Vous êtes sur la page 1sur 103

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

UNIVERSITE EL HADJ LAKHDAR-BATNA-


Département d’Architecture

MASTE1:HABITAT ET PAYSAGES
Groupe:4
Les Étudiants L’Enseignante:
BOUZIDA Djihane
BOUTOUT Housna
CHAIRA Amina
CHEBBAH Mohamed Iheb

L’ANNEE UNIVERSITAIRE:2014/2015
Plan de travail
Analyse thématique:
• Qu’est ce que l’habitat ?
• Classification de l’habitat
• Qu’est ce que l’habitat individuel ?
• L’habitat individuel dans le monde a travers l’histoire
• L’habitat individuel en littoral
l’habitat individuel a Jijel :
• Présentation de la ville:
• Analyse climatique
• Analyse typo-morphologique:
• Analyse sociologique :
Qu’est ce que l’habitat écologique ?
• l’habitat écologique en zone humide
• Présentation des solutions actives et passives
Analyse des exemples
Qu´est ce que l´habitat ?

Selon : Larousse : « Lieu habité par une population ; ensemble


de faits
géographiques relatifs à la résidence de l’homme
(formes, emplacement, groupement des individus) ;
l’ensemble des
conditions relatives à l’habitation amélioration de l’habitat ».
Classification d’habitat

• 1- Habitat urbain
Selon la • 2- Habitat rural
localisation

• 1- Habitat dispersé
Selon le type de • 2- Habitat planifié
regroupement • 3- Habitat spontané

• 1- Habitat individuel
Selon le nombre • 2- Habitat semi collectif
de logement • 3- habitat collectif
rassemblés
Qu´est ce que l´habitat individuel ?
L’habitat individuel est un espace qui impose une autonomie physique et morale de la
famille restreinte . En effet, chaque habitat individuel est caractérisé par ses propres murs
et portes qui séparent les déférents groupes familiaux. Cela implique spécifiquement une
cohésion du même groupe par rapport aux relations interfamiliales, à la culture spécifique
et aux revenus et dépenses économiques. Cette indépendance par rapport à l’entourage
solidifie l’intimité du groupe familial d’où le style de vie individuel.
Préhistoire:
Contrairement à ce que l'on peut croire, l'homme préhistorique ne vivait pas
dans les grottes. Tout simplement parce que les conditions ne s'y prêtaient pas
forcément. Toutes les régions ne bénéficiaient pas d'un relief comportant des
grottes ou abris sous roches.

L'habitat au paléolithique
L'habitat nomade:
Besoin : un abri vite installé pour se protéger
des intempéries et des animaux sauvages.

Hutte de la Verberie

Hutte de Terra Amata

L'habitat au néolithique

L'habitat sédentaire
Besoin : un abri durable pour se protéger des
intempéries et des animaux sauvages Sources :
http://www.archeosite.be
L'habitat à l'âge du bronze : -2200 à – 800 ans /L'habitat à l'âge du fer : -800 à – 52 ans
L'habitat sédentaire:
Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux
sauvages, marqué par un début de confort.

L’habitat gaulois
Elle est construite avec des matériaux disponibles à proximité:
Cette maison de De la paille de seigle ou des
village est une roseaux pour couvrir le toit.
reconstitution de
l’habitat en 50 av.
J.C, à la fin de l’Age du torchis (mélange humide
de fer. Située àpro-- de terre, de sable, de paille)
ximité d’un grenier, qui recouvre un clayonnage de
d’une cave, d’un branches de noisetier tressées
puits et délimité par fixé sur les poteaux des murs,
un enclos.

Du bois: pour la structure du


La maison est composée de deux pièces séparées par une cloison : bâtiment et la charpente du toit,
la plus petite située à l'entrée de la maison est une réserve à
provisions ou un endroit où ranger outils et objets de la vie
quotidienne
la plus grande est la pièce principale où vit toute la famille.
L’intérieur de la
Au dessus d'une partie de cette pièce se trouve un grenier avec un maison
plancher où il fait plus chaud pour dormir.

Sources :
http://www.archeosite.be
L'habitat à l'âge gallo-romain : -52 à 476 après JC
L'habitat sédentaire:
Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages. La ville et
l'habitat va contribuer à civiliser les peuples conquis. Grande évolution technique et début de
réel confort.

