Vous êtes sur la page 1sur 8

Hydraulique Générale Chapitre XII : Ecoulement à surface libre

Chapitre XII- Ecoulements à surface libre

1-Introduction :
L’écoulement à surface libre est caractérisé par l’existence d’une surface libre en contact
direct avec l’air ambiant, donc la surface de l’écoulement a une pression égale a la pression
atmosphérique.
L’écoulement dans les conduites fermées a la pression atmosphérique, ou lorsque le niveau
d’eau est égale au diamètre de la conduite est aussi un écoulement a surface libre.
Dans ce cas la force prédominante est celle de la gravité, le mouvement est due
principalement a la pente du canal.

Figure-1- : Ecoulement à surface libre

Comprendre le fonctionnement d’un système d’assainissement ne peut se faire sans


comprendre son comportement hydraulique.

2-Classification des écoulements à surface libre :


Les écoulements à surface libre sont classés en différents types :
a)- Ecoulement uniforme et non uniforme :
L’écoulement est uniforme si pour une longueur donnée du canal, la vitesse , la
profondeur , la pente et la section du canal restent constantes :
∂V ∂Y
=0 , =0
∂X ∂X
dans ce cas la ligne de charge , la surface d’eau ainsi que le radier sont parallèles .
b)- Ecoulement permanent et non permanent :
Si les caractéristiques de l’écoulement (Vitesse, profondeur, débit) restent
constantes dans une section du canal , et ne change pas par rapport au temps , l’écoulement est
dit permanent .
∂V ∂Y
=0 , =0
∂t ∂t
c)- Ecoulement Laminaire et Turbulent :
L’écoulement est dit laminaire si le nombre de Reynolds est inférieur à 500 ou
600 .
ρ×V×R
Re =
µ

Ammari A. Page 1
Hydraulique Générale Chapitre XII : Ecoulement à surface libre

S
R : le rayon hydraulique ( R = )
P
A : section de l’écoulement ;
P : périmètre mouillé.

d)- Ecoulement Fluviale , Critique et Torrentielle :


V
L’écoulement est supposée fluviale si le nombre de Froude ( F = ) est
g×D
inférieure à 1.
S
D : Profondeur hydraulique ( D = )
T
A : section de l’écoulement ;

T : largeur de la surface d’eau au sommet du canal.


T

Y
L

Figure -2- canal trapézoïdale

Si : ( F=1) , l’écoulement est Critique :


S V
Pour un canal rectangulaire : ( D = = Y ) donc ( F = = 1)
T g ×Y
V2 Q2
D’où : = =1
g × Y g × L × Y3c3

1
 Q2  3 Q
De cela : YC =  2  ,( =q )
 L × g  L
1
q 2 3
YC =  
g 
Si : (F>1) l’écoulement est Torrentiel.

Ammari A. Page 2
Hydraulique Générale Chapitre XII : Ecoulement à surface libre

Figure -3- : Passage du fluvial au torrentiel


Soit l’énergie spécifique de l’écoulement : E = H s = y + α
2g
Le point critique est associé à une énergie minimale qui peut véhiculer le débit d’écoulement,
on peut voir sur le graphique suivant les différents écoulements associés à la courbe d’énergie
pour un débit constant.

Figure-4- courbe d’énergie spécifique

Récapitulation : Le terme gY est appelé vitesse critique Vc , il représente la célérité des


ondes de surfaces, si dans un canal large, la vitesse moyenne de l’écoulement dépasse cette
vitesse critique, les ondes de surface ne peuvent pas se propager vers l’amont, le rapport V/Vc
est supérieure à 1 est l’écoulement est dit Rapide ou Torrentiel. Si l’inverse les ondes de
surface peuvent se propager vers l’amont est l’écoulement est dit Tranquille ou Fluvial.

d)- Distribution des pressions en écoulement à surface libre :


Dans un écoulement rectiligne à surface libre la distribution des pressions est
hydrostatique, ça veut dire que la pression est reliée à la profondeur suivant une loi linéaire :
P = ϖY , où P est la pression au fond d’un canal (Fig 5) , Y est la profondeur et ϖ est le
poids volumique du liquide qui s’écoule.

Ammari A. Page 3
Hydraulique Générale Chapitre XII : Ecoulement à surface libre

Dans le cas où on a un profile de canal concave ou convexe, le liquide subi une accélération
supplémentaire qui peut être au même sens ou au sens opposé de l’accélération de la gravité,
on doit dans ce cas corriger la pression.

