Vous êtes sur la page 1sur 11

Cours de MDF (2ème ann. Lic. GC) 2019/2020 Dr. D.

MEZHOUD

CH – II : STATIQUE DES FLUIDES

I.1. Introduction
⃗ = 𝟎). Un fluide est dit au
La statique des fluides a pour objet l’étude des fluides au repos (𝑽
repos si les particules fluides sont immobiles les unes par rapport aux autres.
Lors d’une plongée sous-marine, on constate que la pression de l’eau augmente avec la
profondeur. La pression de l’eau au fond d’un barrage est nettement plus grande qu’au
voisinage de la surface. Les effets de la pression doivent être pris en considération lors du
dimensionnement de structures telles que les barrages, les réservoirs… etc. Les ingénieurs
doivent calculer les forces exercées par les fluides avant de concevoir de telles structures.
Ce chapitre est consacré à l’étude des fluides au repos. Les lois et théorèmes fondamentaux en
statique des fluides y sont énoncés. La notion de pression, le théorème de Pascal, le principe
d’Archimède et la relation fondamentale de l’hydrostatique y sont expliqués.

Remarque : Au repos la viscosité des fluides n’intervient pas, les équations de la statique sont
les même pour un fluide réel ou parfait.

I.2. Notion de pression en un point d’un fluide


La pression est une grandeur scalaire. C’est l’intensité de la composante normale de la force
qu’exerce le fluide sur l’unité de surface.
Considérons un point A à l’intérieur d’une masse
⃗ ,
liquide et découpons une surface S, de normale 𝒏
entourant ce point (figure II.1). En tout point de
cette surface les conditions physiques sont
identiques. Le liquide est au repos, les molécules
liquides n’exercent aucun frottement ; donc, il
n’existe aucune composante tangentielle dans le
plan de S. Toutes les forces sont normales à S et admettent une résultante F également normale
à S. Cette résultante F est appelée « Force pressante » ou « force de pression » sur S.
𝐅
Le rapport 𝐒 est la pression moyenne p par unité de surface. On écrit donc :
𝑭
𝒑= [𝑷𝒂]
𝑺

1
Cours de MDF (2ème ann. Lic. GC) 2019/2020 Dr. D. MEZHOUD

Remarque:

- En n’importe quel point d’un liquide, la pression est la même dans toutes les directions.
La pression ne dépend pas de l’angle d’inclinaison de la surface considérée.
- Dans un liquide en équilibre, la pression agissant sur un élément de surface est toujours
normale à cet élément de surface.

I.3. Relation fondamentale de l’hydrostatique


Considérons 2 points A et B appartenant à un liquide au repos.

Avec :

𝝆 : Masse volumique du liquide en (kg/m3)


𝒈: Accélération de la pesanteur en (m/s2)
Z : La cote en (m) suivant l’axe vertical par
rapport à un plan de référence horizontal
quelconque, elle positive vers le haut et
négative vers le bas.

p pression statique en (Pa)

La relation fondamentale de l’hydrostatique s’écrit :

𝐩𝐀 + 𝝆𝒈𝒛𝑨 = 𝐩𝐁 + 𝝆𝒈𝒛𝑩 (Quelques soit la position de A et B)

𝐩𝐁 = 𝐩𝐀 + 𝝆𝒈(𝒛𝑨 − 𝒛𝑩 ) 𝒂𝒗𝒆𝒄 (𝒛𝑨 − 𝒛𝑩 ) = 𝒉


Attention le pt B doit être en dessous du pt A.

Cette dernière équation est appelée l’équation de la statique et s’écrit :

𝐩𝐁 = 𝐩𝐀 + 𝝆𝒈𝒉

- Si 𝐩𝐀 = 𝐩𝐁 et A et B appartiennent au même liquide, alors 𝒛𝑨 = 𝒛𝑩 , on dit que A et B


appartiennent à un même plan horizontal.
- Si le pt A et le pt B appartiennent au même liquide et que 𝒛𝑨 = 𝒛𝑩 alors 𝐩𝐀 = 𝐩𝐁

2
Cours de MDF (2ème ann. Lic. GC) 2019/2020 Dr. D. MEZHOUD

I.3.1. Surface d’égale pression – surface libre


La surface d’égale pression est une surface en laquelle tous les points sont soumis à la même
pression.
Il découle de l’équation de l’hydrostatique que dans un liquide au repos, tous les plans
horizontaux sont des surfaces d’égales pressions (isobares).
La surface en contact avec un milieu gazeux est appelée « surface libre ». Cette surface
représente une surface d’égales pressions.

