Vous êtes sur la page 1sur 11

CI25 Solides déformables /RDM PARTIE 2 : FLEXION, Contraintes, Dimensionnement, Déformée

Solides déformables
Cours de Résistance des
Matériaux (RDM)
PARTIE 2 : FLEXION
Sollicitations / Contraintes / Dimensionnement

Contenu
1 SOLLICITATION DE FLEXION .............................................................................. 2
1.1 FLEXION PLANE ET FLEXION PLANE SIMPLE.................................................................................................................. 2
1.2 FLEXION PURE ..................................................................................................................................................... 3
EXEMPLE DE FLEXION SIMPLE ET PURE..................................................................................................................................... 3

2 DEFORMATION DUE A LA FLEXION ................................................................... 3


2.1 EXPERIMENTATION : DEFORMEE ET FLECHE.......................................................................................................... 3
2.2 DEPLACEMENT D’UNE SECTION DROITE (S) ................................................................................................................ 4

3 CALCUL DES CONTRAINTES AU SEIN D’UNE POUTRE EN FLEXION ....................... 4


3.1 OBJECTIF GENERAL DU CALCUL DES CONTRAINTES ........................................................................................................ 4
3.2 REPARTITION DES CONTRAINTES EN FLEXION .............................................................................................................. 4
3.3 CALCUL DU MOMENT QUADRATIQUE (UNITE M4 OU MM4)............................................................................................. 4
3.4 CONTRAINTE NORMALE MAXIMALE .......................................................................................................................... 5

4 DIMENSIONNEMENT D’UNE POUTRE EN FLEXION ............................................. 5


4.1 CONDITION DE RESISTANCE .................................................................................................................................... 5
4.2 CONCENTRATION DE CONTRAINTES .......................................................................................................................... 5

5 DEMARCHE DE CALCUL ..................................................................................... 5


5.1 APPLICATION DU PFS POUR LES ACTIONS AUX APPUIS................................................................................................... 5
5.2 IDENTIFICATION DU NOMBRE DE TRONÇONS A ETUDIER ................................................................................................. 6
5.3 RECHERCHE DU TORSEUR DE COHESION DE CHAQUE TRONÇON ....................................................................................... 6
5.4 DIAGRAMMES DES SOLLICITATIONS LE LONG DE LA POUTRE ............................................................................................ 7
5.5 FORMULAIRE DES POUTRES .................................................................................................................................... 7

6 EQUATION DE LA DEFORME ET FLECHE MAXIMALE ........................................... 8


6.1 DEFORMATION D’UNE POUTRE ............................................................................................................................... 8
6.2 EQUATION DE LA COURBE DE LA DEFORMEE OBTENUE PAR INTEGRATION........................................................................... 8
6.3 EXEMPLES A DEVELOPPER ...................................................................................................................................... 8
CCP 2011 Fardeleuse / Tapis roulant : Dimensionnement d’un axe et des roulements de la liaison pivot entre
le cylindre tendeur et le bâti, .................................................................................................................... 11

JC ROLIN 1 Lycée G.Eiffel Dijon


CI25 Solides déformables /RDM PARTIE 2 : FLEXION, Contraintes, Dimensionnement, Déformée

1 SOLLICITATION DE FLEXION
Les sollicitations en flexion sont très fréquentes dans les poutres, on prendra comme exemple :

Mécanique : arbre de transmission Châssis d’un véhicule… ici de camion

Aéronautique : aile d’avion Pale d’hélicoptère

Architecture des bâtiments : Charpente, porte à faux, balcon… Flèche d’un mât

Dans le programme de TSi, les études de flexion se limitent à la flexion plane simple

1.1 Flexion plane et flexion plane simple


Une poutre est soumise à de la flexion plane si
- Les actions mécaniques extérieures à la poutre sont composées de forces coplanaires et de couples perpendiculaires au
plan que forment les forces extérieures
- Le plan que forment les forces extérieures est un plan de symétrie de la poutre.
F1
La longueur de la poutre est selon l’axe x0 .
Plan de symétrie
Le torseur de cohésion est réduit en tout point G du
tronçon à :
C
N 0 
Tcoh  Ty 0 

