Vous êtes sur la page 1sur 55

République de Côte d’Ivoire

Union – Discipline –Travail


Ministère de l’Enseignement Supérieur Ministère de l’industrie
et de la Recherche Scientifique

ECOLE SUPERIEURE D’AGRONOMIE DTA/DI/SERVICE EXPLOITATION


IRRIGATION

MEMOIRE DE FIN D’ETUDE


Pour l’obtention du Diplôme d’Ingénieur des Techniques Agricoles (DITA)
Option : Agro-machinisme et aménagement rural

Thème :
ANALYSE DES PERFORMANCES DE
L’IRRIGATION PAR ASPERSION SOUS PIVOTS SUR
LE COMPLEXE SUCRIER DE FERKE 2

Présenté par :
KEDJA Kedja Jean Marc

Élève Ingénieur des Techniques Agricoles de la 38ème promotion

Encadreur pédagogique : Encadreur de terrain :

Dr YESSOH M’boua Jean Marie M. Emmanuel D’ERVAU

Enseignant chercheur au DFR - Chargé d’étude recherche et


GRSG/ INP-HB développement irrigation/ SUCAF-CI

Année académique : 2014-2015


0
REMERCIEMENTS

Ce mémoire a été rendue possible grâce au concours de différents acteurs tant au niveau de
l’Ecole Supérieure d’Agronomie (ESA) qu’au niveau de la SUCAF-CI (les SUCreries
d’AFrique-Côte d’Ivoire). Je profite de cet ouvrage pour vivement remercier toute la famille
de la direction technique Agricole au sein de la SUCAF, et en particulier celle du service
exploitation irrigation.

Je tiens à adresser toute ma gratitude à M. Emmanuel D’ERVAU pour avoir accepté de


diriger ce travail. Son apport scientifique et son travail de coordination ont été un véritable
tremplin pour avancer efficacement. Il a su par ses remarques, critiques et orientations me
guider, ce qui a permis de maintenir ce travail de recherche sur la bonne voie.

Je remercie Dr YESSOH M’Boua Jean Marie, pour sa disponibilité, son dynamisme et ses
conseils tout au long de ce travail.

Je tiens à dire vivement merci à M. ADJA Nahoule Armand, pour son soutien et sa
disponibilité.

Aussi voudrais-je également exprimer ma reconnaissance à toute l’équipe pédagogique de


l’ESA et en particulier à l’ensemble des enseignants du département Génie Rural et Science
Géographique (GRSG). Ils ont su nous accompagné dans notre quête du savoir à travers les
cours dispensés et leurs conseils pour nous maintenir sur les rails de la connaissance.

Enfin, j’exprime ma profonde gratitude à toutes ces personnes, qui de près ou de loin ont
contribué à l’édification de cette œuvre.

1
RESUME

Une étude a été menée sur l’évaluation des performances de l’irrigation par rampes
pivotantes sur le périmètre sucrier de Ferké 2 (9° 35’ N et 5° 12’ O), au nord de la Côte
d’Ivoire. L’objectif de ce travail est d’évaluer la qualité des apports d’eau d’irrigation à
travers un diagnostic d’alimentation hydrique des cannes et une analyse des performances
hydrauliques des pivots. Pour ce faire il a été évalué d’une part les mesures hydrauliques in
situ (répartition pluviométrique, débit, pression), et d’autre part l’efficience agronomique
(rendement, indice moyen de satisfaction hydrique). Cette évaluation a permis d‘identifier les
principaux facteurs qui influencent les uniformités d’arrosage en vue de proposer des actions
à mener pour assurer une meilleure conduite de l’irrigation. Les résultats obtenus montrent
que le rendement moyen des pivots est de 86 t/ha ; l’efficience de l’irrigation est de 5,3 kg/m3
et l’efficience d’utilisation de l’eau de 9,8 kg/m3. Il a été enregistré une corrélation linéaire
positive entre le rendement moyen des cannes et les quantités d’eau apportée. Les pivots
étudiés présentent dans l’ensemble une uniformité d’arrosage correcte (CU ≥ 80%). Les
Principaux facteurs qui influencent l’uniformité de distribution de l’eau des rampes pivotantes
sont : la pression de fonctionnement ; la conformité du plan de busage ; les activités de
débouchages des buses et la vitesse du vent. Les rendements moyens en canne peuvent être
améliorés à l’issu d’une meilleure conduite de l’irrigation et une amélioration de l’uniformité
de distribution.

Mots clés : Canne à sucre, aspersion, pivot, performances, uniformité de distribution, Côte
d’Ivoire

2
ABSTRACT

A study was conducted on the performance evaluation of irrigation by swivel ramps


on the sugar perimeter of Ferké 2 (9° 35’ N and 5° 12’ O), North of Côte d'Ivoire. The
objective of this study is to evaluate the quality of irrigation water supply through a diagnosis
of water supply of canes and an analysis of the hydraulic performance of the pivots. To do
this it has been assessed on the one hand the hydraulic situ measurements (rainfall
distribution, flow, pressure), and also the agronomic efficiency (yield, average satisfaction
index of water. This assessment identified the main factors influencing irrigation uniformities
to propose actions to ensure better irrigation management. The results obtained show that the
average yield of the pivots is 86 t/ha, the efficiency of irrigation is 5.3 kg/m3 and the
efficiency of use of water of 9.8 kg/m3. It was recorded a positive linear correlation between
the average yield of cane and the amount of water provided. The studied pivots across present
a proper irrigation uniformity (CU ≥ 80%). The main factors influencing the uniformity of
distribution of water from the swivel ramps are the operating pressure; the conformity of the
sprinkler package plan; nozzles unblock activities and the wind speed. Average yields of cane
can be improved through better irrigation management and improved distribution uniformity.

Key words: sugarcane, sprinkler, pivot, performance, uniformity, Côte d'Ivoire

3
TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS................................................................................................................ 1

RESUME ................................................................................................................................... 2

ABSTRACT .............................................................................................................................. 3

TABLES DES ILLUSTRATIONS ......................................................................................... 7

LEXIQUE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ................................................................... 8

INTRODUCTION .................................................................................................................... 9

CHAPITRE 1 : REVUE DE LITTERATURE .................................................................... 11

1.1. PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE ........................................................... 11

1.1.1. Présentation de la SUCAF-CI ............................................................................. 11

1.1.2. Caractéristique du milieu .................................................................................... 11

1.1.2.1. Climat……. ................................................................................................ 11

1.1.2.2. Réseau hydrographique ............................................................................. 12

1.1.2.3. Pédologie ................................................................................................... 12

1.1.2.4. Végétation .................................................................................................. 12

1.2. DESCRIPTION DE L’EXPLOITATION ................................................................. 13

1.2.1. Réseau d’irrigation .............................................................................................. 13

1.2.1.1. Ressources en eau ...................................................................................... 13

1.2.1.2. Station de pompage et canaux à ciel ouvert .............................................. 14

1.2.1.3. Réseaux souterrains d’irrigation ................................................................ 15

1.2.1.4. Ouvrages auxiliaires .................................................................................. 15

1.2.2. Système d’irrigation ............................................................................................ 15

1.2.3. Matériel végétal................................................................................................... 16

1.2.3.1. Botanique de la canne à sucre.................................................................... 16

1.2.3.2. Ecologie de la canne à sucre ...................................................................... 16

1.2.3.3. Besoin en eau de la canne à sucre.............................................................. 17

1.3. GENERALITES SUR L’ASPERSION SOUS PIVOT ............................................. 17

1.3.1. Notion d’irrigation par aspersion ........................................................................ 17

4
1.3.2. Pivot…….. .......................................................................................................... 18

1.3.3. Fonctionnement du pivot .................................................................................... 18

1.3.4. Avantages et inconvénients................................................................................. 19

1.4. CONCEPTS LIES AUX PERFORMANCES DES SYSTEMES IRRIGUES .......... 20

1.4.1. Notion de performance........................................................................................ 20

1.4.2. Performance hydraulique .................................................................................... 21

1.4.2.1. Indicateur d’uniformité .............................................................................. 21

1.4.2.1.1. Coefficient d’uniformité ........................................................... 22

1.4.2.1.2. Uniformité de distribution ......................................................... 22

1.4.2.2. Efficience d’application de l’eau ............................................................... 23

1.4.3. Performance agronomique .................................................................................. 23

1.4.3.1. Rendement ................................................................................................. 23

1.4.3.2. Productivité de l’eau .................................................................................. 24

1.4.3.3. Efficience d’utilisation de l’eau ................................................................. 24

1.4.4. Performance économique .................................................................................... 24

1.4.4.1. Productivité................................................................................................ 24

1.4.4.2. Efficience économique .............................................................................. 25

CHAPITRE 2 : MATERIELS ET METHODES ................................................................ 26

2.1. CRITERE DE CHOIX DES PIVOTS ....................................................................... 26

2.2. DESCRIPTION GENERALE DU SITE DE L’ETUDE ........................................... 27

2.3. APPRECIATION DE LA REPARTITION PLUVIOMETRIQUE ........................... 29

2.4. MESURE DU DEBIT ET DE LA PRESSION ......................................................... 30

2.5. MESURE DE LA VITESSE D’INFILTRATION DE L’EAU DANS LE SOL ....... 31

2.6. MESURE DE LA VITESSE MOYENNE ET DE LA DUREE MOYENNE DE


ROTATION DU PIVOT ............................................................................................ 32

2.7. UNIFORMITE DE DISTRIBUTION ........................................................................ 32

2.7.1. Coefficient d’uniformité (CU) ............................................................................ 32

2.7.2. Uniformité de distribution (UD) ......................................................................... 32

5
2.8. EFFICIENCE AGRONOMIQUE DE L’IRRIGATION EFFICIENCE
D’UTILISATION DE L’EAU ................................................................................... 33

2.9. BILAN HYDRIQUE SIMULE .................................................................................. 33

2.10. INDICE MOYEN DE SATISFACTION HYDRIQUE ............................................. 34

CHAPITRE 3 : RESULTATS ET DISCUSSION ............................................................... 35

3.1. ANALYSE DES PERFORMANCES HYDRAULIQUES ....................................... 35

3.1.1. Contrôle de la conformité entre plans théorique et pratique de busage .............. 35

3.1.2. Diagnostic de la répartition pluviométrique........................................................ 35

3.1.2.1. Dose brute et pression ............................................................................... 35

3.1.2.2. Dose moyenne et hauteur moyenne délivrée par le pivot .......................... 37

3.1.2.3. Répartition pluviométrique le long du pivot et selon les travées .............. 38

3.1.2.4. Détermination de l’uniformité d’arrosage ................................................. 40

3.1.3. Vitesse moyenne et durée moyenne de rotation.................................................. 42

3.1.4. Détermination de l’intensité pluviométrique et de la perméabilité du sol .......... 42

3.2. EVALUATION DES PERFORMANCES AGRONOMIQUES ............................... 43

3.2.1. Rendement .......................................................................................................... 43

3.2.2. Efficience agronomique de l’irrigation ............................................................... 44

3.2.3. Réponse des rendements à l’indice moyen de satisfaction hydrique .................. 44

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS .................................................................... 46

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................. 48

ANNEXES ............................................................................................................................... 51

6
TABLES DES ILLUSTRATIONS

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Représentation des données climatiques moyennes des années 2005-2014........... 12


Figure 2: Schéma type d’un pivot et de ses diverses parties ................................................... 19
Figure 3 : Principe d’avancement du pivot ............................................................................. 19
Figure 4 : les composantes de la performance ........................................................................ 20
Figure 5 : Carte parcellaire présentant les pivots sélectionnés (parcelles en bleu) ................. 28
Figure 6 : Diagramme de pression des arroseurs des pivots 3 et 4 ......................................... 37
Figure 7 : Courbe de distribution de la pluviométrie du pivot 4 et du pivot 1 ........................ 39
Figure 8 : Hauteur d’eau moyenne délivrée par travée ........................................................... 39
Figure 9 : Courbe de corrélation linéaire entre le CU et l’UD. ............................................... 41
Figure 10 : Rendement des pivots étudiés par année par rapport au rendement moyen des
pivots ........................................................................................................................................ 44
Figure 11 : Évolution des rendements moyens en canne au complexe sucrier de Ferké 2, de
2010-2011 à 2014-2015, en fonction de l’indice moyen de satisfaction hydrique des parcelles
de canne à sucre sous rampes pivotantes ................................................................................. 45

LISTE DES PHOTOS

Photo 1 : Canaux à ciel ouvert (à droite canal principal et à gauche canal secondaire menant à
la station IPS7). ........................................................................................................................ 13
Photo 2 : Station de pompage IPS7 ......................................................................................... 14
Photo 3 : Disposition des pluviomètres le long d’un rayon de pivot pour la mesure de la
pluviométrie ............................................................................................................................. 29
Photo 4 : Manomètre utilisé pour mesurer la pression au niveau des régulateurs des arroseurs
.................................................................................................................................................. 30
Photo 5 : Mesure de la perméabilité du sol à l’aide d’un infiltromètre à tension ................... 31

7
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Nombre de pompes par station ............................................................................. 14