3-Détermination des débits dans les canaux à ciel ouvert en écoulement uniforme:

V2
2g

YC

Z α

Fig-5- Ecoulement Uniforme


Tang (α)= i : pente du radier
Il existe plusieurs formules de calcul de débits pour les régimes uniformes, les plus répondus
sont :

a)- Formule de Chézy :


La formule de Chézy est de la forme :
V = C× R ×i
Donc : Q = C× S× R × i
Où :
V : vitesse moyenne de l’écoulement.
S : section de l’écoulement ;
C : coefficient de Chézy (dépend de la rugosité du canal);
R : rayon hydraulique ( R=S/P, P est le périmètre mouillé);
i : pente du radier.

b)- Formule de Manning- Strickler :


L’expression du coefficient de Chézy dans cette formule est :
1
1
C = × R6
N
N : coefficient de Manning qui caractérise la nature du canal.
2 1
1
Donc : Q= ×S× R 3 × i 2 .
N
Pour Strickler K=1/N qui est fonction de la nature du canal.
L’expression devient :

Ammari A. Page 4
Hydraulique Générale Chapitre XII : Ecoulement à surface libre

2 1
Q = Ks ×S× R × i3 2

Les valeurs de Ks sont données par les tableaux suivants pour les canaux artificiels et naturels.
Ks est liées directement à la rugosité des parois du canal, elle fut exprimée suivant plusieurs
formules, la plus utilisée est celle de Stricker :
1
1  1 6
K s = = 26  L’unité est m1/3/s
n  d 65 
d65 : est le diamètre qui correspond au pourcentage 65% sur la courbe granulométrique des
sédiments qui représente le matériau du canal.

Tableau -1- : Coefficient de Strickler pour divers types de canaux.

4- Détermination de la section la plus avantageuse :


La section la plus avantageuse ou la plus économique est la section qui véhicule le
maximum de débit avec des dimensions minimales.
4- 1- Section Rectangulaire :
Soit un canal rectangulaire de largeur L est de tirant d’eau h
Le canal est dis à surface libre si :
L=2h

Figure-6- : Canal rectangulaire

Ammari A. Page 5
Hydraulique Générale Chapitre XII : Ecoulement à surface libre

4- 2- Section Trapézoïdale :
La section trapèze est la section la plus utilisée dans les canaux de protection contre les
crues grâce aux nombreux avantages techniques qu’elle présente.
T

Y 1

L
m

Figure-7- Canal Trapézoïdale

Soit le canal trapézoïdale de la figure précédente, de largeur (L) est de fruit de talus
(m) ayant un tirant d’eau de Y. On dit que c’est une section plus avantageuse si :
T = 2Y 1 + m ²
Ou ; si la largeur au miroir est égale à la somme des longueurs des deux talus.
1
Dans ce cas le fruit de talus le plus avantageux est de ou un angle des talus de 60°, cela
3
bien sure pour les canaux en dure, pour ceux en terre le fruit des talus est fonction du type de
sol.

Figure-8- : Canal de dérivation trapézoïdale


4-3- Section Circulaire :
Pour le cas d’une section circulaire de diamètre ( D ) est d’une profondeur de
remplissage ( Y ), on à deux cas :
a- Condition de vitesse maximale : Pour que la vitesse soit maximale, il fau que :
Y = 0,81D
b- Condition de débit maximum : Pour cela il faut que :
Y = 0,95 D

Ammari A. Page 6
Hydraulique Générale Chapitre XII : Ecoulement à surface libre

D
Y

Figure -9- Conduite circulaire

Le calcul de la section circulaire présente un certain nombre de difficultés, pour cela


l’utilisation des abaques est souvent conseillée en l’absence d’outil informatique approprié.

Remarque : Pour les sections de formes différentes telles les ovoïdes, le calcul se fait suivant
les mêmes expressions de débits en tenant en compte bien sure de la géométrie de la section.
Il existe plusieurs types de sections ; on peut citer les ovoïdes normales, à canette rétrécie, les
fers à cheval, ou les conduites voûtées à radier triangulaire…etc.

Ammari A. Page 7
Hydraulique Générale Chapitre XII : Ecoulement à surface libre

Figure-10- : Canal en temps de crue

Ammari A. Page 8