Vous êtes sur la page 1sur 2105

LES CLÉS DU PARADIS

MAFATIH-AL-JINAN
Livre 1 Invocations et entretiens intimes

Ce qui suit [les prières] en général

-Du livre Misbâh al-Mutahajjid [de Sheikh Tûssî] et d’autres


[livres]: Après avoir salué et fini la prière, dis 3 fois, en levant les
mains au niveau des oreilles à chaque takbîr :

Allâhu Akbaru.

Dieu est plus Grand !

-puis dis :

Lâ ilâha illâ-llâhu, ilâhann wâhidann wa nahnu lahu muslimûna.

Il n’y a de divinité que Dieu, Dieu Unique et nous Lui


sommes soumis.

Lâ ilâha illâ-llâhu, wa lâ na‘budu illâ iyyâhu mukhlisîna lahu-d-


dîna wa law kariha-l-mushrikûna.

Il n’y a de divinité que Dieu et nous n’adorons que Lui en


Lui rendant un culte pur en dépit des incroyants.

Lâ ilâha illâ-llâhu, rabbunâ wa rabbu âbâ’inâ-l-awwalîna. Lâ ilâha


illâ-llâhu, wahdahu, wahdahu, wahdahu,

Il n’y a de divinité que Dieu, notre Seigneur et le


Seigneur de nos premiers pères [nos ancêtres]. Il n’y a de
4/2106
divinité que Dieu, uniquement Lui, uniquement Lui,
uniquement Lui !

Anjaza wa'dahu wa nasara ‘abdahu wa a'azza jundahu, wa


hazama-l-ahzâba wahdahu

Il a réalisé Sa Promesse, a porté secours à Son Serviteur,


a renforcé Ses Soldats, a vaincu les partis, uniquement Lui.

Falahu-l-mulku wa lahu-l-hamdu

Alors à Lui la Royauté et à Lui la Louange,

yuhyî wa yumîtu, wa yumîtu wa yuhyî wa huwa hayyunn lâ


yamûtu

Il donne la vie et II fait mourir. Il fait mourir et Il donne


la vie et Il est Vivant et ne meurt pas.

bi-yadihi al-khayru wa huwa ‘alâ kulli shay’inn qadîrunn

Entre Ses Mains [se trouve] le Bien et II est Puissant sur


toute chose.

-Ensuite dis :

Astaghfiru-llâha al-ladhî lâ ilâha illâ huwa al-hayyu al-qayyûmu,


wa atûbu ilayhi.

Je demande pardon à Dieu, point de divinité autre que


Lui, le Vivant, le Sustentateur et je me repens à Lui.

-Ensuite dis :
5/2106

Allâhuinina ihdinî min ‘indika wa afid ‘alayya min fadlika,

Mon Dieu, guide-moi [d’une guidance venant] de chez


Toi, répands de Tes Faveurs sur moi,

Wa-nshur ‘alayya min rahmatika wa-nzil ‘alayya min barakâtika.

étends sur moi de Ta Miséricorde, fais descendre sur


moi de Tes Bénédictions !

Subhânaka lâ ilâha illâ anta, ighfir lî dhunûbî kullahâ jamî‘ann,


fa-innahu lâ yaghfiru adh-dhunûba kullahâ jamî‘ann illâ anta.

Gloire à Toi, point de divinité autre que Toi, pardonne-


moi tous mes péchés dans leur ensemble, car ne pardonne
tous les péchés dans leur ensemble que Toi !

Allâhumma, innî as’aluka min kulli khayrinn ahâta bihi ‘ilrnuka


wa a‘ûdhu bika min kulli sharrinn ahâta bihi ‘ilmuka

Mon Dieu, je Te demande de tout bien que Ton Savoir


embrasse, je cherche protection auprès de Toi contre tout
mal que Ton Savoir embrasse !

Allâhumma, innî as’aluka ‘âfiyataka fî umûri kullihâ, wa a‘ûdhu


bika min khizî ad-dunyâ wa ‘adhâbi-l-âkhirati.

Mon Dieu, je Te demande Ta Santé/Salut dans l'ensem-


ble de mes affaires, et je cherche protection auprès de Toi
contre l’avilissement du monde ici-bas et contre les châti-
ments de l’Au-delà !
6/2106
Wa a‘ûdhu bi-wajhika-l-karîmi, wa ‘izzatika-l-latî lâ turâmu, wa
qudratika-l-latî lâ yamtani'u minhâ shay’unn.

Je cherche protection auprès de Ta noble Face, de Ta


Force qui ne [peut] pas être atteinte, de Ta Puissance de
laquelle rien n’est interdit,

min sharri ad-dunyâ wa-l-âkhirati wa min sharri-l-awjâ'i kullihâ


wa min sharri kulli dâbbatinn anta âkhidhunn bi-nâsiyatihâ,

contre le mal de ce monde et de l’Au-delà, contre le mal


de toutes les douleurs, contre le mal de tout animal que Tu
as attrapé par le toupet,

inna rabbî ‘alâ siratinn mustaqîminn, wa lâ hawla wa lâ quwwata


illâ bi-llâhi al-‘aliyyi al-‘azhîmi.

car mon Seigneur est sur le droit chemin, il n’y a de


force et de puissance qu’en Dieu, le Très-Elevé, le Très-
Grandiose !

Tawakkaltu ‘alâ-l-hayyi al-ladhi lâ yamûtu.

Je compte sur Le Vivant qui ne meurt pas !

Wa-l-hamdu li-llâhi al-ladhî lam yattakhidh waladann wa lam


yakun lahu sharîkunn fî-l-mulki, wa lam yakun lahu waliyyunn mina-
dh-dhulli wa kabbirhu takbîrann.

Louange à Dieu qui n’a pas pris d’enfant, qui n’a pas
d'associé dans Sa Royauté et qui n’a pas de protecteur de
l'humiliation et proclame beaucoup qu’il est plus Grand !
7/2106
-Ensuite récite les Glorifications d’az-Zahra’(p) [voir à la fin de
ce Livre I p462] et dis 10 fois avant de changer de position :

Ash-hadu an lâ ilâha illâ-llâhu, wahdahu lâ sharîka lahu,

J’atteste qu’il n’y a point de divinité autre que Dieu,


uniquement Lui, pas d'associé à Lui !

ilâhann wâhidann ahadann fardann samadann, lam yattakhidh


sâhibatann wa lâ waladann !

Dieu Unique, Un, Singulier, Impénétrable, Il n’a pas pris


de compagne ni d’enfant.

-Je [l’auteur de ce livre Mafâtih al-Janân, Sheikh Abbas al-Qom-


mî] dis que pour cette invocation [dire que Dieu est Unique], il y a
plus de faveurs si elle est récitée après la prière du matin et celle du
soir, et si elle est lue au moment du lever et du coucher du soleil.
-Dis ensuite :

Subhâna-llâhi kullamâ sabbaha-llâha shay’unn wa kamâ yuhibbu-


llâhu an yusabbaha,

Gloire à Dieu chaque fois qu’une chose glorifie Dieu,


comme Dieu aime être Glorifié,

wa kamâ huwa ahluhu, wa kamâ yanbaghî li-karami wajhihi wa


‘izzi jalâlihi.

comme Il en est Digne et comme il le faut pour la Nob-


lesse de Sa Face et la Puissance de Sa Majesté !

Wa al-hamdu li-llâhi kullamâ hamida-llâha shay’unn wa kamâ


yuhibbu-llâhu an yuhmada,
8/2106

Louange à Dieu chaque fois qu'une chose loue Dieu,


comme Dieu aime être Loué,

wa kamâ huwa ahluhu, wa kamâ yanbaghî li-karami waj’hihi wa


‘izzi jalâlihi.

comme Il en est Digne et comme il le faut pour la Nob-


lesse de Sa face et la Puissance de Sa Majesté !

Wa lâ ilâha illâ-llâhu kullamâ hallala-llâha shay’unn wa kamâ


yuhibbu-llâhu an yuhallala,

Il n’y a de divinité que Dieu, chaque fois qu’une chose


célèbre Son Unicité [dire : «Il n’y a de Dieu que Dieu !»]
comme Dieu aime qu’on célèbre Son Unicité,

wa kamâ huwa ahluhu, wa kamâ yanbaghî li-karami wajhihi wa


‘izzi jalâlihi.

comme Il en est Digne et comme il le faut pour la Nob-


lesse de Sa Face et la Puissance de Sa Majesté !

Wallâhu akbaru kullamâ kabbara-llâha shay’unn, wa kamâ


yuhibbu-llâhu an yukabbara,

Dieu est plus Grand chaque fois qu’une chose proclame


Sa Grandeur [dire : «Dieu est plus Grand»], comme Dieu
aime qu’on proclame Sa Grandeur,

wa kamâ huwa ahluhu, wa kamâ yanbaghî li-karami wajhihi wa


‘izzi jalâlihi.
9/2106
comme Il en est Digne et comme il le faut pour la Nob-
lesse de Sa Face et la Puissance de Sa Majesté !

Subhâna-llâhi wa al-hamdu li-llâhi, wa lâ ilâha illâ-llâhu, wa-llâhu


akbaru ‘alâ kulli ni'matinn an'ama bihâ ‘alayya,

Gloire à Dieu, Louange à Dieu, point de divinité autre


que Dieu, et Dieu est plus Grand pour tout bienfait qu’il m'a
accordé,

wa ‘alâ kulli ahadinn min khalqihi mimman kâna aw yakûnu ilâ


yawmi-l-qiyâmati.

ainsi qu’à chacune de Ses créatures qui ont été ou qui


seront jusqu’au Jour du Jugement Dernier.

Allâhumma, innî as’aluka an tusalliya ‘alâ Muhammadinn wa âli


Muhammadinn,

Mon Dieu, je Te demande de prier sur Mohammed et sur


la famille de Mohammed,

wa as'aluka min khayri mâ arjû wa khayri mâ lâ arjû,

je Te demande du bien que j’ai souhaité et du bien que je


n’ai pas souhaité,

wa a‘ûdhu bika min sharri mâ ahdharu wa min sharri mâ lâ


ahdharu.

et je cherche protection auprès de Toi contre le mal dont


je me méfie et contre celui dont je ne me méfie pas.
10/2106
-Ensuite lis la sourate al-Hamd (I), le verset du Trône [255/11],
le verset 18 de la sourate La Famille de ‘Imrân (III) {Dieu atteste...},
le verset 26 de la sourate La Famille de ‘Imrân (III) {Dis : «Mon
Dieu, Souverain du Royaume..}, les trois versets 54-55-56 de la
sourate al-’Araf (VII) {Votre Seigneur est Dieu, ... de ceux qui font le
bien.)
-Ensuite dis trois fois :

Subhâna rabbika rabbi-l-‘izzati ‘ammâ yasifùna wa salâmunn ‘alâ-


l-mursalîna wa-l-hamdu li-llâhi rabbi-l-‘âlamîna.

Gloire à ton Seigneur, Seigneur de la Puissance, [loin]


de ce qu’ils décrivent, et paix sur les Messagers et Louange
à Dieu, Seigneur des mondes.

-Ensuite dis trois fois :

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-


j‘al lî min amrî farajann wa makhrajann.

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed, apporte-moi un soulagement et une issue à mon
ordre,

wa-rzuqnî min haythu ahtasibu wa min haythu là ahtasibu.

et enrichis-moi d’une façon que j’ai prévue et d’une


façon que je n’ai pas prévue.

Cette invocation, l’Ange Gabriel(p) l’avait enseignée au


[Prophète] Youssef(p) en prison.
-Ensuite prends ta barbe de la main droite et tends la main
gauche vers le ciel et dis sept fois :
11/2106
Y â rabba Muhammadinn wa âli Muhammadinn, salli‘alâ
Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa ‘ajjil faraja âli
Muhammadinn.

Ô Seigneur de Mohammed et de la famille de Mo-


hammed, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-
hammed et accélère le soulagement de la famille de
Mohammed !

-Puis dis trois fois dans cette situation :

Yâ dhâ-l-jalâli wa-l-ikrâmi, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli


Muhammadinn, wa-rhamnî wa ajimî mina-n-nâri.

Ô Détenteur de la Majesté et de la Noblesse, prie sur Mo-


hammed et sur la famille de Mohammed, fais-moi Miséri-
corde et protège-moi du Feu [de l’enfer] !

-Ensuite récite douze fois la sourate Le Culte Pur (CXII) puis dis :

Allâhumma, innî as’aluka bi-smika-l-maknûni al-makhzûni, at-


tâhiri at-tuhri al-mubâraki.

Mon Dieu, je Te demande par Ton Nom caché, enfermé,


pur, limpide, béni,

wa as ’aluka bi-smika al- ‘azhîmi wa sultânika al-qadîmi, yâ


wâhiba-l-‘atâyâ,wa yâ mutliqa-l-usârâ, wa yâ fakkâka-r-riqâbi mina-
n-nâri,

je Te demande par [la Grâce de] Ton Nom très grandiose


et de Ton Pouvoir éternel, ô Donateur des dons, ô Celui qui
affranchit les prisonniers, ô Celui qui libère (les cous) du
Feu,
12/2106

as’aluka an tusalliya ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn


wa an tu'tiqa raqabatî mina-n-nâri,

je Te demande de prier sur Mohammed et sur la famille


de Mohammed, de (me) libérer du Feu,

wa an tukhrijanî mina-d-dunyâ sâlimann wa tudkhilnî al-jannata


âminann,

de me faire sortir de ce monde sain et sauf, de me faire


entrer au Paradis en sécurité,

wa an taj‘ala du‘â’î awwalahu falâhann wa awsatahu najâhann, wa


âkhirahu salâhann, innaka anta ‘allâmu-l-ghuyûbi.

et de rendre le début de mon invocation prospère, son


milieu couronné de succès et sa Fin favorable, car Tu es Ce-
lui qui connaît très bien les Mystères.

-Il est rapporté in as-Sahifah al-’Uluwiyyah, comme «suite» aux


prières obligatoires :

Yâ man lâ yashghaluhu sam‘unn ‘an sam'inn, wa yâ man lâ


yughallituhu as-sâ’ilûna,

Ô Celui qu’une écoute ne distrait pas d’une autre, ô Celui


que ceux qui L’interrogent n’induisent pas en erreur,

wa yâ man là yubrimuhu ilhâhu-l-mulhhîna,

ô Celui qui n’est pas importuné par l’insistance de ceux


qui Le sollicitent,
13/2106
adhiqnî barda ‘afwika wa halâwata rahmatika wa maghfiratika.

fais-moi goûter (à) la fraîcheur de Ta Grâce, (à) la


douceur de Ta Miséricorde et de Ton Pardon !

Dis également :

Ilâhî hadhihi salâtî sallaytuhâ lâ li-hâjatinn minka ilayhâ, wa lâ


raghbatinn minka fîhâ,

Mon Dieu, ma prière que voici, je l’ai priée, non pas


parce que Tu en avais besoin ou que Tu en avais envie,

illâ ta'zhîmann wa tâ'atann wa ijâbatann laka ilâ mâ amartanî bihi

mais par apologie, par obéissance et en réponse à Ton


Ordre.

Ilâhî in kâna fîhâ khalalunn aw naqsunn min rukû‘ihâ aw


sujûdihâ.

Mon Dieu, si elle comporte une défaillance, un manque


[au niveau de] ses inclinations ou de ses prosternations,

falâ tu’âkhidhnî wa tafaddal ‘alayya bi-l-qubûli wa-l-ghufrâni.

alors, ne m’en veux pas et fais- moi la faveur de


l'accepter et de me pardonner.

-Invoque également comme «suite» aux prières, cette invocation


que le Prophète(s) a enseignée au Prince des croyants(p) pour la
mémoire :

Subhâna man lâ ya‘tadî ‘alâ ahli mamlakatihi.


14/2106

Gloire à Celui qui ne commet pas d’injustices à ren-


contre des habitants de Son Royaume !

Subhâna man lâ ya'khudhu ahla-l-ardi bi-alwâni-l-‘adhâbi,


Subhâna ar-ra’ûfi ar-rahîmi.

Gloire à Celui qui ne châtie pas les habitants de la terre


de différentes sortes de tortures, Gloire au Très-Bon, au
Très- Miséricordieux !

Allâhumma, aj‘al lî fî qalbî nûrann wa basrann wa fahmann wa ‘il-


mann, innaka ‘alâ kulli shay’inn qadîrunn.

Mon Dieu, place dans mon cœur, une lumière, une clair-
voyance, une compréhension et un savoir, car Tu es Puis-
sant sur toute chose !

-Al-Kafa’amî dit in al-Misbâh :


Dis trois fois après les prières :

U ‘îdhu nafsî wa dînî wa ahlî wa mâlî wa waladî wa ikhwânî fi


dînî,

Je place mon âme, ma religion, ma famille, mes biens,


mes enfants, mes frères en religion,

wa mâ razaqanî rabbî wa khawâtîma ‘amalî wa man ya'nînî


amruhu,

ainsi que ce que Dieu m'a donné en ressources, les con-


séquences de mes actes et les gens qui me concernent,
15/2106
bi-llâhi al-wâhidi al-ahadi as-samadi al-ladhî lam yalid wa lam
yûlad wa lam yakun lahu kufuwann ahadunn,

sous la protection de Dieu, l’Unique, l’Un, l’impéné-


trable, qui {n’engendre pas, n’est pas engendré et nul n’est
égale à Lui}(3-4/CXII),

wa bi-rabbi-l-falaqi, min sharri mâ khalaqa wa min sharri


ghâsiqinn idhâ waqaba,

et {du Seigneur de l’aube, contre le mal qu’il a créé,


contre le mal de l’obscurité [de la nuit] quand elle s’étend,

wa min sharri-n-nafâthâti fî-l-‘uqadi, wa min sharri hâsidinn idhâ


hasada,

contre le mal de celles qui soufflent sur les nœuds,


contre le mal de l’envieux lorsqu’il envie}(CXIII),

wa bi-rabbi-n-nâsi, maliki-n-nâsi, ilâhi-n-nâsi, min sharri-l-


waswâsi-l-khannâsi, al-ladhî yuwas’wisu fi sudûri-n-nâsi mina-l-
jinnati wa-n-nâsi.

[sous la protection] {du Seigneur des gens, du Roi des


gens, du Dieu des gens contre le mal des insinuations furt-
ives [du démon] qui suggèrent dans les cœurs des gens,
qu’ils soient au nombre des Djinns ou des hommes}
(CXIV).

-Et de l’écriture de Sheikh ash- Shahîd, le Messager de Dieu a dit


:
Que celui qui veut que Dieu ne fasse pas voir ses vilaines actions,
le Jour du Jugement Dernier et n’ouvre pas le registre de ses
mauvaises actions, dise après chaque prière :
16/2106

Allâhumma, inna maghfirataka arjâ min ’amalî, wa inna rah-


mataka awsa'u min dhanbî.
Mon Dieu, Ton Pardon suscite plus d'espoir que mes act-
es, Ta Miséricorde est plus vaste que mes péchés !

Allâhumma, in kâna dhanbî ‘indaka ‘azhîmann fa-'afwuka


a'zhamu min dhanbî.

Mon Dieu, si mon péché est grandiose auprès de Toi,


Ton Pardon est plus grandiose que mon péché !

Allâhumma, in lam akun ahlann an ablugha rahmataka,

Mon Dieu, si je ne mérite pas de recevoir Ta


Miséricorde,

fa-rahmatuka ahlunn an tablughanî wa tasa'anî, li-annahâ wasi'at


kulli shay’inn bi-rahmatika yâ arhama-r-râhimîna.

Ta Miséricorde est apte à m'atteindre et à m’englober,


parce qu’elle englobe toute chose, par Ta Miséricorde, ô le
plus Miséricordieux des miséricordieux.

-Il est rapporté d’ibn Bâbaweih [Sheikh Sadûq] (que Dieu lui
fasse Miséricorde) qui dit :
« Quand tu as fini les glorifications d’az-Zahrâ’ (que les prières
de Dieu soient sur elle) dis :

Allahumma anta as-salâmu wa minka as-salâmu wa laka as-


salâmu wa ilayka ya‘ûdu as-salâmu,

Mon Dieu, Tu es la Paix, de Toi est la Paix, pour Toi est la


Paix et vers Toi revient la Paix !
17/2106

Subhâna rabbika rabbi-l-‘izzati ‘ammâ yasifûna.

Gloire à ton Seigneur, Seigneur de la Puissance [loin] de


ce qu’ils décrivent !

Wa-salâmunn ‘alâ-l-mursalîna wa-l-hamdu li-llâhi rabbi-


l-‘âlamina.

Paix sur les Messagers et Louange à Dieu, Seigneur des


mondes !

As-salâmu ‘alayka ayyuhâ-n-nabiyyu wa rahmatu-llâhi wa


barakâtuhu.

Que la paix soit sur toi, ô Prophète, ainsi que la Miséri-


corde de Dieu et Sa Bénédiction !

As-salâmu ‘alâ-l-a’immati-l-hâdina al-mahdiyyina.

Que la paix soit sur les Imams, les Guides, les Bien-
dirigés !

As-salâmu ‘alâ jamî‘i anbiyâ’i Allâhi wa rusulihi wa malâ'i-katihi.

Que la paix soit sur l’ensemble des Prophètes de Dieu, de


Ses Messagers et de Ses Anges !

As-salâmu ‘alaynâ wa ‘alâ ‘ ibâdi-llâhi-s-sâlihîna.

Que la paix soit sur nous et sur les serviteurs vertueux


de Dieu !

As-salâmu ‘alâ ‘Aliyyinn amîri al-mu’minîna.


18/2106

Que la paix soit sur ‘Alî, le Prince des croyants !

As-salâmu ‘alâ-l-Hasani wa-l-Husayni, sayyiday shabâbi ahli-l-


jannati ajma'îna.

Que la paix soit sur al-Hassan et al-Hussein, les deux


maîtres de l’ensemble des jeunes du Paradis !

As-salâmu ‘alâ ‘Aliyyinn bni al-Husayni, zayni-l-‘âbidîna !

Que la paix soit sur ‘Ali fils de Hussein, la parure des


dévots !

As-salâmu ‘alâ Muhammadinn bni ‘Alîyyinn, bâqiri ‘ilmi-n-


nabiyyîna.

Que la paix soit sur Mohammed fils de ‘Alî, celui qui


tranche le savoir des Prophètes !

As-salâmu ‘alâ Ja‘farinn bni Muhammadinn as-sâdeq.

Que la paix soit sur Ja‘far fils de Mohammed, celui qui


dit vrai !

As-salâmu ‘alâ Mûsâ bni Ja'farinn al-kâzhimi.

Que la paix soit sur Moussa fils de Ja‘far, celui qui re-
tient [sa colère] !

As-salâmu ‘alâ ‘Aliyyinn bni Mûsâ ar-ridâ.

Que la paix soit sur ‘Alî fils de Moussa, l’agréé !


19/2106
As-salâmu ‘alâ muhammadinn bni ‘aliyyinn al-Jawâdi.

Que la paix soit sur Mohammed fils de ‘Alî, le Généreux !

As-salâmu ‘alâ ‘Aliyyinn bni Muhammadinn al-hâdî.

Que la paix soit sur ‘Alî fils de Mohammed, le Guide !

As-salâmu ‘alâ-l-Hasani bni ‘Aliyyinn az-zakiyyi al-‘askariyyi.

Que la paix soit sur Hassan fils de ‘Alî, le Pur, al-‘Askarî !

As-salâmu ‘alâ-l-hujjati bni al-Hasani al-qâ’imi al-mahdiyyi,


salawâtu-llâhi ‘alayhim ajma-‘îna.

Que la paix soit sur al-Hujjah, fils de ‘Alî, le


Sustentateur, al-Mahdi (celui qui est bien dirigé), que les
Prières de Dieu soient sur eux tous !

Ensuite demande ce que tu veux à Dieu.


-Al-Kafa’mî dit de dire après la prière :

Radîtu bi-llâhi rabbann wa bi-l-islâmi dînann, wa bi-


Muhammadinn, sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi, nabiyyann wa bi-‘Aliyy-
inn imâmann,

Je suis satisfait de Dieu comme Seigneur, de l’Islam


comme Religion, de Mohammed (que Dieu prie sur lui et
sur sa famille) comme Prophète, de ‘Alî comme Imam,

wa bi-l-Hasani wa-l-Husayni wa ‘Aliyyinn wa Muhammadinn wa


Ja‘farinn wa Mûsâ wa ‘Aliyyinn wa Muhammadinn wa ‘Aliyyinn wa-l-
Hasani,
20/2106
de Hassan, de Hussein, de ‘Alî, de Mohammed, de Ja‘far,
de Moussa, de ‘Alî, de Mohammed, de ‘Alî, de Hassan,

wa-l-khalafi as-sâlihi‘alayhimu as-salâmu a’immatann, wa


sâdatann, wa qâdatann.

et du Successeur pur (que la paix soit sur eux tous)


comme Imams, comme Maîtres et comme Dirigeants !

Bi-him atawallâ, wa min a'dâ’ihim atabarra’â

Je m’allie à eux et je me dédouane de leurs ennemis !

-Ensuite de dire trois fois :


Allâhumma, innî as'aluka al-‘afwa wa-l-‘âfiyata wa-l-mu‘âfata fi-
d-dunyâ wa-l-âkhirati.

Mon Dieu, je Te demande le Pardon, la Santé/Salut et


l’Absolution en ce monde et dans l’Au-delà !

*Ce qui suit[les prières] en particulier

*? Après la [prière] de midi

-Dire comme [il est indiqué] dans Misbâh al-Mulahajjid [de Sheikh
Tûssî] :

Lâ ilâha illâ-llâhu-l-‘azhîmu al-halîmu,

Point de Divinité autre que Dieu, le Grandiose, le Plein


de Mansuétude,
21/2106

lâ ilâha illâ-llâhu rabbu-l-‘arshi-l-karîmu,

point de Dieu autre que Dieu, Seigneur du Noble Trône !

Al-hamdu li-llâhi rabbi-l-‘âlamîna.

Louange à Dieu, Seigneur des mondes !

Allâhumma, innî as’aluka mûjibâti rahmatika, wa ‘azâ’ima


maghfiratika, wa-l-ghanîmata min kulli birrinn, wa-s-salâmata min
kulli ithminn.

Mon Dieu, je Te demande ce qui oblige Ta Miséricorde,


ce qui entraîne Ton Pardon, le butin de toute bonne action,
l’immunité de tout péché.

Allâhumma, lâ tada‘ lî dhanbann illâ ghafartahu, wa lâ hammann


illâ farrajtahu wa lâ suqmann illâ shafaytahu.

Mon Dieu, ne laisse aucun péché sans l’avoir pardonné,


aucun souci sans l’avoir dissipé, aucune maladie sans
l’avoir soignée,

wa lâ ‘aybann illâ satartahu, wa lâ rizqann illâ basattahu, wa lâ


khawfann illâ âmantahu, wa lâ sû’ann illâ saraftahu,

aucun défaut sans l’avoir recouvert, aucune ressource


sans l’avoir amplifiée, aucune peur sans l’avoir rassurée,
aucun mal sans l’avoir écarté,

wa lâ hâjatann hiya laka ridann wa liya fihâ salâhunn illâ qaday-


tahâ, yâ arhama-r-râhimîna, âmîna rabba-l-‘âlamîna.
22/2106
aucun besoin, [suscitant] Ton Contentement et m’étant
profitable, sans l’avoir satisfait, ô le plus Miséricordieux
des miséricordieux, exauce-moi, Seigneur des mondes !

-Dire 10 fois :

Bi-llâhi a‘tasamtu wa bi-llâhi athiqu, wa ‘alâ-llâhi atawakkalu

C’est auprès de Dieu que j’ai cherché protection, c’est en


Dieu que j’ai confiance, c’est sur Dieu que je compte.

-Puis dire :

Allâhumma, in ‘azhumat dhunûbî fa-anta a'zhamu,

Mon Dieu, si mes péchés sont devenus immenses, Toi,


Tu es plus Immense,

wa in kabura tafrîtî fa-anta akbaru, wa in dâma bukhlî fa-anta


ajwadu.

si ma négligence est devenue grande, Toi, Tu es plus


Grand, si mon avarice persiste, Toi, Tu es plus Généreux.

Allâhumma-ghfïr lî ‘azhîma dhunûbî bi-‘azhîmi ‘afwika,

Aussi mon Dieu, pardonne mes péchés immenses par


Ton Pardon immense,

wa kathîra tafrîtî bi-zhâhiri karamika, wa-qma‘ bukhlî bi-fadli


jûdika.

et ma négligence répétée par l’apparence de Ta Magnifi-


cence et réprime mon avarice grâce à Ta Générosité.
23/2106

Allâhumma, mâ binâ min ni‘matinn fa-minka, lâ ilâha illâ anta,


astaghfiruka wa atûbu ilayka.

Mon Dieu, ce que nous avons en bienfaits provient de


Toi, point de divinité autre que Toi, je Te demande pardon
et me repens à Toi.

*? Après la [prière] de l'après- midi.

-Dire comme [il est indiqué] dans al-Mutahajjid :

Ataghfiru-llâha al-ladhî lâ ilâha illâ huwa, al-hayyu, al-qayyûmu,


ar-rahmânu, ar-ra-hîmu, dhâ-l-jalâli wa-l-ikrâmi.

Je demande pardon à Dieu qui, point de divinité autre


que Lui, est le Vivant, le Sustentateur, le Tout-Miséri-
cordieux, le Très-Miséricordieux, Plein de Majesté et de
Munificence.

Wa as’aluhu an yatûba ‘alayya tawbata ‘abdinn dhalîlinn


khâdi'inn faqîrinn, bâ’isinn miskîninn mustakîninn mustajîrinn,

Je Lui demande d’accepter mon repentir, qui est le re-


pentir d’un serviteur vil, humble, pauvre, misérable, indi-
gent, miséreux, cherchant refuge,

Lâ yamliku li-nafsihi naf ann wa lâ darrann wa lâ mawtann, wa lâ


hayâtann, wa lâ nushûrann.

qui ne détient rien pour lui- même qui lui soit bénéfique
ou néfaste, ni la mort, ni la vie, ni la Résurrection.
24/2106

-Ensuite dire :

Allâhumma, innî a‘ûdhu bika min nafsinn lâ tashba’u, wa min


qalbinn lâ yakhsha‘u,

Mon Dieu, je sollicite Ta Protection contre une âme qui


ne s’assouvit pas, contre un cœur qui ne s'humilie pas,
wa min ‘ilminn Iâ yanfa‘u, wa min salâtinn lâ turfa‘u, wa min
du’â’inn lâ yusma’u.

contre un savoir qui est inutile, contre une prière qui ne


s’élève pas, contre une invocation qui n’est pas entendue.

Allâhumma, innî as’aluka-l-yusra ba‘da-l-'usri, wa-l-faraja ba‘da-


l-karbi, wa-r-rakhâ’a ba‘da-sh-shiddati.

Mon Dieu, je Te demande la facilité après la difficulté, le


soulagement après l’affliction, l’aisance après la gêne.

Allâhumma, mâ binâ min ni'matinn fa-minka, lâ ilâha illâ anta,


astaghfiruka wa atûbu ilayka

Mon Dieu, ce que nous avons en bienfaits provient de


Toi, point de divinité autre que Toi, je Te demande pardon
et je me repens à Toi.

-De I’Imam as-Sâdeq(p) qui dit : «Dieu pardonne 700 péchés à


celui qui demande 70 fois pardon à Dieu le Très-Elevé après la
prière de l’après-midi.»
-Il est rapporté de l’imam Mohammed at-Taqî(p) qui dit :
« Celui qui récite 10 fois la sourate Al-Qadr (XCVII), après la
prière de l'après-midi, recevra la rétribution des [bons] actes des
créatures [effectués] durant ce jour.»
25/2106
-L'invocation al-’Asharât [«Les Dizaines»] est recommandée
tous les matins et tous les soirs. Le meilleur moment est après la
prière de l’après-midi du vendredi. L’invocation vient plus loin,
p207.

*? Ce qui suit la prière du coucher du soleil

[Tiré] de Misbâh al-Mutahajjid : Dire après les glorifications d’az-


Zahra’(p),

Inna-llâha wa malâ’ikatahu yusallûna ‘alâ-n-nabiyyi, yâ ayyuhâ-l-


ladhîna âmanû sallû ‘alayhi wa sallimû taslîmann.

Oui, Dieu et Ses anges prient sur le Prophète, ô vous, les


croyants, priez sur lui et appelez sur lui le salut !

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn an-nabiyyi wa ‘alâ dhurriyy-


atihi wa ‘alâ ahli baytihi.

Mon Dieu, prie sur Mohammed, le Prophète et sur sa


descendance, les Gens de sa maison.

-Ensuite dire 7 fois :

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r-rahîmi,

Au Nom de Dieu, le Tout- Miséricordieux, le Très-


Miséricordieux.

Wa lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâhi al-‘aliyyi al-‘azhîmi.

Il n’y a de force et de puissance qu’en Dieu, le Très Elevé,


le Très Grandiose.
26/2106

-Et trois fois :

Al-hamdu li-llâhi al-ladhî yaf-‘alu mâ yashâ’u wa lâ yafalu mâ


yashâ’u ghayruhu.

Louange à Dieu qui fait ce qu’il veut et ne fait pas ce que


d’autre que Lui veut !

-Ensuite dire :

Subhânaka, lâ ilâha illâ anta, ighfir lî dhunûbî kullahâ jamî'ann,

Gloire à Toi, point de divinité autre que Toi, pardonne-


moi l’ensemble de mes péchés,

fa-innahu lâ yaghfiru-dh-dhunûba kullahâ jamî’ann illâ anta.

car ne pardonne l’ensemble des péchés que Toi !

-Ensuite prier la prière surérogatoire de la [prière] du coucher


du soleil qui est de 4 raka’ats avec deux saluts, sans rien dire entre
les deux.
Sheikh [Tûsî] dit : Il est rapporté que l’on récite lors de la
première raka'at la sourate Les Incrédules (CIX) et lors de la
seconde raka'at la sourate Le Culte Pur (CXII). Pour les autres
[raka ’ats] on récite ce que l’on veut.
Il est rapporté que l’imam ‘Ali an- Naqî(p) récitait lors de la
troisième raka'at après la sourate al-Hamd (I), les six premiers ver-
sets de la sourate Le Fer (LVII) jusqu’à {Il connaît parfaitement le
contenu des cœurs} et lors de la quatrième, après la sourate al-
Hamd (I), les derniers versets de la sourate Le Rassemblement
(LIX) (à partir de {Si nous avions fait descendre ce Coran...} jusqu’à
la fin).
27/2106
-Il est recommandé de dire 7 fois lors de la dernière prosterna-
tion des prières surérogatoires, chaque nuit, notamment durant la
nuit du vendredi :

Allâhumma innî as’aluka bi-wajhika al-karîmu wa-smika


al-‘azhîmi wa mulkika al-qadîmi,

Mon Dieu, je Te demande, par Ta noble Face, par Ton


Nom grandiose et par Ta Royauté éternelle,

an tusalliyya ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa an taghfiri lî dhanbî


al-‘azhîmi, innahu lâ yaghfiru al-‘azhîma illâ al-‘azhîmu.

de prier sur Mohammed et sur sa famille et de me par-


donner mes péchés grandioses car ne pardonne le grandi-
ose que le Grandiose !

-Après avoir fini la prière surérogatoire, dire ce que l’on veut


comme suite, puis dire 10 fois :

Mâ shâ’a-llâhu, lâ quwwata illâ bi-llâhi, astaghfiru-llâha.

Selon la Volonté de Dieu, il n’y a de force que par Dieu,


je demande pardon à Dieu !

-Ensuite dire :

Allâhumma innî as’aluka mûjibâti rahmatika, wa ‘azâ’-ima


maghfiratika wa-n-najâta mina-n-nâri wa min kulli baliyyatinn,

Mon Dieu, je Te demande [les actes] qui impliquent Ta


Miséricorde, [les œuvres] qui assurent Ton Pardon, le salut
du Feu [de l’Enfer] et de toute épreuve,
28/2106
wa-l-fawza bi-l-jannati wa-r- ridwâni fî dâri-s-salâmi, wa jiwâra
nabiyyika Muhammadinn, ‘alayhi wa âlihi as-salâmu.

la victoire du Paradis, la satisfaction de la Demeure de la


Paix et le voisinage de Ton Prophète (que la Paix soit sur lui
et sur sa famille) !
Allâhumma, mâ binâ min ni‘matinn fa-minka, lâ ilâha illâ anta,
astaghfiruka wa atûbu ilayka.

Mon Dieu, ce que nous avons comme bienfaits provient


de Toi, il n’y a de divinité que Toi, je Te demande pardon et
je me repens auprès de Toi !

-Prier la prière al-Ghufaylah


entre la prière du Maghreb et celle du soir. Elle consiste en une
prière de deux raka'ats. Lire, lors de la première raka'at, après al-
Hamd (I), les versets 87 et 88 de la sourate des Prophètes (XXI) {Et
l’homme de Nûn ...} jusqu’à {Nous sauvons les croyants.} et lors de
la seconde raka 'at, le verset 59 de la sourate Les Troupeaux (VI) {Il
possède les clefs du Mystère... Livre explicite}. Ensuite lever les
mains durant le Qunût et dire :

Allâhumma, innî as’aluka bi-mafâtihi-l-ghaybi al-latî lâ yaiamuhâ


illâ anta, an tusalliyya ‘alâ Muhammadinn wa âlihi wa an taf ala bî
kadhâ wa kadhâ.

Mon Dieu, je Te demande par les clefs du Mystère que


Toi Seul connais, de prier sur Mohammed et sur sa famille
et de faire de moi cela et cela.
Evoquer sa demande à la place des mots : «cela et cela».
-Ensuite dire :

Allâhumma, anta waliyyu ni‘amatî wa-l-qâdiru ‘alâ talibatî,


ta'lamu hâjatî,
29/2106

Mon Dieu, Tu es le Maître de mon Bienfait, Celui qui


peut [satisfaire] ma demande. Tu connais mon besoin,

fa-as’aluka bi-haqqi Muhammadinn wa âlihi, ‘alayhi wa ‘alayhimu


as-salâmu, lammâ qadaytahâ lî.

alors je Te demande, par le Droit de Mohammed et de sa


famille (que la paix soit sur lui et sur eux), de me le
satisfaire.

-Demander ce dont on a besoin.


Il est rapporté qu’à celui qui prie cette prière et demande à Dieu
son besoin, Dieu donne ce qu’il a demandé.

*? Ce qui suit la prière du soir

-Tiré de Misbâh al-Mutahajjid :

Allâhumma, innahu laysa lî ‘ilmunn bi-mawdi‘i rizqî, wa innamâ


atlubuhu bi-khatarâtinn takhturu ‘alâ qalbî fa-ahûlu fî talabihi-l-
buldâna.

Mon Dieu, je ne sais pas où se trouvent mes ressources,


cependant je les demande par ce qui me passe au niveau du
cœur et je parcours les pays à leur recherche.

Fa-anâ fîmâ anâ tâlibunn ka-l-hayrâni.

C’est qu’en ce qui concerne ce que je demande, je suis


dans l'indécision.
30/2106
Lâ adrî a fi sahlinn huwa am fi jabalinn, am fî ardinn am fî
samâ’inn, am fî barrinn am fî bahrinn,

Je ne sais pas si elles se trouvent dans une plaine ou


dans une montagne, sur la terre ou dans le ciel, sur le con-
tinent ou en mer,
wa ‘alâ yaday man, wa min qibali man.

ni en quelles mains, ni de la part de qui.

Wa qad ‘alimtu anna ‘ilmahu ‘indaka wa asbâbahu bi-yadika, wa


anta-l-ladhî taqsimuhu bi-lutfîka, wa tusabbibuhu bi-rahmatika.

Ce que je sais c’est que la connaissance en est auprès de


Toi, et que leurs causes se trouvent entre Tes mains, et que
c’est Toi qui les répartis par Ta Bienveillance et qui les
causes par Ta Miséricorde.

Allâhumma, fa-salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille,

wa-j‘al yâ rabbi rizqaka lî wâsi'ann, wa matlabahu sahlann wa


ma'khadhahu qaribann,

et fais, ô Seigneur, que Tes Ressources soient pour moi


amples, que leur demande soit facile et leur préhension
proche,

wa lâ tu‘anninî bi-talabi mâ lam tuqaddir lî fîhi rizqann, fa-innaka


ghaniyyunn ‘an ‘adhâbî wa anâ faqîrunn ilâ rahmatika.
31/2106
ne m’accable pas à demander ce que Tu n’as pas prévu
pour moi en ressources, car Tu n'as pas besoin de mon ac-
cablement alors que j’ai besoin de Ta Miséricorde.

Fa-salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa jud ‘alâ ‘abdika bi-fad-


lika, innaka dhû fadlinn ‘azhîminn.

Alors, prie sur Mohammed et sur sa famille et sois


généreux envers Ton serviteur par Ta Faveur, car Tu pos-
sèdes une Faveur immense.

Je dis : «Cette [invocation] est une des finvocations [pour de-


mander des Ressources].»
-Il est également recommandé de réciter, après la prière du soir,
la sourate d’al-Qadr (XCVII) 7 fois.
-Et de réciter dans la prière «al- Watîrat» [prière surérogatoire]
faite assise après la prière du soir, 100 versets du Coran. Et il est re-
commandé de remplacer les 100 versets par la sourate Celle qui est
inéluctable (LVI) pour la première raka'at et par la sourate Le Culte
Pur (CXII) pour l’autre.

*? Ce qui suit la prière du matin

-Tiré de Misbâh al-Mutahajjid :

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed,

wa-hdinî limâ-khtulifa fîhi mina-l-haqqi bi-idhnika innaka tahdî


man tashâ’u ilâ sirâtinn mustaqîminn.
32/2106
et guide-moi vers la Vérité au sujet de laquelle les gens
se disputent, avec Ton Autorisation, car Tu guides qui Tu
veux sur la voie droite.

-Puis dis dix fois :

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed,

al-awsiyâ’i-r-râdîna-l-mardiyyîna, bi-afdali salawâtika, wa bârik


‘alayhim bi-afdali barakâtika.

les Légataires consentants, satisfaits, des meilleures de


Tes prières, et bénis-les des meilleures de Tes
Bénédictions.

Wa-s-salâmu ‘alayhim wa ‘alâ arwâhihim wa ajsâdihim wa


rahmatu-llâhi wa barakâtuhu.

Que la paix soit sur eux, sur leurs esprits et sur leurs
corps, ainsi que la Miséricorde de Dieu et Sa Bénédiction !

Cette [invocation après] la prière [du matin] est aussi rapportée


comme [suite] à la [prière] de l’après-midi du vendredi avec une
grande faveur.
-Dis également

Allâhumma, ihyînî ‘alâ mâ ahyayta ‘alayhi ‘aliyya bna abî tâlibinn,

Mon Dieu, donne-moi une vie semblable à celle donnée à


‘Alî, fils d’Abû Tâleb,
33/2106
wa amitnî ‘alâ mâ mâta ‘alayhi ‘Aliyyu bnu abî tâlibinn ‘alayhi-s-
salâmu.

et fais-moi mourir de la façon dont Tu as fait mourir ‘Alî,


fils d’Abû Tâleb (que la paix soit sur lui).

-Et dis cent fois :

Astaghfiru-llâha wa atûbu ilayhi.

Je demande pardon à Dieu et me repens auprès de Lui.

-Cent fois :

As’alu-llâha al-‘âfiyata.

Je demande à Dieu la Santé/ Salut.

-Cent fois :

Astajîru bi-llâhi mina-n-nâri.

Je cherche protection auprès de Dieu contre le Feu [de


l’Enfer].

-Cent fois :

Wa as’aluhu al-jannata.

Je Lui demande le Paradis

-Cent fois :

As’alu-llâha al-hûra-l-‘iyna.
34/2106

Je demande à Dieu les Houris al-'Aîn.

-Cent fois :

Lâ ilâha illâ-llâhu al-maliku al-haqqu al-mubînu.

Il n’y a point de Dieu autre que Dieu, le Roi, la Vérité


Evidente !

-Cent fois, la sourate Le Culte Pur (CXII)


-Cent fois :

Sallâ-llâhu ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn.

Que Dieu prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed !

-Cent fois :

Subhâna-llâhi, wa-l-hamdu-lillâhi, wa lâ ilâha illâ-llâhu, wa-llâhu


akbaru, wa lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâhi al-‘aliyyi al-‘azhîmi.

Gloire à Dieu, Louange à Dieu, il n’y a de divinité que


Dieu, Dieu est plus Grand, pas de force ni de puissance en
dehors de Dieu, le Très-Elevé, le Très-Grandiose !

-Cent fois :

Mâ shâ’a-llâhu kâna, wa lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâhi,


al-‘aliyyi, al-‘azhîmi.

Ce que Dieu a voulu est, pas de force ni de puissance en


dehors de Dieu, le TVès-Elevé, le Très-Grandiose !
35/2106

-Dis ensuite :

Asbahtu, Allâhumma, mu‘tasimann bi-dhimâmika-l-manî‘i al-


ladhi lâ yutâwalu wa lâ yuhâwalu,

Je me suis réveillé ce matin, mon Dieu, m’armant de Ta


Bride protectrice, invulnérable et invincible,

min sharri kulli ghâshiminn wa târiqinn min sâ’iri man khalaqta,


wa mâ khalaqta min khalqika, as-sâmiti wa-n-nâtiqi,

contre le mal de tout arbitraire et de toute adversité, de


l’ensemble de ce que Tu as créé, et de ce que Tu as créé de
Tes créatures
silencieuses et parlantes,

fî junnatinn min kulli makhûfinn, bi-libâsinn sâbighatinn walâ’i


ahli bayti nabiyyika,

[protégé] d’une armure contre toute chose effrayante,


[revêtu] du large vêtement de l’allégeance aux membres de
la maison de Ton Prophète,

muhtajibann min kulli qâsidinn lî ilâ adhiyyatinn bi-jidârinn


hasîninn,

bardé de toute personne ayant une intention nuisible à


mon égard par un mur imprenable,

al-ikhlâsi fî-l-i‘tirâfi bi-haqqihim wa-t-tamassuki bi-hablihim


mu’qinann anna-l-haqqa lahum wa ma‘a-hum wa fî-him wa bi-him.
36/2106
la sincérité dans la reconnaissance de leur droit et la
saisie de leur corde, ayant la certitude que la Vérité est
pour eux, avec eux, en eux et par eux.

Uwâlî man wâlaw, wa ujânibu man jânabû.

Je m’allie à ceux qui se sont alliés à eux et je m’éloigne


de ceux qui se sont éloignés d’eux.

Fa-a‘idhnî, Allâhumma, bi-him min sharri kulli mâ attaqîhi, yâ


‘azhîmu.

Alors, mon Dieu, protège-moi par eux du mal de tout ce


que je crains, ô Grandiose !

Hajaztu-l-a‘âdiya ‘annî bi-badî‘i-s-samâwâti wa-l-ardi,

Je retiens loin de moi les ennemis par la [force] du


Créateur des cieux et de la terre.

Innâ ja‘alnâ min bayna aydiyahum saddann wa min khalfihim


saddann, fa-aghshaynâhum fahum lâ yubsirûna.

{Nous avons placé une barrière devant eux et une bar-


rière derrière eux, Nous les avons enveloppés de toutes
parts, alors ils ne voient
rien} (9/XXXVI).

Et c’est une invocation que l’on récite tous les matins et tous les
soirs. C’est l’invocation du Prince des croyants(p) la nuit où il(p) est
resté dans le lit du Messager(s) alors que ce dernier émigrait à
Médine.
-Il est rapporté in ‘’At-Tahdhîby’’ que Dieu (qu’il soit exalté)
protège de la cécité, de la folie, de la mutilation, de la pauvreté, de la
37/2106
destruction (de sa maison), de la sénilité celui qui dit 10 fois, après
la [prière] du matin obligatoire :

Subhâna-llâhi al-‘azhîmi wa bi-hamdihi wa lâ hawla wa lâ


quwwata illâ bi-llâhi al-‘aliyyi al-‘azhîmi.

Gloire à Dieu le Très-Grandiose et par sa Louange, il n’y


a de force et de puissance qu’en Dieu, le Très-Elevé, le Très-
Grandiose !
-Il est rapporté d’al-Kulaynî [m.328/9H] d’as-Sâdeq(p) que Dieu
repousse 70 sortes d’épreuves, les moindres d’entre elles étant les
gaz, la lèpre, la folie de celui qui dit 7 fois, après la [prière] oblig-
atoire du matin et celle du Maghreb :

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi, lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-


llâhi al-‘aliyyi al-‘azhîmi.

Par [la grâce du] Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux,


le Très-Miséricordieux, il n’y a de force et de puissance
qu’en Dieu le Très-Elevé, le Très-Grandiose.

S’il était misérable, Dieu l’efface de parmi les misérables et l’in-


scrit parmi les bienheureux.
-Il est également rapporté de lui(p), pour ce monde et pour l’Au-
delà, contre le mal aux yeux, cette invocation, après les [prières] ob-
ligatoires du matin et celle du Maghreb :

Allâhuinma inni as’aluka bi-haqqi Muhammadinn wa âli Muham-


madinn ‘alayka, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn,

Mon Dieu, je Te demande, au nom du droit qu’ont Mo-


hammed et la famille de Mohammed sur Toi, de prier sur
Mohammed et la famille de Mohammed,
38/2106
wa-j‘ali-n-nûra fî basarî wa-l-basîrata fî dînî, wa-l-yaqîna fî qalbî,
wa-l-ikhlâsa fî ‘amalî,

et de placer la lumière dans mon regard, la clairvoyance


dans ma religion, la certitude dans mon coeur, la sincérité
dans mes actes,

wa-s-salâmata fî nafsî, wa-s-sa‘ata fi rizqî wa-sh-shukra laka


abadann mâ abqaytanî.

la santé dans mon âme, la largesse dans mes ressources,


le remerciement pour Toi, toujours, tant que je suis en vie.

-Il est rapporté, de Sheikh Ibn Fahd in « 'Uddat ad-Dâ'i « de


l’imam ar-Ridâ(p), que celui qui dit après la prière du matin ces pa-
roles, ne demande pas un besoin à Dieu qu’il ne le lui satisfasse et
qu’il ne le protège de ce qui le préoccupe.

Bi-smi-llâhi wa sallâ-llâhu ‘alâ Muhammadinn wa âlihi.

Au Nom de Dieu, que Dieu prie sur Mohammed et sur sa


famille !

Wa ufawwidu amrî ilâ-llâhi inna-llâha basîrunn bi-l-‘ibâdi, fa-


waqâhu-llâhu sayyiâ’ti mâ makarû.

Je confie mon sort à Dieu, car Dieu voit parfaitement


Ses serviteurs, Dieu le préserva des maux qu'ils ont tramés.

Lâ ilâha illâ anta, subhânaka innî kuntu mina-zh-zhâlimîna, fa-


stajabnâ lahu wa najjaynâhu mina-l-ghammi, wa kadhâlika nunjî-l-
mu’minîna.
39/2106
{Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, oui, j’étais
au nombre des injustes. Nous l’avons exaucé et Nous
l’avons préservé de l’affliction. Voilà comment Nous
sauvons les croyants} (87-88/XXI).

Hasbunâ-llâhu wa ni‘ma-l-wakîlu, fa-nqalabûbi-ni‘matinn mina-


llâhi wa fadlinn lam yamsas’hum sû’unn.

Dieu nous suffit, quel excellent Garant ! Ils sont revenus


avec un bienfait et une grâce de Dieu, aucun mal ne les a
touchés.

Mâ shâ’a-llâhu, lâ hawla, wa lâ quwwata illâ bi-llâhi mâ shâ’a-


llâhu, lâ mâ shâ’a-n-nâsu, mâ shâ’a-llâhu, wa in kariha-n-nâsu.

Comme Dieu veut, il n'y a de force et de puissance qu’en


Dieu, comme Dieu veut et non comme les gens veulent,
comme Dieu veut, et même si cela répugne aux gens !

Hasbiya ar-rabbu mina-l-marbûbîna, hasbiya-l-khâliqu mina-l-


makhlûqîna,

Le Seigneur me suffit, [je n’ai pas besoin] des vassaux, le


Créateur me suffît, [je n’ai pas besoin] des créatures,

hasbiya-r-râziqu mina-l-marzûqîna, hasbiya-llâhu rabbu-


l-‘âlamîna,

le Pourvoyeur me suffit, [je n’ai pas besoin] de ceux qui


reçoivent, Dieu me suffit, Seigneur des mondes,

hasbiya man lam huwa hasbî, hasbiya man lam yazal hasbî
40/2106
me suffit Celui qui me suffit, me suffit Celui qui ne cesse
de me suffire,

hasbiya man kâna mudh kuntu lam yazal hasbî, hasbiya-llâhu lâ


ilâha illâ huwa.

me suffit Celui qui était depuis que je fus et qui ne cesse


de me suffire. Dieu me suffit, point de divinité autre que
Lui.

‘Alayhi tawwakaltu wa huwa rabbu-l-‘arshi-l-‘azhîmi.

A Lui, je m’en remets entièrement, Lui qui est le


Seigneur du Trône immense.

-Je dis : Notre Sheikh Thîqat al- Islam an-Nûrî (que Dieu éclaire
sa tombe) [raconte] dans le livre Dâr as-salâm, le tenant du regretté
Sheikh, le savant seigneurial, le Hajj, le Maître Fatah ‘Alî as-Sultan
Abâdî (que Dieu lui fasse miséricorde), qu’al-Akhund al-Mawlâ Mo-
hammed Sâdeq al-‘Irâqî était dans une situation très difficile, dans
la gène et la misère.
Il passa un certain temps ainsi, ne voyant pas de soulagement à
son malheur ni d’issue à sa gêne. jusqu’à la nuit où il se vit en rêve
dans une vallée dans laquelle on voyait une grande tente portant
une coupole. Il demanda après son propriétaire. On lui répondit
qu’il y avait, à l’intérieur, la Caverne imprenable, le Secours des né-
cessiteux et des indigents, l’Argument, le Mahdî attendu, que Dieu
accélère son soulagement. Il se précipita vers la [tente].
Quand il le rejoignit (que les prières de Dieu soient sur lui (qa)),
il se plaignit auprès de lui de sa mauvaise situation et lui demanda
une invocation qui dissiperait son souci et éloignerait de lui
l’affliction.
Il(qa) l’adressa à un Sayyed de sa descendance et [lui indiqua] sa
tente. Il sortit de chez lui(qa) et entra dans cette tente. Il vit alors
41/2106
Sayyed Mohammed Sultan Abâdî assis sur son tapis de prière, oc-
cupé à faire des invocations et à lire. Il lui dit, après l’avoir salué,
que l’Argument du Roi, du Très-Savant(qa) l’avait adressé à lui.
Alors il lui apprit une invocation qui mettrait fin à sa gêne et lui
ferait venir ses ressources. Quand il se réveilla de son sommeil, il
avait encore en mémoire l’invocation. Il décida de se rendre chez le
Sayyed chez qui il dédaignait de se rendre avant sa vision pour une
raison qu’il n’évoqua pas. Quand il arriva et pénétra chez lui, il le vit
comme il l’avait vu dans son rêve, sur son tapis de prière, évoquant
son Seigneur, demandant pardon pour
ses péchés. Quand il le salua, il lui répondit en souriant comme
s’il connaissait la question. Il lui demanda ce qu'il avait demandé
durant la vision et lui enseigna cette même invocation.
Il supplia [Dieu] par cette invocation et peu de temps après, [il
vit] le monde [s’ouvrir] à lui de tous les côtés. Le regretté, le Hajj, al-
Mawla Fatah ‘Alî, que Dieu lui fasse miséricorde, fit un grand éloge
du Sayyed qu’il avait rencontré à la fin de sa vie et qui devint son
disciple un certain temps.
Quant à ce que le Sayyed lui apprit durant l’éveil et en rêve, ce
furent trois choses :
-Qu’il répète 70 fois après la prière du matin, en mettant la main
sur la poitrine :

Yâ Fattâhu.

Ô Celui qui donne la victoire !

2- Qu’il s’applique à [réciter] cette invocation rapportée d'Al-


Kâfî, que le Prophète(s) apprit à l’un de ses compagnons éprouvé
par la maladie et la pauvreté. La maladie et la pauvreté ne
tardèrent pas à le quitter.

Lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâhi, tawakkaltu ‘alâ-l-hayyi al-


ladhî lâ yamûtu.
42/2106

Il n’y a de force et de puissance qu’en Dieu, je compte


sur le Vivant qui ne meurt pas !

Wa-l-hamdu li-llâhi al-ladhî lam yattakhidh waladann, wa lam


yakun lahu sharîkunn fî-l-mulki, wa lam yakun lahu waliyyunn mina-
dh-dhulli wa kabbirhu takbîrann

Louange à Dieu qui n'a pas pris d’enfant, qui n’a pas
d’associé dans la Royauté, et qui n’a pas de protecteur de
l’humiliation, proclame beaucoup qu’il est plus Grand !

3- Qu’il invoque, après la prière du midi, cette invocation que


nous avons évoquée [plus haut] comme première suite à la prière du
matin [p38]. Il faut qu’il profite de ce qui a été évoqué, persiste dans
cela et n’en néglige pas les effets.
-Sache qu’il est recommandé de [faire] la prosternation de re-
merciement après toutes les prières d’une recommandation con-
firmée (cf. plus loin p466)
Il y a beaucoup d’invocations et de rappels rapportés durant
cette [prosternation],
-Il est rapporté de l’[Imam] Rida(p) qui dit : Si tu veux, dis 100
fois :

Shukrann, shukrann.

Merci ! Merci !

-Et si tu veux, dis 100 fois :

‘Afwann, ‘afwann.

Pardon ! Pardon !
43/2106
-Le minimum rétribué lors de la prosternation de remerciement,
est de dire trois fois :

Shukrann li-llâhi.

Merci à Dieu !

-Sache également que nous avons de nombreuses invocations et


rappels rapportés des Infaillibles(p) pour les moments du lever et
du coucher du soleil. Les versets et les akhbârs incitent et inspirent
beaucoup à préserver ces deux moments. Nous nous contenterons
d’évoquer quelques incocations considérées :
-l)Les savants de hadiths ont rapporté, selon une chaîne de
transmission considérée, de l’[Imam] as- Sâdeq(p) qui dit : Il est ob-
ligatoire pour tout Musulman de dire 10 fois avant le lever et le
coucher du soleil :

Lâ ilâha illâ-llâhu, wahdahu lâ sharîka lahu, lahu al-mulku wa


lahu al-hamdu,

Il n’y a de divinité que Dieu, uniquement Lui, pas d’asso-


cié à Lui, Il détient la Royauté et à Lui est la Louange,

yuhyî wa yumîtu wa yumîtu wa yuhyî, wa huwa hayyunn lâ


yamûtu,

Il donne la vie et fait mourir, Il fait mourir et Il donne la


vie, Il est Vivant et Il ne meurt pas,

bi-yadihi-l-khayru wa huwa ‘alâ kulli shay’inn qadîrunn.

entre Ses mains [se trouve] le Bien et ll est Puissant sur


toute chose !
44/2106
Il est mentionné dans certains propos rapportés que si cela a été
abandonné, il est obligatoire de le rattraper [« qadâ ’ann », le faire
après son temps].
2) Il est également rapporté de lui(p), selon des voies considérées
:
Dis 10 fois avant le lever et le coucher du soleil :

A'ûdhu bi-llâhi as-samî‘i al-‘alîmi min hamazâti-sh-shayâtîni, wa


a'ûdhu bi-llâhi an yahdurûni, inna-llâha huwa as-samî‘u al-‘alîmu.

Je cherche la protection de Dieu qui entend tout et qui


sait tout, contre les insinuations des démons et je cherche
la protection de Dieu contre leur présence, parce que Dieu
est Celui qui entend tout et qui sait tout !

3) De lui(p) également qui dit :


Qu’est-ce qui vous empêche de dire 3 fois tous les matins et tous
les soirs :

Allâhumma, muqalliba-l-qulûba wa-l-absâri, thabitt qalbî ‘alâ


dînika wa lâ tuzigh qalbî ba'ada idh hadaytanî.

Mon Dieu, Celui qui retourne les cœurs et les regards,


affermis mon cœur dans Ta Religion et ne détourne pas
mon cœur après m’avoir guidé,

wa hab lî min ladunka rahmatann, innaka anta al-wahhâbu, wa


ajimî mina-n-nâri, bi-rahmatika.

accorde-moi de chez Toi une Miséricorde car Tu es Toi le Don-


ateur et protège-moi du Feu, par Ta Miséricorde !

Allâhumma, amdud lî fi umrî,wa awsi‘ ‘alayya fi rizqî, wa-nshur


‘alayya rahmataka.
45/2106

Mon Dieu, prolonge ma vie, sois généreux envers moi en


ce qui concerne mes ressources et étends sur moi Ta
Miséricorde !

Wa in kuntu ‘indaka fi ummi-l-kitâbi shaqiyyann fa-aj‘alnî


sa‘îdann, fa-innaka tamhû mâ tashâ’u wa tuthbitu, wa ‘indaka
ummu-l-kitâbi.

Si je suis malheureux auprès de Toi dans la Mère


[l’Archétype] du Livre, alors rends-moi heureux car Tu ef-
faces ce que Tu veux et Tu
confirmes, auprès de Toi se trouve la Mère [l'Archétype]
du Livre.

4) Egalement de lui(p) : Dis tous les matins et soirs :

Al-hamdu li-llâhi al-ladhî yafalu mâ yashâ’u wa lâ yafalu mâ


yashâ'u ghayruhu.
Louange à Dieu qui fait ce qu'il veut et ne fait pas ce que
d'autre que Lui veut !

Al-hamdu li-llâhi kamâ yuhib-bu-llâhu an yuhmada, al-hamdu li-


llâhi kamâ huwa ahluhu.

Louange à Dieu comme Dieu aime être Loué, Louange à


Dieu comme Il en est Digne !

Allâhumma, adkhilnî fi kulli khayrinn adkhalta fihi


Muhammadann wa âla Muhammadinn,

Mon Dieu, fais-moi entrer dans tout bien dans lequel Tu


as fait entrer Mohammed et la famille de Mohammed,
46/2106
wa akhrijnî min kulli sharrinn akhrajta minhu Muhammadann
wa âla Muhammadinn, sallâ-llâhu ‘alâ Muhammadinn wa âli
Muhammadinn.
et fais-moi sortir de tout mal duquel Tu as fait sortir Mo-
hammed et la famille de Mohammed, que Dieu prie sur Mo-
hammed et sur la famille de Mohammed !

5) Dis 10 fois tous les matins et tous les soirs :

Subhâna-llâhi wa-l-hamdu li-llâhi wa lâ ilâha illâ llâhu wa-llâhu


akbaru.

Gloire à Dieu, Louange à Dieu, il n’y a de divinité que


Dieu, Dieu est plus grand !

-Et parmi les invocations du matin et du soir, l’invocation


al-’Asharât (Les Dizaines) qui sera rapportée plus loin p207.

*Invocations hebdomadaires A'as-Sahîfah as-Sajjadiyyah

*? L'invocation du dimanche :

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi.

Au Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Mi-


séricordieux !

Bi-smi-llâhi-l-ladhî lâ arjuwa illâ fadlahu, wa lâ akhshâ illâ ‘ad-


lahu, wa lâ a‘tamidu illâ qawlahu, wa lâ umsiku illâ bi-hablihi.
47/2106
Au Nom de Dieu de qui seulement j’implore la Grâce, de
qui seulement je crains la Justice, sur la parole Duquel je
compte uniquement, à la corde Duquel je m'accroche
uniquement,

bika astajîru yâ dhâ-l-‘afwi wa-r-ridwâni,

je cherche protection auprès de Toi, ô Maître du Pardon


et de l’Agrément,

mina-zh-zhulmi wa-l-‘udwâni, wa min ghiyari-z-zamâni, wa


tawâturi al-ahzâni, wa tawâriqi-l-hadathâni,

contre l’injustice et l’hostilité, les adversités du temps, la


succession des peines, la précipitation des calamités
imprévues.

wa mina-nqidâ’i-l-muddati qabla-t-ta’ahhubi wa-l-‘uddati,


l’écoulement du temps sans que je me sois préparé ni
n’aie pris mes dispositions [pour l’Au-delà],

wa iyyâka astarshidu limâ fîhi-s-salâhu wa-l-islâhu, wa bika


asta'înu fîmâ yaqtarinu bihi-n-najâhu wa-l-injâhu,

à Toi [uniquement] je demande conseil pour ce qui con-


vient et ce qui [permet] l’amélioration, à Toi [uniquement]
je demande de l’aide pour ce qui amène le succès et la
réussite,

wa iyyâka arghabu fi libâsi-l-‘âfiyati wa tamâmihâ, wa shumûli-s-


salâmati wa dawâmihâ.
48/2106
auprès de Toi [uniquement] j’implore le vêtement et la
plénitude de la santé, la globalité et la permanence du
salut.

Wa a‘ûdhu bika yâ rabbi min hamazâti-sh-shayâtîni, wa ahtarizu


bi-sultânika min jawri-s-salâtîni.

Je cherche refuge auprès de Toi, ô Seigneur, contre les


insinuations des démons, et la protection de Ton Pouvoir
contre le despotisme des tyrans.

Fa-taqabbal mâ kâna min salâtî wa sawmî,

Aussi, accepte mes prières et mon jeûne effectués,

wa-j‘al ghadî wa mâ ba'dahu afdala min sâ‘atî wa yawmî,

fais que demain et [les jours] après soient meilleurs que


cette heure-ci et ce jour-ci,

wa a'izzanî fî ‘ashîratî wa qawmî, wa-hfazhnî fî yaqazhatî wa


nawmî,

fais que je sois estimé dans ma famille et mon peuple,


protège-moi durant mon éveil et mon sommeil,

fa-anta-llâhu khayrunn hâfizhann wa anta arhamu-r- râhimîna.

car Tu es Dieu, le Meilleur des protecteurs et Tu es le


plus Miséricordieux des miséricordieux.

Allâhumma innî abra’u ilayka fî yawmî hâdhâ wa mâ ba‘dahu


mina-l-âhâdi, mina-sh-shurki wa-l-ilhâdi,
49/2106
Mon Dieu, je Te clame mon innocence, en ce jour et les
dimanches suivants, de l’associationnisme et de l'athéisme,

wa ukhlisu laka du‘â’î ta‘ar-rudann li-l-ijâbati. wa uqîmu ‘alâ


tâ‘atika rajâ’ann li-l-ithâbati.

je T’invoque en toute sincérité dans l’attente d’être exau-


cé, j’agis en T’obéissant dans l’espoir d’être récompensé.

Fa-salli ‘alâ Muhammadinn khayri khalqika, ad-dâ‘î ilâ haqqika,

Alors, prie sur Mohammed, la meilleure de Tes


Créatures qui appelle à Ta Vérité,

wa a'izzanî bi-‘izzika-l-ladhî lâ yudâmu wa-hfazhnî bi-‘aynika-l-


latî lâ tanâmu,

honore-moi par Ta Munificence qui ne subit pas de préju-


dice, veille sur moi d'un oeil qui ne dort pas,

wa-khtim bi-l-inqitâ‘i ilayka amrî,jwa bi-l-maghfirati ‘umrî,


innaka anta-l-ghafûru ar-rahîmu.

achève mon ordre par le total dévouement envers Toi et


ma vie par le Pardon, car Tu es celui qui pardonne, le Très-
Miséricordieux.

*? L'invocation du lundi :

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi.


50/2106
Au Nom de Dieu, le Tout- Miséricordieux, le Très-
Miséricordieux.

Al-hamdu li-llâhi al-ladhî lam yush’hid ahadann, hîna fatara-s-


samâwâti wa-l-arda,

Louange à Dieu qui n’a pas pris de témoin, lors de la


création des cieux et de la terre,

wa lâ attakhadha mu'înann hîna bara’a an-nasamâti, wa lam


yushârak fî-l-ilahiyyati, wa lam yuzhâhar fî-l-wahdâniyyati.
qui n'a pas pris d'aide quand Il a créé les âmes et per-
sonne ne participe à la Divinité ni ne L'assiste dans
l’Unicité.

Kallati-l-alsunu ‘an ghâyati sifatihi, wa-l-‘uqûlu ‘an kunuhi


ma'rifatihi,

Les langues se fatiguent à Le décrire entièrement et les


raisons à connaître Son Essence,

wa tawâda‘ati-l-jabâbiratu li-haybatihi wa ‘anati-l-ujûhu li-


khashyatihi, wa-nqâda kullu ‘azhîminn li-‘azhamatihi.

et les tyrans se sont humiliés devant Sa Majesté, les vis-


ages se sont baissés de crainte devant Lui et tout grandiose
s’est soumis à Sa Grandeur.

Fa-laka-l-hamdu mutawâtirann muttasiqann wa mutawâliyann,


mustawsiqann, wa salawâ-tuhu ‘alâ rasûlihi abadann, wa salâmuhu
dâ’imann sarmadann.

Alors à Toi la Louange incessante, harmonieuse, conti-


nuelle, s’accumulant, et que Ses Prières [de Dieu] soient
51/2106
sur Son Messager, éternellement ainsi que sa Paix, pour
toujours, perpétuellement.

Allâhumma, aj'al awwala yawmî hâdhâ salâhann, wa awsatahu


falâhann wa âkhirahu najâhann,

Mon Dieu, fais que ce jour commence dans de bonnes


conditions, qu’il continue dans le bonheur et se termine
dans la réussite,

wa a‘ûdhu bika min yawminn awwaluhu faza‘unn, wa aw-satuhu


jaza'unn wa âkhirahu waja‘unn.

et je cherche refuge auprès de Toi pour que ce jour ne


commence pas dans l’effroi, ne continue pas dans l’ango-
isse et ne s’achève pas dans la douleur.

Allâhumma, innî astaghfiruka li-kulli nadhrinn nadhartuhu, wa


kulli wa'dinn wa'adtuhu, wa kulli ‘ahdinn ‘âhadtuhu, thumma lam afi
bihi,

Mon Dieu, je Te demande pardon pourtout vœu que j'ai


formulé, toute promesse que j’ai faite, tout engagement que
j’ai pris, et qu’ensuite je n’ai pas tenus,

wa as'aluka fi mazhâlimi ‘ibâdika ‘indî,

et je Te demande, en ce qui concerne les griefs commis


par moi à l’encontre de Tes serviteurs,

fa-ayyumâ ‘abdinn min ‘abîdika aw amatinn min imâ’ika,

qu’il s’agisse d’un de Tes serviteurs ou d’une de Tes


servantes,
52/2106

kânat lahu qibalî mazhlamatunn zhalamtuhâ iyyâhu, fî nafsihi, aw


fî ‘ irdihi aw fî mâlihi, aw fî ahlihi wa waladihi,

qu’il s’agisse d’une injustice commise à rencontre de sa


personne, de son honneur, de ses biens ou au niveau de sa
famille ou de ses enfants,

aw ghaybatunn aghtabtuhu bihâ, aw tahâmulunn ‘alayhi, bi-


maylinn aw hawânn aw anafatinn aw hamiyyatinn aw riyâ’inn aw
‘asabiyyatinn,
ou d’une médisance faite à son encontre ou d’avoir fait
preuve d’iniquité, par partialité, subjectivité ou orgueil, ou
par entêtement,
ostentation ou sectarisme,

ghâ’ibann kâna aw shâhidann, wa hayyann kâna aw maytann,

en son absence ou en sa présence, de son vivant ou après


sa mort –

faqasurat yadî wa dâqa us‘î ‘an raddihâ ilayhi wa-t-tahalluli


minhu,

griefs que je suis incapable de réparer et d’en finir avec,

fa-as’aluka, yâ man yamliku-l-hâjâti, wa hiya mustajîbatunn li-


mashî’atihi wa musri'atunn ilâ irâdatihi,

donc je Te demande, ô Celui qui possède les demandes


qui sont exauçables selon Son Vouloir, rapides selon Sa
Volonté,

an tusaliya ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn,


53/2106

de prier sur Mohammed et sur la famille de Mohammed,

wa an turdiyahu ‘annî bimâ shi’ta wa tahaba lî min ‘indika


rahmatann,

et de le rendre satisfait de moi selon ce que Tu veux et de


me donner une Miséricorde de ta Part,

innahu lâ tanqusuka-l-maghfiratu wa lâ tadurruka-l-mawhibatu,


yâ arhama ar-râhimîna.

car le pardon ne Te diminue pas ni le don ne Te nuit, ô le


plus Miséricordieux des miséricordieux.

Allâhumma, awlinî fî kulli yawmi ithnayni ni‘matayni minka


thinatayni,

Mon Dieu, accorde-moi tous les lundis, deux bienfaits de


Ta Part :

sa'âdatann fî awwalihi bi-tâ'atika, wa ni'matann fî âkhirihi bi-


maghfiratika, yâ man huwa-l-ilâhu wa lâ yaghfiru-dh-dhunûba
siwâhu.

un bonheur au début, par l’obéissance à Toi et un bien-


fait à la fin par Ton Pardon, ô Celui qui est Dieu, ne par-
donne les péchés que Toi!

*?L'invocation du mardi :

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi.


54/2106

Au Nom de Dieu, le Tout- Miséricordieux, le Très-


Miséricordieux.

Al-hamdu li-llâhi wa-l-hamdu haqquhu kamâ yastahiqquhu ham-


dann kathîrann.

Louange à Dieu, Louange qui lui est due, comme Il


mérite beaucoup de Louanges.

wa a‘ûdhu bihi min sharri nafsî inna-n-nafsa la-ammâratunn bi-s-


sû’i illâ mâ rahima rabbi.

Je cherche protection auprès de Lui contre le mal de


mon âme, car l’âme est vraiment instigatrice du mal à
moins que mon Seigneur ne fasse Miséricorde.

Wa a‘ûdhu bihi min sharri-sh-shaytâni, al-ladhî yazîdunî dhan-


bann ilâ dhanbî.

Je cherche protection auprès de Lui contre le mal du dé-


mon, qui ajoute péché sur péché.

wa ahtarizu bihi min kulli jabbârinn fâjirinn wa sultâninn jâ ’irinn


wa ‘ aduwwinn qâhirinn.

Je cherche refuge auprès de Lui contre tout tyran


scélérat, despote injuste et ennemi dominateur.

Allâhumma, aj‘alnî min jun- dika fa-inna jundaka humu-l-


ghâlibûna,

Mon Dieu, fais de moi un de Tes soldats, car Tes soldats


sont les vainqueurs,
55/2106

wa-j‘alnî min hizbika fa-inna hizbaka humu-l-muflihûna, wa-j‘al-


nî min awliyâ’ika,

fais de moi un de Tes partisans car Tes partisans sont les


gagnants, fais de moi un de Tes proches-amis,

fa-inna awliyâ’aka lâ khawfunn ‘alayhim wa lâ hum yahzanûna.

car Tes proches-amis n’éprouvent aucune crainte et ne


sont pas affligés.

Allâhumma, aslih lî dînî fa-innahu ‘ismatu amrî,

Mon Dieu, réforme pour moi ma religion car elle est


l’immunité de mon ordre,

wa aslih lî âkhiratî fa-innahâ dâru maqarrî, wa ilayhâ min


mujâwarati-l-li’âmi mafarrî,

améliore pour moi mon Au-delà car il est la demeure


perpétuelle, vers laquelle je fuis le voisinage des iniques,

wa-j‘ali-l-hayâta ziyâdatann lî fî kulli khayrinn, wa-l-wafâta


râhatann lî min kulli sharrinn.

fais que la vie soit pour moi une accumulation de tout bi-
en, et que la mort soit pour moi un repos de tout mal.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn khâtami-n-nabiyyîna, wa


tamâmi ‘iddati-l-mursalîna,

Mon Dieu, prie sur Mohammed, le Sceau des Prophètes,


complétant le nombre des Messagers,
56/2106

wa ‘alâ âl ihi-t-tayyibîna- t-tâhirîna, wa as’hâbihi-l-muntajibîna.

et sur sa famille, les saints, les purs, et sur ses com-


pagnons choisis,

wa hab lî fî th-thulâthâ’i thalâthann : lâ tada‘ lî dhanbann illâ gha-


fartahu, wa lâ ghammann illâ adh’habtahu, wa lâ ‘aduwwann illâ
dafa'tahu.

et accorde-moi, en ce mardi, trois choses : que Tu ne


laisses aucun péché sans l'avoir pardonné, aucun souci
sans l’avoir dissipé, aucun ennemi sans l’avoir repoussé.

Bi-bismi-llâhi khayri-l-asmâ’i, bismi-llâhi rabbi-l-ardi wa-s-


samâ’i,

Au Nom de Dieu, le Meilleur des Noms, au Nom de Dieu,


Seigneur de la terre et du ciel,

astadfi‘u kulla makrûhinn awwaluhu sakhatuhu, wa astajlibu


kulla mahbûbinn awwaluhu ridâhu.

je demande que soit repoussée toute chose détestable et


en premier lieu Sa colère [de Dieu], et que soit attirée toute
chose aimable et en premier lieu Sa Satisfaction [de Dieu],

Fa-khtim lî minka bi-l-ghufrâni yâ waliyya-l-ihsâni.

Clos pour moi par Ton Pardon, ô le Maître de la


Bienfaisance.
57/2106
*? L'invocation du mercredi :

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi.

Au Nom de Dieu, le Tout- Miséricordieux, le Très-


Miséricordieux.

Al-hamdu li-llâhi al-ladhî ja‘ala al-layla libâsann wa-n-nawma


subâtann wa ja‘ala-n-nahâra nushûrann.

Louange à Dieu qui a établi la nuit comme un vêtement,


le sommeil comme un repos et qui a établi le jour comme
une résurrection.

Laka al-hamdu an ba'athtanî min marqadî wa law shi’ta ja‘altahu


sarmadann,

A Toi, la Louange, pour m’avoir tiré de ma couche, et si


Tu l’avais voulu, Tu l’aurais rendue éternelle,

hamdann dâ’ imann lâ yanqati ‘ u abadann wa lâ yuhsî lahu-l-


khalâ’iqu ‘adadann.

d’une Louange durable, continuelle, perpétuelle dont les


créatures ne peuvent en faire le compte.

Allâhumma laka-l-hamdu an khalaqta fa-sawwayta, wa qaddarta


wa qadayta, wa amatta wa ahyayta,

Mon Dieu, à Toi la Louange pour avoir créé et formé


harmonieusement, pour avoir donné la mesure [à toute
58/2106
chose] et avoir décrété de façon arrêtée, pour avoir fait
mourir et avoir fait vivre,

wa amradta wa shafayta, wa ‘âfayta wa ablayta, wa ‘alâ-l-‘arshi-st-


awayta wa ‘alâ-l-mulki ahtawayta.

pour avoir rendu malade et avoir guéri, pour avoir don-


né la santé/salut et avoir mis à l’épreuve, pour T’être tenu
en majesté sur le Trône et avoir dominé sur le Royaume.

Ad'ûka du‘â’a man da‘ufat wasîlatuhu, wa-nqata‘at hîlatuhu, wa-


qtaraba ajaluhu.

Je T’invoque de l’invocation de celui dont les moyens se


sont affaiblis, dont les ressources sont à bout, dont le terme
approche,

wa tadânâ fî-d-dunyâ amaluhu wa-shtaddat ilâ rahmatika


fâqatuhu, wa ‘azhumat li-tafrîtihi hasratuhu,

dont l’espoir en ce monde d’ici-bas a diminué, dont le


besoin de Ta Miséricorde a augmenté, dont le regret de sa
négligence est devenu
immense,

wa kathurat zallatuhu wa ‘athratuhu wa khalusat li-wajhika


tawbatuhu.

dont les faux-pas et les erreurs se sont multipliés, dont


le repentir est devenu sincère pour Ta Face.

Fa-salli ‘alâ Muhammadinn khâtami-n-nabiyyîna, wa ‘alâ ahli


baytihi at-tayyibîna, at-tâhirîna,
59/2106
Aussi, prie sur Mohammed, le sceau des Prophètes et
sur les gens de sa maison, les saints, les purs,

wa-rzuqnî shafa‘ata Muhammadinn sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi,


wa lâ tahrimnî suhbatahu,

et accorde-moi l’intercession de Mohammed (que Dieu


prie sur lui et sur sa famille), et ne me prive pas de sa
compagnie,

innaka anta arhamu-r-râhimîna.

car Tu es le plus Miséricordieux des miséricordieux.

Allâhumma-qdi lî fî-l-arbi‘â’i arba'ann :

Notre Dieu, accomplis, en ce mercredi, quatre choses :

aj‘al quwwatî fî tâ'atika, wâ nashâtî fî ‘ibâdatika,

que ma force soit pour T’obéir, que mon activité soit


pour T’adorer,

wa raghbatî fî thawâbika, wa zuhdî fîmâ yûjibu lî alîma ‘iqâbika,

que mes désirs soient en Tes récompenses, que mon ren-


oncement soit de ce qui entraîne Tes douloureux
châtiments.
innaka latîfunn limâ tashâ'u.

Car Tu es Bienfaisant pour ce que Tu veux.


60/2106
*? L'invocation du jeudi :

Bismi-llâhi ar-rahmâni 'ar-rahîmi.

Au Nom de Dieu, le Tout- Miséricordieux, le Très-Mi-


séricordieux.

Al-hamdu li-llâhi al-ladhî adhhaba al-layla muzhlimann bi-


qudratihi, wa jâ’a bi-n-nahâri mubsirann bi-rahmatihi,

Louange à Dieu qui a dissipé la nuit obscure par Sa Puis-


sance, et a fait venir le jour pour voir clair par Sa Misé-
ricorde,

wa kasânï diyâ’ahu wa anâ fî ni’matihi.

qui m’a revêtu de Sa Lumière, moi étant dans Ses


Bienfaits.

Allâhumma, fakamâ abqaytanî lahu fa-abqinî li-amthâlihi,

Mon Dieu, comme Tu m’as maintenu [en vie] en ce jour,


maintiens-moi encore [en vie] pour les jours semblables,

wa salli ‘alâ-n-nabî Muhammadinn wa âlihi,

prie sur le Prophète Mohammed et sa famille,

wa lâ tafja'nî fîhi wa fi ghayrihi mina-l-layâlî wa-l-ayyâmi, bi-


rtikâbi-l-mahârimi wa-ktisâbi-l-mâthimi.
61/2106
et ne m'afflige pas en ce jour et durant les autres nuits et
jours, pour avoir commis des interdits et acquis des péchés.

Wa-rzuqnî khayrahu wa khayra mâ fîhi wa khayra mâ ba‘dahu,

Accorde-moi les bienfaits [de ce jour], les meilleurs de


ceux qu'il contient ainsi que ceux des jours suivants,

wa-srif ‘annî sharrahu wa sharra mâ fîhi wa sharra mâ ba‘dahu.

et retire de moi les méfaits [de ce jour], les pires de ceux


qu'il recèle ainsi que ceux des jours suivants.

Allâhumma innî bi-dhimmati-l-islâmi atawassalu ilayka, wa bi-


hurmati-l-qurâni a'tamidu ‘alayka,

Mon Dieu, au nom du pacte de l'Islam, je Te supplie, au


nom de la sainteté du Coran, je prends appui sur Toi,

wa bi-Muhammadinn al-mustafâ, sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi, as-


tashfi‘u ladayka.

par Mohammed le choisi (que Dieu prie sur lui et sur sa


famille), je Te demande d'intercéder pour moi.

Fa-a‘rifi, Allâhumma, dhimmatî al-latî rajawtu bihâ qadâ’a hâjatî,


yâ arhama ar-râhimîna.

Alors, reconnais, mon Dieu, mon pacte en vertu duquel


j'espère l'exaucement de mes demandes, ô le plus Miséri-
cordieux des miséricordieux.

Allâhumma, aqdi lî fî-l-khamîsi khamsann, lâ yattasi‘u lahâ illâ


karamuka wa lâ yutîquhâ illâ ni‘amuka :
62/2106

Mon Dieu, en ce jour de jeudi, accomplis pour moi cinq


choses, que seule Ta Générosité est suffisamment large
[pour les accorder] et que seuls Tes Bienfaits sont en
mesure [de suppléer] :

salâmatann aqwâ bihâ ‘alâ tâ‘atika, wa ‘ibâdatann astahiqqu bihâ


jazîla mathûbatika, wa sa‘atann fî-l-hâli mina-r-rizqi-l-halâli,

une santé qui me donne de la force pour T’obéir, une ad-


oration qui mérite l’abondance de Ta Récompense, une ais-
ance dans les ressources licites,

wa an tu’amminanî fi mawâqifi-l-khawfi bi-amnika, wa taj ‘alanî


min tawâriqi-l-humûmi wa-l-ghumûmi fi hisnika.

que Tu me rassures dans les situations de peur par Ta


Sécurité, et que Tu me places dans Ta Forteresse lors des
adversités des soucis et des afflictions.

Wa salli ‘alâ Muhamadinn wa âli Muhammadinn,

Prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed,

wa-j‘al tawassulî bihi shâfi'ann yawma-l-qiyâmati nâfi‘ann, in-


naka anta arhamu ar-râhimîna.

et fais que sa recommandation soit une intercession


bénéfique pour moi le jour de la Résurrection, car Tu es le
plus Miséricordieux des miséricordieux.
63/2106
*? L'invocation du vendredi :

Bismi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi.

Au Nom de Dieu, le Tout- Miséricordieux, le Très-Mi-


séricordieux.

Al-hamdu li-llâhi al-awwali qabla-l-inshâ’i wa-l-ihyâ’i, wa-l-âkhiri


ba'da fanâ’i-l-ashyâ’i,

Louange à Dieu, le Premier avant la création et la vivific-


ation, le Dernier après la disparition de toute chose,

al-'alîmi-l-ladhî lâ yansâ man dhakarahu wa lâ yanqusu man


shakarahu,

l’Omniscient qui n’oublie pas celui qui L’évoque, qui ne


prive pas celui qui Le remercie,

wa lâ yakhîbu man da‘âhu, wa là yaqta'u rajâ’a man rajâhu.

qui ne déçoit pas celui qui Le supplie, qui ne fait pas per-
dre espoir à celui qui espère en Lui.

Allâhumma, innî ush’hiduka wa kafâ bika shahîdann, wa ush’hidu


jamî‘a malâ’ikatika wa sukkâna samâwâtika wa hamalata ‘arshika,

Mon Dieu, je Te prends à Témoin, et Tu suffis comme


Témoin, et je prends à témoin l’ensemble de Tes Anges, les
habitants de Tes Cieux, les porteurs de Ton Trône,
64/2106
wa man ba'athta min anbiyâ’ ika wa rusulika wa ansha’ta min as-
nâfi khalqika,

les Prophètes et les Messagers que Tu as envoyés et les


différentes sortes de Tes créatures que Tu as créées,

annî ash’hadu annaka anta-llâhu lâ ilâha illâ anta, wahdaka,

que j’atteste que Tu es Dieu, point de divinité autre que


Toi, uniquement Toi,

lâ sharîka laka wa lâ ‘adîla, wa lâ khulfa li-qawlika wa lâ tabdîla,

point d’associé à Toi ni d’égal, et que nul ne contredit ni


ne change Ta Parole,

wa anna Muhammadann, sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi, ‘abduka wa


rasûluka,

[et j'atteste] que Mohammed (que Dieu prie sur lui et


sur sa famille) est Ton serviteur et Ton Messager,

addâ mâ hammaltahu ilâ-l-‘ibâdi, wa jâhada fi-llâhi, ‘azza wa jalla,


haqqa-l-jihâdi,

qu’il a accompli ce dont Tu l’avais chargé vis à vis des


serviteurs, qu’il a combattu en Dieu Tout- Puissant d’un
combat à sa juste valeur,

wa annahu bashshara bimâ huwa haqqunn mina-th-thawâbi, wa


andhara bimâ huwa sidqunn mina-l-‘iqâbi.
65/2106
qu’il a annoncé la vérité en ce qui concerne la récom-
pense, et qu’il a mis en garde contre la réalité du châtiment.

Allâhumma, thabbitnî ‘alâ dînika mâ ahayaytanî wa lâ tuzigh qal-


bî ba‘da idh hadaytanî,

Mon Dieu, affermis-moi dans Ta Religion tant que Tu me


feras vivre et ne dévie pas mon cœur après m’avoir dirigé,

wa hab lî min ladunka rahmatann innaka anta-l-wahhâbu,

accorde-moi une Miséricorde venant de Toi car Tu es le


continuel Donateur,

sallî ‘alâ Muhammadinn wa ‘alâ âli Muhammadinn,

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed,

wa-j'alnî min atbâ‘ihi wa shî‘atihi, wa-hshumî fî zumratihi,

fais que je sois un de ses adeptes et de ses partisans,


ressuscite-moi dans son groupe,

wa waffiqnî li-adâ’i fardi-l-jumu'âti, wa mâ awjabta ‘alayya fîhâ


mina-t-tâ‘âti,

fais-moi réussir l’accomplissement des obligations des


vendredis, de ce pour quoi Tu as exigé de moi l’obéissance,

wa qasamta li-ahlihâ mina-l-‘atâ’i fî yawmi-l-jazâ’i, innaka anta-


l-‘azîzu-l-hakîmu.
66/2106
pour lesquelles Tu accordes aux méritants, une récom-
pense, le jour de la Rétribution, car Tu es le Très-Puissant,
le Très-Sage.

*? L’invocation du samedi :

Bismi-llâhiar-rahmâni-r-rahîmi.

Au Nom de Dieu, le Tout- Miséricordieux, le Très-


Miséricordieux.

Bismi-llâhi kalimati-l-mu‘tasimîna wa maqâlati-l-mutaharrizîna,

Au nom de Dieu, parole de ceux qui ont cherché refuge


[auprès de Dieu] et propos de ceux qui se sont mis sous la
protection [de Dieu],

wa a’ûdhu bi-llâhi ta'âlâ min jawri-l-jâ’irîna, wa kaydi-l-hâsidîna


wa baghî-zh-zhâ-limîna,

je sollicite la protection de Dieu le Très-Elevé contre le


despotisme des tyrans, les ruses des envieux et l’injustice
des oppresseurs,

wa ahmaduhu fawqa hamdi-l- hâmidîna.


et je Le loue d’une Louange qui surpasse celle de ceux
qui louent.

Allâhumma, anta-l-wâhidu bilâ sharîkinn, wa-l-maliku bilâ tam-


lîkinn, lâ tudâddu fî hukmika wa lâ tunâza'u fî mulkika.
67/2106
Mon Dieu, Tu es l’Unique, sans associé, le Roi sans prise
de possession, nul ne s’oppose à Ton Jugement ni ne dis-
pute Ta Royauté.

As’aluka an tusalliya ‘alâ Muhammadinn ‘abdika wa rasûlika, wa


an tûzi‘anî min shukri nu'mâka mâ tablughu bî ghâyata ridâka.

Je Te demande de prier sur Mohammed, Ton serviteur


et Ton Messager, de m’inspirer de Te remercier pour Tes
Bienfaits ce par quoi Tu me feras atteindre le summum de
Ta Satisfaction,

wa an tu‘înanî ‘alâ tâ‘atika wa luzûmi ‘ibâdatika, wa-stihqâqi


mathûbatika bi-lutfî ‘inâyatika,

de m’aider à T’obéir, à T’adorer avec assiduité, et à


mériter Ta Gratification par Ta Bienveillance subtile,

wa tarhamanî bi-saddî ‘an ma'âsîka mâ ahyaytanî, wa tuwaffiqanî


limâ yanfa‘unî mâ abqaytanî,

de me faire Miséricorde en m’empêchant de Te désobéir


tout le restant de ma vie, de me faire parvenir ce qui me
serait bénéfique aussi longtemps que je subsisterai,

wa an tasharaha bi-kitâbika sadrî, wa tahutta bi-tilâwatihi wizrî,


wa tamnahanî-s-salâmata fî dînî wa nafsî.

de m’ouvrir le cœur par Ton Livre, de déposer mon


fardeau par Sa récitation [du Coran], de m’accorder
l'immunité dans ma religion et dans mon âme.

Wa lâ tûhisha bî ahla unsî, wa tutimma ihsânaka fîmâ baqiya min


‘umrî,
68/2106

[Je Te demande] de ne pas faire en sorte que mes (gens)


familiers s’isolent de moi, et de compléter Ton Bienfait
pour le restant de mes jours,

kamâ ahsanta fîmâ madâ minhu,

comme Tu as été bienfaisant dans le passé,

yâ arhama-r-râhimîna

ô le plus Miséricordieux des miséricordieux !

*Les faveurs et les actes de la nuit et du jour du vendredi

Sache que la nuit et le jour du vendredi se distinguent des autres nu-


its et jours en éminence, en noblesse et en distinction.
-Il est rapporté du Prophète(s) :
« La nuit et le jour du vendredi [comprennent] 24 heures et dur-
ant chaque heure, 600 000 [personnes] sont libérées du Feu pour
Dieu Tout-Puissant. »
-De [l'imam] as-Sadeq(p)qui dit :
« Dieu protège de la pression de la tombe celui qui meurt entre le
crépuscule du jeudi au crépuscule du vendredi. »
-De lui(p) également : « Il y a un droit pour le vendredi. Alors,
lais attention à ne pas égarer son caractère sacré ou à négliger les
actes d’adoration de Dieu Très- Elevé et la proximité vers Dieu par
de bonnes actions et l’abandon de tous les interdits, car, durant le
vendredi, Dieu multiplie les bonnes actions et élève en degrés. [De ce
point de vue], le jour [du vendredi] est comme sa nuit. Alors, si tu
peux les animer par l’invocation et la prière, fais-le. Car durant [ce
moment], Dieu Très-Elevé envoie les Anges au Ciel de ce monde
69/2106
pour multiplier les bonnes actions et effacer les mauvaises. Dieu est
en effet immensément généreux. »
-Il existe également un hadith considéré de [l’Imam](p) qui dit :
« Le croyant invoque [Dieu] pour une demande et Dieu retarde
au vendredi [la satisfaction] de sa demande qu 'il a faite pour lui
faire [profiter] de façon spécifique de sa faveur. » (C’est-à-dire pour
lui donner davantage à la faveur du vendredi). Et il ajouta : «
Quand les frères de Youssef demandèrent à Ya'coub de demander
pardon [à Dieu] pour eux, il(p) répondit : « Je vais bientôt de-
mander pardon pour vous à mon Seigneur. » Ensuite, il retarda la
demande de pardon au dernier tiers de la nuit du vendredi pour ob-
tenir satisfaction. »
-Il est également rapporté de lui(p) : La nuit de vendredi, les
poissons des mers dressent leur tête ainsi que les animaux de la
terre et ils appellent d’une langue déliée : «Notre Seigneur, ne nous
châtie pas à cause des (par les) péchés des hommes.»
-Il [est rapporté] de l’imam al- Baqer(p) qui dit : « Du haut de
son Arche, Dieu Très-Elevé ordonne à un Ange de crier, du début à
la fin de chaque nuit de vendredi :
« N 'y a-t-il pas de serviteur croyant qui M 'appelle pour son Au-
delà et son monde-ci avant (le lever de) l’aube, auquel Je répondrai
? N’y a-t-il pas de serviteur croyant qui se repente de ses péchés
devant Moi avant (le lever de) l’aube, vers qui Je reviendrai ? N’y a-
t-il pas de serviteur croyant qui, voyant sa subsistance se réduire,
Me demande une augmentation de ses ressources avant l'aube, à qui
Je dispenserai [des biens] généreusement ? N’y a-t-il pas de ser-
viteur croyant malade qui Me demande la guérison avant l’aube,
que Je guérirai ? N’y a-t- il pas de serviteur croyant affligé. empris-
onné, qui Me demande ta libération de sa prison et la délivrance av-
ant l'aube, que Je libérerai et à qui J'ouvrirai la voie ? N'y a-t-il pas
de serviteur croyant opprimé qui Me demande que Je lui récupère
ses droits avant l'aube, que J’aiderai à récupérer ses droits ? » Et il
continue d'appeler ainsi jusqu'au lever de l’aube. »
70/2106
-Du Prince des croyants(p) qui dit : «Dieu a choisi le vendredi et
l’a considéré comme un [jour] de fête. Il a choisi sa nuit et l’a con-
sidérée de la même façon. Une de ses faveurs est que personne ne
demande quelque chose à Dieu Tout-Puissant le vendredi qu’il ne lui
donne satisfaction ! Si des gens méritent un châtiment et qu’il se
trouve que c’est un jour ou une nuit de vendredi, il leur est retiré.
Il ne reste rien de ce que Dieu a décrété et privilégié qui ne soit
ratifié durant la nuit du vendredi. La nuit du vendredi est la meil-
leure des nuits et son jour est le meilleur des jours.»
-D’as-Sadeq(p) qui dit : «Evitez les actes de désobéissance la nuit
du vendredi parce que les mauvaises actions sont multipliées ainsi
que les bonnes. A celui qui a arrêté de désobéir lors de la nuit de
vendredi, Dieu pardonne tout ce qui a précédé. Et celui qui s’est af-
fronté à Dieu la nuit du vendredi, avec un péché, Dieu le prend avec
tout ce qu’il a fait dans sa vie et augmente son châtiment avec ce
péché.»
-Il est rapporté de l’[Imam] ar- Ridâ(p), selon une chaîne de
transmission bien considérée : « Le Messager de Dieu(s) a dit :
« Le jour du vendredi est le seigneur des jours. Durant ce [jour],
Dieu Tout-Puissant multiplie les bonnes actions et efface les
mauvaises ; (durant ce jour), Il élève en degrés et répond aux invoc-
ations ; (durant ce jour), Il dissipe les tourments et satisfait les be-
soins grandioses. C'est le jour de l’augmentation pour Dieu durant
lequel des [personnes] sont affranchies et libérées du Feu [de
l’Enfer]. Personne n'invoque durant ce jour, connaissant son droit et
son caractère sacré, sans que Dieu Très-Elevé n’ait le devoir de le
placer parmi les affranchis et les libérés du Feu. S’il meurt pendant
son jour [du vendredi] ou durant sa nuit, il meurt martyr et il est
ressuscité en sécurité. Personne n'a méprisé son caractère sacré et
n'a égaré son droit que Dieu ne fut en droit de le jeter dans le Feu de
l’Enfer, sauf s'il se repent.» »
-Il est rapporté d’une chaîne de transmission considérée, de
l’[lmam] al-Bâqer(p) qui dit :
71/2106
« Le soleil ne s’est pas levé sur un jour meilleur que le vendredi.
Le gazouillement des oiseaux, ce jour- là, quand ils se rencontrent,
est : «Paix ! Paix ! Jour Pur !» »
-Il est rapporté de l’[Imam] as- Sâdeq(p), selon une chaîne de
transmission considérée :
« Celui d’entre vous qui le peut durant un vendredi, qu’il ne fasse
rien d’autre que des actes d’adoration car durant ce jour, les ser-
viteurs sont pardonnés et la Miséricorde descend sur eux ! » Les
grâces de la nuit et de la journée du vendredi sont plus nombreuses
que ce qui a été rapporté ici de façon limitée.

*Les actes de la nuit du vendredi

Les actes de la nuit du vendredi sont nombreux. Nous nous con-


tentons ici d'en présenter quelques-uns.
1)Multiplier la répétition de :

Subhâna-llâhi,wa-llâhuakbaru, wa lâ ilâha illâ-llâhu.

Gloire à Dieu, Dieu est plus Grand, il n’y a de Dieu que


Dieu !

Et multiplier les prières sur Mohammed et sur sa famille !


-Il est rapporté que la nuit du vendredi est une nuit de gloire et
son jour, un jour lumineux, alors multipliez la répétition de « Gloire
à Dieu, Dieu est plus Grand, il n ’y a de Dieu que Dieu ! » et multi-
pliez les prières sur Mohammed et sur la famille de Mohammed !
-Et dans un autre propos rapporté, il est dit que le nombre min-
imum de prières sur Mohammed et sur sa famille, durant cette nuit
est cent et que plus on en fait, mieux c'est.
-Il est rapporté de l’[Imam] as-Sâdeq(p) que la prière sur Mo-
hammed et sur sa famille, la nuit du vendredi, équivaut à 1000
bonnes actions, efface 1000 mauvaises actions et élève de 1000
72/2106
degrés. Il est recommandé de multiplier, durant cette nuit, la prière
sur Mohammed et sur la famille de Mohammed, que les prières soi-
ent sur eux tous à partir du [moment] d'après la prière de l’après-
midi [du jeudi] jusqu’à la fin de la journée du vendredi.
-Il est rapporté d’une chaîne de transmission juste, de [l'imam]
as- Sâdeq(p) qui dit : « L’après-midi du jeudi, des Anges descendent
du ciel avec, dans les mains, des crayons en or et des cahiers en ar-
gent. Ils n’y inscrivent que les prières sur Mohammed et sur la fa-
mille de Mohammed, jusqu’à la nuit du samedi. »
-Sheikh Tûssî [m.460H] dit : La prière sur le Prophète Mo-
hammed(s) est recommandée le jeudi, 1000 fois.
Et il est recommandé de dire :

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn wa


‘ajjil farajahum, wa ahlika ‘aduwwahum mina-l-jinni wa-l-insi mina-
l-awwalîna wa-l-âkhirîna

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed, accélère leur soulagement et fais périr leurs en-
nemis des djinns et des hommes, des premiers aux
derniers !

Celui qui dit cela après la prière de l’après-midi de jeudi jusqu’à


la fin de la journée du vendredi, aura beaucoup de faveurs.
-Le Sheikh dit également qu’il est recommandé de demander
pardon [à Dieu] à la fin du jour du jeudi en disant :

Astaghfiru-llâha al-ladhî lâ ilâha illâ huwa al-hayyu al-qayyûmu


wa atûbu ilayhi tawbata ‘abdinn khâdi'inn miskîninn mustakîninn,

Je demande pardon à Dieu, point de divinité autre que


Lui, le Vivant, le Sustentateur et je me repens auprès de Lui
du repentir d’un esclave, soumis, pauvre, misérable,
73/2106
lâ yastatî'u li-nafsihi sarfann wa lâ ‘adlann wa lâ naf ‘ann wa lâ
darrann wa lâ hayâtann wa lâ mawtann wa lâ nushûrann.

qui ne peut rien faire pour lui- même, ni retirer, ni


changer, ni [agir] à son avantage ou à son désavantage ni se
donner la vie ou la mort ni ressusciter !

Wa salla-llâhu ‘alâ Muhammadinn wa ‘ itratihi, at-tayyibîna at-


tâhirîna al-akhyâri al-abrâri wa sallama tas-lîmann.

Que Dieu prie sur Mohammed et les membres bons et


purs de sa famille, les élus, les bienfaisants et les salue
beaucoup !

