Vous êtes sur la page 1sur 18

06/10/2015

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES


PARTICULIERES
PIECE N°4

PRESTATIONS D’INSTALLATION ET DE MAINTENANCE


DE SECURITE ET DE PROTECTION INCENDIE
AU MEDIPOLE DE KOUTIO :
LOT 1 – S Y STEM ES DE SEC UR ITE I NC E N DIE
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

SOMMAIRE

1 Objet _______________________________________________________ 3
2 Contenu des prestations confiées _________________________________ 3
2.1 NATURE DES OUVRAGES – TRANCHE FERME ______________________________________ 3
2.1.1 CLASSEMENT _____________________________________________________________________ 3
2.1.2 PRESENTATION GENERALE DU SYSTEME DE SECURITE INCENDIE ____________________ 3
2.1.3 DESCRIPTION DU SYSTEME DE SECURITE INCENDIE _________________________________ 4
2.1.4 SECURITE CONTRE L’INCENDIE – DESENFUMAGE ____________________________________ 8
2.2 NATURE DES OUVRAGES – TRANCHE CONDITIONNELLE 1 : LOGIPOLE ______________ 9
2.3 NATURE DES OUVRAGES – TRANCHE CONDITIONNELLE 2 : L’INSTITUT PASTEUR DE
NOUVELLE-CALEDONIE (IPNC) ___________________________________________________ 9
2.3.1 SYSTEME DE SECURITE INCENDIE __________________________________________________ 9
2.3.2 SYSTEME DE LUTTE CONTRE L’INCENDIE – DESENFUMAGE __________________________ 9
2.4 NATURE DES OUVRAGES – TRANCHE CONDITIONNELLE 3 : CENTRE CALEDONIEN
DE LUTTE CONTRE LE CANCER (CCLC) ___________________________________________ 10
2.4.1 SYSTEME DE SECURITE INCENDIE _________________________________________________ 10
2.4.2 SYSTEME DE LUTTE CONTRE L’INCENDIE – DESENFUMAGE _________________________ 10
2.5 PRESTATIONS __________________________________________________________________ 10
2.5.1 PRESTATION TECHNIQUE _________________________________________________________ 10
2.5.2 LIMITE DES PRESTATIONS ________________________________________________________ 12

3 Délais______________________________________________________ 13
3.1 DELAIS D’INTERVENTION _______________________________________________________ 13
3.2 ASTREINTE ____________________________________________________________________ 14

Page 2 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

1 OBJET

Le présent document, définie les modalités techniques des prestations d’entretien et de maintenance des ouvrages et
équipements relatives au lot Système de Sécurité Incendie.

Le titulaire du marché aura à sa charge les opérations de maintenance sur les ensembles suivants :

 système de sécurité incendie : logiciel – configuration

 SSI - Matériel de détection et de mise en sécurité (SDI, CMSI),

 Désenfumage

2 CONTENU DES PRESTATIONS CONFIEES


2.1 NATURE DES OUVRAGES – TRANCHE FERME 1 : LE MEDIPÔLE

2.1.1 Classement

Le bâtiment hospitalier du Médipole de Koutio est classé selon la notice de sécurité, comme un Etablissement Recevant
du Public – ERP – type U de la 1ère catégorie avec des activités secondaires de type N, M, et V.

2.1.2 Présentation générale du Système de Sécurité Incendie

Le Système de Sécurité Incendie du bâtiment principal du Médipole de Koutio s’articule autour d’un réseau global de
sécurité incendie.

L’installation mise en place est constituée d’un Système de Sécurité Incendie de catégorie A avec un équipement
d’alarme de type 1.

Les bâtiments SMUR étant complètement isolés de l’établissement hospitalier, il est équipé individuellement d’un
Equipement d’Alarme de type 1.

Les systèmes sont ainsi mis en réseau pour former le réseau global de sécurité incendie du site.

