Vous êtes sur la page 1sur 19
Météo MONNAIE L'euro PÉTROLE 13° à Alger à 1,358 L e Brent 25° à In
Météo
MONNAIE
L'euro
PÉTROLE
13° à Alger
à 1,358
L
e Brent
25° à In Salah
dol
lar
à 97,16
dol
lars
le baril
Neige

à 600 m

MATCH AMICAL INTERNATIONAL Algérie A'-Niger aujourd'hui, 15 h, à Dar-El-Beïda Un bon test avant la
MATCH AMICAL INTERNATIONAL
Algérie A'-Niger
aujourd'hui, 15 h,
à Dar-El-Beïda
Un bon test avant
la CHAN 2011
P. 32
SPORTS

L a wilaya appel

L a wilaya appel Marche non -autorisée à Alger le les citoyens à la sagesse et

Marche non

-autorisée à Alger

le les citoyens à la sagesse et à la vigilance

P. 2

16-17 Safar 1432 - Vendredi 21 - Samedi 22 Janvier 2011 - N°14106 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

SANTÉ Thé et café Ould Abbès confirme Majoration Nouvel le arme contre le diabète ?
SANTÉ
Thé et café
Ould Abbès confirme
Majoration
Nouvel le
arme
contre
le diabète ?
des indemnités
pour les
praticiens
exerçant
dans les zones
enclavées
PP. 16-17

Programme quinquennal 2010-2014

3 millions d’emplois

2 millions de logements !

Ferme volonté des pouvoirs publics de consacrer des ressources financières considérables pour créer des emplois
Ferme volonté des pouvoirs
publics de consacrer des ressources
financières considérables pour créer
des emplois en faveur des jeunes
et octroyer à chaque citoyen
un logement décent.
T out indique que l’an- Une imposante infrastruc- vita le pour l’avenir de née 2011
T out indique que l’an-
Une imposante infrastruc-
vita
le
pour
l’avenir
de
née 2011 sera cel
le
ture de base, moderne et inté-
l’Al
gérie.
Au
cours
de
la
de la vitesse de croi-
grée, voit l
e jour et sera par-
période 2010-2014, l’Algérie
sière du programme
achevée à
l’horizon 2014. A
créera trois millions d’emplois
quinquennal
2010-
cet
te
date,
l’Algérie
sera
nouveaux et construira 2 mil-
2014. Cet ambitieux program-
dotée d’une infrastructure de
lions de logements qui vien-
me d’un montant de 286 mil-
base qui n’aura rien à envier à
dront s’ajouter au million déjà
liards de dol
lars suscite aussi un
cell
e d’un pays développé.
livré. L’emploi et le logement
grand intérêt de la part des par-
L’autre projet stratégique
constit
uent des revendications
tenaires étrangers de l’Algérie
qui sera réalisé au cours de la
populaires dans tous les pays
comme l’attestent le défilé des
période
de
2010-2014
est
du monde,
surtout dans la
hommes
d’affaires
mais
aussi
relatif
à
l’autoroute
de
la
conjoncture actuel
le. Même
des personnalités politiques des
rocade Est-Ouest qui s’éten-
les pays les plus développés
pays développés et émergents. Il
dra
sur
plus
de
1000
km.
font face à ces revendications.
ne se passe pratiquement pas un
Cette
autoroute
de
l’avenir
C’est dire que les sacrifices de
jour
sans
que
l’Algérie n’ac-
qui
traversera
l
es
hautes
l’Algérie
pour
satisfaire
les
cuei
lle des visiteurs intéressés
plaines met
tra sur
les rails du
besoins de la population, en
par
ses
perspectives
écono-
développement
cette
impor-
matière d’emplois et de loge-
miques. En un mot, ses potentia-
tante partie du pays. Il ne faut
ments, doivent être appréciés
lités sont avérées et el
le a réus-
pas oub
lier qu’el
le s’étend sur
à leur juste valeur.
si
également
à
con
forter
la
40 millions d’hectares et pré-
Il y a là une ferme volonté
confiance pl
acée en elle grâce à
sente donc non seulement un
des pouvoirs publics de consa-
la stabilité,
la sécurité et la paix
potentiel
économique
incon-
crer
des
ressources
finan-
restaurées.
testable et reconnu mais de
cières
considérables
pour
C’est depuis 2001, grâce
plus constitue une alternative.
créer des emplois en faveur
au lancement du PSRE, quel-
En
effet,
le
nord
du
pays,
des
jeunes
et
octroyer
à
le
s’est
investie
pleinement
cet
te
mince bande du littoral
chaque citoyen un logement
dans
le
dével
oppement
large de 50 km, est surpeuplé
décent.
C’est
une
volonté
durable.
Aucune
région
du
et saturé du point de vue des
invariable
et
ce,
quels
que
pays, aucun secteur ne sont
infrastructures,
par
consé-
soient les aléas de la conjonc-
épargnés par cet
te dynamique
quent, le redéploiement vers
ture.
du développement.
les
hautes
plaines
s’avère
E. M.

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52 e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2

2 EL MOUDJAHID Météo 13° à Alger, 25° à In Salah Pluie, froid et neige Sur

EL MOUDJAHID

Météo 13° à Alger, 25° à In Salah
Météo
13° à Alger,
25° à In Salah
Pluie, froid et neige Sur nord du pays, le sera froid nuageux avec des averses
Pluie, froid et neige
Sur
nord
du
pays,
le
sera
froid
nuageux
avec
des
averses
de
de pluie
localement
assez
In et marquées
notamment
sur
les
à régions
du
littoral
m. est
et
à chutes
neige
seront
également
observées
à les
le massifs Des
de
l'Est
au-dessus
de
600m/800
Les
vents
seront
général
de
nord-ouest
modérés
à (orageuses) agitée. temporairement sur centre.
assez
9 forts 14°
(30/40
km/h).
La
mer
sera
Au
Sud,
sera
à temps à partiellement secteur
à nuageux. 11°
Les
vents
seront
général
faibles
modérés.
Le
mercure
affichera
° 13°
Alger,
12°
Annaba,
14°
Oran,
10°
le en en à Batna, temps
Constantine,
Chlef,
Sétif,
14°
Ghardaïa,
à Tlemcen,
24°
Salah
et
25°
Adrar.
Le grand Muphti d’Arabie saoudite l’a réitéré hier “S'immoler par le feu et se suicider
Le grand Muphti
d’Arabie saoudite
l’a réitéré hier
“S'immoler
par le feu
et se suicider
sont de grands
péchés”
L'immolation par le feu et le sui-
cide pour protester contre les condi-
tions de vie, sont de "grands péchés"
et des "crimes abominables", a affir-
mé hier le grand mufti d'Arabie saou-
dite, Al-Cheikh Abdel Aziz Al-
Cheikh, cité par des médias.
"Se suicider en s'immolant par le
feu est un crime abominable.
S'immoler par le feu et se suicider
sont de grands péchés", a souligné Al-
Cheikh Abdel Aziz Al-Cheikh, en
rappelant que le suicide est interdit
dans la religion musulmane "même si
les conditions de vie sont dures".
Le mufti a insisté à ce propos que
"ce crime" ne doit pas se propager,
appelant les musulmans à ne pas avoir
recours à un tel acte, considéré
"comme un suicide et qui ternit l'ima-
ge des musulmans", a-t-il dit.
L'université d'Al-Azhar au Caire,
la plus haute institution d'enseigne-
ment de l'islam, a également rappelé
mardi que le suicide était "interdit" en
islam "sous quelque raison que ce
soit", soulignant que "l'islam ne per-
met pas de se séparer de son corps
pour exprimer un malaise, une colère
ou une protestation".

Mimoune

à Boumerdès

une colère ou une protestation". Mimoune à Boumerdès M. Smail Mimoune, ministre du Tourisme et de

M. Smail Mimoune, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, effectuera aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Boumerdès où il présidera à 9 h l’ou- verture des travaux d’une rencontre régionale des wilayas côtières du Centre. La rencontre sera consacrée à la préparation de la saison estivale.

à B l i d a Le 24 janvier Rencontre thème le sous s y

à Blida

Le 24 janvier

Rencontre

thème

le

sous

système

« un

statistiques

de

d’une »

service

au

politique

économique

efficiente

de la

dEtat chargé

ra Le secrétaire M. Ali Boukrami, Statistique, préside- une rencontre sous le thème « un
ra Le secrétaire
M. Ali Boukrami,
Statistique,
préside-
une rencontre sous le thème « un
système
de statistiques au
service
politique économique efficien-
d’une
te ». Rendez-vous est donné le lundi
24 janvier
à 9
h 30
au siège
de la
wilaya
de Blida.

Marche non autorisée à Alger

LaLa wilayawilaya appelleappelle lesles citoyenscitoyens àà lala sagessesagesse etet àà lala vigilancevigilance

La wilaya d'Alger a appelé, dans un communiqué rendu public jeudi, les citoyens à faire preuve de "sagesse et de vigilance", et à "ne pas répondre à d'éventuelles provocations", lors de la marche "non autorisée" qu'une asso- ciation à caractère politique compte organiser dans la capitale aujourd’hui. "Il est demandé aux citoyens de faire preuve de sagesse et de vigilance, et de ne pas répondre à d'éventuelles provocations destinées à porter atteinte à leur tranquillité, leur quiétude et à leur sérénité", lit-on dans ce communiqué qui rappelle que "les marches à Alger ne sont pas autorisées", et que "tout rassemblement sur la voie publique est considéré comme une atteinte à l'ordre public". Selon le communiqué de la wilaya d'Alger, une association à caractère politique a appelé à l'organisation d'une marche aujourd’hui, de la place de la Concorde, ex-place du 1 er Mai, vers le siège de l'Assemblée populaire natio- nale, "sans autorisation des services administratifs compétents".

Du 26 au 28 janvier, au Palais de nations Cet après-midi Demain à 14 h,
Du 26 au 28 janvier, au Palais de nations
Cet après-midi
Demain à 14 h,
à l’hôpital Nour
Eddine El Atassi
de Bologhine
10 e congrès des SMA
au TNA
Lecture
de la pièce
Une femme
en papier
C’est sous le haut patronage du Président de la République, M. Abdelaziz
Bouteflika, que se tiendra du 26 au 28 janvier au Palais des nations, le 10 e congrès
des SMA.
Conférence
sur la chirurgie
hépatique
En prévision d’une rencontre sur les Parlements,
les 25 et 26 janvier
Dans le cadre de son espa-
ce Echos des plumes, le TNA
organise cet après-midi à 14 h en
son siège une lecture de la pièce
Une femme en papier.
Une conférence sur la chirur-
Conférence de presse demain, à l’APN
gie hépatique sera animée
demain après-midi à partir de 14
M. Reguig Benthabet, président de la commission de l’APN, Affaires étrangères,
h par d’éminents experts étran-
Cet après-midi,
Coopération et Communauté, animera demain à 10 h 30 au siège de l’Assemblée, une confé-
rence de presse sur la rencontre internationale qui sera organisée par la commission les 25 et
26 janvier à la résidence El Mithak, sous le thème « les Parlements nationaux et les Parlements
continentaux et régionaux : Renforcement des liens et perspectives de coopération ».
au Nadi
d’El Moudjahid
gers en marge du workshop de
chirurgie hépatique organisé par
le laboratoire de recherche en
chirurgie d’exérèse majeure du
foie au niveau de l’hôpital Nour
Eddine El Atassi de Bologhine
(Alger). Dr Djamel Ould Abbès,
Demain, à 14 h, au Cercle national de l’armée
Cérémonie
de remise
de diplômes
ministre de la Santé, de la
Population et de la Réforme hos-
pitalière, participera à cette
conférence.
Installation du Conseil
de partenariat de la formation
et de l’enseignement professionnels
La chambre régionale des
huissiers de justice du centre
organise cet après-midi à partir
de 13 h 30, au Nadi d’El
Moudjahid, une cérémonie de
remise de diplômes au profit des
assistants principaux assermen-
tés.
Alliance Assurances
et Renault Algérie
Sous le haut patronage du Président de la République, le ministère de la
Formation et de l’Enseignement professionnels organise demain à 14 h au
Conférence
de presse,
demain, à 10 h
Cercle national de l’armée à Béni Messous, la cérémonie d’installation du
Conseil de partenariat de la formation et de l’enseignement professionnels.
Le 25 janvier à 8 h
30, à l’hôtel El
Djazaïr
Conférence sur
le partenariat
algéro-alle-
A l’occasion du lancement
d’un nouveau produit d’assuran-
ce en Algérie, Alliance
Assurances et Renault Algérie
organisent une conférence de
presse, demain à partir de 10 h à
la salle Hamma de l’hôtel
Sofitel.
Ce matin à 10 h 30, au centre
Echaâb des études stratégiques
ConférenceConférence
sursur lala diplomatiediplomatie
algériennealgérienne durantdurant lala guerreguerre
dede LibérationLibération nationalenationale
mand dans
Le 24 janvier, à 9 h,
à l’hôtel El Riadh
le domaine
de l’énergie
Dans le cadre de la commémoration du 8e anniversaire de la mort du moujahed,
Mohamed Lamine Debaghine, l’association Machaâl Chahid organise en collabora-
tion avec le centre Echaâb des études stratégiques, une conférence sur la diplomatie
algérienne durant la guerre de Libération nationale. La rencontre qui sera animée
par des universitaires aura lieu ce matin à 10 h 30 au centre Echaâb des études stra-
tégiques.
solaire
L’hôtel El Djazaïr abritera le
25 janvier à partir de 8 h 30 une
conférence sur le partenariat
algéro-allemand dans le domaine
de l’énergie solaire. Cette confé-
rence et le débat s’inscrivent
dans le cadre d’un voyage de
trois jours d’une délégation de 8
entreprises allemandes œuvrant
dans le domaine des énergies
renouvelables et plus particuliè-
rement dans le domaine de
l’énergie solaire.
Lancement de
l’indice du
forum pour la
performance
de l’entreprise
algérienne
Demain à 10 h au CERIST
(IFPE40)
Lancement
de la bibliothèque
maghrébine numérique
Le forum des chefs d’entre-
prise organise le 24 janvier à 9 h
Le ministère de l’Enseignement supérieur et
de la Recherche scientifique lance en collabora-
à l’hôtel El Riadh de Sidi Fredj,
une rencontre pour la présenta-
tion avec l’US Civilia & Dévelopment Foundation
(CRDF) la bibliothèque maghrébine numérique, bibliothèque algérienne numérique de
tion et le lancement de l’indice
la science, demain à 10 h au CERIST.
du forum pour la performance de
Demain, au Hilton
Conférence
sur le défi
de la sécurité
alimentaire sur
le pourtour
méditerranéen
l’entreprise algérienne (par abré-
viation Indice IFPE 40). Cet ins-
trument est conçu pour suivre
l’évolution de l’environnement
économique national du point de
vue de l’entreprise.
Cette initiative est l’expression d’une volonté d’amélioration de l’accès aux ressources
et à leur utilisation par le développement d’une bibliothèque algérienne numérique des
sciences et par la mise en place de formations et d’ateliers permettant d’accroître l’im-
pact positif de la bibliothèque numérique des sciences en Algérie. En facilitant le partage
des connaissances, la bibliothèque sera un outil essentiel pour le développement profes-
sionnel de la communauté scientifique.
Le 25 janvier à 14 h
30, au centre cultu-
rel Aïssa Messaoudi
Le 25 janvier, au siège de la MHYFE
Point de presse sur la 2 e conférence
sur la mutualité
Rencontre
Dans le cadre de la série de
rencontres organisées par
l’Institut national des études
stratégiques globales, M.
Sébastien Abis, membre du
Centre international des études
supérieures dans le secteur agri-
cole, animera une conférence
placée sous le thème « le défi de
la sécurité alimentaire sur le
pourtour méditerranéen »,
demain à la salle Hoggar de l’hô-
tel Hilton.
culturelle
En prévision de la 2 e conférence sur la mutualité qui se tiendra le 31 janvier 2011, la comi-
té de coordination des mutuelles organise un point de presse, le 25 janvier à 10 h au siège de la
MHYFE, sis au 37, rue Mohamed Allilat à Kouba (mitoyen de l’ANBT).
L’association nationale cul-
turelle Mohamed Lamine
Laâmoudi organise en collabora-
tion avec le centre culturel
Mohamed Aissa Messaoudi, une
conférence sur la civilisation
chez Malek Benabi.
La rencontre prévue le 25
janvier à 14 h 30 au centre cultu-
rel Mohamed Aissa Messaoudi
sera animée par M. Ahmed
Bennassi.
Vendredi 21 - Samedi 22 Janvier 2011

Cet après-midi, à 13 h 20, à la maison de la culture de Tizi Ouzou

Conférence de presse et projection en avant-première du film « Tasarut n tudert »

La maison de la culture de Tizi Ouzou (petite salle) abritera cet après-midi à partir de 13 h 30 une conférence de presse et la projection en avant-première du film Tasarut n tudert, (la clef de la vie). Ce long métrage de 1 h 30 mn sera diffusé prochaine- ment par la télévision algérienne, indique le fax parvenu à notre rédaction.

Nation

EL MOUDJAHID

3

APN
APN

Poursuite des séances plénières

Le projet de la loi sur l’exécution du budget 2008 approuvé à une large majorité

Le texte consti- tue la pierre angu- laire de l'édifica- tion de la bonne gouvernance.

L’ Assemblée popu-

(APN) a procédé

laire nationale

Ph : Hamadi
Ph : Hamadi

tialement prévu dans la matinée, mais faute de quorum, le vote a été reporté à l’après-midi. Et avant de lever la séance Abdelaziz Ziari a appe- lé les élus de l’Assemblée, notamment ceux de l’Alliance présidentielle à plus de discipline, signalisant que des dispositions devront être introduites au règlement intérieur de l’Assemblée en vue de suppléer à la question des absences des députés pour plus de discipli-

ne. Les travaux reprendront jeudi prochain consacrés aux questions orales. La commission des finances recommande la fermeture des fonds spéciaux inutiles Rappelant qu’à l’issue de l’adoption du pro- jet de loi sur l’exécution du budget 2008, le pré- sident de la commission permanente de l’Assemblée chargée des finances et du budget, Mohamed Kenaï, a recommandé la fermeture de tous les fonds spéciaux inutiles sur le plan éco- nomique et l'affectation de leurs comptes au financement de projets dans d'autres domaines. Dans son rapport préliminaire, la commis- sion a souligné la nécessité de définir les domaines devant bénéficier de financements par ces fonds et de procéder à un assainissement de leurs comptes afin de clôturer les fonds inutiles, comme elle a demandé à ce que les fonds dont les ressources financières n'ont pas servi soient fermés au même titre que ceux ne disposant pas

de programmes clairs définis par les ordonnateurs financiers et ceux ne disposant pas encore de textes réglementaires. Lors du débat autour de la loi sur le règlement budgétaire, plu- sieurs députés avaient demandé d'assainir ou de fermer ces fonds qui n'ont pas réalisé les objectifs escomptés en matière de finance- ment de certains secteurs à l'instar du fonds pour l'habitat doté de 60 milliards de dinars et qui n'en a consommé que 40% au moment où la question de financement de l'acquisition de logement se pose toujours. En vue de lutter contre le phé- nomène de détournements des deniers publics, la commission a

plaidé pour la redynamisation des rapports de la Cour des comptes et d'en faire un

outil permettant d'intenter des actions en Justice. Dans ce contexte, la commission a préconisé de redynamiser le rôle de l'inspection générale des finances et d'appliquer avec rigueur les mécanismes d'octroi des marchés publics tout en accentuant le contrôle des gestionnaires de ces deniers publics. Il s'agit des mêmes recom- mandations contenues dans le rapport d'évalua- tion de la loi sur le règlement budgétaire établi par la Cour des comptes. Le programme quinquennal 2010-2014 ne saurait être mis en œuvre ainsi que tous les pro- jets programmés, en l'absence de mécanismes efficaces liés à la qualité des études techniques et à une étude de faisabilité socio-économique de chaque projet, à même de définir les délais de réalisation dans le respect des normes de quali-

té en écartant les opérations de réévaluation qui

ont porté préjudice au trésor. Dans son intervention à l'issue de l'adoption de la loi en question, le ministre des Relations avec le Parlement, Mahmoud Khedri a souligné

la détermination du gouvernement à tenir comp-

te des recommandations de la commission contenues dans son rapport final estimant que cette loi constituait la pierre angulaire de l'édi- fication de la bonne gouvernance et de la ratio- nalisation des dépenses publiques. Houria. A.

au vote à une large majorité du projet de loi sur l’exécu- tion du budget 2008, avant- hier jeudi après-midi, lors d’une séance plénière prési- dée par Abdelaziz Ziari, pré- sident, en présence du ministre des Relations avec le Parlement, Mahmoud Khedri.

