Vous êtes sur la page 1sur 12

LA TETE DE PUITS

La tête de puits est utilisée pour :


 supporter les obturateurs,
 suspendre les colonnes de tubage,
 assurer l’étanchéité autour de ces colonnes.

Tête de tubing

Tête de tubage intermédiaire

Tête de tubage de base

Colonne de surface

Colonne intermédiaire

Colonne de production
Tubing

1. Les brides
On désigne une bride par 3 groupes de chiffres et de lettres :
Par exemple, la bride 6BX - 13"5/8 – 5000 veut dire :
 type : 6BX,
 dimension nominale : 13"5/8,
 pression de service en PSI : 5000.
Ces indications sont marquées au poinçon sur le côté de la bride.

1.1. La série
Il y a deux types de brides : 6B et 6BX.
Chaque type comprend 4 séries et dans chaque série l'API a normalisé un certain
nombre de dimensions.
1.2. Identification des brides
Connaissant le nombre de trous, l'entraxe des trous et le diamètre extérieur de
la gorge, on peut identifier la bride grâce au formulaire du foreur.
Par exemple : la bride possédant 16 trous et un entraxe de 23"1/4 est une bride
13"5/8 - 5000 psi - 6BX.

2. Le joint torique
Il assure l’étanchéité entre deux brides de même dimension nominale et de
même série. Il est fabriqué en fer doux, acier doux ou acier inox.
Chaque joint tore est identifié par :
 1 ou 2 lettres indiquant le type : R – RX – BX,
 un numéro qui est un repère correspondant à une dimension nominale
mais pouvant être utilisé pour plusieurs séries (exemple: 57). Ce numéro
peut être suivi d'une lettre indiquant la nature de l'acier et sa dureté.

Joint tore type RX

Joint tore type R

Joint tore type BX

Exemple : RX 57 S :
R 57 : un joint pouvant être utilisé pour les brides de dimension nominale 13"5/8
série 2000 et 3000,
R 54 ne peut être utilisé que pour la série 11"-5000,
S : acier doux.

Il existe 3 types de joints tores :


 Type R (3000 psi max) : de section ovale ou octogonale, peut être utilisé
sur des brides de même dimension nominale du type 6B, la gorge de la
bride ayant le même profil,
 Type RX (5000 psi max) : de section octogonale mais asymétriques par
rapport à l'axe. Ce type, comme le R, est utilisé sur les brides de type 6B
(Ex : une bride 6B-13"5/8-3000 peut recevoir un joint R57 ou RX57).
Pour ces 2 types l'assemblage laisse apparaître un jeu entre les brides, le joint
supporte le poids des éléments placés au dessus, et les vibrations. Il est
recommandé de contrôler périodiquement le blocage des boulons.
Sur des brides clamp, on utilisera de préférence le type RX. En effet, sa hauteur,
plus grande que le type R, assurera une meilleure étanchéité au serrage.
 Type BX (10000 et plus) : de section octogonale à profil symétrique avec
trou d’égalisation des pressions. Ce type de joint est uniquement utilisé
sur des brides 6BX, dont les gorges comportent un léger chanfrein
extérieur. Pour ce type de joint, l'assemblage ne laisse pas de jeu, les
brides viennent en contact au blocage. Il est recommandé de bloquer les
goujons au couple.

Recommandations d’utilisation
 un joint tore ne doit jamais être ré – utilisé,
 les gorges des brides doivent être parfaitement propres (faire disparaître
toute trace de graisse ou d’huile de stockage),
 le joint doit être inspecté avant sa mise en place et ne doit porter aucune
trace de choc,
 le montage peut se faire à sec ou à l'huile légère. Ce dernier procédé
ayant l'avantage de protéger les gorges contre l'oxydation,
 lors du désassemblage il est impératif de graisser les gorges non inox pour
éviter leur oxydation,
 surveiller le parallélisme des brides au serrage des goujons,
 sur les brides du type 6B, l'API donne un jeu qui varie de :
 1/8 à 7/32 pour les types R,
 12/32 à 27/32 pour le type RX,
 les joints RX et BX sont déformables par la pression qui tend à augmenter
les diamètres extérieurs et du fait qu'ils réalisent leur étanchéité sur la
partie extérieure (angle de 23°) augmentent ainsi leur pression de contact
et maintiennent leur étanchéité.