2)Lire, durant la nuit du vendredi, les sourates Le Voyage Noc-


turne (XVII), La Caverne (XVIII), les trois sourates qui commencent
par Ta Sîn [Les Poètes (XXVI), Les Fourmis (XXVII), Le Récit
(XXVIII)], La Prosternation (XXXII), Ya Sîn (XXXVI), Sâd
(XXXVIII), Al-Ahqâf (XLVI), Celle qui est inéluctable (LVI), L’Agen-
ouillée (XLV), La Fumée (XLIV), Le Mont (LII), La Lune (LIV), Le
Vendredi (LX1I). Si l’occasion ne se présente pas, se limiter à la
sourate Celle qui est inéluctable (LVI) et à celle citée avant elle [Al-
Ahqâf (XLVI)].
-Il est rapporté de [l’Imam] as- Sâdeq(p) qui dit : « Celui qui lit
la sourate Le Voyage Nocturne(XVII) toutes les nuits de vendredi,
ne meurt pas avant d'atteindre le Sustentateur(qa). Il fait partie de
ses compagnons. »
-Il(p) : « Celui qui lit la sourate La Caverne (XVIII) toutes les nu-
its de vendredi, ne meurt qu’en étant un martyr : Dieu le fait ressus-
citer avec les martyrs et le Jour du Jugement, il se tiendra avec les
martyrs. »
-Il(p) : « Celui qui lit les trois sourates qui commencent par Ta
Sîn [Les Poètes (XXVI), Les Fourmis (XXVII), Le Récit (XXVIII)],
durant la nuit du vendredi, fait partie des Elus de Dieu, dans le
74/2106
voisinage de Dieu, sous Sa Protection. Il ne sera jamais touché par
la misère en ce monde et il lui sera donné du Paradis, dans l’Au-
delà, jusqu’à satisfaction et même plus. Dieu le mariera avec 100
épouses des Houris al- 'Ain. »
-Il(p) : « A celui qui lit la sourate La Prosternation (XXXII)
toutes les nuits de vendredi, Dieu donne son Livre dans la main
droite; il n’est pas tenu compte de ses [méfaits] et il sera en compag-
nie de Mohammed(s) et des gens de sa maison(p). »
-Il est rapporté d’une chaîne de transmission considérée, de
l’[Imam] al-Bâqer(p) qui dit : «A celui qui lit la sourate Sad
(XXXVIII) durant la nuit du vendredi, il est donné des biens de ce
monde et de l’Au-delà qui n’ont été donnés à personne, sauf à un
Prophète Messager ou à un Ange proche. Dieu le fait entrer au
Paradis ainsi que toute personne de sa maison qu’il aime jusqu’à son
serviteur qui le sert. Il n’y a aucune limite dans la délimitation des
membres de sa famille ni pour ceux qui intercèdent pour lui. »
-De [l’imam] as-Sâdeq(p) : « Celui qui lit, durant la nuit ou le
jour du vendredi, la sourate Al-Ahqâf (XLVI), Dieu le protège de la
peur terrible durant la vie en ce monde et l’assure contre la Frayeur
le Jour du Jugement Dernier, selon la Volonté de Dieu. »
-Il(p) dit : « Celui qui lit la sourate Celle qui est inéluctable (LVI)
chaque nuit de vendredi, Dieu Très-Elevé l’aime et le rend aimable
auprès des gens. Il ne connaîtra jamais la misère en ce monde ni
aucun des besoins de ce monde et il sera en compagnie du Prince des
croyants(p), cette sourate étant la sienne. »
-Il est rapporté que pour celui qui lit la sourate Le Vendredi
(LXII) chaque nuit du vendredi, elle est une amende compensatoire
[pour ses péchés] durant la période allant de ce vendredi au suivant.
-Il est rapporté la même chose pour celui qui lit la sourate La
Caverne chaque nuit de vendredi, et pour celui qui la lit après les
deux prières obligatoires de midi et de l’après-midi du jour du
vendredi.
-Sache que les prières rapportées [du Prophète(s) et d’Ahle al-
Beit(p)] durant la nuit de vendredi sont nombreuses, dont celles du
75/2106
Prince des croyants(p), dont celle de deux raka ’ats : lire pour
chaque raka ‘at, après la sourate al-Hamd (I), la sourate Le
Tremblement de Terre (XCIX) 15 fois. Il est rapporté que Dieu
protégera du châtiment de la tombe et des affres du Jour du Juge-
ment Dernier, celui qui la fait.
3)Lire la sourate Le Vendredi (LXII) lors de la première raka’at
des prières obligatoires du maghreb et du soir et la sourate Le Culte
Pur (CXII) pour la seconde raka’at du maghreb et la sourate Le
Très-Haut LXXXVII pour la seconde raka ’at du soir.
4)Ne pas déclamer de poèmes.
Il est écrit in As-Sahih de [l'imam] as-Sâdeq(p) (que les prières
de Dieu soient sur lui ainsi que Ses Saluts) qui dit : « Il est détestable
de lire de la poésie pour un jeûneur, une personne mise en état de
sacralisation, dans l’enceinte sacrée et durant les jours du vendredi
et ses nuits. » Celui qui rapporte ce propos interrogea [l’mam(p)] : «
Et si la poésie dit vrai ? » Ilp)) répondit :« Même si elle dit vrai. »
-Dans un propos considéré de l'[Imam] as-Sâdeq(p), il est dit :
«Celui qui déclame un vers de poésie durant la nuit ou le jour du
vendredi, ne bénéficiera pas des récompenses de cette nuit ni de ce
jour.»
-Et selon un autre propos rapporté, sa prière n'est pas acceptée
durant cette nuit et ce jour.
5)Multiplier les invocations pour ses frères croyants, comme le
faisait az-Zahrâ’(p). A celui qui fait des invocations pour 10 per-
sonnes mortes, le paradis est dû comme [il est dit] dans le hadîth.
6) Invoquer des invocations rapportées [des Infaillibles(p)] et
elles sont nombreuses. Nous nous contenterons de rappeler une
petite partie d’entre elles.
-Il est rapporté d’une chaîne de transmission juste, de [l’imam]
as- Sâdeq(p) : Celui qui récite, 7 fois, cette invocation, la nuit du
vendredi, lors de la dernière prosternation de la prière surérog-
atoire de la prière du soir, sera pardonné à la fin de sa prière. Et le
mieux est de la répéter toutes les nuits.
76/2106
Allâhumma, innî as’aluka bi-wajhika al-karîmi, wa-smika al-
'azhîmi, an tusalliya ‘alâ Muhammadinn wa an taghftra lî dhanbiya-
l-‘azhîma.

Mon Dieu, je Te demande par Ta noble Face et Ton Nom


grandiose, de prier sur Mohammed et sur la famille de Mo-
hammed et de
me pardonner mon péché grandiose !

-Du Prophète(s) qui dit : Celui qui dit ces propos, 7 fois, pendant
la nuit du vendredi et meurt durant cette nuit, entrera au Paradis.
Et celui qui les dit le jour du vendredi et meurt ce jour-là, entrera au
Paradis.

Allâhumma, anta lâ ilâha illâ anta khalaqtanî wa anâ ‘abduka wa-


bnu amatika wa fi qabdatika wa nâsiyatî bi-yadika,

Mon Dieu, Tu es mon Seigneur, il n'y a de Dieu que Toi,


Tu m’as créé et moi je suis Ton serviteur et le fils de Ta ser-
vante, dans Ton étreinte, mon toupet entre Tes mains,

amsaytu ‘alâ ‘ahdika wa wa'dika mâ astata'tu, a‘ûdhu bi-ridâka


min sharri mâ sana‘tu,

je me saisis de Ton engagement et de Ta promesse en


fonction de ce que je peux, je cherche protection auprès de
Ta Satisfaction contre le mal que je fais,

abû’u bi-ni‘matika wa abû’u bi-dhanbî fa-ghfir lî dhunûbî innahu


lâ yaghfiru adh-dhunüba illâ anta.

je m’établis dans Ton Bienfait et je m'établis dans mes


péchés alors pardonne-moi mes péchés car ne pardonne les
péchés que Toi !
77/2106

-Sheikh Tûssî, Sayyed, al-Kafa’mî et Sayyed ibn Bâqî disent : Il


est recommandé d’invoquer [Dieu] de cette invocation la nuit et le
jour du vendredi, ainsi que la nuit et le jour de ‘Arafat et nous rap-
portons l’invocation telle qu’elle est rapportée dans le livre al-Mis-
bâh de Sheikh.

Allâhumma, man ta‘abba’a wa tahayya’a wa a‘adda, wa-sta'adda


li-wifâdatinn ilâ makhlûqinn,

Mon Dieu, comme celui qui s’est préparé, s’est disposé,


s’est apprêté et a pris ses dispositions pour rendre visite à
une créature,

rajâ’a rifdihi wa talaba nâ’ilihi wa jâ’izatihi,

dans l’espoir de [recevoir] son aide, [dans le but de] de-


mander ses dons et sa récompense,

fa-ilayka yâ rabbi ta‘biyatî wa-sti‘dâdî, rajâ’a ‘afwika wa talaba


nâ’ilika wa jâ’izatika.

c’est pour Toi, Seigneur, que je me suis préparé et ai pris


mes dispositions, dans l’espoir de [recevoir] Ton Pardon,
[dans le but de] demander Tes Présents et Ta Récompense.

Falâ tukhayyibu du‘â’î yâ man lâ yakhîbu ‘alayhi sâ’ilunn wa lâ


yanqusuhu nâ’ilunn.
Alors, ne me déçois pas lors de mon invocation, ô Celui
duquel celui qui demande n'est pas déçu, que les bienfaits
donnés n’amenuisent pas.

Fa-innî lam âtika thiqatann bi-‘amalinn sâlihinn ‘amiltuhu wa lâ


li-wifâdati makhlûqinn rajawtuhu,
78/2106

Je ne suis pas venu à Toi, confiant en une bonne action


que j'aurais faite, ni en la délégation d’une créature en qui
j’ai espoir,

ataytuka muqirrann ‘alâ nafsî bi-isâ’ati wa-zh-zhulmi,


mu‘tarifann bi-an lâ hujjata lî wa lâ‘udhra.

mais je suis venu à Toi, avouant mes mauvaises actions


et mon injustice, reconnaissant que je n’ai aucun argument
ni aucune excuse.

Ataytuka arjû ‘azhîma ‘afwika al-ladhî ‘afawta bihi ‘ani-l-khâti’îna.

Je suis venu à Toi, espérant Ton Pardon grandiose avec


lequel Tu pardonnes les fautifs

Fa-lam yamna'ka tûlu ‘ukûfihim ‘alâ ‘azhîmi-l-jurmi an ‘udta


‘alayhim bi-r-rahmati.

Leur persistance à s’adonner à leurs crimes grandioses


ne T’a pas empêché de revenir à eux avec Miséricorde !

Fa-yâ man rahmatuhu wâsi‘atunn wa ‘afuhu ‘azhîmunn, yâ


‘azhîmu, yâ ‘azhîmu, yâ ‘azhîmu,

Ô Celui dont la Miséricorde est vaste et le Pardon gran-


diose, ô Grandiose, ô Grandiose, ô Grandiose,

lâ yaruddu ghadabaka illâ hilmuka, wa lâ yunjî min sakhatika illâ


at-tadarru‘u ilayka.

ne repousse Ton Courroux que Ta Mansuétude, ne sauve


de Ta Colère que l’imploration vers Toi !
79/2106

Fa-hab lî yâ ilâhî farajann bi-l-qudrati al-latî yuhyî bihâ mayta-l-


bilâdi,

Alors, accorde-moi, ô mon Dieu, un soulagement par la


Puissance avec laquelle Tu donnes vie à la terre morte,

wa lâ tuhliknî ghammann hattâ tastajîba lî, wa tu‘arrifanî-l-


ijâbata fi du‘â’î.

et ne me fais pas périr d'anxiété jusqu’à ce que Tu me ré-


pondes et que Tu me fasses connaître la réponse à mon
invocation !

Wa adhiqnî ta‘ma-l-‘âfiyati ilâ muntahâ ajalî,

Fais-moi goûter la saveur de la santé jusqu'à la fin de


mon terme,

wa lâ tushmit bî ‘aduwwî, wa lâ tusallit’hu ‘alayya wa lâ tumakkin-


hu min ‘unqî.

ne fais pas en sorte que mes ennemis se réjouissent de


mon malheur, ne les laisse pas prendre le-dessus sur moi
ni venir à bout de moi.

Allâhumma, in wada‘tanî fa-man dhâ al-ladhî yarfa‘unî ? Wa in


rafa‘tanî fa-man dhâ al-ladhî yada'unî ?

Mon Dieu, si Tu m’as abaissé, qui pourra me relever ? Et


si Tu m’as élevé, qui pourra m’abaisser ?

Wa in ahlaktanî fa-man dhâ al-ladhî ya'ridu laka fî ‘abdika, aw


yas’aluka ‘an amrihi ?
80/2106

Si Tu m’as mené à la perte, qui pourra T’exposer le [cas]


de Ton serviteur ou T’interroger sur son ordre ?

Wa qad ‘alimtu annahu laysa fî hukmika zhulmunn, wa lâ fî


naqamatika 'ajalatunn.

Déjà, je sais qu’il n’y a pas d’injustice dans Ton Juge-


ment ni de précipitation dans Ton Châtiment.

Wa innamâ ya'jalu man yakhâfu-l-fawta, wa innamâ yahtâju ilâ-


zh-zhulmi ad-da'îfti,

C’est celui qui craint que [l’ordre lui] échappe qui est
pressé, c’est le faible qui a besoin de l’injustice,

wa qad ta’âlayta yâ ilâhî ‘an dhalika ‘uluwwann kabîrann.


alors que Toi, Tu es très au- dessus de tout cela, ô mon
Dieu, d’une très grande élévation.

Allâhumma, innî a‘ûdhu bika fa-a‘idhnî, wa astajîru bika fa-ajimî,

Mon Dieu, je cherche protection auprès de Toi alors


protège-moi, je cherche refuge auprès de Toi, alors
accorde-le moi,

wa astarziquka fa-rzuqnî, wa atawakkalu ‘alayka fa-kfinî.


je Te demande de me pourvoir en ressources alors
pourvois-moi, je compte sur Toi alors suffis-moi,

wa astansiruka ‘alâ ‘aduwwî fa-nsumî, wa asta‘înu bika fa-a‘innî,

je cherche secours auprès de Toi contre mes ennemis,


alors secours-moi, je demande Ton Aide, alors aide-moi,
81/2106

wa astaghfiruka yâ ilâhî faghfir lî, âmina, âmîna ! âmîna !

je Te demande pardon, ô mon Dieu, alors pardonne-moi


! Exauce-moi ! Exauce-moi ! Exauce-moi !

7)Invoquer [Dieu] de l’invocation de Komayl qui sera évoquée


dans le chapitre suivant, si Dieu le veut (pl72)
8) Invoquer [Dieu] de l’invocation : «Mon Dieu, ô Témoin de tout
conciliabule...» récitée également durant la nuit de ‘Arafat qui
viendra plus loin, si Dieu le veut (p866 in Livre II, chapitre Dhû al-
Hujjah-La nuit de ‘Arafat.)
9) Dire 10 fois :

Yâ dâ’ima-l-fadli ‘alâ al-bariyyati, yâ bâsita al-yadayni bi-l-‘atiyy-


ati, yâ sâhiba-l-mawâhibi as-saniyyati,
Ô Celui qui maintient en permanence la Faveur sur les
gens, ô Celui qui étend les deux mains pleines de Largesses,
ô Celui qui détient les dons magnifiques,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi khayri-l-warâ sajiyyatann, wa-


ghfir lanâ yâ dhâ-l-‘ulâ fi hadhihi al-'ashiyyati.

prie sur Mohammed et sur sa famille, le meilleur cara-


ctère du genre humain et pardonne-nous, ô Celui qui dé-
tient la Grandeur en ce soir !

Et ce noble rappel est également rapporté pour la nuit de Y Aid


al- Fitr.
10)Manger des grenades, comme le faisait l’imam as-Sadeq(p),
toutes les nuits de vendredi.
-Sheikh Ja'far fils d’Ahmed al-Qummî rapporte dans le livre Al-
Arûs, de l’flmam] as-Sâdeq(p) :
82/2106
Dieu construit une maison au Paradis pour celui qui dit, 100 fois,
entre les prières surérogatoires du matin et celle obligatoire :

Subhâna rabbî-l-‘azhîmi wa bi- hamdihi, astaghfiru-llâha rabbî


wa atûbu ilayhi,

Gloire à mon Seigneur le Très-Grandiose et par Sa Lou-


ange, je demande pardon à Dieu, mon Seigneur et je me re-
pens auprès de Lui.
-Sheikh, Sayyed et d'autres ont rapporté cette invocation qu’il est
recommandé de réciter, selon leurs dires, durant le dernier tiers de
la nuit du vendredi. Voici cette invocation :

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi wa hab liya al-


ghadâta ridâka,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille et


accorde-moi ce matin Ta Satisfaction,

wa askin qalbî khawfaka waqta'hu ‘amman siwâka, hattâ lâ ar-


juwa wa lâ akhâfa illâ iyyâka.

loge dans mon cœur la peur de Toi, coupe-le de tout


autre que Toi jusqu’à n’espérer qu’en Toi et ne craindre que
Toi!

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi wa hab liya


thabâta-l-yaqîni wa mahda-l-ikhlâsi,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille et


accorde-moi la stabilité de la certitude, la pureté de la
sincérité/loyauté,
83/2106
wa sharafa-t-tawhîdi wa dawâma-l-istiqâmati, wa ma‘dina-s-sabri
wa-r-ridâ bi-l-qadâ’i wa-l-qadari.

l’éminence de l’Unicité et la permanence de la droiture,


l’essence de la patience et de la satisfaction du Décret et de
la Mesure !

Yâ qâdiya hawâ’iji-s-sâ’ilîna, yâ man ya lamu mâ fî damîri-s-


sâmitîna,

Ô Celui qui satisfait les besoins des solliciteurs, ô Celui


qui sait ce qu’il y a dans la conscience des gens silencieux,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi wa-stajib du‘â’î, wa-ghfir dhanbî


wa awsi‘ rizqî,

prie sur Mohammed et sur sa famille, réponds à ma


supplication, pardonne-moi mes péchés et sois Généreux
en ce qui concerne mes ressources,

wa-qdi hawâ’ijî fî nafsî wa ikhwânî fî dînî wa ahlî.

satisfais les besoins qui me concernent ainsi que ceux de


mes frères en religion et ceux de ma famille !

Ilâhî tumûhu-l-âmâli qad khâbat illâ ladayka, wa ma'âkifu-l-him-


ami qad ta'attalat illâ ‘alayka,

Mon Dieu, les espoirs ambitieux sont [tous] déçus sauf


par Toi, les résolutions assidues s'interrompent toutes sauf
celles à Ton Propos,

wa madhâhibu-l-‘uqûli qad samat illâ ilayka, fa-anta ar-rajâ’u wa


ilayka al-multaja’u, yâ akrama maqsûdinn wa ajwada mas’ûlinn.
84/2106

les conceptions rationnelles s’élèvent toutes sauf celles


qui vont vers Toi, car Tu es l’Espoir et vers Toi se trouve le
refuge, ô le plus Noble des buts et le plus Généreux des
sollicités !

Harabtu ilayka bi-nafsî yâ malja’a-l-hâribîna, bi-athqâli-dh-dhun-


ûbi ahmiluhâ ‘alâ zhahrî.

Je me suis enfui de mon âme vers Toi, ô Refuge des fu-


yards, avec le poids des péchés que je porte sur mon dos.

Lâ ajidu lî ilayka shâfi'ann siwâ ma‘rifatî, bi-annaka aqrabu man


rajâhu-t-tâlibûna.

Je ne trouve pour moi comme médiateur auprès de Toi


que ma connaissance du fait que Tu es le plus Proche de ce-
lui en qui espèrent ceux qui demandent,

wa ammala mâ ladayhi ar-râghibûna

et en qui ont espoir [d’obtenir] de ce qu'il détient ceux


qui désirent,

Yâ man fataqa-l-‘uqûla bi-ma'rifatihi, wa atlaqa-l-alsuna bi-


hamdihi,

ô Celui qui a déchiré les entendements par Sa Connais-


sance, qui a délié les langues par Sa Louange,

wa ja'ala mâ-mtanna bihi ‘alâ ‘ibâdihi fî kifâ’inn li-ta’diyati


haqqihi,
85/2106
qui a placé ce qu'il a donné en Bienfaits envers Ses Ser-
viteurs, en compensation à l’accomplissement de Son droit,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa lâ taj'al li-sh-shaytâni ‘alâ


‘aqlî sabîlann, wa lâ li-l-bâtili ‘alâ ‘amalî dalilann.

prie sur Mohammed et sur sa famille et ne laisse pas le


démon accéder à ma raison, ni le faux guider mes actes !

-Dire, quand l'aube du vendredi se lève :

Asbahtu fî dhimmati-llâhi wa dhimmati malâ’ikatihi, wa dhimami


anbiyâ’ihi wa rusulihi ‘alayhimu as-salâmu,

Je me suis réveillé dans la protection de Dieu, dans


celles de Ses Anges, de Ses Prophètes et de Ses Messagers
(que la Paix soit sur eux),

wa dhimmati Muhammadinn salla-llâhu ‘alayi wa âlihi, wa


dhimami-l-awsiyâ’i min âli Muhammadinn, ‘alayhimu-s-salâmu.

et dans la protection de Mohammed (que Dieu prie sur


lui et sur sa famille), et dans celle de ses Légataires de la fa-
mille de Mohammed (que la paix soit sur eux).

Amantu bi-sirri âli Muhammadinn, ‘alayhîmu-s-salâmu, wa ‘alân-


iyatihim, wa zhâhirihim, wa bâtinihim,

J’ai cru dans ce qui est secret de la famille de Mo-


hammed (que la paix soit sur eux), et en ce qui est notoire à
propos d’eux, en ce qui
leur est apparent et ce qui leur est profond,
86/2106
wa ash’hadu annahum fî ‘ilmi-llâhi wa tâ'atihi ka-Muhammadinn,
sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi.

j’atteste qu’ils sont dans la science de Dieu et dans


l’obéissance à Lui comme Mohammed (que Dieu prie sur
lui et sur sa famille).

-II est rapporté qu’à celui qui dit, 3 fois, avant la prière du matin
du vendredi :

Astaghfiru-llâha al-ladhî là ilâha illâ huwa, al-hayyu al-qayyûmu


wa atûbu ilayhi.

Je demande pardon à Dieu, point de divinité autre que


Lui, le Vivant, le Sustentateur, et je me repens auprès de
Lui.

ses péchés lui seront pardonnés même s’ils sont plus nombreux
que l’écume de la mer.

*Les actes du jour de vendredi

Ils sont nombreux. Nous nous contentons d’en présenter un cer-


tain nombre.
1) Réciter lors de la première raka 'at de la prière d ’al-Fajr, la
sourate Le Vendredi (LXII) et lors de la seconde, la sourate Le Culte
Pur (CXII).
2) Réciter cette invocation, après la prière du matin, avant de par-
ler, pour qu’elle soit une amende compensatoire de (ses) péchés de ce
vendredi au vendredi suivant :
87/2106
Allâhumma, mâ qultu fî jum‘atî hadhihi min qawlinn, aw halaftu
fîhâ min halfinn, aw nadhartu fîhâ min nadhrinn, fa-mashî'atuka
bayna yaday dhalika kullihi.

Mon Dieu, ce que je dis durant mon vendredi que voici,


ce que je prête comme serment, les voeux que je fais. Ta
volonté devance tout cela.

Fa-mâ shi’ta minhu an yakûna kâna, wa mâ lam tasha’ minhu lam


yakun.

Ce que Tu veux qu'il soit est, et ce que Tu ne veux pas


qu’il soit n’est pas.

Allâhumma, ighfir lî wa tajâwaz ‘annî.

Mon Dieu, pardonne-moi et sois Indulgent envers moi !

Allâhumma, mansallayta ‘alayi fa-salâtî ‘alayhi, wa man la'anta fa-


la‘nati ‘alayhi.

Mon Dieu, celui sur lequel Tu as prié, je prie également


sur lui, et celui que Tu maudis, je le maudis également.
Faire cela au moins une fois par mois.
-Il est rapporté que celui qui s’assied le jour du vendredi et fait
les suites [des actes d’adoration de la prière du matin] jusqu’au
lever du soleil, est élevé de 70 degrés dans le Fardaous [au Paradis]
le plus élevé.
-Il est rapporté de Sheikh Tûssî, que cette invocation est recom-
mandée après la prière obligatoire du matin du vendredi :

Allâhumma, innî ta'ammadtu ilayka bi-hâjatî wa anzaltu ilayka al-


yawma faqrî wa fâqatî wa maskanatî,
88/2106

Mon Dieu, c’est délibérément que je me suis rendu


auprès de Toi avec mon besoin, et que j’ai déposé devant
Toi, aujourd'hui, ma pauvreté, mon dénuement et mon
indigence,

fa-anâ li-maghfiratika aijâ minnî li-‘amalî wa la-maghfiratuka wa


rahmatuka awsa‘u min dhunûbî.

car j’ai plus d’espoir en Ton Pardon qu’en mes actes, Ton
Pardon et Ta Miséricorde étant plus étendus que mes
péchés.

Fa-tawalla qadâ’a kulli hâjatinn lî bi-qudratika ‘alayhâ, wa taysîri


dhâlika ‘alayka, wa li-faqrî ilayka,

Alors, réalise la satisfaction de l’ensemble de mes be-


soins par Ta Puissance [à pouvoir] le faire et la facilité que
cela représente pour Toi, à cause de mon besoin de Toi,

fa-innî lam usib khayrann qattu illâ minka, wa lam yasrif ‘annî
sû’ann qattu ahadunn siwâka,

car je n’obtiens de bienfaits que de Toi, et personne ne


me retire un méfait autre que Toi,

wa lastu arjû li-âkhiratî wa dunyâya wa lâ li-yawmi faqrî, yawma


yufridunî an-nâsu fi hufratî wa ufdî ilayka bi-dhanbî, siwâka.

je n’espère en personne d’autre que Toi pour mon Au-


delà, pour mon monde ici-bas, pour le jour de mon besoin,
le jour où les gens
me laisseront seul dans ma tombe et que je reconnaîtrai
mes péchés devant Toi.
89/2106

3) Ilest rapporté que celui qui dit, après la prière obligatoire de


midi et celle obligatoire du vendredi matin et des autres jours

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa


‘ajjil farajahum.

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed et accélère leur soulagement !
ne meurt pas sans avoir rejoint le Sustentateur(qa). Et s’il le dit
100 fois, Dieu lui satisfait 60 besoins, de ce monde et 30 de l’Au-
delà.
4)Lire, après la prière obligatoire du matin, la sourate Le Tout-
Miséricordieux LV, et après le verset 13 [qui se répète] [Quel est celui
des Bienfaits de votre Seigneur que, tous deux, vous nierez ?}, dire :

Lâ bi-shay’inn min âlâ’ika rabbi ukadhdhibu.

Je ne nie aucun de Tes Bienfaits, ô mon Seigneur !


5) Sheikh Tûssî (Que Dieu lui fasse Miséricorde) dit qu’après la
prière obligatoire du vendredi matin, il est recommandé de dire 100
fois, la sourate Le Culte Pur (CXII) et 100 fois «Que Dieu prie sur
Mohammed et sur la famille de Mohammed», de demander pardon
100 fois, de lire la sourate Les Femmes (IV), la sourate Houd (XI),
La Caverne (XVIII), Celles qui sont placées en rang (XXXVII), Le
Tout-Miséricordieux (LV).
6) Lire la sourate al-Ahqâf (XLVI) et la sourate Les Croyants
(XXIII).
-Il est rapporté de l’imam as- Sâdeq(p) qui dit qu’à celui qui lit,
durant la nuit ou le jour du vendredi, la sourate Al-Ahqâf (XLVI),
Dieu ne fera pas connaître la peur terrible durant la vie en ce
monde et l’assure contre la frayeur le Jour du Jugement Dernier,
selon la Volonté de Dieu.
90/2106
-Il(p) dit également qu'à celui qui lit la sourate Les Croyants
(XXIII), Dieu accorde une fin bienheureuse et s'il prolonge sa lecture
tous les vendredis, sa demeure sera dans le Fardaous le plus élevé,
avec les Prophètes et les Messagers.
7)Lire 10 fois la sourate Les Incrédules (CIX) avant le lever du
soleil, puis invoquer [Dieu] jusqu’à ce que l’invocation soit exaucée.
-Il est rapporté que, dès qu’apparaissait le matin du vendredi,
l’imam Zein al-Abidine(p) se mettait à lire le verset du Trône (255/
II) jusqu’à midi, puis, après avoir fini la prière, il(p) se mettait à lire
la sourate Al-Qadr (XCVII).
Sache que la lecture du Verset du Trône (comme il a été révélé) le
vendredi a beaucoup de faveurs.
8 )Faire la douche rituelle (les grandes ablutions). Cela est une
recommandation confirmée.
Il est rapporté du Prophète(s) qu’il(s) a dit à ‘Alî(p) :
« Ô ‘Alî ! Fais ta douche rituelle (les grandes ablutions) tous les
vendredis. Si tu dois acheter l’eau avec l'argent de la nourriture de
la journée, alors reste sans manger, car il n ’y a pas d’acte recom-
mandé plus grandiose que celui-là. »
-De [l’imam] as-Sâdeq (que les Prières et les Salutations de Dieu
soient sur lui) qui dit que celui qui fait la douche rituelle le vendredi
et dit :

Ash’hadu an lâ ilâha illâ-llâhu.wahdahu lâ sharîka lahu,

J’atteste qu’il n’y a point de Dieu autre que Dieu, unique-


ment Lui, pas d’associé à Lui,

wa ash’hadu anna Muhammadann ‘abduhu wa rasûluhu.

et j’atteste que Mohammed est Son serviteur et Son


Messager.
91/2106
Allâhumma, salli‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-
j‘alnî mina-t-tawwâbîna wa aj'alnî mina-l-mutatahhirîna,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed et place-moi parmi les repentants, et place-moi
parmi les purifiés.

[Cette personne] reste pure du vendredi au vendredi suivant,


c’est-à-dire pure de ses péchés, ou que ses actes se feront avec une
pureté morale et seront acceptés.
-Et la précaution [implique] que l’on n’abandonne pas la douche
rituelle du vendredi dans la mesure du possible. Le moment de la
douche du vendredi se situe après le lever de l’aube jusqu’à midi. Et
plus c’est proche de midi, mieux c’est.
9)Se laver la tête avec de la guimauve. On s’assure ainsi contre
la lèpre et la folie.
10)Se tailler la moustache et se couper les ongles. Pour cela, il y a
beaucoup de faveurs : cela augmente les ressources, efface les
péchés jusqu’au vendredi suivant, donne une assurance contre la
folie, la mutilation et la lèpre. Dis alors :

Bi-smi-llâhi wa bi-llâhi wa ‘alâ sunnati Muhammadinn wa âli


Muhammadinn.

Par [la grâce du] Nom de Dieu, par Dieu, selon la sunna
de Mohammed et de la famille de Mohammed.

Pour se couper les ongles, commencer par l’auriculaire gauche et


terminer par l’auriculaire droit. De même, en ce qui concerne les
ongles des orteils. Ensuite enterrer les ongles coupés.
11) Se mettre du parfum et porter de beaux vêtements.
12) Faire des aumônes, car, selon certains propos rapportés,
l’aumône est multipliée par 1000 la nuit et le jour du vendredi par
rapport aux autres jours.
92/2106
13) Offrir, tous les vendredis, à sa famille, des fruits et de la vi-
ande pour qu’ils se réjouissent de ce jour.
14 )Manger une grenade avant d’avaler quoique ce soit.
Sheikh [Tûssî] dit in Misbâh al-Mutahajjid qu’il est rapporté qu’il
y a beaucoup de faveurs dans le fait de manger une grenade le jour
et la nuit du vendredi.
15) Se libérer pour apprendre les règles de la religion. Ne pas
passer cette journée à se promener dans les jardins et les vergers
des gens, en compagnie de gens dépravés, de crapules, à parler et à
tourner en dérision les défauts des gens, à rire, à déclamer des
poèmes, à s’engager dans des choses vaines et autres choses de ce
genre, car en faisant cela, [cette personne] accumule des actes délic-
tueux plus qu’on ne [peut] l’évoquer.
-Il est rapporté de [l’imam] as-Sâdeq(p) qui dit : «Fi au Musul-
man qui ne passe pas [au moins] dans sa semaine, le jour du
vendredi, à étudier sa religion et qui ne se libère pas pour cela.»
16) Prier 1000 fois sur le Prophète et sa famille.
-il est rapporté d’al-Bâqer(p)qui dit : « Il n’y a aucun acte d’ad-
oration qui ne me soit plus aimable durant le jour du vendredi que
de prier sur Mohammed et les membres purs de sa famille (que Dieu
prie sur eux-tous!). »
-Je dis : Si une personne n’a pas la possibilité de saisir l'occasion
de prier 1000 fois, alors qu’elle le fasse au moins 100 fois, pour que
son visage soit radieux le Jour du Jugement. Il est rapporté qu’à ce-
lui qui, le vendredi, a prié 100 fois sur Mohammed et sa famille, a
dit 100 fois : «Je demande pardon à Dieu, mon Seigneur et je me re-
pens auprès de Lui», a lu 100 fois Le Culte Pur (CXII), est certaine-
ment pardonné.
-Il est également rapporté que «la prière sur Mohammed et sa
famille entre midi et l’après-midi équivaut à 70 Hajjs.»
17) Visiter le Prophète et les Imams purs (que la paix soit sur eux
tous). Voir plus loin la façon de faire les Ziyârâts dans le IIIème
Livre.
93/2106
18 )Visiter les morts, la tombe des parents. Il est rapporté de
l’imam al-Bâqer(p) qui dit : «Visitez les morts le vendredi car ils
savent qui vient les voir et s’en réjouissent.»
19) Lire l’invocation de la Lamentation (an-Nudbah). C’est un
des actes à faire lors des quatre fêtes. Elle sera donnée un peu plus
loin (Livre III p1629), avec la Volonté de Dieu.
20 )Sache que de nombreuses prières sont évoquées pour le jour
du vendredi. En voici quelques-unes :
-La prière surérogatoire du vendredi qui est composée de 20
raka ’ats. Sa description la plus connue est que l’on prie 6 raka ’ats
au moment du déploiement du soleil, 6 au moment de son élévation,
6 à midi et 2 l’après-midi mais avant la prière obligatoire.
-Il faut mentionner ici plusieurs de ces prières qui sont évoquées
pour le jour du vendredi, même si la majorité d’entre elles n’est pas
spécifique au vendredi.
-Mais, durant ce jour, la meilleure de ces prières, est la prière
complète que Sheikh [Tûssî], Sayyed [Ibn Tâ’ûs], as-Shahîd, le
savant [al-Hillî m.726H] et d'autres ont rapportée, selon de nom-
breuses chaînes de transmission considérées, de l'imam Ja'far fils de
Mohammed
as-Sâdeq (que les prières et les saluts de Dieu soient sur eux
deux), le tenant de ses nobles Pères du Messager de Dieu(s) qui dit :
« Celui qui prie le vendredi, avant midi, 4 raka ’ats, en lisant à
chaque raka’at 10 fois al-Hamd (I) et les sourates Les Hommes
(CXIV), L’Aurore (CXIII), Le Culte Pur (CXII), Les Incrédules (CIX)
et comme elles, le verset du Trône (255/II) - et dans un autre propos
rapporté, il lit aussi dix fois al- Qadr XCVII et 10 fois le verset 18 de
la sourate La Famille de ‘Imrân (III) - et qui, après avoir terminé la
prière, demande pardon à Dieu 100 fois puis dit 100 fois :

Subhâna-llâhi wa-l-hamdu li-llâhi, wa là ilâha illâ-llâhu, wa-llâhu


akbaru, wa lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâhi al-‘aliyyi al-‘azhîmi.
94/2106
Gloire à Dieu, Louange à Dieu, il n’y a de Dieu que Dieu,
Dieu est plus Grand, il n’y a de force et de puissance qu’en
Dieu le Très-Elevé, le Très-Grandiose !

et qui prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed 100


fois, ainsi à celui qui prie cette prière, Dieu repousse de lui le mal
des habitants du ciel et des habitants de la terre, le mal du démon et
le mal de tout despote injuste. »
-Une autre prière : il est rapporté par Hârith al-Hamadânî du
Prince des croyants(p) qui dit : « Si tu peux prier 10 raka’ats, le jour
du vendredi, perfectionne leurs prosternations et leurs inclinations
et dis 10 fois entre chaque deux raka ’ats :

Subhâna-llâhi wa bi-hamdihi.

Gloire à Dieu et par Sa Louange !

alors fais-le. Il y a là une grâce grandiose. »


-Une autre prière, rapportée selon une chaîne de transmission
considérée, de l’Imam as-Sâdeq(p) : « Celui qui lit les deux sourates
ensemble, celle d'Ibrahim (XIV) et celle d'al-Hijr (XV), lors de deux
raka’ats, le jour du vendredi, ne sera jamais touché par la pauvreté,
la folie ni par les épreuves. »

*♦La prière du Prophète(s) :

Sayyed Ibn Tâ’ûs (que Dieu lui fasse miséricorde) a rapporté


d’après une chaîne de transmission considérée, de l’[Imam] ar-Ridâ
(que les Prières de Dieu soient sur lui) qui fut interrogé sur la prière
de Ja'far at-Tayyâr (que Dieu lui fasse miséricorde). Il(p) lui ré-
pondit : «.Où es-tu ? Et la prière du Prophète ? Peut-être que le Mes-
sager de Dieu(s) n ’a jamais prié la prière de Ja'far ! Et peut-être
que Ja 'far n ’a jamais prié la prière du Messager de Dieu(s) ! »
95/2106
Je lui demandai de me l'apprendre. Il(p) dit : «Tu pries deux
raka'ats. Tu récites, pour chaque raka 'at, al-Hamd (I) et 15 fois la
sourate al-Qadr (XCVII), ensuite tu t’inclines et tu la récites 15 fois,
puis à nouveau 15 fois quand tu te redresses, puis 15 fois quand tu te
prosternes, 15 fois quand tu te redresses de la prosternation, 15 fois
lors de la seconde prosternation, 15 fois quand tu te redresses de la
seconde prosternation. Quand Tu termines ta prière, il n’y aura plus
aucun péché entre toi et Dieu Très-Elevé qui ne te soit pardonné et
tout ce que tu auras demandé te sera accordé. »
Et l'invocation après [la prière] est :

Lâ ilâha illâ-llâhu, rabbunâ wa rabbu âbâ’inâ-l-awwalîna, lâ ilâha


illâ-llâhu, wâhidann wa nahnu lahu muslimûna.

Point de Dieu autre que Dieu, notre Seigneur et le


Seigneur de nos premiers pères, point de Dieu autre que
Dieu, Dieu Unique et nous Lui sommes soumis !

Lâ ilâha illâ-llâhu, lâ na’budu illâ iyyâhu, mukhisîna lahu ad-dîna


wa law kariha-l- mushrikûna.

Point de Dieu autre que Dieu, nous n’adorons que Lui,


en Lui rendant un culte pur, même si les associationnistes
le détestent !

Lâ ilâha illâ-llâhu, wahdahu wahdahu wahdahu, anjaza wa‘dahu


wa nasara ‘abdahu wa a‘azza jundahu, wa hazama-l-ahzâba wahdahu.

Point de Dieu autre que Dieu, uniquement Lui, unique-


ment Lui, uniquement Lui, Il a accompli Sa Promesse, est
venu au secours de Son serviteur, a honoré Ses Soldats et a
défait les partis, uniquement Lui !
96/2106
Fa-lahu al-mulku wa lahu al-hamdu, wa huwa ‘alâ kulli shay’inn
qadîrunn.

A Lui est le Royaume, à Lui est la Louange, et Lui est


Puissant sur toute chose.

Allâhumma, anta nûru-s-samâwâti wa-l-ardi wa man fîhinna, fa-


laka al-hamdu wa anta qayyâmu-s-samâwâti wa-l-ardi wa man
fîhinna.

Mon Dieu, Tu es la Lumière des cieux et de la terre avec


ceux qui s’y trouvent, à Toi la Louange alors que Tu es Celui
qui dresse les cieux et la terre avec ceux qui s’y trouvent !

Fa-laka al-hamdu wa anta-l-haqqu, wa wa‘duka-l-haqqu wa


qawluka haqqunn, wa injâzuka haqqunn wa-l-jannatu haqqunn wa-
n-nâru haqqunn.

Alors à Toi la Louange et Toi Tu es la Vérité, Ta


Promesse est Vérité, Ta Parole est Vérité, Ton Accomplisse-
ment est Vérité, le Paradis est Vérité, le Feu [de l’Enfer] est
Vérité !

Allâhumma, laka aslamtu wa bika âmantu wa ‘alayka tawakkaltu,


wa bika khâsamtu wa ilayka hâkamtu.

Mon Dieu, c’est à Toi que je me suis soumis, c’est en Toi


que j’ai cru, c’est sur Toi que je compte, c’est de Toi que je
prends partie et c’est devant Toi que je porte en jugement !

Yâ rabbi, Yâ rabbi, Yâ rabbi, ighfir lî mâ qaddamtu wa akhkhartu


wa asrartu wa a'iantu.
97/2106
Ô Seigneur, ô Seigneur, ô Seigneur, pardonne-moi [les
péchés] passés et récents, ceux que j’ai dissimulés et ceux
que j’ai annoncés.

Anta ilâhî lâ ilâha illâ anta, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli


Muhammadinn,

Tu es mon Dieu, il n’y a point de Dieu autre que Toi, prie


sur Mohammed et sur la famille de Mohammed,

wa-ghfir lî wa-rhamnî wa tub ‘alayya, innaka anta attawwâbu ar-


rahîmu.

pardonne-moi, fais-moi Miséricorde et reviens à moi,


car Tu es Celui qui revient sans cesse, le Très-Miséri-
cordieux.

Al-Majlisi (que Dieu lui fasse miséricorde) dit : «Cette prière est
une des prières connues. L’ont rapportée tous les musulmans (en
général comme en particulier). Certains la considèrent comme une
des prières du vendredi et cette spécificité n’apparaît pas dans les
propos rapportés. Selon l’apparence, cette [prière] effectuée durant
les autres jours est [également] rétribuée.

*♦La prière du Prince des croyants(p) :

Sheikh et Sayyed ont rapporté de l’[Imam] as-Sâdeq(p) : « Celui


d’entre vous qui prie 4 raka ’ats de la prière du Prince des croy-
ants(p), est débarrassé de ses péchés comme au jour où sa mère l’a
mis au monde et ses besoins sont satisfaits.»
Lire, pour chaque raka at, al-Hamd (I) une fois et Le Culte Pur
(CXII) 50 fois. Après avoir fini, invoquer [Dieu] de cette invocation
qui est sa glorification :
98/2106

Subhâna man lâ tabîdu ma-‘âlimuhu, Subhâna man lâ tanqusu


khazâ’inuhu,

Gloire à Celui dont les Marques ne disparaissent pas,


Gloire à Celui dont les Réserves ne diminuent pas,

Subhâna man lâ-dmihlâla li-fakhrihi, Subhâna man lâ yanfadu


mâ ‘indahu,

Gloire à Celui pour la Gloire Duquel il n’y a pas de


décadence, Gloire à Celui pour qui ce qui est auprès de Lui
ne s’épuise pas,

Subhâna man lâ inqitâ'a li-muddatihi, Subhâna man lâ yushâriku


ahadann fi amrihi,

Gloire à Celui pour la Durée Duquel il n’y a pas de


coupure, Gloire à Celui qui n’associe personne à Son Ordre,

Subhâna man lâ ilâha ghayruhu,

Gloire à Celui qui, il n’y a pas d'autre Dieu que Lui !

Après cela, invoquer [Dieu] et dire :

Yâ man ‘afâ ‘ani-s-sayyi’âti wa lam yujâri bihâ, arham‘abdaka, yâ


allâhu.

Ô Celui qui efface les mauvaises actions et ne les sanc-


tionne pas, fais Miséricorde à Ton Serviteur, ô Dieu !

Nafsî, nafsî, anâ ‘abduka, yâ sayyidâhu, anâ ‘abduka bayna


yadayka yâ rabbâhu.
99/2106

Mon âme, mon âme, je suis Ton serviteur, ô mon Maître,


je suis Ton serviteur entre Tes Mains, ô mon Seigneur,

llâhî bi-kaynûnatika yâ amalâhu, yâ rahmânâhu yâ ghiyâthâhu,


‘abduka, ‘abduka lâ hîlata lahu.
Mon Dieu, par Ton Etre, ô mon Espoir, ô ma Miséri-
corde, ô mon Secours, Ton serviteur, Ton serviteur qui est
dans le désarroi !

Yâ muntahâ raghbatâhu, yâ mujriya-d-dami fi ‘urûqi ‘abdika.

Ô Summum de mon Désir, ô Celui qui fait circuler le


sang dans les veines de Ton serviteur,

yâ sayyidâhu, yâ mâlikâhu, a yâ huwa, a yâ huwa, yâ rabbâhu, ‘ab-


duka, ‘abduka.

ô mon Maître, ô mon Souverain, ô Lui, ô Lui, ô mon


Seigneur, Ton serviteur, Ton serviteur.

Lâ hîlata lî wa lâ ghinâ bî ‘an nafsî, wa lâ astatî‘u lahâ darrann wa


lâ naf ‘ann,

Je n’ai aucune ressource, je ne me suffis pas à moi-


même, je ne peux rien pour elle [mon âme], ni lui faire du
mal ni lui être profitable.

wa lâ ajidu man usâni'uhu, taqatta'at asbâbu-l-khadâ’i‘i ‘annî,

je ne trouve personne pour l’entourer de prévenance, les


moyens de stratagèmes sont coupés de moi,
100/2106
wa-dmahalla kullu mazhnûninn ‘annî, afradanî ad-dahru ilayka,

et toute [pensée] présumée s’est dissipée de moi, le sort


m’a isolé vers Toi,

fa-qumtu bayna yadayka hadhâ-l-maqâma.

alors je me suis dressé devant Toi de cette position !

Yâ ilâhî, bi-‘ilmika kâna hadhâ kulluhu, fa-kayfa anta sâni‘unn bî


?

Ô mon Dieu, tout cela, Tu le sais alors que vas-Tu faire


de moi ?

Wa layta shi‘rî kayfa taqûlu li-du‘â’î, a taqûlu na‘am am taqûlu lâ.

Ah ! Si je connaissais Ta Réponse à mon invocation, vas-


Tu dire oui ou diras-Tu non ?

Fa-in qulta lâ, fa-yâ waylî, yâ waylî, yâ waylî, yâ ‘awlî yâ ‘awlî yâ


‘awlî,

Si Tu dis non, alors malheur à moi, malheur à moi, mal-


heur à moi, ô malheur à moi, malheur à moi, malheur à
moi,

yâ shiqwatî yâ shiqwatî yâ shiqwatî, yâ dhullî yâ dhullî yâ dhullî !

ô misère, ô misère, ô misère, ô opprobre, ô opprobre, ô


opprobre !
Ilâ man wa mimman, aw ‘inda man, aw kayfa, aw mâdhâ, aw ilâ
ayyi shay’inn alja'u.
101/2106
Vers qui ? De qui ? Ou auprès de qui ? Ou comment ? Ou
quoi ? Ou vers quoi me réfugier ?

Wa man arjû, wa man yajûdu ‘alayya bi-fadlihi hîna tarfudunî, yâ


wâsi‘a-l-maghfirati.

Qui supplier ? Qui me fera don de ses largesses si Tu me


rejettes, ô Celui au pardon étendu ?

Wa in qulta na‘am, kamâ huwa-zh-zhannu bika, wa-r- rajâ’u laka


fa-tûbâ lî, anâ assa‘îdu wa anâ al-mas‘ûdu fatûbâ lî, wa anâ-l-mar-
hûmu, yâ mutarahhimu.

Et si Tu dis oui, ce qui [correspond] à l'opinion [que j’ai]


de Toi et à l’espoir [que j’ai] en Toi, alors félicitation pour
moi, je serai le bienheureux, je serai le fortuné, alors féli-
citation pour moi, je serai celui qui bénéficie de la Miséri-
corde, ô Celui qui fait Miséricorde !

Yâ mutara”ifu, yâ muta'attifu, yâ mutajabbiru, yâ mutamalliku, yâ


muqsitu, lâ 'amala lî ablughu bihi najâha hâjatî,

Ô Bienveillant, ô Affectueux, ô Celui qui panse [les


blessures], ô Celui qui se rend Maître, ô Celui qui agit avec
justice, je n’ai aucune action qui me ferait obtenir la satis-
faction de mon besoin,

as’aluka bi-smika al-ladhî ja'altahu fi maknûni ghaybika, wa-


staqarra ‘indaka falâ yakhruju minka ilâ shay’inn siwâka,

aussi, je Te demande par [la Grâce de] Ton Nom que Tu


as placé dans Ton Mystère caché, et qui s’est établi chez Toi
de sorte qu’il ne sort pas de Toi vers autre chose que Toi,
102/2106
as’aluka bika wa bihi fa-innahu ajallu wa ashrafu asmâ’ika, lâ
shay’a lî ghayru hadhâ wa lâ ahada a'wadu ‘alayya minka.

je Te demande par Toi et par lui, car il est le plus majes-


tueux et le plus noble de Tes Noms, et je n'ai rien d'autre
que cela ni personne de plus salutaire pour moi que Toi !

Yâ kaynûnu yâ mukawwinu, yâ man ‘arrafanî nafsahu, yâ man


amaranî bi-tâ‘atihi, yâ man nahânî ‘an ma'siyatihi,

Ô Etre, ô Créateur, ô Celui qui s’est fait connaître de Lui-


même à moi, ô Celui qui m’a ordonné de Lui obéir, ô Celui
qui m'a interdit de Lui désobéir,

wa yâ mad'uwwu yâ mas’ûlu, yâ matlûbann ilayhi, rafadtu


wasayyataka al-latî awsaytanî wa lam uti'ka.

ô Celui qui est appelé, ô Celui qui est sollicité, ô Celui à


qui l’on s’adresse, j'ai refusé la recommandation que Tu
m'as faite et je ne T'ai pas obéi.

Wa law ata'tuka fîmâ amartanî la-kafaytanî mâ qumtu ilayka fîhi,

Si je T'avais obéi à propos de l’Ordre que Tu m’avais


donné, Tu m'aurais pourvu pour ce que j'aurais fait vers
Toi,
wa anâ ma‘a ma'siyatî laka râjinn, falâ tahul baynî wa bayna mâ
rajawtu.

et moi, [malgré] mon acte de désobéissance, j'ai espoir


en Toi, alors n'interfère pas entre moi et ce que j’espère !

Yâ mutarahhimann lî a'idhnî min bayni yadayya wa min khalfî,


wa min fawqî wa min tahtî, wa min kulli jihâti-l-ihâtati bî.
103/2106

Ô Celui qui me fait miséricorde, protège-moi de ce qu’il y


a devant et derrière moi, au-dessus de moi et en- dessous
de moi et de tous les côtés qui m’entourent !

Allâhumma, bi-Muhammadinn sayyidî wa bi-‘Aliyyinn waliyyî, wa


bi-l-a’immati-r-râshidîna, ‘alayhimu as-salâmu,

Mon Dieu, par la Grâce de Mohammed mon maître, de


‘Alî mon tuteur, des Imams Bien-dirigés (que la paix soit
sur eux),

ij‘al ‘alaynâ salawâtika wa ra’fataka wa rahmataka, wa awsi‘


‘alaynâ min rizqika,

place sur nous Tes Prières, Ta Bonté et Ta Miséricorde,


étends sur nous Tes Moyens de ressources,

wa-qdi ‘annâ ad-dayna wa jamî‘a hawâ’ijinâ, yâ-llâhu, yâ-llâhu,


yâ-llâhu, innaka ‘alâ kulli shay’inn qadîrunn.

rembourse pour nous les dettes et réalise pour nous


l’ensemble de nos besoins, ô Dieu, ô Dieu, ô Dieu, car Tu es
Puissant sur toute chose !

Puis il(p) ajouta : « Quand celui qui prie cette prière et invoque
[Dieu] de cette invocation, a fini, il ne reste entre lui et Dieu, Très-
Elevé, aucun péché qui ne lui soit pardonné. »
Je dis : Beaucoup de hadiths rapportent les faveurs de ces 4
raka’ats le jour de vendredi. Et si le prieur dit, après avoir terminé
:Allâhumma, salli ‘alâ annabiyyi

al-‘arabîyyi wa âlihi. Mon Dieu,


104/2106
prie sur le Prophète arabe et sur sa famille!

il est dit, dans le hadith, que lui sont pardonnés les péchés passés
et récents, qu’il est comme [c’est- à-dire, qu’il reçoit la récompense
de] celui qui a achevé 12 fois [la lecture] du Coran et que Dieu le
soulage de la soif le Jour du Jugement Dernier.

*♦La prière de Fâtimah(s) :

Il est rapporté qu’il y avait pour Fâtimah(p) deux raka’ats qu’elle


priait et que lui avait apprises l’[Ange] Gabrie(p). Elle récitait,
lors de la première raka'at, après al-Fâtihat (I), la sourate al-
Qadr (XCVII) 100 fois et lors de la seconde raka’at, après al-Hamd
(I), la sourate Le Culte Pur (CXII). Quand elle avait fini, elle disait :

Subhâna dhî-l-'izzi ash-shâmikhi al-munîfi, Subhâna dhî-l-jalâli


al-bâdhikhi al-‘azhîmi,

Gloire à Celui qui détient la Puissance sublime, élevée,


Gloire à Celui qui détient la Majesté élevée, grandiose,

Subhâna dhî-l-mulki al-fâkhiri al-qadîmi, Subhâna man labisa al-


bahjata wa-l-jamâla,

Gloire à Celui qui détient le Royaume somptueux, éter-


nel, Gloire à Celui qui s’est revêtu de la Splendeur et de la
Beauté,

Subhâna man taraddâ bi-n-nûri wa-l-waqâri, Subhâna man yarâ


athara-n-namli fî-s-safâ,
105/2106
Gloire à Celui qui s’est enveloppé de la Lumière et de la
Grandeur, Gloire à Celui qui voit la trace de la fourmi sur la
roche,

Subhâna man yarâ waq‘a-t-tayri fl-l-hawâ’i, Subhâna man huwa


hakadhâ lâ hakadhâ ghayruhu.

Gloire à Celui qui voit l’impact de l’oiseau dans le vent.


Gloire à Celui qui est ainsi et personne d’autre que Lui n'est
ainsi !

As-Sayyed dit : « Il est rapporté qu’on fait, après la prière, les


glorifications [d’az-Zahrâ’] rapportées comme étant une suite à
toute prière obligatoire, puis on prie 100 fois sur Mohammed et sur
la famille de Mohammed. »
Sheikh dit dans son livre Misbâh al-Mutahajjidin : «La prière de
Fâtimah(p) est de deux raka ’ats. Tu lis lors de la première raka 'at
al- Hamd (I) et 100 fois la sourate al-Qadr (XCVII) et lors de la
seconde raka’at, après al-Hamd, 100 fois la sourate Le Culte Pur
(CXII). Quand tu as fait les salutations finales, tu fais les glorifica-
tions de Zahrâ’(p) puis tu dis : «Gloire à Celui qui détient la Puis-
sance sublime ...» jusqu’à la fin de cette glorification.» Puis il ajouta
:
«Celui qui a prié cette prière et a terminé les glorifications, doit
découvrir ses genoux et ses bras et se prosterner [en s’appuyant] sur
l’ensemble des positions de la prosternation sans obstacle entre lui
et le sol. Il invoque Dieu, demande son besoin, [récite] ce qu’il veut
comme invocation et dit lorsqu'il est prosterné :

Yâ man laysa ghayrahu rabbunn yud‘â, yâ man laysa fawqahu


ilâhunn yukhshâ,

Ô Celui qui, il n’y a pas d’autre Seigneur invoqué, ô Celui


qui, il n’y a pas au- dessus de Lui de divinité que l’on craint,
106/2106

yâ man laysa dûnahu malikunn yuttaqâ, yâ man laysa lahu


wazîrunn yu’tâ,

ô Celui qui, il n’y a pas en-dehors de Lui de roi dont on a


peur, ô Celui qui n’a pas de vizir auquel on se rend,

yâ man laysa lahu hâjibunn yurshâ, yâ man laysa lahu bawwâbu


yughshâ,

ô Celui qui n’a pas de chambellan que l’on subordonne, ô


Celui qui n’a pas de portier que l’on aborde,

yâ man lâ yazdâdu ‘alâ kathrati-s-su’âli illâ karamann wa jûdann,


wa ‘alâ kathrati-dh-dhunûbi illâ ‘afwann wa safhann,

ô Celui qui, devant la multitude des demandes, aug-


mente en Noblesse et en Largesse et, devant la multitude
des péchés, en Pardon et en Clémence,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn wa-f ‘al bî kadhâ


wa kadhâ !

prie sur Mohammed et la famille de Mohammed et fais


de moi cela et cela !

et il demande ce dont il a besoin.»


-Il y a une autre prière pour elle(p) que Sheikh et Sayyed ont
rapportée de Safwân qui dit que Mohammed fils de ‘Alî al-Halabî
entra chez as-Sâdeq(p) un vendredi et lui demanda : « Enseigne-
moi la meilleure chose à faire durant ce jour ! » Il(p) répondit :
« Ô Mohammed, je ne sais pas si quelqu’un était plus grand
auprès du Messager de Dieu(s) que Fâtimah et s’il n’y a rien de
107/2106
meilleur que ce que lui a appris son père, Mohammed fils
d’Abdallah(s) qui dit :
«Que celui qui se réveille le vendredi, fasse la douche rituelle (les
grandes ablutions), aligne ses pieds et prie 4 raka’ats, deux par
deux. Qu’il récite lors de la première raka ’at, Fâtihah al-Kitâb (I) et
Le Culte Pur (CXII) 50 fois, et lors de la seconde raka ’at, Fâtihah al-
Kitâb (I) et al-’Adiyât (C) 50 fois, et lors de la troisième raka ’at,
Fâtihah al-Kitâb (I) et Le Tremblement de Terre (XCIX) 50 fois, et
lors de la quatrième raka ’at, Fâtihah al-Kitâb (I) et Le Secours (CX)
50 fois, cette sourate étant la dernière révélée. Quand il finit cette
prière, qu’il invoque [Dieu] et qu’il dise :

Ilâhî wa sayyidî man tahayya’a, aw ta'abba’a, aw a'adda, aw asta


adda li-wifâdati makhlûqinn,

Mon Dieu et mon Maître, comme celui qui s’est préparé,


s’est disposé, s’est apprêté et a pris ses dispositions pour
rendre visite à une créature,

rajâ’a rifdihi wa fawâ’idihi wa nâ’ilihi wa fawâdilihi wa jawâ’izihi,

dans l’espoir [de recevoir] ses cadeaux, ses dons, ses


faveurs, ses récompenses,

fa-ilayka, yâ ilâhî, kânat tahî’-atî wa ta'bi'atî wa i'dâdî wasti ‘dâdî,

c’est pour Toi, ô mon Dieu, que je me suis préparé, dis-


posé, apprêté et ai pris mes dispositions

rajâ’a fawâ’idika wa ma'rûfika wa nâ’ilika wa jawâ’izika, falâ


tukhayyibnî min dhâlika,
108/2106
dans l’espoir [de recevoir] Tes Dons, Tes Bienfaits, Tes
Faveurs et Tes Récompenses, alors, ne me déçois pas en
cela,

yâ man lâ takhîbu ‘alayhi mas’alatu as-sâ'ili wa lâ tanqusuhu


‘atiyyatu nâ’ilinn.

ô Celui qui ne faillit pas à la demande de celui qui de-


mande, et que le don [à celui qui reçoit de Lui] ne diminue
pas [ce qu’il y a chez Lui] !

Fa-innî lam âtika bi-‘amalinn sâlihinn qaddamtuhu, wa lâ


shafâ'ati makhlûqinn rajawtuhu ataqarrabu ilayka bi-sha-fa'atihi,

En effet, je ne viens pas à Toi avec une bonne action à


présenter, ni avec l’intercession d’une créature que j’aurais
suppliée pour m'approcher de Toi avec son intercession,

illâ Muhammadann wa ahla baytihi salawâtuka ‘alayhi wa


‘alayhim,

- sauf celle de Mohammed et celle des membres de sa


maison (que Tes prières soient sur lui et sur eux) -,

ataytuka arjû ‘azhîma ‘afwika al-ladhî ‘udta bihi ‘alâ-l-khattâ’îna


‘inda ‘ukûfihim ‘alâ-l-mahârim.

mais je viens à Toi, implorant Ton Pardon immense avec


lequel Tu reviens auprès des fautifs lorsqu’ils persistent
dans l’interdit.

Fa-lam yamna'ka ' tûlu ‘ukûfihim ‘alâ-l-mahârimi an judta


‘alayhim bi-l-maghfirati,
109/2106
La persévérance de leur assiduité dans l’interdit ne T’a
pas empêché de prodiguer Ton Pardon,

wa anta sayyidî al-‘awwâdu bi-n-na‘mâ’i, wa anâ al-‘awwâdu bi-l-


khatâ’i.

et Toi, Tu es mon Maître, Celui qui revient sans cesse


avec des bienfaits alors que je suis celui qui revient (sans
cesse) avec des péchés.

As'aluka, bi-haqqi Muhammadinn wa âlihi-t-tâhirîna, an taghfira


lî dhanbiya-l-‘azhîma,

je Te demande, par le droit de Mohammed et des


membres purs de sa famille, de me pardonner mon péché
grandiose,

fa-innahu lâ yaghfiru-l-‘azhîma illâ-l-‘azhîmu, yâ ‘azhîmu, yâ


‘azhîmu, yâ ‘azhîmu, yâ ‘azhîmu, yâ ‘azhîmu, yâ ‘azhîmu, yâ ‘azhîmu.

car ne pardonne le grandiose que le Grandiose, ô Gran-


diose, ô Grandiose, ô Grandiose, ô Grandiose, ô Grandiose,
ô Grandiose, ô Grandiose !

Je dis : Sayyed Ibn Tâ’ûs (que Dieu lui fasse miséricorde) a rap-
porté dans son livre Jamâl al-Usbû' pour chaque lmam(p) une
prière particulière ainsi qu’une invocation. Il nous faut les évoquer
ici :
110/2106
*♦La prière de Hassan(p) et son invocation :

La prière de notre Maître al- Hassan(p), le jour du vendredi est de


quatre raka’ats. Pour chaque raka ’at, [réciter] al-Hamd (I) 1 fois et
Le Culte Pur (CXII) 25 fois.
Et son invocation est :

Allâhumma, innî ataqarrabu ilayka bi-jûdîka wa karamika,

Mon Dieu, je me rapproche de Toi, par la [grâce] de Ta


Largesse et de Ta Noblesse,

wa ataqarrabu ilayka bi-Muhammadînn ‘abdîka wa rasûlîka,

je me rapproche de Toi, par/avec Mohammed, Ton ser-


viteur et Ton Messager,

wa ataqarrabu ilayka bi-malâ’-ikatika al-muqarrabîna wa an-


biyâ’ika wa rusulika,

je me rapproche de Toi, par/ avec Tes Anges proches,


Tes Prophètes et Tes Messagers,

an tusalliya ‘alâ Muhammadinn ‘abdîka wa rasûlîka wa ‘alâ âli


Muhammadinn,

[Te demandant] de prier sur Mohammed, Ton Serviteur


et Ton Messager, et sur la famille de Mohammed,

wa an tuqîlanî ‘athratî wa tastura ‘alayya dhunûbî wa taghfirahâ


lî, wa taqdiya lî hawâ’ijî,
111/2106
et d’absoudre mes péchés, de couvrir mes péchés, de me
les pardonner, de satisfaire mes besoins,

wa lâ tu‘adhdhibanî bi-qabîhinn kâna minnî, fa-inna ‘afwaka wa


jûdaka yasa‘nî, innaka ‘alâ kulli shay’inn qadîrunn.

et de ne pas me châtier pour une vilaine [action] de ma


part, car Ton Pardon et Ta Largesse m’englobent, Tu es
Puissant sur toute chose !

*♦La prière de Hussein(p) et son invocation :

Qui est de quatre raka’ats. Lire, pour chaque raka’at, al-Fâtihah (I)
et Le Culte Pur (CXII) 50 fois. A chaque inclination, réciter al-Fâti-
hah (I) 10 fois et Le Culte Pur (CXII) 10 fois. De même, au moment
de se redresser de l’inclination. Il en est de même pour chaque
prosternation et entre les deux prosternations.
A la fin, invoquer [Dieu] de cette invocation : l’invocation de
[l’imam] Hussein(p).

Allâhumma, anta al-ladhî astajabta li-Adama wa Hawwâ’a idh


qâlâ :

Mon Dieu, c’est Toi qui as exaucé Adam et Eve lorsqu’ils


ont dit :

Rabbanâ zhalamnâ anfusanâ, wa in lam taghfir lanâ wa


tarhamnâ, la-nakûnanna mina-l-khâsirîna.

« Notre Seigneur ! Nous nous sommes lésés nous-


mêmes. Si Tu ne nous pardonnes pas et si Tu ne nous fais
pas miséricorde, nous serons au nombre des perdants. »
112/2106
Wa nâdâka Nûhunn fa-stajabta lahu, wa najjaytahu wa ahlahu
mina-l-karbi al-‘azhîmi.

Nouh [Noé] T’a appelé et Tu l'as exaucé, Tu l’as sauvé


ainsi que sa famille de l’affliction grandiose.

Wa atfa’ata nâra numrûda ‘an khalîlika Ibrâhîma, fa-ja‘altahâ


bardann wa salâmann.

Tu as éteint, pour Ton Ami intime Ibrahim [Abraham],


le feu de Nemrod que Tu as rendu frais et salutaire pour
lui.

Wa anta al-ladhî astajabta li-Ayyûba idh nâdâ : Massaniya ad-


durru wa anta arhamu ar-râhimîna.

Et c’est Toi qui as répondu à Ayoub[Job] quand il a ap-


pelé: « Le mal m’a touché et Tu es le plus Miséricordieux
des miséricordieux. »

Fa-kashafta mâ bihi min durrinn wa âtaytahu ahlahu wa mith-


lahum ma‘ahum, rahmatann min ‘indaka wa dhikrâ li-ûliya-l-albâbi.

Tu as écarté de lui le mal, Tu lui as rétabli sa famille que


Tu as rendue deux fois plus nombreuse, d’une Miséricorde
de Ta Part et comme un rappel pour ceux qui sont doués
d’intelligence.

Wa anta al-ladhî astajabta lidhî-n-nûni hîna nâdâka fî-zh-


zhulumâti :

C’est Toi qui as exaucé l’homme à la baleine [Jonas]


quand il T’a imploré dans les ténèbres :
113/2106
An lâ ilâha illâ anta, subhânaka innî kuntu mina-zh-zhâlimîna.
Fa-najjaytahu mina-l-ghammi,

« En vérité, il n’y a de Dieu que Toi, Gloire à Toi, j’étais


au nombre des injustes. » Tu l’as alors sauvé de l’affliction.

Anta al-ladhî astajabta li-Mûsâ wa Hârûna da‘watahumâ hina


qulta :

C’est toi qui as exaucé la demande de Moussa[moïse] et


Haroun lorsque Tu as dit :

« Qad ujîbat da‘watukumâ fa-staqîmâ. » Wa aghraqta fir'awna wa


qawmahu.

« Votre prière est exaucée. Marchez droit vous deux ! »


Et Tu as englouti Pharaon et son peuple.

Wa ghafarta li-Dâwuda dhanbahu, wa tubta ‘alayhi, rahmatann


minka wa dhikrâ.

Tu as pardonné à Daoud [David] son péché et Tu es


revenu à lui par Miséricorde de Ta Part et comme un
rappel.

Wa fadayta Ismâ‘îla bi-dhibhinn ‘azhîminn ba'da mâ aslama wa


tallahu li-l-jabîna, fa-nadaytahu bi-l-faraji wa ar-rawhi.

Et Tu as racheté Ismâ’îl par un sacrifice grandiose après


qu’il [Ibrahim] se fut soumis et qu’il l’eut renversé sur le
front. Tu l'as alors appelé pour le soulagement et le repos.

Wa anta al-ladhî nâdâka Zakariyyâ nidâ’ann khafiyyann


114/2106
Et c’est Toi que Zacharie invoqua d’une invocation
secrète.

fa-qâla : Rabbi, innî wahana-l-‘azhmu minnî, wa-shta‘ala-r-ra’su


shaybann, wa lam akun bi-du‘â’ika rabbi shaqiyyann.

Il dit : « Mon Seigneur ! Mes os se sont affaiblis, ma tête


a blanchi, et je n’ai jamais été malheureux, mon Seigneur,
en T’invoquant. »

Wa qulta : Yad‘ûnanâ raghabann wa rahabann wa kânû lanâ


khâshi'îna.

Et Tu as dit : « Ils nous invoquaient avec désir et crainte,


ils étaient humbles devant nous. »

Wa anta al-ladhî astajabta li-lladhîna âmanû wa ‘amilû-s-sâlihâti,


li-tazîdahum min fadlika.

Et c'est Toi qui as exaucé ceux qui ont cru et ont fait de
bonnes actions pour augmenter Tes Faveurs à leur égard.

Falâ taj‘alnî min ahwani-d-dâ'îna laka wa-r-râghibîna ilayka, wa-


stajib lî kamâ astajabta lahum, bi-haqqihim ‘alayka.

Alors ne me place pas parmi les plus avilis de ceux qui


T'invoquent et Te désirent, et exauce-moi comme Tu les as
exaucés !

Fa-tahhirnî bi-tat’hîrika wa taqabbal salâtî wa du'â’î bi-qubûlinn


hasaninn, wa tayyib baqiyyata hayâtî wa tayyib wafatî,
115/2106
Par leur droit sur Toi, purifie moi par Ta Purification et
fais un bon accueil à ma prière et à mon invocation, rends
bon le restant de ma vie et rends bonne ma mort,

wa-khlufnî fîman akhlufu, wa-hfazhnî yâ rabbi bi-du‘â’î,

fais-moi succéder par quelqu'un que je rendrai mon


successeur, protège-moi, ô Seigneur, par mon invocation,

wa-j‘al dhurriyyatî dhurriyyatann tayyibatann, tahûtuhâ bi-


hiyâtatika bi-kulli mâ hutta bihi, dhurriyyata ahadinn min awliyâ’ika
wa ahli tâ‘atika,

rends bonne ma descendance en l'entourant de Ton En-


tourage par tout ce dont Tu as entouré la descendance de
quiconque de Tes Proches-Elus et de ceux qui T’obéissent,

bi-rahmatika yâ arhama ar-râhimîna.

par Ta Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des mi-


séricordieux !

Yâ man huwa ‘alâ kulli shay’-inn raqîbunn, wa li-kulli dâ‘inn min


khalqika mujîbunn, wa min kulli sâ’ilinn qarîbunn,

Ô Celui qui observe toute chose, qui répond à chacune


de Ses Créatures qui L’invoque, qui est proche de qui-
conque demande,

as’aluka, yâ lâ ilâha illâ anta, al-hayyu al-qayyûmu al-ahadu as-


samadu,

je Te demande, ô Celui, point de Dieu autre que Toi, le


Vivant, le Sustentateur, l’Unique, l’impénétrable,
116/2106

al-ladhî lam yalid wa lam yûlad, wa lam yakun lahu kufûann


ahadunn,

qui n’engendre pas, qui n’est pas engendré, et qui n’a


pas d’égal,

wa bi-kulli-sminn rafa'ta bihi samâ’aka wa farashta bihi ardaka,


wa arsayta bihi al-jibâli wa ajrayta bihi al-mâ’a,

par tout Nom avec lequel Tu as élevé Ton ciel, déployé Ta


terre, Tu as enfoncé les montagnes, fait couler l’eau,

wa sakhkharta bihi as-sahâba wa-sh-shamsa wa-l-qamara wa-n-


nujûma wa-l-layla wa-n-nahâra, wa khalaqta al- khalâ’iqa kullahâ,

contraint les nuages, le soleil, la lune, les étoiles, la nuit


et le jour, et as créé toutes les créatures,

as’aluka, bi-‘azhamati wajhika al-'azhîmi,

je Te demande, par la Grandeur de Ta Face grandiose,

al-ladhî ashraqat lahu assamâwâtu wa-l-ardu, fa-adâ’at bilii azh-


zhulumâtu,

pour laquelle les cieux et la terre rayonnèrent, les


ténèbres en alors furent illuminées,

illâ sallayta ‘alâMuhammadinn wa âli Muhammadinn, wa ka-


faytanî amra ma'âshî wa ma'âdî,

de prier sur Mohammed et la famille de Mohammed, et


de suffire à l’ordre de ma vie et de ma mort,
117/2106

wa aslahta lî sha’niya kullahu, Wa'lam takilnî ilâ nafsî tarfata


ayninn,

de rendre bon pour moi, mon affaire en entier, de ne Pas


me laisser à moi-même le temps d’un clin d’oeil,

wa aslahta amrî wa amra ‘iyâlî, wa kafaytanî hammahum,

de rendre bon mon ordre et celui de ma famille, de me


préserver de leur souci,

wa aghnaytanî wa iyyâhum min kanzika wa khazâ’inika, wa sa‘ati


fadlika al-ladhî lâ yanfadu abadann,

de m’enrichir, moi-même et eux, de Tes Trésors, de Tes


Réserves, et de la largesse de Tes Faveurs qui ne s’épuisent
jamais,

wa athbit fi qalbî yanâbî‘a-l-hikmati, al-latî tanfa‘unî bihâ wa tan-


fa‘u bihâ mani-rtadayta min ‘ibâdika,

d’affermir dans mon coeur les sources de la sagesse, qui


me soient profitables ainsi qu’à ceux de Tes Serviteurs dont
Tu es Satisfait,

wa-j‘al lî mina-l-muttaqîna fi âkhiri-z-zamâni imâmann, kamâ


ja‘alta Ibrâhîma al-khalîla imâmann.

de placer pour moi un Imam de parmi les pieux, à la fin


des temps, comme Tu as fait d’Ibrahim l’Ami Intime, un
Imam.
118/2106
Fa-inna bi-tawfiqika yafûzu al-fâ’izûna, wa yatûbu at-tâ’ibûna wa
ya'buduka al-‘âbidûna,

Car c’est par Ta Réussite que les victorieux l’emportent,


que les repentants se repentent et que les serviteurs
T’adorent,

wa bi-tasdîdika yasluhu as-sâlihûna al-muhsinûna, al-mukh-


bitûna al-‘âbidûna laka al-khâ’ifûna minka,

et par Ton Guidage que s’améliorent les vertueux, les bi-


enfaiteurs, les humbles, ceux qui T’adorent, qui Te
craignent,

wa bi-irshâdika najâ an-nâjûna min nârika, wa ashfaqa minhâ al-


mushfiqûna min khalqika,

et c’est par Tes Conseils que sont sauvés de Ton Feu ceux
qui sont sauvés, et qu’en ont peur celles de Tes créatures
qui ont peur,

wa bi-khudhlânika, khasira-l-mubtilûna, wa halaka azh-


zhâlimûna wa ghafala al-ghâfilûna.

et c’est par Ta Défection que ceux qui annihilent ont


perdu, que les despotes sont menés à leur perte et que les
insouciants sont insouciants.

Allâhumma, âti nafsî taqwâhâ, fa-anta waliyyuhâ wa mawlâhâ, wa


anta khayru man zakkâhâ.

Mon Dieu, donne à mon âme sa piété, car Tu es son


Tuteur et son Maître, et Tu es le Meilleur de celui qui la
purifie !
119/2106
Allâhumma, bayyin lahâ hudâhâ wa alhimhâ taqwâhâ, wa
bashshirhâ bi-rahmatika hîna tatawaffâhâ,

Mon Dieu, mets en évidence pour elle sa bonne


guidance, inspire-lui sa piété, annonce-lui la bonne nou-
velle de Ta Miséricorde au moment de sa mort,

wa nazzilhâ mina-l-jinâni ‘ulyâhâ, wa tayyib wafâtahâ wa


mahyâha,

fais-lui atteindre les jardins les plus élevés, rends


bonnes sa mort et sa vie,

wa akrim munqalabahâ wa mathwâhâ, wa mustaqarrahâ wa ma'


wâhâ, fa-anta waliyyuhâ wa mawlâhâ.

honore son retournement et sa demeure, sa résidence et


son habitation, car Tu es Son Tuteur et Son Maître.

*♦La prière de l’imam Zein al- ‘Abidine(p) et son invocation:

Qui est de quatre raka’ats et pour chaque raka'at, réciter al-Fâtihah


(I) et Le Culte Pur (CXII) 100 fois.
Et voici son invocation :

Yâ man azh'hara al-jamîla wa satara al-qabîha, yâ man lam


yu’âkhidh bi-l-jarîrati, wa lam yahtiki-s-sitra,

Ô Celui qui a fait apparaître le beau et dissimule le laid,


ô Celui qui ne tient pas compte du péché et qui ne déchire
pas le voile,

yâ ‘azhîma al-‘afwi, yâ hasana at-tajâuzi, yâ wâsi‘a-l-maghfirati,


120/2106

ô Celui au Pardon grandiose, ô Celui à la bonne Clé-


mence, ô Celui au Pardon étendu,

yâ bâsita-l-yadayni bi-r-rahmati, yâ sâhiba kulla najwâ, yâ mun-


tahâ kulla shakwâ,

ô Celui qui étend Ses Mains par Miséricorde, ô Celui qui


détient tout conciliabule, ô Aboutissement de toute plainte,

yâ karîma-s-safhi, yâ ‘azhîma- r-rajâ’i, yâ mubtadi’ann bi-n-ni‘ami


qabla-stihqâqihâ, yâ rabbanâ, wa sayyidanâ, wa mawlânâ, yâ ghâyata
ragh- batinâ,

ô Celui au Pardon Généreux, ô Espoir grandiose, ô Celui


qui commence par les bienfaits avant qu’ils ne soient
mérités, ô notre Seigneur, ô notre Suzerain, ô notre Maître,
ô But de notre désir,

as’aluka, Allâhumma, an tusalliya ‘alâ Muhammadinn wa âli


Muhammadinn.

je Te demande, mon Dieu, de prier sur Mohammed et


sur la famille de Mohammed !

*♦La prière d’al-Bâqer(p) et son invocation :

Elle est de deux raka'ats et pour chaque raka 'al, réciter al-Hamd (I)
fois et 100 fois :

Subhâna-llâhi wa-l-hamdu li-llâhi, wa lâ ilâha illâ-llâhu wa Allâhu


akbaru !
121/2106
Gloire à Dieu, Louange à Dieu, point de Divinité autre
que Dieu, Dieu est plus Grand !

Et son invocation est :

Allâhumma, innî as'aluka, yâ halîmu, dhâ anâtinn, ghafûrunn,


wadûdunn,

Mon Dieu, je Te demande, ô plein de Mansuétude,


Détenteur de la Patience, Celui qui pardonne beaucoup,
plein d’affection,

an tatajâwaza ‘an sayyi’âtî wa mâ ‘indî bi-husni mâ 'indaka,

d’outrepasser mes mauvaises actions et ce qu’il y a chez


de moi, par le Bien qui est auprès de Toi,

wa an tu'tiyanî min ‘atâ’ika mâ yasa'unî, wa tulhimanî fimâ


a'taytanî al-‘amala fîhi bitâ'atika wa tâ'ati rasûlika,

de me donner de Tes Dons ce qui me convient et de me


suggérer, dans ce que Tu m'as donné, d’agir en T’obéissant
ainsi qu’à Ton Messager,

wa an tu'tiyanî min ‘afwika mâ astawjibu bihi karâmataka.

de me donner de Ton Pardon ce qui me fera obtenir Ta


Noblesse !

Allâhumma, a‘tinî mâ anta shluhu, wa lâ taf ‘ala bî mâ anâ


ahluhu, fa-innamâ anâ bika, wa lam usib khayrann qattu illâ minka.
122/2106
mon Dieu, donne-moi selon ce dont Tu es Digne, et
n’agis pas avec moi selon ce que je mérite, car je suis en
Toi, et aucun bien ne m’arrive qui ne soit de Toi.

Yâ absara al-absarîna, wa yâ asma‘a as-sâmi‘îna, wa yâ ahkama


al-hâkimîna,

Ô le plus Clairvoyant des clairvoyants, ô Celui qui entend


le plus de ceux qui entendent, ô le meilleur des juges,

wa yâ jâra-l-mustajîrîna, wa yâ mujîba da‘wati-l-mudtarrîna,

ô Voisin de ceux qui cherchent refuge, ô Celui qui exauce


l’invocation des nécessiteux,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn.

prie sur Mohammed et la famille de Mohammed !

*♦La prière d’as-Sâdeq(p) et son invocation :

Elle est de deux raka’ats. [Lire] pour chaque raka'at, al-Fâtihah (I)
et le verset 18 de la sourate La Famille de ‘Imrân (III) {Shahida
Allah ... } (Dieu témoigne et avec Lui, les anges et ceux qui sont
doués d’intelligence : Il n’y a de Dieu que Lui, Lui qui maintient la
Justice. Il n’y a de Dieu que Lui, le Puissant, le Sage.).
Et son invocation est :

Yâ sâni‘a kulli masnû'inn, yâ jâbira kulli kasîrinn, wa yâ hâdira


kulli malâ’inn, wa yâ shâhida kulli najwâ,
123/2106
Ô Fabricateur de tout ce qui est fabriqué, ô Celui qui
panse toute fracture, ô Celui qui est présent dans tout
groupe, ô Témoin de tout conciliabule,

wa yâ ‘âlima kulli khafiyyatinn, wa yâ shâhidann ghayra


ghâ’ibinn, wa ghâlibann ghayra maghlûbinn, wa yâ qarîbann ghayra
ba'îdinn,

ô Celui qui connaît tout ce qui est caché, ô Présent non


pas absent, ô Victorieux non pas vaincu, ô Proche non pas
loin,

wa yâ mu’nisa kulli wahîdinn, wa yâ hayyunn muhyî-l-mawtâ wa


mumîta-l-ahyâ’i,

ô Compagnie de tout esseulé, ô Vivant qui donne la vie


au mort et qui fait mourir le vivant,

al-qâ’imu ‘alâ kulli nafsinn bimâ kasabat, wa yâ hayyann hîna lâ


hayya, lâ ilâha illâ anta,

ô Celui qui se dresse sur toute âme en fonction de ce


qu’elle a acquis, ô Vivant alors qu’il n’y avait pas de vivant,
il n’y a de Dieu que Toi,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn.

prie sur Mohammed et la famille de Mohammed !

*♦La prière d’al-Kâzhem(p) et son invocation :

Elle est de deux raka ’ats et réciter, pour chaque raka'al, al-Hamd
(I) 1 fois et Le Culte Pur (CXII) 12 fois.
124/2106
Et son invocation est :

Ilâhî khasha‘ati-l-aswâtu laka, wa dallati-l-ahlâmu fîka,

Dieu, les voix se baissent devant Toi, les rêves disparais-


sent en Toi,

wa wajila kullu shay’inn minka, wa haraba kullu shay'inn ilayka,


wa dâqati-l-ashyâ’u dûnaka, wa mala’a kulla shay’inn nûruka,

toute chose Te craint, toute chose s'enfuit vers Toi, les


choses deviennent étroites sans Toi, Ta Lumière a rempli
toute chose,

fa-anta ar-rafî‘u fî jalâlika, wa anta al-bahiyyu fî jamâlika, wa anta


al-‘azhîmu fî qudratika, wa anta al-ladhî lâ ya’ûduka shay’unn.

car Tu es l’Elevé dans Ta Majesté, Tu es la Splendeur


dans Ta Beauté, Tu es le Grandiose dans Ta Puissance, Tu
es Celui que rien ne fatigue !

Yâ munzila ni'matî, yâ mufarrija kurbatî, wa yâ qâdiya hâjatî,

Ô Celui qui fait descendre mes bienfaits, ô Celui qui


soulage mon affliction, ô Celui qui satisfait mon besoin,

a‘tinî mas’alatî bi-lâ ilâha illâ anta.

donne-moi ce que je Te demande par [la grâce de ce qu’]


il n’y a de Dieu que Toi !

Amantu bika, mukhlisann laka dînî, asbahtu ‘alâ ‘ahdika wa


wa'dika mâ-stata‘tu.
125/2106
J’ai cru en Toi en Te rendant un culte sincère, je me suis
saisi de Ton Engagement et de Ta Promesse en fonction de
ce que je peux,

abû’u laka bi-n-ni‘mati, wa astaghfiruka mina-dh-dhunûbi al-latî


lâ yaghfiruhâ ghayruka.

je reconnais que les Bienfaits Te reviennent, et je Te de-


mande pardon pour les péchés que personne, autre que
Toi, ne pardonne !

Yâ man huwa fi ‘uluwwihi dâninn, wafi dunuwwihi ‘âlinn, wa fi


ishrâqihi munîrunn, wa fi sultânihi qawiyyunn,

Ô Celui qui dans Son Elévation est Proche, qui dans Sa


Proximité est Elevé, qui dans Son Rayonnement est Lu-
mineux et qui dans Son Pouvoir est Fort,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi.

prie sur Mohammed et sur sa famille !

*♦La prière d’ar-Ridâ(p) et son invocation :

Elle est de six raka ’ats et lire, pour chaque raka’at, al-Fâtiha (I) 1
fois et la sourate L’Homme (LXXVI) 10 fois. {Hal Atâ ‘alâ-l-In-
sâni...}. Et son invocation est :

Yâ sâhibî fi shiddatî, wa yâ waliyyî fi ni‘matî,

Ô mon Compagnon dans mon adversité, ô mon Maître


dans mes bienfaits,
126/2106
wa yâ ilâhî wa ilâha Ibrâhîma wa lsmâ‘îla wa Is’hâqa wa ya'qûba,
yâ rabba ka-haya-‘ayn-sad wa yâ-sîn wa-l-qurâni-l-hakîmi,

ô mon Dieu et le Dieu d’Ibrahim, d’Ismâ’îl, d’Isaac et de


Ya'coub, ô Seigneur de Ka-Ha-Yâ-’Ayn-Sad, de Ya-Sîn et du
sage Coran,

as’aluka, yâ ahsana man su’ila, wa yâ khayra man du‘iya, wa yâ


ajwada man a‘tâ, wa yâ khayra murtajâ,

je Te demande, ô le Meilleur de ceux qui sont sollicités, ô


le Meilleur de ceux qui sont invoqués, ô le plus Généreux de
ceux qui donnent, ô le Meilleur de ceux qui sont espérés,

as'aluka an tusalliya ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn.

je Te demande de prier sur Mohammed et sur la famille


de Mohammed !

*♦La prière d’al-Jawâd(p) et son invocation :

Elle est de deux raka'ats et lire, pour chaque raka 'at, al-Fâtihah (I)
1 fois et Le Culte Pur (CXII) 70 fois. Et son invocation est :

Allâhumma, rabba-l-arwâhi al-fâniyati wa-l-ajsâdi al-bâliyati,

Mon Dieu, Seigneur des âmes éphémères et des corps


périmés,

as’aluka bi-tâ‘ati-l-arwâhi ar-râji‘ati ilâ ajsâdihâ, wa bi-tâ‘ati-l-


ajsâdi al-multathimati bi-‘urûqihâ,
127/2106
je Te demande, par la grâce de l'obéissance des âmes re-
venant à leurs corps, par la grâce de l'obéissance des corps
s'harmonisant à leurs veines,

wa bi-kalimatika an-nâfidhati baynahum, wa akhdhika al-haqqa


minhum wa-l-khalâ’iqu bayna yadayka,

par [la grâce de] Ta Parole effective parmi eux, par Ta


Prise du droit d’eux, alors que les créatures se trouvent
devant Toi,

yantazhirûna fasla qadâ’ika, wa yarjûna rahmataka wa yakhâfûna


‘iqâbaka,

attendant le jugement de Ton Décret, ayant espoir en Ta


Miséricorde, craignant Ton Châtiment,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn,

de prier sur Mohammed et sur la famille de Mohammed,

wa-j‘al an-nûra fi basarî, wa-l-yaqîna fi qalbî, wa dhikraka bi-l-


layli wa-n-nahâri ‘alâ lisânî, wa ‘amalann sâlihann fa-rzuqnî.

et de placer la lumière dans mon regard, la certitude


dans mon coeur, le rappel de Toi sur ma langue, nuit et
jour, et d'une bonne action, alors pourvois-moi !

*♦La prière d'al-Hâdi(p) et son invocation :

Elle est de deux raka ’ats. Lire, lors de la première raka'at, al-Fâti-
hah (I) et la sourate Yâ Sîn (XXXVI) et lors de la seconde al-Hamd
(I) et la sourate Le Miséricordieux (LV).
128/2106
Et son invocation est :

Yâ bârru yâ wasûlu, yâ shâhida kulli ghâ’ibinn, wa yâ qarîbu


ghayra ba'îdinn, wa yâ ghâlibunn ghayra maghlûbunn,

Ô Bienfaisant, ô Généreux, ô Témoin de tout absent, ô


Proche non pas loin, ô Victorieux non pas vaincu,

wa yâ man lâ ya'lamu kayfa huwa illâ huwa, yâ man lâ tublaghu


qudratuhu,

ô Celui qui Seul sait comment Il est, ô Celui dont la Puis-


sance n’est pas atteinte,

as’aluka, Allâhumma, bi-smika al-maknûni al-mahzûni al-mak-


tûmi ‘amman shi’ta,

je Te demande, par [la grâce de] Ton Nom caché, enfer-


mé, dissimulé à qui Tu veux,

at-tâhiri, al-mutahhari, al-muqaddasi, an-nûri at-tâmi, al-hayyi,


al-qayyûmi, al-‘azhîmi,

le Pur, le Purificateur, le Sanctifiant, la Lumière com-


plète, le Vivant, le Sustentateur, le Grandiose,

nûri-s-samâwâti wa nûri-l-aradîna, ‘âlimi al-ghaybi wa ash-


shahâdati, al-kabîri al-muta‘âli al-‘azhîmi,

la Lumière des cieux et la Lumière des terres, le Monde


du caché et de l’apparent, le Très-Grand, le Très-Elevé, le
grandiose,

salli -alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn.


129/2106

de prier sur Mohammed et la famille de Mohammed !

*♦La prière d’al-Hassan al-Askarî(p) et son invocation :

Elle est de quatre raka’ats. [Réciter], lors des deux premières


raka'ats, al-Hamd (I) 1 fois et la sourate Le Tremblement de terre
(XCIX) 15 fois, et lors des deux dernières raka ’ats, à chaque raka’at,
al-Hamd (I) 1 fois et Le Culte Pur (CXI1) 15 fois.
Et son invocation est :

Allâhumma, innî as’aluka, bi-anna laka al-hamda, lâ ilâha illâ


anta, al-badî’u qabla kulli shay’inn,

Mon Dieu, je Te demande, en tant que la Louange est


pour Toi, point de divinité autre que Toi, le Commence-
ment avant toute chose,

wa anta al-hayyu, al-qayyûmu, wa lâ ilâha illâ anta al-ladhî lâ


yudhilluka shay’unn,

et en tant que Tu es le Vivant, le Sustentateur, et point


de divinité autre que Toi, que rien n'avilit,

wa anta kulla yawminn fî sha’ninn, lâ ilâha illâ anta khâliqu mâ


yurâ wa mâ lâ yurâ, al-‘âlimu bi-kulli shay’inn bi-ghayri ta ‘lîminn,

et en tant que Tu es chaque jour dans une affaire, point


de divinité autre que Toi, le Créateur de ce que l’on voit et
de ce que l’on ne voit pas, le Savant de toute chose sans
apprentissage,
130/2106
as'aluka, bi-âlâ'ika wa na'mâ’ika bi-annaka Allâhu ar-rabbu al-
wâhidu lâ ilâha illâ anta, ar-rahmânu ar-rahîmu,

je Te demande par la grâce de Tes Dons et de Tes Bien-


faits, en tant que Tu es Dieu, le Seigneur, l'Unique, point de
divinité autre que Toi, le Tout-Miséricordieux, le Très-
Miséricordieux,

wa as’aluka bi-annaka anta Allâhu lâ ilâha illâ anta, al-witru al-


fardu, al-ahadu as-samadu,

je Te demande, en tant que Tu es Dieu, point de divinité


autre que Toi, l’impair, le Singulier, l’Un, l'impénétrable

al-ladhî lam yalid wa lam yûlad, wa lam yakun lahu kufu’ann


ahadunn,

qui n’engendre pas, qui n’est pas engendré et qui n’a pas
d’égal,

wa as’aluka, bi-annaka Allâhu, lâ ilâha illâ anta, al-latîfu, al-


khabîru,

je Te demande, en tant que Tu es Dieu, point de divinité


autre que Toi, le Subtil, le Très-Informé,

al-qâ’imu ‘alâ kulli nafsinn bimâ kasabat, ar-raqîbu al-hafîzhu

Celui qui se dresse sur toute âme selon ce qu’elle a ac-


quis, l’Observateur, le Protecteur,

wa as’aluka, bi-annaka Allâhu, al-awwalu qabla kulli shay’inn, wa-


l-âkhiru ba‘da kulli shay’inn,
131/2106
je Te demande en tant que Tu es Dieu, le Premier avant
toute chose, et le Dernier après toute chose,

wa-l-bâtinu dûna kulli shay’inn, ad-dârru an-nâft‘u al-hakîmu


al-‘alîmu,

le Profond hors de toute chose, le Nuisible et le Profit-


able, le Très-Sage, le Très-Savant,

wa as’aluka, bi-annaka anta Allâhu lâ ilâha illâ anta,

je Te demande, en tant que Tu es Dieu, point de divinité


autre que Toi,

al-hayyu al-qayyûmu al-bâ‘ithu al-wârithu, al-hannânu, al-man-


nânu, badî‘u-s-samâwâti wa-l-ardi,

le Vivant, le Sustentateur, le Promoteur, l’Héritier, le


Tendre, le Donateur, le Créateur des cieux et de la terre,

dhû-l-jalâli wa-l-ikrâmi, wa dhû-t-tawli, wa dhû-l-'izzati, wa dhû-


s-sultâni,

plein de Majesté et de Noblesse, plein de Puissance,


plein de Dignité, plein de Pouvoir,

lâ ilâha illâ anta, ahatta bi-kulli shay’inn ‘ilmann, wa ahsayta kulla


shay’inn ‘adadann,

point de Dieu autre que Toi en tant que Tu as englobé


toute chose de Ton Savoir et que Tu as dénombré toute
chose,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn.


132/2106

de prier sur Mohammed et sur la famille de Mohammed.

*♦La prière de l’imam al- Hujjah, al-Qâ’im(qa), et son invocation :

Elle est de deux raka'ats. Lire, pour chaque raka'at, al-Hamd (I). En
arrivant au verset 5 ({Iyyâka na'budu wa iyyâka nasta'în} {C’est
Toi que nous adorons et c’est de Toi que nous implorons le secours}),
le répéter 100 fois puis achever la récitation de la sourate. Après
elle, réciter la sourate Le Culte Pur (CXII) 1 fois. Puis invoquer suite
[à la prière] et dire :

Allâhumma, ‘azhuma-l-balâ’u wa bariha-l-khafâ’u, wa-nkashafa


al-ghitâ’u, wa dâqati-l-ardu bimâ wasi‘ati-s-samâ’u,

Mon Dieu, les épreuves sont devenues immenses et ce


qui était caché (aux regards) ne l’est plus, le couvercle a été
soulevé, la terre est devenue étroite de ce que le Ciel
contient.

wa ilayka yâ rabbi-l-mushtakâ, wa ‘alayka al-mu‘awwalu fi-sh-


shiddati wa-r-rakhâ’i.

C'est à Toi, ô Seigneur, que l'on se plaint et c'est sur Toi


que l'on s'appuie en temps de gêne et pendant l'aisance.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, al-


ladhîna amartanâ bi-tâ‘atihim,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed auxquels Tu nous as ordonné l'obéissance,
133/2106
wa ‘ajjili, Allâhumma, farajahum bi-qâ’imihim, wa azh’hir
i‘zâzahu.

accélère, mon Dieu, leur soulagement par leur


Sustentateur et fais apparaître son honneur !

Yâ Muhammadu, yâ ‘Aliyyu, yâ ‘Aliyyu, yâ Muhammadu, ikfiyânî


fa-innakumâ kâfiyâya.

Ô Mohammed, ô ‘Alî, ô ‘Alî, ô Mohammed, suffisez-moi


car vous êtes tous les deux ceux qui me suffisent !

Yâ Muhammadu,yâ‘Aliyyu, yâ ‘Aliyyu, yâ Muhammadu, ansurânî


fa-innakumâ nâsirâya.

Ô Mohammed, ô ‘Alî, ô ‘Alî, ô Mohammed, secourez-moi


car vous êtes tous les deux mes sauveurs !

Yâ Muhammadu, yâ ‘Aliyyu, yâ ‘Aliyyu, yâ Muhammadu,


ihfazhânî fa-innakumâ hâfi-zhâya.

Ô Mohammed, ô ‘Alî, ô ‘Alî, ô Mohammed, protégez-moi


car vous êtes tous les deux mes protecteurs !

Yâ mawlâya yâ sâhiba-z-zamâ- ni, yâ mawlâya yâ sâhiba-z-za-


mâni, yâ mawlâya yâ sâhiba-z- zamâni.

Ô mon Maître, ô Détenteur du Temps, ô mon Maître, ô


Détenteur du Temps, ô mon Maître, ô Détenteur du Temps!

Al-ghawtha, al-ghawtha, al-ghawtha.

Au secours ! Au secours ! Au secours !


134/2106
Adriknî, adriknî, adriknî.

Atteins-moi ! Atteins-moi ! Atteins-moi !

Al-amâna, al-amâna, al-amâna.

La Sécurité ! La Sécurité ! La Sécurité !

*♦La prière de Ja’far at-Tayyâr(p) :

Cette prière est un élixir grandiose, de soufre rouge. Elle est rap-
portée, selon une chaîne de transmission considérée à l’extrême,
comme ayant des faveurs grandioses. La plus importante de ses
faveurs, le pardon des péchés grandioses.
Le meilleur moment pour faire cette prière est au cœur du jour
du Vendredi et elle est composée de 4 raka'ats avec deux tashâhhud
et deux taslims. [c’est-à-dire deux fois deux raka ’ats sans bouger ni
parler entre les deux.]
Lire lors de la première raka’at, après al-Hamd (I), la sourate Le
Tremblement de Terre (XCIX), et lors de la seconde, après al-Hamd
(I), la sourate Les Coursiers Rapides(C). A la troisième raka’at, ré-
citer, après al-Hamd (I), la sourate La Victoire (CX) et à la qua-
trième raka’at, après al-Hamd (I), la sourate Le Culte Pur (CXII).
Après avoir fini la lecture [du Coran], pour chaque raka ’at, dire 15
fois, avant l’inclination :

Subhâna-llâhi, wa-l-hamdu li-llâhi, wa lâ ilâha illâ-llâhu, wa-llâhu


akbaru.

Gloire à Dieu, Louange à Dieu, il n'y a de Dieu que Dieu,


Dieu est plus Grand !
135/2106
Durant l’inclination, dire la même chose mais 10 fois. En se
redressant, dire la même chose 10 fois. Lors de la prosternation,
dire de même 10 fois. Au moment de se redresser de la prosterna-
tion, dire la même chose, en étant assis. Faire de même lors de la
seconde prosternation. Avant de se lever pour la seconde raka’at, le
dire également 10 fois, assis. Faire ainsi pour les quatre raka ’ats.
Au total, cela fait 300 glorifications. Al-Kulayni rapporte d’Abî Sa'îd
al-Madà’inî que [l’Imâm] as-Sâdeq(p) a dit : « Je vais t’apprendre
quelque chose à dire pendant la prière de Ja’far(p).» - «Oui» -
«Quand tu as fini les glorifications lors de la seconde prosternation
de la quatrième raka ’at, [dis] :

Subhâna man labisa al-‘izza wa-l-waqâra, Subhâna man ta‘attafa


bi-l-majdi wa takarrama bihi,

Gloire à Celui qui s’est revêtu de la Puissance et de la


Grandeur, Gloire à Celui qui s’est enveloppé de la Majesté
et s’en est montré Généreux,

Subhâna man lâ yanbaghî at-tasbîhu illâ lahu, Subhâna man ahsâ


kulla shay’inn ‘ilmuhu,

Gloire à Celui qui, seul, doit être Glorifié, Gloire à Celui


dont le Savoir dénombre toute chose,

Subhâna dhî-l-manni wa-n-ni‘ami, Subhâna dhî-l-qudrati wa-l-


karami,

Gloire à Celui qui détient la Grâce et les Bienfaits, Gloire


à Celui qui détient la Puissance et la Noblesse !

Allâhumma, innî as’aluka, bima‘âqidi-l-‘izzi min ‘arshika, wa


muntahâ-r-rahmati min kitâbika, wa-smika al-‘azhami, wa
kalimâtika at-tâmmati al-latî tammat sidqann wa ‘adlann,
136/2106

Mon Dieu, je Te demande par les Lieux de la Puissance


de Ton Trône, par l’extrême de la Miséricorde de Ton Livre
et par Ton Nom grandiose, par Tes Mots accomplis qui se
sont accomplis en Vérité et Justice,

salli ‘alâ Muhammadinn wa ahli baytihi wa-fal bî kadhâ wa kadhâ.

de prier sur Mohammed et les gens de sa maison et de


faire de moi cela et cela...
Et fais ta demande à la place des mots «cela et cela». »
-Sheikh et Sayyed rapportent d’al- Mufaddal fils de ‘Omar qui dit
: J’ai vu [l’imâm] as-Sâdeq(q) prier la prière de Ja‘far fils d’Abû
Tâleb(p), lever les mains et invoquer [Dieu] de cette invocation :

Yâ rabbi, yâ rabbi.

Ô Seigneur ! Ô Seigneur !

jusqu'à perdre le souffle, puis :

Yâ rabbâhu, yâ rabbâhu.

Ô mon Seigneur ! O monSeigneur !

jusqu'à perdre le souffle, puis :

Rabbi, rabbi.