La villa gallo-romaine

La villa gallo-romaine
: est un lieu vestiaire
d'habitation, mais elle
est aussi , et surtout, le
centre d'exploitation Salle de chauffe
d'un domaine agricole. Le péristyle Salle de bain
En fait, il s'agit d'une avec baignoire
Les thermes
ferme, pourvue d'un
domaine foncier. Un 1 : cuisine et toilettes
mode d'exploitation de 2 : salle à manger
la terre, qui ne rompt 3 : chambre à coucher
pas avec les traditions 4 : porte de service
gauloises, se met en 5 : corridor
place : la villa (villas au 6 : bibliothèque
pluriel). 7 : bassin Zone
Péristyle
8 : atrium (grande salle) d’habitation
9 : vestibule
10 : autel des dieux lares 12 : jardin 13 : promenade 14 : maison de jardin
Sources : 11 : escaliers donnant accès aux chambres des serviteurs 15, 16, 17 : thermes privés
http://www.archeosite.be
Moyen-âge de 476 à 1492
L'habitat sédentaire:
Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages, se
protéger des invasions, et honorer l'église.

L'habitat rural L'habitat fortifié


L'habitat urbain

Est une forteresse


Est composé d'une ou défensive, mais aussi la
plusieurs unités agricoles,
résidence du seigneur.
ou fermes, comprenant un
bâtiment d'exploitation Est construit à base de D'abord construit en
entouré de ses annexes. torchis et de bois, la pierre bois à la fin de Xe siècle,
Les bâtiments sont étant réservée aux plus il est ensuite construit
construits sur des en pierre.
soubassements en pierre
luxueuses. Les façades
sont étroites et munies de les fenêtres de larges
ou des sablières en bois,
colombages, les vitres ne baies décorées de
mais la plupart le sont sur
des poteaux plantés. Les se diffusent qu'à partir du pignons, d'arcs et de
murs sont en terre (torchis) XIVe siècle. La maison à moulures annexes. (Le
et en bois et la toiture étage se développe. château, symbole de
couverte de chaume. puissance).

Sources : http://www.archeosite.be
Époque moderne de 1492 à 1799
L'habitat sédentaire:
Besoin : un abri durable pour se protéger des intempéries et des animaux sauvages. Retour aux sciences,
besoin d'esthétisme, de symétrie, besoin de bâtiments plus importants avec plus de Confort.

L’hôtel de la Renaissance

La Renaissance est une période de l’histoire européenne (du 14ème au 16ème siècle) très marquée par un
intérêt pour les arts et la culture de l’Antiquité. C’est en Italie que ce mouvement trouve son origine. Les
architectes de cette époque cherchaient à respecter un certain nombre de règles générales : la régularité
dans la création des ouvertures et les éléments de décors, la symétrie dans la conception des structures, la
proportion entre les différentes dimensions.

Un plan régulier : tracés rigoureux, façades rectilignes, raccord à angle


droit.
Les décors s’inspirent de l’architecture antique.
(Quelques termes techniques ): L'égalité des travées:
régularité dans le
rythme des
ouvertures.

L'alignement des baies


à un même niveau .

La symétrie : similitude entre les deux moitiés d'un


bâtiment.
Sources : http://www.archeosite.be
L'habitat sédentaire:
XIXe siècle Besoin : un abri durable
pour se protéger des
intempéries et des animaux
sauvages. Besoin de
plus de logement en ville, de Place de Catalogne vue de
moins d'insalubrité, de plus la tour Montparnasse à
Paris
de confort

L'habitat sédentaire:
XXe siècle Besoin : un abri durable pour se
protéger des intempéries et des
animaux sauvages. Besoin de
logements sociaux en ville, de
plus de confort. Besoin de
logement individuel, de liberté.

L'habitat sédentaire:
XXIe siècle
Besoin : un abri durable
pour se protéger des
intempéries et des
animaux sauvages. Besoin
de logement individuel, de
liberté. Besoin d'économie
d'énergies. Sources
:http://www.archeosite.be
L’habitat
écologique
Les nouvelles habitations dites « passives » se
différencient de
l'habitat traditionnel par les matériaux utilisés, les
techniques de chauffage ou d'apport électrique ainsi que
la configuration des bâtiments qui permettent une
dépense d'énergie amoindrie. La notion d'habitat passif
est une norme allemande énergétique d'un bâtiment
ainsi qu'une appellation utilisée pour certains types de
maisons. C'est un habitat à très faible consommation
électrique.
L’habitat individuel en littoral
Analyse de la maison traditionnelle

Nous avons pris pour exemple


vernaculaire les maisons de la
Médina d’Alger
« La Casbah »
Dans les îlots on remarque un
conditionnement dû à la
densification de la surface, le plus
souvent les maisons sont
limitrophes et partagent un, deux
ou trois murs mitoyens et sont
groupées dans des rues très étroites
en pente de la Médina .
Suivant le pouvoir
économique de la famille, les maisons
présentent de grandes différences

Source: André Ravérau


quant à la taille
d’occupation au sol .

