Vous êtes sur la page 1sur 2

Les propositions (exercice)

Faites l’analyse logique des phrases ci-dessous, en respectant la méthode suivante :

- Soulignez au crayon à papier tous les verbes conjugués ;


- Séparez les différentes propositions par une barre verticale ;
- Soulignez les Propositions Indépendantes au crayon à papier et notez : P. I. en dessous ;
- Soulignez les Propositions Principales en noir et notez : P. P. en dessous ;
- Soulignez les Propositions Subordonnées Relatives en vert et notez : P. S. R. en dessous ;
- Soulignez les Propositions Subordonnées Conjonctives Complétives en bleu et notez : P. S. Conj. Comp. en
dessous ;
- Soulignez les Propositions Subordonnées Conjonctives Circonstancielles en rouge et notez : P. S. Conj. Circ. en
dessous ;
- Soulignez les Propositions Subordonnées Interrogatives Indirectes en et notez : P. S. I. I. en dessous ;
- Indiquez la fonction de chacune des Propositions Subordonnées ;
- Entourez les conjonctions de coordination, pronoms relatifs, conjonctions de subordination et mots interrogatifs de
la même couleur que les propositions qu’ils introduisent ;
- Reliez les propositions au nom ou au verbe qu’elles complètent.

1) Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. (François Rabelais)

2) Quand on se fait entendre, on parle toujours bien. (Molière)

3) Aide-toi, le ciel t’aidera. (Jean de La Fontaine)

4) Il se croit du talent et de l’esprit : il est riche. (Jean de La Bruyère)

5) Je me demande pourquoi on n’aime et ne désire pas davantage la mort. (Alain-Fournier)

6) C’est un malheur de n’être point aimé ; mais c’est un affront de ne l’être plus. (Montesquieu)

7) On doit exiger que je cherche la vérité, mais non que je la trouve. (Denis Diderot)

8) Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ! (Alphonse de Lamartine)

9) Tout ce qui n’est point prose est vers ; et tout ce qui n’est point vers est prose. (Molière)

10) Appelons la femme un bel animal sans fourrure dont la peau est très recherchée. (Jules Renard)
11) Souviens-toi, homme, que tu es poussière et que tu retourneras poussière. (citation de la Genèse)

12) Marquise, si mon visage a quelques traits un peu vieux, souvenez-vous qu’à mon âge vous ne vaudrez guère

mieux. (Pierre Corneille)

13) Le cri du pauvre monte jusqu’à Dieu mais il n’arrive pas à l’oreille de l’homme. (Félicité Robert de Lamennais)

14) Je ne faisais aucun mouvement afin qu’on ne m’entendît pas d’en bas. (Marcel Proust)

15) Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volonté de fin gourmet. (Georges Courteline)

16) Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu avant de renvoyer les images. (Jean Cocteau)

17) Parce que l’homme éprouve au volant un sentiment de puissance surhumaine qui le grise,

il s’irrite aisément contre tout ce qui s’oppose à son élan. (André Maurois)

18) Dis-moi ce que tu crois être et je te dirai ce que tu n’es pas. (Henri-Frédéric Amiel)

19) Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. (Lavoisier)

20) Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. (Blaise Pascal)

21) L’amour qui naît subitement est le plus long à guérir. (Jean de La Bruyère)

22) A mesure qu’on s’avance dans la vie, on s’aperçoit que le courage le plus rare est celui de penser. (A. France)

23) Si haut que l’on soit placé, on est jamais assis que sur son cul. (Michel de Montaigne)

Vous aimerez peut-être aussi