Vous êtes sur la page 1sur 28

LES TRAVAUX

DE LA FONDATION PENDANT
LA PÉRIODE DE CONFINEMENT

(diffusés de mars à juillet 2020


sur fondapol.org)
Toutes nos études sont en libre accès sur notre site fondapol.org
FONDATION POUR L’INNOVATION POLITIQUE
Un think tank libéral, progressiste et européen

Née en 2004, la Fondation pour l’innovation politique s’inscrit dans une


perspective libérale, progressiste et européenne. Par ses travaux, elle vise
deux objectifs : contribuer à un débat pluraliste et documenté, et inspirer
la décision publique.

Reconnue d’utilité publique, la Fondation met gratuitement à la


disposition de tous la totalité de ses travaux sur le site fondapol.org.
De plus, sa plateforme data.fondapol permet à chacun de consulter
l’ensemble des données collectées dans le cadre des enquêtes. Ses
bases de données sont utilisables, dans le prolongement de la politique
d’ouverture et de partage des données publiques voulue par le
gouvernement. Enfin, lorsqu’il s’agit d’enquêtes internationales, les
données sont proposées dans les différentes langues du questionnaire,
soit par exemple 33 langues pour l’enquête Démocraties sous tension,
menée dans 42 pays.

La Fondation peut dédier une partie de son activité à des enjeux qu’elle
juge stratégiques. Ainsi, le groupe de travail «  Anthropotechnie »
examine et initie des travaux explorant les nouveaux territoires ouverts
par l’amélioration humaine, le clonage reproductif, l’hybridation
homme-machine, l’ingénierie génétique et les manipulations germinales.
Il contribue à la réflexion et au débat sur le transhumanisme.
« Anthropotechnie » propose des articles traitant des enjeux éthiques,
philosophiques et politiques que pose l’expansion des innovations
technologiques dans le domaine de l’amélioration du corps et des
capacités humaines.

La Fondation pour l’innovation politique est indépendante et n’est


subventionnée par aucun parti politique. Ses ressources sont publiques
et privées.
SOMMAIRE

Nos études publiées pendant la crise du Covid-19.................................................................................... 6

Simulateur électoral : Municipales 2020................................................................................................................ 10

Une analyse inédite sur le vote Europe Écologie-Les Verts


aux élections municipales de 2014 et de 2020
dans 41 villes de plus de 100 000 habitants.................................................................................................... 11

L’enquête internationale : Attitudes on Covid-19 a comparative study.................... 12

La Fondation, partenaire du Baromètre de la confiance politique spécial


Covid-19 avec le Cevipof................................................................................................................................................................. 14

Réfléchir au monde d’après : un partenariat France Info,


Fondation pour l’innovation politique et Terra Nova.............................................................................. 15

Les analyses proposées par les membres du conseil scientifique


et d’évaluation de la Fondation pour l’innovation politique....................................................... 18

#SharingNotSpreading : 54 témoignages vidéo à travers le monde.......................... 19

Réflexion sur le rôle des think tanks dans la crise du Covid-19


avec 375 dirigeants de think tanks et universitaires de 86 pays...................................... 20

Organisation d’un visioséminaire sur les NBIC............................................................................................. 21

Vingtième édition de L'Opinion européenne,


une chronique de la société civile européenne............................................................................................ 22

Parution d’Innovation politique 2019........................................................................................................................... 23

Statistiques médias................................................................................................................................................................................ 24

Statistiques réseaux sociaux.................................................................................................................................................... 25

5
Fondation pour l’innovation politique

NOS ÉTUDES PUBLIÉES


PENDANT LA CRISE DU COVID-19

RETRAITES : LEÇONS DES RÉFORMES SUÉDOISES


par Kristoffer Lundberg – avril 2020
Cette étude décrit la manière dont a évolué le système de retraite suédois. Les politiques
sociales et, plus particulièrement, les réformes des retraites sont le fruit d’une situation à une
époque donnée. Par conséquent, il s’agit aussi d’observer comment ce pays scandinave s’est
réformé pour devenir un État démocratique prospère et moderne.

NE GASPILLONS PAS UNE CRISE


par Josef Konvitz – avril 2020
Les crises mettent en lumière des forces considérées comme acquises et des faiblesses
ignorées. Bien des pays n’ont pas suffisamment investi dans les infrastructures. Les batailles
politiques à propos de projets clés et les procédures réglementaires ont alourdi les factures
et entraîné des retards. Pendant la crise, nous voyons à quel point les infrastructures sont
précieuses et quels sont les risques du sous-approvisionnement. Dans un monde urbanisé,
tout est connecté : les transports, la santé préventive et les hôpitaux, le développement du
logement, l’eau et l’électricité, la qualité de l’air, l’éducation… Les tâches essentielles consistent
à renouveler le stock de biens publics, à restructurer les régions urbaines et à réduire les
coûts économiques et environnementaux futurs. Ce programme, qui englobe la santé et le
changement climatique, doit être déployé en sachant que nous ne pouvons pas anticiper la
fréquence ni la gravité des risques géopolitiques.
6
LES TRAVAUX DE LA FONDATION PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT

AVANT LE COVID-19, LE TRANSPORT AÉRIEN EN EUROPE :


UN SECTEUR DÉJÀ FRAGILISÉ
par Emmanuel Combe et Didier Bréchemier – mai 2020
Si les compagnies aériennes européennes sont touchées de plein fouet par la crise du Covid-19,
toutes ne sont pas logées à la même enseigne, que ce soit en termes de capacité de résistance
ou d’accès aux aides publiques. En particulier, certaines compagnies « porte-drapeaux »,
comme Air France-KLM ou Lufthansa, dans une situation financière critique, bénéficieront
d’un soutien des pouvoirs publics. A contrario, de nombreuses petites compagnies, en grande
difficulté financière, seront acculées à la faillite. Quelques grandes compagnies low cost, à
l’image de Ryanair, Wizz Air ou easyJet, disposent d’une solidité financière suffisante qui leur
permettra de surmonter la crise.