Plan du rez de chaussée de l’îlot entre les rues Sidi


Driss Hamidouche, Arouri, N’fissa, Smala Rabah
Les différences en
hauteur n’existent pas
ou ne sont pas en
général
extraordinaires .

Source: André Ravérau


Groupe analytique :
• Milieu : urbain
• Implantation: groupée
• Statut économique: bas/
moyen/élevé
• Morphologie: compacte

Source: André Ravérau


Nous pouvons distinguer 3 types de maisons :

Qu'est-ce qui les


différencie ?

Maison Alaoui

Maison à Patio

Maison à chebk
• La maison à patio :
(maison à West Edar, maison à portiques)
• La maison à patio :
(maison à West Edar, maison à portiques)

• Elle se développe sur une surface


de 80m²minimum .

Plan RDC + 1 er d’une maison à patio


• Pouvant accueillir de 2 à 4 familles

Source :André Ravérau


avec des liens familiaux .

• La maison est ouverte sur le ciel


par une ouverture centrale encadrée
par des portiques de galeries à 1, 2
ou 3 arcatures suivant la taille de la

Coupe d’une maison à patio


parcelle.
Les ouvertures en
façades sont presque
inexistantes sauf dans le
soubassement puisque
l’air et la lumière sont pris
depuis le Patio .
La maison à chebk:
• Une surface au sol de 50 m²
• Typologie répondant à la contrainte de surface minimale
Petite maison (douera) qui est souvent dépendante d’une
maison plus grande .
• Pouvant accueillir une seule famille
• La maison est ouverte sur le ciel par une ouverture centrale
recouverte d’une grille de 1 m de côté .

Source: André Ravérau


Coupe d’une maison chebk Plan RDC+1+2+terrasse
Maison Alaoui :
• une surface au sol de 30 m²
• Pouvant accueillir une seule famille
• Habitation avec un local de commerce ou d’entrepôt en rez-de-
chaussée, l’espace habitable commence à l’étage
• Ne prend ni l’air ni la lumière depuis un patio mais par une fenêtre
ouvrant sur la rue.
• la parcelle est située en angle d’îlot
Ou devant une rue pour permettre une ouverture des fenêtres
devant un espace libre.

Source : André Ravérau


Typologie de la maison traditionnelle

Dans le but de satisfaire des exigences culturelles et


religieuses sa conception s’est fondée sur:
• un système introverti
• La spécialisation et la hiérarchisation des sous-espaces

Ainsi , le passage de la rue a la maison se fait par un espace


de transition surélevé par rapport au niveau de la rue qui
se présente souvent en chicane appelé skiffa.
Une sorte de vestibule, espace de transition et de filtre entre le dehors et le
dedans, elle donne directement sur le patio.
Pour le confort des visiteurs durant l’attente on y trouve souvent un bon
construit dans l’épaisseur du mur.
West-al-Dar :
C'est l'espace centrale de l'organisation de la maison dans toute sa signification.
Appelé aussi patio, il est le lieu privilégié des activités domestiques et du déroulement de la vie familiale.
Il permet la régularisation thermique et la ventilation à partir des fontaines, mais aussi l'éclairage naturel.
Partiellement couvert ou découvert, le patio est le seul endroit où l'on puisse voir les façades décorées.
Al- bit :
Al Bit ou chambre, espace multifonctionnels de
forme rectangulaire, s'organisent autour du Wast-al-
dare. Elles s'ouvrent sur les galeries par une porte à deux
battants.
Par leur situation , elles ont une appellation
particulière et qui en même temps désigne l’étage:
-au rez-de-chaussée on les appelle « bioutes ».
-au premier niveau on les appelle « el ghourfa ».
Au deuxième niveau on les appelle « el menzeh ».