Seigneur ! Seigneur !

jusqu’à perdre le souffle, puis :

Yâ Allâhu, yâ Allâhu.
137/2106

Ô Dieu ! Ô Dieu !

jusqu'à perdre le souffle, puis :

Yâ hayyu, yâ hayyu.

Ô Vivant ! Ô Vivant !

jusqu’à perdre le souffle, puis :

Yâ rahîmu, yâ rahîmu.

Ô Très-Miséricordieux ! Ô Irès-Misérieordieux !

jusqu'à perdre le souffle, puis :

ruhmân, yâ rahmân.

Ô tout-Miséricordieux ! Ô tout-Miséricordieux !

7 fois, puis :

Yâ arhamu ar-râhîmîna.

Ô le plus Miséricordieux des miséricordieux !

7 fois, puis dire :

Allâhumma, innî aftatihu-l-qawla bi-hamdika, wa antiqu bi-th-


thannâ’i wa umajjiduka,

Ô Mon Dieu, je commence mes propos par Ta Louange,


je fais Ton Eloge et Te glorifie,
138/2106

Wa lâ ghâyata li-mad’hika, wa uthnî ‘alayka.

et il n’y a pas de fin pour Ton Panégyrique et Ton Eloge !

Wa man yablughu ghâyata thanâ’ika wa amada majdika, wa annâ


li-khalîqatika kunhu ma‘rifati majdika.

Et qui atteint la fin de Tes Eloges et le terme de Ton Apo-


logie ? D’où, pour Tes Créatures, l’Essence de la Connais-
sance de Ta Magnificence ?

Wa ayya zamaninn lam takun mamdûhann bi-fadlika,


mawsûfannbi-majdika, ‘awwâdann ‘alâ-l-mudhnibîna bi-hilmika.

A quelle époque n’as-Tu pas été Loué par Ta Faveur, Qu-


alifié de Ta Gloire, revenant sans cesse auprès des pécheurs
par Ta Mansuétude ?

Takhallafa sukkânu ardika ‘an tâ‘atika, fa-kunta ‘alayhim ‘atûfann


bi-jûdika, jawâdann bi-fadlika ‘awwâdann bi-karamika,

Les habitants de Ta terre ne T’ont pas obéi et Tu as été à


leur égard Plein de Bontés par Ta Générosité, Généreux par
Ta Faveur, retournant à eux par Ta Noblesse,

yâ lâ ilâha illâ anta, al-mannânu dhû-l-jalâli wa-l-ikrâmi !

ô Celui, point de divinité autre que Toi, le Bienfaiteur,


Plein de Majesté et de Noblesse !

Il(p) me dit : « Ô Mufaddal ! Si tu as une demande importante,


fais cette prière et invoque [Dieu] de cette invocation et fais ta de-
mande. Dieu te la satisfera, avec la Volonté de Dieu Très-Elevé. »
139/2106
Je dis à propos de la satisfaction d’un besoin : At-Tûssî rapporte
de l’[Imâm] as-Sâdeq(p) qui dit : « Jeûne mercredi, jeudi et
vendredi. Le jeudi soir, fais l’aumône à 10 nécessiteux [en donnant]
à chacun une quantité [3/4kg] de nourriture. Le vendredi, tu fais la
douche rituelle (les grandes ablutions), tu vas à découvert dans le
désert et tu pries la prière de Ja‘far fils d’Abî Tâleb. Découvre tes
genoux et colle-les au sol et dis :

Yâ man azh’hara-l-jamîla wa satara-l-qabîha, yâ man lam


yu’âkhidh bi-l-jarîrati wa lam yahtiki as-sitra,

Ô Celui qui a fait apparaître le Beau et dissimule le laid,


ô Celui qui ne prend pas en fonction du péché et qui ne
déchire pas le voile,

yâ ‘azhîma-l-‘afwi, yâ hasana at-tajâ’uzi,

ô Celui au Pardon grandiose, ô Celui à la bonne


Indulgence,

yâ wâsi‘a-l-maghfi-rati, yâ bâ-sita-l-yadayni bi-r-rahmati,

ô Celui à la Rédemption étendue, ô Celui qui tend Ses


Mains par Miséricorde,

yâ sâhiba kulli najwâ wa muntahâ kulli shakwâ, yâ muqîla-


l-‘atharâti,

ô Maître de tout conciliabule et Aboutissement de toute


plainte, ô Celui qui relève des faux-pas,

yâ karîma-s-safhi yâ ’azhîma-l-manni,
140/2106
ô Celui au Pardon généreux, ô Celui aux Bienfaits gran-
dioses,

yâ mubtadi'ann bi-n-ni'ami qabla istihqâqihâ,

ô Celui qui prend l’initiative de [donner] les bienfaits av-


ant qu'ils ne soient mérités,

yâ rabbâhu, yâ rabbâhu,

Ô mon Seigneur, ô mon Seigneur, (10 fois)

yâ Allâhu, yâ Allâhu,

ô Dieu, ô Dieu, (10 fois)

yâ sayyidâhu, yâ sayyidâhu,

ô mon Souverain, ô mon Souverain, (10 fois)

yâ Mawlâyâhu, yâ mawlâyâhu,

ô mon Maître, ô mon Maître,(10 fois)

yâ rajâ’âhu,

ô mon Espoir, (10 fois)

yâ ghayâthâhu,

ô mon Secours, (10 fois)

yâ ghâyata raghbatâhu,
141/2106
ô But de mon désir, (10 fois)

yâ rahmânu,

ô Tout-Miséricordieux, (10 fois)

yâ rahîmu,

ô Très-Miséricordieux, (10 fois)

yâ mu‘tiya-l-khayrâti,

ô Donateur des biens, (10 fois)

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn kathîrann


tayyibann, ka-afdali mâ sallayta ‘alâ ahadinn min khalqika.

prie bien et beaucoup sur Mohammed et sur la famille


de Mohammed, de la meilleure prière que Tu n’aies priée
sur quiconque de Tes créatures ! (10 fois )

Puis faire sa demande. »


Je dis : Il y a beaucoup de propos rapportés dans lesquels il est
dit que pour la satisfaction de besoins, la personne [doit] jeûner ces
trois jours [mercredi, jeudi et vendredi] et prier deux raka'ats le
vendredi à midi.
21) Parmi les actes du jour du vendredi, invoquer [Dieu] à midi,
de l’invocation rapportée par Mohammed fils de Muslim, le tenant
de [l’imam] as-Sadeq(p). Dire, selon ce que Sheikh a rapporté in al-
Misbâh :

Lâ ilâha illâ-llâhu, wa-llâhu akbaru, wa subhâna-llâhi !


142/2106
Il n’y a de Dieu que Dieu, Dieu est plus Grand, Gloire à
Dieu !

wa-l-hamdu li-llâhi al-ladhî lam yattakhidh waladann, wa lam


yakun lahu sharîkunn fi-l-mulki,

Louange à Dieu qui n’a pas pris d’enfant, qui n’a pas
d’associé dans le Royaume,

wa lam yakun lahu waliyyunn mina-dh-dhulli, wa kabbirhu


takbîrann.

qui n’a pas de protecteur de l’humiliation et proclame


beaucoup la Grandeur de Dieu !

Puis dire :

Yâ sâbigha-n-ni‘ami, yâ dâfi‘a-n-niqami, yâ bâri’a-n-nasami, yâ


‘aliyya-l-himami,

Ô Celui qui comble de Bienfaits, ô Celui qui repousse le


châtiment, ô Celui qui crée les souffles de vie, ô Celui qui a
des préoccupations
élevées,

yâ mughshiya-zh-zhulami, yâ dhâ-l-jûdi wa-l-karami, yâ kâ-shifa-


d-durri wa-l-alami,

Ô Celui qui recouvre de l'obscurité, ô Celui qui détient la


Générosité et la Noblesse, ô Celui qui dissipe le mal et la
douleur,

yâ mu’nisa-l-mustawhishîna fî-zh-zhulami, yâ ‘âlimann lâ


yu'allamu,
143/2106

ô Celui qui tient compagnie aux solitaires dans les


ténèbres, ô Savant sans avoir été enseigné,

salli ‘alà Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-f ‘al bî mâ


anta ahluhu.

prie sur Mohammed et la famille de Mohammed et fais


de moi selon ce dont Tu es Digne !

Ya mani-smuhu dawâ’unn wa hikruhu shifa’unn wa tâ'atuhu


ghanâ ‘unn, arham man ra’su mâlihi ar-rajâ’u wa silâhuhu al-bukâ’u.

Ô Celui dont le Nom est Remède, dont le Rappel est


Guérison, à qui obéir est Richesse, fais Miséricorde à celui
dont le capital est l'espoir et l'arme, les pleurs !

Subhânaka, lâ ilâha illâ anta yâ hannânu, yâ mannânu, yâ badî‘a-


s-samâwâti wa-l-ardi, yâ dhâ-l-jalâli wa-l-ikrâmi.

Gloire à Toi, point de divinité autre que Toi, ô Plein de


Tendresse, ô Donateur, ô Créateur des cieux et de la terre,
ô Détenteur de la Générosité et de la Noblesse !

22) Faire la prière obligatoire de midi du vendredi [en récitant,


après al-Hamd (1)] les sourates Le Vendredi (LXII) et Les Hypo-
crites (LXXXIII), et celle de l’après-midi, les sourates Le Vendredi
(LXII) et Le Culte Pur (CXII).
-Sheikh Sadûq rapporte de l’[Imam] as-Sâdeq(p) qui dit : « Il est
obligatoire pour tout croyant, s’il est de nos partisans, de lire, dur-
ant la nuit de vendredi, la [sourate] Le Vendredi (LXII) et celle Le
Très-Haut (LXXXVII), et durant la prière de midi les sourates Le
Vendredi (LXII) et Les Hypocrites (LXXXIII). S’il fait cela, c’est
comme s’il faisait les actes du Messager de Dieu(s) et sa rétribution
144/2106
et sa récompense de la part de Dieu est obligatoirement le Paradis.
»
Al-Kulaynî rapporte, d’une chaîne de transmission comme as-
Sahih d’al-Halabî qui dit : J’ai interrogé l’[Imam] as-Sâdeq(p) sur la
lecture [de la sourate] Le Vendredi (LXII) lorsqu’on prie seul : «
C’est-à- dire, au lieu de prier la prière du vendredi, je prie celle ob-
ligatoire de midi de 4 raka’ats. Est-ce que je fais la lecture à voix
haute ? » Il(p) me répondit que oui puis il(p) ajouta : «Récite la
sourate Le Vendredi (LXII) et Les Hypocrites (LXXXIII), le
vendredi.»
23)Sheikh Tûssî (que Dieu lui fasse Miséricorde) rapporte, au
moment d’évoquer ce qui suit la prière de vendredi midi, de [l’imam]
as- Sâdeq(p) qui dit : « Celui qui lit, le vendredi, au moment [de ré-
citer] les salutations [finales de la prière], al-Hamd (I) 7 fois, Les
Hommes (CXIV) 7 fois, L’Aurore (CXIII) 7 fois, Le Culte Pur (CXII) 7
fois, Les Incrédules (CIX) 7 fois, ainsi que le verset 128 de la sourate
Le Repentir (ou L’Immunité) (IX), les versets 21-24 jusqu’à la fin de
la sourate Le Rassemblement (LIX), les 5 versets 190-194 de la sour-
ate La Famille de ‘Imrân (III), est protégé entre ce vendredi et le
suivant.
24)Il est rapporté de [Sheikh Tûssî (que Dieu lui fasse Miséri-
corde) qui dit : Il ne sera inscrit aucun péché durant un an à celui
qui dit après la prière de l’aube ou celle de midi :

Allâhumma, ij’al salâtaka wa salâta malâ'ikatika, wa rusulika ‘alâ


Muhammadinn wa âli Muhammadinn.

Mon Dieu, fais que Ta Prière, celle de Tes Anges et de


Tes Messagers soient sur Mohammed et la famille de
Mohammed !

-Il dit également : « Celui qui dit, après la prière de l’aube ou celle
de midi :
145/2106
Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa
‘ajjil farajahum.

Mon Dieu, prie sur Mohammed et la famille de Mo-


hammed et accélère leur soulagement !

ne meurt pas avant d’atteindre le Sustentateur(qa). »


-Je dis que la première de ces deux invocations amène la sécurité
contre l'épreuve jusqu’au vendredi suivant. elle est dite trois fois
après la Prière obligatoire du vendredi midi:
-Il est également rapporté : « Celui qui prie sur le Prophète et sa
famille entre les deux prières obligatoires de vendredi, reçoit une ré-
compense
analogue à celle d’une prière de 70 raka ‘ats. »
25) Lire l’invocation de Fitr et du Vendredi N°46 in as- Sahîfah as-
Sajjadiyyah de l’imam as-Sajjâd(p) et celle de l'Aîd al- Adhâ et du
Vendredi N°48 in as- Sahîfah as-Sajjadiyyah de l’imam as-Sa-
jjâd(p).
26) Sheikh dit, dans al-Misbâh : « Il est rapporté des Imams(p)
que celui qui prie, après la prière de vendredi midi, 2 raka ’ats dur-
ant lesquelles il récite, lors de la première raka ’at, al-Hamd (I) et Le
Culte Pur (CXII) 7 fois, et lors de la seconde, la même chose, et qui
dit après avoir fini :
Allâhumma, ij'alnî min ahli-l-jannati al-latî hashûhâ al-
barakatu, wa ‘ummâruhâ al-malâ’ikatu,
Mon Dieu, place-moi parmi les gens du Paradis plein de bénédic-
tions, peuplé de Tes Anges,
ma‘a nabiyyanâ Muhammadinn, sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi, wa
abînâ Ibrâhîma, ‘alayhi-s-salâmu.
avec notre Prophète Mohammed (que Dieu prie sur lui et sur sa
famille), et notre père Ibrâhîm (que la paix soit sur lui).
ne sera affecté par aucune épreuve ni touché par une dissension
jusqu’au vendredi suivant. Dieu le réunira avec [les Prophètes] Mo-
hammed(p) et Ibrahim(p). »
-Le savant al-Majlisi (que Dieu lui fasse Miséricorde) dit : Si ce-
lui qui invoque [Dieu] de cette invocation, n’est pas de la descend-
ance du Prophète(s), il dit « son père » au lieu de « notre père ».
27) Il est rapporté que les meilleurs moments du vendredi sont
ceux [qui viennent] après la prière de l’après-midi. Dire alors 100
fois :

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa


‘ajjil farajahum.

Mon Dieu, prie sur Mohammed et la famille de Mo-


hammed et accélère leur soulagement !

-Sheikh dit qu’il est recommandé de dire 100 fois :


147/2106

Salawâtu-llâhi wa malâ’ikatihi wa anbiyâ’ihi wa rusulihi wa jamî'i


khalqihi ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn.

Que les Prières de Dieu, de Ses Anges, de Ses Prophètes,


de Ses Messagers et de l’ensemble de Ses créatures soient
sur Mohammed et la famille de Mohammed !

Wa-s-salâmu ‘alayhi wa ‘alayhim wa ‘alâ arwâhihim, wa ajsâdihim


wa rahmatu-llâhi wa barakâtuhu.

Que la paix soit sur lui, sur eux, sur leurs esprits et sur
leurs corps, ainsi que la Miséricorde de Dieu et Ses
Bénédictions !

-Le noble Sheikh Ibn Idrîs rapporte in Sarâ’ir, le tenant à'al-


Jâmi ‘i d’al-Bizantî, d’Abû Basîr qui dit : J’ai entendu Ja'far as-Sâd-
eq(p) dire : « La prière sur Mohammed et la famille de Mohammed
faite entre les prières [obligatoires] de midi et de l’après-midi,
équivaut à 70 Hajjs. »
-Et celui qui dit, après la prière de l’après-midi du vendredi :

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, al-


awsiyâ’i al-mardiyyîna bi-afdali salawâtika,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed, les Légataires, les Satisfaits, de la meilleure de
Tes Prières,

wa bârik ‘alayhim bi-afdali ba-rakâtika,

bénis-les de la meilleure de Tes Bénédictions,


148/2106
wa-s-salâmu ‘alayhim wa ‘alâ arwâhihim, wa ajsâdihim, wa
rahmatu-llâhi wa barakâtuhu.

et que la paix soit sur eux, sur leurs esprits et leurs


corps, ainsi que la Miséricorde de Dieu et Ses Bénédictions
!

reçoit comme récompense les actes des hommes et des djinns


durant ce jour.
-Je dis : «Cette prière est rapportée comme ayant beaucoup de
faveurs dans les livres des Sheikhs des Hadiths. selon une chaîne de
transmission très considérée. Le mieux est de la répéter 7 fois. Et il
est préférable de le faire 10 fois.»
-Il est rapporté de l’[Imam] as- Sâdeq(p) qui dit : «Celui qui ré-
cite 10 fois cette invocation pendant la prière de l’après-midi du
vendredi, avant de bouger de sa prière, les Anges prient sur lui, de
ce vendredi au vendredi suivant à cette heure.»
-Il(p) dit également : «Lorsque tu as prié la prière de l’après-
midi du vendredi, alors prie de cette prière [sur le Prophète(s)] 7
fois.»
-Il est rapporté par al-Kulayni in Al-Kâfî : «Lorsque tu as prié la
prière de l’après-midi du vendredi, dis :

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, al-


awsiyâ’i-l-mardiyyîna bi-afdali salawâtika,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed, les Légataires, les Satisfaits, de la meilleure de
Tes Prières,

Wa barik ‘alayhim bi-afdali barakâtika, wa-s-salâmu ‘alayhi wa


‘alayhim wa rahmatu-llâhi wa barakâtuhu.
149/2106
et bénis-les de la meilleure de Tes Bénédictions, et que la
paix soit sur lui et sur eux, ainsi que la Miséricorde de Dieu
et Ses Bénédictions !

Celui qui dit cela après la [prière] du vendredi après-midi, Dieu


(Tout- Puissant) lui inscrit 100 000 bonnes actions et lui efface 100
000 mauvaises actions, lui satisfait 100 besoins et l’élève de 100 000
degrés.»
-Il dit également : «Il est rapporté qu’à celui qui prie cette prière
[sur le Prophète(s)] 7 fois, Dieu envoie des Bienfaits au nombre de
Ses Serviteurs. Ses actes de ce jour sont acceptés et le Jour du Juge-
ment Dernier, il viendra avec une lumière entre les yeux.»
-Au moment de parler des actes à faire le jour de ‘Arafat, vien-
dront [d’autres] prières. Celui qui prie sur Mohammed et la famille
de Mohammed (que les Prières de Dieu et Sa Paix soient sur eux)
avec ces prières, les rendra heureux.
28) Dieu pardonne les péchés de celui qui dit 70 fois, après la
prière de l’après-midi :

Astaghfiru-llâha wa atûbu ilayhi.

Je demande pardon à Dieu et je me repens auprès de


Lui.

29) Lire la sourate Al-Qadr (XCVII), 100 fois.


-Il est rapporté de l'Imam Moussa(p) qui dit : « Le jour du
vendredi, Dieu a mille souffles de Sa Miséricorde. Il en donne à
chaque serviteur autant qu’il veut. Aussi, à celui qui a lu, après la
[prière de] l’après- midi du vendredi, la sourate Al-Qadr 100 fois,
Dieu accorde ces mille [souffles] et de semblables.»
30) Lire l’invocation Les Dizaines (al- ’Asharât) (cf. p207)
31) Sheikh Tùssî (que Dieu lui fasse Miséricorde) dit : «Les
derniers moments du vendredi jusqu’au coucher du soleil sont les
150/2106
moments où les invocations sont exaucées. Alors, il faut multiplier
les invocations durant ces moments.»
Et il est rapporté que ces moments sont ceux quand le soleil s’est
couché à moitié et qu’il reste l’autre moitié du disque. Fâtimah(p)
faisait des invocations pendant ces moments. L’invocation est
exaucée à ces moments-là. Il est recommandé d’invoquer [Dieu] de
l’invocation rapportée du Prophète(s) à ces moments [favorables] à
l’exaucement.

Subhânaka lâ ilâha illâ anta, yâ hannânu yâ mannânu, yâ badî‘a-


s-samâwâti wa-l-ardi, yâ dhâ-l-jalâli wa-l-ikrâmi

Gloire à Toi, point de divinité autre que Toi, ô Plein de


Tendresse, ô Donateur, ô Créateur des Cieux et de la terre,
ô Détenteur de la Majesté et de la Noblesse !

-L’invocation As-Simât est recommandée durant la dernière


heure du vendredi, (cf. p221)
-Sache que le jour de vendredi est rattaché est affilié à l'imam du
Temps(qa) sous plusieurs aspects. C’est en ce jour qu’a eu lieu sa bi-
enheureuse naissance et c’est en ce jour qu’abondera la joie par son
apparition, et c’est en ce jour que le soulagement est attendu ; son
attente en ce jour est plus forte que durant les autres jours.
Tu trouveras, dans ce que nous allons rapporter en ziyârâts par-
ticulières à lui pour ce jour- là, le vendredi, ces propos :
«Aujourd'hui. c’est vendredi et c 'est le jour où ton apparition est
prévue ainsi que la délivrance des croyants qui aura lieu par toi en
ce jour.»
En réalité, le vendredi est considéré comme un des quatre jours
de fête, en tant qu’il correspond à l’apparition de l’Argument(qa), la
purification de la terre par lui des impuretés de I’associationnisme
et de l’incroyance, des souillures des actes de désobéissance et des
péchés, des oppresseurs et des athées, des incroyants et des hypo-
crites. Les yeux de l’élite des croyants se réjouiront et leurs coeurs
151/2106
seront remplis de joie par la mise en évidence par lui du mot de la
Vérité, l’élévation de la religion et des lois de la foi. La terre sera I
éclairée de la lumière de son Seigneur.
-Il faut, ce jour-là, invoquer [Dieu] de la grande prière et réciter
ce que l’[Imam] ar-Ridâ(p) a ordonné que l’on invoque pour le
Détenteur de l’Ordre(qa) : «Mon Dieu, défends Ton Walî, Ton Lieu-
tenant..» (Cette [ invocation viendra dans le Livre III des Ziyârâts, à
la fin des actes à [ faire dans le Sirdâb, p 1660).
-On ne doit pas négliger de réciter l’invocation apparentée à
Abû- l-Hassan ad-Darâb al-Asbahânî. Sheikh et Sayyed l’ont rap-
portée dans les actes de l’après-midi du vendredi.
-Sayyed dit : «Cette prière est rapportée de notre maître al-
Mahdî (que les prières de Dieu soient sur lui). Si tu laisses ce qui suit
la prière de l’après-midi - le jour de vendredi - pour une raison ou
une autre, par contre ne laisse jamais cette invocation, pour une
raison que Dieu (Tout-Puissant) nous a fait connaître.» Ensuite, il
évoqua l invocation avec sa chaîne de transmission.
-Sheikh dit in al-Misbah : «Cette invocation, rapportée du
Maître du Temps(qa), est sortie à Abu-I-Hassan ad-Darâb al-As-
bahânî à La Mecque.» Nous n’avons pas évoqué sa chaîne de
transmission
par souci de brièveté. L’invocation est :

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi

Par [la grâce du] Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux,


le Très-Miséricordieux.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn, sayyidi-l-mursalîna, wa


khâtami-n-nabiyyîna wa hujjati rabbi-l-âlamîna,

Mon Dieu, prie sur Mohammed, le Maître des Envoyés,


le Sceau des Prophètes, l’Argument du Seigneur des
mondes,
152/2106

al-muntajabi fî-l-mîthâqi, al-mustafâ fi-zh-zhilâli, al-mutahhari


min kulli âfatinn al-barî’i min kulli ‘aybinn,

le Choisi pour le Pacte, l’Elu dans les ombres, l’Exempt


de tout défaut, l’Affranchi de tout vice,

al-mu’ammali li-n-najâti al-murtajâ li-sh-shafâ‘ati, al-mufawwadi


ilayhi dînu-llâhi.

celui qui est attendu pour le salut, celui qui est espéré
pour l’intercession, celui à qui la Religion de Dieu fut
confiée !

Allâhumma, sharrif bunyânahu wa ‘azhzhim burhânahu, wa aflih


hujjatahu wa-rfa‘ darajatahu,

Mon Dieu, honore son édifice, magnifie sa preuve, fais


réussir son argument, élève son degré,

wa adi’ nûrahu wa bayyid wajhahu, wa a‘tihi al-fadla wa-l-


fadîlata, wa-l-manzilata wa al-wasîlata, wa-d-darajata ar-rafî'ata,

illumine sa lumière, blanchis son visage, accorde-lui la


faveur et l’excellence, la demeure et le moyen, le degré
élevé,

wa-b‘athhu maqâmann mahmûdann, yaghbituhu bihi al-


awwalûna wa-l-âkhirûna.

fais-le ressusciter dans une station louée, que les premi-


ers et les derniers lui envieront !
153/2106
Wa salli ‘alâ arnîri-l-rnû’minîna, wa wârithi-l-mursalîna, wa
qâ’idi-l-ghurri al-muhajjalîna, wa sayyidi-l-wasiyyîna, wa hujijati
rabbi-l-‘âlamîna.

Et prie sur le Prince des croyants, l’Héritier des En-


voyés, le Chef des Nobles auréolés et Maître des Légataires,
l’Argument du Seigneur des mondes !

Wa salli ‘alâ al-Hasani bni ‘Aliyyinn, imâmi-l-mû’minîna, wa


wârithi-l-mursalîna, wa hujjati rabbi-l-‘âlamîna.

Prie sur al-Hassan fils de ‘AIî, Imam des croyants. Hérit-


ier des Messagers et Argument du Seigneur des mondes !

Wa salli ‘alâ al-Husayni bni ‘Aliyyinn, imâmi-l-mû’minîna, wa


wârithi-l-mursalîna, wa hujjati rabbi-l-‘âlamîna.

Prie sur al-Hussein, fils de ‘Alî, Imam des croyants,


Héritier des Messagers et Argument du Seigneur des
mondes !

Wa salli ‘alâ ‘Aliyyi bni-l-Husayni, imâmi-l-mû’minîna, wa


wârithi-l-mursalîna, wa hujjati rabbi-l-‘âlamîna.

Prie sur ‘Alî fils de Hussein, Imam des croyants, Héritier


des Messagers et Argument du Seigneur des mondes !

Wa salli ‘alâ Muhammadi bni ‘Aliyyinn, imâmi-l-mû’minîna, wa


wârithi-l-mursalîna, wa -ujjati rabbi-l-‘âlamîna.

Prie sur Mohammed fils de ‘Alî, Imam des croyants,


Héritier des Messagers et Argument du Seigneur des
mondes !
154/2106
Wasalli ‘alâJa‘fari bniMuhammadinn, imâmi-l-mû’minîna, wa
wârithi-l-mursalîna, wa hujjati rabbi-l-‘âlamîna.

Prie sur Ja‘far fils de Mohammed, Imam des croyants.


Héritier des Messagers et Argument du Seigneur des
mondes !

Wa salli ‘alâ Mûsâ bni Ja‘farinn, imâmi-l-mû’minîna, wa wârithi-


l-mursalîna, wa hujjati rabbi-l-‘âlamîna.

Prie sur Moussa fils de Ja‘far, Imam des croyants, Hérit-


ier des Messagers et Argument du Seigneur des mondes !

Wa salli ‘alâ ‘Aliyyi bni Mûsâ, imâmi-l-mû'minîna, wa wârithi-l-


mursalîna, wa hujjati rab- bi-l-‘âlamîna.

Prie sur ‘Alî fils de Moussa, Imam des croyants, Héritier


des Messagers et Argument du Seigneur des mondes !

Wa salli ‘alâ Muhammadi bni ‘ Aliyyinn, imâmi-l-mû’minîna, wa


wârithi-l-mursalîna, wa hujjati rabbi-l-‘âlamîna.

Prie sur Mohammed fils de ‘Alî, Imam des croyants,


Héritier des Messagers et Argument du Seigneur des
mondes !

Wa salli ‘alâ ‘Aliyyi bni Muhammadinn, imâmi-l-mû'minîna, wa


wârithi-l-mursalîna, wa hujjati rabbi-l-‘âlamîna.

Prie sur ‘Alî fils de Mohammed, Imam des croyants,


Héritier des Messagers et Argument du Seigneur des
mondes !
155/2106
Wa salli ‘alâ al-Hasani bni ‘Aliyyinn, imâmi-l-mû’minîna, wa
wârithi-l-mursalîna, wa hujjati rabbi-l-‘âlamîna.

Prie sur Hassan fils de ‘Alî, Imam des croyants, Héritier


des Messagers et Argument du Seigneur des mondes !

Wa salli ‘alâ al-khalafi-l-hâdî al-mahdiyyi, imâmi-l-mû’minîna,


wa wârithi-l-mursalîna, wa hujjati rabbi-l-‘âlamîna.

Prie sur le Successeur, le Guide, le Bien-dirigé, l’imam


des croyants, l’Héritier des Messagers et l’Argument du
Seigneur des mondes !

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa ahli baytihi, al-


a’immati-l-hâdîna.

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur les gens de sa mai-


son, les Imams, les Guides,

al-‘ ulamâ' i-s-sâdiqîna, al-âbrâri al-muttaqîna, da‘â’imi dînika,


wa arkâni tawhîdika,

les Savants, les Sincères, les Purs, les Pieux, les Assises
de Ta Religion, les Piliers de Ton Unicité,

wa tarâjimati wahîka wa hujajika ‘alâ khalqika, wa khulafâ’ika fi


ardika,

les Traducteurs de Ta Révélation, Tes Arguments à l’en-


contre de Ta Création, Tes Lieutenants sur Ta Terre,

al-ladhîna akhtartahum li-nafsika wa-stafaytahum ‘alâ ‘ibâdika,


wa artadaytahum li-dînika, wa khasastahum bi-ma‘rifatika,
156/2106
que tu as choisis pour Toi- même, que Tu as préférés
Parmi Tes serviteurs, dont Tu es Satisfait pour Ta Religion,
que Tu as particularisés par Ta Connaissance,

wa jallaltahum bi-karâmatika, wa ghashshaytahum bi-rahmatika,


wa rabbaytahum bi-ni'matika,

que Tu as magnifiés par Ta Noblesse, que Tu as couverts


de Ta Miséricorde, que Tu as fait grandir dans Tes
Bienfaits,

wa ghadhdhaytahum bi-hikmatika, wa albastahum nûraka, wa


rafa‘tahum fî malakûtika,

que Tu as nourris de Ta Sagesse, que Tu as revêtus de Ta


Lumière, que Tu as élevés dans Ton Royaume,

wa hafaftahum bi-malâ’ikatika, wa sharraftahum bi-nabiyyika,


salawâtuka ‘alayhi wa âlihi.

que Tu as entourés de Tes Anges, que Tu as honorés de


Ton Prophète, que Tes Prières soient sur lui et sur sa
famille !

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa ‘alayhim, salâtann


zâkiyatann nâmiyatann, kathîratann. dâ’imatann, tayyibatann.

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur eux, d'une prière


pure croissante, abondante, durable, bonne,

lâ yuhîtu bihâ illâ anta, wa lâ yasa‘uhâ illâ ‘ilmuka, wa lâ yuhsîhâ


ahadunn ghayruka.
157/2106
que Toi seul englobes et que seul Ton Savoir contient,
que personne ne dénombre autre que Toi.

Allâhumma, wa salli ‘alâ waliyyika, al-muhyî sunnataka, al-qâ’imi


bi-amrika, ad-dâ‘î ilayka ad-dalîli ‘alayka,

Mon Dieu, prie sur Ton Walî, celui qui fait vivre Ta
Sunna, celui qui se dresse selon Ton Ordre, celui qui ap-
pelle à Toi,

hujjatika ‘alâ khalqika, wa khâlîfatika fî ardika, wa shâhidika ‘alâ


‘ibâdika.

celui qui T’indique, Ton Argument à rencontre de Tes


créatures, Ton Lieutenant sur Ta terre, Ton Témoin à l’en-
contre de Tes serviteurs !

Allâhumma, a'izza nasrahu wa mudda fî ‘umrihi wa zayyini-l-arda


bi-tûli baqâ’ihi.

Mon Dieu, renforce sa victoire et prolonge son âge, orne


la terre de la longueur de sa pérennité !

Allâhumma, akfihi baghya al-hâsidîna, wa a‘idh’hu min sharri-l-


kâ’idîna,

Mon Dieu, épargne-lui l’injustice des envieux, pro- tège-


le du mal des comploteurs,

wa-zjur ‘anhu irâdata zh-zhâlimîna, wa khallis'hu min aydî-l-


jabbârîna.

écarte de lui la volonté des despotes, sauve-le des mains


des oppresseurs !
158/2106

Allâhumma, a‘tihi fî nafsihi wa dhurriyyatihi wa shî‘atihi,wa


ra'iyyatihi wa khâssatihi wa ‘âmmatihi wa ‘aduwwihi wa jamî'i ahli-d-
dunyâ, mâ tuqirru bihi ‘aynahu wa tasurru bihi nafsahu,

Mon Dieu, donne-lui, en lui- niême, dans sa descend-


ance, ses partisans, ses sujets, ses [gens] particuliers et ses
[gens] en général, ses ennemis et l’ensemble des gens en ce
monde, de quoi lui faire plaisir (à ses yeux) et le réjouir,

Wa balligh-hu afdala mâ ammalahu fî-d-dunyâ wa-l-âkhirati, in-


naka ‘alâ kulli shay'inn qadîrunn.

fais-lui atteindre le meilleur de ce qu’il a espéré en ce


monde et dans l’Au-delà, car Tu es Puissant sur toute chose
!

Allâhumma, jaddid bihi mâ-mtahâ min dînika, wa ahî bihi mâ


buddila min kitâbika,
Mon Dieu, renouvelle par lui ce qui a été effacé de Ta Re-
ligion, fais vivre par lui ce qui a été modifié de Ton Livre,

wa azhhir bihi mâ ghuyyira min hukmika, hattâ ya‘ûda dînuka


bihi wa ‘alâ yadayhi, ghaddann, jadîdann, khâlisann, mukhlasann,

fais apparaître par lui ce qui a été changé de Ton Juge-


ment, afin que Ta Religion revienne, avec lui et par lui,
tendre, nouvelle, limpide, clarifiée,

là shakka fihi, wa lâ shubhata ma'ahu, wa lâ bâtila ‘indahu, wa lâ


bid'ata ladayhi.

ne [contenant] aucun doute ni ambiguïté (avec elle), ne


[renfermant] aucune erreur ni hérésie !
159/2106

Allâhumma, nawwir bi-nûrihi kulla zhulmatinn, wa hudda bi-


ruknihi kulla bid'atinn,

Mon Dieu, illumine toute obscurité de sa lumière, abats


toute hérésie par son soutien,

wa-hdim bi-‘izzihi kulla dalâlatinn, wa-qsim bihi kulla jabbârinn,

anéantis tout égarement par sa puissance, brise tout op-


presseur par lui,

wa akhmid bi-sayfihi kulla nârinn, wa ahlik bi-‘adlihi jawra kulli


jâ’irinn.

éteins tout feu par son épée, mène à sa perte l'injustice


de tout despote par sa justice,

wa ajri hukmahu ‘alâ kulli hukminn, wa adhilla bi-sultânihi kulla


sultâninn.

fais passer son jugement avant tout jugement, abaisse


toutpouvoirparson pouvoir !

Allâhumma, adhilla kulla man nâwâhu, wa ahlika kulla man


‘âdâhu,

Mon Dieu, humilie quiconque se soulève contre lui, an-


éantis quiconque lui est hostile,

wa-mkur bi-man kâdahu, wasta’sil man jahadahu haqqahu,

ruse avec celui qui intrigue contre lui, extermine celui


qui désavoue son droit,
160/2106

wa-stahâna bi-amrihi, wa sa‘â fi itfâ’i nûrihi, wa arâda ikhmâda


dhikrihi.

qui méprise son ordre, qui s'efforce d’éteindre sa lu-


mière, qui veut supprimer son Rappel !

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn al-mustafâ, wa ‘Aliyyinn al-


murtadâ, wa Fâtimata az-zahrâ’,

Mon Dieu, prie sur Mohammed al-MustaJa (le Choisi),


sur ‘Alî al-Murtadâ (le Satisfait), sur Fatimah az-Zahra’

wa-l-Hasani ar-ridâ, wa-l-Husayni al-musaffâ, wa jamî‘i-l-


awsiyâ’i masâbîhi-d-dujâ,

al-Hassan ar-Ridâ, al-Hussein ul-Mussaffâ (le Pur


Choisi) et l’ensemble des Légataires, les Lanternes des
ténèbres,

wa a‘lâmi-l-hudâ wa manâri-t- tuqâ wa-l-‘urwati-l-uthqâ, wa al-


habli-l-matîni wa as-sirâti-l-mustaqîmi,

les Marques de la Guidance, le Phare de la piété, l’Anse


solide, la Corde robuste, et la Voie droite,

wa salli ‘alâ waliyyika wa wulâti ‘ahdika, wa-l-a’immati min


wuldihi,

et prie sur Ton Walî et les préposés de Ton Engagement,


les Imams de sa descendance,
161/2106
wa mudda fi a'mârihim, wa zid fî âjâlihim, wa ballighhum aqsâ
âmâlihim dînann wa dunyâ wa âkhiratann, innaka ‘alâ kulli shay’inn
qadîrunn.
prolonge leur âge et repousse leur terme, fais-leur at-
teindre le summum de leurs espoirs, dans la religion, en ce
monde et dans l’Au-delà, car Tu es Puissant sur toute
chose.

-Sache que la nuit du samedi est comme la nuit du vendredi,


selon certains propos rapportés. Alors, il faut lire durant cette nuit
ce qu’on lit durant la nuit du vendredi.

*les Ziyârâts au Prophète et aux Imams Infaillibles(p) selon


le jour de la semaine

Sayyed Ibn Tâ’ûs dit in Jamâl al-Usbû’ : Ibn Bâbaweh a rapporté


un propos rapporté d'as-Saqer fils d’Abû Dalaf qui dit :
«Quand al-Mutawakul a emmené notre maître ‘Alî fils de
Mohammed an-Naqî à Surra Man Ra’â (l’actuelle Samora’), je suis
allé m’enquérir de ses nouvelles. Il(p) était enfermé chez az-Zurâqî,
le chambellan d’al-Mutawakul. J’entrai chez lui. Il me demanda :
«Ô Saqer, qu’est-ce que tu veux?» Je répondis : «Un bien! » Il dit :
«Assieds-toi !» Nous nous mîmes à discuter de tout et de rien jusqu’à
ce qu’il rabrouât les gens de chez lui. Puis il me demanda :
« C’est quoi ton affaire ? Pourquoi es-tu venu ?» - «Pour une
bonne chose !» - «Sans doute es-tu venu pour demander des nou-
velles de ton maître ?» - «Mon maître est le prince des croyants [al-
Mutawakul].» - «Tais-toi ! Ton maître est la Vérité ! Ne te gène pas
devant moi, je suis de la même confession que toi.» - «Louange à
Dieu !» - «Tu veux le voir ?»
«Oui !» - «Assieds-toi jusqu’à ce que sorte de chez lui celui qui
achemine le courrier.»
162/2106
Je m’assis. Quand il sortit, il [az- Zurâqî] dit au jeune homme :
«Prends Saqer par la main et emmène-le dans la pièce », désignant
une pièce. J’entrai et le(p) vis assis au milieu d'un tapis et en face de
lui, il y avait une tombe creusée. Je le saluai. Il me répondit. Ensuite
il me dit de m’asseoir et continua : «Ô Saqer ! Qu’est-ce qui t’a fait
venir ?» - «Je suis venu pour avoir de tes nouvelles.» Je regardai la
tombe et me mis à pleurer. Il me regarda puis me dit : «Ô Saqer ! Ne
crains rien ! Ils n’arriveront jamais à nous faire du mal.» - «Lou-
ange à Dieu !»
Puis j’ajoutai : «Ô mon Maître, il y a un hadîth rapporté du
Prophète(s) dont j’ignore le sens.» - «Quel est- il ?» - «Sa parole est :
« Ne soyez pas hostiles aux jours car ils vous seront hostiles.» Que
signifie-t- elle?» - «Oui ! Les jours ce sont nous, tant que se dressent
les cieux et la terre. Le samedi est le nom du Messager de Dieu(s) ; le
dimanche, celui du Prince des croyants(p) ; le lundi celui d’al-Has-
san(p) et d’al- Hussein(p) ; le mardi celui de ‘Alî fils de Hussein(p),
Mohammed fils de ‘Alî(p) et Ja’far fils de Mohammed(p) ; le mer-
credi celui de Moussa fils de Ja’far(p), ‘Alî fils de Moussa(p), Mo-
hammed fils de ‘Alî(p) et moi [‘Alî fils de Mohammed an-Naqî(p)] ;
le jeudi, mon fils Hassan(p) ; le vendredi. mon petit-fils(qa) et au-
tour de lui se rassemblera la faction de la Vérité. Voilà le sens des
jours. Alors ne soyez pas hostiles à leur encontre car ils vous seront
hostiles dans l'Au-delà.» Puis il(p) ajouta : «Fais- moi les adieux et
sors !» »
Ensuite Sayyed rapporta ce propos selon une autre chaîne de
transmission d'al-Qutb ar-Râwandî puis il dit :

*♦La Ziyârat au Prophète

durant son jour le samedi.

Ash’hadu an lâ ilâha illâ-llâhu, wahdahu lâ sharîka lahu !


163/2106
J’atteste qu'il n’y a de Dieu que Dieu, uniquement Lui,
point d’associé à Lui !

Wa ash’hadu annaka rasûluhu, wa annaka Muhammadunn bnu


‘abdi-llâhi !

J’atteste que tu es Son Messager et que tu es Mohammed


fils d’Abdallah !

Wa ash’hadu annaka qad ballaghta risâlâti rabbika wa nasahta li-


ummatika, wa jâhadta fi sabîli-llâhi bi-l-hikmati wa-l-maw‘izhati al-
hasanati,

J’atteste que tu as transmis les Messages de Ton


Seigneur, que Tu as conseillé ta Nation, que tu as combattu
dans la Voie de Dieu avec sagesse et bonnes exhortations,

wa addayta al-ladhî ‘alayka mina-l-haqqi, wa annaka qad ra’ufta


bi-l-mu’minîna wa ghalazhta ‘alâ-l-kâfirîna,

que tu as accompli ce que tu devais [accomplir] de ia


Vérité, que tu étais bon avec les croyants et dur avec les
incroyants,

wa ‘abadta-llâha mukhlisann hattâ atâka-l-yaqînu, fa-balagha


Allâhu bika ashrafa mahalli al-mukarramîna.

que tu as adoré Dieu avec sincérité jusqu’au moment où


la certitude t’est parvenue [la mort], que Dieu te fasse at-
teindre la plus noble place de ceux qui sont honorés !

Al-hamdu li-llâhi al-ladhî astanqadhanâ bika mina-sh-shirki wa-


d-dalâli.
164/2106
Louange à Dieu qui nous a sauvés, grâce à toi, de l’asso-
ciationnisme et de l'égarement !

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi wa-j‘al sala- wâtika,


wa salawâti malâ’i-katika, wa anbiyâ’ika wa-l-mursalîna,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, fais


que Tes Prières, celles de Tes Anges, de Tes Prophètes
Messagers,

wa ‘ibâdika-s-sâlihîna wa ahli-s-samâwâti wa-l-aradîna, wa man


sabbaha laka yâ rabba-l-‘âlamîna mina-l-awwalîna wa-l-âkhirîna,

et [celles] de Tes serviteurs purs, des habitants des cieux


et des terres, et de ceux qui Te glorifient, ô Seigneur des
mondes, des premiers aux derniers,

‘alâ Muhammadinn ‘abdika wa rasûlika wa nabiyyika, wa amînika


wa najîbika wa habîbika wa safiyyika wa safwatika wa khâssatika wa
khâlisatika wa khiyaratika min khalqika,

soient sur Mohammed, Ton Serviteur, Ton Messager,


Ton Prophète, Ton Fidèle, Ton Eminent, Ton Bien-aimé,
Ton Ami sincère, Ton Elu, Ton Particulier, Ton Ami intime
pur, la meilleure de Tes créatures,

wa a‘tihi-l-fadla wa al-fadîlata wa al-wasîlata wa ad-darajata ar-


rafî‘ata,

accorde-lui la grâce, l’excellence, le moyen [la proximité


de Dieu] et le degré élevé,

wa-b‘ath’hu maqâmann mahmûdann yaghbituhu bihi al-


awwalûna wa-l-âkhirûna.
165/2106
envoie-lui une station élogieuse que les premiers et les
derniers lui envient !

Allâhumma innaka qulta : Wa law annahum idh zhalamû an-


fusahum jâ’ûka fa-staghfarû-llâha, wa-staghfara lahumu ar-rasûlu,
lawajadû-llâha tawwâbann rahîmann.

Mon Dieu, c’est que Tu as dit : {Si ces gens qui se sont
fait tort à eux-mêmes venaient à toi en implorant le pardon
de Dieu et que le Messager demandait pardon pour eux, ils
trouveraient Dieu revenant à eux, leur faisant misé-ri-
corde}. (64/IV)

Ilâhî, faqad ataytu nabiyyaka mustaghfirann, tâ’ibann min


dhunûbî, fa-salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi wa-ghfirhâ liya.

Mon Dieu, je suis venu à Ton Prophète, implorant le par-


don, me repentant de mes péchés, alors prie sur Mo-
hammed et sur sa famille et pardonne-les moi !

Yâ sayyidanâ, atawajjahu bika wa bi-ahli baytika ilâ-llâhi ta‘âlâ,


rabbika wa rabbî liyaghfira lî.

Ô notre Maître, je m’adresse, par toi et par les gens de ta


maison, à Dieu Très-Elevé, ton Seigneur et mon Seigneur,
pour qu’il me pardonne.

Ensuite dire 3 fois :

Innâ li-llâhi wa innâ ilayhi râji'ûna

Nous sommes à Dieu et c’est vers Lui que nous


retournons !
166/2106
Ensuite dire :

Usibnâ bika yâ habîba qulûbinâ,

Nous avons été touchés par toi, ô Bien-aimé de nos


cœurs,

famâ a‘zhama-l-musîbata bika haythu anqata'a ‘annâ al-wahî, wa


haythu faqadnâka,

alors, combien grandiose a été [notre] malheur par toi,


quand la Révélation a été coupée de nous et que nous
t’avons perdu.

fa-innâ li-llâhi wa innâ ilayhi râji ‘ ûna, yâsayyidanâ, yârasûla-


llâhi, salawâtu-llâhi ‘alayka, wa ‘alâ âli baytika at-tâhirina.

Nous sommes à Dieu et c’est vers Lui que nous re-


tournons, ô notre Maître, ô Messager de Dieu (que les
prières de Dieu soient sur toi et sur les gens purs de ta
maison).

Hadhâ yawmu-s-sabti wa huwa yawmuka. wa anâ fihi dayfuka wa


jâruka, fa-adifnî wa ajimî,

Aujourd’hui, c’est samedi, c’est ton jour, et moi, en ce


jour, je suis ton invité et ton voisin, alors accueille- moi et
accepte-moi dans ton voisinage,

fa-innaka karimunn tuhibbu-d-diyâfata, wa ma’mûrunn bi-l-


ijârati, fa-adifnî wa ahsin diyâfatî, wa ajirnâ wa ahsin ijâratanâ,

car tu es noble, tu aimes l’hospitalité et tu as reçu l’ordre


d’accorder ta protection, alors accueille-moi de la
167/2106
meilleure hospitalité et accorde-nous Ta Protection de Ta
meilleure protection,

bi-manzilati-llâhi ‘indaka wa ‘inda âli baytika, wa bi-manzilatihim


‘indahu, wa bimâstawda‘akum min ‘ilmihi fa-innahu akramu-l-
akramîna.
par le rang de Dieu auprès de toi et des gens de ta mais-
on et par leur rang auprès de Lui, et par ce qu’il a placé de
Son Savoir en vous, car II est le plus Noble des nobles.

L'auleur de ce livre, Abbas al- Qummî (qu'il lui soit fait grâce) dit
: Chaque fois que je l’(s)ai visité de cette ziyârat, je commençais sa
ziyârat par ce que l'imam ar-Ridâ(p) avait appris à al-Bizantî, av-
ant de lire celle-ci. Alors, il est rapporté d’une chaîne de transmis-
sion juste que le fils d’Abû Basîr demanda à l’[Imam] ar-Ridâ(p)
comment prier sur Mohammed(s) et le saluer après la prière. Il(p)
répondit : « Tu dis :

As-salâmu ‘alayka yâ rasûla-llâhi wa rahmatu-llâhi wa


barakâtuhu.

Que la paix soit sur toi, ô Messager de Dieu, ainsi que la


Miséricorde de Dieu et Ses Bénédictions !

As-salâmu‘alayka yâ Muhammada bna ‘abdi-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô Mohammed fils d’Abdallah !

As-salâmu ‘alayka yâ khiyarata-llâhi !

Que la paix soit sur toi, ô Elu de Dieu !

As-salâmu ‘alayka yâ habîba-llâhi,


168/2106
Que la paix soit sur toi, ô Bien-aimé de Dieu !

As-salâmu ‘alayka yâ sarwata-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô Elu de Dieu !

As-salâmu ‘alayka yâ amîna-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô fidèle de Dieu !

Ash’hadu annaka rasûlu-llâhi, wa ash’hadu annaka Muham-


madunn bnu ‘abdi-llâhi.

J’atteste que tu es le Messager de Dieu, j’atteste que tu es


Mohammed fils d’Abdallah !

Wa ash’hadu annaka qad nasahta li-ummatika, wa jâhadta fi


sabîli rabbika, wa ‘abadtahu hattâ atâka-l-yaqînu.

J’atteste que tu as conseillé ta Nation, que tu as com-


battu dans la Voie de ton Seigneur,
que tu L’as adoré jusqu’au moment où la certitude est
arrivée à toi [la mort].

Fa-jazâka Allâhu, yâ rasûla-llâhi, afdala mâ jazâ nabiyyann ‘an


ummatihi.

Que Dieu te récompense, ô Messager de Dieu, de la meil-


leure [des récompenses] qu’il n’ait jamais donnée à un
Prophète de la part de sa communauté !

Allâhumma, salli ‘alâ Muham- madinn wa âli Muhammadinn,


169/2106
Mon Dieu, prie sur Mohammed et la famille de Mo-
hammed,

afdala mâ sallayta ‘alâ Ibrâhîma wa âli Ibrâhîma, innaka hamî-


dunn majîdunn.

mieux que Tu n’aies prié sur Ibrahim et la famille


d’Ibrahim, car Tu es Digne de Louange et de Glorification.

*♦La Ziyârat au Prince des croyants(p)

durant son jour le dimanche.


Selon un propos rapporté d'une personne qui a vu en étant
éveillé et non pas en rêve, le maître du Temps(qa) en train de visiter
[l’imam ‘Ali(p)] de cette ziyârat. C'était un dimanche, son jour.

As-salâmu ‘alâ-sh-shajarati-n nabawiyyati wa-d-dawhati al-


hâshimiyyati, al-mudî’ati al-muthmirati bi-n-nubuwwati al- muniqati
bi-l-imâmati,

Que la paix soit sur l’Arbre de la Prophétie, le grand


arbre élevé hachémite, illuminé, portant les fruits de la
Prophétie, décoré de l’imamat,

wa ‘alâ dajî‘ayka Âdama wa Nûhinn, ‘alayhimâ as-salâmu.

et sur tes deux compagnons [de la tombe] Adam et Nouh


(que la paix soit su r eux deux) !

As-salâmu ‘alayka wa ‘alâ ahli baytika at-tayyibîna at-tâhirîna.


170/2106
Que la paix soit sur toi et sur les gens bons et purs de ta
maison !

As-salâmu ‘alayka wa ‘alâ-l-malâ’ikati al-muhdiqîna bika wa-l-


hâffîna bi-qabrika, yâ mawlâya, yâ amîra-l-mu’minîna.

Que la paix soit sur toi et sur les Anges t’encerclant,


s’empressant autour de ta tombe, ô mon Maître, ô Prince
des croyants !

Hadhâ yawmu-l-ahadi wa huwa yawmuka wa bi-smika, wa anâ


dayfuka fîhi wa jâruka, fa-adifnî yâ mawlâya,

Aujourd’hui, c’est dimanche et c’est ton jour et en ton


nom, et moi, je suis ton invité durant ce jour et ton voisin,
alors accueille-moi, ô mon maître,

Wa ajimî fa-innaka karîmunn tuhibbu ad-diyâfata wa ma’-


mûrunn bi-l-ijârati.

et accepte-moi dans ton voisinage, car tu es noble, tu


aimes l’hospitalité et tu as reçu l’ordre d’accorder la
protection.

Fa-fal mâ raghibtu ilayka fîhi, wa rajawtuhu minka, bi-manzil-


atika wa âli baytika ‘inda-llâhi, wa manzilatihi ‘indakum,

Alors réalise ce que j’ai désiré de toi et ce que j’ai espéré


de toi, par ta demeure et celle des gens de ta maison auprès
de Dieu, et de Sa Demeure auprès de vous,

wabi-haqqi bni ‘ammika rasûli-llâhi, sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi


wa sallama wa ‘alayhim ajma'îna.
171/2106
et par le droit de ton cousin, le Messager de Dieu (que
Dieu prie sur lui et sur sa famille et les salue tous)

*♦La Ziyârat à Fâtimah az- Zahrâ’(p)

As-salâmu ‘alayki yâ mumtahanatu.

Que la paix soit sur toi, ô l’Eprouvée !

Imtahanaki al-ladhî khalaqaki, fa-wajadaki limâ-mtahanaki,


sâbiratann.

Celui qui t’a créée t’a éprouvée et Il t’a trouvée patiente


dans ce qu’il t’a éprouvée.

Anâ laki musaddiqunn, sâbirunn ‘alâ mâ atâ bihi abûki, wa


wasiyyuhu salawâtu-llâhi ‘alayhimâ,

Je crois en toi et suis patient pour ce que ton Père a ap-


porté avec lui, ainsi que son Légataire (que les prières de
Dieu soient sur eux deux),

wa anâ as’aluki, in kuntu saddaqtuki illâ alhaqtinî bi-tasdîqî


lahumâ, li-tusarra nafsî,

je te demande, si je te suis sincère, de me rendre at-


tachée à ma corroboration aux deux fie Prophète et l’imam
‘Ali] pour que mon âme soit réjouie,

fa-ash’hadî innî tâhirunn bi-walâyatiki, wa walâyati âli baytiki,


salawâtu-llâhi ‘alayhim ajma'îna.
172/2106
alors, atteste que je suis pur par mon allégeance à toi et
l’allégeance aux gens de ta famille, que les prières de Dieu
soient sur eux deux.

*♦Egalement une Ziyârat pour elle(p) selon un autre propos


rapporté.

As-salâmu ‘alayki, yâ mumtahanatu.

Que la paix soit sur toi, ô l’Eprouvée !

Imtahanaki al-ladhî khalaqaki qabla an yakhluqaki, wa kunti


limâ-mtahanaki bihi sâbiratann.

Celui qui t’a créée t’a éprouvée avant de t’avoir créée et


tu as été patiente pour ce qu'il t’a éprouvée !

Wa nahnu laki awliyâ’unn musaddiqûna, wa likulli mâ atâ bihi


abûki, sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi wa sallama wa atâ bihi wasiyyuhu
‘alayhi as-salâmu musallimûna.

Nous sommes des alliés sincères envers toi et soumis à


tout ce que ton Père a apporté avec lui (que les Prières de
Dieu soient sur lui et sur sa famille ainsi que les Saluts) ain-
si qu’à ce que son Légataire (que la paix soit sur lui) a ap-
porté avec lui.

Wa nahnu nas’aluka, Allâ-humma, idh kunnâ musaddiqîna


lahum, an tulhiqanâbi-tasdîqinâ bi-d-darajati-l-‘ âliyati,

Nous te demandons, notre Dieu, si nous sommes


sincères envers eux, de nous rendre attachée à notre
corroboration [à eux] d’un degré élevé,
173/2106

li-nubashshira an fusanâ bi-annâ qad tahumâ bi-walâyatihim ‘


alayhimu-s-salâmu.

pour que nous nous annoncions à nous-mêmes que nous


avons été purifiés par notre allégeance à eux (que la paix
soit sur eux).

*♦Le lundi qui est au nom de Hassan(p) et de Hussein(p)

*-Ziyârat à al-Hassan(p)

As-salâmu ‘alayka yâ bna rasûli rabbi-l-‘âlamîna.

Que la paix soit sur toi, ô fils du Messager du Seigneur


des mondes !

As-salâmu ‘alayka yâ bna amîri-l-mu’minîna.

Que la paix soit sur toi, ô fils du Prince des croyants !

As-salâmu ‘alayka yâ bna Fâtimata az-Zahrâ’i.

Que la paix soit sur toi, ô fils de Fatimah az-Zahra’ !

As-salâmu ‘âlayka yâ habîba-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô Bien-aimé de Dieu !

As-salâmu ‘alayka yâsafawata-llâhi.


Que la paix soit sur toi, ô Elu de Dieu !
174/2106
As-salâmu ‘alayka yâ amîna-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô Fidèle de Dieu !

As-salâmu ‘alayka yâ hujjata-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô Argument de Dieu !

As-salâmu ‘alayka yâ nûra-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô Lumière de Dieu !

As-salâmu ‘alayka yâ sirâta-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô Voie droite de Dieu !

As-salâmu ‘alayka yâ bayâna hukmi-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô Mise en évidence du Jugement


de Dieu !

As-salâmu ‘alayka yâ nâsira dîni-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô Soutien de la religion de Dieu !

As-salâmu ‘alayka ayyuhâ as-sayyidu az-zakiyyu.

Que la paix soit sur toi, ô le Maître pur !

As-salâmu ‘alayka ayyuhâ al-barru al-wafiyyu.

Que la paix soit sur toi, ô le Pieux, l’intègre !

As-salâmu ‘alayka ayyuhâ al-qâ’imu al-amînu.


175/2106

Que la paix soit sur toi, ô celui qui se dresse, le Fidèle !

As-salâmu ‘alayka ayyuhâ al-‘âlimu bi-t-ta’wîli.

Que la paix soit sur toi, ô le Savant de l’exégèse !

As-salâmu ‘alayka ayyuhâ al-hâdî al-mahdiyyu.

Que la paix soit sur toi, ô le Guide, le Bien-dirigé !

As-salâmu ‘alayka ayyuhâ at- tâhiru az-zakiyyu.

Que la paix soit sur toi, ô le Pur, le Vertueux !

As-salâmu ‘alayka ayyuhâ at-taqiyyu, an-naqiyyu.

Que la paix soit sur toi, ô le Pieux, l'immaculé !

As-salâmu ‘alayka ayyuhâ-l haqqu al-haqîqu.

Que la paix soit sur toi, ô la Vérité authentique !

As-salâmu ‘alayka ayyuhâ ashshahîdu as-siddîqu.

Que la paix soit sur toi, ô le Témoin, le Sincère !

As-salâmu ‘alayka yâ abâ Muharnmadinn al-Hasana bna


‘Aliyyinn, wa rahmatu-llâhi wa barakâtuhu.

Que la paix soit sur toi, ô Abû Mohammed, al-Hassan fils


de ‘Alî, ainsi que la Miséricorde de Dieu et Sa Bénédiction !
176/2106
*-Ziyârat à al-Hussein(p)

As-salâmu ‘alayka yâ bna rasûli-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô fils du Messager de Dieu !

As-salâmu ‘alayka yâ bna amîri-l-mu'minîna.

Que la paix soit sur toi, ô fils du Prince des croyants !

As-salâmu ‘alayka yâ bna sayyidati nisâ’i-l-‘âlamîna.

Que la paix soit sur toi, ô fils de la Dame des femmes du


monde !

Ash’hadu annaka aqamta as-salâta, wa âtayta az-zakâta,

J’atteste que tu as accompli la prière, que tu as donné la


Zakât,

wa amarta bi-l-ma‘rûfi wa nahayta ‘ani-l-munkari,

que tu as ordonné le bien et interdit le blâmable,

wa ‘abadta-llâha mukhlisann, wa jâhadta fï-llâhi haqqa jihâdihi,


hattâ atâka-l-yaqînu,

que tu as adoré Dieu sincèrement, que tu as combattu en


Dieu à la juste mesure de Son Combat jusqu’à ce que la cer-
titude [la mort] t’ait atteint,
177/2106
fa-‘alayka as-salâmu minnî mâ baqîtu wa baqiya-l-laylu an-
nahâru, wa ‘alâ âli baytika-t-tayyibîna at-tâhirîna.

alors que la paix soit sur toi, de ma part, tant que je serai
en vie et que resteront la nuit et le jour, ainsi que sur les
gens bons et purs de ta maison !

Anâ, yâ mawlâya, mawlann laka wa li-âli baytika, silmunn liman


sâlamakum, wa harbunn liman hârabakum,

Je suis, ô mon Maître, ton allié et celui des gens de ta fa-


mille, en paix avec ceux qui sont en paix avec vous et hostile
à l’encontre de ceux qui vous sont hostiles,

mu’minunn bi-sirrikum wa jahrikum, wa zhâhirikum, wa


bâtinikum.

croyant en ce que vous avez gardé secret et en ce que


vous avez divulgué, en ce qui est apparent de vous et de ce
qui est profond !

La‘ana-llâhu a‘dâ’akum mina-l-awwalîna wa-l-âkhirîna, wa anâ


abra’u ilâ-llâhi ta‘âlâ minhum.

Que Dieu maudisse vos ennemis des premiers aux


derniers, et moi, je me dédouane d’eux devant Dieu Très-
Elevé !

Yâ mawlâya, yâ abâ Muhammadinn, yâ mawlâya, yâ abâ ‘abdi-


llâhi, hadhâ yawmu-l-ithnayni wa huwa yawmukumâ wa bi-
smikumâ,
178/2106
Ô mon Maître, ô Abu Mohammed, ô mon Maître, ô Abu
Abdallah, aujourd’hui c’est lundi et c’est votre jour et en
votre nom à vous deux,

wa anâ fihi dayfukumâ, fa-adîfânî wa ahsinâ diyâfatî, fa-ni‘ma


mani-studîfa bihi antumâ,

et moi, en ce jour, je suis votre invité, alors accueillez-


moi de la meilleure hospitalité, car c’est un bienfait de se
faire héberger par vous deux,

wa anâ fihi min jiwârikumâ fa-ajîrânî,

et moi, je suis, en ce jour, du nombre de vos voisins alors


acceptez-moi dans votre voisinage,

fa-innakumâ ma’mûrâni bi-d-diyâfati wa-l-ijârati, fa-sallâ- llâhu


‘alaykumâ wa âlikumâ at-tayyîbîna.

car vous avez, tous les deux, reçu l’ordre de l’hospitalité


et de la protection (que Dieu prie sur vous deux et sur vos
bonnes familles) !

*♦Le mardi au nom de ‘Alî as-Sajjâd(p), Mohammed al-Bâqer(p) et


de Ja’far as-Sâdeq(p).

Et voici leur Ziyârat :

As-salâmu ‘alaykum yâ khuzzâna ‘ilmi-llâhi.

Que la paix soit sur vous, ô Gardiens du Savoir de Dieu !

As-salâmu ‘alaykum yâ tarâjimata wahî-llâhi.


179/2106

Que la paix soit sur vous ô Traducteurs de la Révélation


de Dieu !

As-salâmu ‘alaykum yâ a’immata-l-hudâ.

Que la paix soit sur vous, ô Guides de la (bonne)


Direction !

As-salâmu ‘alaykum yâ a‘lâma-t-tuqâ.

Que la paix soit sur vous, ô Marques de la piété !

As-salâmu ‘alaykum yâ awlâda rasûli-llâhi.

Que la paix soit sur vous, ô enfants du Messager de Dieu


!

Anâ‘ârifunnbi-haqqikum,mustabsirunn bi-sha’nikum, mu‘âdinn


li-a‘dâ’ikum, muwâlinn li-awliyâ’ikum, bi-abî antum wa
ummî,salawâtu-llâhi ‘alaykum.

Je connais votre Droit, convaincu de votre importance,


hostile à vos ennemis, allié à ceux qui vous sont alliés, que
mon père et ma mère soient [en rançon] pour vous, que les
Prières de Dieu soient sur vous !

Allâhumma innî atawâlâ âkhirahum, kamâ tawâlaytu


awwalahum.

Mon Dieu, j’ai prêté allégeance au dernier d’entre eux


comme j’ai prêté allégeance au premier d’entre eux,
180/2106
wa abra’u min kulli walîjatinn dûnahum, wa akfuru bi-l-jibti wa-t-
tâghûti wa-l-lâti wa-l-‘uzzâ.

et je me dédouane de tout engagement en dehors d’eux,


je ne crois pas aux idoles, aux tyrans, aux divinités Lât et
‘Uzzat.

Salawâtu-llâhi ‘alaykum yâ mawâliyya, wa rahmatu-llâhi wa


barakâtuhu.

Que les Prières de Dieu soient sur vous, ô mes Maîtres,


ainsi que la Miséricorde de Dieu et Ses Bénédictions !

As-salâmu ‘alayka yâ sayyida-l-‘âbidîna wa sulâlata-l-wasiyyîna.

Que la paix soit sur toi, ô Maître des adorateurs, ô lignée


des Légataires !

As-salâm'u ‘alaykum yâ bâqira ‘ilmi-n-nabiyyîna.

Que la paix soit sur toi, ô Celui qui tranche le savoir des
Prophètes !

As-salâmu ‘alayka yâ sâdiqann musaddaqann fî-l-qawli wa-l-fi‘li.

Que la paix soit sur toi, ô le Sincère, le confirmé au


niveau de sa parole et de ses actes !

Yâ mawâliyya, hadhâ yawmukum wa huwa yawmu-th-thulâthâ’i,


wa anâ flhi dayfunn lakum wa mustajîrunn bikum,

Ô mes Maîtres, aujourd'hui c’est votre jour et c’est le


mardi, et moi en ce jour, je suis votre invité et cherchant la
protection auprès de vous,
181/2106

fa-adîfûnî wa ajîrûnî bi-manzilati-llâhi ‘indakum wa âli baytikum


at-tayyibîna at-tâhirîna.

alors accueillez-moi et acceptez-moi dans votre voisin-


age par le rang de Dieu auprès de vous, et des gens de votre
maison, les bons, les purs.

*♦Le mercredi au nom de Moussa al-Kâzhem(p), ‘Alî ar-Ridâ(p),


Mohammed at-Taqî(p) et ‘Alî an-Naqî(p).

Et voici leur Ziyàrat :

As-salâmu ‘alaykum yâ awliyâ’a-llâhi.

Que la paix soit sur vous, ô Proches-Elus de Dieu !

As-salâmu ‘alaykum yâ hujaja-llâhi.

Que la paix soit sur vous, ô Arguments de Dieu !

As-salâmu ‘alaykum, yâ nûra-llâhi fî zhulumâti-l-ardi.

Que la paix soit sur vous, ô Lumière de Dieu dans les


ténèbres de la terre !

As-salâmu ‘alaykum, salawâtu-llâhi ‘alaykum, wa ‘alâ âli


baytikumu at-tayyibîna at-tâhirina.

Que la paix soit sur vous, que les Prières de Dieu soient
sur vous et sur les gens de vos maisons, les bons, les purs !

Bi-abî antum wa ummî, laqad ‘abadtumu-llâha mukhlisîna.


182/2106

Que mon père et ma mère soient [en rançon] pour vous,


vous avez adoré Dieu sincèrement,

wa jâhadtum fi-llâhi haqqa jihâdihi hattâ atâkumu-l-yaqînu

et vous avez combattu en Dieu d’un combat à sa juste


valeur jusqu’à ce que la certitude [la mort] vous ait atteints.

Fa-la‘ana-llâhu a'dâ'akum mina-l-jinni wa-l-insi ajma'îna, wa anâ


abra’u ilâ-llâhi wa ilaykum minhum.

Que Dieu maudisse tous vos ennemis, des djinns et des


hommes, et moi je me dédouane d’eux devant Dieu et
devant vous.

Yâ mawlâya yâ abâ Ibrâhîma Mûsâ bna Ja‘farinn, yâ mawlâya, yâ


abâ-l-Hasani, ‘Aliyya bna Mûsâ,

Ô mon Maître, ô Abû Ibrahim, Moussa fils de Ja‘far, ô


mon Maître, ô Abû-l-Hassan, ‘Alî fils de Moussa,

yâ mawlâya yâ abâ Ja‘farinn, Muhammada bna ‘Aliyyinn, yâ


mawlâya yâ abâ-l-Hasani, ‘Aliyya bna Muhammadinn,

Ô mon Maître, ô Abû Ja’far, Mohammed fils de ‘Alî, ô


mon Maître, ô Abû l-Hassan, ‘Alî fils de Mohammed,

anâ mawlann lakum, mu’minunn bi-sirrikum wa jahrikum,


mutadayyifunn bi-kum fi yawmikum hadhâ wa huwa yawmu-
l-arbi‘â’i,
183/2106
et moi, je suis votre allié, croyant en votre secret et en ce
qui est connu de vous, m’étant hébergé auprès de vous, en
ce jour qui est le vôtre et qui est le jour du mercredi,

wa mustajîrunn bikum fa-adîfûnî wa ajîrûnî bi-âli baytikum at-


tayyibîna at-tâhirina.

demandant l’asile auprès de vous, alors, accueillez- moi


et protégez-moi, par les membres bons et purs de la famille
de votre maison.

*♦Le jeudi au nom de Hassan al-’Askarî(p).

Alors, dis lors de sa Ziyârat :

As-salâmu ‘alayka yâ waliyya-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô Ami proche de Dieu !

As-salâmu ‘alayka yâ hujjata-llâhi wa khâlisatahu.

Que la paix soit sur toi, ô Argument de Dieu et Son Ami


pur !

As-salâmu ‘alayka yâ imâma-l-mû’minîna, wa wâritha-l-murs-


alîna wa hujjata rabbi-l-‘âlamîna.

Que la paix soit sur toi, ô Guide des croyants, et Héritier


des Messagers et Argument du Seigneur des mondes !

Sallâ-llâhu ‘alayka wa ‘alâ âli baytika at-tayyibîna at-tâhirîna.


184/2106
Que Dieu prie sur toi et sur les gens bons et purs de ta
maison !

Yâ mawlâya yâ abâ Muhammadinn, al-Hasana bna ‘Aliyyinn, anâ


mawlâ laka wa li-âli baytika,

Ô mon Maître, ô Abû Mohammed, al-Hassan, fils de ‘Alî,


moi, je suis ton allié et celui des gens de ta maison,

wa hadhâ yawmuka wa huwa yawmu-l-khamîsi wa anâ day-fuka


fîhi wa mustajîrunn bika fîhi,

et aujourd’hui est ton jour et c’est jeudi, et moi, durant


ce jour, je suis ton invité, demandant asile auprès de toi,

fa-ahsin diyâfatî wa ijâratî bi-haqqi âli baytika, at-tayyibîna, at-


tâhirina.

alors, accueille-moi bien et accepte-moi bien dans ton


voisinage par le droit des gens bons et purs de ta maison.

*♦Le vendredi, le jour du Détenteur du Temps (qa).

Il est en son nom et c’est le jour où il va apparaître (que Dieu ac-


célère son soulagement). Alors récite sa visite (Ziyârat).

As-salâmu ‘alayka yâ hujjata-llâhi fi ardihi.

Que la paix soit sur toi, ô Argument de Dieu sur Sa terre !

As-salâmu ‘alayka yâ ‘ayna-llâhi fi khalqihi.

Que la paix soit sur toi, ô Œil de Dieu dans Sa création !


185/2106

As-salâmu ‘alayka yâ nûra-llâhi, al-ladhî yahtadî bihi al-


muhtadûna, wa yufarraju bihi ‘ani-l-mu’minîna.

Que la paix soit sur toi, ô Lumière de Dieu en fonction de


laquelle se dirigent ceux qui se laissent guidés et par qui les
croyants sont soulagés !

As-salâmu ‘alayka ayyuhâ-l-muhadhdhabu, al-khâ’ifu.

Que la paix soit sur toi, le Bien-Elevé, l’Effrayé !

As-salâmu ‘alayka ayyuhâ-l-waliyyu an-nâsihu.

Que la paix soit sur toi, ô l'Ami proche et le Conseiller !

As-salâmu ‘alayka yâ safînata-n-najâti.

Que Dieu prie sur toi, ô Vaisseau du salut !

As-salâmu ‘alayka yâ ‘ayna-l-hayâti.

Que la paix soit sur toi, ô Œil de la vie !

As-salâmu ‘alayka, sallâ-llâhu ‘alayka,

Que la paix soit sur toi, que Dieu prie sur toi,

wa ‘alâ âli baytika at-tayyibîna at-tâhirîna.

et sur les gens bons et purs de ta famille !

As-salâmu‘alayka, ‘ajjala-llâhu laka mâ wa‘adaka mina-n-nasri wa


zhuhûri al-amri.
186/2106

Que la paix soit sur toi, que Dieu accélère pour toi la vic-
toire et l’apparition de l’ordre promises !

As-salâmu ‘alayka yâ mawlâya.

Que la paix soit sur toi, ô mon Maître !

Anâ mawlâka ‘ârifunn bi-ûlâka wa ukhrâka,

Je suis ton allié, connaissant ton Premier et ton Dernier,

ataqarrabu ilâ-llâhi ta‘âlâ bika wa bi-âli baytika, wa antazhiru


zhuhûraka wa zhuhûra-l-haqqi ‘alâ yadayka.

je m’approche de Dieu Très- Elevé par toi et par les gens


de ta maison, j’attends ton apparition et l’apparition de la
Vérité par ton intermédiaire.

Wa as’alu-llâha an yusalliya ‘alâ Muhammadinn wa âli


Muhammadinn,

Je demande à Dieu de prier sur Mohammed et sur la fa-


mille de Mohammed,

wa an yaj‘alanî mina-l-muntazhirîna laka, wa-t-tâbi‘îna wa-n-


nâsirîna laka ‘alâ a‘dâ’ika,

et de me placer parmi ceux qui t’attendent, ceux qui te


suivent, ceux qui te viennent en aide contre tes ennemis,

wa-l-mustashhadîna bayna ya-dayka fî jumlati awliyâ’ika.


187/2106
ceux qui tombent en martyrs entre tes mains dans le
groupe de tes proches alliés !

Yâ mawlâya yâ sâhiba-z-zamâni, salawâtu-llâhi ‘alayka wa ‘alâ âli


baytika.

Ô mon Maître, ô Détenteur du temps, que les prières de


Dieu soient sur toi et les gens de ta maison !

Hadhâ yawmu-l-jumu‘ati wa huwa yawmuka al-mutawaqqa‘u fîhi


zhuhûrika,

Aujourd’hui, c’est vendredi et c’est ton jour, durant le-


quel ton apparition est prévue,

wa-l-fara-ju fîhi li-l-mu'minîna ‘alâ yadayka, wa qatlu-l-kâfirîna


bi-sayfika,

ainsi que le soulagement des croyants par ton intermé-


diaire et la mort des incroyants par ton épée,

wa anâ yâ mawlâya fîhi dayfuka wajâruka,

et moi, en ce jour, ô mon Maître, je suis ton invité et ton


voisin,

wa anta yâ mawlâya karîmunn min awlâdi-l-kirâmi, wa


ma’mûrunn bi-d-diyâfati wa-l-ijârati,

et toi, ô mon Maître, tu es noble, de descendance noble,


ayant reçu l’ordre de l’hospitalité et de la protection,

fa-adifnî wa ajimî.
188/2106
alors,accueille-moi et accepte-moi dans ta protection !

Salawâtu-llâhi ‘alayka wa ‘alâ ahli baytika at-tâhirîna.

Que les prières de Dieu soient sur toi et sur les gens purs
de ta maison !

*Certaines invocations connues..

*L'invocation du matin

(du Prince des croyants(p))

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar rahîmi.

Par [la grâce du] Nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le


Très-Miséricordieux.

Allâhumma, yâ man dala'a lisâna-s-sabâhi bi-nutqi taballujihi, wa


sarraha qita‘a-l-layli al-muzhlimi bi-ghayâhibi talajlujihi,

Mon Dieu, ô Celui qui a tiré la langue du matin par le


langage de sa lueur, qui a libéré les parcelles de la nuit ob-
scure par les ténèbres de ses balbutiements,

wa atqana sun‘a-l-falaki-d-dawwâri fî maqâdîri tabarrujihi, wa


sha‘sha‘a diyâ’a-sh-shamsi bi-nûri ta’jjujihi.
qui a perfectionné la fabrication du globe terrestre
tournant selon les mesures de sa parure, qui a fait briller la
clarté du soleil par la lumière de son incandescence !
189/2106
Yâ man dalla ‘alâ dhâtihi bi-dhâtihi, wa tanazzaha ‘an mujânasati
makhlûqâtihi, wa jalla ‘an mulâ’amati kayfiy- yâtihi,

Ô Celui qui a indiqué Son Essence par Son Essence, qui


s’est abstrait de l'appartenance au genre de Ses créatures,
qui est au-dessus de l’accommodation de Ses Modalités,

yâ man qaruba min khatarâti-zh-zhunûni, wa ba‘uda ‘an


lahazhâti-l-‘uyûni, wa ‘alima bimâ kâna qabla an yakûna,

ô Celui qui est proche des moments de conjectures, qui


est loin des regards des yeux, qui sait ce qui était avant qu’il
ne soit,

yâ man arqadanî fi mihâdi amnihi wa amânihi, wa ayqazhanî ilâ


mâ manahanî bihi min minanihi wa ihsânihi, wa kaffa akuffa-s-sû’i
‘annî bi- yadihi wa sultânihi.

ô Celui qui m’a endormi dans le berceau de la Sécurité et


de la Sûreté, qui m’a réveillé vers ce qu'il m’a octroyé de Ses
Dons et de Ses Bienfaits, qui a éloigné de moi les mains du
mal, de Sa Main [Sa Force] et de Son Pouvoir,

salli, Allâhumma, ‘alâ ad-dalîli ilayka fî-l-layli-l-alyali, wa-l-


mâsiki min asbâbika bi-habli-sh-sharafi al-atwali,

prie, mon Dieu, sur celui qui T’indique dans les ténèbres
de la nuit, sur celui qui, de parmi Tes causes [cordes], s’est
accroché à la corde de l’honneur la plus longue,

wa-n-nâsi‘i al-hasabi fi dhirwati-l-kâhili al-a‘bali, wa-th-thâbiti al-


qadami ‘alâ zahâlîfihâ fi-z-zamani-l-awwali
190/2106
sur celui qui a une ascendance pure, au faîte de la gloire
et de la dignité, sur celui qui a les pieds fermes sur les [ter-
rains] glissants des premiers temps,

wa ‘alâ âlihi-l-akhyâri al-mustafayna-l-abrâri,

et sur les gens de sa famille, les élus, les choisis, les purs,

wa-ftahi, Allâhumma, lanâ masârî'a-s-sabâhi bi-mafâtîhi ar-


rahmati wa-l-falâhi,

ouvre-nous, notre Dieu, les battants de la porte du matin


avec les clefs de la Miséricorde et de la Réussite,

wa albisnî, Allâhumma, min afdali khila‘i-l-hidâyati wa-s-salâhi,

revêts-moi, mon Dieu, du meilleur des habits (offerts)


de la Guidance et de la Vertu,

Wa-ghrusi, Allâhumma, bi-‘azhamatika fî shirbi janânî yanâbî‘a-l-


khushû‘i,

insère, mon Dieu, par Ta Grandeur, les sources de


l'humilité dans les abreuvoirs de mon cœur,

wa ajri, Allâhumma, li-haybatika min âmâqî zafarâti-d-dumû‘i,


wa addibi Allâhumma nazaqa-l-khurqi minnî bi-azimmati-l-qunû‘i.

fais couler, mon Dieu, par Ta Majesté, des commissures


de mes paupières, des sanglots de larmes, corrige, mon
Dieu, l’impétuosité de mes balourdises par les rênes du
contentement de peu !
191/2106
llâhî in lam tabtadi’riî ar-rahmatu minka bi-husni-t-tawfîqi, fa-
mani-s-sâliku bî ilayka fî wâdihu-t-tarîqi ?

Mon Dieu, si Ta Miséricorde ne me précède pas par une


bonne réussite, alors qui me conduira à Toi dans la voie
claire ?

Wa in aslamatnî anâtuka li-qâ’idi-l-amali wa-l-munâ, fa-mani-l-


muqîlu ‘atharâtî min kabawâti-l-hawâ.

Si Ton Indulgence me livre au chef de l’espoir et des


désirs, alors qui absoudra mes faux-pas [résultant] des
chutes des passions ?

Wa in khadhalanî nasruka ‘inda muhârabati-n-nafsi wa sh-


shaytâni, faqad wakalanî khidhlânuka ilâ haythu-n-nasabu wa-l-
hirmânu.

Si Ton Aide me fait défaut lors du combat contre l’âme et


le diable, Ta Défection me jette là où se trouvent la fatigue
et la misère !

llâhî, atarânî mâ ataytuka illâ min haythu-l-âmâlu, am ‘aliqtu bi-


atrâfi hibâlika, illâ hîna bâ'adatnî dhunûbî ‘an dâri-l-wisâli.

Mon Dieu, ne vois-tu pas que je ne suis venu à Toi que du


point de vue de l’espoir et que je me suis accroché aux ex-
trémités de Ta Corde, que dans la mesure où mes péchés
m’ont éloigné de la Demeure de Ta Proximité ?!

Fa-bi’sa-l-matiyyatu al-latî amtatat nafsî min hawâhâ, fawâhann


lahâ limâ sawwalat lahâ zhunûnuhâ wa munâhâ, wa tabbann lahâ li-
jur’atihâ ‘alâ sayyidihâ wa mawlâhâ.
192/2106
Alors, comme est misérable la monture que mon âme a
enfourchée de ses passions ! Dommage pour elle pour ce
que ses conjectures et ses désirs lui ont suggéré ! Malheur à
elle pour son audace à rencontre de son Seigneur et son
Maître !

Ilâhî fara'tu bâba rahmatika bi-yadi rajâ'î, wa harabtu ilayka


lâji'ann min farti ahwâ’î, wa ‘allaqtu bi-atrâfi hibâlika anâmila walâ’î,

Mon Dieu, j’ai frappé à la porte de Ta Miséricorde de la


main de mon espoir, je me suis enfui auprès de Toi, cher-
chant refuge contre les excès de mes passions, je me suis
accroché aux extrémités de Ta Corde par les phalangettes
de mon allégeance,

fa-sfahi, Allâhumma, ‘ammâ kuntu ajramtuhu min zalalî wa khatâ


î, wa aqilnî min sar‘ati ridâ’î,

alors, pardonne-moi, mon Dieu, ce que j’ai commis en


Péchés et fautes, relève-moi de la chute du fait de mes
vices,

fa-innaka sayyidî wa mawlâya wa mu'tamadî wa rajâ’î, wa anta


ghâyatu matlûbî wa munâya fî munqalabî wa mathwâya.
car Tu es mon Souverain et mon Maître, mon Appui et
mon Espoir, Tu es Toi, le But de ma demande et de mes
désirs dans mes retournements et dans ma stabilité !

Ilâhî, kayfa tatrudu miskînann altaja’a ilayka mina-dh-dhunûbi


hâribann, am kayfa tukhayyibu mustarshidann qasada ilâ janâbika
sâ'iyann, am kayfa taruddu zhamanann warada ilâ hiyâdika
shâribann ?!
193/2106
Mon Dieu, comment repousserais-Tu un misérable qui
s’est réfugié auprès de Toi, fuyant les péchés, comment
décevrais-Tu quelqu’un qui demanderait son chemin, as-
pirant à Ta Proximité avec effort, ou comment
repousserais-Tu un assoiffé qui irait s’abreuver à Tes
Bassins pour boire ?!

Kallâ ! Wa hiyâduka mutra'atunn fi danki-l-muhûli, wa bâbuka


maftûhunn li-t-talabi wa-l-wughûli, wa anta ghâyatu-s-su’li wa
nihâyatu-l- ma’mûli.

Non ! Tes Bassins sont pleins dans la misère de la


sécheresse, Ta Porte est ouverte pour la demande et l’intru-
sion, Tu es le But de la demande et la Fin de l’espoir !

Ilâhî, hadhihi azimmatu nafsî ‘aqaltuhâ bi-‘iqâli mashî’atika, wa


hadhihi a'bâ’u dhunûbî dara’tuhâ bi-‘afwika wa rahmatika, wa had-
hihi ahwâ’î- l-mudillatu wa kaltuhâ ilâ janâbi lutfika wa ra’fatika,

Mon Dieu, voici les rênes de mon âme que j’ai ac-
crochées à la corde de Ta Volonté, ces fardeaux de mes
péchés que j’ai repoussés par Ton Pardon et Ta Miséri-
corde, ces passions trompeuses que j’ai livrées au côté de
Ta Bienveillance et de Ta Bonté !

fa-j ‘ali Allâhumma sabâhî hadhâ nâzilann ‘alayya bi-diyâ’i-l-


hudâ, wa bi-s-salâmati fî-d-dîni wa-d-dunyâ,

alors, mon Dieu, fais que ce matin qui est le mien des-
cende sur moi avec la lumière de la guidance, le salut dans
la religion et en ce monde,

wa masâ’î junnatann min kaydi-l-‘idâ wa wiqâyatann min


murdiyâti-l-hawâ, innaka qâdirunn ‘alâ mâ tashâ’u.
194/2106

et que mon soir soit une armure contre les ruses des en-
nemis et une protection contre les perditions de la passion,
car Tu peux [faire] ce que Tu veux

Tu'tî-l-mulka man tashâ’u wa tanzi‘u-l-mulka mimman tashâ'u,


wa tu'izzu man tashâ’u wa tudhillu man tashâ’u.

Tu donnes la royauté à qui Tu veux et Tu la retires à qui


Tu veux, Tu renforces qui Tu veux et Tu humilies qui Tu
veux.

Bi-yadika-l-khayru, innaka ‘alâ kulli shay’inn qadîrunn, tûliju-l-


layla fî-n-nahâri, wa tûliju-n-nahâra fî-l-layli.

Entre Tes mains se trouve le Bien et Tu es Puissant sur


toute chose, Tu fais pénétrer la nuit dans le jour et Tu fais
pénétrer le jour dans la nuit,

Wa tukhriju-l-hayya mina-l-mayyiti, wa tukhriju-l-mayyita mina-


l-hayyi, wa tarzuqu man tashâ’u bi-ghayri hisâbinn.

Tu fais sortir le vivant du mort et Tu fais sortir le mort


du vivant, Tu pourvois à la subsistance de qui Tu veux sans
compter !

Lâ ilâha illâ anta, subhânaka, Allâhumma, wa bi-hamdika.

Il n’y a pas de Dieu autre que Toi, Gloire à Toi, mon Dieu
et par Ta Louange !

Man dhâ ya‘rifu qadraka falâ yakhâfuka, wa man dhâ ya ‘lamumâ


anta falâ yahâbuka.
195/2106
Qui est celui qui connaît Ta Puissance et ne Te craint pas
? Qui est celui qui sait qui Tu es et ne Te redoute pas ?

Allafta bi-qudratika al-firaqa wa falaqta bi-lutfika al-falaqa, wa


anarta bi-karamika dayâj iya-l-ghasaqi,

Tu rassembles par Ta Puissance les groupes, Tu fends


l’aurore par Ta Bonté, et Tu illumines les ténèbres du
crépuscule par Ta Noblesse,

wa anharta-l-miyâha mina-s-summi as-sayâkhîdi ‘adhbann wa


ujâjann, wa anzalta mina-l-mu‘sirâti mâ’ann thajjâjann,

Des rochers durs, Tu fais couler les eaux douces et


salées, des nuages qui donnent la pluie Tu fais descendre
des trombes d’eau,,

wa ja'alta ash-shamsa wa-l-qamara li-l-bariyyati sirâjann wah-


hajann, min ghayri an tumârisa fïmâ abtada’ata bihi lughûbann wa lâ
‘ilâjann.

Tu as rendu le soleil et la lune comme une lampe flam-


boyante pour les créatures, sans déployer, dans ce que Tu
as commencé, de fatigue ni de traitement.

Fa-yâ man tawahhada bi-l-‘izzi wa-l-baqâ’i, wa qahara ‘ibâdahu


bi-l-mawti wa-l- fanâ'i,

Ô Celui qui unifie par la Puissance et la Permanence et


qui subjugue Ses Serviteurs par la mort et le néant,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi al-atqiyâ’i, wa-sma‘ nidâ'î, wa-


stajib du‘â’î, wa haqqiq bi-fadlika amalî wa rajâ’î,
196/2106
prie sur Mohammed et sur les membres pieux de sa fa-
mille et entends mon appel, exauce mon invocation, réalise
par Ta Faveur mon espoir et mon espérance,

yâ khaÿra mân du'iya li-kashfi-d-durri wa-l-ma’mûli fî kulli ‘us-


rinn wa yusrinn.

ô Meilleur qui soit sollicité pour dissiper le mal et pour


[obtenir] ce qui est espéré dans toute difficulté et facilité !

Bika anzaltu hâjatî falâ taruddanî min saniyyi mawâ-hibika


khâ’ibann,

C’est auprès de Toi que je suis descendu [présenter]


mon besoin, alors ne me renvoie pas déçu [en me privant]
de Tes Dons splendides,

yâ karîmu, yâ karîmu, yâ karîmu, bi-rahmatika yâ arhama-r-


râhimîna.

ô Très Généreux, ô Très Généreux, ô Très Généreux, par


Ta Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des
miséricordieux !

wa sallâ-llâhu ‘alâ khayri khalqihi Muhammadinn wa âlihi


ajma‘îna.

Que Dieu prie sur les meilleures de Ses créatures, Mo-


hammed et tous les membres de sa famille !

Ensuite se prosterner et dire :


197/2106
Ilâhî qalbî mahjûbunn, wa nafsî ma'yûbunn, wa ‘aqlî
maghlûbunn, wa hawâ’î ghâlibunn, wa tâ‘atî qalîlunn, wa ma‘siyatî
kathîrunn, wa lisânî muqirrunn bi-dh-dhunûbi, fa-kayfa hîlatî.

Mon Dieu, mon cœur est voilé, mon âme est défec-
tueuse, ma raison a succombé, ma passion est victorieuse,
mes actes d’obéissance sont modiques alors que mes actes
de désobéissance sont nombreux, ma langue reconnaît les
péchés, alors que puis-je faire ?

yâ sattâra-l-‘uyûbi, wa yâ ‘allâma-l-ghuyûbi, wa yâ kâshifa-l-kur-


ûbi, ighftr dhunûbî kullahâ bi-hurmati Muhammadinn wa âli
Muhammadinn,

Ô Celui qui dissimule les défauts, ô Celui qui connaît les


Mystères, ô Celui qui dissipe les tourments, pardonne tous
mes péchés par la grâce de l’honneur de Mohammed et de
la famille de Mohammed,

yâ ghafïlru, yâ ghaffâru, yâ ghaffâru, bi-rahmatika yâ arhama-r-


râhimîna.

ô Celui qui pardonne, ô Celui qui pardonne, ô Celui qui


pardonne, par Ta Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des
miséricordieux !

Je dis : Le savant al-Majlisî (que Dieu lui fasse miséricorde) a


rapporté cette invocation dans les deux livres de l'invocation et de la
Prière d’al-Bihar et il a ajouté un commentaire et un éclaircissement
en appendice dans le livre de la Prière.
Il dit : « Cette invocation est une des invocations renommées.
Mais je ne l’ai trouvée, parmi les livres considérés, que dans le livre
al- Misbâh de Sayyed Ibn Bâqî (que Dieu soit Satisfait de lui). » Il
dit également : « Ce qui est connu, c’est qu’elle est à invoquer après
198/2106
la prière obligatoire du matin, alors que Sayyed Ibn al-Bâqî l'a rap-
portée pour après la prière surérogatoire du matin. » Il est bien de
le faire à l’un des deux moments.

*L’invocation de Kumayl fils de Ziyâd

(du Prince des croyants(p))


Elle est une des invocations les plus connues des plus connues. Le
grand savant al-Majlisî (que Dieu lui fasse miséricorde) dit qu’elle
est la meilleure des invocations. Elle est l’invocation d’al-Khudr(p)
que le Prince des croyants enseigna à Kumayl, un de ses plus
proches compagnons. On l’invoque la nuit du milieu du mois de
Sha’aban et les nuits du vendredi. Elle suffit pour contrer le mal des
ennemis, ouvrir les portes des moyens de subsistance, [obtenir] le
pardon des péchés. Sheikh et Sayyed, tous les deux, l’ont rapportée
et moi je la rapporte du livre Misbâh al- Mutahajid. La voici :

Allâhumma, innî as’aluka, bi-rahmatika al-latî wasi’at kulla


shay'inn,

Mon Dieu, je Te demande, par Ta Miséricorde qui em-


brasse toute chose,

wa bi-quwwatika al-latî qaharta bihâ kulla shay’inn, wa khada’a


lahâ kullu shay’inn, wa dhalla lahâ kullu shay’inn,

par Ta Force avec laquelle Tu subjugues toute chose, à


laquelle toute chose se soumet, devant laquelle toute chose
s’abaisse,

wa bi-jabarûtika al-latî ghalabta bihâ kulla shay’inn, wa


bi-‘izzatika al-latî lâ yaqûmu lahâ shay’unn,
199/2106
par Ta Force dominatrice avec laquelle Tu vaincs toute
chose, par Ta Toute-Puissance à laquelle rien ne s’oppose,

wa bi-‘azhamatika al-latî mala’at kulla shay’inn, wa bi-sultânika


al-ladhî ‘alâ kulla shay’inn,

par Ta Grandeur qui remplit toute chose, par Ton


Pouvoir qui s’élève au-dessus de toute chose,

wa bi-wajhika al-bâqî ba‘da fanâ’i kulli shay’inn, wa bi-asmâ’ika


al-latî mala’at arkâna kulli shay’inn,

par Ta Face qui subsiste après l’anéantissement de toute


chose, par Tes Noms qui remplissent les piliers de toute
chose,

wa bi-‘ilmika al-ladhî ahâta bi-kulli shay’inn, wa bi-nûri wajhika


al-ladhî adâ’a lahu kullu shay’inn,

par Ton Savoir qui englobe toute chose, par la Lumière


de Ta Face pour qui toute chose s’illumine,

yâ nûru, y â quddûsu, yâ awwala-l-awwalîna, wa yâ âkhira-l-


âkhirîna.

ô Lumière, ô Saint, ô le Premier des premiers, ô le


Dernier des derniers !

Allâhumma-ghfir liya adh-dhunûba al-latî tahtika -l-‘isama

Mon Dieu, pardonne-moi les péchés qui déchirent les


voiles protecteurs !

Allâhumma-ghfir liya adh-dhunûba al-latî tunzilu-n-niqama.


200/2106

Mon Dieu, pardonne-moi les péchés qui font descendre


les châtiments !

Allâhumma-ghfir liya adh-dhunûba al-latî tughayyiru anni‘ama

Mon Dieu, pardonne-moi les péchés qui altèrent les


bienfaits !

Allâhumma-ghfir liya adh-dhunûba al-latî tahbisu-d-du‘â’a !

Mon Dieu, pardonne-moi les péchés qui retiennent


l’invocation !

Allâhumma-ghfir liya adh-dhunûba al-latî tunzilu-l-balâ’a !

Mon Dieu, pardonne-moi les péchés qui font descendre


le malheur !

Allâhumma-ghfir liya kulla dhanbinn adhnabtuhu wa kulla


khatî’atinn akhta’tuhâ !

Mon Dieu, pardonne-moi tous les péchés que j’ai com-


mis et toute faute que j’ai faite !

Allâhumma, innî ataqarrabu ilayka bi-dhikrîka, wa-stashfi‘u bika


ilâ nafsika,

Mon Dieu, je m’approche de Toi par Ton Evocation,


j'implore Ton Intercession auprès de Toi,

wa as’aluka bi-jûdika an tudniyanî min qurbika wa an tûzi'anî


shukraka wa an tulhimanî dhikraka.
201/2106
et je Te demande par Ta Générosité de me rapprocher de
Toi, de me suggérer de Te remercier et de m'inspirer de
T’évoquer !

Allâhumma, innî as’aluka su'âla khâdi'inn, mutadhallilinn,


khâshi'inn, an tusâmihanî wa tarhamanî,

Mon Dieu, je T’implore, en étant soumis [à Toi], en


m’abaissant devant Toi, humblement, de me pardonner, de
me faire miséricorde,

wa taj'alanî bi-qasmika râdiyann, qâni'ann wa fî jamî‘i-l-ahwâli


mutawâdi'ann.
et de me rendre satisfait et convaincu de Ton Partage, et
humble en toute circonstance!

Allâhumma, wa as’aluka su'âla man ashtaddat faqatuhu, wa an-


zala bika ‘inda-sh-shadâ’idi hâjatahu wa ‘azhuma fimâ indaka
raghbatuhu.

Mon Dieu, je Te présente la demande de quelqu’un dont


indigence s’est beaucoup ‘accrue, qui a déposé auprès lle
Toi sa requête dans
l’adversité, dont le désir de ce qu’il y a auprès de Toi est
devenu grandiose.

Allâhumma, ‘azhuma sultânuka wa ‘alâ makânuka wa khafiya


makruka wa zhahara amruka, wa ghalaba qahruka wa jarat
qudratuka wa lâ yumkinu-l-firâru min hukûmatika.

Mon Dieu, Ton Pouvoir est grandiose, Ton Lieu élevé, Ta


Ruse cachée, Ton Ordre manifeste, Ta Force [est] vic-
torieuse, Ta Puissance courante et il n’est pas possible
d’échapper à Ton Gouvernement.
202/2106

Allâhumma, lâ ajidu li-dhunûbî ghâfirann wa lâ li-qabâ’ihî sâtir-


ann, wa lâ li-shay’inn min ‘amalî-l-qabîhi bi-l-hasani mubaddilann
ghayraka.

Mon Dieu, je ne vois personne pour pardonner mes


péchés, recouvrir mes ignominies, remplacer mes
mauvaises actions par des bienfaits autre que Toi !

Lâ ilâha illâ anta subhânaka wa bi-hamdika.

Point de divinité autre que Toi, que Tu sois Glorifié et


par Ta Louange (Loué) !

Zhalamtu nafsî, wa tajjara’tu bi-jahlî, wa sakantu ilâ qadîmi


dhikrika lî wa mannika ‘alayya.

Je me suis fait du tort à moi- même, je me suis enhardi à


cause de mon ignorance, et je me suis fié à l’éternité de Ton
Rappel pour moi et de Ta Grâce à mon égard !

Allâhumma mawlâya kam min qabîhinn satartahu, wa kam min


fâdihinn mina-l-balâ’i aqaltahu,

Mon Dieu, mon Maître, combien de vilaines actions as-


Tu recouvertes, combien d’accablantes calamités m’as Tu
épargnées,

wa kam min ‘ithârinn waqaytahu wa kam min makrûhinn


dafa‘tahu, wa kam min thanâ’-inn jamîlinn lastu ahlann lahu
nashartahu.
203/2106
De combien de faux-pas m’as-Tu protégé, combien
d’adversités as-Tu repoussées de moi, combien de belles
louanges que je ne méritais pas as-Tu répandues !

Allâhumma, ‘azhuma balâ’î wa afrata bî sû’u hâlî, wa qasurat bî


a‘mâlî,

Mon Dieu, mon malheur est devenu grandiose, mon état


s’est empiré à l’excès, mes [bonnes] actions me font défaut,

wa qa‘adat bî aghlâlî, wa habasanî ‘an naf î bu‘du âmâlî. les liens


[de mes péchés]

m’entravent et la longueur de mes espoirs [penser qu’il y


a du temps] ne m’est pas profitable.

Wa khada‘atnî-d-dunyâ bi-ghurûrihâ, wa nafsî bi-khiyânatihâ, wa


mitâlî yâ sayyidî.

Le monde ici-bas m'a trompé avec ses illusions ainsi que


mon âme avec sa perfidie et ma tendance à remettre à plus
tard, ô mon Maître !

Fa-as’aluka, bi-‘izzatika an lâ yahjuba ‘anka du‘â’î sû’u ‘amalî wa


fi'âlî,

Aussi, je Te demande, par Ta Puissance, de ne pas [laiss-


er] mes mauvaises actions être un voile entre mes invoca-
tions et Toi,

Wa lâ tafdahanî bi-khafiyyi mâ attala‘ta ‘alayhi min sirrî,

de ne pas me déshonorer en dévoilant mes secrets in-


térieurs dont Tii as connaissance,
204/2106

wa lâ tu'âjilnî bi-l-‘uqûbati ‘alâ mâ ‘amiltuhu fî khalawâtî min sû’i


fi’lî wa isâ’atî,

de ne pas T’empresser de me punir pour les mauvaises


actions et les méfaits que j'ai faits dans l'isolement,

wa dawâmi tafrîtî wa jahâlatî wa kathrati shahawâti wa ghaflatî,

(pour) la permanence de mes excès et de mon ignor-


ance, (pour) la multitude de mes passions et de mon
insouciance,

wa kun, Allâhumma, bi-‘izzatika lî fi-l-ahwâli kullihâ ra’ûfann, wa


‘alayya fî jamî‘i-l-umûri ‘atûfann.

[je Te demande], ô mon Dieu, d'être, par Ta Puissance,


Bon envers moi dans toutes les situations et Bienveillant
dans l'ensemble des ordres.

Ilâhî wa rabbî, man lî ghayruka as’aluhu kashfa durrî wa-n-


nazhara fî amrî.

Mon Dieu et mon Seigneur, à qui [m’adresser], autre


que Toi, pour demander de soulager ma misère et consi-
dérer mon ordre ?

Ilâhî wa mawlâya, ajrayta ‘alayya hukmann attaba‘tu fîhi hawâ


nafsî wa lam ahtaris fîhi min tazyîni ‘aduwwiyî,

Mon Dieu et mon Maître, Tu m’as instauré un règlement


et [au lieu de T’obéir] je n’ai suivi que les passions de mon
âme, je n’ai pas pris garde aux embellissements de mon
ennemi,
205/2106

fa-gharranî bimâ ahwâ wa as'adahu ‘alâ dhâlika al-qadâ’u.

alors il m’a trompé par ce que j’ai désiré, le Décret ar-


rêté l’aidant en cela.

Fa-tajâwaztu bimâ jarâ ‘alayya min dhâlika ba‘da hudûdika, wa


khâlaftu ba’da awâmirika.

