Vous êtes sur la page 1sur 25

Université Ibn Zohr

Faculté Polydisciplinaire- Taroudant

Polycopié : Cours ''Excel Avancé et Access''


M25 : Informatique de Gestion
Filière Professionnelle : Economie et Gestion
Semestre 4

Pr Jilali ANTARI et Pr Youssef ES-SAADY

Année Universitaire 2015/2016


Sommaire
Barre de Formule ........................................................................................................................ 3
Créer un calcul simple ................................................................................................................ 3
Structure d’une formule ............................................................................................................. 3
La Fonction Logique "Si" .......................................................................................................... 6
Les fonctions statistiques ........................................................................................................... 9
Les fonctions de Recherche...................................................................................................... 10
Fonctions financières et d’amortissement ................................................................................ 16
Solveur ..................................................................................................................................... 19
Microsoft ACCESS: Gestion de base de données .................................................................... 22

EE4 2 2015/2016
Barre de Formule
La barre de formule affiche la référence et le contenu de la cellule active. La référence d’une cellule
identifie son emplacement dans la feuille de calcul et se compose d’une lettre de colonne, suivie
d’un numéro de ligne, tel A1. La barre de formule permet également d’entrer ou de modifier une
formule par sa commande Insérer une fonction

1. Zone de nom ou case de référence : affiche le nom de la cellule active ou d’un objet sélectionné
où le curseur est positionné dans le chiffrier.
2. Liste déroulante : affiche le nom des zones définies.
3. Insérer une fonction: permet d'accéder aux fonctions spécialisées.
4. Case de référence: indique la fonction choisie.
5. Case annulation : annule une entrée.
6. Case entrée : confirme une entrée.
7. Zone d’édition : permet d’écrire du texte, des nombres ou d’entrer une formule.
Créer un calcul simple
Pour créer une formule il suffit de :
Sélectionner la cellule cible où l’on souhaite effectuer le calcul
Débuter la saisie par un signe =
Pointer sur le premier opérande qui peut être une valeur numérique, une référence de cellule
ou un nom de champ définis
Tapez un opérateur (+, -, *, /, %, ^)
Pointer sur le second opérande
Validez par la touche Entrée.

Structure d’une formule


La structure d’une fonction commence toujours par le signe « = » suivi du nom de la fonction, puis
on ouvre une parenthèse (NB. : si vous taper le nom correctement une info bulle d’arguments
apparaît). Les arguments sont séparer par des points virgules « ; » et la formule doit se terminer par
une parenthèse.
Exemple :

EE4 3 2015/2016
On peut également insérer une formule à partir du menu Formules --> bouton « Insérer une
fonction » de la barre de formule ou Maj+ F3. On obtient la boîte de dialogue suivante ; on choisit
la fonction puis OK.

EE4 4 2015/2016
La fonction somme
Syntaxe : = SOMME(Début de la sélection : Fin de la sélection)
= SOMME(nbre1 ; nbre2 ;…)
Exemple

La fonction moyenne
La fonction MOYENNE permet de calculer la moyenne de plusieurs cellules.
Syntaxe : = MOYENNE (nombre1 ; nombre2…)
= MOYENNE (Début de la sélection : Fin de la sélection)

La Fonction Entier
Pour obtenir l’entier d’un nombre on utilise la fonction entier de Excel.
Syntaxe : =ent(nbre)
=ent(4,5) → 4
La Fonction Arrondi
Syntaxe : =ARRONDI(nombre ;no-chiffres)
=ARRONDI(5,4567;2) → 5,46

EE4 5 2015/2016
La fonction MAX et la fonction MIN

La Fonction Logique "Si"


La fonction SI permet d'exécuter une opération si la condition est remplie et une autre si cette
condition n'est pas remplie.
Syntaxe : = SI(Test_logique; Valeur_si_vrai ; Valeur_si_faux)
= SI(Condition;opération à effectuer si VRAI; Opération à effectuer si FAUX)
Les opérateurs logiques simples possibles sont
Supérieur >
Supérieur ou égal >=
Inférieur <
Inférieur ou égale <=
Egal =
différent <>
Exemple :
=SI(A16<>A17;A16+A17;A16*3) ça veut dire :si le contenu de A16 est différent de celui d'A17,
additionner les 2 nombres, sinon, multiplier le contenu par 3

Calcul de la remise
Une grande surface affiche à ses clients l’annonce suivante :
«Si le montant d’achat est supérieur à 100,00dh, la remise est de 3% sinon pas de remise».
Calculez la remise pour chaque client.

