Vous êtes sur la page 1sur 114

I

République Démocratique du Congo


Enseignement Supérieur et Universitaire
Université Catholique de Bukavu
(U.C.B)
B.P. 285 BUKAVU

Faculté des sciences


Département des Sciences de l’informatique
Option réseaux et télécommunications

Analyse de la qualité des services d’un réseau GSM en mobilité :


Cas de l’opérateur de télécommunication
Orange Bukavu

Par
AMANI MPANGIRWA Jean de Dieu
Mémoire présenté et défendu en vue de
l’obtention du diplôme de licence en Sciences
de l’Informatique. Option réseaux et
télécommunications.
Directeur : Professeur Dr. David FOTUE
Encadreur : Ass. Dieudonné KAHASHA
NYAMASHALI

Année Académique 2017-2018


I

Table des matières


Table des matières .................................................................................................................................. I
Tables des illustrations......................................................................................................................... III
Sigles et abréviations ............................................................................................................................. V
Epigraphe ............................................................................................................................................. VII
Dédicace............................................................................................................................................... VIII
Remerciements...................................................................................................................................... IX
Résumé ................................................................................................................................................... X
0. Introduction générale .................................................................................................................... 1
0.1 Problématique.............................................................................................................................. 1
0.2 Hypothèses ................................................................................................................................... 2
0.3 Objectifs du travail ...................................................................................................................... 2
0.3.1 Objectifs généraux ................................................................................................................ 2
0.3.2 Objectifs spécifiques ............................................................................................................. 3
0.4 Choix et intérêt du travail........................................................................................................... 3
0.5 Etat de la question ....................................................................................................................... 4
0.6 Délimitation du travail ................................................................................................................ 5
0.7 Subdivision du travail ................................................................................................................. 6
0.8 Méthodologie de recherche ......................................................................................................... 6
0.9 Difficultés rencontrées ................................................................................................................ 7
Chapitre Deuxième : Analyse de l’existant ......................................................................................... 8
1.1 Introduction ........................................................................................................................... 8
1.2 Etude de l’existant ................................................................................................................. 8
1.2.1 Présentation de la société Orange Bukavu .................................................................. 8
1.2.2 La gestion du service client de la société Orange ........................................................ 9
1.2.3 Présentation de l’infrastructure réseau ..................................................................... 13
1.2.4 Critique de l’existant ................................................................................................... 14
1.2.5 Spécification des besoins ............................................................................................. 16
1.3 Conclusion ............................................................................................................................ 16
Chapitre Troisième : La Généralité sur les réseaux mobiles........................................................... 17
2.1 Introduction ............................................................................................................................... 17
2.2 Les réseaux mobiles ................................................................................................................... 17
2.3 Le réseau cellulaire .................................................................................................................... 18
2.3.1 Historique ............................................................................................................................ 19
2.3.2 Le concept cellulaire ........................................................................................................... 19
2.3.3 Les caractéristiques principales du GSM......................................................................... 21
II

2.3.4 Concept de mobilité ............................................................................................................ 22


2.4 Le Mécanisme de propagation des ondes ................................................................................ 27
2.4.1 La propagation guidée ................................................................................................ 29
2.4.2 Le rayonnement ........................................................................................................... 29
2.5 L’architecture Du Réseau Gsm .......................................................................................... 29
2.5.1 La station mobile (MS Mobile station) ...................................................................... 30
2.5.2 Le sous-système radio.................................................................................................. 31
2.5.3 Le sous-système réseau................................................................................................ 31
2.5.4 Le centre d’exploitation et de maintenance (OMC) ................................................. 33
2.5.5 Les interfaces ............................................................................................................... 33
2.6 Conclusion ............................................................................................................................ 38
Chapitre Quatrième : L’analyse de la Qualité des Services de l’opérateur Orange Bukavu ....... 39
3.1 Introduction ............................................................................................................................... 39
3.2 Zone de couverture .................................................................................................................... 39
3.3 La qualité des services dans le réseau GSM ............................................................................ 46
3.3.1 Les paramètres de performance........................................................................................ 46
3.3.2 Présentation des outils d’analyse ...................................................................................... 48
3.3.3 Déroulement de test réseau ................................................................................................ 50
3.3.4 Analyse des données recueillies ......................................................................................... 53
3.3.5 Test du réseau après action ............................................................................................... 70
3.4 Conclusion .................................................................................................................................. 74
Chapitre Cinquième : La mise en place de la nouvelle fonctionnalité permettant aux abonnées
d’évaluer la qualité des services ......................................................................................................... 75
4.1 Introduction ............................................................................................................................... 75
4.2 Intérêt de développement de l’outil ......................................................................................... 75
4.2.1 Estimation prévisionnelle des coûts .................................................................................. 75
4.2.2 Modélisation ........................................................................................................................ 81
4.3 Environnement de développement ........................................................................................... 87
4.3.1 Environnement logiciel ...................................................................................................... 87
4.4 Limite du travail ........................................................................................................................ 94
4.5 Conclusion .................................................................................................................................. 95
Conclusion générale ............................................................................................................................ 96
Bibliographie........................................................................................................................................ 98
Annexe ................................................................................................................................................ 103
III

Tables des illustrations


a. Figures
Figure 1-1 : Liste des principales sociétés consolidées du groupe Orange, source [6] ............ 11
Figure 1-2: Architecture du réseau Orange Bukavu, source [74] ............................................ 12
Figure 2-1 : Représentation d'un motif ..................................................................................... 20
Figure 2-2 : sortes de handover, source [72] ...................................................................... 24
Figure 2-3 : onde, amplitude, longueur d'onde, cycle .............................................................. 28
Figure 2-4 : propagation d’ondes, source [25] ......................................................................... 28
Figure 2-5 : Architecture du réseau GSM ................................................................................ 30
Figure 3-1 : Architecture Orange Bukavu, [73], [74]............................................................. 40
Figure 3-2 : Architecture Orange Bukavu, [74] ....................................................................... 41
Figure 3-3 : Installation antenne dans la zone rurale ............................................................... 42
Figure 3-4 : installation d'une Bts sur un point élevé, source [73], [74] .................................. 43
Figure 3-5 : technique de réplique du signal, source [73], [74] ............................................... 44
Figure 3-6 : Placement antenne dans la zone urbaine .............................................................. 44
Figure 3-7 : technique de placement des Bts dans la zone urbaine, source [73], [74] ............. 45
Figure 3-8 : la zone scannée et ses différents nœuds source [44] ............................................ 52
Figure 3-9 : carte RxLev, source [49] ...................................................................................... 54
Figure 3-10 : la carte RxQual, source [49] ............................................................................... 60
Figure 3-11 : Carte Handover Fail source [49] ........................................................................ 70
Figure 4-1 : le diagramme de cas d'utilisation.......................................................................... 84
Figure 4-2 : Diagramme de classe ............................................................................................ 85
Figure 4-3 : Diagramme de déploiement .................................................................................. 86
Figure 4-4 : Schéma fonctionnel .............................................................................................. 89
Figure 4-5 : Model sous Android de l'outil de l'évaluation de la QOS .................................... 90
Figure 4-6 : Modèle de données envoyées à l'opérateur en arrière-plan .................................. 91
Figure 4-7 : Base de données MySQL ..................................................................................... 92
Figure 4-8 : Vues sur avis des abonnés .................................................................................... 93
Figure 4-9 : Graphique, RxLev, RxQual .................................................................................. 94
IV

b. Tableaux
Tableau 1-1 : Menu service client ............................................................................................ 14
Tableau 1-2 : forces et faibles du service client Orange .......................................................... 16
Tableau 2-1 : Caractéristiques principales du GSM [16] ......................................................... 22
Tableau 2-2 : les différents canaux logiques, source [18] ........................................................ 37
Tableau 3-1 : La qualité auditive source [38] .......................................................................... 48
Tableau 3-2 : configuration de l'outil Genex Probe avant test, source [44] ............................. 51
Tableau 3-3 : les identifiants des différentes valeurs des indicateurs, source [45] .................. 53
Tableau 3-4 : les mesures RxLev selon les services source [46] ............................................. 54
Tableau 3-5 : Légende RxLev, source [48] .............................................................................. 55
Tableau 3-6 : identification des problèmes de l'indicateur RxLev, source [49] ....................... 58
Tableau 3-7 : Proposition des solutions (Indicateur RxLev) .................................................... 58
Tableau 3-8 : Correspondance entre le RxQual et le BER, source [46] ................................... 59
Tableau 3-9 : Légende RxQual Sub, source [48] ..................................................................... 60
Tableau 3-10 : Légende BER Sub, source [48] ........................................................................ 61
Tableau 3-11 : Légende FER Sub, source [48] ........................................................................ 62
Tableau 3-12 : Identification des problèmes de l'indicateur RxQual ....................................... 63
Tableau 3-13 : Légende C/I Worst source [48] ........................................................................ 64
Tableau 3-14 : Les différentes classes des terminaux par rapport à la puissance utilisée, source
[59] ........................................................................................................................................... 66
Tableau 3-15 : Légende Power Control, source [48] ............................................................... 66
Tableau 3-16 : Légende TA, source [48] ................................................................................. 67
Tableau 3-17 : Les types des pannes, source [39] .................................................................... 69
Tableau 3-18 : Comparaison de résultat avant et après action RxLev ..................................... 71
Tableau 3-19 : Interprétation des résultats comparatifs ........................................................... 72
Tableau 3-20 : Comparaison des résultats avant et après action, RxQual ............................... 73
Tableau 3-21 : Interprétation des résultats obtenus, RxQual ................................................... 74
Tableau 4-1 : Model de point de fonctions, la complexité de composants, source [62] .......... 76
Tableau 4-2 : Grille de complexité, source [62]....................................................................... 77
Tableau 4-3 : Identification des groupes de données (GDI & GDE) ....................................... 77
Tableau 4-4 : Le niveau de complexité de données ................................................................. 77
Tableau 4-5 : Identification des entrées ................................................................................... 78
Tableau 4-6 : Identification des sorties .................................................................................... 78
Tableau 4-7 : Identification des interrogations ........................................................................ 78
Tableau 4-8 : Point de fonctions bruts ..................................................................................... 79
Tableau 4-9 : Calcul du degré d’influence totale, source [64] ................................................. 80
Tableau 4-10 : Identification des acteurs ................................................................................. 82
V

Sigles et abréviations

1G : 1ère Génération
2G : 2ème Génération
3G : 3ème Génération
4G : 4ème Génération
AGCH : Access Grant Channel
AMPS : Advanced Mobile Phone System
ARCEP : Autorité de Régulation des Communications Électroniques et Postes
AUC : AUthentification Center
BCCH : Broadcast Control Channel
BCH : Beacon Channel

BG : Border Gateway
BSC : Base Station Controller
BSS : Base Station Sub-system
BTS : Base Transceiver Station

CBCH : Cell Broadcas Channel

CI : Cell Identity

EDGE : Enhanced Data Rates for GSM Evolution


EIR : Equipment Identity Register
ETSI : European Telecommunications Standard Institute
FACCH : Fast Associated Control Channel
FCCH : Frequency Correction Channel
GSM : Global System for Mobile Communication

GPRS : General Packet Radio System

HLR : Home Location Register


HSDPA : High Speed Downlink Packet Access
HSPA : High Speed Packet Access
IEEE : Institute of Electrical and Electronics Engineers
IETF : Internet Engineering Task Force
IMEI : International Mobile Equipment Identity
IMSI : International Mobile Subscriber Identity
VI

IT : Intervalle de temps/ timeslot


ITU : International Telecommunication Union
MS : Mobile Station
MSC : Mobile Switching Centre
MSISDN : Mobile Station ISDN Number
OMC : Operations and Maintenance Center
OSS : Operation Sub-System

PCH : Paging Channel

PLMN : Public Land Mobile Network


QdS : Qualité de Service
QoS : Quality of Service
RACH : Random Access Channel
RXLEV : Received Signal Level
RXQUAL : Received Signal Quality
SACCH : Slow Associated Control Channel
SDCCH : Stand-alone Dedicated Control Channel
SCH : Synchronisation Channel
SIM : Subscriber Identity Module
SINR : Signal Interference Noise Ratio
SMS : Short Message Service
SMSC : Short Message Service Center
SS7 : Signal Semaphore 7

TCH : Trafic Channel

TDMA : Time Division Multiple Access

UIT : Union Internationale des Télécommunications

UMTS : Universal Mobile Telecommunication System

VHMC : Vertical Handover Management Center

VLR : Visitor Location Register


VII

Epigraphe

Aux hommes cela est impossible,


mais
à Dieu tout est possible.
Matthieu 19 :26
VIII

Dédicace

En signe de mon humble gratitude, tant soit peu, à mes respectueux parents Papa Emmanuel
BUHENDWA MPANGIRWA et maman Francisca M’MIHIGO BARAHME.

Votre vie reflète des exemples si valeureux que je vente vos mérites, votre implication par
tous vos sacrifices dont les bénéfices sont nôtres.

A mes frères et sœurs, amis et connaissances ; tous ceux de près ou de loin qui nous ont porté
à cœur jusqu’à l’achèvement de ce cursus Académique.

AMANI MPANGIRWA Jean de Dieu


IX

Remerciements

Nos vifs remerciements s’adressent avant tout à l’Eternel Dieu, Divin Chef de tout
temps, source de toute sagesse et intelligence pour son amour et ses grâces dont nous
jouissons sans relâchement.

Nos sincères remerciements s’adressent au corps académique de l’Université Catholique


de Bukavu en général et plus particulièrement à la faculté des sciences, département de
Science de l’Informatique pour sa contribution tant morale qu’intellectuelle dont notre
personnalité se vente d’être attributaire.

A notre Directeur, Professeur David FOTUE Fotso et notre encadreur Ass. KAHASHA
NYAMASHALI Dieudonné qui, malgré les multiples tâches académiques et
professionnelles, ont acceptés de nous accompagner dans l’élaboration du présent
travail.

A notre encadreur, Ir Patrick ANDELA, œuvrant dans la branche d’optimisation de la


société Orange coordonnée par l’équipementier de la société HUAWEI et à l’ Ir Francis
NTAMBWE agent de la société Orange, votre humilité et votre serviabilité nous ont
permis à avoir un cadre pratique pour une prompte compréhension du présent travail.
Nous vous prions de trouver l’expression de notre gratitude dans ces lignes.

A l’Ass. Pascal MUTIJIMA pour sa disponibilité et son implication pour l’achèvement du


présent travail.

A toute la famille MPANGIRWA pour les liens si étroits de fraternité et d’amitié, à vous
mes très aimés : Maman Anne Merci MPANGIRWA, Bienfait MPANGIRWA, Maman
Bénédicte et Papa Pascal MUFUNGIZI, à Pascal KABIKA, CITO et CIKU MPANGIRWA,
à mes très aimables neveux Emmanuel BUCHEKABIRI et Gaëtan ARHUHA
MUFUNGIZI, à vous mes amis et ma famille ; trouvez en ces humbles mots l’expression
de ma gratitude.

A vous tous camarades de l’auditoire, pour votre présence et votre encouragement qui
nous ont motivé à reprendre force, plus particulièrement à Live CHIRIGIRI
CIMANUKA, Wivine RIZIKI, Benjamin BIRERE, Roland NYALUNJA, Jean
TCHISHIMBI, Ken Wany BINGANE, …

A tous nos ami(e)s et connaissances qui de près ou de loin ont contribué à


l’aboutissement de ce travail, nous disons merci.

AMANI MPANGIRWA Jean de Dieu


X

Résumé

L’avènement des réseaux mobiles en succession des réseaux fixes a révolutionné les moyens
de communiquer. Aujourd’hui, toutes les couches sociales sont tentées de posséder un outil
portable de communication. L’apport des réseaux mobiles n’a été qu’une réponse concrète
aux besoins de la société en termes de communication ; ceci permet aux abonnés autorisés par
l’opérateur d’être en communication n’importe où, n’importe quand, qu’il soit en état fixe ou
en mobilité.

La qualité des services offerts par l’opérateur suscite un intérêt particulier dans le chef de
l’abonné qui cherche à maximiser sa satisfaction. Dans cette étude, nous nous évertuons à
examiner les indicateurs de mesure de la qualité des services pour pouvoir mener une analyse
solide et proposer des solutions pouvant accroitre le niveau de satisfaction de l’abonné.

Le processus d’émission/réception d’appel est transparent aux yeux de l’abonné qui ne se base
que sur quelques critères pour évaluer la qualité des services consommés, il se trouve dans un
état de satisfaction dans la mesure où l’opérateur parvient à lui offrir sans délai les éléments
tels que l’accessibilité aux services, la continuité des services, la disponibilité des services et
leur fiabilité. Ces différents éléments, en termes d’indicateurs, ne sauraient être atteints
totalement de suite de plusieurs contraintes qui peuvent être d’ordres environnemental
circonstanciel, financier, etc., …, Néanmoins, un opérateur doit lutter pour atteindre les
valeurs optimales fixées par le standard de la communication des réseaux téléphoniques, qui
prennent en compte les aspects incluant ces contraintes. L’étude se focalise beaucoup plus sur
le scénario de la mobilité des abonnés, et essaye d’analyser les différents indicateurs de la Qos
KPI (Key point indicator). Le résultat obtenu nous permettra d’appréhender les différents
problèmes liés à la mobilité des abonnés (le taux de réussite des Handovers), identifier les
facteurs pouvant influencer l’altération du signal (la mauvaise couverture, la mauvaise qualité,
etc…) et les causes à la base de l’augmentation du taux d’échec et du taux de coupure (calls
dropped, calls failure, etc…) ; proposer enfin, le mécanisme d’optimisation susceptible
d’améliorer la qualité du réseau et par ce fait accroitre la satisfaction des abonnés.

Mots clés : Réseau GSM, QoS (Quality of Service), KPI (Key Point Indictors), Optimisation,
Qualité, Couverture, Capacité Call Setup success, Call Setup attempt, Call Setup success rate,
Call Setup fail RF, Call setup average delay, Call Drop, Handover (HO) success, Hondover
(HO) request, Cellules, Interfaces Radio, Interférences, ….
1

Introduction générale

0.1 Problématique

La satisfaction d'un client dépend de plusieurs facteurs mis en œuvre par l’opérateur de réseau
de télécommunication à savoir, la qualité optimale de services offerts, les coûts de
communication moins élevés. Un client non satisfait peut facilement migrer vers un autre
opérateur proposant des services plus attrayants comme : une bonne qualité auditive, la
communication téléphonique à moindre coût, la disponibilité de services, etc. Le secteur de la
téléphonie ayant connu un essor considérable vers les années 1990 [1], présente un marché
concurrentiel dans lequel les abonnés ses fidélisent à un opérateur offrant davantage plus de
satisfaction.

Certaines études basées sur satisfaction du client ont démontré que seulement peu de clients
« insatisfaits » font en général l’effort d’une réclamation auprès de leur fournisseur du produit
ou service dont ils ont été mécontents, ces derniers partagent plus leur mécontentement avec
leurs proches, contrairement aux clients satisfaits. Les mêmes études poursuivent en montrant
que le coût de conquête d’un nouveau client est en moyenne sept fois plus élevé que celui de
l’entretien d’un client existant. [2]

Considérant la société Orange RDC, comme toutes les sociétés de télécommunication


œuvrant en République Démocratique du Congo, précisément au Sud-Kivu ; cette société met
en place un service client qui est un organe permettant aux abonnés de contacter à tout
moment, par téléphone ou physiquement, le siège de l’opérateur à partir du lieu où l’on se
trouve. Ce service est gratuit, ce service se charge de fournir des renseignements aux abonnés
et de répondre à leurs nombreuses préoccupations [2] . Malheureusement, un bon nombre de
clients ayant constaté à quelques reprises une dégradation de la qualité des services,
envisagent plus de migrer vers le réseau d’un opérateur différent ; ceci serait occasionné par
l’absence de suivi de la satisfaction du client par l’opérateur, car le client dans son chef se
veut être assisté dans ses démarches quotidiennes d’utilisation des services offerts.
La qualité des services offerts étant un des facteurs plus importants, pour fidéliser sa clientèle,
un opérateur doit fournir au quotidien beaucoup d’efforts pour maximiser la satisfaction de
ses abonnés. Pour cette cause, il doit se fixer d’une part une mesure maximale de la qualité
2

des services à atteindre selon le besoin de ses abonnées et, d’autre part, le mécanisme de
collecte des informations sur la satisfaction de ses abonnés.
Eu égard à ce qui précède, quelques questions nous servirons de guide tout au long de notre
travail, à savoir :
- La mise en place d’un outil permettant aux abonnés d’évaluer la qualité des services
offerts en temps réel par rapport à leur satisfaction pourrait-elle servir d’aide potentielle à
l’opérateur cherchant à accroître le niveau d’optimisation de son réseau ?
- Le niveau de la qualité des services de l’opérateur Orange Bukavu, est-il celui attendu ?
si oui, ce niveau est-il celui standardisé par la norme GSM ? si non quelles peuvent être
les causes empêchant l’opérateur à atteindre le niveau de la qualité des services attendu ?

0.2 Hypothèses

Notre travail partira des hypothèses selon lesquelles :


- La mise en place d’un mécanisme permettant aux clients d’évaluer les services offerts
faciliterait l’opérateur à identifier l’abonné en plainte et renforcer ses analyses en un point
en cas du surgissement des pannes sur le réseau, à porter des actions préventives ou
curatives selon le niveau de plainte des abonnés et à appréhender la situation de l’abonné
lors de la plainte.
- Une bonne prise en main des outils GENEX PROB, GENEX ASSISTANT, permettrait
de tester le réseau de la zone cible en temps réel, d’analyser les résultats obtenus, les
comparer par rapport aux mesures standard fixées par la norme GSM, de cerner le
dysfonctionnement en cas de problème et proposer des solutions à porter sur le réseau.

0.3 Objectifs du travail

Les objectifs du présent travail sont scindés en deux : les généraux et ceux spécifiques.

0.3.1 Objectifs généraux

- Identifier les différents critères de la satisfaction des abonnés


- Identifier les différents paramètres de la qualité des services mis en œuvre par l’opérateur
pour accroître la satisfaction de ses abonnés.
3

0.3.2 Objectifs spécifiques

- Identifier les différentes plaintes des abonnés et leurs causes


- Analyser tous les critères de la satisfaction du client et proposer des solutions pouvant
accroître la qualité des services.
- Utiliser les outils appropriés à l’analyse de la qualité des services de l’opérateur Orange
(GENEX PROB, GENEX ASSISTANT) afin d’appréhender les paramètres liés à la qualité
des services.
- Proposer un outil permettant à l’abonné d’évaluer la qualité des services consommés

0.4 Choix et intérêt du travail

Notre travail de fin d’étude porte sur : « Analyse de la qualité des services d’un réseau GSM
en mobilité : cas de l’opérateur de télécommunication Orange Bukavu ».
En effet, l’avènement du réseau GSM a apporté plusieurs innovations dans le domaine de la
téléphonie. Aujourd’hui, il est possible de se promener n’importe où avec sa station mobile.
Les services proposés par le réseau GSM (voix, sms), ont rendu son utilisation indispensable
par une couche importante de la ville de Bukavu. Cependant, cette vive sollicitation nécessite
une haute performance de la part des opérateurs pour prendre en charge les milliers
d’abonnés. Des équipements possédant des technologies sophistiquées ont étés mis en place ;
néanmoins, ceux-ci demandent un suivi régulier, une maintenance de qualité et une formation
de niveau important pour les configurer ; ce qui n’est pas toujours le cas, car plusieurs
facteurs sont mis en compte entre autres l’environnement dans lequel ils sont déployés (le
relief, les vents, les pluies, les montagnes) et les finances (les équipements coûtent très chers).
Cette recherche quotidienne de solutions appropriées pour maintenir optimale la Qos du
réseau a motivé notre sujet ; ceci nous permettra de maîtriser les rapports existants entre
différents paramètres de la qualité des services et, par conséquent, être à mesure de fournir à
nos opérateurs des solutions concrètes.
Il est facilement remarquable que plusieurs sociétés de télécommunication sont d’activité dans
notre milieu. Nous avons trouvé opportun de porter notre intérêt sur la société Orange
Bukavu, car cette dernière nous a montré sa volonté de pouvoir contribuer à la continuité de la
recherche scientifique en nous mettant sur des pistes importantes lors de nos investigations.
4

0.5 Etat de la question

Au cours de nos lectures, il est ressorti que des travaux scientifiques sur l’analyse de la qualité
des services des réseaux mobiles ont été réalisés par d’autres chercheurs ; notamment :
- « Contribution au développement d’un outil d’automatisation de l’analyse des
mesures drive test GSM », mémoire du projet de Master élaboré par Houichi Mehdi
[3]

Dans cette étude, l’auteur tiens à utiliser un fichier recueilli sur l’interface radio
comme élément fondamental pour évaluer la qualité des services.