A l’issue du vote du texte de loi, le président de l’Assemblée a remercié les membres du gouvernement et du conseil de la comptabilité pour le sérieux du travail dans l’élaboration de cet outil qui vient permettre au parlement de remplir sa mission de contrôle annuel de l’exécution des programmes. Il a féli- cité les membres de son assemblée pour l’enri- chissement des dispositions du projet lors de son examen la semaine dernière tout en exprimant l’orgueil de l’APN à la faveur de ce nouveau dispositif qui vient renforcer le contrôle parle- mentaire. La loi, qu’il a qualifiée d’outil essen- tiel, permet aux députés de contrôler l’exécution du programme et de la loi des finances quant aux dépenses et recettes, ce qui est un élément positif pour la clôture de l’année financière de façon définitive. De son côté le ministre des Relations avec le parlement, Mahmoud Khedri a salué les députés pour leur engagement dans le débat général du texte, renouvelant la volonté du gouvernement de prendre en charge les recommandations émises. Avec ce nouvel outil de contrôle de la loi des finances, une initiative décidée par le Président de la République et un plus dans la voie de la bonne gouvernance et de la maîtrise des dépenses, c’est assurément un nouveau jalon qui vient renforcer l’application des pro- grammes et le contrôle des dépenses. A signaler que le vote du texte de loi était ini-

La commission des finances recommande la fermeture des fonds spéciaux inutiles

La commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN) a recom- mandé, jeudi, la fermeture de tous les fonds spé- ciaux inutiles sur le plan économique et l'affecta- tion de leurs comptes au financement de projets dans d'autres domaines. La commission a souligné dans son rapport final soumis lors de la séance d'adoption de la loi sur le règlement budgétaire de 2008, la néces- sité de définir les domaines devant bénéficier de financements par ces fonds et de procéder à un assainissement de leurs comptes afin de clôturer les fonds "inutiles". Dans ce contexte, la commission a demandé à ce que les fonds dont les ressources financières n'ont pas servi soient fermés au même titre que ceux ne disposant pas de programmes clairs définis par les ordonnateurs financiers et ceux ne disposant pas encore de textes réglementaires. Lors du débat autour de la loi sur le règlement

budgétaire, plusieurs députés avaient demandé d'assainir ou de fermer ces fonds qui n'ont pas réalisé les objectifs escomptés en matière de financement de certains secteurs à l'instar du fonds pour l'habitat doté de 60 milliards dinars et qui n'en a consommé que 40% au moment ou la question de financement de l'acquisition de loge- ment se pose toujours. En vue de lutter contre "le phénomène de détournements des deniers publics", la commis- sion a plaidé pour la redynamisation des rapports de la Cour des comptes "et d'en faire un outil permettant d'intenter des actions en Justice. Dans ce contexte, la commission a préconisé de redynamiser le rôle de l'inspection générale des finances et d'appliquer avec rigueur les mécanismes d'octroi des marchés publics tout en accentuant le contrôle des gestionnaires de ces deniers publics. Il s'agit des mêmes recomman- dations contenues dans le rapport d'évaluation

de la loi sur le règlement budgétaire établi par la Cour des comptes. "Le programme quinquennal 2010-2014 ne saurait être mis en œuvre ainsi que tous les projets programmés, en l'absence de mécanismes efficaces liés à la qualité des études techniques et à une étude de faisabilité socio- économique de chaque projet, à même de défi- nir les délais de réalisation dans le respect des normes de qualité en écartant les opérations de réévaluation qui ont porté préjudice au Trésor". Dans son intervention à l'issue de l'adoption de la loi en question, le ministre des Relations avec le Parlement, M. Mahmoud Khedri a souli- gné la détermination du gouvernement à tenir compte des recommandations de la commission contenues dans son rapport final estimant que cette loi constituait la pierre angulaire de l'édifi- cation de la bonne gouvernance et de la rationa- lisation des dépenses publiques.

M. Benbouzid présente un exposé devant la commission des affaires juridiques

ce de ces établissements et les cantines pour les- quelles une main-d’œuvre importante de jeunes est recrutée. De son côté, M. Khaldoune a évoqué la ques- tion de confier la construction des écoles pri- maires à la commune et relevé les disparités dans les budgets des APC eu égard à leurs situations géographiques. Il a insisté dans ce contexte sur la conformité des constructions avec la densité démogra- phique et à la commune d'assurer les ressources financières nécessaires conformément aux dis- positions prévues par l'article 127 et de la carte scolaire nationale à travers notamment l'affecta- tion directe à l'APC des budgets consacrés à la construction de ces établissements. La réunion

Le ministre de l'Education nationale, M. Boubekeur Benbouzid, a présenté jeudi un exposé devant la commission des affaires juri- diques, administratives et des libertés de l'Assemblée populaire nationale (APN) dans le cadre de la poursuite de l'examen du projet de code communal, indique un communiqué de l'APN. Lors de cette réunion présidée par M. Hocine Khaldoune, président de la commission, M. Benbouzid a mis en exergue les efforts de l'Etat en faveur du secteur de l'éducation portant le nombre des écoles primaires à 18.000. Le ministre a rappelé que la gestion de ces établissements était assurée par la commune outre les travaux de réparation et de maintenan-

a été l'occasion d'examiner les mécanismes per-

mettant aux APC d'appliquer l'article 127 du projet de code communal vu les difficultés financières et matérielles auxquelles font face plusieurs APC. Il est à rappeler que l'article 127 du projet de code communal prévoit : - Conformément à la législation et à la réglementation en vigueur, en rapport avec ses moyens et compte tenu de ses besoins, la commune prend en charge la construction des établissements scolaires pri- maires conformément à la carte scolaire natio- nale tout en assurant leur maintenance. - Réaliser les cantines scolaires et assurer le trans- port aux élèves.

APS

Conseil de la nation

Le texte de loi sur la promotion immobilière adopté à l’unanimité

Un Conseil supérieur pour veiller à l’application

Le texte de loi, fixant les règles régissant l'activité de promotion immobilière, a été adopté à l'unanimité mercredi dernier par les membres du Conseil de la nation. La nouvelle loi sur la promo- tion immobilière a été adoptée lors d'une séance plénière pré- sidée par Abdelkader Bensalah, président du Conseil, en pré- sence du ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme, Nourredine Moussa et d'autres membres du gouvernement. Composé de 81 articles dans sa mouture finale, cette loi com- prend une série de dispositions visant à protéger à la fois les droits des promoteurs et ceux des acquéreurs, chose qui n'était pas, tout à fait, assurée par la réglementation en vigueur, à savoir le décret légis- latif du 1 er mars 1993. Adopté dimanche dernier par l'Assemblée populaire nationale (APN), le nouveau texte prévoit ainsi de soumettre l'exercice de l'activité de promo- tion immobilière à un agrément

préalable dont la délivrance reste sujette à la vérification et la certification des moyens et des qualifications profession- nelles du promoteur immobi-

lier. Les promoteurs seront désormais inscrits dans un fichier national, tenu auprès du ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme, et ce, préalable- ment à leur immatriculation au registre de commerce et à l'exer- cice effectif de la profession de promotion immobilière. Des sanctions et des peines sont également prévues par ce texte dans le but de réprimer les comportements déviants et les abus pouvant naître de l'exercice de la promotion immobilière. La publicité mensongère et le non-respect des clauses du cahier des charges sont aussi passibles de sanctions au même titre que tout autre manque- ment aux obligations et engage- ments. S'agissant de la vente sur plan, véritable point faible de l'ancienne réglementation, le texte renforce ce mode par un nouveau type de contrat, plus adapté à la promotion immobi- lière dite libre, en l'occurrence le contrat de réservation. Quant aux obligations des acquéreurs, le texte stipule que le souscripteur à un contrat de vente sur plans est tenu d'hono- rer, à échéance prévue, les paie- ments mis à sa charge, le non- paiement ouvrant droit à une pénalité sur le montant échu. Afin de garantir une applica-

tion optimale sur le terrain, il

est prévu la création d'un Conseil supérieur pour veiller au bon fonctionnement de la profession de promotion immo- bilière et au respect de la régle- mentation. Le texte prévoit, en outre, le soutien de l'Etat et des collecti- vités à cette profession à travers des aides publiques susceptibles d'être octroyées selon les condi- tions et modalités définies par voie réglementaire. H.A.

4

Nation

EL MOUDJAHID

Développement

L’Algérie vise en premier lieu le tourisme pour diversifier son économie

L’ Algérie prévoit de placer le tourisme en première posi- tion dans sa politique ten-

dant à diversifier l'économie, attirer les investissements directs étrangers et créer des emplois, indique un rap- port publié par le cabinet internatio- nal d'études Oxford Business Group (OBG). Près de 1,9 million de tou- ristes ont visité l'Algérie en 2009, soit une augmentation de près de 8%, par rapport à 2008, tandis que les revenus

générés par le tourisme en Algérie pour 2009 sont estimés à 330 millions de dollars, selon les statistiques publiées par OBG. Le rapport men- tionne les principaux axes du Schéma directeur d'aménagement touristique (SDAT) lancé en 2008 et "visant à accroître le nombre de touristes à 2,5 millions en 2015". Ces axes consistent en la promo- tion de l'Algérie comme destination touristique de premier choix, le déve- loppement des centres touristiques de haute qualité, l'introduction de contrôles de qualité, la promotion des partenariats public-privé et, enfin, l'encouragement des investissements dans le secteur. "Le gouvernement algérien a récemment pris des mesures pour faire de l'Algérie une destination touristique potentielle", note le rapport. OBG relève, à titre d'exemple, que 26,9 millions de dollars seront affec-

d'exemple, que 26,9 millions de dollars seront affec- touristiques doivent collaborer avec les experts pour

touristiques doivent collaborer avec les experts pour identifier les fai- blesses et les points à améliorer". Enfin dans son rapport, OBG rap- pelle que Frédéric Perret, le représen- tant du secrétaire général de l'Organisation mondiale du Tourisme

(OMT), a souligné dans une confé- rence animée lors du SITEV 2010 que le secteur du tourisme algérien "a un potentiel important grâce à ses plages méditerranéennes, son fascinant parc du Djurdjura et ses trésors humains, culturels et historiques". L'obstacle dans la voie de la croissan- ce de l'industrie du tourisme en Algérie, reste, cependant, un "manque d'infrastructures de qualité", selon cet expert de l'OMT.

tés immédiatement à la rénovation de neuf hôtels dans le sud du pays. De même, 49 accords pour des projets touristiques ont été signés en marge

du 11 e Salon international du touris- me (SITEV 2010), qui a eu lieu à Alger début décembre.

Le rapport réserve une bonne place

aux projets de construction d'infra- structures dans le secteur du tourisme devant créer des milliers de nouveaux emplois et accroître la capacité hôte- lière. OBG a fait également référence à la mise aux normes internationales des entreprises touristiques, affirmant notamment que "le gouvernement a adopté le Plan qualité tourisme

Algérie, selon lequel "les entreprises

Energie

Le projet d'usine de silicium en Algérie peut coûter 250 millions d’euros

localement, ce qui rend cette industrie vulnérable en Algérie qui sera dépen- dante des importations pour les cinq premières années de l'investisse- ment", a expliqué M. Boumaour.

projet d'usine de silicium

destiné à la fabrication de panneaux solaires en Algérie à

partir de 2013 sera réalisé pour un investissement de 200 à 250 millions d'euros, a annoncé jeudi le directeur de recherche à l'Unité de développe- ment de technologie de silicium (UDTS), M. Messaoud Boumaour. La concrétisation de ce projet, dont la mise en oeuvre sera assurée par le groupe Sonatrach en partenariat avec l'UDTS, permettra de "sécuriser les approvisionnements en matière première de la future industrie de sili- cium" en Algérie, a indiqué M. Boumaour à la Radio nationale. Selon lui, l'Algérie sera contrainte, durant les cinq premières années de la mise en service de cette usine, d'im- porter une grande partie des matières

L e

premières et de consommables entrant dans la fabrication de panneaux de silicium et qui représentent jusqu'à 60% du coût total de l'investissement. "Il s'agit notamment de produits comme certains gaz industriels qui ne sont pas pour le moment fabriqués

à partir de ces énergies alternatives en

2030.

Par ailleurs, M. Boumaour a appe- lé à "la création d'une institution nationale chargée de développer l'uti-

lisation des énergies renouvelables qu'elles soient solaire, éolienne ou hydrogène". Cette institution "devrait être pla- cée sous l'égide de tous les départe- ments impliqués à savoir l'enseigne- ment supérieur, la formation profes- sionnelle, l'energie, l'industrie et l'en- vironnement", a-t-il dit. Etablie en 1988 sous la tutelle du ministère de

l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, l'UDTS a pour mission de mener des actions de recherche scientifique, d’innovation technologique, de valorisation et de formation post-graduée dans les domaines des sciences et des techno-

logies des matériaux et dispositifs à semi-conducteurs pour applications dans plusieurs domaines comme le photovoltaïque et le stockage de l’énergie.

Il a, à cet effet, suggéré d'encoura-

ger le développement d'un tissu de PME opérant dans la sous-traitance en vue de "sécuriser les approvisionne- ments de l'industrie de silicium en Algérie", ajoutant que la principale matière première à savoir le silicium

"est abondante" localement notam- ment dans certaines carrières de sable destiné à la construction.

Le projet d'usine de silicium a été

annoncé pour la première fois début janvier par le ministre de l'Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi, dans le

cadre du nouveau programme de

développement des énergies renouve- lables en Algérie.

A travers 65 projets, ce program-

me prévoit, entre autres, de produire entre 2.500 et 3.000 MW d'électricité issue d'énergie solaire et éolienne d'ici à 2020. Il devrait permettre aussi de produire 40% des besoins d'électricité

Prorogation du délai de dépôt des dossiers de renouvellement des licences de tourisme et de
Prorogation du délai de dépôt
des dossiers de renouvellement
des licences de tourisme
et de voyages
L date limite de dépôt des dossiers de renouvellement des
licences de tourisme et de voyages a été prorogée au 31
juillet 2011, a indiqué jeudi un communiqué du ministè-
a
re du Tourisme et de l'Artisanat. La date limite de dépôt des dos-
siers de renouvellement des licences "fixée au 21 janvier 2011
est prorogée au 31 juillet 2011 conformément à l'amendement de
l'article 10 du décret exécutif n° 10-186 signé en date du 19-01-
2011" souligne le communiqué. Il s'agit de permettre à la com-
mission nationale d'agrément des agences de tourisme et de
voyages "d'étudier les dossiers de renouvellement dans les
meilleures conditions" précise la même source.
Mutuelle
La deuxième conférence
nationale des mutuelles
se tiendra le 31 janvier
prochain à Alger
L deuxième conférence nationale des mutuelles se tien-
a
dra le 31 janvier à Alger sous le thème "Mutualité : par-
cours et vision d'avenir", a indiqué jeudi un communiqué
du comité de coordination des mutuelles. Cette 2 e conférence
intervient à la veille de la tripartite, dont un point de l'ordre du
jour sera consacré spécialement à la question de la mutualité,
relève la même source. Les participants à la conférence débat-
tront des amendements à apporter à la loi relative aux mutuelles
sociales, de la création de la fédération et des unions des
mutuelles et de la redynamisation du Conseil national consulta-
tif des mutuelles sociales, selon le comité de coordination. Il
s'agira également de débattre de la concertation inter-mutuelles,
la formation des mutualistes et la création d'une autorité de régu-
lation des mutuelles. La première conférence nationale des
mutuelles s'était tenue le 15 février 2010 avec pour thème "Le
rôle de la mutualité dans le développement socio-économique
du pays".
Université
“Les défis fondamentaux de la
réforme éducative en Algérie”
objet d’une publication
à Biskra
“ L es défis fondamentaux de la réforme éducative en Algérie'' est
le titre d'un ouvrage qui vient d’être publié par le Laboratoire
''Questions éducatives en Algérie'' de la faculté des sciences
humaines et sociales de l'université Mohamed-Khider de Biskra. Selon
le Dr Noureddine Zemmam, directeur du Laboratoire, l'ouvrage qui
renferme "les résultats d'études poussées réalisées par un groupe de
chercheurs spécialisés dans les questions pédagogiques", se veut une
"contribution au développement du management de la qualité dans l’en-
seignement". Les auteurs de ce livre de 508 pages relèvent dans leur
introduction que l'Algérie a "conduit des réformes successives du sys-
tème scolaire avec pour objectif de s’arrimer aux évolutions et aux pro-
grès réalisés dans ce domaine dans le monde". L'ouvrage souligne
"l'importance de la mise en place des conditions nécessaires pour amor-
tir le choc de la révolution scientifique et technologique opérée dans le
domaine des technologies de l'information et de la communication". M.
Zemmam a également indiqué que les différents thèmes développés
dans cet ouvrage proviennent de communications présentées lors des
séminaires organisés par ce Laboratoire qui entend publier une collec-
tion d'écrits intitulée "les cahiers du laboratoire''.