L’installation est supervisée au Poste Central de Sécurité du site. Les PCS situé au RDC du Grand Faré comprennent le
matériel central du SSI ainsi que l’Unité d’Aide à l’Exploitation (UAE).

L’UAE offre une plus grande souplesse d’exploitation, avec une visualisation instantanée des différents points de
détection incendie et des éléments asservis par le système.

Le synoptique suivant représente l’architecture de principe du système de sécurité incendie et en particulier de


l’installation mise en place dans le plateau technique.

Page 3 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

2.1.3 Description du système de sécurité incendie

Le Système de Sécurité Incendie est organisé autour d’un Equipement de Contrôle et de Signalisation et d’un
Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie.

Le matériel central est installé dans le PC de Sécurité situé au niveau rez-de-parvis du Grand Faré. Ce local est surveillé
par des Détecteurs Automatiques d’Incendie.

Le matériel central se présente sous la forme de plusieurs baies 19 pouces équipées de portes vitrées.

2.1.3.1 DETECTEURS AUTOMATIQUES D’INCENDIE

Les Détecteurs Automatiques d’Incendie sont de type ponctuel, indentifiable individuellement et constitués :

 d’un socle permettant sa fixation mécanique et le raccordement des câbles,

 d’un capteur adapté aux phénomènes à détecter, fixé au socle par verrouillage. Il comporte un élément
électronique, un voyant lumineux de signalisation de fonctionnement. Les divers types de capteurs doivent être
interchangeables dans les socles sans modification de l’installation.

Des Détecteurs Automatiques d’Incendie, appropriés aux risques, sont installés dans l’ensemble de l’établissement, à
l’exception des escaliers et des sanitaires.

On retrouve différents types de D.A.I. au sein du bâtiment :

 détecteurs optiques de fumées,

 détecteurs thermovélocimétriques.

Page 4 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

2.1.3.2 INDICATEURS D’ACTION

Les locaux techniques et les locaux affectés au sommeil comportent un Indicateur d’Action situé de façon visible dans
la circulation horizontale les desservant.

Chaque indicateur d’action est équipé de diodes électroluminescentes rouges de fortes luminosités, associées aux
détecteurs par une fonction « Groupe de led ».

2.1.3.3 DECLENCHEURS MANUELS D’ALARME

Les Déclencheurs Manuels d’alarme associés à l’Equipement de Contrôle et de Signalisation, sont constitués d’un
boîtier de couleur rouge en matière plastique résistante aux rayures et aux chocs, comportant un contact à fermeture
commandée par une membrane déformable. Le contact reste maintenu jusqu’au réarmement du déclencheur manuel
d’alarme. Un dispositif visuel signale l’état d’alarme.

2.1.3.4 EQUIPEMENT DE CONTROLE ET DE SIGNALISATION

L’Equipement de Contrôle et de Signalisation est constitué :

 d’un équipement de contrôle composé :

o d’une carte microprocesseur,

o d’une EEPROM et une RAM,

o d’un ensemble de câbles et de connecteurs.

 d’un ensemble de carte électronique pour la communication avec les bus de détection,

 d’un Equipement d’Alimentation Electrique secourue conforme à la norme EN 54-4,

 d’un terminal d’exploitation.

Chaque Equipement de Contrôle et de Signalisation doit permettre la gestion :

 de 240 zones de détection adressées et de 1024 points de détection,

 de 120 répétiteurs d’exploitation raccordés sur un bus de communication,

 d’unités de supervision.

2.1.3.5 CENTRALISATEUR DE MISE EN SECURITE INCENDIE

Le CMSI de technologie adressable est constitué :

 unité de Commande Manuelle Centralisée,

 unité de Signalisation,

 équipement d’alarme de type 1 associé à un SDI,

 unité de Gestion d’Alarme,

 terminal d’exploitation,

 matériel déporté,

 module adressable de télécommande.

Page 5 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

2.1.3.6 ALARME GENERALE SELECTIVE

La diffusion de l’Alarme Générale Sélective est assurée principalement dans les niveaux accueillants des locaux à
sommeils, visés aux articles MS 61 et MS 63.

