Vous êtes sur la page 1sur 6

EXERCICE N°1

L’enquête SUMER, réalisée par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares,
Ministère du Travail) et la Direction générale du travail (DGT-Inspection médicale du travail), a été renouvelée en
2010. Conçue selon la même méthodologie que les enquêtes précédentes réalisées en 1994 et de 2003, elle
permet de mesurer l’évolution des expositions professionnelles des salariés.

Le tableau ci-dessous donne quelques résultats concernant les risques physiques auxquels sont soumis les salariés
en France en 2010, à partir d’un échantillon de plus de 48000 salariés.

Exposition aux risques physiques selon la catégorie socioprofessionnelle en 2010, en pourcentage (source : DGT-
Dares).

Catégories socioprofessionnelles
Profes- Ensemble
Employés Employés Ouvriers
sions Ouvriers des
Cadres adminis- de com- non
intermé- qualifiés salariés
tratifs merce qualifiés
diaires
Manutention manuelle de charges *
0,4 1,7 0,5 8,7 11,3 15,8 6,4
20h ou plus par semaine
Position debout ou piétinement 20h
2,6 12,9 2,6 39,4 38,3 43,3 24,0
par semaine ou plus
Autre contrainte posturale (position
à genou, maintien de bras en l’air, …) 3,5 9,7 4,4 29,0 36,4 39,9 21,0
2h ou plus par semaine
* définition européenne se référant à la directive 90/269/CEE du 29 mai 1990, section 1, article 2.

Q1 – L’indicateur utilisé pour présenter les chiffres du tableau ci-dessus est-il une prévalence d’exposition ? Si oui,
expliquer pourquoi. Si non, de quel indicateur s’agit-il ?

Q2 – Commentez les résultats présentés dans la ligne concernant les manutentions manuelles de charges.

Page 1
Q3 – Le graphique suivant illustre l’évolution des scores de la demande psychologique et de la latitude
décisionnelle (scores de Karasek) entre 2003 et 2010. Commentez les résultats présentés.

Page 2
EXERCICE N°2

Dans l’optique d’améliorer la productivité, de nouvelles machines sont installées sur des lignes de production
d’une entreprise de découpe de poulets. Ces machines modifient la gestuelle et la répétitivité des gestes des
opérateurs.

Vingt personnes travaillent sur les ces lignes (ayant toutes la même activité et la même cadence). Un suivi de ces
20 sujets a été organisé par le service de santé au travail afin de connaître les conséquences potentielles de cette
nouvelle exposition, en particulier en ce qui concerne la survenue de troubles musculo-squelettiques des
membres supérieurs (TMS-MS) (épaule, coude, poignet).

Ci-dessous est représenté le suivi de ces sujets : chaque ligne représente un sujet, une ligne pleine représente un
sujet en bonne santé, une ligne en pointillé représente un sujet atteint d’un TMS-MS. Le suivi fait le point de la
situation de chaque individu tous les 1er janvier et 1er juillet pendant 10 ans.

Q1 - Quelle est la prévalence des pathologies ostéoarticulaires du membre supérieur dans cette population : au
31 décembre 1996 ? au 31 décembre 2001 ? Explicitez les calculs réalisés.

Q2 - Quelle est l’incidence annuelle moyenne des TMS-MS dans cette population sur les 2 périodes de 5 années
suivantes : période 1992-1996 et période 1997-2001 ? Explicitez les calculs réalisés.

Q3 - Peut-on dire, à partir de ces données (sans calcul complémentaire), que l’on observe une diminution
statistiquement significative du risque de TMS-MS depuis l’installation des nouvelles machines ? Pourquoi ?

Page 3
EXERCICE N°3

Les troubles musculo-squelettiques (TMS), douleurs, gênes ou limitations de l’appareil locomoteur


potentiellement liées à une hyper-sollicitation d’origine professionnelle, sont considérés comme un enjeu majeur
tant en santé au travail qu’en santé publique.

La cohorte Constances est une cohorte française constituée de volontaires tirés au sort en population générale,
âgés de 30 à 69 ans à l’inclusion. Cette cohorte comprend 28 914 personnes qui ont été invitées à participer en
2012 et 2013, et incluses jusqu’au 31 janvier 2014. Chacun des participants de cette cohorte a complété, lors de
l’inclusion dans l’étude, des questionnaires comportant notamment des questions portant sur l’existence de
douleurs persistantes au niveau de 6 localisations articulaires. Les sujets inclus dans cette cohorte complèteront,
lors du suivi, d’autres questionnaires, mais à ce jour, seuls les résultats issus de ce 1er questionnaire ont été
exploités.