EE4 6 2015/2016
Exemple :
On dispose d’une liste d’étudiant de la FPT et on désire vérifier s’ils appartiennent à la filière
Sc.Ing.

Autre méthode :

Fonction SI imbriquée
Syntaxe : =SI(test_logique1;valeur_si_vrai; Si(test_logique2;valeur_si_vrai;valeur_si_faux))

Exemple :
1. Calculer la moyenne des notes pour chaque étudiant.
2. Dans la colonne "Mention", Créer une formule qui affiche le mention sachant que :
• Mention = "Ajourné" Si Moy < 5
• Mention ="Rattrapage" Si 5  Moy < 10
• Mention ="Passable" Si 10  Moy < 12
• Mention ="Assez Bien" Si 12  Moy< 14

EE4 7 2015/2016
• Mention ="Bien" Si 14  Moy < 16
• Mention ="Très Bien" Si 16  Moy < 18

E2 =(B2+C2+D2)/3
F2=SI(E2<5;"Ajourné";SI(E2<10;"Rattrapage";SI(E2<12;"Passable";SI(E2<14;"A.B
ien";SI( E2<16 ; "Bien";"T. Bien")))))

Calcul de la remise
« Si le montant d’achat est supérieur à 100,00dh, vous avez une remise de 3%. Si le montant est
supérieur à 70,00dh vous avez une remise de 2% sinon pas de remise ».
Calculez la remise pour chaque client.

Fonctions logiques :
− Fonction ET & OU
Syntaxe : = ET(valeur_logique1; valeur_logique2; valeur_logique3;….)
= OU(valeur_logique1; valeur_logique2; valeur_logique3 ;….)
La fonction ET renvoie vrai si tous les arguments sont vrais et elle renvoie faux si un seul
argument ou plusieurs sont faux.
La fonction OU renvoie vrai si un seul argument ou plusieurs sont vrais.
Elle renvoie faux si tous les arguments sont faux.

Exemple :
Une société désire recruter un ingénieur qui répond aux critères suivants :
Age <= 35
Diplôme : ingénieur industriel (ing_ind)
Langue : Français
Expérience >= 3 ans

EE4 8 2015/2016
Pour cela, elle a réalisé la feuille de calcul.

Les fonctions statistiques


− La fonction NB
La fonction NB compte le nombre de cellules contenant des valeurs numériques. Les cellules
contenant des textes sont ignorées.
Syntaxe : = NB(Valeur1; Valeur2; …)
Exemple : Calculer le nombre de participants à l’examen

− La fonction NBVal
La fonction NBVAL compte le nombre de cellules contenant une valeur que ce soit du texte ou
numérique (elle compte le nombre de cellules qui ne sont pas vides).
Syntaxe : = NBVAL(Valeur1; Valeur2 ;…)
Exemple : Calculer le nombre d’étudiants

− La fonction NB.VIDE

EE4 9 2015/2016
La fonction NB.VIDE compte le nombre de cellules vides à l’intérieur d’une plage de cellules.
Syntaxe : = NB.VIDE(plage)

− La fonction NB.SI
La fonction NB.SI compte le nombre de cellules non vides répondant à un critère.
Syntaxe : = NB.SI(plage; critère)
Exemple : Compter le nombre d’étudiants ayant une moyenne >= 12.