Les diffuseurs sonores d’alarme générale sélective, se présentent sous la forme d’un boîtier équipé d’un buzzer et d’un
voyant.

2.1.3.7 ALARME GENERALE

Dans les niveaux ne comportant pas de locaux à sommeil et ne recevant pas du public, l’option prise entre l’Alarme
Générale et l’Alarme Générale Sélective, est celle de l’Alarme Générale.

La diffusion de l’Alarme Générale est assurée par des diffuseurs sonores et lumineux installés dans des circulations
horizontales principales et locaux techniques en terrasse. Ils seront répartis judicieusement en fonction des critères
d’audibilité pour les diffuseurs sonores, ainsi que de l’organisation de l’évacuation pour les diffuseurs lumineux.

2.1.3.8 ALARME VISUELLE

Les locaux bruyants (notamment les locaux technique CVCD) sont équipées, en plus de l’Alarme Générale, d’une
alarme par gyrophare rouge incliné à 45°.

2.1.3.9 TABLEAU REPETITEUR D’ALARME

Les Tableaux Répétiteur d’Alarme permettent le report à distance de la signalisation visuelle et sonore des différents
états de l’Equipement de Contrôle et de Signalisation. Le personnel affecté à la surveillance est ainsi informé de la
localisation du sinistre.

Les Tableaux Répétiteur d’Alarme sont raccordés à la centrale via un bus de communication. Ces terminaux doivent
être surveillés, en effet si la communication sur le bus est interrompue, un message sera affiché à la fois sur le terminal
de la centrale et sur le répétiteur concerné.

2.1.3.10 GESTION DES ALARMES

En cas de détection incendie, l’alarme générale est diffusée sans temporisation. Les agents de Sécurité Incendie de
l’établissement, prévus dans l’unique PC de Sécurité du site, sont immédiatement informés d’une alarme feu sur le site.

Une ligne téléphonique directe avec poste au décroché est prévue au PC de Sécurité et dédiée à l’appel d’urgence des
secours. Elle permet aux agents de sécurité du site, de prévenir dans les plus brefs délais le service des sapeurs-
pompiers.

2.1.3.11 DISPOSITIFS ACTIONNES DE SECURITE

Afin de garantir une meilleure exploitation du SSI, chaque DAS est adressé individuellement (retour individuel des
positions de chaque DAS).

 porte des locaux Hôtelier,

 porte de cloisonnement coupe-feu,

 porte automatique,

 clapets coupe-feu sur les réseaux de ventilation,

 volets de désenfumage,

 ouvrants de désenfumages télécommandés,

 dispositif de verrouillage électromagnétique pour issues de secours,

Page 6 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

 exutoires de désenfumage,

 ventilateur de désenfumage.

2.1.3.12 ARRETS TECHNIQUES

La commande des équipements suivants est un arrêt technique lié aux différentes fonctions de mise en sécurité.

 équipements de ventilation générale,

 appareils élévateurs,

 AGV – Automatic Guided Véhicule (Véhicule à Guidage Automatique).

2.1.3.13 ARRET MOTEURS

Chaque famille de moteur par zone de désenfumage (extraction – soufflage) peut être mis à l’arrêt depuis le PCS. Cette
fonction « Arrêt Pompier » n’est obtenue qu’au niveau d’accès 2, à partir de l’UCMC. La liaison entre cette commande
manuelle d’arrêt et le coffret de relayage du ventilateur utilise les voies de transmission du CMSI.

L’arrêt des ventilateurs de désenfumage (fonction « Arrêt Pompier ») est géré par un module pouvant reprendre 16
arrêts ventilateurs jusqu’à un maximum de 96.

De plus, il est prévu pour chaque caisson de désenfumage un boîtier de réarmement et alimenté par une source secourue
indépendante des alimentations utilisée pour le SSI.

