Vous êtes sur la page 1sur 17

TORA CHRISTIAN

Activité 4. 2 Etude des Cas 3


I. Cas BATIMAT
Acceptation de la mission - diligences d’acceptation
1. Quelles seront les principales diligences de la phase d’acceptation ?
Avant d’accepter une mission, le commissaire aux comptes doit apprécier :
 Son indépendance ;
 L’absence d’incompatibilités (personnelles, financières et professionnelles) ;
 L’appartenance à un réseau ;
 Sur ses compétences ;
 Sur une prise de connaissance globale de l’entité ;
 Sur une prise de contact avec le commissaire aux comptes prédécesseur

2. Sur la base de la description de la société BATIMAT, identifiez les principaux facteurs de risques
pouvant avoir une incidence sur la mission du commissaire aux comptes.
 Liens familiaux et personnels
 Liens professionnels
 Appartenance à un réseau
 Les compétences
 Prise de contact avec le commissaire aux comptes prédécesseur

3. Quels sont le rôle et le contenu de la lettre de mission ?


La lettre de mission a pour rôle de constituer un contrat classique qui va lier l’entreprise avec son expert-
comptable et sera en cas de litige une preuve à part entière.

La lettre de mission doit comporter les éléments suivants, sans préjudice d'autres éléments liés aux particularités
de la personne ou de l'entité contrôlée, que le commissaire aux comptes jugerait utile d'ajouter :
 la nature et l'étendue des interventions qu'il entend mener conformément aux normes d'exercice
professionnel ;
 la façon dont seront portées à la connaissance des organes dirigeants les conclusions issues de ses
interventions
 les dispositions relatives aux signataires, aux intervenants et au calendrier ;
 la nécessité de l'accès sans restriction à tout document comptable, pièce justificative ou autre
information demandée dans le cadre de ses interventions ;
 le rappel des informations et documents que la personne ou l'entité doit lui communiquer ou mettre à sa
disposition
 le souhait de recevoir une confirmation écrite des organes dirigeants de la personne ou de l'entité pour
ce qui concerne les déclarations faites au commissaire aux comptes en lien avec sa mission ;
 le budget d'honoraires et les conditions de facturation.
4. Comment se concrétisent l’obligation de vigilance et l’identification du bénéficiaire effectif dans le cadre de la
lutte contre le blanchiment et le terrorisme lors de l’acceptation du mandat ?
Lorsque le CAC apprécie le caractère probant des éléments collectés à l’occasion des travaux mis en
œuvre pour les besoins des missions et prestations , et le commissaire aux comptes procède à un
examen attentif des opérations objet de ses contrôles, en veillant à ce qu’elles soient cohérentes avec
sa connaissance de l’entité.

Orientation de la mission – identification inhérents


Facteurs Risques d’anomalies Incidence sur la mission du commissaire
significatives aux comptes
Complexité Réglementation. Activités faisant l’objet d’une
Modèle économique. réglementation poussée et très
Référentiel d’information complexe.
financière applicable. Évaluations comptables faisant appel à
Opérations. des processus complexes,
Recours à des opérations de
financement à des entités et d’autres
mécanismes complexes de financement.

Subjectivité Référentiel d’information Large fourchette de critères d’évaluation


financière. possibles d’une estimation comptable.
Modèle choisi par la direction pour
l’évaluation d’actifs non courants

Changements Conjoncture économique. Activités dans des régions


Modèle économique. économiquement instables
Situation géographique.
Structure de l’entité. Changements dans la chaîne
d’approvisionnement.

Expansion vers de nouveaux lieux


d’implantation.

Autres facteurs de risque inhérent Contraction du capital et du


crédit
Examen analytique – seuil de signification
1. Donnez une définition et préciser le rôle de l’examen analytique.
La revue analytique, également appelée l'examen analytique, est une technique d'audit utilisée lors
de l'examen des comptes annuels d'une entreprise.
Elle consiste à comparer les données résultant des comptes clôturés à la fin d'un exercice avec :
 des données antérieures,
 les données des entreprises concurrentes,
 des données postérieures en vue d'effectuer un prévisionnel.

