Vous êtes sur la page 1sur 65

REPUBLIQUE DE CÔTE D’IVOIRE

Union-Discipline-Travail

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE


SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

ÉCOLE SUPÉRIEURE D’AGRONOMIE (ESA) Sucreries d’Afrique Côte d’Ivoire

Cycle des Ingénieurs des Techniques Agricoles DTA/DI/SEI Ferké 1

MÉMOIRE DE FIN D’ÉTUDES


Pour l’obtention du Diplôme d’Ingénieur des Techniques Agricoles (DITA)

Option : Agro-Machinisme & Aménagement Rural

Thème :

Présenté par
Kouamé Yao Jean-Baptiste
Ingénieur des Techniques Agricoles - 37ème promotion

Soutenu le 19/10/2015

Jury :
DIBO Gérard (GRSG/INP-HB) Président
KOFFI Symphorien (GRSG/INP-HB) Assesseur
Dr ADAHI Botou Moïse (GRSG/INP-HB) Encadreur pédagogique
KOUAMÉ Amani Germain (Responsable Développement-Exploitation Irrigation SUCAF-CI)

Année académique : 2014-2015

Version revue et corrigée


Version revue et corrigée
« Que suis-je sans les autres puisque je viens dans
leurs mains et je repars dans leurs mains »
Seydou Badjan KOUYATE

À la mémoire de mon père KOUAMÉ Kouadio


& mon tuteur KANHOU Koffi
RÉSUMÉ

La présente étude est consacrée à l’analyse des performances de l’irrigation goutte à


goutte enterré sur six (6) parcelles industrielles de canne à sucre et l’identification des
principaux problèmes s’opposant à la valorisation des potentialités des installations du goutte à
goutte à SUCAF-CI Ferké 1, Côte d’Ivoire. L'étude a montré, relativement à la contre-
performance agronomique actuelle, des faiblesses au niveau de la qualité de l'eau d'irrigation,
de la pression dans le réseau et le pilotage du système.
La mesure du coefficient d’uniformité sur chaque parcelle montre que celle-ci reste
inférieure à 90%. En effet, les valeurs calculées varient de 45,88 % à 78,05 %, montrant ainsi
une variation de la distribution des débits. Les défauts d’installation et surtout d’entretien du
matériel sont généralement la cause d’un faible coefficient d’uniformité ; l’irrigation a lieu
souvent sous une pression nominale faible et avec des débits inférieurs aux débits initiaux, qui
révèlent la présence de colmatage. Cette mauvaise uniformité pourrait donc être due aux défauts
d’installation et d’entretien du matériel qui ont certainement provoqué le colmatage des
goutteurs.
A ces faiblesses sus mentionnées, s’ajoute l’application inadéquate de la technique de
fertigation. En effet, l’utilisation de variétés de canne de fin campagne et l’arrêt de l’irrigation
d’août à octobre entrainent une application en grande partie effectuée par épandage manuel.
En somme, la micro irrigation telle qu’elle est pratiquée à SUCAF-CI Ferké 1 ne permet
pas de profiter de ses avantages potentiels. La réussite du projet de relance et d’extension des
superficies reposera en grande partie sur une bonne planification du pilotage du système.

Mots clés : canne à sucre – goutte à goutte enterré – coefficient d’uniformité – performance.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 3
ABSTRACT

The recent study is devoted to the analysis of subsurface drip irrigation performance in
six (6) Industrial plots of sugar cane and identification of key issues opposing the exploitation
of the potential of micro systems -Irrigation to SUCAF-CI Ferké 1, Côte d’Ivoire. The study
showed, in relation to the current-against agronomic performance, weaknesses in the quality of
the irrigation water, the pressure in the system and the steering system.
Measuring the uniformity coefficient on each plot shows that the latter remains below
90%. Indeed, the calculated values vary from 45.88% to 78.05%, thus showing a variation of
the flow distribution. Installation faults and especially to equipment maintenance are usually
the cause of a low coefficient of uniformity; Irrigation often takes place under low pressure and
nominal flow rates with lower initial rates at which reveal the presence of clogging. This bad
uniformity could be due to installation faults and maintenance materials that have certainly
caused the clogging of drippers.
To these weaknesses mentioned above, adds the inadequate application of fertigation
technique. Indeed, the use of end of campaign cane varieties and stopping irrigation of August
to October result in enforcement largely done by manual application.
Micro irrigation as practiced in SUCAF-CI Ferké 1 does not take advantage of its
potential benefits. The success of the recovery project and expansion of areas rely heavily on
good planning system piloting.

Key words: sugarcane - subsurface drip - uniformity coefficient - performance.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 4
TABLE DES MATIERES

RÉSUMÉ ................................................................................................................................. 3

ABSTRACT............................................................................................................................ 4

TABLE DES MATIERES .................................................................................................. 5

AVANT-PROPOS ................................................................................................................ 8

REMERCIEMENTS ............................................................................................................ 9

LISTE DES SIGLES ET ABRÉVIATIONS ................................................................ 10

LISTE DES FIGURES....................................................................................................... 11

LISTE DES TABLEAUX ................................................................................................. 11

LISTE DES ANNEXES .................................................................................................... 12

INTRODUCTION GÉNÉRALE ..................................................................................... 13

CHAPITRE 1: ÉTUDE BIBLIOGRAPHIQUE..................................................... 15


1.1- Présentation du milieu d’étude .................................................................................. 16

1.1.1- Présentation de la structure d’accueil .................................................................... 16

1.1.2- Présentation de la zone d’étude.............................................................................. 17

1.2- Culture de la canne à sucre ........................................................................................ 18

1.2.1- Écologie ................................................................................................................. 18

1.2.2- Besoins en eau........................................................................................................ 18

1.2.3- Méthodes d’irrigation............................................................................................. 19

1.2.4- Rendement et qualité.............................................................................................. 19

1.3- Systèmes d’irrigation à la SUCAF-CI ....................................................................... 20

1.4- Différentes composantes d’une installation sous pression ........................................ 20

1.4.1- Source d’eau........................................................................................................... 20

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 5
1.4.2- Unité de pompage .................................................................................................. 20

1.4.3- Réseau d’adduction-distribution ............................................................................ 21

1.5- Système d’irrigation localisée : goutte à goutte enterré ............................................ 21

1.5.1- Composantes d’un réseau goutte à goutte .......................................................... 22

1.5.2- Qualité de l’eau .................................................................................................. 23

1.5.3- Filtration ............................................................................................................. 25

1.5.4- Fertilisation et irrigation fertilisante ................................................................... 26

1.5.5- Automatisation du système ................................................................................ 26

1.5.6- Entretien du réseau ............................................................................................. 27

1.6- Efficience agronomique ............................................................................................. 28

CHAPITRE 2: MATÉRIELS ET MÉTHODES.................................................... 30


2.1- Objectifs..................................................................................................................... 31

2.2- Matériels de l’étude ................................................................................................... 31

2.3- Méthodes ................................................................................................................... 32

2.3.1- Collecte de données ............................................................................................... 32

2.3.2- Qualité de l’eau ...................................................................................................... 32

2.3.3- Détermination du coefficient d’uniformité ............................................................ 32

2.3.4- Fertigation .............................................................................................................. 33

CHAPITRE 3: RÉSULTATS & DISCUSSION ..................................................... 34


3.1- Qualité de l’eau d’irrigation ...................................................................................... 35

3.2- Variétés de canne cultivées........................................................................................ 35

3.3- Diagnostic hydraulique .............................................................................................. 36

3.4- Gestion de la fertigation ............................................................................................ 37

3.5- Maintenance et entretien des équipements ................................................................ 39

3.5.1- Temps de reconditionnement après récolte ............................................................ 39

3.5.2- Entretien du système .............................................................................................. 40

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 6
3.5.3- Automatisation ....................................................................................................... 41

3.6- Productivité de l’eau .................................................................................................. 42

3.7- Préparation des sols ................................................................................................... 45

CONCLUSION & PERSPECTIVES ......................................................................... 46

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ...................................................................... 49

ANNEXES ............................................................................................................................ 52

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 7
AVANT-PROPOS

La production sucrière ivoirienne, qui couvre la demande intérieure, varie entre 150 000
et 180 000 tonnes par an. Elle est assurée par deux opérateurs privés repreneurs de l’ex-société
d’État SODESUCRE depuis juin 1997, au sein des quatre complexes sucriers du pays, dans les
plantations industrielles pour environ 90 % des superficies. La production restante est réalisée
dans les plantations villageoises créées par ces opérateurs, à la périphérie des blocs industriels,
au profit des exploitants individuels ou coopératives agricoles. La canne à sucre (Saccharum
officinarum L.) est cultivée sous irrigation par aspersion, en complément de la pluie. Depuis
2003, la technique d’irrigation au système goutte à goutte fut introduit sur les complexes
sucriers de SUCAF-CI. Le choix d’introduction de cette technique d’irrigation fut guidé par les
atouts de celle-ci par rapport à l’aspersion surtout par le rendement potentiel qui est de l’ordre
de 120 à 150 tc/ha contre 100 tc/ha pour l’aspersion. Mais force est de constater que les
rendements de la canne sous irrigation goutte à goutte sont très variables sur les deux complexes
sucriers de SUCAF-CI et n’atteignent pas le rendement potentiel obtenu dans les conditions
optimales pour la canne irriguée au goutte à goutte. Aussi, les rendements obtenus sont
relativement identiques à ceux de la canne irriguée par aspersion. Vu la non atteinte des
objectifs en terme de rendement et surtout des coûts élevés d’entretien du système goutte à
goutte, celui-ci est progressivement remplacé par l’aspersion. Toutefois, vu les contraintes
environnementales et les quantités d’eau de plus en plus élevées pour l’irrigation, une relance
du système goutte à goutte est envisagée à l’horizon 2017. Pour la réussite de ce projet de
relance, des nouvelles stratégies doivent donc être mises en place.
L’objectif assigné à cette étude est d’analyser les performances de l’irrigation goutte à
goutte et d’identifier les principaux problèmes qui s’opposent à la valorisation des potentialités
des installations du système.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 8
REMERCIEMENTS

Ce travail est le résultat des actions conjuguées de nombreuses personnes et institutions


auxquelles nous témoignons notre gratitude. Ce sont :
- la Direction Générale de SUCAF-CI avec à sa tête M. Jean-Claude SCHMIDT et ses
collaborateurs ;
- la Direction Générale de l’INP-HB avec à sa tête Dr KOFFI N’Guessan qui nous a
permis d’avoir ce stage à travers le partenariat avec SUCAF-CI ;
- la Direction de l’École Supérieure d’Agronomie dirigé par Dr KONE Siaka, ainsi que
les enseignants du département Génie Rural et Sciences Géographiques ;
- M. YÉO Koulotidoma, Chef Service Exploitation Irrigation Ferké 1 pour son
encadrement technique et tous ses collègues et collaborateurs qui nous ont guidés et
aidés à nous intégrer au sein de ce service pour le bon déroulement de notre stage ;
- Dr ADAHI Botou Moïse, mon encadreur pédagogique, pour sa disponibilité, son
dynamisme et ses conseils ;
- à tous les agents de SUCAF-CI qui sur le terrain ont été d’une aide incontournable
spécialement le chef chantier Goutte à Goutte M. KOUAMÉ Kouakou Christophe, les
exploitants du système goutte à goutte et leurs aides.
Enfin merci, à tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à l’élaboration de ce mémoire et
qui n’ont pas été mentionnés.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 9
LISTE DES SIGLES ET ABRÉVIATIONS

µ Micron
ACP Afrique Caraïbe Pacifique
CEMAGREF Centre National du Machinisme Agricole, du Génie Rural, des Eaux et
Forêts
CU Coefficient d’uniformité
ECe Conductivité électrique
ETM Évapotranspiration maximale
ETo Évapotranspiration de référence
ETP Évapotranspiration Potentielle
ETR Évapotranspiration Réelle
FAO Food and Alimentation Organization
HMT Hauteur Manométrique
Kc Coefficient cultural
mCe Mètre colonne d’eau
MES Matières en suspension
m3/tc Mètre cube par tonne canne
P.E Polyéthylène
pH Potentiel d’hydrogène
SIFCA Société Immobilière et Financière de la Côte Africaine
SODESUCRE Société pour le Développement des plantations de canne à sucre,
l’industrialisation et la commercialisation du sucre
SOMDIAA Société d’Organisation, de Management et de Développement des
Industries Alimentaires et Agricoles
SUCAF-CI Sucreries d’Afrique Côte d’Ivoire
tc/ha Tonne canne par hectare
UEMOA Union Économique Monétaire Ouest Africain

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 10
LISTE DES FIGURES

1 : Historique des rendements en goutte à goutte à SUCAF-CI Ferké 1 ................................. 13


