Vous êtes sur la page 1sur 39

CHAPITRE I:

LES ALCALINS ET LES


ALCALINO-TERREUX

1
INTRODUCTION

En 1869, Dimitri Ivanovitch Mendeleïev


classe l’ensemble des éléments suivant:
leur poids atomiques
leurs propriétés

Il a laissé des cases vides pour


des éléments qu’on devrait découvrir plus tard

2
Tableau périodique actuel

Tableau à double entrée: • horizontale


3
• verticale
Tableau en blocs

Le tableau peut être découpé en quatre blocs:


s, p, d et f
4
Les familles du Tableau

5
Qu’est ce que les alcalins?
Le mot alcalin dérive de alcali de l’arabe « al –
qâly » qui veut dire la soude
Les alcalins Le 1er groupe ou la 1ère
colonne de la classification périodique (dans le
bloc s)
Ils représentent les éléments suivants:
lithium (Li), sodium (Na), potassium (K),
rubidium (Rb), césium (Cs) et le
francium (Fr).
Le francium, découvert par Perey en 1939 est
radioactif. Il a été obtenu par désintégration
6 naturelle de l’actinium.
Qu’est ce que les alcalino-terreux?

Ce nom vient du terme « métaux de terre »


décrivant les métaux qui résistent au feu, les
oxydes de métaux alcalino-terreux demeurant
solides à des températures très élevées.

L’appellation alcalino-terreux est également liée


au fait que la position de ces éléments est
comprise entre celle des alcalins et celle des
terres rares.

7
Les alcalino-terreux: 2ème groupe de la
classification périodique, représentent les
éléments suivants:
béryllium (Be), magnésium (Mg), calcium (Ca),
strontium (Sr), baryum (Ba) et radium (Ra).

Le radium étant radioactif est obtenu par


désintégration naturelle de l’uranium. Il a été
découvert en 1888 et isolé par Pierre et Marie
Curie.

8
I. Configuration électronique

La configuration électronique périphérique des alcalins


et des alcalino-terreux étant respectivement de ns1 et ns2
indique que :
Alcalins (ns1), tous les éléments de la famille des
alcalins possèdent un seul électron sur le dernier niveau
d’énergie.
Alcalino-terreux (ns2), tous les éléments de la
famille des alcalino-terreux possèdent deux électrons sur
le dernier niveau d’énergie.

9
Le tableau 1: configurations électroniques des
éléments de la famille des alcalins.

Remarque : l’hydrogène (1s1) n’appartient pas à la


10
famille des alcalins.
Le tableau 2: Nom, symbole, numéro atomique et
structure électronique des alcalino-terreux.

N.A : Numéro atomique

11
II. Propriétés physiques
Les alcalins et les alcalino-terreux, étant des métaux,
possèdent des propriétés physiques en commun avec
celles des autres métaux. Ils sont :

- de couleur blanc-argenté, d’éclat brillante (sauf le


césium qui est jaune doré)
- solides dans les CNTP mais sous forme de métaux
mous.
- ductiles (qui peut être allongé, étiré sans se rompre) et
malléables
- d’excellents conducteurs d’électricité et de chaleur

12
1. Les alcalins
Les métaux alcalins:
densités plus faibles que celles des métaux
Li, Na et K ont des densités plus faibles que celle
de l’eau
fondent à des températures peu élevées. facile de
les entailler avec un couteau.
Ils montrent alors une surface brillante que
l’oxydation fait ternir.

13
Li K Cs

Na Rb

Figure 1: Images de métaux alcalins

14
2. Les alcalino-terreux

Les métaux alcalino-terreux sont:

moins légers comparés aux métaux alcalins,


leurs températures de fusion sont plus élevées que
celles des alcalins.
Cette différence avec les alcalins découle de la
présence de deux électrons de valence dans
chaque atome,
ce qui entraîne une liaison métallique plus forte
que celles qu’on trouve dans les alcalins

15
Ces éléments sont caractérisés
par une couleur argentée

16
3. Quelques propriétés physiques des
alcalins et des alcalino-terreux

17
Le tableau 3: Propriétés physiques des métaux alcalins

Mat : masse atomique Rat : rayon atomique Ri (M+) : rayon


ionique de l’ ion M+ Pauling : électronégativité de Pauling
E1èreI : énergie de première ionisation (M M+ + e -)
E182èmeI : énergie de deuxième ionisation (M+ M+2 + 2e-)
Tableau 4: Propriétés physiques des alcalino-
terreux