2.1.3.14 UNITE D’AIDE A L’EXPLOITATION

L’installation est complétée par une Unité d’Aide à l’Exploitation généralisée, située au PC de Sécurité. L’aide à
l’exploitation générale est regroupée sur une UAE constituant un système supplémentaire, physiquement séparé du
matériel central du CMSI. Cet outil permet d’optimiser l’exploitation, la maintenance et la gestion du Système de
Sécurité Incendie global de l’établissement.

Page 7 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

Eléments commandés Tension Mode de transmission Supervisée


ECS 230 Vac Tension permanente Non
CMSI 230 Vac Tension permanente Non
DAI 24 Vcc Tension permanente Oui
DM 24 Vcc Tension permanente Oui
Diffuseur sonore d’alarme générale
24 Vcc Emission de tension Oui
sélective
Répétiteur d’alarme feu 24 Vcc Emission de tension Oui
Maintien des portes de recoupement 24 / 48 Vcc Manque tension Non
Clapet coupe-feu de ventilation 24 / 48 Vcc Emission de tension Oui
Volet de désenfumage et d’amené d’air 24 / 48 Vcc
Emission de tension Oui
sur conduit collectif
Exutoire de désenfumage 24 / 48 Vcc Manque tension Non
Coffret de relayage pour ventilateur de 24 / 48 Vcc
Emission de tension Oui
désenfumage
Arrêt ventilation mécanique 24 / 48 Vcc Contact sec NF Non
Non arrêt ascenseur 24 / 48 Vcc Contact sec NO Non
Commande issue de secours 24 / 48 Vcc Manque tension Oui
Manque ou émission de
Contrôle des positions des DAS ou DCT Oui
tension
Réarmement des DAS ou DCT 24 / 48 Vcc Non

2.1.4 Sécurité contre l’incendie – désenfumage

Outre la mise en œuvre d’équipements de sécurité sur les réseaux de ventilation, l’ensemble des bâtiments est
désenfumé mécaniquement pour les zones recevant du public.

2.1.4.1 DESENFUMAGE

 l’extraction des fumées se fait par des ventilateurs (résistant à 400°C – 2 heures) et par des orifices munis de
trappes coupe-feu à ouverture automatique asservie à la détection incendie (système à impulsion),

 les escaliers recevant du public sont désenfumés naturellement,

 la mise en route du désenfumage est automatique et asservie à la détection.

Des clapets coupe-feu sont installés sur les réseaux de ventilation, ainsi que toutes les trappes de désenfumage (air neuf
et extraction), à l’exception des trappes d’air neuf s’inscrivant dans des châssis en façades ou dans des portes donnant
sur l’extérieur.

Les gaines sont en matériau coupe-feu 2 heures, 4 faces, en un seul matériau homogène.

Le fonctionnement du désenfumage d’une zone entraîne impérativement l’arrêt des installations de ventilation ou de
climatisation de la zone concernée. Les coffrets d’arrêt pompier, un par ventilateur d’extraction de fumée, sont
implantés auprès du C.M.S.I. dans le PC de sécurité.

2.1.4.1.1 Ventilateur de désenfumage

Les ventilateurs de désenfumage comprennent d’une part les ventilateurs d’extraction et, d’autre part, les ventilateurs
d’amenée d’air.

Page 8 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

Les ventilateurs d’extraction ont une résistance au feu de 400°C / 2 h. (F400 120).

Les ventilateurs d’introduction d’air neuf ne sont pas classés.

Chaque ventilateur de désenfumage est équipé :

 d’un contrôleur de débit,

 d’un interrupteur de proximité.

Les ventilateurs de désenfumage sont équipés chacun d’un coffret de relayage homologué. Ces coffrets de relayage sont
installés à proximité ventilateurs desservis.

2.1.4.1.2 Volet de désenfumage

Les volets sont équipés chacun de :

 une bobine de télécommande à émission de tension (courant continu 24 ou 48 V)

 un contact « fin » et « début » de course

 système à réarmement manuel sur les volets coupe-feu installés en façade de trémie

 un système de réarmement motorisé pour les volets installés en faux plafond

Les volets sont de type 1 ou 2 vantaux.

