Vous êtes sur la page 1sur 2

Année France – Colombie 2017

La littérature colombienne : enquêtes sur le présent d'un avenir

- La France découvre la Colombie

 La littérature colombienne contemporaine est composée d’auteurs


inclassables pratiquant tous les genres : poésie, roman, nouvelle, reportage,
essai, théâtre…

 Au sein de cette Colombie diverse, c’est la variété des personnages qui se


démarque : migrants, transfuges, complotistes.

 L’ambition de la littérature colombienne est mondiale : elle n’aborde pas que


les sujets colombiens
 Le roman colombien contemporain répond à la question : qu’est-ce que la
Colombie ? Qui sont les Colombiens ?
 Les nouvelles de Juan Cárdenas, de Pedro Badrán, les romans d’Octavio
Escobar sont autant de voix dans ce concert qui prouve encore une fois la
beauté de la dissonance.

- La Colombie du futur

 Le conflit armé est arrivé à sa fin en Colombie, mais l’avenir est encore de fait
questions à résoudre. Pour la littérature, après García Márquez, cet avenir est
un champ ouvert, un territoire à explorer. Que peut la nouvelle littérature
colombienne face à l’avenir ?

 La fin du réalisme magique : la Colombie est un pays d’une diversité


géographique et humaine absolument époustouflante. C’est de cette réalité
que se nourrit le roman : la magie est, dorénavant, dans la force du réel.

 Le roman colombien explore l’histoire nationale et son rapport aux aventures


individuelles, personnelles des Colombiens : c’est un roman de la mémoire

 La littérature colombienne explore les problèmes à résoudre après la fin du


conflit : l’avenir des villes et des campagnes, les sujets laissés en suspens par
la violence et le conflit, le continent de l’intime.

- Le roman et la « crónica » : la force du réel


 Le roman colombien contemporain se veut réaliste
 Le journalisme littéraire colombien, la « crónica », permet, par la puissance de
l’écriture de mettre en valeur l’émerveillement que produit le quotidien :
splendeurs et misères d’un champion de boxe, cannibales, écrivains devenus
salariés, Colombiens au Moyen Orient.
 La littérature colombienne est à mi-chemin entre le reportage et le récit de
fiction

- La mémoire : continent de l’intime

 La géographie littéraire colombienne se pense à partir de l’intime. Les auteurs


colombiens contemporains explorent le moi dans son rapport au passé du
pays, l’histoire personnelle et l’histoire de l’humanité.
 A travers d’une expérience personnelle, souvent liée à la famille (la perte d’un
enfant, la naissance d’une fille, la relation au père), se dessine également la
mémoire d’une nation
 Consciente de son passé, la littérature colombienne est mémorielle : qu’elle
soit historique, et soucieuse de comprendre la généalogie qui sous-tend son
présent, ou qu’elle s’empare de l’actualité comme d’une matière à sculpter,
elle trace les sillons d’une lente mémoire qui esquisse le vissage de l’avenir.

- La région et la nation : la beauté de la dissonance

 Mais c’est aussi une nation est multiple : la Colomb|ie, en quelque sorte, est
un assemblage de pays différents, contraires, parfois contradictoires.
 Sa diversité humaine est à l’image de sa nature. Des poètes indigènes tels
que Hugo Jamioy à l’œuvre romanesque de Roberto Burgos Cantor, qui
revendique un héritage afro-colombien, la littérature colombienne est un lieu
de dialogue pour les littératures multiples de chacune des régions du pays.