Vous êtes sur la page 1sur 99

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique

Ministère de la poste et des technologies de l’information et de la


communication

Institut des Télécommunications


ABDELHAFID Boussouf - ORAN -

Projet de Fin d’Etudes

En vue de l’obtention du Diplôme d’Ingénieur d’Etat en


Télécommunications

Présenté par Encadré par


Mr ZERROUKI Mostefa Mr BOUSSOUF Ahmed
Mr BOUCHERBA Djamel
Membres de jury
Mr KAID OMAR Omar President
Mr HACHEMANI. Rabeh Examinateur
Mr DEKHISSI Hebri Examinateur
Mr MEGHARFI Nor eddine Examinateur

Promotion: IGE 25

Juin 2005
Nos vifs remerciement s’adressent à notre encadreur Monsieur BOUSSOUF Ahmed

pour les taches qui nous a facilité et tous ses conseils et remarques durant

l’élaboration de ce mémoire.

Je remercie tous les membres de jury qui m’ont fait l’honneur d’accepter de

participer à cette soutenance.

Nos remerciements vont également à tous ce qui, de prés ou de loin, nous ont aidé au

cours de notre projet, nous pensons à Monsieur ZERDALI Mokhtare et RABHI

Salim.
Généralité
Chapitre I : Evolution du GSM vers le GPRS
I.1 Les réseaux de mobiles 1RE Génération 2E G...................................................1
I.1.1 Première génération…………………..…………………………...1
I.1.2 Deuxième génération………………….…………………………..2
I.2 Système GSM………………………………….…………………………..5
I.2.1 Architecture du réseau GSM……………………………………….5
I.2.1.1 Sous-système radio (BSS) ……………..…………………………6
I.2.1.2 Sous-système réseau (NSS) ……………..……………………….7
I.2.1.3 Sous-système réseau (OSS) ………….…………………………..9
I.3 Le WAP ………………………………………………………………….10
I.3.1 Définition…………………….………………………………….10
I.3.2 A quoi sert ce protocole………..…………………………………10
I.3.3 La naissance du WAP ………..…………………………………..10
I.3.4 Le protocole…………….……………………………………….11
I.3.5 L'architecture du Wireless Application Protocol…….…………….11
I.3.6 L'avenir du WAP ………………………..……………………….14
I.3.7 Conclusion……………………………………………………...15
Chapitre II : Système GPRS
II.1 La définition du GPRS………………...…………………………………16
II.2 Les caractéristiques du GPRS…………………………………………….16
II.3 Le GPRS et les autres techniques de transmission de données………..……16

II.4 Architecture du GPRS…………………………………………...………21


II.4.1 Présentation de l’architecture du GPRS……..……………………21
II.4.2 Les interfaces……………………….……………….………….23
II.4.3 Couches basses des interfaces GPRS………………...…………..36
II.5 L’intégration du GPRS dans le réseau GSM………….…………………...36
Chapitre III : Description fonctionnelle du GPRS
III.1 Le schéma fonctionnel du GPRS…………………...……………………44
III.2 Fonctionnement général du GPRS…………………………….…………45
III.2.1 Mécanisme d’établissement d’un transfert de paquets en GPRS….45
III.2.2 Exemple concret d’une réception de données par un utilisateur
GPRS…………………….…………………………………………...47
III.2.3 Exemple concret d’une émission de données par un utilisateur
GPRS…………………………………………………….…………...49
III.3 Les fonctions et les entités du GPRS…………………...………………..50
III.3.1 Fonctions GPRS...………………………………..…………….50
III.3.2 Entités GPRS…………………..…………………..…………..51
III.3.3 Allocation des fonctions aux entités de l’architecture………...….52
Chapitre IV : Services GPRS
IV.1 Les short message services : premier exemple de service GPRS……….…59
IV.2 Les deux catégories de service GPRS………………………...………….60
IV.3 Les atouts du GPRS………………………………………...…………...63
IV.4 La taxation des services GPRS……………………………...…………...63
Chapitre V : La gestion de mobilité dans le GPRS
V.1 Mobilité dans les réseaux de mobiles de 2 e G : base de la mobilité du
GPRS………………………………………………………………………..68
V.1.1 Description de la mobilité dans les réseaux de 2 e génération……...68
V.1.2 Aspects radio communs à tous les types de procédures de mises à jour
de localisation………………………………………………….……...69
V.1.3 Mise à jour de localisation…………………………………...…..69
V.2 La gestion de mobilité dans le GPRS…………………………...………...74
V.2.1 Notion d’état dans le GPRS…………………...…………………74
V.2.2 Gestion de la mobilité dans le GPRS…………………...………...75
V.2.2.1 Les fonctions liées à l’accès au réseau………...…………75
V.2.2.2 La gestion de localisation…………………..…………...79
V.2.2.3 Le paging…………………………………….………...80
V.2.3 La gestion de mobilité du GSM et la gestion de mobilité du GPRS
combinées…………………………………………………………….82

Conclusion
Glossaire
Bibliographie
Généralités

Généralités
Avec le développement d'Internet, réseau à commutation par paquets, les terminaux
mobiles reposant sur le service GSM (Global System for Mobile communications) ne
pouvaient y accéder qu'avec de faibles débits (9,6 kbits/s) de par la commutation en
mode circuit.

En effet, pour accéder à ce réseau, il faut ouvrir un circuit de bout en bout,


monopolisant un canal radio entre le terminal mobile et la station de base (BTS)
durant toute la session.

Or les canaux radio ne permettent de transmettre qu'un faible débit, ce qui rallonge
le temps de téléchargement des pages WEB et donc la durée des communications.
D'où l'intérêt de ne plus monopoliser le canal radio, et de l'utiliser de façon
sporadique seulement lorsque des données sont échangées entre le terminal mobile
et la station de base.

Ainsi, avec le service GPRS (General Packet Radio Service), ces données sont
transmises par paquets et comme les canaux radio bénéficient du multiplexage
statistique, ces paquets sont transmis avec un débit plus élevé (jusqu’à 171,2 kbits/s),
ce qui diminue ainsi le temps de téléchargement des pages WEB.

En effet, GPRS est le premier protocole à commutation par paquets dans le monde
de l’Internet mobile, et constitue une couche supplémentaire à un réseau GSM
existant.

Et grâce à ce dernier, les applications de l’Internet mobile vont pouvoir se


développer, et nous allons voir comment fonctionne ce protocole.

Etude du réseau GPRS


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

I.1 LES RESAUX DE MOBILES DE 1 RE GENERATION ET 2 E GENERATION


I.1.1 PREMIERE GENERATION
Les réseaux cellulaires et les réseaux sans fil de 1re génération sont analogiques et offrent
des services relativement peu avancés. Ainsi, les réseaux cellulaires de 1re génération ont
été les premiers réseaux permettant à un utilisateur mobile d’utiliser un téléphone de
façon continu, n’importe où dans la zone de service d’un opérateur de réseaux de
mobiles. De tels systèmes analogiques incluent le Advanced Mobile Phone System
(AMPS) aux Etats-Unis, le Total Access Communication System (TACS) -une version
modifiée du AMPS- utilisé principalement au Royaume-Uni, le Nordic Mobile Telephone
(NMT) –prévalant dans les pays d’Europe du Nord –et Radiocom 2000, le standard
français.

Les systèmes sans fil de 1re génération sont caractérisés par des terminaux sans fil
analogiques dotés d’une mobilité très restreinte (ces terminaux sont utilisés à la maison)
et par des services fournis limités. De tels systèmes analogiques incluent deux standards :
le CT0, principalement utilisé aux Etats-Unis et au Royaume-Uni et le CT1 utilisé en
Europe, spécialement en Allemagne et en Italie.

I.1.1.1 Les réseaux cellulaires


Le concept cellulaire fut introduit dans les années 70 par les Bell Labs. Le premier
système cellulaire, le AMPS, devint une réalité en 1979 aux Etats-Unis. En Europe du
Nord, des administrations de télécommunications et des constructeurs conçurent le NMT.
Le NMT fut lancé en Suède, Norvège, Danemark et Finlande fin 81. Peu de temps après,
d’autres réseaux basés sur le concept du AMPS et du NMT apparurent à travers le monde.
Tous ces systèmes cellulaires sont basés sur une transmission analogique de la voix avec
une modulation de fréquences. Ils sont tous utilisés dans les fréquences autour de 450
MHz ou autour de 900 MHz.

I.1.1.2 Les réseaux sans fil


Les premiers terminaux sans fil ont été introduits en Europe avec la technologie CT0 dans
les années 1970 comme simple remplacement de leurs pendants avec fil. Les terminaux
CT0 sont très bon marché et très légers. Leurs performances sont très faibles car ils

Etude de réseau GPRS 1


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

souffrent d’interférence de la part des installations électriques. De plus, les téléphones


CT0 très basiques manquent de sécurité, offrent une faible autonomie et une qualité de la
parole en dessous de la moyenne. Cependant, la flexibilité et la probabilité qu’ils offrent à
bas prix les rendent populaires. Afin de résoudre ces problèmes, une nouvelle génération
de technologie sans fils, a été développée en 1983.

I.1.2 DEUXIEME GENERATION


I.1.2.1 Nécessité d’une 2 e génération
Les réseaux cellulaires et les réseaux sans fil de 1re génération étaient limités dans leurs
capacités et leurs caractéristiques ainsi que dans leur offre de services aux utilisateurs.
Sur la demande des opérateurs, les constructeurs ont donc opéré des modifications et des
évolutions des systèmes cellulaires et système sans fil de 1re génération au cours des
années 1970 et 1980. Ceci dans le but de proposer aux utilisateurs des services plus
adaptés à leurs besoins, notamment en ce qui concerne la qualité de service, parfois très
médiocre, et la mobilité, très restreinte.
Cette 2e génération pour les réseaux cellulaires a des origines régionales. Le Global
System for Mobile communications (GSM), fonctionnant à 900 MHz et à 1800MHz –dans
ce cas il est appelé Digital Cellular System 1800 (DCS 1800)- est le standard adapté en
Europe et dans certains pays d’Asie et d’Océanie, comme l’Australie.
Les Etats-Unis disposent de deux réseaux de deux réseaux de 2e génération : l’IS-95, basé
sur le CDMA (code Division Multiple Access), et l’IS-136, TDMA (Time Division
Multiple Access), appelé aussi D-AMPS, avec un réseau dérivé du GSM adopté en
Europe mais fonctionnant à des fréquences différentes. Ce dernier réseau est appelé
Personal Communication Services (PCS) 1900. Le Japon a aussi son propre réseau
cellulaire de 2 e génération appelé Personal Digital Cellular (PDC).

I.1.2.2 Les réseaux cellulaires


En 1979, la conférence administrative mondiale des radiocommunications (CAMR) a
ouvert la bande des fréquences de 900 MHz aux services mobiles. Le besoin d’un réseau
cellulaire paneuropéen avait été clairement exprimé.
En 1990, les spécifications de la phase 1 du GSM 900 figées, suivies par celles du DCS
1800 l’année suivante.

Etude de réseau GPRS 2


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

En 1992, la plupart des grands opérateurs européens de GSM 1900 ont mis leur réseau en
service en s’appuyant sur cette première phase.
Tous les systèmes de 2e génération sont focalisés sur la voix. Le GSM inclut les services
de messages courts (SMS), qui permettent la transmission de messages de 160 caractères
au maximum, lisibles sur l’écran.
La plupart des réseaux de 2e génération supportent des données en commutation circuit
mais avec des débits usuellement de 9,6kbit/s ou 14,4kbit/s.
Donc la voix reste le service majeur des systèmes de mobile de 2e génération, alors que
les données prennent de plus en plus d’importance dans les réseaux filaires.

I.1.2.3 Les réseaux sans fil


Comme le CT1 souffrait d’une faible capacité, le système CT2 ou téléphone sans fil de
deuxième génération a été développé en 1984 par plusieurs constructeurs du Royaume-
Uni.
Dans le but d’autoriser un service de télépoint basé sur le CT2, un interface commune
connue sous le nom de Common Air Interface (CAI) a été spécifiée en 1988.
L’objectif était de fournir une norme uniforme pour le télépoint public qui permette aux
possesseurs de ces terminaux de se déplacer entre les réseaux et les opérateurs.
Peu après le développement de la technologie sans fil CT2 en Europe et le début du
DECT, le travail a commencé en 1989, sur un standard sans fil japonais, appelé Personal
Handyphone System (PHS).
Le PHS est un système sans fil offrant un accès public, aussi bien pour un usage
domestique que professionnel, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur avec un téléphone de
poche sans fil faible coût . Le PHS introduit commercialement au Japon en 1995,
initialement comme système d’accès public. Des applications avancées ont aussi été
proposées, comme les boucles locales sans fil, les transmissions de données à hautes
vitesses (32 ou 64 kbit/s) ainsi que de l’itinérance.
Aux Etats-Unis, les standards émergeants sont : le Personal Communications Interface
(PCI) qui s’appuie sur le CT2, le Personal Wireless Telecommunications (PWT) qui
s’appuie sur le DECT et le Personal Access Communications System (PACS) qui
s’appuie sur le PHS.

Etude de réseau GPRS 3


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

Les objectifs de tous ces systèmes sont similaires :


Ø Fournir une couverture extérieure totale dans les zones urbaines.
Ø Permettre aux utilisateurs d’émettre et de recevoir des appels.
Ø Fournir une continuité de service entre les zones publiques et privées.
Pour ce type d’adaptations, la technologie sans fil représente une directe alternative aux
technologies cellulaires numériques.

I.1.2.4 Les systèmes par satellites


Les systèmes de mobiles par satellites complètent les systèmes cellulaires et les systèmes
sans fil en enrichissant l’offre de mobilité. (Pour que les services soient accessibles
n’importe où, n’importe quand et même en cas de déplacement.
Les systèmes de mobiles par satellites ne constituent pas un concurrent des réseaux
cellulaires dont la pénétration est faible dans les régions étendues comme les déserts et les
océans, main un complément de ceux-ci.

L’introduction d’un service de mobiles par satellites permet :


Ø La desserte des zones non couvertes par les infrastructures terrestres pour des
raisons physiques (terrains accidentés, mer et air) ou des raison économiques
(zones à faible densité de trafic).
Ø Le déploiement rapide d’une large couverture qui propose une offre de services
en attendant le développement du réseau terrestre.
Ø Le secours du réseau terrestre en cas de saturation ou de destruction de Celui-ci
(désastre naturel, conflit).

Etude de réseau GPRS 4


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

I.2 SYSTEME GSM


En 1982 la conférence Européenne des postes et télécommunications (CEPT) Créait un
groupe d’étude (le groupe spéciale mobile). Le projet de ce groupe avance lentement
pendant les toutes premières années car les différents pays se focalisent sur l’ouverture de
leurs réseaux mobiles analogiques nationaux. En 1985, une impulsion nouvelle est
donnée par la commission de la communauté européenne qui annonce son intention
d’imposer a ses pays membres la norme élaborée par le GSM, En 1987, le GSM entraîne
le choix de la transmission numérique avec multiplexage temporel a bande moyenne un
protocole d’accord pour l’ouverture concertée du GSM en 1991.
En juillet 1991 la première communication entre un abonné du réseau téléphonique et un
terminal GSM de laboratoire est effectuée.
Au mois d’octobre de même année, un réseau de démonstration est mis en place à
l’occasion de l’exploitation TELECOM91 à génère et plusieurs constructeurs présentent
des terminaux qui sont loin cependant d’avoir toutes les fonctionnalités Requises.
Les premiers réseaux pilotes ouvrent malgré de nombreux problèmes techniques à la fin
de l’année 91.

I.2.1 ARCHITECTURE DU RESEAU GSM


Le système GSM est constitué de plusieurs entités dont les fonctions et les interfaces sont
rigoureusement spécifiées ce réseau s’articule autour de trois sous systèmes : sous
système radio (BSS), sous système réseau (NSS), sous système d’exploitation et de
maintenance (OSS).

Etude de réseau GPRS 5


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

Figure : Architecture du réseau GSM

I.2.1.1 Sous-système radio (BSS)


Le sous-système BSS comprend les fonctions radio et de gestion de l’interface radio,
l’établissement et le maintient des connexions radio avec le MS.
Le BSS alloue les ressources radio pour la gestion de trafic et la signalisation et il joue
aussi le rôle de relais entre la MS et le commutateur MSC.
Le BSS est composé principalement des nœuds suivants :

I.2.1.1.1 Le contrôleur de station de base (BSC)


Un contrôleur de station de base (BSC) gère une ou plusieurs stations et remplit différente
mission pour les fonctions de communication et d’exploitation.
Pour le trafic abonné venant des stations de base, c’est un concentrateur, pour le trafic
issu de commutateurs c’est un aiguilleur vers la station du bon destinataire.
Le contrôleur est aussi le relais pour les alarmes et les stations issues des stations de base,
ainsi qu’une banque de données pour les versions logicielles et les données de
configuration téléchargées.

Etude de réseau GPRS 6


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

I.2.1.1.2 Station de base (BTS)


Une station de base (BTS), base transceiver station, assure la couverture radioélectrique
d’une cellule (unité de base pour la couverture radio d’un territoire) du réseau.
Elle fournit un point d’entrée dans le réseau aux abonnés présent dans sa cellule pour
recevoir ou transmettre des appels.
Une station de base gère simultanément huit communications grâce au multiplexage
AMRT utilisé.
Une station de base est essentiellement un ensemble émetteur/récepteur, lui-même
élément de la chaîne de communication.
La BTS assure le contrôle du dialogue radioélectrique entre le mobile et le réseau.
Ainsi elle réalise :

Ø La couverture radioélectrique de la cellule.


