Vous êtes sur la page 1sur 123

A Généralités

Alimentation
B Local combustible
chaufferie
H Fuel I Gaz

C Equipement des
chaufferies

Prescriptions supplémentaires

D Installations E Etablissements
c la s s é e s Recevant du public

F Immeubles Grande G Exploitation


Hauteur

RETA CoSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
INDEX - Chaufferie

A Accès B.3 B Bâche alimentaire C7.04


- Caractéristiques B3.03
- Chaufferie intérieure B3.02 Balisage (installations classées) D8
- Chaufferie terrasse B3.02

- E.R.P. E2 Bloc détente A2-I2


- I.G.H. F2
- Nombre B3.01 Bouches B7

Affichage Branchements
- E.R.P. E4 - Fuel H2
- Installations classées D8 - Gaz I3

Alarmes Bruit B4.02


- E.R.P. E4
- Installations classées D5
C Calorifugeage C3
Alimentation en eau C5
- E.C.S. C5.02 Canalisations intruses B8
- Installation de chauffage C5.01 Chaudières (voir générateurs)

Circuits électriques
- Alimentation C4.02
Alimentation fuel H - Canalisations C4.03
- Conduites H2 - Coupure C4.02 - C4.03
- Coupure H1-H3 - Eclairage C4.04
- Stockage voir thème - Installations classées D4
stockage
(à paraître)

Alimentation gaz I Clapet anti-retour C5.02


- Conduite gaz I3
- Organe de coupure I1 Classement
- Poste de détente I2 - installations classées D1.01
- bâtiments d'habitation A4
Appareil de mesure C2
Classement au feu B2 - A3
Appareillage de contrôle C2-C7.05
Coffret gaz I1 - I2
Autocontrôle G2.03.3
Comportement au feu B2

RETA CoSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
CHAUF INDEX

Conduites E Electricité
- Calorifuge C3 - Alimentation C4.02
- Canalisation de passage B8 - Coupure d'urgence C4.02 - C4.03
- Fuel H2 - Eclairage C4.04
- Gaz I3 + Installations classées D4
E
Conduits de fumée voir thème con- Emplacement
duits de fumée
(à paraître)
- Chaudière B5
Consignes D8 - Chaufferie B1
- Exploitation
- Sécurité Entrée d'air B7

Contrôles Equipement :
- Autocontrôle G2.03.3 - de contrôle C2
- Contrôle flamme D5 - de sécurité C7
- Contrôles périodiques C6 - de sécurité générateur C7.05
- Equipements C2 - E.R.P. E4
- Installations classées D6 - Installations classées D5
- Télécontrôle G2.03.2
E.R.P. E
Couverture B2
Exploitation (mode)
Cuvette de retention B9.01 - Installations classées G1
- Vapeur ou eau surchauffée G2.01

D Déchets (installations classées) D9 Extincteurs B6.02


+ Installations classées D7
Définitions A2
F Fuel
Détecteur D5-I1.04 - Alimentation H
- Gaz - Stockage voir thème
- Incendie stockage
(à paraître)
Détendeur I2-A2 G
Gaine
Dimensions chaufferie B5 G - Intruse B8
- Section et débit ventilation B7.02 à 04
Disconnecteur C5.01 - Gaine pompier B6.01

Documents à fournir (dossiers) G Gaz


- E.R.P. E3 - Alimentation I
- Installations classées D6 - Certificat de conformité I
- Livret de chaufferie C6 - Conduite (tracé et pose) I3
- Livret de chaufferie C6 - Coupure I1
- Entretien I

RETA CoSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
CHAUF INDEX
- Générateurs C1 - E.R.P. E3
- Poste de détente I2 - Installations classées D6
- Autres C6
Générateurs
- E.R.P. E4 - E5 Longueur chaufferie B5
- Equipement de sécurité C7.05
- Implantation B1.01 M Maintenance C6
- Irrigation C1.05
- Nombre C1.04 Marquage (CE, additionnel) C1.02
- Rendement C1.02 à C1.03
Mesures
- Contrôle C2
- Rendement C1.03

H Hall de stockage de produits E1 Mode d'exploitation


dangereux
Hauteur chaufferie B5 - Chaudières vapeur ou eau G2
surchauffées
H - Installations classées G1

I I.G.H. F N Niveau sonore B4.02

I Implantation Nombre de :
- Installations classées D1 - Accès B3.01
- Autres B1 N - Chaufferies B1.02
- Contrôles périodiques
Incendie - Installations classées D6
- Détection D5 - Autres C6
- Moyen de lutte contre les B6 - Extincteurs :
incendies
- Installations classées D7
Installations classées pour la D - Autres B6.02
protection de l'environnement
- Générateurs C1.05
Interrupteur C4.01
O Organe de coupure
Irrigation générateur C1.05 - Electricité C4.02-03
+ Installations classées D4
Isolation - Fuel H1 - H3
- Phonique B4.02 - Gaz I1
- Thermique B4.01
Ouvrants B3.02
L Lampes C4.04
P Parois chaufferie
Lanterneaux D3 - E.R.P. E2
- I.G.H. F2
Livret de chaufferie - Installations classées D3

RETA CoSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
CHAUF INDEX

P - Autres B2 Sortie d'air


- Principe B7-01
Portes B3.02 - Section B7.02-03

Principe ventilation B7.01-B7.02 Stockage B8


- Fuel et autres hydrocarbures voir thème
stockage
combustible
- Installations classées D8-D9
R Réaction au feu A3-01
idem résistance au feu Surveillance
Q Régulation voir thème - Auto contrôle G2.03.3
régulation
(à paraître)
- Installations classées G1
Réhabilitation - Présence permanente G2.02
- Alimentation gaz I3 - Présence semi-permanente G2.03.1
- Télé contrôle G2.03.2
R Rendement chaudière C1.01
Système de ventilation B7
Résistance au feu A3-02
- Gaines B8
- Gaines conduites fioul H T Télé contrôle G2.03.2
- Gaines conduites gaz I3
- Parois chaufferie B2 Toiture chaufferie B2

S Secours (moyens) V Vannes d'arrêt


- Extincteurs B6.02 - Fioul H1
- Gaines pompier B6.01 - Gaz I1
- Installations classées D7 - Générateur C7.05

Sécurité Vase d'expansion


- Dispositifs de sécurité C7 V - Fermés C7.02
- d'exploitation G - Ouverts C7.03

Séparation chaufferies B1.02 Ventilation chaufferie B7


- Principe B7.01-02
SAS - Section libre et débits
- E.R.P. D2 y fuel B7.02
- Autres B3.03 y gaz B7.03

Z Zones climatiques A5
Z

RETA CoSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
A Généralités

DOMAINE D’APPLICATION DES PRINCIPAUX TEXTES


REGLEMENTAIRES RELATIFS AUX CHAUFFERIES

fiche A1

DEFINITIONS

Relatives à l'arrêté du 23 juin 1978 concernant


les chaufferies ______________________________ fiche A2.01

Relatives à l'arrêté du 2 août 1977 concernant


l'alimentation gaz ____________________________ fiche A2.03

Relatives au décret "rendement" du 11 septembre


1998 _______________________________________ fiche A2.04

CLASSEMENT AU FEU DES PAROIS Arrêté du 19 décembre 1975

fiches A3

Arrêté du 31 janvier 1986


CLASSEMENT DES IMMEUBLES
Arrêté du 18 août 1986
D’HABITATION

fiches A4

DEFINITION DES ZONES CLIMATIQUES

fiches A5

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
DOMAINE D'APPLICATION DES PRINCIPAUX TEXTES
REGLEMENTAIRES RELATIFS AUX CHAUFFERIES

CHAUF
Local chaufferie A1
Les principaux textes qui s'appliquent à toute réalisation ou maintenance d'une chaufferie sont présentés dans le tableau ci-
dessous. Nous rappelons en face de l'intitulé de chaque texte les principaux points contenus dans ces derniers :

CONCERNE : Observations

Implantation Concerne les installations de puissance


Arrêté du 23 juin Caractéristiques du local utile supérieure à 70 [kW]
1978 Alimentation combustible ¨ Renvoie à l'arrêté du 2 août 1977 pour
l'alimentation gaz

Arrêté du 2 août 1977


Alimentation gaz
modifié - art.8

Arrête du 9 mai 1994 Marquage CE Chaudières fuel ou gaz à eau chaude

Décret du 11 Equipement et rendement des Pour des puissances de générateurs


septembre 1998 générateurs comprises entre 400 [kW] et 50 [MW]

Installations de puissance supérieure à 1


Décret du 16
Contrôles des installations [MW] avec des générateurs de
septembre 1998
puissance supérieure à 400[kW].
Prescriptions complémentaires
Installations classées - E.R.P. - I.G.H.

Arrêté du 25 juillet
1997 modifié par 2 < P < 20 [MW]
Implantation
l'arrêté du 10 août Renvoi à l'arrêté du 23 juin
Caractéristiques du local
1998 (installation 1978 pour les autres
Alimentation gaz
classée soumise à prescriptions.
déclaration)
Accès
Renvoi à l'arrête du 23 juin
Arrêté du 25 juin Livret de chaufferie
1978 pour l'implantation et les
1980 modifié (E.R.P.) Equipement et installation des
caractéristiques du local
générateurs

Arrêté du 18 octobre Implantation


1977 modifié (I.G.H.) Parois

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
DEFINITIONS
CHAUF
Local chaufferie A2.01
Art 2, Arrêté du 23 juin 1978

Chaufferie:

Une chaufferie est un local abritant des appareils de production de chaleur par combustion, de puissance utile
totale supérieure à 70 [kW] et destinée à assurer le chauffage et/ ou la production d'eau chaude sanitaire.

Générateur à vapeur haute pression ou eau surchauffée à haute température:

Ils sont classés en 3 catégories selon la valeur de leur produit caractéristique V(t-100) :

1 ère catégorie V(t-100) > 200

2 ème catégorie 50 < V(t-100) ≤ 200

3 ème catégorie V(t-100) ≤ 50

Avec: V ( en [m3] ): contenance du générateur, y compris réchauffeurs d’eau et surchauffeurs de vapeur.


t ( en [°C] ): température de vapeur saturée correspondant au timbre du générateur.

Installation de chauffage à eau :

- eau chaude
- “eau surchauffée à basse température”: température maximum ≤ 110[°C] sous pression ambiante.
- “eau surchauffée à haute température”: température maximum > 110[°C] sous pression ambiante.

Installation de chauffage par vapeur:

- Basse pression: pression effective ≤ 0.5 [bar]


- Haute pression: pression effective > 0.5 [bar]

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
DEFINITIONS CHAUF Local chaufferie A2.02
Art 2, Arrêté du 23 juin 1978

Local situé en sous-sol ou en Rez-de-chaussée :

Sol
L
Sous-sol : L ≤ 1 [m]
Rez-de-chaussée : l ≤ 1 [m]
l

Puissance utile:

La puissance utile Pu ou (puissance nominale) d’un appareil est définie comme la quantité de chaleur reçue
par unité de temps par le fluide chauffé.
La puissance utile d’une installation est définie comme la somme des puissances utiles des générateurs
installés capables de fonctionner simultanement.

Puissance calorifique:

La puissance calorifique totale installée d’une installation de combustion


est définie comme étant
Pcalo. =Pcons.= Qmax * P.C.I. la quantité de combustible, exprimée par
rapport au pouvoir calorifique inférieur, consommée par heure en
marche continue maximale.

Unités de puissance :

Les puissances sont exprimées en kilowatts (kW).


Rappel: 1 [th/h] = 1.16 [ kW] Pu [kW] = 1.16 Pu [th/h]

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
DEFINITIONS
CHAUF
Local chaufferie A2.03
Art. 2, §2 Arrêté du 2 août 1977

Appareil de coupure automatique:

Appareil comportant un dispositif automatique interompant l'écoulement gazeux dans les conditions fixées par
le constructeur.

Conduit :

Canalisation guidant l'écoulement d'un fluide déterminé.

Gaine :

Volume généralement accessible et renfermant un ou plusieurs conduits.

Organes de coupure :

Vanne robinet ou obturateur.


Un organe de coupure est dit "à fermeture rapide" lorsqu'il est du type quart de tour avec clé de manœuvre
mis à disposition conformément aux termes de l'article 29 (2°, b).
Un organe de coupure est dit "à fermeture rapide et commande manuelle" quand il est du type poussoir ou
quart de tour avec clé de manœuvre incorporée.