F3

 0 Mfz
G  BaseLocale
F2

Flexion plane : il existe une résultante normale Nx

JC ROLIN 2 Lycée G.Eiffel Dijon


CI25 Solides déformables /RDM PARTIE 2 : FLEXION, Contraintes, Dimensionnement, Déformée

FLEXION PLANE SIMPLE :


On distingue la flexion plane simple de la flexion plane par l’absence du terme d’effort normal Nx , la situation de la poutre
est alors isostatique.
Le torseur de cohésion est alors selon l’orientation du moment de flexion (autour de y ou z ).
0 0  0 0 

Tcoh   0 Mfy  ou

Tcoh  Ty 0 
Tz 0 BaseLocale  0 Mfz 
G G BaseLocale

1.2 Flexion pure


Un tronçon de poutre est sollicité en flexion pure si, en tout point G du tronçon,
- La section présente un plan de symétrie
- le torseur de cohésion se réduit à un couple perpendiculaire au plan de symétrie.
0 0  0 0 
Tcoh  0 Mfy ou Tcoh  0 0 
0 0  0 Mfz 
G  BaseLocale G  BaseLocale
y0
Flexion plane Flexion plane
Flexion pure y0
simple simple



















z0 G
F F F F
x0 Symétrie
G
A B C D Section quelconque
z0
de la poutre

Exemple de flexion simple et pure


 La zone entre B et C est soumise à 2 moments de signe opposés dus aux efforts en A, B, C et D, elle est en flexion pure.
 Il n’y pas d’effort normal Nx car l’appui en C est un appui simple laissant le degré de liberté selon x0 .

2 DEFORMATION DUE A LA FLEXION


2.1 Expérimentation : DEFORMEE ET FLECHE
La poutre (AB) est soumise à une sollicitation de flexion simple. Observons la déformation des fibres de la poutre (ligne
parallèle à la ligne moyenne AB) et le déplacement des sections droites.

y0 DEFORMATIONS CONSTATEES :
F
 Les fibres « du dessus » raccourcissent
A’’ P1 B’’ (ex : fibre supérieure A’’B’’)
x0
A B  Les fibres « du dessous » s’allongent
G
A’ B’
P2 (ex : fibre inférieure A’B’)
Section (S)  Les fibres du plan médian ne subissent pas
de variations de longueur.
Avant déformation
DEFORMEE :
da La ligne moyenne « après déformation » est
y appelée déformée
F
A’’ P’1 B’’
A
FLECHE :
G’ Déformée B
La valeur du déplacement vertical d’un point M
A’ B’
x appartenant à la ligne moyenne ( M  [ AB] ) est
P’2
appelé flèche au point M
Section (S’)
Après déformation

JC ROLIN 3 Lycée G.Eiffel Dijon


CI25 Solides déformables /RDM PARTIE 2 : FLEXION, Contraintes, Dimensionnement, Déformée

2.2 Déplacement d’une section droite (S)


D'après l'hypothèse de Navier et Bernoulli, les sections droites restent planes
et normales à la ligne moyenne après déformation, tout se passe donc comme y
si la section droite (S) avait pivoté d'un angle faible dα autour de l'axe (G, z) da 

pour venir en (S').
x<0



x
On peut donc dire que les déformations relatives  x  L en un point M G 

Lo 

sont proportionnelles à l'ordonnée y de ce point. 

 x>0
D’autre part, la loi de Hooke lie la contrainte σx, la déformation εx et le

(S)(S’)
module d’élasticité ou de Young E, par : σx = E. εx
La contrainte normale σx en un point M d'une section droite (S) est proportionnelle à l'ordonnée y de ce point.

3 CALCUL DES CONTRAINTES AU SEIN D’UNE POUTRE EN FLEXION


3.1 Objectif général du calcul des contraintes
Calculer les contraintes au sein du matériau de la poutre à différents objectifs :
 Vérifier sa résistance pour dimensionner sa section et le choisir lors d’une conception (contrainte normale) ;
o non dépassement de sa limite à la rupture Rr ;
o exploitation dans le domaine élastique Re ;
 Vérifier sa déformation afin qu’elle reste dans les limites acceptables de son contexte d’emploi (déformée) ;
 Satisfaire des critères économiques en utilisant le minimum de matière, mais au bon endroit (moment quadratique).