En commençant par l’exposition des indicateurs de la qualité des services, Houichi


Medhi donne un aperçu sur la qualité des services du réseau GSM et en présente les
valeurs seilles. Ainsi propose-t-il un outil d’automatisation de l’analyse des mesures
drive test GSM en présentant la force et les difficultés que présentent certains outils
existants qui sont TEMS INVESTIGATION, et ATOLL.

- « Développement d’un outil de supervision de la Qos des réseaux 2G/3G sous


Android » travail réalisé par Imed M’HAMDI [4]

Dans ce travail, l’auteur présente l’interface radio reliant l’abonné au réseau comme
un point très sensible où sont observés différents problèmes que pose le medium radio
(atténuation, évanouissement rapide, interférences). Au cours de son travail, il suggère
un certain nombre d’outils de contrôle de nature variée les uns des autres afin que le
mobile puisse se rattacher à une station de base favorable pour établir la
communication, surveiller les échanges et assurer la commutation des cellules en
cours de communication. Il continue en montrant que la maitrise de ces outils de
mesure permettra d’analyser l’état du réseau, découvrir ses défaillances, et proposer
des solutions relatives. Ce processus est la clé pour les opérateurs visant à assurer la
Qualité des services acceptable par les abonnés. C’est dans ce cadre qu’il propose un
outil de supervision de la Qualité des services de réseaux de la deuxième et troisième
génération sous la plate-forme Android.

- « Etude de la qualité de service dans les réseaux mobiles GSM », travail réalisé par
Harold BAMBY. [5]
5

En se basant sur une étude de cas, l’auteur de cet ouvrage montre que l’amélioration
de la qualité des services dans le réseau GSM est d’une importance capitale pour les
sociétés de télécommunication. Car, pour arriver à leurs objectifs, les opérateurs
utilisent différentes techniques de supervision de la qualité des services. Le compteur
OMC, par exemple, permet de percevoir les indications des fichiers de traces
capturées au niveau de l’interface radio ; néanmoins, cette supervision est loin d’être
facile par suite de complexité de l’architecture et de diversité des équipements
possédant chacun ses propres configurations. Raison pour laquelle Harold BAMBY
commence son travail en expliquant les éléments de base de la télécommunication
mobile en mettant un accent sur l’interdépendance des composants architecturale du
réseau GSM.

Par rapport à ces études antérieures faites, notre travail présente l’originalité à un double
niveau à savoir :
- L’utilisation des outils de l’Entreprise HUAWEI Genex Prob et Genex Assistant,
spécialisés dans le scanning, l’analyse et le traitement de données. Par rapport aux
outils RNO d’alcatel et SPOTS de seimmens, les deux logiciels de l’équipementier
HUAWEI présente plusieurs fonctionnalités nouvelles à savoir : la production
différences cartes pour illustrer davantage l’état du réseau, la compatibilité avec
d’autres plateforme comme Excel (pour l’importation de l’engineering parameter ,…)
Google Earth (pour visualiser le relief et identifier les causes des problèmes), une
interface conviviale, le traitement des données sur des vastes territoires et à toutes les
heures d’activités du réseau contrairement à l’outils SPOTS de Seimmens.
La possibilité offerte aux abonnés d’évaluer la qualité des services en fournissant aux
opérateurs des données relatives à leurs états de satisfaction par rapport aux services
réseau offerts.

0.6 Délimitation du travail

Le présent travail a été effectué durant 8 mois, de l’année Académique 2017-2018. La maison
orange Sud-Kivu nous a ouvert ses portes par le biais de sa branche d’optimisation du réseau
qui est monitorée par l’équipementier HUAWEI. L’étude s’est uniquement basée sur
l’analyse de la qualité des services dans la ville de Bukavu.
6

0.7 Subdivision du travail

Outre l’introduction générale et la conclusion générale, le présent travail s’articule autour de


quatre chapitres.

Le premier chapitre porte sur l’analyse de l’existant. Dans ce chapitre, nous présenterons
l’entreprise Orange Bukavu en nous orientant beaucoup sur les moyens mis en marche au sein
de celle-ci pour offrir au client une qualité de services acceptable.

Le deuxième chapitre concerne la généralité sur les réseaux mobiles. Ce chapitre vise à
présenter et expliquer les concepts des bases qui seront utilisés tout au long de ce travail. Dans
la suite de ce chapitre nous étudierons l’architecture du réseau GSM, ses différents
composants et leur interaction ;

Le troisième porte sur l’analyse de la qualité des services du réseau de l’opérateur


Orange/Bukavu. En se basant sur une étude de cas, nous présenterons au cours de ce chapitre
les outils utilisés pour recueillir les données, les analyser et les interpréter. Ces mêmes outils
nous serviront de guide dans l’élaboration des solutions et des propositions d’action à porter
sur le réseau pour résoudre le problème lié à la qualité des services.

Le quatrième chapitre portera sur la mise en place de la nouvelle fonctionnalité permettant


aux abonnés d’évaluer la Qos. En tenant compte de besoins des abonnés qui ses résument en
la maximisation de leurs satisfactions, ce chapitre vise à proposer un outil interactif qui
permettra à l’abonné d’exprimer librement son niveau de satisfaction et à l’opérateur
d’évaluer la qualité des services offerts via ses installations réseaux.

0.8 Méthodologie de recherche

Pour réaliser cette étude, nous allons d’abord faire usage de la méthode d’analyse structuro-
fonctionnelle afin de mener l’étude de l’existant de manière à présenter la société Orange
Bukavu ainsi que sa gestion du service client selon la stratégie du groupe Orange ainsi que la
présentation de l’infrastructure réseau ; ce qui nous permettra d’y porter des critiques en
relevant ses forces et faiblesses et identifier enfin, la spécification des besoins.

Ensuite, nous poserons un ancrage théorique sur les réseaux mobiles et cellulaires à partir de
travaux que nous avons consultés. Pour aboutir aux résultats de la recherche, nous associerons
des entretiens exploratoires à ces travaux ; entretiens de recherche, dont le canevas d’entretien
en annexe, menés avec l’ingénieur équipementier de la société HUAWEI responsable de la
7

branche d’optimisation du réseau Orange et un agent de l’opérateur de télécommunication


Orange Bukavu. Une fois que la collecte des données sur l’interface air aura été faite, les
résultats seront présentés de façon à mener l’analyse de la qualité des services de cet opérateur
à partir d’outils GENEX PROB qui facilitera le scanner réseau et GENEX ASSISTANT pour
l’analyse et interprétation des données prélevées sur le terrain de recherche ; ce qui nous
permettra de porter des actions préventives et curatives visant à améliorer la QoS.

Enfin, en réponse aux besoins en information dus aux irrégularités du service d’optimisation
prise en charge par l’équipementier HUAWEI et à des mises en attentes prolongées au niveau
du service client, nous procéderons à la mise en place d’une nouvelle fonctionnalité
permettant aux abonnés d’évaluer la qualité des services, et en informer, le cas échéant,
l’opérateur de télécommunication du champ d’étude. Pour y arriver, le langage de
modélisation unifié (UML) interviendra dans l’analyse informatique, à l’aide de visio 2016 et
Microsoft EdrawMax utilisés comme outils d’atelier de génie logiciel, en mobilisant trois des
treize diagrammes y afférents ; notamment : le diagramme de cas d’utilisation, le diagramme
de classe et le diagramme de déploiement. L’implémentation de cette nouvelle fonctionnalité
sera rendue possible à l’aide du système de gestion des bases de données MySQL en faisant
recours aux langages de programmation l’ASP.NET et XAMARIN pour des fins de
simulation moyennant le serveur OZEKI ayant servi de passerelle liant l’application mobile
au serveur local.

0.9 Difficultés rencontrées

La concurrence étant grande dans le secteur de la téléphonie mobile dans la ville de Bukavu,
les opérateurs craignent que leurs données soient exposées de peur que leurs concurrents ne
les utilisent en leur faveur ; raison pour laquelle, l’accès aux données a été très difficile.
8

Chapitre Premier : Analyse de l’existant

1.1 Introduction

La connaissance du milieu d’étude est prépondérante dans le cadre où s’oriente nos


recherches, ceci nous permettra d’appréhender le fonctionnement du réseau existant, de
l’analyser et en relever les forces et les faiblesses. Nos recherches visant à analyser la Qos
d’un réseau GSM en mobilité ne saurait être réalisées sans le prélèvement de certaines
données auprès d’un opérateur offrant les services liés à la technologie GSM. Le présent
chapitre présentera ainsi une brève théorie sur notre milieu d’étude, son architecture réseau, la
gestion de son service client et par la suite, nous essayerons de porter une analyse critique sur
les éléments mis en œuvre par l’opérateur pour interagir avec sa clientèle et pour finir cette
partie, nous spécifierons les besoins justificatifs de la proposition d’un nouvel outil.

1.2 Etude de l’existant


1.2.1 Présentation de la société Orange Bukavu

Orange est l’un des principaux opérateurs de télécommunication dans le monde, avec un
chiffre d’affaires de 41 milliards d’euros et 152 000 employés au 31 décembre 2017, dont 93
000 en France. Présent dans 28 pays à travers le monde, dont 8 pays en Europe et 20 pays en
Afrique et au Moyen-Orient, le Groupe servait 273 millions de clients au 31 décembre 2017,
dont 211 millions de clients mobiles et 20 millions de clients haut débit fixe. Orange est
également l’un des leaders mondiaux des services de télécommunication aux entreprises
multinationales sous la marque Orange Business Services. En mars 2015, le Groupe a
présenté son nouveau plan stratégique Essentiels2020 qui place l’expérience de ses clients au
cœur de sa stratégie, afin que ceux-ci puissent bénéficier pleinement du monde numérique et
de la puissance de ses réseaux très haut débit. Orange SA est la société mère du groupe
Orange et porte également l’essentiel des activités du Groupe en France. [6] La figure 1.1
montre l’ensemble de pays du monde où l’entreprise Orange est présente.
C’est en décembre 2000, que fut signé le protocole d’accord entre l’entreprise publique
chinoise de télécommunication Congo Chine Télécom (CCT) et la République Démocratique
du Congo, permettant ainsi à cette entreprise à ouvrir le marché de ses services de
télécommunications. Plus tard l’entreprise CCT vendra ses actions à l’entreprise Française de
télécommunication appelée Orange, cette dernière lança ses activités à Kinshasa un mercredi
5 décembre 2012 reliant ainsi sa clientèle Congolaise à celle du monde entier. Dès son
lancement, Orange offre une large couverture de qualité dans toute la République
9

Démocratique du Congo, elle a été la première à mettre en place le service 3G+ dans les villes
suivantes : Kinshasa, Matadi, Goma, Bukavu, Mbuji-Mayi, Kalemie et Lubumbashi. Dans la
ville de Bukavu, elle est concurrencée par la société Vodacom Congo et la société Airtel. Elle
a comme mission d’offrir à la population les services téléphoniques mobiles basés sur la
nouvelle technologie numérique du standard GSM900 MHz et DCS 1800 MHz, tout en
mettant l’accent sur le pouvoir d’achat de la population Bukavienne. Les objectifs de la
société Orange ses reformulent de la manière suivante : l’augmentation du nombre d’abonnés,
la mise à la disposition à sa clientèle des services d’excellente qualité de manière à augmenter
considérablement le nombre d’abonnés. [7]

La succursale de la maison Orange à Bukavu, possède plusieurs points de ventes reparties


dans les différentes communes de la ville selon l’agglomération de la population. Son bureau
central est situé dans le quartier NDENDERE boulevard Patrice Emery LUMUMBA n° 157.

a) La stratégie du groupe Orange

Lancé en 2015, le nouveau plan stratégique Essentiels2020, est centré sur l’ambition
d’Orange à l’horizon 2020 de « faire vivre ses clients une expérience incomparable » en étant
toujours présent pour « connecter chacun à ce qui lui est essentiel ». Ceci passe par le fait
d’être exemplaire sur les services de base, la qualité et la fiabilité de l’accès, la connexion des
clients à tout moment partout où ils le souhaitent, et au- delà par une personnalisation plus
poussée des services et des offres. À mi-parcours du plan Essentiels2020, la mise en œuvre de
sa stratégie permet à Orange de renouer avec la croissance du chiffre d’affaires. Orange
s’adresse à toutes les catégories des clients : ceux attentifs au prix et ceux plus exigeants sur le
niveau de service ; qu’il s’agisse de particuliers, de très petites entreprises ou de
multinationales. [6]
Les ambitions de la société Orange sont formulées en 5 points suivants :
(i) Offrir au client une connectivité continue
(ii) Réinventer la relation client
(iii) Construire un modèle d’employeur digital et humain
(iv) Accompagner la transformation du client entreprise
(v) Se diversifier en capitalisant sur ses actifs
1.2.2 La gestion du service client de la société Orange

La relation client est un facteur clé de succès grâce à l’établissement d’un lien direct avec le
client final. Le Groupe ambitionne alors d’être irréprochable dans sa relation avec ses clients.
10

Avec le développement du très haut débit et l’essor des smartphones qui offrent aux clients
une autonomie, une rapidité et une disponibilité permanentes, le mobile devient un élément
incontournable de la relation client. [6] Le groupe Orange offre un certain nombre
d’applications permettant de suivre au quotidien l’expérience du client sur le réseau. Nous
pouvons en citer quelques-unes à savoir :
- L’application Orange et moi : Cette application permet aux clients de gérer à partir de leurs
smart phones, les offres internet et mobile, de contacter facilement Orange, de consulter les
factures mobiles, de régler directement les factures à partir de l’application, etc.
- L’application Orange pro : elle permet de gérer le compte pro, consulter le contrat, suivre
les consommations, gérer les options et services, retrouver l’état de Livebox pro, etc.
- L’application mon réseau : elle permet aux abonnés d’accéder au réseau le plus performant
en fonction de besoins, être informé en temps réel sur la qualité de vos usages, vérifier la
qualité du réseau avec des tests de débits ou en accédant aux cartes de couverture, etc.
De nouveaux outils de gestion de la relation client permettent de mieux cibler les services en
fonction d’usages des clients. Ces outils visent à reconstruire l’historique de la relation d’un
client avec Orange, quels que soient les points de contact, afin de mieux le connaître et lui
proposer des solutions individualisées en phase avec ses besoins et attentes. En 2017, Orange
est leader en recommandation client (Net Promoter Score ou NPS) dans 5 pays européens sur
8 ; ce sont désormais 45 % des interactions qui sont réalisées à travers des outils en ligne au
niveau du Groupe. Selon l’étude e- CAC 40 des Echos publiée en octobre 2017, Orange est
3ème en maturité numérique parmi les grandes entreprises françaises. [6]
Le groupe Orange présent dans 8 pays d’Europe offre plus de suivi à ses abonnés de
l’occident, plusieurs outils d’accompagnement des clients ont été développés selon les
spécificités de certains pays, le facteur favorisant une bonne prise en charge de sa clientèle en
Europe est la disponibilité d’une connexion internet de bonne qualité. Le client dans son chef
voudrait bénéficier d’un suivi de la manière la plus simple possible. Il ne saurait pas
interpréter des valeurs techniques mentionnant la qualité des services qu’il consomme. Il est
trop occupé par ses affaires de sorte qu’il n’utilise son portable qu’au temps nécessaire. Un
outil d’évaluation de la Qos par les abonnés très simple à utiliser, moins encombrant et
susceptible d’être utilisé hors connexion internet serait d’une importance capitale dans notre
milieu.
11

Figure 1-1 : Liste des principales sociétés consolidées du groupe Orange, source [6]
12

Figure 1-2: Architecture du réseau Orange Bukavu, source [74]


13

Branche d’optimisation du réseau


L’entreprise Orange œuvre dans le secteur commercial. Elle met à la disposition de sa
clientèle un certain nombre de services à l’échange des devises monétaires. Derrière ces
services offerts se trouvent une géante interconnexion de multiples équipements à l’échelle
planétaire ; ce qui pousse l’entreprise à disposer, dans son personnel, d’ingénieurs réseaux
pour assurer l’ensemble des tâches techniques relatives au réseau. Cependant, la nouvelle
politique adoptée par plus d’une entreprise de télécommunication est de louer les services
techniques et les équipements à une autre entreprise de grand renom. Cette politique permet
de réduire la lourdeur des tâches d’ingénieurs engagés par la société et aussi accroître les
performances du réseau, car un contrat est signé entre les deux parties mentionnant d’un côté
les performances que le réseau doit atteindre grâce aux services apportés par l’entreprise
extérieure et, de l’autre côté, la rémunération financière à verser à l’entreprise. Pour améliorer
la qualité de ses services, la société Orange a confié la gestion de sa branche d’optimisation à
l’équipementier HUAWEI qui est une branche de la grande entreprise chinoise HUAWEI
œuvrant dans la vente des équipements, le déploiement de système des télécommunications et
la maintenance de ce système. L’équipementier HUAWEI réalise des tests de performance
chaque mois dans une de grandes villes selon son programme. Le service client reçoit
continuellement les plaintes des clients, ces différentes plaintes sont traitées selon le niveau de
leur pertinence et selon leur occurrence. Si le service client affirme l’importance de la
réalisation d’une action sur le réseau, les ingénieurs de l’équipementier sont directement mis
au courant de l’urgence, et dans un délai le plus court, ils interviennent pour lever le
dysfonctionnement.

1.2.3 Présentation de l’infrastructure réseau


a) Architecture réseau

Le signal du réseau Orange disponible à Bukavu, provient de la ville de Goma où se trouve le


MSC. Ce dernier est relié directement au BSC situé dans la commune d’IBANDA, avenue
Patrice Emery LUMUBA, quartier NYALUKEMBA. Tous les trafics de la ville de Bukavu
sont concentrés par le BSC et renvoyer vers le MSC à GOMA pour rendre effectives les
communications des abonnés. Les installations de la maison Orange à Bukavu sont
subdivisées en trois catégories organisées selon une topologie en étoile étendue : les stations
de base au premier niveau, qui capture les communications des abonnés pour les véhiculer
vers le BSC via les BTS relais ; les stations de base relais, ces types de BTS ne font pas la
seule tâche d’envoyer les communications des abonnés vers le BSC. Mais en plus, elles
14

reçoivent des communications venant d’autres BTS dans le but de les acheminer vers le BSC ;
la troisième catégorie est le BSC, son rôle, d’une part, est de concentrer tous les trafics des
abonnés en un point et les transférer vers le MSC ; d’autre part, le BSC supporte les trafics
venant du MSC jusqu’à la station de base prenant en charge l’abonné en communication. La
figure 1.2 illustre davantage l’architecture du réseau Orange Bukavu.

1.2.4 Critique de l’existant

L’analyse de la Qos met en évidence deux entités à savoir, les abonnés en tant que
consommateurs des services et l’opérateur en tant que fournisseur des services. L’opérateur se
force de fournir des services qu’il estime acceptable, l’abonné de son côté cherche un réseau
offrant des services susceptibles de maximiser le niveau de sa satisfaction. Dans le but de
nous rapprocher des objectifs de chacune de ces parties, nous nous évertuerons à porter une
analyse critique sur le service client, en y révélant les forces et les faiblesses.

a) Le service client

Dans le but d’assister sa clientèle, l’opérateur Orange a mis à la disposition de celle-ci un


numéro 1777 dirigeant la communication de l’abonné vers une grande équipe d’agents
chargés d’écouter, éclaircir et édifier l’abonné. En République Démocratique du Congo,
l’organe chargé d’interagir directement avec les abonnés se situe dans la Capitale Kinshasa.
L’opération de sollicitation d’assistance par un client se déroule de la manière suivante :

- Le client compose le numéro 1777, il doit pour réaliser cette opération avoir des crédits
non activés dans son compte.
- Le client est directement redirigé vers un répondeur qui lui présente le mot d’accueil au
service client et lui propose le menu composé d’éléments suivants :

La touche à appuyer Redirection vers


1 L’assistance en Français
2 L’assistance en Lingala
3 L’assistance en Ki luba
4 L’assistance en Swahili
5 L’assistance en Ki Kongo
6 L’assistance en Anglais
Tableau 1-1 : Menu service client
15

- Après avoir appuyé la touche correspondante au service auquel on cherche une assistance,
l’abonné est directement soit mis en attente si le service est trop sollicité, soit reçu par un
agent qui invite l’abonné à se présenter en mentionnant les informations de base (Province,
ville).
- L’agent écoute attentivement la préoccupation de l’abonné et lui fournit des mesures
palliatives.
- L’agent Orange finit l’entretien en exprimant les mots de remerciements à l’abonné et en
l’invitant à toujours avoir recours au service client en cas de besoin.

Les forces et les faiblesses de cette entité sont reprises dans le tableau suivant :

Forces Faiblesses
Le service client garantie à l’abonné un Le service client est payant, cette situation n’est
suivi dans son expérience de tous les pas bonne pour la personne de l’abonné qui
jours peut soit nécessiter une assistance ou soit
fournir à l’opérateur une information
importante sur la qualité des services.
L’entretien entre l’abonné et l’agent se Après avoir appuyé sur la touche qui redirige
déroule la plupart de fois paisiblement l’abonné vers l’agent du service réclamé, il est
avec des formules de politesse agencées souvent possible que la mise en attente perdure
par l’agent (lors de nos tests elle a duré 11 minutes). Cette
situation peut décourager l’abonné et peut le
conduire à raccrocher son appel
L’abonné se sent en sécurité lorsque Très peu d’abonnés arrivent à composer le
l’agent écoute sa préoccupation et numéro 1777 pour informer l’opérateur d’une
s’investit dans la résolution de son quelconque dégradation de la qualité. Si
problème l’abonné possède deux SIM dans son portable,
au lieu d’effectuer un appel qui sera payant, ils
jugent mieux de migrer vers un autre réseau.
Le service client permet à l’opérateur de La composition du numéro 1777 n’est pas aussi
savoir l’avis de ses abonnés sur les très avantageuse à l’opérateur. Chaque appel
services offerts. (service Voice) effectué, alloue un canal toute
la communication durant. Si l’opérateur offrait
gratuitement le service client, il occasionnerait
16

de grandes pertes car, aussi longtemps que


prendra la communication entre l’agent et
l’abonné, aussi longtemps le canal alloué sera
indisponible pour d’autres clients sollicitant des
services lucratifs.
Tableau 1-2 : forces et faibles du service client Orange

1.2.5 Spécification des besoins

En tenant compte de l’analyse critique ci-haut effectuée, il en ressort d’exprimer les besoins
fonctionnels suivants :

- Analyser les différents indicateurs de la qualité des services offerts par l’opérateur
- Identifier les différents critères de satisfaction de l’abonné
- Mettre à la disposition de l’abonné un outil lui permettant d’exprimer le niveau de sa
satisfaction
- Offrir à l’opérateur une vue analytique sur les avis des abonnés et la localisation des
dispositifs réseau les prenant en charge.
- Rendre disponibles les rapports sur les avis des clients dans chaque province pour
décharger le département de la gestion des clients situé à Kinshasa.

1.3 Conclusion

Le chapitre premier s’est articulé sur la présentation du milieu d’étude, à travers la section
étude de l’existant, nous avons présenté brièvement la société Orange. La recherche des
facteurs déterminant les objectifs de notre travail nous a poussé à analyser le fonctionnement
du département assumant la tâche d’interagir avec les abonnés ; ensuite nous avons présenté
l’architecture du réseau suivie d’une brève explication de sa topologie. Vers la fin de ce
chapitre, nous avons réalisé une analyse critique du système utilisé pour entretenir les abonnés
en relevant les forces et les faiblesses de ce service ; ceci nous a conduit à exprimer un certain
nombre de besoins visant à améliorer davantage le fonctionnement du service client.
17

Chapitre Deuxième : La Généralité sur les réseaux mobiles

2.1 Introduction

Dans ce chapitre nous présentons les concepts de base qui seront utilisés au cours de notre
travail. Une brève introduction sur le réseau mobile vient en premier, puis une section sur le
réseau cellulaire comprenant un certain nombre de définitions et un minimum de détails sur ce
dernier.

