Vous êtes sur la page 1sur 63

BURKINA FASO MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS

UNITE – PROGRES – JUSTICE SECONDAIRE ET SUPERIEUR


Université Ouaga2

COURS DE MICROECONOMIE 2ème ANNEE

LES INTERACTIONS DES ACTEURS


ECONOMIQUES

Professeur : B. BASSOLET

2015 –
2016

1
Table des matières
Chapitre 1: la description analytique des marchés ..................................................................... 4
1. Définition d’un marché .......................................................................................................... 4
2. La structure des marchés ..................................................................................................... 4
3. La détermination de l’équilibre ............................................................................................. 6
Chapitre 2: le marché de concurrence pure et parfaite (CPP) .................................................... 7
I. Analyse positive des marchés de concurrence ................................................................... 7
1.1. Les propriétés des marchés concurrentiels ................................................................. 7
1.2. Offre globale et demande globale ................................................................................. 8
1.2.1. La fonction et demande globale ............................................................................ 8
1.2.2. La fonction d’offre globale ................................................................................... 10
1.3. Equilibre de court terme .............................................................................................. 10
1.3.1. Prix et quantité d’équilibre de court terme .......................................................... 10
1.3.2. L’ajustement du prix d’équilibre. ........................................................................ 11
1.4. Modification de l’équilibre ........................................................................................... 13
1.4.1. Taxe et équilibre ................................................................................................... 14
1.4.2. Le transfert de la taxe .......................................................................................... 15
1.5. Stabilité de l’équilibre .................................................................................................. 17
1.6. Equilibre concurrentiel de long terme ......................................................................... 19
1.6.1. Le long terme ........................................................................................................ 19
1.6.2. Le long terme du point de vu de la structure du marché. .................................. 20
II. Analyse normative: le surplus collectif sur le marché ...................................................... 22
1. Surplus du consommateur et surplus du producteur ................................................... 22
2. Surplus de la firme et surplus des firmes.......................................................................24
3. Surplus collectif ............................................................................................................... 25
Chapitre 3 : Le monopole ........................................................................................................... 26
1. Monopole et concurrence ................................................................................................... 26
2. Les sources d’une situation de monopole (comment une entreprise peut se trouver
seule sur le marché?) ................................................................................................................. 27
3. Equilibre du monopole. ....................................................................................................... 28
3.1. Fonction de demande du monopole. .......................................................................... 28
3.2. Recettes de monopole ................................................................................................. 29
3.3. Equilibre du monopole ................................................................................................. 30

2
3.4. Inefficacité du monopole ............................................................................................. 34
3.5. La charge morte du monopole .................................................................................... 35
3.6. Monopole naturel ......................................................................................................... 36
3.7. Monopole discriminant ............................................................................................... 37
3.8. La concurrence monopolistique ................................................................................. 39
3.8.1. Définition et caractéristiques ............................................................................... 39
3.8.2. Equilibre d’un marché de concurrence monopolistique.....................................39
Chapitre 4 : L’oligopole – Duopole ............................................................................................ 42
1. L’oligopole: définition et cause ........................................................................................... 42
2. Le duopole et la concurrence en quantité .......................................................................... 44
2.1. Propriétés ..................................................................................................................... 44
2.2. Le Duopole de Cournot ................................................................................................ 44
2.3. Equilibre de Cournot .................................................................................................... 45
2.4. Duopole de Stackelberg .............................................................................................. 47
2.4.1. définition ............................................................................................................... 47
2.4.2. Equilibre de Stackelberg ...................................................................................... 48
2.5. Duopole de Bowley ...................................................................................................... 51
2.6. La collusion ou solution de Fellner ............................................................................. 52
2.6.1. La maximisation du profit .................................................................................... 52
2.6.2. Le problème de l’autodiscipline ........................................................................... 53
2.6.3. Quel modèle pour l’oligopole ............................................................................... 54
Chapitre 5 : L’équilibre général .................................................................................................. 55
1. Définition ............................................................................................................................. 55
2. Représentation du processus d’échange : le diagramme d’Edgworth (boite) ................. 56
3. L’échange ou l’équilibre des marchés ............................................................................... 57

Chapitre 1: La description analytique des marchés

1. Définition d’un marché

3
En microéconomie la notion de marché est définie par plusieurs concepts :
- Le prix : est une confrontation de l’offre et de la demande. C’est donc un
lieu de rencontre entre entrepreneur et consommateur pour l’achat des
biens et services
- Le marché implique qu’il soit défini nécessairement les caractéristiques
du bien : la qualité du bien, date de disponibilité du bien, localisation du
bien. Le marché transforme les offres et les demandes potentielles en
offres et demandes effectives ou réalisées.
Par rapport à la date on distingue les marchés au comptant (livraison
immédiate) et les marchés à terme (livraison future).

2. La structure des marchés


Par rapport à la structure des marchés il ya deux critères :
a) Critère du nombre
Le critère du nombre renvoie au nombre d’entrepreneurs et de
consommateurs présents sur le marché. Ce critère tient en compte
l’homogénéité des produits, la fluidité de l’offre et de la demande.
Stackelberg a proposé un tableau qui permet de classer les différents marchés
selon le critère du nombre

Offr Infinité d’offreurs Quelques offreurs Un seul offreur


Demand e

Infinité de Concurrence pure Oligopole Monopole pur


demandeurs et parfaite

Quelques Oligopsone Oligopole Monopole


demandeurs bilatéral contrarié

Un seul Monopsone Monopsone Monopole


demandeur contrarié bilatéral

Les marchés de concurrence pure et parfaite n’existent pas dans la réalité. Sur
ce marché, le profit réalisé est nul. Les marchés de monopole naturel sont
caractérisés par un prix social. Les marchés de monopole pur existent par
l’obtention d’une licence ou un brevet par les entreprises qui produisent alors
seules les biens. Cela est limité.
b) Critère du pouvoir
Ce critère renvoie à la notion d’élasticité : élasticité – prix de la demande,
élasticité – prix croisé.

4
∂Q P
e= i. i Permet de mesurer la préférence attachée par les consommateurs a
i
∂P Q
i i

ux produits offerts par une firme donnée. En d’autres termes, c’est la fidélité
des consommateurs aux produits d’une firme donnée. La baisse en valeur
absolue de l’élasticité traduit une préférence plus grande.
L’élasticité – prix croisé permet de mesurer l’interdépendance d’un offreur
vis-à-vis d’un autre offreur.
∂Q P
e = i. j (concerne les offreurs)
ij
∂P Q
j i

L’interdépendance croit quand e augmente.


ij

Sur un marché de concurrence pure et parfaite, les produits sont homogènes.


Sur ce marché il n’ya pas de variation de prix. La valeur de l’élasticité – prix de
la demande est infinie et la valeur de l’élasticité – prix croisé est nulle. Alors
chaque offreur n’a pas un pouvoir sur ce marché (indice de pouvoir nul).
Sur un marché de concurrence pure et parfaite, la préférence des demandeurs
vis-à-vis des offreurs est faible étant donné que l’élasticité – prix directe est
infinie.
Sur un marché de monopole, l’indice du pouvoir est maximal mais non infini.
Si les produits sont différenciés que peut – on dire par rapport à l’indice du
pouvoir ? Le marché qui se caractérise par une différenciation des produits est
le marché de concurrence monopolistique. Sur ce marché il existe des produits
différenciés se caractérisant par une élasticité – prix directe négative ce qui
assure une élasticité – prix croisé nulle. e <0 ; e =0. Dans ce cas les agents ch
i ij
erchent à se différencier de leurs concurrents pour fidéliser leurs clients. Mais
ils n’ont pas suffisamment de poids pour influencer leurs concurrents car
e =0.
ij

3. La détermination de l’équilibre
Pour la détermination de l’équilibre, nous considérons un marché de
concurrence pure et parfaite et l’équilibre est dit partiel. L’équilibre est réalisé
lorsque la quantité demandée par les acheteurs du bien considéré est égale à la
quantité offerte par les vendeurs pour ce même bien.
D P =S(P )
x x

D P -S P =0
x x

5
La condition d’égalité de l’offre et de la demande détermine à la fois le prix
d’équilibre et les quantités échangées à ce prix.
Le prix d’équilibre est le seul prix auquel les désirs des acheteurs et des
vendeurs sont compatibles entre eux. On parle dans ce cas d’unicité du prix si
le bien offert est homogène.

Chapitre 2: le marché de concurrence pure et parfaite (CPP)

La théorie microéconomique associe la notion de CPP aux caractères anonyme


et impersonnel marché. Plus précisément le marché de CPP ou marché de
monde est un marché idéal.
L’objectif de ce chapitre est d’étudier l’analyse positive d’un marche en
concurrence par la détermination de l’équilibre d’une part et d’autre part
l’analyse du bien être en terme de surplus collectif.

1. Analyse positive des marchés de concurrence

1.1. Les propriétés des marchés concurrentiels


Un marché est dit concurrentiel lorsque les quatre propriétés sont réunies.
a. 1ère propriété: homogénéité du produit.
Les biens sont parfaitement identiques.

6
Conséquence:
- Chaque consommateur est prêt à acheter le bien chez n’importe quel
producteur.

b. 2ème propriété: atomicité de l’offre et de la demande.


Chaque acheteur et chaque vendeur sont suffisamment petits pour que leur
décision puisse influencer le marché.
Conséquence:
- Les agents sont preneurs du prix autrement dit aucun agent ne peut
imposer son prix de vente ou d’achat sur le marché.
- Chaque entreprise est de taille négligeable par rapport à la masse
représentée par les autres entreprises sur le marché.

c. 3ème propriété: Liberté d’entrer et de sortie sur le marché.


IL n ya pas d’obstacles à l’entrée ni à la sortie du marché.
Conséquence:
Lorsque le marche est rentable (π>0) toute entreprise qui désire investir sur le
marché peut le faire librement.
Lorsque le marche est non rentable (π<0) toute entreprise qui désire sortir du
marché peut le faire librement et sans cout.
d. 4ème propriété: la transparence de l’information.
Tous les agents sont parfaitement informés sur les prix auxquels s’effectuent
les transactions, ils sont également informes au même niveau (informations
symétriques).
Conséquence:
Les transactions s’effectuent alors à un prix unique c'est-à-dire le prix du
marché.
Conséquences conjointes de ces propriétés
- C’est l’ensemble des comportements des agents qui déterminent le prix
du marché. Chaque agent individuel prend ce prix comme une donnée.
- Comment se détermine le prix du marché.
Le prix détermine la quantité que chaque firme veut vendre (offre
individuelle).
Le prix détermine la quantité que chaque consommateur veut acheter
(demande individuelle).
La somme des offres individuelles est égale à l’offre globale

7
La somme des demandes individuelles est égale à la demande globale.
L’équilibre du marché signifie offre globale égale demande globale, ce qui
entraine le prix d’équilibre.
A long terme, les opportunités de profit doivent disparaitre (π = 0) du faite de
l’entrée de nouvelle firmes d’où la distinction entre équilibre de long terme et
équilibre de court terme

1.2. Offre globale et demande globale


Soit un marché de concurrence de n consommateurs et m entreprises.

1.2.1. La fonction et demande globale


i
La demande individuelle du consommateur i s’exprime x (p) i=1,…,n. A un pri
x donné, la quantité demandée sur le marché est la somme des quantités
n
i '
demandées individuellement et s’exprime par D p = x (p) avec D ≤0, si le biFO

i=1
n’est pas un bien de Giffen

*
p

1 1 2 2 3 3
x =x p1 ; x 2 =x3 p ; x =x *(p)
D(p)
x x x D(p )
1 2 3
x p +x p +x p =D(p)
Les réactions de cette demande suite aux variations de prix sont mesurées par
' p D(p)
son élasticité prix directe ε =D . p ≤0. Si le prix augmente de 1%, la q
D(p)

uantité demandée diminue de εD(p)%.