19
a. Ceux qui augmentent lorsqu’on descend dans le
groupe
Alcalins Alcalino-terreux
2,5 2,5
2 2
Rayons (Å)

1,5 1,5
1 Rat 1
0,5 Ri (M+) 0,5
0 0
2 3 4 5 6 2 3 4 5 6
Niveau d'Energie (n) Niveau d’Energie (n)

Perte des électrons des couches périphériques


Les autres électrons sont plus attirés vers le noyau
20
Masse volumique
6

4
(g/cm3)
3
Alcalins
2
Alcalino-terreux
1

0
2 3 4 5 6 7
Niveau d'Energie (n)

L’augmentation de la masse volumique indique ces


éléments deviennent de plus en denses lorsqu’on
descend dans le groupe.
21
b. Ceux qui diminuent lorsqu’on descend dans le
groupe
Electronégativité
1,8
1,6
1,4
1,2
de Pauling

1
0,8 Alcalino-terreux
0,6
Alcalins
0,4
0,2
0
2 3 4 5 6
Niveau d'Energie (n)

22
Alcalins Alcalino-terreux
300 1600 1400 3000

250 1400 1200 2500


1200 1000
200 2000
1000
800

(°C)

(°C)
(°C)

(°C)
150 800 1500
600
100 600 1000
400 T°fusion (°C) 400
50 200 500
200 T°ébullition (°C)
0 0 0 0
2 4 6 8 2 4 6 8
Niveau d'Energie (n) Niveau d'Energie (n)

23
Alcalins Alcalino-terreux
6 80 10 20
70 9 18
5
8 16
60
4 7 14
50
6 12
(eV)

(eV)
3 40

(eV)

(eV)
5 10
30 E1ère I 4 8
2
20 E2ème I 3 6
1 2 4
10
1 2
0 0
0 0
2 3 4 5 6 7 8
2 3 4 5 6 7 8
Niveau d'Energie (n) Niveau d'Energie (n)

EI1 << EI2 (alcalins) EI1 < EI2 (alcalin-terreux)

L’électron de leur couche externe est facile à arracher

l’électron suivant est beaucoup plus difficile à extraire parce


qu’il fait partie d’un niveau complètement rempli et qu’il se
trouve plus près du noyau
24
C’est l’effet distance. L’électron externe se trouve,
d’élément en élément, à une plus grande distance du
noyau et devient donc plus facile à arracher car de plus
en plus libre.

25
c. Potentiel d’oxydo-reduction

Le potentiel d’oxydoréduction ou potentiel redox


est défini comme une grandeur thermodynamique
qui mesure le pouvoir oxydant ou réducteur d’un
système redox. Plus le système est oxydant, c'est-
à-dire plus il est apte à se réduire en captant des
électrons et plus le potentiel redox est élevé. Plus
il est réducteur et a tendance à céder des
électrons et plus son potentiel redox est bas.

26
c. Potentiel d’oxydo-reduction

Pour les alcalins, le potentiel augmente du lithium (-3,030


V) au sodium (-2,713 V)
et diminue jusqu’au potassium (-2,925 V) avant de
devenir presque constant.
Le potentiel du lithium est inférieur aux potentiels des
autres éléments. C’est donc le lithium qui est le plus
réducteur des alcalins.
Le sodium possède le potentiel d’oxydoréduction le plus
élevé.

27
c. Potentiel d’oxydo-reduction

Pour les alcalino-terreux, le potentiel diminue du béryllium


au baryum (lorsqu’on descend dans le groupe)
Le baryum est le plus réducteur des alcalino-terreux.
Les métaux alcalino-terreux sont de puissants réducteurs.
Leurs potentiels d’électrode se situent entre -2,91V et -
1,85 V, ce qui indique une forte tendance à former des
cations en solution.

28
III. Propriétés chimiques
1. Les alcalins

Les métaux alcalins ont un seul électron dans leur


couche externe
Ils perdent facilement cet électron pour former un
cation monovalent (M+)
et réagissent violemment.
Leur réactivité augmente à mesure qu’on descend
dans le groupe du lithium au césium.

29
1. Les alcalins
A cause de leur grande réactivité, ils doivent être
conservés à l’abri de l’air dans du pétrole,

sinon ils se recouvrent très rapidement d’une croûte


d’hydroxyde et de carbonate, en absorbant la vapeur
d’eau et le gaz carbonique de l’air.