L'objectif de cette analyse est de comprendre la situation actuelle de l'entreprise pour cerner ses failles, ses points
forts et envisager des solutions pour l'avenir.

2. Sur la base des chiffres significatifs du bilan et du compte de résultat, quels


pourraient être, pour BATIMAT, les risques d’anomalies et les principaux domaines et
axes de contrôles ?

Les risques d’anomalies :


 Des estimations comptables qui ne semblent pas raisonnables ;
 Des informations inexactes, ou omises, dans les états financiers

Les axes de contrôles :


 Appréciation du contrôle interne
 Contrôle des comptes
3. Vous avez prévu de contrôler le cycle « stocks »

Le seuil de signification est constitué par la limite en deçà de laquelle une erreur commise de bonne foi par
l'entreprise est sans incidence sur l'image fidèle des annuels. Par défaut, le seuil de signification constitue donc la
limite à partir de laquelle un élément cesse d'être considéré comme fiable.

Le seuil est défini par la norme professionnelle NP 2400 relative à la mission d'examen limité. Elle précise que
préalablement à la mise en œuvre des procédures d’examen limité, le professionnel de l’expertise
comptable détermine le (ou les) seuil(s) de signification qui vont lui permettre d’évaluer l’incidence des anomalies
détectées sur sa conclusion.
Pour la détermination de ces seuils, il applique les principes définis dans la norme professionnelle relative aux
anomalies significatives et au seuil de signification applicable à la mission d’audit de comptes.

En pratique, l’audit portera sur les postes et les opérations qui sont les plus porteurs de risques et à travers
lesquels la fidélité des comptes se révèle le plus. Les montants au-delà desquels les décisions économiques ou le
jugement fondé sur les comptes sont susceptibles d’être influencés.

Les seuils choisis me semblent raisonnables vue les comptes présentés.

Appréciation contrôle interne – risques – assertions


1. Donnez une définition et préciser les objectifs du contrôle interne

Le contrôle interne est un dispositif mis en œuvre par la direction d'une administration (privée
comme les entreprises ou publique comme les ministères) pour lui permettre de maîtriser les
opérations à risques qui doivent être faites par elle.

Le contrôle interne peut être aussi un processus mis en œuvre par l'organe de direction (c'est-à-
dire le Conseil d'Administration), les dirigeants et le personnel d'une organisation, destiné à
fournir une assurance raisonnable quant à la réalisation des objectifs suivants :

 Réalisation et optimisation des opérations,


 Fiabilité des informations financières,
 Respect des lois et réglementations en vigueur. 

Appréciation du contrôle interne – tests de procédures


1.Rappelez le rôle du commissaire aux comptes dans l’appréciation du contrôle
interne.
L’appréciation du contrôle interne par le commissaire aux comptes est composé de deux étapes
1) comprendre les procédures de traitement des données mises en place par l’entreprise.
2) vérifier le fonctionnement des contrôles internes de l’entreprise pour être sûr que les
résultats escomptés tout au long de la période examinée soient justes.

2. Donnez une définition et précisez le rôle des tests de procédures.


Les tests de procédures permettent de collecter des éléments en vue d'apprécier l'efficacité des contrôles conçus
et mis en œuvre par l'entité pour prévenir, détecter ou corriger les anomalies significatives au niveau des
assertions.
Le commissaire aux comptes réalise des tests de procédures pour collecter des éléments suffisants et appropriés
montrant que les contrôles de l'entité ont fonctionné efficacement au cours de la période contrôlée dans les cas
suivants :
 Lorsqu’il a retenu, dans son évaluation du risque d'anomalies significatives au niveau des assertions,
l'hypothèse selon laquelle les contrôles de l'entité fonctionnent efficacement ;
 Lorsqu’il considère que les seuls contrôles de substance ne permettent pas de réduire le risque d'audit à
un niveau suffisamment faible pour obtenir l'assurance recherchée.