8
1.2.2. La fonction d’offre globale
j
Pour un prix p, chaque firme offre q (p), j=1,…,m. Les quantités totales offertes sur
m
j '
le marché sont alors données par l’offre globale, S p = q (p) avec S ≥0

j=1

'
S (p)≥0 si le coût marginal est non décroissant

*
p

* 1 2 3
S p =q p +q p +q (p)
1 2 3 *
Si les firmes qpeuventq ajuster
q tous les facteurs
S(p ) de production alors l’offre
globale doit être calculée à partir des offres individuelles de long terme

1.3. Equilibre de court terme

1.3.1. Prix et quantité d’équilibre de court terme


A court terme on suppose qu’il n’y a pas d’entrée ni de sortie des firmes. Leur
nombre est donc fixé.
Définition
*
Sur un marché concurrentiel, l’équilibre sera donné par un prix de marché p d
i*
es quantités achetées par chaque consommateur, x et des quantités vendues p

9
j* *
ar chaque producteur, q tel qu’au prix p chaque consommateur maximise sa sa
tisfaction
i* i *
x =x (p ).
*
Au prix p , chaque producteur maximise son profit
j* j *
q =q (p )
La somme des quantités vendues est égale à la somme des quantités achetées
n n
i* j*
x = q

i=1 j=1

Les égalités ci-dessus impliquent la relation suivante :


n n
i * j * * *
x p = q (p ) ⇒ D p =S(p )

i=1 j=1

*
Cette double égalité est la condition pour que p soit le prix d’équilibre. Une f
*
ois obtenu le prix d’équilibre, la quantité d’équilibre q est déterminée soit en r
* * *
emplaçant le prix p dans D(p ) ou S(p ).
Offre
p
0

E
*
p
p
1
* * Dde
E=E(p , q ) excédentaire
D * S
0 Q 0

1.3.2. L’ajustement du prix d’équilibre.


Le modèle de la CPP doit être complété par une description du processus
d’ajustement qui contribue au prix d’équilibre. Ce mécanisme a été décrit par
Walras et il est similaire à celui qui résulterait du tâtonnement organisé par un
commissaire priseur. La séquence décrite par Walras est la suivante :
A l’ouverture du marché le commissaire priseur annonce un prix initial sur la
base de ce prix, les agents transmettent leurs propositions d’échange : les
consommateurs expriment une quantité demandée et les entreprises une

10
quantité offerte. Si on a une demande excédentaire, le commissaire priseur
révise à la hausse (augmentation du prix), si au contraire l’offre est
excédentaire le commissaire priseur révise à la baisse (diminution du prix).
Sur la base du nouveau prix annoncé par le commissaire priseur, les agents
formulent de nouvelles propositions d’échange et ainsi de suite. Un tel
processus d’ajustement doit conduire à un prix tel que l’offre globale et la
*
demande globale soient égales. C'est-à-dire un prix p . Trois propriétés de l
’équilibre son cruciales (importantes)
i) Existence
Est-ce que l’équilibre existe? L’équilibre existe si et seulement si on a p≥0 tel q
ue les transactions ont lieu (q≥0).

S(p) S(p)

D(p)
D(p)

ii) Unicité
Inexistence de l’équilibre
Inexistence de l’équilibre
Est ce que l’équilibre est unique ?

S(p)

D(p)

Le graphique indique un cas d’équilibre multiple en raison de la forme


Multiplicité
atypique de l’équilibre
de la courbe d’offre
iii) Stabilité de l’équilibre
Le marché converge-t-il vers l’équilibre si l’économie part initialement d’une
situation de demande ou d’offre excédentaire ?

11
1.4. Modification de l’équilibre
L’équilibre peut être modifié par l’intermédiaire d’une taxe ou l’octroi d’une
subvention. Nous allons nous intéresser à l’introduction d’une taxe. En matière
de taxation, le point fondamental est que l’on doit prendre en compte deux
prix :
- le prix payé par le consommateur ou le demandeur ou prix de la
demande (p )
D
- le prix reçu par l’offreur ou prix de l’offre note p
S

La différence entre les deux prix est égale au montant de la taxe :


p -p =t
D S

p =p +t
D S

p =p -t
S D

Définition
Une taxe est une somme d’argent prélevée par l’Etat sur des transactions des
individus sur le marché. La taxe est forfaitaire lorsqu’elle ne dépend pas du
comportement de l’individu. C’est une taxe à l’unité. L’état prélève une somme
t de sorte que le prix unitaire du bien s’élève à p+t.
On distingue également la taxe proportionnelle (taxe ad valorem). Exemple : la
TVA. Si π est le taux de la taxe proportionnelle, le prix unitaire du bien s’élève à
p(1+π).
Définition
Une subvention est une somme d’argent versé par l’Etat lors des transactions
des individus sur le marché. Elle est forfaitaire lorsqu’elle ne dépend pas du
comportement des individus. C’est une subvention à l’unité sur chaque unité
du bien échangé. L’Etat verse une somme s de sorte que le prix du bien s’élève à
p-s. La subvention peut être également proportionnelle. Si σ est le taux pr
oportionnel, le prix unitaire du bien s’élève àp(1-σ).

1.4.1. Taxe et équilibre


1er cas : on suppose que c’est l’offreur qui supporte la taxe.
Sans la taxe le prix reçu par le producteur ou de l’offreur pour une certaine
quantité q estp =p (q). Après l’introduction de la taxe, ce prix devientp q +t. Cec
s s s
i constitue la nouvelle fonction d’offre inverse. L’équilibre se calcul en

12
égalisant la fonction d’offre inverse et la fonction de demande inverse. Soit
*
q (t) la quantité d’équilibre avec la taxe.
* *
p q t +t=p q t
s d

2eme cas : on suppose que c’est le demandeur qui supporte la taxe.


La fonction de demande inverse avant l’introduction de la taxe estp =p (q). A
D D
près introduction de la taxe la fonction demande inverse devientp =p q -t. A l
D D
* *
’équilibre on a : p q t =p q t -t
S D

p q t +t p (q)
S
S

p (q)
S
*
p
p
* D
*
p +t p -t p -t
D
*
p p (q) * *
D q q
L’étude du graphique livre les enseignements suivants : t
* *
q q *
- la quantité
t d’équilibre q t avec taxe est inferieure à la quantité d
*
’équilibre sans taxe q
- le prix d’équilibre avec taxe reçu par le producteur est supérieur au prix
d’équilibre sans taxe.
Le prix d’équilibre de la demande est inferieur au prix d’équilibre sans la taxe.
- En conséquence, le surplus du consommateur et le surplus du
producteur diminuent en présence de la taxe.
Il est important de noter qu’on obtient la même quantité d’équilibre ce qui est
normal car au final ce qui compte pour le consommateur, c’est le prix toute
taxe comprise (TTC) et pour le producteur le prix hors taxe (HT), la façon dont
la différence est prélevée importe peu.
Malgré le fait que la taxe constitue un revenu pour l’Etat et qu’il est susceptible
d’être reversé aux producteurs ou consommateurs, elle diminue néanmoins le
bien être des producteurs et des consommateurs. Ainsi, la taxe peut constituer
un outil pour redistribuer la richesse de certains individus vers d’autres. Mais
sa présence constitue une distorsion de l’équilibre car elle entraine une perte
du bien-être.

13
1.4.2. Le transfert de la taxe
Qui supporte la taxe?
L’idée générale est que la taxe ne diminue pas le profit des firmes car celles-ci
peuvent la transférer sur les consommateurs, mais
cette idée est elle fondée? On peut retenir que lorsqu’on impose une taxe, le
prix payé par les consommateurs augmente et le prix reçu par le producteur
diminue.
Les caractéristiques de la demande et l’offre indiquent le montant supporté par
chaque agent.
- L’offre est parfaitement élastique
∂Q P
e = s . i  ; e =+∞ ⇒∂P =0
s s i
∂P Q
i i

* '
P +t S
* S
P
D
La courbe d’offre est une droite horizontale, ceci signifie que la firme est prête
à offrir n’importe quelle quantité de bien désirée à un prix constant et une
quantité nulle à un prix inférieur au prix constant. Autrement dit, le prix
d’équilibre est déterminé par la condition d’offre tandis que la quantité
d’équilibre est déterminée par la courbe de demande. La totalité de la taxe est
transférée au consommateur.

- L’offre et parfaitement inélastique


∂Q P
e = s . i  ; e =0 ⇒Q =cste
s s s
∂P Q
i i

S
*
P

D
*
P -t
'
D
La fonction d’offre est une droite verticale. Elle signifie que l’offre est fixe.
Autrement dit, la quantité d’offre est une constante indépendamment du prix.

14
La quantité d’équilibre est déterminée par les conditions d’offre et le prix
d’équilibre par les conditions de demande. Après l’introduction de la taxe la
courbe d’offre reste inchangée. Puisque ce sont les demandeurs seuls qui
déterminent le prix d’équilibre, ils payeront un prix d’équilibre inferieur au
* *
prix d’équilibre sans taxe (P -t<P ) la totalité de la taxe est supportée par les o
ffreurs.
- L’offre relativement élastique : c’est un cas intermédiaire.
'
S '
S S
S
* *
P +t P +t
* *
P P

D D
Le montant de la taxe qui est transféré dépend de l’importance de la pente de
la courbe d’offre. Si la courbe d’offre a une pente moins élastique (figure (a))
(a) (b)elle est très élastique
l’augmentation du prix est plus faible que dans le cas ou
(figure (b)).
Dans le premier cas une petite partie de la taxe est transférée sur le
consommateur
Dans le deuxième cas une grande partie de la taxe est supportée par le
consommateur

1.5. Stabilité de l’équilibre


La question de la stabilité de l’équilibre est la suivante:
Lorsque le prix s’éloigne pour une raison ou pour une autre, de sa valeur
d’équilibre, existe-t-il des forces qui le font revenir vers cette valeur?
Les premiers économistes pensaient que oui, leur raisonnement était le
suivant: supposons que pour une raison ou une autre (suite a une mauvaise
récolte par exemple ) la quantité a un moment donne soit inferieure a la
quantité d’équilibre; alors un excès de demande va se produire, ce qui va
immédiatement faire augmenter le prix. Mais cette augmentation du prix va
inciter les entrepreneurs à investir sur le marché et donc la production va
augmenter, du coup le prix va de nouveau baisser et revenir soit à l’équilibre
soit a un niveau inferieur a la valeur d’équilibre et ainsi de suite. Mais ce
raisonnement est il fondé?
En réalité, ce n’est pas souvent le cas. Pour le montrer, il faut s’appuyer sur un
raisonnement mathématique rigoureux que nous allons voir avec l’exemple de

15
la toile d’araignée (Cob web)
Supposons que la quantité offerte à la période t dépend du prix au temps t-1 so
it P et la quantité demandée dépend du prix au temps t soit P . On a alors
t-1 t

S =AP +B avec A>0


t t-1

D =aP +b avec a<0


t t

Ces équations signifient:


Produire nécessite un certain temps et on peut supposer que les décisions
prises par les entreprises à la période t-1 sur la base du prix P ne co
t-1
nduisent à la quantité effectivement offerte sur le marché qu’à la date t. I
nversement, la demande des consommateurs à la date t dépend du prix P qui s'
t
établit pendant cette période. Concernant l'exemple de la toile d'araignée, on
suppose que la quantité offerte à la période t est toujours égale à la quantité
demandée à cette même période. On admet donc qu’aucun producteur n’est
laissé avec des stocks invendus et aucun consommateur avec une demande
insatisfaite. On a donc :
D =S
t t

aP +b=AP +B
t t-1

P =A P +B-b
t a t-1 a

Pour étudier la stabilité dynamique de l’équilibre, il faut résoudre cette


équation de récurrence. La résolution de cette équation exige une solution
complémentaire de l’équation homogène.
Equation homogène
t
P =A P . La solution de cette équation est de la forme f t =c(A)
t a t-1 a
t
1- (A )
Solution particulière : g t =B-b . a
a 1- A
a

Solution générale : P =f t +g(t). Ainsi :


t
t

t 1- (A )
P =c( A) +B-b . a
t a a 1- A
a

16
c est une constante à déterminer.
A t=0, les conditions initiales sont données par P =P . On a :
t 0
0

0 1- (A )
P =c( A) +B-b . a alors P =c
0 a a 1- A 0
a

t 1- (A )
P =P ( A) +B-b . a
t 0 a a 1- A
a

t t
P =P (A) +B-b 1-( A)
t 0 a a-A a

t t
P =P ( A) +B-b -B-b ( A)
t 0 a a-A a-A a

t
P = P -B-b .( A) +B-b
t 0 a-A a a-A

Cette solution de l’équation de récurrence décrit l’évolution du prix comme


fonction du temps. La condition de convergence vers un prix d’équilibre peut
s’établir à partir de cette solution.
Le marche est en situation d’équilibre dynamique sur le prix est stable de
*
période en période c'est-à-dire P =P =P (prix d’équilibre). Cette condition p
t-1 t
ermet d’écrire alors :
* *
aP +b=AP +B
* * *
aP -AP =B-b⇒P =B-b
a-A

D’où :
* t *
P = P -P .(A) +P
t 0 a

*
Le marché est stable en dynamique si P tend vers P lorsque t tend vers +∞ avec
t
la condition que le rapport des pentes est inférieur à l’unité c'est-à-dire A <1
a

Si A >1 alors P →∞ lorsque t→∞. Dans ce cas, le marché est dynamiquement ins
a t

table.

