents dans lesquels figurent toutes les opérations comptables de
l’entreprise est une obligation légale. Quels sont ces documents ? Qui doit les remplir ? Et
quelles sont les spécificités de chaque livre ?

Le livre journal

Il s’agit d’un registre dans lequel l’entreprise a l’obligation d’inscrire quotidiennement et


dans l’ordre chronologique toutes les opérations qui transforment son actif. Il est
impératif d’indiquer lors de chaque inscription la source de l’opération et les références
permettant de retrouver les pièces justificatives. L’obligation de tenir ce livre-journal
incombe :
 Aux commerçants soumis ou optant au régime réel d’imposition
 Aux artisans et sociétés commerciales
 Aux professions libérales
 Etc.

Le Grand Livre

C’est un registre ou figurent les opérations inscrites au livre-journal mais saisies selon le
plan comptable. Ainsi, toutes les écritures notées dans le livre journal se retrouvent
inscrites dans un ordre correspondant au compte de chaque opération.
Tout comme le livre journal, le Grand Livre est obligatoire pour les artisans et
commerçants assujettis à un régime réel d’imposition. Pour en savoir plus, nous vous
invitons à consulter notre dossier dédié sur le Grand Livre.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 3


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 1 2020

Le livre d’inventaire

Il indique le nombre et la valeur de chaque élément du bilan à une date précise (la date
d’inventaire). Ce livre est seulement obligatoire pour les entreprises assujetties à un
régime réel normal d’imposition.

Remarque :
 Le grand livre et le livre-journal doivent aussi recourir à des journaux et livres
auxiliaires si des précisions sont à apporter. Certaines situations peuvent cependant
rendre la publication de nouveaux documents obligatoires.
 Le numéro d’immatriculation de la personne physique ou morale concernée doit être
mentionné au journal et au livre d’inventaire

114. La durée de conservation des documents comptables


Les documents comptables ont une valeur juridique très importante. C’est pourquoi le Code de
Commerce impose à l’entreprise la conservation de ces documents. Pendant combien de temps
l’entreprise doit-elle conserver ces documents ? Que risque l’entreprise en cas de perte ou de
destruction anticipée ?

Quelle est la durée de conservation des documents comptables ?

Selon le Code du Commerce, les documents comptables d’une entreprise doivent être conservés
pendant 10 ans.

Pour être plus précis, il est prévu que :


 Le livre-journal, le grand livre et le livre d’inventaire soient conservés pendant 10
ans à partir de la date de la dernière opération comptabilisée.
 Les comptes annuels (bilan, compte de résultat, annexe) soient conservés en version
originale pendant 10 ans à partir de la date de clôture de l’exercice en question.

Quelle est la durée de conservation des documents auxiliaires ?

Les éléments auxiliaires (livres, comptes, balances) sont également conservés pendant 10 ans.
Notons toutefois que pour une action en droit civil, la durée légale de conservations des
documents comptables est de 30 ans.
Si les documents sont enregistrés sous forme informatique, ils doivent être conservés en l’état
durant les 3 premières années, et sur n’importe quel support au choix du commerçant durant les
7 années suivantes (disquettes, bandes magnétiques...).

Les peines encourues en cas de fraude ?

La destruction des documents comptables avant les délais imposés est punie par le Code Général
des Impôts. Si le contrôleur ne peut réunir les documents, l’amende peut être majorée et une
rectification sera effectuée d’office par l’administration.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 4


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 1 2020

12. Rappel des principes comptables & caractéristiques


des informations comptables & financières
(Rappel des principes & règles du PCG 2005 / Décret N° 2004-272 du 18 février 2004)

121 Conventions comptables de base (quatre)


Ces conventions constituent des hypothèses fondamentales sur l'environnement économique et
social et sur l'utilisation de l'information comptable et financière et sur lesquelles repose la
formulation de principes comptables.

Le PCG 2005 a défini quatre (4) conventions comptables de base :


121-1 Convention de l'entité
121-2 Convention de l'unité monétaire
121-3 Comptabilité d'exercice
121-4 Continuité d'exploitation

122 Caractéristiques qualitatives de l'information financière (Quatre)


122-1 Pour les besoins de la prise de décision, les états financiers doivent garantir la
transparence sur la réalité de l'entité en présentant une information complète et utile.

122-2 L'intelligibilité : une information est intelligible lorsqu'elle est facilement


compréhensible par tout utilisateur ayant une connaissance raisonnable des affaires et des
activités économiques et de la comptabilité et ayant la volonté d'étudier l'information d'une
façon raisonnablement diligente.

122-3 La pertinence : une information est pertinente lorsqu'elle peut influencer les décisions
économiques des utilisateurs en les aidant à évaluer des événements passés, présents ou futurs
ou en confirmant ou corrigeant leurs évaluations passées.
La pertinence d'une information est liée à sa nature et à son importance relative.