Pression de distribution :

La pression de distribution de gaz à l'intérieur des bâtiments est fixée par le distributeur à une valeur comprise
entre 0.005 et 4 bar.
Dans ces limites, les distributeurs distinguent plusieurs gammes de pression :

GPL distribués en
Gaz distribué par réseau
récipient

Basse pression
p ≤ 0.05 bar p < 0.2 bar
(BP)

MPA 0.05 < p ≤ 0.4 bar


Moyenne
pression 0.2 ≤ p ≤ 1.75 bar
(MP)
MPB 0.4 < p ≤ 4 bar

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
DEFINITIONS
CHAUF
Local chaufferie A2.04
Art 2 , décret du 11 septembre 1998

Rendement caractéristique :

Le rendement R' s'exprimé en pourcentage et calculé selon la formule suivante :

R' = 100 - P'f - P'i -P'r

où : P'f désigne les pertes par les fumées compte tenu de l'existance éventuelle d'un récupérateur de
chaleur;

P'i désigne les pertes par les imbrûlés dans les résidus solides;

P'r désigne les pertes vers l'extérieur par rayonnement et convection.

Ces pertes sont rapportées en pourcentage au pouvoir calorifique inférieur du combustible utilisé.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
CLASSEMENT AU FEU DES MATERIAUX
CHAUF
Local chaufferie A3.01

Arrêté du 19 décembre 1975 - art. 1er

Réaction au feu :

La classification en catégories se définit comme suit :

Catégories Concordance

M0 Incombustible

M1 Non inflammable

M2 Difficilement inflammable

M3 Moyennement inflammable

M4 Facilement inflammable

M5 Très facilement inflammable

NB : Catégorie supprimée par arrêté du 30 juin 1983


(J.O. du 1er Décembre 1983)

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
CLASSEMENT AU FEU DES PAROIS
CHAUF
Local chaufferie A3.02
Arrêté du 5 Janvier 1959

Résistance au feu : 5.01.59 - art. 25 - 26 - 27

On distingue les éléments:

Stable au feu SF : élément


répondant au critère de
résistance mécanique.

Pare-flamme PF : élément répondant au


critère de résistance mécanique, d’étanchéité
aux flammes et d’absence d’émission de gaz
inflammables.

Coupe-feu CF : élément répondant au critère


de résistance mécanique, d’isolation thermique,
d’étanchéité aux flammes et d’absence
d’émission de gaz inflammables.

5.01.59 - art. 15

4 juin 1973 - art. 4


Le classement de ces éléments s’exprime en degrés : 6 h - 4 h - 3 h - 2 h - 1 h 1/2 - 1 h - 1/2 h - 1/4 h.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
CLASSEMENT DES BATIMENTS Local chaufferie A4.01
D’HABITATION CHAUF
Habitations
Ind. Collectifs
Art 3-4 Arrêté du 31 janvier 1986 1 2 3 4
A B

* ** * * *
Bâtiments de 1 ère famille

Habitations individuelles

isolées

Critères de classement en 1 re famille

Bâtiments de 2 e famille

Habitations individuelles Immeubles collectifs


Niveau maximum ≤ R+3

isolées jumelées

En bande avec structures non indépendantes

En bande

Prescriptions particulières aux


Critères de classement en 2 e immeubles collectifs de 2 e famille.
famille : habitations individuelles

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
CLASSEMENT DES BATIMENTS Local chaufferie A4.02
D’HABITATION CHAUF
Habitations
Ind. Collectifs
Arrêté du 18 août 1986 1 2 3 4
A B

* ** * * *
Bâtiments de 3 e famille

Critères de la 3 e famille

Niveau maximal ≥ R + 4 H ≤ 28 [m]

Les immeuble de la 3 e famille se subdivisent en

BATIMENTS DE 3 E FAMILLE A BATIMENTS DE 3 E FAMILLE B


Immeubles collectifs H ≤ 28 [m] Immeubles collectifs H ≤ 28 [m]
Dès qu'une des 3 conditions de A
n'est pas
Il faut que l’une, au moins, dessatisfaite
3 conditions de
e
la 3 famille A ne soit pas respectée.
Toutefois la distance L ≤ 50 [m].

L ≤ 50 m

e Immeuble de 3 e famille : critères


Immeuble de 3 famille : critères spécifiques de classement en 3 e famille B
spécifiques de classement en 3 e famille A

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
CLASSEMENT DES BATIMENTS Local chaufferie A4.03
D’HABITATION CHAUF
Habitations
Ind. Collectifs
1 2 3 4
Arrêté du 18 août 1986 CHAUF
A B

Cas particulier: 3 e famille B considérée comme 3 e famille A:


* ** * * *
Si les services de secours disposent d’une echelle de hauteur suffisante pour accéder à chaque logement, le
maire peut assujétir l’immeuble de 3 e famille B aux seules règles de la 3 e famille A. Une colonne sèche est
toutefois nécessaire si le bâtiment est ≥ R+8.

Art 3-4 Arrêté du 31 janvier 1986

Bâtiment de 4 e famille

Immeubles collectifs
28 [m] < H ≤ 50 [m]

Critères de classement en 4 e famille

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
CLASSEMENT DES BATIMENTS Local chaufferie A4.04
D’HABITATION

Art 3-4 Arrêté du 31 janvier 1986


Habitations
Ind. Collectifs
1 2 3 4
A B

* ** * * *
Cas particulier des immeubles de 4 e famille à destinations multiples

L’immeuble de 4 e famille peut comporter des locaux non destinés à l’habitation dans les cas suivants:

Nota : dessins inspirés de la brochure J.O. n°1603

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
DEFINITION DES ZONES CLIMATIQUES Local chaufferie A5
CHAUF

Arrêté du 29 Novembre 2000 – Annexe I

Toutefois les localités situées à plus de 800 mètres d'altitude sont en zone H1 lorsque leur
département est indiqué comme étant en zone H2; et elles sont en zone H2 lorsque le
département est situé en zone H3.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
B Local chaufferie
Arrêté du 23 juin 1978 – Reta 11.39

B1 Implantation B2 Comportement au
feu des parois
I.G.H. : voir fiche F1 Installations classées: voir fiche D3
Installations classées: voir fiche D2

B3 Accès chaufferie B4 Isolation: - thermique


- phonique
I.G.H. : voir fiche F2
E.R.P.: voir fiche E2

B5 Dimensions

B6 Moyens de
secours B9 Evacuation
Installations classées : voir fiche F2

B7 Ventilation B8 Gaines et conduites non


destinées à la chaufferie

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
B1
IMPLANTATION DU LOCAL

Dispositions générales _______________________ fiche B1.01

Conditions d’implantation de 2 chaufferies voisines fiche B1.02

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
IMPLANTATION DU LOCAL CHAUF
Local chaufferie B1.01
Arrêté du 23 juin 1978

Dispositions générales

Titre 1 Art.3

Les règles sur les différents lieux d’implantation des chaufferies sont résumées dans le tableau ci-dessous
en fonction de la puissance et du type de l’installation.

Différents lieux d’implantation


caté- Puissance utile Terrasse
Type Rez-de-
gorie Pu Sous-sol (3) ou Exterieur
d’installation chaussée
(1) dernier (5)
(2)
niveau (4)

Pu ≤ 2[MW] autorisé autorisé autorisé autorisé


Installation
basse
2 ≤ Pu ≤ 5 [MW] (*) interdit interdit autorisé autorisé
pression ou
basse temp.
Pu ≥ 5 [MW] interdit interdit interdit autorisé

Pu ≤ 2 [MW] autorisé autorisé autorisé autorisé


ème
3
Installation
haute Pu ≥ 2 [MW] interdit interdit interdit autorisé
pression ou
haute 2ème interdit interdit interdit autorisé
température

1ère interdit interdit interdit autorisé(6)

(*) et, de plus, la puissance unitaire de chaque générateur n’excède pas 2 [MW].
N.B. : Dans l’existant, ces dispositions ne sont pas applicables si elles conduisent à des transformations
immobilières importantes ( lettre ministérielle du 21.11.78 ).

logements D>10 m
3
4

5 2 D >10 m
6
1

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
IMPLANTATION DU LOCAL CHAUF
Local chaufferie B1.02
Arrêté du 23 juin 1978

Conditions d’implantation de 2 chaufferies voisines


Titre 1 Art.3

Deux chaufferies sont considérées comme indépendantes et par conséquent les limites de puissance s’appliquent
à chacune d’elles si les conditions suivantes sont simultanément réunies:

Première condition: Séparation des locaux

Soit par : Soit par :


Une distance horizontale de 10 m au moins un mur M0 – CF 2 [h] sans communication
entre les locaux entre les chaufferies

D > 10 [m] Pas de communication


Paroi M0 – CF 2 [h]

Séparation par éloignement des locaux Séparation par une paroi M0 – CF 2 [h]

Deuxième condition : Séparation des réseaux

Les réseaux de chaufferies sont indépendants.

Pas de liaison entre les 2 réseaux

Liaison possible : - A titre provisoire en cas de panne d’une des chaufferies


- A titre permanent si la liaison est réalisée en dehors des locaux
d’habitation, de bureaux ou des zones accessibles au public

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
COMPORTEMENT AU FEU DES Local chaufferie B2
PAROIS CHAUF

Art.4 Arrêté du 23 juin 1978

Classement au feu des parois: voir fiches A3

On entend par parois les murs latéraux, le plancher haut (couverture pour les chaufferies indépendantes ou en
terrasse) et plancher bas du local.
Le tableau ci-dessous résume les caractéristiques exigée pour ces parois en fonction de l’implantation de la
chaufferie.

Implantation de la chaufferie
Sous-sol et
Extérieure
rez de Terrasse
chaussée (((222)))
(((111))) d ≤ 10 m (((333))) d > 10 m (((444)))

Plancher haut M0 M0
M0 M0
ou couverture CF 2 [h] CF 2 [h]

M0 M0
Mur latéraux M0 M0
CF 2 [h] CF 2 [h]

M0 M0 M0
Plancher bas M0
CF 2 [h] CF 2 [h] CF 2 [h]

d ≤10 m d >10 m d >10 m


3 1 4
1

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
B3
ACCES A LA CHAUFFERIE

Nombre d’issues ____________________________ fiche B3.01

Emplacement des issues des chaufferies situées


en terrasse __________________________________ fiche B3.02

Emplacement des issues des chaufferies situées


à l’intérieur d’un bâtiment _____________________ fiche B3.02

Caractéristiques d’un accès à une chauferie _____ fiche B3.03

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
ACCES A LA CHAUFFERIE CHAUF
Local chaufferie B3.01
Arrêté du 23 juin 1978

Nombre d’issues
Art.5,§1

une issue

Le dessin ci-dessous représente tous les cas de figure possibles où un seul moyen de retraite est admis à
condition toutefois que ce dernier satisfasse aux prescriptions détaillées dans les fiches B3.02 et 03.

Installation vapeur basse


pression,eau chaude et
eau surchauffée basse
température
2 Pu ≤ 2000 [kW]

Installation vapeur basse


pression,eau chaude et
eau surchauffée basse
température
Pu ≤ 5000 [kW]

3 1
1

accès de plein
pied de surface
mini de : 4 [m²]

Au moins 2 issues

Dans tous les autres cas non mentionnés au dessus les chaufferies doivent offrir des moyens de retraite dans
deux directions au moins. Les caractéristiques concernant ces issues sont développées fiches B3.02-03.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
ACCES A LA CHAUFFERIE CHAUF
Local chaufferie B3.02
Arrêté du 23 juin 1978

Emplacement des issues des chaufferies situées en terrasse


Art.5,§1

Portes perpendiculaires
au chemin d’accès
à l’escalier

interdit

Emplacement des issues des chaufferies situées à l’intérieur d’un bâtiment


Art.5,§2

Art. 5 §2 _ La chaufferie située à l’intérieur d’un bâtiment


d’habitation ou de bureaux doit être d’un accès direct par
l’extérieur du bâtiment ou par des parties communes du
bâtiment.

