Vous êtes sur la page 1sur 2

INTRODUCTION : EPIDEMIOLOGIE :

INFECTIONS À Fréquentes
Agent causal :
• Streptocoques : cocci à gram +, immobiles, arrondis, Réservoir :
Polymorphisme clinique : angines, infections cutanées,
STREPTOCOQUES bactériémie, endocardite aéro-anaérobies sporulés.
• Classification Lancefield : polysaccaride C (Antigène
• Homme
• portage ORL (A++), cutané (A++, C et G), intestin (Strep
Pronostic généralement favorable.
pariétal) D++), génital (B++), cavité buccale (non groupables).
• Streptocoques groupables : A  H et K T , (18
Professeur N.Boulakehal sérogroupes), le streptocoque A est le plus virulent
Service des maladies infectieuses • Streptocoques non groupables : S. sanguis, S. mitis et
CHU de Constantine S.salivarius
• Ils élaborent des toxines et enzymes qui entraînent la
formation d’anticorps : Hémolysine O et Streptolysine O,
Hyaluranidase, Stréptokinase…

2) Endocardite infectieuse à streptocoque ou Maladie


MANIFESTATIONS CLINIQUES : Tableau clinique :
d’Osler
1)Bactériémie à streptocoque (streptococcémie) : • Début subaigu
• L’endocardite infectieuse est la greffe et la multiplication
• Rare • Signes infectieux : fièvre, AEG, SPM
Traitement : d’un agent microbien au niveau de l’endocarde valvulaire à
• Point de départ thrombophlébétique • Souffle cardiaque
• Pénicilline G : 500 000 UI/kg/j perfusion continue
la suite d’une bactériémie, favorisée par une lésion
• PE : cutanée, intestinale, urinaire génitale. préexistante. • Signes extracardiaques : cutanés (pétéchies, faux panaris
• Ou Aminopénicilline 50 – 100 mg/kg/j en IVD d’Osler, érythème de Janeway, hippocratisme digital ),
Tableau clinique : • Agents causals: Streptocoque de la cavité buccale (oraux et
• Association à un Aminoside pour une courte durée < 7 jrs respiratoires (toux, dyspnée), articulaires (arthralgie,
• Symptômes habituels de la bactériémie, fièvre 39° - 40°C, ingroupables, streptocoque D (S. gallolyticus ex S. bovis arthrites), rénaux (hématurie, protéinurie).
frissons, tachycardie oligurie, SPM en cas Strep D, B : Gentamycine 3 mg/kg/j
• Cardiopathies à risque : • PE : dentaire +++, digestive, ORL, gynéco urinaire,
• Symptômes évocateurs du streptocoque: lésions cutanées • En cas d’allergie à la Pénicilline : Vancomycine,
1. À haut risque : Cardiopathie congénitale cyanogène chirurgie
(exanthème, placard erysipélatoide, nouures, éruption Fosfomycine.
vésiculo-pustuleuse), arthralgies, arthrite, parfois phlébites non opérées et dérivations chirurgicales pulmonaire – Diagnostic :
• Durée totale : 20 – 30 jours du traitement.
migratrices (septicémie veineuse subaiguë de Vaquez) systémique , prothèse valvulaire, ANTD endocardite, • Hémocultures
• localisations métastatiques sont actuellement rares 2. À risque moins élevé: IA, IM, RA, CMHO, bicuspidie • Echocardiographie transthoracique et/ou trans-
 Diagnostic : hémocultures aortique, cardiopathies congénitales non cyanogènes, œsophagienne par la mise en évidence de végétations.
PVM avec IM

Traitement médical:
Antibiothérapie (Streptocoques oraux et du groupe D): 4) SCARLATINE :
• péni G , ou amox ou ceftriaxone 3- ANGINES : Toxi-infection due Strep A, B hémolytique infecté par un
• +/- aminoside (2 semaines) sur souches S (vanco +/- • Les plus fréquentes bactériophage, produisent une toxine erythrogène, touche
genta si R), durée totale : 4 semaines • Enfants et adulte jeune +++
surtout enfant, transmission aérienne, PE surtout pharyngée,
elle peut être extra pharyngée (cutanée, génitale…).
• Traitement médical de l’insuffisance cardiaque • Risque de complications surtouts tardives (RAA, GNA).
Tableau clinique :
Traitement chirurgical :
Après une incubation silencieuse.
• Indication infectieuse (infection non contrôlée) Tableau clinique : fièvre, frissons, lombalgies, douleurs
abdominales, vomissements, dysphagie, douleurs pharyngée, Début : fièvre 39°-40°c, angine érythémateuse, ADP sous
• Indication hémodynamique(insuffisance cardiaque)
augulo-maxillaire, langue saburrale.
Antibioprophylaxie à l’examen : angine érythémateuse ou érythémato-pultacée.
Phase d’état :
• Cardiopathie à haut risque
Exanthème débute au niveau base du cou, thorax, racines
• Soins dentaires : manipulation de la gencive, de la Diagnostic: TDR, antigène A sur écouvillonnage amygdalien des membres, puis se généralise à tout le corps, érythème
région péri apicale ou une effraction de la muqueuse en nappe diffus rouge vif, sans intervalle de peau saine
• Amoxicilline: 1 heure avant le geste s’effaçant à la vitropression.