Les fonctions de Recherche


− La fonction RECHERCHEV
La fonction RECHERCHEV permet de localiser une donnée contenue dans une plage de cellule
(matrice ou table) afin de l’utiliser dans différents calculs. Elle recherche la valeur spécifiée dans
la première colonne de la matrice, puis renvoie une valeur dans la même ligne à partir d’une
colonne spécifiée.
Syntaxe : = RECHERCHEV(Valeur_cherchée ;Matrice ;No_index_col ; Valeur_proche)
Valeur_cherchée est la valeur à trouver dans la première colonne de la matrice
Matrice est une plage de données dans laquelle est exécutée la recherche de la valeur
No_index_col est le numéro de la colonne de la matrice dont la valeur correspondante est
renvoyée.
Valeur_proche est la valeur logique spécifiant si vous voulez que la fonction cherche une
correspondance exacte ou approximative :
• Si la valeur est VRAI ou omise, une correspondance approximative est renvoyée. En d'autres mots,
si aucune correspondance n'est trouvée, la valeur la plus importante suivante inférieure à la valeur de
l'argument valeur_cherchée est renvoyée.
• Si la valeur est FAUX, la fonction cherche une correspondance exacte. Si aucune valeur n'est
trouvée, la valeur d'erreur #N/A est renvoyée.

Exemple :

EE4 10 2015/2016
Calculer le taux de la remise en fonction du code de chaque article, pour cela vous disposer de deux
tableaux l’un pour les remises et l’autre pour les résultats

1- Nommer la plage de cellule A9:B14 par Remise


Cette plage (table) représente la matrice.
2- Cliquez sur la cellule D4. C’est celle qui va contenir le taux de la remise en fonction du code de
l’article. Cliquez sur le bouton Insérer une fonction.
3- Sélectionnez la catégorie Recherche & Matrices puis, sélectionnez la fonction RECHERCHEV,
cliquez ensuite sur OK.

4- Dans la zone de saisie Valeur_cherchée, sélectionnez la cellule A4.


5- Dans la zone de saisie Table_matrice, insérer le nom de la matrice, c’est Remise.
6- Spécifier le numéro de colonne dans lequel se trouve la valeur à lire.
Il s’agit du taux de la remise qui se trouve dans la colonne 2 de la matrice. Tapez donc le chiffre 2
dans la zone de saisie No_index_col.
7- La zone de saisie valeur_proche reste vide. Cliquez sur OK.
8- Copiez la formule vers le bas.
La cellule D4 doit donc contenir la formule suivante =RECHERCHEV(A4; Remise; 2).

EE4 11 2015/2016
− La fonction RECHERCHEH
La fonction RECHERCHEH cherche une valeur dans la première ligne d’une matrice (table ou
plage de cellules) et renvoie la valeur de la même colonne à partir d’une ligne spécifiée. Cette
fonction fonctionne exactement comme la précédente.
Syntaxe : = RECHERCHEH(Valeur_cherchée; table_matrice; no_index_ligne; Valeur_proche)
Exemple : Prenons le même exemple sauf que le tableau des remises est structuré en ligne.

− La fonction RECHERCHE
La fonction RECHERCHE permet d’effectuer des recherches dans tous les sens.
Syntaxe : = RECHERCHE (valeur_cherchée; Vecteur_recherche; Vecteur_résultat)
Valeur_cherchée : C’est la valeur cherchée.
Vecteur_recherche : C’est la plage de cellules dans laquelle on cherche la valeur.
Vecteur_résultat : C’est la plage de cellules dans laquelle on recherche l’information.

Remarque :
Le vecteur de recherche doit obligatoirement être trié par ordre alphabétique, sinon la fonction ne
retourne pas la bonne valeur.
Il faut éviter d’inclure les titres des colonnes lors de la sélection des plages de cellules servant de
vecteur.
Exemple : On cherche le prix unitaire d’un article dont la référence est saisie dans la cellule C7.