2.2 Les réseaux mobiles

Un réseau informatique est à comprendre comme un ensemble d'équipements reliés les uns
aux autres avec comme objectif d’échanger les informations. [8] Il a pour fonction de
transporter des données d’une machine terminale à une autre via les supports de transmission
qui peuvent être matériels (câbles terrestres) ou immatériels (faisceaux hertziens) [9]

Avec ses diverses activités, l’homme se voit obligé d’être mobile pour satisfaire ses besoins
multiples. La communication avec d’autres entités étant très utile, l’homme exprime le besoin
de bénéficier de services réseaux quel que soit l’endroit où il se trouve ; ceci suscite les
sociétés de télécommunication à mettre en place des services susceptibles de s’adapter à la
mobilité de l’homme. La mobilité a dès lors était établie selon trois types à savoir, la mobilité
terminale, la mobilité personnelle et la portabilité des services. [9]
La première consiste à l’identification du terminal mobile pour le relayer au réseau. La
deuxième permet de localiser l’abonné à partir de son numéro d’identification personnelle lui
permettant d’accéder aux services réseaux, en fin la portabilité des services fait allusion au
concept de réseau intelligent qui consiste à identifier les usagers en mouvement et leur fournir
les services auxquels ils ont souscrit, c’est ainsi que le système mobile a été développé sous
plusieurs formes à savoir , systèmes cellulaires, systèmes sans cordon, radio messagerie,
radiocommunication professionnelle, transmission de données sans fil et systèmes par
satellites. [9] [10]

Tenant compte de ce qui précède, nous pouvons définir le réseau mobile comme un ensemble
de nœuds mobiles interconnectés les uns avec les autres par le biais d’antennes-relais,
couvrant chacune une zone donnée et acheminant les communications.
18

2.3 Le réseau cellulaire

Les réseaux cellulaires ont été développés pour améliorer les capacités du service de
téléphonie mobile. Formant la base des systèmes de radiocommunication avec les téléphones
mobiles, ils ont connu une évolution spéculaire à la suite des innovations liées à leur
avènement.
Avant l’avènement du réseau cellulaire, le service de communication ne fonctionnait qu’avec
l’existence des antennes émettrices et réceptrices de hautes puissances, alors que la distance
entre la station mobile et un équipement fixe de radiotéléphonie est limitée par les conditions
de propagation des ondes. [11]
Les services de la première génération étaient analogiques et ses basaient sur le concept
cellulaire qui leur permettait une réutilisation efficace de la ressource radio. Cependant, tous
les systèmes analogiques étaient incompatibles les uns avec les autres à cause des normes
différentes qui les régissaient. Nous pouvons en citer certains à savoir, le système AMPS
(Advanced Mobile Phone System), le NMT (Nordic Mobile Telephone), C450 et TACS
(Total Access Communication System). [10]
Tenant compte des dysfonctionnements des réseaux de la première génération, le besoin de
développement d’un standard incluant la transmission numérique, le handover, le roaming
s’est fait ressenti. Après plusieurs recherches les résultats ont abouti à la mise en place de la
norme GSM (Global System for Mobile Communications) regroupant deux types de réseaux
cellulaires numériques qui sont, les réseaux GSM900, considérés comme le premier type de
réseaux mobiles cellulaires numériques européens, utilisant des fréquences porteuses dans la
gamme des 900 MHz et le réseau DCS1800 (Digital Cellular Telecommunications System)
qui utilise des fréquences porteuses dans la gamme des 1800 MHz. [12] , [10]
Suite au besoin grandissant des abonnés, le réseau GSM s’est vu amélioré pour accroitre la
capacité du trafic. Nous pouvons citer les générations suivantes : le HSCSD (High Speed
Circuit Switched Data), le GPRS (General Packet Radio Service), EDGE (Enhanced Data for
GSM Evolution). Ces différentes améliorations portées sur le réseau GSM offraient
respectivement le débit théorique binaire de 115.2, 171.2 et 553 kbps, ensuite le
développement de nouveau service offrant un débit binaire plus élevé variant entre 384 kbps
et 2 Mbps, qui est le UMTS (Universal Mobile Telecommunications System) nommé la 3ème
génération. L’ingéniosité de l’homme n’ayant pas connu de rupture, les chercheurs dans le
labo pensent aux développements de nouveaux services qui représenteront les générations
ultérieures respectivement la 4ème et la 5ème Générations [10], [13].
19

2.3.1 Historique

C’est vers les années 80 que fut observé l’apparition des réseaux de la première génération
1G, caractérisé par la multiplicité des systèmes analogiques, l’interconnexion des terminaux
lourds et encombrants. Les réseaux de la première génération présentaient bien des contraintes
qui sont : le délai très long lors de la connexion des abonnés, les coûts de l’abonnement et des
terminaux étaient très élevés, en plus la mobilité des abonnés était impossible [14].

Pour remédier à ces problèmes, naquit en Europe le concept de radiophonie européenne pour
mettre fin aux frontières du réseau et constituer un véritable marché européen d’équipements
réseaux et de terminaux. Le Groupe Spécial Mobile (d’où découlera le nom GSM) est alors
constitué par la Conférence Européenne des Postes et des Télécommunications (CEPT) en
1982, avec pour mission de développer un standard paneuropéen pour les communications
mobiles capables de concrétiser les objectifs suivants : mettre en place un service numérique
de télécommunications qui soit compatible avec les infrastructures des réseaux filaires, qui
offre la compatibilité d’accès dans tout pays pourvu d’un réseau de radiotéléphonie, qui prend
en charge la localisation automatique des usagers sous la couverture de n’importe quel réseau
et qui garantit l’adaptation dans plusieurs terminaux produits par divers industries [14], [12]
C’est alors que fut mis en place le premier système standardisé utilisant la technique de
transmission numérique sur un canal radio nommé le réseau GSM (Global System for mobile
communication) qui fut qualifié comme réseaux de la 2ème génération, 2G en 1991.
Le réseau GSM connut un grand succès dès son avènement, aujourd’hui il est répandu sur
tous les continents [12].

2.3.2 Le concept cellulaire

Une cellule est une unité géographique d’un réseau couvert par une station de base (reliée au
Réseau Téléphonique Commuté, RTC) à laquelle on associe un certain nombre de canaux de
fréquences à bande étroite, habituellement appelés « fréquences ». Ces dernières doivent être
une BTS (base transeiver station) « meilleure serveuse » c’est-à-dire, le signal émis par celle-
ci doit se caractériser par une force élevée par rapport aux autres venant des BTS voisines.
[15], [16]
20

Une cellule est représentée graphiquement sous forme hexagonale mais en pratique les
cellules ses couvrent partiellement afin de permettre la continuité des services aux utilisateurs
passant d’une cellule à une autre. [16]

Lors de l’avènement des réseaux cellulaires, les cellules de la première génération avaient une
taille très large estimée à 50 km de rayon, ce qui exigeait aux abonnés d’utiliser des stations
mobiles ayant une puissance d’émission importante, autour de 8W. Dans son fonctionnement,
le système de la première génération présentait un certain nombre d’insuffisance entre autres,
l’allocation de la bande des fréquences d’une manière statique à chaque utilisateur se trouvant
dans la cellule qu’il soit en service ou non, ce qui a conduit à ne servir qu’un nombre
d’abonnés égal au nombre de bande des fréquences disponibles. [16]

Dans les générations suivantes, plusieurs améliorations ont été portées sur le système
cellulaire, entre autres, l’allocation des canaux seulement aux abonnés en service. Pour éviter
les interférences, une fréquence ne doit être réutilisée qu’entre deux cellules très distantes ce
qui a conduit à la définition des motifs encore appelés « clusters » qui sont des regroupements
de plusieurs cellules dans lesquels une fréquence est utilisée une seule fois. [16]

Le concept cellulaire constitue le fondement de base des réseaux mobiles. La division du


territoire en petites zones appelées « cellule » a permis d’ajuster les ressources radio selon la
demande du trafic, cette demande est identifiée selon la densification se traduisant par un
nombre élevé des abonnés dans les zones urbaines dominées par des microcellules et les
zones rurales à faible concentration de BTS où l’on trouve des cellules de très large taille. [15]

Figure 2-1 : Représentation d'un motif


21

La taille d’une cellule est fixée en fonction de plusieurs critères à savoir : la configuration du
terrain (relief, immeuble), la localisation (urbaine, rurale, suburbaine), la densité
d’utilisateurs, la nature des constructions (buildings, immeuble en béton, pavillons, tours).
Ces différentes propriétés ont poussé les opérateurs lors de dimensionnement du réseau à
spécifier les services principaux suivants : le service outdor indiquant les conditions
nécessaires pour le bon déroulement d’une communication en se situant à l’extérieur d’un
bâtiment, sans aucune contrainte, le service incar tenant compte des utilisateurs dans les
voitures, une marge supplémentaire de 6 déci belle Watt 6 [dB], est ajoutée pour ce service.
Le service indoor permettant le bon déroulement de la communication des utilisateurs à
l’intérieur des bâtiments, ce service est à son tour subdivisé en deux autres services à savoir :
le soft indoor, lorsque l’utilisateur se trouve derrière une façade d’un bâtiment et le deep
indoor, lorsque l’utilisateur se trouve plus à l’intérieur du bâtiment. [16]

Ainsi, on distingue plusieurs types de cellules à savoir :

- Les macro cellules : Adaptées aux zones rurales, la taille de ces cellules est estimée à
35Km.
- Les microcellules : ce sont des cellules de très petites tailles, quelques centaines des
mètres de rayon, elles sont adaptées aux zones urbaines denses pour l’écoulement du trafic
très important.
- Les pico cellules : Elles permettent d’établir la communication au sein des bâtiments, leur
taille est estimée à quelques dizaines de rayon.

2.3.3 Les caractéristiques principales du GSM

Pour garantir aux abonnés un service avec moins des bruits, il a été important dans la norme
GSM de prévoir deux bandes de fréquences approximant 900 MHZ, pour les communications
montantes, c’est-à-dire du mobile vers la station de base, la bande de fréquence utilisée est de
890 à 915 MHZ, pour les communications descendantes, de la station de base vers le mobile
de l’abonné on utilise la bande de fréquence de 935-960 MHZ, étant donné que chaque canal
utilisé lors d’une communication a une largeur de 200 KHZ, on aura donc 125 canaux pour
les communications montantes et 125 canaux pour les communications descendantes. [17]

Les 125 canaux sont à partager entre tous les opérateurs afin de servir une multitude
d’abonnés, ce qui s’est avéré pratiquement insuffisant. Cette situation a motivé la norme GSM
à s’étendre et utiliser deux bandes des fréquences autour de 1800 MHZ, ainsi pour les
22

communications montantes on utilise la bande de fréquence allant de 1710 à 1785 MHZ et les
communication descendantes la bande de fréquence 1805 à 1880 MHZ, soit 375 canaux pour
les communications montantes et 375 canaux pour les communications descendantes à
distribuer aux utilisateurs. [17] , [18]

Nous présentons dans le tableau ci-dessous, une synthèse caractéristique de deux courants du
réseau GSM.

Caractéristiques GSM900 GSM1800 (DCS)


Bande de fréquence pour les 890.2-915MHZ 1710-1785MHZ
communications montantes
Bande de fréquence pour les 935.2-960MHZ 1805-1880MHZ
communications descendantes
Nombre d’intervalles de temps par 8 8
trame
Débit total par canal 271 Kb/s 271 Kb/s
Débit de la parole 13 Kb/s 13 Kb/s
Débit maximal de données 12 Kb/s 12 Kb/s
Technique de multiplexage F-TDMA F-TDMA
Rayon de cellules 0.3 à 30 KM 0.1 à 4 KM
Puissance des terminaux 2à8W 0.25 et 1 W
Sensibilité des terminaux -102 dB
Sensibilité de la station de base -104 dB
Tableau 2-1 : Caractéristiques principales du GSM [16]

2.3.4 Concept de mobilité

« Dans le français le terme mobilité est défini comme le caractère, la capacité ou la facilité
d’un objet ou d’une personne à être déplacé ou de se déplacer par rapport à un lieu, position
ou ensemble d’objets de même nature. L’action de changer de position et le résultat de cette
action sont appelés mouvement ou déplacement. Dans le domaine de réseaux, la mobilité se
traduit par la possibilité que certaines entités peuvent être déplacées entre des points
d’attachement différents » [19]
Selon cette définition, il est à comprendre que la mobilité dans le réseau GSM est l’ensemble
d’éléments intervenant dans le changement de position des abonnés, ces derniers ont tous les
23

droits de bénéficier d’une continuité des services partout où ils peuvent se situer. Les
conventions qui peuvent se négocier entre différents opérateurs pour assurer la disponibilité
des services n’importe où et n’importe quand sont transparentes aux yeux de l’abonné. En
tenant compte de plusieurs paramètres, nous pouvons citer plusieurs types de mobilité :
a) La mobilité de terminaux
C’est le type le plus fréquent de la mobilité dans les réseaux. A son tour, il est subdivisé en
deux catégories qui tiennent compte de la portée de l’antenne du terminal et la durée du
déplacement. [19]
• La portabilité : c’est la capacité que possède un mobile de se déplacer dans le réseau en se
connectant, se déconnectant et se reconnectant [19]
• La mobilité continue : cette forme de mobilité s’explique par la prise en charge de la
station mobile de l’abonné en déplacement par un ou plusieurs points d’accès d’un même
opérateur ou d’opérateurs différents. [19]
b) Mobilité de réseaux
Cette situation s’observe quand les hôtes d’un sous-réseau et le sous-réseau arrivent à se
déplacer tout en gardant leur topologie inchangée. [19]
c) Mobilité des personnes
Aujourd’hui, pour bénéficier de la diversité des services qu’offre le domaine de la téléphonie
mobile (appel, message, internet), les utilisateurs se font identifier par plusieurs comptes selon
le service recherché. En raison de ses occupations diverses il arrive qu’un utilisateur ait
besoin de posséder un identifiant spécifique par activité, ainsi par exemple un utilisateur
pourra avoir un identifiant lié à son terminal du travail, un autre identifiant lié au terminal de
la maison et ainsi de suite. Cette possession de plusieurs identifiants explique la mobilité de la
personne. [19]
d) Mobilité de services et applications
Dans ce genre de mobilité, on observe un transfert intégral ou partiel des applications d’un
terminal à l’autre, ces applications offrent à l’utilisateur un certain nombre des services après
leurs configurations sur le terminal, ce type de transfert est appelé ; « mobilité de services et
applications » [19]
e) Mobilité de sessions
« Une session réseau est une abstraction qui regroupe une ou plusieurs connexions réseau et
qui fournit des services pour gérer globalement l’état de ces connexions » [19]
La mobilité de sessions garantie une connexion active dès l’ouverture de la session entre deux
ou plusieurs entités communicantes en déplacement. [19]
24

2.3.4.1 Le Handover

Le Handover est à comprendre comme un ensemble de procédures intervenant dans la


mobilité inter ou intra cellulaire d’une station mobile de l’abonné. Ces procédures sont mises
en œuvre entre le réseau de l’opérateur et la station mobile, pour permettre cette dernière de
migrer d’une cellule vers une autre tout en bénéficiant des services réseaux ; c’est donc un
ensemble de processus permettant à un nœud mobile de changer son point d’attachement.
[20], [21]

2.3.4.2 Nécessité du Handover

Plusieurs causes sont à la base du Handover, nous pouvons citer quelques-unes à savoir, la
station mobile en mouvement passe d’une cellule à une autre c’est le rescue handover, le cas
d’indisponibilité des services causée par le dysfonctionnement des installations de l’opérateur
à l’instar de la BTS qui peut soit être en panne, ou trop surchargée par plusieurs autres
abonnés c’est ce qu’on appelle le traffic handover, ou encore l’observation par le terminal de
l’abonné d’un meilleur signal venant d’une autre station de base (BTS), l’observation de la
dégradation de la qualité des services causée par les interférences, peut exiger au mobile de
migrer vers une autre station de base c’est le confinment handover. [20], [22]

Lorsque le transfert s’effectue entre deux cellules de même technologie comme GSM vers
GSM, on perlera du handover horizontal, par contre si le transfert s’exécute entre deux
cellules des technologies différente par exemple du GSM vers UMTS on parlera du handover
vertical, ces deux types de handover peuvent être combiné pour permettre de transférer le
trafic d’un point d’accès en limite de connexion vers un réseau de technologie différente, on
appellera cette combinaison le handover diagonal. [21]

Figure 2-2 : sortes de handover, source [72]


25

2.3.4.3 Les étapes d’un Handover

Pour bien achever un processus de handover, la station mobile (SM) et les infrastructures
réseaux de l’opérateur, suivent un certain nombre d’étapes au cours desquelles plusieurs
opérations s’effectueront soit avec succès, cas de la réussite du Handover soit avec échec, cas
de l’échec du Handover. Au début de l’opération, le terminal cherche à obtenir les
informations sur les différentes stations de bases du réseau, il peut utiliser les informations
déjà connues sur le réseau ou celles résultant du scanning, cette étape est nommée la sélection
de la cellule. Au niveau de l’étape suivante, le terminal de l’abonné se déplace de l’ancienne
Bts vers la nouvelle, cette décision peut être déclenchée soit par la Bts du réseau ou par la
SM, cette étape est appelée décision et initiation du Handover, en suite pour établir la
communication, la SM doit recevoir le paramètre de transmission en voie montante et
descendante, au cours de cette phase, la synchronisation avec la Bts cible est obligatoire. Au
cours de l’étape suivante la SM reçoit les bons paramètres de communication (le décalage
temporel, la puissance du signal, etc), cette procédure est appelée le Ranging. Après cette
procédure la Bts supprime toutes les informations de sa file d’attente relative à la SM qui
vient de migrer vers une autre Bts, cette opération est appelée la résiliation de service. En fin,
durant tous ces processus la SM a tout le droit d’annuler le transfert et reprendre les anciennes
configurations si l’ancienne Bts n’a pas encore supprimé les informations relatives à la SM.
[20]

2.3.4.4 Déclenchement du Handover

Dans le paragraphe précèdent, la deuxième étape du processus de handover, nous montre que
la migration d’une cellule à une autre peut être déclenchée soit par la SM qui peut se baser sur
les informations locales à savoir ; les interférences sur le canal radio (Signal to Noise
Interférence Ratio, SINR), la puissance du signal (Radio Signal Strength, RSS), le Blocking
Error Rate (BLER), les préférences de l’utilisateur, la vitesse du mobile… ce contrôle du
Handover par le mobile peut être assisté par le réseau dans la mesure où le réseau fournit
certaines informations sur la qualité de service à la SM, lui permettant de prendre une
décision concernant son transfert, ce processus est appelé, Mobile Controlled Handover
Decision (MCHO). Ce même processus de transfert peut aussi être contrôlé par le réseau en
acceptant ou en rejetant les demandes de Handover initié par le mobile. Dans la mesure où le
réseau initie lui-même le transfert, le nœud mobile n’interviendra que pour assister la
procédure en fournissant certains paramètres importants au réseau, cette procédure est appelée
26

le MAHO (Mobile Assisted Handover). L’ensemble d’opérations du handover contrôlé par le


réseau est nommé, le Network Controlled Handover Decision (NCHO). [21]

2.3.4.5 Le Handover dans la norme GSM

Dans la norme GSM, une SM peut effectuer un Handover à l’intérieur de sa cellule. Lors de
ce processus la SM ne changera pas de Bts qui le prend en charge mais seulement le canal de
fréquence sur lequel elle est attaché, ce changement peut être causé par les interférences ou le
brouillage des canaux. Ce processus est nommé Handover intra-Bts. Une autre forme de
Handover peut s’observer lorsque la SM dépasse les limites de la cellule courante en migrant
vers une cellule prise en charge par une nouvelle Bts, les deux Bts prisent en compte (Bts du
départ et Bts de destination) peuvent être sous contrôle, soit d’un même Bsc (Base station
controller), dans ce cas ce dernier gèrera le processus du Handover, soit chacune de deux Bts
est contrôlé par son Bsc, dans ce cas un Msc prenant en charge tous les deux Bsc, se chargera
de la gestion de cette procédure. Cette forme de transfert est appelée, Handover inter-Bts. En
fin la SM peut quitter le réseau d’un opérateur vers un autre, les Msc de ces deux réseaux
différents se chargent de cette procédure de Handover. C’est ce qu’on appellera le Handover
inter-Msc. [21] [20]

2.3.4.6 Le Roaming

Le roaming ou itinérance se définit comme la mobilité d’un abonné au-delà des frontières de
son pays où il bénéficiera des services offerts par un nouveau réseau. L’itinérance permet
donc d’étendre la mobilité de l’abonné en dehors de son réseau ou de la technologie utilisée
par son réseau, il pourra ainsi continuer à effectuer ses appels, recevoir ses messages selon un
certain nombre d’accord de roaming signé entre l’opérateur du réseau nominal et celui du
réseau visité. [23]

2.3.5 Les moyens techniques d’échanges d’informations dans un réseau cellulaire

Le réseau cellulaire est constitué d’une multitude d’équipements en relation les uns avec les
autres. Depuis l’émission de l’appel par l’abonné A jusqu’à à la livraison de l’appel à
l’abonnée B, plusieurs communications sont établies entre la SM de l’abonnée et les
installations réseaux d’un côté et entre les installations réseaux elles-mêmes de l’autre côté ;
cet ensemble de communication susceptible de véhiculer une information est appelée
signalisation.
27

Il existe plusieurs sortes de signalisation selon le domaine, dans notre travail nous tacherons
d’étudier seulement la signalisation intervenant dans le réseau GSM qui est la signalisation
Sémaphore n° 7.

2.3.5.1 La signalisation par canal sémaphore

« La signalisation par canal sémaphore (CCS, Common Channel Signaling) est une procédure
dans laquelle le canal sémaphore (SL, signaling Link) achemine sous forme des trames
sémaphores, l’information de signalisation se rapportant à des circuits ou à des messages de
gestion et de supervision ». [24]

C’est donc tout un réseau fonctionnant avec le principe de commutation de paquet et est
constitué de plusieurs éléments à savoir : les canaux sémaphores, les routeurs de paquets
appelés points de transfert sémaphore (STP, Signaling Transfer Point) et des terminaux qui
sont : les centraux téléphoniques, les serveurs, les base de données. Ces différents terminaux
sont appelés les points sémaphores (SP, Signaling Point) tels que les MSCs, les GMSCs, le
HLR, le EIR, tous ces SP sont rattachés au STP par les canaux du type A (Acces Link). [24],
[12]

2.4 Le Mécanisme de propagation des ondes

« D’une manière générale, l’électromagnétisme a pour but d’étudier les interactions entre les
particules chargées qui sont en mouvement ». [25]

Une onde est définie comme étant la propagation d’une oscillation ou d’une vibration. Une
onde radioélectrique est une onde électromagnétique dont la fréquence est comprise entre 9
GHz et 3000 GHz correspondant à des longueurs d’ondes dans le vide relativement de 0,1
mm à 33 km. Une onde possède une certaine fréquence, vitesse et une longueur, ces éléments
ses régissent par la relation suivante : Vitesse = Fréquence * Longueur d’onde. [26]

La fréquence est le nombre d’ondes passant par un point fixe en une unité de seconde, elle
s’exprime en cycle par seconde (Hertz), tandis que la longueur d’onde est la distance entre la
haute extrémité et la basse d’une onde en oscillation elle s’exprime en mettre. La vitesse de
propagation est exprimée en mettre par seconde. La distance entre le centre d’une onde et
l’une de ses extrémités est appelée amplitude. Illustrons par un modèle.
28

Figure 2-3 : onde, amplitude, longueur d'onde, cycle

Dans la planification et la mise en place d’un réseau cellulaire, l’ingénieur doit maîtriser le
comportement que peuvent adopter les ondes radio suivant l’environnement dans lequel elles
se trouvent et la distance à couvrir. En nous basant sur la relation entre la longueur d’onde, la
vitesse et la fréquence,

𝑉
𝜆=
𝐹

Figure 2-4 : propagation d’ondes, source [25]

Nous pouvons observer trois comportements distincts qui sont : une bonne valeur de la
longueur d’onde favorise le signal à atteindre des points les plus éloignés, et à contourner les
obstacles sans beaucoup d’altération, une longueur d’onde plus courte transporte beaucoup de
données.
29

Le processus de transmission commence par l’émetteur qui génère l’onde électromagnétique


et le transmet à l’antenne via un guide d’ondes. L’antenne à son tour rayonne un champ
électromagnétique qui se déplace dans le milieu de propagation rempli d’obstacles susceptible
de diffracter le champ de l’onde en modifiant sa trajectoire, d’absorber l’onde
électromagnétique en l’affaiblissant ou en l’amortissant, de refléter l’onde en changeant sa
direction ou d’interférer.