APRÈS LE COVID-19, LE TRANSPORT AÉRIEN EN EUROPE :


LE TEMPS DE LA DÉCISION
par Emmanuel Combe et Didier Bréchemier - mai 2020
La crise du Covid-19 va jouer le rôle d’accélérateur dans les mutations structurelles que connaît
le transport aérien en Europe depuis vingt ans sur les vols intra-européens, marquées par
la montée en puissance des acteurs low cost. Ces derniers disposent de moyens financiers
importants et vont mettre à profit la crise pour opérer une croissance géographique et ainsi
mieux mailler le continent européen. Cette expansion se fera notamment par des opérations
de croissance externe, par reprise des actifs d’entreprises en faillite ou en attrition. Il faut
également s’attendre à un renforcement de leur investissement sur le segment business, au
travers de l’augmentation des fréquences sur de grandes lignes.

7
Fondation pour l’innovation politique

DE LA DISTANCIATION SOCIALE À LA DISTANCIATION INTIME


Anne Muxel – juin 2020
La « distanciation sociale » instaurée et acceptée dès lors qu’elle engage une présence dans
l’espace public peut aussi se transformer en « distanciation intime » et éloigner même les
plus proches. Verra-t-on plus de partage, de générosité, de conscience de l’altérité ou plus de
repli, de fermeture et d’égoïsme ? Et qu’en sera-t-il des rencontres fortuites ? De l’imprévu qui
anime nos vies ? Du plaisir de s’assembler et de se rassembler ? Cette note attire l’attention
sur quelques bouleversements dans nos habitudes de vie dont la portée, positive ou négative,
inventive ou régressive, pourrait reconfigurer à terme notre intimité, c’est-à-dire les conditions
de nos relations aux autres, donc à nous-mêmes.

CHANGEMENTS DE PARADIGME
par Josef Konvitz – juillet 2020
Une ou deux fois par siècle, une crise majeure provoque un changement de paradigme,
une transformation de l'ensemble des règles et des hypothèses qui régissent les systèmes
économiques et sociaux. Lorsque la pandémie de Covid-19 s'atténuera – et qui sait quand cela
se produira ? –, nous serons vraiment en territoire inconnu. Cette note n'entend pas livrer un
aperçu de ce à quoi ressemblera le prochain paradigme après la pandémie. On se penchera
plutôt sur la nature des changements de paradigme, des raisons pour lesquelles les crises
sont des périodes de rupture et pour lesquelles le paradigme du xxe siècle est mal adapté pour
répondre aux défis du xxie siècle.

8
LES TRAVAUX DE LA FONDATION PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT

HONGKONG : LA SECONDE RÉTROCESSION


par Jean-Pierre Cabestan et Laurence Daziano – juillet 2020
Entrée en vigueur le 30 juin 2020, à la veille de l’anniversaire de la rétrocession de Hongkong
à la Chine (1er juillet 1997), la loi de sécurité nationale (LSN) vise à impressionner la société
civile hongkongaise et à supprimer toute contestation. De nouveaux « crimes » sont désormais
lourdement punis. La LSN s’applique non seulement aux actes commis à Hongkong ou qui
auraient des conséquences à Hongkong (art. 36), mais aussi aux personnes physiques ou aux
personnes morales (art. 37), donc aux entreprises, aux fondations et aux ONG, ou encore aux
actes commis contre Hongkong « de l’extérieur », y compris par « une personne qui n'est pas
un résident permanent » (art. 38), ce qui revient à mettre en place une extraterritorialité de la
LSN. Pékin a décidé d’exercer une emprise directe et croissante sur la gouvernance et la société
civile de Hongkong, et de peser plus fortement sur les milieux économiques et financiers. La
LSN s’apparente à une « seconde rétrocession ».

Toutes nos études sont en libre accès sur notre site fondapol.org

9
Fondation pour l’innovation politique

SIMULATEUR ÉLECTORAL
MUNICIPALES 2020

Dans le cadre des élections municipales de 2020, la Fondation pour l’innovation politique a mis
en ligne une nouvelle version de son simulateur électoral : municipales2020.fondapol.org/.
Conçu par la Fondation pour l’innovation politique lors de l’élection présidentielle de 2012,
le simulateur électoral a été partagé, sous des versions adaptées, lors des élections législatives
de 2012, des élections municipales de 2014 et de l’élection présidentielle de 2017.
Le simulateur électoral de la Fondation pour l’innovation politique peut être utilisé aussi bien
comme un outil civique et pédagogique – un serious game – que comme un outil de portée
scientifique permettant aux internautes de déterminer à quelles conditions un résultat électoral
est possible.
Simulateur électoral municipales 2020