Ø Le contrôle de la couche physique (couche 1 de l’interface radio).
Ø Les mesures des interférences sur les canaux non alloués à des communications
(idle channels).
Ø La gestion de la transmission discontinue (DTX).
Ø Le calcul du Timing advance (avance de temps) pour la synchronisation
temporelle, selon la distance qui sépare la BTS du mobile.
Ø Le codage et le décodage des informations transitant sur l’interface
radioélectrique.
Ø La mesure du niveau de champ et de qualité du signal uplink (liaison montante).
Ø La transmission vers le mobile des ordres de Hand-Over et de contrôle de
puissance.
Ø La transmission vers BSC des mesures effectuées par le mobile, et des demandes
d’accès au réseau.

I.2.1.2 Sous-système réseau (NSS)


Le sous-système NSS comprend les fonctions de commutation, de routage et
d’acheminement d’appel à travers le réseau, il est constitué de :

Etude de réseau GPRS 7


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

I.2.1.2.1 Centre de commutation mobile (MSC)


Le MSC est la partie central du sous-système NSS,il assure les fonctions de commutation
et d’interface entre la station mobile et les autres réseau , ses principales fonctions sont :

Ø Gestion de la localisation des stations mobiles.


Ø Contrôle des handovers entre BSC.
Ø La commutation et l’acheminement des communications vers les stations mobiles
MS.

I.2.1.2.2 Enregistreur de la localisation nominal (HLR)


Il contient toutes les informations et les données propres à chaque abonné en vue de la
gestion d’appel et la détermination de la localisation, logiquement il n’existe qu’un seul
HLR par réseau GSM.

I.2.1.2.3 Enregistreur de la localisation des visiteurs (VLR)


C‘est une base de données qui enregistre temporairement les informations dynamiques
relatives à des abonnées des passages localisés dans une zone géographique gérée par le
MSC/VLR.
Le VLR est très influent sur la gestion du réseau car il doit connaître dans quelle cellule
se trouve l’abonnée pour l’acheminement des appels.

I.2.1.2.4 Centre d’authentification (AuC)


Le centre d’authentification AuC est une base de données protégées, qui stock des
informations de sécurité de chaque abonné mobile (une copie de la clé d’identification de
chaque abonné).

I.2.1.2.5 Enregistreur d’identité des équipement (EIR)


C’est une base de données qui contient une liste des identités des équipements (IMEI) qui
sont valides dans le réseau.
L’AUC et l’EIR sont implantés séparément ou bien combiné dans un même nœud.

Etude de réseau GPRS 8


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

I.2.1.3 Sous-système d’exploitation et de maintenance (OSS)


Le sous-système OSS s’occupe des fonctions d’administration et d’exploitation pour
gérer les anomalies, les alarmes et les situations d’un trafic intense dans le réseau
cellulaire, l’OSS est constitué de:

I.2.1.3.1 Centre d’exploitation et de maintenance (OMC)


Le centre d’exploitation et de maintenance OMC (operation and maintenance center) est
l’entité de gestion et d’exploitation du réseau.
Elle regroupe la gestion administrative des abonnées et la gestion technique des
équipements. La gestion administrative et commerciale du réseau s’intéresse aux
abonnements en terme de création, modification, suppression et de la facturation, ce qui
suppose interaction avec la base de données (HLR).
La gestion technique veille à garantir la disponibilité et la bonne configuration matérielle
des équipements du réseau.
Ses axes de travail sont la supervision des alarmes émises par les équipements, la
suppression des disfonctionnements, la gestion des versions logicielles, de la performance
et de la sécurité.
I.2.1.4 La Station mobile (MS)
Une station mobile est une terminale radio qui permet à un usager d’accéder au réseau à
travers une interface transparente dite l’interface radio.
Un MS n’est pas nécessairement spécifiée à un type de réseau particulier.
Le terminal mobile est équipé des fonctions de traitement radio et l’interface pour
l’usager, a l’intérieur de ce terminal est incorponée une carte à puce dite la carte SIM,
dans laquelle sont stockées les informations concernant le propriétaire du terminal, la
carte SIM est totalement indépendante du choix du terminal.

I.2.1.5 La carte SIM (le module d’identité d’abonné)


La carte SIM est une carte à microprocesseur nécessaire à l’abonné GSM contenant toutes
les données concernant un abonné et notamment les processus d’authentification et les
informations relatives à l’abonnement.

Etude de réseau GPRS 9


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

I.3 Le WAP (Wireless Application Protocol)

I.3.1 Définition :

Commençons d'abord par donner une définition simple de ce protocole.


Le WAP, Wireless Application Protocol, ou en français, le protocole d'application sans
fil, est une nouvelle technologie standard qui permet d'adapter les formats d'Internet aux
contraintes des téléphones portables tels que :

Ø Débit.
Ø Taille de l'écran, noir/blanc.
Ø Possibilités limitées de saisie.
Ø Vitesse de connexion relativement lente.
Ø Peu de mémoire à disposition.
Ø Logiciels simples.

I.3.2 A quoi sert ce protocole?


Ce protocole permet grâce au langage Wireless Mark-up Langage (WML) d'accéder à
l'information et à des services non plus à l'aide d'un PC mais avec un téléphone mobile ou
un ordinateur de poche. Les spécifications Wap, aujourd'hui en version 1.1, décrivent
seulement la manière dont un mobile doit communiquer avec un serveur Web. Il peut être
intégré à n'importe quel système d'exploitation.

I.3.3 La naissance du wap:


Depuis une dizaine d'années, l'Internet a connu un essort incroyable. Aujourd'hui, on
recense plus d'un milliard de pages web, mais jusqu'à présent, la majorité des internautes
se connectaient depuis un poste fixe via une ligne téléphonique de type RTC ou RNIS.
Cette technique bien que performante, a pour contrainte de ne pas être mobile (on ne peut
se connecter que de chez soi).

C'est face à ce besoin de mobilité et grâce au développement parallèle des téléphones


portables, que se sont développés des ordinateurs de poches.

Etude de réseau GPRS 10


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

Ces ordinateurs de poches exploitent les capacités de communication des téléphones


portables (qui sont analogues à celles d'un téléphone fixe) pour permettre l'envoi d'e-mail,
mais pas la navigation sur Internet. On relie à l'aide d'un câble le téléphone portable à
l'ordinateur de poche (le modem est alors soit integré au pc de poche soit au téléphone
portable). Ce mode d'accès était de plus limité à un taux de transfert de 9,6 Kbps. Cette
solution d'accès mobile au service e-mail s'est developpé, bien qu'elle soit trés honéreuse
et encombrante.

C'est alors qu'est née l'idée d'intégrer l'accès et la navigation sur Internet depuis un simple
téléphone portable. Le WAP est donc le protocole permettant de faire converser le monde
du GSM (Global System Mobile) et le monde de l'Internet. Il a été développé au sein du
forum WAP, fondée en décembre 1997, par Nokia, Motorola, Ericsson, et Unwired
Planet.
Ce protocole de communication permet donc d'accorder le monde de l'Internet à celui du
téléphone mobile.

I.3.4 Le protocole :
Ø Pile protocolaire : Le modèle WAP est construit comme le modèle OSI, en cinq
couches :

Etude de réseau GPRS 11


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

WAE : Wireless Application Environment


WSP : Wireless Session Protocol
WTP : Wireless Transport Protocol
WTLS : Wireless Transport Layer Security
WDP : Wireless Datagram Protocol
UDP : User Datagram Protocol

I.3.5 L'architecture du Wireless Application Protocol :


L'architecture du WAP est basée sur un modèle à 3 composants:
Ø Un serveur de contenu.
Ø Un proxy WAP.
Ø Un client léger WAP.

Le serveur de contenu:

Il utilise les techniques classiques d'Internet (HTML, HTTP, TCP/IP), la partie diffusion
de contenu peut-être similaire à n'importe quelles solutions web statiques ou dynamiques
via CGI et Consorts, à la différence prêt que les informations doivent circuler dans des
documents WML (Wireless Mackup Language) et non plus HTML. Dans ce cas on peut
utiliser des filtres HTML ver WML, qui ont pour but de convertir les formats de
transmission d'informations (cela éviterait devoir élaborer des pages web au format WML
qui seraient uniquement destinées au téléphones WAP).

Un proxy WAP:

De manière très simple, il assume la fonctionnalité de conversion de protocoles. Il assure


la connexion entre le monde web et le monde mobile.
Cette conversion est basé sur l'utilisation d'une passerelle protocolaire (Gateway Protocol)
qui transforme dans un sens ou dans l'autre la pile web, et d'un codeur/décodeur de
contenu qui compacte/décompacte le contenu afin d'optimiser le code échangé et donc la
bande passante.

Un client léger WAP:

De type micro-navigateur, il est embarqué dans un terminal mobile, capable s'afficher le


code WML et de capter les interactions de l'utilisateur. Des systèmes de sécurité assurent

Etude de réseau GPRS 12


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

l'intégrité et la confidentialité des données échangées, ainsi que l'authentification des deux
parties.

L'architecture WAP

Figure : Transmission des informations entre un terminal WAP et un site Internet

Le protocole WAP cache la complexité des réseaux GSM au niveau de sa couche


applicative, tout comme le fait le web avec ses multiples applications en rapport avec sa
multitude d'infrastructures réseaux possibles. Que ce soit du SMS (Short Message
System), des données GSM à 9600 bps, du HSCSD, GPRS ou UMTS (voir tableau page
suivante) , tout cela est transparent du point de vue de l'utilisateur. Cet aspect est
cependant réellement crucial puisqu'il garantit la compatibilité du WAP avec les
technologies de téléphonie mobile en cours de développement ou à venir.

Etude de réseau GPRS 13


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

Les différentes technologies de communication pour les téléphones mobile :

I.3.6 L'avenir du WAP :

Les spécifications WAP d'aujourd'hui, en version 1.1, proposent des services assez
limités. On peut consulter l'horoscope, la météo, définir son itinéraire routier, recevoir ses
e-mail et bien sûr accéder aux pages web ayant été enregistré au format WML. Cependant
le débit d'échange information sur les portables WAP est toujours de 9,6 Kbps.

Dans la logique des choses, les services WAP sont se multiplier. On peut déjà imaginer la
mise en place d'opération de marketing ciblé, ainsi, grâce au système de localisation, on
pourra signaler à un waponaute qui passe devant une boutique qu'il y aura une promotion
s'il y rentre. Les applications possibles sont donc sans fin. Le 13 mars 2000, Webraska et
Schlumberger (deux géants de la télécommunication) ont annoncé leur alliance afin de
développer dans certaines municipalités la recherche automatique de place de parking
libre pour les utilisateurs de WAP.

Etude de réseau GPRS 14


Chapitre I______________________________________ Evolution du GSM vers le GPRS

Evidemment, l'accès à Internet grâce au mobile ne se développera que si les taux de


transmission s'améliorent de façon importante. D'ici à la fin de l'année, ce taux devrait
passer de 9,6 à 14,4 Kbps. Mais la véritable révolution au niveau des taux de transfert
s'effectuera lorsque l'on passera d'un système à commutation de circuit (actuellement) à
un système de commutation de paquets avec la technologie GPRS (General Packet Radio
Service) qui entraînerait du débit allant jusqu'à 112 Kbps.

I.3.7 Conclusion:

Les avantages :

Les téléphones mobiles intégrants la technologie WAP permettent tout d'abord d'accéder
à des services interactifs tels que la consultation de la météo, de l'évolution des
embouteillages dans les grandes villes, de consulter son compte en banque, etc. ...

Mais ils permettent également de consulter des pages WML. On peut donc, n'importe où,
profiter de l'immense regroupement de connaissance se trouvant sur le Web. De plus,
avec l'évolution du GSM vers le GPRS, et donc l'évolution des taux d'accès sur le réseaux
(le GPRS étant annoncé comme offrant un débit de communication dix fois supérieures à
celui du GSM actuel), le protocole WAP permettra d'offrir à ces clients des services d'une
grande interactivité (en utilisant par exemple le système de localisation du porteur du
téléphone en temps réel).

Les inconvénients :

Malgré tous les efforts développés pour établir une compatibilité entre les sites Web et
l'affichage sur téléphone mobile, la surface de l'écran de ces téléphones ne dépassera pas
quelques lignes. De plus, avec les taux de transfert actuel (9,6 Kbps), l'affichage d'image
reste possible mais guère performante.

Etude de réseau GPRS 15


Chapitre II Système GPRS

II.1 La définition du GPRS


Le General Packet Radio Service (GPRS) spécifique une technique de transmission de
données en mode paquet pour des réseaux cellulaires de type GSM. Les applications
basées sur des protocoles de données standard sont supportées et l’inter-
fonctionnement est défini avec les réseaux IP et X25. Le GPRS a été introduit car les
réseaux à commutation de circuits sont inefficaces pour gérer les transmissions de
données fréquentes, les petits flux de données et les trafics Internet en rafales. Le
lecteur intéressé par le GPRS trouvera un aperçu très complet sur les principes du
GPRS dans les normes [GSM 01.60], [GSM 02.60] et [GSM 03.30].

II.2 Les caractéristiques du GPRS


Le GPRS s’appuie sur la transmission par paquets qui présente les avantages suivants
Ø Fournir une connexion permanente indispensable pour les transmissions de
données.
Ø Ne pas nécessiter de connexion préalable entre les deux correspondants
(l’information est transmise avec les indications pour son acheminement), ce
qui réduit le temps d’établissement de la communication.
Ø Offrir une tarification possible au volume, au débit et non plus à la durée.
Ø Permettre une économie des ressources radio par partage de celle-ci entre les
différents utilisateurs selon les flux de données à transmettre et la qualité
requise, de façon dynamique.

Tous les protocoles de communications de données très utilisés comme IP seront


supportés par le GPRS puisque l’IP est le réseau support du GPRS. Il sera ainsi
possible de se connecter à n’importe quelle source de données à l’aide d’un terminal
mobile depuis n’importe quelle localisation dans le monde.

II.3 Le GPRS et les autres techniques de transmission de données


Une autre technique de transmission de données a été définie : il s’agit du High Speed
Circuit Switched Data (HSCSD). Il est développé par certains constructeurs mais peu
d’opérateurs l’ont implémenté dans leur réseau.

Etude du réseau GPRS 16


Chapitre II Système GPRS

Le HSCSD permet à tout utilisateur de transmettre ou de recevoir des données


commutées jusqu’à 57,6 kbit/s. le HSCSD utilise la commutation de circuit, c’est-à-
dire les ressources radio ne sont pas utilisées que lorsqu’elles sont nécessaires, c’est-à-
dire pendant la transmission des paquets. Le HSCSD est plutôt adapté pour les
transferts de fichiers de grande taille et des applications multimédias, comme la vidéo
mobile ou la vidéoconférence pour laquelle les flux échangés sont constants et
prolongés dans le temps. Il est de technologie relativement simple mais présente
l’inconvénient d’établir un circuit même si aucune communication n’est active,
contrairement au GPRS qui s’appuie sur la commutation de paquets.

3.1 Les débits du GPRS


Dans le GSM, les communications atteignent généralement un débit de 9,6 kbit/s. En
parallèle à l’architecture GSM fournissant les services voix, l’architecture GPRS
fournira les services de données par paquets avec des débits supérieurs à ceux
proposés actuellement par le GSM (des débit d’environ 120 kbit/s pourront être
atteints). Les impacts d’un tel service sur les stations de base peuvent être réduits. Par
contre au niveau du terminal, comme les débits augmentent, les besoins en
démodulation et en décodage canal augmentent et par conséquent de nouveaux
terminaux sont nécessaires.

3.2 Les trois modes ou classes de mobiles des terminaux GPRS


Un terminal mobile GPRS peut fonctionner dans l’un ou l’autre des trois modes
d’opération suivants :
Ø Le mode d’opération de classe A: le terminal peut être en communication
simultanément sur le service GPRS et sur d’autres services GSM.
Ø Le mode d’opération de classe B : le terminal peut être déclaré sur les
réseaux GPRS et GSM et écouter simultanément les deux signalisation. Le
terminal ne peut être en communication que sur le service GPRS ou le service
GSM.
Ø Le mode d’opération de classe C : le terminal ne peut être utilisé que pour les
services GPRS.

Etude du réseau GPRS 17


Chapitre II Système GPRS

Les terminaux de classe A sont caractérisés par une grande capacité. Ils peuvent
émettre et recevoir des appels de type circuit voix ou données et fax de façon
simultanée avec un transfert de données par paquet. Ce type de terminal est coûteux du
point de vue matériel, en puissance et en radio.
Les terminaux de classe C ne gèrent que les données par paquet et ne possèdent pas de
capacité pour supporter les appels voix. Ce type de terminal est idéal pour les
ordinateurs portables ou les assistants personnels, ou encore tout appareil de la
nouvelle génération de jeux connectés et d’accès à Internet mobile.
Les terminaux de classe B constituent un compromis entre les deux types de terminaux
précédents. Ils peuvent gérer des canaux de paging pour à la fois, les demandes de
données circuit et paquet. Ils peuvent également effectuer l’une ou l’autre des
connexions mais une seule à la fois. Le transfert des données est suspendu au cours
d’un appel voix par exemple. Il est probable que la plupart des premiers terminaux
GPRS seront de classe B et donc l’interaction entre les services GPRS et les services
existants sur un réseau à commutation circuit sera du plus grand intérêt.

3.3 Les bases de la localisation :


Cellule, zone de routage et zone de localisation
Avec l’introduction du GPRS, ont été définies les Routeing Areas (ou routing areas).
Ce terme sera traduit par « zones de routages » dans la suite. Il existe ainsi une
hiérarchie entre les cellules, les zones de routage et les zones de localisation. Le niveau
de précision le plus fin est obtenu avec la cellule. Une zone de routage est un ensemble
de cellules caractérisant le lieu où se trouve un abonné GPRS. La zone de localisation
utilisée dans le contexte du réseau GSM pour caractériser le lieu où se trouve un
abonné GSM correspond à un ensemble de zones de routage et donc de cellules.

3.4 La sélection de cellule


La sélection d’une cellule est réalisée automatiquement par les terminaux mobiles
GPRS avec en option, un contrôle possible par le réseau. Le terminal mobile informe
le réseau lorsqu’il change de cellule ou de groupe de cellules (zone de routage).