2.4.1 La propagation guidée

Un guide d’onde est un support matériel qui peut être un câble, une piste métallique sur un
circuit imprimé ou un tuyau métallique, son rôle est de guider une onde électromagnétique
d’un point à un autre, dans notre cas, de l’émetteur à l’antenne. L’étude des guides d’ondes
permet de déterminer les caractéristiques de propagation, l’impédance caractéristique et la
vitesse de propagation à l’intérieur du guide. Une fois ces informations connues, il est
possible d’appréhender les phénomènes de réflexion et de dispersion d’ondes à l’intérieur du
guide. [25]

2.4.2 Le rayonnement
L’antenne est l’élément milieu entre la propagation guidée et la propagation en espace libre,
elle est chargée de rayonner les ondes jusqu’à la destination. L’étude de l’antenne permet de
savoir le niveau de réflexion entre le guide et l’antenne, les configurations de cette dernière
doivent être basée sur les caractéristiques du champ à rayonner. [25]

2.5 L’architecture Du Réseau Gsm

L’établissement d’une communication met en jeu un arsenal d’éléments. En commençant par


la station mobile de l’abonné cherchant à communiquer, plusieurs composants interviennent
pour véhiculer son message et le délivrer à un autre utilisateur. L’information traverse
beaucoup de supports, elle prend plusieurs formes au long de son parcours, elle peut être
transformée par des obstacles matériels ou être amplifiée pour atteindre le point cible.

L’architecture du réseau GSM, est subdivisée en quatre parties principales à savoir : la station
mobile ou le terminal de l’abonné, le sous-système radio ou BSS (Base Station SubSystem),
le sous-système réseau ou NSS (Network SubSystem) et le sous-système d’exploitation et de
maintenance, OMC (Operation and Maintenance Center). [12], [27]

Sur l’image ci-dessous, nous présentons l’architecture du réseau GSM


30

Figure 2-5 : Architecture du réseau GSM

2.5.1 La station mobile (MS Mobile station)

Pour bénéficier des services réseaux d’un opérateur quelconque, un abonné doit posséder une
station mobile. La station mobile est composée d’un équipement mobile identifiable à partir
d’un code unique IMEI (International Mobile Equipment Identity), doté des capacités radio et
logicielles lui permettant d’établir la communication avec le réseau et d’une carte SIM
(Subscriber Identification Module) qui est une mini-base de données contenant les
informations utiles de l’abonné, ces informations sont structurées dans plusieurs champs du
mémoire de la carte SIM, ces différents champs sont constitués des : données administratives,
données liées à la sécurité et les données relatives à l’identification de l’utilisateur. Les
données administratives gèrent le code PIN (Personnal Identification number) et le code PUK
(Pin Unlock Key). [12], [27], [16], [28]
31

2.5.2 Le sous-système radio


Le sous-système radio assure la gestion de la transmission radio, il est constitué de stations de
base BTS (Base Transceiver Station), de contrôleurs des stations de base, BSC (Base Station
Controller). [16]

2.5.2.1 BTS (Base Transceiver Station)

La station de base est un ensemble d’émetteurs récepteurs appelés TRX, elle est installée au
centre d’une cellule où elle s’occupe de la modulation, la démodulation et de l’égalisation des
signaux, le codage, la correction d’erreurs, la gestion du multiplexage, des opérations de
chiffrement, des mesures radio pour vérifier la qualité des services (évaluation de la distance
et de la puissance du signal émis par la station mobile de l’abonné), la gestion de la liaison de
données (donnée de trafic et de signalisation) entre la station mobile et le réseau à partir de
l’interface Air (interface radio ou interface Um), elle transmet toutes ces mesures au BSC.
[29], [12], [15], [30], [29]

2.5.2.2 Le BSC (Base Station Controller)

Un contrôleur de stations de base gère une ou plusieurs stations de base, elle joue d’un côté le
rôle de concentrateur pour le trafic des abonnés passant par la BTS, de l’autre côté pour le
trafic venant du commutateur MSC, elle assure la fonction d’aiguilleur du trafic vers la BTS
prenant en charge l’abonné destinataire. Le BSC joue le rôle de relais pour le message de
signalisation destiné au centre d’exploitation et de maintenance, il assure aussi la gestion du
transfert intercellulaire des abonnés. Le BSC constitue un organe très important de la chaîne
de communication dans le réseau GSM. [16], [12]

2.5.3 Le sous-système réseau

Les éléments constituant le sous-système réseau, prennent en charge toutes les fonctions de
contrôle, d’analyse d’informations contenues dans différentes bases de données. Ce sous-
système gère la connexion entre le système radio et toute sorte de réseau fixe ou mobile
externe, à l’exemple du Réseau Téléphonique Commuté Public (RTCP), ou du Réseau
Numérique à Intégration de Services (RNIS). Ce sous-système se compose du centre de
commutation MSC (Mobile Switching Center), de la base de données HLR (Home Location
Register), de la base de données VLR (Visitor Location Register), du centre d’authentification
AuC (Authentication Center), de la base de données EIR (Equipment Identity Register). [12],
[16], [21]
32

2.5.3.1 Le centre de commutation mobile (MSC)

Le MSC est considéré comme le cœur du réseau GSM suite à ses multiples rôles très utiles à
savoir : il participe à la fourniture des différents services à l’abonné tels que, les appels, les
messages et autres services supplémentaires, il met à jour les registres HLR et VLR stockant
toute les informations utiles aux abonnés et à leur localisation dans le réseau, il réalise les
fonctions de connexion et des signalisations d’une station mobile, il prend en compte l’impact
de l’allocation des ressources radio aux mobiles, il doit posséder des ressources suffisantes
pour réaliser les procédures d’enregistrement des localisations et les procédures nécessaires au
transfert intercellulaire. Afin assurer l’interopérabilité des échanges entre différents réseaux,
les opérateurs mettent en places des passerelles GMSC (Gateaway Mobile Swiching Center)
permettant de router les communications d’un réseau à un autre. [12], [27], [16]

2.5.3.2 Le registre des abonnés visiteurs (VLR)

Le VLR est une base de données généralement associé à un commutateur MSC, il est aussi
possible de trouver certaines installations partageant un VLR entre plusieurs MSC. La base de
données VLR contient les informations provenant du registre HLR sur les abonnées (leurs
identifiants, et leur localisation) ses situant temporairement dans une zone à la charge du
MSC courant, à chaque changement de zone de localisation d’un abonné, le VLR est mis à
jours, ainsi, le HLR qui est une base de donnée centrale ne sera plus interroger à chaque
demande de communication des abonnées visiteurs, ce mécanisme permet donc de
décentraliser le réseau en déchargeant suffisamment le registre HLR. Les informations
relatives à l’abonné seront effacées dans la base de données VLR lorsque celui-ci met sa
station mobile hors-tension ou quitte la zone à la charge du MSC courant. [12], [27], [16]

2.5.3.3 L’enregistreur de localisation nominale (HLR)

Le HLR est une base de données possédant toutes les informations relatives aux abonnés du
réseau telles que : le type d’abonnement, la clé d’authentification Ki, le service souscrit, le
numéro de l’abonné (IMSI), etc, ainsi que d’autres informations dynamiques comme : la
dernière localisation connue de la station mobile, l’état du terminal (allumé, éteint, en
communication…). Le temps d’accès à cette base de données doit être le plus court possible
afin de rendre prompt l’établissement de la connexion, une sécurité rigide doit caractériser
tout son système d’accès car sa défaillance peut occasionner des grandes pertes sur le réseau
[12], [16]
33

2.5.3.4 Le centre d’authentification (AuC)

Le centre d’authentification est une base de données protégée généralement associée au HLR,
elle contient la copie de la clé secrète inscrite sur la SIM de l’abonné. Afin de lutter contre
toute tentative de cryptanalyse sur le réseau, la norme GSM a prévu un processus
d’authentification et de chiffrement que nous avons décrit à la section 2.2., ce processus a été
mis en œuvre pour : garantir un niveau de sécurité contre toute tentative d’écoute des
communications par la technique de chiffrement, protéger l’identité de l’abonné et en fin
interdire aux utilisateurs non enregistrés d’avoir accès au réseau. [27], [16]

2.5.3.5 L’enregistreur des identités des équipements (EIR)

Le EIR est une base de données reprenant toutes les identités des terminaux des abonnés,
chaque station mobile possède un identifiant unique lui assigné depuis l’usine, cet identifiant
ne peut être modifié sans altérer l’état du mobile. Dès l’insertion de la carte SIM dans le
terminal, l’opérateur fait un couplage d’identifiant, ainsi il sera possible de repérer un
téléphone perdu ou volé à partir des listes distinctives des postes des abonnés qui sont : la liste
blanche pour le poste utilisable sans restriction, la liste grise pour le poste sous surveillance
(traçage d’appel), la liste noire pour le poste volé ou dont les caractéristiques n’intègrent pas
les qualités requises dans le réseau GSM. Les fonctionnalités qu’offrent cette base de données
ne sont pas implémentées par tous les opérateurs, certain les intègrent directement dans le
HLR. [12], [16]

2.5.4 Le centre d’exploitation et de maintenance (OMC)

Le centre d’exploitation et de maintenance possède les fonctionnalités suivantes : la gestion


de la sécurité, la gestion des performances, la gestion des configurations, la maintenance et la
gestion des alarmes et des fonctionnalités liées à la gestion commerciale ou administrative du
réseau. Ce centre comprend trois entités à savoir : le OMC-R (OMC-Radio), cette entité
supervise et contrôle les éléments du sous-système radio, en suite, le OMC-S (OMC-
Switching) qui prend en charge la supervision et le contrôle du MSC/VLR et en fin le NMC
(Network Management Center) qui assure l’administration générale du réseau. [12]

2.5.5 Les interfaces

Dans la norme GSM, les interfaces ont pour rôle de permettre la communication entre
équipements des fournisseurs différents. Les échanges entre le contrôleur de stations de base
34

BSC et le centre de commutation MSC sont établis grâce à l’interface A qui est caractérisé par
l’utilisation d’une ou plusieurs liaisons numériques à 2 Mbit/s. L’interface Abis est partagée
entre le contrôleur de stations de bases BSC et les stations de bases BTS, le protocole LAPD
(Link Access Protocol for the D channel) est utilisé pour le message de signalisation. Entre la
station mobile et la station de base, les communications sont établies par le biais de l’interface
radio Um utilisant le protocole LAPDm pour les signalisations. La norme GSM utilise
plusieurs interfaces pour gouverner les échanges entre les différentes entités, dans notre
travail nous nous intéresserons plus de l’interface Um permettant à la station mobile de
communiquer avec le BTS. [12]

2.5.5.1 L’interface Um (interface radio ou interface Air)

Comme nous l’avons présenté dans la section précédente, l’interface Um gouverne les
échanges entre la station mobile de l’abonné et la station de base. Cette interface présente une
grande importance dans le réseau GSM, car sur elle, sont mise en œuvre un ensemble de
moyens nécessaires à l’établissement, le maintien, le relâchement des signaux radio. Afin de
mettre en place le mécanisme d’émission et de réception du signal les spectres fréquentiels
doivent être utilisés d’une manière efficace en respectant un ensemble de règles d’accès au
medium, il peut s’agir des techniques d’accès multiple telles que le multiplexage fréquentiel
FDMA (Frequency Division Multiple Access), le multiplexage temporel TDMA (Time
Division Multiple Access), ou la combinaison de ces deux techniques F-TDMA (Frequency
TDMA). [18], [31], [32]

2.5.5.1.1 Le multiplexage fréquentiel (FDMA)

La technique de FDMA (Frequency Division Multiple Acces) ou l’Accès Multiple par


Répartition en Fréquence (AMRF), permet de subdiviser une bande des fréquences en
plusieurs sous-bandes dans le but de permettre à tous les utilisateurs de communiquer, à
chaque sous-bande est associée une fréquence porteuse utilisée par un émetteur qui envoie
continuellement sur une fréquence vers un récepteur. Dans sa version GSM900, la norme
GSM utilise deux bandes de fréquences de 25 MHz, l’une pour la voie montante (890,2 à 915
MHz) et l’autre pour la voie descendante (935,2 à 960 MHz), la largeur du canal de la
porteuse est évaluée à 200 KHz, ce qui donne théoriquement 124 canaux disponibles et 375
pour la version DCS1800. [16], [21]

Il est alors possible de déterminer les valeurs des fréquences porteuses de la voie montante
Vm et la voie descendante Vd par la formule :
35

Vm (n) = 890,2 + 0,2 X (n-1) [MHz], Vd (n) = 935,2 + 0,2 X (n-1) [MHz]

Pour la version DCS1800, la même formule s’applique. Afin d’éviter les interférences entre
les sous-bandes. Une bande de garde non utilisable est fixé à 0,2 MHz que nous pouvons
observer dans la formule. [16], [10]

2.5.5.1.2 Le multiplexage Temporelle (TDMA)

La technique TDMA ou AMRT (Accès Multiple par Répartition Temporelle), permet


d’augmenter la capacité du réseau et diminuer les interférences en divisant chaque canal de
communication en 8 intervalles (time slot) de temps de 0,5769 ms chacun, un slot véhicule un
élément du signal radioélectrique appelé burst, la trame élémentaire est de 8 time slots sa
durée est de 4,615 ms avec un débit de 270 Kbit/s, une information à transmettre doit être
subdivisée en plusieurs trames, la norme GSM a mise en œuvre pour cette fin une hiérarchie
de trames organisée de la manière suivante : un multi-trame de type 26 équivaut à 26 trames
TDMA élémentaire pouvant être transmises dans 120 ms, un multi-trame de type 51 équivaut
à 51 trames TDMA élémentaires susceptible à être transmis dans 235 ms. Un super-trame du
type 26 correspond à 26 multi-trames et un super-trame du type 51 correspond à 51 multi-
trames. En fin un hyper-trame correspond à 2048 super-trames équivalant à 2 715 648 trames
TDMA élémentaires, le super-trame constitue le cycle de création de code de temps ‘Time
code’. Un hyper-trame dure 3h 28min 53s 760ms, durant ces heures chaque trame TDMA se
verra attribuer un numéro ‘Frame number’ permettant une fine synchronisation entre le
mobile et la BTS. [16], [21], [10]

2.5.5.2 Les canaux

Sur l’interface radio, on peut distinguer deux catégories de canaux à savoir : les canaux
physiques et les canaux logiques

2.5.5.2.1 Les canaux physiques

Le canal physique supporte la communication sur l’interface radio, il est caractérisé par un
numéro de time slot dans une trame TDMA et une paire des fréquences. Un canal physique
peut prendre en charge un ou plusieurs canaux logiques, sur celui-ci, on peut placer d’une
part, un canal de trafic TCH (Trafic CHannels) qui assure la transmission de la parole à
13kbit/s ou des données à 12 kbits/s, avec son canal de contrôle SACCH (Slow Associated
Control Channel) pour la supervision (contrôle de puissance, contrôle de la qualité du lien
radio, gestion des mesures des stations voisines…). D’autre part, 8 canaux de signalisation
36

SDCCH (Stand-alone Dedicated Channel) avec leurs canaux de contrôle SACCH. En effet
une station mobile a besoin de deux canaux physiques pour communiquer, le premier véhicule
la voie balise que la station mobile écoute continuellement et sur laquelle s’effectue le
processus de demande d’accès au réseau. Lors de la réussite du processus d’accès au réseau,
le mobile change de fréquence porteuse et se connecte sur le second canal physique qui assure
le trafic de la voix et du time slot. [33]

2.5.5.2.2 Les canaux logiques

Pour améliorer la qualité des services de son réseau et garantir une utilisation efficace de
ressources radio, un opérateur doit mettre en valeur la maîtrise de l’utilisation de canaux
logiques qui sont à la base des plusieurs fonctionnalités importantes sur l’interface air à
savoir : les fonctions de contrôle permettant un mobile de rattacher à la station de base
favorable, les fonctions d’établissement et de surveillance du déroulement de
communications, les fonctions mises en œuvre lors du transfert inter-intra cellulaire,… il
existe deux types de canaux logiques : les canaux dédiés à un utilisateur spécifique (TCH et
SDCCH) et les canaux partagés entre plusieurs utilisateurs (Common Control Channel). [18]

Dans le tableau 2-2, nous présentons les différents canaux logiques et leurs rôles.
37

Catégorie Nom Sens Rôle


BCH Descendant La voie balise permet au mobile de
(Beacon Channel) se raccorder en permanence à la
station de base la plus favorable.
BCCH Descendant Diffusion des données
(Broadcast Control caractéristiques de la cellule
Channel)
FCCH Descendant Permet aux mobiles de se caler sur la
(Frenquency fréquence nominale de la station de
Correction Channel) base
Diffusion SCH Descendant Fournit au mobile tous les éléments
(Commun) (Synchronisation nécessaires à une complète
Channel) synchronisation avec la station de
base
AGCH Descendant Permet d’allouer un canal de
(Access Grant signalisation lorsque l’infrastructure
Contrôle Channel) reçoit une requête du mobile. On
(Commun) peut alors identifier, authentifier et
déterminer la demande du mobile.
CBCH Descendant Diffusion des messages courts aux
(Cell Broadcas usagers
Channel)
PCH Descendant Supporte l’ensemble des appels en
(Paging Channel) diffusion (Paging).
RACH Montant Canal de contrôle partagé par un
ensemble de mobiles qui leur permet
de se signaler au réseau pour
effectuer une opération telle que la
localisation, l’envoi de messages
courts, l’appel normal...
FACCH Bidirectionnel Signalisation rapide lors de lourdes
(Fast Associated opérations
Contrôle Control Channel)
(dédié) SACCH Bidirectionnel Contrôle et supervision de la
(Slow Associated transmission
Control Channel)
SDCCH Bidirectionnel Canal de signalisation, débit 800bit/s
(Stand-alone
Dedicated Control
Channel)
Trafic TCH Bidirectionnel Transmission de la parole à 13 kbits/s
(dédié) (Trafic Channel) ou des données à 12 kbits/s
Tableau 2-2 : les différents canaux logiques, source [18]
38

2.6 Conclusion

Dans le chapitre deuxième, nous avons commencé par présenter un bref historique sur les
réseaux mobiles. Ensuite nous avons décrit la notion des cellules et les différentes formes de
mobilité existant dans le réseau GSM ; ceci nous a conduit à expliquer brièvement le concept
de Handover et Roaming dans le réseau GSM. La section suivante, expose une théorie sur le
mécanisme de propagation d’ondes radios. Eu égard à notre sujet, il nous a été indispensable
de parler brièvement des composants architecturaux et des interfaces de liaison du réseau
GSM. L’interface Um étant à cet effet, un élément très important dans cette étude, nous avons
présenté les techniques d’accès aux ressources radio utilisées qui sont le FDMA (Frequency
Division Multiple Acces) et le TDMA (Time Division Multiple Access). En dernier lieu, nous
avons présenté les différents canaux utilisés dans le système GSM.
39

Chapitre Troisième : L’analyse de la Qualité des Services de l’opérateur


Orange Bukavu

3.1 Introduction

Après la mise en place de ses installations réseaux dans une zone donnée, un opérateur doit
miser continuellement sur la promotion de la qualité des services offerts aux usagers en
déployant des ressources nécessaires dans le domaine d’optimisation du réseau. Ce domaine
s’occupe de plusieurs tâches à savoir : analyser, tester, superviser, et porter sans délai des
solutions préventives et curatives sur les différents équipements du réseau. Ce chapitre
présentera en premier lieu les facteurs environnementaux caractérisant notre champ d’étude,
l’impact que peut avoir le relief, les immeubles sur l’établissement de la communication dans
la ville de Bukavu. En deuxième lieu nous présenterons les critères et les paramètres de la
qualité des services, et en troisième lieu nous présenterons les résultats des analyses
effectuées sur terrain. L’interprétation de ces analyses nous aidera à repérer certains
dysfonctionnements sur la zone d’étude, leurs causes et par la suite proposer des solutions.

3.2 Zone de couverture

La réussite des activités de tout opérateur réside sur une bonne planification de son réseau
avec pour objectif principal d’offrir aux abonnés la qualité des services acceptables tout en
minimisant les coûts d’investissements. Une architecture du réseau cellulaire bien conçue doit
être évolutive afin de s’adapter aux changements futurs du trafic et de la technologie. Avant
de mettre en place ses installations, un opérateur doit maîtriser les caractéristiques de
l’environnement à couvrir ; à savoir : les caractéristiques radios de l’environnement de
propagation, les caractéristiques du relief, les caractéristiques des abonnés à desservir se
résumant en leur densité, leur mobilité et leurs besoins en communication. [34]

La ville de BUKAVU possède un relief fort accidenté causé par : le volcanisme, les
mouvements tectoniques et d’autres catastrophes naturelles. Le point le plus bas correspond
au niveau du lac situé à 1460 m d’altitude, le bas plateau se situe dans la commune
d’IBANDA, quartier PANZI et dans la commune de BAGIRA entre 1560 et 1638 m
d’altitude, le quartier CIMPUNDA situé dans la commune de KADUTU représente le point le
plus élevé avec une altitude de 2 192m. [35], [36]. Nous présentons sur les figures ci-dessous,
la zone de couverture de la société Orange BUKAVU.
40

Figure 3-1 : Architecture Orange Bukavu, [73], [74]


41

Figure 3-2 : Architecture Orange Bukavu, [74]


42

Nous pouvons voir sur les deux architectures ci-dessus la répartition des stations de base dans
la ville de BUKAVU organisées selon la topologie en étoile étendue. Plusieurs nœuds
connectés au nœud central sont également les centres d’autres étoiles. Tous les nœuds du
réseau sont en communication les uns avec les autres, certains jouent le rôle de stations relais
afin de parvenir le trafic de données au nœud central situé dans le quartier NYALUKEMBA,
avenue Patrice Emery LUMUMBA. Sur ce site, se trouve un contrôleur de stations de base
BSC, qui reçoit le signal de toutes les stations de bases pour le relayer vers le centre de
commutation MSC.

Le relief de la ville de BUKAVU étant montagneux, l’opérateur Orange y a appliqué deux


techniques de couvertures pour prendre en charge l’ensemble de ses abonnés. Dans les zones
caractérisées par le nombre moins important de la population, les antennes sont placées sur les
points élevés dans le but de transmettre aussi loin que possible le signal. Illustrons ce cas par
la figure suivante :

Figure 3-3 : Installation antenne dans la zone rurale

Ce cas se fait observer à plusieurs endroits de la ville de BUKAVU, prenons l’exemple de


l’antenne située dans la commune d’IBANDA, avenue NYALUKEMBA, quartier MILIMA,
illustré par la figure suivante :
43

Figure 3-4 : installation d'une Bts sur un point élevé, source [73], [74]

La station de base est placée à 1538 m d’altitude pour couvrir la zone située à 1484 m
d’altitude au bord de la rivière Ruzizi. Cette technique de positionnement d’antenne permet
aux ondes électromagnétiques d’aller plus loin que possible, la zone de propagation présente
moins ou presque pas d’obstacles. Cependant cette technique peut présenter des inconvénients
dans la mesure où la pente sur laquelle est placée l’antenne est très élevée et son angle se
rapproche de 90°. Prenons l’exemple de la station de base située dans le quartier Camp TV, ce
site est situé à 1750 m d’altitude, les antennes sont placées sur une pilonne à grande échelle.
Les abonnés situés à des altitudes plus basses, auront du mal à bénéficier d’une bonne
couverture de ladite antenne, nous pouvons le voir à partir de la figure suivante :
44

Figure 3-5 : technique de réplique du signal, source [73], [74]

Pour éviter ces genres de désagréments, l’opérateur Orange met en place des antennes de
réplique, qui se place à basse altitude et propage le signal vers les zones non couvertes. Nous
pouvons observer ce cas sur la figure ci-haut entre le site de camp TV à haute altitude et le
site situé au niveau de l’ISTM à basse altitude.