«Bourse de partenariat» : offres de projets déposées auprès de l’ANDI

Les discussions avec Renault et BMW sont très avancées

L es

nouveau tournant dans la politique

nationale d’investissement. En effet, c’est le principe du « gagnant-gagnant » selon la partition du 51%/49% qui guide désormais la stratégie de l’Etat favorisant, ainsi, l’association d’opérateurs nationaux dans les projets étrangers. Le partenariat s’impose, de ce fait, comme étant « un passage obligé » pour tout investissement étranger en Algérie. L’objectif recherché à travers cette nouvelle orientation consiste à faire bénéficier l’outil de production national du savoir-faire et des technologies par le biais des investissements

dispositions de la loi de finances

complémentaire pour 2009 ont opéré

un

étrangers et, en définitive, à verser l’effort de développement dans la perspective de diversification de la production nationale, ce qui contribuera à réduire la facture alimentaire mais aussi, à stimuler le marché du travail. L’Algérie dispose « d’énormes potentialités d’investissements et de ressources humaines » en sus des avantages incitatifs mis à la disposition des opérateurs nationaux et

étrangers, a affirmé, mercredi, sur les ondes de la Chaîne III, le directeur général de l’agence

nationale de développement de l’investissement (ANDI). M. Abdelkrim Mansouri dira, à ce propos que, le marché national, en matière d’opportunités ainsi que le plan quinquennal 2010-2014, de par la densité des programmes de développement qui y sont retenus sont deux indicateurs qui incitent l’intérêt des étrangers pour notre pays au moment où le» monde vit une récession économique». Le secteur du logement qui occupe un volet important dans ce plan impliquera une dynamique de développement dans d’autres secteurs comme l’électricité, les matériaux de construction ou encore l’industrie du bois dira t-il. Aussi, depuis la mise en place, en 2009, de la bourse de partenariat, l’Andi a initié une campagne de vulgarisation et de communication destinée à expliquer les nouvelles dispositions de la politique nationale d’investissement. Le dispositif en question qui constitue une base de données mises à la disposition des investisseurs permet aux

opérateurs nationaux et étrangers de transmettre leurs offres de partenariat. Aussi, l’ANDI qui se veut «une force de proposition» se charge de répercuter ces offres entre les deux parties intéressées qui peuvent négocier dans la confidentialité. Les projets ainsi ficelés seront transmis au Conseil national des investissements (CNI) par l’ANDI, a précisé M. Mansouri. Le premier responsable de l’agence a affirmé, d’autre part que l’année 2010 a enregistré une croissance du nombre de dossiers examinés par le CNI lequel nombre a triplé par rapport à 2009. Les propositions ont concerné les domaines du bâtiment, du tourisme, des industries de transformation, des assurances, et de l’agroalimentaire. Certains projets sont opérationnels alors que d’autres sont en phase de montage a indiqué l’invité de la rédaction. «Il n’y a pas de réticences de la part des étrangers», insistera, dans ce sens, M. Mansouri précisant que 128 offres de projets émanant d’opérateurs étrangers ont été réceptionnés dans le cadre de la bourse de partenariat. Ces offres, au demeurant,

provisoires, a tenu à préciser le DG de l’ANDI, versent principalement dans les secteurs des services, le tourisme, l’agriculture et le médicament. M. Abdelkrim Mansouri a souligné dans le même contexte, que les discussions avec “Renault” et “BMW” sont « très avancées » et que les projets avec ces deux partenaires selon la formule 51%/49% devraient se concrétiser dans les toutes prochaines années. A propos du dispositif d’investissement, le DG de l’ANDI a souligné que ce dernier est “en perpétuelle amélioration” tout en rappelant que les dispositions de la LFC 2009 n’ont pas d’effet rétroactif. Il ajoutera que la stratégie de développement mise en place par l’Etat est «orientée vers le secteur privé à même d’encourager le partenariat public/privé. M. Abdelkrim MANSOURI a révélé, à ce propos, que « d’autres dispositions très incitatives sont en cours de mise en place par le gouvernement» dans le cadre de l’encouragement à l’investissement. Akila Demmad

Nation

5

EL MOUDJAHID

N ation 5 EL MOUDJAHID Protection des villes contres les inondations Ghardaïa sort la tête de
N ation 5 EL MOUDJAHID Protection des villes contres les inondations Ghardaïa sort la tête de
N ation 5 EL MOUDJAHID Protection des villes contres les inondations Ghardaïa sort la tête de

Protection des villes contres les inondations

Ghardaïa sort la tête de l’eau !

De notre envoyé spécial :

Sid Ahmed Merabet

Doit-on considérer aujourd’hui que la ville de Ghardaïa est définiti- vement sécurisée contre les crues de l’oued M’zab ? La réponse est oui

et la population, longtemps hantée

par le cauchemar de la « Nekba », du 1 er octobre 2008 qui reste vivace dans les mémoires, peut désormais dormir tranquille si l’on se fie aux assurances données mercredi der- nier par le ministre des Ressources en eau. Abdelmalek Sellal, qui se trou- vait sur place à l’occasion d’une visite de travail et d’inspection qui a tourné essentiellement sur la ques- tion de la protection de la ville contre les inondations, soutient en

effet qu’avec l’achèvement des tra- vaux des deux dernières digues, dites de régulation, réalisées dans la commune de Dhaya Bendhahoua, la ville de Ghardaïa ne risque à pré- sent rien et la catastrophe de 2008, qui a causé 43 morts, 4 disparus et 86 blessés, n’est plus qu’un mau- vais souvenir. Déjà, la première digue, sise à oued Labiod, qui existait lors des tragiques inondations a pu atténuer un tant soit peu la force de l’eau et de l’avis même du ministre, elle a pu éviter des dégâts supplémen- taires. La réalisation de ces petits barrages a été décidée à l’issue d’une étude lancée par les spécia-

listes et qui a montré que les crues de l’oued M’zab proviennent de trois affluents différents. Faisant office de véritables obstacles aux fortes pressions de l’eau mélangée à la boue, les digues de régulation diminuent le débit de l’eau au maxi-

mum, de sorte qu’à la sortie, les crues auront perdu de leur force. Quant au coût de ces trois digues, celui-ci s’élève à plus de 2,5 mil- liards de dinars. Toujours au sujet de la protection des villes contre les inondations, Abdelmalek Sellal dresse un état des lieux peu relui- sants, conséquences, selon lui, de la décennie noire qui a été marquée par des extensions anarchiques des territoires urbanisables, sans études ni plans viables. C’est ainsi que des gens ont construits dans des lits d’oueds et le respect des critères d’urbanisme était le dernier des soucis des citoyens. « Il est clair que l’homme est responsable de la situation qui prévaut aujourd’hui et certains accusent les pouvoirs publics d’avoir failli à leurs obliga- tions. Mais il faut rappeler toutefois qu’à cette époque, l’Etat n’y pou- vait pas faire grand-chose car il y avait d’autres priorités », souligne- t-il, affirmant à cette occasion que les choses commencent à bouger dans le bon sens. On citera parmi les actions entreprises dans l’op- tique de sécuriser l’ensemble des villes algériennes contre les crues des oueds le recours aux images

satellitaires qui détermineront avec exactitude les lits et les cours des oueds de telle sorte qu’au final, l’on disposera d’une cartographie des régions sensibles. Cette opération est lancée grâce au concours de l’ASAl, l’Agence spatiale algérien- ne qui fournira les images.

Recours aux satellites pour identifier les zones inondables

«Nous essayons de rattraper le retard que nous avons accusé mais c’est un travail de longue haleine », avertit le ministre des Ressources en eau qui a mis à profit cette sortie dans la vallée de M’zab pour se rendre à Berriane, Metlili et El Atteuf où il s’est enquis des projets relevant de son secteur. Il est utile de signaler que la wilaya de Ghardaïa vit essentiellement des eaux souterraines qui alimentent les trois nappes dont la plus importante est la nappe continental intercalaire. Avec des potentialités globales qui dépassent 565 millions m 3 /an, le volume mobilisé chaque année s’élève à 286 millions m 3 dont 60% est destiné vers l’irrigation agricole et 35% pour l’alimentation en eau potable (AEP). La dotation quoti- dienne en matière d’AEP est de 200 litres/jour et peut atteindre dans cer- taines zones plus de 300 litres/jour alors que le taux de raccordement s’élève à 98%. S. A. M.

Jeunesse et sports

M. Djiar insiste à Khenchela sur la formation et l'encadrement des jeunes talents

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Hachemi Djiar a souli- gné jeudi à Khenchela l"'importan- ce de la formation et de l'encadre- ment des jeunes talents, à travers le développement du sport scolaire qui constitue la pépinière du sport d'élite. Au second jour de sa visite de

travail dans cette wilaya, le ministre

a indiqué que le la promotion des

activités sportives est tributaire de

la formation, et souligné la nécessi-

té de rechercher des formules de partenariat avec les associations et les clubs sportifs pour prendre en charge les jeunes talents au niveau des structures sportives existantes. M. Djiar a inspecté un site de 21 hectares réservé au projet d'un complexe régional de préparation

des équipes nationales, devant être implanté à Aïn Silane, non loin de Khenchela. Selon les explications fournies par les responsables locaux du secteur, une enveloppe de 3,01 milliards de dinars a été mobilisée pour ce projet dès 2002. La fiche technique du complexe prévoit notamment la construction d'un stade d'athlétisme, d’une piscine,

d’une salle omnisports, d’une salle de conférences et d’autres struc-

tures de services. Au parc omnisports (OPOW) du chef-lieu de wilaya, le ministre a inauguré une salle omnisports d'une capacité d'accueil de 1.000 places, réalisée pour 37 millions de dinars dans le cadre du programme spécial des hauts plateaux. Il a également visi- té le stade omnisports de 10.000

places dont le terrain vient d’être revêtu d’une pelouse synthétique et doté d’un éclairage pour les activi- tés sportives nocturnes, où il a appe- lé à une exploitation rationnelle de cette infrastructure, de concert avec les associations sportives locales. Dans la commune de El Mehmel, M. Djiar s'est enquis du projet de réalisation, pour 70 millions de dinars, d'une salle omnisports de 500 places dont le taux d'avance- ment des travaux a atteint 90 %, ainsi que de l'opération de pose d’un gazon synthétique sur le ter- rain de football du stade communal. Il a ensuite procédé à la pose de la première pierre du projet de com- plexe sportif de proximité (CSP) dans la commune de Aïn Touila, préconisant sur place l'élaboration

Transfert des eaux d’El Menea vers Djelfa, Msila et Tiaret Les études seront achevées en
Transfert des eaux d’El Menea vers Djelfa,
Msila et Tiaret
Les études seront achevées
en 2011
S’exprimant avant-hier à partir de Ghardaïa, le ministre des
Ressources en eau révèle que l’étude du grand projet du transfert
des eaux albiennes d’El Menea (Ghardaïa) vers Djelfa, le sud de
M’sila et le sud de Tiaret, voire Médéa, confié à un bureau d’études
étranger, seront achevées au courant de cette année 2011. A
l’image de celui d’In Salah-Tamanrasset, le transfert des eaux
albiennes à partir d’El Menea aura, à terme, des répercussions
certaines sur le développement de l’agriculture et redonnera vie à
toutes les régions situées sur son tracé. Les spécialistes et autres
experts en la matière estiment pour rappel à 5 milliards de m 3 /an
les eaux exploitables de cette réserve. S. A. M.

d'une nouvelle conception pour le projet afin de l'adapter à la pratique de tous les sports intéressant les jeunes. La perspective de disposer d’un CSP a suscité une profonde satisfaction auprès des jeunes de la localité. Dans la commune de Baghaï, le ministre a inspecté une infrastructure similaire réalisée à

80 % avant de visiter le projet d'une auberge de jeunes dans la localité de Taberdga dans la commune de Chechar. Le ministre de la Jeunesse et des Sports a présidé hieri à Khenchela l'ouverture des travaux d'un séminaire national sur ''le week-end sportif'' prévu au com- plexe omnisports de la ville.

Agriculture : Les CRCRAFAT ont été installés jeudi

Optimiser le potentiel de production

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a procédé, jeudi, au siège de son département, à l’installation des sept comités régionaux de coordination de la recherche agricole et forestière et de l’appui technique (CRCRAFAT). La démarche qui s’inscrit dans le cadre de la politique de renouveau agricole et rural est dictée par le défi majeur qui consiste à réunir les condi- tions censées concourir à l’amélioration de la sécurité alimentaire du pays conformément aux orientations du Chef de l’Etat d’autant qu’il s’agit « d’une question de souveraineté nationale » notera le ministre. Soulignant le rôle de ces comités dans la dynamique agri- cole, le Dr. Bénaïssa dira que ces noyaux sont appelés à apporter leur contribution dans l’effort du secteur en matière de recherche, d’accompagnement, de conseil et d’assistance technique à même d’améliorer les méca- nismes d’intervention et, par la même occa- sion, la qualité de la production. Il s’agira, relèvera le ministre, d’une action destinée à

cerner les besoins et attentes des agriculteurs

et éleveurs pour mieux appréhender les pro-

blèmes de chaque filière et, par conséquent, apporter les solutions adaptées. Le premier responsable de l’agriculture a annoncé, dans le même contexte, l’élargissement des ces structures de recherche aux régions démunies dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014 dans cet objectif de consolidation des capaci- tés de production et particulièrement du

potentiel rural qui reste sous exploité. A ce propos, il appellera les comités, au nombre de sept chapeautant différentes wilayas à être « offensifs » et « engagés » dans leur mission pour contribuer à faire émerger l’effort agri- cole. D’autre part, le ministre est revenu sur le rôle des chambres de l’agriculture en tant qu’espaces de concertation et de relais entre les différents acteurs du secteur dans cette entreprise de sensibilisation sur la « culture de la performance » destinée à encourager les initiatives. Le directeur général de l’INRA a, pour sa part, souligné que la réalisation de l’objectif de la sécurité alimentaire assigné au secteur reste conditionnée par la mise en place « de nouvelles techniques et de nouveau savoir-faire en direction des agriculteurs et des éleveurs ». Une condition, ajoutera M. Fouad Chahat qui a dicté la création, en sep- tembre 2009, du comité de coordination de la recherche agricole et forestière et de l’appui technique (CCRAFAT). Aussi, dans l’objectif d’une plus grande synergie entre les instituts au plan local, il a été décidé la mise en place

de comités régionaux appelés à s’impliquer dans l’exécution des plans d’actions com- muns d’une manière décentralisée et indépen- dante du comité national et des directions des instituts de tutelle. Les comités en question regroupent les directeurs des stations et labo- ratoires d’une même région agro-climatique, affiliés aux instituts, les responsables des bureaux de la formation et de la vulgarisation,

les DSA et les conservations forestières. La démarche en question, a-t-il précisé, vise à assurer une « gestion coordonnée des pro- grammes » par les stations et laboratoires concernés en association avec les chambres de l’agriculture. Par ailleurs, ces comités auront la charge de coordonner les activités de recherche et d’appui technique au secteur au plan local indiquera M. Chahat. Dans l’im- médiat, chaque comité doit procéder à l’iden- tification de la demande en matière d’appui de la part des opérateurs du secteur laquelle demande pourra avoir trait à différents besoins en encadrement, en conseils tech- niques et informations scientifiques, en appui pour l’élaboration de projets de développe- ment au titre des programmes locaux initiés par et pour le secteur. Une action qui permet- tra de définir les modalités d’intervention des instituts, de cerner les insuffisances du systè- me de formation et de vulgarisation mis en œuvre ainsi que la définition des correctifs à y apporter, d’accélérer le transfert des techno- logies et les connaissances en rapport avec les potentialités naturelles, d’appuyer la générali- sation des méthodes et équipements permet- tant une gestion économe de l’eau d’irriga- tion, et de sensibiliser sur les méthodes de modernisation. Il s’agira également, expli- quera l’intervenant, de coordonner les actions retenues dans le cadre du PRCHAT en étroite collaboration avec les bureaux de la forma- tion et de la vulgarisation (BFV), des DSA et

de la forma- tion et de la vulgarisation (BFV), des DSA et des chambres de l’agriculture,

des chambres de l’agriculture, de définir les modalités d’intervention de chaque station et laboratoire et, enfin, d’identifier les formes de participation possible des opérateurs locaux dans un cadre de partenariat. Une responsabi- lité entière dans le sens où il s’agira de contri- buer à améliorer la qualité et la quantité du rendement agricole. Il ya lieu de rappeler que le CCRAFAT a organisé en 2009-2010 quatre ateliers thématiques consacrés à la réhabilitation et au développement de la Mitidja, à la filière oléicole, la filière lait et la filière de la pomme de terre. D. Akila

Coopération

EL MOUDJAHID

7

Après avoir pris part au 2 e Sommet arabe économique et social à Charm El-Cheikh (Egypte), le Président Bouteflika a regagné Alger jeudi

La sécurité alimentaire et hydrique et la lutte contre le chômage, élevées au rang de priorité

Des engagements fermes

Ph. : Nesrine Le Président Bouteflika à son retour d’Egypte
Ph. : Nesrine
Le Président Bouteflika à son retour d’Egypte

S i l’on doit sacrifier à l’exer-

cice des bilans, des résultats

et des acquis récoltés dans

le cadre de ce deuxième sommet économique et social arabe de Charm El Cheikh, il s’impose alors le constat encourageant d’une volonté manifestée de la part des souverains et présidents arabes à inscrire leurs actions dans une perspective de dévelop- pement qui demeure un préalable d’une extrême importance. Des engagements sont pris pour ins- taurer des stratégies écono- miques et sociales pour aller de l’avant dans un processus de pro- motion des sociétés arabes qui intègre la ressource humaine, la technologie, l’économie et le développement social. Ce deuxième sommet écono- mique et social peut être considé- ré à juste titre, comme un gage car il constitue le prolongement d’une détermination qui s’est faite jour dans le cadre du pre- mier sommet de Koweït dont l’objectif était d’adopter une démarche commune intégrée dans un sens qui garantit l’avenir des peuples arabes. Il est évident que la mise en place des mécanismes de déve- loppement dans son acception la plus large, est un objectif qui s’impose pour faire face aux défis qui ont un impact d’une importance cruciale dans le deve- nir de la nation arabe. La sécurité alimentaire constitue dans cet ordre d’idée, une priorité de premier ordre et les dirigeants arabes ont fait montre d’une volonté à coopérer en commun pour prendre en charge cet aspect, armés d’une approche et d’une vision nou- velles et pertinentes qui lui assu- rent toutes les conditions de réus- site. La sécurité hydrique n’est pas en reste puisqu’elle est aussi ins- crite en tant que préoccupation importante pour les prochaines années. Les changements clima- tiques dictent que l’on s’attelle à cette tâche. Le sommet de Charm El

Cheikh s’est attelé à faire le bilan des résultats enregistrés dans le domaine essentiel des infrastruc- tures de base en accordant une priorité nodale à la liaison ter- restre et le projet de connexion électrique qui ont la particularité d’être ambitieux au regard de leur portée et de leur utilité. Il est évident que la renforce- ment du secteur du commerce, la création d’une union douanière ainsi que l’encouragement, porté en direction des investissements productifs et le secteur privé ont bénéficié de l’intérêt des diri- geants arabes dans une optique qui permet d’agir efficacement dans le développement. Le sommet aura permis de remarquer que le souci de pro- mouvoir le niveau de vie des citoyens s’est manifesté avec clarté en faisant en sorte que les difficultés et les obstacles sont progressivement aplanis pour concrétiser dans les faits, les objectifs du millénaire dans ses volets éducatifs, sanitaires, dans la promotion de la recherche scientifique et technique, l’inno- vation pour réduire la pauvreté, le chômage. La jeunesse n’est pas négli- gée. Il lui est ouvert le champ de la participation effective au sein de la société en multipliant les offres d’emploi et les opportuni- tés de travail. Les jeunes consti- tuent, il ne faut pas l’oublier, 25% de la population. Le Monde arabe recèle des potentialités avérées dans le domaine des énergies fossiles comme le pétrole et le gaz natu- rel et sa position géographique stratégique. C’est un atout de taille pour contribuer à assurer la sécurité énergétique du monde et juguler les crises qui agitent le monde. Les énergies renouvelables sont également intégrées dans le développement. Les pays arabes sont abondamment pourvus en la matière et les possibilités d’in- vestir dans ce créneau sont réelles, en particulier lorsqu’il s’agit de créer des postes de tra-

ont leur poids et leur importance,
ont leur poids et leur importance,

vail. Les énergies renouvelables sont porteuses de perspectives non négligeables dont ont besoin nos sociétés. La complémentarité écono- mique a besoin d’une union douanière qui sera à même de la renforcer. La décision de lui don- ner corps en 2015 est un acte à marquer d’une pierre blanche. Le marché arabe commun qui sera réalisé en 2020, est aussi une étape qui augure d’un avenir serein pour ce qui touche juste- ment cette complémentarité. Le Monde arabe fait partie d’un système mondial qui peut agir positivement ou négative- ment. Par conséquent, il est impossible de faire un pas sérieux dans la voie du dévelop- pement sans en saisir les ressorts. La crise financière a engendré des transformations profondes dans la carte économique mon- diale. C’est ce qui incite les diri- geants arabes à coordonner l’ac- tion collective pour participer aux efforts de la communauté universelle tendant à garantir la stabilité d’un monde qui n’est jamais à l’abri de convulsions et de crises parfois endémiques. Une identité de vue et d’action s’est manifestée pour développer une action commune en créant des partenariats entre les pays arabes, les ensembles régionaux et mondiaux, avec des pays qui

notamment avec la Chine, l’Inde, le Japon, la Turquie, la Russie, en vue de créer des forums de coopération et des programmes de développement.