Contrôle des comptes – sélection en audit – confirmation directe

1. Dans un tableau synthétique, présentez la liste et décrivez les contrôles de substance à votre disposition

2. Quelles sont les techniques de sélection des éléments à contrôler en audit ?

 Contrôles sur pièces ;


 Observation physique :
 Confirmation directe (circularisation) ;
 Examen analytique ;
 Sondages.

Contrôle des comptes – examen analytique – contrôle de substance


1. Le commissaire aux comptes peut-il utiliser les procédures analytiques lors du contrôle des comptes ?
Oui, parce que l'utilisation de cette technique peut notamment permettre au commissaire aux comptes
d'identifier des opérations ou des événements inhabituels.
II. Cas ATSUKAYA S.A
La revue du processus Clients-Ventes
Annexe 1 complétée : Diagrammes de circulation des documents
(flow chart) du processus Clients-Ventes avec identification des forces [FO] du système
SERVICES
Misàjourle15/03/NparJ.A.

TravaileffectuéparReprésentantDirectionMarketingComptabilitéMagasin

Représentant
Client

Prisedecommandeet
préparationd’unB/C
prénuméroté FO1
)
Directeurdu
Marketing
ousonadjoint Contrôleconformité
Bonde B/Cetapposelevisa
4)
commande
(
,2,3,
Employéduservice
defacturation (1
FO2
B/C(4) Établissement
Client 4)
facture
,2,3, Contrôleconformité
(1 B/C,F/A

Magasinier
F/A(4)

FO3
F/A1,
B/C3

SurbasedeF/A2et3
etB/C4sortie
mandataire

A
ATSUKAYASA1/3

PROCÉDURES

Lereprésentantprendlaco
mmandedu
revendeur(client)etétablitunbo
B/C)en4exemplaires.Ilyindiq
ndecommande
quantités,prix,conditionsduc
ueréférences, e
livraison,puislerépartitc
réditetdélaide
) r e
exemplaireauclient(avecaccus
ommesuit:1
e e
1) et exempla
àladirectionMar
éderéception),2
classementpersonneld
3 keting,4 ireau
ureprésentant.
(
LedirecteurduMarketing(ous
onadjoint
revoitquotidiennementlacon
références,quantités,...)etmat
formitédesB/C
encontresigna
érialisesonaccord
nt(visa).
2
Les eeteexemplairesduB/C
2) 3)transmisauserviceFacturatio
3 sontalors
Marketingpourétablissemen
ndeladirection
facturationprénuméroté
td’unelicencede
( Exemplaires1,2et3transmisavec
erépartieaussi.
duB/Càlacomptabilité.Exemplai
les2exemplaires
leserv
re4classédans
ice.
LacomptabilitécontrôleavecleB
/Clafacture.
Ellematérialisesoncontrôle
l’exemplairen°2delaF/A,
parunvisasur

ettransmet:
–F/A2et3etB/C2auma
FV1etB/C3auclassementp
gasin;
Àlaréceptiondes2exemplairesd
rovisoire.
4) elaF/Aetde
l’exemplaire3,lemagasinierso
correspondant
rtlamarchandise
edustock.

5)
Misàjourle15/03/N
ATSUKAYASA2/3 SERVICES
parJ.A.
PROCÉDURES TravaileffectuéparMagasinExpéditionsComptabilitéClient
Lemagasiniersortla
marhandisedustocketl’envoi A
avecunexemplaireduB/Cetd
c e
6) elaF/AauserviceExpéditions.Il
enregistre,surlabasedel’aut
exemplairedelaF/A,lasortiesu
re
Magasini Transmissio
rlacartedestock,puisilclassela
er marchandisesav
n
factureparordrenumériq
3). FO5
ecF/A2etB/C2
F/Aue
(
LechefduserviceExpéditions Contrôl
faitrecompteretcontrôler conformi
e
marchandise,illafaitcompar
la Enregistreme marchandis

aveclaF/A2(etleB/C2)et, sortiesurcart
nt avecF/A2etB/C
es
er
aprèsaccord,faitprépareru Chefduservic edestock(a
7) )
ne
liassed’avisd’expédition eExpédition
r partitles3exemplairescom
et s
suit:
éme
–l’AEn°1accompagnéduB/C2 F/A3 Préparatiliass
estenvoyéauclientavecl avisd’expéditi
on e
amarchandis on
–l’AEn°2estenvoyéavecla
e;
F/A2àlacomptabilitéClients;
–l’AEn°3estclassé.

