Vous êtes sur la page 1sur 2

CONCORDANCE DES TEMPS A L’INDICATIF

Principale : présent Subordonnée : présent / gérondif


Je pense qu’il a raison.
Il regarde la télé en mangeant.

SIMULTANÉITÉ Principale : futur Subordonnée : futur / présent


On ira où tu veux / voudras

Principale : imparfait / passé composé / Subordonnée : imparfait / passé composé /


plus-que-parfait plus-que-parfait
Je pensais qu’il avait raison.
Je suis entré juste au moment où il a raccroché.
J’avais cru qu’il avait terminé le projet.

Principale : présent Subordonnée : imparfait / passé composé


Je pense qu’il a eu raison de démissionner.
Je pense qu’ils savaient la vérité mais ils n’ont rien dit.

ANTÉRIORITÉ Principale : futur Subordonnée : futur antérieur / infinitif passé


Nous enverrons le projet à nos partenaires quand il sera terminé
Nous enverrons le projet à nos partenaires après l’avoir terminé.

Principale : imparfait / passé composé Subordonnée : plus-que-parfait / infinitif passé


Nous avons envoyé le projet après qu’il l’avait terminé.
Nous avons envoyé le projet après l’avoir terminé.
Nous croyions qu’il avait terminé le projet.

Principale : présent Subordonnée : présent / futur / futur proche


Je crois qu’il part / partira / va partir la semaine prochaine.

POSTÉRIORITÉ Principale : futur Subordonnée : futur / f. proche / cond. pr.


Je visiterai cette maison que j’achèterai / je vais acheter bientôt.
Je finirai le projet aujourd’hui au cas où le directeur me le demanderait.

Principale : imparfait / passé composé Subordonnée : conditionnel présent


plus-que-parfait
On croyait qu’il ne démissionnerait pas.
On a entendu qu’il ne démissionnerait pas.
On avait parié qu’il ne démissionnerait pas.
CONCORDANCE DES TEMPS AU SUBJONCTIF

Principale : présent de l’indicatif / Subordonnée : subjonctif présent


conditionnel présent
Il faut / Il faudrait que vous lui parliez maintenant.

SIMULTANÉITÉ Principale : futur Subordonnée : subjonctif présent


Il faudra que vous lui parliez maintenant.

Principale : imparfait / passé composé Subordonnée : subjonctif présent


Il a fallu que je lui parle.
Il doutait qu’il ait des aptitudes pour ce poste.

ANTÉRIORITÉ Principale : présent de l’indicatif Subordonnée : subjonctif passé


Je doute qu’il ait participé à la réunion.

Principale : imparfait / passé composé Subordonnée : subjonctif passé


Je doutais qu’il ait fini son rapport.

POSTÉRIORITÉ Principale : présent de l’indicatif / Subordonnée : subjonctif présent


conditionnel présent
Il faut / Il faudrait que vous lui parliez demain.

Principale : un temps du passé Subordonnée : subjonctif présent


Il doutait qu’il réussisse terminer son rapport à la date prévue.

Note :
L'emploi de l'imparfait ou du plus-que-parfait du subjonctif est aujourd'hui réservé à la langue écrite et particulièrement
dans la langue littéraire. C'est pourquoi surtout dans la langue parlée, et parfois dans la langue écrite ordinaire, on procède
aux substitutions suivantes :
On remplace couramment l'imparfait par le présent :
Il fallait que vous sachiez (subj. présent) conduire pour obtenir votre permis.
Au lieu de : Il fallait que vous sussiez (subj. imp) conduire pour obtenir votre permis.
On remplace couramment le plus-que-parfait par le passé :
Il fallait que nous ayons su (subj. passé) conduire pour obtenir notre permis.
Au lieu de : Il fallait que nous eussions su (subj. plus-que-parfait) conduire pour obtenir notre permis.