Vous êtes sur la page 1sur 16

NA 231

‫ﻣــﻮاﺻــﻔــﺔ ﺟــﺰاﺋــﺮﻳــﺔ‬
NORME ALGERIENNE N° édition : 2
Date : 2006

ICS : 91.100.10

MÉTHODES D’ESSAIS DES CIMENTS

DÉTERMINATION DE LA FINESSE

Nombre de pages : 16

Edition et diffusion : ఔ

5, 7 Rue Abou Hamou Moussa- Alger


Tél : 021 64.19.08 Fax : 021 64.17.61
E-mail : ianor@ianor.org
Vente@ ianor.org
Cinfo@ianor.org
Institut Algérien
de Normalisation
La reproduction est interdite
NA 231

AVANT PROPOS

La présente norme annule et remplace la norme NA 231 version 1989. Cette nouvelle
version a été adoptée comme norme Algérienne par les membres du comité technique
national n° 37: « Liants – Bétons - Granulats » conformément à la résolution du procès-
verbal de réunion n° 05 du 16/05/2006.

Le contenu technique de la présente norme est équivalent à la EN 196-6 (1989).

La liste des membres ayant participé à l’adoption de la présente norme est la suivante:

NOM PRENOM ORGANISME STATUT - CTN

MEDDAD Dalila CTTP Président du comité

BELOUCHRANI Saliha IANOR Secrétaire du comité

AIT AZZOUG Karima ERCC - SCMI Membre du comité

AIT BELKACEM Grazyna ENG - Alger Membre du comité

AMELLAL Rachid CETIM Membre du comité

BELAID Abdelouahab LNHC Membre du comité

BOUBEKEUR Amar ENG - Constantine Membre du comité

BOUCHEFA Ouahiba CGS Membre du comité

BOUZEKRI Layachi LTPE - Béjaïa Membre du comité

GUEFROUDJ Cid SCAEK Membre du comité

KAOUANE Brahim LCTP Membre du comité

HELLAL Mahfoud ERCC - SCSEG Membre du comité

LEGHEDDAR Said LTPE Constantine Membre du comité

LEKOUAGHET Ahmed COSIDER Carrière Membre du comité

RABAHI Ferhat LNTPB Membre du comité

SITAYEB Said COSIDER TP Membre du comité

RAHIM Nabil SCIMAT Membre du comité

TOUKAL Farida LCTP Membre du comité

ZEMITH Mohamed Sabri ACC M’sila Membre du comité

La reproduction est interdite 2


NA 231

SOMMAIRE

1. Objet et domaine d’application ………………………………………………. 4

2. Références …………………………………………………………………….. 4

3. Méthode par tamisage ………………………………………………………... 4


3.1 Principe ……………………………………………………………………………….. 4
3.2 Appareillage ………………………………………………………………………….. 4
3.3 Matériaux pour vérification du tamis ………………………………………………. 5
3.4 Mode opératoire ……………………………………………………………………… 5
3.5 Expression des résultats ……………………………………………………………. 6

4. Méthode par perméabilité à l’air (Méthode Blaine) ………………………… 6


4.1 Principe ……………………………………………………………………………….. 6
4.2 Appareil ……………………………………………………………………………….. 6
4.3 Matériaux ……………………………………………………………………………… 8
4.4 Conditions d’essai ……………………………………………………………………. 8
4.5 Lit de ciment compacté ………………………………………………………………. 9
4.6 Essai de perméabilité à l’air …………………………………………………………. 10
4.7 Etalonnage de l’appareil ……………………………………………………………… 11
4.8 Ciments spéciaux …………………………………………………………………….. 13
4.9 Simplification des calculs ……………………………………………………………. 13
4.10 Expression des résultats ……………………………………………………………. 14

La reproduction est interdite 3


NA 231

1. Objet et domaine d’application

La présente norme concerne décrit deux méthodes de détermination de la finesse du ciment.