17
Solution graphique.

P
0
P
2

P
3

P
1

1.6. Equilibre concurrentiel de long terme


q q q q
1.6.1. Le long terme
1 3 2 0

A long terme, les firmes peuvent ajuster les quantités de tous les facteurs de
production. Nous devons utiliser les fonctions d’offre de long terme. Ce qui
équivaut à écrire :
j j j
C q =P⇒S P =q
mLT LT

m
j
L’offre globale de long terme est alors donnée par S P= S (P).
LT LT

j=1

Sans la contrainte des facteurs fixes, la firme peut réagir pleinement aux
variations du prix. A long terme la fonction d’offre a une pente plus faible qu’a
court terme.

S (P)
D(P) CT S (P)
LT

*
'
P E
CT
*
P
LT

18
* *
P <P
LT CT

1.6.2. Le long terme du point de vu de la structure du marché.


A long terme, il ya aussi l’entrée de nouvelles firmes sur le marché et la sortie
de celles qui n’arrivent pas à atteindre les profits positifs.

S P =D(P) *
P

m j * j *
j
S P et π (P )
S (P)

j=1

j *
' π P <0 j=1,…,m→sortie
m représente le nombre
' de firmes
m
C’est un ajustement continu, nous avons des équilibre de court terme successif
suite à la sortie et à l’entrée de nouvelles firmes et l’équilibre
j * final.
π P ≥0 j≥m→entrée
* * * *
Si ce processus s’arrête pour un nombre de firme m alors m , P m est un éq
uilibre de long terme.
Définition
Un équilibre de long terme, d’un marché concurrentiel est donné par:
*
a) Un prix P pour le bien
b) Une liste des firmes actives choisie à partir de la liste de toutes les firmes
potentiellement actives.
Pour chaque firme, un plan de production tel que:
*
*Chaque firme maximise son profit en prenant le prix P comme une donnée.
* Pour chaque firme active, ce profit maximal est non négatif.
* Chaque firme inactive ferait aux mieux des profits non positifs si elle décidait
de devenir active.
* L’offre totale des firmes actives qui est la somme de leur plan de production
*
au prix P est exactement égale à la demande de marché à ce prix.

19
Eléments caractéristiques de l’équilibre de long terme(LT)
2
P =MinCM⇒∂CM=0 et ∂ CM>0 π=0 n est déterminé (nombre de firmes)
LT

Comment déterminer cet équilibre de LT?


Soit un marché où toutes les firmes ont la même technologie (c'est-à-dire la
même fonction de coût) représentée par la fonction de coût de long terme C(q). A
cette fonction correspond la fonction de coût moyen, de long terme CM (q)
LT

*
Nous pouvons calculer q qui minimise le CM et le niveau minimum co
rrespondant.
* *
Min CM q ⇒q ⇒CM q =P
q LT

j
Si P>P ⇒π (P)≥0, donc entrée de firmes sur le marché.
LT

* j
Si P<P ⇒Pq<q.CM(q )⇒π <0 donc sortie de firmes sur marché de façon à ce q
LT
ue le profit devient nul.
Si on note S(P) l’offre totale quand il ya n firmes identiques, on a :
n
j j
SP= S P =nS (P)

j=1

Nous pouvons représenter cette fonction pour les différents nombre de firmes
sur le marché.

1
S (P)
2
S (P)
3
P S (P)
P 1
2 4
P S (P)
3
P P
4 LT

1 1
n=1→ S (P)⇒P >P* ⇒π
*
(P
*
)>0*
1 LT 1
q q q q
1 2 3 4
2 2
n=2→ S (P)⇒P >P ⇒π (P )>0
2 LT 2

20
3 3
n=3→ S (P)⇒P >P ⇒π (P )>0
3 LT 3

4 4
n=4→ S (P)⇒P <P ⇒π (P )<0
4 LT 4

* * * *
P ⇔PQ =Q CM Q ou π Q =0
LT LT LT

Signification des profits nuls


Profit économique: il correspond au gain net de la firme une fois qu’elle a
rémunéré tous les facteurs de production au prix de marché (les matières
premières, mais aussi le travail (L) et le capital (K)). C’est pour cette raison que
les firmes restent sur le marché même si elles font des profits nuls. Dès qu’il
apparait un secteur qui permet des profits positifs, il attire les capitaux vers
lui. Par conséquent, la maximisation du profit conduit l’économie à une
meilleure allocation des ressources, c'est-à-dire là où les ressources sont
affectées aux secteurs qui ont le plus de valeur pour la société. Il ne faut pas
confondre les profits économiques des firmes avec le profit financier qui
signifie parfois les rémunérations du seul capital investi.

2. Analyse normative: le surplus collectif sur le marché


Le surplus est une mesure du bien-être social.

2.1. Surplus du consommateur et surplus consommateurs


L’utilité ou la satisfaction indique le bien-être d’un individu. C’est pour cette
raison que le consommateur national cherche à maximiser son utilité. De la
maximisation de cette utilité, on dérive une fonction de demande du
consommateur.
a) Prix de réserve ou prix de réservation
Définition
Le prix de réserve d’un consommateur est le prix maximal que ce
consommateur est prêt a payer pour avoir une unité supplémentaire de bien.
Exemple: soit un individu se trouvant dans une zone désertique.
Un verre d’eau égal 50F
2ème verre d’eau égal 40F
3ème verre d’eau égal 30F
4ème verre d’eau égal 20F

21
L’ensemble donne 140F
Soit le même individu se trouvant dans une zone humide. 4 verres = 20F
chacun, soit 80F l’ensemble.
Le surplus du consommateur sc = 140 – 80 = 60F
Le surplus du consommateur mesure les gains (bénéfices nets) découlant de la
consommation de n unités du bien sur un marché. C’est donc une évaluation
monétaire du supplément du bien être ressenti par un consommateur, lorsque
celui-ci acquiert une certaine quantité de bien sur un marché.

b) Surplus
P=20 du consommateur et surplus des consommateurs

1 2 3 4
C
S
surplus du consommateur

c
S
(a) surplus du consommateur individuel
(b) surplus du consommateur sur le marché b
a
2.2. Surplus de la firme et surplus des firmes
Le surplus de la firme est associé à la notion du prix seuil. Le prix seuil est le
prix minimum auquel une entreprise accepte de vendre une unité de bien.
Le surplus du producteur est égal au profit brut.
P
Soit : S =π+F avec F étant le coût quasi – fixe

22
P
S = RT-(CV+F) +F
P
S =RT-CV
* * *
=Pq -CV(q ).q
*
q
* * *
=Pq -CVM q .q

P * *
S = P-CVM q q
marge unitaire

Si une firme produit q et le vend au prix unitaire, P son surplus individuel se


0 0
présentera comme suit:

P
S (P)

P P
0 0
P
S (P ,q ) P
P 0 0 S (P ,q )
s 0 0

q *
0 q
Surplus 2.3. Surplus collectif
du producteur Surplus des producteurs

Le surplus collectif ou surplus social est la somme du surplus des


consommateurs et du surplus des producteurs.
S C P
S =S +S
S(P)
P
r

C
* S
P
P
P S D(P)
s

Chapitre 3 : Le monopole

23
La concurrence parfaite correspond à des propriétés très intéressantes en ce
qui concerne l’efficacité dans l’allocation des ressources dans l’économie.
Mais malheureusement elle est très rare dans les économies réelles. Les firmes
possèdent souvent un pouvoir considérable sur le marché. Le cas extrême est
celui d’une industrie dominée par une seule firme. Il s’agit du monopole.
Exemple: les services téléphoniques, l’électricité.

1.1. Monopole et concurrence


En comparant les propriétés du monopole et de la concurrence, on obtient le
tableau suivant:

CPP MONOPOLE

*Homogénéité du produit *Homogénéité du produit


*Information parfaite *Information parfaite
*Atomicité des entreprises sur le *Une seule entreprise sur le marché
marché *Atomicité des consommateurs
*Atomicité des consommateurs *Barrière a l’entrée
*Libre circulation des ressources *Faiseuse de prix
*Preneuses de prix

Trois propriétés fondamentales distinguent le monopole de la concurrence


pure et parfaite. Il s’agit :
- une seule entreprise sur le marché. Conséquence : pouvoir de marché
- barrière à l’entrée. Conséquence : existence de super profit pour
l’entreprise et inefficacité dans l’allocation des ressources.
- faiseuses de prix. Conséquence : existence de super profit.

Les sources d’une situation de monopole (comment une entreprise peut se


trouver seule sur le marché?)
Quatre causes principales expliquent l’existence de monopole. Il s’agit:
- monopole naturel
- contrôle d’un brevet ou d’une ressource rare
- monopole institutionnel
- stratégie de prédation

a) Monopole naturel
Il ya monopole naturel sur un marché, lorsque pour tout niveau de production,
le coût des facteurs utilisés est minimal, lorsque la production est réalisée par

24
une seule entreprise. Une condition suffisante qui n’est pas nécessaire est que
toutes les entreprises susceptibles de produire les biens aient la même
technologie et que leur cout moyen a long terme soit décroissant (économie
d’échelle).

CM
LT

OD=OA 2
E
F

B
C
CM
LT
Lorsque la production est réalisée par une seule entreprise, la quantité
produite est OA, le
D coût unitaire
A AB, et le cout total
Q OABC.

Si la production se réalise par deux (2) entreprises et que chacune produit OD=
OA/2, le coût unitaire est DE pour chaque entreprise et le coût total des facteurs
utilisés dans les branches ou dans l’industrie est égale à 2[ODEF] en comparant
les couts totaux, on a: 2[ODEF] > OABC. En raison des économies
d’échelle que réalise la seule entreprise sur le marché. Dans ce cas, le souci
d’efficacité devrait conduire a ne laisser qu’une seule entreprise sur le
marché. Cette entreprise sera en mesure de satisfaire la demande de manière
plus efficace que si les clients se repartissent entre plusieurs offreurs.
Les entreprises de transport de collectif (chemin de fer), le secteur des
télécommunications sont des exemples typiques de monopole naturel.
b) Contrôle d’une ressource rare ou d’un brevet de fabrication
Le contrôle d’une ressource rare constitue la deuxième origine possible d’une
situation de monopole. En effet, lorsqu’une entreprise contrôle totalement
l’offre de matière première indispensable à la production d’un certain bien,
elle s’assure d’une situation de monopole sur le marche de ce bien. L’exemple
typique est celui d’ALCOA aux USA qui contrôlait l’approvisionnement de
bauxite avant la deuxième guerre mondiale et avait de ce fait une situation de
monopole sur le marché d’aluminium. De même, une entreprise se trouve
temporairement en situation de monopole, lorsqu’elle dispose d’un brevet lui
assurant pour une certaine durée l’exclusivité de la fabrication d’un produit
détermine (exemple des vaccins, logiciel).
c) Monopole institutionnel ou public
C’est le cas d’une entreprise particulière protégée par la puissance publique

25
(l’Etat). Cette protection peut être directement accordée par la loi. Elle peut être
accordée indirectement par des barrières douanières (droit de douane a
l’importation très élevé) dans le but d’isoler totalement le marché intérieur de
la concurrence étrangère (protectionnisme).
d) Comportements stratégiques prédateurs
Les situations de monopole peuvent aussi résulter de la volonté délibérée
d’une entreprise, d’exterminer ses concurrents du marché. Il s’agit d’un
comportement de prédation. Une entreprise de taille importante peut fixer des
prix inferieurs au coût unitaire sur un marché particulier, en acceptant de
réaliser des pertes si ceci conduit des entreprises concurrentes à se retirer du
marché. On parle alors de "guerre de prix". Cette "guerre de prix" bénéficiera à
l’entreprise si les gains additionnels vont plus que compenser les pertes
temporaires nécessaires pour éliminer ses concurrents. L’exemple est celui de
MICROSOFT.