2+
Leresponsabledela Avi
d’expédition1
Responsablecomp s3
comptabilitéClients,surlabas , 2, AE1+B/C
te
Client AE2, marchandis
edelaFV2etduB/C2,établitune
8) bandemachinedesvent s FV2 ( es)Clien
t
journalièr
es
es. AE3 ÀpartirdesF2dela...,
préparationd’u
a)Nota:Ileûtétébon,pourunmeilleurcontrôleinterne, bandemachi
ne
quelatenuedescartesdestocksoitassuréeparu ne
personneindépendantedumaga
ne
sin. Bandedesvent
esjournalièr
es
B

(
Misàjourle15/03/N
ATSUKAYASA3/3 SERVICES
parJ.A.
PROCÉDURESTravaileffectuéparComptabilitéClientsMécanographieClient
Leresponsabledelacomptabilité
Clientsestchargédel’envoidela F/A1,
Responsablecompt B/C3
factureauclient.Ilagrafel’autre B
e
Clients
exemplaireàl’avisd’expéditionetau
B/Cetletransmetàla
9) mécanographie,aveclecompte
individuelclient(s’ilenexisteun).

F/A1 Client

F/A2,AE2,B/C3

Lamécanographieenregistrela Bandemachine,
Mécanograph Enregistremen
journalventes
factureetmetainsiàjour: e comptabledesfactures
t
–lejournaldesventes; Compteclient
Individuel
–lecompteindividuelclient;
–lescomptescollectifsdeG/L.
10)
Unecopiedujournaldesventesetle
compteclientsonttransmisàla
comptabilitéClients. FO6
Responsablecompt
e Rapprochementbande
Clients machineetjournaldesventes
GL

LacomptabilitéClientsrapproche Journaldes
vente
letotalcomptabiliséaujournaldes s
ventesaveclabandemachine. JV
BM
Bandemachine,F/A,AE,B/Cet
copiesdujournaldesventessont
11) classé
Compteclient
s.
F/A,
AE,
B/C

Comptecollectif
clien
t
Annexe 2 complétée : Questionnaire de contrôle interne sur le cycle Vente-
Facturation
Société ATSUKAYA SA FO = Force
Date de clôture : 31/12/N FA = Faiblesse

Objectif n° 1 : Toutes les marchandises expédiées sont correctement facturées et comptabilisées


Questionnaire de Contrôle Interne Réponses Réf. Ordin.
1) Les marchandises sont physiquement sorties du stock a - F0 3 (1 de 3)
a - Quel contrôle assure que les marchandises lorsque la facture parvient au magasin. Marchandise
nepeuvent pas être expédiées sans être facturées ? et facture doivent être transmises ensemble à
l’expédition. En fin d’exercice, un rapprochement est b - non porté sur flow chart
fait entre les dernières livraisons de l’exercice (et les
b - Quels contrôles assurent un enregistrement
principales des 2 derniers mois) et l’enregistrement
correctlorsque les marchandises sont livrées et la facture
des ventes dans la même période.
correspondante enregistrée dans une autre période
comptable ?

2) a - Comment sont enregistrées les marchandises Aucune procédure formalisée en cette matière, si ce a - non porté sur flow chart b -
retournées par les clients ? b - Quels contrôles opère-t-on sur n’est l’émission de bons de réception par le magasin, FA 1
ces enregistrements ? pour les principaux retours.