Le kbou :
Aux étages , les pièces sortent en encorbellement
(Kbou),ces derniers par leur juxtaposition et leur
traitement participent a l’enrichissement des façades
aveugles. Ils régularisent la forme irrégulière des
pièces et augmentent leur surface.
La terrasse (Stah) :
Un large espace entièrement ouvert, donnant sur
la baie d’Alger. constituant l’espace féminin par
excellence, il permet une communication discrète
et un échange quotidien directe sans passer par
l’extérieur(la rue).
Le s´hin :

Espace de circulation, couloir ou galerie qui entoure West-al-dare,


elle jour le rôle de communication horizontale et de distribution aux
autres pièces.
Droudj :

Aves la Skiffa et S’hin constituent


une succession d’èspaces communs
qui assurent L’articulation et l’unité de
la maison traditionnelle.

Ces escaliers sont indépendants des


deux niveaux qu’ils relient, et se
trouvent entre deux murs.
Les éléments de structure dans la maison

Les rondins :
Rondins de thuya écorcés, sorte de poutres dotées d’une
certaine élasticité qui servent à la consolidation du plancher.

Les tirants
Les portiques

Les arcs brisés outrepassés

Arc outrepassé : Arc circulaire pince


légèrement à la base formant une sorte de fer
à cheval

Arc brisé : Une version brisée de l’arc en fer à


cheval devint courante
Les voûtes
Les coupoles en berceau
Les murs porteurs
Composés de briques minces cuites ou séchées au soleil murées avec du mortier de terre
rouge argileuse, souvent pure, quelques fois mêlé à un peu de chaux. La maçonnerie est
traversée à son intérieur par les tuyaux en terre cuites du réseau de récolte des eaux pluviales
.
Les éléments architecturaux

Appartenant à l’ordre
Les chapiteaux
Corinthien
Les balustrades (Derbouz)

Garde-corps fabriqué en bois


De dimensions modestes, elles se composent d’un seul vantail à
Les portes extérieures : ouverture intérieure, doublé par un vantail mineur
supplémentaire joint au principal par des charnières , percée sur
son montant fixe d’une ouverture munie d’une grille qui permet
de faire entrer l’air ombragé de la rue .
En bois ou en stuc elle sont dotés de décors minimalistes.
Les portes intérieures

Majestueuses,
extravagantes et
monumentales c’est tout
l’inverse des portes
extérieures.
Divisées en de deux
vantaux à ouverture
extérieure, doublée par
deux vantaux mineurs
Supplémentaires .
Les fenêtres :

A Alger, les fenêtres commencent à


35cm du sol. Cela est calculé pour
satisfaire à la station assise.
La fenêtre sur cour a un rôle de
communication. Le franchissement
de cette fenêtre va s’effectuer à
l’aide d’un arc surbaissé outrepassé.
Les placards : ne sont autre chose que la
fenêtre sans ouverture, avec étagères
échelonnées, Les volets sont les portes du
placard.
Matériaux et décoration

Le bois : était utilisé pour les portes et


fenêtres, balustrades ainsi que pour les
éléments porteurs qui servaient à
maintenir l'extérieure des Kbou appelé
encorbellements.
La pierre
2ème matériau le plus utilisé, très solide lorsqu'elle est soumise à des forces de compression, elle a
couramment été utilisée pour les colonnes et les murs .

La pierre la plus employée est le


marbre, utilisée pour les colonnes et
pour le sol du patio mais aussi pour les
fontaines .
Le stuc :
l'utilisation la plus répondue du gypse et
celle du plâtre fin connu sous le nom de stuc
; celui-ci peut être moulé ou sculpté et
permet d'obtenir à peu prés n'importe
quelle forme en 3 dimensions .
La faïence :
Utilisée pour la décoration des murs et
des sols, comme le marbre, la faïence était
importait de Tunisie ou d'Italie ou de Finlande.
La décoration
Géométrique :

souvent utilisé en mosaïque à partir d’une unité de base.


Florale :
en forme de feuilles et de plantes
Calligraphique :