122-4 La fiabilité : une information est fiable lorsqu'elle est exempte d'erreurs, d'omissions et
de préjugés significatifs, et lorsque son élaboration a été effectuée sur la base des critères
suivants :
• recherche d'une image fidèle ;
• prééminence de la réalité sur l'apparence ;
• neutralité ;
• prudence ;
• exhaustivité.

122-5 La recherche de l'image fidèle implique notamment le respect des règles et des principes
comptables.

122-6 La comparabilité : une information est comparable lorsqu’elle est établie et présentée
dans le respect de la permanence des méthodes et permet à son utilisateur de faire des
comparaisons significatives dans le temps au sein de l’entité et dans l’espace, au niveau national
et international entre les entités.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 5


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 1 2020

123 Principes comptables fondamentaux (huit)


Le PCG 2005 a défini huit (8) principes comptables fondamentaux dont six (6) ont été déjà
utilisés dans le cadre du PCG 1987.

Les deux nouveaux principes introduits dans le PCG 2005 sont les principes d'importance
relative et la prééminence de la réalité sur l'apparence.
123-1 Principe d'indépendance des exercices
123-2 Principe d'importance relative (seuil de signification)
123-3 Principe de prudence
123-4 Principe de permanence des méthodes
123-5 Principe du coût historique
123-6 Principe d'intangibilité du bilan d'ouverture
123-7 Principe de prééminence de la réalité sur l'apparence (substance over form)
123-8 Principe de non-compensation

13. Cohérence du PCG 2005 avec les normes


comptables internationales IAS & IFRS
131. Normes comptables internationales
Les IFRS (International financial reporting standards) sont depuis 2005 les normes comptables
internationales. Elles ont remplacé les normes IAS (International accounting stards).

Que sont les normes IFRS ?

Les normes IFRS (International financial reporting standards) sont les normes internationales
d'informations financières destinées à standardiser la présentation des données comptables échangées
au niveau international. Les normes comptables IFRS sont éditées par le bureau des standards
comptables internationaux, désigné sous ses initiales anglaises IASB. Elles remplacent depuis 2005
les normes labellisées IAS (International Accounting Standards).

Toutefois, on trouve encore certaines normes labellisées IAS (International accounting standards).
Dans les années 2000, certains scandales financiers ont mis en avant le manque de transparence des
informations à la disposition de l'investisseur privé. L'IASB fut alors créé afin d'harmoniser les rapports
comptables au niveau international, et de permettre aux investisseurs de déterminer la situation
financière d'une entreprise.

L’International Accounting Standard Commitee (IASC), la dénomination initiale de l’organisme d’élaboration des normes IAS, a
été créé en 1973.
En 2001, on a eu l’apparition de l’International Accounting Standard Board (IASB) qui a remplacé l’IASC. Par la même occasion,
l’appellation des normes a été changée en IFRS au lieu de International Accounting Standard (IAS). Le changement de
dénomination est applicable seulement aux nouvelles normes.
A ce jour, on a un cadre conceptuel, 34 IAS élaboré par l’IASC et 1 IFRS élaboré par l’IASB. En plus on a 31 interprétations du
Comité Permanent d’ Interprétations (SIC). L’ensemble constitue les IFRS.

Les principes régissant les normes IFRS

L'information comptable doit être "pertinente, intelligible, fiable et d'une importance relative". Les
normes comptables IFRS posent des principes plutôt que des règles, ce qui laisse aux entreprises des
marges de manœuvre.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 6


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 1 2020

Ces principes sont les suivants : l'approche bilancielle (priorité du bilan sur lecompte de résultat), la
primauté de la substance sur la forme, le principe de neutralité, la priorité accordée à la vision de
l'investisseur, la place importante accordée à l'interprétation, et le principe de prudence.

Qui doit respecter les normes IFRS ?

Depuis 2002, les entreprises de l'Union européenne faisant appel à l'épargne publique sont contraintes
de présenter leurs comptes-rendus financiers en utilisant la standardisation IFRS. Cette obligation est
destinée aux sociétés cotées en bourse et aux grands groupes internationaux doivent respecter les
normes IFRS/IAS. Les autres sociétés n'ont aucune obligation en la matière. Les PME peuvent aussi les
respecter en se basant sur un référentiel simplifié baptisé "référentiel IFRS entités privée" ou "IFRS
PME".

L’actuel PCG Malagasy suit les normes IAS/IFRS.