Tableau 2 : Systèmes d’irrigation présents sur le complexe sucrier de Ferké 2 pour la
campagne 2014-2015 ............................................................................................................... 15
Tableau 3 : Caractéristiques des pivots sélectionnés pour l’étude .......................................... 27
Tableau 4 : Différence entre les plans théorique et pratique de busage .................................. 35
Tableau 5 : Résultats de débit et de pression des pivots ......................................................... 36
Tableau 6 : Hauteur et dose moyenne délivrée par le pivot .................................................... 37
Tableau 7 : Résultats des mesures de l’uniformité d’arrosage des pivots considérés ............. 40
Tableau 8 : Mesures de la vitesse moyenne et de la durée de rotation des pivots considérés 42
Tableau 9 : Valeurs de la perméabilité du sol mesurée et de l’intensité pluviométrique
maximale délivrée par le pivot ................................................................................................. 42
Tableau 10 : Rendement moyen des pivots ............................................................................ 43

LEXIQUE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

ANSI : American National Standards Institute

ASAE : American Society of Agricultural Engineers

CEMAGREF : Centre des Etudes en Machinisme Agricole, du Génie Rural, des Eaux et des
Forêts

CU : Coefficient d’uniformité

DTA : Direction Technique Agricole

ETM : Evapotranspiration maximale

ETR : Evapotranspiration réelle

EUE : Efficience d’utilisation de l’eau

ISO : International Standard Organisation (Organisation internationale de normalisation)

Is : Indice moyen de satisfaction hydrique

Kc : Coefficient cultural ou rythme de consommation de l’eau par la plante

UD : Uniformité de distribution

SUCAF-CI : Les Sucreries Africaines de Côte d’Ivoire

8
INTRODUCTION

La production sucrière ivoirienne, varie de 150 000 à 180 000 tonnes par an. Elle
couvre la demande intérieure (Péné et Kehe, 2005). Cette production est assurée par deux
entreprises (SUCAF-CI et SUCRIVOIRE), nées de la privatisation de l’ex-société d’Etat
SODESUCRE en juin 1997. Ces entreprises sont réparties sur quatre complexes sucriers
(deux pour chaque entreprise). En plus des plantations industrielles de ces entreprises, des
exploitants individuels ou regroupés en coopérative participent également à la fourniture de
canne.

La production sucrière de la SUCAF-CI se chiffre environ à 105 000 tonnes pour la


campagne 2014-2015. La canne à sucre (Saccharum officinarum L.) est cultivée sous
irrigation par aspersion et micro-irrigation (goutte à goutte) en complément de la pluie, dans
les parcelles industrielles. Les équipements d’irrigation rencontrés sur ses complexes sont les
rampes pivotantes (pivots), les couvertures d’asperseurs, le goutte à goutte, les rampes
frontales et l’enrouleur. Les pivots se présentent comme les équipements d’irrigation les plus
performants à la SUCAF-CI en terme de coût, d’efficience et de rendement. Cependant, les
rendements moyens obtenus par les pivots sont très hétérogènes ; ils varient de 72 à 113 t/ha
avec une moyenne de 86 t/ha contre 81 t/ha pour le goutte à goutte, 73 t/ha pour la couverture
d’asperseurs et 67 t/ha pour l’enrouleur (rendement sur 5 campagnes). De plus, 23% de ces
pivots ont un rendement moyen inférieur à 80 t/ha.

Les facteurs qui affectent le rendement sont multiples (les pratiques culturales, les
variétés de cannes, le mode de gestion de l’enherbement et la qualité d’arrosage). Ce dernier
s’apprécie à travers trois principaux critères que sont l’efficience, l’uniformité d’arrosage et
l’intensité pluviométrique. Ces critères (techniques) notamment les deux premiers permettent
d’évaluer la performance d’un système d’irrigation. A ces critères techniques d’évaluation,
s’ajoute la qualité de la conduite de l’arrosage. Selon Péné (2005) et Péné et al. (2001), les
rendements en canne sont fortement tributaires de l’eau reçue. L’eau constitue de ce fait le
premier facteur limitant des rendements de la canne à sucre dans les périmètres sucriers
ivoiriens (Péné et Tuo, 1996 ; Péné, 1999). L’étude de la performance des systèmes
d’irrigation, en particulier celle de la rampe pivotante s’avère donc nécessaire afin d’améliorer
la gestion de l’irrigation.

L’objectif général de ce travail est d’étudier la qualité des apports d’eau d’irrigation
afin de permettre un approvisionnement adéquat de la canne à sucre en eau. Plus
spécifiquement, il s’agit de:

9
- établir un diagnostic de fonctionnement au champ du pivot permettant la
détermination des paramètres hydrauliques;
- caractériser la distribution de l’eau sous pivot en terme d’homogénéité ;
- étudier les rendements aux apports d’eau ;
- dégager des actions à mener pour assurer un meilleur apport en eau du point de vue
qualitatif et quantitatif.

L’intérêt de cette étude est, le cas échant, de réaliser à court et à moyen terme les
actions suivantes:
- améliorer l’uniformité de distribution de l’eau d’irrigation pour garantir un
fonctionnement adéquat de ce système d’aspersion mécanisé ;
- réaliser une économie d’eau grâce à une meilleure gestion de l’irrigation à travers
l’établissement d’un bilan hydrique.

Le présent document est subdivisé en trois chapitres. Le premier chapitre traite des
notions relatives au thème de l’étude à travers des données fournies par la littérature. Le
deuxième décrit la méthodologie adoptée pour mener à bien cette étude. Quant au troisième, il
présente les résultats et les perspectives d’une meilleure gestion des apports d’eau sur le
complexe sucrier de Ferké 2.

10
CHAPITRE 1 : REVUE DE LITTERATURE

1.1. PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

1.1.1. Présentation de la SUCAF-CI

La SUCAF-CI (Sucreries d’Afrique - Côte d’Ivoire) est une filiale sucrière de la


Société d’Organisation, de Management et de Développement des Industries Alimentaires et
Agricoles (SOMDIAA). Elle possède deux complexes sucriers Ferké1 et Ferké2. La SUCAF-
CI est spécialisée dans l’exploitation et la culture de cannes à sucre, la production et la
commercialisation de sucre. Les deux complexes sont distants l’un de l’autre d’une trentaine
de kilomètres. Le complexe sucrier de Ferké 2 est situé dans la sous-préfecture de Badikha,
département de Niakaramadougou, à environ 45 km des villes de Ferkéssédougou et de
Korogho. Quant au complexe sucrier de ferké 1, il se situe dans la sous-préfecture de
Ferkéssédougou à une quinzaine de kilomètres de la ville de Ferkéssédougou. La superficie
exploitée pour les plantations de canne à sucre est de 14 600 ha pour les deux complexes (y
compris les cannes villageoises) avec une production de sucre pouvant atteindre 105 000
tonnes.
Le siège social de la SUCAF-CI est à Ferké 1 et la est doté d’une fondation dénommée
Fondation SUCAF-CI. La SUCAF-CI est structurée en directions, divisions, départements et
services. Cette étude a été conduite sur le périmètre sucrier de Ferké 2, au sein du Service
Exploitation Irrigation rattaché à la Direction de l’Irrigation, qui dépend de la Direction
Technique Agricole (DTA).

1.1.2. Caractéristique du milieu

1.1.2.1. Climat

Le climat de la région de Ferkessédougou est du type tropical sub-humide ou sub-


soudanien de transition, entre le type équatorial et le type désertique chaud. Le régime
pluviométrique est unimodal avec deux saisons : l'une pluvieuse, s'étend de mars à octobre
(soit 8 mois) et l'autre sèche, de novembre à février (soit 4 mois). Entre décembre et février
souffle l'harmattan, un vent chaud et sec d'origine saharienne. Les niveaux de précipitations
les plus élevés sont enregistrées en juillet, août et septembre avec une moyenne de 235 mm
(figure 1).
Au complexe de Ferké 2, la température journalière moyenne est de 27 °C avec une
amplitude de 5 °C, une durée d’insolation journalière de 7 h et une hygrométrie de l’ordre de

11
70%. Les pluviométries annuelles cumulées (données recueillies sur 10 ans) sont de 1253 mm
contre un déficit pluviométrique (évaporation bac) mensuel cumulé de 1819 mm.

280 36
260 33

Température (°C) & insolation (h)


240 30
Pluie & evaporation (mm) 220
27
200
180 24
160 21
140 18
120 15
100 12
80
9
60
40 6
20 3
0 0

pluie Evaporation bac Température Insolation

Figure 1 : Représentation des données climatiques moyennes des années 2005-2014


(Source : données issues du parc météo du complexe sucrier de Ferké 2)

1.1.2.2. Réseau hydrographique

Le complexe de Ferké 2 est alimenté par le fleuve Bandama et ses affluents. Le


bassin le plus étendu est celui du Fahalogo qui, avec son affluent méridional, le Latiéné,
draine environ 75 % de la région. Un petit secteur situé à l’extrême Sud est drainé par les
affluents du Farakwo. Il existe de petits bassins versants dans la partie occidentale de la zone
où des cours d’eau secondaires vont se jeter directement dans le Bandama (Cissé, 2013).

1.1.2.3. Pédologie

Le complexe de Ferké 2 est situé près de Ferkessédougou, à quarante-cinq kilomètres


en direction sud-ouest. Il comprend essentiellement des sols ferralitiques remaniés, fortement
à moyennement désaturés. Très hétérogènes dans l'espace, ces sols sont caractérisés par une
forte tendance à l’induration et une grande sensibilité au compactage (Péné, 1999).

1.1.2.4. Végétation

La végétation de la région de Ferkéssédougou est une savane boisée plus ou moins


dégradée, renfermant des lambeaux de forêts détachés. Une végétation de nature particulière
(forêts rupicoles) couvre les rives du Bandama blanc et ses affluents. Cette zone fait partie de
la savane guinéenne.

12
1.2. DESCRIPTION DE L’EXPLOITATION

1.2.1. Réseau d’irrigation

Dans cette partie, nous nous attellerons à décrire le réseau d’irrigation du complexe
sucrier de Ferké 2. Les parcelles sont alimentées en eau à travers un réseau souterrain de
conduites, qui est approvisionné par 11 stations de pompages. Trois de ces stations servent à
alimenter les canaux à ciel ouvert. L’eau est prise directement du Bandama par deux stations
nommées R1 et R2. La station R1 est destinée à alimenter des parcelles quand, la station R2
alimente le canal principal long d’environ 11 km, par le biais d’une conduite de diamètre 900
mm et de longueur 375,5 m (photo1). Les stations IPS 1 ; 2 ; 3 et 4 pompent l’eau dans le
canal principal pour irriguer les parcelles sous leurs emprises. Deux stations de relevage d’eau
C1 et C2, pompent l’eau dans le canal principal pour alimenter les canaux secondaires. La
station C1 permet d’alimenter le canal secondaire long d’environ 1,5 km dans la direction
sud-est et approvisionne les stations IPS 5 et 6. La station C2 alimente un second canal
(environ 3 km) dans la direction nord-est vers la station IPS7. Les stations IPS 5 ; 6 et 7
approvisionnent directement les parcelles en eau. Les stations C1 et C2 relèvent l’eau d’une
hauteur d’environ 22 m.

Photo 1 : Canaux à ciel ouvert (à droite canal principal et à gauche canal secondaire menant à
la station IPS7).

1.2.1.1. Ressources en eau

Deux sources principales d’eau, le fleuve Bandama et la rivière Lokpoho, permettent


d’assurer l’approvisionnement des deux complexes en eau par le biais de deux barrages. Sur
le périmètre de Ferké 2, la prise d’eau est effectuée uniquement du fleuve Bandama par les
stations de pompage R1 et R2.

13
1.2.1.2. Station de pompage et canaux à ciel ouvert

Les stations de pompage se subdivisent en trois types de station que sont :

- Les stations de prise en rivière constituées des stations R1 et R2 ;


- Les stations de mise en pression comprenant les stations IPS1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5 ; 6 et 7 ;
- Les stations de relevage que sont C1 et C2.

Ces stations sont dotées de pompes de type Gaudin, Idéal Bombass, Flow serve, etc.
Le débit des pompes varie de 450 à 520 m3/h avec des moteurs de puissance de 250 kW. La
pression nominale admise pour toutes les stations est de 9 à 10 bars. L’eau pompée par les
stations est refoulée dans un réseau de conduites d’irrigation souterraine. Le tableau 1 donne
la composition des stations de pompage en termes de nombre de pompes.

Tableau 1 : Nombre de pompes par station

Station R1 R2 IPS1 IPS2 IPS3 IPS4 IPS5&6 IPS7 C1&2


Nombre 3-4 par
5 6 3 6 6 4 16 8
pompe station

Une station de pompage est généralement constituée d’équipements d’aspiration, de


refoulement et de régulation (photo2).

Les stations de mise en pression sont alimentées par la station R2 à travers des canaux
à ciel ouvert et de conduites composés :

- d’un canal principal ;


- de deux canaux secondaires ;
- de trois siphons de refoulement.