2 : Histogramme des pluies moyennes et courbe des évapotranspirations moyennes ............. 17
3 : Schéma type d’un réseau d’irrigation localisée ................................................................. 23
4 : Quantité d’engrais apportées et mode d’apport sur cinq campagnes ................................ 38
5 : Eau dans une ligne de goutteurs détachée du collecteur après une purge ......................... 41
6 : Courbes des besoins en eau et des apports totaux de B3-003 et B3-015 ........................... 44

LISTE DES TABLEAUX

1 : Valeurs de kc en fonction du stade de développement de la canne à sucre........................ 19


2 : Caractéristiques des stations de pompage de Ferké 1........................................................ 21
3 : Risques d’obstruction en fonction des facteurs de colmatage des goutteurs...................... 24
4 : Efficacité des filtres en fonction des particules .................................................................. 25
5 : Données parcellaires relatives au système goutte à goutte Ferké 1 ................................... 31
6 : Résultats du diagnostic de l’irrigation ............................................................................... 36
7 : Durée de l’irrigation – fertilisation sur les différentes parcelles (1 bloc/parcelle) ........... 39
8 : Productivité de l’eau des systèmes d’irrigation sur trois campagnes ................................ 42
9 : Rendement des systèmes d’irrigation à SUCAF-CI Ferké 1 (2013 – 2015) ....................... 42

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 11
LISTE DES ANNEXES

1 : Localisation géographique de la zone d’étude ................................................................... 53


2 : Réseau d’irrigation SUCAF-CI Ferké 1 ............................................................................. 54
3 : Détermination du coefficient d’uniformité sur parcelle ..................................................... 55
4 : Fiches de détermination du CU .......................................................................................... 56
5 : Consignes d'exploitation du système goutte à goutte ......................................................... 59
6 : Fiche suivi de la fertigation ................................................................................................ 61
7 : Irrigation et rendement par système des campagnes 2012-2013 à 2014-2015 .................. 62
8 : Besoins en eau et apports en eau de la parcelle B3-003 (campagne 2014-2015) .............. 63
9 : Besoins en eau et apports en eau de la parcelle B3-015 (campagne 2014-2015) .............. 64
10 : Considérations pour la comparaison entre filtres automatiques ..................................... 65

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 12
INTRODUCTION GÉNÉRALE

La tendance de la production sucrière à la hausse amorcée depuis la campagne sucrière


2008 - 2009 en passant de 90 300 t jusqu’à 105 309 t en 2014 – 2015, sur pratiquement les mêmes
surfaces cultivées (environ 12 000 ha), semble être en grande partie liée aussi bien qu’au
développement de variétés plus productives en sucre qu’aux systèmes d’irrigation performants
(rampes et goutte à goutte) à SUCAF-CI. En effet, l’eau est le premier facteur limitant des
rendements de la canne à sucre dans le contexte ivoirien (Péné, 1997 [1] ; Péné, 1999 [2] ; Péné
et Tuo, 1996 [3]).
Parmi les techniques d’irrigation utilisées à SUCAF-CI Ferké 1, l’irrigation goutte à
goutte est la plus récente. Actuellement, la superficie équipée avec un système goutte à goutte
est de l’ordre de 170,4 ha, ce qui représente environ 3% de la superficie totale des plantations
industrielles irriguées. Introduit qu’en 2003 à SUCAF-CI sur une superficie de 22,2 ha et ayant
atteint un rendement de 124,5 tc/ha, le système goutte à goutte produit actuellement une moyenne
de seulement 93,87 tc/ha (campagne 2014 – 2015) ; la moyenne de production sur ces onze
dernières années étant de 91,1 tc/ha (Figure 1).
140 350
130
120 300
110
100 250
90
80 200 ha récoltés
TC/ha

70
60 150
50
40 100
30
20 50
10
0 0
Camp. 11-12
Camp. 04-05

Camp. 05-06

Camp. 06-07

Camp. 07-08

Camp. 08-09

Camp. 09-10

Camp. 10-11

Camp. 12-13

Camp. 13-14

Camp. 14-15

Superficie récoltée
Rendement Tc/ha

Figure 1 : Historique des rendements en goutte à goutte à SUCAF-CI Ferké 1

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 13
Ce ratio est moyen par rapport aux rendements potentiels (120 à 150 tc/ha) réalisés au Brésil,
l’Inde, l’Afrique du Sud et récemment le Sénégal où la culture de canne à sucre est de plus en
plus irriguée par un système goutte à goutte et fertilisant. Ce ratio a pour conséquence la réduction
progressive des surfaces irriguées en goutte à goutte et le remplacement du système par d’autres
systèmes d’irrigation vu le coût d’investissement élevé et des objectifs de productivité non
atteints.
Une relance du goutte à goutte à l’horizon 2017 est envisagée, mais vu les performances
agronomiques actuelles du système, une nouvelle approche est nécessaire non seulement pour
relever et maintenir la productivité à l'hectare de canne à sucre, mais également pour une
durabilité du système. De nouvelles stratégies sont donc à mettre en place pour la réussite de
l’extension et le développement des surfaces irriguées en goutte à goutte.
- Quels sont les facteurs expliquant la performance agronomique actuelle du système ?
- Quels moyens mettre en œuvre ?
Telles sont les questions auxquelles nous tenterons de répondre dans une réflexion qui s’articule
autour du thème : « Extension et développement des surfaces irriguées en goutte à goutte à
SUCAF-CI : quelle stratégie ? »
Dans ce document nous analyserons les performances de l’irrigation goutte à goutte
enterré sur six (6) parcelles industrielles de canne à sucre afin d’identifier les principaux
problèmes s’opposant à la valorisation des potentialités des installations du goutte à goutte à
SUCAF-CI Ferké 1. Ensuite nous proposerons des stratégies d’amélioration des rendements dans
l’optique de la réussite du projet de relance et d’extension des surfaces irriguées en goutte à
goutte.
Le premier chapitre de ce mémoire est consacré à l’étude bibliographique du sujet qui
s’efforcera de présenter le système d’irrigation goutte à goutte enterré en se focalisant sur les
facteurs nécessaires à la réussite de celui-ci.
Les matériels et méthodes utilisés dans ce travail et les résultats obtenus sont décrits
respectivement dans le deuxième et troisième chapitre.
Enfin, une synthèse critique des résultats obtenus et les perspectives proposées seront données
dans la conclusion générale.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 14
Chapitre I

Étude Bibliographique
1.1- Présentation du milieu d’étude

1.1.1- Présentation de la structure d’accueil


Le complexe sucrier de Ferké 1 est l’une des anciennes unités de la SODESUCRE,
société étatique chargée de la production de sucre dans les années 1970. Initialement, ces unités
au nombre de six (6) sont les complexes de : Borotou-Koro, Zuénoula, Ferké 1, Ferké 2, Katiola
et Sérébou. En 1984, à la suite de la baisse du cours du sucre et des facteurs climatiques,
défavorables et très prononcés, ayant provoqué une chute des productions ; donc de la
rentabilité de l’activité sucrière, des réformes structurelles ont été mises en œuvre ce qui a
abouti à la fermeture des unités de Katiola et de Sérébou. À la faveur de la privation du secteur
sucre en 1997, deux acteurs majeurs émergent et pilotent la filière à ce jour. Il s’agit de
SUCRIVOIRE, filiale du groupe SIFCA et de SUCAF-CI du groupe Brasseries et Glaceries
internationales (BGL).
Faisant partie du groupe SOMDIAA depuis 2010, SUCAF-CI exerce ses activités de
production de canne à sucre et de sucre de canne sur les complexes sucriers de Ferké 1 et de
Ferké 2 sur une superficie de 12 000 ha de plantations industrielles et 2 400 ha de cannes
villageoises. Par ailleurs, ces deux complexes produisent à ce jour 1 034 148 tonnes de cannes
pour une production de sucre estimé à 105 309 tonnes.
SUCAF-CI est organisée en directions, divisions, départements et services. Pour
l’atteinte de son objectif premier à savoir la satisfaction des besoins nationaux en sucre,
SUCAF-CI a adopté une organisation de choix où les deux sites sont dirigés sur le plan de la
production par deux grandes directions techniques : la Direction Technique Agricole (DTA) et
la Direction Technique Industrielle (DTI).
La Direction Technique Agricole (DTA), Direction chargée de la production de la
matière première, a pour activité essentielle l’exploitation agricole (plantation, entretien, récolte
et transport), d’une part en régie (culture industrielle) et d’autre part en plantation villageoise
sur les deux sites. Pour se faire, elle s’appuie sur une organisation structurée composée de quatre
directions, départements, de services, de sections et d’unités.
La Direction Irrigation a en charge l’irrigation des plantations industrielles et est
subdivisée en deux services que sont l’exploitation irrigation et la maintenance irrigation. Le
Service Exploitation Irrigation a en charge la satisfaction des besoins en eau et la gestion du
matériel de surface. Quant au Service Maintenance Irrigation, il est chargé de mettre à
disposition le matériel d’irrigation en bon état depuis les stations de pompage jusqu’au matériel
d’irrigation et la gestion des barrages.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 16
1.1.2- Présentation de la zone d’étude
Situé au Nord de la Côte d’Ivoire à 5 km de Ferkessédougou (Annexe 1), le complexe
sucrier de Ferké 1 exploite une superficie de 6340 ha sous canne dont 6 240 ha irriguées. La
zone présente un climat du type continental tropical caractérisé par des températures annuelles
élevées (32,25 °C) et une pluviométrie annuelle d’une moyenne de 1200 mm sur ces treize
dernières années. L’évapotranspiration (bac classe A) moyenne annuelle est de 124,2 mm et les
valeurs extrêmes se retrouvent aux mois de mars pour la plus élevée, 214,7 mm et 114,8 mm
pour la plus faible enregistrée au mois d’août (Figure 2).

300 240

250 200

Evaporation (mm)
Pluviométrie (mm)

200 160

150 120

100 80

50 40

0 0

Pluie (mm)
Evaporation BAC A (mm)
Figure 2 : Histogramme des pluies moyennes et courbe des évapotranspirations moyennes
(2001-2014)

Le sol du site est de nature ferrallitique avec des propriétés latéritiques et hydromorphes. La
végétation est une savane boisée plus ou moins dégradée. Le pH, le niveau d’argile et la texture
du sol sont fonction de la topographie :
- sommet de colline : texture argileuse gravillonnaire avec 20% d’argile ; pH de 6,6 ;
- pente de 3 à 6% : texture sablo-argileuse avec 14,5% d’argile ; pH de 6,3 ;
- bas de pente : texture sablo-limoneuse avec 17,4% d’argile.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 17
1.2- Culture de la canne à sucre

1.2.1- Écologie
La canne à sucre est une plante des régions tropicales ensoleillées qui supporte des
températures élevées. Les températures optimales de germination et de croissance sont
respectivement entre 26° à 33°C et 28° à 32°C. La phase de maturation (accumulation du sucre)
est favorisée par une période fraîche, sèche et ensoleillée. Elle n’exige pas un type de sol spécial.
Les meilleurs sols sont ceux qui ont plus d’un mètre de profondeur ; l’enracinement peut avoir
jusqu’à 5 m de profondeur. Le sol doit être de préférence bien aéré (après de fortes pluies,
espaces lacunaires remplis d’air > 10 à 12%) et avoir une teneur totale en eau disponible de
15% ou plus. Le pH optimal du sol est d’environ 6,5, mais la canne à sucre pousse sur des sols
ayant un pH compris entre 5 et 8,5.
La canne à sucre a de gros besoins d’azote et de potasse et des besoins relativement modestes
de phosphate, soit 100 à 200 kg/ha de N, 20 à 90 kg/ha de P et 125 à 160 kg/ha de K pour un
rendement de 100 tc/ha, mais les doses d’application sont parfois supérieures. À maturité, la
teneur en azote du sol doit être aussi faible que possible pour avoir une bonne récupération de
sucre, notamment si le temps est chaud et humide pendant la période de mûrissement.
La canne à sucre est modérément sensible à la salinité et la baisse de rendement due à une
salinité croissante est la suivante (Doorenbos & Kassam, 1980 [4]) :
- 0% quand ECe = 1,7 mmhos/cm
- 10% quand ECe = 3,3 mmhos/cm
- 25% quand ECe = 6 mmhos/cm
- 50% quand ECe = 10,4 mmhos/cm
- 100% quand ECe = 18,6 mmhos/cm

