Vous êtes sur la page 1sur 8

LE METIER DE DIRECTEUR (RICE) DE MAGASIN

Un commerçant doublé d'un manager

Véritable chef d'orchestre d'un point de vente, le directeur de magasin doit


être un parfait mutispécialiste de nombreux domaines, à commencer par les
deux prioritaires, le commercial et de management. Il doit également
connaître le droit social, être capable de piloter des travaux de construction
et maîtriser parfaitement la gestion. Enfin, c'est sur lui que repose la
stratégie locale du magasin, tout en étant le garant du respect de la politique
de son enseigne.

Synonymes : Responsable de magasin - Directeur de Centre de Profits

Un chef d'entreprise

Sa mission : définir la politique commerciale du magasin et son organisation.

Il met en oeuvre les moyens pour y parvenir et rend compte à sa direction


générale des résultats qu'il a fixés en accord avec elle.

L'autonomie dont il dispose et l'étendue des responsabilités qu'il assume


diffèrent selon la taille du magasin et le style de distribution dans lequel il
travaille.

Dans les grandes surfaces de 5 000 à plus de 20 000 m2, il est le


décisionnaire final, et délègue souvent ses pouvoirs aux collaborateurs avec
lesquels il travaille.

Dans les grandes surfaces de 1 000 à 5 000 m2, il consacre plus de temps au
contrôle de la surface de vente et à l'encadrement. Le personnel étant plus
réduit, il doit savoir tout faire : gestion comptable, recrutement, formation et
motivation du personnel, et même parfois chargement des rayons et
réception des marchandises.
Quelqu'un d'expérience

Etant donné l'expérience qu'il exige, c'est un poste auquel on n'accède pas
avant 30-35 ans après d'autres postes intermédiaires : encadrement d'une
équipe de vente par exemple.

On peut évoluer en prenant la direction d'un magasin plus important, un


hypermarché, ou changer de groupe.

Depuis quelques années, les diplômés d'écoles de commerce considèrent la


grande distribution comme une bonne entrée sur le marché du travail.

Selon la formation d'origine on peut aussi accéder à des postes divers au


siège : marketing, gestion...

Un commerçant dans l'âme

Pour réussir, un profil de commercial est nécessaire. Il faut être gestionnaire,


organisateur et stratège. Avoir de l'imagination et le goût de l'innovation sont
indispensables car, concurrence oblige, l'image du magasin évolue pour
anticiper les désirs de la clientèle.

La direction d'un personnel très nombreux nécessite des qualités. Le


directeur de grande surface est un animateur et un homme de contact, pour
régler les problèmes sur le terrain. Il effectue des déplacements très
fréquents dans le magasin et dans les réserves pour procéder à des
contrôles.

Horaires chargés

Le directeur de magasin est entouré d'une équipe de direction constituée du


contrôleur de gestion et du responsable de ressources humaines, de chefs de
département des services commerciaux (produits frais, bazar...) et de chefs
de service (comptabilité, surveillance, caisse...). L'importance de cette équipe
peut varier de 6 à 20 personnes, et le nombre total de salariés du magasin
est compris entre 10 et 400.

Les plus gros hypermarchés emploient jusqu'à 800 personnes

En hypermarché, le directeur coordonne l'ensemble de ces services en


déléguant très largement ses pouvoirs. La responsabilisation du personnel
est de tradition dans la distribution : chaque chef de département ou de
service est maître de son unité sur le plan de la gestion, du commercial et
des ressources humaines.

Ce poste exige une grande disponibilité car les tâches sont multiples et
présentent souvent un caractère d'urgence. L'équilibre entre vie privée et
professionnelle est parfois difficile, car les horaires sont très lourds.

De chef de rayon

à directeur de magasin

Pour accéder à la direction d'un magasin, plusieurs itinéraires :

la promotion interne reste importante

au niveau bac + 2, l'accès à la direction est possible après l'occupation de


plusieurs postes

au niveau bac + 4 et au-delà, la distribution recrute parfois des stagiaires


directeurs adjoints qui forment un vivier pour les fonctions de directeur

Le cursus classique dans les hypermarchés est le suivant : chef de rayon,


chef de département, adjoint du directeur, puis directeur. Cette trajectoire
plus ou moins rapide varie selon les aptitudes et les diplômes d'origine.

Les chefs de service (chef de caisse, chef comptable) peuvent également


accéder à la fonction de directeur après être passés par un poste de
commercial.

La progression de carrière est plus rapide pour ceux qui font preuve de
mobilité géographique. L'implantation des grands groupes à l'étranger crée
quelques emplois internationaux.
Rémunération

Le traitement d'un directeur de grand magasin est largement dépendant des


performances financières de son unité, et avant tout de sa taille : souvent, le
salaire comprend un fixe et un intéressement aux résultats.

La rémunération annuelle brute des débutants est d'environ 20.000 € à


27.000 €. Les cadres confirmés peuvent gagner de 75.000 € à 100.000 €,
voire davantage.

Certaines grandes enseignes offrent de plus des stock options, complément


de rémunération non négligeable.

Chez les indépendants, la perspective de carrière peut passer pas


l'acquisition en propre d'un point de vente, en étant parrainé par d'autres
adhérents.

Le directeur de magasin évolue généralement d'un magasin à l'autre en


prenant la direction d'un point de vente plus important. Les meilleurs
peuvent espérer prendre la direction d'une région ou évoluer dans les postes
les plus élevés des sièges centraux.