Généralement des écrits du saint Coran


L´habitat colonial
• C’est un espace conforme à l’intérieur de la maison occidentale .
• Il répond à la logique de répartir des fonctions précises dans des espaces Nettement différenciés.
Des maisons coquettes :
Structurés seulement par un couloir plus au moins
large, qui dessert les différente Pièces.
Toutefois, les nombreux éléments à décors réalisés
confèrent une apparence coquette
À ces intérieurs .
- Plafonds ornés de frises en plâtre.
- Cheminées encadrées de marbre ou de pierre taillée
- Arcades.
- Escalier balancé.
lotissement colonial à Blida
- Rampe en fer forgé.
- Mur en faïence.
- Le soubassement en pierre de taille.
- Les menuiseries en bois.
- Le toit en tuile bordé de génoise ou d’une
corniche en redent de briques.
- L’entrée souvent traitée en arcade en verre ou
en céramique contribue à attribuer cet espace
coquet à la maison.
Typologie de la maison coloniale
La maison coloniale possédait impérativement deux compartiments :
• Le premier couvert, le corps du logis, généralement composé de quatre pièces :une pièce de réception dont les
dimensions sont légèrement supérieures à celles des autres pièces, deux chambres à coucher (l’une pour les parents,
l’autre pour les enfants) et une cuisine.
• L’autre découvert : la cour arrière et les dépendance ainsi que le bloc sanitaire.
la véranda de la maison coloniale désigna, selon la
terminologie même des colons, l’espace extérieur à vivre,
non couvert, généralement située dans le prolongement
de l’habitation principale, en ouverture de la rue cet
espace privé permettant la hiérarchisation spatiale, était
quasiment inexistant dans le modèle d’habitat
vernaculaire. Il représentait le symbole par excellence de
l’architecture coloniale. Par la faible hauteur de ses murs
de clôture, ne dépassant pas les 1,20 m, la véranda
symbolisait l’extraversion du logis à valeur très intime
aux yeux des colonisés.
Eléments architecturaux de l’époque coloniale :

Portes Fenêtres
Vérandas Murs extérieurs
Présentation de la ville

Son appellation viens du latin IGILGILI


faisant référence à une ligne d’écueils
sur laquelle a été établie au 19 siècle
une partie du port de Jiejel .
historique Les frères Aroudj et Kheir
Edine firent de la vielle leur
La fondation d’IGILGILI fut base, leur présence et leur
Elle connue les incursions des
attribuée au phéniciens vandales et des byzantins rôle de puissance en mer
méditterannée marqua une
époque florissante

Début du 10 siècle
10 siècle av JC

5 siècle av JC

429

1611

1839
1514
Les espagnols tentèrent
quelques invasions mais
sans résultat jusqu’à
l’arrivé des français .
Elle fut placé arabe, grâce au
règne des fatimides et
Hammadides elle résista aux
Elle devint successivement un invasions normandes ;
comptoir Cartaginois puis une pisanes et génoises .
colonie romaine .
Situation géographique
N
• La wilaya de Jijel est située au nord-
est de l’Algérie, elle s’étend sur une
superficie de 23980 km c’est un
balcon sur la mer méditerranée
puisqu’elle possède 120 km de
façade maritime .

• environ 350 km la sépare de la


capital Alger .

Carte de localisation de la Wilaya de Jijel, Algérie telle qu'en 2009.


NGDC World Coast Line (public domain)
Elle est limitée :
• à l’est par la wilaya de Skikda
• à l’ouest par la wilaya de Bijaīa
• au nord par la mer méditerranée
• au sud par la wilaya de Mila et de Sétif

N
Administrativement la wilaya est composée de 11 Daïras et de 28
communes .

Division administrative de la wilaya de Jijel


Jijel.Igelgili
Relief et topographie
Appartenant au domaine oriental nord atlastique, la wilaya fait partie de la chaine des Babors dans la petite Kabylie ; la zone montagneuse
constitue l’essentiel du territoire .
Bien que L’altitude moyenne soit de 600 à 1000 m, on retrouve des sommets qui dépassent 1800 m pour culminer à 2004m pour Djbel
Babor .
Carte topographique de la petite Kabylie

Source: NaturalEarth
Les plaines côtières de la région de Jijel sont entourées au Sud par les reliefs de la petite Kabylie. La
topographie est sub-plane et augmente en progressant vers le sud.

Carte topographique . Wilaya de Jijel . 2009


S.D.A.T Jijel
La plaine est située au nord, le long de la bande littorale allant des petites plaines de Jijel, les
plaines d’El-Aouana, le bassin de Jijel, les vallées de Oued Kébir, Oued Boussiaba et les petites
plaines de Oued Z’hour .

www.maphill.com
Carte topographique de la wilaya de Jijel, 2011
Jijel _ Taher

Ziama Mansouriah

Al-Aouna
. Dans cette région, la montagne tombe souvent à
pic dans la mer et forme une côte très découpée
appelée Corniche jijelienne, où l’on admire caps,
falaises .
ANALYSE CLIMATIQUE

• Climat de Jijel
• D’après Im :32,5 donc : 30<32,5<55
• La région de Jijel est de climat méditerranéen
humide

