Vous êtes sur la page 1sur 1

Revue de presse des Annales 239

Randomized clinical trial of laparoscopic observés à court terme, mais il n’y a aucune preuve du
versus open abdominal rectopexy for rectal moindre effet délétère à plus long terme de la laparosco-
pie.
prolapse
Commentaires de la rédaction : Cette étude d’excel-
lente qualité méthodologique confirme la supériorité de
la rectopexie par laparoscopie.
S0003394402007290/BRV
Solomon MJ, Young CJ, Eyers AA, Roberts RA. Br J
Surg 2002 ; 89 : 35-9
Preoperative radiochemotherapy
and sphincter-saving resection for T3
Introduction : Le but de cette essai était de comparer les carcinomas of the lower third of the rectum
résultats cliniques subjectifs et les données objectives de
la réponse immunitaire postopératoire après cure chirur-
gicale du prolapsus rectale mené par voie laparoscopique Rullier E, Goffre B, Bonnel C, Zerbib F, Caudry M,
ou ouverte. La cure laparoscopique est réalisée de la Saric J. Ann Surg 2001 ; 234 : 633-40
même manière que dans la technique ouverte sans résec-
tion colique.
Méthode : Quarante patients ayant un prolapsus com- Objectifs : Les cancers du tiers inférieur du rectum
plet du rectum ont été randomisés avant l’intervention en (c’est-à-dire située à 6 cm ou moins de la marge anale)
deux groupes : rectopexie par chirurgie laparoscopique sont habituellement traités par amputation abdominopé-
ou chirurgie ouverte. Les patients avaient donné leur rinéale, surtout les lésions classées T3. Peu de données
consentement pour un programme de suivi postopéra- sont disponibles concernant l’effet de la chimiothérapie
toire : réalimentation liquide et mobilisation à j1 après associée à la radiothérapie préopératoire afin d’augmenter
l’intervention, réalimentation solide à j2, et sortie de le taux de conservation sphinctérienne en cas de cancer
l’hôpital avant j5. Leur compliance à ce programme ainsi du bas rectum. Le but de cette étude a été d’évaluer les
que la douleur et la mobilité postopératoires étaient résultats opératoires, fonctionnels et carcinologiques
évaluées « en aveugle » par un médecin indépendant. La d’une radiochimiothérapie préopératoire suivie d’une
consommation de morphine selon la méthode d’analgésie intervention conservatrice de la fonction sphinctérienne
contrôlée par le patient (PCA) était aussi relevée. La pour des cancers T3 du tiers inférieure du rectum.
réponse immunitaire et endocrine ainsi que la fonction Méthodes : Entre 1995 et 1999, 43 patients ont eu une
respiratoire étaient aussi mesurées. radiochimiothérapie préopératoire suivie d’une conserva-
Résultats : Près de 75 % des objectifs du programme tion sphinctérienne pour un cancer du bas rectum située à
postopératoire ont été atteints dans le groupe traité par une distance moyenne de 4,5 cm de la marge anale
laparoscopie contre seulement 37 % dans le groupe traité (extrêmes : 2–6 cm) ; 70 % des lésions étaient situées à
par voie ouverte (p < 0,01). Des différences significatives moins de 2 cm du sphincter anal. Il y avait 40 tumeurs T3
étaient relevées en faveur de la laparoscopie concernant et trois T4. Les patients recevaient une radiothérapie
le recours aux morphiniques, la douleur et le score de préopératoire à la dose moyenne de 50 Gy, et une
mobilité postopératoires. Des différences concernant la chimiothérapie concomitante avec 5-FU en perfusion
réponse immunitaires en faveur de la laparoscopie étaient continue (n = 36) ou en bolus (n = 7). Une résection avec
relevées sur le dosage des catécholamines urinaires, conservation sphinctérienne était réalisée six semaines
l’interleukine-6, la cortisolémie et la protéine C-réactive. plus tard, utilisant une dissection intersphinctérienne dans
Aucune différence n’était relevée sur la fonction respira- 25 cas. L’anastomose coloanale était associée à un
toire mais la morbidité bronchopulmonaire postopératoire réservoir colique dans 86 % des cas, et à une stomie
était significativement plus importante après chirurgie temporaire dans 100 % des cas.
ouverte (p < 0,05). Aucun des critères de jugement objec- Résultats : Aucun décès postopératoire lié à la radio-
tifs ou subjectifs n’a montré une quelconque supériorité chimiothérapie ou à la chirurgie n’était noté. La toxicité
de la voie ouverte, à part la durée d’intervention qui était aiguë était surtout représentée par la diarrhée (54 % de
plus courte avec cette voie (102 contre 153 min, p < 0,01). grade 1 ou 2). Quatre fistules anastomotiques et deux
Conclusion des auteurs : Cette essai a montré la hématomes pelviens étaient observés ; tous les patients
supériorité (critères objectifs et subjectifs) de la recto- sauf un ont eu une fermeture de la stomie. Les marges de
pexie par laparoscopie pour le traitement du prolapsus résection distales et latérales étaient respectivement de
rectal. Les avantages de cette voie sont essentiellement 23 ± 8 mm et de 8 ± 4 mm et étaient négatives chez 98 %