2.2 NATURE DES OUVRAGES – TRANCHE FERME 2 : LE LOGIPÔLE

Le Logipôle dispose d’une Centrale de Mise en Sécurité Incendie.

Des détecteurs automatiques d’incendie sont installés :


 Détecteurs optiques
 Détecteurs thermiques
 Détecteurs linéaires

2.3 NATURE DES OUVRAGES – TRANCHE CONDITIONNELLE 1 :


L’INSTITUT PASTEUR DE NOUVELLE-CALEDONIE (IPNC)

2.3.1 Système de Sécurité Incendie

La protection incendie du IPNC est assurée par la mise en place d’un Matériel Déporté, inséré dans un réseau global de
sécurité incendie.

Le matériel déporté est une extension du SSI de catégorie A. Il regroupe le Système de Détection Incendie (SDI) et le
Système de Mise en Sécurité Incendie (SMSI).

Les Détecteurs Automatiques d’Incendie sont installés dans l’ensemble des locaux à l’exception des escaliers et des
sanitaires.

2.3.2 Système de lutte contre l’incendie – désenfumage

Le système de lutte contre l’incendie est commun à tout le bâtiment hospitalier du Médipôle de Koutio.

Page 9 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

2.4 NATURE DES OUVRAGES – TRANCHE CONDITIONNELLE 2 : LE


PLATEAU TECHNIQUE CANCEROLOGIE (PTC)

2.4.1 Système de Sécurité Incendie

La protection incendie du PTC est assurée par la mise en place d’un Matériel Déporté, inséré dans un réseau global de
sécurité incendie commun avec le plateau technique.

Le matériel déporté est une extension du SSI de catégorie A. Il regroupe le Système de Détection Incendie (SDI) et le
Système de Mise en Sécurité Incendie (SMSI).

Les Détecteurs Automatiques d’Incendie sont installés dans l’ensemble des locaux à l’exception des escaliers et des
sanitaires.

2.4.2 Système de lutte contre l’incendie – désenfumage

Le système de lutte contre l’incendie est commun à tout le bâtiment hospitalier du Médipôle de Koutio.

2.5 PRESTATIONS

2.5.1 Prestation technique

RAPPEL : Le personnel du Titulaire chargé d’intervenir sur le site, se présente dès son arrivée au Poste de
Sécurité de l’établissement ou à l’Agent de contrôle du CHT. Il pourra alors accéder aux matériels sous réserve
du respect des consignes de sécurité et d’accessibilité qui lui seront communiquées.

2.5.1.1 MAINTENANCE PREVENTIVE

Le Titulaire doit assurer l’ensemble des opérations de maintenance préventive sur les ensembles suivants :

 système de sécurité incendie : logiciel – configuration : niveau 1 à 3,

 SSI - Matériel de détection et de prévention: niveau 1 à 3,

 ventilateur de désenfumage: niveau 1 à 3,

 volets de désenfumage : niveau 1 à 3.

Toutes les vérifications périodiques nécessitant l’intervention d’un personnel de compétence III (3) au sens de la norme
(agrément APSAD - Règlement F7 "Certification APSAD de service de maintenance de systèmes de détection
automatique d'incendie et de centralisateurs de mise en sécurité incendie).

Le Titulaire effectue à minima les opérations de maintenance prévues par les constructeurs (annexe 3 et 4 au CCTP)
ainsi que toutes les opérations relatives à la réglementation en vigueur. Le Titulaire pourra proposer des gammes de
maintenance qui viendront en complément à celle mise en place dans le contrat.