Les caractéristiques :
-très humide durant toute l’année.
-tempéré , doux et très pluvieux avec des amplitudes faible en
hiver.
-une humidité relative très élevée.
-un volume important de précipitations pendant les saisons
pluviales.
-des températures élevées mais sans excédé un écart de
température diurne très faible en été
ANALYSE BIOCLIMATIQUE N

• Recommandation générale:
Orientation NORD-SUD (axe long est-ouest)
E O

ch

ch
S

Des espaces ouvert pour pénétration des brises d’été et


séjour ch
protégés contre les vents froids et chauds
ch

cuisine

Chambre individuelle permettant un courant d’air permanent


Ouverture de taille moyenne

Mur léger
Murs extérieurs légers avec une courte durée de déphasage

Toit léger et bien isolant


• Recommandation détaillé :
Taille moyenne des ouvertures 25%-40%

Ouvertures sur mur nord et sud a


hauteur du corps
Protéction d’ouvertures contre la pluie

Murs et planchers légers d’une faible capacité thermique


mur léger

Drainage adéquat des eaux pluviales.


Habitat individuel
à Jijel
A / Habitat individuel colonial :

Il s'agit bien sur des habitations conçues en


période coloniale, dont les spécificités se
traduisent par celles de l'architecture
exclusivement française.

Source: Encyclopédie Encarta junior 2008


B /Habitat individuel
Traditionnel
Est conçu pour répondre aux exigences d'un mode de vie
traditionnel. Généralement ce type d'habitat est réalisé à la
compagne à l'aide des matériaux traditionnels locaux tel que
la pierre et le bois.
C /Habitat
individuel Contemporain :
Ça concerne tout type d'habitation ayant été
construite en époque actuelle, et reflétant un aspect
architecturale qui traduit fidèlement l'époque
moderne.
Analyse
typo-morphologique

Source: MEMOIRE; pour l’obtention de diplôme de Magistère Réalisée par:


M.ROUIDI TARIK
THÈME: Les pratique sociales et leurs impacts sur l’espace de l’habitat individuel
en Algérie
Cas du lotissement Bourmel 4 ,Jijel. Sous la direction :Dr. MEGHRAOUI Nacira
Plan de masse

Habitat individuel :R+1 avec Habitat individuel :R+4


sous sol Orientation :NO-SE (moyenne
Orientation :NE-SO (bonne orientation)
orientation)

Habitat individuel :R+1


Orientation :NE-SO(bonne
orientation)

Habitat individuel :R+1 Habitat individuel :R+3


Orientation :NO-SE (moyenne Orientation :NO-SE(moyenne
orientation) orientation)
Façades

Ex:01

Ex:02

Ex:05

Ex:04
Ex:03
Commentaire Photo

Forme Les habitations ont des volumes simples


,compactes par fois avec des décrochements.
formes régulières généralement rectangulaires..

Traitement des Façades simples L'utilisation par fois des


façades éléments décoratifs( la pierre, formes
géométrique...... etc.)on remarque aussi la
symétrie dans ces façades.

Couleur et L'utilisation de différente couleurs et


texture revêtements(blanc ,blanc cassé, marron,
gris...)et( la faïence, la pierre...)

Toitures On trouve quelques maisons avec la toiture en


tuile mais la plupart des maisons ont des
terrasse accessible.
Commentaires: Photos:

La plus part des maisons


possèdent des portes
fenêtres et des fenêtres
Fenêtres: classiques rectangulaires
ou arquées en harmonie
avec la forme de
l’habitation .

on remarque : deux accès


une grande porte pour
le garage et la petite
Portes: pour accéder à la
maison

Tous les balcons sont


accessibles

Balcons:
Analyse sociologique
Structure familiale
45
famille
40
large
20% 35 00-20 ans
30
20-40 ans
25
famille 20
conjugal
40-60 ans
15
e
80% 10 plus que 60
5 ans
0
PAR AGE

51 On remarque que:
50,5 la plupart des familles de la ville de
50 Jijel sont des familles conjugales
49,5 FEMMES La classe dominante dans la ville de
49
HOMMES
Jijel est la classe des jeunes.
48,5 on constate que le taux féminité est
48 presque égale le taux masculinité.
PAR SEXE
NIVEAUX SCOLAIRE
40
35
30
PRIMAIRE
25
20 MOYENE