On a : 𝐩𝐀 = 𝐩𝐚𝐭𝐦

D’autre part :
𝐩𝑨 = 𝐩𝑬 = 𝐩𝐚𝐭𝐦 → 𝒛𝑨 = 𝒛𝑬

Alors la surface libre est une surface horizontale

On peut écrire alors :

𝐩𝐁 = 𝐩𝐚𝐭𝐦 + 𝝆𝒈𝒉
Exemple :
Calculer la pression au fond d’une piscine de profondeur 5m remplie d’eau.
𝑘𝑔
On donne : patm = 1 𝑏𝑎𝑟, 𝜌 = 1000 𝑒𝑡 𝑔 = 9.81 𝑚/𝑠 2 .
𝑚3

3
Cours de MDF (2ème ann. Lic. GC) 2019/2020 Dr. D. MEZHOUD

I.3.2. Liquides superposés non miscibles et non réactifs chimiquement


Les liquides au repos se superposent dans l’ordre décroissant des masses volumiques
 𝜌1 < 𝜌2 < 𝜌3
 La quantité de liquide n’a pas d’influence
(ℎ1 , ℎ2 , 𝑒𝑡 ℎ3 peuvent être 𝐝𝐢𝐟𝐟é𝐫𝐞𝐧𝐭𝐬 )
 Les surfaces de séparation sont horizontales
 La relation fondamentale de l’hydrostatique ne
s’écrit qu’entre 2 pts appartenant à un même
liquide
La RFH dans ce cas s’écrit comme suit :

𝐩𝐅 = 𝐩𝐀 + 𝝆𝟏 𝒈𝒉𝟏 + 𝝆𝟐 𝒈𝒉𝟐 + 𝝆𝟑 𝒈𝒉𝟑

I.4.Transmission de la pression (principe de Pascal)

Les liquides au repos transmettent intégralement la pression dans toutes les directions de
l’espace.
Nous savons que dans un liquide au repos 𝐩𝐁 = 𝐩𝐀 + 𝝆𝒈𝒉 (B en dessous de A)

Si par un moyen quelconque 𝐩𝐀 devient 𝐩𝐀 + ∆𝐩, alors 𝐩𝐁 devient 𝐩𝐁 + ∆𝐩

« Dans un fluide incompressible en équilibre, toute variation de pression en


un point entraîne la même variation de pression en tout autre point »

4
Cours de MDF (2ème ann. Lic. GC) 2019/2020 Dr. D. MEZHOUD

I.5. Pression absolue – Pression relative (manométrique).


Soient 2 points A et B (figure ci-contre). En appliquant le principe de l’hydrostatique entre
ces 2 points on aura :
𝐩𝐁 = 𝐩𝟎 + 𝝆𝒈𝒉
Avec
𝐩𝟎 : Pression à la surface libre = 𝐩𝐚𝐭𝐦
(dans notre cas)
La pression absolue (𝐩𝒂𝒃𝒔𝒐 ) au point B sera
donc :
𝐩𝐚𝐛𝐬𝐨 = 𝐩𝟎 + 𝝆𝒈𝒉 = 𝐩𝐚𝐭𝐦 + 𝝆𝒈𝒉
La pression relative est définie comme étant la
différence entre la pression absolue et la pression atmosphérique.
𝐩𝐫𝐞𝐥𝐚𝐭𝐢𝐯𝐞 = 𝐩𝐚𝐛𝐬𝐨 − 𝐩𝐚𝐭𝐦 = (𝐩𝐚𝐭𝐦 + 𝝆𝒈𝒉) − 𝐩𝐚𝐭𝐦 ⇒ 𝐩𝐫𝐞𝐥𝐚𝐭𝐢𝐯𝐞 = 𝝆𝒈𝒉

I.5.1. Mesure de la pression atmosphérique (Expérience de Torricelli)

Des tubes de différentes formes et différentes longueurs sont remplies de mercure puis
renversés dans un bac contenant du mercure sans que l’air ne puisse rentrer.
On constate que la hauteur du mercure dans les tubes se stabilise à un même niveau 𝐻0 , voir
figure ci-dessous.

Le mercure dans le tube étant au repos,


on applique la R.F.H. entre A et B, on
obtient :

𝐩𝐁 = 𝐩𝐀 + 𝝆𝟎 𝒈𝑯𝟎

B et C appartiennent au même liquide et


au même plan horizontal alors

𝐩𝐁 = 𝐩𝐂 et 𝐩𝑪 = 𝐩𝒂𝒕𝒎

D’où
𝐩𝐁 = 𝐩𝒂𝒕𝒎 = 𝐩𝐀 + 𝝆𝟎 𝒈𝑯𝟎

𝐩𝐀 = 𝟎 Cas du vide, alors :

𝐩𝒂𝒕𝒎 = 𝝆𝟎 𝒈𝑯𝟎

5
Cours de MDF (2ème ann. Lic. GC) 2019/2020 Dr. D. MEZHOUD

I.6. Force de pression sur une surface


I.6.1. Notion de pression effective sur une paroi
La pression effective exercée par un liquide sur une paroi est égale à la
différence des pressions de part et d’autre de cette paroi :