S’il faut retenir un enseigne-

ment pertinent de ce sommet, autant réitérer une détermination flagrante à donner une assurance authentique destinée à renforcer les mécanismes d’action, confor- mément aux exigences des étapes futures qui seront déterminantes dans le domaine du développe- ment qui détient une place pré- pondérante dans l’agenda et les

préoccupations des dirigeants arabes qui, d’ailleurs, ont large- ment fait part de leur intention à travailler dans ce sens. Les dirigeants arabes réunis à Charm El Cheikh ont décidé de tenir dans deux ans un sommet arabe en Arabie saoudite pour poursuivre leurs efforts en vue de renforcer les acquis enregistrés dans le cadre deux sommets de Koweït et de Charm El Cheikh.

A l’évidence, l’opinion

publique arabe et internationale a pu constater une nette détermina- tion à aller de l’avant dans la pro- motion des facteurs de progrès et

de développement afin d’assurer un avenir stable, sans convul- sions majeures. Mohamed Bouraïb

A son départ du Caire

Le Président Bouteflika adresse un message de remerciements à son homologue égyptien

Le Président de la République,

M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé

jeudi dernier, un message de remer- ciements à son homologue égyp- tien, M. Mohamed Hosni Moubarak, à l'issue de sa participa- tion au deuxième Sommet écono- mique arabe tenu dans la ville de Charm El Cheikh. "Il me plaît au moment où je quitte la République arabe d'Egypte sœur de vous adresser, au nom de la délégation algérienne et en mon nom personnel, mes vifs remerciements, tout en exprimant mes sentiments d'amitié et d'esti- me à Votre Excellence et à tout le peuple égyptien frère pour le cha- leureux accueil qui nous a été réservé lors de notre séjour parmi vous", a souligné le Président Bouteflika dans son message. Le Chef de l'Etat a "hautement" salué les efforts déployés et les moyens mobilisés par l'Egypte pour le succès du Sommet écono- mique arabe, qui a été couronné par de décisions "répondant aux aspirations des peuples arabes au développement et au progrès", se

félicitant "du sens des responsabi- lités dont les dirigeants arabes ont fait montre en vue de relever les défis auxquels la Nation arabe fait

face".

En survolant leurs espaces aériens respectifs

Le Président Bouteflika réitère ses salutations au guide de la Révolution libyenne…

Le Président de la République,

M. Abdelaziz Bouteflika, a adres-

sé jeudi dernier un message au guide de la Révolution libyenne, le colonel Maamar El-Gueddafi, dans

lequel il lui a réitéré ses saluta-

tions.

"Il m'est agréable, au moment où je survole l'espace aérien libyen sur le chemin du retour en Algérie, de vous réitérer mes salutations, priant Dieu Tout-Puissant de vous accorder santé et bonheur et au peuple libyen frère davantage de

progrès et de prospérité", a écrit le Président Bouteflika dans son

message.

…et au Chef de l'Etat tunisien

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika a réitéré jeudi dans un message ses saluta- tions fraternelles au Chef de l'Etat tunisien, M. Foued Mebazaa.

"Il me plaît au moment où je survole l'espace aérien de votre pays, sur le chemin du retour en Algérie, de vous réitérer mes salu- tations fraternelles, priant le Tout- Puissant de vous assister dans l'ac- complissement de vos missions historiques", a écrit le Président Bouteflika dans son message.

Nation

EL MOUDJAHID

9

Entreprises

20 millions de dinars d’aide à la mise à niveau de chaque PME

L ’Etat consacre une aide de 20 millions de dinars pour chaque petite et moyenne

entreprise (PME) dans le cadre du programme national de mise à niveau, a indiqué jeudi à Oran le directeur général de PME au ministère de l’Industrie, de la Petite et moyenne entreprise et de la promotion de l’investissement. M. Amouri Brahiti a souligné, lors d’une rencontre régionale de sensibilisation sur le lancement du programme national précité, qu’une enveloppe financière glo- bale de 386 milliards de dinars a été allouée par l'Etat pour la mise à niveau de ces entreprises, tout en appelant les représentants des PME à y adhérer pour profiter de ce programme, qui touchera 20.000 entreprises au niveau national.

4.000 PME concernées par la mise à niveau à Oran

La wilaya d’Oran se trouve aux premières loges dans ce programme de mise à niveau des entreprises pour lequel l’Etat a débloqué un budget de 386 milliards de dinars.En effet, sur les 20.000 entreprises rete- nues au niveau national, 4.000 sont domiciliées à Oran. Elles vont bene- ficier d’un plan de formation et d’ac- compagnement à l’innovation et à la certification de qualité.Les pouvoirs publics vont consacrer pratiquement 20 millions de dinars pour chaque PME. La wilaya d’Oran que certains estiment comme le véritable pou- mon economique du pays non seule- ment à cause de son pôle petrochi- mique mais aussi grâce a son tissus très dense de petites et moyennes entreprises se trouve de fait au centre de ce dispositif national. Prochainement et ce sera une premiere au niveau du pays un pôle economique verra le jour, probable- ment à Bethioua. Ce pôle sera un espace de regroupement des entre- prises qui sera, toute proportion gar- dée, d’une importance quasi egale au pont logistique Oran/Alicante ,un espace de promotion des échanges commerciaux entre les operateurs nationaux et ceux de la rive nord de la mediterrannée. Pour information ce pont « logistique » comprend dif- férentes structures la plus importan- te se trouve à El Kerma, le seconde au port d’Oran et la troisieme à Bethioua … toutes mettront a dispo- sition des opérateurs des services et des espaces de partenariat et de pro- motion à même de doper les échanges commeciaux dans le bas- sin meditteranéen. On a appris, par ailleurs, qu’un «guichet unique» pour l’emploi et la création de petites et moyennes entreprises (PME) sera ouvert très prochaine- ment dans toutes les daïras de la wilaya d’Oran… sa finalité sera de promouvoir et surtout favoriser l’eclosion au niveau des 26 com- munes de la wilaya de micro entre- prises pour relancer l’investissement et créer de l’emploi. Ce nouveau service fera également du «porte à porte» au niveau des sieges des communes avec des opérations ponctuelles pour se rapprocher des citoyens surtout dans les communes où les jeunes ne « hantent » pas for- cément les coulors de leur dairas. Plus de 1100 entreprises ont vu le jour en 2010 dans la wilaya

ce qui a permis la création

d’Oran

de 5000 postes de travail Terminons en rappelant que durant la même période un peu moins de 300 entités ont mis la clé sous le paillasson pour diffférentes causes.

M. Koursi

Entre 4000 et 5000 entreprises bénéficieront de la mise à niveau

dans onze wilayas de l’ouest du pays, sous l'égide de la délégation régionale relevant de l’Agence nationale de développement de la petite et moyenne entreprise (ANDPME), a indiqué le même intervenant, qui a ajouté que le nombre d'entreprises qui activent dans ces wilayas est estimé à 66.000 entreprises. Après avoir abordé les objec- tifs du programme national de mise à niveau des entreprises, M. Brahiti a annoncé la création de

200.000

entreprises à l’horizon

2014.

S’agissant des structures

d’accompagnement des porteurs de projets, il est prévu la récep- tion de 20 centres de facilitation et neuf pépinières, a indiqué la même source, soulignant la réception, à fin 2010, de 13

centres et huit pépinières simi- laires. M. Brahiti a mis en exergue également le rôle de l'Agence nationale de développe- ment de la petite et moyenne entreprise qui a conclu 12 proto- coles d'accord avec les associa- tions professionnelles représen- tant les filières d’activités. Il a annoncé, à ce propos, la création d'un centre national de sous-trai- tance pour le développement de ce domaine qui est un axe straté- gique pour les efforts de l'inté- gration économique du secteur, et d’encourager le potentiel national de sous-traitance sur les groupes industriels, avec la programma- tion en 2011 des deuxièmes assises nationales de la petite et moyenne entreprise sur le thème "Les PME au cœur du développe- ment économique et la stabilité sociale". Pour sa part, le direc-

teur général de l'Agence nationa- le de développement de la petite et moyenne entreprise (ANDP- ME), Moussaoui Rachid, a pré- senté les grandes lignes du nou- veau programme de mise à niveau des petites et moyennes entreprises, les procédures d’ac- compagnement et les conditions d'octroi d'aides. Ce responsable a également expliqué le rôle du Comité natio- nal de mise à niveau, qui œuvre au contrôle, au suivi et à l'évalua- tion de ce programme destiné aux entreprises activant dans l'in- dustrie, le bâtiment, les travaux publics, la pêche, le tourisme, l'hôtellerie, les prestations de technologies de l'information et de la communication et le trans- port. M. Moussaoui a indiqué que ce programme est supervisé par des experts algériens ayant

une expérience dans le domaine, soulignant que "la porte est ouverte à différents bureaux d’études algériens". De nombreux opérateurs éco- nomiques, ayant participé à cette rencontre ont fait part à l'APS de leur volonté de s'engager dans le programme qu'ils ont qualifié "d'important" et "d'ambitieux" et qui permettra, selon eux, le déve- loppement de la petite et moyen- ne entreprise et améliorera la compétitivité et leurs places dans les marchés internes comme externes. A noter que cette rencontre a enregistré la présence de plu- sieurs opérateurs économiques, de responsables de bureaux d'études et d'enseignants univer- sitaires. Elle sera suivie de deux autres rencontres similaires à Sétif et Ghardaïa.

Annaba

Un abri de pêche et des perspectives prometteuses pour Aïn Barbar

Un abri de pêche a été mis en exploitation dans la localité de Aïn Barbar, dans la commu- ne de Seraïdi (Annaba), ouvrant des perspec- tives pour la promotion de ce secteur et la créa- tion d’emplois au profit des jeunes chômeurs. Conçue pour accueillir 50 embarcations de pêche, cette infrastructure va permettre une amélioration et une multiplication des sources des revenus dans cette contrée isolée et éloi- gnée, où les familles ne vivaient que d’agricul- ture de montagne et d’élevage. Une dizaine de professionnels de la pêche y exerce déjà, en attendant l’arrivée d’autres parmi les jeunes de Ain Barbar, selon un res- ponsable de la direction de la pêche et des res- sources halieutiques. En dépit des opportunités évidentes d’emploi, offertes par cet ouvrage qui compte 24 cases de conservation et deux ate- liers d’entretien et de maintenance des embar- cations de pêche, nombreux sont les marins- pêcheurs qui posent le problème du transport de leurs productions journalières de poissons pour être commercialisées, tout en insistant sur la nécessité d’injecter d’autres investissements dans le cadre des efforts du désenclavement de leur localité. Des travaux de confortement et

de consolidation de l’abri de pêche ont été pro- grammés dans le but de dépasser cette contrain- te et de protéger les embarcations des courants d’eau, a-t-on fait savoir à la direction concer- née, ajoutant que cette action est à même de garantir une exploitation rationnelle de cet ouvrage qui a nécessité une enveloppe de 12 millions de dinars pour son aménagement. Un montant supplémentaire de 32 millions de dinars a été retenu dans ce même cadre pour la réalisation d’une route depuis les hauteurs de Aïn Barbar jusqu’ à l’abri de pêche pour per- mettre le transport des produits de la mer, outre un mur de soutènement et de prévention pour la protection des équipements et des embarca- tions, principalement en période hivernale. Des actions de sensibilisation ciblant les jeunes sans emploi sont actuellement menées par la direction de la pêche et des ressources halieu- tiques, en coordination avec la commune de Seraïdi, dans le but de les inciter à monter des projets au niveau de l’abri pêche de Aïn Berbar au titre des dispositifs de soutien de l’Etat à l’emploi. En plus des activités liées au froid, ces projets peuvent donner lieu à des presta- tions de transport et de commercialisation des

Souk Ahras

Rencontre d'information sur la loi portant conformité des constructions

rer une meilleure qualité urbanistique et architec- turale par la mise en conformité des construc- tions susceptibles de l'être. Il a également affirmé que le certificat de conformité "ne sera pas délivré au propriétaire d'une quelconque construction réalisée sans per- mis de construire". Il a également souligné que les constructions qui ne sont pas susceptibles d’être mises en conformité ont été identifiées par l'article 16 de cette loi qui cite notamment les constructions bâties sur des sites et des zones protégés ainsi que celles édifiées sur des par- celles réservées aux servitudes, et celles situées sur des zones d'expansion touristique ou sur des terres agricoles et forestières. Il a appelé les autorités locales et les services techniques com-

Douanes

De nouveaux équipements et commodités dans la région frontalière ouest

douanes, dotés des commodités nécessaires, ont été réceptionnés selon M. Larbi Djilali. Les ser- vices de douanes ont été renforcés par divers équipements d'inspection et de contrôle, ainsi que de l'outil informatique. S'agissant du matériel, onze nouveaux véhi- cules tout terrain ont été acquis pour le renforce- ment des équipes mobiles, notamment dans les vastes étendues steppiques, comme Laricha, Bouihi et Labed au sud de la wilaya de Tlemcen. D'autre part, le directeur régional a indiqué que 23 nouveaux centres de contrôle sont en cours de

produits de la pêche, a-t-on affirmé de même source. Près de 3.700 marins pêcheurs, pour 1.044 unités de pêche, dont 44 chalutiers et 122 sardiniers et autres petits métiers, ont été recen- sés par le secteur de la pêche à Annaba où le marché du poisson se caractérise par la rareté du poisson et son prix souvent hors de portée des bourses moyennes. Des prix au détail variant entre 250 dinars le kilogramme pour la sardine et plus de 1.000 dinars pour les poissons blancs et les crustacés. En l’absence d’un vrai marché du poisson, les produits de la pêche sont sou- vent exposés dans des poissonneries sommaires et sous les arcades du marché central de la ville de Annaba avec tous les risques que cela engendre pour la santé publique. Par ailleurs, les responsables du secteur tablent sur une pro- duction de 10.000 tonnes de poisson à l’hori- zon 2014, sachant que la moyenne de celles des deux dernières années s’élève à 8.600 tonnes. Pour atteindre cet objectif, l’accent est mis sur la nécessité de développer la pêche en haute mer et de mieux soutenir les petits métiers confrontés à l’absence d’équipements néces- saires à la promotion de leurs activités.

Une rencontre d'information sur la loi portant règles de mise en conformité des constructions et leur achèvement a été animée jeudi à Souk Ahras par l'inspecteur général de l'urbanisme au minis- tère de l'Habitat et de l'Urbanisme. Au cours de cette rencontre qui a réuni les autorités de wilaya, les chefs de daïra, les présidents des APC, les cadres des services techniques et des architectes, M. Naït Saâda, a exposé les principales disposi- tions de cette loi dont l'objectif, a-t-il noté, est d'éliminer les constructions illicites qui défigu- rent les villes du pays. Il a notamment insisté sur la conjugaison des efforts de tous les intervenants et l'implication des citoyens pour parvenir à concrétiser cet objectif. L'intervenant a qualifié cette loi de ''mesure exceptionnelle'' devant assu-

Le parc de la direction régionale des douanes algériennes de Tlemcen a été renforcé l'année passée par de nouvelles commodités et de nou- veaux équipements et matériels, dans le cadre du programme de modernisation visant la promo- tion des prestations et l'amélioration des condi- tions de travail, selon son responsable. Plusieurs nouveaux sièges pour les équipes de douanes, au niveau de certaines régions comme Ouled Mimoun, Ghazaouet, et Bab El Assa (wilaya de Tlemcen) comportant égale- ment des centres d'hébergement des agents de

munaux à prendre toutes les mesures qui s'im- posent pour mettre un terme à ce phénomène. Dans son intervention, le wali de Souk Ahras a préconisé l'installation de permanences au niveau des communes, des daïras et du service de l'urbanisme pour accueillir les citoyens et rattra- per les retards enregistrés en matière d'applica- tion de cette loi et de régularisation des situations en instance. Le représentant de l'APW dont les membres avaient, au cours de leur dernière session, recommandé l'organisation de telles rencontres, a appelé à instaurer "plus de souplesse" dans l'étu- de des dossiers des citoyens pour éviter toutes les entraves susceptibles de freiner l'application de cette loi.

réalisation sur la bande frontalière de la wilaya longue de 170 kilomètres. Ces centres seront dotés de tous les moyens nécessaires pour le contrôle des frontières. Une partie de ces centres sera réceptionnée incessamment, alors que les projets restants seront réceptionnés dans les pro- chains mois. Il est à noter que ces structures sont compo- sées de 21 centres terrestres et deux maritimes, contribuant à la lutte contre la contrebande dans toutes ses manifestations. APS

Nation

EL MOUDJAHID

11

Gestion des ordures à Alger

Un nouveau plan d'orientation

Boumerdès

La commune de Chabet El Ameur met le cap sur le désenclavement

L a commune de Chabet El Ameur (Boumerdès) a centré ses efforts de développement, durant ces

dernières années, sur le désenclavement de son arrière pays, avec l’objectif de revitalisation de l’espace rural et de la stabilisation de sa population. Cette collectivité locale, à cheval entre les wilayas de Boumerdès, Tizi- Ouzou et Bouira compte 35.000 habitants disséminés à travers le chef lieu communal et 14 villages. La réalisation d’un lycée, le revêtement de la route reliant le village Beni Brahim à celui d’Aloucha, et d’une voie similaire joignant cette dernière localité au village agricole, ainsi que l’aménagement d’autres accès ruraux, constituent l'essentiel des projets initiés par cette commune, selon son président. Le chef-lieu communal, quant à lui, a bénéficié d’un centre de santé, réceptionné récemment, ainsi que d’une bibliothèque qui reste à réaliser outre des opérations destinées à l’amélioration urbaine et du cadre de vie du citoyen. Une opération de raccordement de 5600 foyers au réseau de distribution publique du gaz est inscrite à la réalisation, cette année, au profit du village agricole et des localités de M’toussa et Beni Amtas, selon le président de l’APC. Un autre projet de raccordement au réseau de gaz naturel au profit des citoyens des villages d’Ouled Boudekhane, Ouled Ali, Ben Brahim et Azouza, figure en outre dans l'agenda des autorités locales. L’alimentation en eau potable à partir du transfert du barrage de Taksebt desservant une partie de la wilaya de Boumerdès, demeure, selon le Président de l’APC "la première préoccupation" de la population de Chabet El Ameur. Aux fins d'améliorer l'approvisionnement en eau de cette localité, il a été convenu, selon cet

édile, de réaliser deux forages, ainsi que la rénovation de plusieurs tronçons de conduites d'"AEP", et le raccordement d'autres villages à ce réseau. Sur un autre registre, la conservation des forets entend apporter son concours aux velléités de développement de cette commune en proposant le lancement ou la relance de plusieurs projets, notamment dans les domaines de l’apiculture, des petits élevages, de l’artisanat et de la petite hydraulique (aménagement de sources). Dans un souci de reconstitution du patrimoine sylvicole, des opérations portant reboisement, en chêne liège, de

50 ha au niveau de la forêt de Beni

Khelfoun, en plus de plantations arboricoles, outre l'ouverture de plus de

20 km de pistes, ont été menées.

P our la préservation de sa vocation agricole par une meilleure occupation de l’espace, cette commune vient de se doter d’un plan directeur d’urbanisme ( Pdau), qui sera soumis à l’APW pour adoption.

2011, 446 km. Le réseau utilisant cette

technologie couvre à l’heure actuelle 50 pour cent des télécommunications dans la wilaya de Tébessa qui compte plus de

35.000 abonnés au téléphone fixe et

5.800 au téléphone sans fil (WLL). De plus, les liaisons par fibre optique devront favoriser, à l’avenir, la réception des chaînes de télévisions numérique au moyen du Msan (Multi-Service Access Node) récemment lancé en Algérie.

