Vous êtes sur la page 1sur 5

1. Cours 8: Applications linéaires.

1.1. Applications linéaires


Dé…nition: Soient E et F deux K-espaces vectoriels. Une application f : E ! F
est dite linéaire, si
8 ; 2 K;8x; y 2 E: f ( x+ y) = f (x) + f (y)
*Une application linéaire bijective est appelée isomorphisme.
*Une application linéaire de E dans E est appelée endomorphisme de E:
*Un endomomorphisme bijectif est appelé automorphisme.

Exemples:
1) L’application f : R3 ! R2 dé…nie par f (x; y; z) = (2x + 3y z; x + z) est une
application linéaire. En e¤et:
Soit ; 2 R et soit (x1 ; y1 ; z1 ) ; (x2 ; y2 ; z2 ) 2 R3 , on a:
f ( (x1 ; y1 ; z1 ) + (x2 ; y2 ; z2 )) = f ( x1 + x2 ; y1 + y2 ; z1 + z2 )
= (2 ( x1 + x2 ) + 3 ( y1 + y2 ) ( z1 + z2 ) ; ( x1 + x2 ) + ( z1 + z2 ))
= ( (2x1 + 3y1 z1 ) + (2x2 + 3y2 z2 ) ; (x1 + z1 ) + (x2 + z2 ))
= (2x1 + 3y1 z1 ; x1 + z1 ) + (2x2 + 3y2 z2 ; x2 + z2 )
= f (x1 ; y1 ; z1 ) + f (x2 ; y2 ; z2 )
* f n’est pas un isomorphisme d’espaces vectoriels (f n’est pas injective)

2) L’application g : C ! C telle que g (z) = z n’est pas une application linéaire,


si on considère C comme C-espace vectoriel. En e¤et:
Soit z; z 0 2 C et soit ; 2 C on a: g ( z + z 0 ) = z + z 0 = g (z) + g (z 0 )
Prenons z = 2; z 0 = i et prenons = 1 + i; = 2i; on a:
g ( z + z 0 ) = g ((1 + i) :2 + 2i (i)) = 2i:
g (z) + g (z 0 ) = (1 + i) :2 + 2i ( i) = 4 + 2i 6= g ( z + z 0 ) :

Mais si on considère C comme R-espace vectoriel, les scalaires ; seront choisis


de R; alors = et = , donc dans ce cas g devient une application linéaire.
* g est un endomorphisme et puisque elle est bijective c’est un automorphisme.

3) La dérivation des polynômes D : K [X] ! K [X] qui associe à chaque polynôme


P son polynôme dérivé P 0 (Voir cours 6) est une application linéaire. En e¤et:
Soit ; 2 K et soit P; Q 2 K [X] ; on a:
(D ( P + Q) = ( P + Q)0 = P 0 + Q0 = D (P ) + D (Q)).
* D est un endomorphisme qui n’est pas un automorphisme (D n’est pas injective).
Remarque: Si f est une application linéaire alors
8 1 ; 2 ; :::; n 2 K; 8a1 ; a2 ; :::; an 2 K;
f ( 1 a1 + 2 a2 + ::: + n an ) = 1 f (a1 ) + 2 f (a2 ) + ::: + nf (an )

Théorème: Soient E et F deux K-espaces vectoriels et f : E ! F une applica-


tion linéaire. Alors:
1) f (0E ) = 0F
2) 8 x 2 E : f ( x) = f (x)
3) Im f = f (E) est un sous espace vectoriel de F:
4) ker f = f 1 f0F g est un sous espace vectoriel de E:
5) f est surjective , Im f = F
6) f est injective , ker f = f0E g
On rappelle que Im f = f (E) = ff (x) = x 2 Eg et ker f = f 1 f0F g = fx 2 E = f (x) = 0F g
Preuve:
1) On a: f (0E ) = f (0E ) + 0F = f (0E ) + f (0E ) f (0E )
= f (0E + 0E ) f (0E ) = f (0E ) f (0E ) = 0F
2) Soit x 2 E; on a:
f ( x) + f (x) = f ( x + x) = f (0E ) = 0F , alors f ( x) = f (x) :
3) D’après 1), on a f (0E ) = 0F , alors 0F 2 Im f:
Soit ; 2 K et soit y; y 0 2 Im f , alors 9x; x0 2 E; y = f (x) et y 0 = f (x0 ) :
On a y + y 0 = f (x) + f (x0 ) = f ( x + x0 ) 2 Im f;
Alors, Im f est un sous espace vectoriel de F:
4) D’après 1), on a f (0E ) = 0F , alors 0E 2 ker f
Soit ; 2 K et soit x; x0 2 ker f .
On a f ( x + x0 ) = f (x0 ) + f (x0 ) = 0F + 0F = 0F ; d’où x + x0 2 ker f;
alors, ker f est un sous espace vectoriel de E:
5) On a: f est surjective , 8y 2 F; 9x 2 E : y = f (x)
, 8y 2 F; y 2 Im f
, F Im f
, F = Im f car il est clair que Im f F
6) Supposons que f est injectif, alors:
ker f = fx 2 E=f (x) = 0F g = fx 2 E = f (x) = f (0E )g = f0E g :
Inversement , supposons ker f = f0E g ; et soit x; x0 2 E:

2
f (x) = f (x0 ) ) f (x) f (x0 ) = 0F
) f (x x0 ) = 0F
) x x0 2 ker f
) x x0 = 0E
) x = x0
Alors f est injetive.
Exemples:
1) Soit l’application linéaire f : R3 ! R2 dé…nie par f (x; y; z) = (2x + 3y z; x + z) :
ker f = f(x; y; z) 2 R3 = (2x + 83y z; x + z) = 0R2 g :
< y= x
2x + 3y z = 0
On a , z= x
x+z =0 :
x2R
3
ker f = f(x; y; z) 2 R =z = y = xg , alors f n’est pas injective, car ker f 6= f0R3 g
Im f = ff (x; y; z) = (x; y; z) 2 R3 g = f(2x + 3y z; x + z) = (x; y; z) 2 R3 g
= fx (2; 1) + y (3; 0) + z ( 1; 1) = x; y; z 2 Rg
Alors Im f est le sous espace vectriel de R2 engendré par la partie G = f(2; 1) ; (3; 0) ; ( 1; 1)g
qui n’est pas libre (sinon dimR (Im f ) = 3 ce qui est impossible car dimR (Im f ) dimR R2 = 2).
La partie G contient une base et comme la partie G1 = f(2; 1) ; (3; 0)g est libre, il
existe une base A de Im f telle que G1 A G ce qui implque que G1 = A et
dimR (Im f ) = 2 d’où Im f = R2 et par conséquent f est surjective.

1.2. Applications linéaires et dimensions


Théorème: Soient E et F deux K-espaces vectoriels de dimensions …nies et
f : E ! F une application linéaire. Alors:
dimK E = dimK (ker f ) + dimK (Im f ) :
Preuve: ker f est un sous espace de dimension …nie de E.
Posons k = dimK (ker f ) et soit fe1 ; e2 ; :::; ek g une base de ker f qu’on complète
en base de E: Soit fe1 ; e2 ; :::; ek ; ek+1 ; :::; en g ; où n = dimK E:
Montrons que ff (ek+1 ) ; :::; f (en )g est une base de Im f:
Soit k+1 ; :::; n 2 K ,
k+1 f (ek+1 ) + ::: + n f (en ) = 0 ) f ( k+1 ek+1 + ::: + n en ) = 0
) k+1 ek+1 + ::: + n en 2 ker f
) 9 1 ; :::; k 2 K : k+1 ek+1 + ::: + n en = 1 e1 + ::: + k ek
) 1 e1 ::: k ek + k+1 ek+1 + ::: + n en = 0
) 1 = ::: = k = k+1 = ::: = n = 0
) k+1 = ::: = n = 0

3
Par conséquent ff (ek+1 ) ; :::; f (en )g est une partie libre de Im f:
Soit y 2 Im f; alors 9x 2 E : y = f (x) ; x 2 E.
Or 9x1 ; :::; xk ; xk+1 ; :::; xn 2 K : x = x1 e1 + ::: + xk ek + xk+1 ek+1 + ::: + xn en ,
d’où y = f (x1 e1 + ::: + xk ek + xk+1 ek+1 + ::: + xn en ) :
= x1 f (e1 ) + ::: + xk f (ek ) + xk+1 f (ek+1 ) + ::: + xn f (en )
= xk+1 f (ek+1 ) + ::: + xn f (en ) car fe1 ; e2 ; :::; ek g ker f
Par conséquent ff (ek+1 ) ; :::; f (en )g est une partie génératrice de Im f:
En conclusion ff (ek+1 ) ; :::; f (en )g est une base de Im f; et dimK (Im f ) = n k;
ainsi n = dimK E = dimK (Im f ) + k = dimK (Im f ) + dimK (ker f )
Remarque: Le théorème est vrai même en dimension in…nie.
Exemples:
1) Soit l’application linéaire g : R3 ! R4 dé…nie par g (a; b; c) = (b; a b; b c; a + 2c)
3
8f(a; b; c) 2 R = 8
ker g = (b; a b; b c; a + 2c) = (0; 0; 0; 0)g ;
>
> b=0 >
> b=0
< <
a b=0 a=0
On a ,
>
> b c=0 >
> c=0
: :
a + 2c = 0 a=0
Donc ker g = f(0; 0; 0)g, alors g est injective.
On a 3 = dimR R3 = dimR (Im g) + dimR (ker g) = dimR (Im g) ; alors Im g 6= R4 ;
car dim R4 = 4: Par conséquent g n’est pas surjective.
Corollaire: Si E et F sont deux K-espaces vectoriels de dimensions …nies et
f : E ! F une application linéaire. Alors:
1) dimK (Im f ) = dimK E , f est injective:
2) dimK (ker f ) = dimK E dimK F , f est surjective:

Corollaire: Si E et F sont deux K-espaces vectoriels de dimensions …nies.


Alors:
1) dimK E = dimK F , E est isomorphe à F:
2) dimK E = n , E est isomorphe à K n :
Rang d’une application linéaire: Le rang d’une application linéaire f noté
rg f est la dimension de son image. C.à.d: rg f = dimK (Im f ).
Remarques: En dimension …nie, on a:
1) rg f = dimK (E) dimK (ker f ), où E est l’espace de départ de f:
2) f est surjective , rg f = dimK (F ) ; où F est l’espace d’arrivée de f:

4
Exemples:
1)Soit l’application h : R3 [X] ! R3 [X] dé…nie par h (P ) = (X 2 + X + 4) P 00 , où
R3 [X] est l’espace des polynômes à coe¢ cients dans R de degré au plus 3 et P 00
le polynôme dérivé du polynôme dérivé de P (voir cours 6 )
Montrons que h est un endomorphisme et calculons son rang.
1) Soient ; 2 R; et P1 ; P2 2 R3 [X] :
h ( P1 + P2 ) = (X 2 + X + 4) ( P1 + P2 )00
= (X 2 + X + 4) P100 + (X 2 + X + 4) P200 = h (P1 ) + h (P2 )
Alors h est une application linéaire.
Si P 2 R3 [X] ; alors P = a0 + a1 X + a2 X 2 + a3 X 3 avec a0 ; a1 ; a2 ; a3 2 R.
h (P ) = (X 2 + X + 4) (2a2 + 6a3 X)
= (6a3 ) X 3 + (2a2 + 6a3 ) X 2 + (2a2 + 24a3 ) X + 8a2
h (P ) 2 R3 [X] ; donc h est un endomorphisme.
ker h = fP 2 R3 [X]8= h (P ) = 0g et si P = a0 + a1 X + a2 X 2 + a3 X 3
>
> 6a3 = 0
<
2a2 + 6a3 = 0 a3 = 0
On a h (P ) = 0 , ,
>
> 2a 2 + 24a 3 = 0 a2 = 0
:
8a2 = 0
ker h = fP = a0 + a1 X = a0 ; a1 2 Rg qui admet f1; Xg comme base, donc dimR (ker h) = 2
et comme f1; X; X 2 ; X 3 g est une base de R3 [X] ; alors dimR (R3 [X]) = 4:
En …n rg h = dimR (R3 [X]) dimR (ker f ) = 4 2 = 2 , et par suite h n’est pas
surjective.
Théorème: Soient f : E ! F et g : F ! G deux applications linéaires.
Alors: g f : E ! G est une application linéaire.
Preuve: Soit ; 2 K et soit x; x0 2 E; on a:
g f ( x + x0 ) = g ( f (x) + f (x0 )) = g (f (x)) + g (f (x0 )) = g f (x) + g f (x0 ) :
Théorème: Soit f : E ! F une application linéaire bijective.
Alors: f 1 : F ! E est une application linéaire.
Preuve: Soit ; 2 K et soit y; y 0 2 F;
Comme f est surjective, alors 9x; x0 2 E; y = f (x) et y 0 = f (x0 ) :
On peut écrire donc x = f 1 (y) et x0 = f 1 (y 0 ) :
On a: f 1 ( y + y 0 ) = f 1 ( f (x) + f (x0 ))
= f 1 (f ( x + x0 ))
= x + x0 car z = f (t) , t = f 1 (z)
= f 1 (y) + f 1 (y 0 )

Vous aimerez peut-être aussi