Le Titulaire aura en charge la maintenance préventive des installations dues au titre des installations qui comprend :

 les opérations d'entretien prescrites par les fabricants ou les installateurs des équipements,

 la réalisation des vérifications périodiques à partir des gammes mises au point par le Titulaire,

La totalité des actions de maintenance préventive tant en termes de temps passé que de fournitures ou de prestations
intellectuelles sur les systèmes ne sont pas rémunérées en tant que telles mais sont comprises dans le forfait quelles que
soient leur nature, leur fréquence, leur périodicité et leur importance.
Les vérifications périodiques ont pour objet de fournir un constat de l'état réel des installations avec une évaluation
résultant d'essais qualitatifs.

Page 10 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

De façon générale elle comprend :

 une inspection visuelle des installations,

 une vérification fonctionnelle des installations (perchage annuel des têtes de détection),

 une vérification annuelle des asservissements de désenfumage,

 une vérification des fonctions Evacuation et Compartimentage (alarmes sonores, flash, mise en sécurité, clapets
CF, etc.).

La réalisation et le résultat des opérations de maintenance préventive feront l'objet de rapports de vérification
systématiques.

Ce document mentionnera :

 les examens, inspections, essais et contrôles effectués,

 les observations relevées,

 les opérations de maintenance effectuées,

 les travaux de mise en conformité jugés nécessaires (modifications – extensions),

 la nomenclature du matériel existant par S.D.I. et C.M.S.I. (avec la date d’installation),

 les observations (si nécessaire),

 le nom du vérificateur et de l’intervenant.

Les opérations et les périodicités de maintenance indiquées dans la norme NF S 61-933 sont à considérer comme un
programme de maintenance minimum. Ce programme ne saurait en aucun cas être considéré comme exhaustif.

2.5.1.1.1 Désenfumage

Concernant les installations de désenfumage, le Titulaire effectue l’ensemble des opérations d’entretien courant et de
contrôle selon les prescriptions des constructeurs et conformément au règlement de sécurité incendie du 30 décembre
2011.

1 fois par an, le Titulaire vérifie notamment :

 le fonctionnement des dispositifs de commandes manuelles et automatiques,

 le fonctionnement des bouches, exutoires et ouvrants de désenfumage,

 le fonctionnement des transmissions et signalisations,

 la fermeture des éléments mobiles de compartimentage et le fonctionnement des ventilateurs de désenfumage,

 les mesures de pression, de débit et de vitesse.

Le Titulaire doit assurer l'entretien de la partie mécanique et des ventouses électromagnétiques des clapets et volets
coupe-feu depuis et y compris le bornier. En cas de chute d'un clapet ou d’un volet coupe-feu, le Titulaire est tenu de le
réarmer. Il en informe le CHT ou son représentant.

Le Titulaire doit maintenir en permanence les débits de soufflage et d’extraction installés pour respecter la
réglementation en vigueur en matière de désenfumage et ainsi garantir la sécurité des personnes à l’intérieur des
bâtiments.

2.5.1.1.2 Dépannage

Sont à la charge du titulaire dans son forfait, y compris la main d’œuvre :

Page 11 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

 les mesures conservatoires en cas de désordres (consignation d’équipements),

 les petites réparations sans fourniture de pièce,

 les petites réparations avec la fourniture des pièces dont le montant est inférieur à 18 000 XPF HT,

Sont considérées comme dépannage les interventions mineures liées aux levées de remarques des contrôles
réglementaires.

Les gammes de maintenance délivrées en annexe du CCTP sont à titre d’exemple et ne sont en aucun cas exhaustives.

2.5.1.2 MAINTENANCE CORRECTIVE

Sont comprises au présent marché, toutes les opérations de maintenance corrective de niveau 1 à 3.

En effet, le Titulaire est amené à exécuter certaines interventions de dépannage et autres petits travaux qui sont classés
dans la maintenance corrective.

Le Titulaire s'engage, dans le cadre de la rémunération forfaitaire du marché au remplacement à l'identique, par échange
standard ou par fourniture en neuf, de toutes les pièces dont montant est inférieur à 18 000 XPF HT, qui ne
permettraient plus de garantir la sécurité et la sûreté et de maintenir l'obtention des performances d'origine.