1.2.2- Besoins en eau


Si l’on veut obtenir des rendements maximums, il est important que la culture dispose
d’une humidité suffisante pendant toute la période végétative, car la croissance végétative, y
compris le développement de la canne, est directement proportionnelle à la quantité d’eau
transpirée. Suivant le climat, les besoins d’eau (ETM) de la canne à sucre sont de 1500 à 2500
mm, répartis de façon uniforme sur toute la campagne végétative. Le tableau 1 résume les
valeurs du coefficient cultural (kc) qui mettent en rapport ETM avec l’évapotranspiration de
référence (ETo) pour les différents stades de croissance.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 18
Tableau 1 : Valeurs de kc en fonction du stade de développement de la canne à sucre

Stades de développement Jours Coefficient cultural (kc)


Plantation à 0,25 du feuillage complet 30 – 60 0,4 – 0,6
De 0,25 à 0,5 du feuillage complet 30 – 40 0,75 – 0,85
De 0,5 à 0,75 du feuillage complet 15 – 25 0,9 – 1
De 0,75 au feuillage complet 45 – 55 1 – 1,2
Besoins de pointe 180 – 330 1,05 – 1,3
Sénescence précoce 30 – 150 0,8 – 1,05
Mûrissement 30 – 60 0,6 – 0,75

Source : Doorenbos & Kassam, réponse des rendements à l’eau, 1980 [4]

La profondeur d’enracinement varie avec le type de sol et le régime d’irrigation ; les


irrigations peu fréquentes et abondantes donnent normalement un système radiculaire plus
étendu. La profondeur d’enracinement peut aller jusqu’à 5 m, mais la zone des racines actives
du point de vue de l’absorption de l’eau est généralement limitée aux couches supérieures.
Quand celles-ci sont épuisées, l’absorption qui se fait dans les couches plus profondes augmente
rapidement, mais normalement, l’eau est extraite à 100% des 120 à 200 premiers centimètres.
Avec une ETP de 6 à 8 mm/jour pour la campagne, le tarissement pendant la période végétative
et la période de formation du produit peut atteindre 65% de la quantité totale d’eau disponible
sans avoir d’effets sérieux sur les rendements (Doorenbos et Kassam, 1980 [4]).

1.2.3- Méthodes d’irrigation


Trois méthodes d’irrigation sont utilisées en culture cannière : l’irrigation gravitaire,
l’irrigation par aspersion et l’irrigation goutte à goutte. La méthode la plus couramment
employée est l’irrigation par sillons, qui est particulièrement efficace pour le début de la culture.
Au cours des périodes ultérieures et pour les cultures de repousse, la distribution de l’eau peut
devenir de plus en plus aléatoire, car les sillons se dégradent. On utilise parfois des sillons plus
courts pour mieux répartir l’eau sur le champ à un stade ultérieur.

1.2.4- Rendement et qualité


Le rendement en sucre dépend du tonnage de cannes, de la teneur en sucre de la canne
et de la qualité de la canne. Il est important que celle-ci soit récoltée au moment le plus
favorable, quand l’optimum économique de sucre récupérable par unité de surface est atteint.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 19
Le tonnage des cannes au moment de la récolte peut varier entre 50 et 150 t/ha, sinon plus, ce
qui dépend notamment de la longueur du cycle végétatif total et selon qu’il s’agit d’une culture
vierge ou d’une culture de repousse. L’efficacité de la consommation d’eau par rapport au
rendement récolté en canne contenant environ 80% d’humidité est de 5 à 8 kg/m3 et de 0,6 à 1
kg/m3 pour la saccharine qui ne contient pas d’humidité.
Quand la canne à sucre approche de la maturité physiologique, la croissance végétative diminue
et la teneur en sucre de la canne augmente considérablement. La teneur en sucre au moment de
la récolte représente généralement entre 10 à 12% du poids frais de la canne. La teneur en sucre
semble diminuer légèrement quand les rendements en canne augmentent. Il convient d’éviter
une croissance luxuriante pendant le mûrissement des cannes, ce qui peut être obtenu par une
faible température, un faible niveau d’azote et un apport d’eau limité. En ce qui concerne la
pureté du jus, des températures minimales basses plusieurs semaines avant la récolte ont un bon
effet.

1.3- Systèmes d’irrigation à la SUCAF-CI


L’irrigation joue un rôle très important dans l’agriculture. Elle permet la régulation des
productions, d’améliorer la qualité des produits et d’accroître les rendements. La mise en place
d’un mode d’irrigation ne s'improvise pas, car elle est fonction de la pédologie, du climat, de la
topographie, de la qualité de l’eau et de la nature de la culture.
Les systèmes d’irrigation exploités à Ferké 1 sont au nombre de cinq à savoir : les pivots, les
rampes frontales, les enrouleurs, la couverture classique et intégrale et le goutte à goutte. L’eau
est apportée en tête de parcelle par des conduites sous pression.

1.4- Différentes composantes d’une installation sous pression

1.4.1- Source d’eau


Le complexe sucrier Ferké 1 est alimenté en eau grâce à deux barrages, dont un, sur le
Bandama avec une capacité de stockage de 79 millions de m3 et l’autre sur le Lopkoho (affluent
du Bandama) avec une capacité de 14 millions de m3.

1.4.2- Unité de pompage


Le réseau hydraulique de Ferké 1 a été construit en 1972 – 1974 et est composé de cinq
(5) réseaux indépendants (Annexe 2), dénommés :
- B1, B2 et B3 pour les prises d’eau dans la retenue du Bandama ;

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 20
- L1 et L2 pour les prises d’eau dans la retenue du Lokpoho.
Chaque réseau est lié à une station de pompage. La prise d’eau s’effectue grâce à des groupes
motopompe (GMP). La station de pompage se compose de deux éléments essentiels que sont
les pompes et les moteurs qui les entrainent. Six stations de pompage sont installées à SUCAF-
CI Ferké 1. Le tableau 2 présente les caractéristiques des différentes stations du complexe de
Ferké 1.

Tableau 2 : Caractéristiques des stations de pompage de Ferké 1

Stations B1 B2/1 B2/2 + 3 B3 L1 L2 Exhaure


HMT (mCe) 118 134 120 108 113 117 10
Débit/pompe (m3/h) 493 408 530 469 478 450 1000
Nombre de pompes 8 4 7 7 5 4 2
Débit total station (m3/h) 3940 1631 3710 3280 2390 1800 2000

Source : Techniques d’irrigation sous pression à SUCAF, Service Exploitation Ferké 1 [5]

1.4.3- Réseau d’adduction-distribution


Le réseau d’adduction-distribution ou conduite principale, généralement enterré, est
situé entre la station de pompage et les bornes parcellaires. Cette conduite principale comporte
les organes suivants :
- les vannes ;
- les ventouses, situées aux points les plus hauts des périmètres pour le dégazage du
réseau ;
- les vidanges, situées dans les bas-fonds pour la vidange des conduites lors des opérations
d’entretien ;
- les bornes de prise munies de vannes servant à l’ouverture et à la fermeture des parcelles
ou éventuellement d’appareils de régulation.

1.5- Système d’irrigation localisée : goutte à goutte enterré


L'irrigation goutte à goutte a été conçue à l'origine comme une méthode d'irrigation
souterraine. Cette conception fut abandonnée au début des années soixante en raison de ses
inconvénients : intrusion de racines, colmatage des émetteurs, impossibilité de contrôler
visuellement l'humidification du bulbe, le colmatage et la dégradation des conduites latérales
enterrées. Depuis, la plupart des problèmes importants ont été réglés et le goutte à goutte

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 21
souterrain a pris son essor et est appliqué dans de nombreux cas de combinaisons de cultures et
de sols (Moshé Sné, 2007 [6]). L’avantage du système goutte à goutte c’est qu’il est plus
polyvalent et plus efficace que les autres systèmes (non-interférence avec les autres travaux
dans le champ, maîtrise de l’eau et de l’engrais, lutte plus facile contre les mauvaises herbes et
ennemis des cultures, utilisation de faibles débits). L’inconvénient, c’est que ce système se
trouve délicat par rapport aux autres systèmes, surtout si la qualité de l’eau n’est pas parfaite,
et où il y a des risques d’obstruction élevés (difficultés de contrôle de l’application de l’eau,
colmatage des goutteurs et variation du débit, développement restreint des racines,
investissement initial élevé, entretien coûteux).

1.5.1-Composantes d’un réseau goutte à goutte


Le système comprend l’unité de tête, la conduite principale, les portes-rampes, les
rampes et les distributeurs (Figure 3). L’unité de tête est reliée au point de fourniture d’eau.
Elle permet de réguler la pression et le débit, de filtrer l’eau et d’y introduire des éléments
fertilisants. Les distributeurs constituent la partie essentielle de l’installation. La sélection des
distributeurs doit être adaptée à chaque situation particulière. Le choix dépendra du type de
culture, de la nature du sol, du climat, de la topographie, de la qualité de l'eau, des disponibilités
financières, etc. Une bonne connaissance de la sensibilité des goutteurs à la pression, aux
variations de température et aux processus d'obstruction doit permettre une meilleure estimation
de la régularité de la distribution dans l'espace (sur l'ensemble de la parcelle) et dans le temps
(risque de colmatage progressif).
En fonction de la sensibilité de leur débit aux variations de la pression on distingue les
distributeurs non autorégulant et les distributeurs autorégulant. Les distributeurs autorégulant
sont des goutteurs de type écoulement transitoire ou turbulent dont le débit cherché est constant
et indépendant de la pression d’entrée. Leur utilisation est particulière, car ils sont utilisés dans
les grandes longueurs et ils sont adaptés dans n’importe quel type de sol du point de vue de la
topographie. L’inconvénient majeur de ce mode de goutteur autorégulant est l’irrégularité de la
fabrication due à la présence de pièces mobiles, et qui se traduit par de forts coefficients de
variation.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 22
Figure 3 : Schéma type d’un réseau d’irrigation localisée

1.5.2-Qualité de l’eau
En irrigation localisée, la qualité de l’eau est un élément essentiel dont dépendent les
risques de colmatage des distributeurs. La qualité physico-chimique de l’eau détermine
l’importance des risques de bouchage du matériel d’arrosage et constitue un critère de choix de
la technique. C’est un élément essentiel de la réussite de la micro-irrigation. Une analyse
préalable de l’eau est indispensable pour apprécier les risques et définir les moyens de
prévention à mettre en œuvre pour éviter le colmatage. En effet, la principale difficulté
rencontrée en irrigation localisée réside dans la facilité avec laquelle les faibles sections de
passage des distributeurs peuvent se boucher. Les causes d’obstruction des distributeurs sont
d’ordre :
- physique : particules de sable, de limon, d’argile ou de débris végétaux en suspension
dans l’eau ; les particules les plus grosses provoquent un bouchage quasi instantané des
distributeurs (sable) tandis que les particules les plus fines modifient peu à peu le débit
des distributeurs par un dépôt lent à l’intérieur de ceux-ci. ;
- chimique : précipitations de sels dissous, le fer (développement de bactéries
ferrugineuses), l’hydrogène sulfuré et le manganèse. Il faut remarquer que dans le cas

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 23
d’une irrigation fertilisante, du fait que l’on modifie les propriétés chimiques et
physiques de l’eau, on peut avoir également des risques de précipitation ;
- biologique : sans doute les plus difficiles à maîtriser. L’eau de surface (rivière, canal ou
bassins) contient en effet, outre de la matière organique inerte plus ou moins
décomposée, toute sorte de micro-organismes vivants : algues, bactéries, protozoaires,
spores, champignons. Les éléments de dimension supérieure à 50 ou 100 µ tels que les
algues pluricellulaires et une grande partie de la matière organique morte sont arrêtés
au niveau de l’installation de tête, par un filtre à sable. Par contre, les organismes
monocellulaires passent facilement à travers les filtres, ainsi que les argiles et les limons
fins. Dans les tuyaux P.E. noirs, les algues ne se développent pas puisqu’elles sont
privées de lumière, mais les champignons et les bactéries peuvent former des colonies,
souvent gélatineuses, qui fixant les particules physiques augmentent la vitesse de
colmatage. Le fer ou l’hydrogène sulfuré (H2S) provoquent également des proliférations
de diverses bactéries, d’où des obstructions rapides, parfois en quelques jours.
Le tableau 3 résume les risques d’obstruction potentiels des distributeurs en fonction des
principaux éléments physiques, chimiques et biologiques contenus dans l’eau d’irrigation.
Tableau 3 : Risques d’obstruction en fonction des facteurs de colmatage des goutteurs

Risques d’obstruction
Facteurs Unité
Faible Moyen Fort
Physique
Solides en suspension Max-ppm < 50 50 – 100 > 100
Chimique
pH Max-ppm <7 7–8 >8
sels dissous totaux Max-ppm < 500 5 000 – 2 000 > 2 000
calcium Max-ppm < 10 10 – 50 > 50
carbonates Max-ppm < 100 100 – 200 > 200
manganèse Max-ppm < 0,1 0,1 – 1,5 > 1,5
fer Max-ppm < 0,1 0,1 – 0,5 > 0,5
H2S Max-ppm < 0,5 0,5 – 2 >2
Biologique
Population bactériennes Nombre max / ml < 10 000 10 000 – 50 000 > 50 000

Source : Gidi Sagi et al, filtration manuel & Water Quality for Micro Irrigation, 2007 [7]

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 24
1.5.3-Filtration
En micro-irrigation, la filtration de l’eau est rendue obligatoire par la petitesse des
circuits hydrauliques des distributeurs. Si les ajutages calibrés tolèrent une filtration de moins
de 500 µ, les goutteurs et les capillaires nécessitent une filtration plus fine atteignant 100 µ. Il
est très rare de pouvoir disposer d’eaux d’irrigation parfaitement claires et non chargées, d’où
l’obligation de recourir à une filtration préalable. Il est nécessaire d’utiliser une eau débarrassée
de ses impuretés pour limiter les risques d’obstruction du matériel. Afin de débarrasser l’eau
d’irrigation des impuretés, on peut utiliser divers types de filtres qui retiennent les particules
solides, mais qui n’effectuent pas de filtration chimique. Il existe plusieurs types de filtres :
- les filtres grossiers de crépine, utilisés en préfiltration quand l’eau est pompée dans les
réserves ou les cours d’eau où abondent des plantes aquatiques et/ou des algues ;
- les filtres séparateurs cyclones ou vortex ou hydrocyclones ;
- les filtres à sables ;
- les filtres à tamis ;
- les filtres à disques.

