Vous êtes sur la page 1sur 4

Cette culture qui plaît à tout le monde

Mots clés : Frédéric Martel, DISNEY, Rotana, RELIANCE, TV Globo

Par Claire Bommelaer


26/03/2010 | Mise à jour : 21:19 Réactions (65)
5

Frédéric Martel explique que le cinéma et la musique américaines dominent.


Spider-Man (ci-dessus) en est un exemple.

10 INTERVIEW - Pour le chercheur Frédéric Martel, les États-Unis ont gagné «la
guerre mondiale des contenus» culturels.

Dans son nouvel ouvrage, Mainstream, fruit d'une enquête menée dans trente pays,
Frédéric Martel, enseignant à HEC, explique pourquoi les productions nationales
n'arrivent pas à faire le poids face aux œuvres -films ou musique- américaines
15 conçues pour le public de la planète entière.

LE FIGARO - Qu'est ce que la culture «mainstream» ?

Frédéric MARTEL - Littéralement, c'est le courant dominant. Aujourd'hui, les grandes


compagnies américaines de divertissement, comme Disney, savent produire ce qui
plaît à tout le monde, aux deux sens du terme. C'est une «diversité standardisée». À
20 de rares exceptions près, comme Cuba ou la Corée du Nord, le cinéma et la musique
américaines dominent, et finissent par diffuser des valeurs communes. Spider-Man,
Le Roi Lion ou Avatar en sont des exemples.

Mais vous décrivez la puissance de l'argent !

Pas seulement. Si l'on observe les chiffres, sept pays étrangers (la Grande-Bretagne,
25 la France, le Mexique, l'Allemagne, l'Espagne, le Japon et le Canada) «font» le box-
office américain. En revanche, le monde entier est sous influence intellectuelle du
soft power américain, qui touche à la télévision, la musique et le cinéma. Lorsque la
Chine veut se lancer dans la production d'une série, elle utilisera les mêmes valeurs
et les mêmes codes que le reste du monde. Les pays arabes partagent, selon moi,
30 une grande partie des valeurs diffusées par Disney. Dont les valeurs familiales.

1
Est-ce la fin des cultures locales ?

Paradoxalement, la puissance de feu américaine ne détruit pas le cinéma ou la


musique locale. Dans le monde entier, des groupes, comme l'indien Reliance,
l'émiratien Rotana ou le brésilien TV Globo, sont en train de s'ériger, qui produisent
35 et diffusent pour des régions particulières. Au Nigeria, plus de mille films sont
produits par an, à destination de l'Afrique du Sud, mais aussi de l'Ouest. Les pays
arabes tentent également, avec moins de succès, de se rassembler pour répondre
aux attentes du public arabophone. Ces groupes sont très puissants : 3,6 milliards de
billets sont vendus chaque année par Bollywood, contre 2,6 pour les films de
40 Hollywood.

Mais, en termes d'influence, le compte n'y est pas. Aucun de ces pays ne parvient à
exporter sa production musicale ou cinématographique. Elle est en général trop
ethnocentrée pour plaire à tous. Le «Blanc» du Kansas n'est pas ouvert au cinéma
africain, si plaisant soit-il. On assiste donc, partout, à un triple phénomène : la
45 domination du modèle américain, l'émergence de grands pôles culturels destinés aux
publics locaux, et la disparition dans la plupart des pays d'une autre culture. Entre
les blockbusters américains et les succès nationaux, il n'y a plus de place pour une
autre musique ou un autre cinéma. Le raisonnement est valable, d'ailleurs, pour les
pays européens.

50 Comment est positionnée la France ?

Par tradition, la France est un pays anti-mainstream. Lorsqu'elle participe au


mouvement, elle est atteinte du même syndrome que le reste de l'Europe. La France
est le leader mondial du jeu vidéo, mais elle le fait sous la bannière américaine. Qui
sait que le jeu World of Warcraft est produit par une entreprise appartenant au
55 groupe français Vivendi ?

Le Figaro, 23/03/2010

URL :
60 http://www.lefigaro.fr/culture/2010/03/26/03004-20100326ARTFIG00696-cette-
culture-qui-plait-a-tout-le-monde-.php

2
UBA - Facultad de Filosofía y Letras
Departamento de Lenguas Modernas
Francés Medio

Material de Cátedra
Elaborado por : Claudia Gaiotti

Texte : « Cette culture qui plaît à tout le monde », Le Figaro, le 23 mars 2010.

1. Parcourez le texte et précisez :


 support
 rubrique
 genre textuel
 thématique

2. Justifiez les références suivantes tout en fournissant des informations


complémentaires :
a. Frédéric Martel
b. Mainstream
c. Spider-Man
d. Disney

3. Les extraits cités ci-dessous, à quoi renvoient-ils ? En reprenant des informations du


texte, complétez le tableau suivant :

Extraits Informations
« c'est le courant dominant » (L. 17)

« rares exceptions » (L. 20)

« sept pays étrangers » (L. 24)

« soft power américain » (L. 27)

« l'indien Reliance, l'émiratien Rotana ou le


brésilien TV Globo » (L. 33-34)

« 3,6 milliards » (L. 38)

« Hollywood » (L. 40)

« Elle est en général trop ethnocentrée pour


plaire à tous » (L. 42-43)

3
4. Expliquez l’emploi des éléments suivants :
 en revanche (L. 26)
 dont (L. 30)

5. Observez les nuages de mots ci-dessous. Choisissez l’une des images. Sélectionnez
dix mots et élaborez le résumé du texte.

a)

b)

6. Visitez le site de Frédéric Martel et présentez sa biographie sous forme de tableau :


http://fredericmartel.com