La méthode par tamisage sert particulièrement à détecter la présence de grosses particules


de ciment. Cette méthode d’essai est avant tout appropriée à la vérification et au contrôle du
procédé de production.

Par la méthode de perméabilité à l’air (Blaine), la surface spécifique est mesurée par
comparaison avec un échantillon d’un ciment de référence. La détermination de la surface
spécifique sert avant tout à vérifier la constance du procédé de broyage d’une seule et
même surface. Cette méthode ne permet qu’un jugement limité des propriétés du ciment
utilisé*.

Les méthodes sont applicables à tous les ciments définis dans la NA 442.

* : La méthode de perméabilité à l’air peut ne pas donner des résultats significatifs pour les ciments
qui contiennent des matières utrafines.

2. Références

NA 442 Liants hydrauliques – Définitions, classification et spécifications des ciments.


NA 8301 Tamis de contrôle - Tissus métalliques, tôles métalliques perforées et feuilles
électroformées - Dimensions nominales des ouvertures.
NA 8300 Tamis de contrôle – Exigences techniques et vérification – Tamis de contrôle en
tôles métalliques.
NA 8163 Verrerie de laboratoire – Tubes en verre borosilicaté.

3. Méthode par tamisage


3.1 Principe

La finesse du ciment est mesurée par tamisage sur des tamis normalisés. Ainsi est
déterminé le pourcentage du ciment dont les dimensions des grains sont supérieures aux
dimensions de la maille spécifiée.

L’emploi d’un échantillon de référence ayant une proportion connue de grains plus gros que
la dimension de la maille spécifiée est utilisée pour vérifier le tamis spécifié.

3.2 Appareillage
3.2.1 Tamis d’essai

Le tamis d’essai comprend une monture cylindrique rigide, résistante, non corrodable de
diamètre nominal de 150 mm à 200 mm et 40 mm à 100 mm de profondeur garni d’un fond
en toile de mailles de 90 µm d’ouverture en acier inoxydable tissé ou en fils d’autre métal
résistant à l’abrasion et non corrodable.

La toile doit être conforme aux exigences des normes NA 8301 et NA 8300 et doit être
exempte d’irrégularités visibles des dimensions des mailles lors d’un examen visuel effectué
suivant la méthode de la NA 8301.

La reproduction est interdite 4


NA 231
Pour éviter la perte de matière pendant le tamisage, il y a lieu de prévoir un réceptacle
s’adaptant sous l’encadrement du tamis et un couvercle s’adaptant sur l’encadrement du
tamis.

3.2.2 Balance

Une balance permettant de peser jusqu’à 10 g à 10 mg près.

3.3 Matériaux pour vérification du tamis

Un matériau de référence de résidu au tamis connu doit être disponible pour vérifier le tamis.

Le matériau est conservé dans des conteneurs étanches scellés afin d’éviter tout
changement de ses marqués avec le résidu au tamis du matériau de référence.

3.4 Mode opératoire


3.4.1 Détermination du résidu du ciment

Agiter l’échantillon de ciment à essayer en le secouant pendant 2 min dans un récipient


bouché, pour disperser les grumeaux.

Attendre 2 min. Remuer doucement la poudre résultante en utilisant une baguette sèche et
propre, de façon à distribuer les fines dans tout le ciment.

Placer le réceptacle sous le tamis. Peser approximativement 10 g de ciment à 0,01 g près et


les placer dans le tamis en prenant soin d’éviter toute perte. Disperser les grumeaux de
ciment. Fixer le couvercle sur le tamis. Agiter le tamis par des mouvements tournoyants,
planétaires et linéaires jusquà ce que plus aucun matériau fin ne passe à travers le fond du
tamis. Enlever et peser le résidu. Exprimer cette masse en pourcentage (R1) de la masse de
la quantité placée initialement dans le tamis à 0,1 % près. Enlever délicatement tout le
matériau fin adhérent à la partie inférieure du fond, et le placer dans le réceptacle.