Etude du réseau GPRS 18


Chapitre II Système GPRS

3.5 La qualité de services


La transmission des données à travers le réseau GPRS peut être réalisée suivant
différents profils de qualité de service. Le profil de qualité de services s’applique entre
le point de référence R (situé entre l’équipement terminal (TE) et le terminal mobile
(MT)). Et l’interface Gi définie entre le GGSN et le réseau de données par paquet
externe. Dans la norme GPRS un profil de qualité de service est défini par l’ensemble
des attributs suivants :
Ø Precedence class: 3 valeurs de priorité possibles, grande, normale ou basse.
Ø Delay class : 4 valeurs possibles dont celle qui correspond au Best Effort.
Ø Reliability class: 5 valeurs possible dont la probabilité de perte de données
probabilité des données corrompues, etc.
Ø Peak throughput class: 9 valeurs possibles comprises entre 8kbit/s et
2048 kbit/s
Ø Means throughput class: 19 valeurs possibles.

La combinaison entre les valeurs que peuvent prendre ces attributs définit
potentiellement de nombreux profils de qualité de service possibles.
Le contrôle d’admission fonctionnalité liée à la qualité de services a été défini. Il
permet de gères les ressources système (radio et réseau) afin de prévenir les situations
de congestion du réseau de permettre à l’opérateur de maintenir un niveau de qualité
de service global, voire de garantir le niveau de qualité de service souscrit par
l’abonné.
La performance du GPRS exprimée par le débit des données variera selon la charge du
réseau et la localisation de l’appelant en liaison avec la station de base. Une fois que le
terminal est déclaré sur le réseau GPRS, le service GPRS est toujours activé.
La qualité de service est un problème important du GPRS. Avec un réseau focalisé sur
les services voix comme le GSM, il existe essentiellement une classe de service. Avec
le GPRS, il existe une multitude de classes de services potentielles sur la base des
attributs présentés ci-dessus comme la priorité, le retard, la fiabilité et le débit.
Les critères relatifs à la qualité de service ne peuvent être établis que si les opérateurs
ont accès aux données de performance du réseau adéquates. Avec un réseau tel que le
GSM ces informations sont facilement accessibles et les critères sont simples à deviner

Etude du réseau GPRS 19


Chapitre II Système GPRS

la plupart de ces critères sont liés à la qualité de la voix et au taux d’appels non
aboutis. Avec le GPRS déterminer les informations qui doivent être mesurées est un
problème.

Aux cours d’une conférence sur le sujet, six paramètres potentiels ont été déterminés :
Ø Accessibilité aux services
Ø Temps d’établissement
Ø Débit des données utilisateur.
Ø Retard de la transmission.
Ø Vitesse de navigation internet.
Ø Taux de coupure du service.

Une des plus importants facteurs dans la détermination de la capacité liée à la qualité
de services réside dans la longueur du retard dans le réseau, le temps nécessaire pour
qu’un seul paquet de données soit envoyé et reçu dans le réseau GPRS. Des tests ont
montré qu’un réseau GPRS crée des retards d’au plus deux à trois secondes, c’est-à-
dire plus que dans un réseau fixe. Ce si important retard peut affecter de façon sérieuse
diverse applications comme la navigation Internet : certaines applications sont
extrêmement intolérantes à tout retard dans les temps de réponse et ont tendance à
s’arrêter si les retards sont trop grands.

Etude du réseau GPRS 20


Chapitre II Système GPRS

II.4 Architecture du GPRS


4.1 Présentation de l’architecture du GPRS
La figure suivante présente l’architecture du GPRS complète ainsi que les interfaces
entre les différents nœuds et les éléments du réseau GSM existant.

Figure : Architecture du GPRS

Le terminal est raccordé au sous système radio appelé BSS. Ce sous système radio est
connecté au sous système réseau GSM via l’interface A et au sous système réseau
GPRS via l’interface Gb par respectivement le MSC/VLR et le SGSN.

L’utilisateur est équipé de son terminal désigné par le terme Terminal Equipment (TE)
qui correspond à l’ensemble formé du Mobile Terminal (MT) et de la carte SIM de
l’utilisateur. Le tableau suivant offre une légende à cette architecture.

Etude du réseau GPRS 21


Chapitre II Système GPRS

Nom de l’entité Rôle de l’entité


TE (Terminal Equipment) Combiné téléphonique utilisé par
l’abonné pour accéder aux réseaux
mobiles
MT (Mobile Terminal) Téléphone mobile de l’utilisateur
(Combiné téléphonique et carte SIM)
BSS (Base Station Subsystem) Sous-système radio du réseau GSM
MSC/VLR (Mobile Services Le MSC est commutateur du réseau
Switching Centre/Visitor Location GSM. Le VLR est une base de données
Register) locale qui contient les profils de tous les
abonnés présents dans la zone gérée par
ce VLR
HLR (Home Location Register) Base de données globales de tout réseau
GSM dans laquelle les profils de
services des abonnés, la localisation des
abonnés et la gestion de la sécurité sont
enregistrés
EIR (Equipment Identity Register) Base de données ou registre dans lequel
sont enregistrés les numéros
d’identification des terminaux mobiles,
les identifiant de façon physique (IMEI)
SGSN (Servi ng GPRS Support Node) Serveur d’accès au service GPRS
(équivalent au MSC)
GGSN (Gateway GPRS Support Routeur IP connectant le réseau GPRS
Node) et un réseau externe de commutation
par paquets (IP ou X25)
SMS-GMSC (Short Message Service- Ces deux MSC sont des commutateurs
Gateway Mobile services Switching dédiés au service de massage courts (en
Centre)/SMS-IWMSC(Short Message particulier pour l’émission et la
Service-InterWorking MSC) réception des messages courts)
SMS-SC (Short Message Service- Cette entité est très importante dans le
Service Centre) traitement des messages courts

Tableau : Signification des sigles utilisés pour l’architecture GPRS

Le sous système réseau GSM se compose :


Ø Des MSC/VLR.
Ø Des HLR.
Ø Des EIR.

Etude du réseau GPRS 22


Chapitre II Système GPRS

Les entités gérant le traitement des messages courts : SMS-GMSC et SMS-IWMSC


sont mentionnées car tout utilisateur GPRS comme tout utilisateur GMS peut émettre
et recevoir des messages courts.

Le sous système réseau GPRS se compose des éléments principaux suivants :


Ø Des SGSN.
Ø Des GGSN.
Les sous systèmes réseau GSM et GPRS sont connectés ensemble via différentes
interfaces.

4.2 Les interfaces : un nécessité pour connecter les éléments réseaux ensemble
Différentes interfaces permettent aux SGSN et GGSN de fonctionner avec les entités
physiques existantes du GSM :

Ø Interface Gb : cette interface est définie entre la partie radio GSM, adapter
pour supporter le GPRS et le sous système réseau GPRS.
Ø Interface Gs : cette interface définie entre le SGSN et le MSC/VLR
optionnelle. Elle permet au SGSN d’envoyer par exemple des informations de
localisation au MSC/VLR et d’éviter des échanges redondantes signalisations
liées à la gestion de la mobilité entre le terminal mobile et SGSN puis entre le
terminal et le MSC. Le SGSN peut aussi recevoir la requête de paging émises
par le MSC/VLR pour le service GSM.
Ø Interface Gn : cette interface est définie entre deux nœuds GPRS (SGSN ou
GGSN) appartenant au même réseau PLMN GPRS. Les messages X25 ou
MAP sont transportés entre les nœuds GPRS par tunnelling group au
protocole GTP .
Ø Interface Gd : cette interface est définie entre les entités fonctionne qui
permettent respectivement d’acheminer des SMS à destination de terminal
mobile et de relayer des SMS émis par un terminal mobile (appelés SMS-
GMSC et SMS-IWMSC), et le SGSN pour offrir à un terminal mobile GPRS
la possibilité d’émettre et de recevoir des SMS via des canaux radio GPRS.

Etude du réseau GPRS 23


Chapitre II Système GPRS

Ø Interface Gr : cette interface est définie entre le SGSN et le HLR pour


échanges de données liées aux profils de données et à la gestion de la mobilité
par exemple.
Ø Interface Gc : cette interface définie entre le GGSN et le HLR est optionnelle
et sert au GGSN pour demander au HLR des informations de localisation
concernant un terminal mobile.
Ø Interface Gf : cette interface relie un SGSN et un équipement de type EIR
pour les échanges liés à l’identification du terminal.
Ø Interface Gi : cette interface définie entre le GGSN et les réseaux de données
paquet externes permet les échanges entre le réseau GPRS et le monde
extérieur.
Ø Interface Gp : cette interface définie entre deux PLMN différents et
équivalente de l’interface Gn avec en plus des fonctions de sécurisation entre
les deux PLMN.

Seules les interfaces Gb (entre le sous système radio et le SGSN), Gn (entre le SGSN
et le GGSN) et Gr (entre le SGSN et le HLR) sont obligatoires. Les autres interfaces
sont optionnelles : leur mise en œuvre dépend des choix fonctions d’inter
fonctionnement entre le GSM existant et le GPRS.
Les interfaces Gs (entre le SGSN et le MSC/VLR) et Gd (entre le SGSN et les
commutateurs dédiés à la transmission des messages courts) sont intéressant pour le
raccordement du GPRS au GSM.

4.2.1 Interface Gb entre l e sous système radio et le SGSN


L’interface Gb semble équivalente à l’interface A mais en réalité elle ne l’est pas tout
à fait.
L’interface Gb partage le même lien de transmission entre plusieurs utilisateurs,
contrairement à l’interface A. Les données générées par plusieurs utilisateurs sont
multiplexées sur un même lien physique sur l’interface Gb. Les ressources ne sont
allouées à un utilisateur que si celui-ci émet ou reçoit des données. S’il est inactif, les
ressources sont réattribuées à d’autre utilisateurs contrairement à l’interface A qui
alloue continuellement les ressources.

Etude du réseau GPRS 24


Chapitre II Système GPRS

L’interface Gb doit être évolutive flexible en terme de capacité de transmission pour


prendre en compte une augmentation de trafic de données. Enfin cette interface doit
être ouverte pour permettre une interopérabilité multiconstructeurs. L’interface Gb
selon l’architecture fonctionnelle du GPRS, définie entre un BSS/PCU et un SGSN,
supporte les données applicatives et les massages de signalisation. Il est nécessaire que
cette interface soit ouverte de manière à pouvoir raccorder les sous-systèmes radio de
différents constructeurs avec les cœurs de réseau GPRS fournis par d’autres
constructeurs.

La figure suivante présente les protocoles de l’interface Gb

LLC

Relay
BSSGP
RLC BSSGP

Network Network
MAC
Service Service

L1 L1

BSS/PCU Gb
SGSN

Figure : Protocole de l’interface Gb

Le raccordement du réseau GPRS au sous-système radio s’effectue selon trois modes :


Ø Direct par des liaisons en point à point.
Ø Par un réseau intermédiaire en relais de trames.
Ø Indirect en traversant de manière transparente un équipement de commutation
intermédiaire typiquement un MSC existant utilisant en tant que commutateur
de liens n*64 kbit/s.

Etude du réseau GPRS 25


Chapitre II Système GPRS

La couche de protocole Network Service a pour fonction de transport des PDU BSSGP
entre le sous-système radio et le SGSN. La mise en œuvre de la couche Network
Service est basée sur le protocole Relais de Trame. Au niveau de cette couche peut être
mise en œuvre une fonction de contrôle de flux.

L’utilisation d’un service de relais de trames suppose des caractéristiques spécifiques


de la part des circuits virtuels permanents du relais de trames nécessaires pour
l’interface Gb :
Ø Les paramètres de trafic ainsi que les contraintes éventuelles entre ces
paramètres considérées au niveau du SGSN.
Ø Le format de la trame caractérisé entre autres, par l’adresse Data Link
Connection Identifier (DLCI) et la longueur du champ d’information supportée.
Ø Les interfaces physiques de raccordement disponibles au niveau du SGSN et les
plages de débits associés.

La couche de protocole BSS GPRS Protocol (BSSGP) définie dans la norme


[GSM08.18] a pour fonctions principales :

Ø Le transport des trames LLC entre le cœur de réseau GPRS et le terminal


mobile en transitant par le sous-système radio.
Ø Le transport des informations de gestion de mobilité afin d’acheminer les
données vers la zone de localisation du terminal mobile : Paging Circuit, Paging
Paquet et remontée vers le SGSN des conditions de transmission sur la voie
radio (terminal hors couverture radio, qualité du lien radio, profil de qualité de
service non satisfait sur l’interface radio resélection de cellule demandée par le
réseau).
Ø Le contrôle de flux de données entre un SGSN et un sous-système radio.
Ø La communication réciproque des informations relatives à la gestion de réseau
entre un SGSN et un sous-système radio : remontée d’anomalies de
fonctionnement de pannes du système et activation/désactivation du service sur
une cellule.

Etude du réseau GPRS 26


Chapitre II Système GPRS

La couche Logical Link Control (LLC) spécifiée dans la norme [GSM 04.64] réalise
toutes les fonctions de chiffrement de contrôle de flux, de contrôle de séquences. Elle
fournit ainsi un lien logique fiable et sécurisé (par chiffrement) entre le terminal et le
SGSN. Sur cette couche le protocole LLC fournit la détection et la correction des
erreurs de transmission s’il est utilisé en mode acquitté. Par contre s’il est utilisé en
mode non acquitté le protocole LLC signale uniquement les erreurs sans les corriger.

4.2.2 Interface Gs entre le SGSN et le MSC/VLR


Cette interface supporte l’ensemble des messages échangés entre le SGSN et le
MSC/VLR. Cette interface est essentielle afin de mettre en commun les fonctionnalités
semblables du réseau circuit GSM et du réseau paquet GPRS. Comme exemple de ces
fonctions on peut citer :
Ø Le Paging.
Ø La condition de l’IMSI attach et du GPRS attach
Ø La mise à jour de localisation.
L’interface Gs est caractérisée par la pile de protocoles présentée par la figure
suivante.
Les protocoles du SGSN et du MSC/VLR sont typiques des entités d’un réseau GSM
excepté le BSSAP+ qui correspond à un enrichissement du protocole BSSAP utilisé
dans le GSM pour une meilleure adaptation aux caractéristiques du GPRS.

Etude du réseau GPRS 27


Chapitre II Système GPRS

BSSAP+ BSSAP+

SCCP SCCP

MTP3 MTP3

MTP2 MTP2

L1 L1

SGSN Gs MSC/VLR

Figure : Pile de protocoles de l’interface Gs

On peut rappeler succinctement les caractéristiques de ces couches de protocoles


GSM :
Ø Le protocole Message Transfert Part (MTP) offre un service de transfert fiable
des messages de signalisation qui est utilisé par des entités fonctionnelles
appelées sous-systèmes utilisateur (ou User Part) différentes selon le réseau
utilisé (RNIS, RTCP) ou l’application. Dans la pile de protocoles de l’interface
Gs seuls MTP2 et MTP3 interviennent puisque le niveau physique est couvert
par L1.
Ø Le Signalling Connection Control Part (SCCP) offre deux services
supplémentaires par rapport au MTP : le service orienté connexion et l’échange
de signalisation pure au niveau international. Le SCCP offre une fonction de
relayage permettant d’obtenir des passerelles sémaphore internationales.
Ø Le BSSAP+ désigne la version GPRS du BSSAP qui comprend le protocole
BSS Management Application Part (BSSMAP) et le protocole Direct Transfer
Application Part (DTAP). Le régit les échanges de messages entre le BSC et le
MSC relativement à la gestion des ressources radio et le second rend
transparent le BSC aux messages transférés entre le terminal et le MSC.

Etude du réseau GPRS 28


Chapitre II Système GPRS

4.2.3 Interface Gn entre nœuds GSN


L’interface Gn correspond à l’interface interne du réseau intra-PLMN entre les nœuds
GSN dans le réseau fixe GPRS.
Les messages qui transitent par l’interface Gn servent à :
Ø Créer mettre à jour et supprimer les tunnels de transport des flux de données des
utilisateurs.
Ø Transporter ces données dans le réseau fixe vers ou depuis les points d’accès
aux réseaux de données paquets.

L’interface Gn s’applique entre deux types de nœuds GSN :


Ø Entre plusieurs SGSN.
Ø Entre SGSN et GGSN.

La figure suivante représente la typologie de l’interface Gn.

HLR GTP-MAP
GSN Convertisseur de
Protocole

Gn
SGSN

Gn Gi

BSS SGSN GGSN Réseau de


données Légende
Gb Gp par
Gn
paquets Flots de signalisation
Autre PLMN
Flots de données
Interface

Figure : Typologie de l’interface Gn

Etude du réseau GPRS 29


Chapitre II Système GPRS

La figure suivante présente la pile de protocoles caractérisant l’interface Gn

GTP GTP

UDP/TCP UDP/TCP

IP IP

L2 L2

L1 L1

GSN Gn GSN

Figure : Protocoles de l’interface Gn

On ouvert la couche L1 correspondant à la couche physique et la couche L2


correspondant à la couche liaison de données.
Les flux de données et de signalisation peuvent être multiplexés entre GSN à l’aide de
deux types de supports d’échange dénommés Path dans la norme [GSM 09.60] :
Ø Un type de Path orienté connexion utilisant l’empilement de protocoles TCP sur
IP.
Ø Un type de Path sans connexion utilisant l’empilement de protocoles UDP sur
IP.
Le protocole GTP utilisé entre GSN est défini dans deux plans : le plan de
signalisation (Signalling Plan) et le plan de transmission de données de l’utilisateur
(Transmission Plane).

Le Plan de signalisation comporte quatre fonctions :


Ø Path Management qui correspond à une surveillance réciproque entre tous les
types de GSN et à un contrôle de version GTP.