Photo 2 : Station de pompage IPS7

14
1.2.1.3. Réseaux souterrains d’irrigation

Les conduites d’irrigation constituant le réseau souterrain sont composées de


canalisation en fonte de diamètre 400 - 600 mm, d’amiante-ciment d’environ 400 - 750 mm
de diamètre et de PVC de diamètre 200 - 300 mm. Les conduites qui partent des stations de
pompage sont généralement en fonte ou en amiante et sont ensuite relayés par des conduites
en PVC jusqu’aux parcelles.

1.2.1.4. Ouvrages auxiliaires

Les ouvrages auxiliaires servent à sécuriser le réseau souterrain et ils se composent


de ventouses au nombre de 127, de 36 soupapes clapets anti-retour, de 55 points de vidange et
des vannes de sectionnement. Ces différents équipements servent au bon fonctionnement des
systèmes mis en place pour irriguer la canne à sucre.

1.2.2. Système d’irrigation

Les différents systèmes d’irrigation rencontrés au complexe de Ferké 2 sont de deux


types (annexe 5) : l’irrigation par aspersion et l’irrigation localisée (goutte à goutte enterré).
L’irrigation par aspersion est assurée par des rampes pivotantes ou pivots au nombre de 43 et
des couvertures d’asperseurs (intégrale ou classique). On note également la présence de
parcelle en pluvial.

Le complexe de Ferké 2 occupe une superficie exploitable de 6 421,2 hectares dont


6 128,7 en superficie sous canne, 20,7 en jachère et 271,8 en pépinière de canne (situation de
la campagne 2014-2015). Le tableau 2 présente les systèmes d’irrigation et les superficies
qu’ils occupent.

Tableau 2 : Systèmes d’irrigation présents sur le complexe sucrier de Ferké 2 pour la


campagne 2014-2015

Nombre de Superficie sous Pourcentage de la


Système
parcelles canne (ha) superficie occupée (%)
Classique 26 360,4 5,9
Couverture intégrale 60 1009,7 16,5
Goutte à goutte 11 210,9 3,4
Pivot 172 2998,1 48,9
pluviale 143 1546,6 25,3
Total 412 6128,7 100

15
1.2.3. Matériel végétal

1.2.3.1. Botanique de la canne à sucre

La taxonomie de saccharum officinarum est la suivante :

Règne : Végétal
Embranchement : Spermaphytes
Sous-embranchement : Angiospermes
Classe : Monocotylédones
Ordre : Poales
Famille : Poacées
Sous-famille : Andropogonoideae
Genre : Saccharum
Espèce : Saccharum officinarum
1.2.3.2. Ecologie de la canne à sucre

La canne à sucre est une plante cosmopolite. Elle s’adapte a plusieurs conditions
climatiques, même celles qui sont considérées comme hostile à son bon développement. Son
aire naturelle de développement correspond aux régions relativement arrosés des zones inter
subtropicales. Cependant, pour des raisons économiques, elle est apprivoisée et se cultive
dans des régions hors de son aire naturelle. En effet, le déficit en eau se corrige par l’irrigation
quand c’est possible.

Pour le bon développement de la culture, la canne a besoin de chaleur et d’eau pour


sa levée et sa croissance. A l’inverse, le froid et la période sèche favorisent le murissement.
Les températures optimales se situent entre 26 et 33°C pour la germination, et entre 30 et
33°C pour la croissance, avec un fort ralentissement en dessous de 20°C. Les températures
basses en fin de cycle favorisent la maturation. Les tiges de cannes, qui contiennent près de 70
% d’eau, gèlent à 0°C, température létale pour la culture (Anonyme 1, 2002).

La canne à sucre n’exige pas de type de sol particulier. Elle s’adapte à une large
texture de sol allant des sols sableux aux sols argileux. Il est préférable que les sols aient une
bonne profondeur (plus d’un mètre), une richesse en humus et en éléments fertilisants
(essentiellement en azote, en phosphore et en potassium). L’enracinement peut aller jusqu’à 5
m de profondeur. Le sol doit être de préférence bien aéré et la teneur totale en eau disponible
doit se situer à plus de 15 % pour un pH optimal d’environ 6,5. Cependant, la canne à sucre
pousse sur des sols ayant un pH compris dans la gamme de 5 à 8,5 (Cissé, 2013).

16
La croissance de la canne à sucre dépend des conditions de l’environnement, notamment de
l’énergie lumineuse interceptée, de l’eau et des éléments minéraux nutritifs puisés dans le sol.

1.2.3.3. Besoin en eau de la canne à sucre

Pendant toute la phase végétative une humidité suffisante est requise pour assurer des
rendements optimums de la canne à sucre. Selon le climat, le besoin en eau (ETM) de la
canne à sucre varie de 100 à 170 mm par mois (Anonyme 1, 2002). Les valeurs du coefficient
cultural (kc) qui met en rapport l’ETM avec l’évapotranspiration de référence (ET0) au cours
des différents stades de croissance sont les suivantes (Doorenboss et Kassam, 1986) :
- 0,5 au tallage (6 décades) ;
- 0,8 au début de la phase de grande croissance (4 décades) et 1 pendant le reste de cette
phase (18 décades) ;
- 0,8 à partir de la floraison jusqu’à l’arrêt des irrigations (sevrage) pour favoriser la
maturation avant la récolte (3 décades).

1.3. GENERALITES SUR L’ASPERSION SOUS PIVOT

1.3.1. Notion d’irrigation par aspersion

L'irrigation par aspersion est utilisée pour diverses cultures industrielles. Les
techniques d'arrosage appliquées en irrigation par aspersion découlent directement du matériel
utilisé. On peut classer les équipements d’irrigation par aspersion en deux types :
- les couvertures d’asperseurs ;
- les machines à irriguer (rampes frontales, pivots, enrouleurs, etc.).
Dans le cas d’une installation d’irrigation par couvertures d’asperseurs, les appareils
distributeurs d’eau sont en position fixe durant leur fonctionnement. Par contre, les machines
automotrices ont la faculté de déplacer le ou les organes distributeurs d’eau durant l’arrosage.
En irrigation par aspersion, l'eau qui parvient aux cultures imite la chute naturelle de la pluie.
Ceci, grâce à l'utilisation de divers appareils de projection alimentés sous pression, choisis et
disposés de façon à obtenir une répartition la plus uniforme possible de la pluviométrie. Bien
que l'aspersion soit théoriquement créditée d'une excellente efficience d’application de l’eau,
les chiffres observés dans la pratique se situent entre 55 et 85%, essentiellement en fonction
de la maîtrise technique des irrigants (Anonyme 2, 2006).
Le schéma type d’un réseau d’irrigation par aspersion se constitue de l’unité de pompage, des
canalisations principales et d’approches, des rampes ou flexibles et des asperseurs ou un
canon.

17
1.3.2. Pivot

Le pivot appelé également rampe pivotante est un appareil d’irrigation automotrice,


arrosant en rotation une surface circulaire ou semi-circulaire. Il est généralement en poste
fixe, mais peut être conçu pour être déplacé d’un poste à un autre (Mathieu et al., 2007).
L’intérêt du pivot est sa simplicité de mise en œuvre, ses possibilités de fonctionnement
automatique et ses performances en terme d’uniformité d’apport d’eau y compris en
conditions ventées (Anonyme 3, 2003). La présence de canon d’extrémité permet d’arroser
des parcelles de forme non circulaire. La rampe pivotante est constituée d’éléments appelés
travées soutenues par des tours motrices et qui tourne autour d’un axe appelé pivot ou tour
centrale ou encore pyramide se terminant le plus souvent par un porte à faux (figure 2). Les
travées sont comprises entre deux tours et sont constituées par une canalisation servant de
poutres et rigidifiées par une structure. Les tours supportent la canalisation et sont équipées de
roues animées par des moteurs électriques, commandés séquentiellement par des micro-
rupteurs assurant l’alignement des travées entre elles. Au niveau des pivots l’on rencontre des
organes d’arrosage appelés asperseurs dont le débit varie le long de la rampe. Trois types
d’arroseurs se rencontrent sur les pivots : les asperseurs à impact (sprinklers), les diffuseurs
ou buses et le canon. Leur pression doit être, dans la majorité des cas, relativement faibles
(0,5-2,5 bars).

1.3.3. Fonctionnement du pivot

La rampe pivotante est constituée par une canalisation de grande longueur avec
arroseurs, tournant autour d’un axe ou pivot (élément central) par lequel se fait l’arrivée d’eau
et d’électricité (figure 2). La canalisation est portée, de proche en proche, par des tours
équipées de roues, animées par des moteurs électriques (ou hydrauliques). Les tours séparent
l’appareil en travées rigidifiées par un système de triangulation et de tirants, la canalisation
tenant lieu de poutre. L’eau est distribuée par des asperseurs ou des buses disposées le long de
la canalisation. Un canon d’extrémité, placé au bout du porte-à-faux complète souvent
l’équipement. Le mouvement de la rampe est discontinu, l’alignement de l’ensemble est
commandé au niveau de chaque tour par des contacteurs, sensibles à l’angle formé par deux
travées contiguës. Le réglage de la vitesse d’avancement se fait par modification du temps de
fonctionnement du moteur de la dernière tour, au cours d’un cycle d’une minute (Anonyme 3,
2003).

18
Figure 2: Schéma type d’un pivot et de ses diverses parties
(Source : document technique Irrifrance)

La vitesse moyenne de déplacement de la rampe pivotante est fixée par le temps de


fonctionnement de la tour d’extrémité. Le mouvement de l’ensemble de l’appareil se fait
ensuite par correction angulaires successives entre travées (figure 4). L’angle entre deux tours
voisines doit être égal à un angle limite 𝛼0 qui entraîne l’avancement ou l’arrêt d’une tour
pendant un temps t donné. Lorsque l’appareil est mis sous tension (temps to), seule la tour n
(tour d’extrémité) démarre jusqu’à ce que l’angle 𝛼0 séparant la tour n et la tour n-1 atteigne
la limite de déclenchement. La tour n-1 se met alors en marche (temps t1). La tour n-1
parcourt une distance moins importante que la tour n pour le même angle 𝛼0 . Lorsque l’angle
entre la tour n et la tour n-1 atteint la limite d’arrêt au temps t2, la tour n-2 démarre. Il en est
ainsi de proche en proche jusqu’à l’axe du pivot.

Figure 3 : Principe d’avancement du pivot

1.3.4. Avantages et inconvénients

Le pivot présente une efficience d’application élevée de 75-85% qui permet une
économie d’eau, avec le contrôle depuis la source jusqu’à la plante. L’uniformité
d’application de l’eau est meilleure en comparaison aux autres systèmes d’aspersion, en
raison de la continuité de distribution de l’eau. Les pivots peuvent fonctionner dans les deux

19
sens (avant et arrière) à des vitesses facilement réglables pour un apport de doses précises
d’irrigation. L’utilisation de rampes pivotantes permet une économie de main d’œuvre. Le
prix du pivot est le plus bas du marché comparé aux autres dispositifs d’arrosage. Par contre,
son installation requiert un investissement initial important.

1.4. CONCEPTS LIES AUX PERFORMANCES DES SYSTEMES IRRIGUES

1.4.1. Notion de performance

La performance est une notion relative qui consiste à atteindre des objectifs donnés,
avec des ressources limitées et dans un environnement soumis à des changements (Salia,
2011). Au sens strict du terme, une performance est un résultat chiffré dans une perspective
de classement.

L’évaluation de la performance se construit au regard d’un référentiel, d’une échelle


de mesure (Yvon, 2004). La performance s’exprime donc par différents types d’indicateurs
traduisant les objectifs spécifiques d’un système donné. Elle tient compte de différents
critères relatifs aux aspects quantitatif et/ou qualitatif de l’indicateur de mesure considéré.
Ainsi, la performance peut s’exprimer en termes d’efficience et d’efficacité. L’efficacité est le
rapport entre les résultats obtenus et les objectifs fixés. L’efficience définit quant à elle, la
relation entre les moyens et les efforts totaux déployés par rapport aux résultats obtenus. La
performance traduire donc le degré d’atteinte des objectifs fixés (figure 5).

L’analyse des performances des systèmes d’irrigation englobe les notions de


performances hydraulique, agronomique et économique. Seuls, les deux premières notions
seront traitées dans cette étude.