Alors j’ai transgressé certaines de Tes Lois de ce que Tu


m’as instauré à ce propos, et j’ai désobéi à certains de Tes
Ordres.

Falaka-l-hujjatu ‘alayya fî jamî‘i dhâlika, wa lâ hujjata lî fîmâ jarâ


‘alayya fîhi qadâ’uka, wa alzamanî hukmuka wa balâ’uka.

Alors Tu as l’argument à mon encontre pour l’ensemble


de cela, et moi je n’en ai aucun [pour ma défense] à propos
de Ton Décret en cours, ainsi que Ton Jugement et Ton
Epreuve que Tu m’as imposés.

Wa qad ataytuka yâ ilâhî ba‘da taqsîrî wa isrâfî ‘alâ nafsî,

Je suis déjà venu à To., ô mon Dieu, après ma défaillance


et mes excès,

mu‘tadhirann, nâdimann, munkasirann. mustaqïlann, mustagh-


firann, munîbann, muqirrann, mudh‘inann, mu'tarifann.

Te présentant les excuses, regrettant, abattu, deman-


dant l’absolution, implorant le pardon, me repentant, re-
connaissant [mes péchés], docile, [me] confessant [à Toi].
206/2106
Lâ ajidu mafarrann mimmâ kâna minnî wa lâ mafza'ann atawaj-
jahu ilayhi fi amrî, , ghayra qabûlika ‘udhrî wa idkhâlika iyyâya fî
sa'atinn rahmatika.

Je ne trouve aucun lieu où de ce que j’ai fait, ni d abri


vers où me diriger dans mon ordre, en dehors de Ton ac-
ceptation de mes excuses et mon admission dans l’étendue
de Ta Miséricorde.

Allâhumma, fa-qbal ‘udhrî wa-rham shiddata durrî, wa fukkanî


min shaddi wathâqî.

Alors, mon Dieu, accepte mes excuses, aie pitié de la


gravité de mon dommage, délivre-moi de la lourdeur de
mes chaînes !
Yâ rabbi, arham da‘fa badanî wa riqqata jildî wa diqqata ‘azhmî.

Ô Seigneur, aie pitié de la faiblesse de mon corps, de la


délicatesse de ma peau, de la finesse de mes os !

Yâ man bada’a khalqî wa dhikrî wa tarbiyatî wa birrî wa taghdhiy-


atî, habnî li-ibtidâ’i karamika wa sâlifi birrika bî.

Ô Celui qui est à l’origine de ma création, de mon évoca-


tion, de mon éducation, du dévouement envers moi et de
ma nourriture, continue de me pourvoir, par la Grâce de Ta
Générosité initiale et de Ta Bienveillance préalable à mon
égard.

Yâ ilâhî, wa sayyidî, wa rabbî, a turâka mu‘adhdhibî bi-nârika


ba'da tawhidika,
207/2106
Ô mon Dieu, mon Maître et mon Seigneur, est-ce que Tu
me verrais être châtié par Ton Feu après que j’[eus pro-
clamé] Ton Unicité,

wa ba‘damâ-ntawâ ‘alayhi qalbî min ma'rifatika, lahija bihi lisânî


min dhikrika wa-‘taqadahu damirî min hubbika,

que mon coeur se fut empli de Ta Connaissance, que ma


langue se fut attachée à T’évoquer et que ma conscience se
fut convaincue de Ton Amour,

wa ba'da sidqi a'tirâfî wadu'â’î khâdi'ann li-rubûbiyyatika.

et après la sincérité de la reconnaissance [de mes


péchés] et de mes invocations, me soumettant à Ta
Seigneurie ?!

Hayhâta, anta akramu min an tudayyi‘a man rabbaytahu aw


tuba“ida man adnaytahu,

Non ! Jamais ! Tu es plus Généreux que cela, pour aban-


donner celui que Tu as élevé ou pour éloigner celui que Tu
as rapproché,

aw tushsharida man âwaytahu aw tusallima ilâ-l-balâ'i man ka-


faytahu wa rahimtahu.

ou pour chasser celui que Tu as abrité, ou pour livrer


quelqu’un au malheur dont Tu l’avais épargné, à qui Tu as
fait miséricorde !

Wa layta shi'ri, yâ sayyidî, wa ilâhî, wa mawlâya,

Ô si je savais, ô mon Maître, mon Dieu, mon Souverain,


208/2106

a tusallitu-n-nâra ‘alâ ujûhinn kharrat li-‘azhamatika sâjidatann,


wa ‘alâ alsuninn nataqat bi-tawhîdika sâdiqatann wa bi-shukrika
mâdihatann,

est-ce que Tu donnerais le pouvoir au Feu [de l’enfer] de


s’emparer de visages qui sont tombés à terre, prosternés
devant Ta Grandeur, de langues qui ont parlé de Ton Uni-
cité en toute sincérité et qui T’ont remercié en Te louant,

wa ‘alâ qulûbinn aktarafat bi-ilâhiyyatika muhaqqiqatann, wa ‘alâ


damâ’ira hawat mina-l- ilmi bika hattâ sârat khâshi'atann,

de cœurs qui ont reconnu Ta Divinité avec certitude, de


consciences qui se sont imprégnées de Ta Connaissance au
point de devenir humbles,

wa ‘alâ jawâriha sa‘at ilâ awtâni ta‘abbudika tâ’i‘atann, wa ashârat


bi-stighfârika mudh‘inatann ?!

de membres qui se sont rendus aux lieux où l’on T’adore


par obéissance à Toi, et qui ont indiqué la demande de Ton
Pardon en toute docilité ?!

Mâ hakadhâ azh-zhannu bika, wa lâ ukhbimâ bi-fadlika ‘anka yâ


karîmu.

Non ! Ce n’est pas l’opinion que nous avons de Toi, ni ce


qui nous a été indiqué par Ta Faveur sur Toi, ô très
Généreux !

Yâ rabbi,wa anta ta’lamu da‘fî ‘an qalîlinn min balâ’i-d-dunyâ wa


‘uqûbâtihâ, wa mâ yajrî fîhâ mina-l-makârihi ‘alâ ahlihâ,
209/2106
Ô mon Seigneur, Tu connais ma faiblesse devant le peu
d’épreuves de ce monde et de ses châtiments, devant les ad-
versités qui arrivent à ses habitants,

‘alâ anna dhalika balâ’unn wa makrûhunn, qalîlunn makthuhu,


yasîrunn baqâ'uhu, qasîrunn muddatuhu.

alors que ce sont des épreuves et des adversités pas-


sagères, éphémères, de courte durée !

Fa-kayfa ihtimâlî li-balâ’i-l-âkhirati wa jalîli uqû‘i-l-makârihi fîhâ,

Alors, comment pourrais- je supporter les épreuves de


l'Au-delà, ses adversités grandioses qui y ont lieu,

wa huwa balâ’unn tatûlu muddatuhu wa yadûmu maqâmuhu wa


lâ yukhaffafu ‘an ahlihi,

alors que ce sont des épreuves de longue durée, perman-


entes, qui ne sont pas allégées pour ses tenants,

li-innahu lâ yakûnu illâ ‘an ghadabika wa-ntiqâmika wa


sakhatika, wa hadhâ mâ lâ taqùmu lahu as-samâwâtu wa-l-ardu;

parce qu’elles ne proviennent que de Ta Colère, de Ta


Vengeance et de Ton Courroux, et cela est ce que ni les
cieux ni la terre ne peuvent supporter !

Yâ sayyidî, fa-kayfa bî wa anâ ‘abduka ad-da‘îfu adh-dhalîlu, al-


haqîru, al-miskînu.

Alors, ô mon Maître, qu’en serait-il de moi, moi qui suis


Ton serviteur faible, vil, méprisable, misérable, miséreux ?
210/2106
Yâ ilâhî wa rabbî wa sayyidî wa mawlâya, li-ayyi-l-umûri ilayka
ashkû, wa lima minhâ adijju wa abkî.

Ô mon Dieu, mon Seigneur, mon Maître, mon Tuteur, de


quelles choses me plaindre auprès de Toi, pour lesquelles
je crierai et je pleurerai ?

Li-alîmi-l-‘adhâbi wa shiddatihi am li-tûli-l-balâ’i wa muddatihi ?

De la douleur et de l'intensité du châtiment ou de la per-


manence de l’épreuve et de sa durée ?

Fa-la'in sayyartanî li-l-'uqûbâti ma‘a a'dâ'ika, wa jama‘ta baynî wa


bayna ahli balâ’ika,

Et si Tu m’envoyais, tout de même, aux châtiments avec


Tes ennemis, que Tu me mettais avec les tenants de Tes
Epreuves,

wa farraqta baynî wa bayna ahibbâ’ika wa awliyâ’ika,

et que Tu me séparais de Tes Bien-aimés et de Tes


Proches- allies,

fa-habnî, yâ ilâhî wa sayyidî wa mawlâya wa rabbî, sabartu ‘alâ


‘adhâbika, fa-kayfa asbiru ‘alâ firâqika ?

à supposer, ô mon Maître, mon Tuteur, mon Seigneur,


que j’endurerais Ton Châtiment, comment supporterais-je
Ta Séparation ?

Wa-habnî sabartu ‘alâ harri nârika fa-kayfa asbiru ‘ani-n-nazhari


ilâ karâmatika ? Am kayfa askunu fî-n-nâri wa rajâ’î ‘afuka ?
211/2106
A supposer que j’endurerais la chaleur de Ton feu,
comment supporterais-je de ne pas voir Ta Noblesse ? Ou
comment résiderais-je dans le Feu alors que mon espoir est
Ton Pardon ?

Fa-bi-‘izzatika yâ sayyidî wa mawlâya uqsimu sâdiqann, la’in


taraktanî nâtiqann, la-adijjanna ilayka bayna ahlihâ dajîja-l-âmilîna,

Alors, par Ta Puissance, ô mon Maître, mon Tuteur, je


jure, en toute sincérité, que si Tu me laissais la parole, cer-
tainement, je hurlerais vers Toi, parmi ses habitants, du va-
carme de ceux qui ont espoir,

wa la-asrukhanna surâkha-l-mustasrikhîna, wa la-abkiyanna


‘alayka bukâ’a-l-fâqidîna, wa la-unâdiyannaka ayna kunta.

je crierais du cri de ceux qui appellent au secours, je


pleurerais sur Toi des pleurs de ceux qui pleurent sur leurs
disparus et je T’appellerais : « Où es-Tu ? ».

Yâ waliyya-l-mu’minîna, yâ ghâyata âmâli-l-'ârifîna, yâ ghiyâtha-


l-mustaghîthîna, yâ habîba qulûbi-s-sâdiqîna, wa yâ ilâha-l-‘âlamîna,

Ô Maître des croyants, ô But des espoirs de ceux qui


savent, ô Secours de ceux qui appellent à l'aide, ô Bien-
aimé des coeurs des Sincères, ô Dieu des mondes,

a-fa-turâka, subhânaka yâ ilâhî wa bi-hamdika, tasma‘u fîhâ


sawta ‘abdinn musliminn sujina fîhâ bi-mukhâlafatihi,
est-ce que Tu Te vois - que Tu sois Glorifié, ô mon Dieu
et par Ta Louange (Loué) - entendre la voix d’un serviteur
soumis, enfermé [en Enfer] pour T’avoir désobéi,
212/2106
wa dhâqa ta‘ma ‘adhâbihâ bima‘siyatihi, wa habusa bayna
atbâqihâ bi-jurmihi wa jarîratihi,

goûtant à ses châtiments à cause de ses actes de


désobéissance, détenu dans des étages [de l’Enfer] à cause
de ses crimes et de ses délits,

wa huwa yadijju ilayka dajîja mu’ammilinn li-rahmatika, wa


yunâdîka bi-lisâni ahli tawhîdika, wa yatawassalu ilayka bi-rubûbiyy-
atika, yâ mawlâya.

qui hurlerait vers Toi du vacarme de celui qui a espoir


en Ta Miséricorde, qui T’appellerait de la langue des gens
de Ton Unicité, qui chercherait à s’approcher de Toi par Ta
Seigneurie, ô mon Maître ?!

Fa-kayfa yabqâ fî-l-‘adhâbi wa huwa yarjû mâ salafa min hilmika.

Il resterait dans les châtiments alors qu’il a espoir en Ta


Mansuétude préalable ?!

Am kayfa tu’limuhu an-nâru wa huwa yâ’mulu fadlaka wa


rahmataka.

Le feu le ferait souffrir alors qu’il espère en Ta Faveur et


en Ta Miséricorde ?!

Am kayfa yuhriquhu lahîbuhâ wa anta tasma‘u sawtahu wa tarâ


makânahu.

Les flammes [du feu] le brûleraient alors que Tu en-


tends sa voix et que Tu vois son emplacement ?!

Am kayfa yashtamilu ‘alayhi zafîruhâ wa anta ta‘lamu da‘fahu.


213/2106

Les crépitements du feu le cerneraient de toutes parts


alors que tu connais sa faiblesse ?!

Am kayfa yataqalqalu bayna atbâqihâ wa anta taiamu sidqahu.

Il serait ballotté entre ses étages alors que Tu connais sa


sincérité ?!

Am kayfa tazjuruhu zabâni-yatuhâ wa huwa yunâdîka yâ rabbâhu.

Les sbires [les Anges du châtiment] le rabroueraient-ils


alors qu’il T’appelle : « Ô mon Seigneur ! » !?

Am kayfa yarjû fadlaka fi ‘itqihi minhâ fa-tatrukahu fihâ.

Ou Tu le laisserais [en enfer alors qu’il] espère en Ta


Grâce pour être libéré de là !?

Hayhâta mâ dhalika-zh-zhannu bika wa lâ al-ma‘rûfu min fadlika,


wa lâ mushbihunn limâ ‘âmalta bihi-l-muwahhidîna min birrika wa
ihsânika.

Non ! Loin de cela ! Ce n’est pas l’opinion que l’on a de


Toi ni de ce qui est connu de Ta Faveur, ni ne ressemble à la
Bonté et à la Bienfaisance avec lesquelles Tu T’es comporté
avec les monothéistes !

Fa-bi-l-yaqîni aqta‘u, law lâ mâ hakamta bihi min ta’dhîbi


jâhidîka, wa qadayta bihi min ikhlâdi mu'ânidîka,

Aussi, j ’affîrme avec certitude que, si Tu n’avais pas dé-


cidé de châtier les renégats, ni décrété pour ceux qui s’en-
têtent dans la désobéissance, l’éternité [dans l’Enfer],
214/2106

la-ja‘alta an-nâra kullahâ bardann wa salâmann, wa mâ kânat li-


ahadinn fihâ maqarrann wa lâ muqâmann.

Tu aurais rendu le Feu [de l’Enfer] frais et paisible et


personne n’y aurait trouvé demeure ni station.

Lakinnaka taqaddasat asmâ’-uka aqsamta an tamla’ahâ mina-l-


kâfirîna, mina-l-jinnati wa-n-nâsi ajma'îna, wa an tukhallida fihâ-l-
mu‘ânidîna.
Mais Toi, que Tes Noms soient sanctifiés, Tu as juré de le
remplir des incroyants de l’ensemble des djinns et des
gens, et d’y laisser ceux qui s’entêtent dans la
désobéissance.

wa anta, jalla thanâ’uka, qulta mubtadi’ann, wa tatawwalta bi-l-


in‘âmi mutakarrimann,

Et Toi, que Ta Louange soit magnifiée. Tu as dit préal-


ablement et Tu as favorisé [le croyant] de parmi les
troupeaux en l’honorant [de la sorte] :

A-fa-man kâna mu'minann kaman kâna fâsiqann lâ yasta’ûna.

{Le croyant serait-il semblable au pervers ? Ils ne s’équi-


valent pas !}(18/XXXII).

Ilâhînwa sayyidî, fa-as’aluka bi- qudrati al-latî qaddartahâ. Wa bi-


l-qadiyyati al-latî hatamtahâ wa hakamtahâ wa ghalabta man ‘alayhi
ajraytahâ,

Mon Dieu et mon Maître, je Te demande, par la Puis-


sance dont Tu as donné la mesure, et par la Question que
215/2106
Tu as imposée et statuée, et avec laquelle Tu as vaincu celui
sur lequel Tu l’as mise en application,

an tahaba lî fi hadhihi-l-laylati wa fi hadhihi-s-sâ‘ati, kulla jur-


minn ajramtuhu, wa kulla dhanbinn adhnabtuhu, wa kulla qabîhinn
asrartuhu,

de me pardonner, en cette nuit et en cette heure, tout


crime que j’ai commis, tout péché que j’ai fait, toute chose
détestable que j’ai tenue secrète,

wa kulla jahlinn ‘amiltuhu, katamtuhu aw a ‘lantuhu akh-faytuhu


aw azhhartuhu,

tout acte que j’ai effectué par ignorance, que j’ai dissim-
ulé ou que j’ai divulgué, que j’ai caché ou que j’ai mis en
évidence,

wa kulla sayyi’atinn amarta bi-ithbâtihâ al-kirâma-l-kâtibîna,

toute mauvaise action pour laquelle Tu demandes


l’attestation des nobles scribes,

al-ladhîna wakkaltahum bi-hifzhi mâ yakûnu minnî, wa


ja'altahum shuhûdann ‘alayya ma‘a jawârihî,
que Tu avais chargés d’enregistrer tout ce qui provient
de moi, et que Tu avais placés comme témoins avec mes
membres, à mon encontre,

wa kunta anta-r-raqîba ‘alayya min warâ’ihim, wa-sh-shâhida


lima khafiya ‘anhum wa bi-rahmatika akhfaytahu, wa bi- fadlika
satartahu.
216/2106
alors que Toi, Tu m’observais derrière eux, et Tu étais le
Témoin de ce qui leur était dissimulé, de ce que Tu avais
caché par Ta Miséricorde, de ce que Tu avais gardé secret
par Ta Faveur.

wa an tuwaffira hazhzhî min kulli khayrinn tunziluhu aw ihsâninn


tufdiluhu,
Et [je Te demande] de m’accorder généreusement ma
part de tout Bien que Tu fais descendre, de tout bienfait
dont Tu fais Grâce,

aw birrinn tanshiruhu aw rizqinn tabsituhu aw dhanbinn tagh-


firuhu aw khata’inn tasturuhu,

de toute Bonté que Tu répands, de toute Ressource que


Tu étends, de tout péché que Tu pardonnes ou de toute
faute que Tu dissimules,

yâ rabbi, yâ rabbi, yâ rabbi, yâ ilâhî, wa sayyidî, wa mawlâya, wa


mâlika riqqî.

ô mon Seigneur, ô mon Seigneur, ô mon Seigneur, ô


mon Dieu, ô mon Souverain, ô mon Maître et Détenteur de
ma servitude.

Yâ man bi-yadihi nâsiyatî, yâ ‘alîmann bi-durrî wa maskanatî, yâ


khabîrann bi-faqrî wa fâqatî, yâ rabbi, yâ rabbi, yâ rabbi,

Ô Celui qui a entre Ses Mains, mon toupet, ô Celui qui


connaît ma misère et mon indigence, ô Celui qui est au
courant de ma pauvreté et de mon dénuement, ô mon
Seigneur, ô mon Seigneur, ô mon Seigneur,

as’aluka bi-haqqika wa qudsika wa a'zhami sifâtika wa asmâ’ika,


217/2106

je Te demande, [par la Grâce de] Ton Droit, de Ta Sain-


teté et du plus grandiose de Tes Attributs et de Tes Noms,

an taj'ala awqâtî fî-l-layli wa-n-nahâri, bi-dhikrika ma'mûratann,


wa bi-khidmatika mawsûlatann,

de faire en sorte que je passe [tout] mon temps, le jour


et la nuit, à T’évoquer et à Te servir de façon
ininterrompue,

wa a'mâlî ‘indaka maqbûlatann, hattâ takûna a‘mâlî wa awrâdî


kulluhâ wirdann wâhidann, wahâlî fi khidmatika sarmadann.

que mes actes soient agréés par Toi, afin que tous mes
actes et toutes mes invocations deviennent une seule invoc-
ation, et que je sois perpétuellement à Ton Service.

Yâ sayyidî, yâ man ‘alayhi mu'awwalî, yâ man ilayhi shakawtu ah-


wâlî, yâ rabbi, yâ rabbi, yâ rabbi,

Ô mon Maître, ô Celui sur qui je compte, ô Celui à qui je


me plains de mes états, ô mon Seigneur, ô mon Seigneur, ô
mon Seigneur,

qawwi ‘alâ khidmatika jawârihî, wa-shdud ‘alâ-l-‘azîmati


jawânihî,

renforce mes membres à Ton Service et raffermis la


détermination de mon coeur,

wa hab liya-l-jidda fi khashyatika, wa-d-dawâma fi-l-ittisâli bi-


khidmatika,
218/2106
accorde-moi de Te craindre avec sérieux et de Te servir
en permanence, sans discontinuité,

hattâ asraha ilayka fî mayâdîni-s-sâbiqîna, wa usri‘a ilayka fî-l-


mubâdirîna,

afin que je me rende vers Toi dans les domaines des


prédécesseurs, que je me précipite vers Toi parmi ceux qui
prennent les initiatives,

wa-shtâqa ilâ qurbika fî-l- mushtâqîna, wa adnuwa minka


dunuwwa-l-mukhlisîna,

que je désire ardemment Ta Proximité parmi ceux à qui


Tu manques, que je me rapproche de Toi du rapproche-
ment des sincères,

wa akhâfaka makhâfata-l- mûqinîna, wa ajtami‘a fî jiwârika ma‘a-


l-mu’minîna.
que je Te craigne de la peur de ceux qui ont atteint la
certitude, que je rejoigne les croyants dans Ton Voisinage.

Allâhumma, wa man arâdanî bi-sû’inn fa-arid’hu, wa man kâdanî


fa-kid’hu,

Ô mon Dieu, mène à la perte celui qui me veut du mal,


use de Tes Stratagèmes contre celui qui veut ruser contre
moi,

wa-j‘alnî min ahsani ‘abîdika nasîbann‘indaka,wa aqrabihim


manzilatann minka, akhassihim zulfatann ladayka,
219/2106
fais que je sois, parmi Tes serviteurs, celui qui a la meil-
leure part auprès de Toi, la plus proche demeure auprès de
Toi et la plus particulière proximité auprès de Toi,

fa-innahu lâ yunâlu dhâlika illâ bi-fadlika.

car cela ne peut être obtenu que par Ta Faveur !

Wa jud lî bî-jûdika, wa-‘tif ‘alayya bi-majdika, wa-hfazhnî bi-


rahmatika,

Sois Généreux à mon égard, éprouve de la compassion à


mon égard par Ta Gloire, protège-moi par Ta Miséricorde,

Wa-j ‘al lisânî bi-dhikrika lahijann, wa qalbî bi-hubbika


mutayyamann

fais que ma langue T’évoque constamment, que mon


coeur soit passionné par Ton Amour,

wa munna ‘alayya bi-husni ijâbatika, wa aqilnî ‘athratî waghfir


zallatî,

accorde-moi une bonne réponse de Ta Part, atténue mes


fautes et pardonne mes faux-pas,

fa-innaka qadayta ‘alâ ‘ibâdika bi-‘ibâdatika, wa amartahum bi-


du‘â’ika, wa daminta lahumu al-ijâbata.

car Tu as imposé à Tes serviteurs [l’obligation] de T’ad-


orer, Tu leur as ordonné de T’invoquer et Tu leur as assuré
de répondre !
220/2106
Fa-ilayka yâ rabbi nasabtu wajhî, wa ilayka yâ rabbi madadtu
yadî.

Alors, c’est vers Toi, ô mon Seigneur, que je tourne mon


visage, c’est vers Toi, ô mon Seigneur, que je tends les
mains !

Fa-bi-‘izzatika-stajib lî du ‘â’î wa ballighnî munâya, wa lâ taqta


‘min fadlika rajâ’î, wa-kfinî sharra-l-jinna wa-l-insi min a'dâ’î.

Aussi, par Ta Puissance, exauce ma demande et réalise


mon souhait, ne me fais pas perdre espoir en Tes Faveurs,
et préserve-moi du mal de mes ennemis, des djinns ou des
hommes !

Yâ sari‘a-r-ridâ, ighfir li-man lâ yamliku illâ-d-du‘â’a, fa-innaka


fa“âlunn limâ tashâ’u.

Ô Celui qui donne rapidement satisfaction, pardonne à


celui qui ne possède que l’invocation, car Tu fais ce que Tu
veux !

Yâ mani-smuhu dawâ’unn, wa dhikruhu shifâ’unnn wa tâ‘atuhu


ghinann, irham man ra’su mâlihi ar-rajâ’u wa silâhuhu al-bukâ'u.

Ô Celui dont le Nom est Remède, le Souvenir Guérison, à


qui l’obéissance est Richesse, fais miséricorde à celui qui
n’a pour capital que l’espoir et pour arme que les pleurs !

Yâ sâbigha-n-ni ami, yâ dâfi‘a-n-niqami, yâ nûra-l-mustawhishîna


fî-zh-zhulami, yâ ‘âlimann lâ yu‘allamu,
221/2106
Ô Celui qui répand les bienfaits et qui repousse les châti-
ments, ô Lumière de ceux qui sont esseulés dans les
ténèbres, ô Savant sans avoir appris,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-f ‘al bî mâ


anta ahluhu.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed, et


fais de moi ce dont Tu es Digne !

Wa sallâ-llâhu ‘alâ rasûlihi wa-l-a'immati-l-mayâmîna min âlihi,


wa sallama taslîmann kathîrann.

Que Dieu prie sur Son Messager et les Imams Bien-


heureux de sa famille, et salue de beaucoup de saluts (de
paix) !

*L’invocation pendant l’occultation

(Zamân al-ghaybah)
Il est rapporté d’une chaîne de transmission considérée que
Sheikh Abû ‘Umrû [‘Uthmân ben Sa'îd], le premier adjoint de l'imam
du Temps (que les prières de Dieu soient sur lui) dicta cette invoca-
tion à Abû Mohammed fils de Hamâm, lui ordonnant de la réciter.
Sayyed Ibn Tâ’ûs cita cette invocation dans son livre d’invoca-
tions Jamâl al-Usbû’, après les invocations mentionnées après la
prière obligatoire de l’après- midi du vendredi et après la grande
prière. Il dit : « Si tu as une excuse pour tout ce que nous avons
évoqué, prends garde à ne pas négliger cette invocation, car nous
l’avons apprise par la Grâce d’une Faveur de Dieu (que Sa Majesté
soit magnifiée !) qui nous l’a accordée de façon particulière. Alors
fie-toi à elle ! » Voici cette invocation :
222/2106
Allâhumma, ‘arrifnî nafsaka fa-innaka in lam tu‘arrifnî nafsaka
lam a‘rif rasûlaka.

Mon Dieu, fais-Toi connaître à moi, car si Tu ne Te fais


pas connaître à moi, je ne connaîtrai pas Ton Prophète.

Allâhumma, ‘arrifnî rasûlaka fa-innaka in lam tu'arrifnî rasûlaka


lam a‘rif hujjataka.

Mon Dieu, fais-moi connaître Ton Messager, car si Tu ne


me le fais pas connaître, je ne connaîtrai pas Ton
Argument.

Allâhumma, ‘arrifnî hujjataka fa-innaka in lam tu'arrifnî huj-


jataka dalaltu ‘an dînî.

Mon Dieu, fais-moi connaître Ton Argument, car si Tu


ne me le fais pas connaître, je m’égarerai de ma religion.

Allâhumma, lâ tumitnî maytatann jâhiliyyatann, wa lâ tuzigh qal-


bî ba‘da idh hadaytanî,

Mon Dieu, ne me fais pas mourir d’une mort d’un ignor-


ant, ne dévie pas mon coeur après m’avoir guidé !

Allâhumma, fakamâ hadaytanî li-wilâyati man faradta ‘alay-ya tâ


‘atahu, min wilâyati ûlâti amrika, ba‘da rasûlika salawâtuka ‘alayhi
wa âlihi,

Mon Dieu, comme Tu m’as guidé à l’allégeance à celui à


qui Tu m’as imposé l’obéissance, de l’allégeance aux diri-
geants de Ton Ordre après Ton Messager (que Tes Prières
soient sur lui et sur sa famille),
223/2106
hattâ wâlaytu ûlâta amrika amîra-l-mu’minîna ‘ Aliyya bna abî
tâlibinn, wa-l-Hasana, wa-l-Husayna, wa ‘Aliyyann, wa
Muhammadann, wa Ja'farann,

alors j’ai prêté allégeance aux dirigeants de Ton Ordre,


au Prince des croyants, ‘Alî fils d’Abî Tâleb, à al-Hassan, à
al-Hussein, à ‘Alî, à Mohammed, à Ja‘far,

wa Mûsâ, wa ‘Aliyyann, wa Muhammadann, wa ‘Aliyyann, wa-l-


Hasana, wa-l-Hujjata al-qâ’ima al-mahdiyya, salawâtuka ‘alayhim
ajma‘îna,

à Moussa, à ‘Alî, à Mohammed, à ‘Alî, à Hassan, à l’Argu-


ment, le Sustentateur, le Bien-dirigé (que Tes Prières soi-
ent sur eux tous).

Allâhumma, fa-thabbitnî ‘alâ dînika, wa-sta‘milnî bi-tâ‘atika,

Mon Dieu, affermis-moi dans Ta Religion, utilise-moi


dans l’obéissance à Toi,

wa layyin qalbî li-waliyyi amrika, wa ‘âfinî mimmâ-mtahanta bihi


khalqaka,

attendris mon coeur pour le Maître de Ton Ordre,


dispense-moi des épreuves que Tu as fait subir à Ta
création,

wa thabbitnî ‘alâ tâ ‘ati waliyyi amrika-l-ladhî satartahu ‘an


khalqika, wa bi-idhnika ghâba ‘an bariyyatika wa amraka yantazhiru.
et affermis-moi dans l’obéissance au Maître de Ton
Ordre, que Tu as dissimulé à Ta création, qui, avec Ton
autorisation, a disparu de Tes créatures et à qui Tu as or-
donné d'attendre.
224/2106

Wa anta-l-‘âlimu ghayru-l-mu‘allami bi-l-waqti-l-ladhî fihi salâhu


amri waliyyika fî-l-idhni lahu bi-izhhâri amrihi, wa kashfi sitrihi.

Tu es Celui qui sait, à qui on n’apprend pas, l’heure à


laquelle il est dans l’intérêt de Ton Walî de lui permettre de
faire apparaître son ordre et de retirer son voile.

Fa-sabbirnî ‘alâ dhâlika hattâ lâ uhibba ta‘jîla mâ akhkharta, wa lâ


ta’khîra mâ ‘ajjalta

Alors fais-moi patienter jusqu’à ne plus aimer l’avance-


ment de ce que Tu as retardé, et le retardement de ce que
Tu as avancé,

wa lâ kashfa mâ satarta, wa lâ al-bahtha ‘ammâ katamta wa lâ un-


âzi‘aka fî tadbîrika,

ni le dévoilement de ce que Tu as dissimulé, ni la recher-


che de ce que Tu as caché, ni la contestation de ce que Tu as
avisé,

wa lâ aqûla lima wa kayfa wa mâ bâlu waliyyi-l-amri lâ yazh’haru,


wa qadi-mtala’ati-l-ardu mina-l-jawri, wa ufaw-wida umûrî kullahâ
ilayka.

[jusqu’à] ne plus dire pourquoi ? Comment ? Que lui


arrive-t-il au Maître de l’Ordre pour qu’il ne sorte pas, alors
que la terre s’est remplie d’injustices ? et m’en remettre en-
tièrement à Toi.

Allâhumma, innî as’aluka an turiyanî waliyya amrika zhâhirann,


nâfidha-l-amri, ma‘a ‘ilmî bi-anna laka-s-sultâna wa-l-qudrata, wa-l-
burhâna wa-l-hujjata wa-l-mashî’ata wa-l-hawla wa-l-quwwata.
225/2106

Mon Dieu, je Te demande de me faire voir le Dirigeant


de Ton Ordre, apparaissant, exécutant l’Ordre, en sachant
que sont à Toi
as le Pouvoir, la Capacité, la Preuve, l’Argument, la Vo-
lonté, la Force et la Puissance.

Fa-f ‘al dhâlika bî wa bi-jamî‘i-l-mu’minîna hattâ tanzhura ilâ


waliyyi amrika salawâtuka ‘alayhi, zhâhira-l-maqâlati, wâdiha-d-
dalâlati hâdiyann mina-l-dalâlati shâfiyann mina-l-jahâlati,

Alors, agis ainsi avec moi et avec l’ensemble des croy-


ants jusqu’à nous faire voire le Maître de Ton Ordre (que
Tes Prières soient sur lui), à la parole apparente, aux signes
clairs, guidant de l’égarement, sauvant de l’ignorance,

abriz, yâ rabbi, mushâhadatahu wa thabbit qawâ‘idahu, wa j‘alnâ


mimman taqirru ‘aynuhu bi-ru’yatihi, wa aqimnâ bi-khidmatihi, wa
tawwaffanâ ‘alâ millatihi, wa-hshumâ fi zumratihi.

fais-le apparaître au grand jour et affermis ses bases,


fais que nos yeux se réjouissent à sa vue et place-nous à son
service, fais-nous mourir selon sa religion et fais-nous res-
susciter dans son groupe !

Allâhumma, a ‘idhhu min sharri jamî ‘i mâ khalaqta, wa dhara’ta


wa bara’ta wa ansha’ta wa sawwarta,

Mon Dieu, protège-le contre le mal de l’ensemble de ce


que Tu as produit, de ce que Tu as multiplié, de ce que Tu as
créé, de ce que Tu as fait sortir du néant, de ce que Tu as
formé,
226/2106
wa-hfazhhu min bayna yadayhi wa min khalfihi, wa ‘an yamînihi
wa ‘an shimâlihi, wa min fawqihi wa min tahtihi,

protège-le, devant lui et derrière lui, à sa droite et à sa


gauche, au-dessus de lui et au-dessous de lui,

bi-hifzhika al-ladhî lâ yadî‘u man hafizhtahu bihi, wa-hfazh fîhi


rasûlaka wa wasiyya rasûlika ‘alayhi wa âlihi assalâmu.

de Ta Protection par laquelle celui que Tu as protégé ne


se perd jamais, et protèges-y Ton Messager et le Légataire
de Ton Messager (que la paix soit sur lui et sur sa famille) !

Allâhumma, wa mudda fi ‘umrihi, wa zid fi ajalihi, wa a‘inhu ‘alâ


mâ wallaytahu, wa-star‘aytahu, wa zid fi karâmatika lahu,

Mon Dieu, prolonge son âge et repousse son terme,


soutiens-le dans ce dont Tu l’as chargé et pour lequel Tu
l’as sollicité, augmente pour lui Ta Considération,

fa-innahu-l-hâdî, al-mahdiyyu, al-qâ’imu, al-muhtadî, wa-t-


tâhiru, at-taqiyyu, az-zakiyyu, an-naqiyyu, ar-radiyyu, al-mardiyyu,
as-sâbiru, ash- shakûru, al-mujtahidu.

car il est le Guide, le Bien-dirigé, le Sustentateur, le


Bien-guidé, le Pur, le Pieux, le Vertueux, l’immaculé, le Sat-
isfait, l’Agréé, le Patient, le Reconnaissant, l’Assidu !

Allâhumma, wa lâ taslubnâ al-yaqîna li-tûli-l-amadi fï ghaybatihi


wa-nqitâ‘i khabarihi ‘annâ,

Mon Dieu, ne nous retire pas la certitude à cause de la


longueur (de la durée) de son occultation et du fait que
nous soyons sans nouvelle de lui,
227/2106

wa lâ tunsinâ dhikrahu wa-ntizhârahu, wa-l-îmâna bihi, wa


quwwata-l-yaqîni fi zhuhûrihi wa-d-du‘â’a lahu wa-s-salâta ‘alayhi,

ne nous fais pas oublier son évocation et son attente, la


foi en lui, et la force de la certitude de son apparition, l’in-
vocation pour lui et la prière sur lui,

hattâ lâ yuqannitanâ tûlu ghaybatihi min qiyâmihi, wa yakûna


yaqînunâ fi dhâlika ka-yaqîninâ fi qiyâmi rasûlika salawâtuka ‘alayhi
wa âlihi, wa mâ jâ’a bihi min wahîka wa tanzîlika.

afin que la longueur de son occultation ne nous fasse pas


désespérer de son retour, et que notre certitude en cela soit
comme notre certitude en l’avènement de Ton Messager
(que Tes Prières soient sur lui et sur sa famille) et en la ven-
ue, avec lui, de Ta Révélation et de Ta Descente !

Fa-qawwi qulûbanâ ‘alâ-l-îmâni bihi hattâ tasluka binâ ‘alâ


yadayhi, minhâja-l-hudâ wa al-mahajjata al-‘uzhmâ wa-t-tarîqata al-
wustâ.

Alors, renforce, dans nos coeurs, la foi en lui pour nous


faire parvenir, sous sa direction, au programme de la
bonne direction, à la voie grandiose et à la méthode de la
pondération,

wa qawwinâ ‘alâ tâ ‘atihi, wa thabbitnâ ‘alâ mutâbi'atihi, wa-j’alnâ


fî hizbihi wa a ‘wânihi wa ansârihi wa-r-râdîna bi-fi ‘lihi.

raffermis-nous dans notre obéissance à lui, affermis-


nous dans son suivi, place-nous au sein de son parti au
nombre de ses aides, de ses Partisans, de ceux qui sont sat-
isfaits de ses actes !
228/2106

Wa lâ taslubnâ dhâlika fî hayâtinâ wa lâ ‘inda wafâtinâ, hattâ tat-


awaffânâ wa nahnu ‘alâ dhâlika lâ shâkkîna, wa lâ nâkithîna, wa lâ
murtâbîna wa lâ mukadhdhibîna.

Ne nous retire pas cela durant notre vivant ni au mo-


ment de l'agonie afin que nous mourrions sur cette posi-
tion et non pas en doutant, en étant traîtres, sceptiques ou
en déniant !

Allâhumma ‘ajjil farajahu wa ayyid’hu bi-n-nasri, wa-nsur


nâsirîhi, wa-khdhul khâdhilîhi, wa damdim ‘alâ man nasaba lahu wa
kadhdhaba bihi.

Mon Dieu, accélère son soulagement(son apparition),


soutiens-le par la victoire et donne la victoire à ses partis-
ans, délaisse celui qui le délaisse et anéantis ceux qui se
sont élevés contre lui et qui l’ont dénié,

wa-azh’hir bihi al-haqqa, wa amit bihi al-jawra, wa-stanqidh bihi


‘ibâdaka-l-mu’minîna mina-dh-dhulli, wa-n‘ish bihi al-bilâda.

fais apparaître par lui la Vérité, fais mourir par lui


l’iniquité, sauve, par lui, Tes serviteurs croyants, de l’humi-
liation, vivifie par lui les pays.

Wa-qtul bihi jabâbirata-l-kufri, wa-qsim bihi ru’ûsa-d-dalâlati wa


dhallil bihi-l-jabbarîna wa-l-kâfirîna.

Fais tuer par lui les despotes incroyants, coupe les têtes
de l’égarement, abaisse par lui les tyrans incroyants,

wa-abir bihi al-munâfiqîna wa-n-nâkithîna wa jamî‘a-l-


mukhâlifîna wa-l-mulhidîna,
229/2106

fais périr, par lui, les hypocrites, les déloyaux et l’en-


semble des opposants et des athées,

fi mashâriqi-l-ardi wa maghâribihâ, wa barrihâ wa bahrihâ, wa


sahlihâ wa jabalihâ,

dans les [contrées] orientales et occidentales de la terre,


sur terre et dans les mers, dans ses plaines et ses
montagnes,

hattâ lâ tada‘a minhum day-yârann wa lâ tubqiya lahum


âthârann, tahhir minhum bilâdaka.

jusqu’à ce que ne subsiste personne d’eux ni ne reste


aucune trace d’eux !

Wa-shfi minhum sudûra ‘ibâdika, wa jaddid bihi mâ amtahâ min


dînika,

Purifie Tes pays d’eux, guéris les coeurs de Tes ser-


viteurs d’eux, renouvelle par lui ce qui est effacé de Ta
Religion,

wa aslih bihi mâ buddila min hukmika wa ghuyyira min


sunnatika,

réforme par lui ce qui a été remplacé de Ton Jugement


et ce qui a été modifié de Ta Sunna,

hattâ ya‘ûda dinuka bihi wa ‘alâ yadayhi ghaddann, jadîdann,


sahîhann, lâ ‘iwaja fihi wa lâ bid‘ata ma‘ahu, hattâ tutti’a bi-‘adlihi
nîrâna-l-kâfirina.
230/2106
jusqu’à ce que Ta Religion redevienne par lui et sous sa
direction, pleine de vigueur, nouvelle, juste, sans aucune
sinuosité, ni aucune hérésie en son sein, et que Tu éteignes,
par sa justice, les feux des incroyants !

Fa-innahu ‘abduka al-ladhî-stakhlastahu li-nafsika, wa-


rtadaytahu li-nasri dînika, wa-stalaytahu bi-‘ilmika,

Car il est Ton serviteur que tu t’es réservé, que Tu as


agréé pour la défense de Ta Religion, que Tu as choisi par
Ton Savoir,

wa‘asamtahu mina-dh-dhunûbi wa barra’tahu mina-l-‘uyûbi, wa


atla‘tahu ‘alâ-l-ghuyûbi, wa an‘amta ‘alayhi, wa tahhartahu mina-r-
rijsi wa naqqaytahu mina-d-danasi.

que Tu as immunisé de tout péché, que Tu as innocenté


de tout défaut, à qui Tu as fait connaître les mystères, que
Tu as gratifié, que Tu as purifié de toute impureté, que Tu
as rendu immaculé !

Allâhumma, fa-salli ‘alayhi wa ‘alâ âbâ’ihi al-a’immati at-tâhirîna,


wa ‘alâ shî'atihi-l-muntajabîna, wa ballighhum min âmâlihim mâ
ya’mulûna,

Mon Dieu, prie sur lui et sur ses Pères, les Imams purs,
ainsi que sur ses partisans élus et fais-leur atteindre ce
qu'ils espèrent,

wa-j‘al dhâlika minnâ khâlisann min kulli shakkinn wa shub’hat-


inn wa riyâ’inn wa sum‘atinn, hattâ lâ nurîda bihi ghayraka wa lâ
natluba bihi illâ wajhaka.
231/2106
rends cela, de nous, exempt de tout doute, de toute con-
fusion, de toute ostentation et de toute recherche de
renommée, pour que nous ne recherchions par lui que Ta
Face.

Allâhumma, innâ nashkû ilayka faqda nabiyyinâ wa ghaybata


imâminâ,

Mon Dieu, nous nous plaignons auprès de Toi de


l'absence de notre Prophète, de l’occultation de notre
Imam,

wa shiddati-z-zamâni ‘alaynâ, wa uqû‘a-l-fitani binâ, wa


tazhâhura-l-a‘dâ’i ‘alaynâ, wa kathrata ‘aduwwinâ wa qillata
‘adadinâ.

de la dureté de l’époque à notre encontre, de la surven-


ance de dissensions parmi nous, de l’hostilité de nos en-
nemis (à notre encontre), de leur grand nombre et de notre
petit nombre !

Allâhumma, fa-ifrij dhâlika ‘annâ bi-fat’hinn minka tu‘aj-jiluhu,


wa nasrinn minka tu‘iz-zuhu, wa imâmi ‘adlinn tuzh-hiruhu, ilâha-l-
haqqi âmîna.

Mon Dieu, alors, libère-nous de cela par une victoire de


Ta Part que Tu avancerais, par un soutien de Ta Part que Tu
rendrais puissant et par un Imam juste que Tu ferais ap-
paraître, ô Dieu de la Vérité, exauce-nous !

Allâhumma, innâ nas’aluka an ta’dhana li-waliyyika fî izh’hâri


‘adlika fî ‘ibâdika, wa qatli a‘dâ’ika fî bilâdika,
232/2106
Mon Dieu, nous Te demandons de donner l’autorisation
à Ton Walî de faire apparaître Ta Justice parmi Tes servi-
teurs et de combattre Tes ennemis dans les pays,

hattâ lâ tada‘ a li-l-jawri yâ rabbi di‘âmatann illâ qasamtahâ, wa lâ


baqiyyatann illâ afnaytahâ, wa lâ quwwatann illâ awhantahâ,

jusqu’à ne laisser aucune base de l’injustice que Tu


n’aies brisée, ni aucun vestige que Tu n’aies fait disparaître,
ni aucune force que Tu n’aies affaiblie,

wa lâ ruknann illâ hadamtahu, wa lâ haddann illâ falaltahu, wa la


silâhann illâ aklaltahu, wa lâ râyatann illâ nakkastahâ,

ni aucun pilier que Tu n’aies détruit, ni aucune lame


tranchante que Tu n’aies ébréchée, ni aucune arme que Tu
n’aies affaiblie, ni aucun étendard que Tu n’aies abaissé,

wa lâ shujâ‘ann illâ qataltahu wâ lâ jayshann illâ khadhaltahu.

ni aucun [homme] courageux que Tu n’aies tué, ni


aucune armée que Tu n’aies vaincue !

wa-rmihim yâ rabbi bi-hajarika ad-dâmighi, wa-dribhum bi-


sayfîka-l-qâti‘i, wa ba’sika al-ladhî lâ tarudduhu ‘ani-l-qawmi al-
mujrimîna,

Lance-leur, ô Seigneur, de Tes Pierres mortelles, frappe-


les de Ton Sabre tranchant, et de Ta Force terrible que Tu
ne retires pas des gens injustes,

wa ‘adhdhib a‘dâ’aka wa a ‘dâ’a waliyyika wa a ‘dâ’a rasûlika,


salawâtuka ‘alayhi wa âlihi bi-yadi waliyyika wa aydî ‘ibâdika-l-
mu’minîna.
233/2106

châtie Tes ennemis, les ennemis de Ton Walî, les en-


nemis de Ton Messager (que Tes Prières soient sur lui et
sur sa famille), par l’intermédiaire de Ton Walî, et de Tes
serviteurs croyants !

Allâhumma, ikfi waliyyaka wa hujjataka fï ardika, hawla


‘aduwwihi, wa kayda man arâdahu,

Mon Dieu, épargne Ton Walî et Ton Argument sur Ta


Terre, de l'effroi de ses ennemis, et de la ruse de celui qui
désire l’atteindre,

wa-mkur biman makara bihi, wa-j‘al dâ’irata-s-saw’i ‘alâ man


arâda bihi sû’ann,

use de Tes Stratagèmes à l’encontre de celui qui le fait


avec lui, place le cercle du mal contre celui qui lui veut du
mal.
wa-qta‘ ‘anhu mâddatahum, wa ar‘ib lahu qulûbahum, wa zalzil
aqdâmahum wa khudh’-hum jahratann wa baghtatann,

intercepte loin de lui leurs renforts, jette l’effroi dans


leurs coeurs pour lui, fais trembler leurs jambes, prends-
les aux yeux de tous et par surprise,

wa shaddid ‘alayhim ‘adhâbaka, wa akhzihim fî ‘ibâdika, wa-l‘an-


hum fî bilâdika, wa askinhum asfala nârika,

intensifie Ton châtiment à leur encontre, couvre-les de


honte parmi Tes serviteurs, maudis-les dans Tes pays, loge-
les dans les plus bas [degrés] de Ton Feu,
234/2106
wa ahit bihim ashadda ‘adhâbika, wa aslihim nârann,wa-hshu
qubûra mawtâhum nârann, wa aslihim harra nârika,

entoure-les de Tes pires Châtiments, fais-les rôtir par le


feu, remplis de feu la tombe de leurs morts, fais-leur en-
durer la chaleur du feu,

fa-innahum adâ‘û as-salâta wa-ttaba‘û ash-shahawâti, wa adallû


‘ibâdaka wa akhrabû bilâdaka.

car ils ont délaissé la prière, ont suivi les passions, ont
égaré Tes serviteurs et ont dévasté Tes pays.

Allâhumma, wa ahyî bi-waliy-yika-l-qurâna, wa arinâ nûrahu sar-


madann lâ layla fîhi,

Mon Dieu, révèle le Coran par l'intermédiaire de Ton


Walî, fais-nous voir sa lumière, éternellement, sans nuit en
lui,

wa ahyî bihi al-qulûba al-maytata, wa-shfi bihi as-sudûra-l-


waghirata, wa-jma‘ bihi al-ahwâ’a-l-mukhtalifata ‘alâ-l-haqqi,

fais vivre, par lui, les coeurs morts, guéris, par lui, les
poitrines enflammées de colère, rassemble, par lui, les
différentes passions autour de la Vérité,

wa aqim bihi al-hudûda-l-mu'attalata wa-l-ihkâma al-muhmalata,


hattâ lâ yabqâ haqqunn illâ zhahara wa lâ ‘adlunn illâ zahara.

fais appliquer, par lui, les lois qui ont été abandonnées
et les règlements qui ont été négligés, pour qu’il ne reste
aucun droit qui n’ait apparu, ni aucune justice qui n’ait
éclaté !
235/2106

Wa-j‘alnâ yâ rabbi min a'wânihi wa muqawwiyati sultânihi, wa-l-


mu’tamirîna li-amrihi, wa-r-râdîna bi-fï ‘lihi,

Place-nous, ô Seigneur, parmi ses aides, ceux qui conso-


lident son autorité, ceux qui obéissent à ses ordres, ceux
qui sont satisfaits de ses actes,

wa-l-musallimîna li-ahkâmihi wa minnan là hâjata bihi ilâ at-


taqiyyati min khalqika.

ceux qui sont soumis à ses règlements et parmi celles de


Tes créatures qui n’ont pas besoin de pratiquer la dissimu-
lation grâce à lui !

Wa anta yâ rabbi al-ladhî takshifu ad-durra, wa tujîbu-l-mudtarra


idhâ da‘âka, wa tunjî mina-l-karbi al-‘azhîmi,

Et c’est Toi, ô mon Seigneur, qui dissipes ce qui nuit, qui


réponds au nécessiteux quand il Te supplie, qui sauves de
l’affliction grandiose,

fa-kshifi ad-durra ‘an waliyyika wa-j‘alhu khalîfatann fî ardika


kamâ daminta lahu.

alors, dissipe ce qui nuit à Ton Walî, fais de lui un Lieu-


tenant sur Ta terre comme Tu le lui as assuré !

Allâhumma, lâ taj'alnî min khusamâ'i âli Muhammadinn ‘alayhim


as-salâmu,

Mon Dieu, ne me place pas parmi les adversaires de la


famille de Mohammed (que la paix soit sur eux),
236/2106
Wa lâ taj'alnî min a‘dâ’i âli Muhammadinn, ‘alayhimu as-salâmu,

ne me place pas parmi les ennemis de la famille de Mo-


hammed (que la paix soit sur eux),

wa là taj‘alanî min ahli-l-hanaqi wa-l-ghayzhi ‘alâ âli Muham-


madinn ‘alayhimu as-salâmu,

ne me place pas parmi ceux qui sont fâchés et en colère


contre la famille de Mohammed (que la paix soit
sur eux),

fa-innî a‘ûdhu bika min dhâlika fa-a‘idhnî, wa astajîru bika fa-


ajirnî.

car je cherche protection contre cela auprès de Toi, alors


protège-moi, je cherche refuge auprès de Toi, alors abrite-
moi !

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed,

wa-j‘alnî bihim fâ’izann ‘indaka fî-d-dunyâ wa-l-âkhirati, wa


mina-l-muqarrabîna, âmîna rabba-l-‘âlamîna.

et fais que je sois victorieux par eux, auprès de Toi, en ce


monde et dans l’Au-delà, et parmi les Proches [de Toi],
exauce-moi, Seigneur des mondes !
237/2106
*L’invocation des Dizaines

(al-'Asharât)
C’est une invocation très prestigieuse et plusieurs versions de
cette invocation ont été rapportées. En ce qui me concerne, je rap-
porte celle d’al-Misbâh de Sheikh [Tûssi],
Il est recommandé de réciter cette invocation tous les matins et
tous les soirs et le meilleur moment est celui d’après [la prière] de
l’après- midi du vendredi.

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi !

Par [la Grâce du] Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux,


le Très-Miséricordieux !

Subhâna-llâhi wa-l-hamdu li-llâhi wa lâ ilâha illâ-llâhu, wa-llâhu


akbaru.

Gloire à Dieu, Louange à Dieu, il n’y a de Dieu que Dieu,


Dieu est plus Grand !

wa lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâhi al-‘aliyyi al-‘azhîmi.

Il n’y a de force et de puissance qu’en Dieu, le Très-


Elevé, le Très-Grandiose !

Subhâna-llâhi ânâ’a-l-layli wa atrâfa-n-nahâri.

Gloire à Dieu au coeur de la nuit et aux limites du jour !

Subhâna-llâhi bi-l-ghuduwwi wa-l-âsâli.

Gloire à Dieu au bon matin et au crépuscule !


238/2106

Subhâna-llâhi bi-l-‘ashiyyi wa-l-abkâri.

Gloire à Dieu à la tombée de la nuit et à l'aube !

Subhâna-llâhi hîna tumsûna wa hîna tusbihûna.

Gloire à Dieu au moment où vous vous couchez et au


moment où vous vous levez !

Wa lahu al-hamdu fî-s-samâwâti wa-l-ardi wa ‘ashiyyann wa hîna


tuzhhirûna.

A Lui la Louange dans les cieux et sur terre, à la tombée


de la nuit et lorsque vous vous trouvez à l’heure de midi !

Yukhriju-l-hayya mina-l-mayyiti wa yukhriju al-mayyita mina-l-


hayyi, wa yuhyî-l-arda ba‘ada mawtihâ wa kadhâlika tukhrajûna.

Il fait sortir le vivant du mort et fait sortir le mort du


vivant, Il donne vie à la terre après sa mort et ainsi vous
sortirez !

Subhàna rabbika rabbi-l-‘izzati ‘ammâ yasifûna, wa salâmunn


‘alâ-l-mursalîna wa-l-hamdu li-llâhi rabbi-l-‘âlamîna.

Gloire à Ton Seigneur, le Seigneur de la Puissance, loin


de ce qu’ils décrivent et paix aux Messagers et Louange à
Dieu, Seigneur des mondes !

Subhâna dhî-l-mulki wa-l-ma- lakûti.

Gloire à Celui qui détient le Royaume et la Royauté !


239/2106
Subhâna dhî-l-‘izzati wa-l-jabarûti.

Gloire à Celui qui détient la Gloire et la Force


impérieuse !

Subhâna dhî-l-kibriyâ’i wa-l-‘azhamati, al-maliki al-haqqi, al-


muhaymini, al-quddûsi.

Gloire à Celui qui détient l'Arrogance et la Grandeur, le


Roi, la Vérité, le Dominateur, le Très-Saint !

Subhâna-llâhi al-maliki al-hayyi al-ladhî lâ yamûtu.

Gloire à Dieu, le Roi, le Vivant, qui ne meurt pas !

Subhâna-llâhi al-maliki al-hayyi al-quddûsi.

Gloire à Dieu, le Roi, le Vivant, le Très-Saint !

Subhâna al-qâ’imi, ad-dâ’imi,

Gloire à Dieu, le Sustentateur, le Permanent !

Subhâna ad-dâ’imi, al-qâ’imi.

Gloire à Dieu, le Permanent, le Sustentateur !

Subhâna rabbî-l-‘azhîmi.

Gloire à mon Seigneur Grandiose !

Subhâna rabbî al-a‘lâ.

Gloire à mon Seigneur le Très-Elevé !


240/2106

Subhâna al-hayyi al-qayyûmi.

Gloire au Vivant, à l’immuable !

Subhâna al-‘aliyyi al-a ‘lâ.

Gloire au Très-Elevé, au plus Elevé !

Subhânahu wa ta‘âlâ, subbûhunn quddûsunn,

Qu’Il soit Glorifié et Exalté, Très-Glorifié, Très-Saint,

rabbunâ wa rabbu-l-malâ’ikati wa-r-rûhi.

notre Seigneur et Seigneur des Anges et de l’Esprit !

Subhâna-d-dâ’imi ghayri-l-ghâfïli.

Gloire au Permanent qui n’est pas inattentif !

Subhâna al-‘âlimi bi-ghayri taiîminn.

Gloire à Celui qui sait sans apprentissage !

Subhâna khâliqi mâ yurâ wa mâ lâ yurâ.

Gloire au Créateur du visible et de l’invisible !

Subhâna al-ladhî yudriku al-absâra wa lâ tudrikuhu al-absâru, wa


huwa-l-latîfu al-khabîru.

Gloire à Celui qui saisit les regards et qui n’est pas perçu
par les regards et Il est le Subtil, le très bien Informé !
241/2106

Allâhumma, innî asbahtu minka fî ni‘matinn wa khayrinn wa


barakatinn wa ‘âfïyatinn,

Mon Dieu, je me suis réveillé le matin dans un bienfait,


un bien, une bénédiction et une santé/salut venant de Toi,

fa-salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa atmim ‘alayya ni‘mataka


wa khayraka wa barakâtika wa ‘âfiyataka bi-najâtinn minan-nâri,

alors prie sur Mohammed et sur sa famille, complète


Ton Bienfait, Ton Bien, Tes Bénédictions et Ta Santé/Salut
en me sauvant du Feu,

wa-rzuqnî shukraka wa ‘âfiyataka wa fadlaka wa karâmataka


abadann mâ abqaytanî.

et accorde-moi de Te remercier, [pourvois-moi] de Ta


Santé/Salut, de Ta Grâce, de Ta Générosité, toujours, tant
que Tu me laisses [en vie].

Allâhumma, bi-nûrika ahtadaytu, wa bi-fadlika astaghnaytu, wa


bi-ni‘matika asbahtu wa amsaytu.

Mon Dieu, je me suis guidé par Ta Lumière, je me suis


dispensé [des autres] par Ta Faveur, je me suis levé le mat-
in et couché le soir par Ton Bienfait !

Allâhumma, innî ush’hiduka wa kafâ bika shahîdann,

Mon Dieu, je Te prends à Témoin, et Tu suffis comme


Témoin,
242/2106
wa ush’hidu malâ’ikataka wa anbiyâ’aka wa rusulaka, wa hamal-
ata ‘arshika, wa sukkâna samâwâtika wa ardika wa jamî‘a khalqika,

et je prends à témoins Tes Anges, Tes Prophètes et Tes


Messagers, les Porteurs de Ton Arche, et les habitants de
Tes cieux et de Ta terre et l’ensemble de Ta création,

bi-annaka anta Allâhu lâ ilâha illâ-anta, wahdaka lâ sharîka laka,

pour affirmer] que Tu es Toi Dieu , il n’y a de Dieu que


Toi, uniquement Toi, point d’associé à Toi,

wa anna Muhammadann sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi ‘abduka wa


rasûluka,

que Mohammed (que Dieu prie sur lui et sur sa famille)


est Ton Serviteur et Ton Messager,

wa annaka ‘alâ kulli shay’inn qadîrunn, tuhyî wa tumîtu wa


tumîtu wa tuhyî.

et que Tu es Puissant sur toute chose, Tu donnes la vie et


Tu fais mourir, Tu fais mourir et Tu donnes la vie.

Wa ash’hadu anna al-jannata haqqunn wa anna-n-nâra haqqunn,


wa-n-nushûra haqqunn, wa-s-sâ‘ata âtiyatunn lâ rayba fîhâ,

J’atteste que le Paradis est Vérité, que le Feu [de l’Enfer]


est Vérité, que la Résurrection est Vérité, que l’Heure va
venir - pas de doute en cela –

wa anna-llâha yab‘athu man fî-l-qubûri.

que Dieu va ressusciter ceux qui sont dans les tombes !


243/2106

Wa ash’hadu anna ‘Aliyya bna abîtâlibinn amîru-l-mu'minîna,


‘alayhi as-salâmu, haqqann haqqann,

J’atteste que ‘Alî fils d'Abû Tâleb est le Prince des croy-
ants (que la paix soit sur lui) en Vérité, en Vérité,

wa anna al-a’immata min wuldihi humu al-a’immatu al-hudâtu,


al-mahdiyyûna, ghayru-d-dâllîna wa lâ-l-mudillîna,

que les Imams de sa descendance sont les Imams, les


Bien-dirigés, non pas égarés ni induisant les autres à
l’erreur,

wa annahum awliyâ’uka-l- mustafawna, wa hizbuka al-ghâlibûna,


wa safwatuka wa khiyaratuka min khalqika, wa nujabâ’uka,

qu’ils sont les Proches-Elus, Ton Parti victorieux, Ton


Elite et les meilleures de Tes créatures, Tes hommes
nobles,

al-ladhîna-ntjabtahum li-dînika, wa-khtasastahum min khalqika,


wa-stafaytahum ‘alâ ‘ibâdika, wa ja‘altahum hujjatann ‘alâ-
l-‘âlamîna,

que Tu as choisis pour Ta Religion, que Tu as préférés


parmi Tes serviteurs, que Tu as placés comme Arguments à
l’encontre des mondes,

salawâtuka ‘alayhim wa-s-salâmu wa rahmatu-llâhi wa


barakâtuhu.

que Tes prières soient sur eux ainsi que la Paix et la


Miséricorde de Dieu et Sa Bénédiction.
244/2106

Allâhumma, uktub liya hâdhihi-sh-shahâdata ‘indaka hattâ


tulaqqinanîhâ, yawma-l-qiyâmati wa anta ‘annî râdinn, innaka ‘alâ
mâ tashâ’u qadîrunn.

Mon Dieu, inscris pour moi ces témoignages auprès de


Toi pour que Tu me les fasses rencontrer, le Jour du Juge-
ment Dernier, étant alors Satisfait de moi, car Tu peux faire
ce que Tu veux.

Allâhumma, laka al-hamdu hamdann yas ‘adu awwaluhu wa lâ


yanfadu âkhiruhu.

Mon Dieu, à Toi la Louange, d’une Louange dont le


début monte et dont l’extrémité n’a Pas de fin !

Allâhumma, laka al-hamdu hamdann tada‘u laka as-samâ’u kana-


fayhâ, wa tusabbihu laka al-ardu wa man ‘alayhâ
.
Mon Dieu, à Toi la Louange, d’une Louange par laquelle
les cieux abaissent leurs deux flancs pour Toi, et [par
laquelle] la terre et ceux qui sont dessus Te glorifient !

Allâhumma, laka al-hamdu hamdann sarmadann abadann, lâ in-


qitâ‘a lahu wa lâ nafâda wa laka yanbaghî wa ilayka yantahî,

Mon Dieu, à Toi la Louange, d’une Louange perpétuelle,


éternelle, ininterrompue, inépuisable, qui est obligatoire
pour Toi et qui aboutit vers Toi,

fiyya wa ‘alayya wa ladayya wa ma‘î wa qablî wa ba‘dî wa amâmî


wa fawqî wa tahtî, wa idhâ mittu wa baqîtu fardann wahîdann
thumma fanîtu.
245/2106
en moi, sur moi, chez moi, avec moi, avant moi, après
moi, devant moi, au-dessus de moi, au-dessous de moi, et
quand je mourrai et que je resterai seul, esseulé, pour en-
suite disparaître !

Wa laka al-hamdu idhâ nushirtu wa bu‘ithtu, yâ mawlâya.

A Toi, la Louange quand je serai rappelé à la vie et res-


suscité, ô mon Maître/ Tuteur !

Allâhumma, wa laka al-hamdu wa laka ash-shukru, bi-jamî‘i


mahâmidika kullihâ ‘alâ jamî‘i na‘mâ’ika kullihâ, hattâ yantahiya-l-
hamdu ilâ mâ tuhibbu rabbanâ wa tardâ.

Mon Dieu, à Toi la Louange et à Toi le Remerciement,


avec l’ensemble de toutes les louanges pour Toi pour l’en-
semble de tous Tes Bienfaits, jusqu’à ce que la Louange
aboutisse à ce que Tu aimes, notre Seigneur et dont Tu es
Satisfait !

Allâhumma, laka al-hamdu ‘alâ kulli aklatinn wa sharbatinn wa


batshatinn, wa qabdatinn wa bastatinn, wa fi kulli mawdi ‘i
sha‘ratinn.

Mon Dieu, à Toi la Louange pour toute nourriture, toute


boisson, toute force, tout ce que Tu as retenu et tout ce que
Tu as déployé et dans tout emplacement de [tout] poil !

Allâhumma, laka al-hamdu hamdann khâlidann ma‘a khulûdika.

Mon Dieu, à Toi la Louange, d’une Louange éternelle


avec Ta Perpétuité !

Wa laka al-hamdu hamdann muntahâ lahu dûna ‘ilmika.


246/2106

A Toi la Louange, d’une Louange qui n’a pas de fin sans


Ton Savoir !

Wa laka al-hamdu hamdann lâ amada lahu dûna mashî’atika.

A Toi la Louange, d’une Louange qui n’a pas de ternie


sans Ta Volonté !

Wa laka al-hamdu hamdann lâ ajra li-qâ’ilihi illâ ridâka.

A Toi la Louange, d’une Louange qui n’a de rétribution


pour celui qui la prononce que Ta Satisfaction !

Wa laka al-hamdu ‘alâ hilmika ba'da ‘ilmika.

A Toi la Louange, pour Ta Mansuétude après Ton Savoir


!

Wa laka al-hamdu ‘alâ ‘afwika ba'da qudratika.

A Toi la Louange, pour Ton Pardon après Ta Puissance !

Wa laka al-hamdu bâ‘itha-l-hamdi.

A Toi la Louange, Promoteur de la Louange !

Wa laka al-hamdu wâritha-l- hamdi.

A Toi la Louange, Héritier de la Louange !

Wa laka al-hamdu badî‘a-l-hamdi.

A Toi la Louange, Créateur de la Louange !


247/2106

Wa laka al-hamdu muntahâ-l-hamdi.

A Toi la Louange, Aboutissement de la Louange !

Wa laka al-hamdu mubtadi‘a-l-hamdi.

A Toi la Louange, Innovateur de la Louange !

Wa laka al-hamdu mushtariya-l-hamdi.

A Toi la Louange, Acquéreur de la Louange !

Wa laka al-hamdu waliyya-l- hamdi.

A Toi la Louange, Maître de la Louange !

Wa laka al-hamdu qadîma-l- hamdi.

A Toi la Louange à la Louange éternelle !

Wa laka al-hamdu sâdiqa-l- wa‘di, wa fiyya-l-‘ahdi ‘azîza-l-jundi


qâ’ima-l-majdi.

A Toi la Louange, Sincère dans Ses Promesses, tenant


Ses Engagements, aux soldats puissants, à la Gloire
inébranlable !

Wa laka al-hamdu, rafî‘a-d-darajâti, mujîba-d-da‘awâti,

A Toi la Louange, [ô Celui] aux degrés élevés, qui répond


aux invocations,

munzila-l-âyâti min fawqi sab'i samâwâti, ‘azhîma-l-barakâti,


248/2106

qui fait descendre les signes d’au-dessus des sept cieux,


aux Bénédictions grandioses,

mukhrija-n-nûri mina-zh-zhulumâti, wa mukhrija man fî-zh-


zhulumâti ilâ-n-nûri,

qui fait sortir la lumière des ténèbres et qui fait sortir


celui qui est dans les ténèbres vers la lumière,

mubaddila-s-sayyi’âti hasanâtinn, wa jâ‘ila-l-hasanâti darajâtinn.

qui remplace les mauvaises actions par les bonnes, qui a


placé des degrés pour les bonnes actions !

Allâhumma, laka al-hamdu ghâfira-dh-dhanbi, wa qâbula-t-


tawbi, shadîda-l-‘iqâbi, dhâ-t-tawli, lâ ilâha illâ anta ilayka al-masîru
!
Mon Dieu, à Toi la Louange, [ô] Celui qui pardonne les
péchés, qui accepte le repentir, aux châtiments sévères,
plein de Longanimité, il n'y a de Dieu que Toi, vers Toi est
le devenir !

Allâhumma, laka al-hamdu fî-l-layli idhâ yaghshâ.

Mon Dieu, à Toi la Louange durant la nuit quand elle


couvre [le jour] !

Wa laka al-hamdu fî-n-nahâri idhâ tajallâ.

A Toi la Louange durant le jour quand il se manifeste !

Wa laka al-hamdu fl-l-âkhirati wa-l-ûlâ.


249/2106
A Toi la Louange dans l’Au- delà et la Première
[demeure] !

Wa laka al-hamdu ‘adada kulli najminn wa malakinn fi-s-samâ’i.

A Toi la Louange au nombre de toutes les étoiles et des


Anges dans le ciel !

Wa laka al-hamdu ‘adada-th-tharâ wa-l-hasâ wa-n-nawâ.

A Toi la Louange au nombre [des grains] de la terre, des


cailloux et des noyaux !

(Wa laka al-hamdu ‘adada mâ fî jawwi-s-samâ’i.)

(A Toi la Louange au nombre de ce qu’il y a dans


l'atmosphère du ciel !)

Wa laka al-hamdu ‘adada mâ fi jawfi-l-ardi.

A Toi la Louange au nombre de ce qu’il y a dans les ent-


railles de la terre !

Wa laka al-hamdu ‘adada awzâni miyâhi-l-bihâri.

A Toi la Louange au nombre du poids de l’eau et de la


mer !

Wa laka al-hamdu ‘adada awrâqi-l-ashjâri.

A Toi la Louange au nombre des feuilles des arbres !

Wa laka al-hamdu ‘adada mâ ‘alâ wajhi-l-ardi.


250/2106
A Toi la Louange au nombre de ce qu’il y a sur la surface
de la terre !

Wa laka al-hamdu ‘adada mâ ahsâ kitâbuka.

A Toi la Louange au nombre de ce qu’a dénombré Ton


Livre !

Wa laka al-hamdu ‘adada mâ ahâta bihi ‘ilmuka.

A Toi la Louange au nombre de ce qu’a englobé Ton


Savoir !

Wa laka al-hamdu ‘adada-l-insi wa-l-jinni, wa-l-hawâmmi wa-t-


tayri wa-l-bahâ’imi wa-s-sibâ‘i,

A Toi la Louange au nombre des êtres humains, des


djinns, des vermines, des oiseaux, des animaux (quad-
rupèdes), des bêtes sauvages,

hamdann kathîrann tayyibann mubârakann fîhi kamâ tuhibbu


rabbanâ wa tarda, kamâ yanbaghî li-karami wajhika wa ‘izzi jalâlika.

d’une louange multiple, bonne, bénie, dans laquelle il y a


ce que Tu aimes, notre Seigneur, et qui Te satisfait, comme
il le faut pour la
Noblesse de Ta Face et la Puissance de Ta Majesté.

-Ensuite, dire 10 fois :

Lâ ilâha illâ-llâhu wahdahu lâ sharîka lahu, lahu-l-mulku wa


lahu-l-hamdu, wa huwa-l-latîfu al-khabîru.
251/2106
Il n’y a de Dieu que Dieu, uniquement Lui, point d’asso-
cié à Lui, à Lui est le Royaume, à Lui est la Louange, il est le
Subtil, le Bien-informé !

-10 fois :

Lâ ilâha illâ-llâhu wahdahu lâ sharîka lahu, lahu-l-mulku wa


lahu-l-hamdu, yuhyî wa yumîtu wa yumîtu wa yuhyî wa huwa hayy-
unn lâ yamûtu, bi-yadihi al-khayru wa huwa ‘alâ kulli shay’inn
qadîrunn.

Il n’y a de Dieu que Dieu, uniquement Lui, point d asso-


cié à Lui, à Lui est le Royaume, à Lui est la Louange, Il
donne la vie et II fait mourir, Il fait mourir et Il donne la vie
et Il est Vivant et ne meurt pas, entre Ses Mains, se trouve
le Bien et Il est Puissant sur toute chose !

-10 fois :

Astaghfiru-llâha al-ladhî lâ ilâha illâ huwa al-hayyu al-qayyûmu


wa atûbu ilayhi.

Je demande Pardon à Dieu, qui, pas de Dieu autre que


Lui, le Vivant, le Sustentateur, et je retourne à Lui !

-10 fois :

Yâ Allâhu, yâ Allâhu.
Ô Dieu, ô Dieu !

-10 fois :

Yâ Rahmânu, yâ Rahmânu.
252/2106
Ô Tout-Miséricordieux, ô tout-Miséricordieux !

-10 fois :

Yâ Rahîmu, yâ Rahîmu.

Ô Très-Miséricordieux, ôTrès-Miséricordieux !

-10 fois :

Yâ badî‘a-s-samâwâti wa-l-ardi.

Ô Créateur des cieux et de la terre !

-10 fois :

Yâ dhâ-l-jalâli wa-l-ikrâmi.

Ô Plein de Majesté et de Noblesse !

-10 fois :

Yâ hannânu, yâ mannânu.

Ô Tendre, ô Bienfaiteur !

-10 fois :

Yâ hayyu, yâ qayyûmu.

Ô Vivant, ô Sustentateur !

-10 fois :
253/2106
Yâ hayyu lâ ilâha illâ anta.

Ô Vivant, il n’y a de Dieu que Toi !

-10 fois :

Yâ Allâhu yâ lâ ilâha illâ anta.

Ô Dieu, il n’y a de Dieu que Toi !

-10 fois :

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi.

Par [la Grâce du] Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux,


le Très-Miséricordieux !

-10 fois :

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn.

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed !

-10 fois :

Allâhumma, af al bî mâ anta ahluhu.

Mon Dieu, fais de moi selon ce dont Tu es Digne !

-10 fois :

Âmîna, âmîna.
254/2106
Exauce-moi, exauce-moi !

-10 fois :

Qul Huwa-llâhu ahadunn.

Dis : « Il est Dieu, Unique ! »

-Ensuite, dire :

Allâhumma, asna‘ bî mâ anta ahluhu, wa lâ tasna‘ bî mâ anâ


ahluhu.

Mon Dieu, fais de moi selon ce dont Tu es Digne et ne


fais pas de moi en fonction de ce que je mérite,

fa-innaka ahlu-t-taqwâ wa ahlu-l-maghfirati, wa anâ ahlu-dh-


dhunûbi wa-l-khatâyâ,

car Tu es le Maître de la Piété et du Pardon et moi je suis


un pécheur, un fautif,

fa-rhamnî yâ mawlâya wa anta arhamu-r-râhimîna.

alors, fais-moi Miséricorde, ô mon Maître, alors que Tu


es le plus Miséricordieux des miséricordieux !

-Dire également 10 fois :

Lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâhi, tawakkaltu ‘alâ-l-hay- yi al-


ladhî lâ yamûtu !

Il n’y a de force et de puissance qu’en Dieu, je compte


sur le Vivant qui ne meurt pas !
255/2106

Wa-l-hamdu li-llâhi al-ladhî lam yaltakhidh waladann, wa lam ya-


tun lahu sharikunn fî-l-mulki, wa lam yakun lahu waliyyinn mina-
dh-dhulli, wa kabbirhu takbîrann.

Et Louange à Dieu qui n'a pas pris d'enfant, qui n'a pas
d'associé dans Son Royaume et qui n’a pas de protecteur de
l'humiliation et proclame beaucoup qu’il est plus Grand !

*L’invocation des Marques

(as-Simât)
Connue sous le nom de «l'invocation des Cornes» (ash-Shubûr).
Il est recommandé d’invoquer [Dieu] avec [cette invocation] durant
la dernière heure du vendredi. ll n’est caché [à personne] qu’elle est
une des invocations connues que la plupart des savants précédents
persistaient [à réciter].
Elle est rapportée dans al-Misbâh de Sheikh Tûssî et dans Jamâl
al-Usbû’ de Sayyed Ibn Tâ’ûs et dans les livres d’al-Kafa'amî,
d'après une chaîne de transmission considérée, de Mohammed fils
de ‘Uthmân al-‘Umarî (que la Satisfaction de Dieu soit sur lui), l’un
des 4 adjoints de l’imam al- Hujjah, occulté (qa).
Cette invocation est également rapportée des Imams al-Bâqer(p)
et as-Sâdeq(p). Al-Majlisî (que la Miséricorde de Dieu soit sur lui),
l’a également rapportée dans al-Bihâr et l’a commentée.
Ci-dessous est l’invocation telle que l’a rapportée al-Misbâh de
Sheikh [Tûssî].

Allâhumma innî as’aluka bi-smika al-‘azhîmi al-a‘zhami al-a‘azzi


al-ajalli al-akrami,
256/2106
Mon Dieu, je Te demande, par [la Grâce de] Ton Nom
Grandiose, le plus Grandiose, le plus Puissant, le plus
Majestueux, le plus Noble,

al-ladhî idhâ du‘îta bihi ‘alâ maghâliqi abwâbi-s-samâ’i li-l-fat’hi


bi-r-rahmati infatahat,

par Lequel, s’il est évoqué devant les portes fermées du


ciel pour qu’elles s’ouvrent à la Miséricorde, elles s’ou-
vrent,

wa idhâ du‘îta bihi ‘alâ madâ’iqi abwâbi-l-ardi li-l-faraji infarajat,

par Lequel, s’il est évoqué devant les portes étroites de la


terre pour qu’elles s’élargissent, elles s’élargissent,

wa idhâ du‘îta bihi ‘alâ-l-‘usri li-l-yusri tayassarat,

par Lequel, s’il est évoqué devant la difficulté pour


qu’elle devienne facile, elle devient facile,

wa idhâ du‘îta bihi ‘alâ-l- amwâti li-n-nushûri antasharat,

par Lequel, s’il est évoqué devant les morts pour qu’ils
soient ressuscités, ils ressuscitent,

wa idhâ du'ita bihi ‘alâ kashfi-l-ba’sâ’i wa-d-darrâ’i inkashafat,

par Lequel, s’il est évoqué pour dissiper le malheur et


l’adversité, ils sont dissipés,

wa bi-jalâli wajhika-l-karîmi akrami-l-ujûhi wa a‘azzi-l- ujûhi,


257/2106
et par la Majesté de Ta noble Face, la plus Noble des
faces, la plus Puissante des faces,

al-ladhî ‘anat lahu al-ujûhu, wa khada‘at lahu ar-riqâbu,

pour/devant Laquelle s’humilient les faces, pour/devant


Laquelle s’enfoncent les cous dans les épaules,

wa khasha‘at lahu al-aswâtu, wa wajilat lahu al-qulûbu min


makhâfatika,

pour/devant Laquelle s’abaissent les voix, pour/devant


Laquelle tremblent les coeurs par crainte de Toi,

wa bi-quwwatika al-latî bihâ tumsiku-s-samâ’a an taqa‘a ‘alâ-l-ar-


di illâ bi-idhnika, wa tumsiku as-samâwâti wa-l-arda an tazûlâ,

et par Ta Force par Laquelle Tu empêches le ciel de


tomber sur la terre sauf avec Ton Autorisation et avec
Laquelle Tu empêches les cieux et la terre de disparaître,

wa bi-mashî’atika al-latî dâna lahâ al-‘âlamûna,

et par Ta Volonté à Laquelle obéissent les mondes,

wa bi-kalimatika al-latî khalaqta bihâ as-samâwâti wa-l-arda,

et par Ta Parole au moyen de Laquelle Tu as créé les


cieux et la terre,

wa bi-hikmatika al-latî sana’ta bihâ al-’ajâ’iba, wa khalaqta bîhâ


azh-zhulmata wa ja’alta-hâ laylann, wa ja‘alta-l-layla sakanann,
258/2106
et par Ta Sagesse avec Laquelle Tu as fabriqué des Mer-
veilles, au moyen de Laquelle Tu as créé les Ténèbres dont
Tu as fait la nuit, rendant la nuit un [moment] de repos,

wa khalaqta bihâ an-nûra wa ja’altahu nahârann, wa ja’alta an-


nahâra nushûrann mubsirann,

au moyen de Laquelle Tu as créé la lumière dont Tu as


fait un jour, rendant le jour un retour à la vie, où l’on voit
clair,

wa khalaqta bihâ ash-shamsa wa ja’alta ash-shamsa diyâ’ann.

par Laquelle Tu as créé le soleil, faisant du soleil une


luminosité,

wa khalaqta bihâ al-qamara wa ja’alta-l-qamara nûrann,

par laquelle Tu as créé la lune, faisant de la lune une


lumière,

wa khalaqta bihâ al-kawâkibi wa ja‘altahâ nujûmann wa burûjann


wa masâbîha wa zînatann wa rujûmann,

par laquelle Tu as créé les planètes en en faisant des


étoiles, des astres, des lanternes, une décoration et des
météorites,

wa ja‘alta lahâ mashâriqa wa maghâriba, wa ja‘alta lahâ matâli’a


wa majâriya, wa ja’alta lahâ falakann wa masâbiha,

en plaçant pour eux les levants et les couchants, en


plaçant pour eux des points de départ et des voies célestes,
259/2106
en plaçant pour eux les orbites et les déplacements dans les
cieux,

wa qaddartahâ bi-s-samâ’i manâzila fa-ahsanta taqdîrahâ, wa


sawwartahâ fa-ahsanta taswîrahâ,

Tu as mesuré pour eux une demeure, la meilleure des


mesures, Tu leur as donné une forme, la meilleure des
formes,

wa ahsaytahâ bi-asmâ’ika ihsa’ann, wa dabbartahâ bi-hikmatika


tadbîrann, fa-ahsanta tadbîrahâ,

Tu les as totalement dénombrés par Tes Noms, Tu les as


totalement organisés par Ta Sagesse, de la meilleure des
organisations,

wa sakhkhartahâ bi-sultâni-l-layli wa sultâni-n-nahâri, wa-s-sâ‘âti


wa ‘adadi-s-sinîna wa-l-hisâbi, wa ja‘alta ru’yatahâ li-jamî‘i-n-nâsi
mar’aann wâhidann,

Tu les as assujettis par le pouvoir de la nuit et celui du


jour et [par] les heures, le nombre des années et le compte
et Tu les as placés bien en vue pour l’ensemble des gens,
d’une seule vue,

wa as’aluka, Allâhumma, bi-majdika al-ladhî kallamta bihi ‘ab-


daka wa rasûlaka, Mûsâ bna ‘imrâna, ‘alayhi-s-salâmu,

je Te demande, mon Dieu, par Ta Magnificence par la-


quelle Tu as parlé à Ton Serviteur et Messager, Moussa fils
de ‘Imrân (que la Paix soit sur lui),
260/2106
fî-l-muqaddasîna, fawqa ihsâsi al-karûbiyyîna, fawqa ghamâ’imi-
n-nûri, fawqa tâbûti-sh-shahâdati, fî ‘amûdi-n-nâri,

parmi les Saints, au-dessus de la perception des Anges-


chérubins, au-dessus des nuages de la lumière et au- dessus
du Tabernacle du Témoignage, dans la colonne de feu [qui
apparut à Moussa(p)],

wa fî tûri sînâ’a wa fî jabali hûrîtha, fî-l-wâdî al-muqaddasi fî-l-


buq‘ati-l-mubârakati min jânibi-t-tûri al-aymani mina-sh-shajarati,

dans le mont du Sinaï, dans la montagne de Hûrîth, dans


la vallée sainte, dans la contrée bénie, du côté droit de
l’arbre,

wa fî ardi misra bi-tis‘i âyâtinn bayyinâtinn, wa yawma faraqta li-


nabî isrâ’ila-l-bahra,

ainsi que dans la terre d’Egypte avec neuf signes


évidents et le jour où Tu as fendu la mer pour les fils
d’Israël,

wa fî-l-munbajisâti-l-latî sana’ta bihâ al-‘ajâ’iba fî bahri sûfmn,

et dans les jaillissements d’eau avec lesquels Tu as réal-


isé des prodiges dans la mer de sûf

wa ‘aqadta mâ’a-l-bahri fî qalbi-l-ghamri ka-l-hijârati, wa jâwazta


bi-banî isrâ’îla al-bahra,

Tu as retenu l’eau de la mer en pleine mer comme des


rochers et Tu as fait traverser (la mer) aux fils d’Israël,
261/2106
wa tammat kalimatuka-l-husnâ ‘alayhim bimâ sabarû, wa
awrathatahum mashâriqa-l-ardi wa maghâribahâ, al-latî bârakta fîhâ
li-l-‘âlamîna,

accomplissant ainsi Ta belle Promesse envers les fils


d’Israël pour leur patience et leur donnant en héritage les
contrées orientales et occidentales que Tu as bénies pour
les mondes,

wa aghraqta fir ‘awna wa junûdahu wa marâkibahu fî-l-yammi,


et Tu as fait engloutir Pharaon, ses soldats et ses bateaux
dans la mer,

wa bi-smika al-‘azhîmi al-a‘zhami al-a‘azzi al-ajalli al-akrami,

et par [la Grâce de] Ton Nom Grandiose, le plus Grandi-


ose, le plus Puissant, le plus Majestueux, le plus Noble,

wa bi-majdika al-ladhî tajal-layta bihi li-Mûsâ kalîmika ‘alayhi as-


salâmu fi tûri sînâ’a,

et par Ta Puissance avec laquelle Tu as apparu à Moussa,


celui à qui Tu as parlé (que la paix soit sur lui), sur le mont
du Sinaï,

wa li-Ibrâhîma ‘alayhi as-salârau khalîlika min qablu fî masjidi-l-


khayfi, wa li-Ishâqa safiyyika, ‘alayhi as-salâmu, fî bi’ri shî‘inn, wa li-
Ya‘qûba nabiyyika, ‘alayhi as-salâmu, fî bayti-îlinn,

et avant, à Ibrahim (que la paix soit sur lui), Ton Ami in-
time, dans la mosquée d’al- Khayf, à Isa‘ac, Ton pur Ami
(que la paix soit sur lui), au puits de Shî‘inn, à Ya‘coub, Ton
Prophète (que la paix soit sur lui), à Beit-Ïl,
262/2106
wa awfayta li-Ibrâhîma, ‘alayhi as-salâmu, bi-mîthâqika, wa li-
Is’hâqa bi-halfika,

et avec Laquelle Tu as accompli Ton Pacte pour Ibrahim


(que la paix soit sur lui), Ton Serment pour Isa‘ac,

wa li-Ya‘-qûba bi-shahâdatika,wa li-l-mu’minîna bi-wa‘dika, wa-


li-d-dâ‘îna bi-asmâ’ika fa-ajabta,

Ton Témoignage pour Ya‘-coub, la Promesse pour les


croyants et Tu as répondu à ceux qui appellent par Tes
Noms,

wa bi-majdika al-ladhî zhahara li-Mûsâ bni ‘imrâna ‘alayhi as-


salâmu ‘alâ qubbati-r-rum-mâni,

et par Ta Puissance qui apparut à Moussa fils de ‘Imrân


(que la Paix soit sur lui) dans la « Coupole de la Grenade »,

wa bi-âyâtika al-latî waqa‘at ‘alâ ardi misra bi-majdi-l-‘izzati wa-l-


ghalabati,

et par Tes Signes qui sont tombés sur la terre d’Egypte


par la Gloire de Ta Puissance,

bi-âyâtinn ‘azîzatinn, wabi-sultâni-l-quwwati wa bi-‘izzati-l-


qudrati wa bi-sha’ni-l-kalimati at-tâmmati,

par des Signes puissants, par le pouvoir de la Force, par


le summum de la Puissance, par l’importance du Mot
complet,

wa bi-kalimâtika al-latî tafad-dalta bihâ ‘alâ ahli-s-samâwâti wa-l-


ardi, wa ahli-d-dunyâ wa ahli-l-âkhirati,
263/2106

par Tes Mots par lesquels Tu as conféré les Bienfaits aux


habitants des cieux et de la terre, aux habitants de ce
monde et ceux de l’Au-delà,

wa bi-rahmatika al-latî mananta bihâ ‘alâ jamî‘i khalqika,

par Ta Miséricorde avec Laquelle Tu as accordé les Dons


à l’ensemble de Tes créatures,

wa bi-istitâ‘atika al-latî aqamta bihâ ‘alâ-l-‘âlamîna,

par Ta Puissance que Tu as imposée sur les mondes,

wa bi-nûrika al-ladhî qad kharra min faza‘ihi tûru sînâ’a,

par Ta Lumière devant laquelle le Mont Sinaï est tombé


prosterné de crainte,

wa bi-‘ilmika wa jalâlika, wa kibriyâ’ika wa ‘izzatika, wa


jabarûtika,

par Ton Savoir, Ta Majesté, Ton Arrogance, Ta Puis-


sance, Ton Pouvoir coercitif,

al-latî lam tastaqillahâ al-ardu, wa-nkhafadat lahâ as-samâwâtu,


wa-nzajara lahâ al-‘umuqu al-akbaru,

que la terre n’a pas pu supporter, pour qui les cieux se


sont abaissés, les grandes profondeurs se sont éloignées,

wa rakadat lahâ al-bihâru wa-l-anhâru, wa khada'at lahâ al-jibâlu,


wa sakanat lahâ al-ardu bi-manâkibihâ,
264/2106
[pour qui] les mers et les fleuves se sont stagnés, les
montagnes se sont abaissées, la terre s’est immobilisée de
ses flancs,

wa-staslamat lahâ al-khalâ’iqu kulluhâ, wa khafaqat lahâ ar-


riyâhu fi jarayânihâ, wa khamadat lahâ an-nîrânu fi awtânihâ,

l’ensemble des créatures se sont soumises, les vents ont


soufflé dans leurs courses, les feux se sont éteints dans
leurs foyers,

wa bi-sultânika al-ladhî ‘urifat laka bihi al-ghalabatu dahra-d-


duhûri, wa humidta bihi fî-s- samâwâti wa-l-aradîna,

Par Ta Force par laquelle il fut connu que la suprématie


est pout Toi de tout temps, et par laquelle Tu es Loué dans
les cieux et les terres,

wa bi-kalimatika kalimati-s-sidqi al-latî sabaqat li-abînâ Adama


‘alayhi as-salâmu wa dhurriyyatihi bi-r-rahmati,

par Ton Mot, un Mot sincère qui précéda pour notre


père Adam et sa descendance, par la Miséricorde,

wa as’aluka bi-kalimatika al-latî ghalabat kulli shay’inn, wa bi-


nûri wajhika,

je Te demande par Ton Mot qui domine toute chose, par


la Lumière de Ta Face,

al-ladhî tajallayta bihi li-l-jabal, fa-ja‘altahu dakkann wa kharra


Mûsâ sa'iqann,
265/2106
par laquelle Tu T’es Manifesté à la montagne, Tu l’as al-
ors rendue en miettes et Moussa s’effondra foudroyé,

wa bi-majdika al-ladhî zhahara‘alâ tûri sînâ’a, fa-kallamta bihi


‘abdaka wa rasûlaka Mûsâ bna ‘imrâna,

par Ta Grandeur qui apparut au Mont du Sinaï, Tu as al-


ors parlé à Ton Serviteur et Messager, Moussa fils de
‘Imrân,

wa bi-tal‘atika fi sâ‘îra wa zhuhûrika fi jabali fârâna, bi-rabawâti-


l-muqaddasîna

par Ta Manifestation à Sâ‘îr [nom de la montagne où


Dieu fit descendre la Révélation sur ‘Issa(p)] et Ton Appari-
tion à la Montagne Fârân [nom d’une des montagnes de La
Mecque], par les collines des Saints,

wa junûdi-l-malâ’ikati as-sâffîna, wa khushû‘i-l-makâ’ikati al-


musabbihîna,

et les Anges-soldats placés en rangs, et la crainte des


Anges qui Te Louent,

wa bi-barakâtika al-latî bârakta fihâ ‘alâ Ibrâhîma khalîlika,


‘alayhi as-salâmu, fi ummati Muhammadinn, sallâ-llâhu ‘alayhi wa
âlihi,

et par Tes Bénédictions dont Tu as comblé Ibrahim, Ton


Ami Intime (que la Paix soit sur lui), dans la communauté
de Mohammed (que Dieu prie sur lui et sur sa famille),

wa bârakta li-Is’hâqa safiyyika fi ummati ‘Issâ ‘alayhimâ as-


salâmu,
266/2106

dont Tu as comblé pour Isa‘ac Ton Ami Pur, dans la


communauté de ‘Issa (que la Paix soit sur eux deux),

wa bârakta li-Ya‘qûba Isrâ’îlika fi ummati Mûsâ ‘alayhimâ as-


salâmu,

dont Tu as comblé pour Ya‘coub, Ton «Israélite», dans la


communauté de Moussa (que la Paix soit sur eux deux),

wa bârakta li-habîbika Muhammadinn, sallâ-llâhu ‘alayhi wa


âlihi, fî ‘itratihi wa dhurriyyatihi wa ummatihi,

dont Tu as comblé Ton Bien-Aimé Mohammed (que Dieu


prie sur lui et sur sa famille), dans sa famille, sa descend-
ance et sa communauté,

Allâhumma, wa kamâ ghibnâ ‘an dhâlika wa lam nashhad’hu, wa


âmannâ bihi wa lam narahu, sidqann wa ‘adlann,

Mon Dieu, - comme nous avons été absents à cela, et


nous n’avons pas été témoins, et nous avons cru en lui,
[même si] nous ne l’avons pas vu, en vérité et justice -,

an tusalliya ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa an


tubârika ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa tarahhama
‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn,

[nous Te demandons] de prier sur Mohammed et la fa-


mille de Mohammed, de bénir Mohammed et la famille de
Mohammed, de faire Miséricorde à Mohammed et à la fa-
mille de Mohammed,
267/2106
ka-afdali mâ sallayta wa bârakta wa tarahhamta ‘alâ Ibrâhîma wa
âli Ibrâhîma,

du mieux que Tu n’aies prié, béni, fait Miséricorde à


Ibrahim et la famille d’Ibrahim,

innaka hamîdunn majîdunn fa“âlunn limâ turîdu wa anta ‘alâ


kulli shay’inn qadîrunn.

car Tu es le Très-Loué, le Très-Glorifié, faisant ce que Tu


veux et Tu es Puissant sur toute chose.

-Ensuite, évoquer son besoin et dire :

Allâhumma bi-haqqi hadhâ-d-du‘â’i wa bi-haqqi hadhihi-l-ismâ’i,


al-latî lâ yaiamu tafsîrahâ wa lâ ya‘lamu bâtinahâ ghayruka,

Mon Dieu, par le droit de cette invocation, par le droit


de ces noms, dont personne autre que Toi ne connaît leur
interprétation et leur [sens] profond,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn,

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed,

wa-fal bî mâ anta ahluhu walâ taf al bî mâ anâ ahluhu,

et agis avec moi selon ce dont Tu es Maître et ne me


traite pas comme je le mérite,

wa-ghfir liya min dhunûbî mâ taqaddama minhâ wa mâ


ta’akhkhara, wa wassi‘ ‘alayya min halâli rizqika,
268/2106
pardonne-moi mes péchés, récents et passés, répands
sur moi de Tes Ressources licites,

wa-kfinî ma’unata insâni saw’inn wa jâri saw'inn wa qarîni


saw’inn wa sultâni saw’inn,

épargne-moi la peine d’un mauvais homme, d’un mau-


vais voisin, d'une mauvaise compagnie, d’un mauvais
tyran,

innaka ‘alâ mâ tashâ’u qadîrunn, wa bi-kulli shay’inn ‘alîmunn,


âmîna, rabba-l-‘âlamîna.

car Tu peux faire ce que Tu veux et Tu sais tout, exauce-


moi, Seigneur des mondes !

Je dis : Il y a après, selon certaines versions :

Wa anta ‘alâ kulli shay’inn qadîrunn.

Et Toi, Tu es Puissant sur toute chose.

-Ensuite, évoquer ses besoins et dire :

Yâ Allâhu, yâ hannânu, yâ mannânu, yâ badî‘a-s-samâwâti wa-l-


ardi, yâ dhâ-l-jalâli wa-l-ikrâmi, yâ arhama ar-râhimîna.

Ô Dieu, ô Très-Tendre, ô Généreux Donateur, ô Créateur


des cieux et de la terre,ô Plein de Majesté et de Noblesse, ô
le plus
Miséricordieux des miséricordieux !

Allâhumma, bi-haqqi hadhâ-d-du'â’i....


269/2106
Mon Dieu, par le droit de cette invocation....

Jusqu’à la fin de l'invocation.


-Al-Majlisî rapporte d'al-Misbâh de Sayyed Ibn Bâqî qui dit :
Dire après l'invocation des «Marques» (as-Simât) :

Allâhumma, bi-haqqi hadhâ-d-du‘â’i wa bi-haqqi hadhihi-l-


asmâ'i, al-latî lâ ya'lamu tafsîrahâ wa lâ ta’wîlahâ, wa là bâtinihâ wa
lâ zhâhirahâ ghayruka,

Mon Dieu, par le droit de cette invocation, par le droit


de ces Noms, dont personne antre que Toi ne connaît leur
interprétation, ni leur exégèse, ni leur [sens] profond (in-
térieur) ni apparent (extérieur),

an tusalliya ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn wa an


tarzuqanî khayra-d-dunyâ wa-l-âkhirati.
[je Te demande] de prier sur Mohammed et sur la fa-
mille de Mohammed et de me pourvoir des Biens de ce
monde et de l’Au-delà !

-Ensuite, demander ce dont on a besoin et dire :

Wa-fal bî mâ anta ahluhu, wa lâ taf al bî mâ anâ ahluhu, wa-


ntaqim lî min fulâni bni fulâninn.

Agis avec moi selon ce dont Tu es Maître et ne me traite


pas comme je le mérite, venge-moi d'un tel fils d’un tel, (et
nommer son ennemi)

wa-ghfir lî min dhunûbî mâ taqaddama minhâ wa mâ


ta’akhkhara, wa li-wâlidayya wa li-jamî‘i-l-mu’minîna wa-l-
mu’minâti, wa wassi‘alayya min halâli rizqika,
270/2106
pardonne-moi mes péchés, récents et passés, ainsi qu’à
mes parents et à l’ensemble des croyants et des croyantes,
répands sur moi de Tes Ressources licites,

wa-kfmî ma’unata insâni saw’inn wa jâri saw’inn wa sultâni


saw’inn wa qarîni saw’inn wa yawmi saw’inn wa sâ‘ati saw’inn,

épargne-moi la peine d’un mauvais homme, d’un mau-


vais voisin, d’un mauvais tyran, d’une mauvaise compag-
nie, d’un mauvais jour, d’une mauvaise heure,

wa-ntaqim liya mimman yakîdunî, wa mimman yabghî ‘alayya,


wa yurîdu bî wa bi-ahlî wa awlâdî wa ikhwânî wa jîrânî wa qarâbâtî
mina-l-mu'minîna wa-l-mu’minâti zhulmann,

venge-moi de celui qui me tend des pièges, de celui qui


est tyrannique à mon encontre, de celui qui veut être in-
juste contre moi, ma famille, mes enfants, mes frères, mes
voisins, mes proches croyants et croyantes,

innaka ‘alâ mâ tashâ’u qadîrunn, wa bi-kulli shay’inn ‘alîmunn,


âmîna rabba-l-‘âlamîna.

car Tu peux faire ce que Tu veux et Tu sais tout, exauce-


moi, Seigneur des mondes !

Ensuite dire :

Allâhumma, bi-haqqi hadhâ-d-du‘â’i, tafaddal ‘alâ fuqarâ’i al-


mu’minîna wa-l-mu’minâti bi-l-ghinâ wa-th-tharwati,

Mon Dieu, par le droit de cette invocation, accorde aux


croyants et aux croyantes pauvres, la richesse et la fortune,
271/2106
wa ‘alâ mardâ-l-mu’minîna wa-l-mu’minâti bi-sh-shifa’i wa-s-
sihhati,

aux croyants et aux croyantes malades, la guérison et la


santé,

wa ‘alâ ahyâ’i-l-mu’minîna wa-l-mu’minâti bi-l-lutfi wa-l-


karâmati,

aux croyants et aux croyantes vivants, la grâce et la


noblesse,

wa alâ amwâti-l-mu’minîna wa-l-mu’minâti bi-l-maghfirati wa-r-


rahmati,

aux croyants et aux croyantes morts, le pardon et la


miséricorde,

wa ‘alâ musâfiri-l-mu’minîna wa-l-mu’minâti bi-r-raddi ilâ


awtânihim sâlimîna ghânimîna, bi-rahmatika yâ arhama ar-
râhimîna.

aux croyants et croyantes en voyage, le retour dans leur


patrie sains et saufs et couronnés de succès, par Ta Miséri-
corde, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux.

Wa sallâ-llâhu ‘alâ sayyidinâ Muhammadinn khâtami-n-


nabiyyîna, wa ‘itratihi at-tâhirîna wa sallama taslîmann kathîrann.

Que Dieu prie sur notre Maître Mohammed, le dernier


des Prophètes, et sur les membres purs de sa famille et les
salue beaucoup.
272/2106
-Sheikh Ibn Fahed dit : « Il est recommandé de dire après l’invo-
cation as-Simât :

Allâhumma, innî as’aluka bi-hurmati hadhâ ad-du‘â’i, wa bimâ


fâta minhu mina-l-asmâ’i,

Mon Dieu, je Te demande, par le côté sacré de cette in-


vocation, par les Noms qui n’y ont pas été mentionnés,

wa bimâ yashtamilu ‘alayhi mina-t-tafsîri wa-t-tadbîri, al-ladhî lâ


yuhîtu bihi illâ anta, an tafala bî kadhâ wa kadhâ.

par ce qu’elle comprend en interprétation et en médita-


tion, dont Seul Toi a une connaissance complète, de faire
pour moi cela et cela..

Evoquer son besoin à la place de «cela et cela». »

*L’invocation des Actes Nobles de la Morale

(de l’imam as-Sajjâd(p))


Elle est l’invocation Makârem al-Akhlâq N°20, du recueil d’invo-
cations de l’imam as-Sajjâd(p), as-Sahîfah as-Sajjadiyyah

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa balligh bi-îmânî


akmala-l-îmâni, wa-j‘al yaqînî afdala-l-yaqîni, wa-ntahi bi-niyyatî ilâ
ahsani-l-niyyâti, wa bi-‘amalî ilâ ahsani-l-a‘mâli.

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, fais at-


teindre ma foi la plus parfaite des fois, rends ma certitude
la meilleure des certitudes, fais aboutir mon intention à la
273/2106
meilleure des intentions, mon action à la meilleure des
actions.

Allâhumma, waffir bi-lutfika niyyatî wa sahhih bimâ ‘indaka


yaqînî, wa-staslih bi-qudratika mâ fasada minnî.