Etude du réseau GPRS 30


Chapitre II Système GPRS

Ø Tunnel Management qui correspond à une signalisation entre nœuds GSN afin
d’effectuer la création et la mise à jour des caractéristiques de tunnels de
données de l’utilisateur.
Ø Mobility Management qui correspond à une signalisation entre SGSN dans le
cadre de la mobilité GPRS.
Ø Location Management qui correspond à une signalisation d’un GGSN vers un
HLR via un GSN et une fonction d’interfonctionnement GTP/MAP.
Le plan de transmission comporte deux fonctions :
Ø Tunelling des données utilisateur entre SGSN et GGSN.
Ø Tunelling des données utilisateur entre des SGSN en cas de mobilité GPRS.

4.2.4 L’interface Gd entre le SGSN et les équipements chargés du traitement des


massages courts
L’interface Gd supporte les messages échangés entre le SGSN et les entités SMS-
GMSC et SMS-IWMSC traitant les messages courts. Ces messages correspond donc
aux transferts des messages courts entre les équipements SMS-SC et les équipements
GPRS.
L’interface Gd est caractérisée par la pile de protocoles présentée dans la figure
suivante

Etude du réseau GPRS 31


Chapitre II Système GPRS

MAP MAP

TCAP TCAP

SCCP SCCP

MTP3 MTP3

MTP2 MTP2

L1 L1

Gd SMS-GMSC
SGSN
ou SMS-IWMSC

Figure : Pile de protocoles de l’interface Gd

Cette pile utilise les protocoles habituels du GSM. Précisions seulement que le
protocole Transaction Capabilities Application Part (TCAP) a pour objet de faciliter
les dialogues à travers un réseau de façon indépendante d’une quelconque application
et particulièrement de l’établissement d’un circuit téléphonique. Le TCAP est un
protocole qui se place entre l’application et le SCCP.
4.2.5 Interface Gr entre le SGSN et le HLR
L’interface Gr véhicule entre le SGSN et le HLR tous les messages liés à :
Ø La gestion de la mobilité et la récupération des données liées au service (par
exemple la mise à jour de localisation).
Ø La gestion de la sécurité (par exemple l’envoi des triples d’authentification).

L’interface Gr est caractérisée par la pile de protocoles présentée dans la figure


suivante

Etude du réseau GPRS 32


Chapitre II Système GPRS

MAP MAP

TCAP TCAP

SCCP SCCP

MTP3 MTP3

MTP2 MTP2

L1 L1

Gr
SGSN HLR

Figure : Pile de protocoles sur l’interface Gr

La pile de protocoles du SGSN et du HLR est typique de celle des entités physiques
d’un réseau GSM.
4.2.6 Interface Gc entre le GGSN et le HLR
L’interface Gc supporte les messages échangés entre le GGSN et le HLR cette
interface supporte les massages liés à la localisation d’un terminal lors de la procédure
d’activation de contexte PDP ou Network-requested PDP Context Activation.

L’interface Gc est caractérisée par la pile de protocoles présentée dans la figure


suivante

Etude du réseau GPRS 33


Chapitre II Système GPRS

MAP MAP

TCAP TCAP

SCCP SCCP

MTP3 MTP3

MTP2 MTP2

L1 L1

Gc
GGSN HLR

Figure : Pile de protocoles sur l’interface Gc

Cette pile de protocoles utilise les protocoles habituels du GSM : L1, MTP2, MTP3,
SCCP, TCAP, MAP.
La norme propose deux choix :
Ø Le GGSN dispose d’une interface MAP et dialogue directement avec le HLR.
Ø Le GGSN ne dispose pas d’une interface MAP, les massages sont envoyés via
le protocole GTP vers un nœud GSN disposant d’une interface MAP.

4.2.7 Interface Gf entre le SGSN et l’EIR


L’interface Gf relie un SGSN et un équipement de type EIR pour les échanges liés à
l’identification du terminal.

La pile de protocoles sur l’interface Gf est la même que celle sur l’interface Gr entre le
SGSN et le HLR.
4.2.8 L’interface Gi, entre un réseau de données
L’interface Gi décrite dans la recommandation [GSM 09.61], représente l’interface
entre le réseau fixe GPRS et les réseaux externes de données. Elle correspond à
l’interface entre le nœud GGSN et les réseaux de paquet de données externes.

Etude du réseau GPRS 34


Chapitre II Système GPRS

La norme prévoit l’interconnexion du réseau GPRS à deux types de réseaux de paquet


de données externes :
Ø Les réseaux de type Packet Switched Data Network (PSDN).
Ø Les réseaux de type IP.

4.2.9 Interface Gp, entre des PLMN différents


L’interface Gp est localisée entre un Border Gateway (BG).
L’interface Gp peut être caractérisée par la pile de protocoles présentée dans la figure
suivante

GGSN du
réseau
SGSN du réseau BG du réseau BG du réseau d’abonnement
visité visité d’abonnement de de l’utilisateur
l’utilisateur
GTP GTP

UDP/TCP UDP/TCP

Tunnelling Tunnelling
IP Sécurité Sécurité IP

Couches IP IP Couches
basses basses

Couches Couches
basses basses

Réseau intra-PLMN Réseau inter-PLMN Réseau intra-PLMN


visité d’abonnement

Figure : Pile de protocole de l’interface Gp

Le Border Gateway transporte en principe le protocole GTP d’une manière


transparente, sauf si pour assurer la taxation et/ou la sécurité et le filtrage des
informations de cette couche de protocole sont nécessaires.

Etude du réseau GPRS 35


Chapitre II Système GPRS

Le réseau inter-PLMN peut être constitué :


Ø D’une liaison spécialisée entre deux Border Gateway.
Ø D’un réseau IP public ou privé.

4.3 Couches basses des interfaces GPRS


Les couches basses des interfaces vers les réseaux IP correspondent aux niveaux
physique (L1) et liaison (L2). Les interfaces du réseau GPRS concernées sont les
interfaces Gi, Gn et Gp.
Les nœuds concernés sont :
Ø Soit les nœuds internes au réseau GPRS, comme les GSN et les Border
Gateways.
Ø Soit les nœuds externes au réseau GPRS proprement dit, comme les nœuds
d’accès aux réseaux de données et les nœuds d’accès aux réseaux inter-PLMN.

Pour interconnecter différents nœuds trois solutions doivent être disponibles :


Ø Un raccordement par des liaisons spécialisées.
Ø Un raccordement par les circuits virtuels permanents à travers un réseau en
relais de trames.
Ø Un raccordement indirect en traversant un réseau IP d’opérateur.

II.5 L’intégration du GPRS dans le réseau GSM : de nécessaires évolutions


Chaque sous-système radio et réseau composant le réseau GSM subit quelques
modifications du fait de l’introduction du réseau GPRS.

5.1 Sous-système radio


Le sous-système radio correspond à l’ensemble des équipements qui sont impliqués
dans la gestion des ressources radio et en directe relation avec l’utilisateur. Il
comprend la carte SIM, le terminal, les stations de base et les contrôleurs de stations
de base.

La création de nouveaux sites radio prend du temps et est donc coûteuse. De ce fait, les
premiers réseaux GPRS réutiliseront les sites existants.

Etude du réseau GPRS 36


Chapitre II Système GPRS

De plus les cellules GPRS ne doivent pas être plus petites que les cellules GSM, sinon
des trous de couverture risquent d’apparaître.
L’introduction du GPRS dans le réseau GSM impose différentes modifications au
niveau du sous-système radio GSM et de l’équipement terminal de l’utilisateur :

Ø Une nouvelle carte SIM est nécessaire pour supporter les nouveaux services
GPRS.
Ø Un nouveau terminal est nécessaire, adapté aux caractéristiques des services
GPRS, notamment aux débits plus élevés.
Ø Une nouvelle couche radio pour que l’interface air (entre le terminal et les
stations de base) puisse supporter les données par paquet.
Ø De nouveaux canaux radio sont introduits et ceux-ci sont alloués de façon
flexible (partage des intervalles de temps entre différents utilisateurs).
Ø Les stations de base sont modifiées afin de pouvoir supporter les
caractéristiques radio GPRS (canaux radio différents).
Ø Les contrôleurs de stations de base évoluent également.

5.2 Une nouvelle carte SIM


De même tout utilisateur d’un terminal mobile détient une carte SIM qu’il doit insérer
dans un terminal mobile pour pouvoir bénéficier des services souscrits. Cette carte
contient des informations de profil de service liées à l’abonnement de cette personne,
de localisation et de sécurité. Or les profils de services sont modifiés par l’introduction
des services GPRS, avec notamment la définition de caractéristiques de service
inexistantes auparavant, comme différents niveaux de qualité de services. Une
nouvelle carte SIM est donc nécessaire.

5.3 Un nouveau terminal


De plus, de nouveaux terminaux sont nécessaires pour supporter les mécanismes
GPRS radio et réseau. En effet le terminal comme le MSC/VLR et le HLR aura à
supporter les procédures nouvelles du GPRS ainsi que les données spécifiques aux
abonnés GPRS (comme l’adresse du SGSN, son numéro et l’adresse PDP). De plus,

Etude du réseau GPRS 37


Chapitre II Système GPRS

même si les terminaux ont fortement évolué avec l’arrivée du WAP, ils restent
insuffisants au niveau de la résolution, la taille de l’écran, du clavier, etc.

5.4 Une nouvelle couche radio nécessaire


L’interface radio appelée aussi interface air GPRS nécessite certaines modification :
une couche radio Media Access Control (MAC) destinée aux paquets est implémentée.
Le nombre d’intervalles de temps alloués au GPRS est variable et le nombre de ces
intervalles à utiliser pour une transmission de paquets est négocié entre le terminal
mobile et la station de base. Cela permet au système d’être mis à jour facilement en
fonction de la quantité de trafic à ce moment-là. En revanche certaines caractéristiques
physiques du GSM comme la modulation, le partage du spectre de fréquences et
l’utilisation de bursts sont gardées.

5.5 De nouveaux canaux radio


Le service GPRS est implémenté sur la structure actuelle du GSM. Les deux modes de
commutation (circuit du GSM classique et paquet du GPRS) devront se partager les
ressources radio disponibles dans une cellule.
Le GPRS définit de nouveaux canaux radio qui se distinguent par différents points des
canaux GSM, du fait de la commutation de données par paquet qui caractérise le
GPRS.
Ces canaux radio GPRS présentent les caractéristiques suivantes :
Ø Chaque canal logique GPRS est commun entre plusieurs terminaux mobiles et
une seule station de base.
Ø Le canal GPRS consiste en un canal asymétrique et les canaux radio d’émission
(liaison montante) et de réception (liaison descendante) sont alloués de manière
indépendante.
Ø Le canal descendant transporte les informations de la station de base aux
terminaux et ne demande aucune technique de contention.
Ø Le canal montant est commun à plusieurs terminaux et demande donc des
procédures de contrôle de contention.
Ø Un à huit intervalles de temps peuvent être alloués par trame GSM (TDMA).
Ø Les intervalles de temps sont partagés entre plusieurs utilisateurs.

Etude du réseau GPRS 38


Chapitre II Système GPRS

Ø Différents types de codage de canal radio sont définis.

Le GPRS définit ainsi quatre schémas de codage : CS1, CS2, CS3 et CS4 pour l’envoi
des données sur le chemin radio :
Ø CS1 et CS2 offrent des débits de respectivement 9,05 et 13,4 kbit/s pour chaque
intervalle de temps utilisé.
Ø CS3 et CS4 offrent des débits de respectivement 15,6 et 21,4 kbit/s, mais la
valeur réellement obtenue est plus basse du fait de la faible protection assurée
par le codage.

Selon le CS choisi pour un seul intervalle de temps consacré aux données par trame, le
débit maximal s’élève à une valeur comprise entre 9,05 et 21.4 kbit/s. Un terminal
GPRS haut de gamme capable en théorie de travailler sur quatre time slots pourra
proposer un débit de 85 kbit/s en réception.

5.6 Des stations de base évoluées


Les stations de base supporteront de nouveaux protocoles adaptés aux données par
paquets pour l’interface air, avec des fonctions nouvelles d’allocation des ressources
radio.

5.7 Des contrôleurs de stations de base évolués


Les contrôleurs de stations de base nécessiteront de nouvelles capacités pour le
contrôle des canaux utilisés pour les données par paquets et de nouveaux équipements
comme les Packet Control Unit (PCU). Les PCU sont des équipements dédiés au
GPRS et équivalents aux Transcoder and Rate Adaptor Units (TRAU) du GSM qui
permettent une adaptation de débits. En effet le débit des informations qui transitent
sur le lien GSM (entre le terminal et le MSC) est différent de celui de la partie réseau
GSM (MSC, VLR, HLR, SMSC). Le premier est de 16 kbit/s et le second vaut
64 kbit/s. Lorsque les données arrivent au niveau du MSC, il est donc nécessaire de
procéder à une adaptation de débits.

Les équipements PCU peuvent être localisés au niveau du SGSN ou au niveau du


sous-système radio entraînant des modifications des équipements impliqués.

Etude du réseau GPRS 39


Chapitre II Système GPRS

5.7 Sous-système réseau fixe


Le sous système réseau fixe correspond à l’ensemble des équipements qui sont
impliqués dans la gestion des ressources réseau et donc qui, dans ce sens, font partie
du réseau fixe. Il s’agit des MSC/VLR, des HLR, des SGSN, des GGSN, des borders
gateways, des charging gateways, des serveurs de noms et des serveurs d’adresses.

Le GPRS a été conçu pour être intégré dans l’architecture GSM avec le minimum de
changements dans l’architecture existante.
Le GSM est un système à commutation de circuit alors que le GPRS est à
commutation de paquets, l’introduction du GPRS dans l’architecture du sous-système
réseau fixe GSM a donc deux types d’impacts :
Ø Au niveau de l’architecture du GSM.
Ø Au niveau fonctionnel.
Certaines entités du GSM sont modifiées :
Ø Le MSC/VLR.
Ø Le HLR.
De nouvelles entités sont définies :
Ø Le SGSN.
Ø Le GGSN.
Ø Les passerelles vers un autre réseau PLMN, border gateways.
Ø Les passerelles de taxation, les charging gateways, qui assurent la collecte et la
transmission de données de taxation vers le système d’information de
l’opérateur.
Ø Le serveur de noms de domaines, le Domain Name Server (DNS), qui permet la
sélection du GGSN pour atteindre un réseau de données externe.

5.8 Une évolution des MSC/VLR et des HLR


Les MSC/VLR et les HLR auront à supporter les procédures nouvelles du GPRS ainsi
que les données spécifiques aux abonnés GPRS. De plus les nœuds SMS-MSC (SMS-
GMSC et SMS-IWMSC) et SMS-SC dédiés aux services de messages courts sont mis
à jour afin de prendre en compte les transmissions de services de messages courts via
le SGSN.

Etude du réseau GPRS 40


Chapitre II Système GPRS

5.9 L’apparition de nouveaux équipements


Au niveau du sous-système réseau fixe, le GPRS introduit de nouveaux nœuds : les
SGSN, les GGSN, les borders gateways, les charging gateways et les serveurs de
noms de domaine.

5.10 Les SGSN et les GGSN


Les SGSN et GGSN sont nommés GPRS Support Node (GSN) et contiennent les
fonctionnalités nécessaires pour supporter le service GPRS.
Un GSN est un équipement de type routeur IP enrichi de fonctions spécifiques au
GSM et au GPRS.

Les types de GSN présentent les caractéristiques suivantes :


Ø Le nœud de service Serving GPRS Support Node (SGSN) ou GSN Server : il est
équivalent à un MSC pour le GPRS. Par rapport à un terminal mobile en
itinérance dans une cellule donnée, un SGSN est un serveur d’accès au service
GPRS. A l’image du GSM pour lequel lorsque le terminal change de cellule, il
dépend d’un autre MSC dans le GPRS, quand le terminal change de cellule, il
change de SGSN. Le SGSN est chargé des fonctions de sécurité et de contrôle
d’accès au réseau. Le SGSN est souvent connecté par relais de trames au sous-
système radio du GSM via l’interface Gb.
Le SGSN peut envoyer des informations de localisations du terminal mobile
vers le MSC/VLR via l’interface Gs et recevoir des requêtes de paging émises
par le MSC/VLR, pour le service GSM de téléphonie existant.

Ø Le nœud passerelle Gateway GPRS Support Nord (GGSN) : il représente le


point d’interconnexion entre le réseau GPRS et un réseau externe de
commutation par paquet. Le GGSN est contient les informations de routage qui
seront utilisées pour acheminer directement les paquets de données émis depuis
un réseau externe vers le SGSN auquel est rattaché le terminal mobile
destinataire. Le GGSN peut aussi demander au HLR des informations de
localisation concernant un terminal mobile via l’interface optionnelle Gc.

Etude du réseau GPRS 41


Chapitre II Système GPRS

5.11 Les passerelles vers d’autres PLMN : les border gateways


La norme GPRS distingue deux types de réseau GPRS :
Ø Un réseau intra-PLMN.
Ø Un réseau inter-PLMN.

Des réseau GPRS intra-PLMN sont interconnectés entre eux via une border gateway
qui leur permet l’accès à un réseau GPRS inter-PLMN.
La figure suivante illustre ces deux types de réseaux ainsi que le rôle de la border
gateway.

Réseau de données par paquets

Réseau inter-PLMN
Gi Gi
Gp
GGSN Border gateway Border gateway GGSN

Réseau intra-PLMN Réseau intra-PLMN

SGSN SGSN SGSN

PLMN A PLMN B

Figure : les deux types de réseaux GPRS et le rôle de la border Gateway

Un réseau inter-PLMN est un réseau interconnectant des réseaux intra-PLMN.


Ce réseau peut être un réseau de données en mode paquet (par exemple un réseau
public IP).

Deux réseaux intra-PLMN sont connectés via l’interface Gp située entre une passerelle
d’interconnexion appelée Border Gateways (BG) et un équipement d’accès au réseau

Etude du réseau GPRS 42


Chapitre II Système GPRS

inter-PLMN. L’interface Gp remplit les mêmes fonctions qu’une interface Gn ainsi


que des fonctions de sécurisation d’accès entre les deux PLMN.