Un outil développé par Sooyoos

Faites votre simulation sur municipales2020.fondapol.org

10
LES TRAVAUX DE LA FONDATION PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT

UNE ANALYSE INÉDITE SUR LE VOTE


EUROPE ÉCOLOGIE-LES VERTS
AUX ÉLECTIONS MUNICIPALES
DE 2014 ET DE 2020 DANS 41 VILLES
DE PLUS DE 100 000 HABITANTS

TSUNAMI DANS UN VERRE D’EAU


Sous la direction de Dominique Reynié – juillet 2020
Lors des élections municipales de 2020, dans un contexte politique et médiatique
particulièrement favorable au vote écologiste, Europe Écologie-Les Verts (EELV) a dû composer
des coalitions de gauche pour réaliser une percée finalement modeste dans les villes de plus
de 100 000 habitants. Pourtant, cette France des métropoles est supposée constituer sa terre
de prédilection. En réalité, l’abstention, historique et si peu commentée, a eu raison de tous
les partis, sans exception, et sans doute même de ces élections municipales. Pour le moins,
l’observation des données conduit à rejeter la thèse d’une « vague verte », annoncée par les
sondages avant même la tenue du second tour. L’étude que nous publions ici procède de la
base de données élaborée par la Fondation et disponible en open data sur data.fondapol.org.

11
Fondation pour l’innovation politique

L’ENQUÊTE INTERNATIONALE
ATTITUDES ON COVID-19
A COMPARATIVE STUDY

La Fondation pour l’innovation politique est partie prenante d’un programme international
intitulé « Citizens’ Attitudes Under COVID-19 Pandemic ». Plusieurs vagues d’enquêtes
ont été menées dans chacun des vingt pays suivants : Afrique du Sud, Allemagne, Argentine,
Australie, Autriche, Brésil, Canada, Côte d’Ivoire, Égypte, États-Unis, France (y compris certains
territoires d’outre-mer 1), Italie, Kenya, Mali, Maroc, Nigeria, Nouvelle-Zélande, Pologne,
Royaume-Uni, Suède.
Le programme renseigne sur l’évolution de l’opinion publique et des attitudes face à la
crise du coronavirus :
• comment sont perçues les mesures de distanciation sociale (confinement, port du masque,
tracking, etc.) ;
• comment les individus évaluent la nature de la crise et l’action de leur gouvernement.
Les partenaires de la Fondation pour l’innovation politique 2 sont :
• Agence nationale de la recherche (ANR)
• Agence française de développement (AFD)
• Banque mondiale
• France Stratégie
• Ipsos-Sopra Steria
• Cerdi-CNRD
• Cevipof (CNRS, Sciences Po)
• IAST au sein de la Toulouse School of Economics (université de Toulouse)
• Hanover Universität (Allemagne)
• Harvard Business School (États-Unis)
• Université de Montréal (Canada)
• McGill University (Canada)
• Università Bocconi (Italie)
• European University Institute (Italie)

1. Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Martinique, Mayotte et Réunion.


2. En France, les chercheurs universitaires sont Michael Becher, professeur à l’IAST et à l’université Toulouse
Capitole 1 ; Sylvain Brouard, directeur de recherche au Cevipof ; Martial Foucault, professeur des universités à
Sciences Po et directeur du Cevipof ; Éric Kerrouche, directeur de recherche CNRS au Cevipof ; Dominique Reynié,
professeur des universités à Sciences Po et directeur général de la Fondation pour l’innovation politique ; Grégroire
Rota-Graziosi, professeur à l’université d’Auvergne et directeur du Cerdi-CNRS ; et Pavlos Vasilopoulos, professeur
à l’université de York.
12
LES TRAVAUX DE LA FONDATION PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT

CONTRIBUTION #1
COVID-19 : CARTOGRAPHIE DES ÉMOTIONS EN FRANCE
par Madeleine Hamel – mai 2020
La crise sanitaire vient bouleverser nos vies et notre rapport aux autres ; elle affecte nos
émotions, nos comportements, nos plans de vie. Ce travail s’intéresse particulièrement aux
données relatives aux émotions déclarées par les Français entre les mois de mars et mai 2020,
dans une perspective comparative entre douze régions. Les niveaux des émotions sont mesurés
à partir des réponses à la question : « Quand vous pensez à la situation liée au coronavirus
(Covid-19) en France, vous éprouvez… (sur une échelle de 0 à 10) », déclinées pour trois
émotions : la peur, l’espoir et la colère.

CONTRIBUTION #2
COVID-19 : ÉTATS-UNIS, CHINE, RUSSIE
LES GRANDES PUISSANCES INQUIÈTENT L’OPINION
par Victor Delage – juin 2020
Dans un contexte marqué par la crise du Covid-19, cette contribution s’intéresse au regard que
portent les citoyens de sept démocraties (Allemagne, Autriche, France, Italie, Nouvelle-Zélande,
Royaume-Uni et Suède) sur l’influence et l’inquiétude que suscitent les grandes puissances que
sont la Chine, les États-Unis et la Russie. Cette contribution se fonde sur des données collectées
entre le 15 et le 18 avril 2020. Au total, 9 024 personnes ont été interrogées.