Enanthème :
- Angine érythémateuse ou érythromato-pultacée, la langue
saburrale desquamée de la périphérie vers le centre, devient
Traitement : rouge, papilles à nu, et saillantes, puis lisse, reprend son aspect
normal.
• Péni V : 50 000 UI/kg/j – Enfant - Desquamation : 8 – 30 jours très caractéristique d’abord au
2 – 3 M/j – Adulte niveau du tronc face, membres et enfin les extrémités en doigts
de gants , la langue desquame de la périphérie vers le centre
• Ou Amoxilline 50 mg/kg/j dessinant le V lingual .
• Ou Benzathine–Penicilline une seule injection
< 25 kg : 6000 UI > 25 kg 1200 000 UI. Diagnostic : clinique.
• Durée totale 10 jours.
Traitement :
• En cas allergie à la Péni : Erythromycine 50 mg/kg/j – Enf,
• Repos au lit
2 g/j – Adulte
• Isolement du malade
• ATB : même que celle de l’angine.
5)ERYSIPELE :
• Dermohypodermite aiguë non nécrosante localisée développée
à partir d’infection streptococcique favorisée : stase veineuse ou  Erysipèle de la face :
lymphatique, terrain immunodéprimé (diabète). Placard induré, rouge, chaud s’étend de part et d’autre du
• S B Hémolytique du groupe A ++ nez (ailes de papillon) limité par un bourrelet périphérique,
• Clinique : Début brutal, signes généraux et placard parfois parsemé de pustules on retrouve une ADP satellite
inflammatoire, érythémateux, chaud et douloureux et une PE
• Porte d’entrée (PE) Evolution : récidives +++
• Adénopathie satellite  Erysipèle des membres :
• Lymphangite associée
• Grosse jambe rouge, chaude, fébrile, pas de bourrelet
• Parfois recouvert de purpura ou vésicules périphérique.
• Rechercher de signes de gravité: locaux et généraux :
Dermohypodermite bactérienne nécrosante et fasciite
nécrosante • Traitement : Péni G : 10 – 20 M/24 h durée 10 jours.

MANIFESTATIONS POST STREPTOCOCCIQUES :


Manifestations immunologiques induites par une infection DIAGNOSTIC :
Critères Jones TRAITEMENT :
streptococcique : à Strep A  hémolytique, à distance.
• Repos au lit
1/ R.A.A : • Critères majeurs : polyarthrite, chorée de Sydenham,
fièvre, érythème Marginé, nodosités de Myenet. • Pénicilline G : 1 – 2 M UI/j pendant 10 jours.
10 – 20 jours après une infection streptococcique, touche
• Critères mineurs : poly arthralgies, VS, allongement PR, • Corticothérapie Prédnisone: 2 mg/kg/j jusqu’à
surtout enfant.
ANTD de RAA. normalisation VS, réduction progressive sur 10 semaines
Manifestations cliniques :
• Diagnostic : 2 critères majeurs + preuve d’une infection • Antibiothérapie préventive : Extencilline chaque 21 jours.
• Signes articulaires : polyarthrite
streptococcique. 2/ G.N.A :
• Signes généraux : fièvre
• Ou un critère majeur + 2 mineurs + preuve d’une infection • Survenant 10 – 20 jours après une infection
• Signes cardiaque : souffle
streptococcique. streptococcique.
• Signes cutanées : Erythème Marginé, nodosités de
• Signes cliniques : fièvre, lombalgies, œdèmes, HTA
Myenet hématurie, protéinurie > 1 g/24 h.
• Biologie : - Polynucléose neutrophile
• Diagnostic de l’origine Strep : ANTD récent d’infection
- Syndrome inflammatoire streptococcie,  ASLO.
- E.C.G : troubles de la conduction.

TRAITEMENT :
• Repos au lit, régime désodé, ATB : éradication du strep
pour éviter les récidives.
3/CHOREE DE SYDENHAM : survient 1 à 6 mois après
une infection streptococcique, fille ++, mouvements
involontaires, désordonnés et anarchiques diffus,
hypotonie.
4/ ERYTHEME NOUEUX :
Dermohypodermite nodulaire aiguë, nouures siégeant à la
face d’extension des membres, régression spontanée 1 à 2
semaines, évoluant par poussée 2 à 4 poussée
successive.
TRAITEMENT : ATB pour stérilisée le foyer
streptococcique.