1.2. Equilibre du monopole.

1.2.1. Fonction de demande du monopole.


En concurrence pure et parfaite les entreprises considèrent les prix de vente
de leur produit comme une donnée et un paramètre imposé par le marché.
Autrement dit le prix est indépendant de la quantité demandée en situation de
concurrence. En situation de monopole, l’entreprise est seule confrontée à la
totalité des demandes individuelles. La demande qui s’adresse donc à elle se
confond avec la demande totale du marché.
Soit D(P), la demande totale du marché. D(P) est une fonction décroissante du
prix du produit fabriqué par le monopole. La relation entre le prix P et la q
uantit produite Q s’écrie alors Q=D(P). On peut exprimer P en fonction de Q par
-1 -1
la relation P=D (Q) ou tout simplement P=P(Q) avec P . =D (.).
La fonction P(Q) est la fonction inverse de la fonction de demande D(P). El
le définit le prix maximal auquel la quantité Q peut être vendue sur le marché.
D(P) et P(Q) sont des fonctions décroissantes. Ainsi, le monopole peut jouer sur de
ux paramètres pour définir sa politique. Il peut fixer le prix, mais la quantité
lui sera imposée. Il peut augmenter (respectivement diminuer) la quantité,
mais le prix va baisser (augmenter).

1.2.2. Recettes de monopole


On distingue la recette totale, la recette moyenne et la recette marginale.
- Recette totale

26
Soit RT(Q) la fonction de la recette totale. C’est le chiffre d’affaire du monopole l
orsqu’il vend la quantité Q compte tenu du prix auquel cette production peut e
tre vendue.
Monopole : RT Q =P Q .Q. Dans ce cas on dérive P(Q) et Q
CPP : RT=P.Q dans ce cas on dérive Q.
- Recette moyenne
RM(Q) est la fonction de recette moyenne. C’est le chiffre d’affaire par une u
nité vendue.
RM Q =RT(Q)
Q

RM Q =P Q .Q
Q

RM Q =P(Q)
La fonction de recette moyenne n’est rien d’autre que la fonction de demande
inverse.
- Recettes marginales
Rm(Q) est la fonction de recette marginale. C’est le supplément du chiffre d
’affaire qui résulte de la production d’une unité supplémentaire de bien.
Rm Q =∂RT(Q)=P Q +∂P(Q) .Q
∂Q ∂Q

'
Rm Q =P Q +P Q .Q
- Relation entre RM et Rm
'
P(Q) étant une fonction décroissante, P (Q) est négatif en raison de la baisse du pr
ix due a la production d’une unité supplémentaire. On a alors:
Rm Q <RM Q =P(Q)
Ainsi donc la recette marginale est toujours inferieure à la recette moyenne.
Autrement dit produire et vendre une unité supplémentaire conduit le
monopole à accepter une baisse du prix. C’est la raison pour laquelle la Rm est d
onc nécessairement inferieure au prix de vente donc a la recette moyenne.
Graphiquement on obtient:
RM

Rm

RM Q =P(Q) 27
Rm(Q)
Q
NB: Cette différence entre recette moyenne et recette marginale oppose
fondamentalement le monopole à l’entreprise en concurrence pure et parfaite
(CPP).

1.3. Equilibre du monopole


Soit π le profit du monopole c'est-à-dire la différence entre la recette totale
RT(Q) et le coût total CT(Q)
π Q =RT Q -CT(Q)
π Q =P Q .Q-CT(Q)
Le problème de maximisation du profit de monopole est de déterminer la
*
quantité optimale Q qui vérifie les conditions du premier et du second ordre.

Soit alors: Max P Q .Q-CT(Q)


SC Q≥0
CPO
' '
dπ =π Q =0⇔P Q +P Q .Q-Cm=0
dQ

'
⇔P Q +P Q .Q=Cm
Rm=Cm
CSO
2 ''
d π =π (Q)<0
2
dQ

' '
⇔Rm (Q)<Cm (Q)
La condition du premier ordre stipule que la recette marginale est égale au
coût marginal de production qui maximise le profit.
La condition du second ordre requiert que la dérivée de la recette marginale
soit inferieure a la dérivée du coût marginal. Autrement dit la courbe de
recette marginale coupe par le bas la courbe de coût marginal.
Graphiquement on a:

CM, Cm Cm

CM
RM, Rm

C
D 28
RM=P
F
A Rm
*
Q représente la production optimale c’est – à – dire l’intersection entre recette m
arginale et coût marginal.
CM =EB
u

*
P Q =EC (prix de vente)
* *
Marge unitiare=P Q -CM (Q )
u

=EC-EB
=BC
π=Marge unitaire*Quantité optimale=BC*AB
π=ABCD
Relation entre R et élasticité
m

On sait que:
'
R Q =P Q +P Q *Q
m
'
=P(Q) 1+ P (Q).Q
P(Q)

ε Q =dQ. P
dP Q
'
1 = dP.Q = P (Q) .Q
ε(Q) dQ.P P(Q)

R Q =P Q . 1+ 1
m ε(Q)

La condition de maximisation du profit peut alors s’écrire :


R Q =C Q ⇔ P Q 1+ 1 =C . Puisque ε<0, on peut écrire :
m m εQ m

P Q 1- 1 =C (Q)
εQ m

Si la demande est inélastique c'est – à – dire ε Q <1 ou 1 >1 alors la R est nég
εQ m

29
ative. Il est alors impossible d’égaliser R et C . Autrement dit, une réduction de
m m
l’output permet d’augmenter les recettes mais la réduction va également
diminuer les couts totaux de sorte que le profit doit nécessairement
augmenter. Par conséquent, une demande inélastique ne correspond pas au
profit maximum du monopoleur. Ce profit maximal ne correspond qu’a un
point pour lequel ε >1
- Pouvoir du marché de monopole: indice de Lerner
Soit :
'
Max π Q ⇒dπ Q =π Q =0 (CPO)
dQ

'
⇒P Q +P Q *Q-C Q =0
m

'
⇒P Q -C Q =-P Q *Q
m

En divisant par P(Q) on obtient :


'
P Q - C (Q)
m =-P Q *Q
P(Q) P(Q)

P Q - C (Q)
⇒ m = 1
P(Q) ε(Q)

P- C
Max π ⇒ m= 1
P ε

Indice de Lerner (Li)

Li=P-Cm .
P

Permet de mesurer le pouvoir du marché de monopole. Il représente le taux de


marge c’est – à – dire la différence entre le prix et le coût marginale. Il est
inversement proportionnel à l’élasticité prix de la demande. Le monopoleur
vend alors à un prix supérieur au cout marginal.
En situation de concurrence pure et parfaite la demande est infinie ε→∞ et le p
rix tend vers le coût marginal (P→C ) ou Li=0
m

Exemple de la demande linéaire


Supposons que le monopoleur soit confronté a une fonction de demande
2
linéaire : P Q =a-bq , a>0, b>0. Supposons la fonction de cout total à CT pou

30
2
vant s’écrire CT Q =cq +CF, c>0 avec CF le coût fixe du monopole.
- Les fonctions de recette totale et de recette marginale s’écrivent
'
R Q =RT Q =0-2bq
m

- Les fonctions de CM et de C  
m

CM q =CT(q)=cq+CF
q q

'
C =CT q =2cq
m

*
Le profit du monopoleur est maximal pour la production q Caractérisée par l
’égalité entre R et C .
m m

* *
Max π⇒R q =C (q )
m m

* *
⇒a-2bq =2cq
* *
⇒a=2bq +2cq
*
a=q 2b+2c
*
q= a
2(b+c)

Le profit s’écrit alors


2 2
* * * *
π q =a q -b(q ) +c(q ) -CF
* 2
Ou π q = a -CF
4(b+c)
2
π>0 si CF< a CF c’est – à – dire si les coûts fixes ne sont pas trop élevés.
4(b+c)

1.4. Inefficacité du monopole


En CCP, l’entreprise maximise son profit quand P=C En situation de m
m
onopole P>C . Dès lors, en règle générale, le prix sera plus élevé et l’output p
m
lus faible, si l’entreprise adopte un comportement monopolistique plutôt qu’un
comportement concurrentiel. Par conséquent, les consommateurs auront un
niveau de satisfaction (surplus) moindre en situation de monopole qu’en

31
situation concurrentielle. Ce niveau de satisfaction moindre reflète
l’inefficacité du monopole par rapport à la CCP.

m
P =prix du monopole

c
C P =prix de CPP
m m
m
P
q =quantité du monopole
c c
P q =quantité de CPP
m c
P >P inefficacité du monopole
m c
R R =P(q) q <q
M
m

m c
Le niveau d’output
q q produit par le monopole est inefficace. L’inefficacité du
monopole montre qu’il est doublement mauvais pour le consommateur :
Inefficacité du monopole
- Premièrement : il produit une quantité moindre, ce qui peut entrainer
un rationnement pour certains consommateurs
- Deuxièmement : cette quantité est vendue à un prix supérieur, ce qui
entraine une perte de surplus. Par contre, il est doublement bon pour le
producteur. En effet il vend une production moindre (peut couteux)
mais a un prix plus élevé. Au total, la mise en place d’un monopole
entraine une perte de surplus social que l’on appelle charge morte.

1.5. La charge morte du monopole


Pour mesurer l’ampleur de l’inefficacité du monopole, on utilise la notion de
surplus. La variation du profit de la firme c'est – à – dire la variation de son
surplus mesure la somme que les actionnaires de l’entreprise seraient prêts à
dépenser pour obtenir un prix plus élevé en situation de monopole.
La variation du surplus des consommateurs mesure la somme que les
consommateurs devraient recevoir pour être dédommagés du prix plus élevé
qu’ils paient.
La différence entre ces deux valeurs mesure le bénéfice net ou le coût net du
monopole.

C
m
m 32
P
A
B
c
La figure représente la variation du surplus collectif dans une situation de
monopole d’une part et de CCP d’autre part.
- Le rectangle A est la part du surplus gagné par le consommateur et
perdu par le producteur lorsqu’on passe du monopole a la CCP.
- Le triangle B est la part du surplus gagné uniquement par les
consommateurs qui n’avaient pas accès au bien en situation du
monopole en raison du prix trop élevé.
- La surface C est la part correspondant au surplus que l’entreprise retire
de la vente des unités supplémentaires.
- B+C mesure la valeur que les consommateurs et les producteurs
c m
attribuent à l’output supplémentaire (q -q ) qui serait vendu. La s
urface B+C représente la charge morte. Elle mesure la perte du surplus
m
des individus du fait qu’ils paient le prix du monopole (P ) plutôt que le p
c
rix concurrentiel (P ). C’est donc la perte d’output due au prix que les g
ens sont disposés à payer.

1.6. Monopole naturel


Il ya monopole naturel lorsque les rendements sont croissants. Dans ce cas le
coût marginal est inférieur au coût moyen. Par ailleurs nous savons que pour
maximiser son profit, le monopoleur égalise sa recette marginale à son coût
marginal, mais il produit un output plus faible. Ce qui le rend inefficace. Pour
éliminer cette inefficacité, l’Etat peut le contraindre de fixer un prix égal au
coût marginal. C’est la tarification au coût marginal. Mais cette tarification
peut avoir pour conséquence que le producteur réalise un profit négatif.

P : prix (tarif. C )
CM M
33
q :quantité (tarif. C )
CM M

C q :quantité (tarif.au C
P m Cm m
Ce type de situation s’observe le plus souvent au niveau des services publics.
Une tarification au coût marginal conduit alors à un déficit du monopole. Ce
déficit doit être comblé par les subventions de l’Etat. Mais ces subventions sont
financées par l’impôt ce qui n’est pas bien perçu par le contribuable. C’est la
raison pour laquelle l’Etat astreint (oblige) à respecter l’équilibre budgétaire
c'est-à-dire à vendre à un prix égale au cout moyen.
Cette solution (P ,q ) permet à l’entreprise de juste couvrir ses coûts (π=0). Mai
CM CM
s elle produit un output inferieur (q <q ) au niveau efficace. Cette solution e
CM Cm
st appelée tarification optimum du second rang par opposition à la tarification
au coût marginal qui apparait comme un optimum du 1er rang.
A l’optimum de second rang, pour chaque bien produit par le monopole, les
écarts relatifs entre prix et coût marginaux sont inversement proportionnels
aux élasticités prix de la demande. C’est la règle de Ramsey BOITEUX qui
s’applique au monopole public. Plus précisément la règle stipule que : le
monopole public soucieux de l’intérêt général c'est – à – dire la maximisation
du surplus collectif, n’est astreint par une contrainte d’équilibre budgétaire,
doit fixer des écarts entre prix et coût marginal qui sont d’autant plus grands
que la demande est peu élastique.