Figure 4 : les composantes de la performance (source : Salia, 2011)


20
1.4.2. Performance hydraulique

La qualité de l’arrosage (performance technique) obtenue par l’irrigation par aspersion


se définit à partir de trois critères principaux : l’efficience d’application de l’eau, l’uniformité
d’arrosage et l’intensité pluviométrique (Tiercelin et Granier, 2006). Les deux premiers
critères sont utilisés le plus souvent pour évaluer les performances (hydrauliques) d’un
système d’irrigation.
L’uniformité d’arrosage évalue la variabilité spatiale de l’application de l’eau. Son évaluation
a fait l’objet de plusieurs travaux qui ont abouti aux coefficients développés par Christiansen
(1942) et Merriam et Keller (1978). Ces données caractérisent statistiquement le degré
d’uniformité de distribution de l’eau. Les résultats obtenus à partir de ces paramètres ont
permis d’identifier trois causes possibles d’une répartition hétérogène de l’eau lors d’une
irrigation par aspersion ; ce sont : la vitesse du vent, le type de matériel et la technicité de
l’opérateur en plus des paramètres hydrauliques tels que la pression et les variations de débit.
Quant à l’efficience de l’irrigation à la parcelle, elle dépend des contraintes liées au contexte
local du point de vue hydraulique et pédoclimatique. Elle rend compte des pertes d’eau durant
le trajet s’effectuant entre « la sortie de l’arroseur et la réception par la plante ». Souvent, lors
de la conception des projets d’irrigation par aspersion et en l’absence de références régionales
pour les valeurs de l’efficience d’application, on adopte d’une manière optimiste des valeurs
d’efficience d’application de l’ordre de 80 %. Dans la pratique, il n’est pas certain que cette
valeur soit atteinte. Des mesures peuvent être alors effectuées pour déterminer l’efficience
d’irrigation et l’améliorer si possible.

1.4.2.1. Indicateur d’uniformité

Pour Burt (2000), l’accroissement des rendements serait le plus souvent dû à une
amélioration de l’uniformité d’arrosage. Les paramètres hydrauliques (pression, débit, hauteur
d’eau appliquée, etc.) doivent être pris en compte dans la détermination de l’uniformité. En
effet, une variation de 10% de la dose appliquée par le pivot peut entraîner jusqu’à 20% de
perte de rendement sur les sols légers type sables (Anonyme 4, 2015). Plusieurs indicateurs
ont été utilisés pour déterminer l’uniformité d’application de l’eau. Les plus utilisés sont
l’uniformité de distribution (UD) et le coefficient d’uniformité (CU) (Heermann et Hein,
1986 ; Christiansen, 1942).

21
1.4.2.1.1. Coefficient d’uniformité

Deux équations principales ont été développées pour exprimer le coefficient


d’uniformité. La première équation est celle développée par Christiansen en 1942. Elle est
utilisée pour les rampes frontales et les couvertures d’asperseurs. La formule est :

∑𝑛𝑖|𝑉𝑖 − 𝑉̅ |
𝐶𝑢𝐶 = 100 [1 − ]
∑𝑛𝑖 𝑉𝑖

Où n est le nombre de collecteurs, i sous scripte identifiant un collecteur en


particulier, 𝑉𝑖 le volume (ou la hauteur) d’eau recueillie dans le ième collecteur et 𝑉̅ la
moyenne arithmétique du volume (ou de la hauteur) d’eau recueillie par tous les collecteurs,
∑𝑛
𝑖 𝑉𝑖
calculée comme suit : 𝑉̅ = 𝑛

La seconde équation est celle de Heermann et Hein (1986), elle s’utilise pour les rampes
pivotantes et est formulée comme suit :

∑𝑛𝑖|𝑉𝑖 − 𝑉̅𝑝 |𝑆𝑖


𝐶𝑢𝐻 = 100 [1 − ]
∑𝑛𝑖 𝑉𝑖 𝑆𝑖

où n est le nombre de collecteurs, i sous scripte identifiant un collecteur en particulier, 𝑉𝑖 le


volume (ou la hauteur) d’eau recueillie dans le ième collecteur, 𝑆𝑖 la distance du centre du pivot
au ième collecteur et 𝑉̅𝑝 le volume (ou la hauteur) moyen(ne) pondéré(e) d’eau recueillie,
∑𝑛
𝑖 𝑉𝑖 𝑆𝑖
calculée comme suit : 𝑉𝑝 = ∑𝑛
𝑖 𝑆𝑖

1.4.2.1.2. Uniformité de distribution

L’uniformité de distribution (UD) est le rapport de la hauteur moyenne d’eau


infiltrée sur le quart inférieur de la surface (ℎ𝑚 /𝑞𝑢𝑎𝑟𝑡 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟 ) et la hauteur moyenne d’eau
infiltrée sur la parcelle (ℎ𝑚 ). Elle a été développé par Merriam et Keller (1978) et s’exprime
par :

ℎ𝑚 /𝑞𝑢𝑎𝑟𝑡 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟
𝑈𝐷 =
ℎ𝑚

La hauteur moyenne d’eau infiltrée sur la parcelle est une moyenne pondérale obtenue en
divisant la somme des hauteurs d’eau pondérées à la superficie couverte par le pluviomètre
par la somme des superficies couvertes par les pluviomètres. Pour déterminer la hauteur
moyenne d’eau infiltrée sur le quart inférieur, on procède comme suit :

1) On effectue un tri croissant sur les hauteurs d’eau recueillies par les pluviomètres.
22
2) On sélectionne les valeurs qui correspondent à 25% de la somme de toute la surface
parcellaire.

3) On détermine la valeur de la hauteur d’eau pondérée à la superficie que couvre le


pluviomètre (hp). On divise ensuite la somme des valeurs hp associées au 25% de la surface
par la somme de cette superficie ; on obtient alors ℎ𝑚 /𝑞𝑢𝑎𝑟𝑡 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟 .
Keller et Bleisner (1990) ont proposé une relation linéaire associant CU et UD. Cette
relation permet d’avoir une valeur approximative d’un des coefficients en fonction de l’autre
et est traduite par les équations suivantes :
𝐶𝑈 ≈ 100 − 0.63 (100 − 𝐷𝑈)
ou
𝐷𝑈 ≈ 100 − 1.59 (100 – 𝐶𝑈)

Selon Donkora et al. (2014) l’uniformité de distribution est une condition nécessaire pour
l’efficience d’une irrigation. Toutefois, elle n’est pas suffisante pour apprécier la qualité de
l’arrosage car on peut avoir une irrigation très uniforme mais avec une très faible efficience
d’application (Bouaziz et Belabbes, 2002).

1.4.2.2. Efficience d’application de l’eau

L’efficience de l’irrigation à la parcelle, appelé également efficience d’application de


l’eau (𝐸𝑎 ), représente le pourcentage d’eau appliquée et stocké dans la zone racinaire par
rapport au volume total appliqué (Bouaziz et Belabbes, 2002). Son expression est :

ℎ𝑚 𝑑′ 𝑒𝑎𝑢 𝑟𝑒𝑡𝑒𝑛𝑢𝑒 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑎 𝑧𝑜𝑛𝑒 𝑟𝑎𝑐𝑖𝑛𝑎𝑖𝑟𝑒


𝐸𝑎 = 100 ∗
ℎ𝑚 𝑑′ 𝑒𝑎𝑢 𝑎𝑝𝑝𝑜𝑟𝑡é𝑒

Avec ℎ𝑚 , la hauteur moyenne.

1.4.3. Performance agronomique

1.4.3.1. Rendement

Le rendement d’une culture est défini comme le rapport entre la quantité récoltée et
le facteur de production (terre, travail, capital d’exploitation) jugé pertinent dans la situation
agricole considérée. Ainsi la détermination du rendement doit tenir compte du but recherché
ou des questions qu’on se pose par rapport à la situation dans laquelle on se trouve. Il faudrait
choisir de façon pertinente le dénominateur de l’équation traduisant le rendement (par quel
critère ou facteur divise-t-on la production). Le rendement le plus utilisé en agriculture est le
𝑃𝑟𝑜𝑑𝑢𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 (𝑘𝑔)
rendement à l’hectare exprimé par la formule : 𝑟𝑑𝑡 (𝑘𝑔⁄ℎ𝑎 ) = 𝑢𝑛𝑖𝑡é 𝑑𝑒 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒 (ℎ𝑎)

23
1.4.3.2. Productivité de l’eau

La productivité de l’eau (PE) est une notion d’évaluation des rendements des cultures
par rapport à l’eau. La productivité de l’eau a été longtemps définie comme le rendement des
cultures par unité de transpiration (Viets, 1962). Elle se définie actuellement comme la
production des cultures par unité d’eau utilisée. La notion de la productivité de l’eau est
diversement perçue. Pour Donkora et al. (2014) elle s’exprime par le rapport de la production
(ou du rendement) par rapport à l’eau consommée (évapotranspiration réelle). Salia (2001), en
reprenant Pereira (1999), l’utilise pour désigner la quantité de produit par une quantité d’eau
utilisée, consommée ou non. Cette eau utilisée correspond aux apports d’irrigations majorés
par les pluies.

1.4.3.3. Efficience d’utilisation de l’eau

L’efficience d’utilisation de l’eau (EUE) est un critère de performance agronomique


qui se confond souvent à la productivité de l’eau dans le sens où elle met en relation les
rendements avec les quantités d’eau utilisées par les cultures irriguées ou non irriguées.
L’EUE se définie comme le rapport entre le rendement récoltable (grain, biomasse totale,
pivot de canne, etc.) et l’eau utilisée pour aboutir à cette production par unité de surface
(Bouaziz et Belabbes, 2002). L’expression « eau utilisée » correspond à l’eau réellement
consommée par la culture exprimée par l’ETR. Sa formulation mathématique est :

𝑟𝑒𝑛𝑑𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 (𝑘𝑔⁄ℎ𝑎)
𝐸𝑈𝐸(𝑘𝑔⁄𝑚𝑚/ℎ𝑎) = 𝐸𝑇𝑅 (𝑚𝑚)

1.4.4. Performance économique

1.4.4.1. Productivité

La productivité se définie comme le rapport entre une production et l’ensemble des


intrants nécessaires pour la produire. Elle représente le degré d’efficacité avec laquelle une
entreprise met à profit les ressources dont elle dispose pour mettre au point un produit. Par
conséquent, en agriculture, les intrants sont les facteurs de production représentés par la terre,
le capital et le travail.

La productivité peut se mesurer en fonction un seul facteur exprimé par:

𝑞𝑢𝑎𝑛𝑡𝑖𝑡é 𝑝𝑟𝑜𝑑𝑢𝑖𝑡𝑒
𝑃𝑟𝑜𝑑𝑢𝑐𝑡𝑖𝑣𝑖𝑡é/𝑓𝑎𝑐𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑖 = , le facteur i représente le facteur de production
𝑓𝑎𝑐𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑖

considéré. Ainsi, la production de toute entreprise agricole peut s’exprimer par une fonction
appelée fonction de production (y) : 𝑦 = 𝑓(𝑥1 , 𝑥2 , … 𝑥𝑗 )

24
Avec y = le produit fabriqué par l’entreprise, f est la fonction de production et (𝑥1 , 𝑥2 , … 𝑥𝑗 )
les facteurs de production.

1.4.4.2. Efficience économique

L’efficience économique est un indicateur important qui permet d’analyser les


performances économique d’une exploitation agricole. Contrairement à la productivité qui
analyse la contribution d’un facteur à la production, l’efficience économique s’intéresse aux
interactions entre les différents facteurs de production.

Pour Salia (2001), une exploitation agricole est considérée économiquement


efficiente si elle est à la fois techniquement efficiente et alloue de manière efficiente ses
ressources productives. Il ressort de cette définition deux notions que sont l’efficience
technique et l’efficience allocative.
L’efficience technique mesure la manière avec laquelle une exploitation utilise ses
ressources (quantité d’intrants) pour produire. Une exploitation est techniquement efficiente si
il est impossible d‘augmenter la production sans pour autant consommer plus d’intrants ou
même conserver son niveau de production en diminuant au moins un intrant (généralement le
capital).
L’efficience allocative exprime la manière dont une exploitation agricole choisit les
proportions des différents intrants par rapport aux prix du marché (Salia, 2001). Pour un
niveau de production donnée, le coût des facteurs de production doit être minimal.

Pour les agro-économistes, l’efficience est définie par le rapport entre la marge brute
ou la marge nette de la production d’une unité de surface et le coût des inputs.

25
CHAPITRE 2 : MATERIELS ET METHODES

2.1. CRITERE DE CHOIX DES PIVOTS

Pour mener à bien cette étude, nous avons établi un critère de sélection pour
déterminer un nombre de pivots qui à la fois tient compte de la diversité des pivots présents
sur le complexe et écarte ceux qui sont susceptibles de présenter des insuffisances.

La diversité des pivots se reflète en termes de taille, de pression de service, de type


d’arroseur, de marque, de rendement moyen décrit comme suit :

- la taille des pivots varie de 350 à 600 m ;


- on rencontre 5 types de marques selon les fabricants ; Valley, Otech, Irramatique,
Western, Irrifrance ;
- les arroseurs sont de deux types : arroseur Nelson de type rotator R3000 et arroseur
senniger de type I-wob-UP3 ;
- la pression de service varie de 2.4 à 5 bars ;
- une variabilité des rendements moyens des pivots compris entre 71,7 à 113 t/ha.