3.2 Répartition des contraintes en flexion


Considérons une section droite (S) d’abscisse x, et un point M de coordonnées (x,y,z) appartenant à cette surface (S).
La répartition des contraintes normales dépend de x et de y :
sx(x,y) y 
y

sx<0  Mfz( x )

M 

s x ( x, y ) 

y

(compression)

x
y

G



IGz
sx>0


 z G(x) x
(traction)

x

M(x,y,z)
Avec IGz moment quadratique par

Répartition de sX dans une section (S) d’abscisse x Section S rapport à l’axe (G, z)
Pour l’exemple précédent :
o Pour y = 0, sx  0 la contrainte normale est nulle tout le long de la fibre neutre
o Pour y > 0, sx  0 sollicitation de compression
o Pour y < 0, s x  0 sollicitation de traction
En flexion plane simple, il apparait 2 termes non nuls dans le torseur de cohésion : Ty et Mfz (ou Tz / Mfy).
En flexion pure, on néglige la contrainte tangentielle induite par l’effort tranchant.

3.3 Calcul du moment quadratique (unité m4 ou mm4)


Le moment quadratique (IGz ou IGy) caractérise la répartition de surface (S) autour d’un axe.
Par définition, y
y

IGz   y ².ds
(S)
(S) (S)
b
 z².ds
G
IGy 
z
z G
(S)
Unité : m4 D
 Un moment h
quadratique élevé Section pleine circulaire
Section pleine rectangulaire
traduit une grande
D4
    max  z  
3
D bh hb 3 h
IGy  IGz  max y  max z  max  y  
rigidité de la poutre. IGy  IGz  b
64 2 12 12 2 2

JC ROLIN 4 Lycée G.Eiffel Dijon


CI25 Solides déformables /RDM PARTIE 2 : FLEXION, Contraintes, Dimensionnement, Déformée

3.4 Contrainte normale maximale


On repère la section S la plus sollicitée sur le diagramme du moment fléchissant (Mfz(x)).
Cela correspond à l’abscisse x où Mfz est maximal.
La contrainte sx ( x, y ) est maximale quand y est maximal
Bien souvent, les fabricants de profilés donnent les caractéristiques des sections de leurs poutres et notamment

v  max  y 
IGz
appelé le module de flexion Avec
v
Mfz max
La contrainte maximale se calcule alors s x max 
 IGz 
 
 v 

Répartition de la contrainte normale dans une section de poutre circulaire

4 DIMENSIONNEMENT D’UNE POUTRE EN FLEXION


4.1 Condition de résistance
Nous venons de voir que la sollicitation dominante est une contrainte normale. La limite utilisée pour le dimensionnement
sera donc la résistance pratique à l’extension (Rpe).
Comme pour les sollicitations de traction/compression, on dimensionnera la poutre de telle manière que
Re
sx max
 RPe avec R Pe 
s

4.2 Concentration de contraintes


Du fait des accidents de forme, on majorera la contrainte maximale nominale (cf. 3.3.4) calculée dans une section droite par
un coefficient K (donné par des abaques).
sx
Ainsi K max
1
sx nom

5 DEMARCHE DE CALCUL
5.1 Application du PFS pour les actions aux appuis
En général le problème est plan, on
y0
applique : Flexion plane Flexion plane
Flexion pure
simple simple
 x 0 et y0 , mais








le TRS en projection sur


















en flexion pure il n’y a pas de résultante F F F F


sur x0 . G x0
z0 A B C D
 le TMS en projection sur z0 .
Il faut bien identifier la nature de liaisons Articulation en A : RAx et RAy Appui simple en C : RCy
pour connaître le nomme d’inconnues de PFS avec 3 inconnues à déterminer
chacune d’entre elle.