EE4 12 2015/2016
Valeur_cherchée : c’est la cellule C7.
Vecteur_recherche : c’est la plage de cellules A2:A5.
Vecteur_résultat : correspond à la plage de cellules C2:C5.
La cellule C9 doit donc contenir la formule suivante: = RECHERCHE(C7;A2:A5;C2:C5)

− La fonction INDEX
La fonction INDEX permet la recherche d’une valeur dans un tableau (matrice) en fonction de ses
coordonnées.
Syntaxe : INDEX(Matrice; no_ligne; no_col)
Matrice : la plage de cellules dans laquelle la fonction effectuera la recherche.
no_ligne : la ligne de la matrice dont une valeur doit être renvoyée.
no_col : la colonne de la matrice dont une valeur doit être renvoyée.

Exemple : Rechercher le prix unitaire d’un produit à l’aide de ses coordonnées

EE4 13 2015/2016
La cellule G4 contient la formule = INDEX(A2:C5; G2; G3).
A2:C5 : plage de cellules dans laquelle la fonction effectuera la recherche.
G2 : n° de la ligne contenant les valeurs à afficher.
G3 : n° de la colonne contenant les valeurs à afficher (ici prix unitaire).
Références relatives, absolues et mixtes
− Références relatives
Lorsque vous créez une formule les références de cellules ou de plages de cellules sont
généralement basées sur leur position par rapport à la cellule qui contient la formule.
Exemple : Calcul du prix TTC

− Références absolues
La référence absolue désigne une adresse fixe quelle que soit la cellule contenant la formule. Vous
pouvez créer une référence absolue en appuyant sur la touche F4 du clavier. Des caractères
$ s’insèrent devant la lettre de colonne et le numéro de ligne de l’adresse de cellule.
Exemple : Calcul TVA

EE4 14 2015/2016
Dans la cellule C4 tapez la formule = B4*B1 puis appuyez sur la touche F4 pour créer une
référence absolue à la cellule B1. La formule devient = B4*$B$1. Validez la formule et copiez-la
vers le bas.
− Références mixtes
Une référence mixte est une référence qui n’est fixée que sur une partie de la référence : soit la ligne,
soit la colonne.
Une référence relative à la cellule A1 peut ressembler à la formule=A1, tandis qu'une référence
absolue à la cellule A1 est représentée par =$A$1.
La combinaison des références permet de générer des références mixtes comme =A$1 (la
coordonnée de la colonne est relative et celle de la ligne est absolue car le signe dollar ne précède
que la ligne) ou =$A1 (la coordonnée de la colonne est absolue et celle de la ligne est relative).
Voici les différentes possibilités:
D5 = référence relative
$D$5 = Référence absolue (Constante)
D$5 = Référence mixte (ligne constante)
$D5 = Référence mixte (colonne constante)
Exemple: Calcul des notes

Utiliser un nom de cellule dans un calcul


Vous pouvez créer des catégories représentatives dans vos feuilles de calcul en nommant des plages
de cellules. Nommer une plage consiste à attribuer un nom à une cellule ou un groupe de cellules
afin d'en faciliter le suivi et de créer des formules plus claires.
Par exemple, au lieu d'utiliser "A1:B2" pour décrire une plage de cellules, vous pouvez nommer la
plage "budget_total", de sorte que les formules du type =SUM(A1:B2, D4:E6) soient plus simples
et plus intuitives en s'affichant sous la forme=SUM(budget_total, trimestre2).
Exemple

EE4 15 2015/2016
La cellule B1 a été nommée par TVA

Fonctions financières et d’amortissement


− Fonctions financières
Fonction VC

La fonction VC calcul la valeur future d’un placement fondé sur des remboursements périodiques
et constants, et un taux d’intérêt constant.
Syntaxe : VC(taux; npm; vpm; va; type)
taux : le taux d'intérêt par période.
npm : le nombre total de périodes de remboursement au cours de l'opération.
vpm : le montant du remboursement pour chaque période. Ce montant est fixe pendant toute la
durée de l'opération.
va (la valeur actuelle) : c’est le montant du capital que vous placez ou du prêt que vous
contractez.
type (Échéancier d’un paiement) : indique si le paiement a lieu au début (type=1) ou en fin
(type=0) de période. Si type est omis, la valeur par défaut est 0.