La méthode adoptée se présente comme suit :

- l’élimination systématique des pivots dont le busage sera réhabilité en 2015 et des
pivots qui doivent être renouvelés sur la période de 2015 à 2017 ;
- la marque des pivots;
- la taille : on choisira en premier le plus petit et le plus grand pivot, puis suivront ceux
qui ont une taille intermédiaire ;
- les arroseurs : les deux types d’arroseurs doivent figurer parmi les arroseurs des pivots
sélectionnés ;
- la pression : trois types de pression seront prises en compte dans le choix des pivots
(pression faible, pression suffisante ou pression élevée). Une pression est dite faible si
la pression relevée est inférieure à la pression de travail ôtée ou non de 0,5. Si la
pression relevée est supérieure à la pression de travail ajoutée ou non de 0, 5 ; on dit
que la pression est élevée. Dans les autres cas la pression est dite suffisante ;
- le rendement comme critère de sélection s’apprécie selon deux axes : soit le rendement
de la parcelle est strictement inférieur à 80 t/ha, soit strictement supérieur à 90 t/ha. Le
pivot qui a ses quatre parcelles inférieures à 80 t/ha est qualité de pivot à mauvais
rendement. Si le rendement des quatre parcelles sous pivots est supérieur à 90 t/ha
alors le rendement du pivot est qualifié de bon rendement. Excepté ces deux cas, le

26
rendement est dit moyen. Les données de rendement utilisées sont celles des
campagnes de 2010-2011 à 2013-2014.

2.2. DESCRIPTION GENERALE DU SITE DE L’ETUDE

L’étude a été conduite au sein de la SUCAF-CI sur le complexe sucrier de Ferké 2.


Ce complexe dispose de 43 pivots et d’autres équipements d’irrigation (classique, goutte à
goutte, couverture intégrale). A l’issu de la sélection, cinq pivots ont été retenus ; ils sont
représentés en bleu sur la carte parcellaire (figure 5). Les pivots sélectionnés se situent sur les
réseaux R1, IPS7 et IPS6. Le tableau 3 récapitule les caractéristiques des pivots retenus.

Tableau 3 : Caractéristiques des pivots sélectionnés pour l’étude

Année Rayon Nombres Type Type de Type de


Pivot Marque
instal (m) travées arroseur pression rendement
Pivot 1 2007 western 450 8 Nelson Suffisante Bon
Pivot 2 2011 Otech 400 7 Nelson Elevée Moyen
Pivot 3 2013 Valley 350 6 Senniger Elevée Bon
Pivot 4 2011 Otech 520 9 Nelson Suffisante Moyen
Pivot 5 1992 Irramatique 510 13 Nelson Faible Mauvais

27
Figure 5 : Carte parcellaire présentant les pivots sélectionnés (parcelles en bleu)
28
2.3. APPRECIATION DE LA REPARTITION PLUVIOMETRIQUE

Selon les normes standards ISO 11545 (2001) et ANSI/ASAE (2001), les collecteurs
ou pluviomètres utilisés doivent être disposés uniformément le long d’au moins deux rayons
du pivot à distance inférieure ou égale à 3 m. Le CEMAGREF a proposé une distance
maximale de 5 m entre les collecteurs pour des essais de détermination de l’uniformité de
distribution des pivots (Anonyme 3, 2003). Dans le cadre de notre étude, par manque de
pluviomètres, nous avons effectué deux séries de mesures. La première mesure a été effectuée
le long d’un rayon du pivot avec des pluviomètres équidistants de 5 m (photo 3). La seconde
mesure a été effectuée le long de deux rayons arrosés par le pivot à l’aide de pluviomètres
disposés tous les 10 m. La première mesure a été effectuée durant la journée et la seconde est
une mesure de nuit excepté les pivots 1 et 4. Les collecteurs utilisés sont des pluviomètres à
lecture directe.

Photo 3 : Disposition des pluviomètres le long d’un rayon de pivot pour la mesure de
la pluviométrie

 Volume d’eau délivrée par le pivot

La pluviométrie est lue directement sur le pluviomètre. Cette pluviométrie est


exprimée en mm et notée P. Chaque pluviomètre est représentatif d’une surface arrosée (𝑆𝑖 )
croissante à partir de l’axe du pivot : 𝑆𝑖 = 2𝜋𝑒𝑟𝑖 qui reçoit un volume (𝑉𝑖 ) : 𝑉𝑖 = 2𝜋𝑒𝑟𝑖 𝑃𝑖 où
e(m) est la distance entre deux pluviomètres consécutifs et 𝑟𝑖 (m) la distance séparant le
pluviomètre i du centre du pivot. Ainsi, le volume total apporté par le pivot est (V) :

𝑉 = 2𝜋𝑒 ∑ 𝑃𝑖 𝑟𝑖

29
 Dose moyenne apportée par le pivot

La dose moyenne (D) délivrée par le pivot exprimée en mm est le rapport entre le
volume total apporté par le pivot et la surface totale arrosée par celui-ci.

𝑉 ∑𝑖 𝑃𝑖 𝑟𝑖
𝐷= =
𝑆 ∑𝑖 𝑟𝑖

𝑟𝑖 (m) est la distance séparant le pluviomètre i du centre du pivot et 𝑃𝑖 le volume recueilli par
le pluviomètre i.

2.4. MESURE DU DEBIT ET DE LA PRESSION

Les débits en tête de pivot ont été mesurés en utilisant les indications des compteurs
volumétriques installées sur les pivots au début et à la fin de l’essai. Nous avons mesuré la
pression de la rampe pivotante à l’aide de manomètre installé sur les pivots d’une part et
d’autre part d’un manomètre (photo 4) équipé d’une vanne pour la mesure de la pression
disponible au niveau des arroseurs. Pour tester le fonctionnement des régulateurs de pression
associés aux arroseurs, nous avons échantillonné cinq arroseurs répartis comme suit : un
arroseur par travée (travée 1, travée 3, travée 5, dernière travée) et le dernier se situant sur le
porte à faux.

Photo 4 : Manomètre utilisé pour mesurer la pression au niveau des régulateurs des
arroseurs

30
2.5. MESURE DE LA VITESSE D’INFILTRATION DE L’EAU DANS LE SOL

La mesure de la perméabilité du sol s’est faite à l’aide d’un infiltromètre à tension.


Ce dispositif permet de mesurer l’écoulement non saturé de l’eau dans le sol (photo 5).

Photo 5 : Mesure de la perméabilité du sol à l’aide d’un infiltromètre à tension

La méthode utilisée pour le calcul de la conductivité hydraulique est basée sur les
travaux de Wooding (1968) et Gardner (1958). La conductivité hydraulique à la saturation est
déterminée par la formule suivante:
𝐾(ℎ) = 𝐾𝑠𝑎𝑡 exp(𝛼ℎ) (1)
où 𝐾𝑠𝑎𝑡 est la conductivité hydraulique à la saturation (cm/h), K (cm/h) est la conductivité
hydraulique, α est un paramètre, et h (cm) est le potentiel matriciel ou tension appliquée.
Le volume d'eau entrant dans le sol par unité de temps (Q en cm3 /h) est :
4
𝑄 = 𝜋𝑟²𝐾(1 + 𝜋𝑟𝛼) (2)

En appliquant deux tensions différentes h1 et h2, on obtient 𝑄(ℎ1) et 𝑄(ℎ2) puis on calcule 𝛼
par l’expression:
ln(𝑄(ℎ2)⁄𝑄(ℎ1))
𝛼=
ℎ2 − ℎ1
Avec α connu, on détermine maintenant la conductivité hydraulique à la saturation (𝐾𝑠𝑎𝑡 ).

31
2.6. MESURE DE LA VITESSE MOYENNE ET DE LA DUREE MOYENNE DE
ROTATION DU PIVOT

Nous avons procédé à la mesure du temps t nécessaire pour effectuer dix séquences
successives d’avancement de la dernière tour du pivot et la distance d qu’elle a parcouru.
Après avoir effectué trois mesures successives, la vitesse moyenne (𝑣(𝑚⁄𝑚𝑛) ) a été calculée
𝑑(𝑚)
par la formule suivante : 𝑣(𝑚⁄𝑚𝑛) = 𝑡(𝑚𝑛)

La durée moyenne de rotation (𝑇𝑚 ) du pivot est calculée par l’expression :


2𝜋𝑅
𝑇𝑚 (ℎ) = 𝑣 , avec R= longueur du pivot exprimée en mètre.
(𝑚⁄𝑚𝑛) ∗60

2.7. UNIFORMITE DE DISTRIBUTION

2.7.1. Coefficient d’uniformité (CU)

L’équation retenue pour la détermination du coefficient d’uniformité est celle de


∑ 𝑃𝑖 𝑆𝑖
Hermann et Hein (1986). Nous avons modifié la formule en intégrant la dose : 𝐷 = ∑ 𝑆𝑖
. On

obtient donc la formule suivante :

𝜎𝑝2 ∑ 𝑆𝑖 (|𝑃𝑖 −𝐷|)


𝐶𝑢 = 100 (1 − ) Avec 𝜎𝑝 = √ ∑ 𝑆𝑖
𝐷

avec 𝑃𝑖 la hauteur d’eau recueillie dans le ième pluviomètre, 𝑆𝑖 la distance du centre du pivot
au ième collecteur.

2.7.2. Uniformité de distribution (UD)

La formule retenue pour évaluer l’UD est celle développée par Merriam et Keller
(1978). Elle s’exprime par :

ℎ𝑚 /𝑞𝑢𝑎𝑟𝑡 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟
𝑈𝐷 =
ℎ𝑚

L’UD est un indicateur permettant tout comme le CU de caractériser la qualité de la


répartition de la hauteur d’eau infiltrée dans la parcelle.

32
2.8. INTENSITE PLUVIOMETRIQUE

Nous avons déterminé l’intensité pluviométrique moyenne en bout de rampe (𝐼𝑚𝑎𝑥 ) par la
formule:
𝐷 𝑉𝑟
𝐼𝑚𝑎𝑥 =
2𝑊
Avec 𝐼𝑟 l’intensité pluviométrique moyenne, W la portée des arroseurs terminaux, 𝐷 la dose
délivrée par le pivot (calculé à partir des quantités d’eau recueillies par les pluviomètres) et 𝑉𝑟
la vitesse moyenne du pivot.

Cette intensité a été comparée à sa valeur théorique (Anonyme 3, 2003) :


𝜋 𝑅 𝐷𝑗
𝐼𝑚𝑎𝑥 (𝑚𝑚⁄ℎ) = 1.275 ∗
24 𝑊
Avec R rayon du pivot, W portée des asperseurs terminaux et 𝐷𝑗 la dose journalière.

2.8. EFFICIENCE AGRONOMIQUE DE L’IRRIGATION EFFICIENCE


D’UTILISATION DE L’EAU

La formule retenue pour évaluer l’efficience d’utilisation de l’eau (EUE) est :


𝑟𝑒𝑛𝑑𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 (𝑘𝑔⁄ℎ𝑎)
𝐸𝑈𝐸(𝑘𝑔⁄𝑚𝑚/ℎ𝑎) = 𝐸𝑇𝑅 (𝑚𝑚)

avec ETR l’évapotranspiration réelle.

L’efficience agronomique de l’irrigation a été évaluée à partir de la productivité de


l’eau. La productivité de l’eau est le rapport du rendement par la quantité totale d’eau reçue
par la culture qu’elle ait été consommée ou non.

2.9. BILAN HYDRIQUE SIMULE

Selon Péné (2005), le bilan hydrique exprime la conservation, entre deux dates
quelconques, de la masse d’eau présente dans le système sol-plante-atmosphère. Le modèle
utilisé est l’équation simplifiée du bilan de l’eau dans le sol :

Δ𝑆𝑡𝑜𝑐𝑘 = 𝑃𝑟é𝑐𝑖𝑝𝑖𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 + 𝐼𝑟𝑟𝑖𝑔𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 − (𝐸𝑇𝑅 + 𝐷𝑟𝑎𝑖𝑛𝑎𝑔𝑒 + 𝑟𝑢𝑖𝑠𝑠𝑒𝑙𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡)

Où Δ𝑆𝑡𝑜𝑐𝑘 est la variation du stock d’eau du sol sur une période considérée.
L’évapotranspiration réelle (ETR) est calculée selon la formule d’Eagleman (1971) qui
dépend de la demande évaporative (ETM) et de l’humidité disponible dans le sol (Hd) :
𝐸𝑇𝑅 = 0.732 − 0.05 𝐸𝑇𝑀 + 𝑎 ∗ 𝐻𝑑 – 𝑏 ∗ 𝐻𝑑2 + 𝑐 ∗ 𝐻𝑑3

Avec : 𝑎 = 4.97 𝐸𝑇𝑀 – 0.66 𝐸𝑇𝑀2 ;

𝑏 = 8.57 𝐸𝑇𝑀 – 1.56 𝐸𝑇𝑀2 ;


33
𝑐 = 4.35 𝐸𝑇𝑀 – 0,88 𝐸𝑇𝑀2 ;

𝐻𝑑 = 𝑠𝑡𝑜𝑐𝑘 𝑑𝑢 𝑗𝑜𝑢𝑟 / 𝑅𝑈 ;

𝐸𝑇𝑀 = 𝐾𝑐 . 𝐸𝑇𝑜

L’évapotranspiration de référence a été évaluée selon la formule de Penman-Monteith :

900
0,408Δ(𝑅𝑛 − 𝐺) + 𝛾 𝑇 + 273 𝜇2 (𝑒𝑠 − 𝑒𝑎 )
𝐸𝑇𝑜 =
Δ + 𝛾(1 + 0,34𝜇2 )

Avec 𝑅𝑛 : Rayonnement net à la surface de la culture en MJ·m-²·j-1 ; G : densité de flux de


chaleur dans le sol en MJ·m-² par jour ; T : température quotidienne moyenne de l’air à 2 m
de hauteur en °C ; γ : constante psychométrique en kPa·°C-1 ; 𝜇2 : vitesse du vent à 2 m de
hauteur ; 𝑒𝑠 : pression de vapeur saturante en kPa ; 𝑒𝑎 : pression de vapeur réelle en kPa, ∆ :
pente de la courbe de pression de vapeur saturante à température T en kPa·°C-1.