Mon Dieu, parfais mon intention par Ta Grâce, rectifie


ma certitude par ce que Tu possèdes, réforme ce qui est
corrompu en moi par Ton Pouvoir.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa-kfinî mâ


yashghalunî-l-ihtimâmu bihi, wa-sta‘milnî bimâ tas’alunî ghadann
‘anhu,
Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, suffis-
moi dans ce qui occupe toute mon attention, emploie-moi
[dans des actions] à propos desquelles Tu m'interrogeras
demain,

wa-stafrigh ayyâmî fîmâ khalaqtanî lahu, wa aghninî wa awsi‘


‘alayya fî rizqika wa lâ taftinnî bi-l-batari, (bi-l-nazhari),

consacre mes jours à ce pour quoi Tu m’as créé,


enrichis-moi, étends sur moi Tes Ressources et ne
m’éprouve Pas par l’ingratitude (ou par le regard [de ce
qu’ont les autres] ou Par l’attente),

wa a‘izzanî wa lâ tabtaliyannî bi-l-kibri, wa ‘abbidnî laka wa lâ


tufsid ‘ibâdatî bi-l-‘ujbi,

honore-moi et ne me mets pas à l’épreuve de


l’arrogance, asservis-moi (à Toi) et ne laisse pas corrompre
mon adoration à Ton égard par la fatuité,
274/2106
wa ajri li-n-nâsi ‘alâ yadayya al-khayra wa lâ tamhaqhu bi-l-
manni, wa hab lî ma'âliya-l-akhlâqi wa-a‘simnî mina-l-fakhri.

mets-moi en permanence au bon service des gens et ne


le fais pas s’annuler par le rappel du bienfait, accorde-moi
une morale sublime et préserve-moi de la vantardise.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa lâ tarfa‘nî fi-n-


nâsi darajatann ilâ hatattanî ‘inda nafsî mithlahâ,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, ne


m’élève pas d'un degré auprès des gens sans m’abaisser
d’un degré semblable en moi- même,

wa lâ tuhdithu lî ‘izzann zhâhirann illâ ahdathta lî dhillatann


bâtinatann ‘inda nafsî bi-qadarihâ.

ne m’accorde pas une gloire apparente sans susciter en


moi-même une humilité intérieure d’une égale valeur.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa


matti‘nî bi-hudann sâlihinn lâ astabdilu bihi, wa tarîqati haqqinn lâ
azîghu ‘anhâ, wa niyyati rushdi lâ ashukku fîhâ,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-


hammed, fais-moi jouir d’une juste direction que je ne sub-
stituerai pas, d’une voie droite dont je ne dévierai pas, et
d’une intention bien juste dont je ne douterai pas,

wa ‘ammimî mâ kâna ‘umrî bidhlatann fî tâ'atika, fa-idhâ kâna


‘umrî marta‘ann li-sh-shaytâni, fa-aqbidnî ilayka qabla an yasbiqa
maqtuka ilayya aw yastahkima ghadabuka ‘alayya.
275/2106
laisse-moi vivre aussi longtemps que ma vie sera vouée à
l’obéissance envers Toi, et si ma vie devenait un foyer pour
Satan, alors rappelle- moi auprès de Toi avant que Ton
Abomination ne m’atteigne ou que Ta Colère ne s’abatte sur
moi.

Allâhumma, lâtada‘ khaslatann tu'âbu minnî illâ aslahtahâ, wa lâ


‘â’ibatann u’annabu bihâ illâ hassantahâ, wa lâ ukrûmatann fiyya
nâqisatann illâ atmamtahâ.

Mon Dieu, ne laisse pas en moi un trait honteux sans le


réformer, ni un défaut blâmable sans le corriger, ni une
morale incomplète sans la parachever.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa


abdilnî min bughdati ahli-sh-shanâni al-mahabbata,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, rem-


place l’animosité des gens vindicatifs à mon égard par
l’amour,

wa min hasadi ahli-l-baghî al-mawaddata, wa min zhinnati ahli-s-


sallâhi ath-thiqata, wa min adâwati-l-adnayna-l-wilâyata,

la jalousie des gens qui convoitent par l’amitié, la suspi-


cion des gens de bonne conduite par la confiance, l'inimitié
des parents les plus proches par l'attachement,

wa min'uqûqi dhawî-l-arhâmi al-mabarrata, wa min khidhlâni-l-


aqrabîna-n-nusrata, wa min hubbi-l-mudârîna tas’hîha-l-miqati,

l’ingratitude des consanguins par la bienfaisance, la


défection des proches par l’assistance, l’amour des flat-
teurs par la correction du tendre ami,
276/2106

wa min raddi-l-mulâbisîna karama al-‘ishrati, wa min marârati


khawfi-zh-zhâlimîna halâwata-l-amanati.

la répulsion de ceux qui me fréquentent par le noble


commerce, l’amertume de la peur des oppresseurs par la
douceur de la sécurité.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa-j‘al lî yadann


‘alâ man zhalamanî, wa lisânann ‘alâ man khâsamanî, wa zhafarann
biman ‘ânadanî,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, assure-


moi une force contre celui qui m’a opprimé, un argument
contre celui qui m’a cherché querelle, une victoire sur celui
qui s’est entêté contre moi,

wa hab lî makrann ‘alâ man kâyadanî, wa qudratann ‘alâ mani-


dtahadanî, wa takdhîbann liman qasabanî, wa salâmatann mimman
tawa“adanî,
wa waffiqnî li-tâ‘ati man saddadanî wa mutâba‘ati man arshadanî.

octroie-moi un stratagème contre celui qui m’a trompé,


un pouvoir sur celui qui m’a persécuté, un démenti contre
celui qui m’a incriminé à tort, un salut contre celui qui m’a
menacé, fais-moi parvenir à obéir à celui qui m’a dirigé sur
le droit chemin et à suivre celui qui m’a guidé dans la
bonne voie.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa saddidnî li-an


u‘ârida man ghashshanî bi-n-nushi, wa ujziya man hajaranî bi-l-birri
wa uthîba man haramanî bi-l-badhli.
277/2106
Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, fais-
moi réussir à conseiller celui qui m’a dupé, à rétribuer par
la bonté celui qui m’a délaissé, à récompenser par la
générosité celui qui m’a privé,

wa ukâfî’a man qata‘anî bi-s-sillati wa ukhâlifa manightâbanî ilâ


husni-dh-dhikri, wa an ashkura-l-hasanata wa ughdiya ‘ani-s-
sayyi’ati.

à compenser celui qui s’est séparé de moi en établissant


des liens avec lui, à contrecarrer celui qui a médit sur moi,
en disant du bien de lui, à faire preuve de gratitude pour
tout bienfait [dont j’ai fait l’objet], à fermer les yeux sur
toute malfaisance [dont j’ai été victime].

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa hallinî bi-


hilyati-s-sâlihîna, wa albisnî zînata-l-muttaqîna, fî basti al-adli wa
kazhmi-l-ghayzhi,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, pare-


moi de la parure des (gens) saints, revêts-moi de l’orne-
ment des (gens) pieux,en répandant la justice, en retenant
la colère,

ahi itfâ’i an-nâ’irati wa dammi ahli-l-furqati, wa islâhi dhâti-l-


bayni wa ifshâ’i-l-‘ârifati,

en éteignant les feux de l’inimitié, en regroupant les


gens désunis, en résolvant les discordes, en diffusant les
bienfaits,

wa satri-l-‘â’ibati wa lîni-l-‘arîkati, wa khafdi-l-janâhi wa husni-s-


sîrati, wa sukûni-r-rîhi, wa tîbi al-mukhâlaqati,
278/2106
en dissimulant les défauts, en ayant un naturel doux,
une attitude humble, une bonne conduite, une paisible
quiétude, une compagnie agréable,

wa-s-sabqi ilâ-l-fadîlati wa îthâri-t-tafadduli, wa tarki-t-ta‘bîri wa-


l-ifdâli ‘alâ ghayri-l-mustahiqqi,

en devançant [les autres] vers la vertu, en choisissant de


préférence la prévenance, en abandonnant les reproches et
les bonnes grâces envers ceux qui ne les méritent pas,

wa-l-qawli bi-l-haqqi wa in ‘azza, (wa-s-samti ‘ani-l-bâtili wa in


nafa‘a) wa-stiqlâli-l-khayri wa in kathura min qawlî wa fi’lî, (wa
istikthâri ash-sharri wa in qalla min qawlî wa fi’lî),

en disant la vérité même si elle est difficile, (et en taisant


le faux même s’il est utile), en minimisant le bien de mes
paroles et de mes actes même s'il est important, (en ampli-
fiant le mal de mes paroles et de mes actes même s’il est
insignifiant),

wa akmil dhâlika lî bi-dawâmi-t-tâ‘ati wa luzûmi-l-jamâ‘ati, wa


rafdi ahli-l-bida‘i wa musta'milî ar-ra’yî-l-mukhtara‘i.

perfectionne cela pour moi par la constance dans


l’obéissance à Toi, par l’adhérence à la Communauté et le
refus des hérétiques et des tenants des avis inventés.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa-j‘al awsa‘a


rizqika ‘alayya idhâ kabirtu, wa aqwâ quwwatika fiyya idhâ nasibtu,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille,


accorde-moi Ta Subsistance la plus abondante lorsque
279/2106
j’aurai vieilli, Ta Force la plus grande quand je serai
fatigué,

wa lâ tabtalinî bi-l-kasali ‘an ‘ibâdatika, wa lâ al-‘amâ ‘an sabîlika,


wa lâ bi-t-ta‘arrudi li-khilâfi mahabbatika, wa lâ mujâma’ati man ta-
farraqa ‘anka, wa lâ mufaraqati mani-ijtama'a ilayka.
ne m’éprouve pas par la paresse [qui m’empêcherait] de
T’adorer, ni par l’aveuglement [qui m’égarerai] de Ta Voie,
ni par l’exposition à ce qui est contraire à Ton Amour, ni
par la compagnie de celui qui s’est séparé de Toi, ni par la
séparation de celui qui s’est joint à Toi.

Allâhumma, ij'alnî asûlu bika ‘inda-d-darûrati, wa as’aluka ‘inda-


l-hâjati, wa atadarra‘u ilayka ‘inda-l-maskanati,

Mon Dieu, fais que je combatte (avec fougue) par Toi en


cas de nécessité, que je Te sollicite en cas de besoin, que je
T'implore en cas de pauvreté,

wa lâ taftinnî bi-l-isti‘ânati bi-gliayrika idhâ idturirtu, wa lâ bi-l-


khudû'i bi-su’âli ghayrika idhâ-ftaqartu,

et ne m'induis pas en erreur [en me laissant] demander


l’aide à autre que Toi si je suis dans la nécessité, me résign-
er à solliciter autre que toi si je m’appauvris,

wa lâ bi-t-tadarru‘i ilâ man dûnaka idhâ rahibtu fa-astahiqqa bi-


dhâlika khidhlâ-naka, wa man‘aka, wa i‘râdaka, yâ arhama-r-
râhimîna.

et supplier autre que Toi si je suis effrayé, ainsi j’encour-


rais Ton Abandon, Ton Refus, Ton Rejet, ô le plus Miséri-
cordieux des miséricordieux.
280/2106
Allâhumma, aj‘al mâ yulqî-sh-shaytânu fî rû‘î mina-t-tamannî wa-
t-tazhannî wa-l-hasadi, dhikrann li-‘azhamatika wa tafak-kurann fi
qudratika wa tadbîrann ‘alâ ‘aduwwika,

Mon Dieu, fais que tout ce que Satan introduit dans mon
coeur en envie, en suspicion et en jalousie, soit [une occa-
sion pour] rappeler Ta grandeur, méditer sur Ta Puissance,
organiser la riposte [à mener] contre Ton ennemi,

wa mâ ajrâ ‘alâ lisânî min lafzhati fuhshinn, aw hajrinn aw shatmi


‘irdinn aw shahâdati bâtilinn, aw ightiyâbi mu’mininn ghâ'ibinn aw
sabbi hâdirinn wa mâ ashbaha dhâlika,

et [fais] que tout ce qu’il me fait prononcer en paroles


indécentes, en propos inconvenants, en injures déshono-
rantes, en faux témoignages, en médisance d’un croyant ab-
sent, en insultes contre un présent et autres choses de ce
genre,

nutqann bi-l-hamdi laka wa ighrâqann fî-th-thanâ’i ‘alayka, wa


dhahâbann fî tamjîdika wa shukrann li-ni‘matika, wa-i‘tirâfann bi-ih-
sânika wa ihsâ'ann li-minanika.

soit une prononciation de louanges à Ton Egard, une


profusion d’éloges à Ton Adresse, une émission de glorific-
ations envers Toi, un remerciement de Tes Bienfaits, une
reconnaissance de Tes Bontés et une énumération de Tes
Faveurs.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa lâ uzhlamanna


wa anta mutîqunn li-d-dafi ‘annî, wa lâ azhlimanna wa anta-l-qâdiru
‘alâ-l- qabdi minnî,
281/2106
Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, [fais]
qu’on ne m’opprime pas alors que Tu as la capacité de me
défendre, que je n’opprime personne alors que Tu peux me
retenir,
wa lâ adillanna wa qad arnkanatka hidâyatî, wa lâ aftaqiranna wa
min ‘indika ûs‘î, wa lâ atghayanna wa min‘indika ujdî.

que je ne m'égare pas alors que Tu as la possibilité de me


guider, que je ne tombe pas dans la misère alors que mon
opulence vient de Toi, que je ne devienne pas orgueilleux
alors que ma richesse vient de chez Toi.

Allâhumma, ilâ maghfiratika wafadtu wa ilâ ‘afwika qasadtu, wa


ilâ tajâ’ûzika-shtaqtu wa bi-fadlika wathiqtu,

Mon Dieu, c’est auprès de Ton Pardon que je me suis


rendu, c’est à Ton Absolution que j’ai aspiré, c’est Ton In-
dulgence qui m’a manqué, c est à Ta Faveur que je me suis
fié,

Wa laysa‘indî mâ yûjibu lî maghfirataka, wa lâ fi ‘amali ma as-


tahiqqu bihi ‘afwaka,

Alors qu il n’y a rien en moi qui impliquerait Ton Par-


don, et rien au niveau de mes actes qui me le ferait mériter

wa mâ lî ba‘da ‘an hakamtu ‘alâ nafsî illâ fadluka, fa-salli ‘alâ


Muhammadin wa âlihi wa tafaddal ‘alayya.

et après m’être jugé moi-même, il ne me reste que Ta


Faveur, alors, prie sur Mohammed et sur sa famille, et
couvre-moi de Ta Faveur.
282/2106
Allâhumma, wa antiqnî bi-l-hudâ wa alhimnî-t-taqwâ, wa
waffîqnî li-l-latî hiya azkâ wasta‘milnî bimâ huwa ardâ.

Mon Dieu,fais-moi prononcer des mots justes, inspire-


moi la piété, fais-moi obtenir ce qui est le plus pur et
emploie-moi dans ce qui Te satisfait le plus.

Allâhumma, asluk biya-t-tarî- qata-l-muthlâ, wa-j‘alnî ‘alâ mil-


latika amûtu wa ahyâ.

Mon Dieu, fais-moi emprunter la voie la plus


exemplaire, fais-moi mourir et vivre selon Ta Religion.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa matti‘nî bi-l-


iqtisâdi, wa-j‘alniya min ahli-s-sadâdi, wa min adillati-r-rashâdi, wa
min sâlihî-l-‘ibâdi, wa-rzuqnî fawza-l-ma‘âdi wa salâmata-l-mirsâdi.

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, fais-


moi jouir de la pondération, place-moi au nombre des
(gens) justes, des guides de la bonne direction, des ser-
viteurs saints, accorde-moi la réussite lors de la Résurrec-
tion et le salut lors de l’Examen [des actes].

Allâhumma, khudh li-nafsika min nafsî mâ yukhallisuhâ, wa abqi


li-nafsî min nafsî mâ yuslihuhâ, fa-inna nafsî hâlikatunn aw
ta‘simahâ.

Mon Dieu, prends de mon âme pour Toi-même ce qui la


sauverait, laisse-moi en moi-même ce qui la réformerait,
car mon âme est perdue, à moins que Tu ne l'empêches [de
faire des fautes].

Allâhumma, anta ‘uddatî in hazintu, wa anta muntaja‘î in hur-


imtu, wa bika-stighâthatî in karathtu,
283/2106

Mon Dieu, Tu es mon refuge quand je suis affligé, Tu es


mon asile quand je suis démuni, et c’est auprès de Toi que
je cherche secours quand je suis dans la détresse,

wa ‘indaka mimmâ fâta khalafunn, wa limâ fasada salâhunn wa


fîmâ ankarta taghyîrunn.

c’est auprès de Toi que je trouve la compensation de ce


qui est perdu, la réforme de ce qui est corrompu, le change-
ment de ce que Tu blâmes en moi,

fa-amnun ‘alayya qabla al-balâ'i bi-l-‘âfiyati wa qabla-t-talabi bi-l-


jiddati wa qabla-d-dalâli bi-r-rashâdi,

aussi, donne-moi le salut avant les calamités, l'opulence


avant la sollicitation, la bonne direction avant l'égarement,

wa-kfinî ma’ûnata ma‘arrati-l-ibâdi, wa hub lî amna yawmi-l-


ma‘âdi, wa-mnahnî husna-l-irshâdi.

préserve-moi de ce qui est blâmable en Tes serviteurs,


accorde-moi la sécurité le Jour de la Résurrection, octroie-
moi la bonne guidance.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa-adra’ ‘annî bi-


lutfika wa-ghdhunî bi-ni‘matika, wa aslihnî bi-karamika wa dâwinî
bi-sun‘ika, wa azhillanî fî dharâka wa jallilnî ridâka,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, éloigne


tout mal de moi par Ta Bonté, nourris-moi par Ta Grâce,
réforme-moi par Ta Générosité, guéris-moi par Ta Bonne
Oeuvre, mets-moi sous Ta Protection, couvre- moi de Ta
Satisfaction,
284/2106

wa waffiqnî idhâ-shtakalat ‘alayya al-umûru li-ahdâhâ, wa idhâ


tashâbahati-l-a‘mâlu li-azkâhâ, wa idhâ tanâqadati al-milalu li-
ardâhâ.

assiste-moi dans le choix de la plus juste des affaires


quand elles s’embrouillent, de la plus pure des actions
quand elles se confondent, de la plus satisfaisante des doc-
trines quand elles sont contradictoires.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa tawwijnî bi-l-


kifâyati, wa sumnî husna-l-wilâyati, wa hab lî sidqa-l-hidâyati wa lâ
taflinnî bi-s-sa'ati,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille,


couronne-moi de la suffisance, impose-moi une allégeance
honorable, octroie-moi une guidance sincère, ne m’éprouve
pas par l’abondance,

wa-amnahnî husna-d-da‘ati, wa lâ taj'al ‘ayshî kaddann kaddann


wa lâ tarudda du'â’î ‘alayya raddann, fa-innî lâ aj'alu laka diddann wa
lâ ad‘û ma'aka niddann.

accorde-moi la bonne aisance, ne rends pas ma vie labo-


rieuse, pénible, ne repousse pas ma supplication, car je ne
T’attribue aucun rival ni d’égal à Toi dans mes
supplications.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa-mna‘niya mina


as-sarafi wa hassin rizqî mina-t-talafi,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, em-


pêche-moi de me livrer au gaspillage, protège mes moyens
de subsistance de la détérioration,
285/2106

wa waffir malakatî bi-l-barakati fîhi, wa asib bî sabîla-l-hidâyati


li-l-birri fîmâ unfiqu minhu.

augmente mes possessions par la bénédiction (s’y


trouvant), fais-moi atteindre la voie de la guidance à la
piété dans tout ce que je dépense.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa-kfinî ma’ûnata-


l-iktisâbi wa-rzuqnî min ghayri ihtisâbinn,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, épar-


gne-moi la peine du gain, pourvois-moi [en moyens de sub-
sistance] sans compter,

falâ ashtaghila ‘an ‘ibâdatika bi-t-talabi, wa lâ ahtamila isra


tabi‘âti-l-maksabi.

afin de ne pas me détourner de l'adoration de Toi par la


recherche de ces moyens, ni devoir supporter le fardeau
des conséquences d’un gain obtenu.

Allâhumma, fa-atlibnî bi-qudratika mâ atlubu, wa ajimî bi-‘izza-


tika mimmâ arhabu.

Mon Dieu, accorde-moi ce que je demande, par Ton


Pouvoir, protège-moi contre ce que je crains, par Ta Gloire.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa sun wajhî bi-l-


yasâri wa lâ tabtadhil jâhî bi-l-iqtâri, fa-astarziqa ahla rizqika, wa
asta‘tiya shirâra khalqika,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, sauve-


moi la face par l’aisance, ne m'abaisse pas par le don
286/2106
parcimonieux, car j’aurais à demander mes moyens d’exist-
ence à ceux qui les reçoivent de Toi, à mendier auprès de
Tes méchantes créatures,

fa-aftatina bi-hamdi man a‘tânî wa ubtalâ bi-dhammi man


mana‘anî, wa anta min dûnihim waliyyu-l-i‘tâ’i wa-l-man‘i.

et donc à faire l’éloge de celui qui m’a donné et à


dénigrer celui qui m’a refusé, alors que Tu es, Toi à l’exclu-
sion d’eux, le Maître du Don et de l’Obstruction.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa-rzuqnî sih-


hatann fî ‘ibâdatinn, wa farâghann fî zahâdatinn, wa ‘ilmann fî-
sti'mâlinn, wa wara'ann fi ijmâlinn.

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille,


procure-moi la justesse dans l’adoration, la disponibilité
dans le désintéressement, le savoir avec la pratique, la
piété avec la convenance.

Allâhumma, akhtim bi-‘afwika ajalî, wa haqqiq fi rajâ’i rahmatika


amalî, wa sahhil ilâ bulûghi ridâka subulî, wa hassin fîjamî'i ahwâlî
‘amalî.

Mon Dieu, achève par Ton Pardon le terme (de ma vie),


réalise mon espoir dans l'espérance de Ta Miséricorde,
facilite-moi l’accès à l’obtention de Ta Satisfaction, améli-
ore mes actes dans l’ensemble de mes états.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa nabbihnî li-


dhikrika fi awqâti-l-ghaflati, wa-sta‘milnî bi-tâ‘atika fî ayyâmi-l-
muhlati,
287/2106
Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, attire
mon attention sur Ton évocation durant les moments
d'insouciance, emploie-moi dans l'obéissance à Toi les
jours passés sur terre,

wa anhij lî ilâ mahabbatika sabîlann sahlatann, akmil lî bihâ


khayra-d-dunya wa-l-âkhirati.

fais-moi suivre une voie facile vers Ton Amour et parfais


par lui, pour moi, le bien de ce monde et de l’Au-delà.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, ka-afdali mâ sal-


layta ‘alâ ahadinn min khalqika qablahu, wa anta musallinn ‘alâ
ahadinn ba‘- dahu,

Mon Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, de la


meilleure façon que Tu n'aies prié sur quiconque de Tes
créatures avant lui, et que Tu pries [encore] sur quiconque
après lui,

wa âtinâ fî-d-dunyâ hasanatann wa fî-l-âkhirati hasan-


atann, wa qinî bi-rahmatika ‘adhâba-n- nâri.

accorde-nous un Bienfait dans ce monde et un Bienfait


dans l’Autre, et préserve- moi, par Ta Miséricorde, du Châ-
timent du Feu.

*L’invocation du Paralysé

(al-Mashlût)
du Prince des croyants(p)
Appelée également «L'invocation du jeune homme puni pour son
péché». Elle est rapportée dans les livres d’al-Kafa‘amî et dans le
288/2106
livre Muhaj ad-Da’wâl. C’est une invocation que le Prince des croy-
ants(p) a enseignée à un jeune homme puni pour son péché,
paralysé suite à son comportement injuste, à ses péchés commis
à l’encontre de son père. Il invoqua Dieu de cette invocation et se
coucha. ll vit alors en rêve le Prophète(s) qui passait sa main sur lui
en lui disant : «Retiens le Nom de Dieu le plus Grandiose et tes actes
seront bons.» Il se réveilla guéri. Voici cette invocation :

Allâhumma, innî as'aluka bi-smika, bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-


rahîmi, yâ dhâ-l-jalâli wa-l-ikrâmi, yâ hayyu, yâ qayyûmu,

Mon Dieu, je Te demande par [la Grâce de] Ton Nom,


par [la Grâce du] Nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le
Très-Miséricordieux, ô Plein de Majesté et de Noblesse, ô
Vivant, ô Immuable,

yâ hayyu, lâ ilâha illâ anta, yâ huwa, yâ man lâ ya'lamu mâ huwa,


wa lâ kayfa huwa, wa lâ ayna huwa, wa lâ haythu huwa illâ huwa,

ô Vivant, il n’y a de Dieu que Toi, ô Lui, ô Celui qui. Seul,


sait ce qu’Il est, comment Il est, où Il est, par où Il est,

yâ dhâ-l-mulki wa-l-malakûti, yâ dhâ-l-‘izzati wa-l-jabarûti, yâ


maliku, yâ quddûsu, yâ salâmu, yâ mu’minu, yâ muhayminu,

ô Détenteur du Royaume et de la Royauté, ô Détenteur


de la Puissance et de la Force impérieuse, ô Roi, ô Très
Saint, ô Paix, ô Sécurisant, ô Vigilant,

yâ ‘azîzu, yâ jabbâru, yâ mutakabbiru, yâ khâliqu, yâ bârî’u, yâ


musawwiru, yâ mufîdu, yâ mudabbiru, yâ shadîdu, yâ mubdî’u, yâ
mu'îdu, yâ mubîdu,
289/2106
ô Puissant, ô Tout-Puissant, ô Orgueilleux, ô Créateur, ô
Créateur à partir de rien, ô Celui qui façonne, ô Bénéfique,
ô Celui qui régit, ô Redoutable, ô Innovateur, ô Restaurat-
eur, ô Destructeur,

yâ wadûdu, yâ mahmûdu yâ ma‘bûdu, yâ ba‘îdu, yâ qarîbu, yâ


mujîbu, yâ raqîbu, yâ hasîbu

ô Affectueux, ô Très-Loué, ô Très-Adoré, ô Loin, ô


Proche, ô Celui qui exauce, ô Observateur, ô Celui qui tient
les comptes,

yâ badî‘u, yâ rafî‘u, yâ manî‘u, yâ samî‘u, yâ ‘alîmu, yâ halîmu, yâ


karîmu, yâ hakîmu, yâ qadîmu, yâ ‘aliyyu,

ô Créateur à partir d'aucun modèle, ô Celui qui est Très-


Elevé, ô Impénétrable, ô Celui qui écoute, ô Très-Savant, ô
Plein de Mansuétude, ô Très-Généreux, ô Très-Sage, ô Eter-
nel, ô Très-Elevé,

yâ ‘azhîmu, yâ hannânu, yâ mannânu, yâ dayyânu, yâ musta'ânu,


yâ jalîlu, yâ jamîlu, yâ wakîlu, yâ kafîlu, yâ muqîlu,

ô Grandiose, ô Tendre, ô Donateur, ô Maître de la Reli-


gion, ô Celui auprès de qui on implore le secours, ô Très-
Majestueux, ô Très-Beau, ô Mandataire, ô Garant, ô Celui
qui absout,

yâ munîlu, yâ nabîlu, yâ dalîlu, yâ hâdî, yâ bâdî, yâ awwalu, yâ


âkhiru, yâ zhâhiru, yâ bâtinu,

ô Celui qui donne, ô Auguste, ô Guide, ô Guidant, ô


Clair, ô Premier, ô Dernier, ô Apparent, ô Intérieur
290/2106
yâ qâ’imu, yâ dâ’imu, yâ ‘âlimu, yâ hâkimu, yâ qâdî, yâ ‘âdilu, yâ
fâsilu, yâ wâsilu, yâ tâhiru, yâ mutahhiru, yâ qâdiru, yâ muqtadiru,

ô Celui qui se dresse, ô Permanent, ô Savant, ô


Gouvernant, ô Juge, ô Juste, ô Celui qui sépare, ô Celui qui
relie, ô Pur, ô Celui qui purifie, ô Omnipotent, ô Puissant,

yâ kabîru, yâ mutakabbiru, yâ wâhidu, yâ ahadu, yâ samadu, yâ


man lam yalid wa lam yûlad wa lam yakun lahu kufûann ahadunn,
wa lam yakun lahu sâhibatunn

ô Très-Grand, ô Arrogant, ô Unique, ô Un, ô Impéné-


trable, ô Celui qui n’engendre pas et qui n’est pas engendré,
qui n’a pas d’égal ni de compagne,

wa lâ kâna ma‘ahu wazîrunn, wa lâ attakhadha ma‘ahu


mushîrann wa la ahtâja ilâ zhahîrinn, wa lâ kâna ma‘ahu min ilâhinn
ghayruhu,

qui n’a pas de vizir avec Lui, n’a pas pris de conseiller
avec Lui, qui n’a pas besoin d'auxiliaire et qui n'a pas à Ses
Côtés d’autre divinité,

lâ ilâha illâ anta, fa-ta‘âlayta ‘ammâ yaqûlu azh-zhâlimûna


'uluwwann kabîrann,

il n’y a de Dieu que Toi, Tu es bien au-dessus de ce que


disent les despotes, d’une très grande élévation,
yâ ‘aliyyu, yâ shâmikhu, yâ bâdhikhu, yâ fattâhu, yâ naffâhu, yâ
murtâhu, yâ mufarriju,

ô Très-Elevé, ô Fier, ô Celui qui donne sans compter, ô


Celui qui ouvre constamment les portes [des richesses], ô
Celui qui donne
291/2106
constamment, ô Celui qui est reposé constamment
[c’est- à-dire qui ne se fatigue pas], ô Celui qui soulage,
yâ nâsiru, yâ muntasiru, yâ mudriku, yâ muhliku, yâ muntaqimu, yâ
bâ'ithu, yâ wârithu, yâ tâlibu, yâ ghâlibu, yâ man lâ yafûtuhu
hâribunn,

ô Défenseur, ô Triomphateur, ô Celui qui saisit, ô Celui


qui mène à la perdition, ô Vengeur, ô Celui qui ressuscite, ô
Celui qui hérite, ô Celui qui demande, ô Celui qui domine, ô
Celui à qui aucun fuyard ne peut échapper,

yâ tawwâbu, yâ awwâbu, yâ wahhâbu, yâ musabbiba-l-asbâ- bi, yâ


mufattiha-l-abwâbi, yâ man haythumâ du'iya ajâba,

ô Celui qui accepte le repentir, ô Celui qui revient sans


cesse, ô Celui qui donne, ô Cause des causes, ô Celui qui
ouvre les portes, ô Celui qui répond partout où Il est
sollicité,

yâ tahûru, yâ shakûru, yâ ‘afuwwu, yâ ghafûru, yâ nûra-n-nûri, yâ


mudabbira-l-umûri, yâ latîfu, yâ khabîru, yâ mujîru,

ô Pur, ô Très-Reconnaissant, ô Très-Indulgent, ô Celui


qui pardonne, ô Lumière de la lumière, ô Intendant des af-
faires/ordres, ô Subtil, ô Bien-Informé, ô Sauveur,

yâ munîru, yâ basîru, yâ zhahîru, yâ kabîru, yâ witru, yâ fardu, yâ


abadu, yâ sanadu, yâ samadu, yâ kâfî, yâ shâfi, yâ wâfî, yâ mu‘âfi,

ô Lumineux, ô Clairvoyant, ô Aide, ô Très-Grand, ô Sin-


gulier, ô Unique, ô Eternité, ô Soutien, ô Impénétrable, ô
Celui qui suffit, ô Celui qui guérit, ô Celui qui s’acquitte, ô
Celui qui donne la santé,
293/2106
yâ muhsinu, yâ mujmilu, yâ mun'imu, yâ mufdilu, yâ mutakar-
rimu, yâ mutafarridu, yâ man ‘alâ fa-qahara, yâ man malaka fa-
qadara,

ô Bienfaiteur, ô Bienfaisant, ô Pourvoyeur de bienfaits,


ô Celui qui accorde Ses Faveurs, ô Celui qui est très
Généreux, ô Singularisé, ô Celui qui s’étant élevé, domine,
ô Celui qui possédant, donne la mesure [à toute chose],

yâ man batana fa-khabara, yâ man ‘ubida fa-shakara, yâ man


‘usiya fa-ghafara,

ô Celui qui, pénétrant au fond des choses, a informé, ô


Celui qui, étant adoré, remercie, ô Celui qui, étant désobéi,
pardonne,

yâ man lâ tahwîhi-l-fikaru, wa lâ yudrikuhu basarunn, wa lâ yakh-


fâ ‘alayhi atharann,

ô Celui que la pensée ne contient pas, que le regard ne


perçoit pas, à qui aucune trace n’est cachée,

yâ râziqa-l-bashari, yâ muqaddira kulli qadarinn, yâ ‘âliya al-


makâni, yâ shadîda-l-arkâni, y â mubaddila-z-zamâni, yâ qâbila-l-
qurbâni,

ô Celui qui pourvoit à la subsistance du genre humain, ô


Celui qui détermine la mesure de toute mesure, ô Celui
dont le Lieu est très élevé, ô Celui dont les Piliers sont ro-
bustes, ô Celui qui change le temps, ô Celui qui accepte les
offrandes,

yâ dhâ-l-manni wa-l-ihsâni, yâ dhâ-l-‘izzati wa-s-sultâni, yâ


rahîmu, yâ rahmânu,
294/2106

ô Celui qui détient les Grâces et les Bienfaits, ô Celui qui


détient la Puissance et le Pouvoir, ô Très-Miséricordieux, ô
Tout-Miséricordieux,

Yâ man huwa kulla yawminn fî sha’ninn, yâ man lâ yashghaluhu


sha’nunn ‘an sha’ninn, yâ ‘azhîma-sh-sha’ni, yâ man huwa bi-kulli
makâninn,

ô Celui qui est chaque jour dans une affaire, ô Celui


qu'une affaire ne détourne pas d’une autre, ô Celui dont
l’importance est grandiose, ô Celui qui est partout,

yâsâmi‘a-l-aswâti,yâmujîba-d- da'wâti, yâ munjiha-t-talibâti, yâ


qâdiya-l-hâjâti,

ô Celui qui entend les voix, ô Celui qui répond aux ap-
pels, ô Celui qui accomplit les demandes, ô Celui qui satis-
fait les besoins,

yâ munzila-l-barakâti, yâ râhima-l-‘abarâti, yâ muqîla-l-‘atharâti,


yâ kâshifa-l-kurubâti,

ô Celui qui fait descendre les Bénédictions, ô Celui qui a


pitié des larmes, ô Celui qui relève des faux-pas, ô Celui qui
dissipe les malheurs,

yâ waliyya-l-hasanâti, yâ râfi‘ad-darajâti, yâ mu'tiya-s-su'ulâti, yâ


muhyiya-l-amwâti,

ô Celui qui est maître des Bienfaits, ô Celui qui élève en


degrés, ô Celui qui donne ce qui est demandé, ô Celui qui
donne vie aux morts,
295/2106
yâ jâmi‘a-sh-shatâti, yâ muttali'ann ‘alâ-n-niyâti, yâ râdda mâ qad
fâta, yâ man lâ tashtabihu ‘alayhi-l-aswâtu,

ô Celui qui rassemble les dispersions, ô Celui qui con-


naît les intentions, ô Celui qui restitue ce qui est passé, ô
Celui pour qui les voix ne se confondent pas,

yâman lâ tudjiruhu-l-mas’alâtu,wa lâ taghshâhu-zh-zhulumâtu,


yâ nûra-l-ardi wa-s-samâwâti,

ô Celui que les demandes ne lassent pas, ô Celui que les


ténèbres ne recouvrent pas, ô Lumière de la terre et des
cieux,

yâ sâbigha-n-ni‘ami, yâ dâfi‘a-n-niqami, yâ bârî’a-n-nasami, yâ


jâmi‘a-l-umami, yâ shâfiya-s-saqami, yâ khâliqa-n-nûri wa-zh-
zhulami,

ô Celui qui répand Ses Grâces, ô Celui qui repousse les


châtiments, ô Celui qui crée le souffle de la vie, ô Celui qui
rassemble les nations, ô Celui qui guérit le mal, ô Créateur
de la lumière et de l’obscurité,

yâ dhâ-l-jûdi wa-l-karami, yâ man lâ yata’u ‘arshahu qadamunn


yâ ajwada-l-ajwadîna, yâ akrama-l-akramîna,

ô Celui qui détient la Largesse et la Noblesse, ô Celui


dont aucun pied ne foule le Trône, ô le plus Généreux des
généreux, ô le plus Noble des nobles,

yâ asma‘a-s-sâmi‘îna, yâ absara-n-nâzhirîna, yâ jâra-l-musta-


jîrîna, yâ amâna-l-khâ’-ifîna,
296/2106
ô Celui qui entend le mieux de ceux qui entendent, ô Ce-
lui qui voit le mieux de ceux qui regardent, ô Protection de
ceux qui cherchent protection, ô Sécurité de ceux qui ont
peur,

yâ zhahra-l-lâjîna, yâ waliyya-l-mu’minîna, yâ ghiyâtha-l-


mustaghîthîna, yâ ghâyata-t-tâlibîna,

ô Soutien de ceux qui cherchent refuge, ô Maître des


croyants, ô Secours de ceux qui appellent à l’aide, ô But de
ceux qui demandent,

yâ sâhiba kulli gharîbinn, yâ mu’nisa kulli wahîdinn, yâ malja’a


kulli tarîdinn, yâ ma’wâ kulli sharîdinn,

ô Compagnon de tout étranger, ô douce Compagnie de


tout solitaire, ô Refuge de tout expulsé, ô Abri de tout
errant,

yâ hâfizha kulli dâllatinn, yâ râhima-sh-shaykhi-l-kabîri, yâ


râziqa-t-tifli as-saghîri, yâ jâbira-l-‘azhmi-l-kasîri,

ô Gardien de tout objet perdu, ô Celui qui fait miséri-


corde au vieil homme, ô Celui qui pourvoit à la subsistance
du petit enfant, ô Celui qui panse l’os brisé,

yâ fâkka kulli asîrinn, yâ mughniya-l-bâ’isi-l-faqîri, yâ ‘ismata-l-


khâ’ifi-l-mustajîri, yâ man lahu at-tadbîru wa-l-taqdîru,

ô Celui qui libère tout captif, ô Celui qui enrichit le


pauvre misérable, ô Celui qui protège l’apeuré qui cherche
protection, ô Celui à qui revient l’arrangement et la
mesure,
297/2106
yâmani-l-‘asîru ‘alayhi sahlunn yasîrunn, yâ man lâ yahtâju ilâ
tafsîrinn, yâ man huwa ‘alâ kulli shay’inn qadîrunn

ô Celui pour qui le difficile est très facile, ô Celui qui n’a
pas besoin d’interprétation, ô Celui qui a le pouvoir de tout
faire,

yâ man huwa bi-kulli shay’inn khabîrunn, yâ man huwa bi-kulli


shay’inn basîrunn, yâ mursila-r-riyâhi, yâ fâliqa-l-isbâhi,

ô Celui qui est informé de toute chose, ô Celui qui est


clairvoyant sur toute chose, ô Celui qui envoie le vent, ô Ce-
lui qui fend les aubes,

yâ bâ‘itha-l-arwâhi, yâ dhâ-l-jûdi wa-s-samâhi, yâ man bi-yadihi


kullu miftâhinn,

ô Celui qui ressuscite les esprits, ô Plein de Générosité et


d’Indulgence, ô Celui qui détient toutes les clés,

yâ sâmi‘a kulli sawtinn, yâ sâbiqa kulli fawtinn, yâ muhyiya kulli


nafsinn ba‘da-l-mawti,

ô Celui qui entend toutes les voix, ô Celui qui saisit toute
chose avant qu’elle ne disparaisse, ô Celui qui donne vie à
toute âme après la mort,
yâ ‘uddati fi shiddatî, yâ hâfizhî fi ghurbatî, yâ mu’nisî fi wahdatî,
yâ waliyyî fi ni‘matî,

ô ma Provision lors de mes difficultés, ô mon Gardien


lors de mon éloignement, ô ma douce Compagnie dans ma
solitude, ô mon Maître dans mes bienfaits,
298/2106
yâ kahfi hîna tu'yînî al-madhâhibu wa tusallimunî-l-aqâribu wa
yakhdhulunî kullu sâhibinn,

ô mon Refuge quand les voies me fatiguent, quand les


proches m'abandonnent, quand tout compagnon me
délaisse,

yâ ‘imâda man lâ ‘imâda lahu, yâ sanada man lâ sanada lahu, yâ


dhukhra man lâ dhukhra lahu, yâ hirza man lâ hirza lahu,

ô Pilier de celui qui n’a pas de pilier, ô Soutien de celui


qui n’a pas de soutien, ô Réserve de celui qui n'a pas de
réserve, ô Abri de celui qui n'a pas d'abri,

yâ kahfa man lâ kahfa lahu, yâ kanza man lâ kanza lahu, yâ rukna


man lâ rukna lahu, yâ ghiyâtha man lâ ghiyâtha lahu,

ô Abri de celui qui n'a pas d’abri, ô Trésor de celui qui


n’a pas de trésor, ô Appui de celui qui n’a pas d'appui, ô
Assistance de celui qui n'a pas d'assistance,

yâ jâra man lâ jâra lahu, yâ jâriya-l-lasîqa, yâ rukniya-l-wathîqa,


yâ ilâhiya bi-t-tahqîqi, yâ rabba-l-bayti-l-‘atîqi, yâ shafîqu, yâ rafîqu,

ô Refuge de celui qui n'a pas de refuge, ô mon Refuge in-


séparable, ô mon solide Appui, ô mon Dieu en vérité,
preuve à l'appui, ô Seigneur de la Maison al-‘Atîq (al-
Ka’abah), ô Compatissant, ô Bienveillant,

fukanni min halaqi-l-madîqi, wa-srif ‘annî kulla hamminn wa


ghamminn wa dîqinn, wa-akfinî sharra mâ lâ utîqu wa a'innî ‘alâ mâ
utîqu.
299/2106
délivre-moi des cercles de la gêne, débarrasse-moi de
tout souci, affliction et gêne, écarte de moi le mal que je ne
peux pas supporter et aide-moi dans ce que je peux
supporter !

Yâ râdda Yûsufa ‘alâ ya'qûba,

Ô Celui qui a rendu Youssef [Joseph] à Ya‘coub [Jacob],

yâ kâshifa durri Ayyûba,

ô Celui qui a dissipé le mal d’Ayoub [Job],

yâ ghâfira dhanbi Dâwuda,

ô Celui qui a pardonné le péché de Daoud [David],

yâ râfi‘a ‘îsâ bni Maryama, wa munjiyahu min aydî-l-yahûdi,


ô Celui qui a élevé ‘Issa [Jésus] fils de Mariam, et l’a
sauvé des mains des Juifs,

yâ mujîba nidâ’i Yûnusa fî-zh-zhulumâti,

ô Celui qui a répondu à l’appel de Yûnes [Jonas] dans les


ténèbres,

yâ mustafiya Mûsâ bi-l-kalimâti

ô Celui qui a choisi Moussa [Moïse] pour lui parler,

yâ man ghafara li-Adama khatî’atahu,

ô Celui qui a pardonné Adam pour sa faute,


300/2106
wa rafa'a Idrîsa makânann ‘aliyyann bi-rahmatihi,

et qui a élevé Idriss dans un lieu élevé par Sa


Miséricorde,

yâ man najjâ Nûhann mina-l-gharaqi,

ô Celui qui a sauvé Nûh [Noé] de la noyade,

yâ man ahlaka ‘âdann al-ûlâ wa Thamûda fa-mâ abqâ,

ô Celui qui a anéanti les tribus ‘Ads les premiers et


Thamûd qui disparurent totalement,

wa qawma Nûhinn min qablu innahum kânû hum azhlama wa


atghâ, wa-l-mu’tafikata ahwâ,

ainsi que la tribu de Nûh [Noé] avant, parce qu’ils


étaient, eux, les plus injustes et les plus despotes, et les
villes renversées,

yâ man dammara ‘alâ qawmi Lûtinn,

ô Celui qui a fait périr le peuple de Loth,

wa damdama ‘alâ qawmi Shu‘aybinn,

et a anéanti le peuple de Shua‘îb [Jethro],

yâ mani-attakhadha Ibrâhîma khalîlann,

ô Celui qui a choisi Ibrahim comme Ami intime,

yâ mani-attakhadha Mûsâ kalîmann,


301/2106

ô Celui qui a choisi Moussa comme Interlocuteur,

wa-attakhadha Muhammadann sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi wa


‘alayhim ajma'îna, habîbann.

ô Celui qui a choisi Mohammed (que Dieu prie sur lui et


sur sa famille et sur eux tous), comme Bien-Aimé,

yâ mu’tiya Luqmâna al-hikmata,

ô Celui qui a accordé à Luqman la sagesse,

wa-l-wâhiba li-Sulaymâna mulkann lâ yanbaghî li-ahadinn min


ba‘dihi,

et qui a fait don à Sulayman d’un royaume qui ne


conviendra à personne d’autre après lui,

yâ man nasara Dhâ-l-qarnayni ‘alâ-l-mulûki al-jabâbirati,

ô Celui qui soutint Dhû al-Qarnayn contre les rois des-


potes tyrans,

yâ man a‘tâ al-Khidra al-hayâta,

ô Celui qui a donné la vie à Khudr,

wa radda li-Yûsha‘a bni Nûninn ash-shamsa ba'da ghurûbihâ,

et qui a ramené le soleil après son coucher pour Yûshu‘a


[Josué], fils de Nûn,

yâ man rabata ‘alâ qalbi ummi Mûsâ,


302/2106

ô Celui qui retint le coeur de la mère de Moussa,

wa ahsana farja maryama-bnati ‘imrâna,

ô Celui qui préserva la virginité de Mariam fille de


‘Imrân,

yâ man hassana Yahyâ bna Zakariyyâ mina-dh-dhanbi,

ô Celui qui immunisa Yehia [Jean] fils de Zacchariya du péché,

sakkana 'an Musâ al-ghadaba,

et calma la colère de Moussa,

yâ man bashshara Zakariyyâ bi-Yahyâ,

ô Celui qui annonça la bonne nouvelle [de la naissance]


de Yehia à Zacchariya,

yâ man fadâ Ismâ‘îla mina-dh-dhabhi bi-dhibhinn ‘azhîminn,

ô Celui qui épargna Ismâ‘îl de l’égorgement par un


égorgement grandiose,

yâ man qabila qurbâna Hâbîla wa ja‘ala-l-la‘nata ‘alâ Qâbîla,

ô Celui qui accepta l'offrande d’Abel et qui maudit Qâbîl


[Caïn],

yâ hâzima-l-ahzâbi li-Muhammadinn sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi,


303/2106
ô Celui qui mit les [gens des] partis en déroute pour Mo-
hammed (que Dieu prie sur lui et sur sa famille),

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa ‘alâ jamî‘i-l-


mursalîna wa malâ’ikatika-l-muqarrabîna, wa ahli tâ'atika ajma'îna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed, sur


l’ensemble des envoyés et de Tes Anges proches, ainsi que
sur tous les gens
qui T'obéissent !

Wa as’aluka, bi-kulli mas’a-latinn sa’alaka bihâ ahadunn mimman


radayta ‘anhu, fa-hatamta lahu ‘alâ-l-ijâbati,

Je Te demande, par toute question que T’a posée


quiconque dont Tu étais Satisfait et dont Tu as décrété fa-
vorablement la réponse pour lui,

yâ Allâhu, yâ Allâhu, yâ Allâhu,

ô Dieu, ô Dieu, ô Dieu,

yâ rahmânu, yâ rahmânu, yâ rahmânu,

ô Tout-Miséricordieux, ô Tout-Miséricordieux, ô Tout-


Miséricordieux,

yâ rahîmu, yâ rahîmu, yâ rahîmu,

ô Très-Miséricordieux, ô Très-Miséricordieux, ô Très-


Miséricordieux,

yâ dhâ-l-jalâli wa-l-ikrâmi, yâ dhâ-l-jalâli wa-l-ikrâmi, yâ dhâ-l-


jalâli wa-l-ikrâmi,
304/2106

ô Plein de Majesté et de Noblesse, ô Plein de Majesté et


de Noblesse, ô Plein de Majesté et de Noblesse,

bihi, bihi, bihi, bihi, bihi, bihi, bihi,

par Lui, par Lui, par Lui, par Lui, par Lui, par Lui, par
Lui,

as’aluka bi-kulli-isminn sammayta bihi nafsaka, aw anzaltahu fî


shay’inn min kutubika,

je Te demande par tout Nom que Tu T’es donné à Toi-


même ou que Tu as révélé dans certains de Tes Livres,

aw-sta'tharta bih. fi ilmi-l-ghaybi ‘indaka, wa bi-ma‘âqidi-l-‘izzi


min ‘arshika,wa bi-muntahâ ar-rahmati min kitâbika,

ou dont Tu T’es approprié dans la science des Mystères


auprès de Toi, [par la Grâce] des sièges de Puissance de
Ton Trône, du comble de la Miséricorde de Ton Livre,

wa bimâ law annâ mâ fî-l-ardi min shajaratinn aqlâmunn, wa-l-


bahru yamudduhu min ba'dihi sab‘atu abhurinn, mâ nafidat
kalimâtu-llâhi inna- llâha ‘azizunn hakimunn,

et du fait que {même si tous les arbres de la terre étaient


des calames, et si la mer et sept autres mers après elle
étaient de l’encre, les Paroles de Dieu ne s'épuiseraient
pas,car Dieu est Très-Puissant et Très-Sage}(27/XXXI),
wa as aluka bi-asmâ’ika al-husnâ al-latî na'attahâ fi kitâbika, fa-
qulta :
305/2106
je Te demande, [par la Grâce] de Tes plus Beaux Noms
que Tu as décrits dans Ton Livre, en disant :

wa li-llâhi al-asmâ’u al-husnâ fa-ad‘ûhu bihâ, wa qulta : ud'ùnî as-


tajib lakum,

{Les plus beaux Noms appartiennent à Dieu ! Invoquez-


Le par Ses Noms}(l80/VII) et Tu as dit : {Invoquez-Moi et
Je vous exaucerai}(60/XL),

wa qulta : wa idhâ sa’alaka ‘ibâdî ‘annî fa-innî qaribunn ujîbu


da'wata ad-dâ'i idhâ da'âni,

et Tu as dit : {Si Mes serviteurs t’interrogent à Mon


Sujet, Je suis Proche, en vérité, Je réponds à l'appel de ce-
lui qui M'invoque quand il M’invoque}(186/II),

wa qulta : yâ ‘ibâdiya al-ladhîna asrafû ‘alâ anfusihim, là taqnatû


min rahmati-llâhi, inna-llâha yaghfiru-dh-dhunûba jamî‘ann innahu
huwa-l-gha- fûru-r-rahîma,

et Tu as dit : {O vous Mes serviteurs qui avez commis des


excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la
Miséricorde de Dieu, car Dieu pardonne tous les péchés,
car Il est Celui qui pardonne, le Très-Miséricordieux}(53/
XXXIX),

wa anâ as’aluka yâ ilâhî, wa ad‘ûka yâ rabbi, wa arjûka yâ sayyidî,


je Te demande, ô mon Dieu, je T’implore, ô mon
Seigneur, je Te supplie, ô mon Maître,

wa atma'u fî ijâbatî, yâ mawlâya kamâ wa‘adtanî wa qad


da'awtuka kamâ amartanî,
306/2106
et j’aspire à être exaucé, ô mon Maître, comme Tu me
l’as promis et je T’ai invoqué comme Tu me l’as ordonné,

fa-f ‘al bî mâ anta ahluhu yâ karîmu, wa-l-hamdu li-llâhi rabbi-l-


âlamîna, wa sallâ-llâhu ‘alâ Muhammadinn wa âlihi ajma‘îna.

alors fais de moi en fonction de ce dont Tu es Digne, ô


Très-Généreux, et Louange à Dieu, Seigneur des mondes et
que Dieu prie sur Mohammed et sur tous les [membres] de
sa famille !

Ensuite, présenter sa demande, elle sera exaucée avec la Volonté


de Dieu Très-Elevé. Et selon le propos rapporté in Muhaj ad-
Da’wât, n’invoquer cette invocation qu’en état de pureté.

*L'invocation de celui qui demande conseil

(Yastashîr)
du Prince des croyants(p)
Sayyed Ibn Tâ’ûs rapporte, dans son livre Muhaj ad-Da’wât, du
Prince des croyantst(p) qui dit :
«Le Messager de Dieu(s) m ’a appris cette invocation et m ’a de-
mandé de la réciter à chaque moment de difficulté et d’aisance,et de
l’apprendre à mon successeur (après moi). Il m a demandé de ne
pas l'abandonner tout au long de ma vie jusqu'à ma rencontre avec
Dieu (Tout-Puissant).» Puis il(s) ajouta : «Dis cette invocation
quand tu te lèves et quand tu te couches car elle est un des Trésors
du Trône.»
Ubay fils de Ka’ab demanda au Prophète(s)de parler des grâces
de cette invocation. Le Prophète(s) annonça certaines de ses récom-
penses grandioses. Celui qui veut les connaître les trouvera dans le
livre Muhaj ad-Da ’wât.
307/2106
Bi-smi-llâhi ar-rahmâni, ar-rahîmi,

Par [la Grâce du] Nom de Dieu le Tout-Miséricordieux,


le Très-Miséricordieux !

Al-hamdu li-llâhi al-ladhî lâ ilâha illâ huwa, al-maliku, al-haqqu,


al-mubînu, al-muda-b-biru bilâ wazîrinn, wa lâ khalqinn min ‘ibâdihi
yasta-
shîru,

Louange à Dieu qui, point de Dieu autre que Lui, le Roi,


la Vérité évidente, celui qui gère sans vizir, sans demander
conseil à aucune créature de Ses serviteurs,

al-awwalu ghayru mawsûfinn, wa al-bâqî ba‘ da fanâ’ i-l-khalqi,


al-‘azhîmu ar-rubûbiyyati,

le Premier qui n’est pas décrit, le Permanent après la


disparition de la création, à la Seigneurie grandiose,

nûru-s-samâwâti wa-l-aradîna, wa fâtiruhumâ wa mub-


tadi-‘uhumâ, bi-ghayri ‘amadinn khalaqahumâ wa fataqahumâ
fatqann,

Lumière des cieux et des terres, leur Créateur et leur In-


venteur, qu’Il a créés sans pilier et a fendus totalement,

fa-qâmati as-samâwâtu tâ’i'âtinn bi-amrihi, wa-staqarrati-l-


aradûna bi-awtâdihâ fawqa-l-mâ’i,

alors les cieux se sont dressés, obéissant à Son Ordre, et


les terres se sont stabilisées par ses piliers (les montagnes)
au-dessus de l’eau,
308/2106
thumma ‘alâ rabbunâ fî-s-sa-mâwâti-l-‘ulâ, ar-rahmânu ‘alâ-
l-‘arshi-stawâ, lahu mâ fi-s-samâwâtu wa mâ fî-l-ardi wa mâ bay-
nahumâ wa mâ tahta-th-tharâ.

ensuite notre Seigneur s’est élevé dans les cieux, {le


Tout-Miséricordieux se tient en majesté sur le Trône, à Lui
appartient ce qui est dans les cieux, ce qui est sur terre, ce
qui est entre les deux et ce qui est sous terre}(56/XX).

Fa-anâ ash'hadu bi-annaka anta Allâhu, lâ râfi‘a limâ wada‘ta, wa


lâ wâdi‘a limâ rafa‘ta.

En effet, j’atteste que Tu es Dieu, personne ne [peut]


élever ce que Tu as abaissé, ni abaisser ce que Tu as élevé,

wa lâ mu'izza liman adhlalta, wa lâ mudhilla liman a'zazta, wa lâ


mâni'a limâ a'tayta wa lâ mu‘tiya limâ mana‘ta,

ni rendre puissant celui que Tu as avili, ni avilir celui


que Tu as rendu puissant, ni priver celui à qui Tu as donné,
ni donner à celui que Tu as privé,

wa anta Allâhu, lâ ilâha illâ anta, kunta idh lam takun samâ’unn
mabniyyatunn, wa lâ ardunn mad’hiyyatunn, wa lâ shamsunn
mudî’atunn,

Tu es Dieu, il n’y a de Dieu que Toi, Tu étais alors qu’il


n’y avait pas de ciel bâti, ni de terre étendue, ni de soleil
lumineux,

wa lâ laylunn muzhlimunn wa lâ nahârunn mudî’unn, wa lâ


bahrunn lujjiyyunn, wa là jabalunn râsinn, wa là najmunn sârinn wa
là qamarunn munîrunn,
309/2106
ni de nuit obscure, ni de jour lumineux, ni de mer pro-
fonde, ni de montagne se dressant de façon imposante, ni
d’étoiles se déplaçant, ni de lune éclairante,

wa lâ rîhunn tahubbu wa lâ sahâbunn yaskubu, wa lâ barqunn


yalma’u wa lâ ra'dunn usabbihu,

ni de vent qui souffle, ni de nuage qui donne la pluie, ni


d’éclair qui brille, ni de tonnerre qui glorifie Dieu,

wa lâ rûhunn tanaf-fasu wa lâ tâ irunn yatîru, wa lâ nârunn tat-


awaqqadu wa lâ mâ’unn yattaridu,

ni d’esprit qui respire, ni d'oiseau qui vole, ni de feu qui


s’embrase, ni d’eau qui coule,

kunta qabla kulli shay’inn wa kawwanta kulla shay’inn, wa


qadarta ‘alâ kulli shay’inn wa-abtada‘ta kulla shay’inn,

Tu étais avant toute chose et Tu as constitué toute chose,


Tu as le pouvoir sur toute chose. Tu as inventé toute chose,

wa aghnayta wa afqarta, wa amatta wa ahyayta, wa ad’hakta wa


abkayta, wa ‘alâ-l-‘arshi-stawayta,

Tu enrichis et Tu appauvris. Tu fais mourir et Tu donnes


la vie, Tu fais rire et Tu fais pleurer et Tu Te tiens en
majesté sur le Trône,

fa-tabârakta, yâ Allâhu wa ta'âlayta.

alors, sois Béni, ô Dieu, et Très-Exalté !

Anta Allâhu al-ladhî lâ ilâha illâ anta, al-khallâqu al-‘alîmu,


310/2106

Tu es Dieu, il n’y a de Dieu que Toi, le Créateur sans


cesse, le Très-Savant,

Amruka ghâlibunn wa ‘ilmuka nâfidhunn, wa kayduka gharîbunn,

Ton Ordre est prépondérant, Ton Savoir pénétrant, Ton


Stratagème étrange,

wa wa‘duka sâdiqunn, wa qawluka haqqunn wa hukmuka


‘adlunn,

Ta Promesse sincère, Ta Parole Vérité, Ton Jugement


Justice,

wa kalâmuka hudann, wa wahyuka nûrunn, wa rahmatuka


wâsi‘atunn,

Tes Propos Guidance, Ta Révélation Lumière, Ta Miséri-


corde étendue,

wa ‘afûka ‘azhîmunn, wa fadluka kathîrunn, wa ‘atâ’uka jazîlunn,

Ton Pardon grandiose, Ta Grâce multiple, Ton Don


abondant,

wa habluka matînunn, wa imkânuka ‘atîdunn, wa jâruka ‘azîzunn,


wa ba’suka shadîdunn, wa makruka makîdunn.

Ta Corde solide, Ta Capacité puissante, Ton Voisinage


noble, Ta Force terrible et Ta Ruse bien ourdie.

Anta, yâ rabbi, mawdi‘u kulli shakwâ, wa hâdiru kulli malâ’inn,


wa shâhidu kulli najwâ,
311/2106

Toi, ô Seigneur, Tu es le Lieu de dépôt de toute plainte,


le Présent à toute assemblée, le Témoin de tout
conciliabule,

muntahâ kulli hâjatinn, mufarriju kulli huzninn, ghinâ kulli


miskîninn, hisnu kulli hâribinn,

l’Aboutissement de toute demande, Celui qui dissipe


toute tristesse, Celui qui enrichit tout nécessiteux, le
Retranchement de tout fuyard,

amânu kulli khâ’ifinn, hirzu-d-du‘afâ’i, kanzu-l-fuqarâ’i,


mufarriju-l-ghammâ’i, mu‘înu-s-sâlihîna.

l’Espoir de tout apeuré, la Protection des faibles, le


Trésor des pauvres, Celui qui soulage les soucis, l’Auxiliaire
des gens purs.

Dhâlika Allâhu, rabbunâ, lâ ilâha illâ huwa,

Cela est Dieu, notre Seigneur, point de divinité autre que


Lui,

Takfi min ‘ibâdika man tawakkala ‘alayka, wa anta jâru man lâdha
bika wa tadarra‘a ilayka,

Tu suffis à ceux de Tes serviteurs qui comptent sur Toi,


Tu es le Voisin de celui qui s’est réfugié auprès de Toi et
s’est soumis à Toi,

‘ismatu mani-i‘tasama bika, nâsiru mani-antasara bika, taghfiru-


dh-dhunûba li-mani-istaghfaraka,
312/2106
l’immunité de celui qui s’est immunisé par Toi, le Défen-
seur de celui qui a triomphé par Toi, Tu pardonnes les
péchés de celui qui Te demande pardon,

jabbâru-l-jabâbirati, ‘azhîmu-l-‘uzhamâ’i, kabîru-l-kubarâ’i,


sayyidu-l-sâdâti, mawlâ-l-mawâlî,

le Puissant des puissants arrogants, le Grandiose des


grandioses, le Grand des grands, le Maître des maîtres, le
Tuteur des tuteurs,

sarîkhu al-mustasrikhîna, munaffisunn ‘ani-l-makrûbîna, mujîbu


da‘wati-l-mudtarrîna.

Celui qui secourt celui qui appelle au secours, Celui qui


soulage ceux qui sont affligés, Celui qui exauce la prière des
nécessiteux,

asma‘u-s-sâmi‘îna, absaru-n-nâzhirîna, ahkamu-l-hâkimîna,


asra‘u-l-hâsibîna, arhamu-r-râhimîna,

Celui qui entend le plus de ceux qui entendent, Celui qui


voit le de ceux qui regardent, le meilleur Arbitre des ar-
bitres, le plus Rapide de ceux qui tiennent les comptes, le
plus Miséricordieux des miséricordieux,

khayru-l-ghâfirîna, qâdî hawâ- 'iji-l-mu’minîna, mughîthu-s-


sâlihîna.

le Meilleur de ceux qui pardonnent, Celui qui satisfait


les besoins des croyants, Celui qui vient au secours des
gens purs.

Anta Allâhu, lâ ilâha illâ anta, rabbu-l-‘âlamîna,


313/2106

Toi, Tu es Dieu, point de divinité autre que Toi, Seigneur


des mondes,

anta al-khâliqu wa anâ-l-makhlûqu,

Toi, le Créateur et moi, la créature,

wa anta al-mâliku, wa anâ-l-mamlûku,

Toi, le Possesseur et moi, le possédé,

wa anta ar-rabbu, wa anâ-l-‘abdu,

Toi, le Seigneur et moi, le sujet,

wa anta ar-râziqu, wa anâ-l-marzûqu,

Toi, le Pourvoyeur et moi, le pourvu,

wa anta al-mu‘tî, wa anâ-s-sâ’ilu,

Toi, le Donateur et moi, le solliciteur.

Wa anta al-jawâdu, wa anâ-l-bakhîlu.

Toi, le Généreux et moi, l’avare,

wa anta al-qawiyyu, wa anâ-d-da'îfu.

Toi, le Fort et moi, le faible,

wa anta al-‘azîzu, wa anâ-dh-dhalîlu


314/2106
Toi, le Puissant et moi, et moi, l’humble,

wa anta al-ghaniyyu, wa anâ-l-faqîru.

Toi, le Riche et moi, le pauvre,

wa anta as-sayyidu, wa anâ-l- abdu

Toi, le Maître et moi, le serviteur,

Wa anta al-ghâfiru, wa anâ-l-musî’u

Toi, Celui qui pardonne et moi, le pécheur,

Wa anta al-‘âlimu, wa anâ-l- jâhilu,

Toi, le Savant et moi, l'ignorant,

wa anta al-hâlimu, wa anâ-l-‘ajûlu,

Toi, le Plein de Mansuétude et moi, le pressé,

wa anta ar-rahmanu, wa anâ-l-marhûmu,

Toi, le Tout-Miséricordieux et moi l’objet de Ta


Miséricorde,

wa anta al-mu‘âfî, wa anâ-l-mubtalâ,

Toi, Celui qui fait Grâce et moi, l’éprouvé,

wa anta al-mujîbu, wa anâ-l-mudtarru,

Toi, Celui qui exauce et moi,le nécessiteux,


315/2106

wa anâ ash’hadu bi-annaka anta Allâhu, lâ ilâha illâ anta, al-mu‘tî


‘ibâdaka bilâ su’âlinn,

et moi, j’atteste que Tu es Toi Dieu, point de Dieu autre


que Toi, Celui qui donne à Ses serviteurs sans être sollicité,

wa ash’hadu bi-annaka anta Allâhu al-wâhidu, al-ahadu, al-


mutafarridu, as-samadu, al-fardu wa ilayka-l-masîru.

j’atteste que Tu es Toi Dieu, l’Unique, l’Un, le Singular-


isé, l’impénétrable, le Singulier et que c’est vers Toi qu’a
lieu le Retour.

Wa sallâ-llâhu ‘alâ Muhammadinn wa ahli baytihi at-tayyibîna at-


tâhirîna.

Que Dieu prie sur Mohammed et sur les gens bons et


purs de sa maison.

Wa-ghfir lî dhunûbî wa-stur ‘alayya ‘uyûbî,

Pardonne-moi mes péchés, recouvre-moi mes défauts,

wa-ftah liya min ladunka rahmatann warizqann wâsi‘ann, yâ


arhama-r-râhimîna.

et fais-moi parvenir, de chez Toi, une Miséricorde et une


Ressource étendue, ô le plus Miséricordieux des
miséricordieux !

Wa-l-hamdu li-llâhi rabbi-l-‘âlamîna, wa hasbunâ-llâhu wa ni‘ma-


l-wakîlu,
316/2106
Et Louange à Dieu, Seigneur des mondes, Dieu nous suf-
fit, quel excellent Protecteur,

wa lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâhi al-‘aliyyi al-‘azhîmi.

il n’y a de puissance et de force qu’en Dieu le Très-Elevé,


le Très-Grandiose !

*L’invocation Le Sauveur

(al-Mujîr)
du Prophète Mohammed(s)

C’est une invocation d’une grande importance, rapportée du


Prophète(s). L’Ange Gabriel(p) la révéla au Prophète(s) alors qu’il
était en train de prier dans la Station Ibrahimt(p) [près de la Ka’aba
à La Mecque]. Al-Kafa’mî a rapporté cette invocation dans son livre
al-Balâd al-Amin et al- Misbah et a indiqué, dans la marge, les
faveurs qu’elle renferme. Parmi elles : celui qui récite cette invoca-
tion les jours «blancs» [les jours de pleine lune, les 13, 14 et 15] du
mois de Ramadan, a ses péchés pardonnés, même s’ils sont au
nombre des gouttes de la pluie, des feuilles des arbres et des [grains]
de sable de la terre. Elle est bénéfique pour la guérison du malade, le
remboursement des dettes, l’enrichissement, elle éloigne de la
pauvreté, soulage les soucis et dissipe les malheurs.
Voici cette invocation :

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni, ar-rahîmi.

Par [la Grâce] du Nom de Dieu le Tout-Miséricordieux,


le Très-Miséricordieux !
317/2106
Subhânaka yâ Allâhu, ta'âlayta yâ rahmânu, ajirnâ mina-n-nâri,
yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Dieu, Tu es Très-Elevé, ô Tout-Miséricor-


dieux, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ rahîmu, ta'âlayta yâ karîmu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Très-Miséricordieux, Tu es Très-Elevé, ô


Très-Généreux, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ maliku, ta’âlayta yâ mâliku, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Roi, TU es Très-Elevé, ô Possesseur, sau-


ve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ quddûsu, ta'âlayta yâ salâmu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Saint, Tu es Très-Elevé, ô Paix, sauve-


nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ mu’minu, ta'âlayta yâ muhayminu, ajirnâ mina-n-


nâri yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Sécurisant, Tu es Très-Elevé, ô Vigilant,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ ‘azîzu, ta'âlayta yâ jabbâru, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.
318/2106
Gloire à Toi, ô Puissant, Tu es Très-Elevé, ô Très Fort,
sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ mutakabbiru, ta'âlayta yâ mutajabbiru, ajirnâ


mina-n-nâri yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Très-Grand, Tu es Très-Elevé, ô Récon-


fortant, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ khâliqu, ta‘ âlayta yâ bâri’u, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Créateur, Tu es Très-Elevé, ô Producteur,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ musawwiru, ta'âlayta yâ muqaddiru, ajirnâ mina-n-


nâri yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui façonne, Tu es Très-Elevé, ô Ce-


lui qui donne la mesure [à toute chose], sauve-nous du Feu,
ô Sauveur !

Subhânaka yâ hâdî, ta'âlayta! yâ bâqî, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Guide, Tu es Très-Elevé, ô Celui qui per-


siste, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ wahhâbu, ta'âlayta yâ tawwâbu, ajirnâ mina- n-nâri


yâ mujîru.
319/2106
Gloire à Toi, ô Celui qui ne cesse de donner, Tu es Très-
Elevé, ô Celui qui revient sans cesse, sauve-nous du Feu, ô
Sauveur !

Subhânaka yâ fattâhu, ta'âlayta yâ murtâhu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui ouvre constamment les portes,


Tu es Très-Elevé, ô Reposé, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !
]

Subhânaka yâ sayyidî, ta'alay-ta yâ mawlâva- ajirna mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô mon Maître, Tu es Très-Elevé, ô mon Sou-


verain. sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ qarîbu. ta'âlayta yâ raqîbu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi. ô Très-Proche, Tu es Très-Elevé. ô Obser-


vateur, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ mubdi’u, ta'âlayta yâ mu'îdu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Instaurateur,Tu es Très-Elevé, ô Celui qui


fait revenir [toute chose] à Lui, sauve-nous du Feu, ô
Sauveur !

Subhânaka yâ hamîdu, ta'âlayta yâ majîdu ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.
320/2106
Gloire à Toi, ô Très-Loué, Tu es Très-Elevé, ô Très-
Glorifié, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ qadîmu, ta'âlayta yâ ‘azhîmu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Eternel, Tu es Très-Elevé, ô Grandiose,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ ghafûru, ta'âlayta yâ shakûru, ajirnâ mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui pardonne, Tu es Très-Elevé, ô


Reconnaissant, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ shâhidu, ta'âlayta yâ shahîdu, ajirnâ mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui atteste, Tu es Très-Elevé, ô


Témoin, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ hannânu, ta'âlayta yâ mannânu, ajirnâ mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Tendre, Tu es Très-Elevé, ô Donateur,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ bâ'ithu, ta'âlayta yâ wârithu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui ressuscite, Tu es Très-Elevé, ô


Héritier, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !
321/2106
Subhânaka yâ muhyî, ta'âlayta yâ mumîtu, ajirnâ mina-n-nâri yâ
mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui donne la vie, Tu es Très-Elevé, ô


Celui qui donne la mort, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ shafîqu, ta'âlayta yâ ratîqu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Compatissant, Tu es TVès-EIevé, ô Celui


qui est Bienveillant [avec Sesserviteurs], sauve-nous du
Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ anîsu, ta'âlayta yâ mu’nisu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Ami Intime, Tu es Très-Elevé, ô Celui quil


tient compagnie, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ jalîlu, ta'âlayta yâ jamîlu. ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Majestueux, Tu es Très-Elevé, ô Beau,


sauve nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ khabîru, ta'âlaylta yâ basîru, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Bien-Informé. Tu es Très-Elevé, ô


Clairvoyant, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ hafiyyu, ta'âlayta yâ maliyyu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru
322/2106
Gloire à Toi, ô Accueillant, Tu es Très-Elevé, ô Etendu,
sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ ma'bûdu, ta'âlayta yâ mawjûdu, ajirnâ mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui est adoré, Tu es Très-Elevé, ô


Présent, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ ghaffâru, ta'âlayta yâ qahhâru. ajirnâ mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui ne cesse de pardonner, Tu es


Très-Elevé, ô Dominateur suprême, sauve-nous du Feu, ô
Sauveur !

Subhânaka yâ madhkûru, ta'âlayta yâ mashkûru, ajirnâ mina-n-


nâri ya mujîru.

Gloire à Toi,ô Celui qui est évoqué,Tu es Très-Elevé,ô Ce-


lui qui est remercié, sauve nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ jawâdu, ta'âlayta yâ ma'âdhu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Très-Généreux, Tu es Très-Elevé, ô


Refuge, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ jamâlu, ta'âlayta yâ jalâlu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Beauté, Tu es Très-Elevé, ô Majesté,


sauve- nous du Feu, ô Sauveur !
323/2106
Subhânaka yâ sâbiqu, ta'âlayta yâ râziqu, ajirnâ mina-n-nâri yâ
mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui précède, TU es Très-Elevé, ô Dis-


pensateur de biens, sauve- nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ sâdiqu, ta'âlayta yâ fâliqu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Sincère, Tu es Très-Elevé, ô Celui qui


fend, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ samî‘u, ta'âlayta yâ sarî'u, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui entend parfaitement. Tu es Très-


Elevé, ô Prompt, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ rafî'u, ta'âlayta yâ badî'u, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui est Très-Elevé, Tu es Très-Elevé,


ô Innovateur, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ fa“âlu, ta'âlayta yâ muta'âli, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Opérant, Tu es Très-Elevé, ô Sublime,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ qâdî, ta'âlayta yâ râdî, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.
324/2106
Gloire à Toi, ô Juge, Tu es Très-Elevé, ô Satisfait, sauve-
nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ qâhiru, ta'âlayta yâ tâhiru, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Impérieux, Tu es Très-Elevé, ô Pur, sauve-


nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ 'âlimu, ta'âlayta yâ hâkimu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîm.

Gloire à Toi, ô Savant, Tu es Très-Elevé, ô Gouverneur,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ dâ’imu, ta'âlayta yâ qâ’imu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Permanent, Tu es Très-Elevé, ô Celui qui


se maintient, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ ‘âsimu, ta'âlayta yâ qâsimu. ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Protecteur, Tu es Très-Elevé, ô Répartis-


seur [des richesses], sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ ghaniyyu, ta'âlayta yâ mughnî, ajirnâ mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Riche, Tu es Très-Elevé, ô Celui qui en-


richit, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !
325/2106
Subhânaka yâ wafiyyu, ta'âlayta yâ qawiyyu, ajirnâ mina-n-nâri
yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Loyal, Tu es Très-Elevé, ô Fort, sauve-


nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ kâfi, ta'âlayta yâ shâfi, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô celui qui suffit, Tu es Très-Elevé, ô Celui


qui guérit, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ muqaddimu, ta'âlayta yâ mu’akhkhiru, ajirnâ


mina-n-nâri yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui avance, Tu es Très-Elevé, ô Celui


qui retarde, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ awwalu, ta‘âlayta yâ âkhiru, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Premier, Tu es Très-Elevé, ô Dernier,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ zhâhiru, ta‘âlayta yâ bâtinu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Apparent, Tu es Très-Elevé, ô Caché,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ rajâ’u, ta'âlayta yâ murtajâ, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.
326/2106
Gloire à Toi, ô Espoir, Tu es Très-Elevé, ô Espéré, sauve-
nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ dhâ-l-manni, ta'âlayta yâ dhâ-t-tawli, ajirnâ mina-


n-nâri yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Maître du Don, Tu es Très-Elevé, ô Plein


de Largesses, sauve- nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ hayyu, ta'âlayta yâ qayyûmu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Vivant, Tu es Très-Elevé, ô Sustentateur,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ wâhidu, ta‘âlayta yâ ahadu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Unique, Tu es Très-Elevé, ô Un, sauve-


nous du Feu,ô Sauveur !

Subhânaka yâ sayyidu, ta'âlayta yâ samadu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Maître, Tu es Très-Elevé, ô Impénétrable,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ qadîru, ta'âlayta yâ kabîru, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Omnipotent, Tu es Très-Elevé, ô Très-


Grand, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ wâlî, ta'âlayta yâ ‘âlî, ajirnâ mina-n-nâri yâ mujîru.


327/2106

Gloire à Toi, ô Celui qui dirige. Tu es Très-Elevé, ô Très-


Elevé, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ ‘aliyyu, ta'âlayta , yâ a‘lâ, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Elevé, Tu es Très-Elevé, ô le Plus Elevé,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ waliyyu, ta‘âlayta yâ mawlâ, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Tuteur, Tu es Très-Elevé, ô Maître, sauve-


nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ dhâri’u, ta‘âlayta yâ bâri’u, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Créateur, Tu es Très-Elevé, ô Innovateur,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ khâfidu, ta'âlayta yâ râfi‘u, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui abaisse, Tu es Très-Elevé, ô Ce-


lui qui élève, sauve-nous Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ muqsitu, ta‘âlayta yâ jâmi‘u , ajirnâ mina-n-ya


mujîru.

Gloire à Toi, ô Equitable, Tu es Très-Elevé, ô Celui qui


rassemble, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !
328/2106
Subhânaka yâ mu'izzu, ta‘âlayta yâ mudhillu, ajirnâ mina-n-nâri
yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui rend puissant, Tu es Très-Elevé,


ô Celui qui humilie, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ hâfïzhu, ta'âlayta yâ hâfidhu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Garde, Tu es Très-Elevé, ô Gardien,


sauve- nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ qâdiru, ta'âlayta yâ muqtadiru, ajirnâ mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui a le pouvoir, Tu es Très-Elevé, ô


Tout-Puissant, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ 'alîmu, ta‘âlayta yâ hâlimu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Très-Savant, Tu es Très-Elevé, ô Plein de


Mansuétude, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ hakamu, ta'âlayta yâ hakîmu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Gouverneur, Tu es Très-Elevé, ô Sage,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ mu'tî, ta‘âlayta yâ mâni‘u, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.
329/2106
Gloire à Toi, ô Celui qui prodigue, Tu es Très-Elevé, ô Ce-
lui qui interdit, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ dârru, ta‘âlayta yâ nâfi‘u, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui nuit. Tu es Très-Elevé, ô Celui


qui accorde le profit, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ mujîbu, ta'âlayta yâ hasîbu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui exauce, Tu es Très-Elevé, ô Celui


qui tient les comptes de tout, sauve-nous du Feu, ô Sauveur
!

Subhânaka yâ ‘âdilu, ta'âlayta yâ fâdilu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Juste, Tu es Très-Elevé, ô Celui qui


tranche, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ latîfu, ta'âlayta yâ sharîfu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Subtil, Tu es Très-Elevé, ô Noble, sauve-


nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ rabbu, ta'âlayta yâ haqqu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Seigneur, Tu es Très-Elevé, ô Vérité,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !
330/2106
Subhânaka yâ mâjidu, ta'âlayta yâ wahidu, ajirnâ mina-n-nâri yâ
mujîru.

Gloire à Toi, ô Glorieux, Tu es Très-Elevé, ô Unique,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ ‘afuwwu, ta‘âlayta yâ muntaqimu, ajirnâ mina-n-


nâri yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Pardon, Tu es Très-Elevé, ô Celui qui tire


vengeance, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ wâsi‘u, ta'âlayta yâ muwassi'u, ajirnâ mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui embrasse [tout], Tu es Très-


Elevé, ô Celui qui donne largement, sauve-nous du Feu,
ôSauveur !

Subhânaka yâ ra’ûfu, ta‘âlayta yâ ‘atûfu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Bon, Tu es Très-Elevé, ô Affectueux,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ fardu, ta'âlayta yâ witru, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Singulier, Tu es Très-Elevé, ô Unique,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ muqîtu, ta'âlayta yâ muhîtu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.
331/2106
Gloire à Toi, ô Celui qui pourvoit, Tu es Très-Elevé, ô Ce-
lui qui englobe tout, sauve- nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ wakîlu, ta‘âlayta yâ ‘adlu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui sur qui on compte, Tu es Très-Elevé,


ô Justice, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ mubînu, ta‘ âlayta yâ matînu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Clair, Tu es Très-Elevé, ô Inébranlable,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ barru, ta‘âlayta yâ wadûdu, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Charitable, Tu es Très-Elevé, ô Aimant,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ rashîdu, ta'âlayta yâ murshidu, ajirnâ mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui dirige avec droiture, Tu es Très-


Elevé, ô Guide, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ nûru, ta‘âlayta yâ munawwiru, ajirnâ mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Lumière, Tu es Très-Elevé, ô Celui qui


illumine, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !
332/2106
Subhânaka yâ nasîru, ta‘âlayta yâ nâsiru, ajirnâ mina-n-nâri yâ
mujîru.

Gloire à Toi, ô Aide, Tu es Très-Elevé, ô Celui qui octroie


la victoire, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ sabûru, ta‘âlayta yâ sâbiru, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Très-Patient, Tu es Très-Elevé, ô Patient,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur!

Subhânaka yâ muhsî, ta'âlayta yâ munshi’u, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui fait le compte de tout, Tu es


Très- Elevé, ô Créateur (à partir de rien), sauve-nous du
Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ subhânu ta'âlayta yâ dayyânu, ajirnâ mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Au-dessus de tout Attribut, Tu es Très-


Elevé, ô Maître de la Religion, sauve-nous du Feu, ô
Sauveur !

Subhânaka yâ mughîthu, ta‘âlayta yâ ghiyâthu, ajirnâ mina-n-nâri


yâ mujîru.

Gloire à Toi, ô Celui qui secourt, Tu es Très-Elevé, ô


Secours, sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ fâtiru, ta’âlayta yâ hâdiru, ajirnâ mina-n-nâri yâ


mujîru.
333/2106

Gloire à Toi, ô Créateur, Tu es Très-Elevé, ô Présent,


sauve-nous du Feu, ô Sauveur !

Subhânaka yâ dhâ-l-‘izzi wa-l-jamâl, tabârakta yâ dhâ-l- Jabarûti


wa-l-jalâli.

Gloire à Toi, ô Maître de la Puissance et de la Beauté,


que Tu sois Béni, ô Maître du Pouvoir absolu et de la
Majesté !

Subhânaka, Iâ ilâha illâ anta, subhânaka innî kuntu mina-zh-


zhâlimîna.Fa-astajabnâ lahu wa najjaynâhu mina-l-ghammi wa
kadhâlika nunjî-l-
mu’minîna.

Tu es Très-Elevé, {« Point de Dieu autre que Toi, que Tu


sois Exalté, j’étais au nombre des injustes ! » Nous l’avons
exaucé et Nous l’avons délivré de l’affliction. Ainsi, Nous
sauvons les croyants}(87-88/XXI).

Wa sallâ-llâhu ‘alâ sayyidinâ Muhammadinn wa âlihi ajma‘îna,


wa-l-hamdu li-llâhi rabbi-l-‘âlamîna.

Et que Dieu prie sur notre Maître Mohammed et sur


toute sa famille, louange à Dieu, Seigneur des mondes !

Wa hasbunâ Allâhu wa ni‘ma-l-wakîlu wa lâ hawla wa lâ quwwata


illâ bi-llâhi, al-‘aliyyi, al-‘azhîmi.

Dieu nous suffit, quel excellent Protecteur, il n’y a de


pouvoir et de force qu’en Dieu, l’Elevé, l’incommensurable !
334/2106
*L’invocation du Retournement

(al-‘Adîlah)
du Prophète Mohammed(s)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni, ar-rahîmi.

Par [la Grâce du] Nom de Dieu le Tout-Miséricordieux,


le Très-Miséricordieux !

Shahida Allâhu annahu lâ ilâha illâ huwa, wa-l-malâ’ikatu wa ûlû-


l-‘ilmi, qâ’imann bi-l-qisti.

{Dieu atteste qu’il n’y a de Dieu que Lui, ainsi que les
Anges et ceux qui détiennent le savoir, se dressant avec
justice !

Lâ ilâha illâ huwa al-‘azizu al-hakîmu, inna-d-dîna ‘inda-llâhi al-


islâmu,

Il n’y a de Dieu que Lui, le Tout-Puissant, le Très-Sage,


c’est que la Religion auprès de Dieu est I’lslam}(18-19/III),|

wa anâ-l-‘abdu ad-da‘îfu al-mudhnibu al-‘âsî al-muhtâju al-


haqîru.

et moi, je suis le faible serviteur, le pécheur, le désobéis-


sant, le nécessiteux, le pauvre.

Ash’hahu li-mun‘imî wa khâliqî wa râziqî wa mukrimî kamâ


shahida li-dhâtihi,
335/2106
J’atteste, pour mon Bienfaiteur, mon Créateur, le Pour-
voyeur de mes ressources, Celui qui se montre Généreux à
mon égard, comme
Il l'a attesté pour Lui-même,

wa shahidat lahu al-malâ’ikatu wa ûlû-l-‘ilmi min ‘ibâdihi,

et tout comme les Anges et ceux de Ses serviteurs qui dé-


tiennent le savoir ont attesté pour Lui,

bi-annahu lâ ilâha illâ huwa, dhû-n-ni‘ami wa-l-ihsâni, wa-l-


karami wa-l-imtinâni,

qu’il n’y a de Dieu que Lui, Maître des Bienfaits et des


Bontés, de la Noblesse et de la Grâce,

qâdirunn azaliyyunn, âlimunn abadiyyunn, hayyunn ahadiyyun ,


mawjûdunn, sarmadiyyunn samî'unn, basîrunn, murîdunn,
kârihunn,
mudrikunn Samadiyyunn,

Puissant Perpétuel, Savant Eternel,Vivant


Unique,Présent Eternel,Entendant,Voyant Voulant,Con-
traignant,Percevant,Impénétrable

yastahiqqu hadhihi-s-sifâti wa huwa ‘alâ mâ huwa ‘alayhi fî ‘izzi


sifâtihi.

qu’Il mérite ces Attributs et qu’Il est selon ce qu’il est au


faîte de Ses Attributs !

Kâna qawiyyann qabla ujûdi -l-qudrati wa-l-quwwati, wa kâna


‘alîmann qabla îjâdi-l-‘ilmi wa-l-‘illati,
336/2106
Il était Fort avant l’existence de la Puissance et de la
Force, Il était Savant avant la naissance du savoir et de la
cause,

lam yazal sultânann idh lâ mamlakata wa lâ mâla, wa lam yazal


subhânann ‘alâ jamî‘i-l-ahwâli,

Il ne cesse d’être un Sultan même s’il n’a pas de Royau-


me ni de biens, Il reste Au- dessus de tout Attribut, en tous
les cas,

wa ujûduhu qabla-l-qabli fî azali-l-âzâli, wa baqâ’uhu ba‘da al-


ba‘di min ghayri-intiqâlinn wa lâ zawâlinn,

Son Existence est antérieure à ‘avant’, dans l’éternité des


éternités, Sa Permanence est postérieure à ‘après’, sans dé-
placement ni disparition,

ghaniyyunn fî-l-awwali wa-l-âkhiri, mustaghninn fî-l-bâtini wa-


zh-zhâhiri,

Riche au début et à la fin, Se Suffisant à Lui-même dans


le fond/caché et l’apparent,

lâ jawra fi qadiyyatihi wa lâ mayla fi mashî’atihi, wa lâ zhulma fî


taqdîrihi, wa lâ mahraba min hukûmatihi,

il n’y a pas de despotisme dans Son Décret, ni de pen-


chant dans Sa Volonté, ni d’injustice dans Sa Détermina-
tion de la mesure, ni d’échappatoire à Son Gouvernement,

wa lâ malja’a min satawâtihi, wa lâ manjann min naqimâtihi,

ni d’abri de Sa Vigueur, ni de refuge de Sa Punition,


337/2106

sabaqat rahmatuhu ghadabahu wa lâ yafûtuhu ahadunn idhâ


talabahu,

Sa Miséricorde précède Sa Colère et personne ne Lui


échappe s’il le demande,

azâha-l-‘ilala fî-t-taklîfi wa sawwâ at-tawfîqa bayna adda'îfi wa


ash-sharîfi,

Il ôte les difficultés dans le devoir et égalise la réussite


entre le faible et le noble,

makkana adâ’a-l-ma’mûri wa sahhala sabîla-ijtinâbi al-mahzhûri,


lam yukallifi at-tâ‘ata illâ dûna-l-us‘i wa-t-tâqati.

Il donne la possibilité d’accomplir ce qui est obligatoire


et facilite la voie pour éviter ce qui est interdit, Il n'impose
pas l’obéissance sans qu’il n’y ait l’aisance et la capacité.

Subhânahu, mâ abyana karamahu wa a‘lâ sha’nahu.

Qu’Il soit Glorifié, combien Evidente est Sa Noblesse et


Elevée Son Importance !

Subhânahu, mâ ajalla naylahu wa a'zhama ihsânahu.

Qu'Il soit Glorifié, combien Majestueux est Son Don et


Grandiose Sa Bonté !

Ba‘tha-l-anbiyâ’a li-yubayyina ‘adlahu, wa nasaba-l-awsiyâ’a li-


yuzhhira tawlahu wa fadlahu,
338/2106
Il a envoyé les Prophètes pour mettre en évidence Sa
Justice, a établi les Légataires pour faire apparaître Sa
Puissance et Sa Grâce,

wa ja'alanâ min ummati saydi al-anbiyâ’i wa khayri-l-awliyâ’i, wa


afdali-l-asfiyâ’i wa a‘lâ-l-azkiyâ'i,

et nous a placés au sein de la Communauté du Maître


des Prophètes, de l’Excellent des Proches-Elus [de Dieu],
du Meilleur des Amis sincères [de Dieu] et du plus Elevé
des Purs,

Muhammadinn, sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi wa sallama.

Mohammed (que Dieu prie sur lui et sur sa famille et les


salue) !

Amannâ bihi wa bimâ da‘ânâ ilayhi, wa bi-l-qurâni-l-ladhî anza-


lahu ‘alayhi, wabi-wa-siyyihi al-ladhî nasabahu yawma-l-ghadîri, wa
ashâra bi-qawlihi hadha ‘aliyyunn ilayhi.

Nous croyons en lui, à quoi il nous a appelés et au Coran


qui lui a été révélé, ainsi qu’en son légataire qu’il a investi
le jour d'al-Ghadîr, et qu'il a désigné par sa parole : «Voici
‘Ali !».

Wa ash’hadu anna al-a’immata al-abrâra wa-l-khulafa’a-l-akhyâra


ba‘da-r-rasûli-l-mukhtâri.

J’atteste que les Imams purs, les Lieutenants excellents


après le Messager choisi, sont :
339/2106
Aliyyunn qâmi‘u-l-kuffâri wa min ba‘dihi sayyidu awlâdihi al-
Hasanu bnu ‘Aliyyinn, thumma akhûhu as-sibtu at-tâbi‘u li-mardâti-
llâhi al- Husaynu,

‘Alî qui a réprimé les incroyants, et après lui, le maître


de ses enfants, Hassan fils de ‘Alî, ensuite, son frère, le
petit-fils suivant pour la satisfaction de Dieu, al-Hussein,

thumma al-‘âbidu ‘Aliyyunn, thumma al-bâqiru Muhammadunn,


thumma as-sâdiqu Ja'farunn, thumma-l-kâzhimu Mûsâ, thumma ar-
ridâ ‘Aliyyunn, thumma at-taqiyyu Muhammadunn,

ensuite, le Dévot ‘Alî, ensuite, al-Bâqer (celui qui


tranche le savoir) Mohammed, ensuite, as-Sâdeq (le
Sincère) Ja'far, ensuite, al-Kâzhem (celui qui retient [sa
colère]) Moussa, ensuite, ar-Ridâ (l’Agréé) ‘Alî, ensuite, at-
Taqî (le Pieux) Mohammed,

thumma an-naqiyyu ‘ Aliyyunn thumma az-zakiyyu al-‘askariyyu


al-Hasanu, thumma al-hujjatu al-khalafu, al-qâ’imu, al-muntazharu,
al-mahdiyyu, al-murjâ,

ensuite, an-Naqî(le Pur) ‘Alî, ensuite, az-Zakî (le Ver-


tueux) al-‘Askari al-Hassan, ensuite, al-Hujjat (l’Argument)
le Successeur, le Sustentateur, l’attendu, le Bien-Guidé, le
Souhaité

al-ladhî bi-baqâ’ihi baqiyati-d-dunyà, bi-yumnihi ruziqa-l-warâ,


wa bi-ujûdihi thabatati-l-ardu wa-s-samâ’u.

par la permanence duquel le monde ici-bas s’est main-


tenu, par la prospérité duquel les gens se pourvoient, par la
présence duquel la terre et le ciel se stabilisent,
340/2106
wa bihi yamla'u-llâhu al-arda qistann wa ‘adlann ba‘da mâ muli’at
zhulmann wa jawrann.

par qui. Dieu remplira la terre de justice et d'équité


après qu’elle fut remplie d injustice et de despotisme.

Wa ash’hadu anna aqwâlahum hujjatunn wa-mtithâlahum farî-


dunn, wa tâ‘atahum mafrûdatunn, wa mawwadatahum lâzimatunn
maqdiyyatunn,

Et j’atteste que leurs paroles sont un argument, que


l’obédience à eux est une obligation, que l’obéissance à eux
est une prescription, que l’amour pour eux est un devoir
décrété,

wa-l-iqtidâ’a bihim munjiyatunn, wa mukhâlafatahum murdiya-


tunn, wa hum sâdâtu ahli-l-jannati ajma‘îna, wa shufa'â’u yawmi-d-
dîni,

que le suivi de leur guidance est un salut, que l’opposi-


tion à eux mène à la perte, car ils sont les maîtres de tous
les habitants du Paradis, les Intercesseurs le Jour du Juge-
ment Dernier,

wa a’immatu ahli-l-ardi ‘alâ-l-yaqîni, wa afdalu-l-awsiyâ’i-l-


mardiyyîna.

les Imams des habitants de la terre avec certitude, les


Meilleurs des légataires, les Satisfaits.

Wa ash’hadu anna al-mawta haqqunn wa musâ’alata-l-qabri


haqqunn, wa-l-ba‘tha haqqunn, wa-n-nushûra haqqunn,
341/2106
J’atteste que la Mort est Vérité, les Questions de la
Tombe sont Vérité, le Retour à la vie est Vérité, la Résurrec-
tion est Vérité,

wa al-sirâta haqqunn, wa-l-mîzâna haqqunn, wa-l-hisâba


haqqunn, wa-l-kitâba haqqunn, wa al-jannata haqqunn, wa-n-nâra
haqqunn,

la Voie est Vérité, la Balance est Vérité, la Tenue des


comptes est Vérité, le Livre est Vérité, le Paradis est Vérité,
le Feu est Vérité,

wa anna-s-sâ‘ata âtiyatunn lâ rayba fîhâ, wa anna Allâha yab‘athu


man fî-l-qubûri.

que l’Heure va venir sans aucun doute, que Dieu va ra-


mener à la vie ceux qui sont dans les tombes.

Allâhumma, fadluka rajâ’i wa karamuka wa rahmatuka amalî,

Mon Dieu, Ta Faveur est mon Espoir, Ta Noblesse et Ta


Miséricorde sont mon espérance,

la ‘amala lî astahiqqu bihi-l-jannata, wa lâ tâ‘ata lî astawjibu bihâ-


r-ridwâna,

je n’ai aucune action qui me fait mériter le Paradis, ni un


acte d’obéissance (qui) rendrait obligatoire Ta Satisfaction,

illâ innî-a‘taqadtu tawhîdaka wa ‘adlaka, wa-rtajaytu ihsânaka wa


fadlaka,

sauf que je crois en Ton Unicité, en Ta Justice, que j’es-


père Ta Bonté et Ta Faveur,
342/2106

wa tashffa-tu ilayka bi-n-nabiyyi wa âlihi min ahibbatika, wa anta


akramu-l-akramîna wa arhama ar-râhimîna.

que je fais intercéder auprès de Toi, le Prophète et sa fa-


mille, de ceux que Tu aimes, et que Toi, Tu es le plus
Généreux des généreux, le plus Miséricordieux des
miséricordieux.

Wa sallâ-llâhu ‘alâ nabiyyinâ Muhammadinn wa âlihi ajma‘îna,


at-tayyîbîna at-tâhirîna, wa sallima taslîmann kathîrann kathîrann.

Que Dieu prie sur notre Prophète et sur l’ensemble des


membres bons et purs de sa famille, qu’Il les salue Beauc-
oup, beaucoup.

Wa là hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâhi, al-‘aliyyi,al-‘azhîmi

Il y a de Force et de Puissance qu’en Dieu, le Très-Elevé,


le Très-Grandiose.

Allâhumma, yâ arhama ar-râhimîna, innî awda'tuka yaqînî hadhâ


wa thabâta dînî, wa anta khayru mustawda’inn.

Mon Dieu, le plus Miséricordieux des miséricordieux,


j’ai déposé chez Toi mes certitudes que voici et la fermeté
de ma religion, et Toi, Tu es le Meilleur des entrepôts.

Wa qad amartanâ bi-hifzhi-l-wadâ’i‘i, fa-ruddahu ‘alayya waqta


hudûri mawtî, bi-rahmatika yâ arhama ar-râhimîna.

Tu nous as ordonné de prendre garde au dépôt alors


rends-le moi au moment où adviendra ma mort, par Ta
Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux.
343/2106

-Je dis : «Il est rapporté dans l’invocation (rapportée par une
suite ininterrompue de rapporteurs): «Mon Dieu, je cherche protec-
tion auprès de Toi du «retournement» au moment de la mort.»
Et le sens de «»retournement» au moment de la mort,» est le re-
tournement du vrai vers le faux. Et cela, en tant que le démon ap-
paraît auprès de l’agonisant, insinue dans sa poitrine et l'amène à
douter de sa religion. Ainsi, il enlève la foi de son coeur. C’est pour-
quoi la demande de protection de cela est évoquée dans les
invocations.»
-Fakhr al-Muhaqaqîne [fils du savant Hassan fils de Youssef fils
de ‘Alî al-Muttahar al-Hulli Mohammed] (que Dieu lui fasse miséri-
corde) dit : Celui qui veut être épargné par le retournement alors
qu’il se rappelle la foi par ses signes et les cinq piliers par ses
preuves catégoriques, avec sincérité et pureté, et les dépose auprès
de Dieu Très-Elevé pour qu’il les lui rende au moment de l’agonie. Il
dit après s’être rappelé ses croyances justes :

Allâhumma yâ arhama ar-râhimîna !

Mon Dieu, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux !

Innî qad awda'tuka yaqînî hadhâ wa thabâta dînî,

J’ai déposé chez Toi mes certitudes que voici et la stabil-


ité de ma religion,

wa anta khayru mûstawda‘inn, wa qad amartanâ bi-hifzhi-l-


wadâ’i‘i,

et Toi, Tu es le Meilleur des entrepôts, et Tu nous as or-


donné de prendre garde au dépôt,

fa-ruddahu ‘alayya waqta hudûri mawtî.


344/2106

alors rends-le moi au moment où adviendra ma mort.

-Selon son avis (qu’il soit sanctifié), la lecture de cette noble in-
vocation, l’invocation du Retournement (al-’adîlah) et le fait de se
rappeler son contenu accorde à l’homme une assurance contre le
danger du «retournement» au moment de la mort.
-Quant à cette invocation, provient-elle d’un des lnfaillibles(p) ou
est-elle une production de quelques savants ? C’est ce qu’affirme un
expert de la production des hadiths et de rassemblement des propos
des Imams(p), le savant au savoir étendu, l’expérimenté, le rappor-
teur / transmetteur de la sunna, le critique, le clairvoyant, notre
maître, le Hajj Mirzà Hussein Nûri (que Dieu illumine son tombeau)
: «Quant à l'invocation connue du Retournement (al-’adîlah), elle
est une composition de certains savants dont la transmission n’est
pas ininterrompue, et qui n’est pas présente dans les livres trans-
mettant les hadiths et les critiquant. »
-Sache qu’at-Tûssî a rapporté de Mohammed fils de Sulayman
ad-Dîlamî qui dit à [l’imam] as- Sâdeq(p) : «Tes partisans disent
que la foi est composée de deux parties : une stable, affermie et une
autre déposée, qui disparaît. Alors enseigne-moi une invocation par
laquelle ma foi se perfectionne et ne disparaît pas si je l’invoque. »
Il(p) répondit : «Dis après toute prière prescrite [obligatoire] :

Radîtu bi-llâhi rabbann wa bi-Muhammadinn, sallâ-llâhu alayhi


wa âlihi, nabiyyann,

je suis satisfait de Dieu comme mon Seigneur, de Mo-


hammed (que Dieu prie sur lui et sur sa famille), comme
Prophète,

wa bi-l-islâmi dînann, wa bi-l-qurâni kitâbann, wa bi-l-ka‘batu


qiblatann
345/2106
de l’Islam comme religion, du Coran comme Livre, de la
Ka'abah comme Qiblah,

wa bi-‘Aliyyinn waliyyann wa imâmann, wa bi-l-Hasani wa al-


Husayni, wa ‘Aliyyi bni al-Husayni, wa Muhammadi bni ‘Aliyyinn, wa
Ja‘fari bni Muhammadinn,

de ‘Alî comme Walî et Imam, de Hassan, de Hussein, de


‘Alî fils de Hussein, de Mohammed fils de ‘Alî, de Ja‘far fils
de Mohammed,

wa Mûsâ bni Ja‘farinn, wa ‘Aliyyi bni Mûsâ, wa Muhammadi bni


‘Aliyyinn, wa ‘Aliyyi bni Muhammadinn, wa al-Hasani bni ‘Aliyyinn,

de Moussa fils de Ja‘far, de ‘Alî fils de Moussa, de Mo-


hammed fils de ‘Alî, de ‘Alî fils de Mohammed, de Hassan
fils de ‘Alî,

wa-l-hujjati bni-l-Hasani, salawâtu-llâhi ‘alayhim, a’immatann.

et d'al-Hujjah fils de Hassan (que les Prières de Dieu soi-


ent sur eux), comme Imams.

Allâhumma innî radîtu bihim a’immatann fa-rdanî lahum, innaka


‘alâ kulli shay’inn qadîrunn.

Mon Dieu, je suis satisfait d’eux comme Imams alors


sois Satisfait de moi pour eux, car Tu es Puissant sur toute
chose !

