Vous êtes sur la page 1sur 3

Les secrets du jeûne                       

Auteur: Lisa Master

traduit de l’anglais par Carine Bisseck


Mettre la nourriture terrestre de côté pour se nourrir de la parole de Dieu permet d’avoir une relation plus intime avec lui
Se priver. Nous nous privons pour essayer d’entrer dans notre robe de mariée ou dans un maillot de bain. Nous nous privons lorsque
nous nous entraînons pour un événement sportif. Nous sommes même capables de nous priver pour obtenir une promotion. Nous
mettons nos propres désirs de côté pour aider un ami dans le besoin. Lorsque notre enfant attrape une grippe, nous laissons tout
tomber. Cependant, lorsqu’il s’agit de jeûner, le fait de nous priver devient quelque chose de trop inconfortable. Nous
envisageons rarement de mettre en pratique cette discipline spirituelle.

Jésus, un regard de femme : un film percutant!

Nos mentors sont là pour vous


Lorsque nous prenons quelques minutes pour réfléchir au jeûne, nous nous arrêtons très souvent à nos objections : Je vais être malade.
Est-ce que je ne dois pas consommer trois vrais repas par jour? Le fait de se priver n’est-il pas un acte fanatique?
Hippocrate, le père de la médecine moderne, était en faveur du jeûne. Platon et Aristote, qui étaient des philosophes respectés, le
pratiquaient eux-mêmes. Des chefs spirituels comme John Calvin, Charles Wesley et John Knox connaissaient la valeur de cette
discipline. Il y avait dans le jeûne quelque chose qui les attirait et qui allait au-delà de leurs objections.

Comment définir le jeûne

« L’essence même du jeûne consiste à faire un sacrifice de soi afin de diriger ses pensées vers Dieu », a déclaré Charles E.
Wolfe dans un sermon publié. « Traditionnellement, il s’agissait de la décision de ne pas se nourrir pendant une période donnée afin
que la faim nous empêche d’oublier Dieu. »

D’autres définitions du jeûne ont une portée plus large, et recommandent notamment le fait de renoncer volontairement à regarder la
télévision, à fréquenter d’autres personnes, à dormir ou à avoir des relations sexuelles. Quelle que soit notre définition du jeûne, cette
discipline spirituelle vaut la peine d’être explorée. Le jeûne encourage l’intimité avec Dieu.

« Le jeûne confirme notre dépendance absolue vis-à-vis de Dieu, en trouvant en lui une source de subsistance qui va bien au-delà de
la nourriture », a déclaré Dallas Willard dans The Spirit of the Disciplines. « Jeûner pour notre Seigneur signifie donc se nourrir de sa
Parole et faire sa volonté. »
Se nourrir de la Parole de Dieu nous permet d’avoir notre attention rivée sur lui. Le temps et l’attention que nous consacrons
normalement à la planification, à la préparation et à la consommation du repas deviennent ainsi consacrés à Dieu. Lorsque nous
recherchons Dieu, la réalité de sa présence se fait de plus en plus sentir. Lorsque nous avons faim, nous montrons notre attachement
à la nourriture et aux autres choses qui contrôlent notre vie. Alors que nous prenons humblement conscience de la réalité de la croix,
Dieu se fait présent dans nos vies, et nous pouvons alors entendre sa voix plus clairement.

Avantages sur le plan physique et mental

Étant donné que notre esprit et notre corps sont connectés, les avantages du jeûne vont bien au-delà de l’aspect
spirituel. Lorsque nous permettons à notre corps de cesser temporairement tout processus de digestion, les avantages que nous
pouvons en tirer sont la perte de poids, le nettoyage de toutes les toxines de notre corps et un sentiment de bien-être.
« Le fait de jeûner est un processus physiologique naturel », a déclaré le Dr. Julio C Ruibal, nutritionniste. « Du point de vue biblique,
mais également d’un point de vue scientifique, nous pouvons être confiants et savoir que le fait de jeûner ne représente aucun danger,
mais qu’il peut procurer des avantages lorsqu’il est fait en respectant les règles. »

Grâce au jeûne, on peut même avoir l’esprit plus clair. « [Le fait de jeûner] permet une certaine acuité dans la compréhension », a
déclaré Samuel Miller dans Fasting, « il rend l’imagination plus vive et la mémoire plus active et plus rapide, donc des sensations qu’il
est impossible de ressentir dans d’autres circonstances ».
Quelques exemples de jeûne

Au-delà de tous ces avantages, la Bible donne des exemples de jeûne. Les exemples les plus courants concernaient la
repentance personnelle ou publique, ou des exemples de gens qui recherchaient Dieu et avaient besoin de son aide. La nation
d’Israël avait l’habitude de pratiquer le jeûne le Jour du Grand Pardon (Yom Kippour) pour expier ses péchés. Dans la Bible, Zacharie
mentionne également quatre exemples de jeûnes publics commémorant la chute de Jérusalem. En plus de proclamer régulièrement
certains jours comme jours de jeûne, les individus et les groupes se privaient de nourriture lorsque le besoin se faisait sentir.