2.10. INDICE MOYEN DE SATISFACTION HYDRIQUE

L’indice moyen de satisfaction hydrique (𝐼𝑠 ) est défini comme le degré de


satisfaction de la culture par les apports d’eaux. Il a été obtenu à partir du bilan hydrique
simulé réalisé. Son expression mathématique est :

𝐸𝑇𝑅
𝐼𝑠 =
𝐸𝑇𝑀

Avec ETR : évapotranspiration réelle et ETM : évapotranspiration maximale.

34
CHAPITRE 3 : RESULTATS ET DISCUSSION

3.1. ANALYSE DES PERFORMANCES HYDRAULIQUES

3.1.1. Contrôle de la conformité entre plans théorique et pratique de busage

Le tableau 4 récapitule les données relatives aux différences aperçues entre les plans
théorique et pratique de busage pour chaque rampe pivotante considérée. Pour le pivot 1 et le
pivot 5, le busage théorique correspond au busage calculé avec les valeurs relevées sur le
terrain cinq ans plutôt. Quant aux pivots 2 ; 3 et 4, il correspond à celui fournit par le
fabricant.

Tableau 4 : Différence entre les plans théorique et pratique de busage

Pivot Pivot Pivot Pivot Pivot


1 2 3 4 5
Nombre de buses installés 137 98 82 136 121
Nombre de buses identiques 88 49 78 110 49
Pourcentage d'identité (%) 64 50 95 81 40

Le pourcentage d’identité enregistré est faible pour l’ensemble des pivots, excepté le
pivot 3. Les activités de débouchage des buses colmatées, par leur méthode de réalisation,
sont le principal facteur qui influencent la conformité des plans de busage indiqué par le
constructeur et celui adopté sur terrain. En effet, si ces activités de maintenance sont réalisées
régulièrement sur un pivot, le risque d’échanger les buses de leur emplacement initial est très
élevé. Ce risque devient plus grand lorsque le pivot prend de l’âge ; cela entraînera de faible
pourcentage d’identité. Pour éviter une fréquence d’exécution très élevée des activités de
débouchage, il faut s’assurer que l’eau d’irrigation présente de faible taux de matières en
suspension (la boue par exemple). Aussi la présence de filtre à tamis limitera-t-elle le passage
de quelques impuretés lorsque l’eau est chargée. Il est recommandé aux maintenanciers
d’effectuer le débouchage des buses, arroseur par arroseur en remettant la buse à son
emplacement initial.

3.1.2. Diagnostic de la répartition pluviométrique

3.1.2.1. Dose brute et pression

Les valeurs des débits mesurés à l’aide des indications des compteurs volumétriques
sont plus ou moins proches de celles calculées (à partir du plan de busage) et du débit
d’équipement, excepté pour le pivot 4. Le tableau 5 donne les résultats de mesures de débit et
35
de pression. L’écart constaté est dû à un disfonctionnement du compteur volumétrique installé
sur le pivot 4. Dans l’ensemble, les différences observées sont peut-être dues à la variation de
pression au niveau des pivots, qui sont équipés pour la plupart de régulateurs de pression non
fonctionnelle. En effet, la régulation de la pression se fait par ajustement de l’ouverture ou de
la fermeture de la vanne en fonction de la valeur affichée par le manomètre par rapport à la
pression souhaitée. Notons que l’impact de la variation de la pression est perceptible lorsque
la pression de fonctionnement obtenue est supérieure à la pression que peut supporter les
régulateurs de pression associés aux arroseurs.

Tableau 5 : Résultats de débit et de pression des pivots

Débit Débit calculé à Débit


Pression de Pression
mesuré partir du busage d’équipement
travail (bar) mesurée (bar)
(m3/h) terrain (m3/h) (m3/h)
Pivot 1 - 196 212 3,5 4,3
Pivot 2 171 165 168 2,4 4,8
Pivot 3 123 - 128 2,9 4,8
Pivot 4 210 273 283 3,2 3,2
Pivot 5 - 266 272 3,3 2,4

Les pressions mesurées sont supérieures ou égales à la pression de service sauf pour le
pivot 5. Ce pivot est situé en fin de réseau, il ne reçoit pas plus de 2,5 bars de pression. Cette
faible pression occasionne des variations temporelles de la dose délivrée par le pivot, dose qui
est souvent inférieure à la dose requise.
Les pressions mesurées au niveau des régulateurs de pression des arroseurs varient
pour la plupart de 1 à 1,4 bars pour les arroseurs de type Nelson (Pivot 1 ; 2 ; 4 ; 5) et de 0,6 à
0,7 bar pour les arroseurs de type Senniger (Pivot 3). Ces valeurs sont proches des valeurs de
régulation des régulateurs de pression associés aux arroseurs (0,7 pour le Senniger et 1,4 pour
le Nelson). Les valeurs faibles constatées sont dues au fait que les régulateurs sont obstrués.
Lorsque le régulateur est défaillant, on obtient des valeurs élevées de pression (cas du pivot 4,
arroseur au niveau du porte à faux). La figure 6 présente les variations de pression au niveau
des régulateurs des arroseurs des pivots 3 et 4.
Les résultats des autres pivots figurent en annexe 1.

36
2,8
Pivot 3 Pivot 4

0,7 0,7
1,5 1,4
1,3
0,65 0,65
1
0,6

travée travée travée d_tourp_faux


1 3 5

Figure 6 : Diagramme de pression des arroseurs des pivots 3 et 4

3.1.2.2. Dose moyenne et hauteur moyenne délivrée par le pivot

Les mesures effectuées montrent une variabilité des hauteurs d’eau et doses moyennes
délivrées par les pivots sur l’ensemble des deux mesures (tableau 6). Les écarts observés
peuvent s’expliquer d’une part par l’effet des pertes par évaporation (différence entre quantité
d’eau évaporée sur les deux mesures) ; quantité d’eau évaporée durant le trajet s’effectuant
entre la buse et le pluviomètre et d’autre part les pertes par évaporation directe depuis le
pluviomètre et les pertes dues à l’effet du vent, entraînant l’eau en dehors de la cible (le
pluviomètre).

Tableau 6 : Hauteur et dose moyenne délivrée par le pivot

Doseur Hauteur moyenne (mm) Dose moyenne (mm)


cyclique (%) hm1 hm2 Dm1 Dm2
Pivot 1 50 13,16 16,38 11,52 15,37
Pivot 2 50 7,73 10,18 7,77 10,18
Pivot 3 38 13,06 13,51 13,51 13,18
Pivot 4 100 6,45 6,23 6,38 5,68
Pivot 5 35 15,62 13,10 14,71 12,76

L’évaluation des pertes par évaporation ne tient pas compte de l’effet du vent et du
pouvoir évaporant de l’air dans la majeure partie des situations présentées dans la littérature.
L’estimation de la lame d’eau évaporée avant que l’eau atteigne le couvert végétal et/ou le sol
n’est pas chose aisé. Dans le cas d’une demande climatique extrême, ces pertes peuvent être
évaluées à 15% de la quantité d’eau apportée (Ruelle et al., 2004). La valeur estimée dans le

37
cadre de notre étude est d’environ 2 mm, elle permet d’expliquer en partie, en associant les
pertes dues à l’effet du vent et à l’insolation, les différences observées pour les mesures qui
ont été conduites la journée (pivot 1 et pivot 4). Concernant les mesures de jour et de nuit
effectuées pour les pivots 2 ; 3 et 5, les écarts observés sont dus soit à l’effet de la vitesse du
vent, et/ou aux pertes par évaporation directe depuis le pluviomètre mais aussi avant que l’eau
n’arrive au pluviomètre.

L’un des facteurs qui expliquerait les écarts observés surtout au niveau de la dose
moyenne est l’arrêt de la rotation du plateau de l’arroseur (arroseur Nelson) dû au fait que la
buse est colmatée et /ou la pression fournie par le régulateur est faible. Les surfaces arrosées
par un tel arroseur peuvent recevoir plus de 40 mm voire 140 mm et plus (jusqu’à 140 mm
pour certains pluviomètres du Pivot 5 et 65 mm pour ceux du pivot 1). Ainsi, un pluviomètre
qui ne se trouve pas dans l’axe de jet d’un tel arroseur recevra peu ou pas d’eau. Par contre
celui qui se trouve dans cet axe recevra une très grande quantité d’eau. On se retrouve alors
avec des surfaces sous arrosées et d’autres sur-arrosées pouvant affecter le rendement de la
culture.

3.1.2.3. Répartition pluviométrique le long du pivot et selon les travées

Les courbes de distribution pluviométriques permettent d’apprécier les différences


entre les hauteurs d’eau délivrée par les buses le long du pivot (figure 7). Les valeurs
supérieures ou inférieures à 15% de la hauteur moyenne (voire de la dose moyenne), nous
renseignent sur les plages de mauvais fonctionnement des arroseurs. Ces hauteurs d’eau sont
obtenues pour la plupart par des arroseurs dont les buses ou les régulateurs de pression sont
colmatés et ceux pour lesquels les arroseurs n’arrivent pas à faire de rotation. Les jets d’eau
sont ainsi concentrés sur une même surface entraînant des apports d’eaux très élevés (courbe
de distribution de la pluviométrie du pivot 1). Il en est de même des hauteurs d’eau moyennes
enregistrées pour les différentes travées des pivots considérés (figure 8). Il apparaît des
différences significatives entre les quantités d’eau délivrées par les travées d’un pivot surtout
en considérant l’essai 1 et l’essai 2. Cependant, les valeurs se situent, pour un grand nombre,
dans la page de fonctionnement des arroseurs (± 15% de la hauteur).

Les courbes de distribution des autres pivots figurent en annexe 2 et 3.

38
Pivot 4/ mesure1
30

25

20

15

10

0
6

91
1

11
16
21
26
31
36
41
46
51
56
61
66
71
76
81
86

96
101
Pi1 hm1

Pivot 1/ mesure2
150
140
130
120
110
100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
1 5 9 13 17 21 25 29 33 37 41 45 49 53 57 61 65 69 73 77 81 85 89

Pi2 hm2

Figure 7 : Courbe de distribution de la pluviométrie du pivot 4 et du pivot 1

Pivot 1
Pivot 3
30 30
25
25
20
20
15
15 10
10 5
5 0
0
travée travée travée travée travée travée porte
1 2 3 4 5 6 à faux

hm1 hm2 hm1 hm2

Figure 8 : Hauteur d’eau moyenne délivrée par travée

39
3.1.2.4. Détermination de l’uniformité d’arrosage

Les indicateurs qui permettent de caractériser la qualité de la répartition de l’eau sur


la parcelle ont été mesurés pour les pivots considérés, les résultats obtenus sont consignés
dans le tableau 7. Le coefficient d’uniformité varie de 66 à 99% tandis que l’uniformité de
distribution se situe entre 51 et 99%.

Tableau 7 : Résultats des mesures de l’uniformité d’arrosage des pivots considérés

Coefficient Uniformité de
Doseur
d’uniformité (%) distribution (%)
cyclique (%)
CU1 CU2 UD1 UD2
Pivot 1 50 81 85 71 79
Pivot 2 50 88 87 80 80
Pivot 3 38 91 91 99 86
Pivot 4 100 83 85 72 78
Pivot 5 35 70 66 56 51

Considérant les tests effectués par le Cemagref (Anonyme 3, 2003), une valeur de
CU supérieure ou égale 80 % correspond à une répartition homogène de l’eau le long de la
rampe pivotante ; la distribution spatiale de l’eau a été homogène pour quatre des pivots
considérés. La courbe de régression linéaire (figure 9) montre qu’il existe une relation linéaire
entre le CU et l’UD avec un coefficient de corrélation proche de 1 (R² = 0,9087). Ces deux
indicateurs sont donc complémentaires et peuvent être pris séparément pour évaluer
l’uniformité d’arrosage. Il ressort de cette relation que pour des valeurs de CU supérieures ou
égales 80 %, les valeurs de l’UD doivent être supérieures ou égales à 70% pour avoir une
bonne uniformité de distribution. Ces valeurs sont sensiblement similaires à celles que
recommandent Keller et Bliesner (1990) ; UD supérieur 75% et CU supérieur 84%. En tenant
compte de ces deux indicateurs, le Pivot 5 présente une très mauvaise uniformité d’arrosage.

40
110
100
90
80
70
60

CU
50 y = 0,5783x + 39,209
40 R² = 0,9087
30
20
10
0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110
UD

Figure 9 : Courbe de corrélation linéaire entre le CU et l’UD.