Bureaux Chaufferie

parties communes

Bureaux

interdit

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
ACCES A LA CHAUFFERIE CHAUF
Local chaufferie B3.03
Arrêté du 23 juin 1978

Caractéristique d’un accès à une chaufferie …


Art.5,§3

Portes de chaufferies Norme NF P 20-301

depuis l’intérieur d’un bâtiment

Si l’accès à la chaufferie se fait par l’intérieur d’un bâtiment (parties communes de bâtiments ou de
bureaux,ou zones non accessibles au public d’un E.R.P.), celui-ci doit comporter:

soit une porte C.F. 1 [h], munie soit un sas fermé par deux portes
d’un ferme-porte P.F 1/2 [h], s’ouvrant dans le sens
de la sortie.

ferme-porte porte coupe porte pare-flamme porte pare-flamme


feu 1 [h] de degré 1/2 [h] de degré 1/2 [h]

barre anti-panique et serrure seule porte pouvant être verrouillée de


déverrouillable de l’intérieur l’extérieur et serrure déverrouillable de
l’intérieur

depuis l’exterieur d’un bâtiment

• Si L<10 m porte
C.F.1/2 [h]

• Si L>10 m pas
L de résistance au
Bâtiment ou
zone
feu imposée
accessible
au public

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
B4
ISOLATION

Isolation thermique __________________________ fiche B4.01

Isolation phonique / bruit _____________________ fiche B4.02

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
ISOLATION / THERMIQUE CHAUF
Local chaufferie B4.01
Art.6 Arrêté du 23 juin 1978

Art.6_Le flux de chaleur en provenance d’une chaufferie


ne doit pas provoquer dans les logements, bureaux ou
zones accessibles au public, contigus, une élévation de la
température intérieure résultante de plus de2°C.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
ISOLATION / PHONIQUE CHAUF
Local chaufferie B4.02

La chaufferie et ces parois doivent être telles que le niveau sonore (ou niveau de pression acoustique
normalisé,LnAT) dans les locaux proches de celle-ci ne depasse pas les valeurs limmites données dans le
tableau ci-dessous :

Niveau sonore à ne pas dépasser,


en dB(A), occasionné par
Références l’ensemble
Local,lieu
articles des
la chaufferie
équipements
collectifs

Arrêté du Habitat
30 juin 1999 Cuisine 35 dB(A)
(**) pièce principale 30 dB(A)

Art 6 Arrêté du
Bureaux,E.R.P. 30 dB(A)
23 juin 1978

Etablissements
Fonctent Fonctent
d’enseignement
Décret du continu intermittant
C.D.I., locaux
9 janvier 1995 33 dB(A) 38 dB(A)
médicaux
38 dB(A) 43 dB(A)
autres
(*) Emergence < 5 dB(A)
Arrêté du
entre 7 h et 22 h
25 juillet 1997 Installations classées
Emergence < 3 dB(A)
entre 22 h et 7h
Décret du Emergence < 5 dB(A)
18 avril 1995 Bruit de entre 7 h et 22 h
et circulaire du voisinage Emergence < 3 dB(A)
27 février 1996 entre 22 h et 7h

A titre indicatif:

Norme
NB P90-207 Salles de sport 45 dB(A)
d’octobre 1992

Recommandations courbe NR 27
Lieux de spectacles
par la C.S.T.C. et 32 dB(A)

Etablissements hospitaliers
Recommandations chambres 30 dB(A)
établissements bureaux 38 dB(A)
hospitaliers salles d’opération 43 dB(A)
salles de soins 48 dB(A)
* Emergence : élévation du bruit ambiant par un bruit particulier.
er
** Remplace arrêté du 28 octobre 1994 qui concernait les permis de construire déposés avant le 1 Janvier 2000

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
DIMENSIONS DE LA CHAUFFERIE CHAUF
Local chaufferie
B5
Arrêté du 23 juin 1978

ART. 7

0,50 m 0,50 m 0,50 m

espace suffisant pour :


- l’usage des outils de
chauffe …

ART. 8 :

passerelle
2 [m] mini
2.20 [m] mini

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
B6
MOYENS DE SECOURS

Gaine pompier ______________________________ fiche B6.01

Equipement de lutte contre l’incendie ___________ fiche B6.02

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
MOYENS DE SECOURS CHAUF
Local chaufferie B6.01
Arrêté du 23 juin 1978

Gaine pompier
Art.15

Elle est obligatoire pour les chaufferies en sous-sol. Il s’agit d’un conduit débouchant à l’extérieur au
niveau du sol et permettant en cas de feu la mise en œuvre du matériel de ventilation des sapeurs
pompiers pour l’évacuation des fumées.
Elle présente les caractéristiques suivantes:
• section circulaire ou rectangulaire de 16 dm² (au moins 20 cm dans sa plus petite dimension),
• paroi du conduit coupe-feu de degré 1/2 h au moins et résistante aux chocs,
• orifice de 40 cm au moins de diamètre ou de côté ou encore demi-raccord DN 300 conforme à la
norme NF S 61-707.
L’orifice extérieur doit être signalé par une plaque portant la mention “Gaine pompierschaufferie”.
Il doit être fermé par un dispositif démontable sans outillage.

ou
D > 40 [cm]
l > 40 [cm]
au débouché et sur 1 m de gaine au moins

Section de 16 Plaque de ou
[dm²] signalisation
de la gaine
Parois
conduit CF
1/2 [h] et
résistantes
aux chocs

Demi-raccord DN 300 utilisé par


les sapeurs pompiers
comportant un grillage

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
MOYENS DE SECOURS CHAUF
Local chaufferie B6.02
Arrêté du 23 juin 1978

Equipement de lutte contre l’incendie

Art.20

Dans les chaufferies utilisant des combustibles liquides ou solides,

prévoir un dépôt de sable de 0.1 m3 et une pelle ainsi que 2 extincteurs portatifs (pour feux de classe 34
B1 ou B2 au moins)

Extincteur

Pelle

Sable

Dans les chaufferies au gaz,

Prévoir un extincteur à poudre polyvalente de classe minimum 5A – 34B accompagné d’un panneau
précisant “Ne pas utiliser sur flamme gaz”.

Dans les chaufferies d'ERP,

Le § 1 de l'article CH 10 de l'arrêté du 25 juin 1980 renvoie à l'article 20 de l'arrêté du 23 juin 1978


illustré sur la présente fiche.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
B7 Arrêté du 23 juin 1978
D.T.U. 65-4
VENTILATION

Principe ____________________________________ fiche B7.01-02

Sections libres et débits de ventilation ___________ fiches B7.02-04

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
VENTILATION CHAUF
Local chaufferie B7.01
Arrêté du 23 juin 1978

Principe

Art.11

Le système de ventilation comporte

une introduction d’air en partie basse une sortie d’air en partie haute
déstinée à la ventilation du local et, constituée par un ou plusieurs
éventuellement à l’alimentation des
générateurs en air de combustion.

conduits débouchant en ouvertures permanentes


toiture pratiquées dans les parois

Les prises d’air accessibles au public doivent être protégées par un grillage à mailles
ou tout dispositif analogue

Exemple de ventilation d’une chaufferie en sous-sol

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
VENTILATION CHAUF
Local chaufferie B7.02
Arrêté du 23 juin 1978

Principe (suite)

Art.11

Exemple de ventilation de chaufferie avec alimentation en air des générateurs

Sections libres et débits de ventilation

Fuel : Art 12 Arrêté du 23 juin 1978 – Art 72 Arrêté du 21 Mars 1968


Gaz : DTU 65-4

L’arrêté du 23 Juin 1978 ne donne pas de renseignements sur la dimension des grilles ou bouches mais
imposent simplement qu’en l’absence de vent :

- dépression en chaufferie par rapport à l’extérieur < 2,5 Pa


- la température intérieure < 30°C si la température extérieure < 15°C

Pour les chaufferies utilisant des combustibles liquides : art. 72 Arrêté du 21 Mars 1968

Les sections libres suivantes peuvent être prévues pour se conformer à ces exigences:

Ventilation basse Ventilation haute


Section en [dm²] Section en [dm²]

S (*) = 0,03 * Pu(*) S = 0,02 * Pu(*)


Avec S ≥ 2,5 [dm²] Avec S ≥ 2,5 [dm²]

*Pu: Puissance utile en [kW]


2
*S = dm

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
VENTILATION CHAUF
Local chaufferie
B7.03
Sections libres et débits de ventilation (suite)

pour les chaufferies gaz

DTU 65.4 § 1.7 et 1.8

VENTILATION BASSE

Ouverture dans paroi Pu [ kW ] A [m 2 ]


extérieure S [dm ²] ≥ S [dm ²] ≥
23 5
§ 1.72
P =Puissance utile en chaufferie A = surface de la chaufferie

Q [m3/h] ≥ 1,72.P [kW] Q [m3/h] ≥ 10.A [m2]


Par gaine
§ 1.73 Avec ∆p < 2,5 pascals * Avec ∆p < 2,5 pascals *
P = puissance utile en chaufferie A = surface de la chaufferie

v2
* Rappel : ∆p conduit = ∆p linéique + (total ζ) + ρ x
2

VENTILATION HAUTE

Ouverture dans paroi A [m 2 ]


extérieure
S [ dm ²] ≥ avec un minimum de 2,5 dm2
10
§ 1.81
A = surface de la chaufferie

F (dm 2 )
S (dm2) ≥ avec un minimum de 2,5 dm2
Par gaine 2
§ 1.82
F = section totale des conduits de fumée

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
VENTILATION CHAUF Local chaufferie B7.04
Arrêté du 23 juin 1978

Sections libres et débits de ventilation (suite)


DTU 65.4 § 1.7 et 1.8

(4) : Lorsque le conduit de fumées est placé dans une gaine, celle-ci ne peut pas être utilisée
directement pour assurer la ventilation de la chaufferie. Cependant le conduit de ventilation
haute peut y être construit
(Réf. DTU 24-1 § 3.71)

Gaine
technique

Conduit d’air
Sortie d’air

Entrée d’air
Conduit de
fumées

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
GAINES ET CONDUITES NON Local chaufferie B8
DESTINEES A LA CHAUFFERIE CHAUF

Art 13,§3 Arrêté du 23 juin 1978

Gaines d’air

Gaine étanche aux gaz


Paroi CF 2 [h]

Canalisations électrique ou de fluides combustibles :


passage interdit sauf si nécessaire à la chaufferie

Stockage : "il est interdit d’entreposer dans la


chaufferie des matières combustibles ou produits
toxiques ou corrosifs".

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
B9
SYSTEMES D'EVACUATION

Chaufferies en sous-sol _______________________ fiche B9.01

Chaufferies en terrasse ou au dernier niveau d’un


bâtiment ____________________________________ fiche B9.01

Prescriptions supplémentaires concernant les


chaufferies utilisant des combustibles liquides ___ fiche B9.02

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
DISPOSITIF D’EVACUATION DES
LIQUIDES
Local
chaufferie B9.01
CHAUF

Arrêté du 23 juin 1978

Chaufferies en sous-sol
Art 9 §1

La chaufferie doit comporter un robinet de puisage ainsi qu’un


siphon de sol raccordé à l’égout dans les conditions réglementaires
et disposé au point bas du local pour recevoir les eaux de lavage et
de divers écoulements.
Le siphon de sol peut-être remplacé par un réceptacle étanche où
les eaux ne peuvent être évacuées que par pompage.

Chaufferies en terrasse ou au dernier niveau d’un bâtiment


Art 9 §2

Cuvette de rétention de profondeur


≥ 15 [cm]

Canalisation métallique ne comprenant


aucun branchement sur les étages
Avaloir : NF EN 1253-1
Dint > 75 [mm]

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
DISPOSITIF D’EVACUATION DES Local chaufferie B9.02
LIQUIDES CHAUF

Arrêté du 23 juin 1978

Prescriptions supplémentaires concernant les chaufferies


utilisant des combustibles liquides

Art 9 §3

"Toutes chaufferies
Dans le cas de l’utilisation de combustibles liquides, la chaufferie doit
comporter en outre un dispositif permettant de séparer ces produits des
eaux à évacuer, et ceci avant tout pompage automatique ou non".

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C Equipement des chaufferies

C1 C4 Circuits électriques
Générateurs

C3 Calorifuge C2 Equipement de
contrôle

C7 Vase d'expansion C5 Alimentation en


eau

Régulation C6 Maintenance

voir thème Régulation

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C1
Arrêté du 9 mai 1994
GENERATEURS/RENDEMENT Décret du 11 septembre 1998

Domaine d'application des textes réglementaires fiche C1.01

Générateurs de puissance inférieure à 400 [kW] fiche C1.02

Générateurs de puissance supérieure à 400 [kW] fiche C1.03

Cahier des clauses


GENERATEURS / NOMBRE techniques générales :
Brochure J.O. 2015
fiche C1.04

GENERATEURS / IRRIGATION

fiche C1.05

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C1.01
Equipement
GENERATEURS / RENDEMENT chaufferie
CHAUF

Domaine d’application des textes réglementaires

Le tableau ci-dessous précise les textes réglementaires applicables en matière de rendement en


fonction de la puissance, du type et de la date de mise en service du générateur :

Chaudière HP
Tous
Chaudière à eau chaude (vapeur et eau
types
surchauffée)
Comb. Comb.
Fioul Gaz solide Fioul Gaz solide Bois
minéral minéral
Mise en service
Après le 01.01.98

4 ≤ P < 400 [kW]


Marquage CE
Arr. 9 mai 1994 (*)
néant

400 [kW] ≤ P ≤ 50 [MW] Décret du 11 septembre 1998 (Reta 31.29)

* Transposition en droit francais de la directive européenne n°92/42/CEE du conseil du


21 mai 1992

NB : L’arrêté du 5 février 1975 relatif aux rendements minimaux des générateurs thermiques à
combustion a été abrogé à compter du 13 mars 2000 par arrêté du 7 février 2000.
(Il concernait toutes les puissances de générateurs).