Le choix du filtre doit être fonction de la qualité de l’eau. Les principes de filtration des
différents types de filtre dictent leur efficacité de traitement des différents facteurs de colmatage
(Tableau 4).
Tableau 4 : Efficacité des filtres en fonction des particules

Types de filtres
Facteur de colmatage
Sable Disque Tamis
Solides en suspension ++++ ++++ ++
Sable (+) ++ +++ +++
Limon et argile ++++ +++ +
Algue (< 40 µm) ++++ +++ +
Zooplancton ++ +++ +++
Fer et manganèse (après oxydation) ++++ ++ +

Source : Gidi Sagi et al, filtration manuel & Water Quality for Micro Irrigation, 2007 [7]

++++ plus efficient (+) suivi d’hydrocyclone

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 25
1.5.4-Fertilisation et irrigation fertilisante
Le maintien de l’eau et des éléments minéraux à des niveaux optima dans la rhizosphère
des plantes est le principal facteur responsable des rendements élevés des cultures, meilleures
qualités des produits et hautes efficiences de l’utilisation de l’eau et des éléments minéraux.
L’apport des engrais dans l’eau d’irrigation, appelé « fertigation » ou « ferti-irrigation » ou
« irrigation fertilisante » est devenu une pratique permettant d’atteindre un équilibre ionique
optimal au niveau de la rhizosphère. Afin de minimiser les pertes de fumures par lessivage et
dans le but d’augmenter l’efficience de l’utilisation des engrais, le système optimal de
distribution de la solution nutritive est le système localisé. L’aspersion n’est pas toujours
valable puisqu’elle limite l’utilisation des fortes doses de fumures (toxicité du feuillage) et
favorise le développement des mauvaises herbes entre les rangs de la culture. La fertigation est
un cas particulier de la chimigation qui consiste à apporter un produit chimique dans l’eau
d’irrigation (pesticide ou engrais).
Les principaux avantages de la fertigation sont les suivantes :
- une grande efficience de l’utilisation de l’eau et des engrais (diminution du lessivage) ;
- un bon contrôle de l’état ionique de la rhizosphère ;
- une grande flexibilité des moments d’apport des engrais en relation avec les besoins de
la plante (stades de développement) ;
- une économie pour l’application des engrais.
Quant aux inconvénients, l’on peut citer la difficulté d’apport des engrais en cas de saturation
du sol en eau (pluie) et les risques de colmatage des goutteurs.
En fertigation, à la fois l’irrigation et la fertilisation doivent être satisfaites dans les normes.
Lorsque les règles de l’une ou de l’autre de ces techniques ne sont pas respectées, des anomalies
apparaissent. Ces anomalies sont à l’origine de facteurs limitant une production de bonne
qualité. Par conséquent, il faut piloter l’irrigation correctement (utilisation d’outils adaptés
d’avertissement à l’irrigation : tensiomètres, bac classe A, lysimètres…) et raisonner la
fertilisation en fonction du niveau de rendement recherché et selon la fertilité du sol.

1.5.5-Automatisation du système
L’automatisation consiste à déclencher et à arrêter le fonctionnement de tout ou partie
d’un réseau d’irrigation en fonction d’indication prédéterminée ou définie en temps réel à partir
d’informations recueillies par des capteurs. L’automatisation du réseau permet :
- un fractionnement des apports d’eau, qui améliore la qualité de l’irrigation ;

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 26
- une meilleure gestion de la ressource en eau disponible ;
- une diminution de la main d’œuvre nécessaire à l’irrigation ;
- une meilleure utilisation de la main d’œuvre pour le contrôle du fonctionnement des
installations.
En irrigation localisée, de nombreuses fonctions peuvent être automatisées :
- la mise en pression du réseau par démarrage et arrêt de groupes de pompage ou par
ouverture et fermeture de la vanne d’alimentation du réseau ;
- la filtration par déclenchement du nettoyage des filtres à des fréquences prédéterminées
ou selon l’importance des pertes de charge à travers les filtres ;
- la fertigation par démarrage et arrêt des appareils d’injection, avec contrôle possible des
quantités apportées et des concentrations en éléments fertilisants ;
- la gestion des postes d’arrosage par ouverture et fermeture des vannes d’alimentation
des postes suivant une programmation prédéterminée des fréquences et des doses
d’arrosage, ou suivant les ordres d’un dispositif de pilotage automatique ;
- le contrôle du bon fonctionnement du réseau par fermeture de la vanne d’alimentation
ou arrêt du pompage en cas de chute ou d’élévation de pression en dehors de la plage
de fonctionnement normal. Un tel dispositif coupe notamment l’alimentation en cas de
rupture de canalisation sur le réseau.
Un dispositif d’automatisation complet comprend :
- des appareils commandés, généralement des vannes automatiques ou des pompes ;
- des appareils de commande ou programmateurs qui transmettent les ordres de marche
et d’arrêt, d’ouverture et de fermeture en fonction d’éléments préprogrammés par
l’irrigant ou d’informations provenant de capteurs ;
- des capteurs qui mesurent en temps réel la valeur de paramètres indicateurs des besoins
en eau dans le complexe sol-eau-plante-atmosphère pour piloter l’irrigation, ou des
valeurs de pression, de débit ou de volume d’eau écoulé dans le réseau, pour en gérer et
pour en contrôler le fonctionnement.

1.5.6-Entretien du réseau
Pour garantir une qualité de fonctionnement qui permet d’assurer véritablement de
bonnes performances au niveau du réseau, il est indispensable d’instaurer un programme
rigoureux de suivi, de contrôle et de maintenance. En effet, le réseau d’irrigation en micro-
irrigation a la particularité d’être vulnérable à un certain nombre de pathologies auxquelles il
faudrait remédier promptement. Les pathologies qui entravent le fonctionnement sont :

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 27
- des phénomènes de colmatage des filtres et d’entartage des tuyauteries ;
- des phénomènes d’obstruction des émetteurs d’eau ;
- des dommages causés sur le matériel par divers agents (faune, surpressions…)
Les organes de distribution d’irrigation localisée sont sensibles au colmatage voire au
bouchage. Celui-ci ne se manifeste pas brutalement sur l’ensemble du réseau. Le colmatage est
lent, progressif et irrégulier au cours des campagnes d’irrigation et entraîne une baisse des
débits plus ou moins importante suivant le degré de colmatage des goutteurs et une mauvaise
répartition de l’eau sur la parcelle irriguée. Pour maintenir une distribution de l’eau aussi
homogène que possible, un entretien adéquat doit être effectué en veillant au bon
fonctionnement des filtres et en les nettoyants, en contrôlant régulièrement le réseau de
distribution et en faisant des purges régulières.
Outre le nettoyage normal par purge, le colmatage plus ou moins important des organes
de distribution peut nécessiter des nettoyages spéciaux (nettoyage chimique), en fonction de la
nature du colmatage observé.

1.6- Efficience agronomique


Il convient de faire la distinction entre l’eau nette appliquée à la parcelle et l’eau
consommée par la plante, car ces données permettent de nuancer la notion d’efficience
agronomique de l’irrigation. En effet, on définit (BOS, 1985 [8]) :
- d’une part, l’efficience agronomique de l’irrigation nette En, ratio du gain de rendement
de la culture (par rapport au pluvial) à l’irrigation appliquée (Équation 1). Elle reflète le
mode d’irrigation utilisé, car sa valeur est d’autant meilleure que le système d’irrigation
est performant (dans le sens de la réduction des pertes en eau inhérentes au système) ;
- et d’autre part, l’efficience agronomique de l’irrigation consommée Ee, ratio du gain de
rendement au surcroît d’ETR de la culture dû à l’arrosage (Équation 2). Elle traduit la
capacité de la plante à produire de bons rendements à des doses limitées. Sa
connaissance nécessite la détermination de la part de l’irrigation effectivement
consommée par la culture.
Yi − Y0
En = (1)
I
Yi − Y0
Ee = (2)
ETRi − ETR0

Avec :
 Yi : rendement obtenu en condition irriguée

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 28
 Yo : rendement en condition pluviale
 I : irrigation appliquée
 ETRi : ETR de la culture en condition irriguée
 ETRo : ETR de la culture en condition pluviale
La différence entre ces deux types d’efficience est essentiellement liée aux pertes d’eau
d’irrigation par percolation profonde. Notons par ailleurs que le système d’irrigation est
d’autant plus perfectionné ou alors la conduite des arrosages d’autant meilleure que E n tend
vers Ee. En et Ee sont en principe exprimées en termes de production par unité de volume d’eau
(tc/ha/mm). Mais dans la pratique, on assimile ses deux termes à la productivité de l’eau qui est
le rapport du volume d’eau total reçu par la plante sur le rendement de chaque système
d’irrigation. Elle est déterminée à partir de l’équation 3.
Apport total en eau (mm)
Productivité de l’eau = (3)
Rendement (tc/ha)

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 29
Chapitre 2

Matériels et Méthodes
2.1- Objectifs
La présente étude est axée sur la détermination des facteurs tant agronomiques que
techniques impactant la performance du système goutte à goutte en vue de son amélioration. La
qualité de l’eau et la filtration de celle-ci étant le cœur de ce système, il s’agira donc pour nous
de :
- déterminer la qualité de l’eau d’irrigation pour mieux cerner les risques de colmatage ;
- déterminer l’efficacité de la filtration du système ;
- et enfin d’évaluer les choix techniques adoptés pour la mise en place et le pilotage du
système.

2.2- Matériels de l’étude


L’étude a été conduite sur six (6) parcelles industrielles du complexe sucrier Ferké 1.
La prise d’eau des différentes stations de pompage alimentant les parcelles est assurée par le
barrage établi sur le fleuve Bandama. Deux variétés de canne à sucre y sont cultivées, la R579,
variété de fin campagne et la SP711406, variété de début et fin campagne. Le Tableau 5 donne
un aperçu plus détaillé des parcelles de notre étude.
Tableau 5 : Données parcellaires relatives au système goutte à goutte Ferké 1

Stations N° parcelle Sup. (ha) Variétés Cycle

B1 34 28,5 R579 R6

B2/2 + 3 23 22,83 SP71-1406 R8

B2/1 76 24,73 SP71-1406 R5

B2/1 77 23,73 SP71-1406 R6

B3 03 20,2 R579 R2

B3 66/76 51 R579 R2

R (Cycle) : repousse

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 31
2.3- Méthodes
La méthodologie qui sera adoptée pour mener notre étude s’axera autour de trois (3)
points essentiels à savoir :
- la collecte des données disponibles ;
- la mesure de l’uniformité de distribution des goutteurs ;
- le suivi de la conduite de l’irrigation et de la fertigation.

2.3.1- Collecte de données


Pour l’atteinte de nos objectifs, nous travaillerons sur des données préexistantes de
SUCAF-CI. Ces données ont été recueillies à travers des entrevues avec le chef chantier, les
exploitants du système et le chef service. Ces entretiens ont porté sur le fonctionnement,
l’organisation, le niveau d’équipement et les activités qui s’y déroulent. En plus de ces données
primaires, certaines données secondaires ont été également collectées. Ces données proviennent
de la consultation de documents, rapports, écrits scientifiques en rapport avec le système goutte
à goutte enterré et la canne à sucre.