𝐩𝐞𝐟𝐟 = 𝐩𝟏 − 𝐩𝟐
I.6.2. Force de pression (poussée) sur une paroi plane horizontale

Dans un liquide au repos, le plan horizontal est une isobare ; c'est-à-


dire que tout point de cette surface subit la même pression absolue :
𝐩 = 𝐩𝐚𝐭𝐦 + 𝝆𝒈𝒉
Par conséquent, la force de pression sur le fond est :

𝐅𝐩 = (𝐩𝐚𝐭𝐦 + 𝝆𝒈𝒉). 𝐒

Cependant, il est plus juste de considérer la pression effective car la


partie extérieure de la paroi est aussi soumise à la pression atmosphérique, on aura alors :
𝐅𝐩 = (𝐩𝐚𝐭𝐦 + 𝝆𝒈𝒉). 𝐒 − (𝐩𝐚𝐭𝐦 . 𝑺) ⇒ 𝐅𝐩 = 𝝆. 𝒈. 𝒉. 𝐒

I.6.3. Paradoxe hydrostatique


D’après la formule précédente (𝐅𝐩 = 𝝆. 𝒈. 𝒉. 𝐒), la force de pression sur le fond horizontal d’un
récipient contenant un liquide au repos dépend de la masse volumique du liquide ρ, de la hauteur
de remplissage h et de le surface de fond du récipient S.

Par conséquent, pour tous les récipients de formes différentes mais de surface de fond égale,
remplis d’un même liquide à une hauteur égale, la force de pression sur le fond est égale bien
qu’il soit évident que le poids du liquide dans les différents récipients est différent (figure ci-
dessous). Ceci est appelé « paradoxe hydrostatique ».

6
Cours de MDF (2ème ann. Lic. GC) 2019/2020 Dr. D. MEZHOUD

I.6.4. Force de pression (poussée) sur une paroi plane verticale

La pression effective en un point


quelconque M de la surface est :

𝐩𝐞𝐟𝐟 = 𝝆𝒈(𝒉 − 𝒛)

𝑒𝑛 𝑧 = 0: peff = 𝜌𝑔ℎ
𝑒𝑛 𝑧 = ℎ: peff = 0

En général, la résultante des forces de pression


sur une surface plane s’écrit :
𝐅𝐩 = 𝝆. 𝒈. 𝐒. 𝐝

Avec :
S : Surface mouillée considérée (en contact
avec le liquide)
d : distance entre le centre de gravité de S et la
surface libre
Concéderont la surface verticale 𝐒 ′ . 𝐆′ étant le centre de la surface 𝐒 ′ et 𝐝′ la distance entre ce
centre et la surface libre. La résultante des forces de pression sur la surface plane verticale dans
ce cas, s’écrit :
𝐅𝐩 ′ = 𝝆. 𝒈. 𝐒 ′ . 𝐝′ Avec 𝐝′ = 𝒉⁄𝟐

𝐅𝐩 ′ = 𝝆. 𝒈. 𝐒 ′ . 𝒉⁄𝟐

I.6.5. Force de pression (poussée) sur une paroi plane inclinée


Soit une paroi plane de surface 𝐒 ′′ , inclinée
d’un angle quelconque par rapport à
l’horizontale ; c'est-à-dire, par rapport à la
surface libre du liquide dans lequel se trouve
cette paroi.
La résultante des forces de pression sur la
surface plane inclinée dans ce cas, s’écrit :
𝐅𝐩 ′′ = 𝝆. 𝒈. 𝐒 ′′ . 𝐝′′
Attention : 𝐝′′ ≠ 𝐀𝐆′′

7
Cours de MDF (2ème ann. Lic. GC) 2019/2020 Dr. D. MEZHOUD

I.6.6. Centre de pression


On appelle centre de pression (CP sur la figure ci-dessous) le point d’intersection de la
résultante des forces de pression du liquide avec la surface qui subit la force de pression.

La distance qui sépare le centre de pression CP de la surface libre est donnée par l’expression
suivante :
𝐈𝟎
𝐡𝐂𝐏 = 𝐡𝐆 +
𝐡𝐆 . 𝐒 ′
Avec :
𝐡𝐆 : Profondeur à laquelle se trouve le centre de gravité de la paroi considérée
𝐈𝟎 : Moment d’inertie de la surface 𝐒 ′ par rapport à l’axe parallèle à la surface libre et qui passe
par le centre de gravité de cette surface.
𝐒 ′ : Projection verticale de la surface considérée.

Remarque :
Si la surface est horizontale ou verticale, alors dans ce cas on considère directement la surface
S sans projection.