*L’invocation de la grande cuirasse

(al-Jawshan al-kabîr)
346/2106
de l’imam as-Sajjâd(p)
Selon ce qui est évoqué in al-Balâd al-Amîn et in al-Misbâh d’al-
Kafa‘amî, qui est rapporté d’as-Sajjâd(p) de son père [l’imam Hus-
sein(p)], de son grand-père [l’imam ‘ Alî(p)], du Prophète Mo-
hammed(s), l’Ange Gabrie(p) était descendu auprès du Prophète
Mohammed(p) avec cette invocation, alors que ce dernier(s) était à
une bataille, vêtu d’une lourd cotte de mailles qui lui faisait mal
L’ange Gabriel(p) lui dit alors :
«Ô Mohammed, ton Seigneur te salue et te dit d’enlever cette
cotte de mailles et de lire cette invocation car elle est une protection
pour toi et pour ta communauté. »
ll fit ensuite une longue évocation de ses faveurs qui n’a pas lieu
d’être citée ici. On pourrait résumer les avantages de cette invoca-
tion ainsi:
-Dieu hésite à châtier par le feu celui qui l’écrit sur son linceul.
-Celui qui l’invoque avec une intention pure, sincère, loyale au
début du mois de Ramadan, Dieu, Très Elevé lui accorde la Nuit
d'al- Qadr et crée pour lui 70 000 anges qui glorifient et sanctifient
Dieu et la récompense lui en revient. .
-Pour celui qui la récite 3 fois pendant le mois de Ramadan Dieu
interdit à son corps d'être brûlé par le Feu. Le Paradis lui est oblig-
atoire. Dieu charge deux Anges de le préserver des actes de
désobéissance et [la personne] reste sous la protection de Dieu dur-
ant toute sa vie.
-Et dans une nouvelle rapportée, il est dit que l’imam Hussein(p)
a dit :
« Mon père, ‘Alî fils d’Abî Tâlib, . m’a recommandé de prendre
soin de cette invocation, de la magnifier, de l’écrire sur son linceul,
de l’enseigner à ma famille et de l’encourager à la lire. [Cette J in-
vocation] comporte 1000 noms]
Et parmi eux le Nom le plus Grandiose («al-A‘zham). »
-Je dis : Deux choses peuvent être déduites de ce hadith :
347/2106
1-Il est recommandé d écrire cette invocation sur le linceul
comme l’a indiqué le savant Bahr al-’Ulûm («la mer des savoirs»)
(Que Dieu parfume son sanctuaire) dans son livre ad-Durrat.
2-Il est recommandé [de réciter] cette invocation au début du
mois de Ramadan. Quant à l’invoquer de façon spécifique la nuit
d’al- Qadr. cela n’est pas évoqué dans le hadith.
-Cependant, le savant al-Majlasî (que Dieu Très-Elevé sanctifie
son esprit) dit, dans son livre Zâd al-Ma ’âd à propos des actes à
faire les Nuits d’al-Qadr, que, dans certains propos rapportés, on
invoque cette invocation La grande cotte de mailles, pendant les
trois nuits d’al-Qadr. Nous nous contenterons ici de cette noble pa-
role, (que Dieu le place dans la Maison de la Paix). En gros, cette in-
vocation comprend 100 paragraphes et chaque paragraphe com-
prend 10 noms de Dieu qu’il soit Exalté.Et à la fin de chaque para-
graphe, on récite :

Subhanaka, yâ lâ ilâha illâ anta, al-ghawtha, al-ghawtha, al-


ghawtha, khallisnâ mina-n-nâri, yâ rabbi.

Gloire à Toi, ô point de divinité autre que Toi, au


secours, au secours, au secours, sauve-nous du feu, ô
Seigneur !

-Il est dit dans le livre al-Balâd al-Amîn de commencer chaque


paragraphe par le basmalah et de le terminer en disant :

Subhânaka, yâ lâ ilâha illâ anta, al-ghawtha, al-ghawtha, al-


ghawtha,

Gloire à Toi, ô point de divinité autre que Toi, au


secours, au secours, au secours,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, khallisnâ mina-n-nâri, yâ rabbî,


yâ dhâ-l-jalâli wa-l-ikrâmi, yâ arhama ar-râhimîna.
348/2106

prie sur Mohammed et sur sa famille, sauve-nous du


feu, ô Seigneur, ô Plein de Majesté et de Noblesse, ô le plus
Miséricordieux des miséricordieux !

Voici cette invocation :

l)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ Allâhu, yâ rahmânu, yâ


rahîmu, yâ karîmu, yâ muqîmu, yâ ‘azhîmu, yâ qadîmu, yâ ‘alîmu, yâ
halîmu, yâ hakîmu.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Dieu, ô Tout-


Miséricordieux, ô Très-Miséricordieux, ô Très Généreux, ô
Permanent, ô Grandiose, ô Eternel, ô Très-Savant, ô Plein
de Mansuétude, ô Très Sage !

Subhânaka, yâ lâ ilâha illâ anta, al-ghawtha, al-ghawtha, al-


ghawtha, khallisnâ mina-n-nâri, yâ rabbi.

Gloire à Toi, ô point de divinité autre que Toi, au


secours, au secours, au secours, sauve- nous du Feu, ô
Seigneur !

2)Yâ sayyidi-s-sâdâti, yâ mujîba-d-da‘awâti, yâ râfi‘a-d-darajâti,


yâ waliyya-l-hasanâtii yâ ghâfira-l-khatî’âti, yâ mu‘-tiya-l-mas’alâti,
yâ qâbila-t-tawbâti, yâ sâmi‘a-l-aswâti, yâ ‘âlima-l-khafiyyâti, yâ
dâfi‘a-l-baliyâti.

Ô Souverain des souverains,: ô Celui qui exauce les in-


vocations, ô Celui qui élève les degrés, ô Celui qui dispense
les bienfaits, ô Celui qui pardonne les fautes, ô Celui qui ré-
pond aux demandes, ô Celui qui accepte le repentir, ô Celui
qui entend les voix, ô Celui qui connaît les secrets, ô Celui
qui repousse les malheurs !
349/2106

3)Yâ khayra-l-ghâfirîna, yâ khayra-l-fâtihîna, yâ khayra-n-


nâsirîna, yâ khayra-l-hâkimîna, yâ khayra-r-râziqîna, yâ khay- ra-l-
wârithîna, yâ khayra-l-hâmidîna, yâ khayra-dh-dhâkirîna, yâ khayra-
l-munzilîna, yâ khayra-l-muhsinîna.

Ô le Meilleur de ceux qui pardonnent, ô le Meilleur des


conquérants, ô le Meilleur des défenseurs, ô le Meilleur des
juges, ô le Meilleur des pourvoyeurs, ô le Meilleur des
héritiers, ô le Meilleur de ceux qui louent, ô le Meilleur de
ceux qui évoquent, ô le Meilleur de ceux qui font des-
cendre, ô le Meilleur des bienfaiteurs !

4)Yâ man lahu-l-‘izzatu wa-l-jamâlu, yâ man lahu-l-qudratu wa-l-


kamâlu, yâ man lahu-l-mulku wa-l-jalâlu, yâ man huwa-l-kabîru-l-
muta‘âli, yâ munshi’a-s-sahâbi-th-thiqâli, yâ man huwa shadîdu-l-
mihâli, yâ man huwa sarî‘u-l-hisâbi, yâ man huwa shadîdu-l-‘iqâbi,
yâ man ‘indahu husnu-th-thawâbi, yâ man ‘indahu ummu-l-kitâbi.

Ô Celui qui détient la Force et la Beauté, ô Celui qui dé-


tient la Puissance et la Perfection, ô Celui qui détient la
Possession et la Majesté, ô Celui qui est le Très-Grand le
Très-Elevé, ô Celui qui est à l’origine des nuages chargés
[d’eau], ô Celui qui est incoercicible dans Sa Force, ô Celui
qui est rapide dans les comptes, ô Celui qui est sévère dans
Son châtiment, ô Celui chez qui se trouvent les meilleures
récompenses, ô Celui chez qui se trouve la mère du Livre !

5)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ hannânu yâ mannânu yâ


dayyânu yâ burhânu yâ sultânu yâ ridwânu yâ ghufrânu yâ subhânu
yâ musta'ânu yâ dhâ-l-manni wa-l-bayâni.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Tendre, ô


Donateur, ô Maître de la Religion, ô Preuve, ô Autorité, ô
350/2106
Satisfaction, ô Pardon, ô Gloire, ô Celui dont on implore le
secours, ô Détenteur de la Grâce et du Manifeste !

6)Yâ man tawâda'a kullu shay’inn li-‘azhamatihi, yâ man as-


taslama kullu shay’inn li-qudratihi, yâ man dhalla kullu shay’inn
li-‘izzatihi, yâ man khada‘a kullu shayi’nn lihaybatihi, yâ man anqâda
kullu shay’inn min khashyatihi, yâ man tashaqqaqati-l-jibâlu min
makhâfatihi, yâ man qâmati-s-samâwâtu bi-amrihi, yâ
manistaqarrati-l-aradûna bi-idhnihi, yâ man yusabbihu-r-ra'du bi-
hamdihi, yâ man lâ ya‘tadî 'alâ ahli mamlakatihi.

Ô Celui devant qui toute chose s’est humiliée pour Sa


Grandeur, ô Celui devant qui toute chose s’est soumise
pour Sa Puissance, ô Celui devant qui toute chose s’est
abaissée pour Sa Gloire, ô Celui devant qui toute chose s’est
pliée pour Sa Majesté, ô Celui par crainte duquel toute
chose s’est résignée, ô Celui par peur duquel les montagnes
se sont fendues, ô Celui par ordre duquel les cieux se sont
dressés, ô Celui avec l’autorisation duquel les terres se sont
stabilisées, ô Celui dont le tonnerre glorifie les louanges, ô
Celui qui ne fait pas de tort aux habitants de Son Royaume !

7)Yâ ghâfira-l-khatâyâ, yâ kâshifa-l-balâyâ, yâ muntahâ-r-rajâyâ,


yâ mujzila-l-‘atâyâ, yâ wâhiba-l-hadàyâ, yâ râziqa-l-barâvâ, yâ
qâdiya-l-manâyâ, yâ sâmi a-sh-shakâyâ, yâ bâ'itha-l-barâyâ, yâ
mutliqa-l-usârâ.

Ô Celui qui pardonne les fautes, ô Celui qui dissipe les


malheurs, ô Celui chez qui aboutissent les espoirs, ô Celui
qui donne à profusion, ô Celui qui comble de cadeaux, ô Ce-
lui qui pourvoit [aux moyens de subsistance] des créatures,
ô Celui qui décide de la mort, ô Celui qui entend les
plaintes, ô Celui qui ressuscite les créatures, ô Celui qui
libère les prisonniers !
351/2106

8)Yâ dhâ-l-hamdi wa-th-thanâ’i, yâ dhâ-l-fakhri wa-l-bahâ’i, yâ


dhâ-l-majdi wa-s-sanâ’i, yâ dhâ-l-‘ahdi wa-l-wafâ’i, yâ dhâ-l-‘afwi wa-
r-ridâ, yâ dhâ-l-manni wa-l-‘atâ’i, yâ dhâ-l-fasli wa-l-qadâ’i, yâ dhâ-
l-‘izzi wa-l-baqâ’i yâ dhâ-l-jûdi wa-s-sakhâ’i, yâ dhâ-l-âlâ’i wa-n-
na'mâ’i.

Ô Maître de la Louange et de L’Eloge, ô Maître de la Mag-


nificence et de la Splendeur, ô Maître de la Gloire et de
l’Eminence, ô Maître du Pacte et de la Loyauté, ô Maître du
Pardon et de la Satisfaction , ô Maître de la Grâce et du
Don, ô Maître de la Séparation et du Décret Arrêté, ô
Maître du Pouvoir et de la Permanence, ô Maître de la Lar-
gesse et de la Libéralité, ô Maître des Bienfaits et des
Bontés !

9)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ mâni'u yâ dâfi‘u yâ râfi'u


yâ sâni'u yâ nâfi'u yâ sâmi'u yâ jâmi'u yâ shâfi'u yâ wâsi‘u yâ mûsi'u.
Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Celui qui
protège, ô Celui qui repousse [les malheurs], ô Celui qui
élève, ô Celui qui façonne, ô Celui qui est bénéfique, ô Celui
qui écoute, ô Celui qui rassemble, ô Celui qui intercède, ô
Celui qui étend [Sa Miséricorde..], ô Celui qui donne
largement !

10)Yâ sâni‘a kulli masnû‘inn, yâ khâliqa kulli makhlûqinn, yâ


râziqa kulli marzûqinn, yâ mâlika kulli mamlûkinn, yâ kâshifa kulli
makrûbinn, yâ fârija kulli mahmûminn, yâ râhima kulli marhûminn,
yâ nâsira kulli makhdhûlinn, yâ sâtira kulli ma'yûbinn, yâ malja'a
kulli matrûdinn.

Ô Celui qui façonne toute oeuvre façonnée, ô Celui qui


crée toute créature, ô Celui qui pourvoit [aux besoins] de
tout pourvu, ô Celui qui possède tout possédé, ô Celui qui
352/2106
dissipe [les soucis] de tout affligé, ô Celui qui soulage tout
anxieux, ô Celui qui fait miséricorde à tout pitoyable, ô Ce-
lui qui porte assistance à tout délaissé, ô Celui qui dissim-
ule tout défectueux, ô Celui qui accueille tout chassé !

11)Yâ ‘uddatî ‘inda shiddatî, yâ rajâ’î ‘inda musîbatî,yâ mu’nisî


‘inda wahshatî, yâ sâhibî ‘inda ghurbatî, yâ waliyyî ‘inda ni'matî, yâ
ghiyâthî ‘inda kurbatî, yâ dalîlî ‘inda hayratî, yâ gha-nâ’î ‘inda-
iftiqârî, yâ malja’î ‘inda idtirârî, yâ mu'înî ‘inda mafza‘î.

Ô ma Provision lors de l’adversité, ô mon Espoir lors du


malheur, ô mon Ami lors de la solitude, ô mon Compagnon
lors du dépaysement, ô mon Bienfaiteur lors du bien-être,
ô mon Secours lors de l’affliction, ô mon Guide lors de mes
hésitations, ô ma Richesse lors de mon indigence, ô mon
Refuge lors du besoin, ô mon Aide lors de l’épouvante !

12)Yâ ‘allâma-l-ghuyûbi, yâ ghaffâra adh-dhunûbi, yâ sattâra-


l-‘uyûbi, yâ kâshifa-l-kurûbi, yâ muqalliba-l-qulûbi, yâ tabîba-l-
qulûbi, yâ munawwira-l-qulûbi, yâ anî-sa-l-qulûbi, yâ mufarrija-l-hu-
mûmi, yâ munaffisa-l-ghu-mûmi.

Ô Celui qui connaît parfaitement les mystères, ô Celui


qui ne cesse de pardonner les péchés, ô Celui qui ne cesse
de dissimuler les défauts, ô Celui qui dissipe les afflictions,
ô Celui qui retourne les cœurs, ô Celui qui soigne les cœurs,
ô Celui qui illumine les cœurs, ô Celui qui apprivoise les
cœurs, ô Celui qui libère des soucis, ô Celui qui soulage des
chagrins !

13)Allâhumma,innî as’aluka bi-smika, yâ jalîlu yâ jamîlu yâ


wakîlu yâ kafîlu yâ dalîlu yâ qabîlu yâ mudîlu yâ munîlu yâ muqîlu yâ
muhîlu.
353/2106
Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Majestueux, ô
Beau, ô Mandataire, ô Caution, ô Guide, ô Garant, ô Celui
qui procure la victoire, ô Celui qui met en possession, ô Ce-
lui qui absout, ô Celui qui retourne les situations !

14)Yâ dalîla-l-mutahayyirîna,yâ ghiyâtha al-mustaghîthîna, yâ


sarîkha-l-mustasrikhîna,yâ jâra-l-mustajîrîna, yâ amâna al-khâ'ifina,
yâ ‘awna-l-mu’-minîna, yâ râhima-l-masâkîna, yâ malja’a-l-‘âsîna, yâ
ghâfira-l-mudhnibîna, yâ mujîba da‘-wati-l-mudtarrîna.

Ô Guide de ceux qui sont dans la confusion, ô Secours de


ceux qui appellent au secours, ô Aide de ceux qui crient à
l’aide, ô Abri de ceux qui cherchent un abri, ô Sécurité de
ceux qui ont peur, ô Soutien des croyants, ô Miséricorde
des indigents, ô Refuge des désobéissants, ô Celui qui par-
donne aux pécheurs, ô Celui qui exauce les demandes de
ceux qui sont dans le besoin !

15)Yâ dhâ-l-jûdhi wa-l-ishâni ,yâ dhâ-l-fadli wa-l-imtinâni, .yâ


dhâ-l-amni wa-l-amâni, yâ dhâ-l-qudsi wa-l-subhâni, yâ dhâ-l-
hikmati wa-l-bayâni, yâ dhâ-r-rahmati wa-r-ridwâni, yâdhâ-l-hujjati
wa-l-burhâni, yâ dhâ-l-‘azhamati wa-s-sultâni,yâ dhâ-r-ra’fati wa-l-
musta‘âni,yâ dhâ-l-‘afwi wa-l-ghufrâni.

Ô Maître de la Largesse et de la Bonté, ô Maître de la


Faveur et de la Gratitude,ô Maître de la Sûreté et de la Sé-
curité, ô Maître de la Sainteté et de la Pureté, ô Maître de la
Sagesse et du Manifeste, ô Maître de la Miséricorde et de la
Grande Satisfaction, ô Maître de l’Argument et de la
Preuve,ô Maître de la Magnificence et de l’Autorité, ô
Maître de la Bonté et de l’Assistance, ô Maître du Pardon et
de la Rémission [des péchés] !
354/2106
16)Yâ man huwa rabbu kulli shay’inn, yâ man huwa ilâhu kulli
shayi’nn, yâ man huwa khâliqu kulli shay’inn, yâ man huwa sâni'u
kulli shay’inn, yâ man huwa qabla kulli shay’inn, yâ man huwa ba‘da
kulli shay’inn, yâ man huwa fawqa kulli shay’inn, yâ man huwa
‘âlimunn bikulli shay’inn, yâ man huwa qâdirunn ‘alâ kulli shay’inn,
yâ man huwa yabqâ wa yafnâ kullu shay’inn.

Ô Celui qui est le Seigneur de toute chose, ô Celui qui est


le Dieu de toute chose, ô Celui qui est le Créateur de toute
chose, ô Celui qui est l'Artisan de toute chose, ô Celui qui
est avant toute chose, ô Celui qui est après toute chose, ô
Celui qui est au-dessus de toute chose, ô Celui qui a con-
naissance de toute chose, ô Celui qui est Puissant sur toute
chose, ô Celui qui subsiste alors que toute chose disparaît !

17)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ mu’minu yâ muhaym-


inu yâ mukawwinu yâ mulaqqinu yâ mubayyinu yâ muhawwinu yâ
mumakkinu yâ muzayyinu yâ mu‘linu yâ muqassimu.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Sécurisant, ô


Vigilant, ô Constituant, ô Initiateur, ô Indicateur, ô Fa-
ciliteur [des choses], ô Ren- forceur, ô Embellisseur, ô An-
nonceur, ô Répartisseur [des richesses] !

18)Yâ man huwa fî mulkihi muqîmunn, yâ man huwa fî sultânihi


qadîmunn, yâ man huwa fî jalâlihi ‘azhîmunn, yâ man huwa ‘alâ
‘ibâdihi rahîmunn, yâ man huwa bikulli shay’inn ‘alîmunn, yâ man
huwa biman ‘asâhu halîmunn, yâ man huwa biman rajâhu karîmunn,
yâ man huwa fî sun'ihi hakîmunn, yâ man huwa fî hikmatihi latîfunn,
yâ man huwa fî lutfihi qadîmunn.

Ô Celui qui demeure dans Sa Possession, ô Celui qui est


Eternel dans Son Pouvoir, ô Celui qui est Grandiose dans
Sa Majesté, ô Celui qui est Miséricordieux pour Ses
355/2106
serviteurs, ô Celui qui a connaissance de toute chose, ô Ce-
lui qui est Plein de Mansuétude envers celui qui Lui
désobéit, ô Celui qui est Généreux avec celui qui place ses
espoirs en Lui, ô Celui qui est Sage dans Sa Fabrication, ô
Celui qui est Subtil dans Sa Sagesse, ô Celui qui est Eternel
dans Sa Subtilité !

19)Yâ man lâ yurjâ illâ fadluhu, yâ man lâ yus’alu illâ‘afuhu, yâ


man lâ yunzharu illâ birruhu, yâ man lâ yukhâfu illâ ‘adluhu, yâ man
lâ yadûmu illâ niulkuhu, yâ man lâ sultâna illâ sultânuhu, yâ man
wasi‘at kulla shay’inn rahmatuhu, yâ man sabaqat rahmatuhu ghada-
bahu, yâ man ahâta bikulli shayi’nn ‘ilmuhu, yâ man laysa ahadunn
mithlahu.

Ô Celui dont seule Sa Faveur est suppliée, ô Celui dont


seul Son Pardon est sollicité, ô Celui dont seule Sa Bonté
est regardée, ô Celui dont seule Sa Justice est redoutée, ô
Celui dont seule Sa Possession est durable, ô Celui dont il
n’y a de pouvoir que le Sien, ô Celui dont la Miséricorde en-
globe toute chose, ô Celui dont la Miséricorde précède le
Courroux, ô Celui dont le Savoir comprend toute chose, ô
Celui à qui personne ne ressemble !

20) Yâ fârij a-l-hamm i, yâ kâshifa-l-ghammi,yâghâfiradh-dhanbi,


yâ qâbila-t-tawbi, yâ khâliqa-l-khalqi, yâ sâdiqa-l-wa‘di, yâ mûfiya-
l-‘ahdi, yâ ‘âlima-s-sirri, yâ fâliqa-l-habbi, yâ râziqa-l-anâmi.

Ô Celui qui soulage la peine, ô Celui qui dissipe l'ennui, ô


Celui qui pardonne le péché, ô Celui qui accepte le repentir,
ô Celui qui crée la création, ô Celui qui accomplit Sa
Promesse, ô Celui qui tient Son Engagement, ô Celui qui
connaît le secret, ô Celui qui fend l'atome, ô Celui qui subvi-
ent [aux moyens de subsistance] des créatures !
356/2106
21)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ ‘aliyyu yâ wafiyyu yâ
ghaniyyu yâ maliyyu yâ hafiyyu yâ radiyyu yâ zakiyyu yâ badiyyu yâ
qawiyyu yâ waliyyu.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Elevé, ô Loy-


al, ô Riche, ô Plein de Longanimité, ô Affable, ô Satisfait, ô
Pur, ô Apparent, ô Fort, ô Tuteur !

22) Yâ man azh'hara-l-jamîla, yâ man satara-l-qabîha, yâ man


lam yu’âkhidh bi-l-jarîrati, yâ man lam yahtiki-s-sitra, yâ ‘azhîma-
l-‘afwi, yâ hasana-t-tajâ’ûzi,yâ wâsi‘a-l-maghfirati, yâ bâsita-l-
yadayni bi-r-rahmati, yâ sâhiba kulli najwâ, yâ muntahâ kulli
shakwâ.

Ô Celui qui fait apparaître le beau, ô Celui qui dissimule


le laid, ô Celui qui ne châtie pas la faute, ô Celui qui ne dé-
couvre pas le voile, ô Pardon grandiose, ô Indulgence clé-
mente, ô Rémission [des péchés] immense, ô Miséricorde
étendue, ô Compagnon de tout conciliabule, ô Aboutisse-
ment de toute plainte !

23)Yâ dhâ-n-ni‘mati-s-sâbighati, yâ dhâ-r-rahmati-l-wâsi'ati, yâ


dhâ-l-minnati-s-sâbiqati, yâ dhâ-l-hikmati-l-bâlighati, yâ dhâ-l-
qudrati-l- kâmilati, yâ dhâ-l-hujjati-l-qâti‘ati, yâ dhâ-l-karâmati-zh-
zhâhirati, yâ dhâ-l-‘izzati-d-dâ’imati, yâ dhâ-l-quwwati-l-matînati, yâ
dhâ-l-‘azhamati-l-manî'ati.

Ô Détenteur des nombreux Bienfaits, ô Détenteur de la


Miséricorde étendue, ô Détenteur de la Grâce précédant [la
demande], ô Détenteur de la Sagesse incommensurable, ô
Détenteur de la Puissance parfaite, ô Détenteur de la
Preuve catégorique, ô Détenteur de la Dignité apparente, ô
Détenteur du Pouvoir durable, ô Détenteur de la Force co-
ercitive, ô Détenteur de la Magnificience impénétrable !
357/2106

24)Yâ badî‘a-s-samâwâti, yâ jâ‘ila-zh-zhulumâti, yâ râhima-l-


abarâti, yâ muqîla-l-‘ atharâti, yâ sâtira-l-‘awrâti, yâ muhiya-l-am-
wâti, yâ munzila-l-âyâti, yâ muda“ifa-l-hasanâti, yâ mâhiya-s-
sayyi’âti, yâ shadîda-l-naqimâti.

Ô Celui qui a créé les cieux à partir de rien, ô Celui qui a


placé les ténèbres, ô Celui qui prend pitié des pleurs, ô Ce-
lui qui relève des faux-pas, ô Celui qui recouvre les parties
intimes, ô Celui qui donne la vie aux morts, ô Celui qui fait
descendre les signes, ô Celui qui double les bienfaits, ô Ce-
lui qui efface les mauvaises actions, ô Celui qui est sévère
dans Ses Châtiments !

25)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ musawwiru yâ muqad-


diru yâ mudabbiru yâ mutahhiru yâ munawwiru yâ muyassiru yâ
mubashshiru yâ mundhiru, yâ muqaddimu yâ mu'akhkhiru.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Celui qui


façonne, ô Celui qui donne la mesure, ô Celui qui organise,
ô Celui qui purifie, ô Celui qui illumine, ô Celui qui facilite,
ô Celui qui annonce (la bonne nouvelle), ô Celui qui avertit,
ô Celui qui anticipe, ô Celui qui diffère !

26)Yâ rabba-l-bayti-l-harâmi, yâ rabba-sh-shahri-l-harâmi, yâ


rabba-l-baladi-l-harâmi, yâ rabba-r-rukni wa-l-maqâmi, yâ rabba-l-
mash‘ari-l-harâmi, yâ rabba-l-masjidi-l-harâmi, yâ rabba-l-hilli wa-l-
harâmi, yâ rabba-n-nûri wa-zh-zhalâmi, yâ rabba-t-tahiyyati wa-s-
salâmi, yâ rabba-l-qudrati fî-l-anâmi.

Ô Seigneur de la Maison sacrée, ô Seigneur du mois sac-


ré, ô Seigneur du pays sacré, ô Seigneur du pilier et de la
station, ô Seigneur du Mash'ar sacré, ô Seigneur de la
Mosquée sacrée, ô Seigneur du licite et de l’illicite, ô
358/2106
Seigneur de la lumière et des ténèbres, ô Seigneur du salut
et de la paix, ô Seigneur de la Puissance dans les créatures !

27)Yâ ahkama-l-hâkimîna, yâ a‘dala-l-‘âdilîna, yâ asdaqa-s-


sâdiqîna, yâ at’hara-t-tâhirîna, yâ ahsana-l-khâliqîna, yâ asra‘a-l-hâs-
ibîna, yâ asma‘a-s-sâmi‘îna, yâ absara-n-nâzhirîna, yâ ashfa‘a-sh-
shâfî‘îna, yâ akra ma-l-akramîna.

Ô le plus Sage des souverains, ô le plus Juste des juges, ô


le plus Véridique des véridiques, ô le plus Pur des purs, ô le
Meilleur des créateurs, ô le plus Rapide des calculateurs,ô
le plus Entendant des entendants, ô le plus Voyant des voy-
ants, ô le Meilleur des intercesseurs, ô le plus Généreux des
généreux !

28)Yâ ‘îmâda man lâ ‘imâda lahu, yâ sanada man lâ sanada lahu,


yâ dhukhra man lâ dhukhra lahu, yâ hirza man lâ hirza lahu, yâ
ghiyâtha man lâ ghiyâtha lahu, yâ fakhra man lâ fakhra lahu, yâ ‘izza
man lâ ‘izza lahu, yâ mu'îna man lâ mu'îna lahu, yâ anîsa man lâ an-
îsa lahu, yâ amâna man lâ amâna lahu.

Ô Support de celui qui n’a pas de support, ô Soutien de


celui qui n’a pas de soutien, ô Provision de celui qui n’a pas
de provision, ô Protection de celui qui n’a pas de protec-
tion, ô Secours de celui qui n’a pas de secours,ô Gloire de
celui qui n'a pas de gloire, ô Pouvoir de celui qui n'a pas de
pouvoir, ô Aide de celui qui n'a pas d’aide, ô Ami intime de
celui qui n'a pas d'ami intime, ô Sécurité de celui qui n’a
pas de sécurité !

29)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ ‘âsimu yâ qâ’imu yâ


dâ'imu yâ râhimu yâ sâlimu yâ hâkimu yâ ‘âlimu yâ qâsimu yâ qâbidu
yâ bâsitu.
359/2106
Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Préservateur,
ô Inébranlable, ô Permanent, ô Miséricordieux, ô Exempt
de tout défaut, ô Juge, ô Savant, ô Répartisseur [des moy-
ens de subsistance], ô Celui qui [les]retient, ô Celui qui
[les] répand largement !

30)Yâ ‘âsima mani-sta‘samahu, yâ râhima mani-starhamahu, yâ


ghâfira mani-staghfarahu, yâ nâsira mani-stansarahu, yâ hâfizha
mani-stahfazhahu, yâ mukrima mani-stakramahu, yâ murshida
mani-starshadahu, yâ sarîkha mani-stasrakhahu, yâ mu'îna mani-
sta'ânahu, yâ mughîtha mani-staghâthahu.

Ô Celui qui défend celui qui demande Sa Défense, ô Ce-


lui qui fait miséricorde à celui qui demande Sa Miséri-
corde, ô Celui qui pardonne à celui qui demande Son Par-
don, ô Celui qui donne la victoire à celui qui demande Sa
Victoire, ô Celui qui protège celui qui demande Sa Protec-
tion, ô Celui qui honore celui qui demande Son Honneur, ô
Celui qui guide celui qui demande Sa Guidance, ô Celui qui
vient en aide à celui qui demande Son Aide, ô Celui qui as-
siste celui demande Son Assistance, ô Celui qui secourt ce-
lui qui demande Son Secours !

31)Yâ ‘azîzann lâ yudâmu, yâ latîfann lâ yurâmu, yâ qay-yûmann


lâ yanâmu, yâ dâ’imann lâ yaf'ûtu, yâ hayyann lâ yamûtu, yâ malik-
ann lâ yazûlu, yâ bâqiyann lâ yafnâ, yâ ‘âlimann lâ yajhalu, yâ sa-
madann lâ yut‘amu, yâ qaw-wiyann lâ yad'ufu.

Ô Plein de Gloire qui n’est pas humilié, ô Subtil qui n’est


pas atteint, ô Sustentateur qui ne dort pas, ô Continuel qui
ne s’écoule pas, ô Vivant qui ne meurt pas, ô Possesseur qui
ne disparaît pas, ô Permanent qui ne s’anéantit pas, ô Sav-
ant qui n'ignore pas, ô Soutien Universel qui n’est pas
nourri, ô Fort qui ne s’affaiblit pas !
360/2106

32)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ ahadu, yâ wâhidu, yâ


shâhidu, yâ mâjidu, yâ hâmidu, yâ râshidu, yâ bâ‘ithu, yâ wârithu, yâ
dârru, yâ nâfi'u.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Un, ô Unique,


ô Témoin, ô Glorieux, ô Celui qui reçoit les louanges, ô Ce-
lui qui dirige (sur la bonne voie), ô Celui qui ressuscite, ô
Celui qui hérite, ô Celui qui nuit, ô Celui qui est bénéfique !

33)Yâ a‘zhama min kulli ‘azhîminn, yâ akrama min kulli


karîminn, yâ arhama min kulli rahîminn, yâ a‘lama min kulli
‘alîminn, yâ ahkama min kulli hakîminn, yâ aqdama min kulli
qadîminn, yâ akbara min kulli kabîrinn, yâ altafa min kulli latîfinn,
yâ ajalla min kulli jalîlinn, yâ a‘azza min kulli ‘azîzinn.

Ô le plus Sublime de tout sublime, ô le plus Généreux de


tout généreux, ô le plus Miséricordieux de tout miséri-
cordieux, ô le plus Savant de tout savant, ô le plus Sage de
tout sage, ô le plus Eternel de tout éternel, ô le plus Grand
de tout grand, ô le plus Subtil de tout subtil, ô le plus Majes-
tueux de tout majestueux, ô le plus Glorieux de tout
glorieux !

34)Yâ karîma-s-safhi, yâ ‘azhîma-l-manni, yâ kathîra-l-khayri, yâ


qadîma-l-fadli, yâ dâ’ima-l-lutfi, yâ latîfa-s-sun‘i, yâ munaffisa-l-
karbi, yâ kâshifa-d-durri, yâ mâlika-l-mulki, yâ qâdiya-l-haqqi.

Ô Celui au Pardon généreux, ô Celui au Don incommen-


surable, ô Celui aux nombreux Bienfaits, ô Celui à la Faveur
éternelle, ô Celui à la Subtilité continuelle, ô Celui à
l'Oeuvre subtile, ô Celui qui soulage la peine, ô Celui qui
dissipe la misère, ô Possesseur de la possession, ô Juge de
la Vérité !
361/2106

35)Yâ man huwa fî ‘ahdihi wafiyyunn, yâ man huwa fi wafâ’ihi


qawiyyunn, yâ man huwa fi quwwatihi ‘aliyyunn, yâ man huwa fî
‘uluwwihi qarîbunn, yâ man huwa fî qurbihi latîfunn, yâ man huwa fî
lutfihi sharîfunn, yâ man huwa fî sharafihi ‘azîzunn, yâ man huwa fi
‘izzihi ‘azhîmunn, yâ man huwa fi ‘azhamatihi majîdunn, yâ man
huwa fî majdihi hamîdunn.

Ô Celui qui tient Ses Engagements, ô Celui qui est Fort


dans Sa Loyauté, ô Celui qui est Elevé dans Sa Force, ô Ce-
lui qui est Proche dans Son Elévation, ô Celui qui est Subtil
dans Sa Proximité, ô Celui qui est Noble dans Sa Subtilité, ô
Celui qui est Puissant dans Sa Noblesse, ô Celui qui est
Sublime dans Sa Puissance, ô Celui qui est Glorieux dans Sa
Sublimité, ô Celui qui est Digne de louanges dans Sa Gloire
!

36)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ kâfî yâ shâfî yâ wâfî yâ


mu‘âfî yâ hâdî yâ dâ‘î yâ qâdî yâ râdî yâ ‘âlî yâ bâqî.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Celui qui suf-


fit, ô Celui qui guérit, ô Celui qui s’acquitte, ô Celui qui
donne la santé, ô Celui qui guide, ô Celui qui appelle, ô Ce-
lui qui juge, ô Celui qui est Satisfait, ô Celui qui est Très-
Elevé, ô Celui qui subsiste !

37)Yâ man kullu shay’inn khâdi'unn lahu, yâ man kullu shay’inn


khâshi'unn lahu, yâ man kullu shay’inn kâ’inunn lahu, yâ man kullu
shay’inn mawjûdunn bihi, yâ man kullu shay’inn munîbunn ilayhi, yâ
man kullu shay’inn khâ’ifunn minhu, yâ man kullu shay’inn
qâ’imunn bihi, yâ man kullu shay’inn sâ’ irunn ilayhi, yâ man kullu
shay’inn yusabbihu bi-hamdihi, yâ man kullu shay’inn hâlikunn illâ
wajhahu.
362/2106
Ô Celui à qui toute chose est soumise, ô Celui que toute
chose vénère, ô Celui pour qui toute chose est, ô Celui par
lequel toute chose existe, ô Celui vers lequel toute chose re-
vient, ô Celui duquel toute chose a peur, ô Celui sur lequel
toute chose se dresse, ô Celui vers lequel toute chose se
rend, ô Celui que toute chose glorifie en louanges, ô Celui
dont la face subsiste alors que toute chose s’anéantit !

38)Yâ man lâ mafarra illâ ilayhi, yâ man lâ mafza'a illâ ilayhi, yâ


man lâ maqsada illâ ilayhi, yâ man lâ manjâ minhu illâ ilayhi, yâ man
lâ yurghabu illâ ilayhi, yâ man lâ hawla wa lâ quwwata illâ bihi, yâ
man lâ yusta‘ânu illâ bihi, yâ man lâ yutawakkalu illâ ‘alayhi, yâ man
lâ yurjâ illâ huwa, yâ man lâ yu’badu illâ huwa.

Ô Celui en dehors duquel il n’y a pas de fuite, ô Celui en


dehors duquel il n’y a pas de refuge, ô Celui en dehors
duquel il n’y a pas de destination, ô Celui en dehors duquel
il n’y a pas d’échappatoire de Lui, ô Celui à l’exception
duquel nul autre n’est imploré, ô Celui en dehors duquel il
n’y a ni force ni puissance, ô Celui en dehors duquel il n’y a
pas d’assistance, ô Celui en dehors duquel il n’y a pas d’ap-
pui, ô Celui à l’exception duquel nul autre n’est supplié, ô
Celui à l’exception duquel nul autre n’est adoré !

39)Yâ khayra-l-marhûbîna, yâ khayra-l-marghûbîna, yâ khayra-l-


matlûbîna, yâ khayra-l-mas’ûlîna, yâ khayra-l-maqsûdîna, yâ khayra-
l-madhkûrîna, yâ khayra-l-mashkûrîna, yâ khayra-l-mahbûbîna, yâ
khayra-l-mad‘uwwîna, yâ khayra-l-musta’nisîna.

Ô le Meilleur de ceux qui sont redoutés, ô le Meilleur de


ceux qui sont désirés, ô le Meilleur de ceux qui sont de-
mandés, ô le Meilleur de ceux qui sont sollicités, ô le Meil-
leur de ceux qui sont visés, ô le Meilleur de ceux qui sont
évoqués, ô le Meilleur de ceux qui sont remerciés, o le
363/2106
Meilleur de ceux qui sont aimés, ô le Meilleur de ceux qui
sont invoqués, ô le Meilleur de ceux qui sont familiers !

40)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ ghâfïru yâ sâtiru yâ


qâdiru yâ qâhiru yâ fâtiru yâ kâsiru yâ jâbiru yâ dhâkiru yâ nâzhiru
yâ nâsiru.
Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Pardonneur,
ô Dissimulateur, ô Puissant, ô Impérieux, ô Créateur, ô
Casseur, ô Panseur, ô Celui qui se rappelle, ô Celui qui re-
garde, ô Assistant !

41)Yâ man khalaqa fa-sawwâ, yâ man qaddara fa-hadâ, yâ man


yakshifu-l-balwâ, yâ man yasma‘u-n-najwâ, yâ man yunqidhu-l-ghar-
qâ, yâ man yunjî-l-halakâ, yâ man yashfî-l- mardâ, yâ man ad’haka
wa abkâ, yâ man amâta wa ahyâ, yâ man khalaqa-z-zawjayni adh-
dhakara wa-l-unthâ.

Ô Celui qui a créé et a ensuite modelé, ô Celui qui a don-


né la mesure [à toute chose] et a ensuite guidé, ô Celui qui
dissipe les malheurs, ô Celui qui entend les conciliabules, ô
Celui qui sauve celui qui se noie, ô Celui qui secourt celui
qui est perdu, ô Celui qui guérit le malade, ô Celui qui fait
rire et pleurer, ô Celui qui cause la mort et donne la vie, ô
Celui qui a créé le couple, le mâle et la femelle !

42)Yâ man fî-l-barri wa-l-bahri sabîluhu, yâ man fî-l-âfâqi


âyâtuhu, yâ man fï-l-âyâti burhânuhu, yâ man fî-l-mamâti
qudratuhu, yâ man fî-l-qubûri ‘ibratuhu, yâ man fî-l-qiyâmati
mulkuhu, yâ man fî-l-hisâbi haybatuhu, yâ man fî-l-mîzâni qadâ’uhu,
yâ man fî-l-jannati thawâbuhu. yâ man fî-n-nâri ‘iqâbuhu.

Ô Celui dont la Voie se trouve sur terre et en mer, ô Celui dont les
Signes se trouvent dans les horizons, ô Celui dont la Preuve se trouve
dans les signes, ô Celui dont la Puissance se trouve dans la mort, ô
364/2106
Celui dont la Leçon se trouve dans les tombes, ô Celui dont la Posses-
sion se trouve dans la Résurrection, ô Celui dont la Vénération se
trouve dans le Jugement Dernier, ô Celui dont le Décret Arrêté se
trouve dans la Balance, ô Celui dont la Récompense se trouve au
Paradis, ô Celui dont le Châtiment se trouve en Enfer !

43)Yâ man ilayhi yahrabu-l-khâ’ifûna, yâ man ilayhi yafza‘u-l-


mudhnibûna, yâ man ilayhi yaqsidu-l-munîbûna, yâ man ilayhi
yarghabu-z- zâhidûna,yâman ilayhi yalja’u-l-mutahayyirûna, yâ man
bihi yasta’nisu-l-murîdûna, yâ man bihi yaftakhiru-l-muhibbûna, yâ
man fî ‘afwihi yatma‘u-l-khâti’ûna, yâ man ilayhi yaskunu-l-
mûqinûna, yâ man ‘alayhi yatawakkalu-l-mutawakkilûna.

Ô Celui vers qui s’enfuient les effrayés, ô Celui vers qui


se réfugient les pécheurs, ô Celui vers qui se dirigent les re-
pentants, ô Celui auquel aspirent les ascètes, ô Celui auquel
recourent les hésitants, ô Celui avec qui se familiarisent les
désirants, ô Celui duquel s’énorgueillissent les aimants, ô
Celui au Pardon duquel aspirent les fautifs, ô Celui auprès
duquel se rassurent ceux qui sont dans la certitude, ô Celui
à qui s’en remettent ceux qui s’en remettent !

44)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ habîbu yâ tabîbu yâ


qarîbu yâ raqîbu yâ hasîbu yâ muhîbu yâ muthîbu yâ mujîbu yâ kh-
abîru yâ basîru.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Bien-Aimé, ô


Médecin, ô Proche, ô Observateur, ô Suffisant, ô Imposant,
ô Rénumérateur, ô Exauceur, ô Connaisseur, ô Clairvoyant
!

45)Yâ aqraba min kulli qarîbinn, yâ ahabba min kulli habîbinn, yâ


absara min kulli basîrinn, yâ akhbara min kulli khabîrinn, yâ ashrafa
min kulli sharîfinn, yâ arfa‘a min kulli rafî‘inn, yâ aqwâ min kulli
365/2106
qawîyyinn, yâ aghnâ min kulli ghaniyyinn, yâ ajwada min kulli
jawâdinn, yâ ar’afa min kulli ra’ûfinn.

Ô le plus Proche de tout proche, ô le plus Aimé de tout


aimé, ô le plus Clairvoyant de tout clairvoyant, ô le plus In-
formé de tout informé, ô le plus Noble de tout noble, ô le
plus Elevé de tout élevé, ô le plus Fort de tout fort, ô le plus
Riche de tout riche, ô le plus Généreux de tout généreux, ô
le plus Bienveillant de tout bienveillant !

46)Yâ ghâlibann ghayra maghlûbinn, yâ sâni‘ann ghayra mas-


nû‘inn, yâ khâliqann ghayra makhlûqinn, yâ mâlikann ghayra mam-
lûkinn, yâ qâhirann ghayra maqhûrinn, yâ râfi'ann ghayra marfû'inn,
yâ hâfizhann ghayra mahfûzhinn, yâ nâsirann ghayra mansûrinn, yâ
shâhidann ghayra ghâ’ibinn, yâ qârîbann ghayra ba‘îdinn.

Ô Victorieux qui n’est point vaincu, ô Façonneur qui


n’est point façonné, ô Créateur qui n'est point créé, ô
Possesseur qui n’est point possédé, ô Conquérant qui n’est
point conquis, ô Elévateur qui n’est point élevé, ô Protec-
teur qui n’est point protégé, ô Secoureur qui n’est point
secouru, ô Témoin qui n’est point absent, ô Proche qui n’est
point loin !

47)Yâ nûra-n-nûri, yâ munawwira-n-nûri, yâ khâliqa-n-nûri, yâ


mudabbira-n-nûri, yâ muqaddira-n-nûri, yâ nûra kulli-n-nûrinn, yâ
nûrann qabla kulli nûrinn, yâ nûrann ba‘da kulli nûrinn, yâ nûrann
fawqa kulli nûrinn, yâ nûrann laysa ka-mithlihi nûrunn.

Ô Lumière de la lumière, ô Illuminateur de la lumière, ô


Créateur de la lumière, ô Intendant de la lumière, ô Mesur-
eur de la lumière, ô Lumière de toute lumière, ô Lumière
avant toute lumière, ô Lumière après toute lumière, ô
366/2106
Lumière au-dessus de toute lumière, ô Lumière à qui
aucune lumière ne ressemble !

48)Yâ man ‘atâ’uhu sharîfunn, yâ man fi‘luhu latîfunn, yâ man


lutfuhu muqîmunn, yâ man ihsânuhu qadîmunn, yâ man qawluhu
haqqunn, yâ man wa'duhu sidqunn, yâ man ‘afuhu fadlunn, yâ man
‘adhâbuhu ‘adlunn, yâ man dhikruhu hulwunn, yâ man fadluhu
‘amîmunn.

Ô Celui dont le Don est noble, ô Celui dont l'Acte est sub-
til, ô Celui dont la Subtilité demeure, ô Celui dont la Bonté
est éternelle, ô Celui dont la Parole est vérité, ô Celui dont
la Promesse est sincérité, ô Celui dont le Pardon est faveur,
ô Celui dont le Châtiment est justice, ô Celui dont l’Evoca-
tion est douce, ô Celui dont la Faveur est globale !

49)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ musahhilu yâ mufassilu


yâ mubaddilu yâ mudhallilu yâ munazzilu yâ munawwilu yâ mufdilu
yâ mujzilu yâ mumhilu yâ mujmilu.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Celui qui fa-


cilite, ô Celui qui détaille, ô Celui qui substitue, ô Celui qui
aplanit, ô Celui qui fait descendre, ô Celui qui donne, ô Ce-
lui qui favorise, ô Celui qui dispense généreusement, ô Ce-
lui qui est Plein de Longanimité, ô Bienfaisant !

50)Yâ man yarâ wa lâ yurâ, yâ man yakhluqu wa lâ yukhlaqu, yâ


man yahdî wa lâ yuhdâ, yâ man yuhyî wa lâ yuhyâ, yâ man yas’alu wa
lâ yus’alu, yâ man yut‘imu wa lâ yut‘amu, yâ man yujîru wa lâ yujâru
‘alayhi, yâ man yaqdî wa lâ yuqdâ ‘alayhi, yâ man yahkumu wa lâ
yuhkamu ‘alayhi, yâ man yalid wa lam yûlad wa lam yakun lahu
kufûann ahadunn.
367/2106
Ô Celui qui voit et qui n’est pas vu, ô Celui qui crée et qui
n’est pas créé, ô Celui qui guide et qui n’est pas guidé, ô Ce-
lui qui donne la vie et qui ne la reçoit pas, ô Celui qui est
sollicité et qui ne sollicite pas, ô Celui qui nourrit et qui
n’est pas nourri, ô Celui qui secourt et qui n’est pas injuste,
ô Celui qui juge et qui n’est pas jugé, ô Celui qui gouverne et
qui n’est pas gouverné, ô Celui qui n’engendre pas, qui n’est
pas engendré et qui n’a pas d’égal !

51)Yâ ni‘ma-l-hasîbu, yâ ni‘ma-t-tabîbu, yâ ni‘ma-r-raqîbu, yâ


ni‘ma-l-qarîbu, yâ ni‘ma-l-mujîbu, yâ ni‘ma-l-habîbu, yâ ni'ma-l-
kafîlu, yâ ni‘ma-l-wakîlu, yâ ni‘ma-l-mawlâ, yâ ni‘ma-l-nasîru.

Ô excellent Calculateur, ô excellent Médecin, ô excellent


Observateur, ô excellente Proximité, ô excellent Exauceur,
ô excellent Bien-Aimé, ô excellent Tuteur, ô excellent Dé-
positaire, ô excellent Maître, ô excellent Secoureur !

52)Yâ surûra-l-‘ârifîna, yâ munâ-l-muhibbîna, yâ anîsa-l-


murîdîna, yâ habîba-t-taw-wâbîna, yâ râziqa-l-muqillîna, yâ rajâ’a-l-
mudhnibîna, yâ qurrata ‘ayni-l-‘âbidîna, yâ munaffisa ‘ani-l-
makrûbîna, yâ mufarrija ‘ani-l-maghmûmîna, yâ ilâha-l-awwalîna
wa-l-âkhirîna.

Ô Joie des connaissants, ô Souhaits des aimants, ô Ami


intime des désireux, ô Bien-Aimé des repentants, ô Pour-
voyeur des indigents, ô Espoir des pécheurs, ô Plaisir (des
yeux) des adorateurs, ô Consolateur des affligés, ô Consola-
tion des soucieux, ô Divinité des premiers et des derniers !

53)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ rabbanâ yâ ilâhanâ yâ


sayyidanâ yâ mawlânâ yâ nâsiranâ yâ hâfizhanâ yâ dalîlanâ yâ mu‘în-
anâ yâ habîbanâ yâ tabîbanâ.
368/2106
Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô notre
Seigneur, ô notre Dieu, ô notre Souverain, ô notre Maître, ô
notre Défenseur, ô notre Protecteur, ô notre Guide, ô notre
Soutien, ô notre Bien-Aimé, ô notre Médecin

54)Yâ rabba-n-nabiyyîna wa-l-abrâri, yâ rabba-s-siddîqîna wa-l-


akhyâri, yâ rabba-l-jannati wa an-nâri, yâ rabba-s-sighâri wa-l-kibâri,
yâ rabba-l-hubûbi wa-th-thimâri, yâ rabba-l-anhâri wa-l-ashjâri, yâ
rabba-s-sahârî wa-l-qifâri, yâ rabba-l-barârî wa-l-bihâri, yâ rabba-l-
layli wa-n-nahâri, yâ rabba-l-i‘lâni wa-l-isrâri.

Ô Seigneur des Prophètes et des Saints, ô Seigneur des


Sincères et des Elus, ô Seigneur du Paradis et de l’Enfer, ô
Seigneur des petits et des grands, ô Seigneur des graines et
des fruits, ô Seigneur des fleuves et des arbres, ô Seigneur
des déserts et des endroits inhabités, ô Seigneur des terres
et des mers, ô Seigneur de la nuit et du jour, ô Seigneur du
manifeste et du caché !

55)Yâ man nafadha fi kulli shay’inn amruhu, yâ man lahiqa


bikulli shay’inn ‘ilmuhu, yâ man balaghat ilâ kulli shay’inn
qudratuhu, yâ man lâ tuhsî-l-‘ibâdu ni‘amahu, yâ man lâ tablughu-l-
khalâ’iqu shukrahu, yâ man lâ tudriku-l-afhâmu jalâlahu, yâ man lâ
tanâlu-l-awhâmu kunhahu, yâ mani-l-‘azhamatu wa-l-kibriyâ’u
ridâ’uhu, yâ man lâ taruddu-l-‘ibâdu qadâ’ahu, yâ man lâ mulka illâ
mulkuhu, yâ man lâ ‘atâ’a illâ ‘atâ’ uhu.

Ô Celui dont l’Ordre est effectif en toute chose, ô Celui


dont le Savoir comprend toute chose, ô Celui dont la Puis-
sance atteint toute chose. ô Celui dont le Bienfait est in-
nombrable pour les serviteurs, ô Celui que les créatures ne
peuvent pas remercier, ô Celui dont la Majesté ne peut être
saisie par les entendements, ô Celui dont l’Essence ne peut
être atteinte par les suppositions [de la raison], ô Celui que
369/2106
la Magnificence et la Grandeur drapent, ô Celui dont le
Décret Arrêté n’est pas récusé par ses serviteurs, ô Celui en
dehors duquel il n’y a pas de possession, ô Celui en dehors
duquel il n’y a pas de don !

56)Yâ man lahu-l-mathalu-l-a‘lâ, yâ man lahu-s-sifâtu-l-‘ûlyâ, yâ


man lahu-l-âkhiratu wa-l-ûlâ, yâ man lahu jannatu-l-ma’wâ, yâ man
lahu-l-âyâtu-l-kubrâ, yâ man lahu-l-asmâ’u al-husnâ, yâ man lahu-l-
hukmu wa-l-qadâ’u, yâ man lahu-l-hawâ’u wa-l-fadâ’u, yâ man lahu-
l-‘arshu wa-th-tharâ, yâ man lahu-s-samâwâtu-l-‘ûlâ.

Ô Celui qui détient l’Exemple le plus élevé, ô Celui qui


détient les Attributs les plus parfaits, ô Celui qui détient
l’Au-delà et le premier , ô Celui qui détient le Paradis al-
Ma’wâ, ô Celui qui détient les Signes les plus grands, ô Ce-
lui qui détient les Noms les plus beaux, ô Celui qui détient
le Jugement et le Décret Arrêté, ô Celui qui détient Pair et
le cosmos, ô Celui qui détient le Trône et la terre, ô Celui
qui détient les cieux élevés !

57)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ ‘afuwwu yâ ghafûru yâ


sabûru yâ shakûru yâ ra’ûfu yâ ‘atûfu yâ mas’ûlu yâ wadûdu yâ sub-
bûhu yâ quddûsu.

Mon Dieu,je Te demande, par Ton Nom, ô Très-Indul-


gent, ô Tout-Pardonnant, ô Très Patient, ô Très-Reconnais-
sant, ô Très-Bon, ô Très- Compatissant, ô Très-Sollicité, ô
Bien-Aimant, ô Transcendant, ô Très-Saint !

58)Yâ man fî-s-samâ’i ‘azhamatuhu, yâ man fî-l-ardi âyâtuhu, yâ


man fî kulli shay’inn dalâ’iluhu, yâ man fî-l-bihâri ‘ajâ’ibuhu, yâ man
fî-l-jibâli khazâ’inuhu, yâ man yabda’u-l-khalqa thumma yu'îduhu, yâ
man ilayhi yurja‘u-l-amru kulluhu, yâ man azhhara fî kulli shay’inn
370/2106
lutfahu, yâ man ahsana kulla shay’inn khalqahu, yâ man tasarrafa fî-
l-khalâ’iqi qudratuhu.

Ô Celui dont la Magnificence se trouve dans le ciel, ô Ce-


lui dont les Signes se trouvent sur terre, ô Celui dont les In-
dices se trouvent dans chaque chose, ô Celui dont les
Prodiges se trouvent dans la mer, ô Celui dont les Dépôts se
trouvent dans les montagnes, ô Celui qui débute la création
puis la recommence, ô Celui vers qui revient l’Ordre en en-
tier, ô Celui qui a fait apparaître Sa Subtilité dans toute
chose, ô Celui qui a créé toute chose de la meilleure façon, ô
Celui dont h Puissance agit dans toutes les créatures !

59)Yâ habîba man lâ habîba lahu, yâ tabîba man lâ tabîba lahu, yâ


mujîba man lâ mujîba lahu, yâ shafîqa man lâ shafîqa lahu, yâ rafîqa
man lâ rafîqa lahu, yâ mughîtha man lâ mughîtha lahu, yâ dalîla man
lâ dalîla lahu, yâ anîsa man lâ anîsa lahu, yâ râhima man lâ râhima
lahu, yâ sâhiba man lâ sâhiba lahu.

Ô Bien-Aimé de celui qui n’a pas de bien-aimé, ô Méde-


cin de celui qui n’a pas de médecin, ô Exauceur de celui qui
n’a pas d’exauceur, ô Compatissant de celui qui n’a pas de
compatissant, ô Gentil Ami de celui qui n’a pas de gentil
ami, ô Secours de celui qui n’a pas de secours, ô Guide de
celui qui n’a pas de guide, ô Ami Intime de celui qui n’a pas
d’ami intime, ô Clément de celui qui n’a pas de clément, ô
Compagnon de celui qui n’a pas de compagnon !

60)Yâ kâfiya mani-stakfâhu, yâ hâdiya mani-stahdâhu, yâ kâlî’a


mani-staklâhu, yâ râ'iya mani-star‘âhu, yâ shâfiya mani-stashfâhu, yâ
qâdiya mani-staqdâhu, yâ mughniya mani-staghnâhu, yâ mûfiya
mani-stawfâhu, yâ muqawwiya mani-staqwâhu, yâ waliyya mani-
stawlâhu.
371/2106
Ô Celui qui suffît à celui qui Lui a demandé de faire le
nécessaire, ô Celui qui guide celui qui Lui a demandé d’être
guidé, ô Celui qui protège celui qui Lui a demandé d’être
protégé, ô Celui qui veille sur celui qui Lui a demandé
d’être assisté, ô Celui qui guérit celui qui Lui a demandé
d’être guéri, ô Celui qui juge celui qui Lui a demandé d’être
jugé, ô Celui qui enrichit celui qui Lui a demandé d’être en-
richi, ô Celui qui tient (sa promesse) à celui qui le Lui a de-
mandé, ô Celui qui renforce celui qui Lui a demandé d’être
renforcé, ô Celui qui est l'allié de celui qui Lui a demandé
d'être l’allié !

61)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ khâliqu yâ râziqu yâ


nâtiqu yâ sâdiqu yâ faliqu yâ fâriqu yâ fâtiqu yâ râtiqu yâ sâbiqu yâ
sâmiqu.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Créateur, ô


Pourvoyeur, ô Locuteur, ô Véridique, ô Fendeur, ô Séparat-
eur, ô Déchireur, ô Raccommodeur, ô Devancier, ô plus
Elevé !

62)Yâ man yuqallibu-l-layla wa-n-nahâra, yâ man ja‘ala-zh-


zhulumâti wa-l-anwâra, yâ man khakaqa-zh-zhilla wa-l-harûra, yâ
man sakhkhara-sh-shamsa wa-l-qamara, yâ man qaddara-l-khayra
wa-sh-sharra, yâ man khalaqa-l-mawta wa-l-hayâta, yâ man lahu-l-
khalqu wa-l-amru, yâ man lam yattakhidh sâhibatann wa lâ
waladann, yâ man laysa lahu sharîkunn fi mulki, yâ man lam yakun
lahu waliyyunn mina-dh-dhulli.

Ô Celui qui fait alterner le jour et la nuit, ô Celui qui a


placé les ténèbres et les lumières, ô Celui qui a créé l'ombre
et la chaleur, ô Celui qui a assujetti le soleil et la lune, ô Ce-
lui qui a mesuré le bien et le mal, ô Celui qui a créé la mort
et la vie, ô Celui qui détient la Création et l’Ordre, ô Celui
372/2106
qui n’a pas pris de compagnon ni d’enfant, ô Celui qui n’a
pas d’associé dans la Possession, ô Celui qui n’a pas de pro-
tecteur de l’oppression !

63)Yâ man ya‘lamu murâda-l-murîdîna, yâ man ya'lamu damîra-


s-sâmitîna, yâ man yasma'u anîna-l-wâhinîna, yâ man yarâ bukâ’a-l-
khâ’ifîna, yâ man yamliku hawâ’ija-s-sâ’ilîna, yâ man yaqbalu ‘udhra-
t-tâ'ibîna, yâ man lâ yuslihu ‘amala-l-mufsidîna, yâ man lâ yudî‘u
ajra-l-muhsinîna, yâ man lâ yab'udu 'an qulûbi-l-‘ârifîna, yâ ajwada-
l-ajwadîna.

Ô Celui qui connaît le désir de ceux qui désirent, ô Celui


qui connaît la conscience de ceux qui se taisent, ô Celui qui
entend le gémissement des faibles, ô Celui qui voit les
pleurs de ceux qui ont peur, ô Celui qui détient ce dont ont
besoin les solliciteurs, ô Celui qui accepte l’excuse de ceux
qui se repentent, ô Celui qui ne réforme pas les actes des
corrupteurs, ô Celui qui n’égare pas la récompense de ceux
qui font le bien, ô Celui qui ne s’éloigne pas des coeurs des
gnostiques, ô le plus Généreux des généreux !

64)Y â dâ’ ima-l-baqâ’i, yâ sâmi-‘a-d-du‘â’i, yâ wâsi‘a-l-‘atâ’i, yâ


ghâfira-l-khatâ’i, yâ badî'a as-samâ’i, yâ hasana-l-balâ’i, yâ jamîla-th-
thanâ’i, yâ qadîma-s-sanâ’i, yâ kathîra-l-wa-fâ’i, yâ sharîfa-l-jazâ’i.

Ô Celui dont la Permanence est continuelle, ô Celui qui


entend l’invocation, ô Celui dont le Don est vaste, ô Celui
qui pardonne la faute, ô Celui qui crée (de rien) le ciel, ô
Celui dont l’Epreuve est bonne, ô Celui dont la Louange est
belle, ô Celui dont l’Eminence est éternelle, ô Celui qui tient
[sa promesse], ô Celui dont la Récompense est noble !
373/2106
65)Allâhumma, innî as'aluka bi-smika, yâ sattâru yâ ghaffâru yâ
qahhâru yâ jabbâru yâ sabbâru yâ bârru yâ mukhtâru yâ fattâhu yâ
naffahu yâ murtâhu.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Celui qui dis-


simule constamment, ô Celui qui pardonne constamment,
ô Celui qui domine constamment, ô Celui qui contraint con-
stamment, ô Celui qui patiente constamment, ô Celui qui
fait le bien constamment, ô Elu, ô Celui qui ouvre constam-
ment les portes [des richesses], ô Celui qui donne constam-
ment, ô Celui qui est reposé !

66) Yâ man khalaqanî wa sawwânî, yâ man razaqanî wa rabbânî,


yâ man at‘amanî wa saqânî, yâ man qarrabanî wa adnânî, yâ man
‘asamanî wa kafânî, yâ man hafizhanî wa kalânî, yâ man a‘azzanî wa
aghnânî, yâ man waffaqanî wa hadânî, yâ man ânasanî wa âwânî, yâ
man amâtanî wa ahyânî.

Ô Celui qui m’a créé et modelé, ô Celui qui m’a pourvu et


éduqué, ô Celui qui m’a nourri et abreuvé, ô Celui qui m’a
approché et rapproché, ô Celui qui m’a défendu et suffi, ô
Celui qui m’a protégé et a veillé sur moi, ô Celui qui m’a
renforcé et enrichi, ô Celui qui m’a donné la réussite et m’a
dirigé, ô Celui qui m’a tenu compagnie et m’a abrité, ô Celui
qui m’a fait mourir et m’a donné la vie !

67)Yâ man yuhiqqu al-haqqa bi-kalimâtihi, yâ man yaqbalu-t-


tawbata 'an ‘ibâdihi, yâ man yahûlu bayna-l-mar’i wa qalbihi, yâ man
lâ tanfa'u-sh-shafâ'atu illâbi-idhnihi.yâ man huwa a'lamu biman
dalla ‘an sabîlihi, yâ man lâ mu'aqqibia li-hukmihi, yâ man lâ râdda
li-qadâ’ihi, yâ mani-inqâda kullu shay’inn li-amrihi, yâ mani-s-
samâwâtu matwiyyâtunn bi-yamînihi, yâ man yursilu-l-riyâha
bushrann bayna yaday rahmatihi.
374/2106
Ô Celui qui réalise la Vérité par ses paroles, ô Celui qui
accepte le repentir de ses serviteurs, ô Celui qui demeure
entre l’homme et son coeur, ô Celui sans l’autorisation
duquel l’intercession n’est pas profitable, ô Celui qui est le
mieux informé de celui qui s’est égaré de son chemin, ô Ce-
lui dont le Jugement n’est pas suivi d’un autre [d’autre que
Lui], ô Celui dont le Décret Arrêté n’est pas réfuté, ô Celui à
l’Ordre duquel toute chose est soumise, ô Celui dans la
Main droite duquel les cieux sont pliés, ô Celui qui envoie
les vents annonciateurs de la bonne nouvelle entre les
mains de Sa Miséricorde !

68)Yâ man ja‘ala-l-arda mihâdann, yâ man ja‘ala-l-jibâla


awtâdann, yâ man ja‘ala-sh-shamsa sirâjann, yâ man ja‘ala-l-qamara
nûrann, yâ manja'ala-l-layla libâsann, yâ man ja'ala-n-nahâra
ma'âshann, yâ man ja‘ala-n-nawma subâtann, yâ man ja‘ala-s-samâ’a
binâ’ann, yâ man ja‘ala-l-ashyâ’a azwâjann, yâ man ja‘ala-n-nâra
mirsâdann.

Ô Celui qui a disposé la terre comme un lit de repos, ô


Celui qui a disposé les montagnes comme des piliers, ô Ce-
lui qui a placé le soleil comme un luminaire éblouissant, ô
Celui qui a fait de la lune une lumière, ô Celui qui a fait de
la nuit un revêtement, ô Celui qui a fait du jour le moment
[pour pourvoir aux besoins] de la vie, ô Celui qui a fait du
sommeil un repos, ô Celui qui a disposé le ciel comme un
édifice, ô Celui qui a placé les choses par couples, ô Celui
qui a placé le feu [de l’enfer] à l'affût [des mécréants] !

69)Allâhumma,innî as’aluka bi-smika, yâ samî‘u yâ shafî'u yâ


rafî'u yâ manî‘u yâ sari‘u yâ badî'u yâ kabîru yâ qadîru yâ khabîru yâ
mujîru.
375/2106
Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Celui qui en-
tend, ô Celui qui intercède, ô Celui qui élève, ô Celui qui im-
munise, ô Celui qui est rapide, ô Celui qui crée, ô Très
Grand , ô Très Puissant, ô Bien Informé, ô Sauveur !

70)Yâ hayyann qabla kulli hayyinn, yâ hayyann ba‘da kulli hayy-


inn, yâ hayyu-l-ladhî laysa kamithlihi hayyunn, yâ hayyu-l-ladhî lâ
yushârikuhu hayyunn, yâ hayyu-l-ladhî lâ yahtâju illâ hayyinn, yâ
hayyu-l-ladhî yumîtu kulla hayyinn, yâ hayyu-l-ladhî yarzuqu kulla
hayyinn, yâ hayyann lam yarithi-l-hayâta min hayyinn, yâ hayyu-l-
ladhî yuhyî-l-mawtâ, yâ hayyu yâ qayyûmu lâ ta’khudhuhu sinatunn
wa lâ nawmunn.

Ô Vivant avant tout vivant, ô Vivant après tout vivant, ô


Vivant auquel aucun vivant ne ressemble, ô Vivant auquel
aucun vivant ne participe, ô Vivant qui n'a pas besoin de
vivant, ô Vivant qui fait mourir tout vivant, ô Vivant qui
subvient [aux besoins] de tout vivant, ô Vivant qui n’hérite
la vie d'aucun vivant, ô Vivant qui donne la vie aux morts, ô
Vivant, ô Substentateur, ni l'assoupissement, ni le sommeil
n'ont de prise sur Lui !

71)Yâ man lahu dhikrunn lâ yunsâ, yâ man lahu nûrunn lâ yutfâ,


yâ man lahu ni‘amunn lâ tu‘addu, yâ man lahu mulkunn lâ yazûlu, yâ
man lahu thanâ’unn lâ yuhsâ, yâ man lahu jalâlunn lâ yukayyafu, yâ
man lahu kamâlunn lâ yudraku, yâ man lahu qadâ’unn lâ yuraddu, yâ
man lahu sifâtunn lâ tubaddalu, yâ man lahu nu‘ûtunn lâ tughayyaru.

Ô Celui qui détient une Evocation qui ne s'oublie pas, ô


Celui qui détient une Lumière qui ne s'éteint pas, ô Celui
qui détient un Bienfait qui ne se dénombre pas, ô Celui qui
détient une Possession qui ne disparaît pas, ô Celui qui dé-
tient un Eloge qui n’est pas dénombré, ô Celui qui détient
une Majesté qui ne se qualifie pas, ô Celui qui détient une
376/2106
Perfection qui ne se saisit pas, ô Celui qui détient un Décret
Arrêté qui ne se réfute pas, ô Celui qui détient des Attributs
qui ne s’échangent pas, ô Celui qui détient des Qualifica-
tions qui ne changent pas !

72)Yâ rabba-l-‘âlamîna, yâ mâlika yawmi-d-dîna, yâ ghâyata-t-


tâlibîna, yâ zhahra-l-lâjîna, yâ mudrika-l-hâribîna, yâ man yuhibbu-
s-sâbirîna, yâ man yuhibbu-t-tawwâbîna, yâ man yuhibbu-l-mutatah-
hirîna, yâ man yuhibbu-l-muhsinîna, yâ man huwa a‘lamu bi-l-
muhtadîna.

Ô Seigneur des mondes, ô Possesseur du Jour du Juge-


ment, ô But de ceux qui demandent, ô Soutien des réfugiés,
ô Celui qui saisit les fuyards, ô Celui qui aime les patients, ô
Celui qui aime les repentants, ô Celui qui aime ceux qui se
purifient, ô Celui qui aime ceux qui font le bien, ô Celui qui
connaît le mieux ceux qui sont bien dirigés !

73)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ shafîqu yâ râfîqu yâ


hafîzhu yâ muhîtu yâ muqîtu yâ mughîthu yâ mu‘izzu yâ mudhillu yâ
mubdî’u yâ mu‘îdu.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Plein de solli-


citude, ô Compagnon, ô Protecteur, ô Compréhensif, ô
Nourricier, ô Secours, ô Celui qui honore, ô Celui qui hum-
ilie, ô Celui qui débute, ô Celui qui recommence !

74)Yâ man huwa ahadunn bilâ diddinn, yâ man huwa fardunn


bilâ niddinn, yâ man huwa samadunn bilâ ‘aybinn, yâ man huwa
witrunn bilâ kayfinn, yâ man huwa qâdinn bilâ hayfinn, yâ man huwa
rabbunn bilâ wazîrinn, yâ man huwa ‘azîzunn bilâ dhullinn, yâ man
huwa ghaniyyunn bilâ faqarinn, yâ man huwa malikunn bilâ ‘azlinn,
yâ man huwa mawsûfunn bilâ shabîhinn.
377/2106
Ô Celui qui est Un sans adversaire, ô Celui qui est
Unique sans égal, ô Celui qui est Impénétrable sans défaut,
ô Celui qui Seul Suprême sans comment, ô Celui qui est
Juge sans injustice, ô Celui qui est Seigneur sans assistant,
ô Celui qui est Plein de Gloire sans humiliation, ô Celui qui
se suffit à lui-même sans besoin, ô Celui qui est Roi sans
destitution, ô Celui qui est qualifié sans ressemblance !

75)Yâ man dhikruhu sharafunn li-dh-dhâkirîna, yâ man shukruhu


fawzunn li-sh-shâkirîna, yâ man hamduhu ‘izzunn li-l-hâmidîna, yâ
man tâ‘atuhu najâtunn li-l-mutî‘îna, yâ man bâbuhu maftûhunn li-t-
tâlibîna, yâ man sabîluhu wâdihunn li-l-munîbîna, yâ man âyâtuhu
burhânunn li-n-nâzhirîna, yâ man kitâbuhu tadhkiratunn li-l-mut-
taqîna, yâ man rizquhu ‘umûmunn li-t-tâ’i‘îna wa-l-‘âsîna, yâ man
rahmatuhu qarîbunn mina-l-muhsinîna.

Ô Celui dont l’évocation est un honneur pour ceux qui


évoquent, ô Celui dont le remerciement est un triomphe
pour ceux qui remercient, ô Celui dont la louange est une
gloire pour ceux qui louent, ô Celui envers qui l’obéissance
est un salut pour ceux qui obéissent, ô Celui dont la porte
est ouverte pour ceux qui demandent, ô Celui dont la voie
est claire pour ceux qui se repentent, ô Celui dont les signes
sont une preuve pour ceux qui regardent, ô Celui dont le
livre est un rappel pour ceux qui craignent, ô Celui dont la
richesse est généralisée à ceux qui obéissent et à ceux qui
désobéissent, ô Celui dont la miséricorde est proche pour
ceux qui font le bien !

76)Yâ man tabâraka-ismuhu, yâ man ta‘âlâ jadduhu, yâ man là


ilâha ghaymhu, yâ man jalla thanâ’uhu, yâ man taqaddasat as-
mâ’uhu, yâ man yadûmu baqâ'uhu, yâ mani-l-‘azhamatu bahâ’uhu,
yâ mani-l-kibriyâ’u ridâ’uhu, yâ man lâ tuhsâ âlâ’uhu, yâ man lâ
tu'addu na‘mâ’uhu.
378/2106

Ô Celui dont le Nom est béni, ô Celui dont la Richesse est


très élevée, ô Celui en dehors duquel il n’y a pas de divinité,
ô Celui dont la Louange est illustre, ô Celui dont les Noms
sont sanctifiés, ô Celui dont la Permanence est continuelle,
ô Celui dont la Magnificence est Sa Splendeur, ô Celui dont
l’Arrogance est Sa Parure, ô Celui dont les Bontés ne se
dénombrent pas, ô Celui dont les Bienfaits ne se comptent
pas !

77)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ rnuinu, yâ amînu, yâ


mubînu, yâ matînu, yâ makînu, yâ rashîdu, yâ hamîdu, yâ majîdu, yâ
shadîdu, yâ shahîdu.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Aide, ô


Fidèle, ô Evident, ô Inébranlable, ô Ferme, ô Bien-dirigé, ô
Très-Loué, ô Très-Glorifié, ô Très-Rigoureux, ô Témoin !

78)Yâ dhâ-l-‘arshî-l-majîdi, yâ dhâ-l-qawli-s-sadîdi, yâ dhâ-l-fi‘li-


r-rashîdi, yâ dhâ-l-batshi-sh-shadîdi, yâ dhâ-l-wa‘di wa-l-wa‘îdi, yâ
man huwa-l-waliyyu-l-hamîdu, yâ man huwa-l-fa“âlunn limâ yurîdu,
yâ man huwa qarîbunn ghayru ba‘îdinn, yâ man huwa ‘alâ kulli
shay’inn shahîdunn, yâ man huwa laysa bi-zhallâminn li-l-‘abîdi.

Ô Celui qui détient le Trône glorieux, ô Celui qui détient


la Parole juste, ô Celui qui détient l'Acte bien dirigé, ô Celui
qui détient la Force redoutable, ô Celui qui détient la
Promesse et la Menace, ô Celui qui est le Maître très loué, ô
Celui qui est Efficace pour qui veut, ô Celui qui est Proche
et non pas éloigné, ô Celui qui est Témoin de toute chose, ô
Celui qui n’est pas injuste envers ses serviteurs !

79) Yâ man lâ sharîka lahu wa lâ wazîra, yâ man lâ shabîha lahu


wa lâ nazhîra, yâ khâliqa-sh-shamsi wa-l-qamari-l-munîri, yâ
379/2106
mughniya-l-bâ’isi-l-faqîri, yâ râziqa-t-tifli-s-saghîri, yâ râhima-sh-
shaykhi-l-kabîri, yâ jâbira-l-‘azhmi-l-kasîri, yâ ‘ismata-l-khâ’ifi-l-
mustajîri, yâ man huwa bi-‘ibâdihi khabî- runn basîrunn, yâ man
huwa ‘alâ kulli shay'inn qadîrunn.

Ô Celui qui n'a pas d’associé ni d’assistant, ô Celui qui


n'a pas de pareil ni de semblable, ô Celui qui a créé le soleil
et la lune lumineuse, ô Celui qui enrichit le pauvre misér-
able, ô Celui qui pourvoit [aux subsistances] du petit en-
fant, ô Celui qui s’apitoie sur le vieil-homme, ô Celui qui
panse l’os brisé, ô Celui qui protège celui qui a peur à la
recherche d’un abri, ô Celui qui est Bien-Informé et Clair-
voyant envers ses serviteurs, ô Celui qui est Puissant sur
toute chose !

80)Yâ dhâ-l-jûdi wa-n-ni‘ami, yâ dhâ-l-fadli wa-l-karami, yâ


khâliqa-l-lawhi wa-l-qalami, yâ bârî’a-dh-dharri wa-n-nasami, yâ
dhâ-l-ba’si wa-n-niqami, yâ mulhima-l-‘arabi wa-l-‘ajami, yâ kâshifa-
d-durri wa-l-alami, yâ ‘âlima-s-sirri wa-l-mihami, yâ rabba-l-bayti
wa-l-harami, yâ man khalaqa-l-ashyâ’a mina-l-‘adami.

Ô Détenteur de la Largesse et du Bienfait, ô Détenteur


de la Grâce et de la Générosité, ô Créateur de la Table et de
la Plume, ô Créateur de l’atome et des âmes, ô Détenteur de
la Rigueur et du Châtiment, ô Inspirateur des arabes et des
étrangers, ô Celui qui dissipe le malheur et la souffrance, ô
Celui qui connaît le secret et les résolutions, ô Seigneur de
la Maison sacrée, ô Celui qui crée les choses de rien !

81)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ fâ‘ilu yâ jâ‘ilu yâ qâbilu


yâ kâmilu yâ fâsilu yâ wâsilu yâ ‘âdilu yâ ghâlibu yâ tâlibu yâ wâhibu.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Celui qui agit,


ô Celui qui dispose, ô Celui qui accepte, ô Celui qui parfait,
380/2106
ô Celui qui sépare, ô Celui qui relie, ô Celui qui est juste, ô
Celui qui l’emporte, ô Celui qui demande, ô Celui qui donne
!

82)Yâ man an‘ama bi-tawlihi, yâ man akrama bi-jûdihi, yâ man


jâda bi-lutfihi, yâ man ta‘azzaza bi-qudratihi, yâ man qaddara bi-
hikmatihi, yâ man hakama bi-tadbîrihi, yâ man dabbara bi-‘ilmihi, yâ
man tajâwaza bi-hilmihi, yâ man danâ fî ‘uluwwihi, yâ man ‘alâ fî
dunuwwihi.

Ô Celui qui a accordé par Sa Longanimité, ô Celui qui a


honoré par Sa Largesse, ô Celui qui a été Généreux par Sa
Subtilité, ô Celui qui s’est raffermi par Sa Puissance, ô Ce-
lui qui a donné sa mesure [à chaque chose] par Sa Sagesse,
ô Celui qui est Sage dans Son Intendance, ô Celui qui a ar-
rangé par Son Savoir, ô Celui qui a passé outre par Sa Man-
suétude, ô Celui qui s’est Approché dans Sa Hauteur, ô Ce-
lui qui s’est Elevé dans Sa Proximité !

83) Yâ man yakhluqu mâ yashâ’u, yâ man yaf ‘alu mâ yashâ’u, yâ


man yahdî man yashâ'u, yâ man yudillu man yashâ’u, yâ man
yu'adhdhibu man yashâ'u, yâ man yaghfiru liman yashâ’u, yâ man
yu'izzu man yashâ’u, yâ man yudhillu man yashâ’u, yâ man
yusawwiru fî-l-arhâmi mâ yashâ’u, yâ man yakhtassu bi-rahmatihi
man yashâ’u.

Ô Celui qui crée ce qu’Il veut, ô Celui qui fait ce qu’Il


veut, ô Celui qui guide qui Ii veut, ô Celui qui égare qui Il
veut, ô Celui qui tourmente qui Il veut, ô Celui qui par-
donne à qui Il veut, ô Celui qui renforce qui Il veut, ô Celui
qui abaisse qui Il veut, ô Celui qui
forme dans les matrices ce qu’Il veut, ô Celui qui gratifie
qui Il veut de Sa Miséricorde !
381/2106
84)Yâ man lam yattakhidh sâhibatann wa lâ waladann, yâ man
ja‘ala li-kulli shay’inn qadrann, yâ man lâ yushriku fî hukmihi
ahadann, yâ man ja‘ala-l-malâ’ikata rusulann, yâ man ja‘ala fî-s-
samâ’i burûjann, yâ man ja‘ala-l-arda qarârann, yâ man khalaqa
mina-l-mâ’i basharann, yâ man ja‘ala likulli shay’inn amadann, yâ
man ahâta bi-kulli shay’inn‘ilmann, yâ man ahsâ kulla shay’inn
‘adadann.

Ô Celui qui n’a pas pris de compagne ni d’enfant, ô Celui


qui a donné à chaque chose sa mesure, ô Celui qui ne fait
partager son gouvernement à personne, ô Celui qui a fait
des Anges Ses Messagers, ô Celui qui a placé dans le ciel des
astres, ô Celui qui a rendu la terre stable, ô Celui qui a créé
de l’eau un être humain, ô Celui qui a fixé un terme pour
chaque chose, ô Celui dont le Savoir englobe toute chose, ô
Celui qui a dénombré toute chose !

85)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ awwalu yâ âkhiru, yâ


zhâhiru yâ bâtinu, yâ barru, yâ haqqu, yâ fardu, yâ witru, yâ samadu,
yâ sarmadu.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Premier, ô


Dernier, ô Apparent, ô Secret, ô Bienfaisant, ô Vérité, ô
Unique, ô Singulier, ô Impénétrable, ô Perpétuel !

86)Yâ khayra ma’rûfinn ‘urifa, yâ afdala ma’bûdinn ‘ubida, yâ


ajalla mashkûrinn shukira, yâ a'azza madhkûrinn dhukira, yâ a‘lâ
mahmûdinn humida, yâ aqdama mawjûdinn tuliba, yâ arfa'a
mawsûfinn ûsifa, yâ akbara maqsûdinn qusida, yâ akrama mas’ûlinn
su’ila, yâ ashrafa mahbûbinn ‘ulima.

Ô le Meilleur de ce qui est connu, ô le Meilleur de ce qui


est adoré, ô le plus Illustre de ce qui est remercié, ô le plus
Glorieux de ce qui est évoqué, ô le plus Elevé de ce qui est
382/2106
loué, ô le plus Eternel qui est demandé, ô le plus Sublime
de ce qui est décrit, ô le plus grand Objectif qui est fixé, ô le
plus Généreux de ce qui est sollicité, ô le plus noble Aimé
de ce qui est connu !

87) Yâ habîba-l-bâkîna, yâ sayyida-l-mutawakkilîna, yâ hâdiya-l-


mudillîna, yâ waliyya-l-mu’minîna, yâ anîsa-dh-dhâkirîna, yâ
mafza'a-l-
malhûfîna, yâ munjiya-s-sâdiqîna, yâ aqdara-l-qâdirîna, yâ a
‘lama-l-‘âlimîna, yâ ilâha-l-khalqi ajma'îna.

Ô Bien-aimé de ceux qui pleurent, ô Maître de ceux qui


s’en remettent, ô Guide de ceux qui se sont égarés, ô Tuteur
des croyants, ô Ami intime de ceux qui L’évoquent, ô Effroi
de ceux qui sont opprimés, ô Confident des sincères, ô le
plus Puissant des puissants, ô le plus Savant des savants, ô
Dieu de toute la Création !

88)Yâ man ‘alâ fa-qahara, yâ man malaka fa-qadara, yâ man


batana fa-khabara, yâ man ‘ubida fa-shakara, yâ man ‘usiya fa-gha-
fara, yâ man lâ tahwîhi-l-fikaru yâ man lâ yudrikuhu basarunn, yâ
man lâ yakhfâ ‘alayhi atharunn, yâ râziqa-l-bashari, yâ muqaddira
kulli qadarinn.

Ô Celui qui s’est élevé et a donc dominé, ô Celui qui a


possédé et a donc décrété, ô Celui qui est au fond [des
choses] et est donc informé, ô Celui qui a été adoré et a
donc remercié, ô Celui qui a été désobéi et a donc pardon-
né, ô Celui qu’aucune pensée ne saisit, ô Celui qu’aucun re-
gard n’atteint, ô Celui à qui aucune trace n’échappe, ô Celui
qui pourvoit [aux moyens de subsistance] de l’humanité, ô
Celui qui a donné la mesure à toute valeur !
383/2106
89)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ hâfizhu, yâ bârî’u, yâ
dhârî’u, yâ bâdhikhu, yâ fâriju, yâ fâtihu, yâ kâshifu, yâ dâminu, yâ
âmiru, yâ nâhî.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Protecteur, ô


Créateur, ô Producteur, ô Celui qui donne sans compter, ô
Celui qui soulage, ô Conquérant, ô Celui qui dissipe, ô
Garant, ô Celui qui ordonne, ô Celui qui interdit !

90)Yâ man lâ ya‘ lamu-l-ghayba illâ huwa, yâ man lâ yasrifu-s-


sû’a illâ huwa, yâ man lâ yakhluqu-l-khalqa illâ huwa, yâ man lâ
yaghfiru-dh-dhanba illâ huwa, yâ man lâ yatimmu-n-ni‘mata illâ
huwa, yâ man lâ yuqallibu-l-qulûba illâ huwa, yâ man lâ yudabbiru-l-
amra illâ huwa, yâ man lâ yunazzilu-l-ghaytha illâ huwa, yâ man lâ
yabsutu-r-rizqa illâ huwa, yâ man lâ yuhyî-l-mawtâ illâ huwa.

Ô Celui qui est le Seul à connaître les mystères, ô Celui


qui est le Seul à dissiper le mal, ô Celui qui est le Seul à
créer la création, ô Celui qui est le Seul à pardonner les
péchés, ô Celui qui est le Seul à compléter le bienfait, ô Ce-
lui qui est le Seul à retourner les coeurs, ô Celui qui est le
Seul à arranger l’Ordre, ô Celui qui est le Seul à faire des-
cendre la pluie, ô Celui qui est le Seul à étendre les res-
sources, ô Celui qui est le Seul à donner la vie au mort !

91)Yâ mu‘îna-d-du‘afâ’i, yâ sâhiba-l-ghurabâ’i, yâ nâsira-l-awl-


iyâ’i, yâ qâhira-l-a‘dâ’i,yâ râfi‘a-s-samâ'i, yâ anîsa-l-asfiyâ’i, yâ
habîba-l-atqiyâ’i, yâ kanza-l-fuqarâ'i, yâ ilâha-l-aghniyâ’i, yâ akrama-
l-kuramâ’i.

Ô Aide des faibles, ô Compagnon des étrangers, ô Se-


coureur des élus, ô Dominateur des ennemis, ô Elevateur
du ciel, ô Ami intime des purs, ô Bien-Aimé des pieux, ô
384/2106
Trésor des indigents, ô Dieu des riches, ô le plus Généreux
des généreux !

92)Yâ kâfiyann min kulli shay’inn, yâ qâ’imann ‘alâ kulli shay’inn,


yâ man lâ yushbihuhu shay’unn, yâ man lâ yazîdu fî mulkihi
shay’unn, yâ man lâ yakhfâ ‘alayhi shay’unn, yâ man lâ yanqusu min
khazâ’inihi shay’unn, yâ man laysa kamithlihi shayu’nn, yâ man lâ
ya‘zubu ‘an ‘ilmihi shay’unn, yâ man huwa khabîrunn bikulli
shay’inn, yâ man wasi‘at rahmatuhu kulla shay’inn.

Ô Celui qui est immunisé de tout, ô Celui sur lequel se


maintient toute chose, ô Celui à qui rien ne ressemble, ô
Celui dont rien n’augmente le royaume, ô Celui à qui rien
n’est caché, ô Celui aux réserves duquel rien ne se sous-
trait, ô Celui à qui rien n’est pareil, ô Celui au savoir duquel
rien n’échappe, ô Celui qui est bien informé de toute chose,
ô Celui dont la Miséricorde comprend toute chose !

93)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ mukrimu yâ mut‘imu


yâ mun’imu yâ mu‘tî yâ mughnî yâ muqnî yâ mufnî yâ muhyî yâ
murdî yâ munjî.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, ô Celui qui


honore, ô Celui qui nourrit, ô Celui qui diffuse Ses Bien-
faits, ô Celui qui donne, ô Celui qui enrichit, ô Celui qui
prodigue, ô Celui qui anéantit, ô Celui qui donne la vie, ô
Celui qui est Satisfait, ô Celui qui sauve !

94)Yâ awwala kulli shay’inn wa âkhirahu, yâ ilâha kulli shay’inn


wa malîkahu, yâ rabba kulli shay’inn wa sâni’ahu, yâ bârî’a kulli
shay’inn wa khâliqahu, yâ qâbida kulli shay’inn wa bâsitahu, yâ mub-
dî’a kulli shay’inn wa mu‘îdahu, yâ munshî’a kulli shay’inn wa
muqaddirahu, yâ mukawwina kulli shay’inn wa muhawwilahu, yâ
385/2106
muhîya kulli shay’inn wa mumîtahu, yâ khâliqa kulli shay’inn wa
wârithahu.

Ô Premier de toute chose et son Dernier, ô Dieu de toute


chose et son Possesseur, ô Seigneur de toute chose et son
Façonneur, ô Innovateur de toute chose et son Créateur, ô
Celui qui retient toute chose et la répartit, ô Celui qui déb-
ute toute chose et qui la recommence, ô Celui qui est à l’ori-
gine de toute chose et qui lui donne sa mesure, ô Celui qui
constitue toute chose et qui la transforme, ô Celui qui
donne la vie à toute chose et qui la lui retire, ô Celui qui
crée toute chose et qui l’hérite !

95) Yâ khayra dhâkirinn wa madhkûrinn, yâ khayra shâkirinn wa


mashkûrinn, yâ khayra hâmidinn wa mahmûdinn, yâ khayra
shâhidinn wa mashhûdinn, yâ khayra dâ‘inn wa mad‘uwinn, yâ
khayra mujîbinn wa mujâbinn, yâ khayra mu’nisinn wa anîsinn, yâ
khayra sâhibinn wa jalîsinn, yâ khayra maqsûdinn wa matlûbinn, yâ
khayra habîbinn wa mahbûbinn.

Ô le Meilleur de celui qui évoque et qui est évoqué, ô le


Meilleur de celui qui remercie et qui est remercié, ô le Meil-
leur de celui qui loue et qui est loué, ô le meilleur Témoin
qui voit et qui est vu, ô le Meilleur de celui qui appelle et qui
est appelé, ô le Meilleur de celui qui exauce et qui est
exaucé, ô le Meilleur de celui qui tient compagnie et à qui
on tient compagnie, ô le Meilleur des compagnons et des
convives, ô le Meilleur de ce qui est visé et qui est voulu, ô
le Meilleur des bien-aimés et des aimables !

96)Yâ man huwa liman da‘âhu mujîbunn, yâ man huwa liman


atâ‘ahu habîbunn, yâ man huwa ilâ man ahabbahu qarîbunn, yâ man
huwa bi-mani-stahfazhahu raqîbunn, yâ man huwa biman rajâhu
karîmunn, yâ man huwa biman "asâhu halîmunn, yâ man huwa fi
386/2106
‘azhamatihi rahîmunn, yâ man huwa fi hikmatihi ‘azhîmunn, yâ man
huwa fî ihsânihi qadîmunn, yâ man huwa bi-man arâdahu ‘alîmunn.

Ô Celui qui exauce celui qui L’a appelé, ô Bien-Aimé de


celui qui Lui a obéi, ô Proche de celui qui L’a aimé, ô Garde
de celui qui Lui a demandé protection, ô Généreux pour ce-
lui qui L’a supplié, ô Plein de Mansuétude pour celui qui
Lui a désobéi, ô Très-Miséricordieux dans Sa Magnificence,
ô Sublime dans Sa Sagesse, ô Eternel dans Sa Bonté, ô Bien-
Informé de celui qui Le veut !

97)Allâhumma, innî as’aluka bi-smika, yâ musabbibu, yâ mur-


aghghibu, yâ muqallibu, yâ mu'aqqibu, yâ murattibu, yâ
mukhawwifu, yâ muhadhdhiru, yâ mudhakkiru, yâ musakhkhiru, yâ
mughayyiru.

Mon Dieu, je Te demande, par Ton Nom, Ô Celui qui est


la Cause [de toute chose], ô Celui qui inspire le désir, ô Ce-
lui qui retourne [les coeurs], ô Celui qui fait suite, ô Celui
qui organise, ô Celui qui effraie, ô Celui qui prévient, ô Ce-
lui qui rappelle, ô Celui qui assujettit, ô Celui qui modifie !

98) Yâ man ‘ilmuhu sâbiqunn, yâ man wa‘duhu sâdiqunn, yâ man


lutfuhu zhâhirunn, yâ man amruhu ghâlibunn, yâ man kitâbuhu
muhkamunn, yâ man qadâ’ûhu kâ’inunn, yâ man qurânuhu majî-
dunn, yâ man mulkuhu qadîmunn, yâ man fadluhu ‘amîmunn, yâ
man
‘arshuhu ‘azhîmunn.

Ô Celui dont le Savoir précède, ô Celui dont la Promesse


est véridique, ô Celui dont la Subtilité est apparente, ô Ce-
lui dont l’Ordre est victorieux, ô Celui dont le Livre est
clair, ô Celui dont le Décret Arrêté est, ô Celui dont le Cor-
an est glorieux, ô Celui dont la Possession est éternelle, ô
387/2106
Celui dont la Faveur est générale, ô Celui dont le Trône est
grandiose !

99)Yâ man lâ yashghaluhu sam‘unn ‘an sam'inn, yâ man lâ


yamna'uhu fi ‘lunn ‘an fi'linn, yâ man lâ yulhîhi qawlunn ‘an qawlinn,
yâ man lâ yughallituhu su’âlunn ‘an su’âlinn, yâ man lâ yahjubuhu
shay’unn ‘an shay’inn, yâ man lâ yubrimuhu ilhâhu-l-mulihhîna. yâ
man huwa ghâyatu murâdi-l-murîdîna, yâ man huwa muntahâ
himami-l-‘ârifina, yâ man huwa muntahâ talabi-t-tâlibîna, yâ man lâ
yakhfâ ‘alayhi dharratunn fî-l-‘âlamîna.

Ô Celui qu'une écoute n'empêche pas une autre écoute, ô


Celui qu’un acte n’empêche pas d’en faire un autre, ô Celui
qu’un propos ne distrait pas d’un autre, ô Celui qu’une ré-
ponse ne trompe pas aux dépens d’une autre, ô Celui que ri-
en ne voile (d’autre chose), ô Celui que l’insistance de ceux
qui insistent n’ennuie pas, ô Celui qui est le But des désirs
de ceux qui désirent, ô Celui qui est le Summum des résolu-
tions des gnostiques, ô Celui qui est l’Aboutissement des
demandes des solliciteurs, ô Celui à qui aucun atome
dans les mondes n'échappe !

100)Yâ halîmann lâ ya'jalu, yâ jawâdann lâ yabkhalu, yâ sâdiqann


lâ yukhlifu, yâ wahhâbann lâ yamallu, yâ qâhirann lâ yughlabu, yâ
‘azhîmann lâ yûsafu, yâ‘adlann lâ yahîfu, yâ ghaniyyann lâ yaftaqiru,
yâ kabîrann lâ yasghuru, yâ hâfizhann lâ yaghfalu.

Ô Plein de Mansuétude qui ne se précipite pas, ô Plein


de Largesse qui n’est pas avare, ô Sincère qui ne manque
pas [à Sa Parole], ô Celui qui ne cesse de donner et qui ne
se lasse pas, ô Impérieux qui n’est pas vaincu, ô Sublime
qui n’est pas qualifié, ô Justice qui ne lèse pas, ô Riche qui
ne s’appauvrit pas, ô Très Grand qui ne diminue pas, ô Pro-
tecteur qui n’est pas négligent !
388/2106

Subhânaka, yâ lâ ilâha illâ anta, al-ghawtha, al-ghawtha, al-


ghawtha, khallisnâ mina-n-nâri, yâ rabbi !

Gloire à Toi, ô point de divinité autre que Toi, au


secours, au secours, au secours, sauve- nous du Feu, ô
Seigneur !

*L’invocation de la petite cuirasse

(al-Jawshan as-saghîr)
de l'imam al-Kâzhem(p)
A propos de cette invocation, il est évoqué, dans les livres con-
sidérés, un commentaire plus long et des faveurs plus nombreuses
que ceux évoqués pour l’invocation de la Grande Cotte de Mailles.
AI-Kafa‘amî dit, en marge de son livre Al-Balâd al-Amîn : «
Cette invocation est d’une importance sublime, d’un grand rang.
L'[Imam] al-Kâzhem l’invoqua quand Moussa al-Hâdî l’abbasside
cherchait à le tuer. Il(p) vit son Aïeul, le Prophète(s) en rêve qui l’in-
forma que Dieu Très-Elevé allait mettre un terme à la vie de son en-
nemi. » Sayyed Ibn Tâ’ûs rapporta cette invocation dans son livre
Muhaj ad-Da ’wât. Les deux versions divergent un peu et nous
présentons ici celle conforme au livre Al-Balâd al-Amîn d’al-
Kafa‘amî.
Voici cette invocation :

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni, ar-rahîmi.

Par [la Grâce du] Nom de Dieu le Tout-Miséricordieux,


le Très-Miséricordieux !
389/2106
llâhî, kam min ‘aduwwinn antadâ ‘alayya sayfa ‘adâwatihi, wa
shahadha lî dhubata mudyatihi, wa arhafa lî shabâ haddihi,

Mon Dieu,combien d’ennemis ont tiré du fourreau le


sabre de leur hostilité à mon encontre, ont aiguisé pour
moi, le tranchant de leur lame, ont affûté pour moi le fer de
leur pointe,

wa dâfa lî qawâtila sumûmihi, wa saddada ilaya sawâ’iba si-


hâmihi, wa lam tanam ‘annî ‘aynu hirâsatihi, wa admara an
yasûmaniya-l-makrûha, wa yujarri‘anî dhu'âfa marâratihi.

ont préparé, pour moi, des poisons mortels, ont pointé


leurs flèches tout droit sur moi, leur garde ne fermant pas
l’oeil sur moi, ont cherché à m’infliger de leurs choses
détestables et à me faire boire le poison mortel de leur
amertume !

Fa-nazharta ilâ da‘fî ‘ani-ihtimâli al-fawâdihi, wa ‘ajzî ‘ani-l-in-


tisâri mimman qasadanî bi-muhârabatihi,

Tu as vu ma faiblesse à supporter les malheurs, mon im-


puissance à vaincre ceux qui cherchent à me combattre,

wa wahdatî fî kathîrinn mimman nâwânî, wa arsada lî fimâ lam


u'mil fikrî fi-l-irsâdi lahum bi-mithlihi.

mon isolement face au grand nombre de ceux qui se


soulèvent contre moi et qui préparent pour moi ce qui ne
me viendrait pas à l’esprit de faire pour leur rendre la
pareille.

fa-ayyadtanî bi-quwwatika, vva shadadta azrî bi-nusratika, wa


falalta lî haddahu, wa khadhaltahu ba'da jam‘i ‘adîdihi vva hashadihi,
390/2106

Alors, Tu m'as soutenu de Ta Force et Tu as raffermi ma


force par Ton Secours, Tu as é bréché pour moi le
tranchant de leur arme, Tu les as avilis après leur re-
groupement et leur rassemblement,

wa a ‘layta ka'bî ‘alayhi wa wajjahta mâ saddada ilayya min


makâ’idihi ilayhi, wa radadtahu ‘alayhi.

Tu as élevé mon talon sur eux, Tu as dirigé vers eux les


stratagèmes qu'ils avaient dressés contre moi et Tu les as
retournés contre eux.

lam yashfi ghalîlahu wa lam tabrud hazâzâtu ghayzhihi. wa qad


‘adda ‘alayya anâmilihi wa adbara muwalliyann qad akhfaqat
sarâyâhu.

Leur haine ne s’est pas affaiblie et les rancoeurs de leur


rage ne se sont pas refroidies. Ils se mordent les doigts, ils
tournent le dos et leurs brigades ont essuyé un échec.

Fa-laka-l-hamdu yâ rabbi min muqtadirinn, lâ yughlabu wa dhî


anâtinn lâ ya'jalu.

Alors à Toi la Louange, ô Seigneur, combien Tout-Puis-


sant, Invincible, Plein de Patience, qui ne s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-j‘alnîli-ni‘-


mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et


fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour
Tes Bienfaits et [T’]évoquent pour Tes Dons.
391/2106
Ilâhî, wa kam min bâghinn baghânî bi-makâ'idihi, wa nasaba lî
ashrâka masâ’idihi wa wakkala bï tafaqquda ri'âyatihi,

Mon Dieu, combien de tyrans m’ont persécuté de leurs


ruses, m’ont tendu les filets de leurs pièges, se sont chargés
de moi, de la surveillance de celui qui veille sur quelqu’un,

wa adba’a ilayya idbâ’a-s-sabu'i li-tarîdatihi, intizhârann li-inti-


hâzi fursatihi,

se sont dissimulés à moi de la dissimulation d'une bête


féroce [à l’affût] de son gibier, dans l’attente de l’opportun-
ité de sa chance,

wa huwa yuzhhiru bashâshata-l-malaqi, wa yabsutu wajhann


ghayra taliqinn.

alors qu'ils manifestent une adulation affable et me pré-


sentent un visage épanoui, non pas souriant.

Fa-lammâ ra’ayta daghala sarîratihi wa qubha mâ-ntawâ ‘alayhi


li-sharîkihi fî millatihi,

Alors, quand Tu as vu leur haine cachée au fond de leur


coeur et la laideur contenue en eux à rencontre de leur
compagnon de religion,

wa-asbaha mujlibann lî fî baghyihi arkastahu li-ummi ra’sihi wa


atayta bunyânahu min asâsihi

et qu’ils se mirent à vociférer contre moi dans leur des-


potisme, Tù les as fait culbuter sur leur tête, Tu as anéanti
leur constitution dans leurs fondements.
392/2106
Fa-sara‘tahu fî zubyatihi wa raddaytahu fî mahwâ hufratihi. wa
ja‘alta khaddahu tabaqann li-turâbi rijlihi.

Tu les as alors terrassés dans leur fosse. Tu les as précip-


ités dans le précipice de leur trou [leur tombe], Tu as placé
leur joue collée à la terre de leurs pieds,

wa shaghaltahu fî badanihi wa rizqihi, wa ramaytahu bi hajarihi,


wa khanaqtahu bi-watarihi,

Tu les as occupés à leur corps et à leurs ressources, Tu


leur as lancé leurs pierres, Tu les as étouffés de leur corde,

wa dhakkaytahu bi-mashâqisihi, wa kababtahu li-mankharihi, wa


radadta kaydahu fî nahrihi wa rabaqtahu bi-nadâmatihi wa fasa'tahu
bi-hasratihi,

Tu les as immolés en les lacérant par des flèches et Tu


les as renversés nez à terre, Tu as retourné leur ruse à leur
gorge, Tu les as empêtrés dans leurs remords, Tu les as
lacérés de leurs regrets,

fa-stakhdha'a wa tadâ'ala ba‘-da nakhwatihi, wa-nqama‘a ba'da-


istitâlatihi dhalîlann ma'-sûrann fi ribqi hibâlatihi al-latî kâna yu’am-
milu an yarânî fihâ yawma satwatihi,

ils parurent alors, après avoir été fiers, diminués, se


faisant tout petits et ils devinrent, après avoir été
arrogants, soumis, méprisables, pris dans les noeuds de
leurs filets dans lesquels ils espéraient me voir pris, durant
les jours de leur impétuosité.