Il s'engage également, dans le cadre de la rémunération forfaitaire du marché, à procéder à la réparation des pièces usées
par le fonctionnement normal de l'appareil ou à leur remplacement si elles ne peuvent pas être réparées.

Ces travaux sont exécutés sur l’initiative du Titulaire et concernent tous les organes des équipements objet du présent
marché.

Pour les interventions de maintenance corrective et curative dans le cadre des dépannages et réparations, le Titulaire
doit dans le cadre de son forfait :

 le déplacement jusqu’au lieu de constatation des dysfonctionnements,

 le diagnostic et recherche de panne,

 les réparations,

 les tests, essais et remise en service,

 toute action permettant une continuité de fonctionnement et remise en fonction provisoire des équipements et
installations en attendant la réparation définitive.

2.5.2 Limite des prestations

SSI :
La limite de prestations est fixée à partir du système (logiciel inclus) installé au poste de sécurité jusqu'aux terminaux de
détection inclus.

Désenfumage :
La limite de prestation est fixée à l’arrivée de l’alimentation électrique du coffret de relayage des moteurs de
désenfumage.

Page 12 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

3 DELAIS
3.1 DELAIS D’INTERVENTION

Le titulaire s’engage, conformément aux dispositions de l’article « 5.2 DELAIS» du CCTG, à tenir les engagements
suivants selon le niveau de criticité fixé par le client :

Délais d’intervention
Nature du Nature d’intervention Délais de remise en Délais de remise
Heures
risque ou type de défaillance Astreinte service en état
ouvrées

C4 Défaillance remettant en cause la fonction


1 heure 1 heure 1 heure 2 jours ouvrés
même du site et / ou le service attendu

C3 Autres pannes mettant en cause l’activité du


1 heure 1 heure 2 heures 2 jours ouvrés
site ou la sécurité des personnes et des biens

C2 Autres pannes mettant en cause les conditions


2 heures 1 heure 4 heures 2 jours ouvrés
de service du site

Autres pannes mettant en cause les conditions


de confort ou de fonctionnement d’une zone
C1 des bâtiments 2 heures 1 heure 4 heures 5 jours ouvrés

Page 13 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

3.2 ASTREINTE

Le weekend et en dehors des heures ouvrées (8h30 à 18h30), les interventions de dépannage sont réalisées par l’équipe
d’astreinte spécialement formée à cet effet, connaissant parfaitement le site et les installations.

Il est fait appel à l’astreinte sur demande :

 de l’un des représentants du CHT,

 du service de sécurité incendie,

 sur sollicitation d’alarmes de sécurité ou techniques.

Les interventions en astreinte consistent à :

 prendre les mesures conservatoires,

 remettre en état de fonctionnement les installations indispensables (dépannage, basculement, démarrage des
équipements redondants...).

Les noms, numéros de téléphone et adresses du personnel et le calendrier d'astreinte sont communiqués préalablement
par le Titulaire, chaque mois, au CHT. Le CHT ou son représentant doit pouvoir joindre à tout moment et quels que
soient l’heure ou le jour, le responsable du site ou tout autre responsable du Titulaire afin de guider les interventions.

Le coût des déplacements et des prestations effectuées en astreinte est compris au forfait.

Le T.M. fait viser par l’agent du P.C. sécurité sa fiche d’intervention précisant :

 l’heure d’appel,

 l’heure d’arrivée,

 l’heure de départ,

 la description de l’intervention effectuée,

 la nomenclature des pièces remplacées (fournies ou prises en stock),

 clôture de l’intervention ou actions complémentaires à mener.

Page 14 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

ANNEX 1 : Inventaire des équipements

Page 15 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

ANNEX 2 : Gammes de maintenance

Page 16 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

ANNEX 3 : Fiches produits

Page 17 sur 18
CHT – Nouméa CCTP LOT 1 SSI

ANNEX 4 : Synoptique

Page 18 sur 18