8
Cours de MDF (2ème ann. Lic. GC) 2019/2020 Dr. D. MEZHOUD

Application :
Déterminer la force de pression s’exerçant
sur la paroi plane rectangulaire, ainsi que le
centre de poussée (figure ci-contre).
On donne : 𝐛 = 𝟐𝐦 ; 𝐡 = 𝟒𝐦 ; 𝐠 =
𝟏𝟎𝟑 𝐤𝐠/𝐦𝟑 ; 𝐠 = 𝟗. 𝟖𝟏 𝐦/𝐬𝟐

9
Cours de MDF (2ème ann. Lic. GC) 2019/2020 Dr. D. MEZHOUD

I.7. Les corps flottant – Principe d’Archimède


I.7.1. Introduction

Un solide placé dans un liquide au repos prend l’une des positions représentées ci-dessous :

(1) Une partie du solide est immergée (à l’intérieure du liquide). On dit que le solide flotte

(2) Le solide est complètement immergé et reste entre deux couches liquides

(3) Le solide est complètement immergé mais coule (touche le fond)

I.7.2. Poussée d’Archimède


Dans les différents cas représentés ci-dessus, le solide subit de la part du liquide qui l’entoure
une poussée (Poussée d’Archimède) verticale, dirigée de bas en haut et égale au poids du
volume du liquide déplacé.
Considérons un récipient contenant un liquide de masse volumique 𝝆𝑳 . On place dedans un
solide, le niveau du liquide se déplace, voir figure ci-dessous :

L’intensité de la poussée d’Archimède est :


𝑨 = 𝝆𝑳 . 𝑽𝒅é𝒑 . 𝒈

Le liquide étant incompressible, alors le volume déplacé est égal au volume immergé du solide.

𝑽𝒅é𝒑 = 𝑽𝒊𝒎

D’où :

𝑨 = 𝝆𝑳 . 𝒈. 𝑽𝒊𝒎
10
Cours de MDF (2ème ann. Lic. GC) 2019/2020 Dr. D. MEZHOUD

I.7.3. Conditions d’immersion et de flottaison

Soient : 𝝆𝑳 la masse volumique du liquide, 𝑽𝒊𝒎 le volume immergé du solide, 𝝆𝒔 la masse

volumique du solide et 𝑽𝒔 le volume du solide.

a) Corps flottant

𝐅𝐞𝐱𝐭 = ⃗𝟎
Le corps est en équilibre statique, alors, ∑ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
Les forces extérieures qui agissent sur le corps sont :

Son poids propre : 𝐏 = 𝐦. 𝐠 = 𝛒𝐬 . 𝐠. 𝐕𝐬


La poussée d’Archimède : 𝐀 = 𝛒𝐋 . 𝐠. 𝐕𝐢𝐦
L’équilibre nous donne : 𝐏 = 𝐀 ⇒ 𝛒𝐬 . 𝐠. 𝐕𝐬 = 𝛒𝐋 . 𝐠. 𝐕𝐢𝐦 ⇒ 𝛒𝐬 . 𝐕𝐬 = 𝛒𝐋 . 𝐕𝐢𝐦
La relation 𝛒𝐬 . 𝐕𝐬 = 𝛒𝐋 . 𝐕𝐢𝐦 est appelée condition d’équilibre d’un corps flottant
D’autre part 𝐕𝐢𝐦 < 𝐕𝐬 alors 𝛒𝐬 < 𝛒𝐋
« La condition pour qu’un solide flotte à la surface d’un liquide est 𝛒𝐬 < 𝛒𝐋 »

b) Corps immergés restant entre deux couches liquides


L’équilibre nous donne : 𝐏 = 𝐀 ⇒ 𝛒𝐬 . 𝐕𝐬 = 𝛒𝐋 . 𝐕𝐢𝐦
D’autre part 𝐕𝐢𝐦 = 𝐕𝐬 alors 𝛒𝐬 = 𝛒𝐋
« La condition pour qu’un solide soit immergé dans un
liquide sans qu’il touche le fond est 𝛒𝐬 = 𝛒𝐋 »

c) Corps immergés mais coules


Dans ce cas, les forces extérieures qui agissent sur le corps sont :
Son poids P, la poussée d’Archimède A et la réaction aux appuis R
L’équilibre nous donne : 𝐏 = 𝐀 + 𝐑 ⇒ 𝛒𝐬 . 𝐕𝐬 . 𝐠 = 𝛒𝐋 . 𝐕𝐢𝐦 . 𝒈 + 𝑹
D’autre part 𝐕𝐢𝐦 = 𝐕𝐬
𝑹
D’où 𝛒𝐬 = 𝛒𝐋 + 𝐕 .𝐠
𝐬

« La condition pour qu’un solide soit immergé dans un liquide


et touche le fond est 𝛒𝐬 > 𝛒𝐋 »

11

Vous aimerez peut-être aussi