1.7. Monopole discriminant


Dans le modèle précédent, le prix des biens vendus par le monopoleur était le
même pour tous les acheteurs. Il existe cependant un multiple de situations ou
le monopoleur peut vendre différentes unités d’output à des prix différents. On
parle alors de monopole discriminant par le prix. Il ya discrimination par le
prix si :
- Le monopole applique une tarification différente suivant les individus
ou les groupes d’individus (exemple : tarif étudiant, tarif retraité).
- Le monopoleur applique une tarification dégressive (offre ou vente
promotionnelle aux abonnements). Le prix unitaire change alors selon
les quantités achetées.

34
La discrimination par les prix dépend du niveau d’information que la firme
possède sur les consommateurs et de la transférabilité des biens ou de la
demande.
On distingue trois types de discrimination par le prix :
- La discrimination au 1er degré : elle correspond à une situation ou le
monopoleur vend des différentes unités d’output à des prix différents
d’une personne à l’autre. On parle de discrimination parfaite.
- La discrimination au 2nd degré. elle implique que le monopoleur vend
des unités différentes de biens à des prix différents mais que tous les
individus qui achètent une quantité identique du bien payent le même
prix. En d’autres termes, les prix diffèrent selon les quantités achetées
mais pas selon les individus. L’exemple le plus fréquent est les ristournes
accordées pour des achats en grande quantité.
- La discrimination au 3ème degré. Elle correspond à une situation ou le
monopoleur pratique des prix différents selon la personne qui achète le
bien car il n’a d’information que sur chaque consommateur en
particulier. C’est la forme la plus fréquente de la discrimination des prix.
Exemple : tarif préférentiel pour les étudiants, les personnes âgées ou
prix différents selon le pays ou le bien est acheté.

Discrimination de 3ème degré : maximisation du profit


Supposons que le monopoleur soit capable de distinguer deux groupes
d’individus et qu’il vend le même produit à ces deux groupes à des prix
différents. On suppose que les consommateurs ne peuvent pas revendre le
bien. Soit :
P(q ) la fonction de demande inverse pour les consommateurs du groupe 1
1

P(q ) la fonction de demande inverse pour les consommateurs du groupe 2


2

C(q , q ) le coût total de production.


1 2

Le profit du producteur s’écrit :


π q =P q *q +P q *q -C(q +q )
1 1 1 2 2 2 1 2

RT =P q *q
1 1 1 1

RT =P q *q
2 2 2 2

Le problème de maximisation du profit s’écrit :


Max π =P q *q +P q *q -C(q +q )
q ,q 1 1 1 2 2 2 1 2
1 2

35
R q =C (q +q )
m1 1 m 1 2
CPO⇒ R q =C (q +q )
m2 2 m 1 2
R q =R q =C (q +q )
m1 1 m2 2 m 1 2

Le monopoleur maximise son profit en égalisant la recette marginale sur


chaque marché au cout marginal de la production totale.
Comment le monopoleur fixe le prix sur chaque marché ? Autrement dit, le
prix sur le marché 1 doit il être supérieur au prix sur le marché 2 ou
inversement ?

Pour répondre à cette question, utilisons la formule de recette marginale en


termes d’élasticité.
P q * 1- 1 =C (q +q )
1 1 m 1 2
ε (q )
1 1

P q * 1- 1 =C (q +q )
2 2 m 1 2
ε (q )
2 2

Si P >P ⇒1- 1 <1- 1


1 2
ε (q ) ε (q )
1 1 2 2

Ou 1 > 1 ⇒ ε (q ) > ε (q )
2 2 1 1
ε (q ) ε (q )
1 1 2 2

Le monopoleur fixe donc le prix le plus élevé sur le marché ou l’élasticité prix
de la demande est la plus faible. En effet, une demande élastique est sensible
aux variations de prix. Un monopoleur qui discrimine les prix, pratique par
conséquent un prix plus faible sur le groupe qui est sensible au prix et un prix
plus élevé sur le groupe qui est relativement insensible au prix (demande
inélastique). Dans cette façon le monopole maximise son profit total.

1.8. La concurrence monopolistique

1.8.1. Définition et caractéristiques


Un marché est en concurrence monopolistique lorsqu’il comprend un grand
nombre de vendeurs et d’acheteurs dont les produits sont différenciés. Le
concept de base qui définit la concurrence monopolistique est celui de la
différenciation des produits. Ce concept a été introduit par Chamberlain en
1983. L’idée fondamentale de Chamberlain est que sur de nombreux marchés,

36
les firmes vendent des produits qui sont étroitement substituables (très
proches) les uns aux autres sans être parfaitement homogènes. Ces produits se
présentent souvent dans des variétés différentes ou des marques diverses. La
différenciation du produit peut se reposer soit sur la qualité intrinsèque, soit
sur les conditions dans lesquelles il est vendu (ce qui est commercial par
exemple) ; soit sur les démarches de publicité; soit sur la réputation de qualité
obtenue par le vendeur dans le passé.
La différenciation du produit confer le statut du marché à un monopole.
Cependant, Ce marché se rapproche de la concurrence parfaite pour trois
raisons principales:
- L’existence d’un grand nombre de vendeurs et d’acheteurs
- Liberté d’entrée et de sortie du marché
- Les firmes considèrent les prix des autres comme données
La concurrence monopolistique apparait alors comme une notion
intermédiaire entre la concurrence parfaite et le monopole. C’est la forme de
marché la plus fréquente. Exemple marché de cigarette, marché de boisson
alcoolisée et non alcoolisée, marché de pâte.

1.8.2. Equilibre d’un marché de concurrence monopolistique


1.1.1.1. Equilibre de court terme
A court terme, l’entreprise en concurrence monopolistique, pour maximiser
son profit se comporte en monopole. Supposons que toutes les firmes sur ce
marché ont des fonctions de coût identiques qui s’écrivent: C(q).
Le profit d’une entreprise est π=P q *q-C(q)
Le problème de maximisation du profit s’écrit alors :
dπ ' '
Max π ⇒CPO: i =0⇒P q q+P q -C q =0
i dq
q
i

* *
⇒R q =C (q) ce qui permet de dériver (q , P ) avec π>0
m m

1.1.1.2. Equilibre de long terme


L’équilibre de long terme est similaire à celle de la concurrence parfaite. Le
marché étant rentable (π >0); de nouvelles firmes vont rentrer dans la
branche avec des produits similaires. Si le mouvement continue aussi
longtemps que le profit reste positif, l’équilibre de long terme se définit de la
façon suivante :

37
1- Chaque entreprise détermine une combinaison de prix et d’out put (
* *
P , q ) situé sur sa courbe de demande.
2- Chaque entreprise maximise son profit compte tenu de la courbe de
demande à laquelle elle est confrontée.
3- Le phénomène d’entrée dans la branche pousse le profit de chaque
entreprise vers zéro (0).
Ces trois éléments ont pour conséquence que la courbe de demande et la
courbe de coût moyen doivent être tangentes l’une à l’autre.

C
M

L’équilibre est le point de tangence entre la courbe de demande et la courbe de


cout moyen et le profit est nul.
La courbe de demande ne peut pas couper la courbe du cout moyen car si cela
Demande
était le cas, ceci signifie que l’entreprise pratique un prix différent de celui qui
assure l’égalité entre ses recettes et ses coûts. Pour tout prix différent, qu’il soit
supérieur ou q
* inférieur, l’entreprise perdrait de l’argent, alors que pour le prix

initial l’entreprise réalise un profit nul. Ce prix correspond au profit


Equilibre LT, π=0
maximum.

38
Chapitre 4 : L’oligopole – Duopole

1. L’oligopole: définition et cause


L’oligopole est l’existence d’un petit nombre de vendeurs. Il y a une
concurrence entre les firmes qui ont un pouvoir. Cette concurrence est dite
concurrence de petit nombre. Dans un oligopole, chaque firme est capable
d’identifier clairement son concurrent et de tenir compte de son
comportement, quand elle prend des décisions de quantité ou de prix (pour
maximiser son profit). Il existe une interdépendance entre les décisions des
firmes. Cette interdépendance correspond à l’existence de comportements
stratégiques qui tiennent compte des réactions des concurrents ou décisions de
la firme.
Ces comportements peuvent conduire soit à des situations conflictuelles ou non
coopératives entre les prix soit à des situations de coopération ou d’entente
entre les firmes. Les causes de l’oligopole sont:
Les causes de l’oligopole sont proches de celles de monopole et les causes
institutionnelles sont parfaitement communes entre les deux situations de
manière globale. Les situations de l’oligopole s’expliquent par des barrières a
l’entrée qui découragent l’entrée de nouveaux concurrents.
John BAIN distingue trois sources de barrière à l’entrée.
A) Economie d’échelle
Comme pour le monopole, la nécessité de produire un certain niveau minimal
pour atteindre les coûts unitaires plus faibles peut être une source de barrière
à l’entrée.

C
m

*
C q =EEM=Echelle efficace minimum
M
B
C
A
D

*
q est ql’échelle * efficace minimale, c'est-à-dire le niveau de l’output qui m
q
inimise le coût moyen
Un concurrent potentiel qui ne peut produire que q aurait pour coût unitaire O

39
C plus élevé de sorte qu’il se trouverait alors désavantageux par rapport aux
*
entreprises qui produisent q avec un coût unitaire OD plus faible.

B) Différence absolue des coûts

Contrairement au cas précédent, l’entrant peut avoir des coûts unitaires plus
élevés quelque soit son niveau de production. Ce type de désavantages
s’explique par le fait qu’étant déjà sur le marché, les firmes installées ont pu
acquérir une meilleure connaissance de leur technologie qui permet de
réduire les coûts de production.
P

C (Nouvelles firmes)
M
NF

C (Anciennes firmes)
M
AF

q
C) Différenciation des produits
La différenciation des produits peut apparaitre quand les consommateurs font
la différence entre les variétés du bien produit par les firmes. Par exemple
l’expérience des firmes installées peut leur permettre de convaincre les
consommateurs que leurs produits sont de meilleure qualité que celui d’une
nouvelle firme. C’est l’effet marque.
Dans ce cas, l’entant peut être amené à demander un prix plus faible ou à
engager des frais de publicité pour attirer les consommateurs.
La différenciation peut aussi rendre difficile l’entrée si chaque nouvelle firme
doit produire une gamme relativement étendue de variétés pour atteindre
l’échelle minimale efficace. Ces phénomènes se traduisent donc par un
désavantage pour l’entrant.
En résumé, ces barrières a l’entrée peuvent donc limiter l’entrée
concurrentielle de nouvelles firmes et conduire à une situation d’oligopole.
Les interactions entre les firmes installées peuvent se faire à travers les
quantités (concurrence en quantité) ou des prix (concurrence en prix). Ces
firmes peuvent aussi essayer de coopérer pour s’approcher d’une situation de
monopole.

2. Le duopole et la concurrence en quantité

40
2.1. Propriétés
Duopole = deux firmes sur le marché.
- Sur ce marché, ces deux vendeurs produisent un bien homogène (sans
différenciation de produit).
- La demande est linéaire Q=A-P avec A un paramètre P le prix de la pro
duction. Q est la quantité totale produite sur le marché.
- Les deux firmes ont des coûts unitaires constants (A>c , A>c )
1 2

La fonction de cout de la firme i s’écrit donc C q =c q


i i i i

- L’idée que chaque firme se fait de la manière dont son concurrent doit
réagir a ses décisions c'est-à-dire à ses conjonctures est fondamentale dans
la détermination des comportements stratégiques. Les choix de la firme
vont en définitif dépendre de ces conjonctures.