La deuxième technique de placement d’antenne est appliquée dans les zones urbaines où
l’agglomération de la population est très dense et le trafic des données très élevé. Dans ces
types de zones, l’opérateur cherchera à mettre en place plusieurs stations de base susceptibles
de prendre en charge le trafic de tous les abonnés ; illustrons-le par la figure suivante :

Figure 3-6 : Placement antenne dans la zone urbaine


45

Nous voyons que l’opérateur ne se soucie plus d’envoyer le signal aussi loin que possible
mais de placer autant des stations de base qu’il faut pour prendre en charge le nombre des
clients disponibles. Cette technique est appliquée à plusieurs endroits de la ville de
BUKAVU. Nous pouvons le voir sur la figure ci-dessous, illustrant le placement de trois
stations de base dans une zone de moins d’un kilomètre. La station de base placée au niveau
du collège ALFAJIRI se situe à 232 m à vol d’oiseau, de celle placée dans l’avenue
BAGANDA, entre cette dernière et une autre placée au niveau sur l’avenue Patrice Emery
Lumumba, quartier NYALUKEMBA il y a 636 m. la figure ci-dessous illustre davantage ce
cas.

Figure 3-7 : technique de placement des Bts dans la zone urbaine, source [73], [74]

Dans la phase de la planification d’un réseau cellulaire, un opérateur placera ses antennes en
fonction d’objectifs poursuivis. Il doit d’abord identifier les caractéristiques
environnementales de la zone choisie, identifier les lieux plus actifs et plus fréquentés pour
pouvoir estimer le besoin de ses abonnés afin de leur offrir le service réseau de qualité.
46

3.3 La qualité des services dans le réseau GSM

Selon la recommandation E.800 de l’UIT-T (Union Internationale des Télécommunications),


la qualité des services est définie comme un ensemble de caractéristiques d'un service de
télécommunication qui lui permettent de satisfaire aux besoins explicites et aux besoins
implicites de l'utilisateur du service. [37]
La Qos est évaluée d’une part, par les usagers qui constatent la satisfaction ou l’insatisfaction
de leurs critères ; d’autre part, par l’opérateur qui effectue des analyses objectives en se basant
sur les indicateurs de la qualité des services. Le but de la Qos est d’optimiser les ressources du
réseau et garantir de bonnes performances aux applications utilisées. [13], [3] Pour ce faire,
l’opérateur à travers son service d’optimisation, doit être à mesure de maîtriser l’ajustement
de différents critères suivants : la disponibilité du réseau qui se vérifie par la possibilité de
bénéficier de services du réseau n’importe où et n’importe quand ; le maintien d’une
communication qui s’obtient en considérant la probabilité de coupure d’une communication ;
la qualité auditive de la communication qui s’exprime par la puissance du signal par rapport
au brouillage ; la couverture du réseau qui s’observe par la réception du signal ;
l’établissement d’appel qui se vérifie par la considération du taux de congestion du réseau ou
le taux de blocage d’appel ; la qualité de communication ou qualité vocale qui se vérifie en
identifiant le taux d’erreurs binaires ; les microcoupures et les interférences ; enfin,
l’interruption de communications ou coupure d’appel qui s’observe par la perte totale de
communication en cours et le taux de coupure. [13], [3]

3.3.1 Les paramètres de performance

Comme nous l’avons dit à la section 3.3, l’évaluation de la performance et de la qualité des
services d’un réseau peut être observée soit par l’utilisateur (voie descendante) à travers les
mesures Drive test, soit par l’opérateur (voie montante) à travers l’analyse des compteurs
OMC.

Les opérateurs GSM utilisent les indicateurs de performance KPI (Key Performance
Indicators) pour évaluer la performance et la qualité des services de leur réseau. Les
événements produits au niveau de l’interface Um conduisent au déclenchement de différents
compteurs à savoir : les compteurs cumulatifs, ces compteurs sont incrémentés à chaque
occurrence d’un évènement, ils se réinitialisent au début de chaque période. Les compteurs
statiques, représentent des données statiques collectées sur l’état spécifique d’une ressource.
47

Ces différents compteurs se situent au niveau du contrôleur des stations de base (BSC) qui les
transferts ensuite vers l’OMCR. [5]

Le but recherché par l’analyse des compteurs OMC-R, est le contrôle de la qualité des
services du réseau en se basant sur les paramètres clés de performance (KPI) qui permettent
de détecter les cellules en faute, les heures de pointe, les handovers échoués, les problèmes
sur l’interface radio (interférences), les congestions, etc. Chaque paramètre clé de
performance possède sa valeur seuil au-delà de laquelle une alarme est déclenchée pour
indiquer l’erreur sur la fonction mesurée par la KPI. [5]

Nous pouvons citer les principaux indicateurs de performance d’un réseau GSM.

(i) Le taux de réussite d’établissement d’appel TR CSSR, Call Succes S Rate)


Le taux de réussite d’établissement d’appel est un rapport entre le nombre de
communications réussies et le nombre total d’appels effectués. Le cas de la réussite d’une
communication s’observe lors du lancement d’un appel qui aboutit dès sa première
tentative et est maintenu deux minutes durant sans coupure aucune. [38]
(ii) Le taux d’échec d’appels TE (CFR, Call Falliure Rate)
Le taux d’échec d’appels est le rapport entre le nombre de communications échouées et le
nombre total d’appels effectués. L’échec d’un appel s’observe quand la première
tentative ne permet pas d’établir l’appel ou le maintenir durant 5 secondes. [38]
(iii) Le taux de réussite de Handover THO (HSR, Handover Succes Rate)
Le taux de réussite de Handover est le rapport entre le nombre de Handover réussi et le
nombre total de Handover sollicité.
(iv) Le taux de congestion des canaux de trafic radio (RTCCR, Radio Trafic Channel
Congestion Rate)
Le taux de coupure d’appels téléphoniques est le pourcentage d’appels téléphoniques en
cours qui sont interrompus avant leur achèvement normal à cause d’un incident survenu
sur le réseau [39]
(v) Taux de coupure TC (CDR, Call Drop Rate)
Le taux de coupure d’appels, est le rapport entre le nombre de communications coupées
et le nombre total d’appels effectués. La coupure d’appel s’observe quand une
communication est établie et maintenues plus de 5 secondes mais coupée avant
d’atteindre 2 minutes. [38]
48

(vi) La qualité auditive


Qualification Description
Parfaite ou acceptable Cette qualification concerne les communications réussies
au sens du TR. Elle considère aussi une bonne qualité
auditive ou légèrement perturbée sans gêner les deux
entités en communication. Le taux de communication à
qualité parfaite ou acceptable équivaut au rapport entre le
nombre de communication parfaite ou acceptable et le
nombre d’appels effectués.
Médiocre Cette qualification concerne les communications réussies
au sens du TR mais la qualité auditive perçue par les deux
entités communicantes est perturbée par des parasites.
Cependant, il est possible d’interpréter le message
communiqué. Le taux de communication à qualité
médiocre est le rapport entre le nombre de communications
médiocres et le nombre total d’appels effectués
Mauvaise Cette qualification concerne les communications réussies
au sens du TR. Cependant les deux entités communicantes
n’arrivent pas à interpréter le message communiqué, c’est
le cas d’une communication impossible. Le taux de
communication à qualité mauvaise est le rapport entre le
nombre de communication mauvaise et le nombre d’appels
effectués.
Tableau 3-1 : La qualité auditive source [38]

3.3.2 Présentation des outils d’analyse

Le processus d’optimisation du réseau cellulaire comprend plusieurs phases à savoir : les tests
effectués sur les différents équipements du réseau, l’analyse des données recueillies lors du
test, la suggestion des actions curatives ou préventives selon le résultat des analyses et en
dernier lieu un autre test est encore effectué en vue d’observer le rendement des actions
portées sur le réseau. A chaque phase correspond un certain nombre d’outils appropriés.

A la première phase d’optimisation du réseau, nous avons utilisé l’outil GENEX PROBE
permettant d’effectuer des scannings et tests sur l’interface air du système GSM, GPRS,
49

HSPDA, WCDMA. Cet outil de test est utilisé pour analyser le résultat obtenu lors de
l’optimisation du réseau et la planification fréquentielle. Le GENEX PROBE présente
plusieurs avantages entre autre : la gestion continue des ondes mesurées (CW), la réalisation
des mesures de la puissance et la qualité du signal, l’analyse de différents échanges effectués
sur l’interface air, la synchronisation de différents outils (les stations mobiles et le portable)
intervenant lors du test afin de mesurer à temps réel les paramètres de la qualité des services,
l’identification facile des problèmes sur le réseau, la fourniture automatique d’une liste
d’événements survenus sur le réseau, la sauvegarde des données, l’exportation et la
réutilisation des tests obtenus dans d’autres applications. [40]

Après le scanning du réseau, les données recueillies sont interprétées à l’aide de l’outil
GENEX ASSISTANT qui est utilisé pour analyser et traiter les données recueillies sur
l’interface radio lors des tests. Cet outil possède de puissantes fonctions pour générer
automatiquement des rapports sous diverses formes d’affichages à savoir : les cartes de zones
analysées, les graphiques susceptibles de faciliter les interprétations, les tableaux comparatifs
de résultats en vue d’améliorer considérablement l’efficacité de travail de l’ingénieur.
GENEX ASSISTANT fournit plusieurs avantages à l’utilisateur qui maîtrise ses diverses
fonctions. Il permet aux utilisateurs de/d’ : grouper les projets selon le temps d’analyse, les
zones analysées et les types de services ; importer les « engineering parameters1 » avec les
relations de différents nœuds du réseau ; importer et analyser des fichiers de taille importante
en y relevant automatiquement les KPI (Key Point Indicator) ; configurer les paramètres
importants pour l’analyse, générer un fichier facilement interprétable par Google Earth ; etc
[41], [42]

Au cours de l’analyse, l’ingénieur doit être à mesure d’émettre plusieurs appels dans le but de
saisir leurs taux de réussite, leurs taux d’échecs et le déroulement des Handovers. Pour
réaliser cette tâche, il doit alors posséder une ou plusieurs stations mobiles spécifiques
capables de supporter la synchronisation avec les outils d’analyses disponibles. Les nœuds du
réseau sont éparpillés dans une zone très étendue, l’ingénieur doit être à mesure de localiser
exactement le nœud qui peut être à la base du désagrément. Pour cela, il utilise un récepteur
GPS (Global Positionning System) qui a pour rôle principal de détecter les signaux transmis
par au moins 4 satellites et les convertir en données interprétables. Ces signaux venant de
plusieurs satellites permettent au système GPS de localiser un point de mesure en trois
dimensions (longitude, latitude et altitude). [43]

1
C’est un fichier Excel comprenant les différents emplacements de stations de base d’une zone donnée
50

Les différents outils susmentionnés fournissent à l’ingénieur une interface d’utilisation via un
ordinateur portable. C’est sur ce dernier que sont rattachées les stations mobiles synchronisées
avec les logiciels d’analyse GENEX ASSISTANT et GENEX PROBE. Pour parcourir en
entièreté les routes de la zone à analyser et réaliser des tests mobiles, il est important de
posséder un véhicule qui, à part transporter les outils, joue aussi le rôle de la source d’énergie.
Pour ce faire, un convertisseur est utilisé pour recevoir le courant continu venant de la batterie
du véhicule et le convertir en courant alternatif en vue de recharger la batterie de l’ordinateur
portable sur lequel sont connectés les autres outils.

Avec ces outils à sa disposition, un ingénieur travaillant dans l’équipe d’optimisation est alors
à mesure d’effectuer des tests sur le réseau et obtenir les résultats, les analyser et proposer de
solutions curatives ou préventives. Dans la section suivante, nous allons décrire les différentes
étapes du processus de test.

3.3.3 Déroulement de test réseau

Avant le processus des tests, l’ingénieur doit avoir à sa disposition le fichier Engineering
parameter dans lequel sont répertoriés les emplacements géographiques ainsi que les
paramètres radios de différentes stations de base éparpillées sur la zone à analyser. En nous
servant de ce fichier, nous avons débuté nos tests dans la commune d’IBANDA. L’objectif
poursuivi lors du scanning d’un réseau cellulaire est de prélever les données de toutes les
cellules couvertes par des stations de bases, il n’est donc pas utile de tracer un itinéraire car il
est possible de scanner certaines zones plusieurs fois en vue retenir le meilleur test.

Nous avions effectué nos tests le 23 janvier 2018 de 08h 54’ à 14h 40’ environ 5h de temps.

Au début du test, il faut bien attendu :

- être dans un véhicule et se rassurer que l’ordinateur est branché à une source d’énergie
(convertisseur) ;
- allumer la machine ;
- vérifier si les logiciels (PROBE et ASSISTANT) sont bien installés sur l’ordinateur ;
- lancer le logiciel PROBE avant de connecter les équipements nécessaire (le GPS, les
téléphones, modem, etc.) pour débuter les tests ;
- importer le fichier Excel Engineering parameter ;
- configurer les outils (téléphones, modem) selon la nature du test à faire.
51

Le tableau 3-9 présente les différentes configurations fournies selon la nature du test à réaliser

Propriété Valeur Explication


Type One way Cette propriété permet de définir la direction des appels lors
des tests. L’one way signifie qu’une seule entité sera en train
d’effectuer des appels et la deuxième entité au bout du fils
décrochera.
Destination 1777 Lors de nos tests, nous avons pris pour numéro de
number destination celui du service client, car il a un mécanisme de
décrochage automatique d’appel.
Originate mode Gsm Cette propriété permet de caler les tests à certains indicateurs
d’une technologie donnée.
Call type Call by La présente propriété définit la manière dont les appels
call seront effectués. On peut configurer soit le call by call ;
c’est-à-dire plusieurs appels au cours de tests ou soit le
continuous call, si on veut émettre un seul appel continu lors
de tout le test.
Setup timeout (s) 10s Définit l’intervalle de temps nécessaire pour réessayer
d’émette un appel si ce dernier a échoué
Call duration (s) 180s Call duration permet de définir la durée d’un appel
Test interval (s) 10s A partir de cette propriété on définit l’intervalle de temps
entre deux appels
Exceptional 10 Définit un intervalle de temps pour relancer un appel
interval (s) interrompu à cause d’un évènement inopportun survenu sur
le réseau
Call mode Finite PROBE donne la possibilité d’émettre des appels infinis ou
de définir un nombre fini à partir de la propriété call mode
Test count 999 La définition de nombre d’appels à effectuer lors des tests
Call start Mode Idle Cette propriété une fois définie, permet de prélever les
données même lorsque la station mobile n’émet pas
d’appels.
Max wait time (s) 5 C’est le temps maximal de mise en attente
Tableau 3-2 : configuration de l'outil Genex Probe avant test, source [44]
52

Après avoir fourni ces configurations à l’outil GENEX PROBE on lance les tests tout en
enregistrant le projet. Le véhicule doit parcourir toutes les zones où les installations du réseau
à analyser sont présentes.

Sur la carte ci-dessous nous présentons les différentes stations de base scannées et les routes
parcourues.

Figure 3-8 : la zone scannée et ses différents nœuds source [44]

Sur la carte ci-dessus, les petits nœuds en couleur bleue, jaune et verte, représentent les
différentes stations de base portant chacune une étiquette composée par le nom d’un quartier,
d’un endroit connu (hôpital, école, hôtel, bar, …) et une lettre. En observant de plus près, il
est remarquable que chaque nœud possède trois orientations. Cette configuration est mise en
place lors de l’utilisation des antennes sectorielles, rayonnant sur un angle de 120° ; ce qui
explique la présence de trois directions à chaque nœud pour réaliser 360°. La ligne tracée en
main levée, interconnectant les différents nœuds, représente le chemin emprunté lors des tests.
53

3.3.4 Analyse des données recueillies

Pour évaluer l’état de la qualité du réseau, l’outil GENEX PROBE permet de prélever sur
l’interface air les différents paramètres mesurant la qualité des services offerts aux abonnés à
savoir, les indicateurs importants sur lesquels on se base lors de l’analyse des données (IE
statics) regroupant : le niveau de champ reçu (RxLev Sub), la qualité du signal (RxQual Sub),
le taux d’erreur binaire (BER Sub), le taux des trames erronées (FER Sub), le rapport signal
sur interférence (C/I Worst), le Power Control Level, le temps d’avance (TA); et le Event
Troubleshooting composé de : le taux de congestion (GSM SDCCH Call Drop), le taux de
coupure d’appel (GSM Call Dropped), le taux d’échec de Handover (GSM Handover Fail).

Lors des analyses, l’outil GENEX Assistant, identifie la valeur d’un indicateur donné sur la
zone d’étude à partir de couleurs suivantes :

Excellente Très Bonne Assez valeur Mauvaise Très


valeur bonne valeur bonne médiocre valeur mauvaise
valeur valeur valeur

Tableau 3-3 : les identifiants des différentes valeurs des indicateurs, source [45]

Au cours de tests, les données sont prélevées sur l’interface air à des intervalles de temps
précis. Ces intervalles de temps subdivisent la zone d’analyse en différents points regroupés
selon les couleurs ci-haut présentées. Dans notre cas, la zone analysée a représenté un total de
10 784 points de prélèvement.

3.3.4.1 Le Niveau de champ reçu RxLev Sub

Le mobile communique continuellement avec la station de base qui le prend en charge, le


niveau de champ que nous pouvons observer sous forme des barrettes sur nos portables
s’appelle le RxLev qui se mesure sur 64 niveaux correspondant à la différence entre -110
dBm et -47 dBm, par pas de un Db. Cependant il en existe deux types, le RxLev Full qui
mesure l’ensemble de bursts (signal radio émis dans un slot) sans exception et le RxLev Sub
qui est relevé lorsque le téléphone veut économiser de l’énergie et réaliser une communication
discontinue, DTX (Discontinious Transmission) en interrompant l’émission lors des silences,
la mesure RxLev Sub ne renseigne que sur les bursts utilisés. [46], [47]
54

Nous présentons dans le tableau ci-dessous les mesures RxLev selon le type de services
offerts.

Services Mesures
Soft Indoor -74 dBm à -65 dBm
Deep Indoor -64 dBm à -47 dBm
Incar -110 dBm à -95 dBm
Outdor -95 dBm à – 85 dBm
Tableau 3-4 : les mesures RxLev selon les services source [46]

Dans le cas de notre étude, nous pouvons observer le niveau de la couverture obtenue lors de
tests sur la figure ci-dessous.

Figure 3-9 : carte RxLev, source [49]

Les couleurs reprises sur la carte, représentent les différents niveaux du signal reçus par les
abonnés. Le tableau ci-dessous l’explicite davantage.
55

RxLev Sub
Valeur en dBm Couleur Interprétation Points de prélèvement
[-120 à -100] Pas de couverture 1
[-100 à -90] Mauvaise couverture 418
[-90 à -80] Assez bonne couverture 5260
[-80 à -70] Bonne couverture 4235
[-70 à -10] Très bonne couverture 870
Tableau 3-5 : Légende RxLev, source [48]

Remarquons à partir du tableau 3.6 que certaines parties de la zone analysée ne sont pas bien
couvertes. 418 points présentent une mauvaise couverture et un seul point n’a pas de
couverture. Dans la suite de notre travail, nous chercherons à identifier les causes qui sont à la
base de cette dégradation du signal et remédier à cela. Sur le graphique ci-dessous nous
pouvons voir en termes de pourcentage les différentes valeurs prélevées.

Remarquons que le point non couvert représente 0.01%, les points mal couverts représentent
3.89%, les points où la couverture est assez bonne représentent 48.68%, les points où la
couverture est bonne représentent 39%, enfin une excellente couverture a été prélevé sur les
points représentant 8.06%. En cumulant ces valeurs obtenues, Les mentions (assez bonne,
mauvaise et le manque de couverture) qui en découlent, réalisent plus de la moitié des points
prélevés. Nous devons donc identifier les causes et proposer des actions curatives.

a. Identification du problème

La dégradation de la couverture réseau peut être causée par plusieurs facteurs dont la
mauvaise configuration des paramètres de la station de base (tilts, azimuts, puissance, etc), le
nombre insuffisant de station de base présente dans la région, la mauvaise configuration des
antennes, le défaut de maintenance, la mauvaise qualité de la station mobile de l’abonné, etc.

Avant de confirmer le problème que connait les installations que nous avons testées, il nous
sera important d’analyser de plus près le milieu en panne en identifiant les stations de bases
qui le desserrent et en tenant compte de caractéristiques de l’environnement de propagation
des ondes électromagnétiques.
56

Zones Figure
1

Propriétés

Problèmes - L’antenne qui couvre cette zone est située dans le quartier KARHALE à
1050m, sur la carte ci-dessus nous pouvons voir que la dégradation du
signal (-92dBm) est due à la présence des signaux émanent de la cellule
d’une antenne qui overshoot (radiation des ondes au-delà de sa cellule).
2
57

Propriétés

Problèmes - Le site prennant sous sa charge cette zone est situé à 749 m. Remarquons
sur la figure ci-dessus que l’antenne GSM n’est pas bien orientée vers la
zone, ce qui cause la dégradation de la couverture (-95 dBm).
3
58

Propriétés

Problèmes - Le site qui prend en charge cette zone est situé à 750 m. La dégradation de
la couverture (-94dBm) est causée par la mauvaise orientation de l’antenne
sectorielle et le profil du terrain comme nous le montre la figure ci-dessus.
Tableau 3-6 : identification des problèmes de l'indicateur RxLev, source [49]

b. Proposition de solutions

Dans le tableau ci-dessous, nous proposons des solutions à ces différents problèmes.