3) Quels contrôles assurent un enregistrement correct des


ventes en consignation ?
F0 4 (2 de 3)
Une comparaison journalière est faite par le service
4) Quels contrôles assurent qu’une vente ne peut être facturée Comptabilité entre les factures émises (en séquence
sans être enregistrée dans les comptes ? numérique) et le journal des ventes établi par le
service comptable
5) a - De quelle manière les prix sont-ils déterminés ?
autorisés ? b - Quelles sont les procédures d’autorisation
des factures gratuites, corrigées ou annulées ?
c - Dans quelles circonstances sont accordés rabais, remises et a - Prix déterminés par représentant sur la base du
ristournes ? catalogue, revus par le directeur du Marketing
b - F0 1 (1 de 3) c -
c - Aucune procédure formalisée en la matière FA 2
6) a - Qui autorise les avoirs ? b - À partir de quels Pas de procédure formalisée. Les avoirs sont émis sur
documents sont-ils préparés ? la base des bons de retour, et établis par le magasin
pour les principaux retours
b - FA 1 non décrit
7) Les factures de vente sont-elles indépendamment vérifiées : À l’exception des rabais, remises, ristournes,
– quant à leurs références et quantités ? vérifications faites par les différents services F0 1 (1 de 3)
– quant au prix et à l’exactitude mathématique ?
– quant aux conditions de vente ? F0 2 (1 de 3)
– avec les bons de commande ? F0 3 (1 de 3)
– avec les documents d’expédition ? F0 4 (2 de 3)

8) S’il existe des ventes faites contre espèces, quels contrôles Aucune vente au comptant Non applicable
existe-t-il à leur égard ?
9) a - Balance mensuelle des comptes
a - Quelle est la périodicité du rapprochement effectué entre le individuels
compte collectif clients et les comptes individuels ? b - Qui
autorise les écritures sur le compte client ? c - Qui est chargé b - Le responsable de la comptabilité
d’enregistrer les écritures sur les comptes clients ? Clients - Le comptable, sur la base des différents
documents visés
b - Non décrit c -
(3 de 3)
Objectif n° 2 : Tous les montants facturés sont recouvrables, et revus régulièrement
Questionnaire de Contrôle Interne Réponses Réf. Ordin.

1)
a - Quels registres sont utilisés pour prendre note des a - Le registre des réclamations est tenu par le
réclamations des clients ? b - Quel est le contrôle exercé sur directeur du Marketing.
ces registres ? b - Une revue périodique est faite et est
communiquée au chef comptable.
2) b - Aucune procédure formalisée c -
a - Quelle est la procédure suivie lors de l’ouverture d’un Contrôle inscrit sur flow-chart en
nouveau compte client ? b - Quel est le système d’attribution
de crédit utilisé ? c - Quelle est la procédure utilisée pour
s’assurer de la conformité des commandes reçues ?
d - Quels sont les contrôles qui existent pour vérifier que toutes
les vérifications ont eu lieu avant l’expédition des marchandises
?
F0 1 (1 de 3)
3)
a - De quelle manière les comptes clients sont-ils revus et avec
quelle périodicité ? Par qui ? b - Quelle est la procédure de
suivi des clients en retard de règlement ?
c - Quelle est l’autorisation requise pour l’enregistrement en
perte de créances ? d - Quelle est l’autorisation requise pour Non décrit sur flow-chart
allouer un crédit supplémentaire ? e - De quelle manière les
d - Le directeur financier après consultation du
créances passées en pertes sont-elles suivies ?
directeur du Marketing
e - Elles sont suivies par le directeur financier
FA3
4)
a - Quelle approbation est requise pour que les comptes clients
soient réglés par traites ? b - Quels registres détaillés sont
maintenus en nature d’effets ? c - Quelle protection est
a - Seul le chef de la comptabilité y est autorisé b - Les Non décrit sur flow-chart
maintenue sur les effets ? d - Qui autorise les escomptes
registres d’effets par échéance
d’effets ?
c - Les effets sont conservés dans le coffre-fort du
service Trésorerie d - Seul le directeur financier
5) Quelle procédure est fixée pour l’allongement de crédit, le Autorisation express du directeur financier sur proposition
renouvellement ou l’annulation des effets ? du chef comptable Non décrit
Annexe 3 : Programme de vérification à mettre en place
Programme détaillé de vérification
Cycle Ventes-Facturation Client