JC ROLIN 5 Lycée G.Eiffel Dijon


CI25 Solides déformables /RDM PARTIE 2 : FLEXION, Contraintes, Dimensionnement, Déformée

5.2 Identification du nombre de tronçons à étudier


On balaye la poutre de gauche à droite :
 chaque appui et chaque force ponctuelle présente le long de la poutre détermine un nouveau tronçon.
 pas de changement de tronçon le long d’une charge répartie.
Exemples :
y0
Flexion plane Flexion plane
Flexion pure
simple simple



























F F F F
G x0
z0 A B C D

Appui simple en A, articulation en 2 charges ponctuelles et 2 appuis, 3 intervalles 2 appuis et une charge répartie,
B, charge ponctuelle P. distincts. Il y a 3 tronçons (0 < x < a) ;
Il y a 2 Tronçons, AP (0 < x < 2/3l) 3 tronçons : AB ; BC et CD (a < x < b + a ); (b + a < x < l).
et PB (2/3l < x < l)

5.3 Recherche du torseur de cohésion de chaque tronçon


Une poutre en bois est sollicitée en porte à faux par une force
concentrée.
On donne L = 4m, a = 0, 5m et F = −20kN.

On identifie 2 tronçons AB et BC, il faut donc rechercher le


torseur de cohésion dans chacun de ces 2 tronçons.
Chaque tronçon est coupé en 2 parties (P-) à gauche et (P+) à
droite.
On choisit d’isoler le tronçon le plus facile pour les calculs et
on applique le PFS en introduisant le torseur de cohésion.
1) Calcul des actions d’appuis :
Ce calcul préliminaire est nécessaire dans quasi tous les cas. Pour un problème isostatique on écrit le PFS :

2) Torseur de cohésion dans le tronçon AB en isolant la partie gauche de AB soit (P-) :


PFS en G avec 0 < x < L :
 TRS projeté sur y : Ty + aF/L = 0 soit Ty = -aF/L
 TMS en G : -x.(aF/L) +Mfz = 0 soit Mfz = x(aF/L)
 0 0 
Tcoh   aF / L 0


 0 x(aF / L) ( x , y , z )
G

3) Torseur de cohésion dans le tronçon BC en isolant la partie droite de BC soit (P+) :


PFS en G avec L < x < L+a :
La partie droite étant retenue on étudie – {Tcoh}
 TRS projeté sur y : -Ty + F = 0 soit Ty = F
 TMS en G : F.(L+a-x)-Mfz = 0 soit Mfz = F(L+a-x)
0 0 
Tcoh  F 0


0 F ( L  a  x) ( x , y , z )
G

4) Recherche de la contrainte maximale


Mfz est maximale pour x = L soit Mfzmax = a.F

JC ROLIN 6 Lycée G.Eiffel Dijon


CI25 Solides déformables /RDM PARTIE 2 : FLEXION, Contraintes, Dimensionnement, Déformée

5.4 Diagrammes des sollicitations le long de la poutre


Ils représentent la variation de l’effort tranchant Ty et du moment de
flexion Mfz tout au long de la poutre.

On peut remarquer deux points utiles à la vérification des résultats :


 L’aire totale pour Ty est nulle en sommant sur la longueur de la
poutre (TRS vérifié).
dM fz
 Et ( x)  Ty ( x)
dx

5.5 Formulaire des poutres


Quelques exemples courants…

JC ROLIN 7 Lycée G.Eiffel Dijon


CI25 Solides déformables /RDM PARTIE 2 : FLEXION, Contraintes, Dimensionnement, Déformée

6 EQUATION DE LA DEFORME ET FLECHE MAXIMALE

6.1 Déformation d’une poutre


On montre ci-contre pour une poutre en
charge l’évolution de la ligne moyenne.
En l’absence de chargement cette ligne
est confondue avec l’axe x, les points
(AIJBD) sont alignés.
Sous chargement la ligne moyenne se
déplace les points (AIJBD) ne sont plus
alignés mais appartiennent à la
DEFORMEE.
La déformée est la fonction y = f(x) de la
ligne moyenne d’une poutre sous
charge, dans le repère global (A, x, y).
En un point G quelconque de la
déformée, la pente de sa tangente est
pour les petits angles avec G en radians :
Tan G = G = y’ = f’(x)
Cet angle correspond au pivotement de
la section droite de la poutre.