Zones Solutions
1 - La station de base se situant à 1050m du site serveur, diminuer la portée de
l’antenne en faisant le down tilt mécanique (MDT+3) et électrique (EDT +3)
2 - Sur cette zone, la dégradation de la couverture est causée par la mauvaise
orientation de l’antenne, nous proposons comme solution de changer l’azimuth
(orientation de l’antenne +20°).
- Pour arriver à bien couvrir la zone située dans la vallée, nous proposons de faire
le down tilt mécanique (MDT +2) et électrique (EDT +2).
3 - La dégradation de la couverture est occasionnée par une mauvaise orientation de
l’antenne, nous proposons de changer l’angle d’orientation de l’antenne de
(l’azimuth +20°)
- En tenant compte de la distance séparant l’antenne de cette zone, nous
proposons d’appliquer le down tilt mécanique de MDT+3 et électrique de
EDT+3
Tableau 3-7 : Proposition des solutions (Indicateur RxLev)
59

3.3.4.2 Le RxQual Sub, le BER Sub et le FER Sub

i. La qualité du signal RxQual Sub

La qualité du signal est indiquée par le paramètre RxQual qui renseigne sur l’audibilité, la
netteté et la clarté de la voix lors de la communication. Cette mesure est obtenue en
quantifiant le taux d’erreurs binaires BER (Bit Error Ratio) et le taux de trames erronées FER
(Frames Erasures Rate). Le BER est le rapport entre les bits erronés reçus et le total de bits
transmis sur l’interface air, il est calculé sur huit niveaux. Chaque niveau RxQual est
représenté par une valeur correspondant à la moyenne géométrique des bornes de la plage.
Cette valeur est utilisée pour obtenir la moyenne de diverses mesures RxQual. Le FER
renseigne sur les collisions destructives subvenues au niveau de l’interface A-bis. [46], [5]

𝐵𝐸𝑅(𝑖) = √2 ∗ 2𝑖 ∗ 0,1 𝑒𝑛 %,

𝑖 𝑐𝑜𝑟𝑟𝑒𝑠𝑝𝑜𝑛𝑑 𝑎𝑢 𝑛𝑖𝑣𝑒𝑎𝑢 𝑅𝑥𝑄𝑢𝑎𝑙 à 𝑑é𝑡𝑒𝑟𝑚𝑖𝑛𝑒𝑟

La qualité du signal RxQual est évaluée selon le niveau suivant : du zéro à quatrième niveau
bonne qualité, du cinquième au sixième niveau qualité moyenne et le septième niveau
correspond à la mauvaise qualité. [46] Ceci est illustré dans le tableau ci-dessous présentant la
correspondance entre le niveau RxQual et le BER

RxQual BER Valeurs Interprétation


représentatives
0 BER=0,2% 0,14% Très bonne qualité
1 0,2% < BER < 0,4% 0,28% Bonne qualité
2 0,4% < BER < 0,8% 0,57% Bonne qualité
3 0,8% < BER < 1,6% 1,13% Assez bonne qualité
4 1,6% < BER < 3,2% 2,26% Qualité médiocre
5 3,2% < BER < 6,4% 4,53% Qualité médiocre
6 6,4% < BER < 12,8% 9,05% Mauvaise qualité
7 BER = 12,8% 18,10% Très mauvaise qualité
Tableau 3-8 : Correspondance entre le RxQual et le BER, source [46]

L’outil GENEX PROBE génère une carte présentant les différents niveaux de la qualité du
signal relevé de la zone de test. Sur la carte ci-dessous, nous observerons le résultat du
paramètre de la qualité des services RxQual.
60

Figure 3-10 : la carte RxQual, source [49]

Ces différentes couleurs représentant le niveau de la qualité du signal RxQual sont


interprétées dans le tableau ci-dessous.
RxQual Sub
Valeur Couleur Interprétation Cas rencontré
[0 à 1] Excellente qualité 8404
[1 à 2] Très bonne qualité 919
[2 à 3] Bonne qualité 465
[3 à 4] Assez bonne qualité 417
[4 à 5] Qualité médiocre 210
[5 à 6] Mauvaise qualité 122
[6 à 7] Très mauvaise qualité 247
Tableau 3-9 : Légende RxQual Sub, source [48]

En comparant les deux cartes, celle de la couverture et celle de la qualité du signal,


remarquons qu’une bonne couverture favorise une bonne qualité du signal car, les points
critiques trouvés sur la carte RxLev, sont les mêmes sur la carte RxQual. Dans certains cas, il
est possible d’avoir une bonne couverture sur un point mais une qualité du signal médiocre.
Ceci peut être causé par le mauvais ajustement d’autres paramètres sur la BTS.
61

ii. Le taux d’erreur binaire BER (Bit Error Rate)

Le taux d’erreur binaire est l’estimation de nombre d’erreurs produites lors de la transmission
des données numériques. Il est obtenu par le rapport entre le nombre de bits erronés et le
nombre total de bits transmis ; en général l’occurrence de bits erronés est consécutive, il est
rare d’observer leurs occurrences régulières. [50], [51]

La dégradation du signal reçue par le terminal de l’abonné peut être causée soit par
l’augmentation de bits erronés dans le trafic soit par un taux élevé de trames erronées. Pour
identifier clairement la cause de dégradation de la qualité dans notre zone d’analyse, nous
avons séparé ces deux paramètres. Sur la carte ci-dessous, observons le niveau de bits erronés.

Lors de nos analyses nous avons constaté que la dégradation de la qualité du signal à certains
points était causée par l’existence du taux d’erreur binaire, toute altération de la qualité du
signal n’est pas occasionnée par le nombre de bits erronés ; raison pour laquelle certains
points critiques de la carte RxQual (points en rouge) peuvent être absents sur la carte BER
Sub.

Dans le tableau ci-dessous présente l’occurrence de valeurs BER SUB, selon les points de
prélèvement.
BER Sub
Valeur Couleur Interprétation Cas rencontré
[0 à 2] Très bonne qualité du signal 10544
[2 à 4] Bonne qualité du signal 144
[4 à 8] Assez bonne qualité du signal 68
[8 à 100] Mauvaise qualité du signal 42
Tableau 3-10 : Légende BER Sub, source [48]

La probabilité de l’occurrence de bits erronés dans la transmission peut être causée par :
l’atténuation du signal, dispersion du signal, la gigue2, le temps de latence élevée, les
collisions de trames de données, les interférences des signaux, la diaphonie et la para
diaphonie, les bruits venant du secteur d’alimentation, les bruits thermiques. [50]

iii. Le taux de trames erronées FER (Frames Erasures Rate)

Le taux de trames erronées est un indicateur fondamental de la qualité des services qui
renseigne sur l’occurrence d’un certain nombre d’erreurs survenues au niveau de l’interface

2
Décalage des horloges de la source et celles de destination
62

A-bis dont : le transfert des trames trop courtes résultant d’une collision; la présence des
jabber dans le traffic de données, les jabber sont des trames trop longues. Leurs occurrences
sont causées par la superposition de deux ou plusieurs trames sans qu’il y ait détection de la
collision ; les misaligned frames qui sont de trames dont le nombre de bits est indivisible par
8, ces genres de trames possèdent toujours un faux CRC3 (Cyclic Redundancy Chek); les bad
FCS4 (Frame Check Sequence) qui sont de trames complètes ou tronquées dans lequel on peut
trouver de bits altérés lors de la collision. Le phénomène de collision est observé sur le réseau
lors de la superposition de deux ou plusieurs trames sur le média au moment de l’émission
simultanée de deux ou plusieurs stations mobiles [5], [52]

Les points critiques remarqués lors de nos tests sur les deux indicateurs respectivement, le
BER Sub et le FER Sub, doivent figurer sur la carte RxQual Sub. Il convient donc à analyser
les deux premiers paramètres de qualité des services (BER Sub et FER Sub) différemment
pour déduire la vraie cause de dégradation de la qualité du signal.

Dans le tableau ci-dessous nous présentons les données obtenues sur l’indicateur FER SUB.

FER Sub
Valeur Couleur Interprétation Cas rencontré
[0 à 2] Très bonne qualité 10597
[2 à 4] Bonne qualité 0
[4 à 8] Assez bonne qualité 0
[8 à 100] Mauvaise qualité 136
Tableau 3-11 : Légende FER Sub, source [48]

Identification de problèmes liés à la dégradation du signal

La dégradation du signal peut être occasionnée par plusieurs raisons. Nous en avons cité
certaines à la base du BER Sub et du FER Sub, sur celles déjà citées, nous pouvons ajouter
quelques-unes à savoir, la mauvaise installation des équipements radio ; les interférences Co
Canales ou sur les canaux adjacents, ceci peut être dû à une mauvaise planification de
fréquence ; la mauvaise couverture radio ; le problème de transmission pouvant être causée
par la mauvaise configuration de l’annuleur d’écho, la mauvaise synchronisation ; le niveau

3
Le contrôle cyclique de redondance (CRC) est une méthode simple, mais puissante, pour la détection des bursts
erronés pendant la transmission et le stockage de données numériques. La mise en œuvre du CRC peut utiliser
soit méthodes matérielles ou logicielles [76]
4
Frame Check Sequence est un champ de 4 octets qui permet de valider l'intégrité de la trame à 1 bit près. Il
utilise un CRC (Cyclic Redundancy Check) qui englobe tous les champs de la trame. Ainsi, la station réceptrice
peut décider si la trame est correcte et doit être transmise à la couche supérieure. [52]
63

d’interférence externe très élevé, ceci peut être dû par la présence de plusieurs opérateurs dans
une zone, les émissions de différentes antennes peuvent interférer.

Comme mentionné ci-haut, la dégradation de la couverture affecte directement la qualité du


signal, dans le cas de notre étude, la dégradation de l’indicateur Rxqual est occasionné par une
mauvaise couverture. L’ensemble des solutions suggérées pour améliorer le niveau du signal
dans la zone analysée, résout implicitement plusieurs problèmes liés à la qualité du signal. Sur
la figure ci-dessous nous présentons un cas reprenant certains points où la qualité du signal
n’est pas bonne.

Zones Figure
1

Tableau 3-12 : Identification des problèmes de l'indicateur RxQual

Nous pouvons remarquer que cette figure est similaire à celle présentant les points critiques
de l’indicateur RxLev. Les problèmes qui sont à la base de la dégradation de la couverture
dans une zone donnée sont aussi ceux qui causent la dégradation de la qualité du signal, par
conséquent les solutions que nous avions proposées dans le but de résoudre le problème lié à
la mauvaise couverture sont aussi applicable pour l’amélioration de la qualité du signal.

3.3.4.3 C/I Worst

Le phénomène d’interférence peut être définit par le croisement de deux ou plusieurs ondes de
même amplitude et de phase opposée provoquant la déformation totale ou partielle de l’onde.
Ceci s’observe lorsqu’un canal porteur d’onde reçoit en plus du signal utile, d’autres signaux
dits interférents ayant la fréquence identique ou adjacente à celle transportée. Il en existe deux
types à savoir : les interférences Co Canales et les interférences des canaux adjacents. Le
premier type d’interférence est causé par la réutilisation des fréquences identiques. Ce
phénomène s’observe quand une zone donnée reçoit les signaux venant de plusieurs stations
de base, il peut s’agir de l’utilisation d’une même fréquence entre deux ou plusieurs stations
64

de base. Le deuxième type d’interférence est causé par l’utilisation de la fréquence proche de
celle de la cellule serveuse [53], [54]

Le taux porteuse/interférence (C/I), est le rapport entre tous les signaux utiles et tous les
signaux inutiles. Dans le système GSM, ce rapport dépend de l’emplacement instantané du
mobile et le temps qu’il met pour établir une communication en tenant compte de relief
irrégulier, du type et de nombre de station de base dans le milieu, de la direction et de la
hauteur des antennes, ainsi que de l’intensité des différentes sources d’interférences. Ce
rapport est établi lors de la réutilisation des fréquences identiques entre la cellule serveuse et
plusieurs autres cellules, d’où l’appellation fréquence interférente (I) et la fréquence porteuse
(C). Dans le système GSM, le taux C/I doit être supérieur ou égal à neuf dB 𝐶/𝐼 ≥ 9𝑑𝐵,
cependant la valeur utilisée par différents constructeurs de BTS est souvent estimée à un taux
supérieur ou égal à 12 Db, 𝐶/𝐼 ≥ 12𝑑𝐵. [54], [55], [56]

Au cours de nos analyses nous avons repérés quelques parties de la zone analysée où la
qualité de la communication est altérée à cause du phénomène d’interférence, observons-le de
plus près dans le tableau ci-dessous.

C/I Worst
Valeur Couleur Interprétation Cas rencontré
[-30 à 0] Très mauvaise qualité 144
[0 à 5] Mauvaise qualité 395
[5 à 9] Médiocre qualité 678
[9 à 12] Assez bonne qualité 1122
[12 à 20] Bonne qualité 8422
[20 à 35] Très bonne qualité 218
[35 à 45] Parfaite qualité 0
Tableau 3-13 : Légende C/I Worst source [48]

Les installations de l’opérateur Orange Buakvu, offre une bonne qualité de communication à
un grand nombre d’abonnés, sur l’ensemble de la zone analysée observons à partir du
graphique ci-dessous en termes de pourcentage, le niveau de la qualité de communications.

a. Identification de problèmes liés à l’interférence et proposition des solutions

Dans notre zone d’analyse, le cas d’interférence était causé par les effets de overshooting cells
(cellule émettant les signaux plus loin que sa zone de couverture). Il est évident qu’un
65

opérateur réutilise les fréquences dans des motifs différents et éloignés, si une antenne
projette aussi loin qu’elle ne devait son signal, il est possible que d’autres zones se voient
perturbées si ledit signal perturbant utilise des fréquences identiques ou adjacentes des celles
de la cellule nominale. Les solutions proposées lors de l’analyse de l’indicateur Rxlev visant à
réduire la portée des antennes selon la distance et le profil du relief de la zone à couvrir sont
un apport fondamental pour résoudre le problème d’interférence dans le réseau.

3.3.4.4 Power Control

Le contrôle de puissante est un processus qui permet d’ajuster le niveau de la puissance d’une
radio mobile en déplacement. Plusieurs commandes sont effectuées entre la station mobile et
la station de base pour détecter la puissance du signal et l’adapter selon la direction de la
communication (montante ou descendante). Le contrôle de puissance pour les
communications montantes ajuste la puissance TX du mobile pour que la BTS reçoit un signal
stable ; ce réglage permet de réduire les interférences Co Canales et adjacentes lors de
communications montantes et de modérer la consommation en énergie du mobile de l’abonné.
Le contrôle de puissance pour les communications descendantes ajuste la puissance TX de la
BTS vers le mobile pour que ce dernier ait un signal stable. [57], [58]

Au cours du processus de Handover, la station mobile accède à la cellule cible avec la


puissance d’émission maximale autorisée par cette dernière. Le contrôle de puissance est mis
en œuvre à partir du canal TCH. Pour qu’une station mobile arrive à communiquer sur le
réseau, le BSC calcule la puissance de transmission lui appropriée en tenant compte du niveau
et de la qualité de réception de la liaison ascendante envoyé par la BTS et aussi de la
puissance d’émission maximale de la SM ; ensuite les commandes de contrôle de puissance et
le TA (Time Advance) sont envoyés au mobile dans la liaison descendante à l’aide du canal
SACCH, après avoir reçu les commandes. La SM les exécute pour enfin définir et transmettre
la classe de puissance sur laquelle s’effectueront diverses échanges avec la BTS, Cette
dernière contrôle et stabilise la puissance d’émission du mobile pour maintenir le rapport
signal/bruit acceptable afin de réduire les interférences, la surcharge des canaux et aussi
préserver la durée de vie de la batterie de la SM. [58], [59]

Etant donné que toutes les stations mobiles n’ont pas le même niveau en puissance
d’émission, la norme GSM regroupe les stations mobiles par classe en affectant à chacun un
numéro selon sa puissance maximale d’émission. [59] Le tableau ci-dessous présente les
différentes classes selon les bandes GSM.
66

N° GSM900 GSM1800 GSM 1900


classes
PLV MPO PLV MPO PLV MPO
(Power (Maximum
level level number)
number)
1 PL0 30 dBm/1W PLO 30 dBm/1W
2 PL2 39dBm/8W PL3 24 PL3 24
dBm/250Mw dBm/250Mw
3 PL3 37dBm/5W PL29 36 dBm/4W PL30 33 dBm/2w
4 PL4 33dBm/2W
5 PL5 29dBm/800mW
Tableau 3-14 : Les différentes classes des terminaux par rapport à la puissance utilisée, source [59]

Une mauvaise configuration du contrôleur de puissance peut avoir des impacts néfastes sur
l’ensemble du réseau. L’indicateur power control, est très important dans l’analyse de la
qualité des services, car la maîtrise de ses fonctionnalités est un acquis fondamental sur le
réseau d’un opérateur donné.

Le tableau 3.15 présente les interprétations de résultat de la carte power control level.
Power Control Level
Valeur Couleur Interprétation Cas rencontré
[0 à 5] Très bonne gestion de la puissance 8097
[5 à 10] Bonne gestion de la puissance 2658
[10 à 15] Assez bonne gestion de la puissance 19
[15 à 20] Une gestion médiocre de la puissance 0
[20 à 25] Mauvaise gestion de la puissance 0
[25 à 31] Très mauvaise gestion de la puissance 0
Tableau 3-15 : Légende Power Control, source [48]

La gestion de la puissance est bien assurée sur l’ensemble de la zone analysée. Sur le tableau
ci-dessus, nous pouvons voir l’absence des points de prélèvement critiques. La situation de
l’indicateur Power Control Level est très favorable à l’opérateur Orange, cependant
l’équipementier Huawei doit se forcer de maintenir ces valeurs inchangées.
67

3.3.4.5 Le TA (Time Advance)

La station mobile d’un abonné en communication peut mettre un certain délai de transmission
selon sa situation par rapport à la station de base. Plus elle s’éloigne de la station de base plus
le retard de la communication devient important. Lorsque le retard est considérable, il est
possible que plusieurs signaux venant de différentes stations de base se chevauchent et créer
des interférences inter-code. Afin de remédier à cela, la station de base surveille
continuellement la station mobile. Elle identifie le temps d’arrivée de l’appel et envoie des
instructions toutes les 480 ms, renseignant la station mobile sur le temps de transmission en
avance d’où l’appellation TA (Time advance) dont la valeur varie entre 0 et 63 bits (0 ~
233𝜇𝑠) ; ce qui donne 35 km de distance maximale dans le système GSM, obtenue par la
1 3.7𝜇𝑠
formule suivante : 2 ∗ ∗ 63𝑏𝑖𝑡 ∗ 𝑐. [55]
𝑏𝑖𝑡

Observons dans le tableau ci-dessous, l’état de différents points de prélèvement par rapport au
temps d’avance communiqué par la BTS

Time Advance (TA)


Valeur Couleur Interprétation Cas rencontré
[0 à 1] Excellente synchronisation 5072
[1 à 2] Très bonne synchronisation 4118
[2 à 3] Bonne synchronisation 998
[3 à 4] Assez bonne synchronisation 492
[4 à 5] Synchronisation acceptable 89
[5 à 10] Synchronisation médiocre 3
[10 à 32] Mauvaise synchronisation 0
[32 à 63] Très mauvaise synchronisation 0
Tableau 3-16 : Légende TA, source [48]

Le grand nombre de stations de base analysées communique dans le délai le temps de


communication en avance aux stations mobiles qu’ils prennent en charge. Le résultat présenté
dans le tableau ci-haut nous le prouve par la présence de seulement trois points de
prélèvement où la synchronisation est médiocre.
68

3.3.4.6 Le GSM SDCCH Call Drop

Le taux de coupure d’appels téléphoniques est le pourcentage d’appels téléphoniques en cours


qui sont interrompus avant leur achèvement normal à cause d’un incident survenu sur le
réseau. Dès la connexion du mobile sur la BTS, le canal SDCCH (Stand-alone Dedicated
Control Channel) transporte un ensemble de données de signalisation pouvant contenir les
messages d’authentification, le chiffrement et l’établissement de la communication, une
sollicitation massive de ce canal engendrerait la congestion des données et par conséquent
créer des coupures intempestives d’appels sur le réseau. [60], [39]

Lors de nos analyses, nous n’avons détecté aucune coupure d’appel occasionnée par la
congestion sur le canal SDCCH. Ces résultats obtenus peuvent changer selon les sollicitations
des services par les abonnés. Lors des heures de pointe, plusieurs abonnés veulent
communiquer. L’opérateur doit identifier les zones où le trafic des abonnés est trop élevé et
augmenter la capacité des stations de base (trx) pour réduire autant que possible le taux de
coupure d’appel sur le canal SDCCH.

3.3.4.7 Le GSM Call Dropped

L’échec d’établissement d’appels dans la plupart des cas est occasionné par une mauvaise
couverture de la zone [39]. Le signal radio transporte les canaux logiques sur les différentes
interfaces du réseau. Une mauvaise couverture signifie que certains composants du réseau ne
peuvent pas communiquer ; par conséquent, il est impossible qu’un appel soit établi sur le
réseau. Il est souvent possible que la couverture réseau soit impeccable et que l’établissement
d’appels soit impossible. Dans ce cas, l’ingénieur doit vérifier plusieurs équipements de
différents compartiments du réseau, en commençant par le sous-système radio, il doit se
rassurer que les équipements de ce compartiment ne sont pas tombés sous un coup de panne,
favorisant leur défaillance. Dans le tableau ci-dessous nous présentons les différentes pannes
qui peuvent survenir sur le réseau et leur type.
69

Pannes Types
Energie Environnemental
Incendie
Température
Humidité
Perte de trafic sur la cellule Qualité des services
VSWR (Voltage wave standing ratio) Défaillance des équipements
Equipement hors service
Equipement amorti
Mauvaise transmission sur les liaisons A-bis/A/A-ter
Perte de signalisation SS7 Dégradation de la communication
Tableau 3-17 : Les types des pannes, source [39]

Ces différentes pannes sont directement signalées sur le réseau par un système d’alarme qui
indique aux ingénieurs leur degré de sévérité. Le compartiment du réseau OMC-R assure une
supervision en temps réel de l’ensemble du réseau. Toute forme de dysfonctionnement
remonte jusqu’à celui-ci sous forme de bip de lumière relatant les éléments susceptibles de se
produire à l’instant (t-1) signifiant l’ensemble d’évènements néfastes survenus sur le réseau et
déjà résolus mais leur occurrence persiste ; à l’instant (t) faisant allusion aux évènements en
cours d’exécution et à l’instant (t+1) les évènements qui surviendront si aucune action n’est
appliquée. Ainsi distingue-t-on le Critical alarm émislorsqu’un composant de l’entité BSS ne
fonctionne pas ; les major alarm sont émis quand un composant du compartiment BSS
fonctionne à peine, si l’action n’est pas portée dans le délai, ces genres d’alarme passe au
critical alarm ; les minor alarm, la sévérité de ces genres d’alarmes est faible par rapport aux
autres. Il s’agit de quelques notifications que l’ingénieur doit prendre en compte, dans le cas
contraire, elles peuvent devenir de major alarm. [39].

3.3.4.8 Le GSM Handover Fail

Quand un abonné migre d’une zone vers une autre, le signal de la cellule d’origine s’affaiblit.
Pour continuer à communiquer sans interruption, la station mobile se rattache directement à
une autre cellule disponible dans sa liste des cellules voisines. Il peut y arriver que la cellule
d’accueil soit congestionnée ou soit sous le coup d’un quelconque choque, la station mobile
se verra débarqué, dans ce cas, on parlera de la coupure de Handover (souvent due à un
70

mauvais paramétrage ou à l’indisponibilité de canal de trafic TCH dans la cellule d’accueil).


[61]

Lors de nos analyses, nous avons enregistré deux cas de GSM Handover Fail, nous pouvons
le voir sur la carte ci-dessous.

Figure 3-11 : Carte Handover Fail source [49]

Le GSM Handover Fail, est représenté par une main en couleur rouge. Sur la carte ci-dessous
nous pouvons voir ce cas survenu sur la station de base située dans l’avenue du gouverneur et
sur celle située dans l’avenue hypodraume.

a. Identification des problèmes et proposition de solution

Dans la zone analysée, les deux cas de Handover Fail étaient dus à la non identification des
cellules voisines (neigbourring cell). Pour résoudre ce genre de problèmes, l’ingénieur doit
redéfinir de nouvelles cellules dans la liste (neigbouring cells).

3.3.5 Test du réseau après action

Pour évaluer l’impact des actions posées sur le réseau, l’ingénieur est appelé à effectuer de
nouveau un scanning de toute la zone ciblée et comparer les résultats obtenus avant et après la
mise en œuvre des solutions proposées. La couverture est un indicateur d’une importance
prépondérante dans le réseau. Le défaut de celle-ci, affecte plusieurs autres indicateurs.
Néanmoins, une bonne couverture est en avance un acquis très considérable lors de l’analyse
de qualité des services offerts aux abonnés. Si la couverture est de bonne qualité il en va de
71

soi que la qualité du signal soit aussi excellente sinon, l’ingénieur devra contrôler d’autres
paramètres indiqués ci-haut pouvant affecter la qualité du signal. Dans les tableaux 3.19
et 3.21 nous présenterons sur deux cartes le résultat des indicateurs RxLev et RxQual d’avant
et d’après l’analyse.

Couverture
Vant Légende
RxLev Sub
Valeur Couleur Points
en dBm

[-120 à -100] 1
[-100 à-90] 418

[-90 à-80] 5260


[-80 à -70] 4235
[-70 à -10] 870

Après Légende
RxLev Sub
Valeur Couleur Points
en dBm

[-120 à -100] 10
[-100 à -90] 237
[-90 à -80] 3930
[-80 à -70] 4570
[-70 à -10] 2037

Tableau 3-18 : Comparaison de résultat avant et après action RxLev


72

A partir de ces deux cartes (avant action, après action), nous pouvons observer une
amélioration considérable de qualité de la couverture. Dans le tableau 3.20 nous présentons
l’interprétation de résultat obtenu sur l’indicateur RxLev.

Valeur en dBm Mention Avant Après Amélioration Dégradation


[-120 à -100] Très mauvaise 1 10 9
couverture
[-100 à -90] Mauvaise 418 237 181
couverture
[-90 à -80] Assez bonne 5260 3930 1330
couverture
[-80 à -70] Bonne 4235 4570 335
couverture
[-70 à -10] Très bonne 870 2037 1167
couverture
Tableau 3-19 : Interprétation des résultats comparatifs

Les actions que nous avons portées sur la zone analysée, ont un impact positif. Le niveau du
champ de couverture s’est amélioré de 30% après les actions posées. Cependant, un impact
négatif de 0,08% se fait observer par une légère augmentation des points où le niveau de
champ de couverture est presque absent. Les actions que l’ingénieur porte sur le réseau ne
sont pas définitives, si celles-ci ont un impact négatif considérable sur le réseau, l’ingénieur
devra reprendre le travail jusqu’à diminuer autant que possible les points critiques sur la zone
analysée.