5.12 Les passerelles de taxation : les charging gateways


Les passerelles gateways ou passerelles de taxation permettent de collecter toutes
données de taxation générées dans les SGSN et GGSN. Elles transfèrent ensuite les
données de taxation depuis les SGSN et GGSN vers le système de taxation de
l’opérateur GPRS sous forme de fichiers. La fonction charging gateway peut être
centralisée ou distribuée.

Etude du réseau GPRS 43


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

III.1 Le schéma fonctionnel du GPRS


Le schéma fonctionnel suivant présente l’architecteur du GPRS en soulignant
l’importance du réseau IP comme support du réseau GPRS. Le réseau GPRS est inséré
dans son environnement, c’est-à-dire avec le système de taxation, les passerelles de
taxation et les serveurs de noms essentiels pour les traductions d’adresses.

De plus, ce schéma introduit le principe d’interfonctionnement d’un réseau GPRS


avec un autre réseau GPRS, indispensable en cas d’itinérance de l’utilisateur, via les
border gateways qui relient le réseau GPRS à tout réseau de données par paquet
externe (réseau GPRS ou autre).

MSC

Système de SMS-GMSC
VLR taxation SMS-IWMSC
HLR
Transfert de
Fichiers de Gd Gr
taxation
A Gs Passerelle
de taxation Gc
SGSN
Sous-système
BTS Radio
BSC SGSN Réseau IP GGSN Réseau
intra-PLMN de
Gh Gi données
BTS Gb
paquets
Border
Domain Gateway
Name Server

Gp
Sous-système réseau GPRS

Réseau IP
Données et signalisation inter-PLMN

Signalisation
Données de taxation
PLMN GPRS Border
visité Gateway

SGSN: Serving GPRS Support Node


GGSN: Gateway GPRS Support Node

Figure : schéma fonctionnel du GPRS

Etude du réseau GPRS 44


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

III.2 Fonctionnement général du GPRS


2.1 Mécanisme d’établissement d’un transfert de paquets en GPRS
Lors d’une communication, le réseau GPRS est interconnecté à un autre réseau à
communication par paquet. Ce réseau possède son propre format de paquets :
informations, entête, adresse du destinataire, adresse de l’expéditeur.

Afin d’acheminer correctement les paquets vers et depuis le terminal mobile, le GPRS
doit convertir ces informations et notamment les adresses en données compréhensibles
par le réseau GPRS. Les paquets sont transmis entre le terminal mobile et le SGSN en
utilisant le protocole LLC.

Le formatage des données provenant du réseau ou de l’abonné passe par plusieurs


étapes :

Ø Le protocole SNDC transforme les paquets provenant du réseau en un format


approprié pour la couche LLC. Il inclut la compression, l’ajout de l’entête, la
segmentation des paquets entrants afin d’adapter leur taille à la taille maximal
de la trame LLC permise et le cryptage ;
Ø Chaque LLC PDU doit être segmenté en blocs RLC PDU puis formaté dans la
couche physique ;
Ø Chaque bloc contient quatre bursts normaux qui seront répartis sur quatre ou
plus trames TDMA selon le type d’entrelacement.

Le canal GPRS est considéré par le SGSN comme le milieu de communication


général à travers lequel les protocoles de trames LLC sont transportés. La station de
base contrôle la portion radio du canal GPRS qui opère à travers l’interface Um.
Chaque canal a une qualité de service avec des caractéristiques prédéterminées qui
sont négociées entre le SGSN et la station de base comme le débit maximal avec
lequel la station de base peut transmettre des données à travers le canal radio pour un
seul utilisateur.

Etude du réseau GPRS 45


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

Le taux d’erreurs binaire, le délai de transfert radio (temps estimé nécessaire pour
transmettre en mode non transparent la plus petite unité de donnée permise et
spécifique à la technologie d’un canal radio) sont deux autres paramètres pris en
compte.

L’établissement de la liaison montante est réalisé ainsi. Le terminal qui reçoit des
paquets doit opérer comme suit :

Ø Le terminal mobile doit récupérer le BCCH de la cellule afin de déterminer si


un canal GPRS est présent (terminal en état IDLE) ;
Ø Le terminal mobile effectue un GPRS attach afin d’établir un contexte GPRS
avec le SGSN, en précisant son identité, TLLI ainsi que tous les paramètres
nécessaires pour l’établissement de la liaison avec la qualité de service désirée ;
Ø Après négociation de ces paramètres avec la station de base, le SGSN la charge
de la réservation du canal et de l’établissement de la liaison ;
Ø Le terminal reçoit les informations concernant le canal alloué sur le BCCH et
passe à l’état STANDBY ;
Ø Le terminal passe à l’état actif (READY) en transmettant sur la liaison
montante au SGSN un message identifiant le canal courant.

Un échange de paquets commence. Ce transfert se termine par un message d’accusé


réception de la part du SGSN qui peut être positif ou négatif.

L’établissement de la liaison descendante est réalisé ainsi. Le SGSN ne peut envoyer


des paquets au terminal que si ce dernier est en état actif. S’il souhaite transférer des
données à un terminal en état STANDBY, il doit passer par les étapes suivantes :

Ø Réaliser un paging dans la zone de routage du terminal.


Ø Le terminal mobile identifie le canal, répond au paging et se met dans l’état
actif.
Ø Le SGSN débute alors la procédure de transfert de données au terminal à
travers le canal GPRS.

Etude du réseau GPRS 46


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

La station de base indique au terminal l’instant ou il doit transmettre sur le canal


radio, le SGSN indique au terminal le canal sur lequel il doit transmettre et la fin du
transfert de paquets est marquée par un accusé réception positif ou négatif. Les
ressources radio allouées au canal (nombre d’intervalles de temps) sont de la
responsabilité de la station de base.

2.2 Exemple concret d’une réception de données par un utilisateur GPRS


Imaginons qu’un utilisateur B désire envoyer des paquets de données IP à un
utilisateur A muni d’un téléphone mobile. B est équipé d’un réseau LAN pour cet
envoi. La figure suivante présente ce scénario.

MSC

VLR

HLR

Gr

A Gs

SGSN Gc

BTS BSS

BSC SGSN Réseau IP GGSN


intra-
BTS Gb PLMN
Gh Gi

Routeur
Réseau de
Utilisateur A données
paquets

Données et signalisation
Signalisation Réseau
Données de taxation LAN

Utilisateur B

G
Figure : Réception d’un paquet de donnée par un terminal mobile

Les paquets de données IP de B cheminent à travers le LAN jusqu’à un routeur qui


aiguille les paquets vers le GGSN qui est relié au réseau de données paquet. Quand un
paquet destiné à l’utilisateur mobile atteint le GGSN, celui-ci effectue les conversions
de formats de données de protocoles de signalisation et d’informations d’adresses afin
de permettre les communications entre les différents réseaux. Il possède aussi des

Etude du réseau GPRS 47


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

fonctionnalités pour le routage vers les SGSN, l’interrogation des bases de données
comme le HLR qui contient des données liées au GPRS.
Le GGSN vérifie s’il possède un contexte GPRS pour ce terminal mobile (c’est-à-dire
si le terminal mobile est connecté au réseau GPRS).

Si le terminal mobile GPRS est dans l’état IDLE. Le trafic paquet sera rejeté.
Si le terminal mobile GPRS est dans l’état STANDBY ou ACTF, le GGSN va
acheminer le paquet dans un format encapsulé vers le SGSN où il sera désencapsulé.
Dans le cas où le terminal mobile est dans l’état STANDBY, le SGSN demandera au
MSC de réaliser un paging GPRS pour le terminal mobile dans la zone de routage afin
de connaître la cellule que le terminal écoute.

Si l’interface Gs n’était pas installée, le SGSN acheminerait les paquets de données


vers et à destination des abonnés au sein de sa zone de services et gérerait aussi la
mobilité, l’aut hentification et le chiffrement. Le trafic, entre le SGSN et le terminal
mobile, suit la route normale du trafic voix GSM. Le GGSN joue le rôle d’une
passerelle vers des réseaux externes, traite la sécurité, la facturation et l’allocation des
adresses IP sur une base dynamique.

Le même réseau de transmission transporte le trafic GSM et le trafic GPRS.

Le terminal va répondre en précisant la cellule dans laquelle il est localisé et


s’enregistre dans le mode ACTIF. Puis le paquet est acheminé du SGSN via le MSC à
la station de base, une fois que la route a été établie. La station de base réserve un time
slot sur le PDCH, en capsule le paquet et l’envoie au terminal mobile. Si cette donnée
est reçue correctement, un accusé de réception positif est généré. Le terminal
désencapsule le paquet et l’e nvoie au destinataire final, par exemple l’application sur
un ordinateur connecté au téléphone mobile.

Pour tous les paquets qui seront envoyés ensuite pendant une période de temps
donnée, le terminal mobile restera dans un mode ACTIF et indiquera au réseau
lorsqu’il change de cellule. Le chemin vers le terminal mobile est connu donc tous les
paquets seront acheminés vers ce terminal comme via un tunnel.

Etude du réseau GPRS 48


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

2.3 Exemple concret d’une émission de données par un utilisateur GPRS


Supposons que maintenant un terminal mobile A reçoive un paquet IP d’une
application. Il demande alors la réservation d’un canal. Le système répond en
réservant les time slots.

Les données sont transmises dans le time slots réservés et un accusé réception positif
est envoyé par la station de base si l’ensemble des données a été bien reçu. Les
données sont désencapsulées et envoyées au SGSN.

Le SGSN encapsule les données à l’aide du protocole GTP et les envoie au GGSN. Le
paquet est désencapsulé et l’adresse et le protocole sont vérifiés afin que la bonne
route soit sélectionnée.

Le paquet est alors envoyé via le réseau de données externe et un routeur vers le
destinataire B utilisant le LAN.

La figure suivante illustre ce second scénario.


MSC

VLR

HLR

Gr

A Gs
SGSN Gc
BSS
BTS

BSC SGSN GGSN


Réseau IP
BTS intra- Gi
Gb Gh PLMN
Routeur
Réseau de
Utilisateur A données
Données et signalisation paquets

Signalisation
Réseau
Données de taxation G LAN

Utilisateur B

Etude du réseau GPRS 49


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

Figure : Emission d’un paquet de données par un terminal mobile

III.3 Les fonctions et les entités du GPRS


Quelle correspondance ?
3.1 Fonctions GPRS
L’ajout du GPRS a deux types d’impactes : au niveau de l’architecteur du GSM et au
niveau fonctionnel. Le 1er type d’impactes a déjà été décrit. Le 2éme type d’impacts a
déjà été introduit : certaines fonctions et procédures GSM doivent évoluer pour
supporter les nouvelles fonctions et procédures spécifiques au GPRS. Ainsi, en plus
des fonctions similaires à celles du GSM comme l’authentification, le chiffrement,
l’attach/detach, la purge, des fonctions et procédures spécifiques ont été introduites
pour le GPRS.

Dans le GPRS, on distingue six types de fonctions :


Ø Les fonctions concernant le contrôle d’accès au réseau GPRS ;
Ø Les fonctions concernant le routage et le transfert des paquets de données ;
Ø Les fonctions concernant la gestion de la mobilité ;
Ø Les fonctions concernant la gestion du lien logique entre le terminal mobile et
le réseau ;
Ø Les fonctions concernant la gestion des ressources radio ;
Ø Les fonctions concernant la gestion du réseau.

Le tableau suivant indique l’ensemble des fonctions GPRS incluses dans les types de
fonctions cités ci-dessus.

Etude du réseau GPRS 50


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

Tableau : Description des fonctions GPRS

Type de fonctions Fonctions incluses


Contrôle d’accès Enregistrement de l’utilisateur, Authentification et
au réseau autorisation d’accès, Contrôle d’admission, Filtrage de
messages Adaptation de terminal paquet, récupération des
données de taxation
Routage et Relais, Routage Mise en correspondance et traduction
transfert de d’adresse, Encapsulation, Tunnelling, compression,
paquets Chiffrement
Gestion de la Même fonctions que pour la gestion de la mobilité GSM
mobilité (mise à jour d localisation, paging…..)
Gestion du lien Etablissement du lien logique, Maintenance du lien logique,
logique Libération du lien logique
Gestion des Gestion de l’interface Um, sélection de cellules, fonction
ressources radio Um-Tranx, Gestion du chemin
Gestion du réseau Fonctions d’opération et de maintenance liées au GPRS

3.2 Entités GPRS


Pour qu’un utilisateur puisse bénéficier d’un service GPRS, l’environnement de
réseau à créer se compose de cinq éléments :

Ø Le terminal mobile, adapté aux particularités du GPRS et pouvant être


éventuellement utilisable sur le réseau GSM afin de permettre à l’utilisateur
d’établir des communications circuit ;
Ø Le sous-système radio (ou BSS) adapté aux nouveaux canaux radio et
caractéristiques radio GPRS ;
Ø Le SGSN, commutateur équivalent au MSC du GSM ;
Ø Le GGSN, routeur IP, établissant la connexion du réseau GPRS à tout réseau
de données externe et donc permettant à l’utilisateur de bénéficier de services
de donnée variés.
Ø Le HLR, base de données contenant toutes les informations relatives aux
abonnées GSM et GPRS.

Etude du réseau GPRS 51


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

3.3 Allocation des fonctions aux entités de l’architecture


Quelles fonctions GPRS pour quelles entités GPRS ?
Chaque type de fonction décliné dans le paragraphe « le fonctions GPRS »est alloué à
l’un des cinq éléments cités ci-dessus comme le montre le tableau 4.2.

Fonction de contrôle d’accès au réseau GPRS


Les fonctions de contrôle d’accès au réseau GPRS pilotent l’accès au réseau c’est-à-
dire les moyens par lesquels un utilisateur et connecté au réseau de
télécommunications dans le but d‘utiliser les services et les facilités proposée par le
réseau.

L’abonné GPRS reste identifié par son IMSI comme en GSM circuit. La déclaration
d’un abonné GPRS doit être réalisée dans la même base de données HLR que celle du
réseau GSM existant.

Le GPRS spécifie, par ailleurs, en plus du transfert de données point à point (PTP)
standard, un accès anonyme au réseau, permettant à un terminal mobile d’échanger
des paquets de données avec une machine prédéterminée. Un nombre limité
d’adresses PDP de destination peut seulement être utilisé pour ce service L’IMSI et
l’IMEL ne sont pas utilisée lors de l’accès au réseau, ceci afin de garantir un haut
niveau d’anonymat. L’authentification et le chiffrement ne concernent pas ce type
d’accès, très particulier, qui ne sera plus abordé par la suite.

Les fonctions de contrôle d’accès au réseau (désignées par le terme Network Access
Control) sont :

Ø L’enregistrement de l’utilisateur (registration) ;


Ø L’authentification et l’autorisation d’accès (Authentication and authorisation) ;
Ø Le contrôle d’admission (Admission Control) ;
Ø Le filtrage de messages (Message Screening) ;
Ø L’adaptation de terminal paquet (Packet Terminal adptation) ;

Etude du réseau GPRS 52


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

Ø La récupération des données de taxation (Charging data Collection).

Le Tableau suivant Correspondances entre les fonctions et l’architecture logique


GPRS

Fonction Terminal Sous-système SGSN GGSN HLR


mobile radio (BSS)
Enregistrement de x
l’utilisateur
Authentification et x x x
autorisation d’accès
Contrôle x x x
d’admission
Filtrage de x
messages
Adaptation de x
terminal paquet
Récupération des x x
données de taxation
Relais x x x x
Routage x x x x
Mise en x x x
correspondance et
traduction d’adresse
Encapsulation x x x
Tunnelling x x
Compression x x
Chiffrement x x x
Gestion de la x x x x
mobilité
Etablissement du x x
lien logique
Maintenance du lien x x
logique
Libération du lien x x
logique
Gestion de x x
l’interface Um
Sélection des x x
cellules
Fonction Um-Tranx x x
Gestion du chemin x x

Etude du réseau GPRS 53


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

L’enregistrement de l’utilisateur, à l’image du GSM, fait référence à une procédure


qui n’est pas décrite par des messages mais qui est plutôt le résultat de la procédure de
mise à jour de localisation. Ainsi, une mise à jour de localisation permet de
s’enregistrer dans une certaine zone de localisation ou dans une zone de routage
spécifique. Elle permet aussi d’associer l’identité d’un terminal mobile à des
protocoles de données paquet de l’utilisateur et aux adresses Packet data Protocol
(PDP) utilisées au sein du PLMN (et allouées à l’abonnée par l’opérateur GPRS ou
par l’opérateur du réseau PDP externe). Ainsi qu’aux points d’accès aux réseaux de
données paquets externes de l’utilisateur.

Cette association peut être statique (configurée et enregistrée dans un HLR) ou


dynamique (établie à la demande). Dans ce dernier cas, les adresses peuvent être
choisies parmi un ensemble d’adresses réservées à cet effet.

L’authentification et l’autorisation d’accès permettent de vérifier que l’utilisateur et


bien autorisé à utiliser le service qu’il demande. L’identité de l’utilisateur est vérifiée
ainsi que son enregistrement au service.

L’identification et l’authentification de l’utilisateur sont ainsi réalisées.


L’identification du terminal est la procédure par laquelle le VLR demande l’IMEL au
SGSN, le SGSN le lui donne s’il le détient sinon il demande au terminal.

Le filtrage des messages est une fonction qui permet d’empêcher la transmission des
messages non autorisés ou non souhaités. Cette fonction peut être supportée par un
mécanisme de blocage des paquets. Ce filtrage des messages peut aussi être utilisé
afin de restreindre les types de message ou le volume des données qui peuvent être
transférées à travers le réseau GPRS en émission ou en réception vers un abonné.

L’adaptation de terminal paquet est une fonction qui permet d’adapter les paquets de
données reçus ou émis par un terminal sous une forme adéquate pour une transmission
à travers le réseau GPRS.