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C1.02
Equipement
GENERATEURS / RENDEMENT CHAUF chaufferie

Marquage CE des chaudières neuves alimentées en combustibles liquides


ou gazeux, de puissance comprise entre 4 et 400 kW

Les chaudières entrant dans le champ d’application de l’arrêté du 9 mai 1994 ( voir fiche
C1.01 ) doivent être munies du marquage C .E. et accompagnées de la déclaration « C.E.
de conformité au type ».

• marquage C.E. art 7

• déclaration « C.E. de conformité » art 9

Rendements correspondant au marquage CE :

Combustion liquide ou gazeux


Chaudières à eau chaude en
service après le 01.01.1998

Rendement à puissance Rendement à charge


nominale partielle

Tmoy eau η [%] Tmoy eau η [%]

84 + 80 +
Chaudière standard 70°C 50°C
2 log Pn*** 3 log Pn
Chaudière basse 87.5 + 87.5 +
70°C 40°C
température* 1.5 log Pn 1.5 log Pn
Chaudière gaz à 91 + 97 +
70°C 30°C(**)
condensation log Pn log Pn
* Y compris les chaudières à condensation utilisant les combustibles liquides.
** Température de l’eau d’alimentation de la chaudière.
*** Pn :puissance nominale

Art 11 – Marquage additionnel facultatif :

EXIGENCE EXIGENCE
Nombre de rendement à puissance nominale de rendement à charge partielle de 0.3
d’étoiles Pn et à une température moyenne de Pn et à une température moyenne de
l’eau de la chaudière de 70°C (en %) l’eau de la chaudière ≥ 50°C (en %)

+ ≥ 84 + 2 log Pn ≥ 80 + 3 log Pn
++ ≥ 87 + 2 log Pn ≥ 83 + 3 log Pn
+++ ≥ 90 + 2 log Pn ≥ 86 + 3 log Pn
++++ ≥ 93 + 2 log Pn ≥ 89 + 3 log Pn

Marquage additionnel permettant de valoriser les performances de la chaudière

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C1.03
Equipement
GENERATEURS / RENDEMENT chaufferie
CHAUF

Décret du 11 septembre 1998 (Reta 31.29)

Générateurs de puissance : 400 kW ≤ P ≤ 50 kW)

Le tableau ci-dessous précise les rendements minimums obligatoires des générateurs en fonction du
type, de la puissance et de la date de mise en service du générateur.

mise en service
Type de Puissance après le Fioul Combustible
avant le F.O.D. Gaz
chaudière en [MW] 14-03-2000 14-03-2000 lourd minéral
11.09.88 05.02..75
O 89 88 90 86
Chaudière à 0.4≤P≤2
O 85 84 86 83
eau chaude O 89 88 90 86
ou eau 2<P≤10
surchauffée O 86 85 87 84
T ≤ 110°C O 89 88 90 86
10<P≤50
O 87 86 88 85
O 82 81 83 79
Chaudière à 0.4≤P≤2
O 78 77 79 76
fluide O 82 81 83 83
thermique 2<P≤10
autre que
O 79 78 80 77
l’eau O 82 81 83 83
10<P≤50
O 80 79 81 78
O 84 83 85 81
0.4≤P≤2
Chaudière à O 80 79 81 78
vapeur ou O 87 86 88 84
eau 2<P≤10
surchauffée O 84 83 85 82
T > 110°C O 87 86 88 84
10<P≤50
O 85 84 86 83

Décret du 11 septembre 1998 (Reta 31.29)

NOTA : - Les mesures de rendement sont effectuées lorsque

Art. 3 1/3 Pn ≤ P ≤ Pn

Art. 4 - En cas de combustion simultanée de 2 combustibles dans une


chaudière, la valeur du rendement minimum est déterminée au prorata
des quantités de combustible consommées.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C1.04
Equipement
GENERATEURS / NOMBRE chaufferie
CHAUF

CCTG Brochure J.O. n°2015 – fascicule N° C.C.0 § 5.1.2.

Le cahier des clauses techniques générales de marchés publics de travaux d'installations de génie
climatique recommande d’installer :

au moins 2 chaudières au moins 3 chaudières


lorsque lorsque
Pu > 350 [kW] Pu > 1500 [kW]

De plus si l’un des générateurs est hors de fonctionnement, la puissance disponible conseillée doit
être au moins égale aux pourcentages ci-après de la puissance totale :

• 75 % en zone H1*
• 60 % en zone H2*
• 50 % en zone H3*

* Délimitation des zones: voir fiches A4

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C1.05
Equipement
GENERATEURS / IRRIGATION CHAUF chaufferie

Accords intersyndicaux de 1969

Le débit nominal Qn est défini pour un écart de température d’eau de 15°C.

1/3 Qn ≤ Q (débit d’irrigation du générateur) ≤ 3 Qn

Certains constructeurs dérogent à ces règles et n’accordent leur garantie qu’en cas
! d’acceptation et de mise en œuvre des règles qu’ils imposent.

Les débits minimums et maximums des générateurs sont souvent fixés par les
documents techniques constructeurs.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C2
EQUIPEMENT DE CONTROLE Décret du 11 septembre 1998

Chaudières mises en service


à compter du 14 mars 2000 ____________________________ fiche C2.01

NB : L’arrêté du 20 juin 1975 est abrogé à compter du 13 mars 2000 par arrêté du 7 février 2000
(il concernait les générateurs de 87 KW < P ≥ 50 kW).

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C2.01
Local
EQUIPEMENT DE CONTROLE CHAUF chaufferie

Décret du 11 septembre 1998

Chaudières mises en service à compter du 14 mars 2000

Tableau récapitulatif

400 kW à
2 MW à
Equipements exigés 2 MW > 10 MW Remarques
10 MW

Indicateur de
température des fumées
en sortie de chaudière
Analyseur portatif des
gaz de combustion
CO2 ou O2
Analyseur automatique
des gaz de combustion
CO2 ou O2
Appareil manuel de
mesure de l’indice de Ceci n’est valable que
noircissement pour un combustible autre
que le gaz, le charbon
Appareil continu de pulvérisé ou fluidisé, donc
mesure de l’indice de utile pour du fuel.
noircissement

Déprimomètre
indicateur L’exploitant en est
dispensé si le foyer de la
chaudière est en
Déprimomètre surpression.
indicateur enregistreur

Indicateur de l’allure
de fonctionnement

Indicateur du débit de
combustible

Enregistreur de
pression de vapeur

Indicateur de
température du fluide
caloporteur
Indicateur de
température du fluide
caloporteur enregistreur

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C3
Equipement
CALORIFUGE CHAUF chaufferie

Art 10, Arrêté du 23 juin 1978 (Reta 11.39)

"Les générateurs et les canalisations de fluides caloporteurs


à l'intérieur et à l'extérieur de la chaufferie doivent être
calorifugés sauf les canalisations qui participent au chauffage
des locaux qu'elles traversent.
Il est rappelé que les propriétés de réaction au feu exigées
pour les produits de calorifugeage sont précisées dans les
règlements de protection des bâtiments contre l'incendie."

Caractéristique au feu des conduits caloporteurs :

Bâtiment Réaction au feu Référence article

Canalisations non incorporées : M1


Arrêté du 25 juin 1980 modifié
Calorifuge: M1 dans les locaux
E.R.P. 14 février 2000
accessibles au public.
Art. CH 25 §3
M3 dans les autres parties

Pas d’exigences particulières


Habitat Arrêté du 31 janvier 1986 modifié
concernant le calorifuge

Il convient de préconiser l’emploi de


calorifuges incombustibles de
I.G.H. manière à rester dans la limite Arrêté du 18 octobre 1977
générale du potentiel calorifique
imposé par l’article GH16

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C4
Arrêté 23 juin 1978
CIRCUIT ELECTRIQUE Norme NF C15 100

Synoptique ________________________________ fiche C4.01

Alimentation électrique ______________________ fiche C4.02

Coupure d'urgence __________________________ fiche C4.02-03

Canalisations électriques _____________________ fiche C4.03

Eclairage __________________________________ fiche C4.04

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C4.01
Equipement
CIRCUITS ELECTRIQUES CHAUF chaufferie

Arrêté du 23 juin 1978 (Reta 11.39)

Eclairage Alimentation électrique

Voir fiche C4.04 Voir fiche C4.02

Canalisations électriques Coupure d'urgence

Voir fiche C4.03 Voir fiches C4.02-03

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C4.02
Equipement
CIRCUITS ELECTRIQUES CHAUF chaufferie

Art 14, Arrêté du 23 juin 1978 (Reta 11.39)


Norme NF C 15-100 § 772.3.1

Alimentation électrique

La chaufferie doit être alimentée par 2 circuits divisionnaires issus du tableau des services
généraux :
un circuit alimentation éclairage
un circuit alimentation principale

Toutefois si la puissance totale nécessaire pour l'alimentation principale et l'éclairage est au plus
égale à 2 kW, l'éclairage ne nécessite pas de circuit distinct.

Coupures d’urgence

A l’exterieur de la chaufferie 2 dispositifs de coupure doivent être prévus :

un pour le circuit d’alimentation éclairage


un pour le circuit d’alimentation principale

Chaque dispositif convenablement identifié et facilement accessible peut être :

soit un interrupteur à coupure soit un dispositif d’arrêt


omnipolaire, à commande d’urgence à commande
manuelle électrique à distance

Celui-ci doit fonctionner suivant


le principe de sécurité positive :
le relais doit déclencher lorsque
le signal d’entrée est 0.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C4.03
Equipement
CIRCUITS ELECTRIQUES CHAUF chaufferie

Arrêté du 23 juin 1978 (Reta 11.39)

Coupures d'urgence (suite)

Art 14
Les dispositifs doivent être convenablement
identifiés et accessibles

Dans le cas d'un interrupteur, une plaque doit


signaler le sens de manœuvre " ouvert-fermé "

Canalisations électriques

Art 13 §3

Le passage de toutes canalisations électriques qui ne sont pas nécessaires au fonctionnement propre
de la chaufferie y est interdit.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C4.04
Equipement
CIRCUITS ELECTRIQUES CHAUF chaufferie

Art 17 Arrêté du 23 juin 1978 (Reta 11.39)


Norme NF C15 100 § 772.3.1

Eclairage

L' arrêté du 23 juin 1978 dit simplement que l'éclairage doit être suffisant pour permettre les actions de
conduite, de réglage, de contrôle et de sécurité.
La norme NF C15 100 § 772.3.1 fournit des intensités lumineuses qui satisfont au conditions ci-
dessus.
L'éclairement moyen à maintenir est donné dans le tableau ci dessous :

Appareillage 100 lux

Tableau électrique 200 lux

Autres 60 lux

Les dispositifs de commande de l'éclairage sont placés de façon qu'au moins l'un d'eux soit
accessible à chaque entrée dans la chaufferie.

Les lampes doivent être installées à poste fixe et protégées contre les chocs. Les lampes à bout
de fil sont interdites.

• lampe fixe
• protection contre les chocs interdit

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C5
R.S.D.T.
Arrêté 23 juin 1978
ALIMENTATION EN EAU Circulaire du 10 avril 1987
Norme NF C15 100
Guide Hygiène Publique

Alimentation en eau de l'installation de chauffage fiche C5.01

Alimentation en eau du système


de production d'E.C.S. _______________________ fiche C5.02

Schéma récapitulatif_________________________ fiche C5.02

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C5.01
Equipement
ALIMENTATION EN EAU CHAUF chaufferie

RSDT modifié Art 16.3 - 16.7


Guide Hygiène Publique N°1 (Bulletin officiel N°87-14 bis)

Alimentation en eau de l' installation de chauffage

L'article 16.7 du R.S.D.T. présente les installations de chauffage comme des circuits à risque pour
le réseau d'eau potable.
L'article 16.3 indique que lorsqu' on utilise l'eau potable pour alimenter le réseau d'un circuit fermé
pouvant présenter des risques particuliers pour la distribution située en amont, il faut prévoir un
réservoir de coupure, ou un bac de disconnection. Ces derniers peuvent être remplacés par un
disconnecteur à zone de pression réduite contrôlable(1).

Prescriptions à respecter :

• Les disconnecteurs doivent porter la marque NF anti-pollution

• Une déclaration doit être faite aux autorités sanitaires (DDASS) sur laquelle il précisera :
- lieu d'implantation du disconnecteur
- caractéristique du réseau en aval
- nature des eaux

• Les caractéristiques de l'appareil doivent être adaptées au réseau (température et nature des
eaux, débit …)

• position non immergeable et facile d'accès

• maintenance et contrôle périodique annuel (2)

(1) Disconnecteur BA (contrôlable) (2) Appareillage de contrôle

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C5.02
Equipement
ALIMENTATION EN EAU CHAUF chaufferie

RSDT modifié Art 16.8


Circulaire du 10 avril 1987
Guide Hygiène Publique N°1 (Bulletin officiel N°87.14 bis)

Alimentation en eau du système de production E.C.S.