2.3.2- Qualité de l’eau


L’étude de la qualité de l’eau d’irrigation s’appuiera sur les résultats des études de Silué
Nigninnin, étude réalisée en 2007 [9] sur le complexe de Ferké 1 sur le thème « Caractéristiques
physico-chimiques des eaux d’irrigation de la SUCAF-CI et leurs impacts sur les
équipements ». Cette étude avait pour objectif de déterminer les caractéristiques physico-
chimiques des eaux d’irrigation de la SUCAF-CI Ferké 1 (Bandama et Lokpoho) afin d’orienter
les responsables à l’emploi de technologie permettant de limiter les impacts de l’eau sur le
matériel d’irrigation.

2.3.3- Détermination du coefficient d’uniformité


L’approche suivie consiste à réaliser une analyse de la conduite de l’irrigation localisée.
Karmali et Keller, 1974 [10] ont proposé un coefficient d’uniformité d’application de l’eau qui
est actuellement le plus utilisé pour évaluer l’uniformité du système. La formule simplifiée de
ce coefficient est définie par l’équation 4.
𝐪𝐦𝐢𝐧
CU = (4)
̅
𝐪

 CU : coefficient d’uniformité d’application (%)


 qmin : Débit moyen des quatre plus faibles valeurs de débit (l/h)

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 32
 𝑞̅ : Débit moyen (l/h)
La moyenne du quart inférieur de toutes les valeurs est utilisée comme débit minimal pour
éviter l’inconvénient que pourrait avoir sur le calcul le choix d’un distributeur obstrué
complètement ou presque.
L’uniformité d’application englobe l’effet de l’étude hydraulique de l’installation, des
performances des émetteurs et de l’effet du colmatage. Au niveau de la parcelle, le coefficient
d’uniformité a été déterminé en suivant la procédure décrite dans le bulletin d’irrigation et de
drainage FAO N°36 [11] (Annexe 3) en utilisant les mesures de débits de 16 goutteurs
uniformément répartis sur le secteur d’irrigation. Pour l’interprétation des résultats, nous avons
adopté les normes du CEMAGREF, 1992 [12] :
 CU > 90% : bonne uniformité
 70% < CU < 90% : uniformité moyenne
 CU < 70% : uniformité médiocre

2.3.4- Fertigation
Les paramètres que nous aborderons dans notre étude sont la concentration de l’eau
d’irrigation et la conduite de la fertigation. La détermination de la concentration de la solution
fille permet de mesurer l’impact de la fertigation sur les distributeurs ainsi que sur la culture.
L’équation 5 nous a permis de déterminer la concentration de l’eau d’irrigation.
Cei = Csm . Ti (5)

 Cei : concentration eau d’irrigation (g/l)


 Csm : concentration solution mère (kg/l)
 Ti : taux d’injection de l’engrais (l/m3)
Le taux d’injection est calculé sur la base des données suivantes :
- débit de pompage (Qp) : lu directement au moment du fonctionnement de la pompe sur
le compteur ;
- débit d’injection (Qi) : calculé connaissant la durée de vidange de la cuve contenant la
solution mère.
𝐐𝐢
Ti = (6)
𝐐𝐩

 Qp en m3/ha
 Qi en l/h

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 33
Chapitre 3

Résultats & Discussion


3.1- Qualité de l’eau d’irrigation
L’étude relative à la caractérisation physico-chimique des eaux d’irrigation de la
SUCAF-CI Ferké 1 en 2007 a permis de déterminer la température, le pH, l’oxygène dissous,
la conductivité, les matières en suspension (MES), le chlore, le calcium, le magnésium,
l’orthophosphate et le manganèse. Il ressort de cette étude que les concentrations de ces
paramètres varient à travers le réseau d’irrigation.
Une variation de MES a été observée de la source d’eau à la fin du réseau. En effet,
l’analyse de MES montre une teneur comprise entre 5 et 32 mg/l. Les plus fortes teneurs ont
été observées qu’aux stations B2/1 et B2/2+3. Quant aux autres stations, celles-ci varient entre
5 et 20 mg/l. Toutefois sur l’ensemble du réseau la teneur de MES est inférieure à 50 mg/l (Silué
N., 2007 [8]). Les risques d’obstruction des goutteurs sont donc faibles. Cependant, bien que la
teneur de MES soit faible et les éléments en suspension ne risquant pas apparemment d’obstruer
les goutteurs, ceux-ci peuvent être source de colmatage en raison de leur taille.
Sur l’ensemble du réseau, cette étude a également montré que le pH fluctue entre 5,5 et
6,8, la teneur en calcium est comprise entre 11 et 18,9 mg/l et le manganèse entre 0,0356 et
0,74 mg/l. Les valeurs de pH obtenues ont un impact léger sur le colmatage des goutteurs car
inférieures à 7. Néanmoins, le pH contribuerait à la solubilisation de la plupart des
microéléments (Couture, 2006 [13]). Ceci pourrait expliquer la concentration en calcium de
l’eau d’irrigation qui a un effet colmatant moyen au niveau des distributeurs.
Des conclusions de cette étude, il ressort que le colmatage des goutteurs pourrait être
engendré par la sédimentation du limon et de l’argile, la précipitation par oxydation du fer, du
manganèse, du calcium et du magnésium.

3.2- Variétés de canne cultivées


R579 et SP711406 sont des variétés commerciales introduites à SUCAF-CI adaptées
aux conditions pédoclimatiques de Ferké (Kouamé et al, 2012 [14]). La variété R579 se
distingue par les caractéristiques agronomiques suivantes (Péné et al, 2012 [15]) :
- teneur en fibre faible à moyenne ;
- richesse saccharine moyenne à forte (14 - 16 Pol %) ;
- faible taux de floraison, tallage moyen (90 000 à 100 000 tiges/ha), longueur des tiges
moyenne à forte, diamètre moyen à fort (22 - 24 mm), repousse vigoureuse ;
- vitesse de croissance moyenne (1,2 - 1,5 cm/j) en conditions hydriques favorables ;
- rendement en canne élevé (90-130 t/ha) ;

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 35
- bonne tolérance à la sécheresse ;
- très bonne réponse à l’irrigation ;
- bonne tolérance au charbon et taux d’infestation de foreur de tiges faible à moyen.
Quant à la variété SP711406, ses caractéristiques agro technologiques et phytosanitaires sont
(Kouamé et al, 2012 [14]) :
- rendement en canne élevé (128,4 t/ha) ;
- richesse saccharine forte (16,1 Pol %) ;
- rendement sucre élevé (15,3 t/ha) ;
- très forte résistance au charbon.
Les variétés de canne à sucre sous irrigation goutte à goutte sont performantes en terme de
rendement canne et sucre.

3.3- Diagnostic hydraulique


Afin de nous faire une idée globale de la pratique et de la conduite de l’irrigation
localisée, nous avons procédé à une série de mesures de débits (Annexe 4) sur l’ensemble des
parcelles irriguées par le système goutte à goutte (Tableau 6).
Tableau 6 : Résultats du diagnostic de l’irrigation

Débit (l/h)
Parcelles CU(%)
Moyenne Maximum Minimum
B1-34 1,31 2,625 0,6 45,88
B2-23 0,96 1,125 0,75 78,05
B2-76 1,23 1,65 0,9 73,28
B2-77 0,95 1,35 0,6 63,37
B3-03 1,22 1,875 0,75 61,54
B3-66/76 0,82 1,8 0,6 73,56

Pour étudier l’uniformité de distribution, on a calculé le coefficient d’uniformité par la méthode


de Karmali et Keller (1974 [10]) basée sur le quart le moins irrigué. Le CEMAGREF, 1992
[12] estiment que la valeur minimum du coefficient d’uniformité (CU) à atteindre est de 70%
pour qualifier de satisfaisante l’uniformité d’une irrigation. Les valeurs de mesures montrent
que :
- l’uniformité est comprise entre 73 et 78% sur trois parcelles. Elle est moyenne sur les
parcelles B2-23, B2-76 et B3-66/76 ;
- l’uniformité est mauvaise (45 à 63,37%) sur les autres parcelles, car inférieure à 70%.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 36
Les faibles valeurs de cet indicateur sont dues au colmatage partiel des distributeurs ou à la
variation de pression. En effet, il a été constaté un dépôt important de limon. La variation de
pression constatée aura un effet sur la distribution de l’eau et sur les goutteurs. Une pression de
travail trop basse diminuera le débit des distributeurs sur toutes les parcelles particulièrement
celles de goutteurs non autorégulant et, par conséquent l’uniformité de l’irrigation. Même si
l’apport moyen en eau peut s’avérer acceptable, certaines zones de la parcelle irriguée recevront
une quantité importante d’eau tandis que d’autres n’en recevront que très peu. Théoriquement,
pour des cultures où l’irrigation est cruciale comme la canne à sucre, un apport irrégulier en eau
aura certainement un impact négatif sur le rendement.

3.4- Gestion de la fertigation


Le taux d’injection calculé varie de 5 à 16 ‰. Les concentrations de solution fille
inférieures à la valeur seuil (5 g/l) varient de 0,3 à 2,42 g/l (Annexe 6). Dans l’ensemble, les
consignes d’exploitation pour la préparation de la solution fille (Annexe 5, Encadré 1) sont
respectées par les exploitants.
Lors du suivi de la fertigation, trois éléments majeurs ont été observés. D’abord, il a été
constaté que la fertigation ne se déroule que sur une période de 3 mois pour cause d’arrêt de
l’irrigation pendant la période pluvieuse (août – octobre). L’utilisation de variétés de canne de
fin campagne a donc une incidence sur la durée de la fertilisation. Ceci pourrait bien être un
handicap pour l’atteinte du rendement optimal (120 – 150 tc/ha) obtenu pour une fertigation sur
la période de grande demande en éléments fertilisants.
Ensuite, la courte durée pour la fertilisation impacte grandement le mode d’apport de
fertilisants. Le temps de reconditionnement des parcelles après récolte étant très variable, la
durée avant arrêt de l’irrigation peut être écourtée d’au plus un mois. L’apport est donc effectué
par fertigation et par épandage en surface (Figure 4).

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 37
220 110

200 100

180 90
Quantité de fertilisant (t)

160 80

140 70

120 60

tc/ha
100 50

80 40

60 30

40 20

20 10

0 0
Camp. 10-11

Camp. 11-12

Camp. 12-13

Camp. 13-14

Camp. 14-15
Epandage (t)
Fertigation (t)
Rendement (tc/ha)

Figure 4 : Quantité d’engrais apportées et mode d’apport sur cinq campagnes


L’analyse de la figure 4 montre que les quantités par épandage sont plus élevées que celles par
fertigation exception faite des campagnes 2011-2012 et 2012-2013. Aussi, l’analyse des
rendements révèle que les productions les plus élevées sont obtenues qu’au cours des
campagnes 2010-2011 et 2014-2015 où les quantités d’engrais apportées sont relativement
identiques. L’épandage et la fertigation ne nous permettent pas d’expliquer la très grande
variabilité des rendements. Il existe d’autres facteurs pouvant expliquer celle-ci. Ce sont, outre
l’irrigation, le mode de gestion de l’enherbement, les variétés et les stades de repousse, les
pratiques culturales etc. Toutefois, le plus faible rendement constaté est enregistré au cours de
la campagne 2013-2014 où la quantité totale d’engrais par épandage est le double de celle par
fertigation.
L’azote détermine le niveau de rendement, étant donné que les conditions
d’alimentation en eau sont suffisantes par ailleurs. La consommation en azote de la canne est
maximale jusqu’à 5 mois. La phase intense d’absorption en N se situe entre 3 et 6 mois après
la coupe, à raison de 4 à 6 kg/ha/jour (Émilie F. et Chabaleir, 2007 [16]). À cette période,
l’azote issu de la fertilisation minérale et organique doit être rapidement disponible. La
fertilisation azotée étant de plus en plus nécessaire à la croissance, en fonction du nombre de
repousses, il serait donc préférable d’utiliser des variétés de début campagne afin de mieux

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 38
fractionner l’apport de fertilisants sur 5 mois et faire les apports exclusivement par fertigation
pour éviter les risques de lessivage ou de volatilisation après épandage. Ceci sera très bénéfique
pour la canne lors de sa phase intense d’absorption en N.
Enfin, la pompe d’injection est mise en marche que lorsque la pression et le débit du
réseau se stabilisent. Toutefois, la durée de rinçage des blocs après fertigation varie entre 11 et
23 min et le temps d’irrigation des micro-parcelles à l’exception des parcelles B2-23 et B3-03
n’est pas respecté lors des apports d’éléments nutritifs (Tableau 7).