2.2. Le Duopole de Cournot


Il correspond à une situation où chaque firme produit de manière isolée les
quantités qu’elle apporte au marché. C’est la négation de l’interdépendance
entre ces deux firmes. Ces quantités sont déterminées en connaissance de la
structure du marché (nombre de concurrent égale un), de la fonction de
demande et aucune firme n’a les moyens d’apprendre en avance la production
de son concurrent. Dans ce cas, la firme 1 doit calculer les quantités qui
maximisent son profit pour chaque niveau possible de production de son
concurrent de manière à déterminer à l’avance la meilleure réponse qu’elle
peut lui donner pour chacune de ses stratégies. Elle doit aussi négliger les
répercutions de ses propres productions sur ces quantités puisque celles-ci ne
seront pas observées à l’avance par son concurrent. Elle va alors raisonner
dq
avec des conjonctures de cournot : 2 =0
dq
1

dq
Ce raisonnement est aussi valable pour la firme 2 : 1 =0
dq
2

2.3. Equilibre de Cournot


Il est la résolution du problème de maximisation du profit des deux firmes
étant donné les quantités de leur concurrent. On a alors
1 2
Max π (q , q ) et Max π (q ,q ) avec :
q 1 2 q 1 2
1 2

41
1
π = A-(q +q ) q -c q
1 2 1 1 1

2
π = A-(q +q ) q -c q
1 2 2 2 2

Le profit de l’entreprise 1 dépend de la quantité produite de l’entreprise 2. Et


pour prendre une décision avisée, l’entreprise 1 doit prévoir la décision de
production de l’entreprise 2 idem pour l’entreprise 2.

2.4. Maximisation du profit.


Pour la firme i, les conditions de premier et de second ordre de la m
i 2 i
aximisation du profit sont données par : dπ =0 et d π <0
dq 2
i dq
i

Firme 1
1 * A- c
dπ =-2q +A-q -c =0⇒q q = 1 -1 q
1 2 1 1 2 2 2
dq 2
1

ou R =φ q =q
1 2 1
2 1
d π =-2<0
2
dq
1

Firme 2
2 * A- c
dπ =A-q -2q -c =0⇒q q = 2 -1 q
1 2 2 2 1 2 1
dq 2
2

ou R =φ q =q
2 1 2
2 2
d π =-2<0
2
dq
2

1 2
π (respectivement π ) nous donnent les quantités que doit produire la firme 1
(respectivement la firme 2) pour chaque niveau de production concurrent de
manière à maximiser son profit. C’est la fonction de réaction de la firme 1
(respectivement la firme 2). La fonction de réaction exprime donc la
production de chaque firme en fonction de la production de son concurrent.
On peut représenter graphiquement ces courbes de réaction.

42
A- c
* A- c q =0⇒q = 1
q (q2)= 1 -1 q R 2 1 2
1 2 2 2 1
q =0⇒q =A-c
1 2 1

A- c
*(q1) A- c q =0⇒q = 2
q = 2 -1 q R 1 2 2
2 2 2 1 2
q =0⇒q =A-c
2 1 2

q
2

A-c
1
R
1

A-c
2
2

c
C
q
2 R
2

Quel sera l’équilibre de ce marché ?


L’équilibre de marchéc doitA-être
c une situation
A-c
telle
q qu’une fois atteinte aucune
q 1 1
firme ne doit avoir 1envie 2de s’éloigner de ce point.
2 Aucune firme ne doit
pouvoir améliorer son profit en produisant autre que sa quantité d’équilibre.
c c
Soit (q , q ) l’équilibre de marché, nous devons alors avoir dans ce cas :
1 2

c * c c
1) q =q (q ). q maximise le profit de la firme 1 étant donné la quantité d’
1 1 2 1
équilibre de la firme 2
c * c
2) q =q (q ) : maximise le profit de la firme 2 étant donné la quantité d
2 2 1
’équilibre de la firme 1.
c c
Cette situation (q , q ) est un équilibre de Cournot : la quantité d’équilibre de c
1 2
haque firme est sa meilleure réaction à la quantité d’équilibre de son
concurrent et la firme ne peut plus améliorer son profit en modifiant ses
quantités.
Nous devons donc nous trouver à l’intersection des deux courbes de réaction
au point C qui matérialise l’équilibre de Cournot.
c * c c A- c c
q =q q ou q = 1 -1 q (R ) (1)
1 1 2 1 2 2 2 1

43
c * c c A- c c
q =q (q ) ou q = 2 -1 q (R ) (2)
2 2 1 2 2 2 1 2

c c
Pour déterminer q et q , on doit résoudre le système des deux équations li
1 2
néaires à deux inconnues. En substituant (2) dans (1), on aura :
c A- c A- c c
q = 1 -1( 2 -1 q )
1 2 2 2 2 1

c A- c A- c c
⇒q = 1 -( 2 -1 q )
1 2 4 4 1

c A- 2c + c
⇒q (1-1)= 1 2
1 4 4

c A+ c - 2c
q = 2 1 (3)
1 3

c A- c A+ c - 2c
(3) dans (2) ⇒ q = 2 -1 2 1
2 2 2 3

ou
c A+ c - 2c
q = 1 2
2 3

Dans cet exemple, nous observons que les quantités d’équilibre de chaque
firme sont décroissantes avec ses coûts et croissantes avec les coûts de sont
concurrence. Nous pouvons aussi calculer l’offre et le prix d’équilibre.
c c c 2A- c - c
Q =q +q = 1 2
1 2 3

c c A+ c + c
P =A-Q = 1 2
3

2
c c c A-2 c + c
π =P *q -c q =( 1 2)
1 1 1 1 1 3
2
c c c A-2c + c
π =P *q -c q =( 2 1)
2 2 2 2 2 3

Cet équilibre de marché apparait donc dans une situation où les firmes
prennent leur décision de production de manière isolée, sans communication
entre elles.

2.5. Duopole de Stackelberg

44
2.5.1. Définition
Le duopole de Cournot correspond pour les firmes à une situation relativement
égalitaire ou symétrique. Aucune des deux firmes n’a une situation dominante.
Or, l’histoire des industries crée souvent des firmes dominantes soit parce
qu’elles ont un poids quantitatif importante et une part de marché élevée
(exemple de Microsoft dans le secteur de système d’exploitation, logiciels pour
les compatibles PC) soit elles ont un comportement agressif innovateur ( IBM
dans le secteur des ordinateurs compatible PC).
Stackelberg a imaginé une situation ou une des deux firmes a une idée du
comportement de son concurrent. Elle connait donc parfaitement la fonction
de réaction de ce concurrent et elle l’intègre dans un processus de décision. On
appelle alors cette firme le leader ou le meneur. Suite à sa décision de
production, son concurrent réagit en maximisant son profit et donc en suivant
2
sa fonction de réaction. π =P q +q -c q
2 1 2 2 2

Elle se contente de « suivre » le comportement du leader et c’est pour cette


raison qu’on l’appelle le suiveur ou follower. Dans ce cas, le suiveur considère
que ses décisions n’ont aucun impact sur le comportement du leader. Par
contre, celles du meneur ont un impact sur celles du suiveur. Il est donc le seul
à avoir la conjoncture de Cournot.

2.5.2. Equilibre de Stackelberg


Supposons que la firme 1 joue le rôle de leader, elle choisira donc la quantité
q à produire. La firme 2 qui est le suiveur réagit en choisissant une quantité
1
q . Chaque entreprise sait que le prix d’équilibre du marché dépend de la q
2
uantité totale Q=q +q . Si la firme 1 est le leader, son problème est donc le s
1 2
uivant :
1
Max π (q , q ) avec q = q (q )
q 1 2 2 2 1
1

Le meneur essaie donc d’atteindre le niveau le plus élevé de profit tout en


respectant la fonction de réaction du suiveur. En fait, il tient compte du fait
que le suiveur n’accepte jamais de produire une quantité qui ne maximise pas
son profit.
Le meneur (firme 1) essaie donc de se placer sur sa courbe d’isoprofit
correspondant au profit le plus élevé possible et qui est tangente avec la courbe
de réaction du suiveur (firme 2).

45
La courbe d’iso profit représente les combinaisons de (q , q ) qui engendrent u
1 2
n niveau constant de profit. En d’autre termes, les courbes d’iso profit sont
constituées de tous les points (q , q ) qui satisfont les équations de la forme :
1 2

1 1 1
π q , q =π ⇔q =γ(q , π )
1 2 2 1

Dans le cas de notre exemple avec des fonctions de demande et de coûts


linéaires on a :
2 1
1 1 A- c q -q 1
dq (q ,π )
A-q -q -c q =π ⇒q q , π = 1 1 1 -π avec 2 1 <0
1 2 1 1 2 1
q q 1
1 1 dπ

1
Pour un niveau donné q , un profit π plus élevé correspond à une production pl
0
us faible pour le suiveur (q ). Les courbes d’isoprofit correspondent à des p
2
araboles.
Application numérique : A=100; c =5; q =q; q =x
1 1 2

Courbes d’isoprofit :
100-q-x-5 q=700
100-q-x-5 q=1250
100-q-x-5 q=1000

1
π =1250

2
π =1000

3
π =700

q
2

Courbes d'isoprofit
R
1

R
2
46
C
Algébriquement, la résolution de l’équilibre de Stackelberg est la suivante :
Le programme de maximisation du profit du meneur ou du leader est :
1
Max π (q ,q )
1 2
*
SC: q =q q (R )
2 2 1 2
1 *
⇔Max π q ,q q
1 2 1

CPO :
1 *
dπ q ,q q
1 2 1 =0
dq
1

1 * 1 *
∂π q ,q q ∂π q ,q q ∂q
Ou 1 2 1 + 1 2 1 * 2 =0
∂q ∂q ∂q
1 2 1

Dans le cas de notre exemple linéaire, on a :


1
π = A-(q +q ) q -c q
1 2 1 1 1

1 * A- c
π q ,q q = A-q - 2 -1 q q -c q
1 2 1 1 2 2 1 1 1 1

1 2A-2 q -A+ c + q q -2 c q
π = 1 2 1 1 1 1
2

1 *
dπ q ,q q 2A-4 q -A+ c +2 q -2 c
1 2 1 = 1 2 1 1 =0
dq 2
1

A-2 q -2 c + c
⇒ 1 1 2 =0
2

s A-2 c + c
⇒q = 1 2
1 2

s * s A- c A-2 c + c
q =q q = 2 -1 1 2
2 2 1 2 2 2

47
s A-3 c +2 c
Ou q = 2 1
2 4

s
P=A-Q
2 2
s s s
A-2 c + c A-2 c + c A-3 c + 2c
⇒P = 1 2 et π = 1 2  ; π = 2 1
4 1 8 2 4

Si on compare la situation de l’entreprise leader par rapport a Cournot, on a :


s A-2 c + c c A-2 c + c
q = 1 2 >q = 1 2
1 2 1 3

La situation de meneur améliore donc la situation de la firme leader par


rapport à l’équilibre de Cournot.