Répéter toute la procédure en utilisant une prise fraîche de 10 g pour obtenir R2. Calculer le
refus du ciment R par la moyenne arithmétique de R1 et R2 exprimée en pourcentage à
0,1 % près.

Si les résultats diffèrent de plus de 1% absolu, exécuter un troisième tamisage et calculer


ensuite la moyenne des trois tamisages.

La procédure de tamisage est exécutée manuellement par un opérateur habile et


expérimenté.

Note : Toute machine à tamis peut être utilisée à condition que l’on puisse prouver qu’elle donne les
mêmes résultats que l’opération manuelle.

3.4.2 Vérification du tamis

Agiter l’échantillon de ciment à essayer en le secouant pendant 2 min dans un récipient


bouché, pour disperser les grumeaux.

Attendre 2 min. Remuer doucement la poudre résultante en utilisant une baguette sèche et
propre, de façon à distribuer les fines dans tout le ciment. Placer le réceptacle sous le tamis.

La reproduction est interdite 5


NA 231
Peser approximativement 10 g de matériau de référence (3.3) à 0,01 g près et les placer
précautionneusement pour éviter toute perte dans le tamis.

Tamiser suivant la procédure du paragraphe 3.4.1, y compris la double détermination du


refus pour obtenir deux valeurs : P1 et P2 exprimées à 0,1 % près.

Les deux valeurs de P1 et P2 pour tamis donnant satisfaction ne peuvent pad différer de plus
de 0,3%. Leur moyenne arithmétique p est caractéristique du tamis.

Etant donné le refus R0 connu sur les mailles de 90 µm du matériau de référence, calculer le
facteur de tamisage (F = R0 / P), exprimé à 0,01 près.

Le refus R déterminé suivant le paragraphe 3.4.1 doit être corrigé en le multipliant par F, qui
peut avoir une valeur de 1,00 ± 0,02.

Le tamis est à contrôler chaque fois après 100 tamisages.

Note : Toute autre procédure de vérification comme les méthodes optiques décrites dans la norme
NA 8300 peut être utilisée. Tous les tamis s’usent lentement et en conséquence, leur facteur de
tamisage F va changer lentement.

3.5 Expression des résultats

Renseigner comme refus sur le tamis de 90 µm (NA 8301) pour le ciment essayé la valeur
de R à 0,1% près. L’écart type de répétabilité est d’environ 0,2 % et celui de reproductibilité
est d’environ 0,3%.

Note : Quand il y a des difficultés locales pour obtenir des tamis, la même procédure peut être suivie
avec le tamis normalisé le plus proche mais le rapport doit renseigner sur quelle maille de tamis
normalisé le refus du ciment a été déterminé.

4. Méthode par perméabilité à l’air (Méthode Blaine)


4.1 Principe

La finesse du ciment est mesurée sous forme de surface spécifique en observant le temps
mis par une quantité fixée d’air pour traverser un lit de ciment compacté à des dimensions et
une porosité spécifiées.

Dans des conditions normalisées, la surface spécifique du ciment est proportionnelle à √t où


t est le temps nécessaire à une quantité d’air donnée pour traverser un lit de ciment
compacté. Le nombre et la distribution des dimensions des pores individuels du lit spécifié
sont fixés par les dimensions des particules de ciment qui déterminent aussi le temps de
passage de l’air.

Cette méthode est plus comparative qu’absolue et c’est pourquoi un échantillon de référence
de surface spécifique est nécessaire pour calibrer l’appareil.

4.2 Appareil
4.2.1 Cellule de perméabilité

La cellule est constituée d’un cylindre droit rigide de dimensions et tolérances conformes à
celles de la figure 1a).

La reproduction est interdite 6


NA 231
Il est en acier inoxydable austénitique ou en un autre matériau résistant à l’abrasion et non
corrodable. Les faces supérieure et inférieure sont planes et perpendiculaires à l’axe du
cylindre. Il en est de même de la surface supérieure de l’épaulement au fond de la cellule. La
surface extérieure du cylindre doit être conçue pour s’ajuster de façon étanche à la cavité
conique du manomètre (joint 19/34).

