Vous êtes sur la page 1sur 9

Règles de réécriture

En linguistique générative, les règles de


réécriture, aussi appelées règles
syntagmatiques, servent à créer des
syntagmes ou des propositions. Cette
notion a été introduite par Noam
Chomsky dans le cadre de la théorie
standard et constitue une réponse aux
procédés distributionnels de Z.S. Harris
et de L. Bloomfield pour qui la syntaxe
est le résultat de la distribution de
morphèmes dans la phrase.
Ce composant de la grammaire a la
particularité d'engendrer des phrases de
« haut en bas », c'est-à-dire en partant
des éléments les plus abstraits pour aller
vers des éléments plus concrets : les
morphèmes.

L'autre avantage de ce type de grammaire


est de simplifier la description d'un
langage : par exemple, un syntagme
nominal peut apparaître dans plusieurs
positions dans une phrase (sujet, cod
etc.) Alors qu'une grammaire à états finie
devrait indiquer pour chaque position la
règle de composition de cet élément, la
grammaire à règles syntagmatiques ne
doit spécifier qu'une seule fois la
composition du syntagme nominal.

Principe
Une règle de réécriture est du type : X A Y
→ X Z Y, avec :

X, Y, Z : symboles ou suite de


symboles, avec éventuellement X et Y
nuls.
A : symbole unique non nul.

La manipulation d'une règle de réécriture


consiste à remplacer un symbole unique
par une suite non nulle distincte. Un
élément est appelé initial s'il ne figure
jamais à droite de la flèche et terminal
s'il ne figure jamais à gauche de la
flèche.

Dans les langues naturelles, le seul


élément initial est P (pour phrase) alors
que les éléments terminaux
correspondent aux morphèmes. De plus,
les éléments non terminaux
comprennent les différentes catégories
grammaticales.

Une suite de dérivations par règles de


réécriture s'appelle une chaîne. Une
chaîne est dite terminale lorsqu'aucune
règle ne peut s'appliquer à aucun
élément de cette chaîne.
Parmi les types de règles existantes,
deux restent particulièrement
importants :

les règles context sensitive (en


français : sensibles au contexte ou
dépendantes du contexte) impliquent
que X et Y ne sont pas tous les deux
nuls.
les règles context free (en français :
règles indépendantes du contexte)
impliquent X et Y nuls;

Formulation
Une règle de réécriture est formulée de la
façon suivante :

X → Y Z (se lit : X se réécrit Y Z)


Exemples : soient les règles 1 et 2 :

Règle 1 : P → SN SV
Règle 2 : SN → Dét N

Et les variables :

Dét = {le} ;
N = {chien} ;
SV = {mange} ;
P = phrase

Application de la règle 2 sur la règle 1 :

(R1) : P → SN SV

⇔ (R2) : P → Dét N SV

Remplacement des variables :


P : le chien mange

Représentations

Représentation arborescente d'une chaîne de


dérivations

Il existe plusieurs façons de représenter


une chaîne de dérivations par règles de
réécriture :

l'arbre, correspondant à un type


particulier de graphe mathématique
(voir schéma) ;
le parenthésage étiqueté.
[P [SN [Dét.le] [Nchien] ] [SVmange] ]

Références
Nouveau dictionnaire encyclopédique
des sciences du langage (1972), O.
Ducrot et J.M. Schaeffer, Seuil,
(ISBN 2-02-038181-8)
Introduction à la grammaire générative
(1967), N. Ruwet, Plon.

Voir aussi
Réécriture (informatique)

Portail de la linguistique
Ce document provient de
« https://fr.wikipedia.org/w/index.php?
title=Règles_de_réécriture&oldid=171383606 ».

Dernière modification il y a 2 mois par WikiCleanerBot

Le contenu est disponible sous licence CC BY-SA


3.0 sauf mention contraire.