3. La tête de tubage de base


C'est le premier élément raccordé au tubage de surface. Le raccordement se fait
soit par vissage (mâle ou femelle), soit par soudure.
Le raccordement par vissage, s’il est plus sûr, présente par contre l'inconvénient
d'imposer la côte exacte du filetage supérieur de la colonne pour permettre
l'empilage des suspensions et des obturateurs.
En cas de coincement de la colonne au cours de la descente, le raccordement ne
pourra être effectué que par coupe du tubage et soudure soit d'un bout fileté,
soit de la tête de tubage à souder. Dans ce dernier cas le raccordement doit être
fait très soigneusement en respectant l’horizontalité de la bride supérieure. Les
soudures, intérieure et extérieure, doivent être testés à l'aide d'une pompe par
un orifice de test situé entre les deux soudures.

Plaque de base
Selon les marques et modèles, l’alésage de la partie supérieure peut être
cylindrique ou conique pour recevoir les coins de suspension et la garniture
d’étanchéité du tubage suivant. Deux sorties latérales, taraudées ou à brides
permettent le contrôle de l'espace annulaire.
C'est donc la colonne de surface et la tête de tubage de base qui supporteront
tous les tubages prévus selon le programme, en plus des obturateurs. Dans les
puits à grande profondeur, le poids des colonnes mises en tension est très élevé
et l'on sera amené à utiliser une tête de tubage avec une plaque de base
circulaire, ce qui augmente la stabilité de la tête de puits et assure une meilleure
répartition des charges sur le fond de la cave, à condition de prévoir une cave
plus profonde et de bétonner ensuite l'espace entre le fond de la cave et la
plaque de base. On ajoute, en général, des goujons de scellement.

4. Tête de tubage intermédiaire


Elle se compose de :
 deux brides de dimensions et séries différentes,
 un alésage conique ou cylindrique à la partie supérieure pour recevoir les
coins d’ancrage du tubage suivant,

 un alésage cylindrique à la partie inférieure, recevant un guide – outil et


un système d'étanchéité de l'espace annulaire entre les deux colonnes,
assurée par :
 écrasement d'un jeu de garnitures en néoprène et de disques d'acier
lors du raccordement des brides,
 gonflage d'une garniture en néoprène par injection de bâtonnets de
graisse plastique,

La bride inférieure possède :


 un orifice d'injection des bâtonnets de 1" dans le cas d'étanchéité par
gonflage, muni d'un clapet anti-retour, d'une vis d'injection et d'un
bouchon de fermeture,
 un orifice de test permettant de tester l'étanchéité des garnitures
inférieure et supérieure.

5. Dispositif d'ancrage des tubages


Ce dispositif est constitué d'un jeu de coins s’agrippant sur le tubage à ancrer en
glissant sur une partie conique. Il est complété d'un ensemble d'étanchéité.
Les têtes de tubage et coins d'ancrage sont conçus pour différentes capacités et
seront donc choisis en fonction du poids qu'ils auront à supporter.

Après mise en tension de la colonne de tubage à une valeur légèrement


supérieure à la tension d'ancrage, le dispositif est mis autour de la colonne ou
lâché depuis le plancher et glisse autour de la colonne, jusqu’à ce qu’il vient
s’asseoir dans la tête de tubage et centre la colonne par rapport à cette dernière.
Un relâchement partiel de la tension provoque le glissement des coins coniques
dans leur logement, les coins inférieurs viennent mordre sur le tubage, puis sont
entraînés vers le bas par la descente de celui-ci.
Dans leur mouvement, ils entraînent la bride et les goujons. La garniture
d’étanchéité est comprimée et s'applique contre le tubage d'une part, et la tête
de tubage d'autre part. Les coins supérieurs glissant sur leurs supports viennent
mordre sur le tubage.
Le relâchement complet de la tension appliquée à la colonne entraîne les coins
supérieurs et inférieurs vers le bas.
Le mouvement des coins supérieurs par rapport aux segments d'acier immobiles
provoque l'écrasement complet de la garniture d’étanchéité, puis des supports de
garniture et des supports de coins supérieurs, empêchant toute expulsion de la
garniture dans la vie future du puits.

6. Tête de tubing
Les têtes de tubing sont identiques aux têtes de tubage à double bride. Elles
portent quelquefois à la partie inférieure de leur alésage un logement usiné pour
recevoir une garniture d'étanchéité sur tubage.
Le dispositif de suspension des tubings comprend une simple olive taraudée
portant sur sa partie conique extérieure des garnitures d'étanchéité qui prennent
appui dans la partie conique correspondante de la tête de tubing. L'olive est
appliquée dans la tête de tubing par le blocage de goujons traversant la bride
supérieure. Sa mise en place est rendue possible par le vissage d'un élément de
tubing dans son filetage femelle supérieur.
Deux sorties latérales permettent de contrôler l'espace annulaire entre le dernier
tubage et le tubing.
Dans d'autres cas, le tubing est vissé dans une bride raccordée à la tête de
tubing. Cette bride fait éventuellement réduction et sa face supérieure est
directement raccordée à la première vanne maîtresse. Dans ce cas, le dispositif
d'étanchéité est constitué d'une olive ouvrante qui s’applique sur la portée
conique de la tête de tubing.