Tableau 7 : Durée de l’irrigation – fertilisation sur les différentes parcelles (1 bloc/parcelle)

Fertigation
Parcelles Irrigation sans apport
Irrigation Fertilisation Rinçage
B1-34 2 h 09 1 h 38 15 min 4h
B2-23 5h 3 h 40 15 min 5h
B2-76 1 h 10 30 min 14 min 4h
B2-77 4 h 02 3 h 22 20 min 5h
B3-03 2 h 58 1 h 25 23 min 3h
B3-66/76 1 h 51 1 h 40 11 min 5h

Le respect de la durée d’irrigation pour chaque microparcelle lors de la fertigation


permettra d’éviter le risque de stress hydrique. Le respect de la dose journalière à apporter
impactera sur le mode d’irrigation fertilisante. Toutefois, l’irrigation fertilisante proportionnelle
(fertilisation effectuée sur tout le temps disponible pour sa réalisation) sera plus adaptée que
celle de charge du faite qu’elle assure un niveau de contrôle du pH de l’eau d’irrigation et de la
conductivité électrique beaucoup plus élevé ainsi qu’un équilibre entre les nutriments.
Néanmoins, l’irrigation fertilisante de charge et l’irrigation fertilisante proportionnelle peuvent
être combinées pour mieux répondre aux besoins de la canne. La durée de rinçage des blocs
après fertigation doit également être revue à la hausse afin d’éviter le colmatage des goutteurs.

3.5- Maintenance et entretien des équipements

3.5.1- Temps de reconditionnement après récolte


Le temps de remise des parcelles en eau a un effet sur la repousse rapide de la canne
après 1 à 2 mois de sevrage. Lors de cette campagne 2014 - 2015, la durée moyenne de remise
en eau est en dessous de 10 jours. Une bonne repousse sur l’ensemble des parcelles a été

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 39
constatée. Ceci n’a toujours pas été le cas pendant les campagnes antérieures où le temps de
reconditionnement était très variable et pouvait aller jusqu’à 1 mois pour cause de dégâts
importants et de manque de connecteurs pour la correction.
Le temps de reconditionnement après récolte étant un facteur très important pour la
repousse rapide de la canne, un effort particulier doit y être consacré. Pour cela, plusieurs
mesures sont nécessaires ; à savoir :
- la récolte régulière permettant d’éviter un surcroît de travail lors du reconditionnement
des parcelles ;
- la disponibilité des exploitants et aides pour le réaliser ;
- et surtout la mise à disposition de pièces de rechange.

3.5.2- Entretien du système


Les entretiens préventifs et correctifs des lignes de goutteurs sont dans l’ensemble
réalisés. Les opérations d’entretien préventif se composent des purges, de l’injection des
produits chimiques (peroxyde d’hydrogène et Aligator) et de la programmation adaptée des
irrigations. La maintenance curative comporte les traitements chimiques sélectifs ou de choc
(acide et chlore) et d’autres opérations telles que le renouvellement des lignes de goutteurs.
Le peroxyde d’hydrogène est un agent oxydant employé pour prévenir l’accumulation
de dépôts de bactéries dans les conduites principales et secondaires et la propagation de
bactéries ainsi que l’oxydation des microéléments (tel le fer et soufre ou manganèse). Le
traitement Aligator a pour but de lutter contre l’intrusion et la croissance des racines dans les
goutteurs.
Trois traitements sont prévus dans l’année régulièrement tous les quatre mois. En plus des deux
traitements réalisés au sevrage des parcelles et à l’arrêt de l’irrigation, un traitement
intermédiaire est prévu courant février - mars (période où les eaux sont relativement sales).
Un des points fondamentaux dans la gestion d’une zone sous irrigation goutte à goutte
est le contrôle de la pression dans les réseaux. La pression est une donnée capitale, car elle
détermine la bonne réalisation des purges des réseaux. Nous avons constaté à Ferké 1 un dépôt
de limons, de fer et d’argiles importants. Ils se déposent dans les membranes des vannes de
régulation, mais aussi dans les lignes de goutteurs. Ces particules ne sont pas arrêtées par les
filtres en raison de leur finesse. Ces dépôts se font généralement lors des chutes de pression du
réseau. La seule opération pour nettoyer les réseaux de ces dépôts est une purge fréquente.
Ainsi, plusieurs purges sont effectuées dans la semaine ; la plupart lors de la mise en eau des
blocs (Annexe 5, Encadré 2) et une de l’ensemble des blocs par le biais des collecteurs deux

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 40
fois dans la semaine. Mais il a été constaté que la purge par des collecteurs n’est pas efficace
(Figure 5).

Figure 5 : Eau dans une ligne de goutteurs détachée du collecteur après une purge
Un traitement spécifique à la station de pompage est nécessaire afin d’éviter ces dépôts
importants de limon et d’argile. La nécessité d’une filtration préliminaire pour séparer de l’eau
les particules qui s’y trouvent serait un très grand atout pour la diminution des risques de
colmatage. L’installation de filtres supplémentaires à chaque vanne parcellaire afin de s’assurer
d’une meilleure filtration à l’entrée des lignes de goutteurs ainsi qu’une purge ligne par ligne
sera très efficace pour l’élimination des différents dépôts. Aussi, l’injection chimique
(élimination des dépôts organiques et bactériens) en cours de saison d’arrosage par la
détermination de l’uniformité de distribution et un contrôle assidu du fonctionnement du
système permettront d’assurer une bonne efficacité d’élimination des dépôts.

3.5.3- Automatisation
Avec une évaporation (évaporation Bac) maximale de 8 mm/jr (janvier - mars), le
système est fortement sollicité avec une moyenne de 20 h de fonctionnement par jour. Dès lors,
l’irrigation de nuit est obligatoire ce qui peut poser un problème pour effectuer les purges des
blocs avant irrigation. L’installation de filtres parcellaires pourrait également poser un
problème si le nettoyage de ceux-ci est manuel. Le nettoyage des filtres peut être manuel (cas
le plus fréquent à SUCAF-CI) par ouverture et fermeture de vanne ou de filtre (Annexe 5,
Encadré 3). Il peut être aussi automatique par déclenchement suite à un différentiel de pression
entrée/sortie.
L’automatisation de l’ensemble du système surtout des organes de filtration permettra
d’éviter le risque de colmatage de ceux-ci et surtout une meilleure utilisation de la main d’œuvre
pour le contrôle du fonctionnement des installations. Le choix de filtre à disque automatique

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 41
sur les vannes au champ assurera une meilleure efficacité de filtration vu les performances de
celui-ci (Annexe 10).

3.6- Productivité de l’eau


Les résultats de la productivité de l’eau, calculée à partir de l’équation 3, de chaque
système d’irrigation sur la période de 2013-2015 sont illustrés dans le tableau 8. Les valeurs de
la productivité de l’eau sont variables d’une campagne à une autre.
Tableau 8 : Productivité de l’eau des systèmes d’irrigation sur trois campagnes

2014-2015 2013-2014 2012-2013


Classique (18 m x 18 m) 270 400 220
Couverture intégrale (18 m x 24 m) 210 260 240
Enrouleur 150 200 220
Rampe pivotante 170 200 230
Rampe frontale 200 180 230
Goutte à goutte 240 210 310

Productivité en m3/tc
En moyenne à Ferké 1 pour produire une tonne de canne à sucre, le système goutte à goutte
utilise actuellement plus d’eau par rapport aux autres systèmes excepté le classique. Ainsi,
l’analyse du rendement et des apports d’eau d’irrigation (Annexe 7) révèle qu’outre le système
classique, les apports d’eau sont plus élevés en goutte à goutte par rapport aux autres systèmes.
Aussi, en moyenne, les rendements en goutte à goutte (81 tc/ha) et rampe pivotante (80 tc/ha)
sont, sensiblement identiques (Tableau 9).
Tableau 9 : Rendement des systèmes d’irrigation à SUCAF-CI Ferké 1 (2013 – 2015)

2014-2015 2013-2014 2012-2013 Moyenne


Irrigation Rdt Irrigation Rdt Irrigation Rdt Rdt
Classique 1081 93,03 1221,3 57,6 432 62,5 71
Couverture intégrale 1081 84,9 815,1 66,6 741 78 77
Enrouleur 692 78,2 485,9 60,8 513 69,3 69
Rampe pivotante 659 88,7 673,8 69,6 700 81,4 80
Rampe frontale 653 82,9 602 71,1 582 76,6 77
Goutte à goutte 1042 93,9 801,4 71 1 079 78,2 81

Irrigation (mm) Rdt (rendement en tc/ha)

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 42
 Analyse de la productivité de l’irrigation par rampe pivotante et goutte à goutte :
étude de cas
Afin de mieux comprendre les valeurs de la productivité de l’eau du système goutte à
goutte et de la rampe pivotante, une analyse des résultats de deux parcelles, l’une irriguée au
système goutte à goutte (B3-003) et l’autre à la rampe pivotante (B3-015) a été effectuée. Ces
deux parcelles qui ont fait l’objet de cette étude ont été sélectionnées du fait qu’elles sont
soumises aux mêmes conditions climatiques et pédologiques. Par ailleurs, la planification des
irrigations est la même sur toutes les parcelles.
L’analyse des courbes des besoins en eau et des apports en eau (pluie utile + irrigation)
des parcelles B3-003 et B3-015 pour la campagne 2014-2015 (Figure 6) montre que les apports
sont largement supérieurs par rapport aux besoins durant les campagnes d’irrigation (janvier-
juillet et novembre-décembre).
À SUCAF-CI, l’irrigation est basée sur des analyses statistiques des données agro
météorologiques. La quantité élevée d’apports par rapport aux besoins de la canne à sucre est
la résultante du calcul par décade des besoins en eau sans tenir compte de la réserve utile du
sol.
Aussi, l’analyse des quantités totales des apports (Annexes 8 et 9) montre qu’elles sont élevées
pour la parcelle irriguée en goutte à goutte (B3-003) par rapport à la parcelle sous pivot (B3-
015). Ceci est également le cas sur l’ensemble des parcelles sous rampe pivotante et goutte à
goutte. La quantité élevée d’eau apportée par le système goutte à goutte s’explique par les
opérations d’entretien et de fertigation qui s’effectuent lors des arrêts en cas d’une pluviométrie
élevée et surtout des fuites qui apparaissent au niveau des lignes de goutteurs.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 43
CAMPAGNE DE PRODUCTION 2014 / 2015
250

200

150

100

50

nov.-14
mars-14

mai-14

juin-14

mars-15
févr.-14

sept.-14

févr.-15
déc.-13

avr.-14

déc.-14
janv.-14

juil.-14

août-14

oct.-14

janv.-15
Parcelle B3 003 (G à G)
250

200

150

100

50

0
mars-14

mai-14

juin-14

nov.-14

mars-15
févr.-14

sept.-14

févr.-15
déc.-13

avr.-14

août-14

déc.-14
janv.-14

juil.-14

oct.-14

janv.-15

Parcelle B3 015 (Pivot)


BESOINS (mm)
APPORT TOTAL PU+IRRIG. (mm)

Figure 6 : Courbes des besoins en eau et des apports totaux de B3-003 et B3-015

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 44
Le rendement réalisé étant le même (106 tc/ha), la productivité de l’eau en B3-003 est
largement supérieure à celle en B3-015 (170 m3/tc contre 153 m3/tc). Néanmoins, la
productivité serait la même si l’on tient compte de l’ETR pour son calcul.
Rendement
Productivité de l’eau = (7)
ETR
Le surplus qu’il faut en goutte à goutte, environ 20 m3, pour produire une tonne de cannes
s’explique aussi bien par le pilotage des systèmes que par la durée de sevrage des parcelles. La
durée de sevrage en B3-003 est de quarante (40) jours contre vingt (20) en B3-015. Cette durée
relativement longue s’explique par le temps de maturation. La maturation a été lente et malgré
tout la richesse de la canne enregistrée est faible, 13,9 contre 16,79 en B3-015.
L’un des grands avantages d’utilisation du système goutte à goutte est l’économie de
l’eau d’irrigation. Pour tirer profit de cet avantage il est nécessaire, voire primordial, de mettre
en place une gestion de l’irrigation intégrant la réserve utile du sol. Cela peut être possible par
la mise en place d’un outil d’aide à la décision (outil adapté d’avertissement à l’irrigation) en
fonction des paramètres du sol, des besoins en eau de la culture et des mesures tensiométriques
du sol. Le calcul journalier des besoins en eau tout en tenant compte de l’ETP de la veille et de
la réserve utile permettra l’atteinte de l’économie d’eau.
En fin de cycle cultural, la canne à sucre entre dans un processus de maturation assurant
une augmentation de la concentration en saccharose des tiges et une élévation de la pureté. La
réduction de l’irrigation pendant cette période produit le même effet. La pratique bien maîtrisée
conduit alors à de bonnes richesses en saccharose sans perte de rendement. L’irrigation peut
être réduite progressivement d’un à quatre mois avant la récolte afin de provoquer un stress
hydrique.