Liste des normes IFRS
Liste des normes IFRS
Norme Intitulé
IFRS 1 Première application des normes d'information financière internationale
IFRS 2 Paiements fondés sur des actions
IFRS 3 Regroupements d'entreprises
IFRS 4 Contrats d'assurances
IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées
IFRS 6 Exploration et évaluation de ressources minières
IFRS 7 Instruments financiers : information à fournir
IFRS 8 Secteurs opérationnels
IFRS 9 Instruments financiers
IFRS 10 Etats financiers consolidés
IFRS 11 Partenariats
IFRS 12 Informations à fournir sur les intérêts détenus dans d'autres entités
IFRS 13 Evaluation de la juste valeur
IFRS 14 Comptes de report réglementaire
IFRS 15 Produits des activités ordinaires tirés des contrats conclus avec des clients
IFRS 16 Contrats de location
IFRS 17 Contrats d'assurance
IAS 1 Présentation des états financiers
IAS 2 Stocks
IAS 7 Tableaux des flux de trésorerie
IAS 8 Méthodes comptables, changements d'estimations comptables et erreurs
IAS 10 Evénements survenant après la date de clôture
IAS 11 Contrats de construction
IAS 12 Impôts sur le revenu
IAS 16 Immobilisations corporelles
IAS 17 Contrats de location
IAS 18 Produits des activités ordinaires

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 7


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 1 2020

Liste des normes IFRS


Norme Intitulé

IAS 19 Avantages du personnel


IAS 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l'aide publique
IAS 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères
IAS 23 Coûts d'emprunt
IAS 24 Informations relatives aux parties liées
IAS 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite
IAS 27 Etats financiers consolidés et comptabilisation des participations dans les filiales
IAS 28 Participations dans les entreprises associées
IAS 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes
IAS 32 Instruments financiers : informations à fournir et présentation
IAS 33 Résultat par action
IAS 34 Information financière intermédiaire
IAS 36 Dépréciation d'actif
IAS 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels
IAS 38 Immobilisations incorporelles
IAS 39 Instruments financiers : comptabilisation et évaluation (adoption partielle au plan européen)
IAS 40 Immeubles de placement
IAS 41 Agriculture

14. Contrôle & révision comptable


141. Qu'est-ce que la révision des comptes ?
Elle consiste à vérifier les soldes comptables avant d'éditer le bilan.
Ce contrôle doit être fait au moins une fois par an au moment de la clôture de l'exercice.
Cependant, la plupart des comptes seront vérifiés en cours d'année pour alléger la révision de fin
d'exercice.
La révision comptable consiste à effectuer un certain nombre de travaux afin de vérifier que la
comptabilité d’une entreprise soit correcte et conforme aux règles en vigueur.

142. Qui peut réviser les comptes d’une entreprise ?


La révision comptable est un ensemble de tâches pouvant être effectuées en tout ou partie :
· Directement par l’entreprise (par son dirigeant ou son service comptable) et/ou
· Par son expert-comptable.
Lorsque l’établissement des comptes annuels est délégué à un Expert-Comptable (c’est-à-dire
qu’il exerce une mission de présentation des comptes annuels), il est tout à fait envisageable de
décomposer la mission de révision des comptes et d’attribuer des tâches différentes à chaque
intervenant

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 8


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 1 2020

143. Quand réviser ses comptes ?


L’entreprise peut être amenée à réviser ses comptes pour différentes raisons :
· Dans le cadre de la clôture de son exercice et de l’établissement de ses comptes annuels ;
· A l’occasion de l’établissement d’une situation comptable intermédiaire ;
· Sous l’effet d’une disposition fiscale (cas de l’allongement de la durée d’un exercice ayant pour
effet de ne pas clôturer d’exercice pendant une année)

144. Comment réviser ses comptes ?


La révision comptable consiste à vérifier et à justifier l’ensemble des postes comptables du bilan
et du compte de résultat.
Voici en quoi elle consiste.

Le contrôle des comptes de la classe 1 à 5


1) Les comptes d'attente (47...)
2) Les comptes de trésorerie (classe 5)
3) Les comptes clients
4) Les comptes fournisseurs
5) Les autres comptes

Le processus de révision comptable concerne également les cycles immobilisations, emprunts et


capitaux propres.

Les contrôles des comptes de la classe 6 à 7 (compte de résultat)


Le contrôle des comptes s'effectue en 3 temps :
· Vérifier les imputations comptables des charges et produits en veillant au bon rattachement de
l'exercice concerné.
· Par un examen analytique qui consiste à comparer les soldes de l'exercice avec ceux de
l'exercice précédents. Les variations significatives devront être justifiées.
· Par un examen de cohérence par rapport aux statistiques professionnelles qui vise à comparer
les ratios principaux de l'entreprise (marge brute, valeur ajoutée, charges de personnel/CA,...)
avec ceux de la profession.

Lorsque l’on révise des comptes, il est possible de gagner en temps et en efficacité en suivant ces
quelques conseils :
Saisir correctement sa comptabilité
Tenir sa comptabilité à jour
Constituer un dossier de travail

CONCLUSION
Telle est la première séquence qui a essayé de fournir les préalables aux travaux d’audit.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 9