30 Li Fr
1. Les alcalins
Ils ne peuvent être entreposés dans l’eau puisqu’ils
réagissent avec elle pour produire de l’hydrogène et
des hydroxydes alcalins :
2M(s) + 2H2O(l) 2M+(aq) + 2OH-(aq) + H2(g)
La réactivité avec l’eau croît de haut en bas du
groupe.
Li réagit progressivement avec l’eau, causant une effervescence.

Le sodium réagit plus violemment et se met à brûler avec une flamme orange.

Le potassium s’enflamme au contact de l’eau et brûle avec une flamme lilas (mauve
rosée).

Le césium coule dans l’eau et la production rapide d’hydrogène gazeux sous l’eau
31
provoque une onde de choc qui peut faire éclater un contenant en verre.
1. Les alcalins

Le Lithium réagit progressivement avec l’eau,


causant une effervescence.
Le sodium réagit plus violemment et se met à
brûler avec une flamme orange.
Le potassium s’enflamme au contact de l’eau
et brûle avec une flamme lilas (mauve rosée).
Le césium coule dans l’eau et la production
rapide d’hydrogène gazeux sous l’eau provoque
une onde de choc qui peut faire éclater un
contenant en verre.
32
2. Les alcalino-terreux

A quelques exceptions près la réactivité des


éléments du groupe 2 augmente à mesure
qu’on descend dans le groupe du béryllium au
baryum.
Les métaux alcalino-terreux ne sont pas aussi
réactifs que les alcalins du groupe 1

ils doivent être conservés à l’abri de l’air dans du


pétrole, sinon ils se recouvrent très rapidement
d’une croûte d’hydroxyde et de carbonate

33
2. Les alcalino-terreux
Tous ces métaux sauf le béryllium, réduisent l’eau et
diluent les acides en hydrogène.

Ex de Mg:

Ou bien en présence de l’eau on a:


M + 2H2O M2+ + 2OH- + H2

Le magnésium réagit lentement avec l’eau, à moins


que celle-ci soit bouillante

34
IV Quelques composés chimiques des alcalins
et alcalino-terreux
1. Les Hydrures
Les hydrures sont des composés binaires de
l’hydrogène dans lesquels ce dernier est uni à un
élément moins électronégatif que lui.
Avec H2, les alcalins ou alcalino-terreux
conduisent aux hydrures (MH ou MH2) selon la
réaction suivante :
2M(s) + H2 (g) 2MH (s) (alcalins)
M(s) + H2 (g) MH2 (s) (alcalino-terreux)

35
2. Les oxydes
Avec O2, les alcalins ou alcalino-terreux
conduisent aux oxydes normaux (M2O ou MO)
selon la réaction suivante :

2M(s) + 1/2O2 (g) M2O(s) (alcalins)


2M(s) + O2 (g) 2MO(s) (alcalino-terreux)

Caractéristiques de ces oxydes normaux:


l’oxygène est toujours de degré d’oxydation –II
et ne fait intervenir que des liaisons de type M-O.

36
2. Les oxydes
Ces oxydes sont très basiques et libèrent des ions
hydroxydes par action de l’eau :
M2O + H2O 2M+ + 2OH- ou 2MOH (alcalins)
MO + H2O M2+ + 2OH ou (M(OH)2) (alcalino-terreux)

Dans les groupes des alcalins et des alcalino-


terreux, le caractère basique des oxydes croît du
haut vers le bas. Le caractère ionique augmente
avec le caractère basique.

37
3 Les hydroxydes alcalins
Ils sont obtenus par réaction entre l’eau et les
métaux :
2M(s) + 2H2O(l) 2MOH(aq) + H2(g) (alcalins)

M(s) + 2H2O(l) M(OH)2(aq) + H2(g) (alcalino-terreux)

Ces hydroxydes sont des solides cristallins


ioniques de couleur blanche et solubles dans
l’eau. Ces solutions aqueuses sont très alcalines
et doivent donc être manipulées avec prudence.
Ce sont des bases fortes.
38
4 Les halogénures alcalins
Les alcalins et alcalino-terreux réagissent
facilement avec les halogènes moléculaires (X2)
pour former des halogénures (MX ou MX2):
2M(s) + X2(g,l,s) 2MX(s) (alcalins)
M(s) + X2(g,l,s) MX2(S) (alcalino-terreux)

Les halogénures de métaux alcalins sont des


solides cristallins blancs (sels simples). Il se
dissolvent dans l’eau produisant des ions
39