4.2.2 Disque perforé

Le disque est en métal non corrodable, perforé de 30 à 40 trous de 1 mm de diamètre et est


conforme aux dimensions et tolérances de la figure 1b). Quand il est en place sur
l’épaulement de la cellule, ses surfaces planes sont perpendiculaires à l’axe de la cellule.

4.2.3 Piston plongeur

Le plongeur est constitué d’un piston pouvant glisser librement dans la cellule de mesure
moyennant un jeu à aménager de manière à conserver entre le bord supérieur du disque
perforé et la base du piston un intervalle de 15 mm ± 1 mm lorsque la butée du plongeur
vient reposer sur le bord supérieur du cylindre de la cellule. Ce piston doit être pourvu d’un
méplat prolongé par une échancrure dans la tête pour permettre le passage de l’air.

Le piston plongeur est en acier inoxydable austénitique ou d’un autre matériau résistant à
l’abrasion et non corrodable ; il est conforme aux dimensions et tolérances de la figure 1c).

Un piston plongeur ne peut être utilisé qu’avec la cellule correspondante dont les dimensions
sont comprises dans les tolérances permises.

4.2.4 Manomètre

Le manomètre est constitué de tubes en verre borosilicaté (NA 8163) en forme de U, monté
verticalement et rigidement comme à la figure 1d). Il est conforme aux dimensions et
tolérances de cette figure.

Une branche du manomètre est surmontée d’un rodage conique (joint 19/34) qui forme un
ajustement étanche avec la surface conique de la cellule. La même branche présente
quatre lignes gravées et un tube en T dont les positions sont conformes aux dimensions et
tolérances de la figure 1d).

La branche latérale du tube en T conduit vers un robinet d’arrêt étanche au-delà duquel est
branché un dispositif convenable d’aspiration tel qu’un tube en caoutchouc et une poire
illustrés à la figure 1d).

Remplir le tube manométrique avec le liquide manométrique (4.2.5) pour mouiller la surface
intérieure. Vider le tube et le remplir à nouveau de liquide manométrique jusqu’au niveau de
la ligne gravée la plus basse (11 de la figure 1d)). Ce liquide manométrique est à renouveler
(ou à nettoyer) après une révision ou pour un nouvel étalonnage.

Note : D’autres formes de cellule et de piston plongeur et d’autres dispositifs de rodage entre la cellule
et le manomètre peuvent être utilisé à condition qu’on puisse montrer qu’ils donnent le même résultat
que l’appareil spécifié.

La reproduction est interdite 7


NA 231
4.2.5 Liquide manométrique

Le manomètre est rempli jusqu’au niveau de la ligne gravée inférieure (11 dans la figure 1d))
avec un liquide non volatil, non hygroscopique, de viscosité et densité faibles tel que le
dibutyl phthalate ou l’huile minérale légère.

4.2.6 Chronomètre

Le chronomètre a un mécanisme de départ et d’arrêt direct, est lisible à au moins 0,2 s près
et a une précision d’au moins 1% dans des intervalles de temps allant jusqu’à 300 s.

4.2.7 Balance(s)

Une balance ou des balances permettant de peser aux environs de 3 g à 1 mg près (pour le
ciment) et dans la gamme de 50 g à 110 g à 10 mg près (pour le mercure) est (sont)
utilisée(s).

4.2.8 Pycnomètre

Un pycnomètre ou tout autre moyen convenable pour déterminer la masse volumique


absolue du ciment doit aussi être disponible.

4.3 Matériaux
4.3.1 Mercure

Du mercure de qualité réactif ou mieux utilisé.

4.3.2 Ciment de référence

Un ciment de référence de surface spécifique connue est utilisé.

4.3.3 Huile légère

Une huile légère est utilisée pour éviter la formation d’un amalgame de mercure sur la
surface intérieure de la cellule.