13
Fondation pour l’innovation politique

LA FONDATION,
PARTENAIRE DU BAROMÈTRE
DE LA CONFIANCE POLITIQUE
SPÉCIAL COVID-19 AVEC LE CEVIPOF

En qui et en quoi les Français ont-ils confiance aujourd’hui ? La Fondation pour l’innovation
politique est partenaire du Baromètre de la confiance politique réalisé chaque année par le
Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof). Une vague spéciale a été réalisée
afin de mesurer l’impact sur l’opinion de la crise liée au coronavirus.
Le Baromètre de la confiance politique est une enquête académique devenue l’enquête de
référence française sur la question de la confiance des Français dans la politique. La base de
données constituée depuis onze années d’enquête permet un suivi longitudinal exceptionnel
sur des sujets comme la confiance en soi, dans les autres, dans les institutions et le personnel
politique mais aussi sur le rapport à la démocratie, à ses principes et à son fonctionnement en
France.
La onzième vague de l’enquête est marquée par une nouveauté majeure : une comparaison
européenne Pour la première fois, le Cevipof a fait le choix de comparer son enquête
simultanément avec trois pays européens, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Il s’agit en
effet de confronter les tendances enregistrées en France depuis plusieurs années (montée de la
défiance politique, pessimisme social, faible confiance sociale et dans les institutions, sentiment
que le système démocratique ne fonctionne pas bien) à deux pays européens sensiblement
équivalents sur les plans économique et sociétal.

14
LES TRAVAUX DE LA FONDATION PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT

RÉFLÉCHIR AU MONDE D’APRÈS


UN PARTENARIAT FRANCE INFO,
FONDATION POUR L’INNOVATION
POLITIQUE ET TERRA NOVA

#EtAprès a vu le jour dans le cadre d’un partenariat éditorial associant France Info, la Fondation
pour l’innovation politique et Terra Nova. #EtAprès vise à susciter et à partager idées et
réflexions sur les conséquences de la crise du Covid-19.
Grâce à son expertise, la Fondation pour l’innovation politique prend part à ces échanges. Nos
contributeurs analysent la crise et ses répercussions, esquissant des propositions pour l’après.
Les contributions sont publiées sur les antennes radio, télévision et numérique de France
Info, ainsi que sur les sites de la Fondation pour l’innovation politique et de Terra Nova. Elles
sont également partagées sur nos réseaux sociaux respectifs (@Fondapol, @_Terra_Nova,
@franceinfo) sous le hashtag #EtAprès.
Lisez dès à présent les premiers articles de la Fondation pour l’innovation politique :