ATSUKAYA SA
Date de Clôture : 31/12/N

Objectif : Toutes les marchandises expédiées sont correctement facturées et comptabilisées


Travail à accomplir Étendue du contrôle Travail effectué
1) Vérifier quantitativement que la direction du Marketing contrôle la 3 séquences numériques de 20 bons de commande
conformité des bons de commande (référence, quantité, exactitude sélectionnés dans les 2 derniers mois et mois en cours.
mathématique) en examinant la contresignature sur le bon de commande

2) Contrôle qualitatif des bons de commande (référence, prix avec tarif,


exactitute arithmétique, signature du représentant)

3) Vérifier quantitativement le paraphe de la comptabilité matérialisant le 3 séquences numériques de 20 factures sélectionnées


contrôle de la conformité de la facture avec le bon de commande dans les 2 derniers mois

4) Contrôle qualitatif des factures avec les bons de commande (quantité, Dépend du contrôle 3) mais si le résultat du 3) est
prix, exactitude arithmétique, TVA, conditions de crédit) satisfaisant, sélectionner 15 factures au hasard sur les
2 derniers mois et mois en cours

5) Contrôle qualitatif de l’avis d’expédition (quantité, référence, signature) 2 séquences numériques de 10 bons dans les 2 mois
avec la facture ou le bon de commande précédents

6) Contrôle quantitatif de l’existence d’un rapprochement entre la 20 journées prises au hasard dans les 2 mois
séquence des ventes et le journal des ventes précédents et le mois
en cours

7) Contrôle qualitatif du rapprochement entre la séquence des ventes et Dépend des résultats de 6), mais si 6) donne un
le journal des ventes résultat satisfaisant, 5 journées prises dans les 10
sélectionnées ci-dessus
Annexe 4 : Lettre sur le contrôle interne rédigée à l’attention de la présidence de la
société
Monsieur le Président
Directeur Général ATSUKAYA S.A.
14, rue Léon Harman
75116 Paris
Monsieur,
Conformément aux termes de notre lettre du… et à la teneur de nos entretiens, nous avons
procédé à une analyse du système de contrôle interne relatif au cycle des ventes de votre
Société.
Cette intervention avait pour objectif de faire ressortir les faiblesses éventuelles de contrôle
interne dans ce cycle et vous soumettre nos recommandations y afférent.
Nous avons cru intéressant d’annexer en une deuxième partie, certaines remarques générales de
contrôle interne que nous avons relevées lors de notre étude.
Nous tenons à préciser que, de par sa nature, cette lettre ne contient que des observations
critiques, en ce sens, qu’elle vise uniquement à exposer les commentaires et recommandations
concernant les faiblesses constatées au cours de notre mission. Elle ne fait, en conséquence,
aucune référence aux nombreux points forts du dispositif de contrôle interne en vigueur dans la
Société.
Comme convenu, nous exposerons dans une autre lettre, les faiblesses de procédure relevées
lors du contrôle de vos états financiers.
Nous tenons à exprimer nos remerciements au personnel de votre Société pour la coopération
dont il a fait preuve au cours de notre intervention.
Restant à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire que vous
souhaiteriez obtenir.
Nous vous prions d’agréer, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.
En remarque préliminaire, mais très importante, nous recommandons une bascule rapide de
l’organisation de la société et de ses processus sous un progiciel (Oracle, SAP, JD Edwards, SAGE,
etc.). Celui-ci permet de structurer, simplifier et sécuriser l’ensemble des transactions.
Il permettra en outre un meilleur suivi dans le temps des opérations passées et en cours, un accès
instantané pour toutes les personnes intéressées des informations commerciales et financières, des
analyses paramétrables pour l’activité, des créations d’alertes automatiques (en cas de non
réception d’une facture par exemple), des règlements facilités par virement et une traçabilité des
opérations. L’utilisation d’un tel progiciel est aussi une économie importante de papiers et
d’impressions, et à terme, si souhaitée, une réduction du personnel administratif.