Le tableau ci-dessous montre un extrait de ces 1ers résultats :

Fréquence des douleurs persistantes chez les femmes actives (questionnaire d’inclusion dans l’étude)

Page 4
1) Comment appelle-t-on l’indicateur utilisé pour décrire la fréquence des douleurs persistantes ? Justifiez
votre réponse. Comment cet indicateur est-il calculé ?

2) Commentez soigneusement les résultats présentés dans ce tableau (15 lignes maximum). Que retenez-
vous au final de cette étude (une phrase) ?

EXERCICE N°4

En France, les maladies cardiovasculaires (MCV) représentent la première cause de mortalité chez les femmes. Le
rôle du milieu professionnel dans l’apparition de ces pathologies est peu documenté. L’objectif de l’étude
présentée ci-dessous était d’évaluer l’effet de l’exposition aux contraintes physiques du travail sur la déclaration
de MCV chez les femmes.

À partir des données de l’enquête Santé et itinéraire professionnel (SIP), qui fournit des informations détaillées
sur les conditions de travail, l’état de santé et la carrière des individus, les auteurs de cette étude ont utilisé des
indicateurs relatifs au travail de nuit, à la répétitivité, à la charge physique et à l’exposition aux toxiques, déclarés
en 2006. Le recueil des données a été réalisé, dans le cadre de cette enquête, en face-à-face, au domicile des
participants, une première fois en 2006 (recueil des contraintes de travail et des MCV), puis à nouveau en 2010
(recueil des informations sur les MCV).

1) Plusieurs propositions vous sont faites pour caractériser cette enquête. Pour chaque question, dites quelle
est la réponse qui vous semble la plus adéquate, et pourquoi vous faites ce choix :
• S’agit-il d’une enquête descriptive, d’une enquête analytique ou d’une enquête évaluative ?
• S’agit-il d’une enquête prospective ou d’une enquête rétrospective ?
• S’agit-il d’une enquête d’observation, ou d’une enquête expérimentale ?

L’exploitation statistique a concerné un échantillon de 2 780 femmes en emploi en 2006, en vue d’analyser si la
fréquence de survenue des MCV déclarées en 2010 (et non présentes en 2006) était liée aux conditions de travail
en 2006. Le tableau ci-dessous présente les liens entre contraintes physiques et exposition à des produits
toxiques en 2006 et les maladies cardiovasculaires déclarées chez les femmes en 2010.

Liens entre contraintes physiques et exposition à des produits toxiques en 2006 et les maladies cardiovasculaires
déclarées chez les femmes en 2010 (analyses multivariées).

Page 5
Les astérisques correspondent aux seuils de significativité suivants : * p<0,05 ; ** p<0,01 ; *** p<0,001.
Pour les expositions uniques, la catégorie « toujours exposé » est comparée à la catégorie de référence incluant les réponses « être
souvent, parfois ou jamais exposé » ; pour l’indicateur « au moins deux expositions », la catégorie de référence est « être exposé au plus à
une exposition ».
Les résultats présentés sont ajustés sur les caractéristiques individuelles notées en 2006 (l’âge, la catégorie socioprofessionnelle, la
situation matrimoniale, le temps de travail, le tabagisme, la consommation d’alcool, l’indice de masse corporelle), et sur le statut
d’occupation en 2010 (en emploi ou non).

2) Comment interprétez-vous les résultats présentés dans ce tableau ?

3) Les résultats présentés ont été ajustés sur les caractéristiques individuelles notées en 2006 (l’âge, la
catégorie socioprofessionnelle, la situation matrimoniale, le temps de travail, le tabagisme, la
consommation d’alcool, l’indice de masse corporelle), et sur le statut d’occupation en 2010 (en emploi ou
non). Quel type de biais les auteurs cherchent-ils à limiter en prenant en compte ces informations dans les
modèles statistiques ?

4) La mesure de l’effet sur la santé provenait de la déclaration des sujets enquêtés. Cette mesure vous
semble-t-elle adéquate ? Quel type de biais peut-on craindre ? Quelle peut en être la conséquence sur les
liens étudiés ici ?

5) Quelle est(sont), parmi les critères de présomption de causalité, celui(ceux) qui peut(vent) être retenu(s)
dans le cadre de cette étude ? Justifiez votre réponse.

Page 6