APS

L e directeur général de l'entreprise

gères de la wilaya d'Alger "NET-

COM", M. Ahmed Belalia, a affirmé

qu'un plan d'orientation pour la gestion des ordures dans la wilaya d'Alger est en cours d'élaboration, sur la base des plans élaborés au niveau des com- munes. Dans une déclaration, jeudi à l'APS, M. Belalia a souligné que dans le cadre de ce plan global destiné à la wilaya d'Alger, chaque commune procédera à l'élaboration de plans, qui tiennent compte de la nature de la région, du nombre d'habitants et des horaires de dépôt et de collecte des ordures ména- gères. En parallèle, l'Agence nationale des

déchets, relevant du ministère

de

de collecte des ordures ména-

l'Environnement, a établi des contacts avec les communes pour étudier les plans en question, en prévision de l'élaboration du plan global de la wilaya d'Alger. M. Belalia a, d'autre part, indiqué qu'une

M. Belalia a, d'autre part, indiqué qu'une étude est en cours de réalisation, au niveau d'un

étude est en cours de réalisation, au niveau d'un bureau d'études, en vue d'élaborer le plan directeur de gestion des ordures de la wilaya d'Alger. Cette étude, qui a atteint une étape avancée, vise à cerner les problèmes de ges- tion des ordures au niveau de la capitale, à réunir les conditions favorables à cette opéra-

tion et à réaliser la complémentarité entre les différents acteurs dans ce domaine, y compris les citoyens. Le responsable a, par ailleurs, sou- ligné l'importance de créer des réseaux organisés pour le recyclage des différents types d'ordures, en pré- vision de leurs intégration au cycle économique, appelant à la prise en charge de tous les déchets recy- clables. Dans ce sens, M. Belalia a affirmé que son entreprise œuvre, de concert avec le ministère de l'Environnement, à préparer un cahier des charges pour l'organisation de la collecte des ordures recyclables, déplorant le tra- vail anarchique de certaines entre- prises activant dans ce domaine. L'organisation de ce domaine en réseaux, exige beaucoup de temps, à commercer par le changement des mentalités, l'intéressement des entreprises à ce créneau, outre la mise en place de structures chargées de la récupéra- tion, a-t-il conclu.

Constantine

Un plan d’urgence pour l’éradication des dépotoirs sauvages

U n plan d’urgence visant à "éradiquer tous les dépotoirs sauvages" qui ternis- sent l’image de la wilaya de

Constantine sera mis en œuvre dans "les tout prochains jours", selon la direction de l’envi- ronnement. Pilotée par cette direction, cette opération devant être menée avec le concours des direc- tions de la protection civile, des transports et les services de sécurité, consiste à éradiquer toutes les décharges sauvages de déchets inertes, d’abord au chef-lieu de wilaya, puis dans d’autres communes après identification des sites à traiter, a précisé le chef du service de la formation et de la sensibilisation envi- ronnementales, M. Abdelouahab Djenna. Les interventions seront effectuées "par étapes" pour toucher en premier lieu une dou- zaine de sites de déblais et de gravats recensés

dans les neuf secteurs urbains de la commune de Constantine, à l’instar des bordures de routes à El Meridj au terrain Belhadef (Aïn El Bey) Djebel Ouahch, au "7 e kilomètre" (Aïn Smara), à Chaâb Ersass et au quartier Chaabani à la cité Daksi, a indiqué le même responsable. M. Djenna a ajouté que 11 "talus" consti- tuant une "agression caractérisée contre l’en- vironnement urbain", servant de dépotoirs à ciel ouvert de déchets ménagers, feront l’objet d’une vaste opération de nettoyage sur une durée d’un mois au regard du volume de déchets à évacuer. C’est ainsi, a-t-il précisé, qu’il sera fait "place nette" au niveau des talus de Bidi- Louiza, de la vieille ville, de Boudraa-Salah, d’Aouinet El Foul et d’El Menia. Ce plan d’urgence donnera également lieu à

l’élimination de cinq autres points noirs recen- sés sur les berges de l’oued Rhumel, notam- ment près de la passerelle suspendue Mellah- Slimane, à proximité de l’avenue Tatache ainsi que du côté de la gare routière Ouest. Les services de la police de l’urbanisme ont été sollicités, dans le même contexte, pour verbaliser toute nouvelle tentative de dépôt anarchique de gravats ou autres déchets pro- venant, notamment, de chantiers ou de réamé- nagements de logements et autres locaux com- merciaux, a-t-on relevé. Les associations et les comités de quartiers ont été également impliqués, à l’issue d’une rencontre de sensibilisation, afin d’apporter leur aide afin de réussir cette opération pour laquelle d’importants moyens matériels et humains ont été mobilisés.

Constantine

Projet de construc- tion d’une unité et d’un centre d’entraînement de la protection civile

Le secteur de la protection civile de la wilaya de Constantine a bénéficié de la réalisation d’une nou- velle unité et d’un centre d’entraînement, au titre du programme 2011, a indiqué un responsable de cette direction. Selon le chargé de la communication, la nouvelle unité sera construite courant 2011 dans la commune d’Ibn Ziad. Elle mobilisera une enveloppe de 60 mil- lions de dinars. Le centre d’entraînement, prévu à la nouvelle ville Ali -Mendjeli, sera spécialisé dans les techniques de sauvetage en cas d’accidents de la route et d’incen- dies dans les tunnels. Doté d’une enveloppe de 30 mil- lions de dinars, ce centre assurera également la for- mation des agents de ce corps en matière d’utilisation des équipements de sauvetage. D’autres projets pilotés par la direction de la pro- tection civile sont en cours de réalisation.Il s'agit en l’occurrence de deux unités d’intervention, une dans la commune de Aïn Abid, avec un taux d’avancement des travaux de 50% et une autre à Hamma Bouziane, dont les travaux sont à 40 %, d'avancement, selon le même responsable. Rappelons qu’une unité spécialisée a été réalisée au quartier d’El Kantara, à Constantine, consacrée notamment au dressage de chiens-sauveteurs,à la plongée sous-marine et à l’escalade. Au total, 10 unités d’intervention de la protection civile sont opérationnelles dans la wilaya de Constantine.

La coopération entre le ministère de la Santé et l'Unicef à l'ordre du jour

jeudi

entre

de

de

le

la

la

à l'ordre du jour jeudi entre de de le la la muniqué Le développement de la

muniqué

Le développement de la coopéra-

tion entre le secteur de la santé en Algérie et l'Unicef a constitué le point dominant de l'en-

tretien

Alger

ministre

Santé,

Population et de la Réforme hospita- lière, M. Djamel Ould Abbès et le représentant de l'Unicef en Algérie M. Manuel Fontaine. Les deux hauts responsables ont notamment débattu des aspects liés à la mortalité maternelle et infantile, la

à

nutrition, la stratégie de développe- ment de la petite enfance et la prise en charge des maladies de l'enfance, indique un com-

du

ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hos- pitalière. M. Fontaine a, par ailleurs, expri- mé le soutien de l'Unicef aux plans et études du ministère de la Santé se rapportant aux dossiers "diabète et enfant" et "cancer et enfant", ajou- te la même source.

Tébessa

De nouvelles liaisons par fibre optique

De nouvelles liaisons par fibre optique, sur un linéaire de 228 km, ren- forceront prochainement le réseau géré dans la wilaya de Tébessa par Algérie Télécom, a indiqué jeudi dernier la char- gée de la programmation et des études à la direction locale de cet opérateur public. Ces extensions devront être réalisées sur les axes Tébessa-Ouenza, sur 90 km, Cheria-Bir El Ater (78 km), El- Hammamet-Cheria (30 km) et Ouenza-El Aouinet (30 km), a précisé cette respon-

sable, relevant que cette action permettra d’améliorer progressivement l’accès à l’internet ''haut débit''. Ces liaisons sont également destinées à réduire graduellement les télécommuni- cations encore assurées par faisceaux hertziens (FHN) sur une longueur de 888,7 km, selon la même source qui a rappelé que le premier réseau de fibre optique de cette wilaya a été mis en exploitation, en 2000, sur un linéaire de 30,887 km avant d’atteindre en janvier

12

Nation

EL MOUDJAHID

Constantine Oum El Bouaghi Raccordement de 391 foyers au réseau du gaz naturel Le gaz
Constantine
Oum El Bouaghi
Raccordement
de 391 foyers
au réseau du
gaz naturel
Le gaz naturel pour 230 foyers
à Ibn Badis
U n total de 391 foyers de
Q uelque 230 foyers
de la localité de
Beni-Yagoub, dans
la commune de
Boughrara Saoudi, loca-
lité située à 45 km au sud-ouest
d’Oum El Bouaghi, a été rac-
cordé jeudi au réseau du gaz
naturel, portant ainsi le taux de
couverture de cette wilaya à
73%, selon les services locaux
en charge du secteur de l’énergie
et des mines.
La mise en service de ce rac-
cordement a nécessité un inves-
tissement public de 323 millions
de dinars, puisé du programme
spécial de développement des
hauts plateaux.
Les familles concernées,
définitivement débarrassées des
contraintes liées au transport,
parfois sur de longues distances,
des bonbonnes de butane, ont
exprimé à cette occasion leur
profonde satisfaction. Les
services de la wilaya ont annon-
cé également le raccordement
au même réseau, "dans les pro-
chains jours", du centre urbain
Touzline, près d’Oum El
Bouaghi.
Quatre communes seule-
ment, sur les 29 de cette wilaya,
ne sont pas raccordées au réseau
du gaz naturel, ce qui place Oum
El Bouaghi "parmi les trois pre-
mières wilayas du pays" en
termes d’accès à cette énergie
propre, selon le directeur de la
planification et de l’aménage-
ment du territoire.
la commune d’Ibn Badis
(daïra de Aïn Abid,
Constantine) sont désormais
raccordés au réseau du gaz
naturel, au terme d’une céré-
monie organisée jeudi en
présence des autorités
locales.
Une soixantaine de
familles démunies, résidant
dans cette localité, ne dispo-
sant pas de ressources pour
régler leur quote-part, ont
bénéficié de facilités de
paiement sur décision du
wali qui a instruit en ce sens
les responsables de
Sonelgaz.
La localité de Beni-
Yagoub est située dans une
région à vocation céréalière.
Elle compte plus de 1.718
habitants et 430 construc-
tions éparpillées sur une
superficie de 25,35 hectares.
Cette mise en gaz qui inter-
vient en pleine saison hiver-
nale, a suscité une profonde
joie chez les habitants
comme en témoigne l’insis-
tance d’une vieille dame qui
a tenu à allumer elle-même la
torche symbolique.
Selon les responsables
locaux du secteur de l’éner-
gie et des mines, le taux de
raccordement au réseau du
gaz naturel est désormais de
75 pour cent dans la commu-
ne d’Ibn Badis, Plusieurs
autres projets sont prévus ou
sont en cours de réalisation
dans cette localité rurale,
notamment l'étude de l’AEP
(alimentation en eau potable)
à partir d’Ibn Badis, la réha-
bilitation d’une aire de jeu,
l’étude et la réalisation d’une
antenne administrative et la
réalisation d’une salle de
soins.
De plus, les responsables
de la daïra de Aïn Abid pré-
voient d’y mener plusieurs
autres opérations liées,
notamment, à l’aménage-
ment urbain, au renforcement
de l’AEP et à la réalisation
d’une maison de jeunes.
Bordj Bou-Arréridj
Budget de la wilaya pour 2011
1 milliard et demi de dinars
L’ APW Bordj Bou-
Tizi-Ouzou
Aréeridj a adopté
cette semaine le
Les étudiants
d’une cité
universitaire
demandent
l’amélioration
de leurs
conditions
d’hébergement
D es centaines d’étudiants
de la résidence universi-
taire garçons de
Boulkhalfa, banlieue de Tizi-
Ouzou, ont organisé jeudi une
marche pacifique pour revendi-
quer l'amélioration de leurs
conditions de vie au sein du
campus.
Initiée par le comité de la cité
universitaire de Boukhalfa II
(CCUB), cette marche, qui a
emprunté un itinéraire de plus
d’un km, allant de la gare rou-
tière jusqu’au siège de la wilaya,
s’est déroulée dans le calme et
sans incident.
"Seuls des étudiants ont par-
ticipé à cette marche, organisée
par eux et pour eux. Vous pou-
vez même constater qu’il n’y a
pas de représentants politiques
dans nos rangs", a affirmé un
étudiant en droit de la Faculté de
Boukhalfa.
Par cette action, les étudiants
entendaient interpeller les auto-
rités locales sur l'urgence d'ap-
porter des solutions à leurs
revendications sociales au sein
de la résidence universitaire.
Les représentants des étu-
diants revendiquent notamment,
"l'amélioration des conditions
de sécurité à l'intérieur de la cité,
une ambulance, la réduction du
temps d'attente devant le restau-
rant universitaire et enfin la dési-
gnation d'un directeur pour la
cité universitaire, sans gestion-
naire depuis trois mois".
budget de wilaya pour l’an-
née 2011.
Ce budget est composé de
deux parties à savoir les
recettes et les dépenses.
Le montant de la premiè-
re est de l’ordre de 1 milliard
468 millions 384 mille
dinars.
Ils proviennent de ren-
trées d’argent d’un montant
de 210 mille dinars, de la
taxe sur l’activité profession-
nelle de 615 millions de
dinar, de la péréquation de la
distribution pour 106 mil-
lions de dinar, de la contribu-
tion des APC dans le fonds
de la jeunesse et de l’aide de
l’Etat d’une valeur de 696
millions de dinar.
Autant dire que cet apport
est le plus important dans le
ce montage. Cela indique
également une défaillance
dans les finances des collecti-
vités locales.
Les rentrées d’argent de
la wilaya qui ont connu une
amélioration certaine restent
très faibles.
Ces recettes étaient de
l’ordre de. Insignifiant voire
scandaleux pour la location
de biens qui valent des mil-
liards. Rappelons qu’avec la
libération du siège de l’ex
wilaya, cette dernière a
acquit un nouvel ressource à
rentabiliser.
Naturellement les
dépenses ne peuvent dépas-
ser ce plafond.
Mais les élus de la wilaya
se sont évertués à distribuer
les fonds selon les priorités
de la wilaya même si les
salaires restent la charge la
plus importante.
Le chapitre fonctionne-
ment a englouti à lui seul 1
milliard 270 millions 950
mille dinars. Le reste soit 197
millions 433 mille dinars est
consacré à l’équipement. Il a
fallu d’ailleurs que la com-
mission de l’assemblée opère
une ponction de 30 pour cent
sur le premier chapitre pour
qu’il atteigne ce niveau.
La majeure partie de cette
somme est allée au soutien de
l’approvisionnement en gaz
naturel pour les localités qui
en sont dépourvues .Le reste
est partagé entre le renouvel-
lement du parc de la wilaya
qui se trouve dans un état
lamentable selon le représen-
tant de la l’administration et
l’acquisition de terrains pri-
vés pour l’implantation de
projets publics.
L’équipement de plu-
sieurs écoles coraniques figu-
re dans le programme arrêté
par l’APW.
Le budget de fonctionne-
ment permet également d’ap-
puyer l’effort de la wilaya en
matière de transport et le sou-
tien du prix des repas servis
dans les cantines ainsi que
l’achat de cadeaux pour les
lauréats des différents exa-
mens.
La solidarité est un autre
chapitre qui a bénéficié de
l’attention des élus qui ont
consacré 4 millions de dinars
pour les restaurants ouverts
durant le ramadhan et 6 mil-
lions comme aides frontales
pour les démunis.
Les élus qui ont débattu le
texte pendant des heures ont
adopté le budget de wilaya
pour l’année en cours. Mais
ils ont recommandé la ratio-
nalisation des dépenses, la
célérité dans la consomma-
tion des crédits et la distribu-
tion des aides aux associa-
tions présentes sur le terrain
F. D.
Le secrétaire général de l’ONM au musée
du moudjahid
M. Saïd Abadou secrétaire général de l’Organisation national des moudjahidines qui a
rendu visite jeudi au musée du moudjahid situé à Bordj Bou-Arréridj saccagé au
début du mois en cours a insisté sur la nécessité d’enrichir le fonds documentaire de la struc-
ture. M Abadou qui était accompagné des autorités locales a annoncé que le rééquipement
du musée devra être effectué le plus tôt possible. Il a lancé un appel aux jeunes pour la pré-
server ce fonds qui permet l’écriture de l’histoire du pays. La police a retrouvé trois fusils
qui appartenaient au musée et arrêté leurs voleurs.
Les habitants de Djebassa en colère
L es habitants du village de Djebassa qui dépend de l’APC d’El Mehir ont bloqué jeudi
la route qui mène vers le chef-lieu de la commune. Ils protestent contre la suppression
de la ligne de transport scolaire. A cause de cette situation des centaines d’élèves n’ont pu
rejoindre leurs établissements scolaires. Ils ont dénoncé l’affectation du bus destiné pour
leur localité pour le village d’El Melz. Les responsables de la commune qui ont rencontré
les contestataires se sont engagés à trouver une solution pour ce problème épineux.
Rappelons que la commune compte plusieurs villages. Les deux bus alloués à l’APC ne
suffisent pas pour couvrir tous les besoins.
F. D.
Relogement La wilaya d’Alger récupère plus de 475.000 m 2 suite aux opérations de relogement
Relogement
La wilaya d’Alger récupère
plus de 475.000 m 2 suite aux
opérations de relogement
lancées en 2010
U ne superficie de 475.069 m 2 a été récupérée
par la wilaya d'Alger, suite à une importante
opération de relogement lancée en 2010,
ayant ciblé plus de 10.000 familles.
Dans une déclaration à l'APS, le conseiller du wali
d'Alger, M. Mohamed Maras a affirmé que la wilaya
d'Alger a récupéré une superficie globale de 475.069
m 2 , suite à la démolition des chalets et des habitations
précaires au niveau de certains quartiers d'Alger, dans
le cadre des opérations de relogement lancées, par la
wilaya, depuis le début mars jusqu'à la fin décembre
2010. A cet effet, M. Maras a indiqué que cette super-
ficie concerne 11 sites sur un total de 20 sites touchés
par l'opération de relogement, ayant concerné plus de
10.000 familles au niveau de la capitale. Il a, d'autre
part, annoncé l'exploitation des espaces récupérés, à
travers les différentes communes de la capitale, pour
la réalisation de logements, de complexes sportifs de
proximité et d'espaces verts. L'aménagement de ces
sites en espaces verts est susceptible, a-t-il dit, de
donner "une bouffée d'oxygène" aux habitants de la
capitale, notamment ceux des quartiers populaires,
souvent surpeuplés. Parmi les principaux projets pré-
vus dans ce sens, M. Maras a cité la transformation en
parc d'équipements publiques, des 15.000 m 2 récupé-
rés au niveau de Haouch Mihoub (Baraki). A Bab
Ezzouar, un centre culturel de proximité sera érigé, sur
le site du bidonville démoli Djazira (2500 m 2 ). Des
espaces verts sont prévus, à la place du bidonville de
Bordj el Kiffan, sur une superficie de 200.000 m 2 . Il
sera, par ailleurs, procédé au boisement des 73.469 m 2
récupérés au niveau de club des pins (Staouéli). Un
projet de construction de logements sera réalisé, sur
les 600 m 2 récupérés, au niveau des abattoirs. Le plus
vieux bidonville de la commune de Sidi M'hamed,
"Zaâtcha" (3.000 m 2 ), abritera un jardin public. A Bab
El Oued, des complexes sportifs de proximité seront
réalisés sur les sites récupérés suite au relogement des
habitants de Diar el-Kaf (10.000 m 2 ) et Fontaine
fraîche (10.000 m 2 ). Des opérations de boisement sont
prévues sur les sites des bidonvilles démolis,
Beaucheraye (10.000 m 2 ), à Bab El Oued et Doudou
Mokhtar (150.000 m 2 ), à Hydra. Des structures
publiques et une trémie devraient être réalisés, au
niveau du site de Dar el-Beida (500 m 2 ). Par ailleurs,
on procède à Diar Echems, à la transformation des
appartements de type F1, en F3 et F4.
Avec un total de plus de 10.000 familles relogées
dans des appartements neufs, la wilaya d'Alger a enre-
gistré, durant la période s'étalant du début mars à la
fin décembre 2010, la plus importante opération de
relogement, depuis l'indépendance (23 en tout), à rai-
son de 1000 familles relogées par mois.