7. Élément d’espacement
L’assemblage des différentes têtes de tubage peut être fait dès la colonne de
surface cimentée, si le diamètre intérieur de tous les éléments autorise le
passage du plus gros outil.
Dans les puits à grande profondeur, il n'est pas possible d'empiler toutes les
têtes de tubage après la cimentation de la colonne de surface. On est donc
amené à remplacer ces têtes de tubage à venir par des entretoises, comprenant
un corps et deux brides identiques.
De cette façon on pourra conserver constante la hauteur des obturateurs et de la
croix de circulation pendant toute la durée du puits si, au fur et à mesure de
l'avancement du forage et de la descente d'une nouvelle colonne, chaque
entretoise est remplacée par une tête de tubage de même hauteur.
Cette entretoise devient adaptatrice si ses brides sont de dimension ou de série
différentes.
Pour connecter deux éléments de tête de puits de dimension et série différentes,
il existe aussi des brides d’adaptation [adapters flanges], soit simples goujonnés
soit doubles goujonnés.

8. Têtes de puits compactes [compacts well heads]


Cette tête en acier coulé ou forgé d'une seule pièce peut être à double ou triple
étage suivant le programme de tubage établi.
Elle est vissée ou soudée sur le tubage de surface et la partie supérieure se
termine par une bride normalisée API, ou à liaison par clamps.
A l'intérieur on trouve deux ou trois alésages coniques ou cylindriques recevant
les dispositifs de suspension des tubages.
Entre chaque suspension, des sorties latérales permettent le contrôle des
différents annulaires et des orifices de test permettent de vérifier l'étanchéité des
joints.
Ce type de tête simplifiée permet un gain de temps très appréciable.

9. La croix de circulation [mud cross]


C'est un élément constitué de :
 deux brides de même série et dimension nominale,
 un alésage cylindrique,
 deux sorties latérales à brides.

L'une des sorties latérales, en général de plus petit diamètre, est reliée à un
circuit de pompage à haute pression, appelé kill line. Un clapet anti-retour est
intégré dans ce circuit.
L'autre sortie, appelée choke line, est reliée au manifold de duses.
Chaque circuit est contrôlé par deux vannes juxtaposées, dont l'une sur la choke
line est à commande hydraulique.

La croix de circulation sert à :


 contrôler une venue en circulant par les tiges, obturateur fermé, le retour
se faisant par le manifold de duses,
 tuer le puits en pompant sous pression par la kill line,
 effectuer des circulations inverses par la kill line.
On utilise parfois les sorties latérales des obturateurs à la place de la croix de
circulation.

10. Exemple d’évolution d’une tête de puits


Prenons comme exemple le programme de forage suivant :
 forage en 16", tubage 13"3/8,
 forage en 12"1/4, tubage 9"5/8,
 forage en 8"1/2, tubage 7",
 forage en 6", tubage ou liner 5".

En général, le tube guide en tôle roulée et soudée est en place et cimenté. Lors
du montage de l’appareil de forage, on y adjoint par soudure un tube fontaine,
qui permet le retour et l'écoulement de la boue vers les vibrateurs par
l'intermédiaire de la goulotte.

10.1. Phase 16"


Le forage commence en 16" jusqu'à une cote donnée par le service géologique.
La colonne 13"3/8, très importante pour la vie future du puits, est cimentée
jusqu’en surface. Si, par suite de pertes pendant la cimentation le laitier de
ciment n’arrive pas en surface, une cimentation complémentaire sera effectuée
par injection dans l'espace annulaire.
La côte du dernier manchon sera ajustée par rapport à la table pour permettre
tout l’empilage des éléments de tête de puits et des obturateurs.
Après la cimentation et purge de l’excédent de laitier de l’annulaire, on procède
au centrage de la colonne 13"3/8 par rapport à la table de rotation, puis, après
séchage du ciment, le tube de manoeuvre est dévissé, le tube guide est coupé au
fond de la cave, et l'on procède au vissage de la tête de tubage de base 13"5/8 x
3000 avec une chemise de protection.
Pour les chantiers éloignés, il est recommandé d’approvisionner en plus une tête
de tubage de base à souder, dans le cas de coincement de la colonne pendant la
descente.
Ensuite on place dans l'ordre :
 une entretoise d’espacement [spacer spool] 13"5/8 x 3000,
 une croix de circulation [mud cross] 13"5/8 x 3000 à sorties latérales
5000,
 les obturateurs à mâchoires 13"5/8 x 3000,
 un obturateur annulaire 13"5/8 x 3000,
 le tube fontaine.
Tous ces éléments doivent permettre le passage des outils 12"1/4.
Une fois l’empilage effectué, l’ensemble doit être testé à la pression minimale de
service (3000 psi) avant le reforage du ciment.