3.7- Préparation des sols


La technique du brûlis avant récolte est utilisée pour la récolte des parcelles du système
goutte à goutte. Il en résulte donc d’importants dégâts des lignes de goutteurs lorsque celles-ci
ne sont pas bien enterrées. L’enfouissement des lignes de goutteurs à profondeur non constante
est la conséquence du travail inadéquat du sol lors de l’installation du système et des
reconditionnements.
Il est important d’effectuer une préparation de sol adéquate en irrigation localisée lorsque celle-
ci est enterrée. Une bonne préparation de sol permet de faciliter l’enfouissement des lignes de
goutteurs et surtout l’installation à une profondeur constante de celles-ci. Les lignes de
goutteurs nécessiteront donc moins de réparations si elles sont bien enterrées.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 45
Conclusion & perspectives
Cette étude visait, globalement à donner une meilleure lisibilité des perspectives
d’amélioration de la production de la canne à sucre irriguée au système goutte à goutte. Suite à
cette étude, on peut conclure que la micro irrigation telle qu’elle est pratiquée à Ferké 1 ne
permet pas de profiter de ses avantages potentiels. Des opérations pilotes ont démontré qu’une
expérience de plusieurs années peut être nécessaire pour maîtriser un système d’irrigation par
goutteurs enterrés, et qu’un tel système mal maîtrisé était dommageable à la culture de canne à
sucre et ses rendements. Ceci est bien le cas à SUCAF-CI Ferké 1 (Figure 1).
L’analyse des performances de l’irrigation goutte à goutte a montré, relativement à la
contre-performance agronomique actuelle, des faiblesses au niveau de la qualité de l'eau
d'irrigation, de la pression dans le réseau et le pilotage du système.
En irrigation localisée, la qualité de l’eau est un élément essentiel dont dépendent les
risques de colmatage des distributeurs. La réussite du projet de relance et d’extension des
surfaces irriguées par goutte à goutte reposera sur la qualité de l’eau et de l’installation. Une
analyse plus approfondie de l’eau d’irrigation permettra de mieux cerner tous les risques de
colmatage. Même s’il est reconnu qu’un traitement préalable de l’eau d’irrigation à la station
de pompage doit être effectué, reconduire le système actuel de filtration (filtre à sable + filtre à
tamis ou filtre à disque) ne pourrait pas être efficace. Vu que l’eau d’irrigation provient d’un
cours d’eau, une batterie de filtre à disque est nécessaire afin de mieux affiner la filtration.
Le regroupement des parcelles sur une seule station permettra non seulement la bonne
gestion de la pression assurant ainsi une bonne purge des lignes de goutteurs et le suivi des
activités, mais surtout de minimiser le coût de l’investissement à faire pour l’amélioration de la
performance du système. L’automatisation du réseau sera un grand atout pour la réussite du
projet dans le sens qu’elle permettra un bon contrôle du fonctionnement du système.
Le système de goutteurs enterrés permet l’utilisation de la technique du brûlis avant
récolte, et une exploitation mécanique des champs de canne pour la récolte. Lorsqu’il est bien
entretenu, il nécessite moins de réparations et possède une durée de vie possible de 5 à 10 ans,
ce qui correspond à la durée de vie optimale d’une plantation de canne à sucre. La réussite de
la technologie du système goutte à goutte enterré requiert une attention particulière à tous
niveaux. Un grand soin doit y être apporté surtout à l’implantation du système. Un travail
adéquat du sol doit être effectué afin d’avoir une profondeur d’enfouissement uniforme des
lignes de goutteurs. Les variétés de canne à sucre sous irrigation goutte à goutte doivent être de
préférence de début campagne pour un meilleur fractionnement des apports des éléments
fertilisants par fertigation.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 47
La mise en valeur de grandes superficies irriguées par goutte à goutte nécessite un bon
niveau technique et une attention soutenue. Le rôle des équipes de terrains étant fondamental,
il est plus qu’une nécessité l’élaboration d’un plan de formation important de celles-ci. Selon
le niveau d’automatisation du système, une réorganisation des équipes doit être effectuée. Cette
réorganisation doit être plus axée sur le contrôle du fonctionnement du système pour un meilleur
entretien de celui-ci.
Les choix techniques d’exploitation du système doivent donc être revus dans
l’ensemble. La bonne gestion des installations est primordiale afin de maintenir en bon état de
fonctionnement chaque élément du réseau. La mise sous procédure de l’ensemble des pratiques
sera un atout majeur pour pérenniser et développer les acquis.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 48
Références Bibliographiques
[1] PENE, C. B, 1997. Pluviométrie et gestion de l’irrigation comme déterminants des
rendements canniers en Côte d’Ivoire. In : (JF) Martiné (Ed.) Communications présentées au
Congrès ARTAS-AFCAS, 12-18 octobre 1997, St. Denis de la Réunion. Sainte-Clotilde :
ARTAS-AFCAS, pp 394-413
[2] PENE, C. B, 1999. Diagnostic hydrique en culture cannière et gestion du risque climatique :
cas de Ferké 2 et de Zuénoula, en Côte d’Ivoire. In : Agriculture et Développement, 24 (n°
spécial) sur «La canne à sucre et l’eau», pp 74-80.
[3] PENE, C. B. et TUO, K, 1996. Utilisation du diagnostic hydrique pour le pilotage optimal
de l’irrigation de la canne à sucre en Côte d’Ivoire. In : Sécher, 7, 4, pp 299-306.
[4] DOORENBOS, J., KASSAM, A. E, 1980. Réponse des rendements à l’eau. Bulletin FAO
d’irrigation et de drainage N°33. Rome : FAO. 235 p.
[5] YEO, K. 2009. Techniques d’irrigation sous pression à SUCAF, service exploitation Ferké
1. 41 p.
[6] Moshé Sné, 2007, L'irrigation au goutte à goutte. CINADCO, 2ème édition, Israël. 89 p.
[7] GIDI, S. et al. 2007, Filtration manuel & Water Quality for Micro Irrigation. Israel. 82 p.
[8] BOS M.G, 1985. Summary of ICID definitions on irrigation efficiencies. In : les besoins en
eau des cultures, pp 899-910.
[9] SILUÉ, N, 2007. Caractéristiques physico-chimiques des eaux d’irrigation de la SUCAF-
CI et leurs impacts sur les équipements. Mémoire pour l’obtention du diplôme de maîtrise en
Science et Gestion de l’Environnement. Université d’Abobo-Adjamé, Côte d’Ivoire. 44 p.
[10] KELLER, J., KARMALI, D, 1974. Trickle Irrigation Design parameters. Trans. ASAE
[11] VERMEIREN, L., JOBLING, G. A, 1983. L’irrigation localisée : calcul, mise en place,
exploitation, contrôle du fonctionnement. Bulletin FAO d’irrigation et de drainage N° 36.
Rome : FAO. 219 p
[12] CEMAGREF, 1992. L’irrigation : guide pratique. Cemagref, 2ème édition, Paris. 287 p.
[13] COUTURE, I, 2006. Introduction à la qualité globale des cours d’eau. Rapport d’étude,
École Nationale du Génie Rural, des Eaux et Forêts. 15 p.
[14] KOUAMÉ, K.D., PÉNÉ, B.C., ZOUZOU, M., 2012. Sélection Variétale de la Canne à
Sucre en Côte D’ivoire : Synthèse des Résultats et Proposition d’un Nouveau Schéma de
Sélection. In : European Journal of Scientific Research, 84, 2, pp 194-209.
[15] PÉNÉ, C.B., 1997. R579 : une variété de canne à sucre très prometteuse en développement
sous irrigation et en pluvial à Ferké au Nord Côte d’Ivoire. In : (JF) Martiné (Ed.)
Communications présentées au Congrès ARTAS-AFCAS, 12-18 octobre 2012, St. Denis de la
Réunion. Sainte-Clotilde : ARTAS-AFCAS, pp 394-413

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 50
[16] ÉMILIE, F., CHABALEIR, P. F., 2007. Guide de la fertilisation de la canne à sucre à la
Réunion. La Réunion. 156 p.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 51
Annexes
Annexe 1 : Localisation géographique de la zone d’étude

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 53
Annexe 2 : Réseau d’irrigation SUCAF-CI Ferké 1

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 54
Annexe 3 : Détermination du coefficient d’uniformité sur parcelle

 Choisir un poste représentatif des conditions moyennes de fonctionnement de l’ensemble des


postes.
 Déterminer 4 rampes sur un porte-rampes en fonctionnement, l’une près du début, une autre
près de l’extrémité, les deux dernières également réparties entre les deux premières.
 Mesurer, dans des conditions normales de fonctionnement, les pressions au début et à la fin
de chaque rampe, soit huit lectures de pression.
 Sur chaque rampe, choisir deux distributeurs voisins en quatre emplacements différents : au
début, au tiers, aux deux tiers, et en extrémité, les deux distributeurs faisant partie si possible
du groupe des distributeurs affectés à une seule plante.
 Mesurer le débit de tous les distributeurs choisis suivant 4, pendant un nombre entier de
minutes, de façon à obtenir un volume compris entre 100 et 250 ml par distributeur : soit 32
mesures de débit en 16 points.
 Porter les mesures sur une feuille de données.
 Calculer le débit moyen de chaque couple formé par les deux distributeurs voisins, ce qui
fera 16 débits moyens.
 Calculer la moyenne des 4 plus faibles valeurs comme représentant le débit minimal de
distribution par plante.
 Calculer la moyenne générale des 16 valeurs comme représentant le débit moyen de
distribution par plante.
 Calculer le coefficient d’uniformité à la parcelle.

Source : Bulletin FAO d’irrigation et de drainage N°36

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 55
Annexe 4 : Fiches de détermination du CU

Parcelle : B1_34 Superficie : 28,65 ha


Position des points Position de la rampe sur le porte-rampe
de distribution sur l
a rampe Extrémité amont Tiers amont Tiers aval Extrémité aval
Volume Débit Volume Débit Volume Débit Volume Débit
(ml) (l/h) (ml) (l/h) (ml) (l/h) (ml) (l/h)
95 1,425 80 1,2 50 0,75 100 1,5
Extrémité amont Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
75 1,125 40 0,6 75 1,125 150 2,25
Tiers amont Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
85 1,275 90 1,35 40 0,6 40 0,6
Tiers aval
Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
175 2,625 50 0,75 125 1,875 125 1,875
Extrémité aval Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
Débit minimal qmin l/h 0,6
CU = 45,88 %
Débit moyen l/h 1,31

Parcelle : B2_23 Superficie : 22,83 ha


Position des points Position de la rampe sur le porte-rampe
de distribution sur l
a rampe Extrémité amont Tiers amont Tiers aval Extrémité aval
Volume Débit Volume Débit Volume Débit Volume Débit
(ml) (l/h) (ml) (l/h) (ml) (l/h) (ml) (l/h)
75 1,125 65 0,975 60 0,9 60 0,9
Extrémité amont Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
75 1,125 75 1,125 60 0,9 60 0,9
Tiers amont Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
65 0,975 50 0,75 60 0,9 60 0,9
Tiers aval
Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
50 0,75 65 0,975 70 1,05 75 1,125
Extrémité aval Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
Débit minimal qmin l/h 0,75
CU = 78,05%
Débit moyen l/h 0,96

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 56
Parcelle : B2_76 Superficie : 25,31 ha
Position des points Position de la rampe sur le porte-rampe
de distribution sur
la rampe Extrémité amont Tiers amont Tiers aval Extrémité aval
Volume Débit Volume Débit Volume Débit Volume Débit
(ml) (l/h) (ml) (l/h) (ml) (l/h) (ml) (l/h)
80 1,2 75 1,125 90 1,35 60 0,9
Extrémité amont Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
80 1,2 80 1,2 110 1,65 85 1,275
Tiers amont Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
100 1,5 110 1,65 75 1,125 65 0,975
Tiers aval
Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
60 0,9 100 1,5 75 1,125 65 0,975
Extrémité aval Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
Débit minimal qmin l/h 0,9
CU = 73,28%
Débit moyen l/h 1,23

Parcelle : B2-77 Superficie : 24,01 ha

Position des points Position de la rampe sur le porte-rampe


de distribution sur
la rampe Extrémité amont Tiers amont Tiers aval Extrémité aval

Volume Débit Volume Débit Volume Débit Volume Débit


(ml) (l/h) (ml) (l/h) (ml) (l/h) (ml) (l/h)