Bejaia

Prochaine construction d’un troisième port de pêche

L a wilaya de Bejaia s’apprête à lancer la construction d’un nouveau port de pêche dans la région de Béni-Ksila à la faveur d’un concours

financier de l’Etat d’un montant de plus de 3 milliards de dinars, a annoncé le wali. "Les travaux débuteront dans quelques semaines", a-t-il dit sans plus de précisions, précisant toutefois que pour sa livraison "les délais impartis

seront de 36 mois". Cette nouvelle infrastructure sera la troisième du genre, Bejaia, possédant déjà, un vieux port, situé dans le môle "Abdelkader", non loin du port commercial et se trouvant sur le point d’en réceptionner un second à Tala Ilef, à 20 km à l’ouest du chef-lieu communal, d’une capacité de 150 embarcations dont une centaine pour la pêche et une cinquantaine pour la

plaisance. Le projet de cette nouvelle infrastructure s’articule autour de la réalisation de deux appontements et deux quais de débarquement, avec une capacité globale d’une centaine d’embarcations (petits métiers, sardiniers

et chalutiers) susceptibles de produire plus de 2.200 tonnes

de poissons annuellement, indique-t-on à la direction des

travaux publics. Son implantation dans cet espace a été décidé pour renforcer les capacités agricoles de la région, éminemment rurales, mais aussi pour lui forger une vocation, toute dédiée à la mer. En effet, malgré sa localisation stratégique sur la côte, et l’engouement de sa population pour la pêche, Beni-Ksila n’en tire pas profit pour autant. L’activité en rapport avec la mer y est

absolument insignifiante. En fait, à l’origine, en raison de ces arguments, l’ambition des responsables du secteur autant que des autorités locales se limitait à faire de cet endroit, un prosaïque abri de pêche. Seulement une fois les travaux engagés, et en raison des crédits mis en place pour

se faire, d’aucuns ont pris l’option de donner au projet une autre envergure. Sa concrétisation est susceptible de donner à la wilaya d’autres ambitions en la matière. Ses capacités globales, à terme, étant estimées à quelques

15.000 tonnes par an, et ce indépendamment de la

production aquacole et continentale, qui elles aussi, bénéficient du soutien des autorités publiques.

Vendredi 21 - Samedi 22 Janvier 2011

Monde

EL MOUDJAHID

13

ONU-Sahara occidental-Maroc

Rencontre de Manhasset : le Front Polisario avec le "même esprit de coopération sincère"

Tunisie

Prière de l'Absent dans les mosquées de Tunis dans un climat de deuil

Les mosquées de la Tunisie ont effectué hier, la Prière de l'Absent à la mémoire des vic- times des derniers événements qu'a connus le pays et qui ont fait des dizaines de morts et qui ont conduit au départ du président Zine El Abidine Ben Ali. Un deuil national de trois jours a été décré- té, les drapeaux tunisiens étaient en berne au sommet des édifices publics et la télévision diffusait par intermittence des versets du Coran en application de la déci- sion prise jeudi par le gouverne- ment de l'union nationale lors de sa première réunion présidée par le président de la République par intérim, M. Fouad Mebezaa. Le ministère tunisien des Affaires religieuses avait appelé les imams prédicateurs de toutes les mos- quées de la Tunisie à effectuer la Prière de l'Absent après la prière du vendredi, à la mémoire des victimes des événements san- glants qui ont secoué la Tunisie.

Adoption d'un projet de loi d'amnistie générale

Un projet de loi d'amnistie générale a été adopté jeudi par le gouvernement d'union nationale en Tunisie, à l'issue de la premiè- re réunion du Conseil des ministres. "Le ministre de la Justice a présenté un projet de loi d'amnistie générale, qui a été adopté par le Conseil des ministres, qui a décidé de le sou- mettre au Parlement", a annoncé le ministre du Développement, Ahmed Néjib Chebbi à la presse. Les travaux de la réunion gou- vernementale étaient essentielle- ment axés sur l'examen du projet de loi portant amnistie générale et l'application du principe de la séparation de l'Etat des partis politiques.

USA-Tunisie

Washington appelle à la stabilisation avant des élections "crédibles"

Les Etats-Unis plaident pour la stabilisation de la Tunisie avant l'organisation d'élections "crédibles", a déclaré jeudi Philip Crowley, porte-parole du départe- ment d'Etat. "La stabilité poli- tique et sociale est un ingrédient essentiel d'élections crédibles, au moment où le peuple tunisien trace un avenir différent", a-t-il ajouté. L'administration améri- caine, avait proposé mercredi l'ai- de des Etats-Unis au gouverne- ment intérimaire, afin qu'il "orga- nise une véritable transition vers la démocratie". Le premier Conseil des ministres du gouver- nement de transition tunisien, a débuté jeudi à Tunis en présence du président par intérim, Foued Mebazaa.

L e représentant du Front Polisario à l'ONU, M. Ahmed Boukhari a affirmé hier, que

délégation sahraouie participera à

la 5 eme réunion informelle avec le Maroc en ayant le "même esprit de coopération sincère" avec l'ONU, tout en étant "profondément attachée

aux droits sacrés du peuple sahraoui

à l’autodétermination et à l’indépen-

dance''. ''La délégation sahraouie prend part à cette 5 ème réunion infor-

melle avec le même esprit de coopé- ration sincère avec les efforts de l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Christopher Ross, tout en étant profondément attachée aux droits sacrés de notre peuple à l’autodétermination et à l’indépendance'', a-t-il déclaré à l'APS. M. Boukhari a fait remarquer que cette réunion entre le Front Polisario et le Maroc se tiendra dans des "circonstances tout à fait parti- culières", expliquant que la "répres- sion sanglante" menée en novembre dernier par les forces d'occupation marocaines contre le peuple sah- raoui au camp de Gdeim Izik "n’a fait que prouver à la communauté internationale que notre peuple reste

attaché à son droit à la liberté et à l’indépendance". Pour lui, le "succès

du déroulement du référendum d’au-

la

sus d’application du plan de règle- ment de 1991 et des accords de Houston de 1997 qui sont les seuls

accords acceptés par le Front

Polisario et le Maroc et endossés par

Conseil de sécurité.'' M. Boukhari

a souligné dans ce contexte que ces

instruments de l'ONU ''appellent à l’organisation d’un référendum

d’autodétermination pour le peuple sahraoui qui a les mêmes droits à s’autodéterminer que ceux de la Namibie en 1989, du peuple du Timor-Est en 2000 et du Sud- Soudan en 2011''. Le responsable sahraoui a observé, par ailleurs, que les derniers événements politiques qui ont eu lieu en Tunisie "offrent une nouvelle occasion au Maroc pour se débarrasser d’un projet expansionniste sans lendemain qui a hypothéqué l’avenir du pays, enta- ché profondément sa crédibilité internationale et semé la méfiance et la tension dans notre région". Dans ce sens, il a estimé que "se débarrasser de ce fardeau sur la base de la légalité internationale pertinen- te permettrait au Maroc de mettre fin à cette hypothèque et, par voie de conséquence, de mieux répondre aux aspirations socio-économiques et démocratiques du peuple maro- cain". A ce propos, il a indiqué que

le

les autorités marocaines "tentent depuis longtemps de faire croire au peuple marocain que nous sommes

l’ennemi à abattre. En fait, nous sommes l’ami indispensable qui a évité toujours d’insulter l’ave- nir. Tôt ou tard, le peuple

marocain

conscience de la vérité historique''. Le Maroc et le Front Polisario avaient engagé en juin 2007 des négociations directes, sous l'égide de l'Onu, avec quatre rounds qui avaient eu lieu à Manhasset, et quatre réunions informelles à Vienne (Autriche) et à Manhasset. En application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples colo-

prendra

niaux, l’Assemblée géné- rale de l’ONU avait adopté en décembre dernier la résolution appuyant le processus de négocia- tion en vue de parvenir à une "solu- tion politique juste, durable et mutuellement acceptable qui per- mette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental''. Louant les efforts déployés à cet égard par le secrétaire général et son envoyé per- sonnel, l’Assemblée générale de l'ONU avait demandé à la quatrième commission onusienne chargée de la décolonisation de continuer à suivre

chargée de la décolonisation de continuer à suivre la situation au Sahara occidental. La délégation

la situation au Sahara occidental. La délégation sahraouie qui prend part à cette cinquième réunion informelle avec le Maroc est com- posée du président du Conseil natio- nal (Parlement) de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), M. Khatri Addouh, du coordinateur sahraoui avec la Mission des Nations Unies pour l'Organisation d'un Référendum au Sahara Occidental (Minurso), M. M'hamed Khaddad, et du représen- tant du Front Polisario à l'ONU, M. Ahmed Boukhari.

todétermination du Sud-Soudan tenu du 9 au 15 janvier en cours démontre le bien fondé de notre attachement à la voie référendaire comme la voie la plus démocratique pour répondre aux aspirations légi- times d’un peuple de décider de son avenir". "Il s’agit-là de deux mes- sages forts d’une portée politique très significative'', a-t-il affirmé. Par conséquent, a-t-il soutenu,

''toutes ces circonstances nationales

et internationales plaident pour une

implication majeure du Conseil de sécurité de l’ONU en faveur de la protection des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occu- pés et pour la réactivation du proces-

Italie

Une délégation du mouvement associatif achève une visite aux camps des réfugiés sahraouis

Une délégation du mouvement associatif solidaire avec le peuple

sahraoui, de la ville italienne de

Fuccehio (Florence), a achevé une visite de plusieurs jours dans les camps des réfugiés sahraouis, a-t-on appris jeudi auprès de l'administration provinciale de

Florence. "La ville de Fuccehio est depuis 1997, jumelée avec le camp sahraoui de Bir Enzaran (wilaya de Dakhla) et offre un soutien aux réfugiés sahraouis et à la cause pour laquelle ils se battent depuis plus de trente ans", a-t-on précisé. L'objectif de ce jumelage était d'"attirer

l'attention sur la grave situation dans laquelle la population sahraouie est forcé de vivre dans des camps de réfugiés surpeuplés, en plein désert, et privés de leur droit fondamental à l'autodétermination".

des études et de recherches sur le terrorisme". Le Conseil, a-t-il dit, ne peux accomplir correctement les missions qui lui sont dévolues qu'avec "la coordination étroite avec les organisations internationale com- pétentes". Evoquant les perspectives du Conseil, M. Lamamra a déclaré qu'"en dépit des progrès considé- rables et des réalisations effectuées, le conseil fait face à des défis et des enjeux. Il s'agit en premier lieu pour le Conseil de poursuivre la consoli- dation de sa capacité à assumer ses responsabilités". "La véritable dyna- misation des moyens d'action du conseil revêt une importance capita- le, le Conseil étant appelé à œuvrer davantage en matière de prévention et à prendre des mesures préventives contre l'émergence de nouveaux conflits dans la région", a-t-il enfin indiqué.

APS

“Inculquer une véritable culture de la paix pour assurer la cohésion africaine” souligne M. Ramtane Lamamra

de ces cas, a-t-il dit, les opérations menées par le conseil dans des conditions très difficiles notamment

sur le plan financier ont contribué à trouver les moyens d'instaurer la paix et de mettre fin aux hostilités". S'agissant de la force africaine pré-

vue dans le protocole relatif à la création du conseil de paix et de sécurité, M. Lamamra a déclaré que le Conseil "œuvre actuellement à l'élaboration d'une feuille de route

pour la période 2011-2015 afin que cette force puisse être totalement

fonctionnelle en axant sur sa capaci- té de se déployer rapidement, la logistique, la planification opéra- tionnelle, la sécurité maritime, les catastrophes naturelles et le sauveta- ge". Pour M. Lamamra, outre les efforts déployés dans le cadre du règlement des conflits et des crises

qui sévissent dans le continent afri-

cain, "le phénomène du terrorisme, de la piraterie et du crime organisé

demeurent parmi les priorités du conseil". Concernant le terrorisme qui mine le continent africain, M.

Lamamra a indiqué que "ce phéno- mène a pris de grandes proportions devenant la plus grande menace pour les pays africains", d'où la mul- tiplication des efforts du conseil pour tarir ses sources par l'élabora- tion d'une" loi-type" africaine sur "la prévention et la lutte contre le terro- risme dans le but d'asseoir des mécanismes africains et internatio- naux sur la prévention et la lutte contre le terrorisme au plan natio- nal". "Cette loi a permis d'orienter les pays membres vers l'élaboration

et le renforcement ou l'actualisation

de leur législation nationale afin de

mieux répondre aux impératifs

régionaux et internationaux", a-t-il poursuivi. L'unification et l'harmo- nisation des législations pénales afri- caines qui constituent une plate- forme de coopération dans la lutte contre le terrorisme au niveau conti- nental sera un acquis précieux pour cet outil". L'Union Africaine, a-t-il noté, a "pris d'autres mesures pour soutenir la coordination africaine en matière de lutte antiterroriste", saluant, dans ce contexte, "l'action menée avec détermination pour éra- diquer le paiement de rançons aux groupes terroristes". Les efforts fournis, à ce niveau, a-t-il précisé, "n'ont jamais cessé depuis le début des années 90, débouchant sur le traité de l'Organisation de l'unité africaine en 1999 relatif à la préven- tion et la lutte antiterroriste, le pro- tocole additif de 2002, l'adoption du plan de travail d'Alger en 2004 et la création à Alger du centre africain

L e commissaire à la paix et à la

(UA), M. Ramtane Lamamra,

a affirmé que le Conseil de paix et de

sécurité de l'Union œuvrait, depuis

sa constitution, à inculquer le concept d"une véritable culture de

la paix" en Afrique selon une vision

qui assure "la cohésion africaine et

réalise le développement durable".

"Le fonctionnement de certains mécanismes en relation avec la paix

et la sécurité a permis l'introduction,

pour la première fois, du concept de

la sécurité commune en Afrique afin

d'asseoir une nouvelle culture per- mettant la réalisation de la cohésion africaine dans le but de coordonner les efforts déployés en faveur de la paix", a indiqué M. Lamamra dans un entretien paru dans le dernier numéro (janvier) de la revue "El Djeich" sur le parcours du Conseil

de paix et de sécurité depuis sa créa-

tion, il y a six années. Ce mécanisme

a succédé au dispositif central de

prévention, de gestion et de règle-

ment des conflits de l'Organisation

de l'unité africaine crée en 1993. Le

Conseil de paix et de sécurité, a pré- cisé M. Lamamra, est "le pilier du système de sécurité, de veille et d'alerte permettant de réagir rapide- ment et efficacement aux différents conflits et crises en Afrique", tel que stipulé dans l'article 2 du protocole portant sa création. Après avoir passé en revue les crises enregistrées dans certains pays africains, M. Lamamra a souligné que le Conseil n'avait épargné aucun effort pour les

régler" et avait traité de nombreux cas ( les Iles Comores, la Somalie,

le Congo démocratique, la Guinée,

Madagascar et autres). Dans chacun

sécurité de l'Union africaine

Référendum au Sud-Soudan

Près de 99% de oui à la sécession du Sud

Les électeurs du Sud-Soudan ont voté à près de 99% en faveur de la sécession de cette région semi- autonome, lors du référendum organisé du 9 au 15 janvier, indiquent de nouveaux résultats prélimi- naires publiés hier. Selon ces résultats publiés par la Commission référendaire après le dépouillement de plus de 80% des votes, 98,6% des voix parmi les 3.197.038 bulletins déjà dépouillés, sont en faveur de l'indépendance du Sud-Soudan. Quelques jours seulement après la fin de cette consultation populaire, la commission référendaire a affirmé

avoir dépouillé 83,4% des votes dans le Sud

Soudan, et la totalité des votes effectués dans le Nord du pays et à l'étranger.

Sommet de l'UA à la fin janvier à Addis Abeba

La capitale éthiopienne Addis Abeba abritera fin jan- vier un sommet des chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union africaine (UA), rapportent des médias jeudi. "Ce sommet sera consacré aux différentes questions concer- nant le continent africain. Il sera l'occasion pour les par- ticipants de débattre notamment des moyens de renfor- cer le rattachement aux valeurs communes liant les Nations africaines", ont indiqué les mêmes sources. Les chefs d'Etat et de Gouvernement de l'UA auront aussi à discuter d'autres questions sociale, politique et sécuri- taire. Ils discuteront notamment des moyens d'encoura- ger les pratiques démocratiques en Afrique et de sensibi- liser les peuples africains de la nécessité de l'union et de la solidarité entre les différents pays du Continent, selon les mêmes sources.

Culture

15

EL MOUDJAHID

Exposition
Exposition
Tlemcen, capitale de la culture islamique Programmation de la publication de 365 titres Quelque 365
Tlemcen, capitale
de la culture islamique
Programmation
de la publication
de 365 titres
Quelque 365 titres d’ouvrages sont
programmés pour être publiés dans
le cadre de la manifestation
"Tlemcen, capitale de la culture isla-
mique" au chapitre "programme
livres", apprend-on auprès de la
direction de la Culture de la wilaya.
C es publications porteront sur
l’histoire de la ville de
Tlemcen et son patrimoine
matériel et immatériel ainsi que sur
les rôles de cette cité bimillénaire,
tant aux plans socio-économique et
politique que spirituel et artis-
tique, a-t-on précisé. De la préhis-
toire jusqu’à l’avènement de
l’Islam passant par l' ère zianide et
la période coloniale, les savants
érudits et personnalités de cette
région seront revisités à travers
leurs œuvres écrites et par les docu-
ments qu’ils ont suscités auprès
d’intellectuels algériens contempo-
rains, a-t-on indiqué. Une partie
du programme éditorial sera réser-
vée aux "beaux livres et livres
d’art" qui raconteront en priorité
le patrimoine historique, culturel et
islamique de Tlemcen et sa région
mais aussi des facettes du patrimoi-
ne national, a-t-on ajouté.
Cette manifestation culturelle
internationale constitue également
une opportunité, selon la même
source, pour réaliser des éditions
outre l’organisation d’un salon où
seront exposées toutes les publica-
tions réalisées dans ce cadre en
plus des manuscrits et livres
anciens, a souligné la même source.

La culture phénicienne s'invite à Alger

U n matériel de différents

supports archéologiques,

à savoir des statuettes en

terre cuite ou en bronze, de la poterie et de la céramique, cruches, gourdes, amulettes en bronze et autres objets de l'époque, a été installé tout au long de deux galeries parallèles et séparées par des affiches ins- tructives. A travers un parcours en zigzag, le visiteur peut découvrir une mosaïque d'ob- jets en provenance des diffé- rents musées nationaux de plu- sieurs villes algériennes, qui traduisent la relation tissée entre les populations numides et les navigateurs phéniciens venus de l'Orient à la recherche de matières premières. Organisée dans le cadre de la coopération culturelle algéro-italienne, l'ex- position illustre la culture phé- nicienne en Algérie, dont le développement s'étend de la fin

du 6 e au 1er siècle avant l'ère grégorienne, à la fois dans son rôle de trait d'union entre le monde nord-africain et le monde européen et sous l'as- pect de la valorisation des civi- lisations numides locales. L'ensemble des objets expo- sés ont été trouvés lors des dif- férentes fouilles archéolo- giques menées dans des nécro- poles et sanctuaires découverts dans plusieurs sites archéolo- giques qu'abritent les villes dans

L'exposition "Les Phéniciens en Algérie. Les voies du commerce entre la Méditerranée et l'Afrique
L'exposition "Les Phéniciens en
Algérie. Les voies du commerce
entre la Méditerranée et l'Afrique
noire", comprenant plus de 250
objets de musée, a été inaugurée
jeudi soir au palais de la Culture
(Alger).

lesquelles les Phéniciens avaient installé des comptoirs ou des promontoires, comme Tipasa, Cherchell, Guelma, Sétif et Jijel. Le vernissage de l'exposition, qui se poursuivra jusqu'au 20 février, s'est dérou- lé en présence de la ministre de la Culture, M me Khalida Toumi, et du vice-premier ministre, M. Noureddine Yazid Zerhouni ainsi que des représentants du corps diplomatique accrédité à Alger. Dans une déclaration à la presse, M me Toumi s'est félicitée du programme tracé entre

l'Algérie et l'Italie dans le cadre de la coopération culturelle. Une coopération qui com- prend, a-t-elle souligné, plu- sieurs volets, notamment, celui de la restauration des sites his- toriques et la formation des jeunes dans ce domaine. En outre et à propos de la manifestation "Tlemcen, capita- le de la culture islamique 2011", dont l'ouverture nationa- le coïncidera avec la fête du Mawlid Ennabaoui el-Charif et l'ouverture officielle avec la Journée nationale du Savoir (16

avril), la ministre a relevé qu'un "riche" et "vaste" programme culturel a été préparé dans ce cadre. Ce programme touchera tous les domaines culturels et artistiques (théâtre, musique, littérature, peinture, cinéma et histoire), à travers des exposi- tions thématiques, conférences, spectacles et tournées musi- cales, ainsi que 100 chantiers de restauration des vieux sites historiques, dont un projet de reconstitution du palais royal des Zianides, a-t-elle indiqué.