Après l’évaluation de l’impact des actions que nous avons posé sur la couverture (RxQual), le
tableau ci-dessous nous présente l’état de la qualité de zone analysée avant et après action.
73

Qualité
Avant Interprétation
RxQual Sub
Valeur Couleur Points
en
dBm
[0 à 4] 10205
[4 à 5] 201
[5 à 6] 122
[6 à 7] 245

Après interprétation
RxQual Sub
Valeur Couleur Points
en
dBm
[0 à 4] 10335
[4 à 5] 248
[5 à 6] 110
[6 à 7] 91

Tableau 3-20 : Comparaison des résultats avant et après action, RxQual

La qualité du signal s’est considérablement améliorée après les actions posées, observons-le
de plus près dans le tableau ci-dessous.
74

Valeur Mention Avant Après Amélioration Dégradation


[0 à 4] Très bonne 10205 10335 130
qualité du signal
[4 à 5] Bonne qualité 201 248 47
du signal
[5 à 6] Assez bonne 122 110 12
qualité du signal
[6 à 7] Mauvaise 245 91 154
qualité du signal
Tableau 3-21 : Interprétation des résultats obtenus, RxQual

Les actions que nous avons portées sur la zone analysée, ont un impact positif. La qualité du
signal s’est améliorée de 3.18%, aucun impact négatif n’a été constaté. En se basant sur ces
résultats, les ingénieurs œuvrant dans le service d’optimisation du réseau, effectuent à maintes
reprises des tests et des analyses avec pour objectif de faire disparaitre les points critiques sur
la zone analysée.

3.4 Conclusion

Le chapitre troisième a porté sur l’analyse de la qualité des services de l’opérateur Orange
Bukavu ; en commençant par la présentation de la zone de couverture nous avons décrit les
propriétés du relief par rapport à la propagation des ondes radios. Avant d’exposer les
différents indicateurs de la qualité des services prélevés lors de nos analyses, nous avons
d’abord présenté une littérature sur la qualité des services dans le réseau GSM et le
déroulement des tests. Dans la suite de ce chapitre nous avons présenté l’état de chacun des
indicateurs prélevés en identifiant toute forme de dysfonctionnement et en suggérant des
solutions palliatives. En dernier lieu nous avons évalué l’impact des actions suggérées sur le
réseau, en effectuant en nouveau un scanning d’antennes de la zone d’étude.
75

Chapitre Quatrième : La mise en place de la nouvelle fonctionnalité


permettant aux abonnées d’évaluer la qualité des
services

4.1 Introduction

Le présent chapitre présente l’intérêt de l’outil qui sera mis en place. Par le biais du langage
UML, ce chapitre présente les diagrammes utilisés pour décrire le flux d’informations entre
différentes entités de notre système avec comme objectif de déboucher sur un outil
d’évaluation de la Qos par les abonnés en mettant en valeur les moyens nécessaires pour
l’utiliser.

4.2 Intérêt de développement de l’outil

En tenant compte des besoins exprimés au premier chapitre, à la section 1.2.5, la mise en
place d’un outil d’évaluation de la Qos par les abonnés servirait à :

- réduire l’allocation du canal de transmission BCCH ;


- économiser les unités rechargées par l’abonné ;
- augmenter les interactions en temps réel entre abonnés et les agents de la maison Orange ;
- localiser avec précision certains dysfonctionnements sur le réseau sans aménager beaucoup
de ressources ;
- accroître le niveau d’assistance de l’abonné ;
- obtenir l’avis de l’abonné sur les services offerts ;
- éclairer l’ingénieur sur les actions à poser selon les données envoyées par l’abonné ;
- fournir à l’opérateur des statistiques claires sur l’état du réseau à un instant donné.

4.2.1 Estimation prévisionnelle des coûts

Les projets sont élaborés dans le but de réaliser un certain nombre d’objectifs précis selon le
domaine d’activité. Il est dès lors indispensable de disposer de ressources matérielles,
humaines, ou logicielles, les combiner dans une durée de temps précis pour atteindre un but
bien déterminé. Dans le domaine de l’Informatique, plusieurs méthodes sont utilisées pour,
quantifier le travail à faire, déterminer le temps nécessaire en tenant compte des personnes
engagées au projet et appréhender bien d’autres paramètres importants pour achever les
différentes tâches du projet, il peut s’agir du modèle COCOMO (Constrictive Cost Model) qui
76

estime précisément et scientifiquement le coût de développement du logiciel, ce modèle


présente l’avantage d’être bien documenté et adapté à plusieurs paramètres de
l’environnement. Lors de son utilisation, il est possible de catégoriser les projets selon le
nombre de lignes de code. Les projets simples ont le nombre de lignes inférieur à 50 000, les
projets moyens auront le nombre de lignes compris entre 50 000 et 300 000 et les projets
complexes auront un nombre de lignes supérieur à 300 000. Cependant ce modèle ne saurait
être utilisé que lorsque le nombre de lignes du projet est connu ou s’il existe un historique
d’un projet similaire réalisé antérieurement , [62] tenant compte de ces contraintes, nous nous
orienterons vers le modèle de points de fonction utilisé dès l’identification des fonctions du
logiciel à mettre en place.

Pour calculer la taille du logiciel avec le modèle de point de fonctions, il est impérieux de
prendre en considération ses composants fonctionnels à savoir, le Groupe logique de Données
internes (GDI), le Groupe logique de Données Externes (GDE), les Entrée de traitement
(ENT), les Sorties de traitement (SORT), les interrogations (INT). Le sous-ensemble logique
des données (SLD) et les données élémentaires (DE), permettent de déterminer la complexité
d’un GDI ou d’un GDE ; le groupe des données référencées (GDR) à leurs tours, permettent
de déterminer la complexité des ENT, SORT et des INT. [62], [63]

Le tableau ci-dessous reprend le niveau de complexité des composants.

Entité Complexité
1 à 19 DE 20 à 50 DE >= 50
1 SLD Faible Faible Moyen
GDI & GDE 2 à 5 SLD Faible Moyen Elevé
>=6 SLD Moyen Elevé Elevé
1 à 4 DE 5 à 15 DE >=16 DE
0 ou 1 GDR Faible Faible Moyen
ENT 2 GDR Faible Moyen Elevé
>= 3GDR Moyen Elevé Elevé
1 à 5 DE 6 à 19 DE >= 20 DE
0 ou 1 GDR Faible Faible Moyen
SOR 2 à 3 GDR Faible Moyen Elevé
INT >= 4 GDR Moyen Elevé Elevé
Tableau 4-1 : Model de point de fonctions, la complexité de composants, source [62]
77

Ces différents niveaux de complexité sont interprétés à partir de la grille de complexité,


présenté dans le tableau ci-dessous.

Complexité
Entités
Faible Moyenne Elevée
GDI 7 10 15
GDE 5 7 10
ENT 3 4 6
SORT 3 5 7
INT 3 4 6
Tableau 4-2 : Grille de complexité, source [62]

En suivant les étapes du modèle de points de fonction, nous présentons les différents
paramètres du présent projet.

i. Les groupes de données

Le présent projet est constitué de données suivantes :

- Les Messages
- Les cellules
- Les zones de localisation (LAC)
- Les lieux (quartier)
- Les communes
ii. Identification des groupes de données internes (GDI) et externes (GDE)

GDI GDE
Message - Cellules
- LAC
- Lieux
- Commune
Tableau 4-3 : Identification des groupes de données (GDI & GDE)

iii. Le niveau de complexité de données

Type Complexité Nombre


GDI Elevé 1
GDE Faible 2
Moyenne 2
Tableau 4-4 : Le niveau de complexité de données
78

iv. Dénombrement des entrées (ENT)

En nous appuyant sur les activités de données internes, nous aurons :

- un écran sur l’évènement déclencheur du message popup ;


- un écran sur l’envoie du message avec certaines données en arrière-plan ;
- un écran sur le prélèvement de certains s indicateurs de la Qos ;

Le présent projet, présente 3 composants d’une complexité élevée.

Type Complexité Nombre


ENT Elevée 3
Tableau 4-5 : Identification des entrées

v. Dénombrement des sorties (SOR)

Dans le cadre de ce projet, il s’agit de :

- statistiques sur le nombre de cas constatés dans une zone donnée à un temps précis
- statistiques sur l’avis des abonnés
- vues sur les indicateurs de la Qos prélevé

Type Complexité Nombre


SOR Moyenne 3
Tableau 4-6 : Identification des sorties

vi. Dénombrement des interrogations (INT)

Les différentes formes d’interrogation (requête) seront effectuées sur les groupes de données
internes et les listes croisées (les jointures) ; ainsi nous aurons comme interrogation :

- A quel moment une catégorie de cas est observable sur le réseau ?


- Quelle peut être les causes liées au profile du terrain ?
- Quel est l’avis de la majorité des abonnés par rapport aux services offerts ?
- Quelles sont les zones plus critiques ?

Type Complexité Nombre


INT Faible 1
Moyenne 3
Tableau 4-7 : Identification des interrogations
79

vii. Estimation de la charge

Entité Complexité Nombre de composants Poids Nombre de points de fonction


GDI Faible 7
Moyenne 10
Elevée 1 15 15
GDE Faible 2 5 10
Moyenne 2 7 14
Elevée 10
ENT Faible 3
Moyenne 4
Elevée 3 6 18
SOR Faible 4
Moyenne 3 5 15
Elevée 7
INT Faible 1 3 3
Moyenne 3 4 12
Elevée 6
PFB 87
Tableau 4-8 : Point de fonctions bruts

viii. Charge du projet

La taille de notre projet est 87 points de fonction brut qu’il faudra ajuster selon différentes
spécificités du projet en se référant à 14 facteurs d’influence auxquels est attribuée une note
allant de 0 (aucune influence) à 5 (Très grande influence) en fonction du degré d’influence
(DI). Le degré d’influence total (DIT) s’obtient par la formule suivante DIT = SOMME (DIi),
i allant de 1 à 14. Dès la détermination du DIT, il est possible de calculer le facteur
d’ajustement par la formule suivante : FA = 0,65 + DIT/100. Le facteur d’ajustement permet
de déterminer le nombre de points de fonction ajusté par la formule PFA = FA * PFB. [63]

Dans le cadre du présent travail,


80

Calcul du degré d’influence totale


N° CGS = caractéristique générale du système Valeur du DI
1 Communication des données 3
2 Système distribué 2
3 Performance 4
4 Intensité d’utilisation de la configuration matérielle 2
5 Taux de transaction 3
6 Saisie interactive 3
7 Convivialité 3
8 Mise à jour en temps réel des GDI 3
9 Complexité des traitements 4
10 Réutilisation du code de l’application 2
11 Facilité de l’installation 3
12 Facilité d’exploitation 3
13 Portabilité de l’application 2
14 Facilité d’adaptation 4
DIT (maximum : 5 * 14 = 70) 41
Tableau 4-9 : Calcul du degré d’influence totale, source [64]

Déterminons le facteur d’ajustement, FA = 0.65 + 41/100 = 1.06, avec cette valeur, nous
pouvons directement déterminer le nombre de point de fonctions ajustés,

PFA = 87 * 1.06 = 92.22 PFA.

La détermination de la charge du projet par les points de fonction s’effectue grâce à un facteur
multiplicatif qui environne 3 Jours * homme par point de fonction en moyenne. Ce facteur
varie selon la taille de projets, pour de petit projet le facteur est 2 J*H, pour de grands projets
il est de 4 J*H. [65]

La charge du présent projet sera donc estimée à 92.22 PFA * 2JH = 184.44 JH.

Pour déterminer le nombre d’instructions source utiles (ISL), on utilise la formule suivante :
ISL = 118,7 * 92.22 - 6940 = 4 006, 514. [63] En basculant vers le modèle COCOMO, on
constate que notre projet est de petite taille. L’effort nécessaire pour réaliser toutes les tâches
du présent projet est de 10 M/h (Effort = 2.4* (4,006514) ^1.05). Le temps de développement
est estimé à 6 mois (TDEV = 2.5 * (10) ^0.38) et le nombre moyen de personnes travaillant
sur le projet est de 10/6 = ~2 personnes.
81

4.2.2 Modélisation

La modélisation consiste à définir un ensemble de règles dans le but de décrire un évènement


ou une idée d’une manière simulable et reproductible, elle s’appuie sur le concept modèle
définit comme une abstraction de quelque chose de réel. La modélisation d’un système a pour
but de créer sa représentation standard et prévoir son évolution. [62], [66]

Pour modéliser l’outil à mettre en place, nous utiliserons le langage UML, qui selon Pascal
Roques, permet de représenter l’architecture et le fonctionnement des systèmes informatiques
complexes en tenant compte des relations entre les concepts utilisés grâce à un ensemble de
diagrammes très explicites. UML 2 s’articule autour de treize types de diagrammes (le
diagramme de classes, le diagramme d’objets, le diagramme de packages, le diagramme de
structure composite, le diagramme de composants, le diagramme de déploiement, le
diagramme de cas d’utilisation, le diagramme de vue d’ensemble des interactions, le
diagramme de séquence, le diagramme de communication, le diagramme de temps, le
diagramme d’activité et le diagramme d’états) [66], [67]

Dans le cadre du présent travail, trois diagrammes seront utilisés, le diagramme de cas
d’utilisation qui a comme rôle de représenter les interactions fonctionnelles entre les
différents acteurs et le système ; le diagramme de classe avec comme rôle de présenter les
entités statiques de base (classes, associations, interfaces, attributs,), et le diagramme de
déploiement qui décrit l’installation physique du système à mettre en place sur les ressources
matérielles. Ces trois diagrammes nous ont permis de représenter intégralement la
modélisation de l’application à mettre en place.

(i) Le diagramme de cas d’utilisation

Le cas d’utilisation est l’ensemble des séquences d’actions réalisées par le système, dont le
résultat est concret et lié à un acteur particulier du système. Ce diagramme met en valeur les
interactions entre acteurs/système et offre une modélisation formelle de services rendus par le
système. L’ensemble des cas d’utilisation doit décrire exhaustivement les exigences
fonctionnelles du système. Chaque cas d’utilisation correspond donc à une fonction métier du
système, selon le point de vue d’un de ses acteurs [68]

Un acteur (utilisateur humain, dispositif matériel ou autre système) représente un rôle joué par
une entité externe qui interagit directement avec le système étudié. Un acteur peut consulter
82

et/ou modifier directement l’état du système, en émettant et/ou en recevant des messages
susceptibles d’être porteurs de données. [68]

✓ Identification des acteurs du système

N° Acteurs Cas d’utilisation


1 Agent Orange S’authentifier
Constater à travers les vues statistiques le niveau
de satisfaction des abonnés
Déclencher l’opération de résolution du problème

2 Abonné au réseau Emettre un appel


Exprimer le niveau de sa satisfaction
Envoyer un avis sur le déroulement d’un service
quelconque
3 Administrateur Gérer les comptes et les droits d’accès des
utilisateurs
S’assurer du bon fonctionnement de l’application

Tableau 4-10 : Identification des acteurs

La figure 4.1 présente le diagramme de cas d’utilisation de notre application

(ii) Le diagramme de classe

Une classe représente la description abstraite d’un ensemble d’objets possédant les mêmes
caractéristiques. Le diagramme de classe, présente une grande importance lors du
développement en orienté objet d’un logiciel. Dans les analyses, il a pour objectif de décrire
la structure des entités manipulées par les utilisateurs. Dans la phase de conception, le
diagramme de classes représente la structure d’un code orienté objet ou, à un niveau de détail
plus important, les modules du langage de développement. Le diagramme de classes met en
œuvre les classes, contenant des « attributs et des opérations » et reliées par des « associations
ou des généralisations ». [68]

Dans son ouvrage paru en 2006, Pascal Roques, agence un certain nombre de termes de base
permettant d’appréhender le concept du diagramme de classe, qui sont, les classes définis ci-
haut, les objets définis comme instances ou occurrences des classes ; les attributs présentent
un type d’information contenu dans une classe ; les associations représentent des relations
83

sémantiques durables entre deux classes ; la multiplicité, permet de spécifier sous forme
d’intervalle, le nombre d’objets qui peuvent participer à une relation avec un objet d’une autre
classe et en fin, les opérations représentent le comportement des éléments contenus dans une
classe. [68] La figure 4.2 reprend le diagramme de classe de l’outil à développer.

(iii) Le diagramme de déploiement

Le diagramme de déploiement représente l’architecture physique de différents composants qui


prendront en charge l’application logicielle à mettre en place. Le centre d’opération et
d’exploitation du réseau, assure la tâche de surveillance à temps réel de différents
équipements du réseau, comme présenté précédemment, toute sorte de faille remonte jusqu’à
cette entité sous forme d’alarme et de bip. Cette entité OMC-R est l’endroit idéal où doit être
mise en place l’interface d’analyse à la disposition de l’agent. Cependant en raison de
décentralisation et de flexibilité, la fonctionnalité d’analyse, que proposera notre outil, peut
même être présente au niveau du contrôleur des stations de base installé dans la ville. La
figure 4.3 présente le diagramme de déploiement de notre outil.
84

Avoir des unités

Mettre son portable


sous tension
<<include>>

<<include>>

Emettre un appel
<<include>>

faire part de son avis aux


Abonné agents Orange
<<extend>>

Exprimer le niveau
de satisfaction

Gérer la base de données


assurer la maintenance de l'application
Interprète les données
venant des abonnés
<<include>>
Administrateur
S'authentifier
<<include>>

Agent Orange Déclanche l'opération de


resolution du problème

Figure 4-1 : le diagramme de cas d'utilisation


85

Message
Cellule
iddmessage
avis 1 1 idcell
RxLev Concerne designation
RxQual Identifier
1...*
+Ajouter()
temps
+Modifier()
+Ajouter() +Supprimer()
+Supprimer()

Quartier (lieu)
Commune
idquartier 1
idcommune
designationquartier
designationCommune
+Ajouter()
Regouper +Ajouter()
+Modifier() 1...* 1 +Modifier()
+Supprimer()
+Supprimer()

Figure 4-2 : Diagramme de classe


86

Figure 4-3 : Diagramme de déploiement


87

4.3 Environnement de développement

L’environnement de développement reprend l’ensemble des outils matériels, logiciels utilisés


dès la conception jusqu’à la réalisation de l’application informatique à mettre en place.
L’application d’évaluation de la qualité des services par les abonnés a été développée à l’aide
d’un outil informatique doté de capacités suivantes : un processeur Intel (R) Celeron (R) CPU
N3060 @ 1.3 GHz 1.60 GHz, une mémoire rame de 4,00 Go, un système d’exploitation
Windows 10.

4.3.1 Environnement logiciel

La réalisation d’une application informatique nécessite l’utilisation d’au moins un langage de


programmation, dans le cadre de notre travail, nous avons utilisé la plateforme Visual Studio
2017 qui est un IDE (Environnement de développement intégré) multiplateforme développé
par l’entreprise Microsoft, cet outil donne la possibilité de développer les applications mobile
à partir de son environnement Xamarin, des sites web à l’aide de l’environnement ASP.net et
bien d’autres applications locales ou distantes selon le besoin du développeur. Concernant
notre travail, nous avons utilisé plus d’un environnement de l’IDE Visual Studio 2017 à
savoir :

Xamarin : Xamarin est un Framework de développement mobile multiplateforme permettant


de développer des applications sur IOS, Windows Phone et Android en même temps à partir
de son modèle intégré nommé Xamarin Forms [69]. Cet outil nous a permis d’implémenter le
modèle du message popup qui devra surgir après l’appel téléphonique d’un abonné.

ASP.net : ASP.net est une technologie créée par l’entreprise Microsoft permettant de
développer des sites web. Elle est liée au framework.NET de la même entreprise [70]. Cette
technologie nous a permis de lire les informations envoyées depuis le mobile à l’aide du
serveur Ozeki, les arranger pour une insertion ordonnée dans la base de données, enfin, avec
cette technologie, nous avons illustré un modèle de vues dynamiques qui permettra à
l’opérateur d’interpréter les différents avis de sa clientèle.

Notre étude visant à récupérer l’avis d’un client, nous avons opté pour l’utilisation d’une
application de messagerie fonctionnelle utilisée sur la plateforme Android nommée Mood.
Mood est une application de messagerie instantanée qui propose de nombreuses
fonctionnalités pratiques et ludiques comme l’écriture prédictive d’émojolis [71].
88

Après chaque appel téléphonique, les abonnés aux services offerts par l’opérateur Orange,
auront la possibilité d’exprimer leur niveau de satisfaction. La prise en charge de cette
nouvelle fonctionnalité exigerait que l’opérateur Orange disponibilise un numéro de téléphone
à partir duquel seront envoyés les différents avis des abonnés. Une fois que les données sont
reçues par l’opérateur, une vue statistique servirait d’interface d’interprétation de différents
indicateurs de la Qos ; le RxLev et le RxQual, qui seront transmis en arrière-plan lors de
l’envoi du message par l’abonné. N’ayant pas l’accès au service interne du réseau de
l’opérateur Orange, nous avons utilisé le serveur de messagerie Ozeki pour servir de
passerelle entre la station mobile de l’abonné et le poste de travail où seront interprétées les
données envoyées.

Le serveur de messagerie Ozeki, est une passerelle permettant à une application et une station
de travail (ordinateur) de s’échanger des SMS.

4.3.3 Base de données de l’application

Une base de données est constituée d’enregistrements qui regroupent un ensemble


d’informations liées et traitées comme une entité. L’ensemble d’enregistrements de même
nature est appelé table, les différentes tables d’une base des données peuvent être liées entre
elles ou non.

Pour mettre en place une application dans l’environnement web il est bien entendue
obligatoire de posséder sous la machine un serveur local, ou alors un serveur distant si l’on
compte développer à distance. Nous avons utilisé comme serveur local Wamp server 3.0.6.
Pour la communication entre la base des données et notre application. Nous avons utilisé
comme serveur http (Hypertext Transfer Protocol), Apache 2.4.2.3. Toutes base de données
est prise en charge par un système de gestion permettant au développeur de manipuler les
données y enregistrées, nous avons utilisé le SGBD MySQL 5.7.14.

4.4 Présentation et fonctionnement de l’outil

4.4.1 Schéma fonctionnel (figure 4-4)


89

Figure 4-4 : Schéma fonctionnel


90

Le schéma ci-haut, décrit le fonctionnement général de la nouvelle fonctionnalité à suggérer à


l’opérateur téléphonique Orange. Le but étant de mettre sa clientèle en confiance en
considérant ses avis concernant la qualité des services offerts par celle-ci. La Qos dans la
norme GSM est surtout évaluée sur le service Voice. Il sera donc question de prélever certains
KPIs renseignant sur la qualité de l’appel du client, le niveau du signal et l’identifiant de la
cellule serveuse. Le facteur temporel est aussi crucial car la qualité de plus d’un service
dépend la plupart de fois du moment exact où s’est effectué ledit service. Une dégradation
peut s’observer aux heures de pointe contrairement aux heures creuses, poussant les abonnés à
évaluer négativement la Qos. Pour prendre en compte ce facteur prépondérant, nous avons
subdivisé un jour en 4 parties distinctes de prélèvement à savoir : avant midi (de six heures du
matin à douze heures), après-midi (de douze heures à dix-huit heures), heures de pointe (de
dix-huit heures à minuit), heure creuse (de minuit à six heures du matin). Cette délimitation
temporaire permettra à l’abonné de bien cerner le moment du problème, d’analyser tous les
paramètres et porter une action curative.

4.4.2 Présentation de l’outil

Pour réaliser la nouvelle fonctionnalité permettant aux abonnés d’évaluer la qualité des
services de leurs opérateurs, il faudra en premier lieu mettre en place une application de
messagerie sur toutes les plateformes mobiles, susceptibles d’être déclenchée après chaque
appel téléphonique. En raison de simulation nous avons utilisé la patate forme Xamarin pour
présenter la forme que pourra avoir l’application sous le système Android.