Etude du réseau GPRS 54


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

La récupération des données de taxation est une fonction qui permet de collecter
toutes les données qui serviront à établir la taxation des services utilisés dans le cadre
de l’abonnement.
En complément des fonctions de sécurisation des accès via l’interface de radio
présentées ci-dessus (authentification de l’abonné, autorisation d’accès), il existe deux
autres aspects du besoin de sécurité, qui sont:

Ø La protection du réseau GPRS contre les intrusions


Ø L’étanchéité entre utilisateur du réseau GPRS

Fonction de routage et de transfert des paquets de données


Les fonctions de routage et de transfert des paquets de données pilotent
l’acheminement des données de l’expéditeur au destinataire avec toutes les opérations
nécessaires de relais, traduction d’adresse, tunnelling.

Les fonctions du routage et de transfert des paquets de données (désignées par le


terme Packet Routening and Transfer) sont :

Ø Les fonctions de relais (Relay) ;


Ø Le routage (Routeing) ;
Ø La mise en correspondance et traduction d’adresse (address Translation and
Mapping) ;
Ø L’encapsulation (Encapsulation) ;
Ø Le tunnelling ;
Ø La compression (compression) ;
Ø Le chiffrement (ciphering) ;

La fonction de relais est le moyen par lequel un nœud envoie les données reçues d’un
nœud précédent vers le nœud suivant dans la route est liste ordonnée de nœud utilisée
pour le transfert de messages au sein de réseau entre réseau. Chaque route est
constituée :
Ø Du nœud expéditeur ;
Ø D’un ou plusieurs nœuds relais ;

Etude du réseau GPRS 55


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

Ø Du nœud destinataire des paquets.

La fonction de routage est le processus de détermination et d’utilisation, selon


certaines règles, de la route donc des nœuds de réseau pour la transmission d’un
message au sein de réseau où entre réseaux. Dans le réseau GPRS, le routage consiste
à sélectionner le chemin de transmission pour l’acheminement du prochain message.
Cette procédure détermine le nœud GSN vers lequel un paquet de données doit être
transmis et utilise le service offert par le niveau de protocole inférieur pour atteindre
le GSN identifié, en utilisant l’adresse de destination indiquée dans le message. Les
données entre GSN peuvent transiter par des réseaux de données externes qui
fournissent leurs propres fonctions de routage interne, par exemple : les réseaux X.25,
Frame Relay ou ATM.

Fonction de gestion de la mobilité


La gestion de la mobilité est utilisée afin que le réseau dispose constamment dans ses
bases de données de la localisation courante de chaque terminal mobile au sein d’un
réseau quels que soient ses mouvements (même s’il change de réseau).
La gestion de la mobilité GPRS peut être combiné avec celle du réseau GSM circuit
en utilisant l’interface Gs, définie entre le MSC/VLR et le SGSN, sachant que la
gestion de la mobilité du GPRS s’inspire de celle du GSM.

Fonctions de gestion du lien logique


Définition d’un lien logique
Un lien ou une liaison logique représente la connexion d’une application de données,
via le réseau GPRS, entre un terminal mobile et un réseau externe de données (PDN).

Etude du réseau GPRS 56


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

La figure suivante montre comment cette liaison logique s’articule dans le GPRS.

Liaison logique externe


Liaison GGSN-PDN

Liaison logique interne

Liaison logique 1 Relais liaison logique 2

Application

IP/X.25
IP/X.25

SNDCP SNDCP GTP GTP

LLC LLC UDP/ UDP/


TCP TCP
BSS
Network Service Intra PLMN
Network Service

Um Gb Gn Gi

MS BSS SGSN GGSN

Figure : Liaison logique GPRS entre un terminal et un réseau de données paquet


La liaison externe s’appuie sur une liaison logique interne, allant du terminal mobile
au GGSN puis sur la liaison GGSN-PDN allant du GGSN au PDN.
La liaison logique interne s’appuie elle-même sur la liaison logique 1 allant du
terminal mobile au SGSN, puis sur une fonction relais dans le SGSN et enfin sur une
liaison logique 2, allant du SGSN au GGSN. La fonction relais effectue l’association
entre les deux liaisons logiques 1 et 2.

La liaison logique 1 entre le terminal mobile et le SGSN s’appuie, au-dessus des


couches Network Service, sur deux couche : une couche SNDCP de transport de
niveau réseau transportant les applications utilisateur et la couche LLC.

Etude du réseau GPRS 57


Chapitre III Description fonctionnelle du GPRS

La liaison logique 2 représente la connexion utilisateur dans le réseau GPRS intra-


PLMN. Cette liaison relie le SGSN gérant la zone de routage du téléphone mobile de
l’utilisateur au GGSN permettant d’accéder au PDN demandé (ou attribué) par cet
utilisateur.
La liaison logique 2 s’appuie sur le protocole de tunnelling spécifique du GPRS, le
GTP, lui-même basé sur un Path Protocol (service réseau) de type IP, à savoir
UDP/IP pour les cas sans connexion et TCP/IP pour les cas orientés connexion.

3.4 La gestion des liens logiques


Les fonctions de gestion des liens logiques permettent d’assurer la maintenance d’un
canal de communication entre un terminal et le réseau via l’interface radio. Ces
fonctions impliquent la coordination de l’information concernant l’état du lien entre le
terminal mobile et le réseau ainsi que la supervision de l’activité de transfert des
données sur le lien logique.

Les fonctions de gestion du lien logique (Logical Link Management) sont :

Ø L’établissement du lien logique (Logical Link Establishment) ;


Ø La maintenance du lien logique (Logical Link maintenance) ;
Ø La libération du lien logique (logical Link Release) ;

L’établissement du lien logique et exécuté quand le terminal s’attache au service


GPRS.
La maintenance du lien logique supervise l’état du lien logique et les changements de
l’état de ce lien.

La libération du lien logique et utilisée afin de désallouer les ressources associées à la


connexion du lien logique.

Etude du réseau GPRS 58


Chapitre IV Services GPRS

IV.1 Les short message services : premier exemple de service GPRS


Le GSM offre différents types de services de données. Parmi eux, on peut citer le
Short Message Service (SMS), qui a été le premier service de données par paquets sans
connexion mais ses limitations sont évidentes.

Le GPRS permet de transporter des données utilisateur et des données de signalisation


en optimisant des ressources radio et celles du réseau.

Il est particulièrement adapté aux transmissions de données intermittentes et non


périodiques, en rafales comme les messages électroniques et l’accès aux services on-
line, aux transactions fréquentes de petits volumes de données , aux transmissions de
grands volumes de données de quelques milliers d’octets plusieurs fois par heure.

Le GPRS, comme le GSM supporte les SMS émis et reçus par un terminal mobile. De
ce fait, les équipements utilisés pour traiter les services SMS dans le cadre du seront
réutilisées pour le GPRS.

Le GPRS permet également de transmettre des SMS en s’appuyant sur un canal de


données paquet autre que le Common Control Channel (CCCH), permettant de laisser
croître le trafic un peu plus sans diminuer la capacité de signalisation du réseau

Une partie du trafic de données qui utilise les SMS comme support de transport des
données paquet est mieux adaptée au réseau GPRS et donc sera prise en charge par le
GPRS.

Les SMS offrent plus qu’un simple transport de messages. Ils fournissent des fonctions
de mémoire tampon en retenant des messages qui ne peuvent pas être transmis et en
effectuant des tentatives de transmission répétée jusqu’à un succès ou l’expiration de
la temporisation.

Un accusé réception est envoyé donc l’expéditeur sait si la transmission a été effectuée
et quand, ce qui est très pratique.

Etude du réseau GPRS 59


Chapitre IV Services GPRS

IV.2 Les deux catégories de service GPRS


Il existe deux catégories de services GPRS :
Ø les services Point à Point (PTP) : il fournissent une transmission d’un ou
plusieurs paquets entre deux utilisateurs (l’expéditeur et le destinataire).
Ø les services Point à Multipoint (PTM) : ils fournissent une transmission de
paquets entre un demandeur de service et un groupe d’abonnés receveurs se
trouvant dans une zone définie par le demandeur de service. Un abonné peut
ainsi envoyer de données à de multiples destinations avec une seule demande de
service.

2.1 Service PTP


Il existe deux types de services PTP :
Ø PTP Connection less Network Service (PTP -CLNS) ;
Ø PTP Connection Oriented Network Service (PTP -CONS).

Le Service PTP -CLNS est un service dans lequel un ou plusieurs paquets sont envoyés
d’un abonné à un autre. Chaque paquet est indépendant du paquet qui le précède et de
celui qui le suit. Ce service est de type datagramme. Il supporte les applications basées
sur le protocole ISO de niveau réseau orienté datagramme CLNP et celle basées sur IP.

Le service PTP -CONS est également un service dans lequel plusieurs paquets sont
envoyés d’un abonné à un autre. Ce service supporte les applications basées sur le
protocole ISO de niveau réseau orienté connexion CONP. Il est adapté aux données en
rafale.

Les services PTP peuvent être classés en trois grandes catégories : les services aux
entreprises, les services professionnels et grand public et des compléments de services.

Les services aux entreprises incluent le service de type bureau mobile et


l’interconnexion d’un site distant. Le bureau mobile permet à un utilisateur d’accéder,
depuis son PC portable, à l’internet de son entreprise, sur un site identifié ou à
l’Internet, à condition qu’il possède l’autorisation nécessaire (après éventuellement
une identification et une authentification). En pratique, l’utilisateur utilise un téléphone

Etude du réseau GPRS 60


Chapitre IV Services GPRS

GPRS connecté à son PC qui dispose des applications IP usuelles et éventuellement


des applications spécifiques à l’entreprise (annuaire, agenda, portail intranet).
L’utilisateur accède, via son ordinateur, au routeur de l’entreprise connecté à un réseau
de données, avec pour les cas particulier d’Internet, l’intermédiaire d’un fournisseur de
services Internet avec lequel l’opérateur GPRS a des accords.

L’interconnexion d’un site distant correspond à l’interconnexion de réseaux locaux


(LAN) via GPRS et suppose la disponibilité d’une interface radio GPRS dans des
équipements de type routeur d’accès. Des exemples de tels services sont : « LAN vers
intranet » et « LAN vers Internet ». Ces services permettraient par exemple, l’accès
intermittent et simultané de plusieurs utilisateurs d’une agence régionale à l’intranet de
leur entreprise, l’accès à un site central ou l’accès à Internet.

Les services professionnels et grand public possibles sont par exemple l’accès à
Internet depuis un PC raccordé au GPRS (les applications TCP/IP utilisées sur le PC
sont les même que celles utilisées dans le cas d’un accès fixe). Les applications les
plus courantes sont :

Ø La messagerie électronique (e-mail) ;


Ø L’accès à Internet (navigateur pour la consultation de donnée hypertexte et
image) ;
Ø Le transfert de fichiers par FTP ;
Ø Le forum de discussion (News) ;
Ø L’émulation de terminal (Telnet).

De plus en plus, des applications dites « multimédias »sont utilisées :

Ø La téléphonie via Internet ;


Ø La vidéoconférence ;
Ø La commerce électronique ;
Ø L’évolution des navigateurs pour l’accès aux données hypermédias qui
combinent texte, images, son et vidéo ;

Etude du réseau GPRS 61


Chapitre IV Services GPRS

Ø L’accès à un bouquet de services à valeur ajoutée basé sur la technologie WAP


ou pré-WAP (HDML).

2.2 Services PTM


Il existe types de services PTM :
Ø PTM Multicast (PTM-M) ;
Ø PTM Group Call (PTM-G);
Ø IP Multicast (IP-M).

Pour les services PTM-M et PTM-G, les transmissions de données sont restreintes aux
membres du groupe de destinataire localisés au sein d’une zone géographique. Le
groupe de destinataires et la zone géographique sont spécifiés par le demandeur de
service. Le mécanisme d’adressage de la zone géographique n’est pas applicable à
l’IP-M.

Pour le PTM-M les messages sont transmis vers les zones géographiques définies par
le demandeur de service. Un message peut être destiné à un groupe spécifique de
destinataires ou à tous les abonnés au sein d’une zone. Un identificateur de groupe
permet de restreindre les destinataires. La réception n’est pas garantie et le cryptage est
possible. La communication est unidirectionnelle.

Pour le PTM-G, les messages sont transmis vers un groupe de destinataires au sein des
zones géographiques telles que définies par le demandeur de service. Les messages
sont transmis seulement dans les cellules qui sont connues pour contenir des
participants au groupe de destinataires spécifique. Le message transite sans garantie.
Chaque membre du groupe peut être demandeur d’une retransmission. Les données
sont cryptées. La communication se fait d’un vers plusieurs utilisateurs mais peut être
de plusieurs vers un utilisateur voire de plusieurs utilisateurs vers plusieurs utilisateurs.

L’IP-M et défini comme un service faisant partie du protocole IP. Les messages sont
envoyés entre les participants d’un groupe IP - M. un groupe IP-M peut être interne à
un PLMN ou distribué au sein d’Internet. De ce fait, dans l’IP-M, le transfert de
données doit être compatible avec le protocole IP.

Etude du réseau GPRS 62


Chapitre IV Services GPRS

IV.3 Les atouts du GPRS


Le GPRS est parfois considéré comme une première étape de la convergence entre les
réseaux GSM et les réseaux IP. Il permettra à l’utilisateur muni d’un téléphone mobile
spécifique (GSM/GPRS) non seulement l’accès déjà possible à des services comme
l’envoi de SMS, de mails, de fax et à des bouquets de services type kiosque (jeux,
actualités, horaires de spectrales), mais également l’accès à des informations
localisées, aux données de son agenda électronique et de son ordinateur (base de
données, Internet), à la vidéo, etc.

Par le débit qu’il propose, le GPRS devrait stimuler les applications basées sur le
WAP, qui offre aux utilisateurs de téléphones mobiles l’accès à des contenus Internet
simplifiés et à des services à valeur ajoutée mais en s’appuyant sur les canaux du GSM
de débit limité.

Ainsi, l’apport du GPRS apparaîtra dès la connexion : il suffira d’environ 5 secondes


pour une connexion WAP alors qu’il faut actuellement 20 à 30 secondes avec le GSM.

Cela ouvrira la porte à de nouvelles applications comme le téléchargement de


morceaux de musique, l’envoi de cartes postales électroniques, le paiement sécurisé,
le commerce électronique, les services d’informations localisées pour le grand public
et la réception de messages électroniques, la navigation sur Internet, la transmission de
fichiers, la connexion à l’intranet et l’accès aux bases de données de l’entreprise pour
les professionnels.

Le GPRS pourra ainsi être utilisé pour la télémaintenance, la télésurveillance, la


téléalarme grâce au mode de connexion spécifique du GPRS.

IV.4 La taxation des services GPRS


La taxation est primordiale pour un opérateur car ce sont ces mécanismes qui lui
apportent des revenus. Autant les opérateurs de réseaux de mobiles maîtrisent
parfaitement la facturation des services supportés par une communication circuit (de
type GSM), autant ils ne maîtrisent pas la facturation des services supportés par une
communication paquet (de type GPRS).

Etude du réseau GPRS 63


Chapitre IV Services GPRS

En effet, le GPRS constitue leur première expérience d’une offre de services basée sur
une architecteur de services de donnée paquet.

Le GPRS s’appuie sur réseau support IP qui ne présente aucune similitude avec le
réseau support du GSM. Les caractéristiques particulières du réseau GPRS doivent être
prises en compte pour établir un système de facturation.

L’opérateur trace les communications de ses abonnés à l’aide de tickets dont le


contenu est au minimum :

Ø L’adresse de l’appelé ;
Ø L’adresse de l’appelant ;
Ø La localisation dans le réseau ;
Ø L’heure de début de communication ;
Ø L’heure de fin de communication.

En complément, les services accédés, les données reçues et/ou envoyées par l’abonné
doivent être identifiés.

Une passerelle de taxation est introduite dans l’architecture GPRS afin de traiter les
tickets de taxe générés par toute communication de l’utilisateur GPRS. Cette passerelle
de taxation doit supporter des interfaces aussi ouvertes que possibles afin de permettre
à l’opérateur d’utiliser ses propres mécanismes de collecte de tickets de taxe et d’être
moins contraint par les règles d’interconnexion entre équipements de constructeurs
différents. En effet, les opérateurs GPRS ont le choix entre implémenter un système de
taxation propriétaire (c’est-à-dire avec leurs propres matériels et moyens
d’interconnexion) ou d’un fournisseur différent de celui choisi pour le système de
taxation existant (utilisé pour le services GSM). De plus, les volumes de données
entrants et sortants, doivent être comptés séparément car chaque flux, entrant ou
sortant n’utilise pas la même quantité de ressources du réseau et donc ne coûte pas la
même somme à l’opérateur. Les informations de taxation générées par un SGSN
doivent prendre en compte l’usage des ressources radio. De même, les informations de

Etude du réseau GPRS 64


Chapitre IV Services GPRS

taxation générées par un GGSN doivent prendre en compte l’usage des ressources du
réseau de données externe.
Le GPRS définit les contextes Packet Data Protocol (PDP) qui doivent être activés
avant toute transmission ou réception de données par l’abonné. Ils sont ainsi composés
d’un ensemble d’informations qui permettent de caractériser l’émission et la réception
des données GPRS comme des informations pour le routage vers le GGSN. Un abonné
peut posséder plusieurs contextes PDP : un pour chaque session GPRS demandée.

Les opérateurs GPRS facturer indépendamment chaque contexte PDP afin de tenir
compte des caractéristiques des sessions GPRS requises qui influent sur le coût de la
session comme :

Ø La qualité de service demandée (plusieurs types de qualité de services sont


possibles avec un coût proportionnel au niveau de qualité) ;
Ø Le type de service demandé (le recours à différents réseaux de donnés
externes impacte le prix de la session) ;
Ø La durée de la session ;
Ø L’heure et la date de la session (session moins coûteuses le soir par
exemple).
Pour de tels types de facturation, la durée, la date et l’heure d’activation d’un contexte
PDP doivent être fournies au système de taxation.