"Le soufisme et son impact dans la consolidation du tissu social" en débat à Ghardaïa

La contribution du soufisme dans la consolidation des

valeurs nobles de la société Algérienne a été soulignée

jeudi

"C e courant mystique et ascétique de la religion musulma-

ne transmis par des guides, fait appel à des valeurs contempla- tives, menant à la sagesse et à la paix spirituelle ainsi qu’à une lecture saine de la religion isla- mique", a indiqué un organisa- teur au cours de cette rencontre initiée par la direction de la culture en coordination avec le bureau de Ghardaïa de l’union nationals des étudiants algé-

riens (UNEA). "Le soufisme permet d’éclairer les esprits et de purifier les âmes haineuses et rancunières en instaurant l’esprit de la concorde, de la miséricorde « rahma » entre les membres de la société", a-t-il ajouté. Organisée sous forme de conférences/débats, cette jour- née d’étude qui a regroupé de nombreux universitaires, spé- cialistes, des chouyoukhs issus des zaouïas, s’articule autour de plusieurs thèmes parmi lesquels

à Ghardaia lors d'une journée d'étude sur "Le soufisme et son impact dans la consolidation du tissu social".

le soufisme, son rôle dans la sauvegarde de la mémoire col- lective, la place du soufisme dans la cohésion sociale à tra- vers l’éducation spirituelle et le soufisme entre authenticité et modernité, animés par des imams et théologiens de Ghardaïa et de Laghouat. Des conférences portant sur le même thème seront également organisées à travers les mos- quées de Ghardaïa vendredi pour permettre, selon les orga-

nisateurs, aux nombreux fidèles de la région d’enrichir leurs connaissances dans le domaine. En marge de cette rencontre, une visite des zaouïas existantes dans la wilaya de Ghardaïa ainsi que l’institut "El Hayat" de Guerrara spécialisé dans le rite Ibadite et de la bibliothèque du savant Cheikh T’fayech de Beni Isguen, a été programmé pour les participants.

Jijel rend hommage à l’homme de lettres Abou Laïd Doudou

Un hommage a été rendu, jeudi à Jijel, à l’homme de lettres et traducteur Abou Laïd Doudou à l’occasion du 7 e anniversaire de sa disparition. Lors d’une conférence animée à la maison de la Culture Omar-Oussedik, le Pr. Saïd Boutadjine, de l’université d’Alger, a rappelé le parcours et les qualités humaines d’Abou Laïd Doudou qui fut également traducteur d’écrivains de renommée mondiale.

S a contribution au rayonnement de la littérature et de la culture algé- riennes a été également mise en

exergue par le conférencier qui fut lui- même, a-t-il affirmé à l’assistance, un élève de Doudou. Cette conférence a notamment permis à des étudiants de la faculté des lettres, présents avec leurs encadreurs, de décou- vrir une figure algérienne de la littératu-

exposition d’arts plastiques, œuvres d’ar- tistes du terroir a été organisée dans une aile de la maison de la culture.

Tolstoï. Cette rencontre littéraire a été organisée à l’initiative de la direction de la maison de la culture dans le cadre de

son programme d’activités culturelles et artistiques du mois de janvier en cours. Parallèlement à cette conférence, une

Cénima
Cénima

Tournage des dernières séquences du film algérien "Appel téléphonique" au Bastion 23

Les dernières séquences du film algérien "Appel téléphonique" de Yacine Bendjamline ont été tournées jeudi au Bastion 23 à Alger en présence d'artistes et hommes de culture.

appel téléphonique de la part de son ancienne épouse qui tente de tisser de nouveaux liens avec son ex-mari. Dans une déclaration à l'APS, le réalisateur Yacine Bendjamline qui joue un petit rôle dans le film, a indiqué que 90% des évènements du film ont été tournés en Algérie et le reste dans la ville tunisienne de Hammamet. Cette oeuvre cinématographique a vu la participation de plusieurs figures artis- tiques algériennes à l'image de Fatiha Berbère, Madani Naamoun, Youcef Meziani, Sid ali Bensalem, Abdelhamid Rabia et Hafidha Bendiaf. Révélé au public en 1986 à travers l'interprétation de plusieurs rôles cinématographiques,

Le film qui évoque durant 1h:20mn le thème du mariage mixte relate l'histoire d'une union entre un migrant algérien et une jeune femme d'origine française. Le rôle principal est interprété par Youcef Meziani qui incarne le personnage du migrant algérien établi en France depuis 35 ans et se marie à une française. Un mariage dont est issu une fillette tiraillée entre les cultures algérienne et française. Les évènements du film se poursuivent jusqu'à ce que le jeune algé- rien décide de retourner définitivement au pays, une décision que rejette sa femme française à qui revient le droit de garde de leur fille après le divorce. Après cinq ans de séparation, le mari reçoit un

Yacine Bendjamline tente sa deuxième expérience en matière de production après la première en 2008 dans le film "Le jeu". "Appel téléphonique" sera projeté la "mi-avril prochain", a-t-il dit ajoutant qu'il s'agit du "premier film algé- rien à s'intéresser au thème du mariage mixte notamment après la propagation de ce phénomène parmi les jeunes algé- riens". Il a estimé que l'artiste ou le comédien algérien doit "passer de l'interprétation à la production surtout s'il présente des capacités dans ce domaine" soulignant l'importance d'accorder un intérêt parti- culier à la formation cinématographique.

re. Originaire du douar Tamendjar (El Ancer), au sud-est du chef-lieu de la wilaya de Jijel, où il est né le 13 janvier 1934, Doudou a étudié en Tunisie, en Syrie, en Irak et en Allemagne, puis ensei- gné en Autriche avant de rejoindre l’uni- versité d’Alger où il a enseigné la littéra- ture comparée. On lui doit une riche bibliographie comprenant notamment le ''Lac des oli- viers", sa première nouvelle publiée en 1967, "L’Algérie profonde", "Dar eth- thalath" ou encore "Le chemin d’argent", ainsi que des textes pour des pièces de théâtre. Il a traduit en arabe "Les mémoires de Pfeiffer" et "Le jardin d’amour" de Federico Garcia Lorca (1976) et des £uvres du russe Léon

Du 3 au 5 février

Santé

16

EL MOUDJAHID

Ould Abbès confirme

Majoration des indemnités pour les praticiens exerçant dans les zones enclavées

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès, a affirmé jeudi a Alger que les primes d'indemnités seront majorées pour les praticiens exerçant dinarsns les zones prioritaires (enclavées).

S 'exprimant en marge de la deuxième

journée médicale du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), M. Ould Abbès a indiqué que l'octroi de ces indemnités aux praticiens de la santé publique vise à améliorer la qualité des soins de proximité et une meilleure couverture sanitaire

nationale. Le ministre a annoncé, par ailleurs, la tenue dimanche d'une réunion avec les différents syndicats du secteur pour préparer les statuts particuliers des différents corps, devant être prêts dinarsns les cinq prochains mois. Ces statuts permettront à ces corps de bénéficier de leurs indemnités avec

effet rétroactif à partir de 2008, a-t-il précisé. "je suis sensible aux préoccupations du corps médical et paramédical, mais je n'accepterai jamais les menaces et le chantage", a-t-il toutefois martelé. Le ministre a insisté, d'autre part, sur la nécessité de veiller au respect des règles de déontologie et d'éthique médicale.

Ph. Louiza
Ph. Louiza

Conférence nationale sur le projet de loi sur la santé

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès, a indiqué jeudi à Alger que la Conférence nationale sur la santé, prévue du 3 au 5 février prochain, sera consacrée à l'examen du projet de loi sur la santé en cours d'élaboration.

P résidinarsnt l'ouverture des

2 èmes journées médicales,

organisées par le Syndicat

national des spécialistes de santé publique en coordination avec l'éta- blissement public de santé de Baraki, M. Ould Abbès a précisé que son département procède actuellement à l'élaboration du pro- jet de loi sur la santé (2011-2030) qui remplacera la loi en vigueur qui se trouve aujourd'hui dépassée.

Le ministre a indiqué à cet effet que la loi sur la santé 85/05 ne répond plus aux exigences du sec- teur que ce soit par rapport à l'éthique, au nombre croissant de médecins, à la recherche scienti- fique ou à la nouvelle carte sanitai- re. Il a ajouté que la conférence verra la participation de tous les acteurs concernés: syndicats, prati- ciens, producteurs de médicaments et responsables des structures sani- taires.

médicaments et responsables des structures sani- taires. Selon le Pr Hamid Boukaïs La chirurgie buccale n'est

Selon le Pr Hamid Boukaïs

La chirurgie buccale n'est plus un danger pour les cardiopathes

La chirurgie buccale n'est plus un dinarsnger pour les cardiopathes, a indiqué jeudi à Alger le Pr Hamid Boukais du service de pathologie et chirurgie buccales au CHU de Beni Messous.

S 'exprimant lors des deuxièmes journées médi- cales organisées par le syn-

dicat national des spécialistes de la santé publique en coordination

avec l'établissement public de santé de proximité de Baraki, le Pr Boukais a précisé que les médecins ont longtemps considé- ré la chirurgie buccale comme un dinarsnger pour les cardiopathes

ce qui explique l'appréhension des médecins à pratiquer cette intervention sur ce type de malades. Le même spécialiste et sur la base d'études internationales et nationales réalisées par le service de pathologie et chirurgie buc- cales sous l'égide du Pr Zerouki, affirme "possible de pratiquer la chirurgie buccale chez les sujets souffrant d'une maladie cardio-

vasculaire au même titre que les autres malades sans arrêter les médicaments anticoagulants", ajoutant que l'arrêt de ces médica- ments exposait le malade aux accidents thrombotiques. Le Pr Boukais a appelé au ren- forcement de la formation conti- nue pour les médecins généra- listes pour une meilleur prise en charge des problèmes dentaires chez les cardiopathes, déplorant

L e secteur de la santé de la wilaya de Bouira sera renforcé par de nouvelles

structures à réceptionner courant 2011, selon les prévisions de la direction de la santé, de la popu- lation (DSP). Il a été annoncé la réception " imminente" d’un centre d’hémo- dialyse d’une capacité de 20 générateurs à Sour El Ghozlane, ce qui permettra une prise en charge de proximité d’insuffisants rénaux, contraints jusque-là à de longs et coûteux dépla- cements pour des séances de dialyse. Une enveloppe de 115 millions de dinars a été mobilisée sur le programme des Hauts plateaux pour le finance- ment des travaux de réalisation de cette structure. Sept polycli- niques devraient être réception- nées, au cours de ce semestre, dinarsns les communes de Taghzout, Oued El Bardi, El Mezdour, Dechimia, Tagdit, Ath Mansour et Bechloul. Ces structures, réalisées pour un coût global de 1,05 milliard de dinars, seront dotées de

divers équipements, dont ceux relatifs à la protection maternel- le et infantile (PMI). L’hôpital " Mohamed Boudiaf" de Bouira sera doté, quant à lui, d’un centre de radiologie médicale, dont le coût de réalisation a été

estimé à 150

millions de

DINARS, sachant que cet éta- blissement sanitaire avait bénéfi-

Ghozlane aura un hôpital psy- chiatrique d’une capacité de 80 lits dont la réception est prévue pour août prochain. L’hôpital de la même localité sera renforcé par un service des

urgences de chirurgie générale en réalisation et par l'extension de sa maternité. Les travaux de l’annexe de l’Institut pasteur d’Algérie

(IPA), implantée à Sour El Ghozlane,

ont atteint un stade d’avancement de 65 %. Elle sera "fin prête avant la fin de l’année 2011", a assuré le DSP. Il est question aussi de l’achèvement, avant la fin du

semestre en cours, des travaux de réhabilitation de huit polycli- niques. S’agissant de la nomen- clature des projets inscrits à la

il est fait cas de

réalisation,

l’inscription, sur le programme des Hauts plateaux, d’un hôpital de 50 lits au profit de la commu- ne de Bordj Akhirss. Son coût prévisionnel est estimé à 1, 2 milliard dinars.

Un nouveau souffle pour Bouira
Un nouveau
souffle
pour Bouira

cié, il y a une année de cela, d’un scanner. Pour la prise en charge des toxicomanes, il est prévu la réception, avant fin 2011, d’un centre intermédiaire de désin- toxication, implanté au chef lieu de wilaya. Sa réalisation a coûté 65 millions de dinars. Une dota- tion de 30 millions de dinars est consacrée pour son équipement. Pour les besoins de la santé mentale, la ville de Sour El

le déplacement de malades du Sud du pays vers les hôpitaux du nord pour recevoir les soins avec tout ce que cela suppose de souf- frances et de difficultés.

L'intervenant s'est dit disposé à contribuer au renforcement de la formation continue dinarsns les régions du sud du pays pour la prise en charge de ces patients. Intervenant sur un autre sujet,

le Dr Djamil Azzouz de l'établis-

sement publique hospitalier de Thenia (wilaya de Boumerdès) a

évoqué le certificat médical qu'il

a qualifié de document important

que le médecin "doit établir avec prudence", a-t-il dit,. Dr Azzouz, médecin légiste a déclaré que le médecin qui délivre un certificat médical peut s'exposer à des sanctions pénales et civiles car le citoyen, a-t-il poursuivi, est conscient de ses droits, s'intéresse aux nouveautés en rapport avec sa santé et récla- me de plus en plus des indemni- sations. Il a déploré le manque d'intérêt accordé, ces dernières années, au certificat médical imputant cette situation aux innombrables charges et préoccu- pations du médecin qui néglige

quelque peu cet aspect d'où "les problèmes auxquels font face certains médecins après délivran- ce de ce document". Il a appelé au soutien de la formation continue

et la révision des lois en vigueur

sur la délivrance du certificat médical, affirmant la nécessité d'établir ce document sur la base des critères de forme et de fond

sans omettre la dinarste, le cachet

et la signature du médecin.

Santé

EL MOUDJAHID

17

Suite à une transplantation du larynx aux USA:

Une femme retrouve la voix après onze ans

larynx aux USA: Une femme retrouve la voix après onze ans Le centre médical Dinarsvis en

Le centre médical Dinarsvis en Californie (ouest) a indiqué jeudi qu'une équipe chirurgicale internationale a réussi une trans- plantation du larynx sur une femme aux Etats-Unis lui permet- tant de retrouver une voix norma- le après onze ans. Selon l'hôpital, outre le larynx, qui contient les cordes vocales, les chirurgiens ont également implanté une glande thyroïde et une trachée sur cette femme de 52 ans, qui a aussi pu recommen- cer à respirer d'elle-même. Ainsi, l'intervention, très complexe, a duré 18 heures et s'est déroulée sur deux jours en octobre 2010. Treize jours après l'opération Brendinars Charett Jensen a pu dire ses premiers mots. Après deux mois de rééducation elle

parle désormais facilement. D'après le centre Dinarsvis, à Sacramento, il s'agit de la deuxiè- me greffe du larynx documentée dinarsns le monde, la précédente ayant eu lieu en 1998 à la Cleveland Clinic (Ohio, nord). Avant cette triple transplanta- tion M me Jensen ne pouvait ni par- ler ni respirer normalement à cause de complications ayant résulté d'une intervention chirur- gicale. Ces complications avaient eu pour effet de lui bloquer les voies respiratoires, la rendinarsnt entiè- rement dépendinarsnte d'une tra- chéotomie, procédure qui consiste à réaliser une incision dinarsns la trachée afin d'y insérer une canu- le rigide et faciliter la respiration. "Nous sommes absolument satisfaits des résultats de ce cas hors du commun", a indiqué le Dr Gregory Farwell, professeur asso- cié d'otolaryngologie à l'Université de Californie Dinarsvis et chef de l'équipe chi- rurgicale qui a réalisé l'opération. "Le larynx est un organe incroyablement complexe, avec des nerfs et des muscles dont le fonctionnement permet d'avoir une voix et aussi de respirer", a-t- il souligné dinarsns un communi- qué.

L’OMS veut bannir des écoles les aliments trop sucrés ou trop gras

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié hier, une série de recommandations visant à bannir des écoles la commercialisation des aliments riches en graisses, en sucres ou en sel, sources d'obésité. Ces douze recommandations ont été publiées en vue de la première réunion de haut niveau de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, en septembre, qui portera sur la prévention et la lutte contre les mala- dies non transmissibles, a expliqué un responsable de l'OMS, Tim Armstrong, lors d'une conférence de presse. Elles ont été lancées suite à une initiative de la Norvège qui entend durcir sa politique contre la commercialisation de ces aliments dans les écoles notamment, a expliqué le responsable du département de la santé, Bjorn-Inge Larse. Dans ses recommandations non contraignantes, l'OMS estime que "les lieux accueillant des rassemblements d'enfants devraient être à l'abri de toutes formes de commercialisation d'aliments à haute teneur en graisses saturées, en acides gras, en sucres libres ou en sel".

"Ces lieux comprennent notamment, mais pas exclusivement, les crèches, les écoles, les cours de récréation et les centres d'accueil pré- scolaire, les terrains de jeux, les dispensaires recevant des familles et des enfants et les services de pédiatrie", poursuit l'organisation qui a son siège à Genève. L'OMS considère que ces produits trop riches ne devraient égale-

être autorisés dans des lieux où les enfants ont des activités

sportives ou culturelles. "Les enfants, partout dans le monde, sont exposés au marketing des aliments riches en graisses, sucres ou sels, ce qui augmente le poten- tiel des jeunes générations à développer des maladies" liées à l'obési- té, déplore l'OMS dans un communiqué. Selon l'agence onusienne, les maladies cardiovasculaires, le cancer, les maladies respiratoires chroniques et le diabète sont à l'origine de 35 millions de décès par an, dont 80% se produisent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Quelque 43 millions d'enfants non encore scolarisés dans le monde sont obèses ou souffrent de surpoids.

ment pas

Vive les fruits secs et oléagineux

Fruits secs : une bonne source d'énergie

oléagineux Fruits secs : une bonne source d'énergie Séchés, les fruits secs deviennent plus concen- trés

Séchés, les fruits secs deviennent plus concen- trés en sucres (mais aussi en minéraux), ils sont donc plus caloriques. Quant aux amandes, noi- settes et autres noix, elles sont riches en lipides. Autrement dit une petite poignée d'un mélange fruits secs et oléagineux est une bonne source d'énergie pour les sportifs. "Sur un plan nutritionnel, ces aliments sont plus intéressants que les compléments alimentaires et le dosage en minéraux, en glucides et lipides est bien plus pertinent", souligne le Dr Laurent Chevallier. "Pendinarsnt l'effort, ils peuvent constituer un apport intéressant en glucides, en prévention de phases d'hypoglycémie. Mais ce ne sont pas des sucres lents : il faudra tout de même assez rapidement consommer du pain complet ou des pâtes."