15
Fondation pour l’innovation politique

16
LES TRAVAUX DE LA FONDATION PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT

17
Fondation pour l’innovation politique

LES ANALYSES PROPOSÉES PAR LES


MEMBRES DU CONSEIL SCIENTIFIQUE
ET D’ÉVALUATION DE LA FONDATION
POUR L’INNOVATION POLITIQUE

DE LA VALEUR L’EUROPE ENTRE CRISE ÉPIDÉMIQUE,


DE LA VIE EN DÉMOCRATIE LE MARTEAU CHINOIS CRISE ÉCONOMIQUE :
ET L’ENCLUME AMÉRICAINE D’UNE CRISE À L’AUTRE
Par Erwan Le Noan
Partner Altermind, Erwan Le Noan est membre du conseil scientifique
AU TEMPS DU CORONAVIRUS
de la Fondation pour l’innovation politique. Par Bruno Bensasson
Membre du conseil scientifique et d’évaluation de la Fondation pour l’innovation politique,
Par Luuk van Middelaar directeur exécutif groupe en charge du pôle Énergies renouvelables chez EDF.
Philosophe politique et professeur à l’université de Leyde (Pays-Bas),
membre du conseil scientifique et d’évaluation de la Fondation pour l’innovation politique.
L’une des nouveautés macabres de la crise du Covid-19 aura été le décompte, Il est l’auteur de Quand l’Europe improvise. Dix ans de crises politiques (Gallimard, 2018)
et du Passage à l’Europe. Histoire d’un commencement (Gallimard, 2012).
public et quotidien à la télévision, des morts emportés par la maladie – comme
un étalon de la gravité du moment et un indicateur de la durée de la privation La crise du coronavirus n’ouvre pas une « ère nouvelle », dont on verrait
de liberté imposée par le confinement et ses suites. Le sujet aura évidemment été déjà clairement les enjeux apparaître et les grandes lignes se dessiner, et il est
polémique, le doute se faisant autour de la sincérité des chiffres présentés par le encore trop tôt pour dire s’il s’agit d’un événement « transformatif » ou d’un
gouvernement, lui-même remettant d’ailleurs en cause la fiabilité des meilleures épisode « disruptif ». Le Covid-19 apparaît d’abord et surtout comme un grand Dans un mouvement d’une rare universalité, la très grande majorité des pays,
performances de notre voisin allemand, qui décompte trois fois moins de morts. révélateur : il dévoile des faiblesses parfois invisibles et accélère des tendances autoritaires ou démocratiques, religieux ou laïques, émergents ou développés,
S’il est bien trop tôt pour tirer des leçons d’une pandémie dont les effets ne se préexistantes. Cela se perçoit au niveau individuel, où la maladie oblige avant ont pris des mesures radicales de confinement afin de freiner l’épidémie de
sont certainement pas encore pleinement déployés, il est cependant possible tout les plus vulnérables et les plus âgés à mener une lutte contre la mort ; cela Covid-19. Mais fallait-il imposer de telles mesures et perdre par exemple
d’envisager ce qu’elle nous enseigne de notre relation à la mort et, à travers elle, s’observe également au niveau collectif, où les mesures de santé publique et de en France de l’ordre de 10 % de la production de 2020 en vue d’éviter un
à la démocratie. distanciation sociale mettent certaines organisations, entreprises ou États au bilan sanitaire encore plus lourd ? Ce choix entre crise épidémique et crise
Les témoignages ont été nombreux et émouvants de familles empêchées de pied du mur. économique reste vif dans certains pays, aux États-Unis et au Brésil notamment,
se rendre auprès de leurs proches pour leurs derniers instants de vie, de leur Mais c’est sur la scène internationale que le virus se manifeste le plus clairement moins en France. Que doit-on en penser ?
dire adieu ou de leur rendre hommage ensuite lors des obsèques. Dans un en tant que révélateur. Le Covid-19 accélère des évolutions lentes, creuse des
clivages existants. Fait majeur dans ce domaine : la bataille stratégique entre Abordons tout d’abord le sujet par l’angle économique. Contrairement à une
pays développé, au XXIe siècle, ces images avaient, parmi d’autres, quelque
la Chine et les États-Unis devient plus visible que jamais. L’Europe, prise dans représentation commune, l’économie n’a pas pour but ultime la production
chose de bouleversant, illustrant à la fois la gravité de la pandémie et aussi la
l’étau de ces deux titans, découvre sa vulnérabilité aussi bien dans le domaine de biens : elle a pour objet de satisfaire les besoins des individus en dépit de
submersion des services de l’État, dépassés par les événements. Mais, au-delà,
du matériel médical que sur le plan des paroles et des idées. Leçon principale à la rareté des ressources (la matière et le temps). Produire des voitures n’est
ce « grand confinement » du monde a donné tort à ce que tous les populistes
tirer à ce stade, en sachant que le pire du conflit américano-chinois est devant qu’un moyen au service d’un but – se déplacer pour le travail ou le plaisir –,
anticapitalistes répètent ad nauseam, car dans notre XXIe siècle « mondialisé » et
nous : sans autonomie stratégique industrielle, pas de « souveraineté narrative » pas le but ultime. Or, comme l’a souligné le psychologue Abraham Maslow,
« interdépendant », le « politique » garde le dessus sur l’économique. Si le monde
pour les Européens. être en bonne santé fait partie des aspirations premières des gens – à la base de
s’est enfoncé dans un gouffre économique, c’est d’abord par un choix assumé :
la pyramide des besoins individuels, comme boire, manger, se chauffer, etc. –,
celui du confinement généralisé pour sauver des vies humaines. Dans ce moment Quelques incidents récents révèlent à quel point les Européens se trouvent
avant de pouvoir se rendre au restaurant, au théâtre ou partir en voyage.
exceptionnellement grave, chacun a pu constater de façon claire que « nos vies de plus en plus pris entre le marteau chinois et l’enclume américaine. Ainsi,
Ainsi, même en temps normal, nous consacrons en France de l’ordre de 10 %
valent plus que les profits ». Les conséquences économiques de cette crise sont fin avril 2020, le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires
du produit intérieur brut (PIB) – c’est-à-dire des facteurs de production,
massives : c’est une récession historique qui se dessine. Le coût du confinement a étrangères et la politique de sécurité, l’Espagnol Josep Borrell, a dû rendre
des comptes devant l’assemblée du Parlement européen. Certains médias

Fondation pour l’innovation politique | fondapol.org 1 Fondation pour l’innovation politique | fondapol.org 1 Fondation pour l’innovation politique | fondapol.org 1

De la valeur L’Europe Crise épidémique,


de la vie en démocratie entre le marteau chinois crise économique :
Par Erwan Le Noan et l’enclume américaine d’une crise à l’autre
au temps du coronavirus Par Bruno Bensasson
Par Luuk van Middelaar

UNE APPROCHE DU RAPPORT LES TERRITOIRES LA LIBERTÉ


COÛTS/BÉNÉFICES AU SECOURS DE LA RÉPUBLIQUE AU TEMPS DU CORONAVIRUS
DU CONFINEMENT
Par Pascal Perrineau Par Christophe de Voogd*
Professeur des universités à Sciences Po, membre du Conseil scientifique Président du conseil scientifique et d’évaluation de la Fondation pour l’innovation politique, normalien, agrégé
Par Robin Rivaton* et d’évaluation de la Fondation pour l’innovation politique. et docteur en histoire, Christophe de Voogd enseigne les idées et le discours politiques à Sciences Po.
Membre du conseil scientifique de la Fondation pour l’innovation politique,
gérant d’un fonds d’investissement Smart City, fondateur de Real Estech.