Wa qad kidtu yâ rabbi law lâ rahmatuka an yahulla bî mâ halla bi-


sâhatihi.
393/2106

Et il s’en est fallu de peu qu’ils me fassent ce qui leur est


arrivé, ô Seigneur, s’il n’y avait pas eu Ta Miséricorde !

Fa-laka-l-hamdu yâ rabbi min muqtadirinn lâ yughlabu wa dhî


anâtinn lâ ya'jalu,

Alors à Toi la Louange, ô Seigneur, combien Tout-Puis-


sant, Invincible, Plein de Patience, qui ne s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-j‘alnîli-ni‘-


mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et


fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour
Tes Bienfaits et [T]évoquent pour Tes Dons.

Ilâhî, wa kam min hâsidinn shariqa bi-hasratihi, wa ‘aduwwinn


shajiya bi-ghayzhi-hi wa salaqanî bi-haddi lisânihi,

Mon Dieu, combien de rancuniers s’enflammèrent de


leur jalousie, [combien] d’ennemis suffoquèrent de colère,
m'ont lacéré de leur langue tranchante,

wa wakhazanî bi-mûqi ‘aynihi wa ja'alanî gharadann li-marâmîhi,


wa qalladanî khi- lâlann lam tazal fîhi.

M’ont percé de la commissure de leurs yeux, m’ont placé


comme la cible de leur convoitise et m’ont accusé de vices
présents en eux !

nadaytuka, yâ rabbi, musta-jîrann bika,wâthiqann bi-sur‘ati


ijâbatika, mutawakkilann ‘alâmâ lam azal ata'arrafuhu min husni
difâ'ika,
394/2106

Alors, je T’ai appelé, ô Seigneur, cherchant refuge


auprès de Toi, confiant en la rapidité de Ta Réponse,
comptant sur ce que je connais encore de Ta bonne
Protection,

‘âlimann annahu lâ yudtahadu man âwâ ilâ zhilli kanafika, wa lan


taqra‘a-l-hawâdithu man laja'a ilâ ma‘qili-l-intisâri bika

sachant que celui qui a trouvé refuge à l'ombre de Ta Tu-


telle n'est pas opprimé et que celui qui s’est réfugié dans le
bastion de la demande de Ton Aide n’est jamais frappé par
les événements.

Fa-hassantanî man ba’sihi bi-qudratika.

Tu m’as alors protégé contre leur violence par Ta


Puissance.

Fa-laka-l-hamdu yâ rabbi min muqtadirinn, lâ yughlabu wa dhî


anâtinn lâ ya'jalu,

Alors à Toi la Louange, ô Seigneur, combien Tout-Puis-


sant, Invincible, Plein de Patience qui ne s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn wa-j‘alnî Ii-ni‘-


mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et


fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour
Tes Bienfaits et [T’]évoquent pour Tes Dons.

Ilâhî wa kam min sahâ’ibi makrûhu jallaytahâ, wa samâ’i ni‘mat-


inn matartahâ, wa jadâwili karâmatinn ajraytahâ,
395/2106

Mon Dieu, combien de nuages détestables Tu as dis-


sipés, [combien] de cieux de Bienfaits Tu as fait pleuvoir,
[combien] de ruisseaux de Prodiges Tu as fait couler,

wa a'yuni ahdathinn tamastahâ wa nâshi’ati rahmatinn nashar-


tahâ, wa junnati ‘âfiyatinn al-bastahâ wa ghawâmiri kurubâtinn
kashaftahâ, wa umûrinn jâriyatinn qaddartahâ.

[combien] de sources d’incidents Tu as fait disparaître,


[combien] d’effluves de Miséricorde Tu as répandues,
[combien] de boucliers de santé/salut Tu as revêtus, [com-
bien] de flots de tristesses Tu as soulagées, et d’affaires
courantes Tu as déterminées !

Lam tu‘jizka idh talabtahâ wa lam tamtani' mika idh aradtahâ.

Cela ne T’est pas impossible si Tu le demandes ni ne T’es


interdit si Tu le veux !

Fa-laka-l-hamdu yâ rabbi min muqtadirinn, lâ yughlabu wa dhî


anâtinn lâ ya'jalu,

Alors à Toi la Louange, ô Seigneur, combien Tout-Puis-


sant, Invincible, Plein de Patience qui ne s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn wa-j‘alnî li-ni‘-


mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et


fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour
Tes Bienfaits et [T’]évoquent pour Tes Dons.
396/2106
Ilâhî, wa kam min zhanninn hasaninn haqqaqta, wa min kasri im-
lâqinn jabarta, wa min maskanatinn fâdihatinn hawwalta, wa min
sar‘atinn muhlikatinn na‘ashta wa min mashaqqatinn arahta.

Mon Dieu, combien de bonnes opinionsTu as réalisées,


[combien] de fractures d’indigence Tu as pansées, [combi-
en] de misères accablantes Tu as modifiées, [combien] de
renversements fatals Tu as rendus à la vie, [combien] d’ef-
forts Tu as soulagés.

Lâ tus’alu ‘ammâ taf ‘alu wa hum yus’alûna.

Tu ne seras pas interrogé sur ce que Tu fais mais eux


seront interrogés.

Wa lâ yanqusuka mâ-nfaqta.

Ce que Tu as dispensé ne Te prive pas.

Wa laqad su’ilta fa-a‘tayta, wa lam tus’al fa-btada’ta. Wa stumîha


bâbu fadlika famâ akdayta.

Oui ! Tu as été sollicité et Tu as donné et si Tu n’as pas


été sollicité, Tu as pris l’initiative de [donner] ; l’accès à Tes
Faveurs T’a été demandé, Tu ne T’es pas montré avare !

Abayta illâ in‘âmann wa-mtinânann wa illâ tatawwulann yâ rabbi


wa ihsânann.

Tu ne Te présentes qu’en [prodiguant] des Bienfaits et


des Dons, qu’en comblant [de Dons], ô Seigneur, et en fais-
ant le Bien.
397/2106
Wa ataytu illâ intihâkann li-hurumâtika, wa ijtirâ’ann ‘alâ
ma'âsîka wa ta'addiyann li-hudûdika, wa ghaflatann ‘an wa'îdika wa
tâ'atann li-‘aduwwî wa 'aduwwika.

[Et moi], je ne me présente à Toi qu’en ayant accompli


Tes Interdits, qu’en ayant osé Te désobéir, qu’en ayant
transgressé Tes règles, négligé Tes Mises en garde, obéi à
mon ennemi et à Ton ennemi.

Lam yamna'ka yâ ilâhî wa nâsirî ikhlâlî bi-sh-shukrî ‘an itmâmi


ihsânika, wa lâ hajazanî dhalika 'ani-rtikâbi masâkhitika.

Mon manque de Te remercier ne T’a pas empêché, mon


Dieu et mon Secours, de compléter Tes Bienfaits [à mon
égard], ni ne m’a empêché de [continuer] à accomplir ce
qui provoque Ta Colère.

Allâhumma, wa hadhâ maqâmu ‘abdinn dhalîlinn a'tarafa laka bi-


t-tawhîdi, wa aqarra ‘alâ nafsihi bi-t-taqsîri fî adâ’i haqqika,

Mon Dieu, c’est la station d’un serviteur humble, recon-


naissant Ton Unicité, avouant son manque à réaliser Ton
Droit,

wa shahida laka bi-subûghi ni‘matika ‘alayhi wa jamîli ‘âdatika


‘indahu wa ihsânikà ilayhi.

attestant devant Toi de l’étendue de Tes Bienfaits à son


égard, de la Beauté de la façon habituelle de Te comporter
avec lui et de Ta Bonté envers lui.

Fa-hab lî yâ ilâhî wa sayyidî min fadlika mâ urîduhu ilâ rahmatika


wa attakhidhuhu sullamann a‘ruju fîhi ilâ mardâtika,
398/2106
Alors, accorde-moi, ô mon Dieu et mon Maître, de Tes
Faveurs, ce que je veux qui soit cause de Ta Miséricorde,
que je prenne comme échelle à grimper pour atteindre Ta
Satisfaction,

wa âmanu bihi min sakhatika bi-‘izzatika wa tawlika wa bi-haqqi


nabiyyika Muhammadinn sallâ-llâhu 'alayi wa âlihi.

et qui me protège de Ta Colère, par Ta Puissance et Ta


Force, et par le droit de ton Prophète (que Dieu prie jur lui
et sur sa famille) !

fa-laka-l-hamdu yâ rabbi min muqtadirinn, lâ yughlabu wa dhî


anâtinn lâ ya'jalu,

A lors à Toi la Louange, ô Seigneur, combien Tout-Puis-


sant. Invincible, Plein de Patence qui ne s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn,wa-j‘alnîli-ni‘mâ


ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna,

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et


fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour
Tes Bienfaits et [T']évoquent pour Tes Dons.

Ilâhî, wa kam min ‘abdinn amsâ wa asbaha fi karbi-l-mawti,

Mon Dieu, combien de serviteurs se sont couchés et se


sont levés dans l’affliction de la mort,

wa hashrajati-s-sadri wa-n-nazhari ilâ mâ taqsha‘irru minhu al-


julûdu wa tafza‘u lahu-l-qulûbu,
399/2106
le râlement de la poitrine, le regard sur ce qui donne la
chair de poule et qui effraie les coeurs,

wa anâ fi ‘âfiyatinn min dhalika kullihi.

alors que moi, je suis épargné par tout cela.

Fa-laka-l-hamdu yâ rabbi min muqtadirinn lâ yughlabu wa dhî


anâtinn lâ ya'jalu,

Alors à Toi la Louange, ô Seigneur, combien Tout-Puis-


sant. Invincible, Plein de patience qui ne s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli M uhammadinn, wa-j ‘alnî li-ni‘-


mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et


fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour
Tes Bienfaits et [T’]évoquent pour Tes Dons.

llâhî, wa kam min ‘abdinn amsâ wa asbaha saqîmann mûji'ann fi


annatinn wa ‘awîlinn.

Mon Dieu, combien de serviteurs se sont couchés et se


sont levés, malades, souffrants, gémissants, se lamentant,

yataqallabu fi ghammihi lâ yajidu mahîsann wa lâ yusîghu


ta'âmann wa lâ sharâbann,

fluctuant dans leurs soucis dont ils ne trouvent pas d’is-


sue. Ils ne trouvent rien à avaler, ni nourriture ni boisson,

wa anâ fi sihhatinn mina-l badani wa salâmatinn mina-l-‘ayshi


kullu dhalika minka.
400/2106

tandis que moi, je suis en bonne santé au niveau de mon


corps et menant une vie saine, tout cela grâce à Toi.

Fa-laka-l-hamdu yâ rabbi min muqtadirinn lâ yughlabu wa dhî


anâtinn lâ ya'jalu,

Alors à Toi la Louange, ô Seigneur, combien Tout-Puis-


sant, Invincible, Plein de Patience qui ne s'empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn wa-j‘alnî li-


ni'mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna.

prie sur Mohammed et la famille de Mohammed et fais


que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour Tes
Bienfaits et [T’]évoquent pour Tes Dons.

Ilàhî, wa kam min ‘abdinn amsâ wa asbaha khâ’ifann, mar‘ûbann,


mushfïqann, waji-l-lann, hâribann, tarîdann, mun jahirann fï
madîqinn, wa makh-ba,a’atinn mina-l-makhâbî.

Mon Dieu, combien de serviteurs se sont couchés et se


sont levés, apeurés, effrayés, compatissants, craintifs, fugi-
tifs, poursuivis, terrés dans un passage étroit, dans une
cachette.

Qad dâqat ‘alayhi-l-ardu bi-rabbihâ, lâ yajidu hîlatann wa lâ tnan-


jann wa lâ ma’wann,

La terre de sa largeur est devenue étroite pour eux et ils


ne trouvent aucune ressource, aucun abri ni refuge,
401/2106
wa anâ fî âmninn wa tuma'nînatinn wa ‘âfïyatinn min dhalika
kullihi.

tandis que moi, je suis en sécurité, en tranquillité et en


bonne santé/salut loin de tout cela.

Fa-laka-l-hamdu yâ rabbi min muqtadirinn, lâ yughlabu wa dhî


anâtinn lâ ya'jalu,

Alors à Toi la Louange, ô Seigneur, combien Tout-Puis-


sant, Invincible, Plein de Patience qui ne s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-j‘alnî li-


ni‘mâ’ikamina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et


fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour
Tes Bienfaits et [T’]évoquent pour Tes Dons.

Ilâhî wa sayyidîm wa kam min ‘abdinn amsâ wa asbaha


maghlûlann, mukabbalann fi-l-hadîdi, bi-aydî-l-‘adâti lâ
yarhamûnahu.

Mon Dieu et mon Maître, et combien de serviteurs se


sont couchés et se sont levés mis au fer, enchaînés, entre
les mains d’ennemis impitoyables,

faqîdann min ahlihi wa waladihi, munqati ‘ann ‘an ikhwânihi wa


baladihi, yata-waqqa‘u kulla sâ'atinn bi-ayyi qitlatinn yuqtalu, wa bi-
ayyi muthlatinn yumaththahu bihi,

privés de leur famille et de leurs enfants, coupés de


leurs frères et de leur pays, s’attendant à chaque instant à
402/2106
être tués d’une façon ou d’une autre ou à subir des
mutilations.

wa anâ fi ‘âfiyatinn min dhalika kullihi.

tandis que moi, je suis épargné par tout cela.

Fa-laka-l-hamdu yâ rabbi min muqtadirinn lâ yughlabu wa dhî


anâtinn Iâ ya‘jalu,

Alors à Toi la Louange, ô Seigneur, combien Tout-Puis-


sant, Invincible, plein de Patience qui ne s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-j‘alnîli-ni‘-


mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et


fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour
Tes Bienfaits et [T’]évoquent pour Tes Dons.

Ilâhî, wa kam min ‘abdinn amsâ wa asbaha yuqâsî-l-harba, wa


mubâsharata-l-qitâli bi-nafsihi qad ghashiyat’hu-l-a‘dâ’u min kulli
jânibinn, bi-s-suyûfi wa-r-rimâhi wa âlati-l-harbi yataqa‘qa‘u fî-l-
hadîdi.

Mon Dieu, et combien de serviteurs se sont couchés et se


sont levés, subissant la guerre, directement engagés dans le
combat, les ennemis les entourant de toutes parts avec
leurs sabres, leurs lances et [autres] instruments de
guerre, cliquetant dans le fer.

Qad balagha majhûdahu lâ ya'rifu hîlatann, wa lâ yajidu


mahrabann.
403/2106
Ils sont au bout de leurs forces, ne sachant plus quoi
faire, ne trouvant pas d’abri où s’enfuir.

Qad udnifa bi-l-jirâhâti aw mutashahhitann bi-damihi tahta-s-


sanâbika wa-l-arjuli, yatamannâ sharbatann min mâ'inn aw
nazhratann ilâ ahlihi wa waladihi lâ yaqdiru ‘alayhâ.

Ils sont gravement touchés par leurs blessures ou roulés


dans leur sang sous les sabots et pattes des chevaux, désir-
ant boire une gorgée d’eau, ou voir (une fois) leur famille et
leurs enfants et ils ne le peuvent pas,

wa anâ fî ‘âfiyatinn min dhalika kullihi.

tandis que moi, je suis épargné par tout cela.

Fa-laka-l-hamdu yâ rabbi min muqtadirinn lâ yughlabu wa dhî


anâtinn lâ ya'jalu,
Alors à Toi la Louange, ô Seigneur, combien Tout-Puis-
sant, Invincible, Plein de Patience qui ne s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-j ‘alnîli-ni‘-


mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et


fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour
Tes Bienfaits et [T’]évoquent pour Tes Dons.
Ilâhî, wa kam min ‘abdinn amsâ wa asbaha fi zhulumâti-l-bihâri,
wa ‘awâsifi-r-riyâhi wa-l-ahwâli wa-l-amwâji yatawaqqa‘u-l-gharaqa
wa-l-halâka, lâ yaqdiru ‘alâ hîlatinn,

Mon Dieu, et combien de serviteurs se sont couchés et se


sont levés dans les ténèbres de la mer, les tempêtes de vent,
404/2106
les frayeurs, les vagues, s'attendant à être noyés et à
mourir, n'ayant plus aucune ressource,

aw mubtalann bi-sâ‘iqatinn aw hadminn, aw harqinn aw shar-


qinn, aw khasfinn, aw maskhinn aw qadhfinn,

ou [combien de serviteurs] sont éprouvés par la foudre,


la destruction, l'incendie, la suffocation,l'engloutissement
ou la défiguration ou le bombardement,

wa anâ fi ‘âfiyatinn min dhalika kullihi.

tandis que moi, je suis épargné par tout cela.

Fa-laka-l-hamdu yâ rabbi min muqtadirinn, lâ yughlabu wa dhî


anâtinn lâ ya'jalu.

Alors à Toi la Louange, ô Seigneur, combien Tout-Puis-


sant, Invincible, Plein de Patience qui ne s’empresse pas

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-j ‘ alnî li-ni ‘-


mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et


fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour
Tes Bienfaits et [T’]évoquent pour Tes Dons.

Ilâhîn wa kam min ‘abdinn amsâ wa asbaha musâfirann, shâkhis-


ann ‘an ahlihi wa waladihi mutahayyirann fî-l-mafâwizi, tâ’ihann
ma‘a-l- uhûshi wa-l-bahâ’imi wa-l-hawâmmi,

Mon Dieu, et combien de serviteurs se sont couchés et se


sont levés, en voyage, loin de leur famille et de leurs
405/2106
enfants, indécis dans [leur recherche] d’un refuge, errant
avec les animaux sauvages, les bêtes et les lions,

wahîdann farîdann, lâ ya'rifu hîlatann, wa lâ yahtadî sabîlann, aw


mutâdhdhiyann bi-bardinn, aw harrinn aw harrinn aw jû'inn, aw
‘uryinn aw ghayrihi mina-sh-shadâ’idi,

seuls, isolés, ne sachant quoi faire, n'étant pas guidés


sur le bon chemin, ou souffrant du froid, de la chaleur, de
la faim, de la nudité ou d'autres calamités,

mimmâ anâ minhu khilwunn fî ‘âfiyatinn min dhalika kullihi.

tandis que moi, je suis épargné par tout cela, sain et sauf
de tout cela.

Fa-laka-l-hamdu yâ rabbi min muqtadirinn lâ yughlabu wa dhî


anâtinn lâ ya'jalu.

Alors à Toi la Louange, ô Seigneur, combien Tout-Puis-


sant, Invincible, Plein de Patience qui ne s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-j‘alnîli-ni‘-


mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et


fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour
Tes Bienfaits et [T’]évoquent pour Tes Dons.

Ilâhî wa sayyidî, wa kam min ‘abdinn amsâ wa asbaha faqîrann,


‘â’ilann, ‘âriyann, mumliqann, mukhfiqann, mahjûrann, jâ’i‘ann,
(khâ’ifann), zhamâna, yantazhiru man ya'ûdu ‘alayhi bi-fadlinn,
406/2106
Mon Dieu, et combien de serviteurs se sont couchés et se
sont levés, pauvres, indigents, nus, dénués de tout, ayant
échoué, abandonnés, affamés, (effrayés), assoiffés, attend-
ant que quelqu'un vienne à eux pour leur faire quelque
faveur,

aw ‘abdinn wajîhinn ‘indaka huwa awjahu minnî ‘indaka, wa


ashaddu ‘ibâdatann laka, maghlûlann maqhûrann,

ou [combien] de serviteurs ayant une place d’honneur


auprès de Toi, eux étant plus nobles que moi auprès de Toi,
et plus dévots à Ton Egard, et qui sont enchaînés, vaincus,

qad hummila thiqlann min ta‘abi-l-‘anâ’i wa shiddati-l-‘ubûdiyy-


ati wa kulfati-r-riqqi wa thiqli-d-darîbati

portant un lourd fardeau provenant de la fatigue de l’ef-


fort, de la multitude des actes d’adoration, de la peine de la
captivité et du poids des taxes,

aw mubtalann bi-balâ’inn shadîdinn lâ qibala lahu (bihi) illâ bi-


mannika ‘alayhi,

ou encore qui sont éprouvés par des épreuves terribles,


qu’ils ne supportent que grâce à Ton Bienfait pour eux,wa
anâ al-makhdûmu al:

muna“amu al-mu‘âfâ al-mukarramu fî ‘âfiyatinn mimmâ huwa


fihi.

tandis que moi, j’ai des gens à mon service, je jouis d'une
vie aisée, je suis en bonne santé, honoré, épargné par ce qui
leur arrive.
407/2106
Fa-laka-l-hamdu ‘alâ dhâlika kullihi min muqtadirinn lâ yughlabu
wa dhî anâtinn lâ ya'jalu.

Alors à Toi la Louange pour tout cela, combien Tout-


Puissant, Invincible, Plein de Patience qui ne s’empresse
pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn wa-j‘alnî li-ni‘-


mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et


fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour
Tes Bienfaits et [T’]évoquent pour Tes Dons.

Ilâhî wa sayyidî, wa kam min ‘abdinn amsâ wa asbaha ‘alîlann,


marîdann saqîmann mudnifann ‘alâ furushi-l-‘illati wa fî libâsihâ,

Mon Dieu et mon Maître, et combien de serviteurs se


sont couchés et se sont levés, malades, indisposés, malad-
ifs, gravement malades, alités et revêtus de la maladie,

yataqallabu yamînann wa shimâlann lâ ya'rifu shay’ann min


ladhdhati-t-ta‘âmi wa lâ ladhdhati-sh-sharâbi, yanzhuru ilâ nafsihi
hasratann lâ yastatî‘u lahâ darrann wa lâ naf ann,

se retournant à droite et à gauche, ne connaissant rien


des plaisirs de la nourriture ni de ceux de la boisson, ils re-
gardent leur âme avec consternation, ne pouvant rien faire
pour elle, ni du mal ni du bien,

wa anâ khilwunn min dhâlika kullihi bi-jûdika wa karamika.

tandis que moi, je suis exempt de tout cela par Ta


Générosité et Ta Noblesse.
408/2106

Fa-lâ ilâha illâ anta, subhânaka min muqtadirinn lâ yughlabu wa


dhî anâtinn lâ ya'jalu,

En effet, il n’y a de Dieu que Toi, Gloire à Toi, combien


Tout-Puissant, Invincible, Plein de Patience, qui ne
s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-j‘alnî laka


mina-l-‘âbidîna wali-ni‘mâ’ika mina-sh-shâkirîna, wa li-âlâ’ika mina-
dh-dhâkirîna, wa arhamnî bi-rahmatika yâ arhama-r-râhimîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed,


fais que je sois au nombre de ceux qui [T']adorent, de ceux
qui [Te] remercient pour Tes Bienfaits, de ceux qui [T’]
évoquent pour Tes Dons et fais-moi Miséricorde, par Ta
Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux !

Mawlâya wa sayyidi, wa kam min ‘abdinn amsâ wa asbaha, wa


qad danâ yawmahu min hatfihi wa ahdaqa bihi malaku-l-mawti fî
a'wânihi.

Mon Maître et mon Suzerain, combien de serviteurs se


sont couchés et se sont levés, l’heure de leur mort étant ar-
rivée, l’Ange de la mort les ayant entourés de ses aides.

Yu‘âliju sakarâti-l-mawti wa hiyâdahu tadûru ‘aynâhu yamînann


wa shimâlann, yanzhuru ilâ ahibbâ’ihi wa awiddâ’ihi wa akhillâ’ihi.

Ils subissent l’ivresse de la mort et ses bassins. Leurs


yeux tournant à droite et à gauche, ils regardent leurs bien-
aimés, ceux qu’ils ont affectionnés, tetors amis intimes.
409/2106
Qad muni'a mina-l-kalâmi wa hujiba ‘ani-l-khitâbi, yanzhuru ilâ
nafsihi hasratann lâ yastatî'u lahâ darrann wa lâ naf ‘ann.

Ils ne peuvent parler ni prononcer une parole, ils re-


gardent leur âme avec consternation, ne pouvant rien faire
pour elle, ni du mal ni du bien,

wa anâ khilwunn min dhâlika kullihi bi-jûdika wa karamika.

tandis que moi, je suis exempt de tout cela par Ta


Générosité et Ta Noblesse.

Fa-lâ ilâha illâ anta, subhânaka min muqtadirinn lâ yughlabu wa


dhî anâtinn lâ ya'jalu,

En effet, il n’y a de Dieu que Toi, Gloire à Toi, combien


Tout-Puissant, Invincible, Plein de Patience qui ne
s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-j‘alnî li-ni ‘-


mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-dh-dhâkirîna, wa
arhamnî bi-rahmatika yâ arhama-r-râhimîna.

prie sur Mohammed et la famille de Mohammed, fais


que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour Tes
Bienfaits et [T’] évoquent pour Tes Dons et fais-moi Miséri-
corde par Ta Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des
miséricordieux !

Mawlâya wa sayyidî, wa kam min ‘abdinn amsâ wa asbaha, fî


madâ’iqi-l-hubûsi wa-s-sujûni wa kurabihâ, wa dhullihâ wa hadîdihâ
yatadâwaluhu a'wânuhâ wa zabâniyatuhâ.
410/2106
Mon Dieu et mon Maître, combien de serviteurs se sont
couchés et se sont levés dans les tourments des geôles et
des prisons, leurs afflictions, leurs humiliations, leurs fers,
avec leurs sbires et leurs geôliers qui se les passaient à tour
de rôle.

Falâ yadrî ayyu hâlinn yuf alu bihi wa ayyu muthlatinn yumath-
thalu bihi, fahuwa fî durrinn mina-l-‘ayshi wa dankinn mina-l-hayâti,
yanzhuru ilâ nafsihi hasratann, là yastatî'u lahâ darrann wa lâ naf
‘ann.

Ils ne savent pas comment ils vont être traités ni quelle


mutilation ils vont subir; ils vivent mal et mènent une vie
de misère; ils regardent leur âme avec consternation, ne
pouvant rien faire pour elle, ni du mal ni du bien,

wa anâ khilwunn min dhâlika kullihi bi-jûdika wa karamika.

tandis que moi, je suis exempt de tout cela par Ta


Générosité et Ta Noblesse.

Fa-lâ ilâha illâ anta, subhânaka min muqtadirinn lâ yughlabu wa


dhî anâtinn lâ ya'jalu,

En effet, il n’y a de Dieu que Toi, Gloire à Toi, combien


Tout-Puissant, Invincible, Plein de Patience, qui ne
s’empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-j‘alnî laka


mina-l-‘âbidîna wa li-ni‘mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-
dh-dhâkirîna, wa arhamnî bi-rahmatika yâ arhama-r-râhimîna.

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed,


fais que je sois au nombre de ceux qui [T']adorent, de ceux
411/2106
qui [Te] remercient pour Tes Bienfaits et de ceux qui
[T’]évoquent pour Tes Dons et fais-moi Miséricorde par Ta
Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux !

Sayyidî wa mawlâya, wa kam min ‘abdinn amsâ wa asbaha, qadi-


istamarra ‘alayhi al-qadâ’u wa ahdaqa bihi al-balâ’u.

Mon Dieu et mon Maître, combien de serviteurs se sont


couchés et se sont levés, le Destin s'acharnant sur eux, les
épreuves les entourant de toutes parts.

Wa fâraqa awiddâ’ahu wa ahibbâ’ahu wa akhillâ’ahu, wa amsâ as-


îrann haqîrann dhalîlann fî aydî-l-kuffâri wa-l-a‘dâ’i yatadâwalûnahu
yamînann wa shimâlann.

Ils ont quitté ceux qu’ils ont affectionnés, leurs bien-


aimés, leurs amis intimes et ils se sont retrouvés prison-
niers, misérables, humiliés,
entre les mains des incroyants et des ennemis qui se les
passent à droite et à gauche.

Qad husira fï-l-matâmîri wa thuqqila bi-l-hadîdi, lâ yarâ shay’ann


min diyâ’i-d-dunyâ wa lâ min rawhihâ, yanzhuru ilâ nafsihi has-
ratann, lâ yastatî‘u lahâ darrann wa lâ naf ‘ann,

Ils sont détenus dans des fosses, alourdis de fer, ne voy-


ant pas la lumière de ce monde ni son repos, ils regardent
leur âme avec consternation, ne pouvant rien faire pour
elle, ni du mal ni du bien,

wa anâ khilwunn min dhâlika kullihi bi-jûdika wa karamika.

tandis que moi, je suis exempt de tout cela par Ta


Générosité et Ta Noblesse.
412/2106

Fa-lâ ilâha illâ anta, subhânaka min muqtadirinn lâ yughlabu wa


dhî anâtinn lâ ya'jalu.

En effet, il n’y a de Dieu que Toi, Gloire à Toi, combien


Tout-Puissant, Invincible, Plein de patience qui ne
s'empresse pas,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa-j‘alnî laka


mina-l-‘âbidîna wa li-ni‘mâ’ika mina-sh-shâkirîna wa li-âlâ’ika mina-
dh-dhâkirîna, wa arhamnî bi-rahmatika yâ arhama-r-râhimîna.

prie sur Mohammed et la famille de Mohammed, fais


que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient pour Tes
Bienfaits et [T’]évoquent pour Tes Dons et fais-moi Miséri-
corde par Ta Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des
miséricordieux !

Wa ‘izzatika yâ karîmu la-atlubanna mimmâ ladayka, la-ulih-


hanna ‘alayka, wa la-amuddanna yaday nahwaka ma'a jurmihâ
ilayka.

Et par Ta Puissance, ô Très-Généreux, je Te demanderai


certainement ce qu'il y a auprès de Toi, j'insisterai auprès
de Toi et je tendrai mes mains vers Toi malgré ses péchés
[de l’âme] à Ton Encontre.

Yâ rabbi, fa-biman a'ûdhu wa biman alûdhu ? Lâ ahada lî illâ


anta.

Ô Seigneur, alors auprès de qui chercher protection et


trouver refuge ? Je n'ai personne en dehors de Toi !

A fa-taruddanî wa anta mu‘awwalî wa ‘alayka muttakalî.


413/2106

Me rejetterais-Tu alors que Tu es mon Tuteur et que


c'est sur Toi que je compte ?

As’aluka, bi-smika al-ladhî wada'tahu ‘alâ-s-samâ’i fa-staqallat,


wa ‘alâ-l-ardi fa-staqarrat wa ‘alâ-l-jibâli farasat, wa ‘alâ-l-layli fa-
azhlama wa ‘alâ-n-nahâri fa-stanâra,
Je Te demande, par la grâce de Ton Nom que Tu as dé-
posé sur le ciel qui s’est alors élevé, que Tu as déposé sur la
terre qui s’est alors stabilisée, sur les montagnes qui se
sont alors fixées, sur la nuit qui s’est alors obscurcie, sur le
jour qui s’est alors illuminé,

an tusalliya ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn, wa an


taqdiya lî hawâ’ijî kullahâ, wa taghfira lî dhunûbî kullahâ saghîrahâ
wa kabîrahâ,

de prier sur Mohammed et sur la famille de Mohammed,


de (me) satisfaire tous mes besoins, de me pardonner tous
mes péchés, les bénins et les graves,

wa tuwassi'a ‘alayya mina-r-rizqi mâ tuballighunî bihi sharafa-d-


dunyâ wa-l-âkhirati, yâ arhama-r-râhimîna.

de répandre sur moi les ressources par lesquelles Tu me


fais atteindre la dignité de ce monde et celle de l’Au-delà, ô
le plus Miséricordieux des miséricordieux !

Mawlâya bika-sta‘antu, fa-salli ‘alâ Muhammadinn wa âli


Muhammadinn wa-a‘innî, wa bika astajartu fa-ajirnî,

Mon Maître, c’est à Toi que j’ai demandé de l’aide, alors


prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et
414/2106
aide-moi, c’est auprès de Toi que j’ai demandé assistance
alors secours-moi,

wa-ghninî bi-tâ‘atika ‘an tâ'ati ‘ibâdika, wa bi-mas’alatika ‘an


mas’alati khalqika,

fais que je n’obéisse qu’à Toi au lieu d’obéir à Tes ser-


viteurs et que je ne demande qu’à Toi au lieu de solliciter
Tes créatures,

wa-nqulnî min dhulli-l-faqri ilâ ‘izzi-l-ghinâ, wa min dhulli-l-


ma‘âsî ilâ ‘izzi-t-tâ‘ati.

fais-moi passer de l’humiliation de la pauvreté à la gloire


de la richesse, de l’humiliation de la désobéissance à la
gloire de l’obéissance !

Faqad faddaltanî ‘alâ kathîrinn min khalqika jûdann minka wa


karamann lâ bi-stihqâqinn minnî.

Tu m’as déjà favorisé par rapport à beaucoup de Tes


créatures par Largesse et Générosité de Ta Part et non pas
parce que je le mérite.

Ilâhî, fa-laka-l-hamdu ‘alâ dhalika, salli ‘alâ Muhammadinn wa âli


Muhammadinn,

Mon Dieu, alors à Toi la Louange pour tout cela, prie sur
Mohammed et sur la famille de Mohammed,

wa-j‘alni li-ni‘mâ’ika mina-sh-shâkirina wa li-âlâ'ika mina-dh-


dhâkirîna, (wa-rhamnî bi-rahmatika yâ arhama-r-râhimina.)
415/2106
fais que je sois au nombre de ceux qui [Te] remercient
pour Tes Bienfaits et de ceux qui [T’]évoquent pour Tes
Dons (et fais-moi miséricorde, ô le plus Miséricordieux des
miséricordieux !)

Puis s’agenouiller et dire :

Sajada wajhiya-dh-dhalîlu li-wajhika al-‘azîzi al-jalîli.

Mon humble visage s’est prosterné devant/pour Ta Face


puissante, majestueuse.

Sajada wajhiya-l-bâlî, al-fânî li-wajhika ad-dâ’imi, al-bâqî.

Mon visage usé, éphémère s’est prosterné devant/pour


Ta Face permanente, subsistante.

Sajada wajhiya al-faqîru li-wajhika al-ghannî, al-kabîri.

Mon pauvre visage s’est prosterné devant/pour Ta Face


riche, grandiose !

Sajada wajhî wa sam‘i, wa basarî, wa lahmî, wa damî wa jildî wa


‘azhmî, wa mâ aqallati-l-ardu minnî li-llâhi rabbi-l-‘âlamîna,

Mon visage, mon ouïe, ma vue, ma chair, mon sang, ma


peau, mes os, et ce que la terre a emporté de moi [l’empre-
inte de la prosternation] se sont prosternés devant/pour
Dieu, Seigneur des mondes.

Allâhumma, ‘udd ‘alâ jahlî bi-hilmika wa ‘alâ faqrî bi-ghinâka, wa


‘alâ dhullî bi-‘izzika wa sultânika wa ‘alâ dâ‘fi bi-quwwatika,
416/2106
Mon Dieu, rapporte mon ignorance à Ta Mansuétude,
ma pauvreté à Ta Richesse, mon humiliation à Ta Puis-
sance et Ton Pouvoir, ma faiblesse à Ta Force,

wa ‘alâ khawfî bi-amnika, wa ‘alâ dhunûbî wa khitâyâya bi-afwika


wa rahmatika, yâ rahmânu yâ rahîmu.

ma peur à Ta Sécurité, mes péchés et mes fautes à Ton


Pardon et à Ta Miséricorde, ô Tout-Miséricordieux, ô Très-
Miséricordieux !

Allâhumma, innî adra’u bika fî nahri fulani bni fulaninn, wa


a‘ûdhu bika min sharrihi.

Mon Dieu, je repousse par Toi dans l’égorgement d’un


tel fils d’un tel et je cherche protection auprès de Toi contre
son mal.

Fa-kfinîhi bimâ kafayta bihi anbiyâ’ika wa awliyâ’ika min


khalqika wa sâlihî ‘ibâdika, min farâ'inati khalqika wa tughâti
‘udâtika wa sharri jamî‘i khalqika, bi-rahmatika yâ arhama-r-
râhimîna,

Alors protège-moi par ce avec quoi Tu as protégé Tes


Prophètes, Tes Proches-Elus de Tes créatures, Tes Saints de
Tes serviteurs, contre les Pharaons de Tes créatures, les
despotes de Tes ennemis et le mal de l’ensemble de Tes
créatures, par Ta Miséricorde ô le plus Miséricordieux des
miséricordieux,

innaka ‘alâ kulli shay’inn qadîrunn, wa hasbunâ Allâhu wa ni‘ma-


l-wakîlu.
417/2106
car Tu es Puissant sur toute chose. Dieu nous suffit, quel
Excellent Protecteur !

*L’invocation d'al-Qâmûs

(D’as-Sayfî as-Saghîr)
Le noble sheikh Thiqat al-Islam an-Nûrî (que Dieu parfume sa
tombe!) l’a rapportée in as-Sahifah ath-thâniyat al-‘Alawiyyah en
disant : « Pour cette invocation, il y a, dans les propos de maîtres en
talismans et en amulettes (arbâb at-talmusât wa at-taskhirât), un
commentaire étrange dans lequel ils ont évoqué, pour cette invoca-
tion, des effets extraordinaires. Et moi, je n’ai pas rapporté ce qu’ils
ont évoqué, ne l’accréditant pas. Cependant, j’ai rapporté le texte
originel de l’invocation, par esprit de tolérance, dans le guide des
[actes] recommandés, imitant en cela les grands savants. »
Voici cette invocation :

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni, ar-rahîmi.

Par [la grâce du] Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux,


le Très-Miséricordieux !

Rabbi adkhilnî fî lujjati bahri ahadiyyatika, wa tamtâmi yammi


wahdâniyyatika, wa qawwinî bi-quwwati satwati sultâni fardâniyy-
atika, hattâ akhruja ilâ fadâ’i sa‘ati rahmatika,

Seigneur, fais-moi entrer dans les abîmes de la mer de


Ton Unité et en haute mer de Ton Unicité, renforce-moi de
la force de l’ascendance du Pouvoir de Ta Singularité,
jusqu’à sortir vers le firmament de l’étendue de Ta
Miséricorde,
418/2106
wa fî wajhî lama'âtu barqi-l-qurbi min âthâri himâyatika,
mahîbann bi-haybatika, ‘azî-zann bi-‘inâyatika, mutajallilann
mukarramann bi-ta‘lîmika wa tazkiyatika.

avec sur mon visage les éclats de l’éclair de la proximité


des traces de Ta Protection, imposant de la vénération que
Tu [inspires], puissant de Ta Providence, majestueux, plein
de noblesse de Ton Enseignement et de Ta Purification.

Wa albisnî khila‘a-l-‘izzati wa-l-qubûli, wa sahhil lî manâhija-l-


uslati wa-l-usûli, wa tawwijnî bi-tâji-l-karâmati wa-l-waqâri.

Revêts-moi des habits de la Puissance et de


l’Acceptation, facilite-moi la méthode du Contact et de
l’Arrivée, couronne-moi du diadème de la Noblesse et de
l’Eminence.

Wa allif baynî wa bayna ahibbâ'ika fî dâri-d-dunyâ wa dâru-l-


qarâri, wa-rzuqnî min nûri-ismika haybatann wa satwatann tanqâdu
liya-l-qulûbu wa-l-arwâhu, wa takhda'u ladayya an-nufüsu wa-l-
ashbâhu.

Joins-moi à Tes Bien-aimés dans la demeure de ce


monde et dans celle de l’Au-delà, pourvois-moi d’une véné-
ration et d’une ascendance [à partir] de la lumière de Ton
Nom, les coeurs et les esprits se laissant conduire à moi, les
âmes et les personnes se montrant complaisantes à mon
égard !

Yâ man dhallat lahu riqâbu-l-jabâbirati, wa khada'at ladayhi


a‘nâqu-l-akâsirati, lâ maljâ’a wa lâ manjâ minka illâ ilayka, Wa lâ
i'ânata illâ bika, wa lâ attikâ’a illâ ‘alayka,
419/2106
Ô Celui devant/pour qui les (cous des) despotes se sont
abaissés et à qui les (cous des) tyrans se sont soumis, ne se
trouvant d’abri et de refuge de Toi que vers Toi, d’aide que
de Toi et d'appui qu’en Toi,

adfa‘ ‘annî kayda-l-hâsidîna, wa zhulumâti sharri-l-mu‘â-nidîna,


wa-rhamnî tahta surâdiqâti ‘arshika yâ akrama-l-akramîna,
repousse loin de moi les pièges des envieux, les ténèbres
du mal des récalcitrants, fais-moi Miséricorde sous les dais
de Ton Trône, ô le plus Généreux des généreux,

ayyid zhâhirî fî tahsîli marâdîka, wa nawwir qalbî wa sirrî bi-l-at-


tilâ‘i ‘alâ manâhiji masâ'îka.

soutiens mon apparence dans l’obtention de Ta Satisfac-


tion, illumine mon coeur et mon for intérieur en me faisant
connaître les méthodes de Tes Démarches !

Ilâhî, kaifa asduru ‘an bâbika bi-khaybatinn minka, wa qad


waradtuhu ‘alâ thiqatinn bika.

Mon Dieu, comment me faire revenir de Ta Porte en


étant déçu de Toi, alors que je m’y suis rendu en toute con-
fiance (en Toi) !

Wa kaifa tu’yisunî min ‘atâ’ika wa qad amartanî bi-du‘â’ika.

Comment Tu me ferais désespérer de Ton Don alors que


Tu m’as ordonné de T’invoquer !

Wa hâ anâ muqbilunn ‘alayka, multaji’unn ilayka.

Me voici, me dirigeant vers Toi, me réfugiant auprès de


Toi !
420/2106

Bâ‘id baynî wa bayna a‘dâ’î kamâ bâ'adta bayna a'dâ’î, akhtatif ab-
sârahum ‘annî bi-nûri qudsika wa jalâli majdika,

Sépare-moi de mes ennemis comme Tu as séparé mes


ennemis, enlève leur regard de moi par la Lumière de Ta
Sainteté et la Majesté de Ta Magnificence,

innaka anta Allâhu al-mu‘tî jalâ’ila-n-ni‘ami al-mukramati, li-man


nâjâka bi-latâ‘ifi rahmatika, yâ hayyu yâ qayyûmu yâ dhâ-l-jalâli wa-
l- ikrâmi.

car Tu es Dieu qui donne des Bienfaits majestueux et no-


bles, pour celui qui s’est confié à Toi par les prévenances de
Ta Miséricorde, ô Vivant, ô Sustentateur, ô Plein de
Majesté et de Noblesse !

wa sallâ-llâhu ‘alâ sayyidinâ wa nabiyyinâ Muhammadinn, wa


âlihi ajma‘îna at-tayibîna at-tâhirîna.

Que Dieu prie sur notre Maître et notre Prophète Mo-


hammed et sur tous les membres bons et purs de sa famille.

*Quelques invocations et glorifications choisies

1)Le noble sayyed ‘Alî Khân Shîrâzî (que la Satisfaction de Dieu soit
sur lui) dit, dans [son] livre al-Kalam al-Tayyeb :
« Le Nom le plus grandiose de Dieu est celui qui commence par le
mot Allah (Dieu) et qui se termine par le mot Huwa (Lui), qui ne
contient aucune lettre contenant des points et dont la lecture ne
change pas selon que l’on décline ou non [les mots]. Dans le majes-
tueux Coran, nous trouvons cela dans cinq versets qui se trouvent
421/2106
dans cinq sourates qui sont : La Vache (I), La Famille de ‘Imrân
(III), Les Femmes (IV), Taha (XX), et La Duperie Réciproque
(LXIV). »
-Sheikh al-Maghrebi dit : « Pour celui qui prend ces cinq versets
comme rappel et les répète tous les jours onze fois, les choses par-
ticulières et générales qui le préoccupent sont rapidement facilitées,
avec la Volonté de Dieu Très-Elevé. »
Les cinq versets sont le verset du Trône (255/II), les versets 2 à 4
de la sourate La Famille de ‘Imrân (III), 87 de la sourate Les
Femmes (IV), v.8 de la sourate Taha (XX) et le verset v.13 de la
sourate La Duperie Réciproque (LXIV).
2)Le savant al-Majlisî (que Dieu lui fasse Miséricorde) dit, le ten-
ant de certains livres considérés, que Mohammed Ibn Babaweh a
rapporté cette [demande] d'intercession des Imams(p) et il ajouta :
«Je n’ai pas demandé l’intercession pour un ordre que je n’ai trouvé
rapidement des traces de réponse.»

*L’invocation de l’intercession des Infaillibles(P)

(at-Tawassul)

Allâhumma, innî as’aluka wa atawajjahu ilayka bi-nabiyyika, nabiyyi-


r-rahmati Muhammadinn, sallâ-llâhu‘alayhi wa âlihi,

Mon Dieu, je Te sollicite et je m’adresse à Toi par l’inter-


médiaire de Ton Prophète, le Prophète de la Miséricorde,
Mohammed (que Dieu prie sur lui et sur sa famille).

Yâ abâ-l-qâsimi yâ rasûla-llâhi, yâ imâma-r-rahmati, yâ sayyidanâ


wa mawlânâ, innâ tawajjahnâ, wa-stashfa‘nâ wa tawassalnâ bika ilâ-
llâhi, wa qaddamnâka bayna yaday hâjâtinâ, yâ wajîhann ‘inda-Ilâhi,
ishfa‘ lanâ ‘inda-llâhi.
422/2106

Ô Abû-l-Qâssem, ô Messager (le Dieu, ô Imam de la


Miséricorde, ô notre Suzerain de notre Maître, c’est que
nous nous adressons à Dieu par ton intermédiaire, nous
sollicitons ton intercession et nous nous recommandons de
toi auprès de Dieu, et c’est à toi que nous présentons nos
demandes, ô Considéré auprès de Dieu, interviens pour
nous auprès de Dieu !

yâ abâ-l-Hasani yâ amîra-l-mu’minîna yâ ‘Aliyyu bnu abî


Tâlibinn, yâ hujjata-llâhi ‘alâ khalqihi, yâ sayyidanâ wa mawlânâ, in-
nâ tawajjahnâ wa-stashfa'nâ wa tawassalnâ bika ilâ-llâhi, wa qad-
damnâka bayna yaday hâjâtinâ, yâ wajîhann ‘inda-llâhi, ishfa‘ lanâ
‘inda-llâhi.

Ô Abû-l-Hassan, ô Prince des croyants, ô ‘Alî fils d’Abû


Tâleb, ô Argument de Dieu envers Sa création, ô notre
Suzerain et notre Maître, c’est que nous nous adressons à
Dieu par ton intermédiaire, nous sollicitons ton interces-
sion et nous nous recommandons de toi auprès de Dieu et
c’est à toi que nous présentons nos demandes, ô Considéré
auprès de Dieu, interviens pour nous auprès de Dieu !

Yâ Fâtimatu-z-zahrâ’u, yâ binta Muhammadinn, yâ qurrata ‘ ayni-


r-rasûl, yâ sayyi datanâ wa mawlâtanâ, innâ tawajjah-nâ, wa-
stashfa‘nâ, wa tawassalnâ biki ilâ-llâhi, wa qaddamnâki bayna yaday
hâjâtinâ, yâ wajîhatann ‘inda-llâhi, ishfa'î lanâ ‘inda-llâhi.

Ô Fâtimah az-Zahrâ’, ô fille de Mohammed, ô Plaisir des


yeux du Messager, ô notre Suzeraine et notre Maîtresse,
c’est que nous nous adressons à Dieu par ton intermédi-
aire, nous sollicitons ton intercession et nous nous recom-
mandons de toi auprès de Dieu et c’est à toi que nous
423/2106
présentons nos demandes, ô Considérée auprès de Dieu, in-
terviens pour nous auprès de Dieu !

Yâ abâ Muhammadinn, yâ Hasanu bnu ‘Aliyyinn, ayyuhâ-l-mujt-


abâ yâ bna rasûli-llâhi, yâ hujjata-llâhi ‘alâ khalqihi yâ sayyidanâ wa
mawlânâ, innâ tawajjahnâ, wa-stashfa‘nâ, wa tawassalnâ bika ilâ-
llâhi, wa qaddamnâka bayna yaday hâjâtinâ, yâ wajîhann ‘inda-llâhi,
ishfa ‘lanâ ‘inda-llâhi.

Ô Abû Mohammed, ô Hassan fils de ‘Alî, ô le Choisi, ô


fils du Messager de Dieu, ô Argument de Dieu envers Sa
création, ô notre Suzerain et notre Maître, c’est que nous
nous adressons à Dieu par ton intermédiaire, nous solli-
citons ton intercession et nous nous recommandons de toi
auprès de Dieu et c’est à toi que nous présentons nos de-
mandes, ô Considéré auprès de Dieu, interviens pour nous
auprès de Dieu !

Yâ abâ ‘Abdi-llâhi, yâ Husaynu bnu ‘Aliyyinn, ayyuhâ-sh-shahîdu,


yâ bna rasûli-llâhi, yâ hujjata-llâhi ‘alâ khalqihi yâ sayyidanâ wa
mawlânâ, innâ tawajjahnâ wa-stashfa‘nâ, wa tawassalnâ bika ilâ-
llâhi, wa qaddamnâka bayna yaday hâjâtinâ, yâ wajîhann‘inda-llâhi
ishfa' lanâ ‘inda llâhi.
Ô Abu ‘Abdi-llâhi, ô Hussein fils de ‘Alî, ô le Martyr, ô
fils du Messager de Dieu, ô Argument de Dieu envers Sa
création, ô notre Suzerain et notre Maître, c’est que nous
nous adressons à Dieu par ton intermédiaire, nous solli-
citons ton intercession et nous nous recommandons de toi
auprès de Dieu et c’est à toi que nous présentons nos de-
mandes, ô Considéré auprès de Dieu, interviens pour nous
auprès de Dieu !

Yâ abâ-l-Hasani, yâ ‘Aliyyu bnu-l-Husayni, yâ zayna-l-‘âbidîna yâ


bna rasûli-llâhi, yâ hujjata-llâhi ‘alâ khalqihi yâ sayyidanâ wa
424/2106
mawlânâ, innâ tawajjahnâ, wa-stashfa‘nâ, wa tawassalnâ bika ilâ-
llâhi, wa qaddamnâka bayna yaday hâjâtinâ, yâ wajîhann ‘inda-llâhi
ishfa ‘lanâ ‘inda-llâhi.

Ô Abû-l-Hassan, ô ‘Alî fils de Hussein, ô Zein al-‘Abidine,


ô fils du Messager de Dieu, ô Argument de Dieu envers Sa
création, ô notre Suzerain et notre Maître, c’est que nous
nous adressons à Dieu par ton intermédiaire, nous solli-
citons ton intercession et nous nous recommandons de toi
auprès de Dieu et c’est à toi que nous présentons nos de-
mandes, ô Considéré auprès de Dieu, interviens pour nous
auprès de Dieu !

Yâ abâ Ja'farinn, yâ Muhammadu bnu ‘Aliyyinn, ayyuhâ-l-bâqiru,


yâ bna rasûli-llâhi, yâ hujjata-llâhi ‘alâ khalqihi, yâ sayyidanâ wa
mawlânâ, innâ tawajjahnâ, wa-stashfa‘nâ, wa tawassalnâ bika ilâ-
llâhi, wa qaddamnâka bayna yaday hâjâtinâ, yâ wajîhann ‘inda-llâhi
ishfa ‘lanâ ‘inda-llâhi.

Ô Abu Ja'far, ô Mohammed fils de ‘Alî, ô al-Bâqer, ô fils


du Messager de Dieu, ô Argument de Dieu envers Sa créa-
tion, ô notre Suzerain et notre Maître, c’est que nous nous
adressons à Dieu par ton intermédiaire, nous sollicitons
ton intercession et nous nous recommandons de toi auprès
de Dieu et c’est à toi que nous présentons nos demandes, ô
Considéré auprès de Dieu, interviens pour nous auprès de
Dieu !

Yâ abâ ‘Abdi-llâhi, yâ Ja’faru bnu Muhammadinn, ayyuhâ-s-


sâdiqu, yâ bna rasûli-llâhi, yâ hujjata-llâhi 'alâ khalqihi, yâ sayyidanâ
wa mawlânâ, innâ tawajjahnâ, wa-stashfa‘nâ, wa tawassalnâ bika ilâ-
llâhi, wa qaddamnâka bayna yaday hâjâtinâ, yâ wajîhann ‘inda-llâhi
ishfa' lanâ ‘inda-llâhi.
425/2106
Ô Abû ‘Abdi-llâhi, ô Ja‘far fils de Mohammed, ô le
Sincère, ô fils du Messager de Dieu, ô Argument de Dieu en-
vers Sa création, ô notre Suzerain et notre Maître, c’est que
nous nous adressons à Dieu par ton intermédiaire, nous
sollicitons ton intercession et nous nous recommandons de
toi auprès de Dieu et c’est à toi que nous présentons nos de-
mandes, ô Considéré auprès de Dieu, interviens pour nous
auprès de Dieu!

Yâ abâ-l-Hasani, yâ Mûsâ bnu Ja'farinn, ayyuhâ-l-kâzhimu yâ bna


rasûli-llâhi, yâ hujjata-llâhi ‘alâ khalqihi, yâ sayyidanâ wa mawlânâ,
innâ tawajjahnâ wa-stashfa‘nâ, wa tawassalnâ bika ilâ-llâhi, wa qad-
damnâka bayna yaday hâjâtinâ, yâ wajîhann ‘inda-llâhi ishfa' lanâ
‘inda-llâhi.
Ô Abû-l-Hassan, ô Moussa fils de Ja‘far, ô al-Kâzhem, ô fils
du Messager de Dieu, ô Argument de Dieu envers Sa créa-
tion, ô notre Suzerain et notre Maître, c’est que nous nous
adressons à Dieu par ton intermédiaire, nous sollicitons
ton intercession et nous nous recommandons de toi auprès
de Dieu et c’est à toi que nous présentons nos demandes, ô
Considéré auprès de Dieu, interviens pour nous auprès de
Dieu !

Yâ abâ-l-Hasani, yâ ‘Aliyyu bnu Mûsâ, ayyuhâ-r-ridâ, yâ bna


rasûli-llâhi, yâ hujjata-llâhi 'alâ khalqihi, yâ sayyidanâ wa mawlânâ,
innâ tawajjahnâ, wa-stashfa'nâ, wa tawassalnâ bika ilâ-llâhi,wa qad-
damnâka bayna yaday hâjâtinâ, yâ wajîhann ‘inda-llâhi ishfa ‘lanâ
‘inda-llâhi.

Ô Abû-l-Hassan, ô ‘Alî fils de Moussa, ô ar-Ridâ, ô fils du


Messager de Dieu, ô Argument de Dieu envers Sa création,
ô notre Suzerain et notre Maître, c’est que nous nous ad-
ressons à Dieu par ton intermédiaire, nous sollicitons ton
intercession et nous nous recommandons de toi auprès de
Dieu et c’est à toi que nous présentons nos demandes, ô
Considéré auprès de Dieu, interviens pour nous auprès de
Dieu !

Yâ abâ Ja‘farinn yâ Muhammadu bnu ‘Aliyyinn, ayyuhâ-t-taqiyyu


al jawâdu, yâ bna rasûli-llâhi, yâ hujjata-llâhi ‘alâ khalqihi, yâ sayyid-
anâ wa mawlânâ, innâ tawajjahnâ, wa astashfa‘nâ,watawassalnâbi-ka
ilâ-llâhi, wa qaddamnâka bayna yaday hâjâtinâ, yâ wajîhann‘ inda-
llâhi ishfa' lanâ ‘inda-llâhi.

Ô Abu Ja‘far, ô Mohammed fils de ‘Alî, ô le pieux, al-


Jawâd, ô fils du Messager de Dieu, ô Argument de Dieu en-
vers Sa création, ô notre Suzerain et notre Maître,c’est que
nous nous adressons à Dieu par ton intermédiaire, nous
427/2106
sollicitons ton intercession et nous nous recommandons de
toi auprès de Dieu et c’est à toi que nous présentons nos de-
mandes, ô Considéré auprès de Dieu, interviens pour nous
auprès de Dieu !

Yâ abâ-l-Hasani, yâ ‘Aliyyu bnu Muhammadinn, ayyuhâ-l-hâdî at-


taqiyyu, yâ bna rasûli-llâhi, yâ hujjata-llâhi ‘alâ khalqihi, yâ sayyid-
anâ wa mawlânâ, innâ tawajjahnâ wa-stashfa‘nâ, wa tawassalnâ bika
ilâ-llâhi, wa qaddamnâka bayna yaday hâjâtinâ, yâ wajîhann ‘inda-
llâhi, ishfa ‘lanâ ‘inda-llâhi.

Ô Abû-l-Hassan, ô ‘Alî fils de Mohammed, ô al-Hâdî, an-


Naqiyu, ô fils du Messager de Dieu, ô Argument de Dieu en-
vers Sa création, ô notre Suzerain et notre Maître, c’est que
nous nous adressons à Dieu par ton intermédiaire, nous
sollicitons ton intercession et nous nous recommandons de
toi auprès de Dieu et c’est à toi que nous présentons nos de-
mandes, ô Considéré auprès de Dieu, interviens pour nous
auprès de Dieu !

Yâ abâ Muhammadinn, yâ Hasanu bnu ‘Aliyyinn, ayyuhâ az-za-


kiyyu al-‘askariyyu yâ bna rasûli-llâhi yâ hujjata-llâhi ‘alâ khalqihi, yâ
sayyidanâ wa mawlânâ, innâ tawajjahnâ, wa-stashfa'nâ, wa tawassal-
nâ bika ilâ-llâhi, wa qaddamnâka bayna yaday hâjâtinâ, yâ wajîhann
‘inda-llâhi, ishfa ‘lanâ ‘inda-llâhi.

Ô Abû Mohammed, ô Hassan fils de ‘ Alî, ô le Pur, al-‘As-


karî, ô fils du Messager de Dieu, ô Argument de Dieu envers
Sa création, ô notre Suzerain et notre Maître, c’est que
nous nous adressons à Dieu par ton intermédiaire, nous
sollicitons ton intercession et nous nous recommandons de
toi auprès de Dieu et c'est à toi que nous présentons nos de-
mandes, ô Considéré auprès de Dieu, interviens pour nous
auprès de Dieu.
428/2106

Yâ wasiyya-l-Hasani, wa-l-khalafa-l-hujjata, ayyuhâ-l-qâ’imu, al-


muntazharu, al-mahdiyyu, yâ bna rasûli-llâhi, yâ hujjata-llâhi ‘alâ
khalqihi, yâ sayyidanâ wa mawlânâ, innâ tawajjahnâ, wa-stashfa‘nâ,
wa tawassalnâ bika ilâ-llâhi, wa qaddamnâka bayna yaday hâjâtinâ,
yâ wajîhann ‘inda- llâhi, ishfa ‘lanâ ‘inda-llâhi.

Ô le Légataire de Hassan, le Successeur, l’Argument, ô le


Sustentateur, l’Attendu, le Bien-dirigé, ô fils du Messager
de Dieu, ô Argument de Dieu envers Sa création, ô notre
Suzerain et notre Maître, c’est que nous nous adressons à
Dieu par ton intermédiaire, nous sollicitons ton interces-
sion et nous nous recommandons de toi auprès de Dieu et
c’est à toi que nous présentons nos demandes, ô Considéré
auprès de Dieu, interviens pour nous auprès de Dieu !
-Ensuite, présentez vos demandes, elles seront exaucées, si Dieu
le veut. Et selon d’autres sources, on dit après:

Yâ sâdatî wa mawâliyya, innî tawajjahtu bikum, a’immatî wa ‘idatî


li-yawmi faqrî wa hâjatî ilâ-llâhi, wa-stashfa‘tu wa tawassaltu bikum
ilâ-llâhi, fa-shfa‘û lî ‘inda-llâhi, wa-stanqidhûnî min dhunûbî ‘inda-
llâhi, fa-innakum wasîlatî ilâ-llâhi, wa bi-hubbikum wa bi-qurbikum
arjû najâtann mina-llâhi, fa-kûnû ‘inda-llâhi rajâ’î, yâ sâdatî yâ
awliyâ’a-llâhi.

Ô mes Suzerains et mes Maîtres, je m'adresse à Dieu par


votre intermédiaire, mes Imams et ma Provision pour le
jour de ma pauvreté et de mon besoin, je sollicite votre in-
tercession et votre intervention auprès de Lui, alors inter-
venez pour moi auprès de Dieu, sauvez-moi de mes péchés
auprès de Dieu, car vous êtes mon intermédiaire auprès de
Dieu, et par l’amour pour vous et votre proximité, j’implore
le salut de Dieu, soyez mon espoir auprès de Dieu, ô mes
Suzerains et les Amis proches de Dieu !
429/2106

Sallâ-llâhu ‘alayhim ajma’îna, wa la‘ana-llâhu a‘dâ’a-llâhi


zhâlimîhim mina-l-awwalîna wa-l-âkhirîna, âmîna rabba-l-‘âlamîna.

Que Dieu prie sur eux tous et que Dieu maudisse les en-
nemis de Dieu, les oppresseurs des premiers aux derniers,
exauce-nous, Seigneur des mondes !

-Je dis : « Sheikh al-Kafa‘amî a rapporté, dans son livre al-Balâd


al-Amin, une longue invocation appelée « Invocation du soulage-
ment » dont le contenu comprend cette intercession. Je pense que
l’intercession des douze Imams attribuée à Khawâja Nasîr ad-Dîn
[Tûssî] est une composition de cette intercession et d’une prière sur
les Arguments purs dans un sermon éloquent qu’al-Kafa'amî a rap-
porté à la fin de [son] livre al-Misbâh. Sayyed ‘Ali Khân a aussi rap-
porté dans son livre al-Kalam at-Tayyeb, le tenant de Qabs al-
Masâbîh de Sheikh as-Sahrashtî, une invocation [pour la demande]
de l’intercession, avec un commentaire qu’il n’est pas possible de
rapporter ici.
Voici l'invocation :

*L’invocation du Soulagement

(al-Faraj)
Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa ‘alâ-bnatihi wa ‘alâ ab-
nayhâ, wa as’aluka bihim an tu‘înanî ‘alâ tâ'atika wa ridwânika, wa an
tuballighanî bihim afdala mâ ballaghta ahadann min awliâ’ika, in-
naka jawâdunn karîmunn.

Mon Dieu, prie sur Mohammed, sur sa Fille et sur ses


deux Fils, et je Te demande, par eux, de m’aider à T’obéir et
à [obtenir] Ta Satisfaction, et de me faire atteindre, par
430/2106
eux, le mieux de ce que Tu as fait atteindre à quiconque de
Tes Proches-Elus, car Tu es Généreux, Noble.

Allâhumma innî as’aluka, bi-haqqi amîri-l-mu’minîna, ‘Aliyyi bni


abî tâlibinn, ‘alayhi as-salâmu, illâ antaqamta bihi mimman zhala-
manî wa ghashamanî, wa âdhânî wa-ntawâ ‘alâ dhâlika, wa kafaytanî
bihi ma’ûnata kulli ahadinn, yâ arhama-r-râhimîna.

Mon Dieu, je Te demande, par le droit du Prince des


croyants, ‘Alî fils d’Abû Tâleb (que la paix soit sur lui),
d’user de représailles, par lui, à l’encontre de celui qui m’a
opprimé, m’a traité injustement, m’a fait du mal ou a eu le
dessein de le faire, et de m’épargner, par lui, la peine de
tout un chacun, ô le plus Miséricordieux des
miséricordieux !

Allâhumma, innî as’aluka bi-haqqi waliyyika, ‘Aliyyi bni-l-


husayni, ‘alayhi as-salâmu illâ kafaytanî bihi ma’ûnata kulli shaytâ-
ninn marîdinn, wa sultâninn ‘anîdinn, yataqawwâ ‘alayya bi-batshihi,
wa yantasiru ‘alayya bi-jundihi, innaka jawâdunn karîmunn, yâ
wahhâbu.

Mon Dieu, je Te demande, par le droit de Ton Auxiliaire,


‘Alî fils de Hussein (que la paix soit sur lui), de m’épargner,
par lui, la peine de tout démon rebelle, de tout pouvoir in-
transigeant qui se remonte contre moi par sa force brutale
et qui l’emporte sur moi de ses soldats, car Tu es Généreux,
Noble, ô Celui qui donne beaucoup !

Allâhumma, innî as’aluka, bi-haqqi waliyyika, Muhammadi bni


‘Aliyyinn wa Ja'fari bni Muhammadinn, ‘alayhimâ as-salâmu, illâ
a‘antanî bihimâ ‘alâ amri âkhiratî bi-tâ‘atika wa ridwânik, wa
ballaghtanî bi-himâ mâ yurdîka innaka fa“âlunn limâ turîdu.
431/2106
Mon Dieu, je Te demande, par le droit de Tes Auxili-
aires, Mohammed fils de ‘Alî et de Ja‘far fils de Mohammed
(que la paix soit sur eux deux), de m’aider pour l’ordre de
mon Au-delà par l’obéissance à Toi et [l’obtention] de Ta
Satisfaction et de me faire atteindre par eux ce qui Te satis-
fait car Tu fais ce que Tu veux.

Allâhumma, innî as’aluka bi-haqqi waliyyika, Musâ bni Ja‘farinn,


‘alayhi as-salâmu, illâ ‘âfaytanî bihi fî jamî‘i jawârihî, mâ zhahara
minhâ wa mâ batana yâ jawâdu yâ karîmu.

Mon Dieu, je Te demande, par le droit de Ton Auxiliaire,


Moussa fils de Ja‘far (que la paix soit sur lui), de m’accor-
der la santé à l’ensemble de mes membres, externes et in-
ternes, ô Généreux, ô Noble!

Allâhumma, innî as’aluka, bi-haqqi waliyyika, ar-ridâ ’Aliyyi bni


Mûsâ ‘alayhi as-salâmu, illâ sallamtanî bihi fî jamî‘i asfâri, fî-l-barârî
wa-l-bihâri wa-l-jibâli wa-l-qifâri wa-l-awdiyati wa-l-ghiyâdi min
jamî‘i mâ akhâfuhu wa ahdharuhu innaka ra’ûfunn rahîmunn.

Mon Dieu, je Te demande, par le droit de Ton Auxiliaire,


ar-Ridâ, ‘Alî fils de Moussa (que la paix soit sur lui), de
m’accorder le salut, durant l’ensemble de mes déplace-
ments, sur terre et en mer, dans les montagnes, les en-
droits désertiques, les vallées, les bosquets, de ce dont j’ai
peur et dont je me méfie, car Tu es Très-Bon et Très-
Miséricordieux !

Allâhumma, innî as’aluka bi-haqqi waliyyika, Muhammadi bni


‘Aliyyinn, ‘alayhi as-salâmu, illâ judta bihi ‘alayya min fadlika wa ta-
faddalta bihi ‘alayya min us‘ika wa wassa'ta ‘alayya rizqaka wa agh-
naytanî ‘amman siwâka wa ja'alta hâjatî ilayka wa qadâ’ahâ ‘alayka
innaka limâ tashâ’u qadîrunn.
432/2106

Mon Dieu, je Te demande, par le droit de Ton Auxiliaire,


Mohammed fils de ‘Alî (que la paix soit sur lui), de me faire
don, par lui, de Tes Faveurs, de me faire la faveur, par lui,
de Tes Largesses, d’étendre sur moi Tes Ressources, de me
dispenser de demander à autre que Toi, de faire en sorte
que mon besoin Te soit adressé et que sa satisfaction Te re-
vienne, car Tu peux faire ce que Tu veux !

Allâhumma, innî as’aluka bi-haqqi waliyyika, ‘Aliyyi bni Muham-


madinn ‘alayhimâ as-salâmu illâ a‘antanî bihi ‘alâ ta’diyati furûdika,
wa birri ikhwâniya al-mu’minîna, wa sahhil dhâlika, lî wa-qrunhu bi-
l-khayri, wa a‘innî ‘alâ tâ'atika bi-fadlika yâ rahîmu.

Mon Dieu, je Te demande, par le droit de Ton Auxiliaire,


‘Alî fils de Mohammed (que la paix soit sur lui), de me sout-
enir, par lui, pour accomplir Tes Prescriptions et être bien-
veillant envers les frères croyants, de me rendre cela facile,
de le joindre au bien et de m’aider à T’obéir par Ta Faveur,
ô Très-Miséricordieux !

Allâhumma, innî as’aluka, bi-haqqi waliyyika, al-Hasani bni


‘Aliyyinn ‘alayhimâ as-salâ-mu illâ a'antanî bihi ‘alâ amri âkhiratî bi-
tâ‘atika wa ridwânika, wa sarartanî fî munqalabî wa mathwâya, bi-
rahmatika yâ arhama-r-râhimîna.

Mon Dieu, je Te demande, par le droit de Ton Auxiliaire,


Hassan fils de ‘Alî (que la paix soit sur eux deux), de
m'aider, par lui, à l'ordre de mon Au-delà par l’obéissance à
Toi et [l’obtention] de Ta Satisfaction, de me rendre agré-
ables mes retournements et ma [dernière] demeure, par Ta
Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux !
433/2106
Allâhumma, innî as'aluka, bi-haqqi waliyyika wa hujjatika, sâhibi-
z-zamâni ‘alayhi as-salâmu, illâ a‘antanî bihi ‘alâ jamî‘i umûrî,

Mon Dieu, je Te demande, par le droit de Ton Auxiliaire


et de Ton Argument, le Maître du Temps (que la paix soit
sur lui), de m’aider, par lui, pour l’ensemble de mes ordres,

wa kafaytanî bihi ma’ûnata kulli mu’dhinn wa tâghinn wa


bâghinn, wa a‘antanî bihi faqad balagha majhûdî,

de me préserver, par lui, de la peine de tout malfaiteur,


despote et oppresseur, de m’aider, par lui, car mes forces
sont arrivées à bout,

wa kafaytanî bihi kulla ‘aduwwinn, wa hamminn, wa dayninn, wa


‘annî wa ‘an wuldî, wa jamî‘i ahlî wa ikhwânî wa man ya‘nînî amruhu
wa khâssatî, amîna rabba-l-‘àlamîna.

et de me préserver, par lui, de tout ennemi, souci, afflic-


tion, dette, et cela pour moi, pour mes enfants, l’ensemble
[des membres] de ma famille, mes frères, celui dont l’ordre
m’importe et toute personne proche de moi ! Exauce-moi,
Seigneur des mondes !

3)Sheikh al-Kafa’amî a rapporté, in Al-Balâd al-Amin, une in-


vocation du Prince des croyants(p). Il n’y a personne d’anxieux,
d’affligé, de triste, d’éprouvé ou d’eflrayé qui n’a invoqué [Dieu] de
cette invocation que Dieu Très-Elevé n’ait soulagé. Elle est :
•Une autre intercession

Yâ ‘imâda man lâ ‘imâda lahu, wa yâ dhukhra man lâ dhukhra


lahu, wa yâ sanada man lâ sanada lahu, wa yâ hirza man lâ hirza
lahu, wa yâ ghiyâtha man lâ ghiyâtha lahu,
434/2106
Ô Pilier de celui qui n’a pas de pilier, ô Provision de celui
qui n’a pas de provision, ô Soutien de celui qui n’a pas de
soutien, ô Protection de celui qui n’a pas de protection, ô
Secours de celui qui n’a pas de secours,

wa yâ kanza man lâ kanza lahu, wa yâ ‘izza man lâ ‘izza lahu, yâ


karîma-l-‘afwi, yâ hasana-t-tajâwuzi, yâ ‘awna-d-du‘afâ’i, yâ kanza-l-
fuqarâ’i,

ô Trésor de celui qui n’a pas de trésor, ô Puissance de ce-


lui qui n'a pas de puissance, ô Celui au Pardon généreux, ô
Celui à la bonne Indulgence, ô Aide des faibles, ô Trésor des
pauvres,

yâ ‘azhîma-r-rajâ’i, yâ munqidha-l-gharqâ, yâ munjiya-l-halkâ, yâ


muhsinu, yâ mujmilu, yâ mun'imu, yâ mufdilu,

ô Espoir grandiose, ô Sauveteur des noyés, ô Salut des


gens perdus, ô Bienfaiteur, ô Bienfaisant, ô Dispensateur
de Biens, ô Celui qui gratifie,

Anta al-ladhî sajada laka sawâdu-l-layli wa nûri-n-nahâri, wa


daw’u-l-qamari wa shu ‘ â ‘u- sh-shamsi wa hafîfu-sh-shajari wa
dawiyyu-l-mâ’i,

Toi, devant qui la noirceur de la nuit se prosterne, ainsi


que la lumière du jour, le clair de lune, les rayons du soleil,
le bruissement des arbres et le grondement de l’eau,

yâ Allâhu, yâ Allâhu, yâ Allâhu, lâ ilâha illâ anta, wahdaka lâ


sharîka laka, yâ rabbahu, yâ Allâhu, salli ‘alâ Muhammadinn, wa âli
Muhammadinn wa-f ‘al binâ mâ anta ahluhu.
435/2106
ô Dieu, ô Dieu, ô Dieu, il n’y a de Dieu que Toi, unique-
ment Toi, point d’associé à Toi, ô Seigneur, ô Dieu, prie sur
Mohammed et sur la famille de Mohammed et agis avec
nous selon ce dont Tu es digne !

Puis demander son besoin.


-Je dis : Il est également profitable [de dire] avec assiduité pour
le soulagement, la dissipation des soucis, des épreuves, cette évoca-
tion rapportée de [l’Imam] Jawâd(p):

Yâ man yakfî min kulli shay 'inn wa lâ yakfî minhu shay’unn,


ikfinî mâ ahammanî.

Ô Celui qui préserve de toute chose et de Qui rien ne


préserve, préserve-moi de ce qui me préoccupe !
4)L’invocation pour être libéré de la prison. Sayyed Ibn Tâ’ûs dit
in Muhaj ad-Da’awât : «Il est rapporté qu’un homme était empris-
onné à Shâm depuis un long moment quand il vit [sayyidati] az-
Zahrâ’, en rêve, lui dire : « Invoque Dieu de cette invocation.» Et elle
la lui apprit. Quand il invoqua [Dieu] de cette invocation, il fut
libéré et retourna chez lui. »
Voici cette invocation :

*•La Protection d’az-Zahrâ’(p)

Allâhumma, bi-haqqi-l-‘arshi wa man ‘alâhu, wa bi-haqqi-l-wahî wa


man awhâhu, wa bi-haqqi an-nabiyyi wa man nabbâhu, wa bi-haqqi-
l-bayti wa man banâhu, yâ sâmi'a kulli sawtinn, yâ jâmi‘a kulli faw-
tinn, yâ bâri’a-n-nufûsi ba‘da-l-mawti,

Mon Dieu, par le droit du Trône et de Celui qui l’a élevé,


par le droit de la Révélation et de Celui qui l’a révélée, par
le droit du Prophète et de Celui qui l’a nommé prophète,
436/2106
par le droit de la Maison et de Celui qui l’a construite, ô Ce-
lui qui entend toutes les voix, ô Celui qui rassemble tout ce
qui est passé, ô Créateur des âmes après la mort,

salli ‘alâ Muhammadinn wa ahli baytihi, wa âtinâ wa jamî‘a-l-


mu’minîna wa-l-mu’minâti fi mashâriqi-l-ardi wa maghâribihâ fara-
jann min ‘indika ‘âjilann,

prie sur Mohammed et sur les gens de sa maison et


donne-nous ainsi qu’à l’ensemble des croyants et des croy-
antes dans les contrées orientales et celles occidentales de
la terre, un soulagement rapide de Ta Part,

bi-shahâdati an lâ ilâha illâ Allâhu, wa anna Muhammadann, ‘ab-


duka wa rasûluka, sallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi, wa ’alâ dhurriyyatihi
at-tayyibîna at-tâhirîna, wa sallama taslîmann kathîrann.

par l’attestation du fait qu’il n’y a de Dieu que Dieu et


que Mohammed est Ton Serviteur et Ton Messager (que
Dieu prie sur lui, sur sa famille ainsi que sur les gens bons
et purs de sa descendance et les salue beaucoup) !

5)Sayyed Ibn Tâ'ûs rapporte in Muhaj ad-Da 'awât un propos de


Salman dans lequel il est dit à la fin que Fâtimah(p) lui a appris des
paroles que le Messager de Dieu(s) lui avait apprises et qu’elle répé-
tait matin et soir. Elle dit : Si tu aimes ne pas être touché par le mal
de la fièvre tant que tu vis en ce monde, alors, dis avec assiduité :
•Une autre d’az-Zahrâ’(p)
Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi, bi-smi-llâhi an-nûri, bi-smi-
llâhi nûri-n-nûri, bi-smi-llâhi nûrunn ‘alâ nûrinn, bi-smi-llâhi al-lad-
hî huwa mudabbiru-l-umûri, bi-smi-llâhi al-ladhî khalaqa an-nûra
mina-n-nûri,
437/2106
Par [la grâce du] Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux,
le Très-Miséricordieux, par [la grâce du] Nom de Dieu, la
Lumière, par [la grâce du] Nom de Dieu, Lumière de la Lu-
mière, par [la grâce du] Nom de Dieu, Lumière sur la Lu-
mière, par [la grâce du] Nom de Dieu qui est Celui qui ar-
range les ordres, par [la grâce du] Nom de Dieu qui créa la
Lumière de la Lumière,

al-hamdu-li-llâhi al-ladhî khalaqa an-nûra mina-n-nûri, wa


anzala an-nûra ‘alâ-t-tûri fi kitâbinn mastûrinn fï raqqinn
manshûrinn, bi-qadarinn maqdûrinn ‘alâ nabiyyinn malhbûrinn.

Louange à Dieu qui créa la Lumière de la Lumière, qui


fit descendre la Lumière sur la montagne Tûr, dans un livre
tracé de lignes, dans un parchemin déplié, d’une mesure
déterminée, sur un Prophète à la bonne apparence,

al-hamdu-li-llâhi al-ladhî huwa bi-l-‘izzi madhkûrunn, wa bi-l-


fakhri mashhûrunn, wa ‘alâ-s-sarrâ’i wa-d-darrâ’i mashkûrunn, wa
sallâ-llâhu ‘alâ sayyidinâ Muhammadinn wa âlihi at-tâhirîna.

Louange à Dieu qui est Evoqué par la Puissance, Connu


par la Gloire, Remercié dans l’aisance et la difficulté, que
Dieu prie sur notre Maître Mohammed et sur les
[membres] purs de sa famille !

-Salman dit : « Je les ai apprises ainsi que plus de mille habit-


ants de Médine et de La Mecque touchés par la fièvre. Ils guérirent
[tous] de leur maladie, avec l’autorisation de Dieu Très-Elevé. »
6)Sayyed Ibn Tâ’ûs rapporte dans [son] livre Muhaj ad-Da’awât
cette «protection» de l’imam Zayn al-’Abidîne(p) :
438/2106
*•La protection de l’imam Zayn al-‘Abidîne(p)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar- rahîmi.

Par [la grâce du] Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux,


le Très-Miséricordieux !

Yâ asma‘a-s-sâmi‘îna, yâ absara-n-nâzhirîna, yâ asra‘a-l-hâsibîna,


yâ ahkama-l-hâkimîna,

Ô Celui qui écoute le plus de ceux qui écoutent, ô Celui


qui voit le mieux de ceux qui regardent, ô le plus rapide de
ceux qui tiennent les comptes, ô le plus sage des juges,

yâ khâliqa-l-makhlùqîna, yâ râziqa-l-marzûqîna, yâ nâsira-l-


mansûrîna, yâ arhama-r-râhimîna,yâdalîla-l-mutahayyirîna, yâ
ghiyâtha-l-mustaghîthîna, aghithnî.

ô Créateur des créatures, ô Celui qui pourvoit ceux qui


sont pourvus, ô Assistance de ceux qui sont assistés, ô le
plus Miséricordieux des miséricordieux, ô Guide de ceux
qui sont dans l’embarras, ô Secours de ceux qui sont
secourus, secours-moi !

Yâ mâlika yawmi-d-dîni wa iyyâka na‘budu wa iyyâka nasta'îna,


yâ sarîkha-l-makrûbîna, yâ mujîba da‘wati-l-mudatarrîna.

Ô Détenteur du Jour du Jugement Dernier, c’est Toi que


nous adorons et c’est Ton Aide que nous implorons, ô Se-
coureur des affligés, ô Celui qui répond à l’appel des
nécessiteux.
439/2106
Anta Allâhu rabbu-l-‘âlamîna, anta Allâhu lâ ilâha illâ anta al-
maliku, al-haqqu, al-mubînu, al-kibriyâ’u ridâ’uka.
Tu es Dieu, Seigneur des mondes, Tu es Dieu, il n’y a de
Dieu que Toi, le Roi, la Vérité évidente, la Magnificence est
Ton Manteau.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn al-mustafâ, wa ‘alâ ‘Aliyyinn


al-murtadâ, wa Fâtimata az-zahrâ’i, wa Khadîjata al-kubrâ, wa-l-
Hasani al-mujtabâ, wa-l-Husayni ash-shahîdi bi-karbalâ’a,

Mon Dieu, prie sur Mohammed le Choisi, sur ‘Alî le Sat-


isfait,Fâtimah l’Eclatante, Khadîjah la Grande, al-Hassan le
Choisi, al-Hussein, le Martyr à Karbalâ’,

wa ‘Aliyyi bni-l-Husayni, zayni-l-‘âbidîna wa Muhammadinn bni


‘Aliyyinn al-bâqiri wa Ja’fari bni Muhammadinn as-sâdiqi, wa Musâ
bni Ja'farinn al-kâzhimi wa ‘Aliyyi bni Mûsâ ar-ridâ

‘Alî fils de Hussein, la Parure des dévots, Mohammed


fils de ‘Alî, celui qui tranche le savoir, Ja‘far fils de Mo-
hammed, le Véridique, Moussa fils de Ja‘far, celui qui re-
tient (sa colère), ‘Alî fils de Moussa l’Agréé,

wa Muhammadi bni ‘Aliyyinn at-taqiyyi wa ‘Aliyyi bni Mu-


hammadinn an-naqiyyi wa-l-Hasani bni ‘Aliyyinn al-‘askarî wa-l-
Hujjati, al-qâ’imi, al-mahdiyyi, al-imâmi, al-muntazhari, salawâtu-
llâhi ‘alayhim ajma‘îna !

Mohammed fils de ‘Alî, le Pieux, ‘Alî fils de Mohammed,


le Pur, Hassan fils de ‘Alî al-’Askarî et sur l’Argument, celui
qui se dresse, le Bien- dirigé, l’imam attendu, que les
prières de Dieu soient sur eux tous !
440/2106
Allâhumma, wâli man wâlâhum wa ‘âdi man ‘âdâhum, wa-nsur
man nasarahum, wa-khdhul man khadhalahum, wa al‘an man
zhalamahum,

wa ‘ajjil faraja âli Muhammadinn, wa-nsur shî'ata âli Muham-


madinn wa ahlik a‘dâ’a âli Muhammadinn.

Mon Dieu, sois l’ami/allié de celui qui est leur ami/allié


et l'ennemi de celui qui est leur ennemi, assiste celui qui les
assiste, abandonne celui qui les abandonne, maudis celui
qui les opprime, accélère le soulagement de la famille de
Mohammed, assiste les partisans de la famille de Mo-
hammed et anéantis les ennemis de la famille de
Mohammed !

Wa-rzuqnî ru’yata qâ’imi âli Muhammadinn, wa-j‘alnî min at-


bâ‘ihi wa ashyâ'ihi wa-r-râdîna bi-fi’lihi, bi-rahmatika yâ arhama-r-
râhimîna.

Accorde-moi de voir celui de la famille de Mohammed


qui va se dresser, et place-moi parmi ses adeptes, ses parti-
sans, ceux qui sont satisfaits de ses actes, par Ta Miséri-
corde, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux !

7)Sheikh aI-Kafa‘amî a rapporté dans [son] livre Al-Balâd al-


Amîn une invocation de l’imam Zayn al-‘Abidîne(p). Il dit :
«Maqâtel fils de Sulayman a rapporté de lui(p) cette invocation. Il
dit que celui qui invoque Dieu cent fois de cette invocation et qui
n’est pas exaucé, maudisse Maqâtel !»
L’invocation est :
441/2106
*•L’intercession de Zayn al-‘Abidîne(p)

Ilâhî, kayfa ad'ûka wa anâ anâ, wa kayfa aqta'u rajâ’î minka wa anta
anta.

Mon Dieu, comment T’invoquer alors que je suis moi, et


comment perdre espoir de Toi alors que Tu es Toi ?!

Ilâhî, idha lam as’alka fa-tu‘- tiyanî, fa-man dhâ al-ladhî as’aluhu
fa-yu‘tînî.
Mon Dieu, [même] si je ne Te sollicite pas, Tu me
donnes, alors qui est celui que je vais solliciter et qui me
donnera ?!

Ilâhî, idha lam ad'uka fa-tastajîba lî, fa-man dhâ al-ladhî ad'ûhu
fa-yastajîbu lî.

Mon Dieu, [même] si je ne T’invoque pas, Tu m’exauces,


alors qui est celui que je vais invoquer et qui m’exaucera ?!

Ilâhî, idha lam atadarra' ilayka, fa-tarhamanî fa-man dhâ al-ladhî


atadarra‘u ilayhi fa-yarhamunî.

Mon Dieu, [même] si je ne Te supplie pas, Tu me fais


miséricorde, alors qui est celui que je vais supplier et qui
me fera miséricorde ?!

Ilâhî, fa-kamâ falaqta-l-bahra li-Mûsâ, ‘alayhi as-salâmu, wa naj-


jaytahu, as’aluka an tusalliya ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa an
tunajjiyanî mimmâ anâ fîhi, wa tufarrija ‘annî farajann ‘âjilann
ghayra âjilinn, bi-fadlika wa rahmatika yâ arhama-r-râhimîna.
442/2106
Mon Dieu, comme Tu as fendu la mer pour Moussa (que
la paix soit sur lui), et Tu l’as sauvé, je Te demande de prier
sur Mohammed et sur sa famille, de me sauver de la [situ-
ation] dans laquelle je me trouve et de me soulager rap-
idement, sans tarder, par Ta Faveur et Ta Miséricorde, ô le
plus Miséricordieux des miséricordieux !

8)Sayyed Ibn Tâ’ûs (que Dieu lui fasse miséricorde !) a rapporté


dans [son] livre Muhaj ad-Da’awât de l’imam Mohammed al-
Bâqer(p) qui dit : « L’Ange Gabriel est arrivé chez le Prophète pour
lui dire :
« Ô Prophète de Dieu ! Sache que Je n’ai aimé aucun des
Prophètes comme Je t’ai aimé ! Alors, répète beaucoup cette parole :
Allâhumma, innaka tarâ wa lâ turâ wa anta bi-l-manzhari-l-a'lâ,
wa inna ilayka al-muntahâ wa-r-ruj‘â, wa inna laka-l-âkhirati wa-l-
ûlâ, wa inna laka al-mamâta wa-l-mahyâ, wa rabbi, a‘ûdhu bika an
udhalla aw ukhzâ.

Mon Dieu, c’est Toi qui vois et Tu n’es pas vu, Tu es


d’une Hauteur élevée, c’est vers Toi [qu’ont lieu] la fin et le
retour, c’est pour Toi [que sont] l’Au-delà et le Premier, et
c’est pour Toi [que sont] la mort et la vie et Seigneur, je
cherche protection auprès de Toi contre l’humiliation et le
déshonneur !

9)Al-Kafa’amî a rapporté dans son livre al-Balâd al-Amîn une in-


vocation de l’imam Moussa al- Kâzhem(p) qui dit que c’est une invoc-
ation très importante dont la réponse est rapide. La voici :

*•L'intercession d’al-Kâzhem(p)
443/2106
Allâhumma, innî ata‘tuka fî ahabbi-l-ashyâ’i ilayka wa huwa at-
tawhîdu, wa lam a‘sika fî abghadi-l-ashyâ’i ilayka wa huwa-l-kufru,
fa-ghftr lî mâ baynahumâ.

Mon Dieu, je T’ai obéi dans la chose qui T’est la plus aim-
able qui est l’Unicité et je ne T’ai pas désobéi dans la chose
qui T’est la plus détestable, qui est l’incroyance, alors,
pardonne-moi ce qui est entre les deux !

Yâ man ilayhi mafarrî, âminnî mimmâ fazi‘tu minhu ilayka,


Allâhumma, ighfir liya-l-kathîra min ma‘âsîka, wa-qbal minnî al-
yasîra min tâ'atika.

Ô Celui vers Qui je m’enfuis, assure-moi contre ce dont


j’ai peur vers Toi, mon Dieu, pardonne-moi mes nombreux
péchés et accepte de moi le peu de [mes] actes d’obéissance
(à Toi) !
Yâ ‘uddatî dûna-l-‘udadi, wa yâ rajâ’î wa-l-mu‘tamada, wa yâ
kahfî wa-s-sanada, wa yâ wâhidu, yâ ahadu, yâ qui huwa Allâhu
ahadunn, Allâhu as-samadu, lam yalid, wa lam yulad, wa lam yakun
lahu kufûann ahadunn.

Ô ma Provision sans être compté, ô mon Espoir et mon


Appui, ô ma Caverne et mon Soutien, ô Unique, ô Un, ô {Dis
: Lui, Dieu est Un ! Dieu l’impénétrable ! Il n’engendre pas
et Il n’est pas engendré ! Nul n’est égal à Lui !}(CXII)

As’aluka, bi-haqqi mani-sta-faytahum min khalqika, wa lam taj‘al


fi khalqika mithlahum ahadann, an tusaliyya ‘alâ Muhammadinn wa
âlihi, wa taf ala bî mâ anta ahluhu.

Je Te demande, par le droit de ceux que Tu as choisis


parmi Tes créatures, et Tu n’as placé personne d’analogue
444/2106
(à eux) parmi Tes créatures, de prier sur Mohammed et sur
sa famille et d’agir avec moi selon ce dont Tu es Digne.

Allâhumma, innî as’aluka bi-wahdâniyyati-l-kubrâ, wa


Muhammadiyyati al-baydâ’i, wa-l-‘alawiyyati al-‘uliyâ,

Mon Dieu,je Te demande, par [la grâce] de l’Unicité la


plus grande, de la Mohamadiyyah blanche, de la ‘Alawiyyali
la plus élevée,

wa bi-jamî'i mâ-htajajta bihi ‘alâ ‘ibâdika, wa-bi-l-ismi al-ladhî


hajabtahu ‘an khalqika, fa-lam yakhruj minka illâ ilayka,

et de l’ensemble de ce que Tu as argumenté envers Tes


Serviteurs, ainsi que par le Nom que Tu as caché à Tes
créatures, - aussi ne sort-il de Toi que vers Toi -,

salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa-j‘al lî min amrî farajann wa


makhrajann, wa-rzuqnî min haythu ahtasibu wa min haythu lâ
ahtasibu, innaka tarzuqu man tashâ’u bi-ghayri hisâbinn.

de prier sur Mohammed et sur sa famille, de placer un


soulagement et une issue à mon ordre et de pourvoir à mes
ressources selon ce que j’escompte et selon ce que je
n’escompte pas, car Tu pourvois qui Tu veux sans compter !

Ensuite demander son besoin.


10)Al-Kafa‘amî a rapporté in al-Misbah une invocation en disant
que Sayyed Ibn Tâ’ûs a rapporté cette invocation pour se protéger
contre le pouvoir, l’épreuve, l’apparition d’ennemis, la crainte de la
pauvreté et l’angoisse. Elle est une des invocations d’as-Sahifah as-
Sajjadiyyah [N°7 du quatrième Imam, as-Sajjâd(p), «Lorsqu’il était
face à une chose préoccupante ou s'il subissait une adversité et en
445/2106
cas d’affliction »]. Alors, invoque [Dieu] de cette invocation si tu
crains pour toi une des choses évoquées. Voici cette invocation :

*•L’invocation de la Sécurité

(al-Aman)
Yâ ma tuhallu bihi ‘uqadu-l-makârihi, wa yâ man yuftha’u bihi
haddu-sh-shadâ’idi, wa yâ man yultamasu minhu al-makhraju ilâ
rawhi-l-faraji,

Ô Celui par qui les noeuds des contrariétés se dénouent,


ô Celui par qui l’acuité des difficultés s’atténue, ô Celui qui
est sollicité pour l’issue réconfortante du soulagement,

dhallat li-qudratika as-si‘âbu, wa tasabbabat bi-lutfika al-asbâbu,


wa jarâ bi-qudratika al-qadâ’u, wa madat ’alâ irâdatika al-ashyâ'u.

les difficultés sont aplanies devant/pour Ta Puissance,


les causes sont provoquées par Ta Bienveillance, le décret
arrêté advient par Ta Puissance, et les choses sont accom-
plies selon Ta Volonté.

Fa-hiya bi-mashshiyyatika dûna qawlika, mu’tamiratunn, wa bi-


irâdatika dûna nahîka, munzajiratunn.

Elles sont exécutées par Ton Vouloir avant que Tu ne les


aies dites et elles sont réprimées par Ta Volonté avant que
Tu ne les aies interdites.

Anta-l-mad‘uwwu li-l-muhimmâti, wa anta al-mafza‘u fî-l-mulim-


mâti, lâ yandafi‘u minhâ illâ mâ dafa'ta, wa lâ yankashifu minhâ illâ
mâ kashafta.
446/2106
C’est Toi qui es sollicité lors des difficultés et c’est Toi
qui es le refuge lors des adversités, aucune d’entre elles
n’est repoussée hormis celles que Tu as repoussées, et
aucune d’entre elles n'est dissipée hormis celles que Tu as
dissipées !

Wa qad nazala bî, yâ rabbi, mâ qad taka’adanî thiqluhu wa


alamma bî mâ qad bahazhanî hamluhu wa biqudratika awradtahu
‘alayya, wa bi-sultânika wajjahtahu ilayya.

Il m’est survenu [quelque chose], ô mon Seigneur, dont


le poids m'affecte péniblement, il m’est arrivé [quelque
chose] dont la charge m'accable, c’est par Ta Puissance que
Tu me l’as consigné et c’est par Ton Pouvoir que Tu me l’as
adressé.

Fa-lâ musdira lima awradta, wa lâ sârifa limâ wajjahta wa lâ


fâtiha lima aghlaqta, wa lâ mughliqa lima fatahta, wa lâ muyassira
limâ ‘assarta, wa lâ nâsira liman khadhalta.

Et nul ne [peut] s'opposer à ce que Tu as consigné, dé-


tourner ce que Tu as adressé, ouvrir ce que Tu as fermé,
fermer ce que Tu as ouvert, faciliter ce que Tu as rendu dif-
ficile, aider celui que Tu as abandonné.

Fa-salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa-ftah lî yâ rabbi bâba-l-


faraji bi-tawlika, wa-ksir ‘annî sultâna-l-hammi bihawlika.

Alors, prie sur Mohammed et sur sa famille, ouvre-moi,


ô Seigneur, la porte de la délivrance par Ta Longanimité,
brise pour moi l’emprise des soucis par Ta Force,
447/2106
wa anilnî husna-n-nazhari fimâ shakawtu, wa adhiqnî halâwata
as-sun‘i fimâ sa’altu, wa hab lî min ladunka rahmatann wa farajann
hanî’ann,

accorde-moi de regarder d'un bon regard ce dont je me


suis plaint, fais-moi goûter la douceur de la réalisation de
ce que j'ai demandé, fais-moi don d’une Miséricorde et
d’une heureuse délivrance de chez Toi,

wa-j‘al lî min ‘indika makhrajann wa hiyyann, wa lâ tashghalnî bi-


l-ihtimâmi ‘an ta'âhudi furûdika wa-sti‘mâli sunnatika.

accorde-moi une issue rapide de Ta Part, et ne m’occupe


pas à des préoccupations qui m’empêcheraient d’accomplir
Tes Obligations et de pratiquer Tes Règlements.

Fa-qad diqtu limâ nazala bî, yâ rabbi, dhar‘ann, wa-mtala’tu bi-


hamli mâ hadatha ‘alayya hammann.

Déjà, je suis incapable [de supporter] ce qui m’est ar-


rivé, ô Seigneur et je suis accablé d’inquiétude par le poids
des événements qui m'ont touché.

Wa anta-l-qâdiru ‘alâ kashfi mâ munîtu bihi, wa daf i mâ waqa‘tu


fihi, fa-fal bî dhâlika, wa in lam astawjibhu minka, yâ dhâ-l-‘arshi-
l-‘azhîmi, wa dhâ-l-manni al-karîmi.

Et Toi, Tu es Celui qui est Capable de dissiper ce que


j'éprouve et de repousser ce dans quoi je suis tombé, alors,
agis ainsi pour moi, même si cela ne T'est pas obligatoire, ô
Celui qui détient le Trône grandiose, ô Détenteur du noble
Don,

fa-anta qâdirunn yâ arhama-r-râhimîna, âmîna rabba-l-‘âlamîna.


448/2106

car Tu es Puissant, ô le plus Miséricordieux des


misércordieux ! Exauce-moi, Seigneur des mondes !

11)Al-Kafa‘amî dit in Al-Balâd al-Amin : « Voici l’invocation du


Détenteur de l’Ordre (qa). Il l’a apprise à un prisonnier qui fut
libéré. »

*•L’invocation du Soulagement

(al-Faraj)
Ilâhî, ‘azhuma al-balâ’u, wa bariha-I-khafâ’u, wa ankashafa al-
ghitâ'u, wa-nqata‘a-r-rajâ’u, wa dâqati-l-ardu, wa mana‘ati-s-samâ’u.

Mon Dieu, les épreuves sont devenues immenses, ce qui


était caché est apparu, le couvercle a été soulevé, l’espoir
est perdu, la terre est devenue étroite et le ciel s’est
obstrué,

wa anta-l-musta‘ânu, wa ilayka al-mushtakâ, wa ‘alayka al-


mu’awwalu fî-sh-shiddati wa-r-rakhâ’i.
et Toi, Tu es Celui dont on sollicite l’aide, à qui l’on se
plaint, sur lequel on s’appuie durant la gêne et pendant
l’aisance.

Allâhumma, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, ûlî-l-amri, al-lad-


hîna faradta ‘alaynâ tâ‘atahum, wa ‘arraftanâ bi-dhâlika
manzilatahum,

Notre Dieu, prie sur Mohammed et sur les membres de


sa famille, les détenteurs de l’ordre, à qui Tu nous as im-
posé l’obéissance, nous faisant connaître par là leur rang,
449/2106
fa-farrij ‘annâ bi-haqqihim, farajann ‘âjilann qarîbann, ka-lamhi-
l-basari aw huwa aqrabu.

et soulage-nous, au nom de leur droit, d'un soulagement


immédiat, proche, comme un clin d'oeil ou même plus
proche.

Yâ Muhammadu, yâ 'Aliyyu, yâ ‘Aliyyu, yâ Muhammadu, akfiyânî


fa-innakumâ kâfiyâni, wa ansurânî fa-innakumâ nâsirâni.

Ô Mohammed, ô ‘Alî, ô ‘Alî, ô Mohammed, secourez-moi


car vous êtes tous les deux des sauveurs, protégez-moi car
vous êtes tous les deux des protecteurs !

Yâ mawlâya, yâ sâhiba-z-zamâni, al-ghawtha, al-ghawtha, al-


ghawtha, adriknî, adriknî, adriknî, as-sâ‘ata, as-sâ'ata, as-sâ‘ata,
al-‘ajala, al- ‘ajala, al-‘ajala.

Ô mon Suzerain, ô Maître du Temps, au secours, au


secours, au secours, atteins- moi, atteins-moi, atteins- moi,
à cette heure-ci, à cette heure-ci, à cette heure-ci, en toute
hâte, en toute hâte, en toute hâte,

yâ arhama ar-râhimîna, bi-haqqi Muhammadinn wa âlihi at-


tâhirîna.

ô le plus Miséricordieux des miséricordieux, par le droit


de Mohammed et des membres purs de sa Famille.

12)Al-Kafa‘amî dit, également, dans Al-Misbah : « C’est l’invo-


cation d'al-Mahdî (que les prières de Dieu soient sur lui!). »
450/2106
*•L’invocation d’al-Hujjah(qa)

Allâhumma, urzuqnâ tawfiqa-t-tâ‘ati wa bu‘da-l-ma‘siyati, wa sidqa-


n-niyyati wa ‘irfâna-l-hurmati,

Mon Dieu, accorde-nous la réussite de l’obéissance (à


Toi) et l’éloignement de la désobéissance, la sincérité de
l’intention et la connaissance de ce qui est sacré,

wa akrimnâ bi-l-hudâ wa-l-istiqâmati, wa saddid alsinatanâ bi-s-


sawâbi wa-l-hikmati, wa imla’ qulûbanâ bi-l-‘ilmi wa-l-ma‘rifati, wa
tahhir butûnanâ mina-l-harâmi wa-sh-shubhati,

honore-nous de la guidance et de la droiture, guide


notre langue par la justesse et la sagesse, remplis nos
coeurs de savoir et de connaissance, purifie nos ventres de
l’illicite et de tout ce dont le statut [licite ou illicite] n’est
pas clair,

wa-kfuf aydînâ ‘ani-zh-zhulmi wa-s-sariqati, wa-ghdud absâranâ


‘ani-l-fujûri wa-l-khiyânati, wa-sdud asmâ'anâ 'ani-l-laghwi wa-l-
ghaybati,

préserve nos mains de l’injustice et du vol, abaisse nos


regards loin de l'impudicité et de la trahison, ferme nos or-
eilles loin de la futilité et de la médisance,

wa tafaddal ‘alâ ‘ulamâ’inâ bi-z-zuhdi wa-n-nasîhati wa ‘alâ-l-


muta‘allimîna bi-l-juhdi wa-r-raghbati, wa ‘alâ-l-mustami'îna bi-l-it-
tibâ‘i wa-l- maw'izhati,
451/2106
fais la faveur [d’accorder] à nos savants, l’ascétisme et le
conseil, à nos étudiants, l’effort et le désir, à ceux qui
écoutent, le suivi et l’exhortation,

wa 'alâ mardâ-l-muslimîna bi-sh-shifâ’i wa-r-râhati, wa ‘alâ


mawtâhum bi-r-ra’fati wa-r-rahmati, wa ‘alâ mashâyikhinâ bi-l-
waqâri wa-s-sakînati, wa ‘alâ-sh-shabâbi bi-l-inâbati wa at-tawbati,

aux malades des musulmans, la guérison et le repos, à


leurs morts, la bonté et la miséricorde, à nos vieillards, la
longanimité et la sérénité, aux jeunes, le regret et le
repentir,

wa ‘alâ-n-nisâ’i bi-l-hayâ’i wa-l-‘iffati, wa ‘alâ-l-aghniyâ’i bi-t-


tawâdu‘i wa-s-sa‘ati, wa ‘alâ-l-fuqarâ’i bi-s-sabri wa-l-qanâ‘ati, wa
‘alâ-l-ghuzâti bi-n-nasri wa-l-ghalabati,

aux femmes, la pudeur et la chasteté, aux riches,


l’humilité et la largesse, aux pauvres, la patience et le con-
tentement, aux combattants, la victoire et le triomphe,

wa ‘alâ al-usarâ’i bi-l-khalâsi wa-r-râhati, wa ‘alâ-l-umarâ’i bi-


l-‘adli wa-sh-shafaqati, wa ‘alâ-r-ra‘iyyati bi-l-insâfi wa husni-s-sîrati,

aux prisonniers, la libération et le repos, aux princes, la


justice et la compassion, aux sujets, l'équité et la bonne
conduite,

wa bârik li-l-hujjâji wa-z-zuwwâri, fî-z-zâdi wa-n-na-faqati, wa


aqdi mâ awjabta ‘alayhim mina-l-hajji wa-l-‘umrati bi-fadlika wa rah-
matika, yâ arhama-r-râhimîna.

comble de bénédictions les pèlerins et les visiteurs, dans leurs


provisions et leurs dépenses, accomplis ce que Tu leur as imposé en
452/2106
pèlerinage et en ‘Umrah, par Ta Faveur et Ta Miséricorde, Ô le plus
Miséricordieux des miséricordieux !