1. Cycle des ventes


1. Absence de procédure en matière de retours de marchandises de
clients
Nous avons constaté qu’il n’existait pas de procédure écrite en matière de marchandises retournées
par les clients. C’est ainsi que des bons de réception ne sont pas systématiquement émis lors du
retour de ces marchandises.
Cette absence de procédure peut :
– fausser les quantités apparaissant sur l’inventaire permanent dans la mesure où le responsable du
suivi des stocks n’est pas toujours avisé de l’entrée en stock ;
– rendre difficile l’établissement des avoirs, par le fait que le service commercial ne dispose pas
toujours d’une attestation de retour.
Il est donc indispensable qu’une procédure soit formalisée en cette matière, prévoyant en particulier
l’émission, pour tout retour de marchandises, d’un bon de réception qui serait communiqué aux
différents services intéressés.

2. Nécessité d’un examen de la solvabilité des clients


Les bons de commande, une fois remplis par les représentants, sont transmis au service commercial
qui, après avoir contrôlé leur caractère complet et leur exactitude mathématique, prépare les
factures de vente correspondantes.
Mais le système en place est tel, qu’aucune étude de la solvabilité des clients n’est réalisée par la
Direction.
Ce fait risque d’entraîner l’expédition de marchandises :
– à des clients ayant dépassé le plafond de crédit qui pourrait leur être alloué ;– à de nouveaux
clients, dont la solvabilité n’a pas été examinée.

Un contrôle interne efficace exige :


– la communication régulière au Directeur Commercial et du Crédit, d’une balance clients par
ancienneté de solde ;
– l’analyse systématique par le Directeur Commercial et du Crédit de la solvabilité des nouveaux
clients et son approbation des bons de commande d’un montant supérieur à 5 000 euros.

3. Manque de contrôle sur les rabais et remises accordés et sur l’émission de certaines
factures
L’examen du système des ventes nous a permis de remarquer qu’il n’existait pas de contrôle formel
sur l’octroi aux clients de rabais et ristournes, sur l’émission de factures gratuites et sur la correction
ou l’annulation de factures.
Les rabais et ristournes accordés, de même que l’émission et l’annulation de factures ayant une
incidence directe sur le bénéfice de la Société, il est impératif que des autorisations expresses
soient fixées pour ces opérations et qu’en général un contrôle bien formalisé soit établi en la
matière.

4. Balance des comptes individuels par ancienneté de solde


En fin d’année, la Société établit sa provision pour dépréciation financière des créances clients au vu
des comptes individuels. Nous sommes d’avis que cette tâche serait grandement facilitée si une
balance par ancienneté (balance âgée) de solde des comptes individuels clients était élaborée. Sur
cette balance, le montant dû par chaque client serait ventilé par ancienneté en fonction des mois de
facturation (3 derniers mois, 4 à 6 mois, 6 à 12 mois, au-delà d’un an…).
L’établissement mensuel de cette balance a, de plus, l’avantage de permettre à la Direction de la
Société d’être informée sur les arriérés clients et aux services comptables d’effectuer les relances
nécessaires au recouvrement des créances.
2. Remarques générales - Manuel de procédures
Les procédures administratives et comptables permettent la mise en application de principes
fondamentaux de contrôle interne et à ce titre constituent le principal agent par lequel la Direction
garde le contrôle des opérations.
L’importance des procédures et du contrôle interne rend nécessaire leur codification, c’est-à-dire la
constitution d’un recueil de consignes permanentes. Ce manuel de références
comporteprincipalement les avantages suivants :
– il assure la cohérence et la pérennité des procédures ;
– il constitue une référence officielle, permettant d’effectuer périodiquement et systématiquement
des contrôles d’application ;
– il constitue un moyen de formation rapide des employés ;
– il est une condition d’efficacité du service d’audit interne dans la mesure où il représente une
source de référence.
À l’heure actuelle, les procédures existantes peuvent être appréciées soit par tradition, soit à travers
des notes de service ou d’instruction.
En raison de l’activité de la Société, nous considérons qu’il est nécessaire que la Société se dote
d’un manuel de procédures visant à sauvegarder ses intérêts et à maintenir et accroître son
efficacité.