Parmi ses innombrables effets, la crise du Covid-19 aura exacerbé les attaques
antilibérales, dont notre pays n’a certes pas l’exclusivité mais qui n’en détient
Dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, la notion de ceux qui ont été
pas moins l’une des plus anciennes et virulentes traditions. Tradition coexistant
« en première ligne » a été beaucoup utilisée, jusqu’au sommet de l’État, et a
d’ailleurs, dans l’un de nos innombrables paradoxes, avec le fait que la France
fait découvrir que les « premiers de cordée » dont parlait Emmanuel Macron
a été, de Montesquieu à Raymond Aron en passant par Alexis de Tocqueville
À la suite de la situation chinoise à Wuhan et dans le Hubei liée à l’épidémie de au début de son quinquennat n’étaient pas toujours celles et ceux qui, à l’heure
et Frédéric Bastiat, l’un des plus brillants foyers intellectuels du libéralisme.
Covid-19, un confinement, plus ou moins strict, a été retenu par la plupart des des périls graves, se retrouvaient finalement « au front ».
pays pour lutter contre la diffusion du virus parmi les populations. Le débat Dans la riposte à l’épidémie, on a beaucoup parlé, à juste titre, des soignants Énième illustration du fait que cet épisode critique, avant même d’annoncer la
sur le rapport coûts/bénéfices de ces mesures de confinement a été relativement et de tous ces travailleurs de l’ombre qui font tourner la machine sociale et moindre rénovation de notre société, commence par attiser les vieux clivages
marginal. Aux États-Unis, au début de l’épidémie, Donald Trump s’était inquiété économique (vendeurs, livreurs, éboueurs, manutentionnaires…), mais on a et les querelles de l’« ancien monde ». La lecture de la majorité des médias
que le remède soit pire que le mal et avait été vertement critiqué de vouloir beaucoup moins parlé des collectivités territoriales qui, dès le premier jour, ont et, plus encore, la consultation des réseaux sociaux montrent la puissance de
arbitrer entre l’économie et la santé, comme si les deux étaient déconnectées. été au feu et ont su, avec beaucoup d’agilité, compléter l’action de l’État et cette aspiration illibérale, faisant feu de tout bois pour accuser le libéralisme
L’émotion suscitée par la vitesse de diffusion du virus et de sa létalité a gommé souvent pallier les nombreux déficits de cette action. Pensons en particulier à de tous les maux de cette crise. Les délocalisations industrielles ? La faute
toute réflexion rationnelle sur la valeur de la vie humaine. Distinguant les quelques présidents des conseils régionaux des régions les plus touchées. au libéralisme ! Le manque de masques ? La faute au libéralisme ! Le virus ?
années de vie en bonne santé, leur attribuant une valeur monétaire et faisant fi Dès le début du mois de mars, Jean Rottner, président du conseil régional du La faute au libéralisme !
des liens affectifs, la mesure de ce rapport coûts/bénéfices peut sembler d’une Grand Est, avait ainsi alerté le président de la République sur la distorsion entre En vérité, pour un libéral, l’enjeu fondamental de cette épreuve était l’équilibre
froide rationalité, mais elle est pourtant un outil indispensable pour objectiver la parole publique officielle et la situation de tension extrême des structures entre droits individuels et contraintes du collectif. Le principe fondamental
nombre de politiques publiques et elle est déjà utilisée, en France comme de santé face à une épidémie qui s’étendait rapidement à partir du foyer de du libéralisme semblait à première vue contredit par l’urgence sanitaire.
ailleurs, que ce soit pour les politiques de sécurité routière, le remboursement Mulhouse. Au-delà de cette fonction d’alerte d’un pouvoir au plus près du Et, pourtant, il était plus pertinent que jamais : puisque la liberté – qui, en vrai
des médicaments ou encore la protection du consommateur. En la matière, terrain, la région Grand Est a rapidement mis en place un fonds de soutien libéralisme, va toujours de pair avec la responsabilité – est première, elle n’a
l’indicateur principal est le QALY (quality-adjusted life year), qui correspond pour les très petites entreprises (TPE) et les associations, des prêts rebond afin donc pas à être justifiée ; c’est à ses restrictions de l’être.
à une année de vie en bonne santé. de renforcer la trésorerie des entreprises, ainsi qu’une plateforme dédiée aux
acteurs de la région pour favoriser l’interface avec des entreprises locales pour *Derniers articles : « Le discours gaullien : rhétorique démodée ou leçon pour notre temps ? », Revue
faire face à la crise du Covid-19. politique et parlementaire, n° 1094-1095, janvier-juin 2020 ; « Pays-Bas : le pari du “confinement intelligent” »,
* Robin Rivaton est l’auteur de plusieurs études pour la Fondation pour l’innovation politique, notamment Taxer institutmontaigne.org, 7 mai 2020 ; « Pays-Bas », in Dominique Reynié (dir.), Démocraties sous tension, vol. II,
mieux, gagner plus (avril 2014), Le Kapital pour rebâtir l’industrie (avec Christian Saint-Étienne, avril 2013) et Fondation pour l’innovation politique, mai 2019 ; et Réformer : quel discours pour convaincre ?, Fondation pour
Libérer le financement de l’économie (avril 2012). l’innovation politique, février 2017.

Fondation pour l’innovation politique | fondapol.org 1 Fondation pour l’innovation politique | fondapol.org 1 Fondation pour l’innovation politique | fondapol.org 1

Une approche du rapport Les territoires La liberté


coûts/bénéfices au secours au temps du coronavirus
du confinement de la République Par Christophe de Voogd
Par Robin Rivaton Par Pascal Perrineau

De nouvelles analyses proposées par le Conseil scientifique et d'évaluation


seront publiées en septembre 2020.

18
LES TRAVAUX DE LA FONDATION PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT

#SHARINGNOTSPREADING
54 TÉMOIGNAGES VIDÉO
À TRAVERS LE MONDE
La pandémie de Covid-19 est une épreuve pour l’humanité. De mars à juin 2020, la Fondation
pour l’innovation politique a réuni à travers le monde 54 témoignages de personnes
confrontées au défi sanitaire et à ses conséquences. Ces messages fournissent autant
d’éléments d’une réflexion collective sur la crise du Covid-19. Ces témoignages vidéo,
nommés #SharingNotSpreading ont été publiés sur fondapol.org et sur nos réseaux sociaux.
Ces vidéos ont été visionnées plus de 170 000 fois sur Twitter et Facebook.