CONDITIONS AUX LIMITES ET FLECHE


On remarque qu’au niveau des appuis en Exemples usuels de conditions aux limites
A et B, la position de la ligne moyenne n’a
pas changé : yA et yB = 0.
Au point I, la déformation passe par un
extrémum (maxi ici), la dérivée de la
déformée est nulle : y’I = 0
FLECHES
On nomme « flèches » les valeurs
maximales de la déformation pour un
tronçon, ici en I et D.
Flèche en I = yi et flèche en D = yD

6.2 Equation de la courbe de la déformée obtenue par intégration


L’étude en géométrie analytique de la relation entre le pivotement de la section droite de centre G(x) et la contrainte
normale dans la poutre (paragraphe 2.2) permet d’établir une relation simple entre :
 le moment fléchissant Mfz,
 le moment quadratique I(G,z) de la section de la poutre
 le module d’élasticité longitudinal E(de Young),
 la dérivée seconde de la fonction de la déformée.

E.I ( G , z ) . y ' '   Mf z ( x) Relation valable pour les petites déformations

Remarque 1 : On peut donc établir l’équation de la déformée à partir du moment fléchissant par 2 intégrations successives,
en recherchant les constantes d’intégration par les conditions aux limites.
Remarque 2 : Comme la relation Mfz dépend du tronçon de la poutre, la méthode par intégration doit être réalisée pour
chacun de ses tronçons.

6.3 Exemples à développer


Faire l’étude complète des 3 exemples suivants en tenant compte des symétries éventuelles pour simplifier :
 Action aux appuis et recherche du torseur de cohésion, tracé des diagrammes NX, TY et MfZ
 Recherche de l’équation de la déformée et de la flèche (maximale).

JC ROLIN 8 Lycée G.Eiffel Dijon


CI25 Solides déformables /RDM PARTIE 2 : FLEXION, Contraintes, Dimensionnement, Déformée

Exemple 1 : POUTRE REPOSANT SUR DEUX APPUIS AVEC CHARGE CONCENTREE AU MILIEU
(poulie entre 2 guidages par roulements)

Les efforts sont tels que A = B = F/2


L'équation de la dérivée seconde de la déformée s'écrit :

E.I ( G , z ) . y ' '   Mf z ( x)


Il faut deux intégrations successives pour déterminer
l'équation y(x) de la déformée.
Le calcul des constantes K se fait en choisissant des
conditions aux limites de zones :
En C : x = L / 2 et y’C = 0
(y’ équation de la tangente au point C)
En A : x = 0 et yA = 0
yC est la valeur de la flèche maxi en C

Exemple 2 : POUTRE REPOSANT SUR DEUX APPUIS AVEC CHARGE UNIFORMEMENT REPARTIE
(Bâtiment : plancher, toit de super marché avec neige…)

Diagrammes du torseur de cohésion :

Les actions aux appuis en A et B sont :


Recherche de la déformée et de la flèche

L’expression du torseur de cohésion est :


NX = TY =
MfZ =
Les conditions aux limites sont :

Montrer que la valeur de la flèche maxi en C est :

JC ROLIN 9 Lycée G.Eiffel Dijon


CI25 Solides déformables /RDM PARTIE 2 : FLEXION, Contraintes, Dimensionnement, Déformée

Exemple 3 : POUTRE ENCASTREE AVEC CHARGE


CONCENTREE A UNE EXTREMITE
(Bras de robot avec moteur bloqué, grue…)

yA est la flèche maximale en A,


montrer que

JC ROLIN 10 Lycée G.Eiffel Dijon


CI25 Solides déformables /RDM PARTIE 2 : FLEXION, Contraintes, Dimensionnement, Déformée

CCP 2011 Fardeleuse / Tapis roulant : Dimensionnement d’un axe et des


roulements de la liaison pivot entre le cylindre tendeur et le bâti,

JC ROLIN 11 Lycée G.Eiffel Dijon

Vous aimerez peut-être aussi