Formations

Un haut niveau d'étude accélère la carrière, mais il ne permet pas d'accéder


directement aux fonctions de directeur de magasin. Le recrutement
s'effectue à bac + 2 minimum. Le titulaire est jugé avant tout sur ses qualités
personnelles : il occupera plusieurs postes avant d'obtenir une direction de
magasin.
Niveau bac+2

Les diplômes les plus adaptés sont :

BTS action commerciale

BTS force de vente

DUT techniques de commercialisation

Brevet consulaire Commerce et distribution des ECD

Plusieurs IPC (instituts de promotion commerciale) acceptent des étudiants


en formation initiale.

Niveau bac + 3

Les titulaires de diplômes du niveau de la licence occupent des postes de


chef de rayon ou de cadre de la distribution, avant d'accéder à une direction
de magasin.

Formations spécialisées (par apprentissage) à finalité professionnelle


immédiate :

Recrutement : bac + 2

DISTECH 1 : Licence d'Etat Management et logistique du commerce de gros


des boissons spécifiquement adaptée aux fonctions d'encadrement
d'entreprises spécialisées dans le négoce. DISTECH 2 : Diplôme d'université
(DU) Gestion du Point de vente / Grandes surfaces spécifiquement adapté
pour l'encadrement en hyper- et supermarché.

Recrutement : Bac

L'ECAL : Ecole des commerces d'alimentation propose un cycle ESD. Ecole


supérieure de la distribution, accessible aux bacheliers. Cette formation en 4
ans permet d'exercer des postes d'encadrement en hyper et en
supermarché.

Au niveau bac + 4 et au-delà

Les titulaires de diplôme du niveau bac + 4 accèdent parfois à des postes


d'adjoint de directeur stagiaire. Ils sortent de grandes écoles ou de filières
universitaires spécialisées :

Maîtrise de science de gestion (MSG) et Maîtrise de sciences économiques

Diplôme d'ingénieur-maître commerce et vente axé sur la distribution, délivré


par les Instituts universitaires professionnalisés (IUP)

Diplômes de 3e cycle en gestion et commerce. Très peu sont spécialisés en


grande distribution, par exemple le DESS distribution logistique, vente,
négociation

Grandes écoles de commerce et de gestion, avec pour certaines une


spécialisation dans la distribution ou en grande consommation.

les instituts de promotion commerciale (IPC) forment des responsables


d'entreprise de distribution :
1 an pour des personnes de 21 ans au minimum et ayant une expérience
professionnelle.

Diplôme homologué niveau III (bac + 2).

Il existe deux types d'IPC : les interprofessionnels forment aux techniques de


gestion et de marketing, et les autres sont spécialisés sur un type de produit.

Il en existe dans toutes les académies.

Electricien du bâtiment

L’électricien du bâtiment effectue tous les travaux d'installations électriques,


de distribution et de raccordement d'appareils électriques dans les bâtiments
industriels, les logements et les bureaux.

© Photo : Nasser Zebidour

Conditions de travail / Description des tâches

L’électricien du bâtiment est traditionnellement chargé de l'équipement


électrique des constructions. Il peut aussi être amené à participer à des
installations plus complexes comme une climatisation ou un ascenseur. Dans
le cadre d’un plan de rénovation, l’électricien remplace également les
installations anciennes pour les rendre conformes aux nouvelles normes.

En se basant sur les plans, l’électricien détermine l’emplacement des


éléments de l’installation électrique. Il procède ensuite à la pose des câbles,
des fils, des tableaux ou des armoires électriques et des prises. Tous les
travaux de mises aux normes de sécurité électriques lui incombent
également.

Les activités de l’électricien du bâtiment couvrent un grand nombre


d'installations différentes. Sur les chantiers importants, l’électricien se réfère
aux schémas de montage et aux plans établis par les architectes ou les
ingénieurs. Après la mise en service, il est le plus souvent chargé de la
maintenance.

Les automatismes (domotique) sont aujourd'hui très appréciés et


représentent un renouvellement du travail de l’électricien. Tous ces marchés
requièrent une technicité sans faille, à laquelle les électriciens doivent
s'adapter.
Etudes / Diplômes

- CAP préparation et réalisation d’ouvrages électriques,

- BT monteur en réseaux électriques,

- Bac pro électrotechnique,

- Bac pro équipements et installations thermiques,

- Bac pro énergie équipements communicants,

- Bac techno STI électrotechnique,

- MC maintenance en équipements et installations électriques,

- MC technicien en énergies renouvelables, option énergie électrique ou


option énergie thermique.

Au niveau supérieur, BTS domotique, BTS électrotechnique, très appréciés


par les professionnels du bâtiment.

Salaires

Un débutant gagne le SMIC : 1 344 € brut par mois. Le salaire moyen d’un
professionnel d’expérience peut atteindre 2 500 € brut par mois. S’il se met à
son compte, ses revenus peuvent considérablement varier et augmenter
jusqu’à 4 750 € en fin de carrière.

Evolutions possibles

Avec de l'expérience, l’électricien en bâtiment peut devenir chef d’équipe sur


de gros chantiers et au sein d’une grande entreprise. Il peut aussi se mettre à
son compte. Cette spécialité ne devrait pas avoir de problèmes d’emploi en
raison du développement de la domotique qui implique de nombreux travaux
d’équipement électrique dans toutes les catégories de bâtiments.

Autres intitulés du métier

monteur électricien