19
Fondation pour l’innovation politique

RÉFLEXION SUR LE RÔLE


DES THINK TANKS
DANS LA CRISE DU COVID-19 AVEC
375 DIRIGEANTS DE THINK TANKS
ET UNIVERSITAIRES DE 86 PAYS

La Fondation pour l’innovation politique a participé à deux réunions virtuelles dans le cadre du
programme Global Think Tank Town Hall, organisé par Think Tanks and Civil Societies Program
de l’université de Pennsylvanie.
Plus de 375 dirigeants de think tanks et universitaires de 86 pays se sont réunis afin de réfléchir
au rôle des think tanks dans la crise du Covid-19. Cinq groupes de travail ont été lancés afin
d’apporter des réponses concrètes aux défis immédiats et de demain posés par la crise
sanitaire. L’objectif stratégique est de produire des rapports orientés vers l’action, qui seront
ensuite transmis aux gouvernements nationaux, aux organisations internationales et régionales,
au G7 et au G20, aux organisations non gouvernementales. Les résultats ont été discutés lors
d’une troisième et dernière réunion entre les think tanks le 30 juin 2020.
La Fondation pour l’innovation politique participe activement au groupe du travail qui s’intitule
« Encourager la coopération internationale ». Dominique Reynié, directeur général de la
Fondation pour l’innovation politique, Josef Konvitz, qui a longtemps travaillé à l’Organisation
de coopération et de développement économiques (OCDE), notamment en tant que directeur de
la division « Politique réglementaire », et Katherine Hamilton, chargée de mission à la Fondation
pour l’innovation politique, ont partagé leurs pistes de réflexion.

20
LES TRAVAUX DE LA FONDATION PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT

ORGANISATION D’UN VISIOSÉMINAIRE


SUR LES NBIC

Le 29 avril 2020, la Fondation pour l’innovation politique et le think tank toulousain NXU ont
organisé ensemble un visioséminaire sur la thématique « Crise sanitaire, États et NBIC ». Ce
séminaire est la première collaboration entre les deux think tanks. Plusieurs thématiques ont
été traitées : quelles sont les dynamiques qui se dessinent entre ces trois éléments ? comment
les États peuvent-ils exprimer leur pouvoir dans ce contexte particulier ? quel(s) rôle(s) peuvent
jouer les NBIC dans la résolution de crise du Covid-19 et aussi dans le monde d’après ?
Participant(e)s, par ordre d’intervention :
•D
 ominique Reynié, politologue, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique
• L uc Marta de Andrade, président-fondateur de U-Need Consulting et de NXU Think Tank
• Paul-Antoine Miquel, professeur de philosophie à l’université Toulouse-II Jean-Jaurès,
épistémologue
• S erge Soudoplatoff, cofondateur de Sanderia, de Mentia et de Sooyoos
• Jean-Louis Fraysse, cofondateur de BotDesign et de NextStep Santé, président de la
commission santé de NXU Think Tank
• Yann Ferguson, enseignant-chercheur à l’Institut catholique des arts et métiers (Icam),
responsable délégué du domaine Humanité
• Élisabeth de Castex, docteure en sciences politiques, responsable du blog Anthropotechnie
• Laurent Cournarie, professeur de chaire supérieure en première supérieure de philosophie,
président de la commission philosophie de NXU Think Tank
• Patrick Raffy, directeur de programmes de systèmes d’information chez Airbus Defence and
Space

21
Fondation pour l’innovation politique

VINGTIÈME ÉDITION DE
L’OPINION EUROPÉENNE,
UNE CHRONIQUE
DE LA SOCIÉTÉ CIVILE EUROPÉENNE

Cet ouvrage constitue le vingtième volume de notre publication annuelle L’Opinion européenne,
née en 2000. Nous avons voulu cette série afin de nourrir la réflexion sur l’Union européenne en
éclairant plus particulièrement les transformations de la société civile européenne, l’évolution
des modes de vie des Européens, de leurs comportements, de leurs choix électoraux, de leurs
opinions.
Le regard adopté étant rétrospectif, nous publions chaque année des contributions inspirées par
l’année précédente. L’édition 2019 de L’Opinion européenne n’aurait donc pas dû aborder les
conséquences de la pandémie du Covid-19, mais il ne nous est pas apparu possible de rester
muets sur cette crise au motif qu’elle s’est déclarée en janvier 2020. C’est pourquoi, dans une
première partie, L’Opinion européenne en 2019 aborde la crise sanitaire et ses conséquences
avec des textes d’Emmanuel Combe, Victor Delage, Madeleine Hamel, Luuk van Middelaar et
Dominique Reynié.
Dans ce qui constitue la deuxième partie de l’ouvrage, nous sommes heureux d’inaugurer
un nouveau rendez-vous annuel dédié à la relation que le monde médiatique entretient avec
l’Europe. Dans ce cadre, nous publions un entretien avec un journaliste reconnu spécialiste de
l’Europe, Daniel Desesquelle, que nous avons interrogé sur la manière dont les médias rendent
compte des questions européennes.
La dernière partie de l’ouvrage revient spécifiquement sur l’année 2019, avec des textes de
Frédéric Couffin, Raphaël Grelon, Guillemette Lano, Fiorella Namèche-Làzàr et Clémentine
Paliotta. Ces différentes contributions portent sur les résultats des élections européennes de
2019 et l’évolution des forces politiques à l’échelle de l’Union européenne, sur la naissance du
Parquet européen, sur les géants du numérique ou encore sur la brevetabilité des créations de
l’intelligence artificielle. Enfin, le lecteur trouvera la chronique annuelle de Corinne Deloy dédiée
aux élections qui ont eu lieu dans les pays de l’Union européenne en 2019.
22
LES TRAVAUX DE LA FONDATION PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT

PARUTION
D’INNOVATION POLITIQUE 2019

La neuvième édition d’Innovation politique regroupe les principaux travaux de la Fondation pour
l’innovation politique (fondapol.org) publiés entre janvier et décembre 2019.
Les contributions sont le fruit d’auteurs provenant d’horizons divers, d’experts, confirmés
ou issus de la nouvelle génération, qui souhaitent éclairer le débat public et contribuer à
l’émergence de réponses innovantes face aux défis de l’époque.
Le premier tome invite à repenser la puissance publique européenne face aux nationalismes
américain et chinois, et face à l’expérience des populismes au pouvoir sur le Vieux Continent.
Il appelle également à la mise en place d’un système de production et de distribution d’une
énergie décarbonée, prenant en considération l’impératif climatique et la satisfaction des
besoins et des attentes de nos sociétés.
Le second tome se penche sur les enjeux des innovations technologiques et scientifiques,
telles que la santé numérique ou l’apparition du phénomène des prix personnalisés. Plus
fondamentalement, une réflexion est menée sur les conditions d’une recherche française non
militante permettant de nous situer à la hauteur des défis du XXIe siècle. Il propose aussi de
mieux connaître le profil des Français « métropolitains » à travers une approche non idéologique,
basée sur des données objectives, électorales ou sociodémographiques.
Fondation d’utilité publique, think tank libéral, progressiste et européen, la Fondation pour
l’innovation politique destine ce recueil aux étudiants, aux chercheurs ou aux responsables qui
ont en charge la vie d’institutions publiques ou d’entreprises privées. Nous espérons que ces
travaux seront jugés utiles par tous les citoyens désireux de comprendre les enjeux du monde
actuel et de prendre une part active à la vie des idées, au débat démocratique, et qui souhaitent
contribuer à la production d’une décision publique éclairée.

23
Fondation pour l’innovation politique

STATISTIQUES MÉDIAS
Entre le 1er mars au 15 août 2020, les traveaux de la Fondation pour l’innovation politique
ont été repris par 700 médias (419 sur le Web, 149 dans la presse écrite, 75 à la télévision
et 57 à la radio).

La Fondation pour l’innovation politique dans les médias


(1er mars - 15 août 2020)

419

149

75
57

presse radio télévision Web

24
LES TRAVAUX DE LA FONDATION PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT

STATISTIQUES RÉSEAUX SOCIAUX


La Fondation pour l’innovation politique est présente sur les applications Twitter, Facebook,
Instagram, Linkedin, YouTube et Dailymotion.
Pour la première fois, la Fondation a dépassé, à deux reprises, en avril et en mai, le million
d'impressions de tweets mensuels (nombre total de personnes ayant vu un tweet).

Impression des tweets


(janvier 2017 - juillet 2020)
En milliers

1290
1110
898
847

828
794

802
797
722

710
680

673
665

665
665

655
646

633
604

597

597

592
561
525
515
424
404

369
369
330
243

233
223

232

217
183
155

149
134
96,5
106

49,3
52

17 17 17 17 17 17 18 18 18 18 18 18 19 19 19 19 19 19 20 20 20 20 20 20
20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20
iv er ars Mai illet bre bre vier ars Mai illet bre bre vier ars Mai illet bre bre vier ars Avril Mai Juin illet
Ja
n M Ju tem vem Jan M Ju tem vem Jan M Ju tem vem Jan M Ju
p p p
Se No Se No Se No

25
SOUTENEZ LA FONDATION
POUR L’INNOVATION POLITIQUE !

Pour renforcer son indépendance et conduire sa mission d’utilité


publique, la Fondation pour l’innovation politique, institution de la
société civile, a besoin du soutien des entreprises et des particuliers. Ils
sont invités à participer chaque année à la convention générale qui définit
ses orientations. La Fondation pour l’innovation politique les convie
régulièrement à rencontrer ses équipes et ses conseillers, à discuter en
avant-première de ses travaux, à participer à ses manifestations.

Reconnue d’utilité publique par décret en date du 14 avril 2004, la Fondation


pour l’innovation politique peut recevoir des dons et des legs des particuliers
et des entreprises.

Vous êtes une entreprise, un organisme, une association


Avantage fiscal : votre entreprise bénéficie d’une réduction d’impôt de 60 %
à imputer directement sur l’IS (ou le cas échéant sur l’IR), dans la limite de
5 ‰ du chiffre d’affaires HT (report possible durant 5 ans) (art. 238 bis du
CGI).

Dans le cas d’un don de 20 000 €, vous pourrez déduire 12 000 € d’impôt,
votre contribution aura réellement coûté 8 000 € à votre entreprise.

Vous êtes un particulier


Avantages fiscaux : au titre de l’IR, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt
de 66 % de vos versements, dans la limite de 20 % du revenu imposable
(report possible durant 5 ans) ; au titre de l’IFI, vous bénéficiez d’une
réduction d’impôt de 75 % de vos dons versés, dans la limite de 50 000 €.

Dans le cas d’un don de 1 000 €, vous pourrez déduire 660 € de votre
IR ou 750 € de votre IFI. Pour un don de 5 000 €, vous pourrez déduire
3 300 € de votre IR ou 3 750 € de votre IFI.

contact : Anne Flambert +33 (0)1 47 53 67 09 anne.flambert@fondapol.org