85 1,275 80 1,2 40 0,6 75 1,125


Extrémité amont
Temps 4 min 4 min 4 min 4 min

90 1,35 55 0,825 60 0,9 75 1,125


Tiers amont
Temps 4 min 4 min 4 min 4 min

85 1,275 60 0,9 40 0,6 40 0,6


Tiers aval
Temps 4 min 4 min 4 min 4 min

60 0,9 40 0,6 50 0,75 75 1,125


Extrémité aval
Temps 4 min 4 min 4 min 4 min

Débit minimal qmin l/h 0,6


CU = 63,37%
Débit moyen l/h 0,95

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 57
Parcelle : B3-003 Superficie : 20,2 ha

Position de la rampe sur le porte-rampe


Position des points
de distribution sur Extrémité amont Tiers amont Tiers aval Extrémité aval
la rampe Volume Débit Volume Débit Volume Débit Volume Débit
(ml) (l/h) (ml) (l/h) (ml) (l/h) (ml) (l/h)
125 1,875 95 1,425 85 1,275 95 1,425
Extrémité amont Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
60 0,9 90 1,35 90 1,35 75 1,125
Tiers amont Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
60 0,9 110 1,65 75 1,125 55 0,825
Tiers aval
Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
65 0,975 90 1,35 80 1,2 50 0,75
Extrémité aval Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
Débit minimal qmin l/h 0,75
CU = 61,54%
Débit moyen l/h 1,22

Parcelle : B3_66/76 Superficie : 51 ha

Position des point Position de la rampe sur le porte-rampe


s de distribution s
ur la rampe Extrémité amont Tiers amont Tiers aval Extrémité aval
Volume Débit Volume Débit Volume Débit Volume Débit
(ml) (l/h) (ml) (l/h) (ml) (l/h) (ml) (l/h)
120 1,8 50 0,75 70 1,05 50 0,75
Extrémité amont Temps 4 min 4 min 4 min 4 min

40 0,6 40 0,6 65 0,975 65 0,975


Tiers amont Temps 4 min 4 min 4 min 4 min

40 0,6 45 0,675 50 0,75 50 0,75


Tiers aval
Temps 4 min 4 min 4 min 4 min

40 0,6 60 0,9 45 0,675 40 0,6


Extrémité aval Temps 4 min 4 min 4 min 4 min
Débit minimal qmin l/h 0,6
CU = 73,56%
Débit moyen l/h 0,82

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 58
Annexe 5 : Consignes d'exploitation du système goutte à goutte

Encadré 1 : Consigne d’exploitation de la fertigation

- Bien laver et rincer le bac avant de faire le mélange


- Respecter le taux de dilution donné (15%)
- Bien remuer l’engrais
- Nettoyage des filtres du circuit d’injection des engrais
- Relever la pression en bout de ligne ; si elle est inférieure à 0,4 bar, ne pas faire de fertigation
- Lancer l’irrigation 20 mn avant d’enclencher la pompe de fertigation
- Mélanger régulièrement l’engrais pendant la fertigation
- En fin d’injection, faire une irrigation de rinçage de 30 mn
- Relever le compteur (début et fin) d’engrais
- Relever l’heure (début et fin) de la fertigation

Encadré 2 : Consigne d’exploitation de mise en eau des blocs

- Après ouverture des vannes, faire une purge des blocs ;


- Laisser stabiliser la pression et relever toutes les heures, les pressions suivantes :
 Pression entrée et sortie filtre à sable. La pression d’entrée doit être maintenue à 4-5 bars
 Pression au niveau des filtres à tamis
 Pression avale de la vanne. Elle doit être comprise entre 3-3,5 bars
 Pression au pupitre. Elle doit être comprise entre 1,5 et 2 bars et ne doit jamais dépasser
2 bars ; idéal 1,8 bar
 Pression en bout de ligne (vanne de purge et collecteur). Elle doit être comprise entre
0,5 et 0,7 bar
- S’assurer que seuls les blocs programmés sont ouverts et qu’il n’y a pas d’autres blocs en plus
- Relever la valeur du compteur volumétrique
- Pour chaque bloc ouvert,
 Purger le collecteur
 Purger le porte-rampe
- Effectuer des contrôles de pression à souhait

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 59
Encadré 3 : Consigne d’exploitation d’entretien du système

Filtration
- Nettoyage du filtre de commande tous les deux jours
- Nettoyage du filtre à tamis au moins une fois par jour
Contre lavage
- Faire un contre lavage manuel toutes les heures et si la différence de pression ∆P est supérieure ou
égale à 0,8 bar
- Relever avant et après le contre lavage les pressions suivantes :
 Pression entrée et sortie des filtres à sable. La pression d’entrée doit être maintenue à 4 bars
 Pression au niveau du filtre à tamis
 Pression avale de la vanne ou pression de sortie. Elle doit être supérieure ou égale à 3 bars
 Lancer 2 à 3 cycles contre lavage successifs et contrôler l’eau de purge une fois par semaine.

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 60
Annexe 6 : Fiche suivi de la fertigation

Parcelles B1 34 B2 23 B2 76 B2 77 B3 03 B3 66/76
N° Poste 1A-1B 1A-1B 4A-2B-6B 1A-1B 1A-1B 01/02/03
Durée de Fonctionnement (
129 275 70 242 178 111
min)

Quantité d’engrais soluble (


100 100 100 100 300 500
kg)

Csm (kg/l) 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15 0,15

Volume de la solution fertil


650 650 650 650 2000 3300
isante (l)
Durée d’injection de l’engr
98 220 30 202 85 100
ais (min)
Volume total d'eau d'irrigat
168 390 97 221 260 305
ion conduite (m3)
Débit eau d'irrigation condu
78,14 85,09 83,14 54,79 87,64 164,86
ite (m3/h)

Débit d’injection (QI) en l/h 397,96 177,27 1300,00 193,07 1411,76 1980,00

Taux d’injection (l/ m3) 5,09 2,08 15,64 3,52 16,11 12,01

Csf (g/l) 0,78 0,32 2,41 0,54 2,42 1,82

Équations de calcul

quantité d′ engrais soluble


Volume de la solution fertilisante =
Csm

volume total d′ eau d′ irrigation conduite


Débit eau d’irrigation conduite =
durée de fonctionnement

volume de la solution fertilisante


Débit d’injection =
durée d′ injection de l′engrais

débit d′ injection
Taux d’injection =
débit eau d′ irrigation conduite

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelles stratégies ? 61
Annexe 7 : Irrigation et rendement par système des campagnes 2012-2013 à 2014-2015

2014-2015 2013-2014 2012-2013

Irrigation Pluie Rd Irrigation Pluie Rdt Irrigation Pluie Rdt

(mm) (mm) (tc/ha) (mm) (mm) (tc/ha) (mm) (mm) (tc/ha)

Classique (18 m x 18 m) 1081 876 93,03 1440 615 50,99 432 966 62,5
Couverture intégrale (18 m x 24 m) 1081 775 85,83 815 591 55,09 737 976 71,32
Enrouleur 692 745 78,25 486 620 54,39 513 992 69,29
Rampe pivotante 757 659 88,73 674 703 69,27 695 1029 76,43
Rampe frontale 423 467 82,91 602 665 69,66 584 995 67,8
Goutte à goutte 1042 849 93,88 801 656 70,38 1 031 1037 67,56

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelle stratégie ? 62
Annexe 8 : Besoins en eau et apports en eau de la parcelle B3-003 (campagne 2014-2015)

N° PARC : B3 003 Rdt TC/HA PREVU : 99,00 DATE DE RECOLTE 13/14 : 19/03/2014
SYSTÈME : Goutte à goutte Rdt TC/HA REALISE : 106,87 DATE DE PLANTATION 13/14 :
SUPERFICIE : 20,2 ha POSTE PLUVIOMETRIQUE : B3 / 14 DATE DE SEVRAGE 14/15 : 19/02/2015
VARIÉTÉ : R579 DATE DE RECOLTE 14/15 : 31/03/2015

janv-14 févr-14 mars-14 avr-14 mai-14 juin-14 juil-14 août-14 sept-14 oct-14 nov-14 déc-14 janv-15 févr-15 TOTAL

EVAPORATION
175,50 200,40 209,90 201,50 150,70 136,10 126,90 97,90 95,50 131,10 123,70 165,40 183,60 113,00 2 111,20
BAC A (mm)

KC (%) 50 50 50 80 100 100 100 100 100 100 80 80

BESOINS (mm) 104,95 100,75 75,35 108,88 126,90 97,90 95,50 131,10 123,70 165,40 146,88 90,40 1 367,71

APPORT D'EAU
103,06 78,03 103,45 67,37 33,48 0,00 0,00 0,00 78,62 234,64 222,49 101,49 1 022,62
IRRIGATION (mm)
PLUIE
ENREGISTREE 38,80 60,50 91,50 202,40 124,00 353,90 200,80 55,30 163,70 0,00 0,00 49,60 1 340,50
(mm)
PLUIE UTILE 60%
23,28 36,30 54,90 121,44 74,40 212,34 120,48 33,18 98,22 0,00 0,00 29,76 804,30
PE (mm)

APPORT TOTAL
126,34 114,33 158,35 188,81 107,88 212,34 120,48 33,18 176,84 234,64 222,49 131,25 1 826,92
PU+IRRIG. (mm)

ECART (mm) 0,00 0,00 21,39 13,58 83,00 79,93 -19,02 114,44 24,98 -97,92 53,14 69,24 75,61 40,85 459,21

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelle stratégie ? 63
Annexe 9 : Besoins en eau et apports en eau de la parcelle B3-015 (campagne 2014-2015)

N° PARC : B3 015 Rdt TC/HA PREVU : 81,00 DATE DE RECOLTE 13/14 : 05/01/2014

SYSTÈME : PIVOT Rdt TC/HA REALISE : 106,61 DATE DE PLANTATION 13/14 :

SUPERFICIE : 19,2 ha POSTE PLUVIOMETRIQUE : B3 / 14 DATE DE SEVRAGE 14/15 : 03/12/2014

VARIÉTÉ : SP711406 DATE DE RECOLTE 14/15 : 23/12/2014

janv-14 févr-14 mars-14 avr-14 mai-14 juin-14 juil-14 août-14 sept-14 oct-14 nov-14 déc-14 TOTAL

EVAPORATION
175,50 200,40 209,90 201,50 150,70 136,10 126,90 97,90 95,50 131,10 123,70 165,40 1 814,60
BAC A (mm)

KC (%) 50 50 50 100 100 100 100 100 100 100 80 80 1 010,00

BESOINS (mm) 87,75 100,20 104,95 201,50 150,70 136,10 126,90 97,90 95,50 131,10 98,96 132,32 1 463,88

APPORT D'EAU
49,00 156,00 95,00 111,00 142,00 82,00 80,00 0,00 0,00 0,00 133,00 13,00 861,00
IRRIGATION (mm)

PLUIE
ENREGISTREE 0,00 0,00 38,80 60,50 91,50 202,40 124,00 353,90 200,80 55,30 163,70 0,00 1 290,90
(mm)
PLUIE UTILE 60%
0,00 0,00 23,28 36,30 54,90 121,44 74,40 212,34 120,48 33,18 98,22 0,00 774,54
PE (mm)

APPORT TOTAL
49,00 156,00 118,28 147,30 196,90 203,44 154,40 212,34 120,48 33,18 231,22 13,00 1 635,54
PU+IRRIG. (mm)

ECART (mm) -38,75 55,80 13,33 -54,20 46,20 67,34 27,50 114,44 24,98 -97,92 132,26 -119,32 171,66

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelle stratégie ? 64
Annexe 10 : Considérations pour la comparaison entre filtres automatiques

Screen filter
Component Gravel filter Disc filter

General filter level +++ ++ +

Removal of Sand + ++ +++


different
suspended Silt and clay +++ ++ +
particles and
general operation Algae +++ ++ +

Zooplankton ++ ++ ++

Slime + ++ +++

Low supply capacity ++ +++ +

Very high supply capacity + ++ +++

Minimum flushing pressure (bar) 2 2,5 2,2


Technical and
Quantity and cost of flushing water High Low Low
hydraulic
Water in flushing cycle High Medium Low
considerations
Capacity required for flushing High Low Medium

Complexity of system Medium Medium Medium

Existing Low High Medium

Corrosion proof Low High Medium

Operational and Operational and maintenance requirements High Low Low


maintenance
considerations Frequency of operational failures High Low Low

Expertise required Medium Medium Medium

Source : Gidi Sagi et al, filtration manuel & Water Quality for Micro Irrigation

+++ plus efficient

Extension & développement des superficies irriguées en goutte à goutte à SUCAF-CI : quelle stratégie ? 65