15 SECONDAIRE
10
UNIVERSITAIR
5 E
0
NIVEAUX SCOLAIRES

Le niveau scolaire très important et varié selon la capacité de chaque


personne.
TRAVAIL
60
60
50
50
40
40
SECTURE
30 PRIVE HOMME
30
FEMME
SECTEUR 20
20
PUBLIQUE

10 10

0
0
PAR SECTEUR
PAR SEXE

On remarque:
_ Le secteur privé absorbe le plus grand nombre de travailleurs par rapport au secteur
étatique.
_ Les travailleurs hommes sont beaucoup plus que les femmes.
Exemple d’habitat traditionnel
à Jijel
Mode d’implantation et
d’organisations
Les maisons occupent en général une crête, un
plateau ; elles sont construites
perpendiculairement aux courbes de niveau au
soleil levant.
Les passages
a) La rue: vois principale du village qui distribue les autres espaces.

b) l’impasse : espace semi privé, généralement perpendiculaire à la rue


principale, elle est utilisée par les habitants du quartier.

c) Groupement : située à l’entrée du village, elle lui permet d’avoir le


contrôle panoramique.

d) Espace réservé: pour les villageoises en dehors de chez-elles. Les


femmes s’y rendent généralement en groupe, afin d’y puiser de l’eau, tout
en discutant et s’échangeant des nouvelles.
El Hara :
• EL Hara: est un ensemble des maisons et de pièce
juxtaposées dominant sur une même cour intérieur
ayant un même accès (( Asquif )).

1, 2, 3, 4, 5 les
maisons

6- le cour.

7- Asquif
La maison
C’est la plus petite cellule social, ce terme désigne la maison et
par extension, tous ceux qui l’habitent : la famille
Source de sécurité pour l’individu elle est aussi un élément de
continuité pour la société toutes entière .
Besoins

Subsistance Production Contact Intimité Sécurité Psychologie

Stocker
Tissage Entre les
Entre les Identification
membres des
Cuisiner membres des
familles Défense
poterie Entre femmes familles
Manger
Délimitation
Elevage Entre hommes
Se chouffer
Entre
l’intérieur
se laver et
l’extérieur
Culture Entre enfants
Ranger des
champs

Dormir
Espaces:

• Taqaat : c’est la partie haute de la maison, cette disposition répond à des


impératifs géographiques et aux nécessités technique
• Addaynin ou étable : se trouve en contrebas par rapport à Taqaat
• Taarict : est soupente située sur l’étable , sa fonction de séparation de l’espace
intérieur.
Devant le mur qui fait face à la porte,
•Lieu des humains et en particulier de l’invité.
•Lieu qui symbole l’honneur féminin.
•Symbole de toute protection.
Conclusion

La maison traditionnelle, monde de


l’intimité et du secret, a la fois sacrée et
illicite pour tout homme qui n’en fait
pas partie.
Aspect culturel et social
Une culture arabo-
Domination
islamique florissante
En résultat un française à partir
régnais sur le bassin
choc entre de 1830
méditerranée
valeurs
traditionnelles et
modernité
Les retombées qui ont suivies :
•Des habitudes

• Un bouleversement : •Des comportements

•Des mentalités

• un entrelacs culturel

• Un tiraillement entre deux cultures


Conséquences désastreuse ! ! !

Le peuple algérien souffre :

_ D’une carence au niveau de la conscience culturelle, sociale et historique .

_ D’une ambigüité d’appartenance identitaire .

_ Et est en quête perpétuelle d’une identité perdue .


Conclusion :

Le citoyen algérien est confronté à 3 oppositions majeures :

TRADITIONNEL MODERNE

ISLAM LAÏCITÉ

ORIENT OCCIDENT
Changement dans la structure sociale
En somme , la Médina s’est transformée en « quartier refuge » pour les populations démunies, issues de l’exode
rurale, après que ses habitants l’est désertée pour se réapproprier les maisons abandonnées par la population
européenne .
La Médina fait fonction de lieu de transit pour des catégories attirés par le très bas loyer et en quête
D’un logement en ville

Répartition de la population occupée de la médina


d’Alger selon la tranche de revenu, 2002.
Les conditions d’habitation :
vers plus de promiscuité
Ce changement dans la structure sociale a provoqué de profonds bouleversements
dans l’appropriation, l’usage et les pratiques spatiales de cet espace.

De surcroît, la pratique de location à la pièce a provoqué la fragmentation du


logement et la perte des anciennes valeurs d’usage des maisons traditionnelles.