Figure 4-5 : Model sous Android de l'outil de l'évaluation de la QOS


91

Bien avant l’utilisation de cette nouvelle fonctionnalité, les abonnés devront être imprégnés
sur son utilité et son utilisation. A partir de la figure 4-5, l’abonné a la possibilité d’exprimer à
son opérateur son niveau de satisfaction.

Il serait bien prudent de la part de l’opérateur de s’attendre à toute sorte de réponses venant de
ses abonnés, quoi qu’ils puissent bien être informés sur le fonctionnement de l’outil
d’évaluation et son importance, il peut être possible que certains abonnés envoient à
l’opérateur des informations incohérentes pour une raison ou pour une autre. Pour éviter ce
cas qui peut biaiser les estimations du niveau de satisfaction des abonnés, nous avons
suggérés d’inclure la possibilité dans l’application implémentée sous l’environnement mobile,
d’envoyer en arrière-plan des données exactes se rapportant aux indicateurs de la qualité de
service entre-autres : le niveau du signal RxLev, la qualité du signal RxQual, l’identifiant de la
cellule CelId et enin, les informations sur le temps de l’appel. La figure 4-6 nous montre la
manière dont les données seront transférées en arrière-plan.

Figure 4-6 : Modèle de données envoyées à l'opérateur en arrière-plan


92

Ces différentes données renseignant sur la qualité des services seront directement transférées
à l’opérateur à un numéro préconfiguré dans l’application. Le grand apport de la présente
fonctionnalité serait de réduire l’allocation du canal de transmission par les appels des
abonnés voulant s’entretenir avec des agents Orange compte tenu des difficultés rencontrées
lors de la consommation des services offerts par l’opérateur. Notre suggestion serait que ce
bout de texte envoyé à l’opérateur pour le mettre au parfum de l’appréciation de ses services
par les abonnés ne soit pas facturé contrairement au service client voice.

Le serveur Ozeki SMS, nous a servi de passerelles lors de nos simulations. En premier lieu
nous avons configuré Ozeki de manière à prendre en compte notre base de données Ozekisms
sous MySQL. Les données venant directement de la station mobile ont été sauvegardées dans
la table Ozekismsmessagein. En regardant de près la figure 4-6, il est remarquable que le
message est envoyé dans un seul type string ; or notre objectif est de fournir des vues
statistiques dynamiques à l’opérateur selon les données envoyées par ses abonnés. Raison
pour laquelle nous avons opté pour la coupure de la chaine de caractère en quelques champs
selon la nature de chaque donnée, et cela nous a permis d’insérer les nouvelles données
obtenues après coupures : RxLev, RxQual, CelId, timeCall, dans une nouvelle table. La figure
4-7 présente les données après coupure dans la base de données.

Figure 4-7 : Base de données MySQL


93

Après enregistrement de données renseignant l’opérateur sur les différents avis de ses
abonnés, nous avons utilisés l’environnement de programmation Asp.net dans le but
d’interpréter les données de la base des données sous des modèles graphiques, les figures 4-8
et 4-9, présentent les différentes vues statistiques.

A partir de la vue figure 4-8, l’opérateur sera à mesure d’évaluer la qualité des services offerts
aux abonnés. Cette nouvelle fonctionnalité peut mettre l’abonné en confiance, car ce dernier
aura connaissance que son avis est pris en considération pour accroître la qualité des services.
Néanmoins, il serait moins prudent de la part de l’opérateur de faire confiance totale aux avis
venant de ses abonnés, car ces derniers ses préoccupent rarement des activités autres que
celles visant à satisfaire le besoin direct. En effet, il est possible que plusieurs clients ignorent
le message, ou soit cliquent hâtivement sur un avis pour éviter le dérangement ; raison pour
laquelle nous avions opté pour l’envoie en arrière-plan des données exactes renseignant sur
l’état de quelques indicateurs de la Qos.

Figure 4-8 : Vues sur avis des abonnés


94

Figure 4-9 : Graphique, RxLev, RxQual

A partir du graphique figure 4-9, l’opérateur peut confronter l’avis de ses abonnés à la
situation exacte des indicateurs de la Qos, ceci permettra à l’opérateur de s’imprégner sans
délai de l’état de son réseau et du niveau de satisfaction de ses abonnés et de prendre une
décision en cas de surgissement des problèmes sur le réseau.

4.4 Limite du travail

Toute sorte d’avis, ou amendements à transmettre à un opérateur d’un réseau de


télécommunication est directement réceptionné par le centre de traitement, ne pouvant pas
avoir accès au centre de traitement de la maison Orange RDC situé à Kinshasa. Nous avons
proposé un modèle simulé de la nouvelle fonctionnalité proposée ; raison par laquelle, ce
travail présente des limites dans la phase de sa réalisation car, dans les conditions normales,
l’implémentation exposée dans le travail ne peut pas être fonctionnel (communication entre
opérateur et abonné). Comme nous l’avons annoncé au cours de notre travail, le client ne
s’intéresse qu’aux services qui satisfont directement son besoin présent. Le fonctionnement de
cette nouvelle fonctionnalité, lui demanderait sans doute de rendre un service au réseau qu’il
peut sans décliner, accepter et fournir un mauvais avis, ou tout simplement accepter et fournir
95

un avis convenable. Cette incertitude de contrôle de la véracité des avis du client est une
limite pour notre travail.

4.5 Conclusion

Le chapitre quatrième portant sur la mise en place de l’outil d’évaluation du niveau de


satisfaction des abonnés nous a permis de présenter en premier lieu l’intérêt de la nouvelle
fonctionnalité à proposer et, ensuite, l’estimation prévisionnelle des coûts liés à son
implémentation. En second lieu, cette partie a présenté les différentes entités prises en compte
pour la mise en place de ladite fonctionnalité et leurs interactions ; outre ceci, nous avons
présenté les différents environnements de développement utilisés. Ce chapitre se termine par
la présentation et le fonctionnement de l’outil, illustré par un schéma fonctionnel expliquant
d’une manière générale le fonctionnement de l’application à mettre en place dans un modèle
de simulation, ensuite nous avons présenté quelques captures d’écran illustrant davantage les
travaux de simulation effectués.
96

Conclusion générale

Le présent travail intitulé « Analyse de la qualité des services d’un réseau GSM en mobilité :
cas de l’opérateur de télécommunication Orange Bukavu » a porté sur l’identification des
indicateurs de la qualité des services et les critères de satisfaction des abonnés au réseau de
l’opérateur de télécommunication Orange Bukavu. L’objectif poursuivi au cours de cette
recherche a été d’analyser les critères de satisfaction du client et proposer des solutions pour
une amélioration de la qualité des services. Pour ce faire, la présente étude s’est articulée
autour de quatre chapitres.

Le chapitre premier a présenté le cadre d’étude du présent travail en mettant un accent sur la
l’analyse critique du système existant pour assurer le suivi de la clientèle et la spécification
des besoins justifiant ainsi l’importance de notre étude.

Le deuxième chapitre quant à lui, concerne la généralité sur les réseaux mobiles. Ce chapitre
s’est avéré être une revue de la littérature portant sur l’ensemble des concepts techniques
utilisés au cours de cette étude, plusieurs points ses rapportant aux réseaux mobiles y ont été
élucidés entre autres ; les réseaux cellulaires, le mécanisme de propagation, l’architecture du
réseau GSM...

Le troisième chapitre constituant la première phase de la partie pratique de cette étude, a porté
sur l’analyse de la Qualité des services du réseau de l’opérateur Orange Bukavu. La démarche
poursuivie au cours de cette partie a emboité les pas de la branche d’optimisation du réseau
Orange qui se charge des analyses, des tests, de la supervision et la proposition des solutions
préventives et curatives pour lever toute sorte de dysfonctionnement pouvant survenir sur les
installations réseaux. Cette partie présente en premier lieu les facteurs environnementaux qui
caractérisent le cas d’étude, en second lieu elle présente une étude sur les indicateurs de la
qualité de service (Kpi) et en dernier lieu les valeurs réelles des indicateurs de la Qos
prélevées sur l’interface Air lors des tests réseaux effectués.

Le quatrième chapitre constituant la deuxième partie pratique et la dernière partie de ce travail


s’est articulé sur la mise en place de la nouvelle fonctionnalité permettant aux abonnés
d’évaluer la qualité des services de leur opérateur. Cette partie présente en premier lieu
l’intérêt de la nouvelle fonctionnalité à mettre en place, l’estimation prévisionnelle du coût de
celle-ci et une modélisation visant à déterminer les différentes entités susceptibles d’intervenir
lors de la réalisation. En second lieu, ce chapitre présente l’environnement du développement
97

de l’outil à mettre en place et la présentation en figure capturée sur l’écran de l’interface


utilisateur dudit outil. Cette partie met en valeur la concrétisation de la fonctionnalité visant à
permettre à un quelconque abonné de faire parvenir son avis à son opérateur qui à son tour à
partir des vues graphiques a la possibilité de confronter l’avis de l’abonné aux mesures réelles
de la qualité des services issues de la zone de plainte et poser sans délai une action pour
satisfaire sa clientèle.

Tenant compte des résultats obtenus, il nous sied de confirmer que les objectifs poursuivis ont
été atteints ; néanmoins comme présenté dans la section 4.4, il est remarquable que notre
travail présente certaines limites qui ont été occasionnées par le secteur d’activité de la
maison Orange Bukavu, où la discrétion est un facteur prépondérant. Par conséquent notre
étude souffre du manque de certaines données actualisées concernant les abonnés de la
maison Orange Bukavu.

Le secteur de télécommunication évolue à une vitesse de croisière, ceci est observable à partir
des technologies actualisées du jour au lendemain, aujourd’hui Orange RDC navigue dans la
quatrième génération du système cellulaire, cette situation nous pousse à proposer le présent
travail comme outil de recherche susceptible d’être amandé, corrigé et amélioré dans le but de
contribuer à l’évolution de la recherche dans le domaine de réseau et télécommunication.
98

Bibliographie

[1] F. Evennou, Techniques et technologies de localisation avancées pour terminaux mobiles


dans les environnements indoor, Traitement du signal et de l'image, Université Joseph-
Fourier, - Grenoble I, 2007.

[2] D. PHILIPPE, FACTEURS EXPLICATIFS DE LA FIDELITE DES ABONNES,


Yaoundé: Université de Yaoundé 1, 2013.

[3] H. mehdi, Contribution au développement d’un outil d'automatisation de l'analyse des


mesures drive test GSM, Université virtuelle de Tunis, 2010-2011.

[4] I. M’HAMDI, Développement d’un outil de supervision de la Qos des réseaux 2G/3G
sous android, SFM Technologies, 2012.

[5] H. BAMBY, Etude de la qualité de service dans les réseaux mobiles GSM, Institut
Supérieur d'Informatique, 2012.

[6] Orange, Document de référence 2017, rapport financier, Orange, 2017.

[7] G. M. SIMBA, Télécommunication et développement économique dans la ville de


Lubumbashi "cas d'Orange", Lubumbashi: Université de Lubumbashi, 2015.

[8] G. Pujolle, Les réseaux, Eyrolles, 2006.

[9] E. A. LEMAMOU, Planification globale des réseaux mobiles de la qutrième génération


(4G), Ecole polytechnique de Montréal, 2014.

[10] T. BEJAOUI, Gestion des ressources et Qualité de service dans les réseaux mobiles
multimédias, Paris-Sud XI, 2005.

[11] J. P. Muller, Structure et fonctionnement du réseau GSM, Nantes-Atlantique: Audencia


Nantes, Ecole supérieure de commerce, 2000.

[12] EFORT, GSM : Global System for Mobile communications, Architecture, Interfaces et
identités, EFORT, 2008.

[13] M. B. S. R. Melle BOUCHENTOUF Hadjer, étude des performances des réseaux 4G


(LTE), Université Abou Bekr Belkaid, 2013.

[14] M. Germain, Les réseaux de téléphonie mobile, Un libre blanc de Forum ATENA, 2014.

[15] K. K. Chaker MEZIOUD & Mohammed, Planification et réaménagement du réseau


cellulaire : une approche à base d'onthologies spatiales et d'agents, Université Mentouri
de Constantie, Laboratoire MISC, 2014.

[16] M. V. D. Cédric DEMOULIN, Princiipes de base du fontionnement du réseau GSM,


Institut Montefiore, 2004.
99

[17] M. V. DROOGENBROECK, Principes de base du réseau GSM et des transmission


GPRS, Institut Montefiore, 2006.

[18] K. SADIKA, Simulation et Optimisation D'un réseau GSM en utilisant la technologie


OFDM, Université FERHAT ABBS-SETIFUFAS (Algérie), 2010.

[19] L. S. PAUN, Gestion de la mobilité dans le réseau ambiant, Institut national


polytechnique de GRENOBLE, 2005.

[20] T. BCHINI, Gestion de la Mobilité, de la Qualité de service et interconnexion de réseaux


mobiles de nouvelle génération, Université de Toulouse, 2010.

[21] A. Rahil, Gestion du Handover dans les réseaux hétérogènes mobiles et sans fil,
Université de Bourgogne, 2015.

[22] John Wiley & Sons, Ltd, Space/Terrestrial Mobile Networks, internet acces and qos
support, R.E Sherif (university of Bradford, UK), Y.E. Hu (university of Bradford, UK),
G. Losquadro (Alenia Spazio, Italy), P.Conforto (Alenia, Italy), C. Tocci (Alenia Spazio,
Italy), 2004.

[23] Efort, ROAMING 2G, 3G et 4G : Principes, architectures et service, EFORT, 2013.

[24] S. ZNATY, Le réseau sémaphore n°7 : principes, architectures et protocoles, EFORT,


2000.

[25] Raphaël GILLARD, Propagation des ondes électromagnetiques, INSA RENNES, 2005.

[26] A. A. Baha, Ondes radio et leurs applications, Université Ibn Zohr d’Agadir, Faculté
polydisciplinaire de OUARZAZATE, 2017.

[27] P. K. Pierre Brisson, Global System for Mobile communication (GSM), Université de
Montréal , 2017.

[28] L. E. Emmanuel TONYE, Plannification et ingénieurie des réseaux de télecoms séquence


3 : Gestion de l'itinerance, de la sécurité et des appels, UNIVERSITE DE YAOUNDE I,
ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE, 2011.

[29] A. K. D. NOUMBI, Installation et maintenance d'une BTS, Dakar Sénegal: ESMT ,


2008.

[30] R. OLOU, Technique de maintenance du réseau GSM à l'OMC-R, UATM-GASA


formation Bénin - Licence professionnelle en réseaux informatiques et télécoms, 2010.

[31] D. D. F. Nahima, Système de communication, Burundi: Université Polytechnique de


Gitega (UPG), 2012.

[32] P. M. V. DROOGENBROECK, Analyse et conception des systèmes de


télécommunications, Institut mONTEFIORE, Service de télécommunications et
d'Imagerie, Université de Liège, 2008.
100

[33] P. O. CHAKKOR, Les Canaux et Trames du réseau GSM, Université Abdelmalek


Essaadi, Ecole Nationale des sciences Appliquées de tétouan, 2016.

[34] M. R. OMRI, Développement d’un outil d’aide à la planification du réseu coeur GSM,
Université Virtuelle de Tunis, 2011.

[35] B. MUKENGE, Etude de l’exploitation et de la commercialisation des produits ligneux à


Bukavu (Marché T.P/Industriel) en RDC, Bukavu: Institut Supérieur pédagogique de
Bukavu, 2010.

[36] O. M, «La ville de Bukavu,» 2018. [En ligne]. Available: Oscarmugisho.e-monsite.com.


[Accès le Mai 2018].

[37] U.-T. E. S. D. L. N. D. T. D. L'UIT, Définition de termes relatifs à la qualité de service,


UIT-T E.800 SECTEUR DE LA NORMALISATION DES TELECOMMUNICATIONS
DE L'UIT, 2008.

[38] A. (. n. d. r. d. télécommunications, Royaume du maroc: ANRT (agence nationale de


réglementation des télécommunications), 2014.

[39] M. D. N. Akpe, Outil d’analyse cartographique d'aide à l'amélioration de la qualité de


service de l'interface radio GSM. Cas d'orange Cameroun, Ecole nationale supérieure
polytechnique, 2012.

[40] L. HUAWEI TECHNOLOGIES CO., GENEX Probe Wireless Air Interface Testing
software user manual V100R003, HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD, 2006.

[41] HUAWEI TECHNOLOGIES CO.,LTD, GENEX Assistant V300R015C00SPC300,


Release Notes, HUAWEI TECHNOLOGIES CO.,LTD, 2015.

[42] L. HUAWEI TECHNOLOGIES CO., Introduction to GENEX Assistant, HUAWEI


TECHNOLOGIES CO., LTD, 2007.

[43] U. IRD, Populations réfugiées et environnement , Méthodes et outils, Global


Positionning System (GSP), UNHCR, IRD (Institut de recherché pour le
développement), HCR Ouganda, Kenya, 2018.

[44] G. Probe, Zone analysée, Huawei, 2018.

[45] GENEX Assistant, Légendes sur les valeurs des indicateurs, Huawei, 2018.

[46] C. Faure, Détection de précipitations par l'analyse de la qualité du signal du protocole


GSM/UMTS, AUSTRIAN INSTITUTE OF TECHNOLOGY, GROUPE, Institut
National des sciences Appliquées, 2015.

[47] M. K. K. TCHEUMTCHOUA, Développement d’une plateforme de reporting


automatique des mesures radio et des états GSO (GSM/GPRS), de prédiction de
couverture et de c/i, Yaoundé: Ecole nationale supérieurs polytechnique, Youndé , 2009.

[48] G. Assistant, Légendes des indicateurs de la QOS prélevés, HUAWEI, 2018.


101

[49] G. Assistant, Cartes des indicateurs de la QOS, Huawei, 2018.

[50] N. Mitton, Transmissions et protocols, EQUIPE PROJET POPS, Lile-Nord Europe


Informatics, mathematics, 2011.

[51] I. ANDRIYANOVA, Introduction aux communications numériques, Université de


Cergy-Pontoise , 2012.

[52] P. Latu, «Technologie Ethernet,» [En ligne]. Available: https://www.inetdoc.net. [Accès


le Mai 2018].

[53] K. ATOUI, Gestion du spectre de fréquence et implementation des réseaux de


télécommunications : cas d'un réseau Wimax, USTHB, Ingéniorat en recherche
opérationnelle, 2009.

[54] F. G. M. MBAPPI, Implémentation d’un outil de calcul de C/I à partir de parcours de


mesures radio GSM : cas de l'entreprise Orange Cameroun SA, ESMT, licence
Professionnelle en Technologies de l'Information et de la communication, 2010.

[55] TELETOPIX.ORG, «Requirement for interference and carrier to interference Ratio in


GSM,» TELETOPIX.ORG, 2012. [En ligne]. Available:
http://www.teletopix.org/gsm/carrier-to-interference-ratio/. [Accès le Avril 2018].

[56] S. telecommunication, «Co-channel interference (C/I),» Simple telecommunication ,


2018. [En ligne]. Available: http://simcom07.blogspot.com/2011/08/ci-ca.html?m=1.
[Accès le Avril 2018].

[57] ALTHOS, «Introduction to GSM, 2nd ed,» 2009. [En ligne]. Available:
http://www.althos.com/tutorial/GSM-tutoriel-RF-power-control.html. [Accès le Avril
2018].

[58] G. OPTIMIZATION, «GSM Optimization, Power Control,» 2012. [En ligne]. Available:
http://gsm-optimization.blogspot.com/2012/09/power-control-overview.html?m=1.
[Accès le Avril 2018].

[59] r. a. a. f. e. e. Radio-Electronics.com, «GSM Power control and Power,» 2018. [En


ligne]. Available: http://www.radio-
electronics.com/info/cellulartelecomms/gsm_technical/power-control-classes-
amplifier.php. [Accès le Avril 2018].

[60] IBPT, «Taux de blocage et de coupure des,» IBPT, 2018. [En ligne]. Available:
http://www.bipt.be.fr/consommateurs/internet/qualite-de-service/taux-de-blocage-et-de-
coupure-des-appels-des-reseaux-mobiles. [Accès le Avril 2018].

[61] B. DJATO, Amélioration des indicateurs de qualité d'un réseau GSM : cas de Atlantique
Télécom TOGO, Institut Africain d’Administrations et d’Etudes Commerciales, 2013.

[62] S. N. Diana, Application web de gestion des états financiers du système comptable
OHADA, Bukavu: Université Catholique de Bukavu, 2017, p. 51.
102

[63] T. AUBONNET, Estimation des projets informatiques Estimation des charges :


méthodes COCOMO et Points de fonctions, Conservatoire National des Arts et Métiers,
2017.

[64] Polytech, «GESTION DE PROJET,» [En ligne]. Available:


http://users.polytech.unice.fr/~hugues/GL/chapitre3.pdf. [Accès le Dimanche, le 20 mai
2018].

[65] G. Zadrozynski, Méthodes d’Estimation de charge dans le cadre d'un projet xNet,
Mastère Spécialisé HEC – Mines de Paris, MSIT, 2002.

[66] P. Roques, UML2 Modéliser une application web, Eyrolles, 4th ed., 2008.

[67] P. M. BARHAZIGIRWA, Conception et réalisation d’une application Web dynamique


pour la sensibilisation des internautes et la collecte des dons en faveur des indigents. Cas
de l’Action Mains Secourables, Université Catholique de Bukavu, 2016.

[68] R. P, UML 2 par pratique Etude de cas et exercices corrigés, Eyrolles 5th ed, 2006.

[69] SUPINFO_International University, «Xamarin, développement mobile multiplateforme,»


SUPINFO_International University, Ecole d'informatique-IT School, Ecole supérieure
d'informatique Paris, 10 10 2015. [En ligne]. Available:
https://www.supinfo.com/articlees/single/509-xamarin-developpement-mobile-
multiplateforme. [Accès le 29 6 2018].

[70] OPENCLASSROOMS, «Créez votre site web en ASP.NET,» OPENCLASSROOMS, Le


Meur Arthur, [En ligne]. Available: https://openclassrooms.com/courses/2426731-creez-
votre-site-web-en-asp-net/24268-introduction-a-asp-net-avec-c. [Accès le 29 6 2018].

[71] GRALON, «Mood Messenger : l'appli qui révolutionne vos SMS,» GRALON, [En
ligne]. Available: https://m.gralon.net/artiles/amp/photo-et-video/telephonie-et-
portables/mood-messenger-l-appli-qui-revolutionne-vos-sms-10501.html. [Accès le 29 6
2018].

[72] N. D.-. S.JEAN, «Exemple d’utilisation de lanorme 802.21 MIH,» [En ligne]. Available:
https://wapiti.telecom-lille.fr. [Accès le Avril 2018].

[73] GoogleEarth, Carte Bukavu, GOOGLE EARTH, 2018.

[74] Orange, Projet de planification RDC, Orange, 2012.

[75] G. Assistant, Graphiques des valeurs des indicateurs de la Qos Prélevés, HUAWEI,
2018.

[76] P. Geremia, Cyclic Redundancy Check Computation : An implementation Using the


TMS320C54x, TEXAS INSTRUMENTS APPLICATION REPORT SPRA530, 1999.
103

Annexe

CANEVAS D’ENTRETIEN

Ce canevas d’entretien a été conçu en vue de faire la collecte des données auprès de la
société Orange Bukavu

Sujet : analyse de la Qos, d’un réseau GSM en mobilité

- A quelle date ont été mise en place les installations de la société Orange à Bukavu ?

- Par rapport aux autres opérateurs, quelle politique Orange compte mettre en place
pour satisfaire sa clientèle ?

- Quels sont les objectifs poursuivis par la maison Orange pour accroître le nombre de
ses abonnés ?

- Quel est le nombre de points de vente de la société Orange reparti dans les différentes
communes de la ville de Bukavu ?

- Comment s’organisent les différents organes de la société Orange Bukavu pour mettre
en valeur le besoin de sa clientèle ?

- Quelles sont les plaintes habituelles des clients ?

- Faut-il combien des plaintes des clients pour déclencher le processus de résolution du
problème ?

- Quels sont les critères sur lesquels se base la société pour maximiser la satisfaction de
ses abonnés ?

- Comment sont facturés les entretiens par appels entre les abonnés et les agents de la
société ?