2.6. Duopole de Bowley


Nous avons étudié des types de concurrence en quantité
a) Firme 1 suiveur, firme 2 suiveur ⇒ duopole de Cournot
b) Firme 1 meneur, firme 2 suiveur ⇒ duopole de Stackelberg
Que peut on dire de Firme 1 meneur, firme 2 meneur ? C’est le duopole étudié
par Bowley.
Dans ce cas, les deux firmes essaient d’établir un point de tangence entre leurs
courbes d’iso profit et la courbe de réaction de leur concurrent.

q
1
R
1
S
2

S
1
s R
π 2
1
Comme l’indique le graphique, ces comportementsq sont incompatibles et il
n’existe pas d’équilibre dansde
Déséquilibre ceStackelberg
cas. C’est le déséquilibre
2 de Stackelberg.
Le déséquilibre de Stackelberg signifie que les deux entreprises produisent
globalement davantage que ce que ne désirent leurs consommateurs. Mais une
telle situation ne peut pas perdurer. On peut alors assister à une entente entre
les deux firmes qui deviennent partenaires. Ceci revient à transformer le
duopole en monopole avec plusieurs établissements (unité de production) ou à
une guerre économique entre les deux firmes, chacune d’elles ne voulant pas

48
perdre la maîtrise du marché. Dans ce cas il y aura à terme la disparition de
l’une des deux firmes. On assiste alors à un processus de concentration par
suite de fusion ou d’absorption par une opération OPA (offre publique d’achat).
Dans ce cas également l’aboutissement logique de cette guerre est le monopole.
2.7 Contraintes de capacité (Edgeworth)
Admettons que c1=c2=c. La guerre de prix s’engage car chaque firme a intérêt à
suivre la baisse de prix de son concurrent, sinon elle perd toute la demande.
Mais si le concurrent ne peut satisfaire toute la demande qui s’adresse à elle, la
firme qui propose le prix le plus élevé peut conserver une demande. Elle aura
alors moins d’incitation pour suivre la baisse de prix de son concurrent. Ce
type de situations peut notamment résulter d’une capacité de production
limitée des firmes. C’est le duopole imaginé par Edgeworth ou duopole
d’Edgeworth.
Même si la demande qui s’adresse à la firme peut doubler quand elle baisse
son prix, elle n’aura pas nécessairement la capacité de double sa production
dans le court terme. Elle ne pourra alors servir qu’une fraction des
consommateurs qui sont prêts à acheter le bien à ce prix. Le reste de la
demande se trouve alors obligé de se retourner vers l’autre firme. Considérons
ce cas en supposant que les capacités de production des deux firmes sont
données et elles sont respectivement représentées par K1 et K2. Les contraintes
de capacité sont :
q1 ≤ K1 et q2 ≤ K2
Partons d’une situation initiale : p1 < p2. Dans ce cas, toute la demande
s’adresse à la firme 1 :
D1 (p1, p2) = D (p1)
Tous les consommateurs qui ont un prix de réserve supérieur à p1
désirent donc acheter le bien chez la firme 1. Deux types de situations peuvent
alors apparaître :
1er cas
K1 ≥ D (p1). La firme 1 a la capacité de satisfaire cette demande et la
demande qui s’adresse à la firme devient nulle. La firme 2 sera donc fortement
incitée à baisser son prix et la guerre de prix va s’engager. Si Ki ≥ D (c) , nous
aboutirons à l’équilibre de Bertrand.
2ième cas
K1 < D (p1). La firme 1 ne peut satisfaire cette demande et une partie de ces
consommateurs sera rationnée. La firme 2 aura alors le monopole sur cette
demande résiduelle.
Elle ne sera pas nécessairement incitée à baisser son prix.
Quelle est la composition de cette demande résiduelle ?
Cela dépendra de la manière dont les consommateurs sont rationnés. En effet,

49
parmi les consommateurs qui ont un prix de réserve supérieur à p1, seulement
une fraction K1 pourra obtenir ce bien. Mais nous n’avons a priori aucun
mécanisme qui détermine ce sous-ensemble de consommateurs. Cela dépendra
du mécanisme de rationnement qui est en vigueur dans cette industrie. Il peut
y avoir un ensemble de clients favorisés de la firme qui seront servis les
premiers ou les premiers arrivés seront servis les premiers.
Dans ce dernier cas, ceux qui désirent le plus le bien (ceux qui ont les prix de
réserve les plus élevés) peuvent se présenter avant les autres (rationnement
efficace) ou l’arrivé peut se faire de manière tout-à-fait aléatoire (rationnement
proportionnel). La demande qui restera à la firme 2 dépendra
fondamentalement du mécanisme de rationnement en vigueur.
D P -K si D P >K
  D(P )= 2 1 2 1
2
0 sinon

Dans ce dernier cas, ceux qui désirent le plus le bien (ceux qui ont les prix de
réserve les plus élevés) peuvent se présenter avant les autres (rationnement
efficace) ou l’arrivé peut se faire de manière tout-à-fait aléatoire (rationnement
proportionnel). La demande qui restera à la firme 2 dépendra
fondamentalement du mécanisme de rationnement en vigueur.
 Si K1 < D (p1) , le dernier consommateur qui achète le bien a un prix de
réservation de p2 et il l’achète au prix p2 chez la firme 2.
Si les consommateurs pourraient échanger sans coût le bien entre eux, on
arriverait exactement à la même situation.
Le rationnement proportionnel
Selon cette règle, chaque consommateur a la même probabilité d’être rationné.
La probabilité de ne pas pouvoir acheter chez la firme 1 est donnée par :
Dp -K
1 1
D( p )
1

On appelle aussi cela le rationnement aléatoire.


La demande résiduelle qui s’adresse à la firme 2 est alors donnée par :
Dp -K
D p =D p . 1 1
2 2
D( p )
1

Le second terme donne la proportion des consommateurs qui n’ont pu être


servis par la firme 1.

2.8 La concurrence en prix: la duopole de Bertrand


Définition du duopole de Bertrand

50
Dans ce modèle, la concurrence se fait par les prix: chaque entreprise cherche à attirer
davantage de clients en baissant son prix de vente ou à maximiser son profit par le biais de
son prix.

Soient P1 et P2 les prix des deux firmes, la demande qui s’adresse à chaque firme est
donnée par:

D1 (P1, P2) et D2 (P1, P2)

Par hypothèse et par simplification, les coûts unitaires de deux firmes c1 et c2 sont
constants.

Le problème de chaque firme est alors donné par:

MaxP1 (P1 – c1) D1(P1,P2) pour la firme 1, et

Max P2 ( P2 - c2) D2 (P1, P2) pour la firme 2.

Le bien étant homogène, les consommateurs ne font pas de différence entre les produits
des deux firmes et chaque firme sert toute la demande qui s’adresse à elle.

Si une firme baisse son prix, alors elle attire toute la demande du marché vers elle, soit D(P).

Si les deux firmes appliquent le même prix alors elles se partagent la demande de manière à
satisfaire la demande du marché.

Les demandes individuelles dans cet exemple sont par:

Si P1 < P2 alors D1(P1,P2) = D(P1) et D2(P1,P2) = 0

Si P1>P2 alors D1(P1,P2)=0 et D2(P1,P2) = D2(P2),

Si P1 = P2 =P alors D1(P,P) + D2(P,P) = D(P) ,

Exemple D1(P,P) + D2(P,P) = D(P)= ½ D(P)

Par conséquent, tant que son prix reste supérieur à don coût unitaire ci, la firme i a intérêt à
casser les prix pour récupérer la totalité de la demande. Mais cela est aussi vrai pour son
concurrent j.

Autrement dit, si l’on part d’une situation où les prix des deux firmes sont égaux :

P1=P2=P, D1(P,P)=D2(P,P) = ½ D(P),

Alors la firme 1 a intérêt à baisser son prix à P- ε si:

(P1 – ε – c1) D(P – ε)> (P-c1) . ½ D(P)

(P1 – ε – c1) D(P – ε) est le profit de monopole avec P - ε tandis que (P-c1) . ½ D(P) est le
profit du duopole avec P, ou ∏m > ∏d

Ce raisonnement n’est valable que si la firme 1 considère que la firme 2 ne va pas changer

51
son prix (conjonctures de Bertrand). Avec ses conjonctures (équivalentes à celles de
Cournot pour les prix), chaque firme a intérêt à baisser son prix pour se retrouver en
situation de monopole.

Equilibre du duopole de Bertrand

L’équilibre de Bertrand consiste à déterminer (P1* et P2*) qui maximisent le profit du


duopole. Considérons l’hypothèse des coûts unitaire symétriques avec c1=c2=c.

Peut-on avoir un équilibre si P1>P2?

Dans ce cas nous aurions:

∏1 = (P1* – c) . 0 = 0 et

∏2 = (P2* –c ) D(P2*) > 0 si P2*> C

Dans ce cas de figure, la firme 1 a intérêt à baisser son prix à P2* - ε (P1* = P2* - ε) pour
espérer obtenir le monopole et avoir des profits positifs. Donc cela ne peut pas être un
équilibre.

Peut-on avoir P1* = P2* = P >C à l’équilibre?

Dans ce cas le firme 1 obtiendrait:

∏1 = (P* - c) ½ D(P*) >0.

Mais en baissant légèrement son prix de ε(P* - ε), elle obtiendrait un profit:

∏1 = (P* - ε - c) 1/2 D(P*- ε) > (P* - c) ½ D(P*)

Donc à l’équilibre, on ne peut pas avoir:

P1*= P2* = P > c

Peut –on avoir P1*< P2*<c à l’équilibre?

Non car dans ce cas les firmes auront des profits négatifs et ne pourront pas rester
sur le marché (elles vont quitter le marché).

Donc le seul équilibre possible du duopole de Bertrand symétrique (c1=c2=c) est obtenu
quand:

P1*=P2*=P*=c et

∏j = (P* -c ) – ½ D(P*) = 0

A partir de cette situation, aucune firme n’a intérêt à modifier son prix. On aboutit alors à ce
qu’on appelle le paradoxe de Bertrand.

Paradoxe de Bertrand: on a un duopole (avec un certain pouvoir de marché) qui, à


l’équilibre, possède les mêmes propriétés que la concurrence parfaite: prix égale
coût marginal et profit nul ( P = cm et ∏ = 0).

52
2.9 La collusion ou solution de Fellner (Coopération et formation des
cartels)
La collusion est la reconnaissance de l’interdépendance de firmes. Celles-ci
adoptent un comportement coopératif. Autrement dit, elles prennent leurs
décisions de manière coordonnée contrairement au cas de Cournot et de
Stackelberg (non coopératif). Dans cette situation elles peuvent constituer un
cartel pour fixer ensemble leurs quantités. Le cartel est défini comme un
groupe d’entreprise qui forment une coalition de façon à se comporter comme
un monopole unique et à maximiser leurs profits. Dans le cas du cartel, les
quantités résultent d’une négociation entre les firmes, la négociation entre
deux firmes permet de définir les quotas de production q et q que les deux fi
1 2
rmes s’engagent à respecter. L’issu de la coopération peut être représenté par
un contrat (q , q ) qui définit les productions de chaque firme.
1 2

Deux conditions définissent les contrats possibles


- Pour que le contrat soit retenu, il ne doit pas exister d’autres contrats qui
augmentent le profit de l’une des entreprises sans réduire celui de son
concurrent. Si tel n’était pas le cas, les deux entreprises auraient intérêt à
poursuivre la négociation.
- Le contrat doit garantir un profit positif à chaque entreprise, faute de quoi
elle préfèrerait se retirer. C’est la clause de la rationalité individuelle.

2.8.1La maximisation du profit


Si la collusion est possible, l’objectif du cartel devient alors la maximisation du
profit total du secteur : les entreprises vont la suite partager ce profit maximal.
Leur problème devient alors :
1 2
Max π=π +π
q ,q
1 2

π=P q +q * q +q -c q -c q
1 2 1 2 1 1 2 2

CPO :
∂π =0⇒P q* +q + q* +q ∂P . -C q =0
1 2 1 2 m 1
∂q ∂q 1
1 1

53
∂π =0⇒P q +q + q +q ∂P . =C (q )
1 2 1 2 m 2
∂q ∂q 2
2 2

Quand l’entreprise évalue l’augmentation de sa quantité, elle tient également


compte de l’impact sur le profit de son partenaire de la baisse du prix.
Si nous reprenons notre cas linéaire, l’ajustement de la quantité suppose
l’augmentation des coûts marginaux. L’ajustement de la quantité n’est possible
que si c =c =c
1 2

π= A-q -q q +q -c(q +q )
1 2 1 2 1 2

CPO :
∂π =0⇒ A-q -q - q +q =c (1)
1 2 1 2
∂q
1

∂π =0⇒ A-q -q - q +q =c (2)


1 2 1 2
∂q
2

On voit que les équations des conditions d’optimalité sont redondantes. Pour
résoudre ce système d’équation, on peut choisir (1) ou (2)
Posons Q=q +q
1 2
* * * *
(1) ⇒ A- q +q - q +q =c
1 2 1 2
* *
A-Q -Q =c
*
A-2Q =c
* * 2
Q =A-c ; P =A+c et π= A-c
2 2 2

Cette solution correspond à celle du monopole, donc en s’associant, les deux


firmes sont capables d’atteindre le profit du monopole. Le problème qui reste
est le partage du profit c’est – à – dire la part à attribuer à chaque firme. Cette
part dépend du pouvoir de négociation de chaque firme. Il peut également
avoir des possibilités de transfert de revenu entre les firmes. Dans ce cas
également, le pouvoir de négociation va encore jouer un rôle déterminant.
Une fois le profit déterminé, il reste toutefois un problème: quelle doit être la
part de chaque firme? Cela dépend du pouvoir de négociation de chaque
firme. S’il y a des possibilités de transferts de revenus entre les firmes, le
pouvoir de négociation de chaque firme va encore jouer dans la détermination
des profits individuels.
NB : la cartellisation est en général interdite par réglementation de la

54
concurrence.