10.2. Phase 12"1/4


Le forage se poursuit en 12"1/4 en vue de la descente de la colonne technique
9"5/8. Choisir le dernier tube de façon qu’un manchon ne se présente pas à la
hauteur de la tête de tubage.
Le tubage 9"5/8 est cimenté jusqu’à une certaine hauteur à partir du sabot.
Après prise de ciment et après avoir enlevé la chemise de protection de la tête
de tubage de base, le tubage est ancré sous une certaine tension.
Deux façons de procéder :
 Après mise en tension de la colonne, lancer les coins à partir de la table de
rotation. Dans ce cas la chemise de protection est enlevée avant la
descente du tubage.
 Poser la colonne dans la table de tubage, déconnecter entre tête de tubage
et spacer, soulever et suspendre la tête de puits aux traverses supports de
la table de rotation ou placer des chandelles entre tête de tubage et
spacer, reprise à l'élévateur et mise en tension de la colonne, sortie de la
chemise de protection, mise en place des coins.
La première méthode est plus rapide, mais moins sûre. Les coins [slips] peuvent
coincer pendant la descente.

12’’ x 3000

12’’ x 3000

12’’ x 3000

12’’ x 3000

Une fois le tubage ancré, les opérations suivantes sont à effectuer dans l'ordre :
 coupe du tube en tenant compte de la longueur de pénétration du tube à
la base de la tête de tubage 7" et du jeu laissé entre les brides par les
joints tores,
 mise en place de la tête de tubage 7" (brides 13"5/8 x 3000 - 11"x5000)
munie à la base du guide de l’outil [pilot bit] et de son système
d’étanchéité,
 assemblage et blocage de ces éléments,
 procéder aux tests en ne dépassant pas la pression de service des
éléments ou 60% de la résistance à l'écrasement du tubage (la plus petite
des deux).
On termine le montage de la nouvelle tête de puits par la mise en place :
 de la chemise de protection dans la partie supérieure de la tête tubage,
 de la croix de circulation 11" x 5000,
 des obturateurs 11" x 5000,
 du tube fontaine.
La kill line et la choke line sont connectées et l'on procède au test des
obturateurs.

10.3. Phase 8"1/2

10’’ x 5000

10’’ x 5000

10’’ x 5000

12’’ x 3000

13’’3/8
9’’5/8

Une fois le tubage 7"descendu :


 ancrage de la colonne après avoir sorti la chemise de protection,
 coupe du tube en fonction des éléments qui viendront coiffer la tête de la
colonne 7",
 mise en place de la tête de tubing,
 montage des obturateurs selon la pression et la nature des fluides
contenus dans les couches traversées.

10.4. Phase 6"


On suppose que le tubage 7" a été descendu et cimenté au toit du gisement. Le
forage s’effectue en 6" dans la couche et la phase se termine par la descente
d'un liner 5" ancré dans le tubage 7".
Après perforation, mise en place d'un packer de production et descente du
tubing.
Après démontage des obturateurs, la tête de puits se termine par une bride
réduction s'adaptant sur la tubing head et recevant à la partie supérieure les
vannes maîtresses et la tête de production.
Dans l'exemple ci-dessus d'évolution d'une tête de puits en forage, il a fallu trois
groupes d’obturateurs de séries différentes : 13"5/8 x 3000, 11" x 5000, 7"1/16
x 10000, mais il est recommandé d'employer, dès la pose du tubage de surface,
des obturateurs de grande dimension nominale et de série élevée. Par exemple :
13"5/8 x 5000.
Ces obturateurs mis en place après la phase 16" permettant le passage des outils
12"1/4, sont conservés durant tout le forage. Il suffira de posséder un jeu de
spacer adapter spools ou de brides d'adaptation pour la connexion avec les
différentes têtes de tubage suivant les phases de forage.