13)Dans al-Muhaj [d’Ibn Tâ’ûs], cette invocation est celle de


[l’imam] al-Hujjah(qa).

*•L’invocation d’al-Hujjah(qa).

Ilâhî, bi-haqqi man nâjâka, wa bi-haqqi man da'âka fî-l-barri wa-l-


bahri, salli ‘alâ Muhammadinn wa âlihi, wa tafaddal ‘alâ-l-fuqarâ’i-l-
mu’- minîna wa-l-mu’minâti bi-l-ghanâ’i wa-th-tharwati,

Mon Dieu, par le droit de celui qui s’est entretenu avec


Toi, par le droit de celui qui T’a invoqué sur terre et en mer,
prie sur Mohammed et sur sa famille et fais la faveur
[d'accorder] aux pauvres des croyants et des croyantes, la
richesse et les trésors,

wa ‘alâ mardâ-l-mu’minîna wa-l-mu'minâti bi-sh-shifâ’i wa-s-sih-


hati wa ‘alâ ahyâ’i-l-mu’minîna wa-l-mu’minâti bi-l-lutfi wa-l-
karami,

aux malades des croyants et des croyantes la guérison et


la santé, aux vivants des croyants et des croyantes la bonté
et la noblesse,

wa ‘alâ amwâti-l-mu’minîna wa-l-mu’minâti bi-l-maghfirati wa-r-


rahmati wa ‘alâ ghurabâ’i-l-mu’minîna wa-l-mu’minâti bi-r-raddi ilâ
awtânihim sâlimî-naghânimînabi-Muhamrnadinn wa âlihi ajma‘îna.

aux morts des croyants et des croyantes le pardon et la


miséricorde, aux étrangers des croyants et des croyantes le
retour à leur pays, sains et saufs, ayant fait des
453/2106
acquisitions, par Mohammed et l’ensemble des membres
de sa famille !

l4)Sayyed ‘Alî Khân dit, in al-Kalam at-Tayyeb : Ceci est un ap-


pel au secours à l’imam al-Hujjah, le Détenteur du Temps (que les
prières de Dieu soient sur lui). Prie deux raka’ats où que tu te
trouves [en récitant] al-Hamd (I) et la sourate que tu veux. Ensuite,
tiens-toi debout en direction de la Qiblah, sous le ciel et dis :

*•L’invocation de l’appel au secours d’al-Hujjah(qa)

Salâmu-llâhi al-kâmilu at-tâmu ash-shâmilu al-‘âmu, wa salawâtuhu


ad-dâ’imatu wa barakâtuhu al-qâ’imatu at-tâmmatu ‘alâ hujjati-llâhi
wa waliyyihi fî ardihi wa bilâdihi,

Que la Paix de Dieu, parfaite, complète, totale, générale,


ainsi que Ses Prières permanentes et Ses Bénédictions con-
stantes, complètes, soient sur l’Argument de Dieu, Son
Auxiliaire sur Sa terre et Ses pays,

wa khalîfatihi ‘alâ khalqihi wa ‘ibâdihi, wa sulâlati-n-nubuwwati


wa baqiyyati-l-‘itrati wa-s-safwati, sâhibi-z-zamàni wa muzhhiri-l-
îmâni,

son Lieutenant pour Ses créatures et Ses serviteurs, la


Descendance de la Prophétie et Restant de la famille et des
Elus, le Détenteur du Temps, la Manifestation de la foi,

wa mulaqqini ahkâmi-l-qurâni, wa mutahhiri-l-ardi wa nâshiri-


l-‘adli fî-t-tûli wa-l-‘ardi, wa-l-hujjati-l-qâ’imi al-mahdiyyi,
454/2106
celui qui dicte les règles du Coran, qui purifie la terre,
qui répand la justice en long et en large, l’Argument, celui
qui se dresse, le Bien-dirigé,

al-imâmi al-muntazhari al-mardiyyi, wa bni-l-a’immati at-


tâhirîna, al-wasiyyi bni-l-aw-siyâ’i al-mardiyyîna, al-hâdî al-ma‘sûmi
bni-l-a’immati al-hudâti al-ma‘sûmîna.

l'imam attendu, satisfaisant, et le fils des Imams purs, le


Légataire et le fils des Légataires satisfaisants, le Guide in-
faillible, fils des Imams, des Guides infaillibles.

As-salâmu ‘alayka yâ mu‘izza-l-mu’minîna-l-mustad‘afina.

Que la paix soit sur toi, ô celui qui raffermit les croyants
déshérités !

As-salâmu ‘alayka yâ mudhilla-l-kâfirîna al-mutakabbirina azh-


zhâlimîna.

Que la paix soit sur toi, ô celui qui abaisse les incroyants
orgueilleux, oppresseurs !

As-salâmu‘alayka yâ mawlâya yâ sâhiba-z-zamâni.

Que la paix soit sur toi, ô mon Maître, ô Détenteur du


Temps !

As-salâmu ‘alayka yâ bna rasûli-llâhi.

Que la paix soit sur toi, ô fils du Messager de Dieu !

As-salâmu ‘alayka yâ bna amîra-l-mu’minîna.


455/2106
Que la paix soit sur toi, ô fils du Prince des croyants !

As-salâmu ‘alayka yâ bna Fâtimata az-zahrâ’i, sayyidati nisâ’i-


l-‘âlamîna;

Que la paix soit sur toi, ô fils de Fâtimah az-Zahrâ’, la


Dame des femmes des mondes !

As-salâmu ‘alayka yâ bna-l-a’immati al-hujaji al-ma‘sûmîna, wa-l-


imâmi ‘alâ-l-khalqi ajma'îna.

Que la paix soit sur toi, ô fils des Imams, les Arguments
infaillibles et l'imam sur l’ensemble des créatures !

As-salâmu ‘alayka yâ mawlâya salâma mukhlisinn laka fï-l-


wilâyati.

Que la paix soit sur toi, ô mon Maître, du salut de paix de


quelqu’un qui s’est voué à toi, dans le tutorat !
Ash’hadu annaka al-imâmu al-mahdiyyu, qawlann wa fi’lann, wa
anta al-ladhî tamla’u-l-arda qistann wa ‘adlann, ba‘da mâ muli’at
zhulmann wa jawrann.

J'atteste que tu es l'imam le Bien-dirigé en parole et en


acte, que c’est toi qui vas remplir la terre de justice et
d'équité, après qu’elle fut remplie d’injustice et
d’oppression !

Fa-‘ajjala-llâhu farajaka, wa sahhala makhrajaka, wa qarraba


zamânaka, wa kaththara ansâraka wa a‘wânaka, wa anjaza laka mâ
wa‘adaka, fa- huwa asdaqu al-qâ’ilîna :

Que Dieu accélère ta délivrance, facilite ta sortie, rende


proche ton heure, multiplie le nombre de tes partisans et
456/2106
de tes aides, réalise ce qu’il t’a promis car Il est le plus
Véridique de ceux qui disent :

wa nurîdu an namunna ‘alâ al-ladhîna-stud‘ifu fî-l-ardi wa


naj‘alahum a’immatann wa naj‘alahumu-l-wârithîna.

{Nous voulons favoriser ceux qui ont été humiliés sur


terre et faire d’eux des Guides et des Héritiers} (5/XXVIII).

Yâ mawlâya, yâ sâhiba-z-zamâni, yâ bna rasûli-llâhi, hâjatî kadhâ


wa kadhâ..

Ô mon Maître, ô le Détenteur du temps, ô fils du Mes-


sager de Dieu, mon besoin est cela et cela.

Evoque ton besoin à la place des mots «cela et cela».

Fa-shfa‘ lî fi najâhihâ faqad tawajjahtu ilayka bi-hâjatî, li-‘ilmî


anna laka ‘inda-llâhi shafâ'atann maqbûlatann, wa maqâmann
mahmûdann.

Intercède en ma faveur pour qu’il soit satisfait, je me


suis adressé à toi avec mon besoin, en sachant que tu as
auprès de Dieu, une intercession acceptée et un rang
élogieux !

fa-bi-haqqi mani-khtassakum bi-amrihi, wa-rtadâkum li-sirrihi


wa bi-sh-sha’ni al-ladhî lakum ‘inda-llâhi baynakum wa baynahu,

Aussi, par le droit de Celui qui vous a distingués par Son


Ordre et vous a agréés comme [dépositaires] de Son Secret,
et par l’importance que vous avez auprès de Dieu et de ce
qu’il y a entre vous et Lui,
457/2106
sali-llâha ta‘âlâ fî nujhi talibatî, wa ijâbati da'watî wa kashfi
kurbatî.

demande à Dieu le Très-Elevé d’exaucer ma demande, de


répondre à mon appel et de dissiper mon affliction !

Demande ce que tu veux car ce sera exaucé, avec l’Autorisation


de Dieu.
-Je dis : Le mieux est de réciter après al-Hamd (I), lors de la
première raka'at de cette prière, la sourate La Victoire (XLVIII) et
lors de la seconde raka 'at, la sourate Le Secours (CX).

Les quinze entretiens intimes de ‘Alî fils de Hussein(p)

d’as-Sahîfah as-Sajjâdiyyah
Le savant al-Majlisî (que Dieu lui fasse miséricorde) dit in al-Bi-
hâr : Je les ai trouvés rapportés de lui(p) dans les livres de certains
compagnons (que la satisfaction de Dieu soit sur eux)

♦1-Entretien Intime de ceux qui se repentent

(al-tâ ’ibîna)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi.

Au nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le Très-


Miséricordieux.

Ilâhî, albasatnî al-khatâyâ thawba madhallatî, wa jallalanî at-


tabâ'udu minka libâsa maskanatî.
458/2106
Mon Dieu, les péchés m'ont revêtu du manteau de
l'humiliation, l’éloignement de Toi m’a enveloppé du vête-
ment de la misère,

wa amâta qalbî ‘azhîmu jinâyatî, fa-ahyihi bi-tawbatinn minka yâ


amalî wa bughyatî, wa yâ su’lî wa munyatî.

la grandeur de ma faute a fait mourir mon cœur, aussi,


vivifie-le d’un repentir/retour de Toi, ô mon espoir, mon
désir, ma prière et mon vœu !

Fa-wa‘izzatika mâ ajidu li-dhunûbî siwâka ghâfirann, wa lâ arâ li-


kasrî ghayraka jâbirann.

Par Ta Toute-Puissance, je ne trouve personne d’autre


que Toi pour pardonner mes péchés et je ne vois personne
d’autre que Toi pour réparer ce qui est brisé en moi,

Wa qad khada'tu bi-l-inâbati ilayka, wa ‘anawtu bi-l-istikânati


ladayka.

Déjà, je me suis soumis à Toi en me repentant à Toi et je


me suis courbé d’humiliation devant Toi.

Fa-in taradtanî min bâbika fa-biman alûdhu, wa in radadtanî ‘an


janâbika fa-biman a‘ûdhu,

Si Tu me repousses de Ta Porte, auprès de qui trouverai-


je refuge ? Si Tu me rejettes de Ton entourage, auprès de
qui trouverai-je protection ?

Fa-wâ asafâhu min khajlatî wa-ftidâhî, wa wâlahfâhu min


sû’i‘amalî wa-jtirâhî.
459/2106
Quel malheur, ma honte et mon opprobre ! Quel
désastre, les mauvaises actions que j’ai commises !

As’aluka, yâ ghâfira-dh-dhan-bi-l-kabîri, wa yâ jâbira-l-‘azhmi-l-


kasîri, an tahaba lî mûbiqâti-l-jarâ’iri, wa tastura ‘alayya fâdihâti-s-
sarâ'iri,

Je Te demande, ô Celui qui pardonne les péchés graves


et qui panse les os brisés, d’effacer les dangers du péché, de
dissimuler le
scandale de mes secrets,

wa lâ tukhlinî fî mashhadi-l-qiyâmati min bardi ‘afwika wa


ghafrika, wa lâ tu'rinî min jamîli safhika wa satrika.

de ne pas me priver, au Jour de la Résurrection, de la


fraîcheur de Ta Rémission et de Ton Absolution, ni de me
dépouiller de la beauté de Ton Pardon et de Ta
Dissimulation.

Ilâhî, zhallil ‘alâ dhunûbî ghamâma rahmatika, wa arsil ‘alâ ‘uyûbî


sahâba ra’fatika.

Mon Dieu, ombrage mes fautes des nuages de Ta Miséri-


corde, envoie sur mes vices la nuée de Ta Compassion.

Ilâhî, hal yarji‘u-l-‘abdu-l- âbiqu illâ ilâ mawlâhu ? Am hal


yujîrahu min sakhatihi ahadunn siwâhu ?

Mon Dieu, l’esclave qui a fui son maître, ne revient-il pas


que chez son maître ? Un autre que son maître le
protègera-t-il de sa colère?
460/2106
Ilâhî, in kâna-n-nadamu ‘alâ dh-dhanbi tawbatann, fa-innî wa
‘izzatika mina-n-nâdimîna, wa in kâna-l-istighfâru mina-l-khatî’ati
hittatann fa-innî laka mina-l-mustaghfirîna.

Mon Dieu, si regretter la faute est un repentir vers Toi,


alors me voici, de par Ta Toute-Puissance, parmi ceux qui
regrettent. Si demander le pardon pour ses fautes est une
rémission des fautes, alors me voici parmi ceux qui im-
plorent Ton Pardon.

Laka-l-‘utbâ hattâ tardâ.

A Toi le droit de me blâmer jusqu'à ce que Tu sois


Satisfait.

Ilâhî, bi-qudratika ‘alayya tub ‘alayya, wa bi-hilmika ‘annî a‘fu


‘annî, wa bi-‘ilmika biyarfaq bî.

Mon Dieu, par la Puissance que Tu as sur moi, reviens


vers moi, par la Clémence que Tu as à mon égard, remets
mes fautes, et par la Connaissance que Tu as de moi,
témoigne-moi de Ta bonté !

llâhî, anta-l-ladhî fatahta li-‘ibâdika bâbann ilâ ‘afwika


sammaytahu at-tawbata, faqulta : tûbû ilâ-llâhi tawbatann nasûhann.
Famâ ‘udhru man aghfala dukhûla-l-bâbi ba‘da fat’hihi ?

Mon Dieu, c’est Toi qui as ouvert à Tes serviteurs, une


porte qui donne accès à Ton Pardon, que Tu as nommée le
repentir. Tu as dit : {Revenez à Dieu d’un repentir sincère}
(8/LXVI). Alors quelle est l’excuse de celui qui a négligé de
franchir cette porte après que Tu l’eus ouverte ?
461/2106
Ilâhî, in kâna qabuha-dh-dhanbu min ‘abdika, fa-l-yahsuni-l-‘afu
min‘indika.

Mon Dieu, si la laideur du péché vient de Ton serviteur,


que la Beauté du Pardon vienne de Toi !

Ilâhî, mâ anâ bi-awwali man‘asâka, fa-tubta ‘alayhi, wa ta‘arrada


li-ma‘rûfika fa-judta ‘alayhi.

Mon Dieu, je ne suis pas le premier à T’avoir désobéi,


vers qui Tu es revenu, [le premier] à avoir demandé Tes Bi-
enfaits, à qui Tu as témoigné de Ta Générosité.

Yâ mujîba-l-mudtarri, yâ kâshifa-d-durri, yâ ‘azhîma-l-birri, yâ


‘alîmann bimâ fî-s-sirri, yâ jamîla-s-sitri,
Ô Celui qui exauce les nécessiteux, qui dissipe le mal-
heur, ô Celui dont la Bonté est immense, ô Celui dont la
Science pénètre les secrets, ô Celui dont la Dissimulation
est belle,

astashfa‘tu bi-jûdika wa karamika ilayka, wa tawassaltu bi-


janâbika wa tarahhumika ladayka.

je sollicite l’intercession de Ta Générosité et de Ta Mag-


nificence auprès de Toi, j’implore Ta Grâce et Ta Pitié.

Fa-stajib du'â’î wa lâ tukhayyib fîka rajâ’î, wa taqabbal tawbatî, wa


kaffïr khatî’atî bi-mannika wa rahmatika yâ arhama ar-râhimîna.

Exauce mon invocation ! Ne déçois pas l’espoir que j’ai


en Toi ! Accepte mon repentir ! Efface mes péchés, par Ta
Grâce et Ta Miséricorde, ô le plus Miséricordieux de ceux
qui font Miséricorde !
462/2106
♦2-Entretien Intime de ceux qui se plaignent (ash-shâkîna)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r-rahîmi.

Au nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le Très-


Miséricordieux.

llâhî, ilayka ashkû nafsann bi-s-sû’i ammâratann, wa ilâ-l-


khatî’ati mubâdiratann, wa bi-ma‘âsîka mûla‘atann wa li-sakhatika
muta‘arridatann.

Mon Dieu, je me plains à Toi d’une âme instigatrice du


mal, qui s’empresse de commettre des fautes, qui aime à Te
désobéir, qui s’expose à Ta colère.

Tasluku bî masâlika al-mahâliki, wa taj‘alunî ‘indaka ahwana


hâlikinn, kathîrata-l-‘ilali tawîlata-l-amali,

Elle me conduit dans les voies de la perdition, elle fait de


moi le plus méprisable des réprouvés auprès de Toi, [elle
rend] les prétextes nombreux et l’espoir long [dire qu’il ya
du temps],

in massahâ-sh-sharru tajza‘u wa in massahâ-l-khayru tamna‘u,


mayyâlatann ilâ-l-la‘ibi wa-l-lahwi, mamlû’atann bi-l-ghaflati wa-s-
sahwi, tusri‘u bî ilâ-l-hawbati wa tusawwifunî bi-t-tawbati.

elle s’afflige dès que le malheur l’atteint et devient avare


si le bien l’atteint, encline aux amusements et aux diver-
tissements, pleine d’insouciance et de distraction, elle me
précipite vers la faute et elle ajourne le repentir.
463/2106
Illâhî, ashkû ilayka ‘aduwwann yudillunî, wa shaytânann yugh-
wînî, qad mala’a bi-l-waswâsi sadrî, wa ahâtat hawâjisuhu bi-qalbî.
Yu'âdidu liya-l-hawâ wa yuzayyinu lî hubba-d-dunyâ, wa yahûlu
baynî et bayna-t-tà'ati wa-z-zulfâ.

Mon Dieu, je me plains à Toi d'un ennemi qui m’égare,


d'un démon qui m’induit en erreur, qui a déjà rempli mon
cœur d’insinuations, dont les obsessions ont assiégé mon
cœur, qui prête main forte aux passions et me présente,
sous de belles apparences, l’amour pour ce monde, qui
évolue entre moi et l’obéissance [à Toi] et la proximité [de
Toi].

Ilâhî, ilayka ashkû qalbann qâsiyann ma‘a-l-waswâsi mutaqal-


libann, wa bi-r-rayni wa-t-tab‘i mutalabbisann,

Mon Dieu, je me plains à Toi d’un cœur endurci, instable


selon les obsessions et couvert de souillures et de scellés,

wa ‘aynann ‘ani-l-bukâ’i min khawfika jâmidatann, wa ilâ mâ yas-


urruhâ tâmihatann.

d’un oeil insensible aux pleurs de crainte de Toi, mais


regardant avec attention ce qui le réjouit.

Ilâhî, lâ hawla lî wa lâ quwwata illâ bi-qudratika, wa lâ najâta lî


min makârihi-d-dunyâ illâ bi-‘ismatika.

Mon Dieu, il n’est de force et de pouvoir qu’en Ta Puis-


sance, il n’est de salut pour moi, contre les adversités de ce
monde, que
sous Ta Protection,
464/2106
fa-as’aluka bi-balâghati hikmatika wa nafâdhi mashî’atika, an lâ
taj'alanî li-ghayri jûdika muta‘aridann, wa lâ tusayyiranî li-l-fitani
gharadann,

aussi, je Te demande, par l’éloquence de Ta Sagesse et


l’efficience de Ta Volonté, de ne pas me laisser faire appel à
la générosité d’un autre que Toi, de ne pas faire de moi une
cible pour les épreuves,

wa kun lî ‘alâ-l-a‘dâ’i nâsirann, wa ‘alâ-l-l-makhâzî wa-l-‘uyûbi


sâtirann wa mina-l-balâ’i wâqiyann, wa 'ani-l-ma'âsî ‘âsimann bi-
ra’fatika wa rahmatika, yâ arhama-r-râ- himîna.

d'être pour moi un secours contre les ennemis, un dissi-


mulateur des ignominies et des défauts, un abri dans les
épreuves, un protecteur contre les actes de désobéissance,
par Ta Bienveillance et Ta Miséricorde, ô le plus Miséri-
cordieux de ceux qui font miséricorde.

♦3-Entretien de ceux qui sont dans la crainte (al-khâ ’ifîna)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r-rahîmi.

Au nom de Dieu le Tout- Miséricordieux, le Très-


Miséricordieux.

Ilâhî, a tarâka ba‘da-l-îmâni bika tu‘adhdhibunî ? am ba‘da hubbî


iyyâka tuba“idunî ? Am ma‘a rajâ’î li-rahmatika wa safhika tahrimunî
? Am ma‘a -stijâratî bi-‘afwika tuslimunî ?

Mon Dieu, vas-Tu me châtier après que j’ai cru en Toi ?


Vas-Tu m’éloigner de Toi après que je T’ai aimé ? Vas- tu
me tenir à distance malgré mon espoir en Ta Miséricorde et
465/2106
en Ton Pardon ? Ou me trahir alors que je cherche refuge
auprès de Ta Grâce ?

Hâshâ li-wajhika-l-karîmi an tukhayyibanî.

Loin de Ta Face Bienveillante que Tu me déçoives !

Layta shi‘rî a-li-sh-shaqâ’i wa-ladatnî ummî am li-l-‘anâ’i


rabbatnî, fa-laytahâ lam talidnî wa lam turabbinî.

Ah ! Comme j’aimerais savoir si c’est pour la misère que


ma mère m’a mis au monde et pour la peine qu’elle m’a
élevé, alors, il aurait mieux valu qu’elle ne m’eût pas mis au
monde, ni ne m’ait élevé !

Wa laytanî ‘alimtu a-min ahli-s-sa'âdati ja‘altanî, wa bi-qurbika


wa jiwârika khasastanî, fa-taqirra bi-dhâlika ‘aynî wa tatma’inna lahu
nafsî.

Ah ! Comme j'aimerais savoir si Tu m'as placé parmi les


Bienheureux et si Tu m’as réservé une place auprès de Toi,
dans Ton entourage, alors je connaîtrais l’apaisement et
mon âme trouverait la sérénité !

Ilâhî, hal tusawwidu ujûhann kharrat sâjidatann li-‘azhamatika,


aw tukhrisu alsinatann nataqat bi-th-thanâ’i ‘alâ majdika wa
jalâlatika,

Mon Dieu, noircirais-Tu des visages qui sont tombés


prosternés devant Ta Grandeur ?! Rendrais-Tu muettes des
langues qui ont proclamé les louanges de Ta Gloire et de Ta
Majesté ?!
466/2106
aw tatba'u ‘alâ qulûbinn antawat ‘alâ mahabbatika, aw tusim-sim-
mu asmâ'ann taladhdhadhat bi-samâ‘i dhikrika fî irâdatika, aw
taghullu akuf- fann rafa'at’hâ al-âmâlu ilayka rajâ'a ra'fatika,

Placerais-Tu un sceau sur des coeurs qui se sont repliés


sur Ton Amour ?! Rendrais-Tu sourdes des oreilles qui se
sont réjouies à l’écoute de l’évocation de Ton Nom, dans Ta
Volonté ?! Lierais-Tu des mains que les espérances en Toi
et l’espoir en Ta Bienveillance ont fait lever vers Toi ?!

aw tu‘âqibu abdânann ‘arnilat bi-tâ‘atika hattâ nahilat fî


mujâhadatika, aw tu‘adhdhibu arjulann sa‘at fî ‘ibâdatika.

Châtierais-Tu des corps qui ont oeuvré dans Ton Obéis-


sance, au point de maigrir dans le combat mené pour Toi !
Ferais-Tu souffrir des jambes qui se sont empressées pour
Ton Culte !

Ilâhî, lâ tughliq ‘alâ muwah-hidîka abwâba rahmatika, wa lâ


tahjub mushtâqîka ‘ani-n-nazhari ilâ jamîli ru’yatika.

Mon Dieu, ne ferme pas les portes de Ta Miséricorde à


ceux qui proclament Ton Unicité, ne voile pas le regard de
ceux qui Te désirent ardemment, à la beauté de Ta Vision !

Ilâhî, nafsunn a‘zaztahâ bi-tawhîdika kayfa tudhilluhâ bi-


mahânati hijrânika, wa damîrunn an'aqada ‘alâ mawaddatika kayfa
tuhriquhu bi-harârati nîrânika.

Mon Dieu, une âme que Tu as ennoblie de Ton Unicité,


comment l’avilirais-Tu de l'humiliation de Ton Abandon,
une conscience qui s’est attachée à Ton Amour, comment la
brûlerais-Tu de la chaleur de Ton Feu ?
467/2106
Ilâhî, ajirnî min alîmi ghadabika wa ‘azhîmi sakhatika, yâ han-
nânu, yâ mannânu, yâ rahîmu, yâ rahmânu.

Mon Dieu, protège-moi de Ta douloureuse Colère et de


Ton immense Courroux, ô Compatissant, ô Bienfaiteur, ô
Très-Miséricordieux, ô Tout-Miséricordieux,

yâ jabbâru, yâ qahhâru, yâ ghaffaru, yâ sattâru, najjinî bi-rah-


matika min ‘adhâbi-n-nâri, wa fadîhati-l-‘âri,
ô Tout-Puissant, ô Dominateur, ô Celui qui pardonne les
péchés, ô Celui qui dissimule, sauve-moi, par Ta Miséri-
corde, du châtiment du Feu, de l’éclat du déshonneur,

idhâ amtâza-l-akhyâru mina-l-ashrâri, wa hâlati-l-ahwâlu wa


hâlati-l-ahwâlu,

quand les Bons seront séparés des Mauvais, que les situ-
ations se transformeront et que régnera la terreur,

wa qaruba-l-muhsinûna wa ba‘uda-l-musî’ûna, wa {uffiyat kullu


nafsinn mâ kasabat wa hum lâ yuzhlamûna}.
que ceux qui auront fait le bien seront rapprochés et
ceux qui auront fait le mal seront éloignés et que {chaque
homme recevra alors la rétribution de ce qu’il aura accom-
pli et personne ne sera lésé}. (25/III)

♦4-Entretien Intime de ceux qui ont espoir (ar-râjîna)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r-rahîmi.

Au nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Misé-


ricordieux.
468/2106
Yâ man idhâ sa’alahu ‘abdunn a‘tâhu, wa idhâ ammala mâ ‘in-
dahu ballaghahu munâhu, wa idhâ aqbala ‘alayhi qarrabahu adnâhu,
wa idhâ jâharahu bi-l-‘isyâni satara ‘alâ dhanbihi wa ghattâhu, wa id-
hâ tawakkala ‘alayhi ahsabahu wa kafâhu.

Ô Celui qui donne si un serviteur Le sollicite, qui comble


les voeux de celui qui espère en ce qu’il a, qui se rapproche
et place près de Lui celui qui se tourne vers Lui, qui dissim-
ule et couvre le péché de celui qui déclare ouvertement sa
désobéissance, qui pourvoit et suffit à celui qui compte sur
Lui.

Ilâhî mani-l-ladhî nazala bika multamisann qirâka famâ qaray-


tahu, wa mani-l-ladhî anâkha bi-bâbika murtajiyann nadâka famâ
awlaytahu.

Mon Dieu,est-il quelqu’un qui T’ait demandé l’hospital-


ité, que Tu n’aies pas accueilli ? Est-il quelqu’un qui se soit
arrêté à Ta Porte, plein d’espoir en Ta Générosité, que Tu
n’aies pas honoré ?

A yahsunu an arji‘a ‘an bâbika bi-l-khaybati masrûfann, wa lastu


a‘rifu siwâka mawlâ bi-l-ihsâni mawsûfann.

Est-il bon que je revienne de chez Toi (de Ta Porte),


déçu, exclu, alors que je ne connais pas d’autre maître que
Toi qui soit qualifié de Bienfaisance ?

Kayfa arjû ghayraka wa-l-khayru kulluhu bi-yadika, wa kayfa


u’ammilu siwâka wa-l-khalqu wa-l-amru laka.

Comment supplier autre que Toi alors que tout le bien


est entre Tes Mains ? Comment espérer en un autre que Toi
alors que la Création et l’Ordre sont à Toi ?
469/2106

A aqta‘u rajâ’î minka wa qad awlaytanî mâ lam as’alhu min fad-


lika, am tufqirunî ilâ mithlî wa anâ a'tasimu bi-hablika.

Vais-je désespérer de Toi alors que, par Ta Faveur, Tu


m’as déjà prodigué ce que je ne T’ai pas demandé ? Vas-Tu
me rendre tributaire d’un semblable, alors que je me suis
assuré à Ta Corde ?

Yâ man sa‘ida bi-rahmatihi al-qâsidûna, wa lam yashqa, bi-


niqmatihi al-mustaghfirûna, kayfa ansâka wa lam tazal dhâkirî, wa
kayfa alhû ‘anka wa anta murâqibî.

Ô Celui qui rend heureux, par Sa Miséricorde, ceux qui


[Le] désirent, qui n’éprouve pas de Sa Vengeance, ceux qui
[Lui] demandent le pardon, comment T’oublier alors que
Tu ne cesses de penser à moi, comment me laisser distraire
de Toi alors que Ton regard est constamment sur moi ?

Ilâhî, bi-dhayli karamika a'laqtu yadî, wa li-nayli ‘atâyâka basattu


amalî, fa-akhlisnî bi-khâlisati tawhîdika, wa-j‘alnî min safwati
‘abîdika.

Mon Dieu, aux pans de Ta Générosité, je me suis ac-


croché, pour recevoir Tes Dons, j’ai déployé mon espoir, al-
ors, purifie-moi par la pureté de Ton Unicité, fais de moi le
meilleur de Tes serviteurs !

Yâ man kullu hâribinn ilayhi yaltaji’u, wa kullu tâlibinn iyyâhu


yartajî, yâ khayra marjuwwinn, wa yâ akrama mad‘uwwinn,

Ô Celui vers qui se réfugie tout fugitif, à qui s’adresse


tout quémandeur, ô le Meilleur qui puisse être espéré, ô le
plus généreux Donateur qui puisse être sollicité,
470/2106

wa yâ man lâ yuraddu sâ’iluhu, wa lâ yukhayyabu âmiluhu, yâ


man bâbuhu maftûhunn lidâ'îhi, wa hijâbuhu marfû‘unn li-râjîhi,

ô Celui qui ne repousse pas le mendiant, ni ne déçoit ce-


lui qui espère en Lui, ô Celui dont la porte est ouverte à
ceux qui L’appellent et dont le voile est soulevé pour ceux
qui L’implorent,

as’aluka bi-karamika an tamunna ‘alayya min ‘atâ’ika bimâ taqir-


ru bihi ‘aynî, wa min rajâ’ika bimâ tatma’innu bihi nafsî, wa mina-l-
yaqîni bimâ tuhawwinu bihi ‘alayya musîbâti-d-dunyâ,

je Te demande, par Ta Générosité, de me gratifier de Tes


Dons de quoi me rendre heureux, de l’espoir en Toi de quoi
apaiser mon âme, de la certitude de quoi faciliter les ad-
versités de ce monde,

wa tajlû bihi ‘an basîratî ghashawâti-l-‘amâ, bi-rahmatika yâ


arhama-r-râhimîna.

et de dissiper de ma vue les voiles de la cécité, par Ta


Miséricorde, ô le plus Miséricordieux de ceux qui font
miséricorde !

♦5-Entretien Intime de ceux qui désirent (ar-râghibîna)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi.

Au nom de Dieu le Tout- Miséricordieux, le Très-


Miséricordieux.
471/2106
Ilâhî in kâna qalla zâdî fî-l-masîri ilayka, fa-laqad hasuna zhannî
bi-t-tawakkuli ‘alayka,

Mon Dieu, même si mes provisions sont maigres dans


ma route vers Toi, ma bonne opinion de Toi me fait m’en
remettre à Toi,

wa in kâna jurmî qad akhâfanî min‘uqûbatika, fa-inna rajâ’î qad


ash‘aranî bi-l-amni min naqmatika,

même si mon crime me fait craindre Ton Châtiment, ma


bonne confiance en Toi m’informe [que je suis] à l’abri de
Ta Vengeance,

wa in kâna dhanbî qad ‘aradanî li-‘iqâbika, faqad âdhanani husnu


thiqatî bi-thawâbika,

même si mon péché m’expose à Ta Punition, mon espoir


me fait me sentir à l’abri de Ta Sanction,

wa in anâmatnî-l-ghaflatu ‘ani-l-isti‘dâdi li-liqâ’ika, faqad


nabbahatnî-l-ma‘rifatu bi-karamika wa âlâ’ika,
Même si ma négligence à me préparer à Ta rencontre
m’a endormi, la connaissance de Ta Générosité et de Tes
Bienfaits m'a tiré du sommeil,

wa in awhasha mâ baynî wa baynaka fartu, al-‘isyâni wa-t-


tughyâni, faqad ânasanî bushrâ-l-ghufrâni wa-r-ridwâni,

même si l’excès de ma désobéissance et de ma révolte a


jeté un froid entre Toi et moi, la bonne nouvelle de Ton Par-
don et de Ton Agrément m’a réchauffé le cœur,
472/2106
as’aluka bi-subuhâti wajhika wa bi-anwâri qudsika, wa abtahilu
ilayka bi-‘awâtifi rahmatika wa latâ’ifi birrika,

je Te demande, par la magnificence de Ta Face et les lu-


mières de Ta Sainteté, et je Te supplie, par la tendresse de
Ta Miséricorde et par la douceur de Ta Bonté,

an tuhaqqiqa zhannî bi-mâ u’ammiluhu min jazîli ikrâmika wa


jamîli in‘âmika fi-l-qurbâ minka wa-z-zulfâ ladayka wa-t-tamattu‘i
bi-n-nazhari ilayka.

que se vérifie mon opinion faite à partir de l’abondance


de Tes Dons et de la beauté de Tes Bienfaits, dans le rap-
prochement de Toi, dans la proximité de Toi, dans le plaisir
de Te regarder.

Wa hâ anâ muta'arridunn li-nafahâti rawhika wa ‘atfika, wa


muntaji'unn ghaytha jûdi-ka wa lutfika, fârrunn min sakhatika ilâ
ridâka, hâribunn minka ilayka, râjinn ahsana mâ ladayka,
mu‘awwilunn ‘alâ mawâhibika muftaqirunn ilâ ri‘âyatika.

Me voici, m’exposant au souffle de Ta Miséricorde et de


Ton Affection, recherchant l'abondance de Ta Générosité et
de Ta Grâce, fuyant Ta Colère [en allant] vers Ton Agré-
ment, me sauvant de Toi [en allant] vers Toi, espérant le
meilleur de ce que Tu as, comptant sur Tes Dons, ayant be-
soin de Ton Assistance.

Ilâhî, mâ bada’ta bihi min fadlika fa-tammimhu, wa mâ wahabta


lî min karamika fa-lâ taslubhu wa mâ satartathu ‘alayya bi-hilmika
falâ tah- tik’hu, wa mâ ‘alimtahu min qabîhi fi‘lî fa-ghfirhu.

Mon Dieu, ce que Tu as commencé par Ta Faveur,


complète-le, ce dont Tu m’as fait don, de par Ta Générosité,
473/2106
ne le retire pas, ce que Tu m’as recouvert, de par Ta Man-
suétude, ne le dévoile pas, ce que Tu as connu de mes
mauvaises actions, pardonne-le-moi.

Ilâhî, astashfa‘tu bika ilayka, wa-stajartu bika minka, ataytuka


tâmi'ann fi ihsânika, râghibann fî imtinânika, mustasqiyann wâbila
tawlika, mustamtirann ghamâma fadlika,

Mon Dieu, je demande Ton Intercession auprès de Toi,


je demande Ta Protection de Toi, je viens à Toi, avide de
Tes Bienfaits, convoitant Tes Grâces, implorant des déluges
de Tes Richesses, demandant qu’il pleuve des nuages de Ta
Faveur,

tâlibann mardâtaka, qâsidann janâbaka, wâridann shari'ata rif-


dika, multamisann siniyya-l-khayrâti min ‘indika, wâfidann ilâ had-
rati jamâlika, murîdann wajhaka, târiqann bâbaka, mustakînann
bi-‘azhamatika wa jalâlika,

demandant Ton Agrément, recherchant Ton Voisinage,


m’abreuvant aux sources de Tes Dons, recherchant auprès
de Toi, les Biens (les plus) sublimes, me rendant vers la
présence de Ta Beauté, désirant Ton Visage, frappant à Ta
Porte, humble devant Ta Grandeur et Ta Majesté,

fa-afal bî mâ anta ahluhu mi-na-l-maghfirati wa-r-rahmati, wa lâ


tafal bî mâ anâ ahluhu mina-l-‘adhâbi wa-n-niqmati, bi rahmatika yâ
arhama-r-râhimîna.

aussi, traite-moi en fonction de ce que Tu es le Maître en


Pardon et en Miséricorde, et ne me traite pas selon ce que
je mérite en châtiment et vengeance, par Ta Miséricorde, ô
Celui qui est le plus Miséricordieux de ceux qui font
miséricorde !
474/2106
♦6-Entretien de ceux qui remercient (ash-shâkirîna)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi

Au nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le Très Misé-


ricordieux.

Ilâhî, adhhalanî ‘an iqâmati shukrika tatâbu'u tawlika, wa a'jazanî


‘an ihsâ’i thanâ’ika faydu fadlika,

Mon Dieu, la continuité de Tes Richesses m’a fait oublier


de Te remercier, l’abondance de Tes Faveurs m’a rendu im-
puissant à faire le compte des louanges à te rendre,

wa shaghalanî ‘an dhikri mahâmidika tarâdufu ‘awâ’idika, wa


a‘yânî ‘an nashri ‘awârifika tawâlî ayâdîka.

la succession de Tes Bienfaits m’a distrait de t’en rendre


grâce, l’ininterruption de Tes Largesses m’a rendu incap-
able de propager Tes Bienfaits.

Wa hâdhâ maqâmu mani-‘tarafa bi-subûghi-n-na‘mâ’i wa


qâbalahâ bi-t-taqsîri, wa shahida ‘alâ nafsihi bi-l-ihmâli wa-t-tadyî‘i,

Et voici la station de celui qui reconnaît l’ampleur de Tes


Faveurs et qui l’accueille avec insuffisance, de celui qui
s'accuse lui-même de négligence et de gaspillage,

wa anta ar-ra’ûfu, ar-rahîmu, al-barru, al-karîmu, al-ladhî lâ


yukhayyibu qâsidîhi, wa lâ yatrudu ‘an finâ’ihi âmilîhi.
475/2106
alors que Toi, Tu es le Bienveillant, le Très-Miséri-
cordieux, le Bienfaisant, le Généreux, qui ne déçoit pas
ceux qui L’ont pris comme objectif, qui ne chasse pas de Sa
cour ceux qui espèrent en Lui.

Bi-sâhatika tahuttu rihâlu-r-râjîna, wa bi-‘arsatika taqifu âmâlu-l-


mustarfidîna,falâ tuqâbil âmâlanâ bi-t-takhyîbi wa-l-iyâsi, wa lâ
tulbisnâ sirbâla-l-qunûti wa-l-iblâsi.

Sur Ta place, se déposent les bagages de ceux qui ont es-


poir, dans Ta Cour Intérieure, s’arrêtent les attentes de
ceux qui quémandent des dons, alors, ne réponds pas à nos
attentes par la déception et la désespérance, ne nous revêts
pas du manteau du désespoir et du désarroi !

Ilâhî, tasâghara ‘inda ta'âzhumi âlâi’ka shukrî, wa tadâ’ala fî janbi


ikrâmika iyyâya thanâ'î wa nashrî.

Mon Dieu, mes remerciements sont bien minimes


devant la grandeur de Tes Dons, mes louanges et la pro-
clamation que j’en fais sont bien pâles à côté de Ta
Générosité à mon égard.

Jallaltanî ni‘amuka min anwâri-l-îmâni hulalann, wa darabat


‘alayya latâ'ifu birrika mina-l-‘izzi kilalann, wa qalladatnî minanuka
qalâ’ida lâ tuhallu, wa tawaqatnî atwâqann lâ tufallu.

Tes Grâces m'ont recouvert des lumières de la foi


comme d’une toge, les gentillesses de Ta Bonté m’ont
couvert d’un voile de gloire, Tes Faveurs m’ont orné de pen-
dentifs qui ne se détachent pas et m’ont décoré de colliers
qui ne se brisent pas.
476/2106
Fa-alâ’uka jammatunn da'ufa lisânî ‘an ihsâ’ihâ, wa na‘mâ’-uka
kathîratunn qasura fahmî ‘an idrâkihâ, fadlann ‘anistiqsâ’ihâ.
Ainsi, Tes Dons sont abondants, ma langue est trop
faible pour en faire le compte, Tes Bienfaits sont nom-
breux, mon intelligence est trop limitée pour les percevoir,
et encore moins pour les étudier avec minutie.

Fa-kayfa lî bi-tahsîli-sh-shukri, wa shukrî iyyâka yaftaqiru ilâ


shukrinn, fa-kullamâ qultu laka-l-hamdu, wajaba ‘alayya li-dhâlika,
an aqûla laka al-hamdu.

Comment arriver à Te remercier, alors que pour Te re-


mercier, j’ai besoin de Te remercier ? Ainsi, chaque fois que
je Te dis ‘Louange à Toi’, il me faut, pour cela. Te dire ‘Lou-
ange à Toi’.

Ilâhî, fa-kamâ ghadhdhaytanâ bi-lutfika, wa rabbaytanâ bi-


sun‘ika, fa-tammim ‘alaynâ sawâbigha-n-ni‘ami, wa-dfa‘ ‘annâ
makâriha-n-niqami, wa âtinâ min huzhûzhi-d-dârayni arfa‘ahâ wa
ajallahâ ‘âjilann wa âjilann.

Mon Dieu, comme Tu nous as nourris par Ta Prévoyance


et Tu nous as élevés d’après Ton Œuvre, achève de
répandre Tes Grâces sur nous, défends-nous contre les
désagréments du Châtiment, donne-nous les plus élevées et
les plus nobles chances des deux demeures, en toute hâte et
dans l’avenir !

Wa laka-l-hamdu ‘alâ husni balâ’ika wa subûghi na‘mâ'ika, ham-


dann yûwâfiqu ridâka wa yamtarî-l-‘azhîma min birrika wa nadâka.

Louange à Toi, pour la bonté de Tes Epreuves et la lar-


gesse de Tes Dons, Louange qui correspond à Ta
477/2106
Satisfaction et qui appelle la grandeur de Ta Bonté et de Ta
Magnanimité,

yâ ‘azhîmu yâ karîmun bi-rahmatika yâ arhama-r-râhimîna.

ô Grandiose, ô Généreux, par Ta Miséricorde, ô Celui


qui est le plus Miséricordieux de ceux qui font Miséricorde
!

♦7-Entretien intime de ceux qui obéissent à Dieu (al-mutî'îna


li-llâhi)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r-ra-hîmi.

Au nom de Dieu le Tout- Miséricordieux, le Très


Miséricordieux.

Allâhumma, alhimnâ tâ'ataka wa jannibnâ ma'siyataka, wa yassir


lanâ bulûgha mâ natamannâ mini-btighâ’i ridwânika, wa ahlilnâ buh-
bûhata jinânika,

Mon Dieu, inspire-nous l’obéissance à Toi et écarte-nous


de la désobéissance, facilite-nous l’atteinte de ce que nous
désirons dans le dessein de Ton Agrément, permets-nous
de faire halte au coeur de Ton Jardin,

wa-qsha‘ ‘an basâ’irinâ sahâ- ba-l-artiyâbi, wa-kshif ‘an qulûbinâ


aghshiyata al-miryati wa-l-hijâbi, wa az’hiqi-l-bâtila ‘an damâ’irinâ,
wa athbiti-l-haqqa fî sarâ’irinâ,

dissipe de nos vues les nuages du doute, ôte de nos


cœurs les membranes et les voiles du doute, fais disparaître
478/2106
le faux de nos consciences, affermis la Vérité au plus pro-
fond de nous-mêmes,

fa-inna-sh-shukûka wa-dh-dhunûna la-wâqihu-l-fitani, wa


mukaddiratunn li-safwi-l-manâ’ihi wa-l-minani.

car les doutes et les conjectures provoquent la discorde


et troublent la pureté des dons et des bienfaits.

Allâhumma, ahmilnâ fî sufuni najâtika, wa matti‘nâ bi-ladhîdhi


munâjâtika, wa awridnâ hiyâda hubbika, wa adhiqnâ halâwata wud-
dika wa qurbika,

Mon Dieu, emporte-nous sur les vaisseaux de Ton Salut,


fais-nous jouir des délices de Tes Entretiens intimes,
abreuve-nous aux bassins de Ton Amour, fais-nous goûter
la douceur de Ton Attachement et de Ta Proximité,

wa-ja‘l jihâdanâ fîka wa hammanâ fî tâ'atika, wa akhlis niyâtinâ fî


mu‘âmalatika, fa-innâ bika wa laka wa lâ wasîlata lanâ ilayka illâ
anta.

fais que notre combat soit en Toi et notre préoccupation


en l’obéissance à Toi, purifie nos intentions dans notre
comportement avec Toi, car nous sommes de par Toi et
pour Toi et il n’y a pas d'intermédiaire pour nous vers Toi
autre que Toi !

Ilâhî, aj'alnî mina-l-mustafayna-l-akhyâri, wa alhiqnî bis-


sâlihîna-l-abrâri, as-sâbiqîna ilâ-l-makrumâti al-musâri‘îna ilâ-l-
khayrâti,
Mon Dieu, place-nous parmi Tes Elus, les Meilleurs,
accorde-moi de rejoindre les Justes, les Bons, ceux qui sont
479/2106
les premiers vers les nobles actions, qui se hâtent vers les
bonnes actions,

al- ‘âmilîna li-l-bâqiyâti-s-sâlihâti, as-sâ‘îna ilâ rafî'i ad-darajâti,


innaka ‘alâ kulli shay’inn qadîrunn wa bi-l-ijâbati jadîrunn, bi-rah-
matika yâ arhama ar-râhimîna.

qui agissent pour les bonnes actions impérissables, qui


recherchent les degrés les plus élevés, car Tu es Puissant
sur toute chose et à même de répondre favorablement, ô le
plus Miséricordieux de ceux qui font miséricorde !

♦8-Entretien Intime de ceux qui veulent (al-murîdîna)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r-rahîmi

Au nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le Très-


Miséricordieux.

Subhânaka mâ adyaqa at-turuqa ‘alâ man lam takun dalîlahu, wa


mâ awdaha-l-haqqa ‘inda man hadaytahu sabîlahu.

Gloire à Toi, comme les chemins sont étroits pour celui


dont Tu n’es pas le guide et comme la Vérité est manifeste
pour celui que Tu as dirigé sur la bonne voie !

Ilâhî, fa-sluk binâ subula-l-usûli ilayka, wa sayyirnâ fî aqrabi-t-


turuqi li-l-ufûdi ‘alayka, wa qarrib ‘alaynâ-l-ba‘îda wa sahhil ‘alaynâ-
l-‘asîra ash-shadîda,

Mon Dieu, je Te demande, pour nous, les sentiers qui


mènent à Toi, fais-nous parcourir les chemins les plus
480/2106
courts pour parvenir à Toi, rapproche-nous ce qui est loin,
facilite-nous ce qui est très difficile,

wa alhiqnâ bi-‘ibàdika al-ladhîna hum bi-l-bidâri ilayka


yusâri‘ûna, wa bâbaka ‘alâ-d-dawâmi yatruqûna, wa iyâka fî-l-layli
wa-n-nahâri ya'budûna,

accorde-nous de rejoindre Tes Serviteurs qui se hâtent


de prendre une initiative vers Toi, qui frappent constam-
ment à Ta Porte, qui n'adorent que Toi, nuit et jour,

wa hum min haybatika mushfiqûna, al-ladhîna saffay-ta lahumu-


l-mashâriba wa ballaghtahumu-r-raghâ’iba, wa anjahta lahumu-l-
matâliba

qui s’attendrissent de crainte révérencielle devant Toi,


pour qui Tu as purifié les sources, à qui Tu as fait atteindre
l’objet de [leurs] désirs, à qui Tu as mené à bonne fin les
demandes,

wa qadayta lahum min fadlika-l-mâriba, wa mala’ta lahum


damâ’irahum min hubbika, wa rawwaytahum min sâfî shirbika.

dont Tu as réalisé les desseins par Ta Faveur, dont Tu as


rempli les cœurs de Ton Amour, que Tu as désaltérés de
Ton Pur Breuvage.

Fa-bika ilâ ladhîdhi munâjâtika wasalû, wa minka aqsâ maqâsidi-


him hassalû.

Par Toi, ils sont parvenus aux délices de Tes Entretiens


intimes, de Toi, ils ont atteint leur but suprême.
481/2106
Fa-yâ man huwa ‘alâ-l-muqbilîna ‘alayhi muqbilunn, wa bi-l-‘atfi
‘alayhim ‘â’idhunn mufdilunn, wa bi-l-ghâfilîna ‘an dhikrihi
rahîmunn ra’ûfunn, wa bi-jadhbihim ilâ bâbihi wadûdunn ‘atûfunn,

Ô Celui qui va à la rencontre de ceux qui se tournent


vers Lui, qui revient et comble de bienfaits par Bienveil-
lance pour eux, qui est Miséricordieux et plein de Bonté en-
vers ceux qui négligent de L'invoquer, et qui les attire à Sa
Porte, en se montrant Chaleureux et Affectueux,

as’aluka an taj‘alanî min awfarihim minka hazhzhann, wa a‘lâhum


‘indaka manzilann, wa ajzalihim min wuddika qismann, wa afdalihim
fî ma'rifatika nasîbann.

je Te demande de m’admettre au nombre de ceux qui ont


reçu la plus abondante fortune de Toi, qui ont accédé au
rang le plus élevé auprès de Toi, qui ont obtenu la plus belle
part de Ton Amour, qui ont reçu le meilleur lot de Ta
Connaissance.

Fa-qad anqata‘at ilayka himmatî wa-nsarafat nahwaka raghbatî,


fa-anta lâ ghayruka murâdî, wa laka lâ li-siwâka saharî wa suhâdî,

Déjà, c’est uniquement à Toi que s’est consacrée mon ar-


deur et c’est vers Toi que s’est tourné tout mon désir, Toi
Seul est l’objet de mes vœux et à Toi Seul, sont consacrées
mes veillées et mes nuits blanches,

wa liqâ'uka qurratu 'aynî wa wasluka munâ nafsî, wa ilayka


shawqî wa fî mahabbatika walahî, wa ilâ hawâka sabâbatî, wa ridâka
bughyatî,

Ta Rencontre est le plaisir de mes yeux et Ton Contact


est le souhait de mon âme, vers Toi est mon désir et
482/2106
d’Amour pour Toi, je suis éperdu, vers Ta Passion est ma
ferveur et Ton Agrément est mon souhait,

wa ru’yatuka hâjatî, wa jiwâruka talabî, wa qurbuka ghâyatu su’lî,


wa fi munâjâtika rawhî wa râhatî,

Ta Vision est mon besoin, Ton Voisinage est ma de-


mande et Ta Proximité est le but de ma quête, dans les en-
tretiens intimes avec Toi, se trouvent ma joie et ma
tranquillité,

wa ‘indaka dawâ’u ‘illatî wa shifâ’u ghullatî, wa bardu law‘atî wa


kashfu kurbatî,

auprès de Toi se trouvent le remède de ma maladie,


l’étanchement de ma soif ardente, l'apaisement de mon
tourment, la dissipation de mon chagrin,

fa-kun anîsî fi wahshatî wa muqîla ‘athratî, wa ghâfira zallatî wa


qâbila tawbatî, wa mujîba da‘watî wa waliyya ismatî, wa mughniya
fâqatî,

alors, sois mon compagnon dans ma solitude, Celui qui


me relève de mes faux-pas, qui pardonne ma faute, qui ac-
cepte mon repentir, qui répond à mon appel, qui m’assure
la protection, qui enrichit ma misère,

wa lâ taqta‘nî ‘anka wa lâ tub‘idnî minka, yâ na‘îmî wa jannatî yâ


dunyâya wa âkhiratî yâ arhama-r-râhimîna.
ne me sépare pas de Toi et ne m’éloigne pas de Toi, ô ma
Béatitude, mon Paradis, ma Vie d’ici-bas et mon Au-delà, ô
le plus Miséricordieux de ceux qui font Miséricorde !
483/2106
♦9-Entretien Intime de ceux qui aiment (al-muhibîna)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r-rahîmi

Au nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le Très-Misé-


ricordieux.

Ilâhî man dhâ-l-ladhî dhâqa halâwata mahabbatika fa-râma


minka badalann, wa man dhâ-l-ladhî anisa bi-qurbika fa-btaghâ
‘anka hiwalann.

Mon Dieu, qui donc aurait goûté à la douceur de Ton


Amour et désirerait ensuite autre que Toi ?! Qui donc
aurait pris plaisir en Ta Compagnie et aspirerait ensuite à
autre que Toi ?!

Ilâhî, fa-j‘alnâ mimmani-stafaytahu li-qurbika wa wilâ-yatika, wa


akhlastahu li-wuddika wa mahabbatika, wa shawwaqtahu ilâ liqâ’ika
wa raddaytahu bi-qadâ’ika,

Mon Dieu, compte-nous parmi ceux que Tu as choisis


pour Ta Proximité et Ton Amitié protectrice, que Tu as
préférés pour Ta Dilection et Ton Amour, chez qui Tu as
suscité l’ardent désir de Te rencontrer, que Tu as rendu sat-
isfaits de Ton Décret,

wa manahtahu bi-n-nazhari ilâ wajhika, wa habawtahu bi-ridâka


wa a‘ adhtahu min hajrika wa qalâka, wa bawwa’tahu maq‘ada-s-
sidqi fî jiwârika,

que Tu as gratifiés de la vision de Ta Face, à qui Tu as of-


fert Ton Agrément, que Tu as préservés de Ton
484/2106
Eloignement et de Ta Haine, que Tu as établis aux lieux de
la Loyauté, dans Ton Voisinage,

wa khasastahu bi-ma‘rifatika wa ahhaltahu bi-‘ibâdatika, wa


hayyamta qalbahu li-irâdatika, wa-jtabaytahu li-mushâha-datika wa
akhlayta wajhahu laka, wa farraghta fu’âdahu li-hubbika wa raghgh-
abtahu fîmâ ‘indaka,

à qui Tu as réservé Ta Connaissance, que Tu as rendu


dignes de Ton adoration, que Tu as rendu épris d'amour
pour Ta Volonté, que Tu as choisis pour Ta contemplation,
dont Tu as détourné (la face) [de toute chose] pour Toi,
dont Tu as vidé le cœur pour Ton Amour, à qui Tu as fait
désirer ce qui se trouve auprès de Toi,

wa alhamtahu dhikrika wa awza‘tahu shukraka wa sha-ghaltahu


bi-tâ‘atika wa sayyartahu min sâlihî bariyyatika, wa-khtartahu li-
munâjâtika wa qata‘ta ‘anhu kulla shay’inn yaqta ‘hu ‘anka.

à qui Tu as inspiré l’évocation de Ton Nom, à qui Tu as


suggéré Ton Remerciement, que Tu as employés dans Ton
Obéissance, que Tu as mis au nombre des vertueux de Tes
créatures, que Tu as choisis pour Tes Entretiens Intimes,
de qui Tu as détaché toute chose qui les séparait de Toi.

Allâhumma, aj'alnâ mimman da’buhumu-l-artiyâhu ilayka wa-l-


hanînu, wa dahruhumu-z-zafratu wa-l-an’yinu, jabâhu-hum sâjida-
tunn li-‘azhamatika,

Mon Dieu, place-nous au nombre de ceux, dont l'habi-


tude est le réconfort auprès de Toi et le désir ardent de Toi,
leur usage, les soupirs et les plaintes, [dont] les fronts sont
prosternés devant Ta Grandeur,
485/2106
wa ‘uyûnuhum sâhiratunn fî khidmatika, wa dumû'uhum sâ’ila-
tunn min khashyatika, wa qulûbuhum muta‘alliqatunn bi-mahab-
batika, wa af'idatuhum munkhali'atunn min mahâbatika.

les yeux veillent à Ton Service, les larmes coulent par


crainte de Toi, les cœurs sont accrochés à Ton Amour, le
for intérieur est disloqué de vénération pour Toi.

Yâ man anwâru qudsihi li-absâri muhibbîhi râ’iqatunn, wa sub-


uhâtu wajhihi li-qulûbi ‘ârifihi shâ’ifatunn, yâ munâ qulûbi-l-
mushtâqîna wa yâ ghâyata âmâli-l-muhibbîna,

Ô Celui dont les Lumières de Sa Sainteté sont pures aux


regards de ceux qui L’aiment, dont la Magnificence de Sa
Face apparaît aux cœurs qui Le connaissent, ô Désirs des
cœurs qui Te désirent ardemment, ô But des espérances de
ceux qui T’aiment,

as’aluka hubbaka wa hubba man yuhibbuka wa hubba kulli


‘amalinn yûsilunî ilâ qurbika, wa an taj'alaka ahabba ilayya mimmâ
siwâka,

je Te demande Ton Amour, l’Amour de ceux qui T’ai-


ment, l’Amour de tout acte qui me permet d’atteindre Ta
Proximité, et de faire que Tu sois pour moi le plus Aimable
de tout autre que Toi,

wa an taj'ala hubbî iyyâka qâ’idann ilâ ridwânika, wa shawqî


ilayka dhâ’idann ‘an ‘isyânika.

et que mon Amour pour Toi soit le guide vers Ton Agré-
ment, que mon désir de Toi me protège de la désobéissance
de Toi.
486/2106
Wa-mnun bi-n-nazhari ilayka ‘alayya, wa-nzhur bi-‘ayni-l-wuddi
wa-l-‘atfi ilayya, wa lâ tasrif ‘annî wajhaka.

Gratifie-moi de Ta Vision, regarde-moi avec Affection et


Bienfaisance, ne détourne pas de moi Ton Visage,

wa-j‘alnî min ahli-l-is‘âdi wa-l-huzhwati ‘indaka, yâ mujîbu yâ


arhama-r-râhimîna.

admets-moi au nombre des Bienheureux et de ceux qui


ont trouvé grâce auprès de Toi, ô Celui qui répond favor-
ablement [aux requêtes], ô le plus Miséricordieux de ceux
qui font miséricorde !

♦ 10-Entretien de ceux qui implorent (al-mutawassilîna)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r-ra-hîmi.

Au nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le Très-


Miséricordieux.

Ilâhî, laysa lî wasîlatunn ilayka illâ ‘awâtifu ra’fatika, wa lâ lî


dharî'atunn ilayka illâ ‘awârifu rahmatika, wa shafâ‘atu nabiy-yika
nabiyyi-l-rahmati, wa munqidhi-l-ummati mina-l-ghummati,

Mon Dieu, je n’ai d’intermédiaire auprès de Toi que Ta


Bienveillante Compassion, je n’ai d’entremise auprès de
Toi que les Bienfaits de Ta Miséricorde et l’intercession de
Ton Prophète, Prophète de la Miséricorde et Sauveur de la
nation du tourment,
487/2106
fa-j‘alhumâ lî sababann ilâ nayli ghufrânika, wa sayyir-humâ lî
uslatann ilâ-l-fawzi bi-ridwânika.

aussi, fais en sorte qu’ils soient, tous deux, une cause de


l’obtention de Ton Pardon,et (rends-les) un moyen pour
gagner Ton Agrément.

Wa qad halla rajâ’î bi-harami karamika, wa hatta tama'i bi-finâ’i


jûdika, fa-haqqiq fîka amalî wa-khtim bi-l-khayri ‘amalî,

Déjà, mon espoir s’est logé dans l’enceinte sacrée de Ta


Magnificence, mon ambition a fait halte dans la cour de Ta
Générosité, alors, réalise en Toi mon espoir, achève en bien
mon action,

wa-j‘alnî min safwatika-l-ladhîna ahlaltahum buhbûhata jan-


natika, wa bawwa’tahum dâra karâmatika wa aqrarta a‘yunahum bi-
n-nazhari ilay- ka yawma liqâ’ika, wa awrath-tahum manâzila-s-sidqi
fi jiwârika,

admets-moi au nombre des Elus que Tu as établis au


cœur de Ton Jardin, que Tu as hébergés dans la maison de
Ta Noblesse, dont les yeux se sont réjouis à Ta vue le Jour
de Ta Rencontre, à qui Tu as donné en héritage les de-
meures de la Loyauté, dans Ton Entourage,

yâ man lâ yafidu-l-wâfidûna ‘alâ akrama minhu, wa lâ yajidu-l-


qâsidûna arhama minhu, yâ khayra man khalâ bihi wahîdunn wa yâ
a‘tafa man awâ ilayhi tarîdunn.

ô Celui en dehors de qui les visiteurs ne trouvent pas de


meilleur accueil, ô Celui en dehors de qui ceux qui sont in-
tentionnés [vers Lui] ne trouvent pas de plus miséri-
cordieux, ô le Meilleur de celui avec qui s’est isolé le
488/2106
solitaire, ô le plus Compatissant de celui auprès de qui le
banni a trouvé asile.

Ilâ sa'ati ‘afwika madadtu yadî, wa bi-dhayli karamika a'laqtu


kaffî, falâ tûlinî-l-hirmâna wa lâ tublinî bi-l-khaybati wa-l-khusrâni,
yâ samî‘a-d-du‘â’i yâ arhama-r-râhimîna.

Vers la largesse de Ton Pardon, j’ai tendu les bras, aux


pans de Ta Générosité, j’ai accroché mes mains, alors, ne
me réponds pas par la privation, ne m’éprouve pas par la
déception et la perte, ô Celui qui entend les invocations, ô
le plus Miséricordieux de ceux qui font miséricorde !

♦11-Entretien Intime de ceux qui sont dans le besoin


(al-muftaqirina)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r-rahîmi.

Au nom de Dieu le Tout- Miséricordieux, le Très-Misé-


ricordieux.

Ilâhî, kasrî lâ yajburuhu illâ lutfuka wa hanânuka, wa faqrî lâ


yaghnîhi illâ ‘atfuka wa ihsânuka, wa raw'atî lâ yusakkinuhâ illâ
amânuka,

Mon Dieu, ma fracture, ne la réduisent que Ta Préven-


ance et Ta Tendresse, ma pauvreté, ne l’enrichissent que Ta
Bienveillance et Ta Bonté, ma peur, ne l’apaise que Ta
Sécurité,

wa dhillatî, lâ yu'izzuhâ illâ sultânuka, wa umniyyatî lâ yubal-


lighunîhâ illâ fadluka, wa khallatî lâ yasudduhâ illâ tawluka,
489/2106

mon humiliation, ne la relève que Ton Pouvoir, mes as-


pirations, ne les satisfait que Ta Faveur, mon dénuement,
ne le comble que Ta Richesse,

wa hâjatî lâ yaqdîhâ ghayruka, wa karbî lâ yufarrijuhu siwâ rah-


matika, wa durrî lâ yakshi-fuhu ghayru ra’fatika,

mon besoin, nul n’y pourvoit autre que Toi, mon afflic-
tion, rien ne la soulage autre que Ta Miséricorde, mon mal-
heur, rien ne le dissipe autre que Ta Bonté,

wa ghullatî lâ yubarriduhâ illâ wasluka, wa law'atî lâ yutfîhâ illâ li-


qâ’uka, wa shawqî ilayka lâ yabulluhu illâ-n-nazharu ilâ wajhika,

ma soif ardente, ne l’étanche que Ton Contact, les


flammes de ma passion, ne les éteint que Ta Rencontre,
mon désir de Toi, ne le comble que la vision de Ta Face,

wa qarârî lâ yaqirru dûna dunuwwî minka wa lahfatî lâ yarud-


duhâ illâ rawhuka, wa suqmî lâ yashfîhi illâ tibbuka, wa ghammî lâ
yuzîluhu illâ qurbika,

ma tranquillité, je ne la trouve que dans mon rapproche-


ment de Toi, mon affliction, ne la chasse que Ton Récon-
fort, ma maladie, ne la guérit que Ta Médecine, mes peines,
ne les dissipe que Ta Proximité,

wa jurhî lâ yubri’uhu illâ safhuka, wa raynu qalbî lâ yajlûhu illâ


‘afuka, wa waswâsu sadrî lâ yuzîhuhu illâ amruka,

ma blessure, ne la panse que Ton Pardon, la souillure de


mon cœur, ne la nettoie que Ton Pardon, les obsessions de
mon cœur, ne les écarte que Ton Ordre,
490/2106

fa-yâ muntahâ amali-l-âmilîna wa yâ ghâyata su’li-s-sâ’ilîna, wa


yâ aqsâ talibati-t-tâlibîna,

alors, ô Paroxysme de l’espoir de ceux qui espèrent, ô


But de la requête de ceux qui demandent, ô ultime Quête de
ceux qui sollicitent,

wa yâ a ‘lâ raghbati-r-râghibîna, wa yâ waliyya-s-sâlihîna, wa yâ


amâna-l-khâ’ifîna, wa yâ mujîba da‘wati-l-mudtarrîna,

ô le plus élevé Désir de ceux qui désirent, ô l’Ami protec-


teur des Purs, ô Sécurité des craintifs, ô Celui qui répond à
l'appel de ceux qui sont dans la nécessité,

wa yâ dhukhra-l-mu‘dimîna, wa yâ kanza-l-bâ’isîna, wa yâ
ghiyâtha-l-mustaghîthîna, wa yâ qâdiya hawâ’iji-l-fuqarâ’i wa-l-
masâkîni,

ô Ressource des démunis, ô Trésor des malheureux, ô


Secours des hommes en détresse, ô Celui qui satisfait les
besoins des pauvres et des miséreux,

wa yâ akrama-l-akramîna wa yâ arhama-r-râhimîna, laka


takhaddu'î wa su’âlî wa ilayka tadarru‘î wa-btihâlî,

ô le plus Généreux des généreux, ô le plus Miséri-


cordieux de ceux qui font Miséricorde, à Toi ma soumission
et mes requêtes, vers Toi mes supplications et mes
implorations,

as’aluka an tunîlanî min rawhi ridwânika, wa tudîma ‘alayya


ni'ama-mtinânika.
491/2106
je Te demande de me gratifier du bien-être de Ton Agré-
ment, de ne pas cesser de verser sur moi les dons de Ta
Grâce.

Wa hâ anâ bi-bâbi karamika wâqifunn, wa li-nafahâti birrika


muta'arridunn, wa bi-hablika-sh-shadîdi mu'tasimunn, wa bi
‘urwatika-l-ûthqâ mutamassi-kunn.

Me voici, me tenant à la porte de Ta Générosité, m’ex-


posant aux souffles de Ta Bonté, m’assurant à Ta Corde
solide, m’agrippant à l’Anse la plus solide.

Ilâhî, irham "abdaka-dh-dhalîla dhâ-l-lisâni al-kalîli wa-l-‘amali-


l-qalîli, wa-mnun ‘alayhi bi-tawlika-l-jazîli, wa-knufhu tahta zhillika-
zh- zhalîli, yâ karîmu, yâ jamîlu, yâ arhama-r-râhimîna.

Mon Dieu, aie pitié de Ton serviteur méprisable, incap-


able de s’exprimer, pauvre en actes, pourvois-le de Tes
Richesses abondantes, prends-le sous Ton Ombre protec-
trice, ô Généreux, ô Beau, ô le plus Miséricordieux de ceux
qui font miséricorde!

♦12-Entretien Intime de ceux qui saven (al- arifîna)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r-rahîmi.

Au nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le Très-Misé-


ricordieux.
492/2106
Ilâhî, qasurati-l-alsunu ‘an bulûghi thanâ’ika kamâ yalîqu bi-jalâ-
lika, wa ‘ajizati-l-‘uqûlu ‘an idrâki kunuhi jamâlika, Wa-nhasarati-l-
absâru dûna-n-nazhari ilâ subuhâti wajhika.

Mon Dieu, les langues sont incapables d’arriver à Te


louer comme il conviendrait à Ta Majesté, les intelligences
sont impuissantes à connaître l’Essence de Ta Beauté, les
regards sont impuissants à voir la Magnificence de Ta Face
!

Wa lam taj'al li-l-khalqi tariqann ilâ ma'rifatika, illâ bi-l-‘ajzi ‘an


ma'rifatika.

Et Tu n'as donné à Tes créatures le moyen de Te con-


naître qu’avec l’incapacité de Te connaître !

Ilâhî, fa-j‘alnâ mina-I-ladhîna tarassakhat ashjâru-sh-shawqi


ilaykafihadâ’iqisudûrihim wa akhadhat law‘atu mahabbatika bi-ma-
jâmi‘i qulûbihim.

Mon Dieu, place-nous au nombre de ceux dont les arbres


du désir de Toi sont enracinés dans leurs jardins intérieurs
et dont les flammes de la passion pour Toi s’emparent de
tout leur cœur.

Fa-hum ilâ awkâri-l-afkâri ya’ûna,wa fîriyâdi-l-qurbiwa-l-


mukâshafati yarta'ûna, wa min hiyâdi-l-mahabbati bi-ka’si-l-mulâta-
fati yakra'ûna, wa sharâ’i‘a-l-musâfâti yaridûna.

Aussi se réfugient-ils dans le fond de leurs pensées,


mènent-ils une vie dans les jardins de la Proximité et des
Révélations, boivent-ils aux bassins de Ton Amour avec les
calices de Ta Bienveillance, s’abreuvent-ils aux sources de
la clarification.
493/2106

Qad kushifa-l-ghitâ’u ‘an absâ-rihim, wa-njalat zhulmatu-r-raybi


‘an ‘aqâ’idihim wadamâ’irihim, wa-ntafat mukhâlajatu-sh-shakki ‘an
qulûbihim wa sarâ’irihim.

Le voile a déjà été retiré de leurs regards, les ténèbres de


l’incertitude se sont dissipées de leurs croyances et de leurs
consciences, le trouble du doute a disparu de leurs cœurs et
de leurs fors intérieurs.

Wa-nsharahat bi-tahqîqi-l-ma‘-rifati sudûruhum, wa‘alat li sabqi-


s-sa'âdati fî-z-zahâdati himamuhum, wa ‘adhuba fî ma‘îni-l-
mu‘âmalati shirbuhum,

Leurs poitrines se sont élargies dans la réalisation de la


connaissance, leurs ardeurs se sont élevées dans l’ascèse
pour avancer la béatitude, leur breuvage s’est adouci aux
sources des agissements,

wa tâba fî majlisi-l-unsi sirruhum, wa amina fî mawtini-l-makhâ-


fati sirbuhum, wa-tma’annat bi-r-rujû‘i ilâ rabbi-l-arbâbi anfusuhum,

leur [for intérieur] secret est devenu bon dans le cercle


de l’affabilité, leur groupe est en sûreté dans la demeure de
la peur, leurs âmes se sont tranquillisées dans le retour
auprès du Seigneur des seigneurs,

wa tayaqqanat bi-l-fawzi wa-l-falâhi arwâhuhum, wa qarrat bi-n-


nazhari ilâ mahbûbihim a'yunuhum,

leurs esprits ont acquis la certitude de la victoire et de la


félicité, leurs yeux se sont réjouis à la vue de leur Aimé,
494/2106
wa-staqarra bi-idrâki-s-su’li wa nayli-l-ma’mûli qarâruhum, wa
rabihat fî bay‘i-d-dunyâ bi-l-âkhirati tijâratuhum.

leur position est devenue stable en percevant ce qu’ils


voulaient et en obtenant l’objet de leur espoir, leur négoce
a été fructueux en troquant ce monde d’ici-bas pour l’Au-
delà.

Ilâhî, mâ aladhdha khawâtira-l-ilhâmi bi-dhikrika ‘alâ-l-qulûbi,


wa mâ ahlâ-l-masîra ilayka bi-l-awhâmi fi masâliki-l-ghuyûbi,

Mon Dieu, quoi de plus doux que les pensées inspirées


aux cœurs par Ton Evocation, quoi de plus beau que le
cheminement vers Toi, par les illuminations dans les voies
des mystères,

wa mâ atyaba ta'ma hubbika wa mâ a'dhaba shirba qurbika, fa-


a‘idhnâ min tardika wa ib‘âdika,

et quoi de meilleur que la saveur de Ton Amour, quoi de


plus agréable que le breuvage de Ta Proximité, aussi,
préserve-nous de Ton Bannissement et de Ton
Eloignement,

wa-j‘alnâ min akhassi ‘ârifîka, wa aslahi ‘ibâdika, wa asdaqi


tâ’i'îka, wa akhlasi ‘ubbâdika, yâ ‘azhîmu, yâ jalîlu, yâ karîmu, yâ
munîlu, bi-rahmatika wa mannika yâ arhama-r-râhimîna.

place-nous au nombre des plus privilégiés des savants,


des plus vertueux des serviteurs, des plus véridiques des
obéissants, des plus sincères des serviteurs, ô Grandiose, ô
Majestueux, ô Généreux, ô Donateur, par Ta Miséricorde et
Ta Bonté, ô le plus Miséricordieux de ceux qui font
miséricorde !
495/2106
♦13-Entretien Intime de ceux qui évoquent (adh-dhâkirma)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r-ra-hîmi.

Au nom de Dieu le Tout- Miséricordieux, le Très-Misé-


ricordieux.

Ilâhî, law lâ al-wâjibu min qubûli amrika la-nazzahtuka ‘an dhikrî


iyyâka, ‘alâ anna dhikrî laka bi-qadrî lâ bi-qadrika, wa mâ ‘asâ an
yablugha miqdârî hattâ uj'ala mahallann li-taqdîsika.

Mon Dieu, si ce n'était l'obligation d’agréer à Ton Ordre,


je T’aurais épargné mon évocation de Toi, car elle est à ma
mesure et non à la Tienne, et qu’est-ce que je vaux pour
être un lieu de Ta Sanctification !

Wa min a‘zhami-n-ni‘ami ‘alaynâ jarayânu dhikrika ‘alâ alsinat-


inâ, wa idhnuka lanâ bi-du‘â’ika, wa tanzîhika wa tasbîhika.
Aussi, une des plus grandes faveurs à notre égard est
l’égrènement de l’évocation de Toi sur nos lèvres et Ton
Autorisation (pour nous) de T’invoquer, de Te sanctifier et
de Te glorifier !

Ilâhî, fa-alhimnâ dhikraka fî-l-khalâ’i, wa-l-malâ’i wa-l-layli wa-n-


nahâri, wa-l-i‘lâni wa-l-isrâri, wa fî-s-sarrâ’i wa-d-darrâ’i.

Mon Dieu, alors, inspire-nous de T’évoquer dans l’isole-


ment et en société, nuit et jour, en public et en secret, dans
la prospérité et dans l’adversité,

wa ânisnâ bi-dh-dhikri-l-khafiyyi, wa-sta‘milnâ bi-l- ‘amali-z-


zakiyyi wa-s-sa‘î-l-mardiyyi, wa jâzinâ bi-l-mîzâni l-wafiyyi.
496/2106

entre en rapports intimes avec nous par l’évocation


secrète, utilise-nous par l’acte pur et l’effort qui T’est
agréable, récompense-nous par une balance avantageuse.
Ilâhî, bika hâmati-l-qulûbu-l-wâlihatu, wa ‘alâ ma‘rifatika
jumi‘ati-l-‘uqûlu al-mutabâyi-natu,

Mon Dieu, de Toi se sont épris les cœurs éperdus, autour


de Ta Connaissance se sont unifiées les intelligences
divergentes,

fa-lâ tatma’innu-l-qulûbu illâ bi-dhikrâka, wa lâ taskunu-n-


nufûsu illâ ‘inda ru’yâka

les cœurs ne se tranquillisent que par l’évocation de Ton


Nom, les âmes ne s’apaisent qu’à Ta Vue.

Anta-l-musabbahu fî kulli makâninn, wa-l-ma‘bûdu fî kulli


zamâninn, wa-l-mawjûdu fî kulli awâninn, wa-l-mad-‘uwwu bi-kulli
lisâninn, wa-l-mu‘azhzhamu fî kulli janâninn.

C’est Toi Le Glorifié en tout lieu, l’Adoré en tout temps,


le Présent en tout instant, l’invoqué sur toutes les langues,
l’Exalté dans tous les cœurs.

Wa astaghfîruka min kulli ladhdhatinn bi-ghayri dhikrika, wa min


kulli râhatinn bi-ghayri unsika, wa min kulli surûrinn bi-ghayri qur-
bika, wa min kulli shughlinn bi-ghayri tâ‘atika.

Et je Te demande pardon pour tout plaisir [goûté] en de-


hors de l’évocation de Toi, pour tout repos [pris] en dehors
de Ta Compagnie, pour toute joie [éprouvée] en dehors de
Ta Proximité, pour toute action [faite] en dehors de Ton
Obéissance.
497/2106

Ilâhî anta qulta wa qawluka al-haqqu : Yâ ayyuhâ-l-ladhîna


âmanû udhkurû-llâha dhikrann kathîrann wa sabbihûhu bukratann
wa asîlann.

Mon Dieu, c’est Toi qui as dit, et Ta Parole est Vérité : {Ô


vous qui croyez, invoquez souvent le nom de Dieu, louez-Le
matin et soir} (41- 42/XXXIII),

wa qulta wa qawluka al-haqqu : fa-dhkurûnî adhkurkum.

Et Tu as dit, et Ta Parole est Vérité : {Souvenez-vous de


Moi, Je Me souviendrai de vous}(v. 152/II).

Fa-amartanâ bi-dhikrika wa wa'adtanâ ‘alayhi an tadhkuranâ,


tashrîfann lanâ, wa tafkhîmann, wa i'zhâmann.

Ainsi, Tu nous as ordonné de T’évoquer et Tu nous as


promis de Te souvenir de nous, nous faisant cet honneur,
nous traitant avec déférence, nous accordant de
l’importance.

Wa hâ nahnu dhâkirûka kamâ amartanâ, fa-anjiz lanâ mâ


wa‘adtanâ, yâ dhâkira-dh-dhâkirîna yâ arhama-r-râhimîna.

Et nous voici, T’évoquant, comme Tu nous l’as ordonné,


alors accomplis pour nous ce que Tu nous as promis, ô Ce-
lui qui se souvient de ceux qui évoquent, ô le plus Miséri-
cordieux de ceux qui font miséricorde !

♦14-Entretien de ceux qui se réfugient (al-mu ‘atasimîna)


498/2106
Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r-rahîmi.

Au nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le Très-


Miséricordieux.

Allâhumma, yâ malâdha-l-lâ’idhîna, wa yâ ma‘âdha-l-‘â’idhîna,


wa yâ munjiya -l-hâlikîna, wa yâ ‘âsima-l-bâ’i-sîna, wa yâ râhima-l-
masâ- kîna, wa yâ mujîba-l-mudtarrîna,

Mon Dieu, ô Abri de ceux qui cherchent un abri, ô


Refuge de ceux qui cherchent refuge, ô Sauveur de ceux qui
sont perdus, ô Protecteur des misérables, ô Miséricorde
des pauvres, ô Exauceur des nécessiteux,

wa yâ kanza-l-muftaqirîna, wa yâ jâbira-l-munkasirîna, wa yâ
ma’wâ-l-munqati‘îna, wa nâsira-l-mustad‘afïna, wa yâ mujîra-l-
khâ’ifîna, wa yâ mughîtha-l-makrûbîna, wa yâ hisna-l-lâji’îna,

ô Trésor des démunis, ô Panseur de ceux qui sont brisés,


ô Asile des dépourvus, ô Défenseur des faibles, ô Secoureur
des craintifs, ô Secours des affligés, ô Forteresse des
réfugiés,

in lam a‘udh bi-'izzatika fa-biman a'ûdhu ? Wa in lam aludh bi-


qudratika fa-bi-man alûdhu ?

si je ne cherche pas protection auprès de Ta Gloire,


auprès de qui trouver protection ? Si je ne me réfugie pas
auprès de Ta Puissance, auprès de qui trouver refuge ?

Wa qad alja’atnî-dh-dhunûbu ilâ at-tashabbuthi bi-ad-


hyâli‘afwika, wa ahwajatnî-l-khatâyâ ilâ-stiftâhi abwâbi safhika,
499/2106
Déjà les péchés m’ont poussé à m’accrocher aux pans de
Ta Grâce, les fautes m’ont pressé à frapper aux portes de
Ton Pardon,

wa da‘atnî-l-isâ’atu ilâ-l-inâkhati bi-finâ’i ‘izzika, wa hamalatnî-l-


makhâfatu min niqmatika ‘alâ-t-tamassuki bi-‘urwati ‘atfika.

les méfaits m’ont appelé à faire halte dans la cour de Ta


Force glorieuse, la crainte de Ton Châtiment m’a porté à
saisir l’anse de Ta Compassion.

Wa mâ haqqu mani-‘tasama bi-hablika an yukhdhala, wa lâ yalîqu


bi-mani-stajâra bi-‘izzika an yuslama aw yuhmala.

Il n’est pas juste que celui qui s’est assuré à Ta Corde soit
trahi et que celui qui s’est réfugié auprès de Ta Force soit
livré ou négligé.

Ilâhî, falâ tukhlinâ min himâyatika wa lâ tu'rinâ min ri‘âyatika, wa


dhudnâ ‘an mawâridi-l-halakati fa-innâ bi-‘aynika wa fî kanafika wa
laka.

Notre Dieu, ne nous prive pas de Ta Protection, ne nous


soustrais pas de Ta Sollicitude, éloigne-nous des sources de
perdition, car nous sommes en Ton Œil, sous Ton Egide et
pour Toi.

As’aluka, bi-ahli khâssatika min malâ’ikatika wa-s-sâlihîna min


bariyyatika, an taj'ala ‘alaynâ wâqiyatann tunjînâ mina-l-halakâti,

Je Te demande, au nom des Elus de Tes anges, et des


Purs de Ton monde, de placer sur nous une protection qui
nous préserve de la perdition,
500/2106
wa tujannibnâ mina-l-âfâti wa tukinnunâ min dawâhî-l-musîbâti,
wa an tunzila ‘alaynâ min sakînatika, wa an tughashshiya ujûhanâ bi-
anwâri mahabbatika,

de nous écarter les vices, de nous protéger du fléau des


calamités, de descendre sur nous de Ta Quiétude, de couv-
rir nos visages des lumières de Ton Amour,

wa an tu’wiyanâ ilâ shadîdi ruknika, wa an tahwiyanâ fi aknâfi


‘ismatika, bi-ra'fatika wa rahmatika yâ arhama-r-râhimîna.

de nous abriter sous Ton puissant Soutien, de nous


rassembler sous l’ombre de Ta Protection, par Ta Clémence
et Ta Miséricorde, ô le plus Miséricordieux de ceux qui font
miséricorde !

♦15-Entretien Intimedeceux qui renoncent az-zâhidîna)

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni-r:rahîmi.

Au nom de Dieu le Tout- Miséricordieux, le Très-


Miséricordieux.

Ilâhî, askantanâ dârann hafarat lanâ hufara makrihâ, wa


‘allaqatnâ bi-aydî-l-manâyâ fi habâ’ili ghadrihâ,

Mon Dieu, Tu nous as fait habiter une demeure qui a


tramé pour nous des complots de sa fourberie, qui nous a
accrochés aux cordes de sa perfidie par les mains de la
mort,

fa-ilayka taltajî’u min makâ’idi khuda‘ihâ, wa bika ta‘tasimu mina


al-ightirâri bi-zakhârifi zînatihâ,
501/2106

alors, nous nous réfugions vers Toi des machinations de


ses ruses, nous nous mettons à l’abri auprès de Toi des sé-
ductions des enjolivures de sa parure,

fa-innahâ-l-muhlikatu tullâbahâ, al-mutlifatu hullâlahâ, al-


mah’shuwwatu bi-l-âfâti, al-mash’hûnatu bi-n-nakabâti.

car elle mène à la perte ceux qui la désirent, elle cause la


ruine de ceux qui s’y installent, elle est remplie de vices,
chargée de calamités.

Ilâhî, fa-zahhidnâ fîhâ, wa sallimnâ minhâ bi-tawfîqika wa


‘ismatika, wa-nza‘ ‘annâ jalâbîba mukhâlafatika,

Mon Dieu, fais-nous renoncer à elle, délivre-nous d’elle


par Ta Conciliation et Ta Protection, ôte-nous les habits des
manquements à Ton Egard,

wa tawalla umûranâ bihusni kifâyatika, wa awfir mazîdanâ min


sa‘ati rahmatika, wa-jmil silâtinâ min faydi mawâhibika,

prends en main nos affaires suivant Tes bonnes Capa-


cités, diffuse en abondance les largesses de Ta Miséricorde,
fais-nous parvenir nos présents de la profusion de Tes
Dons,

wa-ghris fî af’idatinâ ashjâra mahabbatika, wa atmim lanâ anwâra


ma'rifatika, wa adhiqnâ halâwata ‘afwika wa ladhdhata maghfiratika,

plante dans nos cœurs les arbres de Ton Amour, achève


pour nous, les lumières de Ta connaissance, fais-nous
goûter la douceur de Ton Pardon et les délices de Ton
Absolution,
502/2106

wa a’qrir a‘yunanâ yawma liqâ’ika bi-ru’yatika, wa akhrij hubba-


d-dunyâ min qulûbinâ, kamâ fa'alta bi-s-sâlihîna min safwatika wa-l-
abrâri min khâssatika

fais plaisir à nos yeux par Ta Vue, le Jour de Ta Ren-


contre, enlève de nos cœurs l’amour pour ce monde,
comme Tu l’as fait pour les Purs de Tes Elus, les Meilleurs
de Tes Privilégiés !

bi-rahmatika, yâ arhama-r-râhimîna wa yâ akrama-l-akramîna.

Par Ta Miséricorde, ô le plus Miséricordieux de ceux qui


font miséricorde, ô le plus Généreux de ceux qui donnent !

♦L’entretien Intime al-man-zhûmat

Du Prince des croyants ‘Alî fils d’Abû Tâleb (que la Prière et la Paix
soient sur lui), tiré d’as-Sahifah al-’Alâwiyyah. [Cet entretien intime
est présenté, en arabe, de façon agencée et rimée.]

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-rahîmi.

Par [la Grâce du] Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux,


le Très-Miséricordieux !

Laka al-hamdu yâ dhâ-l-jûdi wa-l-majdi wa-l-‘ulâ.

A Toi la Louange, ô Détenteur de la Largesse, de la


Gloire et de l’Elévation !

Tabârakta tu‘tî man tashâ'u wa tainna'u.


503/2106
Que Tu sois Béni ! Tu donnes à qui Tu veux et Tu retiens
!

Ilâhî, wa khallâqî, wâ hirzî, wa maw'ilî

Mon Dieu, mon Créateur, mon Protecteur et mon


Refuge

Ilayka ladâ-l-i'sâri wa-l-yusri afza'u.

J’ai peur vers Toi de la difficulté et de la facilité !

Ilâhî, fa-’in jallat wajammat khatî atî’

Mon Dieu, si mes fautes sont devenues grandioses et


nombreuses,

Fa-‘afuka ‘an dhanbî ajallu wa awsa'u.

Ton Pardon pour mon péché est plus grandiose et plus


étendu !

Ilâhî, la’in a'taytu nafsiya su’lahâ

Mon Dieu ! Si je donne à mon âme ce qu’elle demande,

Fahâ anâ fi rawdi an-nadâmati arta‘u.

Je vais me trouver paître dans le jardin du regret !

Ilâhî; tarâ hâlî wa faqrî wa fâqatî.

Mon Dieu ! Tu vois mon état, ma pauvreté et mon


indigence !
504/2106

Wa anta munâjâtî al-khafiyyata tasma'u.

Et Toi, Tu entends mon entretien intime secret !

Ilâhî, falâ taqta‘ rajâ’î wa lâ tuzigh

Mon Dieu, ne me fais pas perdre espoir et n’égare pas

Fu'âdî falî fi sâybi jûdika matma'u.

Mon cœur, car j’aspire au flux de Ta Générosité !

Ilâhî, la'in khayyabtanî aw taradtanî,

Mon Dieu, si Tu me déçois et Tu me chasses,

Faman dhâ al-ladhî arjû wa man dhâ ushaffi‘u ?

Alors, qui [vais]-je supplier et à qui [vais]-je demander


d’intervenir ?

Ilâhî,a jirnî min ‘adhâbika innanî

Mon Dieu, épargne-moi Ton châtiment car je suis

Asîrunn dhalîlunn, khâ’ifunn laka akhda‘u.

Captif, humilié, effrayé et c’est à Toi que je me soumets !

Ilâhî,fa-ânisnî bi-talqîni hujjatî,

Mon Dieu, tiens-moi compagnie en me dictant ma


preuve,
505/2106

Idhâ kâna lî fi-f-qabri' mathwann wa madja‘u,

S’il y a pour moi, dans la tombe, une demeure et une


couche !

Ilâhî, la’in ‘adhdhabtanî alfa hîjjatinn,

Mon Dieu, si Tu me châties durant mille ans,

Fa-hablu rajâ’î minka lâ yataqatta'u.

La corde de mon espoir en Toi ne sera pas [pour autant]


coupée !

Ilâhî, adhiqnî ta‘ma ‘afwika yawma lâ

Mon Dieu, fais-moi goûter Ton Pardon le jour où ni

banûna wa lâ mâlunn hunâlika yanfa'u.

les enfants ni les biens, là-bas, ne [me] seront


profitables !

Ilâhî, la’in lam tar'anî kuntu dâ’i'ânn.

Mon Dieu, si Tu ne veilles pas sur moi, je serai perdu !

Wa in kunta tar'ânî fa-lastu udayya'u.

Et si Tu veilles sur moi, je ne le serai pas !

Ilâhî, idhâ lam ta‘fu ‘an ghayri muhsininn.


506/2106
Mon Dieu, si Tu ne pardonnes qu’aux bonnes gens,

Faman li-musî’inn bi-l-hawâ yatamatta'u.

Qu’en serait-il des mauvaises gens qui se complaisent


dans les passions!

Ilâhî, la’in farrattu fî talabi-t-t’ùqâ,

Mon Dieu, si je néglige de demander la piété,

Fa-hâ anâ ithra-l-‘afwi aqfû wa atba‘u.

Me voici, derrière le pardon m’y tenant et y persistant !

Ilâhî, la’in akhta’tu jahlann fa-tâlâmâ

Mon Dieu, si j’ai fauté par ignorance, toujours

Rajawtuka hattâ qîla hâ huwa yajza‘u.

J’ai espoir en Toi au point qu’on dit que je suis


insouciant !

Ilâhî, dhunûbî badhdhati-t-tawda wa-‘talat.

Mon Dieu, mes péchés ont dépassé [la montagne] Tûd et


se sont élevés !

Wa safhuka ‘an dhanbî ajallu wa arfa‘u.

Ton Pardon à mes péchés est plus majestueux et plus


élevé !
507/2106
Ilâhî, yunajjî dhikru tawlika law‘atî.

Mon Dieu, le rappel de Ta Longanimité me sauve de mon


tourment !

Wa dhikru-k-khatâyâ al-‘ayna minnî yudammi‘u.

Et le rappel de mes péchés me fait venir les larmes aux


yeux !

Ilâhî, aqilnî ‘athratî wa-mhu hawbatî

Mon Dieu, pardonne-moi mes faux-pas et efface mes


péchés !

Fa-înnî muqirrunn khâ’ifunn mutadarri'u.

Car je [les] reconnais, ayant peur, humble !

Ilâhî, anilnî minka rawhann wa râhatann.

Mon Dieu, donne-moi de Ta Part un repos et un bien-


être !

Fa-lastu sîwâ abwâbi fadlika aqra‘u.

Car je ne frappe qu'aux portes de Tes Faveurs !

Ilâhî, la’în aqsaytanî aw ahantanî,

Mon Dieu, si Tu m’éloignes de Toi ou si Tu m'humilies,

Fa-mâ hîlatî yâ rabbi am kayfa asna'u.


508/2106
Alors quelle sera ma ressource, ô Seigneur, ou que faire
?

Ilâhî, halîfu-l-hubbi fî-l-layli sâhirunn,

Mon Dieu, l’allié de l'amour durant la nuit est éveillé,

Yunâjî wa yad'û wa-l-mughaffalu yahja‘u.

Il se confie et invoque alors que l'insouciant est en train


de dormir !

Ilâhî, wa hadhâ al-khalqu mâ bayna nâ’irninn

Mon Dieu, et cette créature qui est mi-endormie,

Wa muntabihinn fi laylihi yatadarra'u.

Mi-éveillée durant la nuit, s'humilie !

Fa-wa kulluhumu yarjû nawâlaka râjiyann

Et tous espèrent en Tes Dons, implorant

Li-rahmatika al-‘uzhmâ wa fî-l-khuldi yatma'u.

Ta Miséricorde grandiose et aspirent à l’éternité !

Ilâhî, yumannînî rajâ’î salâmatann

Mon Dieu, mon espoir me fait désirer un salut

Wa qubhu khatî’âtî ‘alayya yushanni'u.


509/2106
Et la laideur de mes fautes me discrédite !

Ilâhî fa-in ta'fû fa-‘afuka munqidhî.

Mon Dieu, si Tu me pardonnes alors Ton Pardon me


sauve !

Wa illâ fa-bi-dh-dhanbi al-mudammiri usra'u.

Sinon je serai anéanti par le péché destructeur !

Ilâhî bi-haqqi-l-hâshimiyyi Muhammadinn,

Mon Dieu, par le droit de l’Hachémite Mohammed,

Wa hurmati at'hârinn humu laka khudda‘u.

Et des [membres] purs de la famille qui s'humilient


devant Toi !

Ilâhî bi-haqqi-l-Mustafâ wa bni ‘ammihi,

Mon Dieu, par le droit d’al-Mustafâ et de son cousin,

Wa hurmati abrârinn humu laka khushsha'unn.

et les [membres] pieux de la famille, qui Te sont soumis


!

Ilâhî fa-anshirnî ‘alâ dîni ahmadînn,

Mon Dieu, alors, ressuscite-moi selon la religion


d'Ahmed,
510/2106
Munîbann taqiyyann qânitann laka akhda'u.

Repentant, pieux, invoquant, humble devant Toi !

Wa lâ tahrimannî yâ ilâhî wa sayyidî.

Et ne me prive pas, ô mon Dieu et mon Maître,

Shafâ‘atahu-l-kubrâ fa-dhâka al-mushaffa‘u.

De sa grande intercession car il est l'intercesseur !

Wa salli ‘alayhim mâ da'âka muwahhidunn,

Et prie sur eux tant qu’un monothéiste T’invoque,

Wa nâjâka akhyârunn bi-bâbika rukka'unn.

Qu’un pur se confie à Toi, s’inclinant à Ta Porte !

Il est également rapporté dans as-Sahifah al-‘Alawiyyah de


l’Imam(p) un autre entretien intime ordonné de façon rimée. Son
début est «O Celui qui entend l’invocation ...». Nous nous sommes
résignés à ne pas la reprendre à cause de la langue utilisée, difficile
et étrange et par souci de brièveté.

♦Trois propos de notre maître ‘Alî(p) dans l’Entretien Intime

Ilâhî kafâ bî ‘izzann an akûna laka ‘abdann, wa kafâ bî fakhrann


an takûna lî rabbann, anta kamâ uhibbu fa-j‘alnî kamâ tuhibbu.
511/2106
Mon Dieu, il me suffit [du point de vue de] la Puissance
que je sois pour Toi un serviteur, et il me suffît [du point de
vue de] la Gloire que Tu sois pour moi un Seigneur, Tu es
comme j'aime alors rends-moi comme Tu aimes !

Appendice Des prières et des invocations d'al-Bâqiyât


as-Sâlihât

♦Glorifications de Fatimah az-Zahrâ’

Les propos rapportés sur les faveurs des glorifications de Fâ-


timah(p) après toute prière obligatoire sont innombrables. Cepend-
ant, ils divergent sur l’agencement de ces glorifications.

Selon ce qui est le plus connu et le plus apparent, elles sont dans
cet ordre :

Allâhu Akbaru

Dieu est plus Grand ! (34 fois)

Al-hamdu-lillâhi

Louange à Dieu ! (33 fois)

Subhânu-llâhi

Gloire à Dieu ! (33 fois)


512/2106
♦Glorifications dites par le Prophète(s) lors de la victoire de La
Mecque

‘Ali Ibn Tâ’ûs et Ibn Bâbaweh ont rapporté, d’une chaîne de


transmission considérée, d’al-Mufaddal fils de ‘Omar qui dit : Je de-
mandai à as-Sâdeq(p) pourquoi le prieur disait trois fois «Dieu est
plus Grand» après les salutations finales de la prière et levait les
mains.
Il(p) répondit que, lorsqu’eut lieu la victoire de La Mecque, le
Prophète pria la prière de midi avec ses compagnons près de la Pi-
erre Noire. Quand il fit les salutations finales de la prière, il(s)leva
les mains en disant trois fois : «Dieu est plus Grand» puis
il(s)continua :

Lâ ilâha illâ Allâhu, wahdahu, wahdahu, wahdahu.

Il n’y a de Dieu que Dieu, uniquement Lui, uniquement


Lui, uniquement Lui !

Anjaza wa'dahu wa nasara ‘abdahu wa a‘zza jundahu, wa ghalaba


al-ahzâba, wahdahu.

Il a réalisé Sa Promesse, a assisté Son Serviteur, a raf-


fermi Ses Soldats, a vaincu les partis, uniquement Lui !

Fa-lahu al-mulku wa lahu al-hamdu yuhyî wa yumîtu, wa huwa


‘alâ kulli shay’inn qadîrann.

Alors à Lui le Royaume, à Lui la Louange, II donne la vie


et II fait mourir et II est Puissant sur toute chose !
513/2106
♦La demande de pardon

Al-Kulaynî rapporte, d'une chaîne de transmission considérée,


de [l’imam] al-Bâqer(p) qui dit : «A celui qui invoque [Dieu] de cette
invocation trois fois après les prières obligatoires, avant qu’il ne dé-
place ses jambes, Dieu pardonne ses péchés même s’ils étaient de la
quantité de l’écume de la mer. »

Asthaghfiru-llâha al-ladhî lâ ilâha illâ huwa al-hayyu, al-qayyûmu


dhû-l-jalâli wa-l-ikrâmi wa atûbu ilayhi.

Je demande pardon à Dieu qui, il n’y a de Dieu que Lui,


le Vivant, le Sustentateur, Plein de Majesté et de Noblesse
et je me repens auprès de Lui !

Selon un autre propos rapporté, à celui qui demande, tous les


jours, pardon à Dieu de cette invocation, Dieu pardonne 40 péchés
graves, de ses mauvaises actions.

♦L’invocation du Prophètes(s) après sa prière du matin

Ibn Bâbaweh, ainsi que d’autres savants (que Dieu soit Satisfait
d’eux) rapportent, d’une chaîne de transmission considérée, de
[l'imam] al-Bâqer(p) qui dit : Le Prophète(s) disait : « Si tu as prié
la prière du matin, dis dix fois :

Subhâna-llâhi al-‘azhîmi, wa bi-hamdihi, wa lâ hawla wa lâ


quwwata illâ bi-llâhi, al-‘aliyyi al-‘azhîmi.

Gloire à Dieu le Très-Grandiose et par Sa Louange, il n’y


a de force et de puissance qu’en Dieu, le Très-Elevé, le Très-
Grandiose !
514/2106

Dieu (Tout-Puissant) vous préserve de la cécité, de la folie, de la


lèpre, de la pauvreté, de la destruction, de la décrépitude et de la
débilité sénile. »

♦Après la prière du matin selon l’imam ar-Ridâ(p)

Sayyed Ibn Tâ’ûs rapporte d’une chaîne de transmission considérée


d’ar-Ridâ(p) qui dit : « Celui qui dit, cent fois, après la prière de
l'aube :

Bi-smi-llâhi ar-rahmâni ar-ra-hîmi, lâ hawla wa lâ quwwata illâ


bi-llâhi al-‘aliyyi al-‘azhîmi.

Par la grâce du Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le


Très-Miséricordieux, il n’y a de force et de puissance qu’en
Dieu, le Très-Elevé, le Très-Grandiose !

[celui-là] est plus proche du Nom de Dieu le plus Grandiose que


la pupille du blanc de l’œil ! »
Selon une chaîne de