Les grands principes de l’alimentation anti-hypertension

Moins de sel La consommation de sel (NaCl) doit être limi- tée à moins de 6 g/j. Vous devez éviter de trop saler et de resaler les aliments. Mais la majeure partie de notre consommation de sel se faisant à notre insu à tra- vers les produits indus- triels, il faut les éviter et revenir à des prépara- tions faites maison, dont vous contrôlez vous- même la quantité de sel. Plus de fruits et légumes Dans l’alimentation moderne, la part des végétaux est trop faible, alors que celle-ci devrait représenter en quantité 70 à 80% de nos apports alimentaires. Prenez l’habitude d’un fruit en dessert et de composer vos repas à partir des légumes (ou céréales ou féculents) et non à partir de la viande. Autrement dit, arrêtez de considérer les légumes comme un simple accompagne- ment, mais plutôt

les légumes comme un simple accompagne- ment, mais plutôt comme le composant principal de vos repas.

comme le composant principal de vos repas. Côté céréales, privilé- giez les versions com- plètes. Moins de graisses saturées (d’origine ani- male) Diminuez la part des viandes grasses et de la viande rouge, au profit des viandes maigres comme la volaille. Diminuez et les fritures. Côté laitages, passez aux versions allégées en matières grasses. Et justement, côté matières grasses, utili- sez de l’huile d’olive et

de colza au détriment mesures préven-

crème. Méfiez-vous des sauces, qui sont en plus souvent très salées. Plus d’oméga-3 Pour augmenter ses apports en oméga-3, on recommande classique- ment de manger au minimum du poisson

deux fois par semaine. Prudence, certains gros poissons accumulent des métaux lourds dans leur chair. Il est donc préférable de privilégier les pois- sons de petite taille.

Peut-on prévenir une maladie cardiovasculaire ? Oui, les connues et effi- caces. Elles consistent tout
Peut-on prévenir
une maladie
cardiovasculaire ?
Oui,
les
connues et effi-
caces. Elles
consistent tout
simplement à lut-
ter contre les fac-
teurs de risque
modifiables :
arrêt du tabac ;
surveillance régu-
lière et le cas
échéant lutte
contre l'hyperten-
sion artérielle,
l'excès de choles-
térol, le diabète et
l'obésité ;
lutte contre la
sédentarité ; alimentation pauvre en graisses d'ori-
gine animale et riche en fruits et en légumes (5 por-
tions par jour).
Ces facteurs sont responsables de 90% du
risque de premier infarctus ! Hélas, ils ne sont pas
connus des femmes et elles sont très peu nom-
breuses à envisager un suivi médical et des examens
de dépistage comme prévention.

du beurre et de la tives sont bien

Thé et café Nouvelle arme contre le diabète Une étude de grande enver- gure qui
Thé et café
Nouvelle arme
contre le diabète
Une étude de grande enver-
gure qui vient d’être publiée
dans «Archives of Internal
Medecine », suggère que le
café et le thé consommés
régulièrement réduit le
risque de diabète type 2
(celui qui apparaît avec
l’âge, la sédentarité, la «
malbouffe »). Le café serait
plus efficace que le thé et
contrairement aux idées
reçues il n y aurait pas de
différence entre décaféiné et
avec caféine.
Les cures de fruit font grossir Faux : Le peu de poids que vous réussirez
Les cures de fruit font grossir
Faux : Le peu de poids que
vous réussirez à perdre se fera
au détriment de votre masse
musculaire.
Attention aux
médiatiques
régimes fructi-
vores qui favori-
sent une reprise
de poids consé-
quente et à la
fatigue engen-
drée par ce genre
d'alimentation.
Manger des
fruits protège du
cancer du côlon
Vrai : Les fruits consom-
més régulièrement peuvent
réduire les risques de cancer du colon.
En effet, les fibres des fruits accélè-
rent le transit intestinal et stimulent la
production de certains acides gras qui
ont des effets anti-tumoraux sur la
muqueuse du côlon.
Le pamplemousse fait maigrir
Faux : Si ce fruit est
très peu sucré (9% de
glucides), il ne faut
pas croire que son
acidité naturelle éli-
mine les graisses.
Attention, ce fruit
peut interférer dans
l'action de certains
médicaments.
Dont les tran-
quillisants, les
antidépresseurs et
les immunodépres-
seurs.
Le raisin est très
sucré
Vrai : Le raisin comp-
te 13 à 16 grammes de glu-
cides pour 100 grammes.
Un tiers de plus que la moyenne des
autres fruits. Une grappe de 150
grammes «pèse» 70 à 80 calories.
En revanche, le raisin est un excel-
lent antioxydant. Aucune raison donc
de vous priver de ce fruit !

Société

18

EL MOUDJAHID

Les enfants, marqués par les catastrophes naturelles

Selon une psychologue de l'université de Miami, les enfants ayant vécu des catastrophes naturelles peu- vent présenter des séquelles psychologiques encore deux ans plus tard.

U ne psycho-

logue de

l'université

de Miami a étudié le stress vécu par des enfants suite à des catastrophes natu- relles et en particu- lier les ouragans. En 2005, l'ouragan Charley avait fait 35 morts en Floride. 384 enfants ont été par la suite étudiés et suivis par la scientifique. Elle a pu constater qu'un tiers d'entre eux présentait des symptômes de stress post-traumatique. L'étude qui a été menée, publiée dans le Journal of Consulting and Cli- nical Psychology, a permis de constater que les enfants pré- sentant toujours des symptômes (cauche- mars, tension, senti- ment de ne pas être

compris, tristesse,

frayeur

après le stress dé-

clencheur avaient encore des séquelles

21 mois plus tard.

résultats de cette

étude permettront d'inciter à une prise

charge des en-

fants pendant un laps de temps plus important de ma- nière à éviter la per- sistance de symptômes à moyen terme. Il a également été noté que les enfants pris en charge et ras-

en

Les

)

neuf mois

surés par leur fa- mille avaient présenté des consé- quences psycholo- giques moindres.

En

revanche, chez

ces

enfants, des trau-

matismes ultérieurs

se sont révélés plus

difficiles à gérer.

ultérieurs se sont révélés plus difficiles à gérer. Le réchauffement climatique menace l’agriculture S elon

Le réchauffement climatique menace l’agriculture

S elon une étude, pu- bliée mardi 18 janvier par l'Universal Ecolo-

gical Fund, une organisa- tion non gouvernementale basée en Argentine, la tem- pérature de la planète pour- rait grimper d'au moins 2,4 °C d'ici 2020 si rien de plus n'est fait pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les conséquences d'une planète plus chaude sur la production alimentaire mondiale pourraient être 'énormes', estiment les au- teurs de ce rapport intitulé 'Déficit alimentaire :

les impacts du change- ment climatique sur la pro- duction agricole d'ici 2020'. Les régions tropicales, où vivent près de 60 % de la population mondiale, de- vraient être les plus affec- tées par la montée du mercure. - 14 % pour la produc- tion de blé La combinaison de l'im- pact du réchauffement sur la production agricole et de la croissance de la population mondiale, qui devrait at-

teindre 7,8 milliards d'indi- vidus d'ici 2020, entraînera des pénuries pour les prin- cipales cultures. Ainsi la production mon- diale de blé va subir un dé- ficit de 14 % par rapport à la demande d'ici dix ans, selon l'étude. Ce chiffre est de 11 % pour le riz et de 9 % pour le maïs. Le soja est la seule culture majeure qui connaîtra une augmentation de sa produc- tion durant la même pé- riode, permettant un excédent de 5 % par rapport à la demande. En outre, la plupart des terres arables dans le monde sont déjà ex- ploitées, rappellent les au- teurs de l'étude, citant la Banque mondiale. L'eau disponible, principa- lement sous forme de préci- pitations, et les conditions climatiques seront donc les deux facteurs les plus déter- minants pour la production alimentaire mondiale, avec des effets négatifs pour les régions devenant plus sèches et positifs pour celles plus humides et chaudes.

La Californie pourrait être touchée par une tempête géante

Selon un récent rapport, établi par plus de 100 scientifiques et experts, la Californie, vaste Etat américain, pourrait être la cible d’une tempête de très grande ampleur qui engendrerait des inondations recouvrant un quart de son territoire et causant des dégâts chiffrés à plus de 400 milliards de dollars.

La "super-tempête" qui attend la Californie, d'après les experts, serait quatre à cinq fois plus destructrice qu’un séisme, si leur scénario venait à se produire. Ces avertissements rap- pellent les intrigues de films d’action sur l’apocalypse, mais ils sont à prendre au sé- rieux pour les climatologues. Les scientifiques et le Geological Survey ont prévenu le gouvernement fédéral que l’his- toire géologique de la Californie faisait état de "super-tempêtes" survenues par le passé (en 212, 440, 603, 1029, 1418, 1605 et 1862). Ces menaces auraient sommeillé durant les 150 dernières années. Les températures étant en hausse dans l’at-

mosphère et les aléas climatiques de moins en moins prévisibles, les scientifiques craignent que ces risques ne s’accroissent. Selon le mo- dèle qu’ils ont mis en place, une tempête de cette sorte pourrait durer plus de 40 jours et arroser la Californie de plus de 3 mètres d’eau. Une eau qui pourrait s’écouler au rythme de 50 Mississippi se déversant dans le golfe du Mexique, selon AP. Par ailleurs, des glisse- ments de terrain importants seraient à prévoir. Les dégâts seraient alors extrêmement impor- tants. Si ce scénario n’est qu’une hypothèse à l’heure actuelle, il n’est pas improbable, aler- tent les climatologues. "Nous pensons que

c’est un événement qui se pro- duit une fois tous les 100 ou 200 ans", a déclaré à la presse Lucy Jones, scientifique pour le Geological Survey. La semaine dernière, les au- torités fédérales se sont réu- nies autour d’une conférence sur les préparations en cas d’urgence, afin de ne pas être pris au dépourvu si cette "super-tempête" venait à se former et frapper la Califor- nie.

venait à se former et frapper la Califor- nie. Plus de 200 millions de téléphone portables
Plus de 200 millions de téléphone portables au Brésil Le Brésil a franchi en 2010
Plus de 200
millions
de téléphone
portables
au Brésil
Le Brésil a
franchi
en
2010
la
barre
des
200 millions
de
télé-
phones por-
tables,
soit
plus
de
un
par habitant,
a rapporté
mercredi
l'Agence nationale brésilienne des
télécommunications.
Au cours de l'année dernière, 30
millions d'appareils ont été mis en
service, portant le nombre total à
près de 203 millions pour une
population de 193 millions
d'habitants. L'opérateur
téléphonique Vivo détient 30% du
marché, suivi de Claro et Tim (25%
chacun) et de Oi (19,4%) alors que
trois opérateurs régionaux ne
dépassent pas un pour cent.
Drogue
Drogue

Plus de 200 kg de résine de cannabis saisis dans l’est du Maroc

Au total 204 kg de résine de cannabis (chira) ont été saisis, jeudi soir, à la gare maritime de la ville de Nador (Est du Maroc) à bord d’un camion frigorifique qui devait embarquer vers l'Espagne pour se diriger par la suite vers Perpignan (sud de la France), a-t-on annoncé hier à Rabat.

Perpignan (sud de la France), a-t-on annoncé hier à Rabat. L a drogue saisie a été

L a drogue saisie a été condi- tionnée sous forme de 1990 plaquettes dans des

palettes en bois placées à l'inté- rieur des parois du véhicule, im- matriculé en Espagne, et

transportant une cargaison de clé- mentines en provenance de la ré- gion agricole de Berkane (Nord-Est du Maroc), a indiqué la douane marocaine. Les autorités marocaines avaient annoncé, ce mois de jan- vier, avoir saisi plus de 27 tonnes de cannabis (Kif) et une grande quantité de résine de cannabis (chira) en moins d’une semaine dans trois opérations dans le nord et le sud du Maroc. Par ailleurs, environ 9.400 hectares de culture

de cannabis ont été détruits et plus de 118 tonnes ont été saisies au Maroc durant les dix premiers mois 2010 et 43 kg de cocaïne

ainsi que 85.000 comprimés psy- chotropes ont été interceptés lors de cette période. Le niveau ac- tuel de la culture de cannabis au

Maroc est estimé à 50.000 hec- tares. Les autorités maro- caines entendent réduire ce niveau à 12.000 ha d'ici 2012.

Colombie : un pigeon porteur de drogue arrêté

Colombie : un pigeon porteur de drogue arrêté L a police colom- bienne a annoncé avoir

L a police colom- bienne a annoncé avoir capturé un

pigeon qui tentait d'in-

troduire de la drogue en

prison. On a beau être en 2011, certaines mé- thodes ancestrales res- tent au goût du jour. En Colombie, par

exemple, les criminels utilisent encore des pi- geons voyageurs. Pas pour transmettre du courrier, non, plutôt de la drogue. C'est ce qu'a découvert la police de Bucara- manga, ville située dans le Nord-Est du pays, en tombant sur un pigeon qui transportait du can- nabis et de la cocaïne. Trop gourmand, les pas- seurs avaient donné une charge un peu lourde (45 grammes) au vola- tile, qui n'a pas réussi à rentrer dans l'enceinte

de la prison. "Nous avons trouvé l'oiseau à un pâté de maison de la prison, il essayait de voler avec un paquet mais en raison de son poids excessif il ne pouvait pas accom- plir sa mission", a dé- claré le chef de la police de Bucaramanga, Jose Angel Mendoza. La police locale avait déjà eu à faire à des pi- geonsvoyageurs de ce type par le passé. Ils étaient chargés d'in- troduire des cartes SIM

Iform@tique

EL MOUDJAHID

21

I form@tique EL MOUDJAHID 21 10 e anniversaire de l’encyclopédie Wikipedia Un véritable plebiscite ! Par

10 e anniversaire de l’encyclopédie Wikipedia

Un véritable plebiscite !

Par Kamel TITOUH

En fêtant, le 15 janvier, son dixième anniversaire, l’encyclopédie en ligne Wikipedia, s’impose comme rassemblement de « butineurs volontaires » au service du partage des savoirs et des connaissances. Même si les

« wikisceptiques » ont encore

beaucoup de grains à moudre, la démarche fait recette au point de bouleverser les

« traditionnelles méthodes »

scientifiques d’accès au savoir.

F ondé en janvier 2001, Wikipédia est en partie l'œuvre de Jimmy Wales, un homme d'affaires américain qui avait

pour projet de mettre au point un logiciel per- mettant de réaliser une encyclopédie libre et accessible en plusieurs langues. Après un pre- mier essai avorté (« Nupedia »), Jimmy Wales lance une seconde tentative, qui sera la bonne, en se basant sur le principe du volontariat et de la collaboration. Les internautes, quelle que soit leur langue, peuvent contribuer à Wikipédia en y apportant des articles ou en réalisant des modifications ou des mises à jour sur les autres textes mis en ligne. La recette connaît un succès indéniable. En dix

ans, Wikipédia a publié pas moins de 17 mil- lions d'articles dans près de 270 langues, de l'anglais au français en passant par l'arabe, l'espagnol, l'occitan, le swahili ou le groen- landais, et dans tous les domaines; histoire, arts, culture, sciences, évènements, géogra- phie, religions, biographies, etc. Selon les données du cabinet ComScore, Wikipédia reçoit chaque mois 410 millions de visiteurs (novembre 2010), et pointe au cinquième rang mondial des sites les plus consultés. L'encyclopédie se réjouit aussi d'être le seul site du top 10 à caractère collaboratif et non

lucratif. 400 millions de visiteurs uniques par mois, et un référencement de rêve : en tapant

à peu près n'importe quel mot dans Google,

l'article Wikipedia sera proposé quasi systé- matiquement en première page. De quoi faire rêver n'importe quel investisseur. Sauf que Wikipedia n'est pas un business, aucune publicité n'accompagne les articles du site, qui pour survivre, fait régulièrement appel aux dons.

[Vers un milliard d’utilisateurs]

Avec un objectif d’atteindre un milliard d'utilisateurs dans le monde d'ici 2015, le site

fait cap maintenant sur l'Inde, où il s'apprête à ouvrir un bureau. Par ailleurs, selon l'enquê- te du Pew Internet and American Life Project réalisée en mai 2010, 53% des adultes surfant sur le web consulte l'encyclopédie gratuite. Ils étaient 36% en février 2007. Les plus jeunes internautes sont ceux qui se fient le plus à cette encyclopédie rédigée par ses utilisa- teurs. Quelque 62% des moins de 30 ans s'adressent à Wikipedia tandis qu'ils sont 33% chez les plus de 65 ans. L'encyclopédie est consultée par 52% des internautes âgés de 30

à 49 ans et 49% de ceux âgés de 50 à 64 ans.

Wikipedia est même plus populaire que le fait de converser en messagerie instantanée, un service utilisé par 47% des usagers d'internet. En revanche les sites de réseaux sociaux sont plus populaires que l'encyclopédie (61% d'utilisateurs). L'enquête de Pew a interrogé 2.252 adultes en avril et mai 2010 et com- prend une marge d'erreur de 2,7 points.

[La force de l’ anonymat]

Dépourvu de publicité, Wikipédia assure son financement par l'argent versé par les donateurs (mécènes, lecteurs, etc.). Pour assu- rer le développement du site et rémunérer sa trentaine de salariés, la société a levé fin 2010 une campagne de dons qui lui a permis de récolter 16 millions de dollars, soit plus du double qu'en 2009. Si la réactivité de Wikipédia constitue l'un de ses points forts (l'annonce du décès d'une célébrité y est par- fois publiée avant certains médias en ligne), la pertinence de ses articles est souvent sujette à controverses, notamment à cause de son sys- tème de rédaction ouvert au public. En

cause de son sys- tème de rédaction ouvert au public. En décembre 2007, une enquête menée

décembre 2007, une enquête menée par le magazine allemand Stern sur 50 articles pris au hasard avait toutefois révélé que les textes, dans 43 cas, étaient plus précis et plus actua- lisés que ceux de l'encyclopédie en ligne et payante Brockhaus. En France, le succès du site a eu raison d'une institution littéraire, le Quid, qui a cessé sa parution papier. La Fondation Wikimédia a annoncé, il y a quelques semaines avoir atteint son objectif de 16 millions de dollars de dons pour finan- cer son budget de fonctionnement sur l'année fiscale 2010-2011. L'appel à la générosité avait été lancé le 15 novembre dernier et les 16 millions de dollars ont été récoltés en seu- lement 50 jours, ce qui représente la cam- pagne la plus courte dans l'histoire de la Fondation. Environ 500 000 contributeurs ont répon- du favorablement soit plus du double que lors de la campagne de 2009 (230 000 donateurs). « Wikipédia est le seul site du top 10 mondial sans publicité et financé principalement par ses lecteurs et utilisateurs », souligne Sue

Gardner, la directrice exécutive de la

Fondation Wikimédia. Les 16 millions de dollars récoltés consti- tueront donc l'essentiel du budget 2010-2011 fixé à 20,4 millions de dollars. Une somme consacrée principalement aux coûts de fonc- tionnement des différents sites de la Fondation, à commencer par Wikipédia.

pédiens bénévoles, qui aiment passer des heures à scruter une liste des modifications récentes, mise à jour en temps réel, à l’affût des ajouts suspects. En un clic, ils peuvent les annuler. Un «bot» est un programme conçu pour effectuer automatiquement des tâches répétitives et ingrates, comme la gestion des liens entre les Wikipédia de différentes langues. Salebot, lui, est spécialisé dans la lutte contre le «vandalisme». Il surveille les actions effectuées par les internautes non ins- crits et les nouveaux utilisateurs, reconnaît les mauvaises modifications (insultes, mots-clés comme «décédé» ou «lol», excès de ponctua- tion…) et les fait disparaître dans la seconde. Pour les vandalismes plus subtils, on ne pour- ra compter que sur la vigilance imparfaite des patrouilleurs humains. Tout est donc bon à jeter? «Non, selon Olivier Glassey, sociologue à l’Université de Lausanne (Suisse), spécialisé dans l’usage des nouveaux médias. Depuis quelques années, les entrées fantaisistes sont en forte baisse, car le nombre de nouveaux éditeurs