La taxation des communications GPRS à l’image de celle des communications GSM


au temps de connexion semble inadaptée. En effet, elle pénaliserait la transmission de
gros volumes de données, pourtant courante dans les communications de données.
L’opérateur GPRS doit concevoir un type de taxation qui ne pénalise pas trop
l’utilisateur et qui lui apporte en même temps la garantie de recevoir des revenus
conformes à ses investissements. La taxation des communications GPRS en tenant
compte du volume de données transmise semble la plus adéquate.

Une fois que le terminal mobile est connecté au SGSN, celui-ci identifie la destination
de la connexion en examinant l’APN. Chaque abonné sera capable d’accéder jusqu’à

Etude du réseau GPRS 65


Chapitre IV Services GPRS

50 services via des APN fournis par le HLR. Le SGSN achemine la connexion vers un
GGSN qui joue le rôle d’une passerelle vers le service demandé.

Les paquets de données sont acheminés entre le terminal mobile et une machine
distante via le SGSN et le GGSN. Cette connexion est appelée Packet Data Protocol
(PDP) et jusqu’à 7 PDP peuvent être établis à n’importe quel moment par un seul
abonné.

Le SGSN alloue un unique charging ID à chaque session sur l’activation du contexte


PDP.
Les différences clés entre ce concept et une connexion de type circuit résident dans le
fait que les ressources du réseau ne sont pas utilisées quand les données ne sont pas
transmises et l’utilisateur dispose d’un accès continu et instantané.

Les appels peuvent durer une longue période avec des communications de données qui
ne se déroulent que durant une petite durée du temps. De ce fait, les réseaux GPRS
produisent ces cinq types de CDR, qui contiennent un ensemble d’informations qui
peuvent être utilisées par les opérateurs de réseaux comme base pour la facturation.

Le S-CDR collectent toutes les informations relatives à l’utilisation du terminal, les G-


CDR collectent les informations liées à l’utilisation des services de réseau distant et les
M-CDR fournissent les informations liées à la localisation et la mobilité.

Tous message court transmis sur GPRS cause la création de deux types additionnels de
CDR dans le SGSN, l’un et lié aux messages émis par le terminal mobile et l’autre
reçu par le terminal mobile.

Cependant, les services de données paquet imposent une évolution vers les modèles de
tarification adoptée dans le monde des communications de données.
Cela implique de nouveaux modèle de taxation qui incluent une taxation basée sur le
volume, la valeur et le type de contenu et la facturation selon le d’accès au service vers
un réseau externe ou un service.

Etude du réseau GPRS 66


Chapitre IV Services GPRS

Les bases de facturation seront l’abonnement (par exemple une somme mensuelle), un
événement (une taxe fixe chaque fois que le service est utilisée), le volume de donnée
(taille des fichiers transmis), la durée de la connexion, le contenu et la qualité de
service.

Certaine services peuvent continuer à être facturés sur la base de la durée de la session
de connexion. Le taux de l’unité de temps (coût par seconde) est multiplié par le
nombre d’unités de temps utilisées. Le taux peut varier en fonction du moment de la
journée afin d’établir une facturation des heures creuses et une facturation des pleines.

D’autres services nécessiteront une combinaison de ces différents types de facturation


comme une taxation d’abonnement périodique ainsi qu’une taxation à l’utilisation. La
facturation en GPRS pourrait combiner une évaluation du volume et de la durée de la
transmission des données : on facturerait ainsi en fonction du volume de données
transmises. Si l’utilisateur restait connecté au-delà d’une limite de temps, on lui
facturerait ce temps de connexion.

Tous ces différents types de facturation vont nécessiter un système d’évaluation très
flexible et plus complexe que ceux qui existent pour les réseaux à commutation de
circuit. Il peut être intéressant de combiner tous les différents services voix et données
en incluant les transactions financières afin de ne présenter qu’une seule facture au
client.
Le tableau 5.1 Résume les possibles taxations de différents services

Service Abonnement Evénement Volume Durée Contenu Qualité


de
service
Réseaux oui non oui non non oui
d’entreprise
Serveur de oui non oui non non non
messagerie
Services de non oui non non oui non
diffusion
Télémétrie oui oui non non non non
Jeux non non non oui oui oui

Tableau 5.1 Base de facturation des services GPRS

Etude du réseau GPRS 67


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

V.1 Mobilité dans les réseaux de mobiles de 2e G : base de la mobilité du


GPRS

1.1 Description de la mobilité dans les réseaux de 2 e génération


Les réseaux de mobiles par définition offrent la mobilité aux utilisateurs, c’est-à-dire
la possibilité de se déplacer de changer de terminal de réseau et de pouvoir continuer à
utiliser leurs services. Il existe différents types de réseaux cellulaires. Les différents
types de réseaux de 2 e génération sont caractérisés par une mobilité spécifique.

La gestion de la mobilité du terminal plus importante dans les réseaux cellulaires tels
que le GSM se compose de la gestion de la localisation et du transfert intercellulaire.

La gestion de la localisation permet au réseau de connaître à tout instant la localisation


du terminal des utilisateurs du point d’accès au réseau avec suffisamment de précision
afin de pouvoir acheminer les appels destinés aux utilisateurs à l’endroit exact où ils se
trouvent à cet instant-là.

La handover ou transfert intercellulaire permet d’assurer une continuité des appels


même si les utilisateurs changent de cellule.

Le rôle principale de tout mécanisme de gestion de la localisation est de permettre au


réseau de connaître à tout instant la position d’un terminal mobile et de son utilisateur.

La gestion de la localisation se compose de deux mécanismes de base :


Ø La mise à jour de localisation qui consiste à savoir où se trouve un terminal
mobile et ce, si possible à tout moment.
Ø La recherche d’abonné (ou paging) qui permet de rechercher un abonné ou un
utilisateur lorsqu’un appel entrant se présente pour lui et qui consiste à émettre
des messages d’avis de recherche dans les cellules où le terminal mobile a été
précédemment localisé.

Dans le GSM la gestion de la localisation est composée de trois types de mises à jour
de localisation :

Etude du réseau GPRS 68


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

Ø La mise à jour de localisation dite normale qui sera appelée par la suite mise à
jour de localisation.
Ø La mise à jour de localisation périodique.
Ø La procédure IMSI attach/detach.

1.2 Aspects radio communs à tous les types de procédures de mises à jour de
localisation

Le terminal détecte une voie balise ou canal avec une nouvelle zone de localisation.
Afin d’engager une procédure de mise à jour de localisation comme pour tout échange
d’informations entre le terminal et le réseau, le terminal va demander au réseau un
canal dédié, c’est-à-dire une ressource radio non déjà allouée à un autre utilisateur. Les
terminaux mobiles en mode veille ont besoin de beaucoup d’informations pour
pouvoir fonctionner efficacement. Une station ou terminal mobile peut recevoir ou être
reçue par différentes cellules qui peuvent appartenir à différents réseaux voir différents
pays. Afin de choisir la cellule la plus adéquate, le terminal a besoin d’informations
comme savoir quel est le réseau auquel la cellule appartient. Ces informations sont
diffusées régulièrement dans chaque cellule afin d’être reçues par toutes les stations
mobiles en mode veille. Le réseau établit un certain nombre de connexions pour
permettre au terminal d’échanger des messages directement avec le MSC gérant la
cellule dans laquelle il se trouve. A la fin du procédures le réseau libère les connexions
nécessaires pour le dialogue entre le terminal et le MSC ainsi qui le ressources radio
allouées pendant le dialogue.

1.3 Mise à jour de localisation


La procédure de mise à jour de localisation est compléments initialisée par le terminal
mobile, le réseau n’intervenant qu’à la demande du terminal. Cette procédure est
utilisée afin de mettre à jour l’enregistrement de la zone de localisation actuelle du
terminal mobile dans le réseau. Les informations de localisation sont enregistrées au
sein de trois entités différentes dans le GSM : le Home Location Register (HLR), base
de données d’abonnement, le Visitor Location Register (VLR), base de données
localisée dans le réseau visité par l’utilisateur et la carte Subscriber Identity Module

Etude du réseau GPRS 69


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

(SIM). Il est donc nécessaire de garder la cohérence entre les informations contenues
dans ces trois entités.

Chaque station de base diffuse à intervalles réguliers sur un canal particulier


l’identificateur de la zone de localisation dans laquelle se trouve le terminal mobile.

Le terminal écoute périodiquement ce canal et enregistre dans sa carte SIM


l’identificateur de sa zone de localisation actuelle.
Si l’identité de la zone de localisation dans laquelle se trouve actuellement le terminal
mobile (diffusée par une station de base) est la même que celle qu’il avait enregistrée
dans sa carte SIM, le terminal n’effectue aucune action. Si elles différent, le terminal
le signal au réseau et lui transmet le nouvel identificateur de zone de localisation et
l’International Mobile Subscriber Identity (IMSI).
Cette procédure s’applique quand le terminal mobile change de station de base du fait
de ses déplacements.

Le VLR note la zone de localisation dans laquelle se trouve l’utilisateur. Si ce dernier


n’était pas enregistré dans le VLR, ou si l’abonné a change de MSC, le VLR définit un
numéro de roaming (le MSRN) pour l’utilisateur. Le MSRN permettra à l’abonné de
recevoir des appels entrants.
Dans le cas le VLR doit notifier le HLR, qui rapportera au VLR précédent, c’est-à-dire
celui dont dépendait l’utilisateur avant son déplacement.

Le nouveau VLR déduit de l’IMSI l’identificateur du HLR qui gère l’utilisateur et lui
transmet le nouveau MSRN. En réponse le HLR envoie toutes les données concernant
l’abonné nécessaires pour la gestion des ses appels. Le HLR après avoir enregistré ce
nouveau MSRN, demande à l’ancien VLR d’effacer cet abonné de ses tables, libérant
l’ancien MSRN pour une utilisation future.

La procédure de mise à jour de localisation permet donc au réseau de transférer dans le


VLR toutes les caractéristiques des abonnés dépendant actuellement de ce VLR.

Etude du réseau GPRS 70


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

1.3.1 Trois cas de mise à jour de localisation


Selon la norme [GSM 09.02], pour chaque type de mise à jour de localisation, on
distingue trois cas :

Ø La mise à jour de localisation intra-VLR.


Ø La mise à jour de localisation inter-VLR lorsque l’IMSI peut être fourni par
l’ancien VLR.
Ø La mise à jour de localisation inter-VLR lorsque l’IMSI ne peut pas être fourni
par l’ancien VLR.

En fait il existe un quatrième cas de mise à jour de localisation. Cette procédure est
effectuée lors d’une première mise sous tension du terminal mobile. Celui-ci doit
s’inscrire avec son IMSI car le réseau ne lui a pas encore alloué d’identificateur
temporaire appelé Temporary Mobile Subscriber Identity (TMSI). Cette procédure
peut également être réalisée lorsque le terminal mobile « s’attache » au réseau après
avoir été mis sous tension.

Les messages échanges dans le cadre de cette procédure sont les mêmes que pour une
mise à jour de localisation inter-VLR lorsque l’IMSI n’est pas fourni par l’ancien VLR
à l’exception des messages envoyés par l’ancien VLR au terminal mobile pour
récupérer l’IMSI et de ceux envoyés par le HLR pour effacer les données relatives à
l’abonné dans l’ancien VLR. Dans le cas présent, il n’y a pas d’ancien VLR, les
messages de la procédure sont échangés entre le terminal mobile, le MSC/VLR et le
HLR.

1.3.2 Les mécanismes de sécurité


L’utilisation d’un canal radioélectrique pour transporter les informations fragilise la
confidentialité et la sécurité. Les abonnés mobiles sont vulnérables :

Ø A la possibilité de l’utilisation frauduleuse de leur compte par des personnes


disposant de terminaux pirates qui feignent d’être les abonnés autorisés.
Ø A la possibilité que leurs communications soient écoutées lors du transit des
informations sur le canal radio.

Etude du réseau GPRS 71


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

Dans le but de protéger les abonnés et les opérateurs, le système GSM intègre les
fonctions suivantes :

Ø Confidentialité de l’IMSI.
Ø Authentification des abonnés pour protéger l’accès aux services.

Ø Confidentialité des données usager.


Ø Confidentialité des informations de signalisation.

Le meilleur moyen d’éviter d’interception de l’IMSI est de le transmettre le plus


rarement possible sur la voie radio. D’où l’intérêt de l’utilisation du TMSI. Le TMSI
est créé à partir de l’IMSI, mais il est plus court donc il fournit moins d’information
sur l’abonné. La correspondance entre les deux identités de l’utilisateur est établit au
niveau du VLR. L’IMSI est transmis lors de la mise sous tension du terminal et
ensuite, seuls les TMSI successifs seront transmis sur la voie radio.

Principes généraux de la sécurité


La sécurité est assurée grâce à deux procédures : l’authentification et le chiffrement.
L’authentification permet de vérifier que l’identité transmise (IMSI ou TMSI) par le
terminal mobile sur la voie radio est correcte afin de protéger, d’une part l’opérateur
contre l’utilisation frauduleuse de ses ressources et d’autre part les abonnés en
interdisant à des tierces personnes d’utiliser leur compte.

La confidentialité des données transmises sur la voie radio permet d’interdire


l’interception et le décodage des informations usager et de signalisation, par des entités
non autorisées. Elle sert à protéger l’IMEI, l’IMSI, le numéro de l’appelant ou de
l’appelé. La confidentialité des informations usager est obtenue grâce au chiffrement
de celles-ci. Elle s’applique entre le terminal mobile et la station de base, elle n’est
donc pas de bout en bout.
1.3.3 La mise à jour de localisation périodique
La mise à jour de localisation périodique a été introduite dans le but d’assurer un
contact radio régulier sur l’initiative du terminal mobile. Elle permet également un
maintien de la cohérence entre les différentes données.

Etude du réseau GPRS 72


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

Cette procédure est effectuée automatiquement par le terminal mobile et consiste à


contacter régulièrement le réseau en service normal et ainsi de notifier périodiquement
au réseau sa disponibilité à recevoir un appel, par exemple. Le terminal diffuse à
intervalles réguliers vers le réseau des messages rapportant sa position actuelle.

La périodicité de cette procédure est contrôlée par le réseau et varie de 6 minutes à 24


heures. Une valeur infinie est possible et correspond à l’annulation de cette procédure.
Cette procédure simple peut coûter cher en consommation d’énergie inutile, en spectre
radio ainsi qu’en messages de signalisation au sein du réseau.

Elle est utilisée afin de corriger les éventuelles incohérences entre les informations de
localisation enregistrées dans les entités du réseau dues à des pannes du VLR ou du
HLR par exemple.

1.3.4 IMSI attach/detach


L’utilisation de cette procédure est optionnelle dans le GSM, mais le support de cette
facilité par le terminal mobile est obligatoire. Cette procédure a été introduite afin de
réduire la consommation des ressources et reste à l’initiative du réseau lorsque le
besoin se fait sentir.

1.3.5 Le paging ou recherche de l’abonné


La recherche de l’abonné consiste à diffuser un appel sur l’ensemble de la zone dans
laquelle est susceptible de se trouve le terminal mobile demandé. Cette procédure est
exécutée lorsqu’un appel entrant arrive. Le MSC/VLR demande au sous-système radio
(ou BSS) d’effectuer un paging dans quelques-unes des cellules du BSS. Le MSC lui
fournit l’identité de l’abonné mobile à recherche et la liste des cellules dans lesquelles
la recherche doit être menée. Le paging est très proche de la gestion de la localisation
puisqu’il sert à localiser un terminal mobile au sein d’une zone de localisation totale.

Etude du réseau GPRS 73


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

V.2 La gestion de mobilité dans le GPRS


2.1 Notion d’état dans le GPRS
Dans le GSM le terminal mobile peut se trouver dans l’un ou l’autre des deux états ou
modes suivants :

Ø Le mode IDLE dans lequel le terminal mobile écoute les canaux de diffusion
(dits BCCH dans la littérature GSM), il ne possède pas de canal propre.
Ø Le mode DEDICATED dans lequel un canal bidirectionnel est alloué à un
terminal pour ses besoins de communication en lui permettant d’échanger des
informations point à point avec le sous-système radio GSM de façon
bidirectionnelle.

Dans le cadre de la gestion de la mobilité pour le GPRS, trois états de mobilité sont
associés à un terminal mobile :

Ø IDLE : le terminal est en veille, inactif.


Ø STANDBY : le terminal est dans un état intermédiaire dans lequel il est prêt à
émettre et recevoir des données.
Ø READY : le terminal émet ou reçoit des communications.
Ces états correspondent à un certain niveau de fonctionnalités et d’information
allouées (localisation, routage).

Les informations relatives à la mobilité d’un abonné constituent un contexte de gestion


de mobilité appelé « contexte MM » MM signifiant Mobility Management.

Les contextes MM sont gérés au niveau du terminal et du SGSN.

L’état IDLE
Dans l’état IDLE l’abonné n’est pas rattaché au réseau GPRS. Cet état semble
correspondre à l’état IDLG du GSM. Les contextes MM enregistrés dans le terminal
mobile et le SGSN ne contiennent donc ni informations de localisation ni information
de routage pour cet abonné. Les procédures de gestion de la mobilité ne sont pas
exécutées pour cet abonné.

Etude du réseau GPRS 74


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

L’état STANDBY
Dans l’état STANDBY le terminal mobile est en attente pour émettre des données ou
en recevoir.
L’information de localisation dans le contexte MM du SGSN contient uniquement
l’identificateur de la zone de routage pour les terminaux mobiles GPRS qui sont dans
l’état STANDBY.
Dans cet état le terminal peut initier l’activation ou la désactivation des contextes PDP.
Rappelons qu’un contexte PDP doit être activé avant toute transmission ou réception
de données.

L’état READY
Dans l’état READY ou actif le terminal mobile est en communication. Le contexte
MM du SGSN correspond au contexte MM de l’état STANDBY enrichi par des
informations de localisation concernant l’abonné au niveau de la cellule.