L' alimentation en eau du système de production d' E.C.S. doit comporter un clapet de non retour
de classe A contrôlable(1) homologué.

Circulaire n°593 du 10 avril 1987

(1) Clapet anti-retour de classe A

Schéma récapitulatif de l'alimentation en eau de l'installation de chauffage et


production d'E.C.S.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C6
Equipement
MAINTENANCE CHAUF chaufferie

Contrôles périodiques
Décret du 16 septembre 1998 (Reta 31.31)

Ce contrôle concerne uniquement les chaufferies dont la somme des puissances nominales des
chaudières installées est supérieure à 1 [MW].
Art 1

Vérifications : Art 3

• Présence des appareils de contrôle obligatoires voir fiches C2.01

• conformité des rendements des chaudières voir fiches C1.01

• bonne tenue du livret de chaufferie

Compte rendu du contrôle : Art 4

Fréquence des contrôles : Art 6

Au moins une fois tous les trois ans sauf pour les installations neuves qui nécessitent en plus
un contrôle pendant leur première année de mise en service.

Délai de mise en conformité de l'installation : Art 7

3 mois après réception du compte rendu du contrôle

La nature des contrôles et le seuil de puissance pour un contrôle obligatoire peuvent


! changer lorsque la chaufferie se trouve dans une zone de protection spéciale:

Nord : Arrêté du 26 février 1974 Marseille : Arrêté du 8 avril 1981

Ile de France : Arrêté du 22 janvier 1997 Strasbourg : Arrêté du 12 juillet 1990

Rhône : Arrêté du 28 Novembre 1994

Livret de chaufferie

Décret du 11 septembre 1998 (Reta 31.30)

Pour toute chaudière de puissance supérieure à 400 [kW] l'exploitant tient à jour un livret de chaufferie
sur lequel figure le rendement caractéristique de la chaudière relevé lors de chaque remise en
marche de l'installation et tous les 3 mois pendant la période de fonctionnement.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C7
DISPOSITIFS DE SECURITE D.T.U. 65-11

VASE D'EXPANSION

Dispositions générales ______________________ fiche C7.01


Protection contre le gel
§ 4.213 fermé
§ 3.217 ouvert
Tubes d'expansion

Vase d'expansion fermé ______________________ fiche C7.02

Vase d'expansion ouvert _____________________ fiche C7.03

Bâche alimentaire ___________________________ fiche C7.04

SE_____________________________________________
CURITE GENERATEUR fiche C7.05

REGULATION voir classeur REGULATION

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C7.01
Equipement
DISPOSITIONS
VASE D'EXPANSION
GENERALES CHAUF chaufferie .02

Dispositions générales
D.T.U. 65-11

Protection contre le gel

Le vase d'expansion, ses accessoires et le tube d'expansion doivent être protégés contre le gel.
. vase d'expansion ouvert………….…§ 3.217
. vase d'expansion fermé………….….§ 4.213

Tube d'expansion

Le ou les tubes d'expansion doivent permettre l'écoulement du débit d'eau correspondant à la


dilatation la plus rapide de l'eau de l'installation avec une vitesse < 0,10 m/s.
. vase d'expansion ouvert………….…§ 3.213
. vase d'expansion fermé………….….§ 4.212

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C7.02
Equipement
VASE D'EXPANSION FERME CHAUF chaufferie

D.T.U. 65-11

On distingue deux sortes de vases d'expansion fermés :

Vase d'expansion fermé à pression Vase d'expansion fermé à pression


variable constante

Le maintien de la pression constante dans le


vase est obtenue par un dispositif régulateur

Dimensionnement Dimensionnement §4.323


§4.322

Le vase doit être placé sur la canalisation de retour au générateur

Si pmax > 4 bars, le vase doit comporter:

• un manomètre
• un organe de sécurité empêchant la pression de gaz de dépasser de 10% la pression
maximale d'utilisation du vase.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C7.03
Equipement
VASE D'EXPANSION OUVERT CHAUF chaufferie

D.T.U. 65-11

Pour mémoire voir § 3


car ce système se rencontre de moins en moins sur les installations, sauf peut-être pour les
chaufferies bois.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C7.04
Equipement
BACHE ALIMENTAIRE CHAUF chaufferie

D.T.U. 65-11 § 4.4

Groupes de maintien de pression sur l'eau

Les groupes de maintien de pression sur l'eau sont constitués de bâches alimentaires de retenue
d'eau à pression atmosphérique.
Un dispositif d'introduction d'eau par pompe et d'évacuation permettant de maintenir constante la
pression de l'eau dans l'installation.

Schémas de principe d'un groupe de maintien de pression sur l'eau

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
C7.05
Equipement
SECURITE GENERATEUR chaufferie
CHAUF
.

D.T.U. 65-11

§ 4.2
Installations de chauffage à eau chaude

Chaque générateur doit être équipé

• d’un thermomètre
d’une soupape
• d’un manomètre d’un dispositif de de sûreté s’il y a
• de vannes 2 voies limitation de température présence d’un
d’isolement
vase d’expansion
fermé

prescriptions : § 4.23 prescriptions : § 4.22


et § 2.32

Installations à vapeur basse pression § 2.2

Chaque générateur doit comporter

un dispositif de
Un niveau de un manomètre en liaison sécurité qui est
visée directe avec la chambre soit
de vapeur gradué de 0 à
1 bar

un dispositif de sûreté une soupape de


prescriptions : § 2.22 hydraulique sûreté

prescriptions : § 2.31 prescriptions : § 2.32

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
Installations classées
D 2 MW ≤ P < 20 MW : Arrêté du 25 juillet 1997 modifié
par Arrêté du 10 août 1998
P ≥ 20 MW : Arrêté du 20 juin 2002

D1 Préambule D2 Implantation D9 Déchets

Accès chaufferie D8 Balisage et D3 Parois


affichage
voir fiche B3

Ventilation
D4 Installations D6 Exploitation
voir fiche B7
électriques entretien
D7 Moyens de
secours incendie Alimentation D5 Equipement
combustible de sécurité

combustible liquide: voir fiches H


combustible gazeux: voir fiches I

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
D1
PREAMBULE

A consulter __________________________________ fiche D1.01

Classement des installations classées ___________ fiche D1.01

Autorisation et déclaration _____________________ fiche D1.02

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
D1.01
Installations
PREAMBULE classées

Arrêté du 25 juillet 1997 modifié : 2 MW ≤ P < 20 MW


Arrêté du 20 juin 2002 : P ≥ 20 MW

A consulter

• Cette partie concerne uniquement les prescriptions supplémentaires apportées par


l'arrêté du 25 juillet 1997 modifié par l'arrêté du 10 août 1998 (arrêté PIC.) et l’arrêté du
20 juin 2002 (arrêté MIC). Ces textes concernent les installations classées pour la
protection de l'environnement soumises respectivement à déclaration et à
autorisation sous la rubrique n° 2910 (combustion) de la nomenclature.

Voir classement ci-dessous

• Les chaufferies soumises à l’arrêté du 25.07.1997 modifié doivent néanmoins satisfaire


aux prescriptions abordées dans les parties précédentes.

• L’arrêté du 20 juin 2002 ne fixe pas d’exigences pour la réalisation du local chaufferie
proprement dit (implantation, parois, accès,…). Il conviendra pour ce dernier de se
rapprocher de l’étude de danger.

Classement des installations classées

Nomenclature des installations classées pour


la protection de l'environnement
Décret n°96-197 du 11 mars 1996 - Reta 29.10

La rubrique 2910 classe les installations de combustion comme suit :

Puissance de la
2 < P < 20 [MW] P ≥ 20 [MW]
chaufferie (*)

Installation classée soumise à Installation classée soumise à


Classement
déclaration autorisation

(*) Ici la puissance est définie à partir de la quantité maximum de combustible consommée par les
chaudières (puissance calorifique).

Ce tableau est applicable à toutes chaufferies consommant un des combustibles suivants :


• Gaz naturel • Fuel lourd
• G.P.L. • Charbon
• Fuel domestique • Biomasse (bois)

NOTA: La rubrique n° 2910 remplace l'ancienne rubrique 153 bis (combustion).

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
D1.02
Installations
PREAMBULE classées
CHAUF

Décret du 21 septembre 1977


Brochure J.O. n° 1001-I

Autorisation et déclaration

Installations soumises à déclaration Installations soumises à autorisation

Les installations soumises à déclaration font Les autorisations sont délivrées par le
l'objet d'une simple déclaration au préfet préfet, au terme d'une procédure ouverte et
accompagnée des renseignements suivants : contradictoire, après enquête publique. Le
dossier de demande d'autorisation doit
Nom, raison sociale, domicile du notamment comporter une étude d'impact et
pétitionnaire ; une étude de danger. Dans cette procédure,
Adresse complète de l'établissement, l'inspection des installations classées,
emplacement de l'installation ; assurée principalement par la direction
Nature des activités ; régionale de l'industrie, de la recherche et de
Procédé de fabrication ; l'environnement, joue un rôle central.
Matières utilisées ;
Produits fabriqués ;
Quantités mises en œuvre et en dépôt ;
Condition d'évacuation des eaux
résiduaires ;
Conditions d'utilisation, de traitement ou
d'enlèvement des déchets ;
Les dispositions prévues en cas de
sinistre.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
D2
Installations
IMPLANTATION classées
CHAUF

Arrêté du 10 Août 1998

Implantation à l'intérieur d'un bâtiment


§2.1

Conformément à l'arrêté du 23 juin 1978 (ffiche B1) les installations de puissance supérieure à 2000 [kW] ne
peuvent être implantées à l'intérieur d'un bâtiment.

Implantation à l'extérieur d'un bâtiment


§2.1

E.R.P. voies à grande circulation

I.G.H.

Stockage combustible

d ≥10 m d ≥10 m
Immeuble occupé

par des tiers

NOTA: Il est possible de déroger à cette obligation d'éloignement à condition toutefois que les parois de la
chaufferie répondent aux conditions suivantes :
§2.1 et 2.4

Parois MO, CF 2 heures

d <10 m

Portes CF 1/2 heure

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
D3
Installations
PAROIS classées
CHAUF

§2.4, Arrêté du 10 août 1998

En plus des caractéristiques au feu imposées par l'arrêté du 23 juin 1978 (ffiche B2) les murs et planchers
d'une installation classée doivent être Stable au Feu de degré 1 heure.

De plus le local doit être conçu de manière à limiter les effets d'une explosion (évents, parois légères …)
Ceci ne s'applique pas en cas de remplacement d'appareil de combustion ou d'extension dans une
installation existante.

La chaufferie doit comporter en partie haute du local un dispositif permettant l'évacuation des fumées et gaz
de combustion dégagés en cas d'incendie.Les commandes d'ouvertures seront placées à proximité des
accès.

Dispositif permettant
l'évacuation des fumées
(ouvrants, ou lanterneaux ...)

Parois légères
MO, SF 1 heure

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
D4
Installations
INSTALLATIONS ELECTRIQUES classées
CHAUF

§2.7, Arrêté du 25 juillet 1997


2.8, Arrêté du 10 août 1998

Ces prescriptions sont complémentaires à l'arrêté du 23 juin 1978 (ffiches C5).

Les équipements métalliques de la chaufferie doivent être reliés à la terre

Les circuits électriques cités ci-dessous doivent être conçus pour fonctionner en atmosphère explosive :

• L'alimentation en T.B.T.
• L'alimentation des matériels destinés à fonctionner en atmosphère explosive
• L'éclairage de secours

Les canalisations électriques doivent être protégées contre les chocs, la propagation des flammes et
l'action des produits présents dans le local.

Les canalisations électriques doivent être entretenues en bon état et doivent être contrôlées, après leur
installation ou leur modification par une personne compétente. Les installations doivent être réalisées
conformément au décret du 14 novembre relatif à la réglementation du travail

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
D5
Installations
EQUIPEMENT DE SECURITE classées
CHAUF

2 MW ≤ P< 20 MW : arrêté du 25 juillet 1997 modifié


P ≥ 20 MW : arrêté du 20 juin 2002

Contrôle de combustion
§ 2.13, Arrêté du 25 juillet 1997 – Art. 29, Arrêté du 20 juin 2002

A l'équipement minimum de sécurité des générateurs (ffiche C1.04), on ajoute aux générateurs d'installations
classées un dispositif de contrôle de la flamme dont le défaut de fonctionnement entraîne l'arrêt de l'alimentation
en combustible.