Exemple : Calcul de la valeur future d’un placement.


Vous placez 40 000,00 dh pour 5 ans. Le taux d’intérêt est de 5%. Calculez la valeur future de ce
placement.

EE4 16 2015/2016
La cellule D4 contient la formule = VC(C4; B4; ;A4).
C4 : Le taux d’intérêt.
B4 : Le nombre total de période.
A4 : La valeur actuelle.

Fonction VPM
La fonction VPM Calcule le montant des paiements périodiques d’un emprunt (ou d’un
investissement) à remboursement et taux d’intérêt constants.
Syntaxe : VPM(taux; npm ; va; vc; type)
Exemple :
Calculez la valeur du remboursement mensuel d'un emprunt de 10 000,00dh dont le taux d'intérêt
annuel est de 8%. Le nombre de mois de remboursement est 10. Les paiements doivent être
effectués au début du mois.

EE4 17 2015/2016
Calcul de la valeur du remboursement mensuel d'un emprunt
La cellule B6 contient la formule =VPM(B3/12; B4; B5; ; 1).

Fonction INTPER
La fonction INTPER calcule le montant des intérêts d’un investissement (ou d’un emprunt) pour
une période donnée, fondée sur des paiements périodiques et constants, et un taux d’intérêt
constant.
Syntaxe : INTPER(taux; pér; npm; va; vc; type)
Pér : la période pour laquelle vous souhaitez calculer les intérêts. La valeur spécifiée doit
être comprise entre 1 et npm.
Exemple :
Calculez l’intérêt à payer durant le premier mois pour un emprunt de 10 000,00 dh. On suppose que
vous remboursiez ce montant sur une période de 5 ans à un taux d’intérêt annuel de 9%.

− Fonctions d’amortissement
Fonction AMORLIN
La fonction AMORLIN calcule l'amortissement linéaire d'un bien pour une période donnée.
Syntaxe : AMORLIN(Coût; Valeur_rés; Durée)
Coût : le coût initial du bien.
Valeur_rés : valeur résiduelle du bien (représente la valeur du bien au terme de
l'amortissement).
Durée : le nombre de périodes pendant lesquelles le bien est amorti (aussi appelée durée de
vie utile du bien).
Exemple : Calculez l’amortissement annuel d’un bien dont le coût est 50 000,00dh. La durée de vie
utile de ce bien est 10 ans et sa valeur résiduelle est 8 000,00dh.

EE4 18 2015/2016
Fonction DB
La fonction DB renvoie l'amortissement d'un bien pour une période spécifiée en utilisant la méthode
de l'amortissement dégressif à taux fixe.
Dans le cas de l’amortissement dégressif, le montant d’amortissement varie suivant la période
d'amortissement.
Syntaxe : DB(Coût; Valeur_rés; Durée; Période; Mois)
Période : la période pour laquelle vous voulez calculer l’amortissement.
La période doit être exprimée dans la même unité que la durée.
Mois : le nombre de mois de la première année. Si l'argument mois est omis, sa valeur par
défaut est 12.
Exemple : Calculez l’amortissement de chaque année d’un bien dont le coût est 50 000,00dh. La
durée de vie utile de ce bien est 3 ans et sa valeur résiduelle est de 10 000,00dh.

Calcul de l'amortissement dégressif d'un bien pour chaque année


Solveur
Introduction
La technique de recherche d'une valeur cible est puissante. Cependant, elle est limitée à la recherche
d'une valeur unique en fonction de la valeur d'une cellule unique. Le Solveur permet de résoudre
des problèmes plus ou moins complexes en obéissant à des contraintes définies par l'utilisateur. Il
peut vous aider à déterminer comment utiliser au mieux des ressources limitées pour maximiser les
objectifs souhaités (telle la réalisation de bénéfice) et minimiser une perte donnée (tel un coût de
production). En résumé, il permet de trouver le minimum, le maximum ou la valeur au plus près
d'une donnée tout en respectant les contraintes qu'on lui soumet.
Remarque :
Le solveur, dans Excel 2007, est une macro complémentaire qui n'est pas installée par défaut.
Pour l'installer :
Bouton Office→ Options Excel
Compléments
Vérifie que dans la liste déroulante Gérer (en bas), compléments Excel → Atteindre.
Dans la liste des macros complémentaires → complément Solver.