Néhémie, David, Jésus, Anna, Paul et Barnabé participaient à des périodes de jeûne normales, c’est-à-dire en s’abstenant de
consommer de la nourriture, mais sans se priver d’eau. Daniel avait l’habitude de pratiquer le jeûne partiel, en restreignant son régime
alimentaire, mais sans abstention totale. La reine Esther pratiquait le jeûne absolu, en s’abstenant de consommer de la nourriture et de
l’eau pendant trois jours. Moise et Élie ont quant à eux expérimenté des jeûnes surnaturels en se privant de pain et d’eau pendant 40
jours et 40 nuits. Certains de ces jeûnes étaient de nature privée, tandis que d’autres étaient publics : il s’agissait alors d’inviter un
groupe ou une nation précise à se joindre à la pratique du jeûne pendant les périodes où le besoin s’en faisait sentir.
Les raisons du jeûne sont ce qui compte le plus

Ce qui est plus important que la durée ou le type de jeûne, ce sont les motivations et l’état d’esprit qui en sont à l’origine. Le
prophète Ésaïe avait réprimandé les habitants de la maison de Jacob pour avoir manifesté ouvertement leur jeûne, mais de façon non
sincère. Le jeûne qui fait plaisir à Dieu est celui qui découle d’une vie pure et qui nous permet de dépasser nos limites.

Jésus a une nouvelle fois insisté sur les motifs du jeûne dans Matthieu, chapitre six. Il a dit aux disciples et à la foule de ne pas parler
de leur jeûne comme le faisaient les pharisiens. Au moment où – et non si – ils allaient jeûner, Dieu devait être le seul à le savoir et il
serait celui qui les récompenserait.
Le jeûne revient à la case départ

L’Église chrétienne primitive suivait l’exemple du Christ. Cependant, les règles établies par la suite par les autorités de l’Église, ainsi
que les pratiques de pénitence extrêmes appliquées par les ascètes au Moyen Âge ont mis fin à cet accent fort mis sur le sacrifice
volontaire.

La période de la Réforme a davantage éloigné cette autodiscipline rigoureuse jusqu’à ce que le jeûne privé religieux finisse par être
mis de côté et que les jeûnes publics soient proclamés uniquement en temps de crise. Henri VIII a ainsi aboli tous les jeûnes officiels, à
l’exception du jeûne en période de carême.

Vers la fin du 19e siècle, le jeûne public est tombé en désuétude. De nos jours, très peu de disciplines sont radicalement opposées
à la tendance de notre société à être attirée par les choses de la chair. « Dans une culture où le paysage est envahi de restaurants aux
arches dorées et où il existe tout un assortiment de temples de la pizza », déclare Richard J. Foster dans Celebration of Discipline, « le
jeûne semble détonner et être en décalage total par rapport à l’époque ».
Et pourtant, la balance (historique) recommence à pencher en faveur du jeûne, au moment où cette pratique retient l’attention
et est associée à la prière pour un renouveau religieux.

Pourquoi ne pas essayer de pratiquer le jeûne?

« Le jeûne est quelque chose d’important, et ça l’est peut-être encore plus que ce que beaucoup d’entre nous avions supposé », a
déclaré Arthur Wallis dans God’s Chosen Fast. « Lorsque le jeûne est pratiqué avec un cœur pur et avec de bons motifs, il peut ouvrir
des portes jusque-là impossibles à ouvrir; le jeûne est une fenêtre ouverte sur le monde invisible, une arme spirituelle pour les grâces
que Dieu nous accorde, une arme puissante contre les liens qui nous tirent vers le bas ».
Les grands personnages spirituels se privaient de nourriture pour rechercher Dieu. On trouve dans la Bible de nombreux exemples de
réponses obtenues grâce au jeûne. Les avantages que procure cette discipline nous encouragent à l’essayer.

Pourquoi ne pas sauter un repas et diriger plutôt votre faim vers Dieu? Vous serez récompensé par une relation intime avec
lui.

Jeûner, est-ce sain?


Tweet Print

Vous aimerez peut-être aussi