Les mauvaises valeurs de l’UD et de CU sont très souvent dues à la nature des buses
(buse colmaté ou régulateur de pression obstrué), aux faibles pressions, à l’effet du vent et aux
variations de pressions durant l’irrigation (Pereira, 1999). L’impact de la variation de la
pression durant l’irrigation est perceptible lorsque la pression de fonctionnement du pivot est
supérieure à la pression de service et à la pression que peut supporter les régulateurs de
pression associés aux arroseurs. A ces facteurs s’ajoute le non-respect du plan de busage (buse
au mauvais endroit par rapport à l’emplacement initial). En effet, lorsqu’un ensemble de buses
est bouché sur le même pivot, les maintenanciers ne les remettent pas souvent au même
endroit après le débouchage.
Les mauvaises valeurs de CU et de l’UD obtenues pour le pivot 5 sont dues
uniquement à la faible pression de fonctionnement. Elle s’apprécie par le fait que les arroseurs
projettent des jets d’eau dans des directions fixes (pas de rotation du plateau mobile de
l’arroseur) lorsqu’ils ne sont pas bouchés. .Les valeurs d’UD (inférieur à 80%) des pivots 1 et
4 sont dues d’une part aux variations de pressions durant l’irrigation, aux arroseurs dont la
direction dans laquelle le jet d’eau se déverse est fixe et d’autre part à l’effet du vent (qui n’a
pas été mesuré mais observé pendant l’essai).

Globalement, l’uniformité d’arrosage est correcte. Cependant les valeurs obtenues


pour caractériser cette uniformité restent faibles pour les pivots étudiés.

Pour améliorer l’uniformité d’arrosage, il faut s’assurer dans un premier temps que le
plan de busage adopté sur le terrain est conforme à celui proposé par le constructeur. Dans un
second temps, l’eau d’irrigation doit contenir de faible taux de matière en suspension (boue),
en installant des filtres à tamis au niveau des pivots. Les activités de débouchage doivent être

41
bien menées afin d’éviter que les buses ne soient pas inter changées après leur nettoyage.
Ensuite, limiter dans la mesure du possible les variations de pressions durant l’irrigation en
installant des régulateurs de pression au niveau des bornes d’irrigation (point d’alimentation
en eau des pivots). Enfin, éviter d’irriguer dans les conditions de vent fort si possible.

3.1.3. Vitesse moyenne et durée moyenne de rotation

La vitesse moyenne d’avancement du pivot et le temps mis pour parcourir un tour


complet (360°) ont été mesurés, leurs valeurs figurent dans le tableau 8. Ces valeurs, en
particulier la vitesse moyenne d’avancement du pivot nous permettront de calculer l’intensité
pluviométrique du pivot en considérant la dose apportée par celui-ci.

Tableau 8 : Mesures de la vitesse moyenne et de la durée de rotation des pivots considérés

Doseur Vitesse moyenne Durée moyenne


cyclique (%) (m/mn) de rotation (h)
Pivot 1 50 1,23 38,27
Pivot 2 50 1,48 28,35
Pivot 3 38 0,95 38,78
Pivot 4 100 1,50 36,26
Pivot 5 35 1,01 52,80

3.1.4. Détermination de l’intensité pluviométrique et de la perméabilité du sol

Les parcelles sur lesquelles ont été conduites les essais de pluviométrie sont des
parcelles à forte réserve et à texture soit argilo-très sableux, soit sablo-argileux. Les résultats
des mesures de la capacité d’infiltration du sol et de l’intensité d’arrosage des pivots sont
résumés dans le tableau 9. Sur les cinq parcelles, seule la parcelle où fonctionne le pivot 3, a
une perméabilité qui ne correspond pas apparemment à la texture du sol. Cela pourrait
s’expliquer par des erreurs de manipulation de l’infiltromètre à tension.

Globalement les valeurs de l’intensité pluviométrique obtenues sont inférieures à la


perméabilité du sol mesurée. Le ruissellement a été négligé car la pente générale du terrain
des pivots étudiés n’excède pas 10%.

Tableau 9 : Valeurs de la perméabilité du sol mesurée et de l’intensité pluviométrique


maximale délivrée par le pivot

42
Perméabilité Intensité pluviométrique
Réserve
Type sol du sol (mm/h)
utile (mm)
(mm/h) Calculée mesurée
Pivot 1 Argilo-très sableux 150 26,81 26,59 21,98
Pivot 2 Sablo-argileux 149 35,55 23,63 17,60
Pivot 3 Sablo-argileux 140 17,14 31,15 20,68
Pivot 4 Sablo-argileux 151 36,18 30,72 12,02
Pivot 5 Argilo-très sableux 114 19,11 30,13 18,44

3.2. EVALUATION DES PERFORMANCES AGRONOMIQUES

3.2.1. Rendement

Les données des productions de canne à sucre en culture irriguée sous pivot ont été
recueillies sur une période de 5 ans (campagnes 2010-2011 à 2014-2015). Il ressort des
analyses de données que 23% des pivots ont un rendement moyen inférieur à 80 t/ha. Le
rendement moyen des pivots est de 86 t/ha (tableau 10) alors que le potentiel de production
est estime à 120 t/ha dans les conditions pédoclimatiques du pays (Péné, 1999). La plus faible
valeur du rendement obtenue est de 78 t/ha pour la campagne 2013-2014 contre une valeur
maximale de 98 t/ha pour la campagne 2014-2015. En considérant les pivots étudiés, seul le
pivot 5 présente des rendements en canne inférieurs au rendement moyen des pivots sur
l’ensemble des campagnes considérées (figure 10). Le rendement des pivots est très variable
d’une année à une autre.
La variabilité interannuelle des rendements moyens peut s’expliquer, outre l’irrigation,
par divers facteurs. On peut citer les pratiques culturales, le mode de gestion de
l’enherbement, l’apport d’éléments fertilisants, les variétés de canne et leur stade de repousse,
etc. L’uniformité d’arrosage des pivots influe sur le rendement en canne. Le Pivot 5 qui a un
UD inférieur à 70 et CU inférieur à 80 présente des rendements inférieurs à 80 t/ha. Le
rendement des pivots sur la période des 5 années figure en annexe 4.

Tableau 10 : Rendement moyen des pivots

2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 moyenne


Rendement 86,7 81,2 82,6 78,3 98 85,9

43
110,0
100,0
90,0
80,0
70,0
60,0
50,0
40,0
30,0
20,0
10,0
0,0
Pivot 1 Pivot 2 Pivot 3 Pivot 4 Pivot 5

10-11 11-12 12-13 13-14 14-15 moy_tous_ pivots

Figure 10 : Rendement des pivots étudiés par année par rapport au rendement moyen des
pivots

3.2.2. Efficience agronomique de l’irrigation

L’efficience d’utilisation de l’eau (EUE), qui tient compte uniquement de la quantité


d’eau consommée par la plante (ETR), est un indicateur qui permet d’évaluer aussi
l’efficience agronomique de l’irrigation. Pour Bouaziz et Belabbes (2002), une culture de
canne à sucre menée en confort hydrique présente une EUE variant de 7,6 à 10,5 kg/m 3 (pour
des besoins en eau moyen de 1375 mm et un rendement supérieur à 105 t/ha). Dans le cadre
de cette étude, la valeur obtenue est de 9,8 kg/m3 pour des besoins en eau moyen de 1619 mm.
Bien que les besoins en eau soient élevés, cette valeur de l’EUE est acceptable. Elle peut
s’expliquer par le fait que le rendement moyen en canne est inférieur à 100 t/ha.

L’efficience agronomique de l’irrigation obtenue à partir du calcul de la productivité de


l’eau est de 5,3 kg/m3. Celle valeur est faible par rapport à optimum qui se situe à 6,7 kg/m3
soit 15 mm d’eau par tonne de canne produite (Anonyme 1, 2002).

3.2.3. Réponse des rendements à l’indice moyen de satisfaction hydrique

Le diagnostic d’alimentation hydrique réalisé, à travers un bilan hydrique simulé, revèle


que les parcelles sous pivots sont satisfaites en moyenne à 88% avec des pertes par
percolation profonde s’élévant à 42%. Sur toutes les années étudiées (2010-2011 à 2014-
2015), il apparaît une corrélation linéaire significative ( R2 =0,2 et P = 0,015) entre le
rendement moyen en canne et l’indice moyen de satisfaction hydrique (ETR/ETM) des
parcelles de canne (figure 11). Les rendements canniers sont donc tributaires de l’eau reçue

44
(irrigation et pluie enregistrée). Ce résultat est en accord avec les expériences réalisées sur les
complexes sucriers ivoiriens (Péné, 1999 ; Péné et Tuo, 1996; Péné et al, 2001).

130,0
Rendement (t de cannes/ha)

120,0
y = 0,7019x + 26,414
R² = 0,2
110,0
100,0
90,0
80,0
70,0
60,0
50,0
40,0
60 62 64 66 68 70 72 74 76 78 80 82 84 86 88 90 92 94 96 98 100
ETR/ETM (%)

Figure 11 : Évolution des rendements moyens en canne au complexe sucrier de Ferké 2, de


2010-2011 à 2014-2015, en fonction de l’indice moyen de satisfaction hydrique des parcelles
de canne à sucre sous rampes pivotantes
Le bilan hydrique simulé de la culture de canne se présente comme un outil de
contrôle du niveau de satisfaction hydrique des parcelles permettant d’apprécier l'irrigation
apportée et la pluviométrie enregistrée. Il devrait permettre, si son utlisation se fait de manière
raisonnée, une meilleure estimation des apports d’eau et dans une certaine mesure, une
économie d’eau grâce à une gestion optimale de l’irrigation. L’effort d’arrosage doit porter
sur la période critique (mars à juilet), période où la demande climatique est élevée, sans
négliger la phase de prématuration pour les cannes de milieu et fin de campagnes.

45
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Ce travail de recherche visait à d’étudier la qualité des apports d’eau d’irrigation à


travers un diagnostic d’alimentation hydrique des cannes et une analyse des performances
hydrauliques des pivots. Il ressort de cette étude que :

- le rendement moyen des pivots varie de 72 à 113 t/ha avec moyenne de 86 t/ha ;
- l’efficience de l’irrigation est de 5.3 kg/m3 avec une EUE de 9.8 kg/m3 ;
- une dépendance du rendement moyen en canne vis-à-vis de l’eau :
- les pivots étudiés présentent dans l’ensemble une bonne uniformité d’arrosage, mais
qui peut être améliorée.
Les facteurs qui influencent l’uniformité de distribution de l’eau des rampes pivotantes sont la
pression de fonctionnement, la conformité du plan de busage, les activités de débouchages des
buses et éventuellement les variations de pression durant l’irrigation et l’effet de la vitesse du
vent. Les rendements moyens en canne peuvent être améliorés grâce à une meilleure conduite
de l’irrigation et une amélioration de l’uniformité de distribution.
Pour une meilleure approche de l’évaluation de la performance de l’irrigation par aspersion
sous pivots, une sélection des facteurs pertinents pour la performance s’avère nécessaire selon
‘‘une analyse multicritère’’.

RECOMMANDATIONS

Pour améliorer l’uniformité de distribution de l’eau et garantir un meilleur


fonctionnement des pivots et une meilleure gestion de la conduite de l’irrigation, les actions
suivantes peuvent être entreprises :

- vérifier que le plan de busage adoptée sur le terrain est conforme à celui proposé par le
constructeur ;
- pour les pivots ayant une faible pression de fonctionnement, des arroseurs comportant
des buses à basse pression doivent être utilisés afin d’améliorer l’uniformité de distribution.
On pourra choisir par exemple entre l’arroseur Senniger de type I-Wob UP3 et l’arroseur
Nelson de type Nutator N300 dont la valeur de la pression tourne autour de 0,7 bar ;
- l’utilisation de régulateur de pression au niveau des pivots permettra de limiter les
variations de pression durant l’irrigation ;
- la présence de filtre à tamis permettra une réduction des matières en suspension dans
l’eau afin d’éviter les fréquentes activités de débouchages des buses pour certains pivots.

46
Aussi voudrions-nous suggérer l’installation de station de filtration au niveau des différentes
stations de mise en pression ;
- l’établissement d’un diagnostic de fonctionnement des pivots et un contrôle de la
conformité du plan de busage doit être mené au moins deux fois par an ;
- l’utilisation du bilan hydrique du sol en culture cannière permettra de contribuer à
l’estimation des apports d’eau et de réaliser une économie d’eau grâce à une meilleure gestion
de la conduite de l’irrigation.