Détection de gaz – Détection d'incendie

§ 2.15, annexe à l'arrêté du 10 août 1998 - Art. 30, Arrêté du 20 juin 2002

Détection incendie

Concerne uniquement les installations en sous-sol.

• l'emplacement des détecteurs est déterminé par l'exploitant en fonction des risques de fuites et d'incendie.
Leur situation est repérée sur un plan.

• Les détecteurs seront contrôlés et étalonnés régulièrement. et les résultats consignés par écrit.

Détection gaz

Concerne les chaufferies suivantes utilisant un combustible gazeux:

• Chaufferies sans surveillance


• Chaufferies en sous-sol

En cas de détection de gaz, le dispositif:

• coupe l'arrivée de gaz (vvoir fiche I3)


• voir fiche D4)
interrompt l'alimentation électrique à l'exception des alimentations protégées (v
• déclenche une alarme

Les détecteurs seront régulièrement contrôlés et étalonnés.

détecteur incendie

alarme
détecteur gaz

Organes de coupure automatique

(v
voir fiche I1.02)

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
D6
Installations
EXPLOITATION / ENTRETIEN classées
CHAUF

Arrêté du 25 juillet 1997 modifié (et annexe du 10 Août 1998) : 2 MW ≤ P < 20 MW

Arrêté du 20 juin 2002 : P ≥ 20 MW

Dossier : installation classée


L'exploitant doit établir et tenir à jour un dossier comportant les documents suivants (§ 1.4., arrêté du 25.07.1997)

• Le dossier de déclaration

• Les plans tenus à jour

• Le récépissé de déclaration et les prescriptions générales

• Les arrêtés préfectoraux relatifs à l'installation

• Les résultats des dernières de mesures sur le bruit et les effluents,

• Les rapports de visite,

• Un plan repérant les détecteurs gaz et incendie (ffiche D5)


(§ 2.15., arrêté du 25.07.1997 et art. 30, arrêté du 20.06.02)

• Le registre entrées / sorties de combustible (§ 3.5 – arrêté du 25.07.1997)

• Le compte rendu des vérifications de l'installation électrique (ffiche D4) - (§ 3.6 – arrêté du 25.07.1997)

• Le compte rendu des vérifications des organes de réglage, de contrôle,


de signalisation et de sécurité (§ 3.6 – arrêté du 25.07.1997)

• Un plan localisant les emplacements à risque (§ 4.3 – Arrêté du 25.07.1997)

• Les consignes de sécurité (ffiche D8) (§ 4.7. - arrêté du 25.07.1997)

• Les consignes d'exploitation (ffiche D8) - (§ 4.8 – arrêté du 25.07.1997 et art. 28 du 20.06.2002)

• Le relevé de puisage d'eau (§ 5.1 – arrêté du 25.07.1997)

• Les documents justificatifs de l'élimination des déchets industriels (§ 7.4 arrêté du 25.07.1997).

Livret de chaufferie

• Installations : 2 MW ≤ P < 20 MW : § 6.7., - arrêté du 25.07.97 modifié


Les résultats des contrôles et des opérations d’entretien des installations de combustion comportant
des chaudières sont portés sur le livret de chaufferie.
• Installations : P ≤ 20 MW : art. 32 – arrêté du 20.06.02

Surveillance - exploitation

voir fiche G1

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
D7
Installations
MOYENS DE SECOURS INCENDIE classées
CHAUF

§4.2, Arrêté du 25 juillet 1997

extincteurs
automatiques
(facultatif)

Vérification des
extincteurs au
moins une fois par
an

0.1 [m3] de sable


(hormis installations
n'utilisant qu'un
combustible gazeux)

Nombre d'extincteurs de classe 55 B


dans la chaufferie ou aux abords
Gaz (*) Combustible liquide

Quota 1 par chaudière 2 par chaudière


maximum

P < 10 [MW] 2 4
exigible

P ≥ 10 [MW] 3 6

* Les extincteurs comporteront la mention " NE PAS UTILISER SUR FLAMME GAZ "

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
D8
Installations
BALISAGE ET AFFICHAGE classées
CHAUF

Arrêté du 25 juillet 1997 : § 2.11, 3.2, 3.3, 4.7 et 4.8 =


2 MW ≤ P < 20 MW
Arrêté du 20 juin 2002 : Art. 28 = P ≥ 20 MW

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
D7D.091
Installations
DECHETS classées
CHAUF

§7, Arrêté du 25 juillet 1997 modifié : 2 MW ≤P < 20 MW


Art. 25 – Arrêté 20 juin 2002 : P ≥ 20 MW

Le texte impose de limiter les quantités de déchets, de les collecter par catégories puis de les valoriser ou les
éliminer dans des installations appropriées.

Récupération recyclage Art. 25 – 20 juin 2002


Art. § .7 .1 - A
- rrêté du 25 juillet 1997

Stockage des imbrûlés Art . 25 – 20 juin 2002


Art. § 7 .2 - Arrêté du 25 juillet 1997

Déchets banals (papier, bois, § 7.3 – Arrêté du 25 juillet 1997


Déchets
v e rre s … )

Déchets industriels spéciaux § 7.4 – Arrêté du 25 juillet 1997

Brûlage § 7.5 – Arrêt é du 25 juillet 1997

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
E Etablissements recevant
du public Arrêté du 25 juin 1980 modifié

PREAMBULE

fiche E1

ACCES

fiche E2

DOCUMENTS A FOURNIR

fiche E3

EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES

Chaufferies à combustibles solides ____________ fiche E4

Equipement des chaudières __________________ fiche E5

Moyens de lutte contre l'incendie _____________ fiche B6.02

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
PREAMBULE CHAUF E.R.P. E1

Art. CH1 et CH2 Arrêté du 25 juin 1980 modifié


par 14 février 2000

Cette partie concerne uniquement les prescriptions supplémentaires apportées par les
! articles CH de cet arrêté relatif aux installations de chauffage dans les Etablissements
recevant du public (E.R.P.).

« ARTICLE CH2 »
Conformité des appareils et des installations
§1. Règles applicables aux appareils
La conformité des appareils aux exigences essentielles d’une directive européenne est attestée par le
marquage CE sur l’appareil.
Il appartient ainsi à l’installateur de s’assurer que l’appareil entrant dans le champ d’application d’une
directive dispose du marquage CE.
Les appareils utilisant les combustibles gazeux sont visés par l’article GZ 26.
Les appareils installés devront par ailleurs respecter les règles du présent chapitre et les dispositions
particulières à chaque type d’établissement.

§2. Règles applicables aux installations


Les installations définies à l’article précédent (1) doivent satisfaire :
- aux prescriptions de l’arrêté relatif aux installations fixes destinées au chauffage et à l’alimentation en
eau chaude sanitaire des bâtiments d’habitation, de bureaux ou recevant du public (2) ;
- aux normes françaises et documents techniques unifiés lorsqu’ils sont expressément visés dans la
suite du présent règlement .
- aux conditions techniques minimales imposées aux installations classées lorsqu’elles atteignent le
seuil de classement (3) sauf si imposé dans la suite du présent règlement.°

(1)_ Les installations définies à l'article CH1 comprennent les chaufferies


(2)_ Arrêté du 23 juin 1978 - voir fiches B et C
(3)_ Arrêté du 25 juillet 1997 modifié (arrêté PIC) et Arrêté du 20 juin 2002 (arrêté MIC) - voir fiches D

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
ACCES
CHAUF
E.R.P. E2

Arrêté du 25 juin 1980 modifié 20 novembre 2000

NOTA: Nombre d'issues et caractéristiques des issues: voir fiches B3.

Emplacement des accès pour les chaufferies situées à l'intérieur d'un


bâtiment

Art. CO28
CH5 – arrêté du 20 novembre 2000

Galeries techniques

Art. CH7 CF 1/2 h si d > 10 [m]


arrêté CF 1h si d ≤ 10 [m]
du 14 février 2000
Galeries
techniques

Chaufferie E.R.P.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
DOCUMENTS A FOURNIR CHAUF E.R.P. E3

Art. CH4 Arrêté du 25 juin 1980 modifié 14 février 2000

En ce qui concerne la chaufferie, les documents à fournir à la commission de sécurité par le


constructeur ou l'exploitant un mois avant le début des travaux comprennent :

• une note explicative précisant les caractéristiques générales de l'installation et les particularités
techniques intéressant la sécurité telles que le type d’énergie utilisée, la puissance des installations,
l’implantation des locaux de production d’énergie, des stockages,…

• Un plan d'ensemble du ou des niveaux mentionnant :

- l’implantation des appareils de production ou de production-émission ;


- l’implantation des stockages de combustible ;
- l’implantation des accès et moyens de retraite des locaux techniques ;
- le cheminement de l'amenée des combustibles ;
- le point de stationnement prévu pour les véhicules de livraison des combustibles,
- l’emplacement des orifices de ventilation et des conduits de fumée.

• Pour les appareils de production, un plan complet du local précisant :

- l’emplacement et la largeur des issues ;


- l’emplacement des générateurs par rapport aux parois du local ;
- l’emplacement des orifices de ventilation et des conduits de fumée ;
- l’emplacement des organes de coupure des énergies, des appareils de sûreté et de sécurité.

• un plan d'ensemble donnant l'emplacement des organes de sécurité de l'installation.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
CHAUFFERIES A COMBUSTIBLES SOLIDES
CHAUF
E.R.P. E4

Art. CH8 - Arrêté du 25 juin 1980 modifié 14 février 2000

Obligation d’un dispositif évitant la montée en température de la chaudière en cas d’arrêt


des pompes de circulation.

Chargement automatique à partir d’un silo :


présence obligatoire d’un sas

Stockage du combustible dans un local


contigu.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
EQUIPEMENT DES CHAUDIERES
CHAUF
E.R.P. E5

Art. CH 23 - Arrêté du 25 juin 1980 modifié 14 février 2000

Moyens de lutte contre l'incendie


Art. CH 10 : voir fiche B6.02

§5_affichage du
plan schématique
de l'installation
Q

§1_Dispositif d'arrêt du §1_ Dispositif indiquant


brûleur en cas de dépassement le manque d'eau sur
de la température ou pression chaudière à vapeur.
(eau ou vapeur).

§1_ Remise en marche après coupure de sécurité :


! Ne peut se faire que par intervention directe du personnel à l'emplacement des
appareils.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
F Immeubles de Grande
Hauteur Arrêté du 18 octobre 1977 modifié
par arrêté du 22 octobre 1982

Cette partie traite des prescriptions supplémentaires qu'une chaufferie destinée à un I.G.H
doit remplir. Ces prescriptions sont apportées par l'arrêté du 18 octobre 1977 relatif à la
sécurité dans les I.G.H.

H > 50 [m] (immeuble d'habitation)


H > 28 [m] (autres immeubles)
Définition d'un I.G.H.
(Art. R. 122-2 - Code de la construction et de l'habitation)

IMPLANTATION

fiche F1

PAROIS - COMMUNNICATIONS

fiche F2

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
IMPLANTATION
CHAUF
I.G.H. F1
Arrêté du 18 octobre 1977 modifié par
arrêté du 22 octobre 1982 - Art. GH 38

Les chaufferies et leurs dépendances sont interdites à l'intérieur d'un bâtiment sauf pour les chaufferies
au gaz répondant aux critères suivants :

chaufferie située en
terrasse supérieure
parois légères

accès à l'air libre


uniquement

I.G.H.
alimentation en gaz
par un conduit à l'air
libre extérieur à
l'immeuble

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
PAROIS - COMMUNICATIONS
CHAUF
I.G.H. F2
Art. GH 39, arrêté du
18 octobre 1977

Cas d'une chaufferie contiguë à un I.G.H. :

Aucune communication
directe ou indirecte avec
I.G.H. l'immeuble, sauf pour les
gaines ou conduits qui
devront être conformes aux
art. GH 17 à GH 20 (arrêté
du 22 octobre 1982)

Paroi CF 4h
Résistance à la
pression: 1 tonne/m²

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
G SECURITE D’EXPLOITATION

INSTALLATIONS CLASSEES A EAU CHAUDE Arrêté du 25 juillet 1997


modifié

fiche G1

INSTALLATIONS A EAU SURCHAUFFEE ET A Norme NF E 32-020-1


VAPEUR

Mode d'exploitation fiche G2.01


Présence permanente fiche G2.02

Sans présence permanente fiche G2.03

- Présence intermittente fiche G2.03.1


- Télécontrôle fiche G2.03.2
- Autocontrôle fiche G2.03.3

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
INSTALLATIONS CLASSEES Exploitation G1
Arrêté du 25 juillet 1997 modifié

Les installations doivent être exploitées sous la surveillance permanente d'un personnel qualifié.