2.8.2 Le problème de l’autodiscipline


La cartellisation a un autre problème qui est celui de l’autodiscipline ou de la
stabilité. Le cartel a pour objet de réduire la production afin de pouvoir fixer
des prix supérieurs aux coûts marginaux. Cependant, le problème du cartel est
que chacun de ses membres est tenté de tricher. En effet si tous les autres
membres du cartel limitent leur production de sorte que le prix soit supérieur
au coût marginal, le dernier membre peut tenter d’augmenter sa production et
tirer profit du prix supérieur. On dit que cette entreprise se comporte en
passagers clandestin. Autrement dit, les entreprises paient le prix de la
collusion en baissant leur production tandis que le passager clandestin
bénéficie du prix élevé sans renoncer à réduire ses ventes cependant. Si le
nombre des membres qui trichent en augmentant leur production au-delà du
niveau convenu est très important, le cartel s’autodétruit. Autrement dit, il
existe un problème de stabilité dans les cartels. (les cartes sont instables) .
On peut monter ce problème de stabilité en reprenant l’une des équations de la
condition d’optimalité. Supposons que la firme 1 envisage d’augmenter sa
production à partir de la solution du cartel. A-t-elle intérêt à le faire?
Dans ce cas la condition d’optimalité du cartel implique:
CPO
* *
∂π =0 P q + q + q +q ∂P - Cm =0
1 2 1 2 1
∂q ∂q
1 1

* *
P q +q +q ∂P -Cm q +q ∂P =0
1 2 1 1 1 2
∂q ∂q
1 1

* *
P q +q +q ∂P -Cm q = - q ∂P >0
1 2 2 1 1 1
∂q ∂q
1 1

*
q ∂P est le profit marginal de la firme 1 et ce profit est positif à l’optimum du c
1
∂q
1

artel. Ce qui veut dire que la firme sera tenté d’augmenter sa production si elle
pense que son partenaire ne va pas modifier la sienne. Par conséquent si les
firmes ne peuvent pas observer les quantités individuelles, cela va déboucher
dans un duopole de Cournot où chaque firme va obtenir en fin de compte, des
profits plus faibles que dans le cartel.

55
2.8.3 Quel modèle pour l’oligopole 
Cela dépend des connaissances empiriques que nous possédons sur l’entreprise
que nous étudions.
- Pour certaines industries où la coordination des activités des firmes est
interdite ou difficile à réaliser, les modèles non coopératifs sont adaptés. Si
la position des firmes est fortement asymétrique, une concurrence du type
Stackelberg est possible.
- Si les firmes sont plutôt similaires en taille et en position du marché, celle
du coté de Cournot (ou de Bertrand) que la concurrence est possible. C’est
l’exemple des biens de consommation courante.
- Si la coordination est possible, alors la collusion convient (exemple de
l’OPEP) mais elle est à surveiller de près et en n’omettant pas les problèmes
qu’elle cause.

Chapitre 5 : L’équilibre général

1. Définition
Dans l’équilibre partiel on suppose fixer certains prix et certains revenus. Dans
la réalité tous les marchés sont liés et toutes les quantités doivent être
déterminées simultanément par un modèle mettant en jeu l’ensemble des
comportements et des relations entre agents. l’équilibre général consiste donc
à montrer que les comportements des agents (maximisation de l’utilité pour les
consommateur et maximisation du profit pour les producteurs) déterminent
un système de prix tel que chaque marché soit équilibré (égalité entre les
quantités vendues et demandées).
Le modèle de base de Walras sert à illustrer l’équilibre général. Ainsi un
consommateur a un double rôle. Il vend ses services c’est – à – dire sa force de
travail aux entreprises et achète les biens. De même un producteur est
caractérisé par les fonctions d’offre de biens (output) et les fonctions de
demande de services (input).
Considérons deux consommateurs A et B qui possèdent deux facteurs de
productions K et L et qui sont utilisés par deux firmes produisant deux biens X

56
et Y. On peut décomposer 18 équations :
- Fonction de demande des consommateurs : 2*2=4 fonctions de demande
- Fonction d’offre des facteurs : 2*2=4 fonctions d’offre des facteurs
- Fonction de demande de biens : 2*2=4 fonctions de demande
- Fonction d’offre de biens : 2*1=2 fonctions d’offre de biens
- Equilibre des marchés des biens : 2 équations (X et Y)
- Equilibre des marchés des facteurs : 2 équations (K et L)
A ces 18 équations correspondent 18 inconnues :
- Quantité demandée de X et Y par les consommateurs : 2*2=4
- Quantité offerte de K et L par les consommateurs : 2*2=4
- Quantité demandée de K et L par les firmes : 2*2=4
- Quantités X et Y offerte par les firmes : 2
- Prix des biens X et Y : P et P  : 2
X Y
- Prix des facteurs K et L : ω et r : 2
On a une égalité entre le nombre d’équation et le nombre d’inconnues. Cette
égalité n’est pas une condition nécessaire ni suffisante à l’existence de solution
du faite que les 18 équations ne sont pas indépendantes.
On peut trouver une solution lorsqu’on connait la solution des 17 entre elles.
Alors la 18ème solution est déterminée.
La loi de Walras stipule que si on a n marché et que l’équilibre est réalisé sur
ième
n-1 marchés, alors il l’est automatiquement sur le n marché.

2. Représentation du processus d’échange : le diagramme d’Edgworth


(boite)
On se place dans une économie ou la quantité totale des biens est donnée (il
n’ya pas de production). On a donc uniquement des consommateurs qui, à
partir de leur dotation initiale de biens procèdent à des échanges en vu
d’améliorer leur bien être. Cette situation est qualifiée d’économie d’échange
pure. Pour simplifier, supposons qu’il ya deux consommateurs (i=1, 2) et deux b
iens (h=1, 2).
i 2
w représente la dotation initiale du consommateur i en bien h. Exemple w est
h 1
la dotation initiale du consommateur 2 en bien 1.
Grace à l’échange, les consommateurs sont capables d’adapter leurs
consommations à leur goût. Ils obtiennent alors des consommations finales
i 2
représentées par x . x est la consommation finales du consommateur 2 en bi
h 1

57
en 1.
Chaque consommateur cherche à maximiser son utilité. On peut représenter
ces différentes utilités par des courbes d’indifférences.
2
x 1
2 x
2

u
2
u
1
u
Pour obtenir le diagramme d’Edgeworth, on 0 combine ces deux graphiques de
0 2 1
manière à obtenir un 2double système
Consommateur x d’axe dans le même graphique.
Consommateur 1 x
1 1

Diagramme d’Edgeworth
1 2
x w
2 1 '
0
2
x
1
A
1 2
w w
2 2
1 2
w =w +w
1 1 1

1 2
1 w =w +w
0 x 2 2 2
1 1
w
1 2
x
2
1 1
Le point A correspond à une distribution possible de dotation initiale. (w , w ) r
1 2
eprésente le panier de bien que le consommateur 1 peut consommer s’il ne
2 2
participe à l’échange. (w , w ) indique le panier de bien pour le consommateur 2
1 2
.

Le diagramme d’Edgeworth illustre graphiquement l’interaction entre deux


agents économiques quand les prix sont fixés. Autrement dit, c’est un
instrument graphique permettant d’étudier l’équilibre général quand il ya

58
deux consommateurs et deux biens.

3. L’échange ou l’équilibre des marchés


L’échange permet au consommateur d’atteindre n’importe qu’elle point dans la
boite d’Edgeworth. Mais un consommateur ne participe pas à cet échange que
si cela améliore son bien être par rapport à sa situation initiale.

1 2
x w '
2 2 1 O
x
1
1
A 2
w w
2 2
. .G u
3
F ' Echange et courbe de contrat
. u
1
B

u u
1 2

' '
u u
2 1
3
O x
1 1
w
1
2
x
2
Comment s’effectue l’échange ?

A partir du point A, le consommateur 1 (O) est prêt à obtenir le panier G mais l


'
e consommateur 2 (O ) n’acceptera pas un tel échange car sa satisfaction y est p
lus faible. La situation inverse s’observe pour le panier F. Par contre, les deux
consommateurs seraient prêts à échanger en vue d’obtenir le panier B. Le
consommateur 1 reçoit dans ce cas du bien 1 en échange du bien 2
inversement pour le consommateur 2.

La zone comprise entre les deux courbes d’indifférence représente donc la


région d’avantage mutuel qui contient les paniers qui améliorent la situation
des deux consommateurs par rapport à leurs dotations initiales. Les deux
consommateurs vont échanger jusqu’à ce que disparaissent cette région.

courbe de contrat

59
Lorsque la région d’avantage mutuel est vide, elle correspond au point E, on
obtient alors des courbes d’indifférence tangentes les unes aux autres. Les
lieux géométriques des points de tangence s’appellent la courbe de contrat. A
partir d’un point de la courbe de contrat il n’est pas possible d’améliorer la
satisfaction d’un consommateur sans détériorer celle de l’autre. Cette courbe
est la représentation géométrique des optima de Pareto.

Définition : une allocation est un optimum de Pareto, s’il n’est pas possible
d’améliorer la situation d’un individu sans détériorer celle d’au moins un autre
individu.

Propriété de l’optimum de Pareto

- Il n’est pas possible d’accroitre la satisfaction de toutes les personnes


impliquées dans l’échange
- Il n’est pas possible d’accroitre le niveau de satisfaction d’un individu sans
réduire le niveau de satisfaction d’un autre

Tous les gains d’échange ont été exploités, il n’est pas possible d’effectuer des
échanges mutuellement avantageux

Comment s’effectue l’équilibre des marchés ?

Supposons qu’il existe des marchés pour ces deux biens et que le prix du bien
h soit p . On aura : p le prix du bien 1 et p le prix du bien 2.
h 1 2

La valeur de la dotation initiale du consommateur i est donnée par :


i i i i
R =p w +p w ou R est la richesse initiale du consommateur i
1 1 2 2

Le panier que le consommateur peut acheter est alors contraint par cette
richesse initiale. Cela nous donne sa contrainte budgétaire.
i i i i
p x +p x =p w +p w i=1, 2
1 1 2 2 1 1 2 2

i i i i
Ou p x -w +p x -w =0
1 1 1 2 2 2

i i
x -w est la demande nette du consommateur h pour le bien i.
h h

60
i i
Si x >w autrement dit si la demande nette est positive alors on a un achat
h h

i i
Si x <w on a alors une vente.
h h

1 1 1 1 1
p 1
Pour le consommateur 1 on a R =p x +p x ⇒x = R - 1 x
1 1 2 2 2
p p 1
2 2

p
1 représente la pente de la droite de budget. Graphiquement l’équilibre du c
p
2

onsommateur est le suivant :

1
x
2
A
1
w
2

E
1
x
2

1
x
1 1 1
w x
1 1
Nous avons un problème similaire pour le consommateur 2. L’équilibre
général sur ces deux marchés est obtenu au diagramme d’Edgeworth

2
x '
1 O

61

M équilibre dans la boite


L’équilibre signifie que la quantité du bien 1 que la consommateur 1 désire
acheter est exactement la même que le consommateur 2 désire vendre et il en
est de même pour le bien 2.

Définition

L’équilibre générale d’une économie d’échange pure est une allocation des
biens tels que :

1- Chaque consommateur maximise sa satisfaction


2- Les marchés sont soldés c’est – à – dire l’offre globale du bien est égale à
sa demande globale.

Etant donné que les consommateurs font face aux mêmes vecteurs de prix,
leur optimum simultané correspond à la même pente de la tangente de leur
courbe d’indifférence.
1 p 2
TMS = 1 =TMS
p
2

4. L’équilibre et l’optimum social

L’allocation d’équilibre appartient à la région d’avantage mutuel et à la courbe


de contrat. Cette appartenance entraine deux propriétés :

La première propriété dit que les agents ont toujours la possibilité de


consommer leurs dotations initiales.

La deuxième propriété implique que l’équilibre est nécessairement un


optimum de Pareto (possibilités d’échange mutuellement avantageux et
épuisées). Cette deuxième propriété permet de mettre en évidence deux
théorèmes du bien être :

62
1er théorème du bien être : Tout équilibre concurrentiel est un optimum de
Pareto

2ème théorème du bien être : A condition que les préférences soient convexes,
toute allocation au sens de Pareto peut être réalisée par un équilibre
concurrentiel (propriété inverse du premier).

Ces deux théorèmes sont à la source de l’idéalisation des marchés concurrentiels


par la théorie économique.

63