Désormais, chacune des pièces d’habitation de la maison traditionnelle fait fonction,


dans une grande majorité des cas, de logement. Ces faits témoignent de la rupture entre
l’unité spatiale de la maison et la cohésion sociale .
La maison traditionnelle :
Qualités spatio-symboliques, anciennes et actuelles, des
entre passé et présent espaces de la maison traditionnelle

Chaque partie du logement a gardé un caractère plus ou


moins privé ou public., L’espace reste donc hiérarchisé.

la skiffa demeure un espace où les étrangers peuvent


être reçus ; stah, steha, beyt el ma et west eddar ne sont
accessibles qu’aux locataires du logement. Seuls les
intimes ou les membres
de la famille peuvent accéder à la pièce.
Les espaces semi-privés qui étaient commun à tous
les membres de la famille élargie, sont devenus
communs à tous les locataires d’un même logement.

Quant à la cuisine (cousina), elle a cessé d’être un


espace privé du fait qu’elle est souvent aménagée
dans la galerie (steha) qui est traversée par les autres
locataires .
Qualités spatio-symboliques, anciennes et actuelles, des
espaces de la maison traditionnelle

les espaces communs sont devenus des espaces sales ;


les relations entre les ménages sont loin d’être parfaits,
et le nettoyage et l’entretien de ces espaces sont
souvent l’occasion de discordes.

La pièce (beyt) reste un espace propre constamment


entretenue malgré les nombreuses activités qui s’y
déroulent.

Aujourd’hui, suite à la cohabitation forcée des


ménages, la pièce (beyt) demeure l’unique espace qui
permet de préserver l’intimité.
Le transfert d’occupation des maisons à l’époque coloniale
Après le départ d’un million d’européens en 1962, laissant derrière eux des logements sous forme d’immeubles, villas
, maisons villageoises et fermes rurales, il y eu l’afflux des ruraux qui aspiraient à prendre la place des précédents.

L’opération de modification illicite :


Aussi appelée « retapage » par modifications des
rapports des hauteurs et prolongement des façades,
suite aux rajouts de nouveaux espaces domestiques
ainsi que des éléments architectoniques.

Un essai d’adaptation de ce cadre physique aux


besoins socio-physiques des usagers. En réalité il s’agit
de transformations anarchiques et incontrôlées .
Récupéré pour servir :
_ D’extension à l’espace habitable généralement à l’espace de réception dans 22% des cas.
_ A un garage de stationnement dans 14% des cas.
_ A l’aménagement d’un local commercial dans 64% des cas.

1er cas de figure :


Récupération de la
Véranda

Exemple de récupération de la Véranda / source: revue année Maghreb


Lorsque l’habitation se trouve dans une allée marchande, cet espace est créé, le plus
souvent, d’une façon anarchique, afin de réaliser une certaine intimité pour ses
habitants, empiétant ainsi sur l’espace urbain .

Récupération de la véranda / source : revue année Maghreb 2009


Modification par rajout d’un étage :

Le rajout d’un étage. Cette opération s’effectue par étapes, en additionnant


Deuxième cas transversalement les pièces une à une jusqu’à l’occupation totale du niveau.
Cette élasticité verticale est généralement le résultat d’un réajustement de
de figure l’espace par rapport à la taille de la famille ou à la libération totale du rez-de-
chaussée à des fins lucratives. De cette
nouvelle morphologie issue de la surélévation, résulte le plus souvent, une
incohérence des volumes et des ruptures d’échelles.
Pareillement au niveau planaire, la façade subit les bouleversements les plus
diversifiés allant de l’oblitération aux percements les plus variés en termes de formes
et de dimensions jusqu’à l’excroissance.
La véranda sera transformée en une cour intérieure pour des raisons sécuritaires et
d’intimité rendu aveugle, seule ouverture la porte d’entrée principale, lorsque une
partie ou la totalité du rez-de-chaussée est vouée aux activités lucratives le mur est
remplacé par une vitrine rutilante de verre et d’aluminium, sans renvoi aux
dimensions des ouvertures de l’époque coloniale ni aux matériaux .

Surélévation des murs de clôture / source : année Maghreb


Obstruction et rajout d’ouvertures
On assiste à une occupation illégale non pas de maisons mais d’équipements de l’époque tel est le cas
de l’ancien tribunal, où les nouveaux habitants se permettent des séparations internes et des
modifications externes sur la façade .
L’obstruction des portes et/ou des fenêtres s’effectue par des briques empilées les unes sur les autres .

Obstruction , rajout d’ouvertures / source : année Maghreb 2009

Vous aimerez peut-être aussi