Conditions d'exploitation sans surveillance humaine permanente :

Pour les générateurs vapeur ou à eau Pour les autres générateurs :


surchauffée :

Voir arrêté du 1er février 1993 relatif à Le mode d'exploitation assure une
l'exploitation sans présence humaine surveillance permanente et permet
à l'utilisateur :
Fiches G2

Soit de l'informer
Soit d'agir à
distance afin que celui-ci
puisse intervenir
sur le site

En cas d'anomalies provocant l'arrêt de l'installation la remise en route automatique est interdite.
!
La procédure de démarrage de l'installation doit être consignée par écrit.

§3.8

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
G2
INSTALLATIONS A EAU SURCHAUFFEE ET A Norme NF E 32-020-1
VAPEUR Arrêté du 1er Février 1993

Mode d'exploitation fiche G2.01


Présence permanente fiche G2.02

Sans présence permanente fiche G2.03

- Présence intermittente fiche G2.03.1


- Télécontrôle fiche G2.03.2
- Autocontrôle fiche G2.03.3

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
INSTALLATIONS A EAU Exploitation G2.01
SURCHAUFFEE ET A VAPEUR

Norme NF E 32-020-1

Modes d’exploitation
4 modes d’exploitation pour une puissance > 300 kW :

sans présence permanente


présence fiche G2.03
permanente

fiche G2.02
présence par télécontrôle autocontrôle
intermittence
fiche G2.03.02 fiche G2.03.03
fiche G2.03.01

Mode
d’exploitation 0,3 20 80 MW

Présence permanente

Présence intermittente

Télécontrôle

Autocontrôle

Plage de puissances applicables


par mode d’exploitation.

Outre la norme NF E 32- 020-1 générale aux chaufferies, il faut consulter :

• Pour la régulation des chaudières électriques Norme NF E 32-020-2

• Pour la régulation des chaudières fuel Norme NF E 32-020-3

• Pour la régulation des chaudières gaz Norme NF E 32-020-4

• Pour la régulation des chaudières charbon Norme NF E 32-020-5

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
INSTALLATIONS A EAU Exploitation G2.02
SURCHAUFFEE ET A VAPEUR

Norme NF E 32-020-1 – Arrêté du 15 mars 2000 – art. 10 et 11

Présence permanente

Arrêté du 15 mars 2000 – art. 10 et 11

Inspection périodique :

Périodicité : au minimum tous les 18 mois :

Contenu :
- une vérification extérieure
- une vérification des accessoires de sécurité
- investigations complémentaires si besoin

Norme NF E 30-020-1

5 Prescriptions applicables au mode d’exploitation avec présence permanente

Lorsque les générateurs sont exploités avec présence permanente, un personnel


compétent exerce :
- la surveillance
- la conduite
- le maintien en bon état de propreté des matériels qui lui sont confiés
Ce personnel doit alors en particulier :
- assurer une présence permanente, dans le local où est situé le générateur […]
- vérifier périodiquement le bon fonctionnement des dispositifs de réglage,
de conduite et de sécurité ; […]

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
INSTALLATIONS A EAU Exploitation G2.03
SURCHAUFFEE ET A VAPEUR

Norme NF E 32-020-1 et Arrêté du 15 mars 2000 – art. 12

Prescriptions applicables à toute exploitation sans présence humaine


permanente

Arrêté du 15 mars 2000 – art. 12

Inspection périodique :

Périodicité :
- 1ère inspection : au plus tard un mois après la mise en service du générateur de vapeur
- puis, même prescription que pour mode d’exploitation avec présence permanente

Contenu :
- prescriptions pour présence permanente (fiche G2.02)
+
- vérification des dispositifs de régulation
- état et fonctionnement des accessoires de sécurité définis dans les normes, codes ou cahiers des charges
- l’organisation de la surveillance retenue et sa mise en œuvre
- la qualification du personnel qui y est affecté.

Norme NF E 32-020-1
6.1.2.4 Les équipements de chaufferie, et notamment les générateurs, doivent répondre simultanément
aux conditions suivantes :
- être automatique,
- être munis de régulations adaptant à tout instant la charge calorifique à la demande, dans toute les
conditions de fonctionnement, même en cas d’arrêt brutal de la demande,
- être munis de dispositifs de sécurité complémentaires dont le nombre et la nature dépendent de
l’énergie utilisée et du mode d’exploitation retenu,
- avoir une puissance résiduelle telle que lors d’un arrêt simultané de l’équipement de chauffe et des
pompes alimentaires et de circulation, l’énergie libérée ne puisse compromettre la sécurité de
l’installation thermique,
- être alimentés en eau d’une qualité conforme aux prescriptions définies par le constructeur ou à
défaut aux normes existantes, et compatible avec le réseau d’utilisation desservi,
- subir les vérifications périodiques à des intervalles n’excédant pas 24 heures,
être exploités par leur propriétaire ou par une entreprise reconnue compétente pour l’exploitation des
installations thermiques de haute technicité et de toute importance, par un organisme tel que
l’organisme professionnel de qualification et de classification du bâtiment (OPQCB) ou équivalent.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
INSTALLATIONS A EAU
SURCHAUFFEE ET A VAPEUR
Exploitation
G2.03.1

Norme française NF E 32-020-1

Présence intermittente

Ce mode répond aux conditions suivantes :

• Personnel compétent présent dans l’établissement, prêt à intervenir en


cas de défaut;
• Vérifications périodiques toutes les 4 à 8 heures suivant les
équipements de sécurité.

Principes fondamentaux de sécurité :

• Intervention du personnel en moins de 10 minutes;


• Utilisation de dispositifs de sécurité provoquant la mise en sécurité en
cas de défaut;
• Surveillance périodique et mise en sécurité automatique en cas de non
contrôle.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
INSTALLATIONS A EAU Exploitation G2.03.2
SURCHAUFFEE ET A VAPEUR

Norme française NF E 32-020-1

Télécontrôle

Ce mode répond aux conditions suivantes :

• Transmission en continu d’informations entre la chaufferie et un centre


de surveillance avec pour rôle d’informer le personnel d’intervention ou
d’arrêter les équipements;
• Le personnel d’intervention doit pouvoir se rendre sur place en moins
½ heure.

Principes fondamentaux de sécurité :

• Arrêt d’urgence si la transmission est interrompue;


• Elimination des dérives dans un délai maximal de 2 heures après
l’alerte ou arrêt par l’intervenant;
• Verification des dispositifs de sécurité toutes les 24 heures,
• Contrôle semestriel et annuel de la fiabilité des liaisons de télé-
transmission et de la durée de trajet du personnel d’intervention qui
doit être < ½ heure.

Sécurités positives

Mesures, anomalies dérives

Ligne privée ou spécialisée

½ heure au maximum

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
INSTALLATIONS A EAU Exploitation G2.03.3
SURCHAUFFEE ET A VAPEUR

Norme française NF E 32-020-1

Autocontrôle

Ce mode répond aux conditions suivantes :

• Exploitation sans personnel en chaufferie ni centre de surveillance;


• Des personnels d’intervention doivent pouvoir intervenir en moins d’une
½ heure après avoir été alertés automatiquement par la chaufferie.

Principes fondamentaux de sécurité :

• Utilisation de deux chaines de sécurité;


• Transmission par téléalarme d’au moins deux signaux distincts informant
le personnel d’astreinte de l’apparition de dérives ou anomalies;
• Intervention du personnel en moins de 30 minutes,
• Possibilité de vérifier une chaine à la fois,
• Elimination des dérives ou anomalies dans un délai maximum de 2 heures
après l’alerte sinon prise en charge du fonctionnement ou arrêt par
l’intervenant.

Chaînes de sécurité doublées

Anomalies dérives

Réseau communauté

½ heure au maximum

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
H Alimentation combustible
liquide
H1 Organes de coupure H2 Conduites
d'alimentation

Stockage des combustibles liquides

Voir thème "stockage Arrêté du 26 février 1974 modifié


de combustibles" par l'arrêté du 3 mars 1976

H3 Prescriptions supplémentaires
pour les installations classées

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
ORGANES DE COUPURE CHAUF
Alimentation
combustible liquide H1
Art 14, Arrêté du 23 juin 1978

Le point éclair du combustible doit être supérieur à 55°C


!

1
2

1 2
Un organe de coupure à Un organe de coupure
proximité de chaque rapide de l'alimentation à
générateur l'extérieur de la chaufferie

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
H2
Alimentation
PASSAGE DES CONDUITES combustible liquide
D'ALIMENTATION
CHAUF

Art 13 §2, Arrêté du 23 juin 1978

Deux possibilités d'alimentation d'une chaufferie en terrasse ou au dernier niveau d'un bâtiment:

Canalisations
métalliques,
assemblées
par soudage

Vanne de vidange
rapide dans le
réservoir principal

Vers stockage

Alimentation par l'extérieur d'une chaufferie fuel localisée en terrasse.

Gaine M0, PF ¼ h
Parties Communes
Canalisations
métalliques,
assemblées
par soudage

Vanne de vidange
rapide dans le
réservoir principal

Vers stockage

Alimentation par l'intérieur du bâtiment d'une chaufferie fuel localisée au dernier étage.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
H3
Alimentation
PRESCRIPTIONS SUPPLEMENTAIRES combustible liquide
POUR INSTALLATIONS CLASSEES
CHAUF

§2.12, Arrêté du 10 août 1998 modifiant


l'arrêté du 25 juillet 1997
Art. 28 – Arrêté du 20 juin 2002

Dispositif de coupure (supplémentaire)

Un dispositif de coupure manuel clairement signalé, doit être placé à l'extérieur du bâtiment.
L'organe de coupure chaufferie mentionné fiche H1 peut faire l'affaire s'il satisfait à ces prescriptions.

Appareil de réchauffage de combustible

Tout appareil de réchauffage d'un combustible liquide doit comporter un dispositif limiteur de
température, indépendant de sa régulation, protégeant contre toute surchauffe anormale du
combustible.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I Alimentation gaz
Arrêté du 2 août 1977 modifié par arrêté du 28 octobre 1993
Arrêtés du 25 juillet 1997 modifié et du 20 juin 2002

I1 Organes de coupure I2 Bloc de détente

Cas général fiche I1.01 Cas général fiche I2.01


Organe de coupure automatique Cas particuliers
fiche I1.02 fiche I2.02
Prescriptions complémentaires
pour les installations classées
fiche I1.03-04

I3 Canalisations
gaz

Entretien Certificat de conformité

Art.29 Art.25

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I1
ORGANES DE COUPURE

Cas général __________________________________ fiche I1.01-02

Cas particulier: Organe de coupure automatique ___ fiche I1.02

Prescriptions supplémentaires
pour les installations classées __________________ fiche I1.03-04

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I1.01
Alimentation
ORGANES DE COUPURE gaz
CHAUF

Art.8.I et 13, Arrêté du 2 août 1977 modifié

La réglementation prévoit 3 niveaux de coupure de l'alimentation en gaz :

• Un organe de coupure à l'amont de la canalisation de gaz (point de branchement) : Organe de


coupure générale; Art.8.I.B

• un organe de coupure au point de pénétration du local : Organe de coupure chaufferie; Art.8.I.D

• un organe de coupure pour chaque générateur : Organe de coupure générateur;

plus un organe de coupure le cas échéant, si la conduite d'alimentation gaz comporte un parcours
intérieur au bâtiment avant de pénétrer dans la chaufferie et si elle est alimentée à une pression
supérieure à 400 [mbar].

Cas général
Chaufferies situées à l'extérieur, en terrasse ou à l'intérieur d'un bâtiment neuf.

Art.8.I.B et 13.1
D.T.U. 61.1 cc Art.8.I.D. et 13.2
1 § 4.121 et 4.122
Organe de coupure générale
2
Élévation Organe de coupure chaufferie

• Possible à l'intérieur de la chaufferie si


la vanne est manœuvrable de
l'extérieur

0,40 < h < 1,20 m

Souterrain

• Possible à l'intérieur du poste de


détente si la vanne est manœuvrable
de l'extérieur

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I1.02
Alimentation
ORGANES DE COUPURE gaz
CHAUF

Art.8, Arrêté du 2 août 1977 modifié

Cas particulier: Organe de coupure automatique

Art.8 et 14, Arrêté du 2 août 1977 modifié

Lorsque la conduite d'alimentation comporte un parcours intérieur au bâtiment avant de pénétrer dans
la chaufferie et si elle est alimentée à une pression supérieure à 400 [mbar] un organe de coupure doit
être inséré;

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I1.03
Alimentation
ORGANES DE COUPURE gaz
CHAUF

Arrêté du 25 juillet 1997 modifié – Art. 2.12 et 2.15


Arrêté du 20 juin 2002 – art. 28

Prescriptions complémentaires pour les installations classées

Organes de coupure automatique :

Coupure de l’alimentation en gaz par deux vannes automatiques redondantes.