4.3.4 Disques circulaires de papier filtre

Les disques circulaires de papier filtre sont à bord entier et adaptés aux dimensions de la
cellule. Le papier filtre est à texture moyenne (diamètre moyen des pores : 7 µm).

4.3.5 Graisse légère

Une graisse légère est utilisée pour assurer un joint étanche entre la cellule et le manomètre
et dans le robinet d’arrêt.

4.4 Conditions d’essai

Le laboratoire dans lequel l’essai de perméabilité à l’air est exécuté est maintenu à une
température de 20°C ± 2°C et une humidité relative n’excédant pas 65 %. Tous les
matériaux pour les essais et le calibrage sont à température du laboratoire au moment de

La reproduction est interdite 8


NA 231
leur usage et sont protégés pendant leur conservation de toute absorption d’humidité
atmosphérique.

4.5 Lit de ciment compacté


4.5.1 Principe

Le lit de ciment compacté est constitué d’un arrangement des particules de ciment
reproductible, avec un volume déterminé d’air occlus entre les particules.

Ce volume d’air est défini comme une fraction du volume total du lit et est appelé la porosité
e.

Il s’ensuit que la fraction de volume occupée par les particules de ciment est (1 – e). si V est
le volume total du lit, le volume absolu de ciment est V (1 – e) (cm3), et la masse de ciment,
m, est ρ V (1 – e) (g) avec ρ masse volumique absolue des particules de ciment (g/ cm3).

Donc, connaissant ρ, une masse de ciment peut être pesée de façon à produire une porosité
désirée, e, dans le lit compacté de volume total V. La détermination de ρ est traitée au
paragraphe 4.5.3 et celle de V au paragraphe 4.7.1.

4.5.2 Préparation de l’échantillon

Agiter l’échantillon de ciment à essayer en le secouant pendant 2 min dans un récipient


bouché, pour disperser les grumeaux.

Attendre 2 min. Remuer doucement la poudre résultante en utilisant une baguette sèche et
propre, de façon à distribuer les fines dans tout le ciment.

4.5.3 Détermination de la masse volumique

Déterminer la masse volumique de l’échantillon de ciment en utilisant un appareil comme le


pycnomètre (4.2.8). Utiliser un liquide non réactif pour cette détermination. La quantité de
ciment utilisée dépend de la nature de l’appareil mais doit être telle que la valeur de ρ puisse
être déterminée avec une précision de 0,01 g/cm3. Cette précision est vérifiée par deux
déterminations dont la moyenne donnée au plus proche 0,01 g/cm3 est considérée comme la
masse volumique.

4.5.4 Formation du lit

Peser une quantité de ciment (m1) pour obtenir un lit de ciment de porosité e = 0,500.

Dans laquelle :

ρ = masse volumique du ciment en grammes par centimètre cube (g/cm3) suivant 4.5.3,
V = volume du lit de ciment en centimètres cubes (cm3) suivant 4.7.1.

Cette quantité, compactée correctement, donnera un lit de porosité e = 0,500.

Déposer le disque métallique perforé (4.2.2) sur l’épaulement au fond de la cellule (4.2.1) et
placer sur ce disque métallique un disque de papier filtre vierge (4.3.4). S’assurer que le

La reproduction est interdite 9


NA 231
disque de papier filtre couvre complètement le disque métallique perforé et qu’il est bien plat,
en pressant avec une baguette sèche et propre.

Placer la quantité pesée de ciment m1, dans la cellule en prenant soin d’éviter toute perte de
matière. Tapoter la cellule pour niveler le ciment.

Placer un deuxième disque de papier filtre vierge sur le ciment nivelé. Insérer le piston
plongeur (4.2.3) jusqu’au contact avec le papier filtre.

Exercer une pression délicate mais ferme sur le plongeur jusqu’au moment où la face
inférieure de son épaulement entre en contact avec la cellule. Retirer lentement le plongeur
d’environ 5 mm, le tourner de 90°C et exercer une nouvelle pression délicate mais ferme sur
le lit jusqu’à ce que l’épaulement du plongeur vienne en contact avec la cellule. Le lit est
alors compacté et prêt pour l’essai de perméabilité. Retirer lentement le plongeur.