EE4 19 2015/2016
Données → Solveur

Illustration du concept du solveur


Exemple :
Une usine produit 7500 unités d’un produit X. Ce produit est vendu à 100,00dh l’unité. Les frais de
fabrication sont estimés à 55 % du montant total de vente, ce qui donne un bénéfice de 337500,00dh.
Suite à une concurrence de plus en plus rude, l’usine décide de baisser le prix du produit X tout en
gardant le bénéfice supérieur à 300 000,00dh.
Sachant que la capacité maximale de production de l’usine est 9000 unités du produit X.
Proposer une solution à ce problème en utilisant le solveur d’Excel.
Solution :
Posons tout d’abord le problème direct.

Voila les étapes à suivre pour résoudre ce problème en utilisant le solveur :


• Cliquez sur Outils puis Solveur. Excel affiche une boîte de dialogue pour introduire les
paramètres du solveur.

Paramètres du solveur (fenêtre vide)


• Dans la zone Cellule cible à définir, sélectionnez la cellule B5
• Dans la zone Égale à précisez la valeur que la cellule cible doit atteindre. Max pour qu'elle soit
la plus élevée possible, Min pour qu'elle soit la plus petite possible et Valeur pour qu'elle
corresponde à une valeur indiquée. Dans ce cas cochez le bouton Min puisque nous cherchons
une valeur minimale du bénéfice.
• Dans la zone Cellules variables, sélectionnez les cellules qui pourront être modifiées par le
solveur jusqu'à ce que les contraintes du problème soient respectées et que la cellule cible
affiche le résultat cherché. Dans le cas de notre problème, ce sont les cellules B1 et B2.
• Pour ajouter des contraintes, cliquez sur le bouton Ajouter.
• Dans la nouvelle fenêtre qui apparaît, indiquez la première cellule ayant une contrainte puis
indiquer la contrainte. Ici cliquez sur la zone cellule et pointez sur la cellule B1. Laissez <=
comme comparateur et saisissez 9000 dans la zone Contrainte.

• Cliquez sur le bouton Ajouter et recommencer pour la deuxième contrainte.


• Cliquez sur la zone cellule et pointez sur la cellule B2, laissez <= comme comparateur et
saisissez 100 dans la zone Contrainte.

EE4 20 2015/2016
• Cliquez sur le bouton Ajouter et recommencer pour la troisième contrainte.
• Cliquez sur la zone cellule, pointez sur la cellule B5 puis changez le comparateur en >=
ensuite saisissez 300 000 dans la zone Contrainte.

• Lorsque vous finissez d'indiquer toutes les contraintes, cliquez sur Ok, la fenêtre suivante
apparaît:

Paramètres du solveur (fenêtre remplit)


• Cliquez sur le bouton Résoudre.
Le solveur nous annonce qu'il a trouvé une solution satisfaisante à toutes nos demandes. Excel vous
propose ensuite de garder la solution du solveur ou rétablir les valeurs d'origine. Vous pouvez
également enregistrer le résultat dans un scénario en cliquant sur le bouton Enregistrer le scénario.