PERSPECTIVES
Les investigations menées dans ce travail de recherche constituent une contribution à
l’évaluation de la performance des systèmes irrigués sous pivots, au complexe sucrier de
Ferké 2, selon une approche réductionniste plus basée sur les aspects hydrauliques. Elles
devront être complétées par des actions de recherche tant sur le plan expérimental que sur la
démarche méthodologique. Parmi ces actions nous pouvons citer les suivantes :

- l’évaluation de la performance a été axée uniquement sur les indicateurs agronomiques


et hydrauliques, pour une approche plus globale des performances du système d’aspersion
sous pivot, il serait judicieux de conduire une analyse similaire en intégrant dans les
paramètres d’analyse, les aspects économiques ;
- des investigations futures méritent d’être poursuivies afin d’approfondir le diagnostic
du fonctionnement des pivots à travers une analyse comparative entre marque de pivots pour
en déterminer les plus performants ;
- étudier la variabilité des rendements moyens à travers une analyse multifactorielle en
intégrant outre l’irrigation, les sources de variabilité telles que les variétés et leurs stades de
repousse, les pratiques des rendements, le mode de gestion des mauvaises herbes, etc. ;
- pour une meilleure sélection des critères pertinents de la performance de ce système
irrigué, il faudrait multiplier les approches expérimentales sur l’ensemble des pivots et ce
pour une connaissance plus affinée sur les interactions entre le contexte hydraulique,
agronomique et socio-économique.

47
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Anonyme 1, 2002. Memento de l’agronome. CIRAD - GRET – Ministère des Affaires


Etrangères, éditions Quae, 110-115 p.

Anonyme 2, 2006. Traité de l’irrigation. 2e éditions, Tiercelin J.-R. et Vidal A. coord.


Lavoisier, 500-585 p.

Anonyme 3, 2003. Guide Pratique Irrigation. 3e éditions, ouvrage collectif. L. Rieul et P.


Ruelle coord. Cemagref Editions, 343 p.

Anonyme 4, 2015. Maîtriser l’irrigation par pivot et rampe frontale. In: Irrigazette
international, January/February 2015, n° 146, 5-9 p.

ANSI/ASAE, 1989. Test Procedure for Determining the Uniformity of Water Distribution of
Center Pivot and Lateral Move Irrigation Machines Equipped with Spray or Sprinkler
Nozzles. ASAE STANDARDS 2003, 932-938 p.

Bouaziz A. & Belabbes K., 2002. Efficience productive de l’eau en irrigué au Maroc. Revue
H.T.E., 124, 57-72 p.

Burt, C.M., 2000. Selection of irrigation methods for agriculture. On-Farm Irrigation
Committee. ASCE, 125 p.

Christiansen J.E., 1942. Irrigation by sprinkling. California Agric. Exp. Stn. Bull. 670.
University of California, Berkeley.

Cissé Bamory. Contribution au pilotage de l’irrigation au complexe sucrier de Ferké 2: cas du


réseau R1, 81 p. Mémoire d’ingénieur : Agronomie : Yamoussoukro : 2013.

C. Mathieu, P. Adoyé, J.-C. Chossat, 2007. Bases techniques de l’irrigation par aspersion.
Lavoisier, 457p.

Donkora K., Dimitri Xanthoulis, K. Ouattara et A. Degré, 2014. Concepts d’efficience et


de productivité de l’eau (synthèse bibliographique), [En ligne], Vol. 18, n° 1, 108-120 p,
[réf. Le 6 juillet 2015].
Disponible sur « http://popups.ulg.ac.be/1780-4507/index.php?id=10862 ».

Doorenbos J and Kassam AH, 1986. Yield response to water. FAO Irrigation and Drain.
Paper 33. Rome, FAO, 193 p.

48
Eagleman JR, 1971. An experimentally derived model for actual evapotranspiration.
Agriculture - Meteorology, n° 8, 385-394 p.

Gardner, W.R. 1958. Some steady state solutions of unsaturated moisture flow equations
with application to evaporation from a water table. Soil Science, n° 85, 228-232 p.

Heermann, D.F. and Hein, P.R., 1986. Performance characteristics of sel-propelled center
pivot sprinkler irrigation systems. Transactions of the ASAE, vol 11, n° 1, 11-15 p.

ISO 11545, 2001. Matériel agricole d’irrigation – Pivots et rampes frontales équipés de buses
d’arrosages ou d’asperseurs – Méthode de détermination de l’uniformité de la
distribution de l’eau, 17 p.

J. Keller and R. D. Bleisner, 1990. Sprinkler and Trickle Irrigation, Van Nostrand Reinhold,
New York, 86-121p.

Merriam J.L. and Keller J., 1978. Farm Irrigation System Evaluation: A guide for
Management. 3rd ed., Logan, Utah: Agricultural Irrigation Engineering Department.
Utah State University.

Péné C.B., 1999. Diagnostic hydrique en culture cannière et gestion du risque climatique : cas
de Ferké 2 et de Zuénoula, en Côte d’Ivoire. Agriculture et Développement, (N° spécial
sur la canne à sucre et l'eau), n° 24, 74-80 p.

Péné C.B., 2005. Simulation du Bilan Hydrique en Culture de Canne à Sucre. Fiches
Techniques 9 (CNRA), In : Gestion de l’eau d’irrigation en culture de canne à sucre, 6 p.

Péné C.B., Assa D. A., Déa B. G., 2001. Interactions eau d’irrigation-variétés de canne à
sucre en conditions de rationnement hydrique [en ligne]. Cahiers Agricultures, vol. 10,
[réf. du 10 juillet 2015].
Disponible sur
http://www.jle.com/fr/revues/agr/edocs/interaction_eau_d_irrigation_varietes_de_canne
_a_sucre_en_conditions_de_rationnement_hydrique_60078/article.phtml?tab=texte.

Péné C. B. et M. Kehe. 2005. Performances de trois variétés de canne à sucre soumises au


rationnement hydrique en prématuration au nord de la Côte d’Ivoire. Agronomie
Africaine, vol. 17, n° 1, 7 – 18 p.

49
Péné C.B., Tuo K., 1996. Utilisation du diagnostic hydrique pour le pilotage optimal de
l’irrigation de la canne à sucre en Côte d’Ivoire. Sécheresse, vol. 7, n° 4, 299-306 p.

Pereira L.S., 1999. Higher performance through combined improvements in irrigation


methods and scheduling: a discussion. Agricultural Water Management, n° 40,
153-169 p.

Ruelle P., Mailhol J.-C. et Itier B., 2004. Evaluation des pertes par évaporation lors des
irrigations par aspersion en condition de fort déficit hydrique. Ingénieries, n° 38, 13-
20 p.

Salia Hanafi. Approche d’évaluation de la performance des systèmes irrigués à l’échelle des
exploitations agricoles. Cas du périmètre irrigué de Borj Toumi (vallée de la Medjerda-
Tunisie), 92 p. Thèse de doctorat : science de l’eau : Paris : 2001.

Tiercelin J.-R. et Granier J., 2006. L’irrigation par aspersion. In: Traité d’irrigation. 2e
éditions, Tiercelin J.-R. et Vidal A. coord. Lavoisier, 549-583 p.

Viets F.G., 1962. Fertiliser and efficient use of water. Adv. Agron., n° 14, 223-264 p.

Yacoubi S., A. Zairi, T. Oueslati et al., 2004. Influences des performances de l’irrigation par
aspersion et du pilotage de l’irrigation et impact sur le rendement de la pomme de terre.
Séminaire sur la modernisation de l’agriculture irriguée, Rabat, Morocco. IAV Hassan
II, 14 p.

Yvon Pesqueux, 2004. La notion de performance globale. Forum international ETHICS,


Tunis, Tunisia, 13 p.

Wooding, 1968. R.A. Steady infiltration from a shallow circular pond. Water Resources, n°
4 : 1259-1273 p.

50
ANNEXES

Annexe 1. Diagramme de pression des arroseurs

diagramme de pression Pivot 1 Diagramme de pression Pivot 5


diagramme de pression Pivot 2
1,4 1,4
1,3 1,3 1,3 1,3 1,3
1,2 1,2
1,1 1,1
1,2 1,2

1,1 1,1

Annexe 2. Courbe de distribution pluviométrique

Courbe de distribution pluviométrique le long du Courbe de distribution pluviométrique le long du


Pivot 1/ mesure1 Pivot 2/ mesure2

45 22
40 20
35 18
30 16
25 14
20 12
15 10
10 8
5 6
0 4
1 6 11162126313641465156616671768186 1 6 11 16 21 26 31 36 41 46 51 56 61 66 71 76

Pi1 hm1 Pi2 hm2

Courbe de distribution pluviométrique le long du Courbe de distribution pluviométrique le long du


Pivot 2/ mesure1 Pivot 3/ mesure1

16 22
14 20
12 18
10 16
8 14
12
6 10
4 8
2 6
1 5 9 1317212529333741454953576165697377 1 5 9 131721252933374145495357616569

Pi1 hm1 Pi1 hm1

51
Courbe de distribution pluviométrique le long du
Pivot 3/ mesure2 Courbe de distribution pluviométrique le long du Pivot
4/ mesure2
22
20
20 18
18 16
16 14
14 12
10
12 8
10 6
8 4
2
6 0
1 5 9 131721252933374145495357616569

1
7
13
19
25
31
37
43
49
55
61
67
73
79
85
91
97
Pi2 hm2 Pi2 hm2

Courbe de distribution pluviométrique le long du Pivot Courbe de distribution pluviométrique le long du


5/ mesure1 Pivot 5/ mesure2

60 65
55 60
50 55
45 50
40 45
40
35 35
30 30
25 25
20 20
15 15
10 10
5 5
0 0
73

50
1
7
13
19
25
31
37
43
49
55
61
67

79
85
91
97

1
8
15
22
29
36
43

57
64
71
78
85
92
99
Pi1 hm1 Pi2 hm2

Annexe 3. Hauteur d’eau moyenne délivrée par travée

hauteur moy par travée Pivot 2 hauteur moy par travée Pivot 4
hauteur moy par travée Pivot 5
15 12
10 25
10 8 20
6 15
5 4
2 10
0 0 5
travée 7

travée 8
travée 1
travée 2
travée 3
travée 4
travée 5
travée 6

travée 1
travée 2
travée 3
travée 4
travée 5
travée 6
travée 7

travée 9
porte à faux

porte à faux

hm1 hm2 hm1 hm2 hm1 hm2

52
Annexe 4. Rendement moyen des pivots pour les campagnes de 2010-2011 à 2014-2015

parcelle 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015


N1/004-005-006-007 82,79 86,00 91,39 77,96 99,00
N1/014-015-016-017 68,63 91,21 83,75 65,92 89,28
N2/011-012-013-014 113,00
Pivot 5 N2/023-024-025-026 74,25 81,03 76,52 64,59 62,31
N2/031-032-033-034 107,35 118,49
N2/043-044-045-046 92,87 86,92 82,62 71,66 103,47
N2/071-072-073-074 90,63 73,19 77,95 74,26 89,26
N2/081-082-083-084 87,05 70,77 67,21 62,88 95,21
P3/041-042-043-044 88,08 86,45 79,31 78,94 101,50
P3/062-063-064-065 100,75 84,19 74,66 83,44 119,92
P7/026-027-028-029 102,81 108,05 122,23
P7/032-033-034-035 89,76 77,88 96,92 96,70 101,86
P7/043-044-045-046 100,71 94,96 90,74 93,06 102,62
Pivot 4 P7/051-052-053-054 93,57 94,27 105,88
P7/065-066-067-068 88,14 100,25
P7/073-074-075-076 73,43 81,43 75,75 85,55 103,99
P7/091-092-093-094 105,88 107,01 89,97 72,30 96,80
V4/016-017-018-019 86,82 76,44 97,73 85,52 108,59
V4/041-042-043-044 98,60 101,90 92,34
V4/051-052-053-054 73,08 72,31 75,27 70,66 104,81
V5/023-024-025-026 88,08 69,40 62,47 76,57 92,25
V5/043-044-045-046 65,86 74,97 86,59 78,29 85,15
V5/071-072-073-074 96,79
V5/083-084-085-086 97,85 80,21 77,42 78,78 94,07
V5/091-092-093-094 84,57 73,84 67,70 60,79 93,40
V5/101-102-103-104 86,32 82,59 75,60 68,07 92,44
V5/151-152-153-154 82,32 76,57 77,37 52,57 83,17
V5/163-164-165-166 84,90 76,40 76,94 74,98 87,87
V6/001-002-003-004 83,28 75,00 72,47 59,19 96,83
V6/005-006-007-008 86,24 80,18 91,09 79,61 84,71
Pivot 1 V6/011-012-013-014 103,39 92,62 97,12 86,58 97,83
V6/021-022-023-024 80,51 76,18 90,86 86,51 100,61
V6/032-033-034-035 80,94 89,70 78,42 82,18 115,45
V6/046-047-048-049 88,10 114,09
V6/061-062-063-064 99,61 88,28 86,35 70,90 87,25
V6/071-072-073-074 74,96 80,56 73,80 75,98 93,86
Pivot 3 V8/001-002-003-004 106,29
V8/005-006-007-008 97,25
V8/011-012-013-014 85,37 77,17 91,10 67,13 86,13
V8/023-024-025-026 94,41 84,15 71,48 68,95 88,20
V8/031-032-033-034 92,06 78,59 80,09 65,57 94,70
V8/052-053-054-055 88,14 68,76 87,18 64,37 91,43
Pivot 2 V8/061-062-063-067 77,42 78,37 103,41

53
Annexe 5 : Carte présentant les différents systèmes d’irrigation du complexe de Ferké 2

54

Vous aimerez peut-être aussi