Cas particulier d'un poste de détente accolé à la chaufferie :

La pénétration directe dans la chaufferie depuis le poste de détente n'est pas permis.
Dans ce cas il est judicieux de placer l'organe de coupure individuelle chaufferie immédiatement après le poste de
détente et avant la pénétration dans la chaufferie comme le montre le dessin ci dessous.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I1.04
Alimentation
ORGANES DE COUPURE gaz
CHAUF

§2.12, Arrêté du 25 juillet 1997 modifié - Reta 31.27

Prescriptions complémentaires pour les installations classées (suite )

Dispositif de détection gaz

La coupure de l'alimentation en gaz doit également être assurée par 2 vannes automatiques
redondantes, placées en série sur la conduite d'alimentation en gaz. Ces vannes sont asservies
chacune à des capteurs de détection de gaz (voir fiche D5) et un pressostat.

CHAUFFERIE

Détecteur
gaz
Pressostat

Organe de VA1 VA2 Organe de


coupure Organe de Organe de coupure
chaufferie coupure coupure générateur
automatique automatique

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I2
BLOC ET POSTE DE DETENTE

Cas général _________________________________ fiche I2.01

Cas particuliers ______________________________ fiche I2.02

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I2.01
Alimentation
BLOC ET POSTE DE DETENTE gaz
CHAUF

Art 8.II, Arrêté du 2 août 1977 modifié


Spécifications ATG B. 67.1 (D.T.U 65.4 - add. modif. n°3

Définitions blocs et postes de détente

§3, Spécifications ATG B. 67.1

Choix des blocs et postes de détente:

§4, Spécifications ATG B. 67.1

Emplacement des blocs et postes de détente §5, Spécifications ATG B. 67.1

Le bloc de détente doit toujours être placé à l'extérieur du bâtiment (sauf exceptions: voir dessin)
Le choix de l'implantation définitif est réalisé en concertation avec le distributeur.

Cas général : Installation du bloc de détente à l'extérieur du bâtiment


(en armoire ou en coffret)

CHAUFFERIE

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I2.02
Alimentation
BLOC ET POSTE DE DETENTE gaz
CHAUF

Art 8.II, Arrêté du 2 août 1977 modifié

Cas particuliers : Installation du bloc de détente à l'intérieur

Absence de Absence de
communication communication
p < 4 bar

BATIMENT CHAUFFERIE BATIMENT


ANCIEN P<2000 [kW] ANCIEN
CHAUFFERIE

p < 4 bar

Poste de détente à l'intérieur d'un bâtiment ancien (dans un local ventilé ou


directement en chaufferie si le premiers cas n'est pas possible)

Absence de communication

CHAUFFERIE

Poste de détente à l'intérieur d'une chaufferie située en extérieure, accolée au


bâtiment et sans communication avec l'immeuble

L'arrêté du 28 octobre 1993, modifiant l'arrêté du 2 août 1977, précise que les
blocs et postes de détente doivent être réalisés conformément à une
! spécification approuvée par le ministère chargé du gaz.
Il s'agit de la spécification ATG B. 67.1 "Conception, construction et installation
des blocs et postes de détente alimentant une chaufferie".
Ce document se substitue au chapitre 2 du D.T.U. 65.4 et fait l'objet de l'additif
modificatif n°3 de novembre 1997 au D.T.U 65.4

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I3
PASSAGE DES CANALISATIONS GAZ

Chaufferie en terrasse _________________________ fiche I3.02

Chaufferie implantée à l'extérieur d'un bâtiment ___ fiche I3.03

Traversée des bâtiments par


passage ouverts ou fermés _____________________ fiche I3.03-05

Cas d'une chaufferie à l'intérieur


d'un bâtiment neuf ____________________________ fiche I3.05-09

Cas d'une chaufferie à l'intérieur


d'un immeuble ancien _________________________ fiche I3.10-11

Examen périodique des canalisations ____________ voir art. 8.11


de l’arrêté du 2 Août 1977

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I3.01
Alimentation
PASSAGE DES CANALISATIONS GAZ gaz
CHAUF

Chaufferie en
terrasse (bâtiments
neufs et existants)
fiche I3.02

Chaufferie à l’extérieur
(bâtiments neufs et
existants)
fiche I3.03

Chaufferie à
Traversée d’un
l’intérieur d’un Chaufferie à
bâtiment (neuf
bâtiment neuf l’intérieur d’un
et existant)
fiches I3.05 à 09 bâtiment existant
fiches I3.03 à 05
fiches I3.10-11

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I3.02
Alimentation
PASSAGE DES CANALISATIONS GAZ gaz
CHAUF

Art 8.I.F., Arrêté du 2 août 1977 modifié


Art. 13 §1 Arrêté du 23 juin 1978

Chaufferies en terrasse

La canalisation de gaz alimentant une chaufferie en terrasse doit être placée à l'extérieur du bâtiment
dans les conditions illustrées par la figure ci dessous :
La traversée d'un bâtiment neuf par une canalisation gaz alimentant une chaufferie en terrasse peut
toutefois se faire par un passage destiné au franchissement des bâtiments (voir fiche I3.03 à 05).

Source CeGIBAT

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I3.03
Alimentation
PASSAGE DES CANALISATIONS GAZ gaz
CHAUF

Art 8.I., Arrêté du 2 août 1977 modifié

Chaufferie implantée à l'extérieur du bâtiment

La canalisation de gaz alimentant une chaufferie doit être placée à l'extérieur du bâtiment.
Elle peut cependant emprunter les passages destinés au franchissement des bâtiments (v voir fiche I3.03 à 05).

Le dessin ci-dessous présente 2 exemples de solutions:

Chaufferie
extérieure

Passage
IMMEUBLE IMMEUBLE

Chaufferie
extérieure

Traversée des bâtiments par passages ouverts ou fermés

Art 8.I.E., Arrêté du 2 août 1977 modifié


La traversée d'un bâtiment par une canalisation alimentant une chaufferie en terrasse ou à l'extérieur ne
peut être réalisée que dans les conditions suivantes.

Cas d'un passage ouvert d'une façon permanente sur l'extérieur

Le passage ouvert peut être constitué par exemple par un préau ou un porche (sans portail) sous un
bâtiment.
Dans ce cas la conduite de gaz peut être :

• enterrée dans le sol;


• mise en galerie technique;
• posée en caniveau;
• mise sous fourreau ventilée;
• posée en élévation avec protection mécanique.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I3.04
Alimentation
PASSAGE DES CANALISATIONS GAZ gaz
CHAUF

Art 8.I.F., Arrêté du 2 août 1977 modifié

Le dessin ci dessous illustre un exemple de tracé de conduite utilisant un passage ouvert :

Colonne
montante
extérieure

Portes d'accès au
bâtiment

Branchement
gaz

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I3.05
Alimentation
PASSAGE DES CANALISATIONS GAZ gaz
CHAUF

Art 8.I.E, Arrêté du 2 août 1977 modifié

Cas d'un passage fermé sur l'extérieur :

Il peut s'agir d'un porche par exemple fermé par des portes extérieures.
Dans ce cas la tuyauterie doit être obligatoirement placée dans un fourreau ventilé.

Cas d'une chaufferie à l'intérieur d'un bâtiment neuf


Art 8.I.E.a)

Dans les immeubles neufs, la conduite d'alimentation en gaz de la chaufferie doit être située à l'extérieur de la
chaufferie. Elle peut cependant emprunter les passages ouverts en permanence sur l'extérieur et les passages
destinés aux franchissement des bâtiments.

voir fiches I3.03 à 05

Cas d'une chaufferie au rez-de-chaussée

AUTORISE

CHAUFFERIE

BATIMENT
NEUF

INTERDIT

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I3.06
Alimentation
PASSAGE DES CANALISATIONS GAZ gaz

CHAUF

Art 8.I.E.a), Arrêté du 2 août 1977 modifié

Dans un immeuble, l'alimentation en gaz d'une chaufferie par un vide sanitaire


! ou par un sous-sol est interdite.

Cas d'une chaufferie en sous-sol

Lorsque la configuration des bâtiments ne permet pas d'alimenter directement par l'extérieur une chaufferie
implantée au sous-sol, 3 autres solutions sont permises. Ces solutions sont présentées avec les prescriptions
à respecter dans les fiches suivantes.

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I3.07
Alimentation
PASSAGE DES CANALISATIONS GAZ gaz
CHAUF

Art 8.I.E.a), Arrêté du 2 août 1977 modifié

Solution 1: Cheminement vertical à l'intérieur du bâtiment

ventilation sur
l'extérieur

Solution 2: Cheminement par les parties communes dans une gaine ventilée CF 2h

Remarque sur l'organe de coupure de la chaufferie :

Dans le cas particulier de la figure, pour assurer la continuité du degré de


résistance au feu, il est nécessaire de disposer l'organe de coupure de la
! chaufferie à l'intérieur de la chaufferie. Dans ce cas de figure, l'organe de
coupure doit être manœuvrable de l'extérieur

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I3.08
Alimentation
PASSAGE DES CANALISATIONS GAZ gaz
CHAUF

Art 8.I.E a), Arrêté du 2 août 1977 modifié

Solution 3 : Conduites en acier avec les conditions ci-dessous

Les conditions de réalisation au nombre de 13 sont décrites dans sont décrites avec précision dans cet article.
La figure ci-dessous illustre les points principaux :

Protection si 7°
h < 2m

les canalisations doivent emprunter le


niveau supérieur du sous-sol 8°

1° Prescriptions sur l'alimentation en gaz 2°-3°-5°-6°- Prescriptions de


7°-10°-12° pose
Cas 1 : coupure
automatique • protection si h<2m
obligatoire • conduite acier
• sans raccord mécanique
• sans accessoire
• signalisation
Cas 2 : • conditions de fixation
Détendeur
• couleur conventionnelle
jaune
Robinet voir fiche I3.09
déclencheur
Cas 3 : basse
pression BP : Basse pression
obligatoire MP : moyenne pression
MPB : Moyenne pression B

voir fiche A2.01

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I3.09
Alimentation
PASSAGE DES CANALISATIONS GAZ gaz
CHAUF

Art 8.I.E, Arrêté du 2 août 1977 modifié

Prescriptions de pose des conduites :


12°

7° 3°
2° 10°

Source : CEGIBAT

Cas du passage de l'alimentation en gaz dans un parc de stationnement couvert


Habitations
Habitat Art 56, Arrêté du 31 janvier 1986
Ind. Collectifs
1 2 3 4
A B
E.R.P. Art 56, Arrêté du 31 janvier 1986
****
Les conditions de passage sont identiques à celles décrites dans les solutions 2 et 3.

voir fiches I3.07 à 08

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I3.10
Alimentation
PASSAGE DES CANALISATIONS GAZ gaz
CHAUF

Art 8.I.E b), Arrêté du 2 août 1977 modifié

Cas d'une chaufferie à l'intérieur d'un immeuble ancien

Si la disposition de la chaufferie dans un immeuble existant oblige à une traversée ou une pénétration
du bâtiment, la conduite de gaz doit pénétrer dans le bâtiment :

• soit au rez-de-chaussée
• soit au premier étage du sous-sol

Elle emprunte ensuite les parties communes jusqu'à la chaufferie.


L'arrêté distingue 2 solutions de passages de la conduite et 3 cas de figures :

• Cas 1:p < 400 [mbar] ;


• Cas 2 : P > 400 [mbar] et la puissance véhiculée par la conduite est inférieure à 1162 [kW];
• Cas 3 : P > 400 [mbar] et la puissance véhiculée par la conduite est supérieure à 1162 [kW].
Pour ce cas de figure, seule la solution 2 est autorisée.

Solution 1

Conduite
acier

Organe de coupure
automatique obligatoire
dans le cas 2

Le prescriptions concernant la pose des conduites sont les mêmes que pour les bâtiments neuf

voir fiche I3.08

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques
I3.11
Alimentation
PASSAGE DES CANALISATIONS GAZ gaz
CHAUF

Art 8.I §E b), Arrêté du 2 août 1977 modifié

Solution 2

Organe de coupure
automatique obligatoire
dans le cas 3

Cas particulier : Passage de l'alimentation dans un parc de stationnement couvert

Pour une chaufferie située au rez-de-chaussée, ce cas particulier n'est


! autorisé que dans les immeubles anciens.

Gaine CF 2 h, ventilée CHAUFFERIE

Parc de
stationnement

Le passage dans un parc de stationnement de la conduite d'alimentation en gaz


d'une chaufferie implantée au sous sol d'un immeuble ancien doit être réalisé dans
les mêmes conditions que pour un immeuble neuf.
voir fiche I3.08

RETA COSTIC
Comité Scientifique et Technique
Novembre 2002 des Industries Climatiques