Solution trouvée par le solveur

EE4 21 2015/2016
Microsoft ACCESS: Gestion de base de données
La base de données
Une base de données est un ensemble structuré de données enregistrées sur des supports
accessibles par l’ordinateur pour satisfaire simultanément plusieurs utilisateurs de façon
sélective et en un temps opportun.
Exemples :
On peut créer une base de données pour faciliter
◼ La gestion des livres d'une bibliothèque
◼ La facturation des clients d'une entreprise
◼ La gestion des abonnées au téléphone.
◼ La gestion des clients d’une banque.
Caractéristiques d’une BD
Données structurées : les informations contenues dans une base de données sont réparties en
enregistrements, chaque enregistrement ayant une structure bien définie
Données non redondantes : Une même information ne sera pas répétée plusieurs fois dans la
base de données.
Données cohérentes : Il ne doit pas être permis d’enregistrer dans une base des informations
incohérentes entre elles
Données accessibles directement selon de multiples critères
Indépendance des programmes et des données : La base de données doit être indépendante
des programmes qui y ont accès, on doit pouvoir utiliser un autre programme pour traiter
différemment ces données sans avoir à toucher à ces données
Sécurité des données stockées : la base de données doit permettre un système de sécurité
permettant de gérer les droits d’accès aux informations par les utilisateurs.
Système de gestion de BD
Un Système de Gestion de Bases de Données (S.G.B.D.) représente un ensemble coordonné
de logiciels qui permet de : décrire, manipuler, traiter les ensembles de données formant la
base.
Un SGBD doit:
◼ Assurer la sécurité et la confidentialité des données
◼ Pouvoir être utilisé par des non-informaticiens
◼ Assurer la définition des structures de stockage et des structures de données et le
suivi de leur évolutions.
◼ Pouvoir au maximum vérifier la cohérence des données
Le SGBD sert donc d’interface entre les programmes d’application des utilisateurs d’une
part, et la base de données d’autre part.

SGBD

EE4 22 2015/2016
Fonctions des bases de données
Stocker des informations : Une base de données stocke et gère un ensemble d’informations
relatives à un but ou à un sujet particulier.
Recherche des informations : Il est facile de retrouver instantanément des données
recherchées dans une base de données.
Analyser et imprimer des informations: Vous pouvez effectuer des calculs sur les données
contenues dans la base de données. Les informations peuvent être imprimées sous la forme
d’états de qualité professionnelle
Principaux éléments d’Access
Tables
◼ Stockage des données

EE4 23 2015/2016
Relations
◼ Liens entre les tables
Requêtes
◼ Opérations sur les tables afin d’extraire de l’information
Formulaires
◼ Interfaces-utilisateur d’entrée, de modification, d’affichage et de traitement des
données
États
◼ Affichage de récapitulatifs (factures, commandes, rapports, etc.), attrayants et
imprimables
Macros
◼ Liste de commandes pouvant être enregistrées et exécutées par Access
Table
Elle stocke les informations concernant un sujet particulier, comme une liste des adresses.
Une base de données peut renfermer plusieurs tables, chacune se composant de champs et
d’enregistrements

Champ
◼ Unité de données la plus petite dans la BD
◼ ≈ Attribut ≈ Colonne ≈ Élément de données
Enregistrement
◼ Ensemble des valeurs attribués aux champs d’une table pour une occurrence donnée
Clé primaire
Champ (ou groupe de champs) qui identifie de façon unique chaque enregistrement d’une
table

EE4 24 2015/2016
Formulaire
Il permet de consulter, saisir et modifier rapidement les informations d’une base de données,
en les présentant sous un format attrayant et pratique.
Il affiche généralement un enregistrement à la fois et propose des zones de saisie indiquant
clairement où placer les données.
Requête
Elle permet d’extraire de la base de données des informations dont vous avez besoin. Vous y
définissez des critères destinés à spécifier le type d’informations recherchées.
Vous pouvez par exemple établir une requête qui localise tous les clients résidant à Agadir
Etat
C’est un document d’aspect professionnel qui synthétise les informations d’une base de
données.
Vous pouvez y effectuer des calculs, afin d’analyser vos données. Il est par exemple
possible de créer un état affichant le total des ventes de chacun des produits.
Macros
Une macro-commande permet l'automatisation de certains traitements. Ex. :
ouvrir un formulaire, imprimer un état, fermer un formulaire, etc.

EE4 25 2015/2016

Vous aimerez peut-être aussi