Note : Une pression trop rapide et vigoureuse peut changer la distribution des dimensions des
particules de ciment et en conséquence la surface spécifique du lit. La pression maximale devrait être
celle exercée commodément, par le pouce, sur le plongeur.

4.6 Essai de perméabilité à l’air


4.6.1 Base de l’essai

La surface spécifique S est donnée en 4.9.1 mais est exprimée commodément par :

Dans laquelle :

K = Constante de l’appareil (4.7.2),


e = Porosité du lit,
t = Temps mesuré en secondes (s),
ρ = Masse volumique du ciment en grammes par centimètres cubes (g/cm3) (4.5.3),
η = Viscosité de l’air à la température de l’essai extraite du tableau 1 en pascals
secondes (Pa.s),

Avec la porosité e = 0,500 et la température d’essai de 20°C ± 2°C.

4.6.2 Procédure d’essai

Placer la surface conique de la cellule dans le rodage conique au sommet du manomètre en


utilisant si nécessaire un peu de graisse légère (4.3.5) pour assurer un joint étanche. Faire
attention de ne pas perturber le lit de ciment.

Obturer le dessus du cylindre avec un bouchon adéquat. Ouvrir le robinet d’arrêt et amener
par une aspiration modérée le niveau du liquide manométrique jusqu’à la ligne la plus haute
(8 de la figure 1d)). Fermer le robinet d’arrêt et observer que le niveau de liquide
manométrique reste constant. Si ce n’est pas le cas, refaire le joint cellule / manomètre et

La reproduction est interdite 10


NA 231
vérifier le robinet d’arrêt. Refaire l’essai de fuites jusqu’à ce que le joint étanche amélioré
conduise à un niveau du liquide constant.

Ouvrir le robinet d’arrêt et ajuster par une aspiration modérée le liquide manométrique au
niveau de la ligne le plus haute. Fermer le robinet d’arrêt. Enlever le bouchon du sommet du
cylindre. Le fluide manométrique va commencer à couler. Démarrer le chronomètre lorsque
le liquide atteint la deuxième ligne (9 de la figure 1d)) et l’arrêter lorsque le liquide atteint la
troisième ligne (10 de la figure 1d)). Relever le temps t à 0,2 s près et la température à 1°C
près.

Répéter la procédure sur le même lit de ciment et relever les valeurs additionnelles de t et de
la température. Préparer un lit frais du même ciment avec un deuxième échantillon en
suivant la procédure du paragraphe 4.5.4 ou, si peu de ciment est disponible en cassant le
premier lit et en reformant le lit comme décrit au paragraphe 4.5.4. Répéter l’essai de
perméabilité sur le deuxième lit, en relevant les valeurs du temps et de la température
comme précédemment.

4.7 Etalonnage de l’appareil


4.7.1 Détermination du volume du lit de ciment

En raison de la nécessité d’un jeu entre la cellule et le piston plongeur, le volume du lit de
ciment compacté varie pour chaque ensemble cellule / piston plongeur. Le volume du lit de
ciment compacté doit être établi pour un jeu donné entre cellule et piston plongeur. Ce
volume est déterminé comme suit.

Appliquer à l’intérieur de la cellule un très fin film d’urine minérale légère (4.3.3). Placer le
disque perforé sur l’épaulement de la cellule. Placer deux disques de papier filtre vierge sur
le disque perforé et s’assurer que chacun remplit la cellule tout en restant plat en exerçant
une pression avec une baguette.