2.2 Gestion de la mobilité dans le GPRS


La gestion de la mobilité est composée de deux aspects :
Ø La gestion de la localisation de chaque terminal déclaré dans le réseau (chaque
terminal déclaré devant être joignable en permanence par le système).
Ø La nécessité pour le terminal, même en veille et en dehors de toute
communication de signaler ses mouvements au réseau.

La gestion de la mobilité est donc constituée :


Ø De fonctions liées à l’accès au réseau (enregistrement de l’utilisateur, fonctions
de sécurité et fonctions Attach et Detach).
Ø De la gestion de la localisation (mise à jour de cellule, de zone de routage et de
zone de localisation).
Ø De la recherche de l’abonné ou paging (en mode circuit et en mode paquet).

2.2.1 Les fonctions liées à l’accès au réseau


Les fonctions liées à l’accès au réseau permettent à un terminal mobile de se déclarer
dans un réseau et d’obtenir un accès aux services GPRS. Ces fonctions sont :

Etude du réseau GPRS 75


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

Ø L’enregistrement de l’utilisateur.
Ø Les fonctions de sécurité.
Ø Les procédures Attach et Detach.
Fonction de sécurité
Les fonctions de sécurité du GSM ont été enrichies pour les besoins spécifiques du
GPRS. Le SGSN applique des procédures d’authentification et de chiffrement
comparables à celles qu’applique les MSC dans le GSM.
En revanche l’algorithme de chiffrement est spécifique au GPRS : il est optimisé pour
la transmission des données par paquets.
Ainsi ces fonctions de sécurité permettent :
Ø D’empêcher une utilisation non autorisée du service GPRS (la demande de
service est authentifiée, c'est-à-dire le terminal est authentifié).
Ø De fournir la confidentialité de l’identité de l’utilisateur (identification
temporaire et chiffrement).
Ø De fournir la confidentialité des données de l’utilisateurs (chiffrement).

Procédure Attach et Detach


Attach ou comment un terminal se déclare sur le réseau GPRS
Pour pouvoir accéder aux services GPRS, le terminal doit d’abord signifier sa présence
au réseau à l’aide d’une procédure appelée GPRS Attach. Un lien logique est établit
entre le terminal mobile et le SGSN.

Ceci correspond à la phase de déclaration du terminal mobile au réseau GPRS, c’est-à-


dire pendant laquelle le SGSN établit un contexte de mobilité (contexte MM)
contenant des informations relatives à la mobilité et à l’authentification pour ce
terminal mobile. L’utilisateur a alors accès au service SMS via le GPRS, au service de
paging via le SGSN et au service de notification de données GPRS à recevoir.

Un terminal mobile qui est rattaché aux réseaux GSM et GPRS va effectuer une
procédure IMSI attach via le SGSN à l’aide des procédures mise à jour de zone de
routage et mise à jour de zone de localisation combinées.

Etude du réseau GPRS 76


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

Dans la procédure GPRS Attach le terminal doit fournit son identité (P-TMSI ou
IMSI) et une indication sur le type d’Attach qui doit être exécuté. Les paramètres P-
TMSI et Routeing Area Identity (RAI) doivent être fournis si le terminal mobile
dispose d’un P-TMSI valide sinon il fournit son IMSI.

Une fois la procédure GPRS Attach effectuée le terminal mobile se trouve dans l’état
READY et les contextes MM sont établis dans le terminal et dans le SGSN.

Le terminal du SGSN est enregistré dans le HLR pour cette localisation particulière du
terminal. De ce fait des changements des données de l’abonné peuvent être
communiqué au SGSN.

Si de nouvelles données concernant l’abonné sont reçues par le SGSN et si le terminal


mobile est attaché au GPRS, le SGSN peut si nécessaire demander au terminal
effectuer à nouveau un GPRS Attach. De même de nouvelles activations de contextes
PDP peuvent être demandées afin que les nouvelles données de l’abonné soient prises
en compte.

Activation d’un contexte PDP


Pour échanger (envoyer et recevoir) des données GPRS avec un terminal distant, le
terminal mobile doit activer un contexte PDP. L’activation de contexte PDP constitue
donc la deuxième phase de la procédure d’attachement du terminal au réseau GPRS.

La procédure d’activation de contexte PDP, PDP Context Activation, déclenchée par


le terminal mobile, lui permet d’être connu de la passerelle d’interconnexion GGSN
concernée.

Au cours de cette procédure le terminal mobile communique au réseau GPRS le point


d’accès au réseau externe auquel il souhaite se connecter. Le SGSN vérifie que le
terminal est bien autorisé à activer ce contexte.
Le SGSN établit un contexte PDP. Un GGSN est sélectionné et une négociation de
qualité de services est engagée.

Etude du réseau GPRS 77


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

Detach ou comment un terminal se déconnecte du réseau GPRS


La procédure Detach permet à un terminal mobile d’informer le réseau qu’il veut se
détacher du réseau GPRS (GPRS Detach) ou du GSM (IMSI Detach).
Elle permet également au réseau d’informer le terminal mobile qu’il a été détaché du
réseau GPRS ou du GSM.

Il existe trois types de procédures Detach :


Ø IMSI Detach.
Ø GPRS Detach.
Ø Procédures IMSI/GPRS Detach combinées.

Le terminal mobile est détaché du réseau GPRS de façon explicite ou implicite.


Dans le premier cas le réseau ou le terminal mobile demande un détachement explicite.

Dans le second cas un lien logique existe et la temporisation STANDBY expire du fait
d’un manque d’activité ou d’un problème radio qui aurait causé une déconnexion de ce
lien logique.

La procédure Detach peut être initialisée par le terminal ou par le réseau.


Dans le premier cas et s’il s’agit d’un GPRS Detach, les contextes PDP concernant ce
terminal mobile sont désactivés dans le GGSN par envoi d’un message du SGSN. S’il
s’agit d’un IMSI Detach, le SGSN envoie au VLR une indication de détachement du
réseau GSM.
Si le terminal souhaite rester attaché au réseau GSM et est en cours d’exécution d’un
GPRS Detach, le SGSN envoie au VLR une indication de détachement du réseau
GPRS. Le VLR retire l’association avec le SGSN et traite le paging et la mise à jour de
localisation sans recourir au SGSN.

Dans le cas d’une procédure Detach initialisée par le réseau par le SGSN ou le HLR, le
SGSN informe le terminal qu’il a été détaché du réseau GPRS. Les contextes PDP sont
désactivés dans le SGSN pour ce terminal mobile.

Etude du réseau GPRS 78


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

Si le terminal était attaché à la fois au réseau GSM et au réseau GPRS, le SGSN envoi
une indication de détachement au VLR. Le VLR efface l’association avec le SGSN et
traite le paging et la mise à jour de localisation sans recourir au SGSN.

La fonction de purge
La fonction de purge est liée à la fonction Detach et permet à un SGSN d’informer le
HLR qu’il a effacé les contextes MM et PDP d’un terminal détaché.

Le SGSN peut garder quelque temps les contextes MM et PDP ainsi que les triples
d’authentification d’un terminal mobile détaché. De ce fait ces contextes pourront être
réutilisés lors d’un nouveau GPRS Attach sans interroger le HLR.

2.2.2 La gestion de localisation


La localisation d’un terminal GPRS est réalisée au niveau de la cellule ou au niveau de
la zone de routage.
Le réseau doit fournir suffisamment d’informations au terminal mobile pour qu’il soit
capable :

Ø De détecter quand il est entré dans une nouvelle cellule ou une nouvelle zone
de routage.
Ø De déterminer quand il doit effectuer une mise à jour de zone de routage
périodique.

De plus le réseau doit assurer un suivi de la localisation du terminal mobile :

Ø Lorsque celui-ci change de cellule radio (mobile intra-zone de routage).


Ø Lorsque celui-ci change de zone de routage (mobilité inter-zone de routage).

Le terminal mobile détecte qu’il est entré dans une nouvelle cellule en comparant
l’identité de cette nouvelle cellule avec celle enregistrée dans son contexte MM.

Le terminal mobile détecte qu’il est entré dans une nouvelle zone de routage en
comparant l’identificateur de la zone de routage enregistré dans le contexte MM avec

Etude du réseau GPRS 79


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

celui reçu de la nouvelle cellule. En effet chaque cellule possède un identificateur qui
porte des informations sur la zone de routage dans laquelle elle se trouve.

Trois cas se présente :

Ø Une mise à jour de cellule est nécessaire.


Ø Une mise à jour de zone de routage est nécessaire.
Ø Une mise à jour de zone de localisation est nécessaire et elle est combinée
avec une mise à jour de zone de routage.

2.2.3 Le paging

Dans le GPRS il existe deux types de paging : le CS paging pour le mode circuit et le
paging for GPRS downlink transfer pour le mode paquet. Ces deux types de recherche
d’abonnés sont semblables sauf que le MSC supervise le 1er type de recherche
d’abonnés alors que le SGSN supervise le 2 e.

Paging pour le mode circuit


Lorsque le terminal mobile est attaché au GPRS, le MSC/VLR exécute le paging pour
les services en mode circuit via le SGSN.

Si le terminal est dans le mode STANDBY, il sera recherché dans la zone de routage.
Par contre si le terminal est dans le mode READY, il sera recherché dans la cellule.

Rappelons que le terminal passe de l’état STANDBY à l’état READY lorsqu’il reçoit
ou émet des données.
Le MSC supervise ce type de paging en utilisant une temporisation. Il envoie une
demande de paging au SGSN, qui la convertit en un « message de paging SGSN » qui
est envoyé au BSS puis au terminal mobile.
La temporisation est arrêtée par le MSC/VLR quand il reçoit la réponse du terminal
mobile au paging.

Etude du réseau GPRS 80


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

Paging pour le mode paquet


Le paging pour le mode paquet est semblable à celui pour le mode circuit sauf que
dans ce cas, c’est le SGSN qui supervise la procédure.

Le terminal mobile dans l’état STANDBY sera recherché par le SGSN pour que le
transfert de données provenant de réseaux de données extérieures via le GGSN puisse
s’exécuter. Cette procédure va mettre le terminal dans l’état READY pour qu’il puisse
être prêt à recevoir les données qui lui sont destinées.

2.3 La gestion de mobilité du GSM et la gestion de mobilité du GPRS combinées


Le GPRS introduit un réseau de nouveaux nœuds qui se superpose au réseau GSM
existant, constitué principalement des nœuds MSC/VLR et HLR. Une coopération
entre les sous-systèmes réseaux GSM et GPRS est envisageable pour une meilleure
coordination dans les fonctions de mobilité, mais elle est optionnelle et conditionnée
par la mise en œuvre de l’interface Gs entre un MSC/VLR et le SGSN.

L’implémentation des services GPRS doit être indépendante de celle des services
existants.
Certaines fonctions sont communes au GSM et au GPRS :

Ø La gestion de la mobilité.
Ø La gestion des abonnées.
Ø La gestion des services simultanés (indication de nouveaux appels).

De plus les équipements GSM en charge des services non-GPRS seront affectés aux
fonctions GPRS.

La description des procédures réalisée dans les sections précédentes a pris comme
hypothèse l’implémentation de l’interface Gs. Or, il est possible que pour la première
phase du GPRS, cette interface ne soit pas mise en place parce qu’elle est coûteuse
(elle entraîne des modifications du réseau GSM existant).

Etude du réseau GPRS 81


Chapitre V La gestion de mobilité dans le GPRS

Si l’interface Gs n’est pas implémentée les MSC/VLR ne seront pas modifiés mais les
coûts de signalisation seront élevés puisque pour un même terminal enregistré pour les
services GSM et GPRS, une signalisation dans chaque réseau est nécessaire.
Lorsqu’un terminal mobile déclaré dans les deux réseaux GSM et GPRS, change de
zone de localisation, il doit envoyer deux messages de signalisation : un pour mettre à
jour la zone de localisation courante enregistrée dans le MSC/VLR pour le GSM et un
autre pour mettre à jour la zone de routage enregistrée dans le SGSN pour le GPRS.

2.3.1 Impacts du GPRS sur la gestion de la mobilité du GSM


L’introduction du GPRS dans le GSM pose également des interrogations pour la
gestion de la mobilité :

Ø Les messages de mobilité GSM doivent supporter l’introduction du GPRS, par


exemple deux nœuds (MSC et SGSN) doivent être connus pour un appel
entrant au lieu d’un seul nœud auparavant (MSC).
Ø Les nœuds GPRS semblables à des routeurs de réseaux de données auront à
traiter la mobilité et devront garder les informations de localisations relatives à
leurs utilisateurs.
Ø Il existe trois niveaux dans la définition des zones géographiques servant de
base pour la localisation des terminaux mobiles : la cellule, la zone de routage
et la zone de localisation.
Ø Une zone de localisation est composée de plusieurs zones de routage qui sont
elles-mêmes découpées en cellules.
Ø Le GPRS s’appuyant sur la notion de zones de routage, introduit une précision
plus fine que le GSM relativement à la localisation du terminal et de son
utilisateur.
Ø Des architectures GSM et GPRS combinées, comme une même base de
données intégrées, afin de faciliter la gestion des abonnés (un seul profil pour
les services circuit (GSM) et les services paquet (GPRS)), semblent nécessaires
dans le future.

Etude du réseau GPRS 82


Conclusion

Conclusion
Le service GPRS permet de considérer GSM comme un réseau à transmission de
données par paquets avec un accès radio et des terminaux mobiles. GPRS est
compatible avec les protocoles IP et X25. L’architecture du BSS est reprise mais
supporte de nouvelles fonctions. Des routeurs spécialisés SSGN et GGSN sont
introduits dans le réseau GPRS fixe. La transmission par paquets sur la voie radio
permet d’économiser la ressource radio : un terminal peut être attaché au réseau,
c’est à dire être susceptible d’émettre et de recevoir es données à tout moment, sans
que le réseau lui alloue un canal radio dédié. Avec GPRS, on perd l’aspect binaire
dédié/non dédié. Les débits instantanés maximaux envisagés sont d’environ 170
Kbit/s.
Décrit et annoncé comme le premier pas vers la troisième génération (UMTS), le
GPRS doit encore fournir des démonstrations. On peut déjà trouver en commerce
des téléphones compatibles avec cette technologie, rarement, mais on peut les
trouver. Les applications mobiles basées sur la pl ate-forme General Packet Radio
Service sont en train de devenir le premier pas vers la diffusion de l'Internet mobile.

Etude du réseau GPRS


Glossaire

GLOSSAIRE
API Application Programming Interface
ART Autorité de Régulation des Télécommunications
BNF Backus-Naur-Form
BSS Base Sation System
BSSGP Base Sation System GPRS Protocol
CGI Common Gateway Interface
CTI Couplage Téléphonie Informatiques
DCS Digital Communications System
DTD Document Type Definition
ECMA European Computer Manufacturer Association
EDGE Enhanced Data rates for Global Evolution
ETSI European Telecommunications Standards Institute
GAP GSM Automation Platform
Gb, Gi, Gn Point de référence dans un réseau GPRS
GC Garbage Collection
GGSN Gateway GPRS Service Node
GMM GRS Mobility Management
GPRS General Packet Radio Service
GSM Global System for Mobile Communication
GTP GPRS Tunneling Protocol
HDML Handheld Markup Language
HSCSD High Speed Circuit Switched Data
HTML HyperText Markup Language
HTTP HyperText Transfert Protocol [RFC2068]
IANA Internet Assigned Numbers Authority
IMC Internet Mail Consortium
IN Intelligent Network
IP Internet Protocol

Etude du réseau GPRS


Glossaire

IS-136 TDMA Cellular/PCS – Radio Interface – Mobile Station - -Base Station


Compatibility Standard
LAN Local Area Network
LLC Logical Link Control
LSB Least Significant Bit
MMI Man Machine Interface
MMI Man-Machine Interface
MSB Most Significant Bit
MSISDN Mobil Station International Subscriber Devi ce Number
MTU Maximum Transmission Unit
NS Network Service
OS Operating System
PCI Peripheral Component Interconnect
PCM PCI Mezzanine
PCS Personal Communication System
PDA Personal Digital Assistant
PDC Personal Digital Cellular
PDP Packet Data Protocol
PICS Protocol Implementation Conformance Statement
RF Radio Frequency
RFC Request For Comments
RNIS Réseau Numérique à Intégration de Services
RTC Réseau Téléphonique Commuté
RTOS Real Time Operating System
SBC Single Board Computer
SGML Standardised Generalised Markup Language
SGSN Serving GPRS Service Node
SMTP Simple Mail Transfer Protocol
SNDCP Sub Network Dependant Convergence Protocol
SSL Secure Socket Layer
SUT System Under Test

Etude du réseau GPRS


Glossaire

TCP Transmission Control Protocol


TDMA Time Division Multiple Access
TELCO Telephone Company
TID Tunnel ID
TLS Transport Layer Security
TRAU Transcoding and Adaptation Unit
TTF Test Tools Framework
UCS Universal Multiple-Octet Coded Character Set
UDP User Datagram Protocol
UI User Interface
UIT Union Internationnale des Télécommunications
UMTS Universal Mobile Telecommunication System
URI Uniform Resource Identifier [RFC2396]
URL Uniform Resource Locator [RFC2396]
URN Uniform Resource Name
USN Uwer Space Network
UTF UCS Transformation Format
VNC Virtual Network Computing
VPN Virtual Private Network
W3C World Wide Web Consortium
WAE Wireless Application Environment
WAP Wireless Application Protocol
WBMP Wireless BitMaP
WDP Wireless Datagram Protocol
WML Wireless Markup Language
WSP Wireless Session Protocol
WTA Wireless Telephony Application
WTAI Wireless Telephony Application Interface
WTLS Wireless Transport Layer Security
WTP Wireless Transaction Protocol
WWW World Wide Web

Etude du réseau GPRS


Glossaire

XML Extensible Markup Language

Etude du réseau GPRS