Remplir la cellule avec du mercure (4.3.1). Enlever toutes les bulles d’air avec une baguette
sèche et propre. S’assurer que la cellule est remplie en pressant une plaque de verre sur la
surface de mercure jusqu’à ce qu’il soit à ras du sommet de la cellule. Vider la cellule, peser
le mercure à 0,01 g près (m2) et relever la température. Enlever un disque de papier filtre.
Former un lit de ciment compacté par la méthode du paragraphe 4.5.4 et le surmonter d’un
nouveau disque de papier filtre. Remplir à nouveau la cellule avec du mercure en enlevant
les bulles d’air et en arasant le sommet comme précédemment. Enlever le mercure, le peser
à 0,01 g près (m3) et vérifier la température. Le volume du lit V est donné par :

Dans laquelle :

ρH Est la masse volumique du mercure à la température H de l’essai, extraite du


tableau 1.

Répéter la procédure avec des lits de ciment frais jusqu’à ce que deux valeurs de V diffèrent
de moins de 0,005 cm3 soient obtenues. La moyenne arithmétique de ces deux valeurs sera
enregistrée comme V.

Note : Il faut avoir soin d’éviter de renverser ou de faire éclabousser le mercure et d’empêcher tout
contact du mercure avec la peau ou les yeux de l’opérateur.

La reproduction est interdite 11


NA 231
4.7.2 Détermination de la constante de l’appareil

Préparer un lit de ciment compacté avec du ciment de référence, de surface spécifique


connue (4.3.2), provenant d’une fourniture et mesurer sa perméabilité par la procédure des
paragraphes 4.5.2, 4.5.3, 4.5.4 et 4.5.6. Relever le temps t et la température de l’essai.

En utilisant le même lit, répéter deux fois la procédure du paragraphe 4.6.2 et relever les
deux nouvelles valeurs du temps et de la température. Répéter l’ensemble sur deux autres
échantillons du même ciment de référence. Pour chacun des trois échantillons, calculer la
moyenne arithmétique des trois temps et température. Pour chaque échantillon, calculer :

Dans laquelle :

S0 = Surface spécifique du ciment de référence en centimètres carrés par gramme


(cm² / g),
ρ0 = Masse volumique du ciment de référence en grammes par centimètre cube
(g / cm3),
t0 = Moyenne des trois mesures de temps en secondes (s),
η0 = Viscosité de l’air correspondant à la moyenne des trois températures en pascals –
secondes (Pa.s) (tableau 1),

Avec porosité spécifiée de e = 0,500,

La moyenne arithmétique des trois valeurs de K est adoptée comme constante K de


l’appareil.

4.7.3 Recalibrage

Une utilisation répétée de l’appareil peut aboutir à des modifications du volume du lit de
ciment et de la constante de l’appareil (en raison de l’usure de la cellule, du plongeur et du
disque perforé). Ces modifications peuvent être déterminées au moyen d’un ciment dit de
référence secondaire dont la surface spécifique a été mesurée.

Le volume du lit de ciment et la constante de l’appareil sont à calibrer à l’aide du ciment de


référence :

a) Après 1000 essais ;


b) A l’utilisation :
• D’un autre type de liquide manométrique,
• D’une autre sorte de papier filtre,
• D’un nouveau tube de manomètre,
c) En cas d’écarts systématiques du ciment de référence secondaire.

La reproduction est interdite 12


NA 231

4.8 Ciments spéciaux

Certains ciments ayant des distributions des dimensions des particules inhabituelles et en
particulier des ciments fins avec des niveaux de résistance élevés peuvent présenter des
difficultés à être compactés en un lit de porosité e = 0,500 par la méthode du paragraphe
4.5.4. Dans le cas où la pression du pouce sur l’épaulement du plongeur ne parvient pas à
l’amener au contact de la partie supérieure de la cellule ou si après contact et suppression
de la pression, le plongeur se déplace vers le haut, la porosité e = 0,500 doit être considérée
comme inaccessible.

Dans de tels cas, la porosité nécessaire pour l’obtention d’un lit bien compacté est
déterminée expérimentalement. La quantité de ciment pesée (m4) pour confectionner le lit
comme au paragraphe 4.5.4 devient :

4.9 Simplification des calculs


4.9.1 Formule de base

La surface spécifique S du ciment essayé est calculée par la formule :

Dans laquelle :

S0 = Surface spécifique du ciment de référence en centimètres carrés par gramme


(cm² / g) (4.3.2) ;
e = Porosité du lit de ciment essayé,
e0 = Porosité du lit de ciment de référence (4.7.2),
t = Temps mesuré pour le ciment essayé en secondes (s),
t0 = Moyenne des trois temps mesurés pour le ciment de référence en secondes (s)
(4.7.2),
ρ = Masse volumique du ciment essayé en grammes par centimètre cube (g/cm3)
(4.7.2),
ρ0 = Masse volumique du ciment de référence en grammes par centimètre cube
(g/ cm3) (4.7.2),
η = Viscosité de l’air à la température de l’essai donnée au tableau 1 en pascals -
secondes (Pa.s),
η0 = Viscosité de l’air en pascals – secondes (Pa.s) (tableau 1) de la moyenne des trois
températures pour le ciment de référence.

4.9.2 Influence de la porosité spécifiée

L’utilisation de la porosité e = 0,500 tant pour le ciment de référence que le ciment inconnu,
simplifie la formule (8) à la suivante :

La reproduction est interdite 13


NA 231
Dans le cas de ciments spéciaux exigeant une autre porosité que e = 0,500 l’équation (9) ne
peut pas être utilisée à moins qu’un ciment de référence ait été essayé à cette autre
porosité.

4.9.3 Influence de la température contrôlée

Comme on le voit au tableau 1 la valeur √0,1η varie de 0,001345 à 18°C à 0,001353 à 22°C.

Dans les conditions du laboratoire spécifiées, une valeur de 0,001349 peut être appliquée
avec une erreur maximale de 0,5 % et une erreur plus probable de 0,3 % ou moins. Cette
nouvelle simplification conduit à la formule suivante :

4.9.4 Influence de la masse volumique du ciment

La seule possibilité restante de simplification consisterait en l’élimination des termes en ρ.


Cela a été fait en réalité antérieurement, quand les seuls ciments portland purs pour lesquels
la valeur ρ = 3,15 était supposée applicable. Il s’est avéré que cette hypothèse produisait des
erreurs pouvant atteindre 1%. L’utilisation croissante des ciments des classes CE II, III et IV
(voir NA 442), conduit certainement à des erreurs beaucoup plus grandes. La présente
norme exige la détermination de la masse volumique du ciment et son utilisation pour le
calcul de la surface spécifique.

4.10 Expression des résultats

Lorsque la porosité est de e = 0,500, les quatre temps et températures résultat de la


procédure du paragraphe 4.6.2 sont examinés pour vérifier que ces températures se situent
toutes dans les limites spécifiées de 20°C ± 2°C. si tel est le cas, la moyenne arithmétique
des quatre valeurs de temps sera utilisée dans l’équation (3) ou l’équation (10) et la valeur
de S calculée à 10 cm² / g près est donnée au procès-verbal comme étant la surface
spécifique du ciment.

Une différence de 1% entre les moyennes des mesures de finesse, exécutées à deux
différents lits de poudre provenant d’un même échantillon, est acceptable.

L’écart type de répétabilité est d’environ 50 cm² / g et celui de reproductibilité est d’environ
100 cm² / g.

Lorsque la porosité est différente de e = 0,500, l’équation (8) est utilisée et le résultat de 10
cm² / g près est donné au rapport comme étant la surface spécifique du ciment.

Si en raison d’une panne de régulation ou pour d’autres causes, les quatre températures ne
se situent pas à 20°C ± 2°C, une valeur de S est calculée pour chaque couple temps -
température en utilisant l’équation (2) ou l’équation (8). La moyenne arithmétique des quatre
valeurs de S est notée au rapport, à 10 cm² / g près comme étant la surface spécifique du
ciment.

La reproduction est interdite 14


NA 231

La reproduction est interdite 15


NA 231

La reproduction est interdite 16